Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éloignement géographique et cohésion familiale (xve-xxe siècle)

 | 
Jean-François Chauvard
, 
Christine Lebeau

Quatrième partie. La famille à l’épreuve de la grande guerre

Les Courson de La Villeneuve. Une famille aristocratique dans la Grande Guerre (1914-1916)

Elsa Grandhomme et Jean-Nöel Grandhomme

Texte intégral

  • 1 S. Caucanas, « Archives de 1914-1918 » dans Traces de 14-18, Actes du colloque de Carcassonne des 2 (...)
  • 2 Né en 1883, Guy de Courson ne suit pas la tradition familiale, en raison d’une santé délicate, et p (...)

1« L’histoire de la Première Guerre mondiale ne saurait s’écrire en exploitant uniquement des documents d’origine administrative ou militaire, des rapports, des directives politiques ou économiques, des télégrammes, écrit Sylvie Caucanas. Il faut pouvoir se représenter les hommes dans le conflit, leur aspect extérieur, leurs sentiments, leurs croyances, leurs idées. Il faut pouvoir les faire revivre et, dans ce but, faire appel à d’autres types de sources, notamment aux témoignages directs des acteurs1. » Parmi ces témoignages, beaucoup dorment encore dans les fonds privés familiaux, comme celui conservé par M. Alain de Courson de La Villeneuve, principalement constitué de lettres échangées entre son père Guy2, sa mère Élisabeth, leurs frères et sœurs, leurs parents et leurs cousins. Ce fonds se présente sous la forme de recueils de lettres dactylographiées par Guy de Courson dans les années trente.

  • 3 Cet article se fonde sur le mémoire de maîtrise présenté par Elsa Brand-Grandhomme à l’université M (...)

2L’étude de cette famille3 est menée ici dans l’optique d’une histoire sociale et culturelle du premier conflit mondial. Il s’agit de définir une hypothétique « culture de guerre » telle qu’elle a pu se manifester dans ce groupe bien circonscrit, marqué par l’héritage nobiliaire. Comment à travers les aléas d’un affrontement particulièrement meurtrier pour elle, cette famille a-t-elle réussi à conserver un lien continu ? Quelles sont ses valeurs ? Guy de Courson et son épouse formeront le pivot de cette contribution, ce qui n’exclut pas les autres membres de la famille, dans une mise en perspective plus générale. La chronologie de la guerre de Guy de Courson nous amène à restreindre le champ d’étude à la période qui court d’août 1914 à décembre 1916, date à laquelle il quitte le front occidental pour la Roumanie, où il va servir au sein de la mission militaire française.

Service des armes et culture de guerre

Le courrier, lien entre les membres d’une famille dispersée par la guerre

3Entre les époux séparés, hormis quelques visites et permissions, la correspondance constitue le seul lien continu au cours de la guerre, qui transmet des nouvelles de l’ensemble de la famille, et même du monde. Ces lettres permettent de saisir comment les Courson mobilisés ont perçu le conflit, chacun en ce qui le concerne, et l’on pourra se demander si les valeurs spécifiques à la noblesse qu’ils partagent n’influencent pas cette perception. Dans le même temps, l’autre front, celui de l’arrière, vit le conflit dans une situation qui lui est propre : entre l’attente des nouvelles de la zone des armées et l’engagement personnel dans une guerre qualifiée de totale, les civils de la famille n’illustrent-ils pas eux aussi l’impérieux devoir de servir de la lignée ? C’est un élément de continuité comme d’identité. Ce service lui-même, du fait de son intensité, s’inscrirait alors pleinement dans une « culture de guerre ».

  • 4 G. Bacconnier, A. Minet, L. Soler, « Quarante millions de témoins » dans G. Canini (dir.), Mémoires (...)
  • 5 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 27 septembre 1914.

4Pendant la Première Guerre mondiale, l’envoi par franchise militaire représente, de manière générale, un volume considérable. Gérard Bacconnier avance le chiffre de quatre millions de lettres et de cartes postales chaque jour à partir de 1915, alors qu’il était de 2,7 millions par jour avant le déclenchement des hostilités4. Pour la famille Courson, le volume de la correspondance est effectivement important. La fréquence des échanges épistolaires a sans aucun doute augmenté pendant la guerre, mais elle n’était déjà pas négligeable auparavant car la société nobiliaire a l’écriture facile. La lettre est un moyen de maintenir les liens d’un lignage dont les membres sont nombreux et dispersés. Elle est donc tout de suite devenue un élément indispensable, voire primordial, de la relation entre le combattant et les membres de sa famille. On pourrait multiplier à l’infini des citations de ce type : « Quelle joie de revoir ton écriture... », « Je ne peux te dire l’immense plaisir que m’ont fait tes lettres5. » Le facteur, porteur des bonnes comme des mauvaises nouvelles, se mue au cours de la Grande Guerre en un être mystérieux investi de pouvoirs, redoutables parfois, mais aussi souvent bienfaisants.

5Entre Guy de Courson et son épouse le nombre de lettres échangées par mois est en moyenne de seize. Il écrit moins au cours de la première année de guerre (d’août 1914 à août 1915) qu’au cours de la seconde, sans doute parce qu’il est stationné dans des secteurs calmes où il n’a pas l’occasion de se distinguer, et qu’il est en butte à un certain ennui dû à l’inaction (son rôle étant de « tenir » la tranchée). La deuxième période (de septembre 1915 à novembre 1916) génère une correspondance plus fournie si l’on considère les phases de séparation réelle entre les deux époux ; car, pendant ce laps de temps, l’époux mobilisé revient trois fois en permission (décembre 1915, juin et octobre 1916) et l’épouse vient le rejoindre pour une semaine au camp d’Arches, près d’Épinal. Pour expliquer cette intensification on peut noter qu’il lui est donné à ce moment-là de remplir une mission plus active, par exemple à l’état-major du 7e corps où il assiste aux débuts de la bataille de Verdun (février-mars 1916), ce qui lui permet d’écrire avec plus de tranquillité et de régularité et surtout d’apporter de nombreuses et intéressantes informations à sa femme Élisabeth.

6En dehors de la correspondance des deux époux, nous avons étudié cent quatre-vingt-deux lettres échangées avec les autres membres de la famille et entre ces derniers, ce qui représente une somme totale de six cent-trente-six lettres, celles entre Guy de Courson et sa femme s’élevant à quatre cent-cinquante-quatre.

7Ce corpus de lettres pose trois problèmes principaux : y a-t-il eu recomposition, étant donné que ces lettres ont été dactylographiées une quinzaine d’années après les événements ? quel est le poids de la censure militaire effectuée par le Contrôle postal ? et enfin, quelle est la part d’autocensure au moment où ces lettres ont été écrites ?

  • 6 Nous possédons cependant quelques informations à ce sujet. L’emploi du crayon ainsi que de la carte (...)

