Version classiqueVersion mobile

La vie du Buddha

 | 
Guillaume Ducœur

VI

La langue

Gāndhārī ou sanskrit ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le Lalitavistara, les stances sont empreintes de prākritismes propres aux dialectes moyens-indiens (prākṛta) des différentes régions de l’Inde de langues indo-ārya et ne suivent donc pas les règles grammaticales du sanskrit codifiées par les grammairiens indo-ārya depuis au moins Pāṇini (ive siècle avant J.-C.). Par conséquent, on a supposé que ces stances furent à l’origine composées en prākrit. En effet, le Cullavagga (5.33.1) du Vinayapiṭaka des theravādin affirme que le Buddha aurait accordé à tout bhikṣu d’enseigner sa doctrine chacun dans sa propre langue régionale (sakāya niruttiyā) et non dans la langue du Veda (chandaso āropema). Le fonds scripturaire bouddhique devait être linguistiquement très hétéroclite à l’égal, par exemple, des inscriptions royales aśokéennes. À ce titre, le canon de l’école theravāda est exclusivement rédigé en moyen-indien. La différence notoire réside dans le fait que les stances du Lalitavistara ont été tant bien que mal sanskritisées et cons...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search