Version classiqueVersion mobile

Éloignement géographique et cohésion familiale (xve-xxe siècle)

 | 
Jean-François Chauvard
, 
Christine Lebeau

Quatrième partie. La famille à l’épreuve de la grande guerre

Les Canel, une famille rurale dans la Grande Guerre

Vincent Fournier

Texte intégral

  • 1 M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, Paris, Seuil, 1964, p. 24.

1L’historiographie actuelle de la Première Guerre mondiale fait place à une grande variété de témoignages en manifestant un intérêt pour des documents longtemps délaissés, en particulier pour les très nombreuses correspondances ficelées en liasse dans les greniers. En prenant la plume, les membres de la famille Canel ont été des épistoliers, « témoins malgré eux » de leur temps, selon la formule de Marc Bloch1.

  • 2 V. Fournier, Les Canel, une famille rurale dans la Grande Guerre. Étude de ses lettres, mémoire de (...)

2Ces lettres, issues d’un fonds privé et inédites à ce jour2, ont pour la plupart été adressées, entre 1914 et 1919, aux époux Adèle et Émile Canel du village de Byans en Haute-Saône, dont une très grosse partie par leurs fds Émile et Georges, engagés militairement dans le conflit. Ces lettres donnent une vision d’ensemble du vécu d’une famille rurale et de tout son réseau de relations à une époque où les paysans forment le groupe social le plus important à la fois dans la population et parmi les mobilisés, puisque 45 % d’entre eux sont des agriculteurs. De plus, il s’agit d’un groupe social rarement étudié faute de sources.

  • 3 D. Carré, Loeiz Herrieu. Un paysan breton dans la Grande Guerre. Analyse de sa correspondance avec (...)
  • 4 S. Decobert, Lettres du front et de l’arrière (1914-1918), Carcassonne, Les Audois, 2000 (La Mémoi (...)
  • 5 E. Tanty, Les violettes des tranchées. Lettres d’un poilu qui n’aimait pas la guerre, Paris, éditi (...)

3L’ensemble épistolaire se compose au total de 556 lettres. Le mot courrier serait peut-être plus à adéquat, comme le dit Daniel Carré3, dans la mesure où il n’est pas souhaitable de dissocier les lettres papier des cartes postales ou des cartes de « correspondance militaire ». On décompte 157 lettres écrites par le fds aîné, Émile, combattant puis prisonnier. Les lettres du deuxième fds, Georges, combattant lui aussi, sont au nombre de deux cent quarante trois. Enfin l’ensemble présente une particularité que l’on retrouve rarement dans d’autres correspondances comme celle de Loeiz Herrieu ou celle étudiée par Sylvie Decobert4, ou encore les lettres d’Étienne Tanty5. En effet, viennent s’ajouter au corpus principal des lettres des deux fils cent cinquante-six lettres écrites par diverses personnes. On y recense la famille proche et éloignée, les amis des fils et des parents, les alliés de la famille, des soldats ayant cantonné dans le village et souvent à la ferme, d’anciens commis, des connaissances et enfin quelques lettres officielles. Cet ensemble permet d’embrasser les vicissitudes d’une famille élargie dans la guerre. De plus, on y retrouve les quatre et seules lettres adressées par les parents à leurs fils.

  • 6 C. Dauphin, P. Lebrun-Pézerat, D. Poublan, Ces bonnes lettres. Une correspondance familiale au xix(...)

4Même si Emile Canel et son épouse Adèle ont, semble-t-il, joué le rôle de ce que Roger Chartier appelle « l’archiviste de la mémoire familiale6 », il manque des lettres. Définir la régularité de l’écrit est donc difficile, cependant, en moyenne, les deux fils envoyaient une lettre par jour mais pas nécessairement à leurs parents. Les effusions d’affectivité sont rares ou discrètes et l’intimité de chacun y est rarement mentionnée. Ces lettres sont dans l’ensemble très formelles et répondent avant tout au pacte épistolaire, tout en intégrant la censure et l’autocensure.

5Quatre membres de la famille Canel se détachent de l’ensemble de la correspondance. Emile père et Adèle, les parents, sont âgés respectivement de quarante-huit et quarante-deux ans en 1914. Ils sont cultivateurs et tentent, durant le conflit, de poursuivre l’exploitation familiale. Le fils aîné, Émile, né en 1893, est le repreneur potentiel de la ferme familiale. Il effectue son service militaire au 44e régiment d’infanterie lorsque la mobilisation est décrétée. En août 1914, il participe à la campagne d’Alsace puis à la bataille de la Marne et ensuite combat dans l’Aisne où il est fait prisonnier le 14 janvier 1915. Il est alors transféré en Allemagne dans différents camps de prisonniers où il subit une captivité de près de quarante-six mois. Georges, son frère, de trois ans son cadet, vient d’être reçu au brevet supérieur, à l’École normale de Belfort, lorsque la guerre survient et il se prépare à devenir élève-maître. Il est incorporé en décembre 1914 et est amené à combattre dès le 2e semestre de 1915. Sous-officier, il est nommé aspirant en février 1917 et participe à l’offensive du Chemin des Dames. Il y est mortellement blessé le 5 mai. Il a parfois su profiter de sa situation et de ses grades, mais n’en a pas pour autant évité les terribles réalités des combats.

6La famille Canel est ancrée géographiquement et historiquement au Pays de Montbéliard depuis plusieurs siècles. Il est ainsi possible de la considérer parmi les vieilles familles de ce que l’on appelle communément le « Pays », issu de l’ancienne principauté de Montbéliard. Leur berceau depuis la fin du xviie siècle est un village d’une centaine d’habitants à l’aube de la guerre : Byans. Ils y ont exercé différentes fonctions locales dont de nombreuses fois celles de maire à l’image d'Émile père qui l’est depuis 1912. Tous sont protestants luthériens du fait de l’histoire de cette région. De plus, les deux fils Canel sont issus de lignées de cultivateurs propriétaires et non des moindres. Ainsi, à l’aube du conflit, la famille Émile Canel exploite plusieurs hectares et est propriétaire à la fois de terres, mais aussi d’un bâtiment de ferme.

7Les lettres que les Canel ont conservées permet de saisir le bouleversement, en partie temporaire, provoqué par le conflit sur une famille rurale et paysanne, les moyens qu’elle a mobilisés pour rester en contact et l’entretenir, à distance, les solidarités antérieures à la guerre. L’arrière a apporté au combattant un soutien matériel et psychologique sans lequel il est difficile d’expliquer la résignation et la combativité des hommes du front. Le renforcement du lien entre l’avant et l’arrière met au jour des relations qui étaient implicites avant-guerre, il contribue aussi à les modifier et à se projeter dans l’avenir.

Les moyens de contact et de réconfort entre le front et l’arrière

8Les notions de front et d’arrière impliquent un éloignement géographique entre les deux espaces et donc entre les protagonistes qui s’y trouvent. Néanmoins, il existe différents moyens de pallier cette mise à distance logiquement provisoire et de conserver des contacts.

Les lettres

  • 7 B. Sinaïs, Le service postal militaire français pendant la guerre de 1914-1918, mémoire de maîtris (...)

9La correspondance est un phénomène de masse durant la Grande Guerre. La quantité qui transite chaque jour par le Bureau central militaire le démontre bien. Bertrand Sinaïs évoque environ un million de lettres quotidiennes en novembre 1914 et environ quatre millions à la fin du conflit7.

  • 8 Lettre d’Émile à ses parents, du 1er août 1915.
  • 9 Ibidem, des 2 janvier 1915 et 28 mai 1917.
  • 10 G. Perreux, La vie quotidienne des civils en France pendant la Grande Guerre, Paris, Hachette, 196 (...)

10La lettre appartient au quotidien des combattants et à ceux de l’arrière. Elle est attendue et reçue avec une joie certaine de part et d’autre, même si les échanges entre les Canel sont loin d’être quotidiens. Émile et Georges font, à maintes reprises, écho de leur joie de recevoir plusieurs cartes en même temps. C’est le cas pour l’aîné par exemple, qui, le 21 novembre 1914, écrit à ses parents, « Cela a été une véritable fête pour moi hier soir. Pensez, j’ai reçu 3 lettres ». Le plaisir est encore plus grand lorsqu’il s’agit de lettres et non pas de cartes comme le stipule à l’occasion Émile8 qui apprécie que son père fasse l’effort d’écrire quelques mots9. C’est l’occasion de percevoir directement l’intérêt et les pensées de ceux qui n’ont pas l’habitude de s’exprimer. La pratique épistolaire qui se développe en ces circonstances, est effectivement en majorité une activité féminine où se relaient la mère, la femme, la sœur ou la fille10. Ainsi, on peut remarquer que chez les Canel, c’est la seule femme de la maison qui prend la plume : la mère.

  • 11 Lettre d’Émile à ses parents, du 27 octobre 1914.
  • 12 Lettre de Georges à ses parents, du 11 juin 1915.
  • 13 Ibidem, du 7 juillet 1916.
  • 14 Ibidem, du 20 décembre 1914.

11Par ailleurs, les combattants sont soucieux d’écrire à leurs proches qui, chaque jour, guettent le facteur. Émile explique ainsi, en octobre 1914, qu’il a envoyé des cartes postales à toute la famille11. Il semble donc établir sa correspondance dans un souci de n’oublier personne. Georges, quant à lui, écrit avec un plaisir non dissimulé. Il n’hésite pas à préciser : « je n’ai encore passé qu’un jour sans écrire. En fait, c’est un plaisir pour moi et aussi un passe-temps car les moments de loisirs sont longs12. » La longueur constante de ses lettres en est une bonne illustration. En outre, du fait d’un oubli de celui-ci, il réclame son carnet d’adresses qui lui est nécessaire13. Ce plaisir d'écrire s’illustre encore, quand il précise, qu’il le fait au réfectoire14. Il ne saurait, quand cela peut être évité, bâcler une lettre sur un lit. Mais les conditions ne sont pas toujours requises pour écrire ce qui entraîne des difficultés de communication.

  • 15 Lettre de Charles Canel-Bernard à Émile et Adèle Canel, du 26 février 1915.

12La première difficulté est matérielle. En effet, selon les secteurs, se procurer les éléments adéquats relève parfois du défi. En outre, l’encre est souvent rare et remplacée, dans la mesure du possible, par le crayon noir ou d’aniline. Georges précise, le 21 avril 1916, à ses parents, qu’il doit économiser ses cartes. Selon les secteurs, les achats ne sont pas faciles. Par exemple, Charles Canel-Bernard fait parvenir à sa sœur, Adèle, des cartes en papier parcheminé pour les envoyer aux fils15.

  • 16 Lettre de Georges à ses parents, du 3 août 1915.
  • 17 Ibidem, du 25 février 1916.
  • 18 Cf. Lettres de Georges des 1er janvier et 14 septembre 1915.