8La recomposition est pratiquement à éliminer. La comparaison entre les deux volumes dactylographiés et les lettres originales que nous avons eues entre les mains permet d’établir l’authenticité des sources. L’impossibilité d’avoir accès à la totalité des originaux de ces lettres – ce qui nous aurait permis d’étudier le support matériel de la correspondance : lettres tâchées de boue, écriture tremblante à cause des bombardements, type de papier et utilisation de la surface (écriture dans les marges voire au crayon en superposition6) – ne nous empêche donc pas d’être rassurés sur ce point.

  • 7 Guy de Courson renvoyait systématiquement à sa femme les lettres qu'elle lui adressait, afin que l’ (...)

9Le second problème posé par l’étude de ce recueil est celui de la censure militaire, mise en place définitivement à partir de 1915. Opérant par sondages, des officiers de censure parvenaient à lire en 1916 environ 20 % du courrier (chiffre qui nous paraît déjà généreux) et transmettaient à l’état-major un résumé de son contenu, rayant au passage les informations à proscrire (indications géographiques dans les lettres de combattants, plaintes et récriminations propres à démoraliser dans celle des civils). Cette censure était effective, comme le prouve cette remarque d’Élisabeth de Courson, le 10 novembre 1915, qui nous donne la preuve de l’ouverture d’une lettre de Guy : « Le courrier m’a apporté une lettre qui avait été ouverte par l’autorité militaire. C’est justement celle qui contenait deux longues lettres de moi que tu me retournais7. Je suis furieuse ; heureusement ces lettres ne contenaient rien d’indiscret sur les opérations. Dans tous les cas faisons attention pour les détails trop intimes. »

  • 8 Censures (les passages délictueux étaient badigeonnés).
  • 9 Allégorie de la censure, représentée comme une vieille femme acariâtre.
  • 10 G. Baconnier et alii, op. cit., p. 143.
  • 11 Concept analysé par P. Lejeune, Le Moi des demoiselles. Enquête sur le journal de jeune fille, Pari (...)

10L’autocensure demeure donc finalement le seul mur auquel se heurte vraiment l’historien, parce qu’il empêche de saisir l’entière vérité. On la pratique pour se prémunir des éventuels « caviardages »8 d’« Anastasie »9 comme on vient de le voir, mais aussi et surtout pour ménager les destinataires et ne pas alimenter leur angoisse. Heureusement, le croisement des sources permet de pallier cet écueil et il reste que la lettre constitue un document brut « produit en pleine action sans ce fard littéraire, sans ces déformations dues au souvenir mal maîtrisé, édulcoré par la bienséance ou coloré d’idéologie10 ». On écrit surtout pour dire que l’on est encore en vie et pour rassurer une épouse, une famille. Le « pacte épistolaire »11 repose donc en partie sur l’omission ; et ce qui était compréhensible pour les correspondants ne l’est plus toujours pour l’historien. Le travail de celui-ci constitue dès lors à analyser les choses dites, à lire entre les lignes, mais aussi à traquer les « non-dits ».

  • 12 Peut-être en 1955, mais en intégrant de nombreuses lettres d’époque.

11Ce corpus de lettres a été complété par le Journal intime d’Élisabeth de Courson, qui ne couvre que trois mois et demi, du 1er août au 10 novembre 1914, date à laquelle elle décide de l’abandonner au profit du Journal des enfants. Il contient des extraits de journaux, des informations sur la famille, sur les belligérants et, plus intéressant encore, sur ses sentiments. Par ailleurs les sources écrites ou recomposées par Guy de Courson après la guerre sont nombreuses : l’Histoire d’une maison bretonne, 1914-1918 ; Le Général Maurice de Courson (publié à la fin de l’année 1940 à la suite de la mort du général, tué dans une escarmouche par les Allemands le 15 juin précédent) ; Cinq Courson morts en soldats ; Lettre à ma petite-fille Marilys de La Morandière et le Journal des enfants, où Élisabeth de Courson s’adresse à la fois à ses enfants devenus grands et à son époux absent pendant les premières années de leur vie. Écrit après le conflit12, il recèle une multitude d’informations sur la vie de l’arrière et sur la mentalité des membres de la famille demeurés dans la vie civile.

12Vieille famille de noblesse d’épée, les Courson de La Villeneuve sont originaires de Bretagne et ont fourni de nombreux ecclésiastiques et militaires. Une des originalités de la famille réside dans un attrait certain pour la littérature et l’histoire, non seulement chez quelques-uns de ses membres qui en ont fait leur métier, mais chez beaucoup d’autres personnages, militaires notamment, qui les ont cultivées à titre de passe-temps.

  • 13 SHD (T), Dossier 10 Yd 701.
  • 14 « C’est sur la propriété du Vallon à Olivet, au bord du Loiret que se porta le choix de mon père. U (...)

13Le père de Guy de Courson, Arthur13, né en 1843, a fait la guerre de 1870. Nommé général de brigade en 1897, il est ensuite rattrapé par les querelles politiques du moment et mis au cadre de réserve en 1902 pour avoir ostensiblement manifesté son mépris pour des personnalités maçonniques présentes à une cérémonie publique. Retiré dans sa propriété Le Vallon à Olivet (Loiret)14, il se réfugie dans les activités intellectuelles, multiformes, au côté de son épouse Marie-Sophie Dutfoy. L’un des frères du général, Robert quitte l’armée avec le grade de colonel. Veuf, sans postérité, il est ordonné prêtre en 1910.

14De l’union d’Arthur et de Marie-Sophie de Courson naissent quinze enfants en vingt ans. En août 1914 treize sont encore vivants : Marie, née en 1874 ; Marthe (1875), Madeleine (1876), Yvonne (1877), Robert (1878), Maurice (1879), Suzanne (1880), Geneviève (1882), Guy (1883), Antoinette (1884), Jeanne (1886), Bertrand (1892) et Alain (1893).

L’entrée en guerre

  • 15 Lettre de Robert de Courson à son épouse Madeleine, 7 août 1914.

15Au sein du monde combattant, nous distinguerons les civils mobilisés des soldats de métier (très nombreux dans la famille). Pour ces derniers, l’entrée en guerre ne constitue pas tant une coupure qu’un aboutissement, un accomplissement pourrait-on dire – « La guerre pour de vrai (enfin !) », s’exclame le lieutenant Robert de Courson15. Une différence doit être établie également entre le simple soldat et celui qui est déjà sous-officier ou officier (tous le deviendront, ou presque). Si la vie sur le front constitue le lot commun jusqu’au grade de capitaine, l’officier bénéficie d’avantages matériels au quotidien. En revanche, les risques sont supérieurs pendant les attaques. Par ailleurs, les civils mobilisés subissent le choc de la vie en campagne.

  • 16 Domestiques.
  • 17 Lettre de Guy de Courson à son ami Joseph Baguette, 30 juillet 1914.
  • 18 Histoire d’une Maison Bretonne, tome IV, 2e partie, 1932, p. 2.
  • 19 Journal intime, 1er août 1914. On peut remarquer que la description disparaît de la version remanié (...)

16De nombreux membres de la famille séjournent à l’étranger ou dans les colonies lorsque la guerre éclate. Guy de Courson se trouve en vacances en France, mais il n’a pris aucune disposition relative à son travail et à son appartement à Saint-Pétersbourg. Il écrit dès le 30 juillet 1914 à l’un de ses collègues en vue de prendre des mesures urgentes : « J’ai été surpris comme tout le monde et n’ai pu régler aucune affaire. Si la mobilisation ou la guerre durent longtemps, mon appartement va être abandonné, mon mobilier livré aux dvomicks16 et pillé quoique tout soit fermé à clé17 ». La mobilisation générale ne suscite aucune joie particulière chez beaucoup de membres de la famille (en décalage avec les scènes que l’on peut parfois observer ailleurs). « Ma mère, les yeux rougis, la figure angoissée, rentrait du village où elle venait de lire les affiches de la mobilisation placardées devant la Mairie », écrit Guy18. « Je suis angoissée et j’ai envie de sangloter », confie pour sa part Élisabeth19.

  • 20 Histoire d'une Maison Bretonne..., op. cit., p. 2. Guy de Courson signale aussi l’enthousiasme de s (...)
  • 21 Lettre de Robert de Courson à son épouse Madeleine, 10 août 1914.

17L’enthousiasme est en revanche de mise pour Alain de Courson, le benjamin de la famille, âgé de vingt ans, non encore mobilisable, qui se désespère de ne pouvoir suivre son frère sur le point de partir pour Berlin. C’est une note juvénile dans ces moments tragiques20. Les premiers succès en Haute-Alsace confortent cette illusion de la victoire rapide : « Nous envions nos camarades d’Alsace qui viennent de passer des moments inoubliables », s’exclame Robert21. Les Courson entrent donc en guerre, sinon tous dans l’euphorie, en tout cas tous remplis de confiance.

  • 22 Lettre du soldat Jean Lorey, ordonnance du capitaine Pinoteau, à Madeleine Pinoteau, 22 août 1914.
  • 23 Histoire d'une Maison Bretonne..., op. cit., p. 11.
  • 24 SHD (T), Dossier 5 Ye 100 193. Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 26 septembre 1914.
  • 25 Ibidem, 5 Yd 107 179.
  • 26 Ibidem, 5 Yd 109 103.
  • 27 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 9 mai 1915.

18Les batailles des frontières font pourtant aussitôt une première victime dans la famille : Raymond Pinoteau, époux de Madeleine de Courson, est tué en Belgique dès le 22 août22. Quelques jours plus tard Jean d’Arras, un cousin de Guy, tombe « glorieusement », dit le texte de sa citation, « à Bouvaincourt (Somme) en se jetant audacieusement au milieu d’un parti dont il devait reconnaître la force »23. Du 6 au 13 septembre les Français se rétablissent sur la Marne ; Robert, frère de Guy, est tué dès le premier jour à Èvres (Meuse) ; alors qu’il observait à la lorgnette les positions ennemies, un obus l’a frappé en pleine poitrine24. Jean de Courson, frère d’Élisabeth, tombe le 14 septembre dans le ravin de Prosnes (Marne). Alors que commence la guerre de tranchées cinq membres de la famille ont déjà été tués et six blessés plus ou moins grièvement. La liste n’est cependant pas close : Alain de Courson, sous-lieutenant à titre temporaire, est tué le 20 février 1915 aux Éparges25. Son cousin Yves de Courson meurt au même endroit le 7 avril suivant26. Un autre cousin, Jean de Gourville, est mortellement blessé à Pypegaele, en Flandre, le 29 avril27.

19Pour les autres commence l’installation dans la guerre. Après l’Allemand, les principaux adversaires du poilu sont le froid, la boue et les parasites. La lutte contre le froid est le grand leitmotiv de Guy de Courson. C’est d’ailleurs le seul élément dont il se plaint véritablement. Dans leurs lettres, les combattants de la famille rappellent, de manière presque invariable, l’état toujours satisfaisant de leur santé. Il est cependant certain qu’il s’agit parfois d’une figure de style.

  • 28 Ibidem, 3 novembre 1914.
  • 29 Ibidem, 28-29 juillet 1915.
  • 30 Ibidem, 20 octobre 1914.
  • 31 Ibidem, 16 juin 1915. « Un petit appareil extraordinaire (pour l’époque) le West pocket Kodak, qui (...)

20Les promenades, la lecture, la peinture (pour Bertrand) comptent parmi les distractions les plus appréciées. La lecture tient une grande place surtout chez Guy, parce qu’elle occupe l’esprit28 et apaise les nerfs29. Il consulte les journaux que sa femme lui fait parvenir avec retard, L’Écho de Paris, Le Temps, Le Matin, la Novoïé Vremia, ou pour lesquels il est abonné à la tranchée, comme L’Illustration. Il dévore aussi tout ce qui lui tombe sous la main, dont les livres trouvés dans les villages abandonnés, « pour ne pas penser au foyer », surtout quand il est aux avant-postes30. Il s’essaie aussi à la photographie et entretient souvent son épouse des clichés qu’il a hâte de lui montrer après les avoir développés31.

21La permission constitue le bonheur suprême. Sur le front Guy de Courson s’en accorde de petites à Verdun, où il rencontre pour la première fois depuis longtemps des civils :

  • 32 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 17 janvier 1915.

« Je suis allé dîner à l’hôtel, avec des serviettes [...] et des nappes blanches, et puis j’ai un peu circulé, vu des enfants, des dames élégantes, et des civils ! [...] À la fin, tout cela m’a donné le cafard de voir ce tableau de vie heureuse32. »

22La découverte de l’arrière, on le constate, cause souvent un choc au combattant : la réaction de Guy est typique, et il préfère retourner avec ses hommes, sur le front. Mais, il est une vraie permission que les soldats ne manquent jamais, c’est le retour dans leur famille au bout de plusieurs mois. Les retrouvailles sont salutaires pour un mari et un père. Il retrouve une vraie vie de famille et peut profiter de ses enfants qui grandissent loin de lui. À peine revenu en ligne, il évoque avec nostalgie

  • 33 Ibidem, 9 janvier 1916.

« les délicieuses journées au Vallon entouré de ta tendresse et de celle de mon adorable petit Tanguy, et de celle de ma petite capricieuse de Nini [Anne], si gentille pour son Papa presque inconnu et si vite adopté33. »

23Les lettres entretiennent ensuite les liens de nouveau interrompus par la distance :

  • 34 Ibidem, 3 octobre 1914.

« Si tu savais comme je pense constamment à toi et aussi à mes chers petits que je n’ai pas vus depuis deux longs mois. Voilà ma petite Anne qui a un an et demi. Elle doit être adorable, doit bégayer quelques phrases et trottiner si gentiment34. »

24Il y a donc bien deux vies du poilu : l’ennui et l’horreur de la guerre, entrecoupés par des moments paisibles de camaraderie, de distraction et même de culture, et le culte de la vie familiale. Comment les hommes auraient-ils « tenu » autrement ?