13La difficulté vient ensuite des circonstances dans lesquelles se trouvent les combattants pour écrire. Les situations sont parfois inconfortables. Georges explique par exemple, à un moment, qu’il écrit « sur ses genoux, appuyé contre un tas de gazon »16. Le temps manque aussi selon l’intensité de l’activité ou des combats. Georges écrit alors qu’il est sur le front d’Alsace, que pendant trois jours, il lui a été impossible d’écrire17. Selon les cas, les lettres peuvent même être rédigées sur plusieurs jours18.

  • 19 B. Slnaïs, op. cit., p. 20.
  • 20 Lettre d’Émile à ses parents, du 12 août 1914.
  • 21 Ibidem, du 7 octobre 1914.
  • 22 B. Sinaïs, op. cit., p. 48.
  • 23 J. Nicot, Les poilus ont la parole. Dans les tranchées : lettres du front 1917-1918, Paris, éditio (...)

14Mais les problèmes de communication peuvent aussi provenir du système d’acheminement. Le décret du 3 août 1914 institue, dès le début de la guerre, la franchise postale militaire. Les expéditeurs n’ont rien à payer pour l’envoi de lettres inférieures à vingt grammes. Cette règle concerne tous les courriers entre le front et l’arrière dans les deux sens19. Cependant, le système se révèle vite archaïque et inadapté à tous les points de vue. Les retards de courrier sont alors légion. Émile explique ainsi, dans une lettre du mois d’août 1914, que personne ne reçoit de courrier20. Il précise encore au 11 septembre qu’il n’a reçu qu’une lettre depuis qu’il est parti. Le problème se pose encore dans l’autre sens lorsqu’il s’aperçoit que ses parents n’ont pas reçu un grand nombre de ses lettres21. Bertrand Sinaïs explique que les lettres du front subissent durant le conflit, « un retard systématique », étant retenues entre cinq et six jours au bureau de payeur afin qu'elles perdent de leur actualité et donc de leur intérêt22. Il faut ajouter, dans certains cas, le passage à la censure, chaque régiment ou unité devant être sondé au moins une fois par mois et au minimum avec cinq cents lettres, par le contrôle postal23. De plus, certaines errent des semaines entières.

  • 24 Lettre de Georges à ses parents, du 30 mai 1915.

15D’octobre à décembre 1914, le système est donc réformé. Le principe de découpage de la ligne de front en secteurs numérotés est institué, un Bureau central de tri a été créé à Paris. Il n’empêche, qu’en mai 1915, en arrivant sur le front, Georges fait tester la rapidité de la correspondance24. Mais les délais sont variables. Certains parlent de deux à trois jours et d’autres de huit à dix. Les questions et les réponses correspondent donc rarement compte tenu des décalages.

  • 25 Lettre d’Émile à ses parents, du 1er février 1915.
  • 26 Ibidem, du 1er mai 1917.
  • 27 Ibidem, du 15 mai 1918.
  • 28 Lettre d’Élise Guillemin à Émile et Adèle Canel, du 7 juillet 1917.
  • 29 Lettre d’Émile Canel à ses parents, du 8 juillet 1917.
  • 30 Lettres d’Adèle à Émile, des 23 mars, 16 avril et 24 avril 1915.

16Émile, retenu prisonnier en Allemagne, est confronté aux limitations imposées à la correspondance en direction de la France. Au début, il est autorisé à envoyer une lettre et une carte par semaine25 ; il se tient à ce rythme avec ses parents26. Cependant, au printemps 1918, il ne lui est plus autorisé qu’une lettre tous les quinze jours27. Les cartes sont fournies par les autorités allemandes et la surveillance est de mise. Les délais sont variables même s’ils sont d’environ vingt jours. Les changements de camp entraînent de profonds problèmes pour acheminer la correspondance. Ainsi, en juillet 1917, les époux Canel sont sans nouvelles d’Émile depuis plusieurs semaines28, tandis que lui reçoit le 8 juillet sa première lettre depuis le 24 mai29. Parfois les lettres sont retournées, faute d’avoir pu localiser le destinataire30. Ces périodes sans missives sont souvent des moments de grande angoisse, traduisant en creux l’importance qu’on leur accorde.

  • 31 Lettre de Georges à ses parents, du 1er février 1916.

17Si la correspondance revêt une telle signification, c’est parce qu’elle est avant tout un signe de vie de la part de son expéditeur. C’est ainsi, qu’à plusieurs reprises, Georges envoie « deux mots pour (leur) donner signe de vie »31. Ne rien recevoir du front est de mauvais augure. Que la lettre soit écrite sur des formulaires importe peu, l’essentiel tient à leur existence. Elle est aussi un moyen pour le combattant de renseigner les siens sur sa localisation. L’arrière est en permanence concentré sur le parcours de ses combattants. C’est ainsi que les fils Canel, lorsqu’ils connaissent leur localisation ou leur mouvement, le font savoir. C’est le cas des lettres de Georges en date du 1er octobre 1915, lorsqu’il quitte Paris pour la Bretagne. L’intérêt des lettres se perçoit encore lorsque Georges demande à ses parents de lui faire parvenir celles de son frère.

  • 32 A. Becker, Oubliés de la Grande Guerre. Humanitaire et culture de guerre 1914-1918. Populations oc (...)
  • 33 Lettre de Georges à ses parents, du 19 mai 1915.

18Souvent, la lettre est un lien vital entre les deux mondes et entretient les attaches, comme en témoignent les missives d’Émile prisonnier. Elle procure un grand plaisir car elle permet le maintien du moral, particulièrement pour les combattants et les prisonniers. Annette Becker précise que pour les prisonniers, une lettre est une provision d’énergie et d’espérance pour de longs jours, un « pain spirituel32 ». Elle permet de sortir de l’isolement tout en permettant aux deux frères de faire connaître leurs conditions de vie. Elle est aussi un moyen d’encouragement et un soutien. Les combattants sont ainsi assurés idéologiquement du soutien de l’arrière, et même des enfants. Enfin, la lettre est encore considérée par certains comme un élément capital du fait de sa qualité de témoignage. Georges souhaite, dans ce sens, que ses parents conservent celles qu’il leur envoie33.

Les colis et les mandats

19Les proches d’Émile et Georges Canel ont fait, durant la Grande Guerre, des efforts pour leur fournir ce dont ils avaient besoin. En effet, très souvent, les lettres des fils font office d’accusés de réception des colis ou des mandats souhaités. Il faut souligner que les deux fils, lors de leurs demandes, ne s’inquiètent jamais de savoir si les leurs ont la possibilité d’y répondre positivement. Au fur et à mesure de la guerre, ces envois apparaissent nécessaires à la survie des combattants ou du prisonnier. La consommation des biens est aussi capitale que celle des mots.

  • 34 G. Bacconnier, A. Minet, L. Soler, La plume au fusil. Les poilus du midi à travers leur correspond (...)
  • 35 G. Perreux, op. cit., p. 27.

20Émile et Georges se font envoyer, comme presque tous les combattants, des colis de façon assez régulière. Les auteurs de l’étude d’une partie de la correspondance des poilus du Midi indiquent qu’en 1915, ce sont en France, deux cent mille paquets qui sont expédiés par jour en franchise militaire, soit environ trois cent douze millions pour toute la durée du conflit34. Durant les premiers mois, il n’y a que des paquets postaux, mais dès octobre 1914, des envois plus importants sont autorisés à condition de comporter un solide emballage35. La première demande de colis par Émile, émane de cette période. Les demandes des deux frères sont sensiblement les mêmes. D’après les très nombreuses mentions dans les lettres, on peut estimer à un colis hebdomadaire et par personne les envois de la famille Canel qui répondent généralement à une demande préalable, donc à des besoins.

  • 36 S. Audoin-Rouzeau, 14-18. Les combattants des tranchées à travers leurs journaux, Paris, A. Colin, (...)

21Les colis contiennent des vêtements, des denrées alimentaires et des objets divers. Selon les saisons, et le changement de temps, les lettres se font l’écho d’une demande de vêtements chauds, imperméables, plus légers... De même, on remarque des besoins d’habits afin de changer ceux qui sont portés, souvent depuis plusieurs semaines. Tant Émile que Georges, demandent des éléments courants de leur quotidien, mais assez rarement des produits liés à la santé ou à l’hygiène. On relève par exemple du tabac, des feuilles à cigarettes, des épingles de sûreté, du papier ou des enveloppes. Mais la demande principale concerne les vivres. Elles permettent une amélioration des repas, un supplément, pour varier les menus et un moyen de se constituer des réserves pour les situations délicates. Les envois très diversifiés peuvent comporter du chocolat, de la saucisse, des bonbons, des boîtes de sardines, de la confiture... Le journal des tranchées L’écho des marmites, du 20 novembre 1915, écrit à ce propos : « Ils sont ouverts avec la même joie qu’ont les enfants à déballer leurs cadeaux de Noël. » Une bouffée de la vie d’avant-guerre, un goût ou un parfum de leur région, un morceau de la vie familiale peuvent s’en échapper36. Cela leur permet aussi d’éviter de chercher longuement à acheter ce dont ils ont besoin et qui se vend très cher dans les secteurs où les soldats sont en nombre.

  • 37 Lettre de Georges à ses parents, du 11 janvier 1915.

22D’une part, les colis ne sont pas le seul fait des parents. La famille et les amis proches peuvent leur en faire parvenir comme les Cordier le font, en janvier 1915, pour Georges37. D’autre part, les paquets ne transitent pas forcément par la poste. Les permissionnaires sont utilisés comme commissionnaires et permettent ainsi d’éviter les retards. C’est, semble-t-il, le cas d’un dénommé Roux qui amène des colis à Georges.

  • 38 Ibidem, du 14 août 1915.
  • 39 P. Raybaut, Les raisins sont si beaux. Correspondance de guerre d’un rural 1914-1916, Paris, Fayar (...)
  • 40 Lettre du Bureau de secours de Berne à M. Émile Canel, du 26 juillet 1915.
  • 41 O. Abbal, Soldats oubliés. Les prisonniers de guerre français, Bez-et-Esparon, E. & C., 2001, p. 8 (...)
  • 42 Voir par exemple la lettre d’Émile à ses parents, du 13 janvier 1918.
  • 43 A.D.H.S., dossier du comité fédéral des prisonniers de guerre 1914-1918 de la Haute-Saône, sans co (...)
  • 44 Lettre d’Émile à ses parents, du 5 novembre 1917.