Les valeurs des Courson combattants

  • 35 Lettre de Bertrand de Courson à son frère Guy, 9 septembre 1915.
  • 36 « Quelle angoisse perpétuelle d’avoir tout ce monde sur le front ! », s’exclame Guy de Courson (Let (...)
  • 37 Ibidem, 6-7 décembre 1914.
  • 38 Lettre de Guy de Courson à son frère Alain, 5 novembre 1914.

25Mais le combattant est aussi mu et soutenu par de puissants idéaux. Quelles sont, tout d’abord, les préoccupations extérieures à la tranchée qui ressortent de sa correspondance ? Le premier souci du soldat marié est son foyer. Sans doute Guy de Courson n’a-t-il pas laissé sa famille seule puisque sa femme est réfugiée chez ses parents au Vallon. Pourtant ses pensées s’envolent souvent vers Élisabeth et ses deux enfants. Les célibataires ressentent moins cette séparation déchirante avec l’arrière, encore que Bertrand éprouve une « terrible nostalgie » à la veille de rentrer en permission en septembre 191535. Un autre point commun caractérise la correspondance des combattants : le souci constant qu’ils éprouvent pour les nombreux frères et cousins envoyés comme eux sur le front36 (les nouvelles transitent souvent par la famille restée à l’arrière). Guy manifeste une attitude paternelle à l’égard de son jeune frère Alain, bientôt mobilisé. « Pauvre petit qui va au feu37 », se lamente-t-il. Et lorsque le benjamin lui demande des conseils pour « tenir les hommes », Guy lui fait cette réponse : diriger les hommes, c’est leur inspirer confiance. Suivent une foule d’indications sur la vie pratique au front et ses écueils38.

  • 39 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 24 novembre 1914.
  • 40 Ibidem, 2 décembre 1914.
  • 41 Ibidem, 17 au 17 janvier 1916.

26Après la famille, la seconde préoccupation de Guy porte sur l’évolution générale de la guerre. C’est un rapport d’amour et de haine qui s’établit à cet égard avec des journaux souvent mensongers et peu au fait des réalités de la tranchée. Si L’Illustration39 réussit à conserver quelque crédit à ses yeux, en revanche Le Matin « raconte des idioties qui me mettent hors de moi », écrit-il40. Il réussit tout de même à s’informer un peu plus sérieusement grâce au Journal de Genève41. De fait, les journaux influent beaucoup sur son moral, à part égale avec les intempéries.

27Considérons maintenant les Courson dans l’exercice de leur mission de combattants, les sentiments qui les animent, leur état d’esprit devant l’ennemi. On peut d’abord parler de l’ivresse du combat. Le cas de Guy de Courson est encore une fois exemplaire à ce titre. Basé longtemps dans des secteurs calmes, il ne cesse de ronger son frein :

  • 42 Ibidem, 12 octobre 1914.

« Je n’ai rien d’intéressant à te raconter. Je te le répète : vie monotone, guerre de tranchées, éternel grondement du canon. On s’ennuie dans l’inaction42. »

28Enfin, il a l’occasion de se distinguer à Biaches (Somme), et voilà que sa correspondance s’en trouve fortement modifiée. Le soir de la bataille il exulte :

  • 43 Ibidem, 19 juillet 1916.

« J’ai échappé mille fois à la mort, surtout par les mitrailleuses, j’ai perdu cinquante hommes. Ce sont tout de même les plus durs moments que j’ai vécus. J’ai eu beaucoup d’initiative. Je t’aime et j’ai bien pensé à toi à l’heure du danger. Mes poilus sont merveilleux43. »

29En dehors de l’épisode de Biaches, où par exception l’exaltation le livre sans retenue, il est difficile de saisir dans ses lettres les dangers de la vie du combattant dans leur globalité en raison du « pacte épistolaire » qui entraîne un certain nombre de non-dits. Pourtant Guy de Courson se défend de dissimuler une partie de la vérité à son épouse :

  • 44 Ibidem, 10 mai 1915.

« Pourquoi me dis-tu dans ta lettre du 4 janvier que j’ai l’air décidé à te cacher une foule de choses. Je ne te cache rien. Mes lettres sont le reflet exact de mon état d’âme [...]. L’autre jour, à table, nous discutions à ce sujet. Les uns prétendaient qu’on devait cacher à sa femme les choses effrayantes, mais Borenreider et moi, nous soutenions que la femme était la compagne de l’homme, qu’elle devait partager ses soucis comme ses joies. Moi je disais que je t’écrivais comme je te parlerais si tu étais à côté de moi44. »

30Pieux mensonge, pourrait-on dire, car si Guy révèle sans doute ses sentiments à son épouse, il omet de décrire toutes les horreurs de la guerre.

31En dehors des opérations les combattants doivent affronter des sentiments bien humains. Chez tous on retrouve le cafard, sauf dans la correspondance de Robert, mort trop tôt. La peur est en revanche un sentiment très peu exprimé. Guy en reste à des formules et ne fait jamais état de la tension qui précède l’attaque. On touche là aux silences de la source. Seul Bertrand aborde peut-être le sujet, à l’occasion de son baptême du feu :

  • 45 Lettre de Bertrand de Courson à sa sœur Jeanne, 11 octobre 1914.

« On est content après le danger d’y avoir échappé et tout le monde parle avec volubilité, un peu nerveusement, de ce qui s’est passé. […] Le plus désagréable est d’assister à un feu violent sans rien faire et en risquant quand même de recevoir les obus, tandis qu’en remuant ou en commandant on reste facilement maître de soi45. »

32Comment qualifier les sentiments décrits ici ? Peur ou anxiété ? Et quelle est la véritable nuance ? Difficile à dire.

33La hantise de la mort est un sentiment plus fort encore que la peur. Sur deux années, Guy ne parle qu’une seule fois des horreurs qu’il aperçoit sur le front, mais quelle description !

  • 46 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 7 juillet 1916.

« Nous avons fait un tour dans les anciennes lignes boches. C’est effroyable. [...] Des cadavres de Boches, de nègres gisent ça et là. J’ai vu un allemand et un français (sic) étendus l’un sur l’autre dans un boyau. Le champ de bataille n’a pas été assaini encore et autour de nous c’est plein de cadavres vieux de cinq jours dégageant une odeur qui m’empêche de dormir. Malgré ce spectacle un peu lugubre et après un premier sentiment d’horreur on s’est fait les nerfs et nous passons impassibles devant ces cadavres. Je devrais même dire que c’est très bon pour ceux qui n’ont pas vu le feu, ils s’habituent46. »

34Guy de Courson s’adresse là à son épouse, alors comment expliquer les deux années de silence qui précèdent ? Il fallait qu’un jour transparaisse un peu de la cruauté quotidienne de sa vie sans doute.

  • 47 Ibidem, 17 mars 1916.
  • 48 Lettre de Bertrand de Courson à son frère Guy, 21 mars 1915.

35Comment les Courson ont-ils supporté la guerre dans sa longue durée ? Par quels moyens ont-ils légitimé, dans leurs lettres, leur contribution à la lutte ? C’est bien ce que l’on a appelé le « patriotisme défensif », qui a succédé à l’exaltation des débuts – toute relative chez eux-, qui nourrit leur confiance dans les moments où la guerre monte à un point critique. « Les Boches ne prendront pas Verdun », affirme Guy, péremptoire, au début de la bataille47. Et Bertrand partage la même certitude : « J’attends avec impatience le moment de nous débarrasser de cette sale vermine boche », écrit-il à son frère48. Un autre facteur qui pousse les soldats à « tenir » tranche avec le précédent, que. l’on pourrait qualifier d’optimiste : c’est la résignation du soldat.

  • 49 Le Général Maurice de Courson de La Villeneuve. Souvenirs et correspondance, 1940, p. 37.

36À ce stade il faut se demander si chez les Courson la tradition nobiliaire a exercé une influence sur leur perception de la guerre. En quoi leur conduite porte-t-elle la marque de la fonction ancestrale de la noblesse d’épée ? Une réflexion de Maurice de Courson nous dresse une sorte de garde-fou : « De la guerre, je ne dirai rien, bien entendu. Tous les hommes de ma génération l’ont faite plus ou moins bien49 ».

  • 50 Lettre d’Alain de Courson à son frère Guy, 10 octobre 1914.
  • 51 Lettre de Guy de Courson à son frère Alain, 5 novembre 1914.

37Leur correspondance prouve que plusieurs parmi les Courson ont la claire conscience d’accomplir leur devoir pour faire honneur à leur famille. Alain entend explicitement s’inscrire dans une lignée familiale et illustrer ainsi le blason. Il s’interdit de déchoir, aussi n’a-t-il plus qu’une obsession : servir. « Je suis le seul de la famille qui n’ait pas vu le feu, j’en ai honte50. » Son aîné le rassure, se situant sur le même terrain : « Je suis persuadé que [...] tu feras ton devoir à la Courson51 ». Guy établit donc une adéquation entre les qualités de son frère et celles de la famille : « faire son devoir » est une valeur essentielle du groupe.

  • 52 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 16 juillet 1916.
  • 53 Lettre de Bertrand de Courson à son frère Guy, 10 mars 1915.
  • 54 Lettre de Bertrand de Courson à sa mère, la comtesse Marie, 27 avril 1915.

38L’intérêt personnel, le confort égoïste, doivent être subordonnés à l’intérêt du pays, et à cet effet il faut se préparer au sacrifice suprême : « Ta lettre du 13 m’apprend un nouveau deuil [...]. Notre famille est durement éprouvée (... Mais) il faut penser avant tout au succès de nos armes. Cela prime tout52 ». Cette acceptation du sacrifice s’explique tout naturellement par la conviction qu’il existe une « belle mort ». « C’est vraiment pour lui, tué à la tête de sa section, une fin merveilleuse », écrit Bertrand à Guy à l’occasion de la mort de leur frère Alain53. Le soldat donne sa vie pour son pays comme le martyr meurt pour sa foi, car il ne faut pas redouter l’instant qui ouvre les portes du ciel. « Il est avec notre cher Alain plus heureux que nous tous. Ces belles morts sont des exemples réconfortants, mais son pauvre père doit être malheureux », écrit encore Bertrand, cette fois à propos d’Yves, qui vient d’être tué, un peu plus d’un mois après son cousin54.

  • 55 E. Mension-Rigault, Aristocrates et grands bourgeois, éducation, traditions, valeurs, Paris, Plon, (...)
  • 56 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 24 juillet 1915.
  • 57 Ibidem, 19 juillet 1915.

39« La guerre constitue le temps fort de l’accomplissement de cette notion de service55 ». Il se double, même en temps de paix, d’une composante religieuse essentielle pour la noblesse, du moins dans sa très grande majorité, qui se doit de contribuer à grandir les hommes qui lui sont confiés : « Ils sont très gentils pour moi mes hommes, aux péniches [au grand repos à Bras-sur-Meuse] il y en a un qui m’apporte tous les jours une friture, un autre va cueillir des cerises pour moi. Je suis d’ailleurs très doux avec eux tant qu’ils ne commettent pas de faute mais très très dur quand il y a péché56 ». L’utilisation de ce terme par Guy de Courson est une preuve de cette conception toute chrétienne de son rôle. En tant qu’éducateur il lutte contre les vices de ses hommes : l’alcoolisme, la débauche et le jeu57.

40Cependant, ce groupe des combattants ne constitue qu’un pan de l’implication de la famille Courson tout entière engagée dans la guerre.

La guerre de l’arrière

L'envie de savoir

41En mettant l’accent non pas tant sur les conditions de vie de ceux qui sont restés à l’arrière que sur la marque profonde que la guerre imprime sur leurs mentalités, l’objectif est de montrer comment elle a été vécue dans une famille de l’ancienne noblesse (sur trois générations), jusqu’aux suprêmes sacrifices pleinement assumés.

42Au moment de la déclaration de guerre il est décidé que toutes les épouses des combattants (ou presque) rejoindront le noyau de la famille à Olivet, dans les alentours d’Orléans, pour se rassembler autour de leurs parents et beaux-parents : Arthur et Marie de Courson. Le Vallon accueillera une trentaine de femmes et d’enfants (sans compter la domesticité) et jusqu’à vingt-huit enfants et adolescents en mai 1916. Cette démonstration de cohésion et de solidarité familiales, ce réflexe presque « tribal », est très éclairant sur les valeurs de ce milieu.

  • 58 Journal des enfants, 24 août 1914.

43Le premier désir des civils dans cette guerre est de s’informer sur la situation. S’ils ne sont pas dupes des mensonges des journalistes, on sait pourtant qu’ils sont malgré tout très influencés par ce qu’ils lisent. Élisabeth, encore en villégiature, décrit ainsi une scène de liesse au moment où l’on annonce l’irruption des troupes russes en Prusse orientale : « Tout Dinard semblait en fête hier à cause de ces bonnes nouvelles. On s’arrachait les journaux, on se congratulait58. » En revanche, quelle n’est pas sa peine le 22 juin 1915 :

  • 59 Les Austro-Allemands ont lancé une vigoureuse offensive sur le front oriental au début de mai. Le f (...)
  • 60 Il s’agit du cuisant échec de l’offensive d’Artois du 9 mai 1915.
  • 61 L’expédition des Dardanelles, montée pour obliger la Turquie à signer une paix séparée avec les All (...)

« J’ai reçu ta lettre, j’étais en train de broyer du noir : défaite des Russes59, notre offensive d’Arras ratée60, four complet aux Dardanelles61. »

44Entre l’enthousiasme et le désespoir, sentiments extrêmes, c’est le doute, puis la désillusion, qui dominent généralement dans le Journal.

  • 62 G. Perreux, La Vie quotidienne des civils en France pendant la Grande Guerre, Paris, Hachette, 1966 (...)