23Pour les prisonniers, les colis sont vitaux compte tenu de la faible alimentation des hommes dans les camps allemands. Georges précise ainsi, dans une de ses lettres à ses parents38, qu’ils doivent favoriser son frère prisonnier, car lui peut toujours s’en sortir. Le contenu des envois est le même que sur le front. Néanmoins, la nourriture de base – le lait, la viande, cuisinée pour être conservée, les pommes de terre, le beurre, le café, les conserves – y est plus présente. Le savon est aussi très demandé par Émile. Le pain reste pour lui une priorité absolue comme le souligne aussi l’étude de la correspondance d’André Victor39. Ses parents souscrivent aux envois de pain par le Bureau de secours de Berne40. Mais en juillet 1916, suite à un accord, le gouvernement français interdit les envois de pain individuels. Il prend à sa charge les envois collectifs de deux kilogrammes par personne et par semaine41. Émile reçoit aussi, à plusieurs reprises, « un colis de Lure »42, qui provient du Comité fédéral de la Haute-Saône de secours aux prisonniers de guerre section de Lure, qui au 22 juillet 1917 soutient quatre cent vingt et un prisonniers du canton43. De la même façon, pour être plus sûr de l’arrivée des colis de tabac, Émile demande à ses parents de payer un industriel suisse pour les envoyer44.

  • 45 Chiffre annoncé lors de la séance du 21 décembre 1927 au Sénat.

24En principe Émile reçoit au moins un colis par semaine. Cependant, comme pour le courrier, les changements de camp et les problèmes postaux sous-entendent de nombreux retards, des pertes, et des détériorations. De plus, ces colis d’un maximum de cinq kilogrammes, sont fouillés et parfois pillés par les Allemands souvent affamés. Il n’en demeure pas moins que les époux Canel font sans doute, pour ces envois, d’importantes dépenses. En outre, après-guerre, la dépense totale a été évaluée sur la base de deux francs cinquante par famille et par jour de captivité45. Leurs frais et leurs efforts envers leurs fils ne s’arrêtent pas là. S’ajoutent les envois d’argent.

  • 46 Lettre d’Adèle à Émile, du 15 août 1914.
  • 47 D. Carré, op. cit., p. 61.

25Émile et Georges sont soucieux d’avoir toujours une bourse garnie46. À l’inverse de bon nombre d’officiers ou à Loeiz Herrieu (Carré 1999, p. 61)47, les fils Canel n’envoient pas une partie de leur solde chez eux ; ils demandent, au contraire, des mandats poste. Il serait difficile d’établir la fréquence de ceux-ci, d’autant qu’ils ne sont pas toujours du même montant. Les besoins sont aussi variables selon les zones et les possibilités d’achat. Selon nos observations, les mandats qu’envoie le couple sont compris entre cinq et cinquante francs. Ce dernier montant n’intervient qu’une seule fois dans les lettres. Les demandes semblent récurrentes et ne sont sans doute pas sans peser sur les finances familiales. Il s’agit là d’un « prêt civil » non négligeable. Des études ont montré que les combattants touchent, par ce biais, entre quelques francs et quatre-vingts francs par mois.

  • 48 Lettre d’Émile à ses parents, des 13 juin et 16 juillet 1915.

26Lorsqu’il est prisonnier, Emile reçoit pour ses achats sur place un mandat de dix francs toutes les trois ou quatre semaines48 environ. Le 13 juin 1915, il écrit à ses parents, qu’il a déjà touché huit mandats et qu’il s’est constitué une réserve, ce qui est en fait interdit par crainte des évasions. Les mandats internationaux sont en effet changés en marks lors de leur retrait. Son frère, quant à lui, semble moins économe du fait de la fréquence de ses demandes. Mais son grade de sous-officier et les repas pris en commun avec les officiers constituent une source de dépenses.

  • 49 Ibidem, du 23 novembre 1917.

27La famille dans son ensemble participe à cet effort financier : les grands-parents paternels, la tante Berthe Canel-Bernard, et le cousin Canel de Montbéliard sont ainsi mentionnés et lui font parvenir des mandats. De même, Émile reçoit en novembre 1917, un mandat d’un ami du village, dénommé François49. Les deux frères soutenus matériellement et financièrement par les leurs n’en oublient pas pour autant la dette qu’ils ont contractée envers leurs parents. Ils ont un réel plaisir, quand l’occasion s’en présente, de revoir les leurs et de leur témoigner leur affection.

Les permissions et la proximité des armées

28La permission est le moyen officiel pour les combattants de retourner chez eux. Les lettres, en toute logique, en font assez rarement mention. En effet, elle n’a pas besoin d’être racontée puisqu’elle est vécue par les deux partis. Elles apparaissent tout de même comme un repère important pour les hommes du front.

  • 50 A. Ducasse, J. Meyer, G. Perreux, Vie et mort des Français, 1914-1918. Simple histoire de la Grand (...)
  • 51 Lettre d’Auguste Dodelier à Émile et Adèle Canel, du 31 décembre 1915.
  • 52 Lettres de Georges à ses parents, du 27 décembre 1916 et du 3 janvier 1917.

29Émile ne fait jamais mention de ses permissions dans la mesure où elles ne sont réglementées qu’à partir de juillet 1915. Un « tour de perme » qui revient tous les quatre mois est alors instauré50. Dans sa lettre de Pâques 1916, à ses parents, Georges écrit qu’il attend son tour de permission, « le taux de permission est de six pour cent maintenant et dame cela ne va pas vite ». Quelques semaines plus tard, il explique encore que cela fonctionne par classe et donc qu’il risque de passer dans les derniers ajoutant que six jours c’est bien peu. Cette durée est déjà supérieure à celle de sa perme de la fin 1915, qui était de quatre jours51. Il semble cependant, à cette période, attendre longuement une permission. Sa formation à Saint-Cyr lui permet des permissions liées aux fêtes de Noël 1916 et du Nouvel An suivant52.

  • 53 A. Cochet, L’opinion et le moral des soldats en 1916, d’après les archives du contrôle postal, Thè (...)

30La permission se révèle donc comme la raison de vivre des combattants dans cette guerre, comme le démontre la longue attente de Georges. Tous y pensent longuement avant et en gardent le souvenir longtemps après. Annick Cochet explique que les combattants ont perçu la « perm », comme un « droit » et qu'elle a joué un grand rôle psychologique puisqu’elle est perçue comme une sorte de rêve et de mirage inaccessible53.

  • 54 Lettre d’Alphonse Guichard à Émile et Adèle Canel, du 1er avril 1917.
  • 55 Lettres de Georges à ses parents, du 30 mai 1916 et de Marcel Vix à Georges, du 3 juin 1916.
  • 56 Lettre d’Alphonse Guichard à Émile et Adèle Canel, du 17 octobre 1915.

31Les permissions sont souvent l’occasion pour le soldat, de retrouver son métier, comme le signale Alphonse Guichard54. La tournée des connaissances est aussi l’occasion de fête entre amis55. Le cafard, souligné par Alphonse Guichard56, en est d’autant plus grand lors du retour à la vie militaire, mais il est quelque peu atténué par de nouvelles réserves de provisions.

  • 57 Lettre de Paul Haller à Émile Canel père, du 2 octobre 1915.
  • 58 Lettre de Georges à ses parents, du 30 novembre 1915.

32La demande de nouvelles permissions est l’objet d’habiles stratégies collectives. Par exemple, un certain Paul Haller n’hésite pas à demander à Émile père de lui faire un papier, afin d’obtenir une permission agricole, pour aller voir ses parents57. De la même façon, Georges explique à sa mère qu’elle peut obtenir un certificat stipulant la nécessité de Georges pour aller souscrire. Ce serait pour lui, l’occasion d’obtenir une permission58. Mais bien souvent, Georges ne semble pas s’embarrasser de ces démarches.

  • 59 Ibidem, du 4 février 1915.
  • 60 Ibidem, du 27 avril 1915.

33Des occasions se présentent parfois de se rencontrer en dehors des créneaux officiels. Georges organise de la sorte plusieurs rencontres avec ses parents alors qu’il est au camp du Valdahon ou à Besançon. Il fait venir en train ses parents ou son cousin Charles. Mais les tentatives échouent parfois du fait de la nécessité de laissez-passer59. Il incite d’autant plus les siens à ces visites, qu’il attend d’eux du linge et de l’argent60.

  • 61 Ibidem, du 15 mars 1915.
  • 62 Ibidem, du 5 juin 1915.
  • 63 E. Grenadou, A. Prévost, Grenadou, paysan français, Paris, Seuil, 1969, p. 77.
  • 64 Lettre de Charles Canel-Bernard à Émile et Adèle Canel, du 1er janvier 1917.

34Il n’en cherche pas moins à toujours trouver des opportunités pour rentrer chez lui. Au départ, il trouve les risques trop importants, critiquant ainsi son ami Pierre Demet, rentré à Byans pour quelques heures61. Mais rapidement, il essaie de profiter des moments de relâche pour faire un saut à Byans, sans autorisation. Il souhaite même dans sa lettre du 21 avril 1915, que son père lui obtienne un sauf-conduit. Sa lettre du 10 mai 1915 fait référence à un retour sans réel problème suite à un voyage, semble-t-il, illégal. C’est seulement un mois plus tard qu’il avoue avoir été puni, comme quinze de ses congénères de sept jours de prison pour cette escapade62. Cette mésaventure ne l’arrête pas. Il récidive à plusieurs reprises et tout particulièrement lorsqu’il rejoint le 402e R.I. cantonnant non loin de son village et lors de sa participation aux combats sur le front d’Alsace. Le cas de Georges n’est pas isolé. Ephraïm Grenadou, dans ses entretiens, ne cache pas non plus les nuits qu’il a passées en dehors de la caserne où il faisait ses classes63. Mais la palme en la matière est sans doute remportée par les territoriaux comme Charles Canel-Bernard, frère d’Adèle. Ce dernier semble en effet coutumier du fait64, Belfort n’étant qu’à une douzaine de kilomètres du village.

35Il ne faut pas, malgré ces occasions courantes de revoir les siens, généraliser cette possibilité. Le front éloigne souvent le combattant et ce pour plusieurs mois. Georges, comme tant d’autres, essaie simplement de profiter de ces opportunités.

Attaches et enracinement

36Les lettres des Canel révèlent des liens profonds qui s’affirment, pour la première fois, de façon visible et qui tissent le cadre familial, local, professionnel – les champs et l’École normale – dans lequel les membres de la famille sont insérés.

La force du lien familial

  • 65 P. Aries, G. Duby et alii., Histoire de la vie privée, 4 : De la Révolution à la Grande Guerre, Pa (...)

37Compte tenu de l’identité des expéditeurs et des destinataires, l’attache la plus profonde est sans conteste familiale. Le caractère exceptionnel des circonstances facilite l’expression de sentiments très forts qui sont tus d’ordinaire et en milieu paysan et protestant. La lettre d’avant-guerre qui excluait toute part d’intimité selon Michelle Perrot65 laisse place à une correspondance plus ouverte à l’expression des affects dans un cercle étroit qui rassemble la famille d’Émile Canel, les grands-parents et les membres de la famille Canel-Bernard.