45Ce besoin de s’informer s’explique aussi, et surtout, par l’envie de « se relier coûte que coûte à l’absent, [de] reconstituer peu ou prou, le foyer brisé, la famille écartelée62 ». Élisabeth décrit le trouble profond qui les étreint, sa belle-sœur Geneviève et elle, lorsqu’elles apprennent de la bouche du prêtre pendant la messe qu’une grande offensive va être lancée :

  • 63 Journal des enfants, 20 septembre 1915.

« Tu comprends notre émotion, surtout à moi qui n’avais pas de lettre. Nous avons eu instantanément les jambes coupées et nous avons fondu en larmes63. »

46L’incertitude est en effet le pire des sentiments. L’identification et, mieux, la représentation des lieux où combat l’être cher allège le fardeau de l’attente : « Je te suis au nord de la Somme, écrit Élisabeth de Courson le 4 juillet 1916, pays que je connais ». Deux jours auparavant elle était dans le plus grand flou :

  • 64 Ibidem, 4 juillet 1916.

« C’est affreux ce silence. Il vaut mieux peut-être que je ne sache pas ce que tu fais, probablement que je tremblerais encore plus pour toi. Je n’ai jamais été aussi inquiète de toi depuis la guerre... À l’instant un communiqué qui me bouleverse. L’offensive est commencée, en plein dans votre secteur. Mon Dieu, mon Dieu, protégez mon chéri64 ! »

47On voit là des êtres réduits à subir l’événement. S’ils cherchent désespérément un lien avec l’avant, tout se passe sans qu’ils puissent y avoir la moindre prise. Mais ces femmes sont aussi en mesure d’apporter un concours actif à l’effort de guerre.

Les femmes de Courson dans la guerre

  • 65 F. Thebaud, La Femme au temps de la guerre de 1914, Paris, Stock, 1986. Le chapitre premier est int (...)

48On distinguera deux types d’engagement de la part des femmes pendant la guerre : d’un côté les activités qui leur sont traditionnellement assignées et qu'elles vont poursuivre par nécessité ; de l’autre, des engagements en rupture avec les rôles anciens qui font dire à Françoise Thébaud que l’on a « découvert » les femmes pendant la guerre de 1914-191865.

49On pourrait décrire la mère, celle qui correspond volontiers au modèle d’avant 1914 où la femme doit tenir son ménage et élever ses enfants. Elisabeth de Courson continue évidemment à s’occuper de ses deux enfants tout au long du conflit. Néanmoins, elle souligne elle-même les difficultés qu’elle éprouve du fait qu'elle en a seule la charge. En écho Guy lui prodigue de multiples conseils au sujet de leur santé et de leur éducation. Elle s’efforce également d’entretenir l’image de leur père dans la mémoire de ses petits ; à leur demande d’ailleurs, elle leur montre des photographies, ce qui engendre un véritable culte :

  • 66 Journal des enfants, 29 janvier 1915.

« Les enfants sont dans la joie parce que je leur ai installé près de leurs lits, la photo de leur petit Papa [...] et, plusieurs fois dans la journée [Anne] grimpe sur une chaise toute seule pour voir son Papa66. »

50Mais Élisabeth de Courson n’est pas uniquement confinée dans son rôle de mère ; elle prend le relais de son époux dans d’autres domaines, en particulier pour leurs affaires en Russie. Les nouvelles responsabilités auxquelles elles ont été confrontées de manière inattendue ont donné l’occasion aux femmes en guerre d’acquérir une nouvelle stature. Alors que la séparation traditionnelle des genres donnait à l’épouse la charge du foyer, la guerre de 1914 leur permettra d’en devenir les gardiennes, pour un temps ou pour toujours. Élisabeth finira même par sortir complètement de son rôle traditionnel. Pour symboliser ce changement, nous analyserons l’épisode de sa visite à Verdun en mars-avril 1915.

  • 67 Ibidem, 27 mars 1915.
  • 68 Cette exclusion s’expliquait pour plusieurs raisons principales (outre le danger encouru). « Les ré (...)
  • 69 Ibidem, p. 239.

51Après huit mois de séparation Élisabeth demande avec insistance à Guy de lui accorder la grâce de le rejoindre dans la zone du front67. Les femmes sont bien sûr exclues par l’autorité militaire68 de cette zone, « mais force est d’admettre que l’absente est beaucoup plus présente qu’on a coutume de le dire69 », ce qui donne sans doute des idées à Élisabeth, qui verra son mari au dépôt de Laval en 1914, à Verdun en 1915 et à Arches en 1916.

52La genèse de la seconde visite offre un exemple assez étonnant de son émancipation.

  • 70 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 12 mars 1915.

« Je t’interdis de toute mon autorité de faire cette folie, commence par lui dire son mari. Ton devoir est de rester avec les enfants et non de faire ta Jeanne d’Arc sur le front70. »

  • 71 Journal des enfants, 25 mars 1915.
  • 72 Histoire d’une Maison Bretonne..., op. cit., p. 47-48.

53Mais elle ne renonce pas pour autant, obtient finalement un permis de séjour du gouverneur militaire de Verdun, privilège rare, et parvient, non sans mal, à fléchir son époux après lui « avoir demandé à genoux d’examiner les choses très sérieusement71 ». Guy de Courson accepte finalement le rendez-vous. Cette visite « extorquée », qui illustre la connivence entre l’avant et l’arrière, a enfin lieu le 2 mai 1915. Les quelques heures passées ensemble furent suffisantes, selon Guy de Courson, pour faire une « provision de bonheur » pour le soutenir dans la terrible épreuve72.

54Cette entrevue nous montre une femme tenace, voire têtue, et très attachée à son époux, mais qui finit par lui imposer son point de vue. Elle illustre un aspect rare et peu connu de la Grande Guerre, mais surtout l’absence de véritable cloisonnement entre les deux fronts.

  • 73 Journal des enfants, 15 mars 1916.
  • 74 Ibidem, 15 mars 1915.
  • 75 Ibidem, 15 novembre 1915. Ce sera Alain, en 1917, qui recevra le prénom de son oncle tué deux ans p (...)

55Il faut rappeler combien le moral de l’arrière dépend de celui que veulent bien laisser paraître les combattants. Une phrase éloquente du Journal des enfants le prouve : « Tes lettres sont tellement remontantes quelles font du bien à tout le monde73 ». Élisabeth est en effet parfois sujette à des crises d’angoisse : « Quelle terrible épreuve que cette guerre, quelle souffrance de tous les instants, et encore, moi je suis parmi les heureuses74 ». Les femmes songent souvent à l’époque bénie de l’avant-guerre. Élisabeth déplore le temps qui se consume loin de son mari, surtout au moment de leur anniversaire de mariage (les 4 mai 1915 et 1916). Pourtant, malgré les doutes qui l’assaillent parfois, elle envisage d’avoir un troisième enfant75.

  • 76 En plus des hôpitaux créés et gérés par l’autorité militaire (hôpitaux militaires temporaires et co (...)

56Ces états d’âme bien naturels ne l’empêchent pas pour autant de tenir à remplir son devoir dans un cercle plus large, de mener elle aussi son combat à sa place pour le salut de la patrie. La profonde intégration des femmes à l’effort de guerre s’illustre souvent par le service qu’elles exercent comme infirmières, notamment dans les classes élevées (la dame en blanc est effectivement l’une des figures centrales de la Grande Guerre). Dans la famille Courson toutes les jeunes filles s’engagent, à des degrés divers, à l’hôpital auxiliaire no 5 d’Orléans76. Les bonnes œuvres font d’ailleurs partie intégrante de la mission de la haute bourgeoise ou de l’aristocrate, et aider le soldat en est la parfaite illustration.

  • 77 Histoire d’une Maison Bretonne..., op. cit., p. 184.
  • 78 Journal des enfants, 26 décembre 1914.

57Les tâches sont à la fois domestiques et thérapeutiques. La fonction de garde-malade des infirmières, si elle revêt moins de prestige que les soins médicaux, est essentielle. Elles rassurent les malades et veillent à leur confort, elles doivent les distraire en jouant avec eux aux échecs ou aux cartes, et deviennent secrétaires des illettrés77. Enfin elles organisent de petites fêtes qui rompent la monotonie de l’hôpital, par exemple pour la Noël de 191478. L’année suivante, Marthe de Courson, écrivain pour enfants, monte une petite revue en vers :

  • 79 Ibidem, 24 décembre 1915. Les soldats, en règle générale, préfèrent les spectacles de farces, de ch (...)

« Tu ne peux t’imaginer combien c’est gentil cette revue, raconte Élisabeth à son époux. C’est fin, poétique, absolument ravissant [...]. Marthe a eu un succès fou. On a rappelé l’auteur plusieurs fois79. »

  • 80 Journal des enfants, 18 février 1915.
  • 81 Ibidem, 10 octobre 1915.

58Le deuxième rôle de prédilection des infirmières est celui des soins aux malades : les piqûres, les stérilisations du matériel, les pansements, qui sont parfois plus qu’un simple soin complémentaire. Élisabeth exprime ainsi à plusieurs reprises son anxiété pendant les opérations : « Cela a duré trois quarts d’heure. Je t’avoue que je n’étais pas très fière. Par moments mes mains tremblaient un peu80 ». Souvent aussi elle semble exténuée et débordée par le nombre de blessés81. Elle décrit longuement ses impressions :

  • 82 Ibidem, 1er juin 1915.

« C’est vrai que c’est triste et impressionnant de voir tous les jours d’horribles blessures, d’assister des mourants et de panser d’affreuses plaies. Cela vous donne l’horreur de la guerre. Cependant on finit par ne plus être impressionnée physiquement parce que l’on pense à bien faire et à soulager les pauvres blessés82. »

59Cette dernière phrase résume bien la mentalité des Courson : servir, au prix d’un pénible engagement physique et surtout moral, en faire son devoir comme ces soldats victimes du leur. Le mérite relève non seulement du dévouement mais aussi du sacrifice consenti.

  • 83 Ibidem, 23 octobre 1915.
  • 84 Lettre de Marthe de Courson à son frère Guy, 11 juin 1915.
  • 85 Lettre du soldat Domengé à Élisabeth de Courson, 2 octobre 1915.
  • 86 Lettre du soldat Spisni à Élisabeth de Courson, 10 avril 1915.
  • 87 Lettre de Marthe de Courson à son frère Guy, 11 juin 1915.

60Le sacrifice est d’autant plus méritoire que tous les malades ne sont pas des anges. Élisabeth de Courson doit par exemple subir les jurons d’un opéré qui lui lance : « Nom de Dieu, foutez moi le camp83 ». Marthe évoque elle aussi, dans une lettre à Guy, la grossièreté de certains malades à l’égard des infirmières : « Les nôtres sont souvent de vrai sauvages ! On en a honte84 ». Toutefois, malgré ces problèmes relationnels, on ne peut pas mettre en doute la complicité née de l’attachement qu’elles leur manifestent, comme en témoignent les lettres écrites par les anciens blessés à leur infirmière. La guerre a gommé certaines barrières sociales. Après avoir évoqué avec nostalgie et gratitude les soins qu’il a reçus de la part de Mme de Courson, un nommé Domengé ajoute : « Vous souvenez-vous aussi de la conversation de l’incorrigible socialiste [...] que j’étais85 » ? L’Union Sacrée s’est vraiment incarnée de façon concrète dans ces instants. Certains patients sont même allés jusqu’à se convertir au catholicisme sous l’influence de leurs infirmières86. L’hôpital est aussi le lieu de rencontre avec d’autres cultures : Marthe de Courson décrit la figure à la fois difficile et attachante d’un « spahi arabe87 ».

61Élisabeth, Marthe de Courson et les autres, ces femmes qui ne furent ni les infirmières les plus exposées du front, ni les mondaines qui viennent à l’hôpital comme à un thé, se sont investies à la place quelles jugeaient de leur devoir d’occuper alors qu’elles auraient pu vivre en dehors de ces réalités de la guerre.

La guerre des enfants

62Dans le processus d’évolution vers une guerre totale, on a souvent souligné l’importance de la propagande organisée à l’intention des populations civiles, y compris des enfants. À la déclaration de guerre, les enfants d’Élisabeth et de Guy de Courson, Tanguy et Anne, ont trois ans et un an. S’il est difficile de mesurer l’influence du milieu familial et la part propre aux enfants dans leurs réactions rapportées par le Journal des enfants, on assiste en tout cas bel et bien à une véritable intégration de l’enfant au conflit.

63Il reçoit tout d’abord pour mission de soutenir le moral du père posté au loin face à l’ennemi en lui envoyant des lettres – nous avons quatre lettres de Tanguy dictée à sa mère, où le petit garçon parle sans grande suite dans le propos de ses jeux, de sa sœur Anne et surtout de son désir de le retrouver et de voir la guerre se terminer.

« Mon petit Papa, écrit-il le 19 octobre 1915. Maman vous attend. Finissez vite la guerre. Papa, vous savez que je fais des “O” tout seul à l’encre. Maman m’apprend l’Histoire Sainte. Papa vous savez qu’Adam et Ève ont écouté le diable, c’est plutôt Ève, alors le Petit Jésus a dit : “Vous êtes chassés du Paradis”... »

64Ces informations naïves et spontanées ont eu, sans nul doute, le don d’attendrir Guy de Courson.

  • 88 Journal des enfants, 30 octobre 1914.
  • 89 Ibidem, 12 décembre 1914.

65Il est un domaine où cette forme de concours à l’effort de guerre est plus personnelle, celui de la prière. On verra donc les enfants souvent invités à prier pour leur père : « Tanguy non plus ne t’oublie pas. Tout à l’heure encore à l’église, il priait les bras en croix. Il m’a dit : “Je prie pour mon petit Papa” »88. « Il prie pour toi tous les soirs d’une façon touchante : “Petit Jésus je vous en supplie, faites que mon Papa revienne de la guerre” »89. Comme cela est d’ailleurs naturel les prières des enfants pour leur père sont plus spontanées que celles organisées par le milieu familial pour la victoire de la France (processions, mois de Marie).