  • 66 Lettre d’Adèle à Émile, du 15 août 1914.
  • 67 Lettre d’Émile à ses parents, du 8 décembre 1914.
  • 68 Lettre de Georges à ses parents, du 25 janvier 1915.
  • 69 Ibidem, du 6 novembre 1914.
  • 70 Ibidem, du 1er octobre 1914.
  • 71 Ibidem, du 18 décembre 1914.
  • 72 Ibidem, du 26 décembre 1914.

38Le souci des autres s’inscrit dans une forme de circularité. Adèle est ainsi inquiète pour Émile. Elle craint pour ses pieds fragiles66. Lui est en souci pour ses grands-parents qui ne peuvent plus effectuer leur besogne67 ou encore pour sa tante Berthe. Georges, pour sa part, aimerait être là pour consoler ses parents au moment où ils apprennent la captivité d’Émile68. Mais l’intérêt le plus exprimé est certainement celui des frères l’un pour l’autre. On sent la profondeur de leur lien fraternel. Émile, du fait de son statut d’aîné, veille en permanence sur le devenir de son petit frère. Il n’hésite pas à souhaiter son versement dans l’artillerie ou encore qu’il ne vienne jamais sur le front69, craignant d’autant plus pour lui qu’il a de l’instruction70. Au moment de l’incorporation de Georges, il précise son mal être latent depuis quelque temps : « j’avais l’ennui, j’étais triste et je ne pouvais me figurer le voir soldat. J’y rêvais même la nuit et plusieurs fois, cela m’a tenu éveillé de longues heures »71. Il est tout de même reconnaissant à son frère d’avoir épargné leurs parents de ses larmes au moment de partir72. Émile se fait encore une joie de l’avancement de Georges qui demande toujours de ses nouvelles.

  • 73 Ibidem, du 5 novembre 1914.
  • 74 Ibidem, des 26 décembre 1915 et 16 décembre 1917.
  • 75 Ibidem, du 1er septembre 1915.

39L’intensité du lien familial transparaît également dans les attentions portées aux autres membres de la famille. La demande de transmission aux grands-parents ou à la tante Berthe des salutations d’Émile, en sont un exemple. Mais les pensées sont très souvent liées à des circonstances toutes particulières. Ainsi, lorsqu’il gèle et qu’il pleut, les pensées nocturnes d’Adèle, se portent vers son fils qui est sur le front73. Pour Émile, les fêtes appellent des pensées toutes particulières, l’unissant aux siens malgré la distance74. Mais celles-ci accompagnent aussi constamment ses parents lorsqu’il signe : « Votre fils qui [...] est toujours avec vous par la pensée75 ».

  • 76 Ibidem, du 23 décembre 1915.
  • 77 Ibidem, du 2 janvier 1915.
  • 78 Ibidem, du 15 août 1916.
  • 79 Ibidem, du 20 août 1917.
  • 80 A. Cochet, L'opinion et le moral..., op. cit., p. 169.

40Ces lettres sont aussi des moyens de traduire un amour supposé indicible autrement. Émile signe par exemple, dans sa lettre du 3 août 1914 à ses parents, « Votre fils qui vous aime ». À la fin de la même année, il souhaite encore le retour des « deux chers gosses », pour reprendre l’expression affective d’Adèle à leur égard76. Cette dernière ne semble d’ailleurs pas oublier de leur souhaiter leurs anniversaires. Émile fait encore remarquer les traces de larmes de sa mère et dans la même lettre, le soutien de son père. Il rappelle alors, qu’il sait que ses parents l’aiment de tout leur cœur77. Il exprime son amour en criant le chagrin qu’il ressent à leur souvenir et à celui de celles qu’il appelle avec son frère leurs « gamines ». Il s’agit bien entendu de leurs cousines Jeanne et Mimi, dont il réclame des photos78. La guerre et ses drames révèlent encore l’amour et le lien des deux frères. Émile, au décès de Georges, affirme l’amour qu’il lui portait79. Georges semble dans ses lettres plus réservé. Annick Cochet précise que les lettres des soldats, avant tout, demandent et donnent des marques d’affection80. Elles sont l’occasion de faire comprendre la tendresse dissimulée entre deux frères, entre des parents et leurs enfants. L’épanchement jusqu’alors refoulé est en quelque sorte permis.

  • 81 Lettre d’Émile à ses parents, du 1er août 1918.

41Enfin, Émile reconnaît, la fin de la guerre approchant, qu’il ne pourra jamais assez aimer ses parents pour tout ce qu’ils ont fait pour lui pendant son exil81. Mais au-delà de l’attachement familial, cette guerre révèle la profondeur de l’enracinement local et de l’identité paysanne de la famille Canel.

L’identité paysanne et locale

  • 82 Ibidem, du 3 août 1914.

42Le cadre militaire entraîne un certain isolement des fils Canel. Ceux-ci sont mélangés avec des soldats issus de lieux parfois inconnus ou lointains. Cependant, les rencontres avec des hommes originaires du même endroit sont courantes. Le recrutement régional, maintenu au début du conflit en est une explication. Dès la mobilisation, Émile signale la présence d’hommes du secteur82. Émile mentionne ainsi à maintes reprises, ses cousins Pierrely Parrot et Eugène Chavey, ses amis du village dont Georges Barbier, Paul Demet et Alfred Euvrard, et bien d’autres amis du « pays » comme il le dit lui-même. Autant de patronymes locaux et de vieilles connaissances qu’il a plaisir à retrouver parfois fort rapidement.

43Georges apprécie aussi ce type d’occasions. À de nombreuses reprises, il mentionne la présence, à ses côtés, des cousins Paul et Pierre Demet de Byans, ou encore d’un certain Georges Parrot de Désandans. Lorsqu’il va au front, il retrouve avec plaisir des amis :

  • 83 Lettre de Georges à ses parents, du 30 mai 1915.

« J’ai trouvé bien des copains, Roux de Couthenans, 2 anciens normaliens de Belfort, le fils Roth d’Héricourt, les 2 fils Nifnecker, deux connaissances de Belfort83. »

  • 84 Lettres d’Émile Jacquot, à Émile et Adèle Canel du 6 janvier 1918 et de Charles Plumereau à Émile (...)

44Les rencontres sont rarement fortuites. Les combattants sont souvent en quête d’amis dont ils connaissent ou souhaitent la présence dans le secteur. Lors de son séjour à Paris, Georges ne manque pas moins d’aller rendre visite à des « pays ». Les rencontres peuvent aussi être impromptues, avec des gens du « pays », sans qu’ils soient forcément connus. Émile explique ainsi, dans une lettre à ses parents, qu’il a rencontré en Allemagne Charles Plumereau, qui comme Émile Jacquot est de la Haute-Saône. Il a sympathisé avec ces deux hommes qui, sitôt rentrés chez eux après leur libération, écrivent à Émile et Adèle pour leur donner des nouvelles84.

  • 85 Lettre d’Émile à Charles Canel, du 26 novembre 1914.

45Le front est propice à l’affirmation d’une identité locale forte. Émile en donne, dans une de ses lettres à son cousin Charles Canel, une très bonne illustration de cette aspiration à l’enracinement. Alors que ce dernier a émis des hypothèses d’engagement, en l’exhortant avec solennité à ne pas faire ce choix : « Tu es bien, reste où tu es. Qu’il reste au moins un jeune Canel pour conserver la race des paysans dans notre vieux village. Car moi, vois-tu, je ne compte plus guère dans la position où je me trouve, il faut s’attendre à tout85. » Aucune autre lettre n’est aussi explicitement le besoin de perpétuer et de transmettre.

  • 86 G. Bacconnier, A. Minet, L. Soler, La plume au fusil..., op. cit., p. 26.
  • 87 Lettres d’Émile à ses parents, des 23 octobre et 4 novembre 1914.
  • 88 Ibidem, du 13 octobre 1914.
  • 89 Voir les lettres du cousin Roth à Émile et Adèle Canel, du 23 janvier 1915 et de Georges Barbier à (...)

46Le réseau de parenté et d’amitié contribue à réduire la coupure entre les combattants et leur village86. Dans ses lettres, Émile demande, à plusieurs reprises, de transmettre de la part de ses amis « le bonjour » à leurs épouses ou leurs parents. C’est le cas par exemple pour Alfred Euvrard, Georges Barbier ou encore Paul Demet. Parfois, la demande correspond même à des commissions. Les amis des fils n’hésitent pas, en plus d’échanges épistolaires avec eux, à écrire directement à Émile et Adèle Canel, comme Paul Demet, Georges Prudent ou encore comme en témoignent les nombreuses lettres de Maurice Dodelier, Alphonse Guichard, Marcel Viénot et Marcel Vix, tous amis des deux fils. Les parents d’Émile et de Georges se révèlent donc un relais très efficace de l’information qui circule sur le front. Émile transmet, par exemple, des informations à ses parents, sur le devenir des frères Louis et Georges Demet87 et de bien d’autres de son village et des environs. Charles Canel-Bernard, n’hésite donc pas à s’adresser à son neveu Émile, pour tenter d’obtenir des détails sur le devenir de deux de ses beaux-frères88. Lors de la capture d’Émile et de l’absence d’informations qui l’accompagne, des proches informent directement ou indirectement ses parents89. Les relations sont souvent le moyen le plus rapide d’être renseigné. Ces échanges sont surtout une particularité du début de la guerre, avant que les hommes d’une même région, ne soient dispersés dans divers régiments. De plus, la méfiance doit être de rigueur, les rumeurs altérant la réalité.

  • 90 Lettre d’Adèle à Émile, du 23 mars 1915.

47Enfin, l’identité locale est tout particulièrement perceptible dans le cas d’Émile. Il demande à ses parents de transmettre « le bonjour » à de nombreuses personnes dont Catherine Bourquard qui revient régulièrement. C’est là un moyen de rester dans les mémoires et de toujours appartenir à cette communauté d’origine. Adèle ne manque pas non plus de lui transmettre « le bonjour » de ses amis du « pays » et du village90.

  • 91 Lettre d’Émile à ses parents, du 18 septembre 1914.
  • 92 Ibidem, des 26 septembre et 1er octobre 1914.
  • 93 Ibidem, du 27 octobre 1914.
  • 94 Ibidem, du 5 novembre 1914.
  • 95 Lettre d’Adèle à Émile, du 23 mars 1915.
  • 96 Ibidem, du 24 avril 1915.

48L’activation des liens familiaux, amicaux et locaux concerne aussi ceux restés à l’arrière dont les gestes d’entraide sont incessants. Dès le mois de septembre 1914, Émile demande à ses parents de ne pas abandonner sa tante Berthe91. À plusieurs reprises, il les invite à prêter la main à ceux qui sont plus faibles qu’eux92. Il parle même de la nécessité d’une entraide familiale et d’un travail commun avec son oncle Louis93. Cette union apparaît d’autant plus nécessaire qu’ils doivent encore faire la besogne des grands-parents paternels94. Progressivement, la famille réussit à s’organiser. Les époux Canel s’arrangent, entre autres, avec Julien Rayot de Byans. Adèle, dans les rares lettres qui nous soient parvenues, explique alors leur organisation : « Nous semons l’avoine, ton papa laboure avec nos chevaux, Rayot herse avec la Négresse. [...] Le Jules et moi nous étendons les taupinières et nous nettoyons les prés »95, « nous avons déjà 6 cartes de pommes de terre de plantées, il y en a encore 8 à planter pour ta tante, Rayot et nous. Comme c’est Rayot qui attelle la Négresse, nous devons lui faire sa besogne comme celle de la tante »96. On perçoit alors qu’un service en vaut un autre mais que, dans le cas de la tante, l’aide paraît normale. La réunion des forces permet donc au couple Canel de poursuivre au mieux son activité agricole et d’assurer ses fils combattants de la poursuite de l’exploitation familiale. Mais par delà l’entraide agricole précurseur d’échanges importants s’est mise en place, à l’arrière, une solidarité encore plus profonde.

49Cette solidarité est avant tout morale. L'une des ses premières démonstrations est le souci de chacun de faire parvenir ou d’obtenir des informations. Ainsi, dans une lettre du 6 novembre 1914, Émile demande à ses parents de transmettre sa lettre, décrivant les circonstances du décès de Georges Demet, à la famille de celui-ci. Il insiste pour que ses parents fassent ce geste envers cette autre famille du village et qu’ils passent sur la vieille querelle les opposant. La guerre est donc l’occasion d’une union de toutes les familles qui vivent la même anxiété et le même conflit. En politique, on parle d’ailleurs pour le début de la guerre de « l’Union sacrée ».

  • 97 Lettre d’Émile à ses parents, du 2 janvier 1915.
  • 98 Lettre d’Eugénie Cordier à Émile et Adèle Canel, du 26 janvier 1915.
  • 99 Lettre de Marie Cordier à Émile et Adèle Canel, du 30 janvier 1915.

50Le couple Canel doit aussi soutenir les cousins d’Adèle, de Luze, qui ont perdu leur fils, Pierrely Parrot, sur le front97. À leur tour, Adèle et Émile sont soutenus quand ils sont sans nouvelles d’Émile qui a disparu à Soissons, des lettres de soutien et de réconfort parviennent à leur domicile. Eugénie Cordier, en apprenant la nouvelle, compatit et les invite à ne pas désespérer98. De même, sa sœur, Marie, estime qu’il faut avoir la confiance et l’espérance dans l’épreuve99. Chacun sait qu’il peut, du jour au lendemain, subir la même angoisse et se propose, par quelques mots, d’encourager et de rappeler des liens très forts.

  • 100 Lettre de Charles Canel-Bernard à Émile et Adèle Canel, du 24 janvier 1915.
  • 101 Lettre d’Eugénie Cordier à Émile et Adèle Canel, du 26 janvier 1915.
  • 102 P. Wolff (dir.), Les protestants en France entre 1800-2000, Toulouse, Privat, 2001, p. 133.

51La famille Canel et ses alliés sont portés par la même espérance où s’entremêlent la foi et l’attente de la fin de la guerre. Ils s’invitent tous les uns les autres à avoir ou à garder la foi. Charles Canel-Bernard qui est mobilisé près du village exhorte le couple à prier Dieu pour qu’il ramène Émile100. Eugénie Cordier fait aussi preuve de confiance en Dieu : « vous verrez que le bon Dieu vous retrouvera votre fils »101. Chacun essaie de convaincre le couple Canel qu’il lui faut garder confiance en Dieu. Il semble y être parvenu si l’on en juge par la lettre d’Adèle à son fils Émile en date du 23 mars 1915 : « la Parole de Dieu est une consolation. Elle nous dit qu’il faut vivre d’espérance, c’est ce que nous devons tous faire ». Une attitude proche de celle des protestants décrits par Philippe Wolf comme partisans d’un pacifisme modéré et conciliable avec un patriotisme raisonnable102

  • 103 E Rippstein-Thierry, « Chronique d’une famille vandoncourtoise pendant la Grande Guerre », Les Mém (...)
  • 104 S. Audoin-Rouzeau, A. Becker, 14-18 Retrouver la Guerre, Paris, Gallimard, 2000, p. 242

52Le deuil de guerre est l’épreuve suprême dans laquelle les liens trouvent à s’exprimer. La famille Canel subit la perte de Georges, qui décède le 5 mai 1917, à Beaulne et Chivy dans l’Aisne. La nouvelle leur parvient assez vite et la résignation devant l’inexorable fatalité semble rapide contrairement aux parents d’André Thierry de Vandoncourt103. Les réactions face au drame de la famille Canel ne se font pas attendre. La solidarité joue et les courriers affluent. L’inversion de l’ordre normal de succession des générations, dont parle Annette Becker104, est sans doute pour eux un traumatisme. De plus, le corps de Georges, pour une raison que nous ignorons, n’est pas rapatrié et ne rejoint pas le cimetière où reposent ses ancêtres. De nombreux amis écrivent pour exprimer leur soutien et leur compassion. Devant une situation aussi délicate, certains comme la cousine Suzanne Guéritey de Luze, n’hésitent pas à rappeler que Dieu est un fidèle consolateur et soutien. Les témoignages sont nombreux et pleins de sollicitude. Le deuil de guerre, derrière une douleur impossible à historiciser, sous-entend une grande solidarité.

53Si le maintien de liens forts avec le milieu paysan d’origine a permis de tenir au front comme à l’arrière, ce repli sur soi est beaucoup plus le fait d’Émile. Georges, même s’il l’a pratiqué, est influencé par sa formation.

L’esprit de corps de l’École normale

  • 105 A. Jacobzone, Sang d’encre. Lettres de normaliens à leur directeur pendant la guerre 1914-1918, Va (...)

54Comme les paysans, mais de façon plus visible, les hommes issus des Écoles normales sont apparus durant le conflit comme profondément unis. Georges, élève aspirant, en vacances au jour de la mobilisation, le démontre tout au long des lettres reçues et envoyées. Malgré l’absence du cadre de formation, les normaliens ou ex normaliens devenus instituteurs, constituent sur le front une communauté soudée, sans doute, par leur formation et leur niveau intellectuel105. Avant-guerre déjà les liens étaient profonds du fait du développement des associations ou amicales d’anciens élèves depuis la fin du xixe siècle.

  • 106 Ibidem, p. 18.

55Georges Canel appartient aux trente cinq mille huit cent dix sept instituteurs mobilisés durant la Grande Guerre. Comme la plupart de ses congénères, il a subi ce qu’Alain Jacobzone appelle un processus « d’homonisation », consistant en l’administration de savoirs et l’instillation d’une morale106. De cette façon, les normaliens se sont forgés une identité enseignante dont ils sont fiers. Dès lors, leur présence sur le front est synonyme d’une véritable communion.

  • 107 Lettre de Georges à ses parents, du 20 décembre 1914.
  • 108 Ibidem, du 3 janvier 1915.
  • 109 Ibidem, du 19 avril 1915.
  • 110 Ibidem, du 12 avril 1916.
  • 111 Ibidem, du 10 janvier 1916.

56Georges retrouve ainsi dès les premiers jours de son incorporation un instituteur de Valdoie qu’il connaît107. Quelques jours plus tard, il rencontre cinq normaliens dont deux de Belfort, et trois de Vesoul108. Sa joie est alors grande. Mais il aborde aussi des normaliens ou des instituteurs qu’il ne connaît pas. Des liens se créent cependant rapidement. Il a ainsi pour sergent de section en avril 1915, l’instituteur d’Hérimoncourt109 et comme aspirant, en avril 1916, un instituteur110. Il explique alors dans les deux cas, qu’il ne peut être mieux encadré. Il est encore chaleureusement accueilli à Saint-Hippolyte, lorsqu’il y cantonne avec le 402e R.I., par monsieur Guillemin, instituteur du lieu111. Le contact est toujours rapide et convivial, il existe une formation et un métier communs.

  • 112 Ibidem, des 19 avril et 30 juillet 1915.
  • 113 Ibidem, du 27 mai 1916.
  • 114 Ibidem, du 26 mai 1916.
  • 115 Ibidem, du 27 mai 1916.

57Malgré l’éclatement de sa promotion, Georges prend grand soin de garder des liens avec ses camarades grâce à la correspondance. Il signale avec plaisir à ses parents la réception de lettres de condisciples112. Il explique encore, en mai 1916, qu’il a retrouvé toute sa promotion par correspondance113. Cependant, cette initiative qui permet d’obtenir des nouvelles des uns et des autres, permet aussi de faire de terribles constatations : « Encore un normalien tué sous Verdun114 » ou « Encore un normalien tué, Canal de Giromagny. On nous grignote tout de même pas mal115 ». Il rappelle ici la douloureuse hécatombe des rangs des normaliens et instituteurs. On estime à huit mille cent dix neuf leur nombre de morts, soit environ 23 % de leurs mobilisés. Il s’agit là, proportionnellement, de l’une des catégories les plus atteintes. Les exemples d’instituteurs morts pendant la guerre sont nombreux, à l’image de Louis Pergaud ou encore du premier mort français, l’instituteur Peugeot. Ils engagent respectivement la réputation et l’image de leur École normale. De plus, ils doivent se montrer des combattants exemplaires pour répondre aux vertus républicaines et patriotiques qu’on leur a tant vantées et qu’ils ont enseignées. Georges va lui aussi montrer l’exemple en la matière le 5 mai 1917. Son décès est d’autant plus significatif, qu’il intervient alors qu’il vient de fermer les yeux d’Élie Pastre, un autre normalien déjà instituteur, tombé à côté de lui. L’esprit de corps se révèle alors jusque dans la mort. Mais la guerre démontre que si les normaliens sont en communion sur le front, ils le sont aussi du fait de la présence d’une deuxième famille à l’arrière sur laquelle ils peuvent compter.

  • 116 A. Jacobzone, op. cit., p. 175.
  • 117 Lettre de M. Magnin à Georges Canel, du 15 février 1915.

58Ils apparaissent en effet très soutenus par leur administration respective et tout particulièrement par celui qui joue le rôle du « père ». Alain Jacobzone, qui parle en la matière d’une famille pédagogique116, a étudié une correspondance des normaliens de Blois qui écrivaient à leur directeur et à sa demande. Dans le cas de Georges Canel, le rôle du père est affectueusement joué par le directeur de l’enseignement primaire du Haut-Rhin, Monsieur Magnin. Il est un appui pour les normaliens du secteur de Belfort comme Georges. D’ailleurs, il leur demande, d’une manière très paternaliste, une lettre de temps en temps pour donner des nouvelles « comme celle d’un enfant à la maison ». Il précise « Ecrivez court si vous n’avez pas le temps : il suffit que vous nous donniez signe de vie, que vous disiez de la tranchée : “Présent117 !” ». Tout est donc réuni pour faire penser que les normaliens, malgré l’absence, restent normaliens et forment une grande famille dont les parents sont à l’arrière. Le directeur termine en outre sa lettre en transmettant à Georges les pensées de son épouse et de ses enfants.

59Il n’en tient pas moins un discours stimulant, voire patriotique envers ses protégés, discours presque classique des instituteurs de l’avant-guerre. Il souligne l’accomplissement avec vaillance du devoir des normaliens « qui attestent l’espoir en un lendemain meilleur et victorieux ». On serait tenté d’y voir une démonstration de foi patriotique et de culture de guerre qui les imprègnent depuis longtemps. À cet égard, Georges est un cas à part. Dans presque aucune de ses lettres, il n’apparaît habité par cette culture de guerre. Cela tient peut-être au fait que nous ne détenons que les lettres adressées à la famille. Vis-à-vis de son directeur et de ses camarades, il est possible qu’il ait affiché les mêmes convictions.

60À la lecture des lettres du directeur, la joie de Georges vient des nouvelles qu’elles apportent sur les uns et les autres. Monsieur Mongin joue le rôle d’intermédiaire entre ses anciens élèves dispersés sur le front ou dans les centres d’instruction. Il indique alors à Georges, le décès du fils d’un professeur de l’école supérieure et l’invite, dans l’esprit de solidarité qui les caractérise, à lui écrire.

  • 118 Lettre de Georges à ses parents, du 5 mars 1915.

61L’aide apportée à ceux qui sont au front est aussi démontrée par un mandat mensuel de dix francs, envoyé par le personnel enseignant à ceux qui ne touchent pas de traitement. Georges fait, à quelques reprises, mention des lettres de son directeur et de ces mandats, que le secrétaire d’Académie appelle leur « rançon de guerre118 ». Néanmoins, dans une lettre à ses parents, du 7 avril 1916, il émet la supposition que le syndicat des instituteurs du Territoire a fait faillite. A ce moment là, il ne reçoit plus ni mandats, ni lettres. Comme nous l’avons déjà souligné, l’esprit de corps qui anime les normaliens illustré par Georges, perdure malgré tout et ce jusqu’au bout. Nous ne saurions préciser dans notre cas, si l’aspect civilisateur et millénariste de la guerre, en est la base.

62Dans la guerre, les fils Canel manifestent un attachement très fort au milieu d’origine et au groupe d’appartenance. C’est aussi parce qu’ils se sentent soutenus par ceux restés au pays, cet arrière vers lequel les ramènent leurs souvenirs et qui résonne comme une promesse d’avenir.

L’intérêt pour la vie de l’arrière

63Dans les lettres de la famille Canel, comme dans presque toutes les correspondances de l’époque, une part d’indicible demeure. L’argent, le sexe, sont autant de sujets évités. La mort a sa place parmi les sujets autorisés : la famille, la santé, et la banalité si précieuse du quotidien. Georges écrit, entre autres, à ses parents, le 28 avril 1917, « Écrivez-moi peu mais souvent, cela soutient beaucoup les nouvelles de l’arrière ». Mais dans aucune lettre, il n’est directement fait référence à une fiancée éventuelle de l’un des fils.

Le souci permanent de la maison et du train de culture

  • 119 Lettre d’Émile à ses parents, du 19 octobre 1914.
  • 120 Ibidem, du 8 juillet 1917.

64Les deux frères semblent tous deux très attachés au bon déroulement des activités agricoles de leurs parents. C’est Emile, lui-même paysan, qui apparaît le plus attaché à la vie de la ferme. Il écrit : « Ces mille petits riens qui se passent là-bas m’intéressent toujours119 ». Il précise encore dans une de ses lettres, qu’il se pose différentes questions en la matière « au moins 50 fois dans une journée120 ». De ce fait, il s’emploie même selon les cas à les poser directement.

  • 121 Ibidem, du 20 octobre 1915.
  • 122 Ibidem, du 16 juillet 1916.
  • 123 Ibidem, du 9 juin 1918.
  • 124 Lettre de Georges à ses parents, du 2 mai 1915.

65Par exemple, à l’automne 1915, il s’enquiert des récoltes121. À l’été suivant, il les interroge sur les foins122. À la fin du printemps 1918, il veut savoir si les pommes de terre sont piochées et les foins commencés123. Il suit précisément le cycle des saisons et les activités agricoles qui les caractérisent. Comme nous l’avons déjà souligné, les lettres de ses parents et tout particulièrement de sa mère, essaient de répondre à ses questions. Il émet aussi des commentaires et des conseils. Ainsi, le 17 septembre 1917, il se satisfait que les blés soient rentrés. En outre, il conseille à ses parents de ne pas trop en faire et incite particulièrement son père à ne pas aller au-delà de ses forces. Georges émet le même avis en leur répétant de ne pas se tuer au travail124. Émile poursuit cependant en donnant ses instructions, tout en s’attachant à simplifier la vie de ses parents, à l’exemple de sa lettre du 27 octobre 1914 : « Il ne doit plus guère rester qu’à finir de battre. Surtout n’en faites pas trop à la fois [...]. Mon oncle Louis doit avoir conservé ses deux chevaux eh bien il pourra battre pour chez le grand-père. Cela ménagera nos chevaux et mon papa aura moins de besogne ». Émile tente donc de gérer la famille et la ferme à travers ses lettres lorsqu’il est sur le front et lorsqu’il est prisonnier. Il souhaite sans doute garder de cette façon la maîtrise de la ferme dont il est l’héritier présumé.

  • 125 Lettre d’Émile à ses parents, du 15 avril 1918.
  • 126 G. Duby et P. Ariès, Histoire de la vie privée..., op. cit., p. 312-321.

66La préoccupation permanente d’Émile pour sa ferme ressort d’autant plus lorsqu’il travaille lui-même, en tant que prisonnier, dans une ferme allemande. Il écrit : « Depuis si longtemps que vous êtes obligés de faire votre travail avec des étrangers tandis que moi je travaille pour d’autres125 ». Nous ressentons ici sa frustration d’être employé de ferme alors que lui-même est son propre maître en France. Il ne manque donc pas de toujours comparer les activités qu’il effectue et celles que ses parents doivent mener à Byans. Le temps et les aléas climatiques sont le plus souvent le moteur de cette comparaison. Grâce aux lettres, il semble donc toujours garder un pied chez lui et à la ferme, tout en se souciant des siens. Michelle Perrot précise d’ailleurs que la maison rurale est à la fois un espace de travail et un lieu de mémoire fondamental que l’imaginaire habite à jamais126. Émile conserve donc en lui la ferme de ses parents à laquelle, en quelque sorte, il donne vie.

  • 127 Lettre d’Émile à ses parents, du 26 septembre 1914.
  • 128 Lettre d’Adèle à son fils Émile, du 16 avril 1915.
  • 129 Lettre de Georges à ses parents, du 2 mai 1915.

67Comme le précise Émile, la besogne se fait quand même127. Les époux Canel sèment l’avoine, labourent, hersent, plantent les pommes de terre, fanent, font les regains, arrachent les betteraves, battent le blé, sombrent et aussi tuent le bœuf. Autant d’activités qui les occupent et qui sont citées dans les lettres. Ce sont donc cinq récoltes et presque autant de labours et de semailles que le couple Canel mène sans ses fils. D’une part, on apprend qu’en avril 1915, il leur reste encore douze bêtes à soigner128 et d’autre part, qu’ils détiennent un attelage pour les gros travaux129. Émile et Adèle ont ainsi démontré ce que certains ont nommé l’efficacité de l’exploitation familiale, en attendant le retour du futur héritier.

68Les combattants gardent aussi un grand attachement à ce qui constituait leur vie civile. D’où l’intérêt dans les lettres de la famille Canel, pour la vie du « pays ».

L’intérêt pour la vie du « pays »

  • 130 Lettre d’Émile à ses parents, du 9 janvier 1915.
  • 131 Ibidem, du 8 décembre 1914.
  • 132 Ibidem, du 15 août 1916.
  • 133 Ibidem, du 1er mai 1917.
  • 134 Lettre de Georges à ses parents, du 22 mai 1916.

69Émile et Georges expriment tous deux leur plaisir d’obtenir de temps en temps des nouvelles de ce que l’aîné appelle « ce vieux pays »130. Il sous-entend sans doute derrière cette expression les environs de leur village natal et plutôt que le Pays de Montbéliard. Émile s’interroge par exemple sur ceux du secteur qui passent encore le conseil de recrutement en décembre 1914131. De la même façon, il demande à ses parents, ce que devient un certain Charles Vuilquez de Laire132. Il commente encore les nouvelles que lui transmet sa mère comme le fait que sa tante Berthe ait cessé de faire du beurre, ce qui limite sa besogne133. Georges, dans une de ses lettres, demande aussi tout simplement s’il y a des cerises à Byans, ce qui est le cas sur le front où il se trouve134. Bien des éléments ramènent les combattants ou les prisonniers à leur pays d’origine : les naissances, les mariages, mais aussi les décès qui viennent rappeler à ceux du front que leurs soutiens de l’arrière ne sont pas plus immortels qu’eux. La vie s’y poursuit sans eux.

  • 135 Lettre d’Émile à ses parents, du 15 avril 1918.

70Ils veulent cependant éviter de perdre tout contact avec ceux qui constituent l’identité vivante de ce « pays ». Les salutations sont nombreuses. De la même façon, Émile s’interroge et écrit à ses parents, le 15 août 1916 : « Dites à nos parents de là-bas, que je pense souvent à eux ». Les lettres se révèlent aussi un moyen, pour Émile, de réaffirmer son attachement et son intérêt : « s’il (le père Grandmougin) ne m’oublie pas, moi non plus je ne l’oublie pas, d’ailleurs, je n’oublie personne135 ».

  • 136 Lettre de Jean Galey à Émile et Adèle Canel, du 25 juillet 1917.

71L’attachement au « pays » est révélé par de nombreuses lettres adressées hors du cercle familial. Maurice Dodelier manque rarement de demander des nouvelles de la famille Canel dans son sens le plus large et des gens du village. Il semble en effet connaître beaucoup de monde à Byans et s’en soucie comme s’il s’agissait aussi de son propre village. Les nombreuses lettres de soldats des différents régiments passés en cantonnement témoignent aussi d’un réel intérêt pour la localité et ses habitants. La plupart de ces courriers soulignent le bon souvenir conservé d’un passage plus ou moins long et des bonnes relations établies avec les locaux. Mais les lettres des soldats de passage traduisent aussi l’attirance envers les jeunes filles du lieu. Jean Galey, soldat de passage, du 27e bataillon de chasseurs alpins précise ainsi dans une de ses lettres à Émile et Adèle : « Vous donnerez bien le bonjour de ma part à ces gentilles demoiselles de Byans136 ». Les jeunes demoiselles semblent donc ne pas laisser insensibles les soldats, souvent du même âge et qui ne sont pas retournés dans leur village depuis plusieurs mois. Le goût pour la vie civile trahit l’espérance de retrouver après-guerre le monde qu’ils ont laissé.

L’avant et l’après-guerre, entre nostalgie et attente angoissée

  • 137 A. Cochet, L’opinion et le moral..., op. cit., p. 175.
  • 138 Lettre d’Émile à ses parents, du 19 septembre 1914.
  • 139 A. Cochet, « Les paysans sur le front en 1916 », Bulletin du centre d’histoire de la France contem (...)
  • 140 Lettre d’Émile à ses parents, du 1er octobre 1914.
  • 141 Ibidem, du 26 décembre 1914.
  • 142 Lettre de Georges à ses parents, du 1er janvier 1915.
  • 143 Lettre d’Émile à ses parents, du 8 juillet 1917.
  • 144 Ibidem, du 20 juin 1915.

72Durant le conflit, les fils Canel, à l’instar des autres combattants, vivent dans le souvenir transfiguré par l’imagination, comme l’a montrée Annick Cochet137. À l’occasion d’événements particuliers un sentiment de nostalgie les submerge. Ainsi, Émile pense, peu avant le troisième dimanche de septembre 1914, à la fête de Byans, pour laquelle il aurait obtenu une permission en temps normal138. Comme tout paysan, il est toujours soucieux de ce qu’il a laissé au moment de partir et regrette de ne pas être là139. En outre, quelques jours plus tard, il a la nostalgie de la besogne d’avant-guerre140. Il pense aussi « au Noël des autres années, passé près d’un bon feu, bien en famille141 ». Au moment des vœux, c’est Georges qui écrit qu’il devrait alors, en temps normal, faire le tour du village pour les présenter142. Enfin, Émile explique à ses parents, dans une lettre datée du 15 mars 1918, que tous les soirs avec un ami de l’Isle-sur-le-Doubs, il cause en patois, ce qui rappelle le « pays » et son grand-père. L’occasion lui est alors donnée, de renouer avec son passé et son origine grâce à un compatriote. Il laisse transparaître un certain mal du « pays », dont sont majoritairement victimes les paysans. De la même façon, avec Charles Plumereau de Lure, il parlait aussi quelques mois plus tôt du « pays »143. Cette nostalgie va même parfois très loin, puisqu’il demande, dans une de ses lettres, ce qu’on lui envoie du crin de son cheval nommé Souris144.

  • 145 Ibidem, du 23 octobre 1914.
  • 146 Ibidem, du 9 novembre 1914.
  • 147 Ibidem, du 15 septembre 1918.
  • 148 Lettre de Georges à ses parents, du 19 mai 1915.
  • 149 F. Rousseau, La guerre censurée. Une histoire des combattants européens de 14-18, Paris, Seuil, 19 (...)

73Leurs souvenirs alimentent l’espoir de revivre les moments heureux. C’est par exemple le cas pour Émile vis à vis des gâteaux de sa grand-mère145. Il espère aussi reconduire des chevaux un jour146. Il précise d’ailleurs à ce sujet, qu’en rentrant il n’en connaîtra plus, et que nombre de ses bêtes ne seront plus là147. Georges, quant à lui, n’hésite pas à renvoyer ses lettres pour pouvoir les relire avec ses parents à son retour148. Les deux frères semblent donc emplis d’espoir en ce qui concerne leur retour. Comme le dit Frédéric Rousseau, la lettre permet alors au soldat de situer le passé et l’avenir en dehors de la guerre149. Mais cette vision des choses est parfois bien nuancée.

  • 150 Lettre d’Émile à ses parents, du 5 novembre 1914.
  • 151 Ibidem, du 21 novembre 1914.
  • 152 Ibidem, 18 décembre 1914.
  • 153 Lettre de Georges à ses parents, du 27 mai 1916.
  • 154 Lettre d’Émile à ses parents, du 15 août 1915.
  • 155 Lettre de Maurice Dodelier à Émile et Adèle Canel, du 11 décembre 1917.
  • 156 Lettre d’Émile à ses parents, du 1er juin 1918.

74L’attente des fds est tout entière tendue vers les retrouvailles quand le conflit aura prit fin. Émile précise à ses parents que dans ce cas, il devra se réhabituer à la vie classique150, promet qu’il sera moins difficile151 et ajoute que si leurs deux fils rentrent, ils pourront faire une grande fête152. Georges explique au mois de mai 1916, que toute sa promotion s’est donnée rendez-vous pour l’après guerre ; il y ajoute toutefois un bémol sous la forme d’un « mais... »153. L’aîné souligne d’ailleurs une première contrariété en évoquant les décès civils déjà survenus : « la maison me paraîtra bien vide quand j’aurai le bonheur d’y rentrer154 ». Mais la perspective du retour est définitivement obscurcie après le décès de Georges. Maurice Dodelier craint déjà le vide155, et Émile imagine la réunion de toute la famille avec appréhension156.

  • 157 Lettre de Charles Canel à son cousin Émile, du 25 décembre 1918.

75La fin de la guerre a un goût amère. Pour une partie, « la guerre est finie, on s’en tire avec ses quatre membres, c’est l’essentiel », pour reprendre les mots de Charles Canel157. Il suppose dans cette même lettre que son cousin a trouvé bien du changement en rentrant, mais tire un triste constat : « Il en manque malheureusement trop à l’appel par là-bas, notre pauvre vieux Georges, il n’a vraiment pas eu de chance ; ce serait si beau de se retrouver tous les trois, mais hélas ! » L’espérance s’est transformée pour Émile comme dans bien des familles en une cruelle réalité. Il y a désormais un avant et un après Grande Guerre.

  • 158 A. Cochet, L’opinion et le moral..., op. cit.

76C’est essentiellement Émile, paysan de profession, qui manifeste l’attachement le plus vif pour l’arrière dans ces lettres. Et comme la majorité des paysans, c’est en partie parce qu’il est demeuré mentalement attaché à son exploitation, à sa famille, et à ses intérêts, qu’il a « tenu »158. Il est ainsi en quelque sorte le modèle même du paysan engagé dans la Première Guerre mondiale ; il a accepté sa condition avec résignation pensant plus à son univers familier qu’à ce qu’il vivait sur le moment.

77Le lien entre les premières lignes du front et les camps de prisonniers en Allemagne, d’un côté, et le foyer familial et l’arrière, de l’autre, est l’un des enjeux de la guerre. Ce lien, primordial à la survie des soldats, à la cohésion familiale et à la communauté nationale, en sort renforcé. La famille Canel n’a pas ménagé sa peine pour utiliser à peu près tous les moyens de contact et de soutien à sa disposition. Les colis et les mandats ont sans doute représenté un sacrifice pour les parents, mais ils n’ont jamais manqué car ils répondaient à la demande des fils. Les rencontres directes ont été épisodiques mais toujours recherchées avec avidité. Les lettres furent d’un usage courant et témoignent d’une occasion quasiment inédite de mettre par écrit ce qui ne s’est souvent jamais dit et d’en garder témoignage.

78Ces lettres sont l’occasion de signifier et de renforcer des liens préexistants très forts : des liens familiaux qui engagent des parents éloignés, amicaux, et communautaires traduisant la vigueur des solidarités villageoises que la guerre a activées et suscitées. Émile et Georges en font, dans leurs lettres, des démonstrations touchantes. L’obsession pour l’arrière, qui est surtout le fait d’Émile, demeure le meilleur appui. Elle fait de la guerre un moment passager avant que la vie ne reprenne ses droits. Elle conforte la certitude d’être soutenu et puise dans le souvenir de l’univers quotidien la force d’aller de l’avant. Les Canel ont tenu car ils n’ont jamais cessé d’être pris dans une nasse d’interdépendance.

79Un enracinement de plusieurs siècles, une profonde imprégnation paysanne et une confiance typiquement protestante ont aidé la famille Canel à vivre la Grande Guerre comme une parenthèse, fut-elle douloureuse et meurtrière. Après-guerre, le travail reprend ses droits. Émile rentre et retrouve sa place dans l’exploitation. Il faut continuer à vivre, il faut transmettre. Les siècles sont un appui, l’avenir, un sillon qu’il faut poursuivre.

Notes

1 M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, Paris, Seuil, 1964, p. 24.

2 V. Fournier, Les Canel, une famille rurale dans la Grande Guerre. Étude de ses lettres, mémoire de maîtrise, Université de Strasbourg II, 2003.

3 D. Carré, Loeiz Herrieu. Un paysan breton dans la Grande Guerre. Analyse de sa correspondance avec son épouse, Thèse de doctorat, Rennes II, 1999, p. 29.

4 S. Decobert, Lettres du front et de l’arrière (1914-1918), Carcassonne, Les Audois, 2000 (La Mémoire de 14-18 en Languedoc, 14).

5 E. Tanty, Les violettes des tranchées. Lettres d’un poilu qui n’aimait pas la guerre, Paris, éditions Radio-France Italiques, 2002.

6 C. Dauphin, P. Lebrun-Pézerat, D. Poublan, Ces bonnes lettres. Une correspondance familiale au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1995, p. 13.

7 B. Sinaïs, Le service postal militaire français pendant la guerre de 1914-1918, mémoire de maîtrise, Paris IV, 1975, p. 89.

8 Lettre d’Émile à ses parents, du 1er août 1915.

9 Ibidem, des 2 janvier 1915 et 28 mai 1917.

10 G. Perreux, La vie quotidienne des civils en France pendant la Grande Guerre, Paris, Hachette, 1966, p. 26.

11 Lettre d’Émile à ses parents, du 27 octobre 1914.

12 Lettre de Georges à ses parents, du 11 juin 1915.

13 Ibidem, du 7 juillet 1916.

14 Ibidem, du 20 décembre 1914.

15 Lettre de Charles Canel-Bernard à Émile et Adèle Canel, du 26 février 1915.

16 Lettre de Georges à ses parents, du 3 août 1915.

17 Ibidem, du 25 février 1916.

18 Cf. Lettres de Georges des 1er janvier et 14 septembre 1915.

19 B. Slnaïs, op. cit., p. 20.

20 Lettre d’Émile à ses parents, du 12 août 1914.

21 Ibidem, du 7 octobre 1914.

22 B. Sinaïs, op. cit., p. 48.

23 J. Nicot, Les poilus ont la parole. Dans les tranchées : lettres du front 1917-1918, Paris, éditions Complexe, 1998, p. 7-11.

24 Lettre de Georges à ses parents, du 30 mai 1915.

25 Lettre d’Émile à ses parents, du 1er février 1915.

26 Ibidem, du 1er mai 1917.

27 Ibidem, du 15 mai 1918.

28 Lettre d’Élise Guillemin à Émile et Adèle Canel, du 7 juillet 1917.

29 Lettre d’Émile Canel à ses parents, du 8 juillet 1917.

30 Lettres d’Adèle à Émile, des 23 mars, 16 avril et 24 avril 1915.

31 Lettre de Georges à ses parents, du 1er février 1916.

32 A. Becker, Oubliés de la Grande Guerre. Humanitaire et culture de guerre 1914-1918. Populations occupées, déportés civils, prisonniers de guerre, Paris, Noîsis, 1998, p. 131.

33 Lettre de Georges à ses parents, du 19 mai 1915.

34 G. Bacconnier, A. Minet, L. Soler, La plume au fusil. Les poilus du midi à travers leur correspondance, Toulouse, Privat, 1985, p. 40.

35 G. Perreux, op. cit., p. 27.

36 S. Audoin-Rouzeau, 14-18. Les combattants des tranchées à travers leurs journaux, Paris, A. Colin, 1986, p. 163.

37 Lettre de Georges à ses parents, du 11 janvier 1915.

38 Ibidem, du 14 août 1915.

39 P. Raybaut, Les raisins sont si beaux. Correspondance de guerre d’un rural 1914-1916, Paris, Fayard, 1977, p. 152.

40 Lettre du Bureau de secours de Berne à M. Émile Canel, du 26 juillet 1915.

41 O. Abbal, Soldats oubliés. Les prisonniers de guerre français, Bez-et-Esparon, E. & C., 2001, p. 88.

42 Voir par exemple la lettre d’Émile à ses parents, du 13 janvier 1918.

43 A.D.H.S., dossier du comité fédéral des prisonniers de guerre 1914-1918 de la Haute-Saône, sans cote.

44 Lettre d’Émile à ses parents, du 5 novembre 1917.

45 Chiffre annoncé lors de la séance du 21 décembre 1927 au Sénat.

46 Lettre d’Adèle à Émile, du 15 août 1914.

47 D. Carré, op. cit., p. 61.

48 Lettre d’Émile à ses parents, des 13 juin et 16 juillet 1915.

49 Ibidem, du 23 novembre 1917.

50 A. Ducasse, J. Meyer, G. Perreux, Vie et mort des Français, 1914-1918. Simple histoire de la Grande Guerre, Paris, Hachette, 1959, p. 85.

51 Lettre d’Auguste Dodelier à Émile et Adèle Canel, du 31 décembre 1915.

52 Lettres de Georges à ses parents, du 27 décembre 1916 et du 3 janvier 1917.

53 A. Cochet, L’opinion et le moral des soldats en 1916, d’après les archives du contrôle postal, Thèse de doctorat, Université de Paris X, 1986, p. 238-251.

54 Lettre d’Alphonse Guichard à Émile et Adèle Canel, du 1er avril 1917.

55 Lettres de Georges à ses parents, du 30 mai 1916 et de Marcel Vix à Georges, du 3 juin 1916.

56 Lettre d’Alphonse Guichard à Émile et Adèle Canel, du 17 octobre 1915.

57 Lettre de Paul Haller à Émile Canel père, du 2 octobre 1915.

58 Lettre de Georges à ses parents, du 30 novembre 1915.

59 Ibidem, du 4 février 1915.

60 Ibidem, du 27 avril 1915.

61 Ibidem, du 15 mars 1915.

62 Ibidem, du 5 juin 1915.

63 E. Grenadou, A. Prévost, Grenadou, paysan français, Paris, Seuil, 1969, p. 77.

64 Lettre de Charles Canel-Bernard à Émile et Adèle Canel, du 1er janvier 1917.

65 P. Aries, G. Duby et alii., Histoire de la vie privée, 4 : De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil, 1987, p. 188.

66 Lettre d’Adèle à Émile, du 15 août 1914.

67 Lettre d’Émile à ses parents, du 8 décembre 1914.

68 Lettre de Georges à ses parents, du 25 janvier 1915.

69 Ibidem, du 6 novembre 1914.

70 Ibidem, du 1er octobre 1914.

71 Ibidem, du 18 décembre 1914.

72 Ibidem, du 26 décembre 1914.

73 Ibidem, du 5 novembre 1914.

74 Ibidem, des 26 décembre 1915 et 16 décembre 1917.

75 Ibidem, du 1er septembre 1915.

76 Ibidem, du 23 décembre 1915.

77 Ibidem, du 2 janvier 1915.

78 Ibidem, du 15 août 1916.

79 Ibidem, du 20 août 1917.

80 A. Cochet, L'opinion et le moral..., op. cit., p. 169.

81 Lettre d’Émile à ses parents, du 1er août 1918.

82 Ibidem, du 3 août 1914.

83 Lettre de Georges à ses parents, du 30 mai 1915.

84 Lettres d’Émile Jacquot, à Émile et Adèle Canel du 6 janvier 1918 et de Charles Plumereau à Émile et Adèle Canel, du 13 janvier 1918.

85 Lettre d’Émile à Charles Canel, du 26 novembre 1914.

86 G. Bacconnier, A. Minet, L. Soler, La plume au fusil..., op. cit., p. 26.

87 Lettres d’Émile à ses parents, des 23 octobre et 4 novembre 1914.

88 Ibidem, du 13 octobre 1914.

89 Voir les lettres du cousin Roth à Émile et Adèle Canel, du 23 janvier 1915 et de Georges Barbier à Charles Canel-Bernard, du 24 janvier 1915.

90 Lettre d’Adèle à Émile, du 23 mars 1915.

91 Lettre d’Émile à ses parents, du 18 septembre 1914.

92 Ibidem, des 26 septembre et 1er octobre 1914.

93 Ibidem, du 27 octobre 1914.

94 Ibidem, du 5 novembre 1914.

95 Lettre d’Adèle à Émile, du 23 mars 1915.

96 Ibidem, du 24 avril 1915.

97 Lettre d’Émile à ses parents, du 2 janvier 1915.

98 Lettre d’Eugénie Cordier à Émile et Adèle Canel, du 26 janvier 1915.

99 Lettre de Marie Cordier à Émile et Adèle Canel, du 30 janvier 1915.

100 Lettre de Charles Canel-Bernard à Émile et Adèle Canel, du 24 janvier 1915.

101 Lettre d’Eugénie Cordier à Émile et Adèle Canel, du 26 janvier 1915.

102 P. Wolff (dir.), Les protestants en France entre 1800-2000, Toulouse, Privat, 2001, p. 133.

103 E Rippstein-Thierry, « Chronique d’une famille vandoncourtoise pendant la Grande Guerre », Les Mémoires de la Société d’Émulation de Montbéliard, 124, 2001, p. 161-255.

104 S. Audoin-Rouzeau, A. Becker, 14-18 Retrouver la Guerre, Paris, Gallimard, 2000, p. 242

105 A. Jacobzone, Sang d’encre. Lettres de normaliens à leur directeur pendant la guerre 1914-1918, Vauchrétien, I. Savy, 1998, p. 167.

106 Ibidem, p. 18.

107 Lettre de Georges à ses parents, du 20 décembre 1914.

108 Ibidem, du 3 janvier 1915.

109 Ibidem, du 19 avril 1915.

110 Ibidem, du 12 avril 1916.

111 Ibidem, du 10 janvier 1916.

112 Ibidem, des 19 avril et 30 juillet 1915.

113 Ibidem, du 27 mai 1916.

114 Ibidem, du 26 mai 1916.

115 Ibidem, du 27 mai 1916.

116 A. Jacobzone, op. cit., p. 175.

117 Lettre de M. Magnin à Georges Canel, du 15 février 1915.

118 Lettre de Georges à ses parents, du 5 mars 1915.

119 Lettre d’Émile à ses parents, du 19 octobre 1914.

120 Ibidem, du 8 juillet 1917.

121 Ibidem, du 20 octobre 1915.

122 Ibidem, du 16 juillet 1916.

123 Ibidem, du 9 juin 1918.

124 Lettre de Georges à ses parents, du 2 mai 1915.

125 Lettre d’Émile à ses parents, du 15 avril 1918.

126 G. Duby et P. Ariès, Histoire de la vie privée..., op. cit., p. 312-321.

127 Lettre d’Émile à ses parents, du 26 septembre 1914.

128 Lettre d’Adèle à son fils Émile, du 16 avril 1915.

129 Lettre de Georges à ses parents, du 2 mai 1915.

130 Lettre d’Émile à ses parents, du 9 janvier 1915.

131 Ibidem, du 8 décembre 1914.

132 Ibidem, du 15 août 1916.

133 Ibidem, du 1er mai 1917.

134 Lettre de Georges à ses parents, du 22 mai 1916.

135 Lettre d’Émile à ses parents, du 15 avril 1918.

136 Lettre de Jean Galey à Émile et Adèle Canel, du 25 juillet 1917.

137 A. Cochet, L’opinion et le moral..., op. cit., p. 175.

138 Lettre d’Émile à ses parents, du 19 septembre 1914.

139 A. Cochet, « Les paysans sur le front en 1916 », Bulletin du centre d’histoire de la France contemporaine, 3, 1982, p. 44-45.

140 Lettre d’Émile à ses parents, du 1er octobre 1914.

141 Ibidem, du 26 décembre 1914.

142 Lettre de Georges à ses parents, du 1er janvier 1915.

143 Lettre d’Émile à ses parents, du 8 juillet 1917.

144 Ibidem, du 20 juin 1915.

145 Ibidem, du 23 octobre 1914.

146 Ibidem, du 9 novembre 1914.

147 Ibidem, du 15 septembre 1918.

148 Lettre de Georges à ses parents, du 19 mai 1915.

149 F. Rousseau, La guerre censurée. Une histoire des combattants européens de 14-18, Paris, Seuil, 1999, p. 44.

150 Lettre d’Émile à ses parents, du 5 novembre 1914.

151 Ibidem, du 21 novembre 1914.

152 Ibidem, 18 décembre 1914.

153 Lettre de Georges à ses parents, du 27 mai 1916.

154 Lettre d’Émile à ses parents, du 15 août 1915.

155 Lettre de Maurice Dodelier à Émile et Adèle Canel, du 11 décembre 1917.

156 Lettre d’Émile à ses parents, du 1er juin 1918.

157 Lettre de Charles Canel à son cousin Émile, du 25 décembre 1918.

158 A. Cochet, L’opinion et le moral..., op. cit.

Auteur

Professeur certifié d’histoire. Il travaille sur la Grande Guerre et sur la Franche-Comté. Il a publié une monographie sur le peintre Georges Bretegnier (1860-1892), catalogue d’exposition, Montbéliard, 2005.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search