66Il est plus difficile de déterminer la vision qu’ils ont de la guerre et surtout de l’ennemi. Si on se livre à une courte étude sémantique en examinant la façon dont ils le désignent, on s’aperçoit que Tanguy parle presque toujours des « Allemands » – sous la plume de sa mère d’ailleurs –, alors que pour Anne, qui n’a qu’un an à la déclaration de guerre, ce sont uniquement « les boches ». On peut saisir là un des effets du conflit sur les mentalités : Anne fait l’acquisition du langage dans le cours de la guerre, elle subit le changement de vocabulaire de ses parents, ce qui n’est guère le cas de son frère. Cet « Allemand » ou ce « boche » est toutefois vu chez l’un comme chez l’autre comme celui qui peut tuer ou blesser leur père ; comme une brute qui a cherché la guerre, d’où l’idée manichéenne qui en découle d’une guerre juste contre le « barbare allemand » (cette vision est d’ailleurs celle de leurs parents, représentatifs en cela de la majorité de l’opinion).

  • 90 Ibidem, 27 juin 1915.
  • 91 Ibidem, 5 juillet 1915.
  • 92 Ibidem, 6 avril 1916.
  • 93 Ibidem, 17 avril 1916. Robert de Courson, père de Colette, a été tué le 6 septembre 1914.
  • 94 Ibidem, 3 juin 1915.

67Dans la droite ligne de cette perception qu’ils ont acquise de la guerre, les enfants entendent s’impliquer davantage dans le conflit, et ils rêvent même de prendre leur part au combat, comme l’explique Tanguy dans une lettre à son père : « Je vous aime beaucoup, je prends mon fusil et je vais à la guerre avec vous90 ». Les deux petits Courson répondent donc bien sur ce plan aux attentes des adultes dans le cadre d’une enfance modèle en guerre (selon le modèle de l’époque). Mais l’enfant, accablé lui aussi par le poids de la guerre, aspire parfois à plus de quiétude. Il éprouve d’abord une certaine lassitude. « Tu ne penses pas t’imaginer combien Tanguy me dit souvent : “Oh ! comme la guerre est longue, Maman, notre petit Papa est tellement long à venir”91 ». Mais, comme l’indique la réaction du petit garçon, c’est surtout l’absence du père qui le marque, il comprend mal le caractère possessif et exclusif de la guerre. « Jamais on ne voit Papa, nous, il va tout le temps à la guerre », dit-il à sa mère qui ne parvient pas à le rassurer92, ni, bien sûr, à lui faire saisir les raisons de cette situation, qu’il ressent spontanément comme anormale. Plus encore que ces sentiments naturels pour des enfants séparés de leur père, c’est l’angoisse face au danger auquel il est exposé qui transparaît souvent. Ils craignent la blessure et redoutent par dessus tout sa mort : « Ce serait trop triste, Maman, de ne pas avoir de Papa comme Colette ».93 Ils en viennent même à trembler pour leur propre vie, car ils ne se sentent plus suffisamment protégés en l’absence de leur père94.

  • 95 Ibidem, 30 juillet 1916.

68L’enfant perçoit donc la guerre d’abord à travers les événements qui l’affectent directement, comme l’absence du père. Mais parallèlement il se construit aussi sa propre vision – épique comme il se doit – du champ de bataille. Et si Élisabeth de Courson parle avec fierté de l’implication de ses enfants dans la guerre, quelle n’est pas sa surprise lorsque son fils veut se coiffer du casque à pointe récupéré et envoyé par son père : « Tanguy est désolé parce que je lui ai défendu de mettre le casque boche sur la tête, c’est trop déplaisant95 ». Les deux enfants, par leur innocence, restent autonomes, et ils échappent en partie au cadre modèle que valorisent les adultes.

69Au cours de ce premier conflit mondial, on a voulu soumettre les enfants à une « culture de guerre ». Mais en vérité, comme on le voit à travers cet exemple, on n’y a pas vraiment réussi parce qu’il n’existait pas d’adéquation totale entre le modèle parental et les paroles des enfants, qui trahissent leur véritable « univers mental ». L’enfance a donc gardé la part d’innocence et de candeur qui est son essence même.

Le général sans armée

  • 96 Ibidem, 6 août 1914.
  • 97 Lettre du général de Courson au ministre de la Guerre, Adolphe Messimy, s.d. [avant le 25 août 1914 (...)

70En 1914 le général Arthur de Courson est l’incarnation la plus élevée de la génération de 1 870. Au début du conflit, il espère être mobilisé. « C’est un crève-cœur pour moi de voir partir cinq enfants et gendres, écrit-il à son frère, le « colonel abbé », le 2 août 1914, alors que, jusqu’à nouvel ordre, on me laisse sans commandement ». Élisabeth fait aussi allusion à la fébrilité du général au moment des premiers combats : il « ne tient plus en place, il a bondi de joie à l’idée que nous avancions en Alsace »96. Devant l’absence d’une affectation, le général croit d’abord à une erreur. Il intervient en haut lieu par des démarches insistantes. Comme la plupart des officiers qui se trouvent dans la même situation, il se sent suffisamment vigoureux pour être mobilisé car, souligne-t-il, il a entretenu sa forme par la pratique de la bicyclette et de la chasse à courre97.

« Mon père a vécu longtemps dans l’espoir de recevoir un commandement sur le front, précise Guy de Courson, et cette inactivité forcée lui cause une profonde déception. »

  • 98 Lettre d’Arthur de Courson à son fils Guy, 29 août 1914.

71Cependant, le général comprend dès la fin du mois d’août 1914 qu’il ne sera pas appelé, et pour des raisons identiques à celles qui causèrent sa disgrâce en 1902. Ce sont ces mêmes hommes politiques radicaux qui l’ont écarté qui sont de nouveau au pouvoir. Dans une lettre à son fils, il s’insurge contre « le parti-pris qui l’élimine », mais ne désespère pas d’obtenir un poste... plus tard, car pour lui « cette guerre sera longue et il y aura de la place pour tout le monde »98. Pourtant, il ne sera jamais sollicité : malgré l’Union Sacrée, la République ne pardonne pas en ce qui le concerne.

72À partir de septembre, il a fait intérieurement son deuil d’une affectation éventuelle.

  • 99 Lettre d’Arthur de Courson à son frère Robert, 28 septembre 1914.

« Comme je suis malheureux d’attendre, inactif dans mon fauteuil, refusé par Joffre et autres, qu’on m’annonce la mort ou la blessure de mes enfants, gendres ou neveux99 ! »

73Sa place est au milieu d’eux, lui, le chef de famille. Comme aucun poste ne lui est proposé, il s’attache à examiner sous un jour critique la stratégie mise en œuvre par l’un et l’autre camps ; il conçoit lui-même des plans de bataille. Guy de Courson et ses frères, qui connaissent la passion de leur père pour « la chose militaire », lui adressent de longues lettres où ils lui décrivent les forces en présence et les mouvements des troupes (on peut d’ailleurs s’étonner que toute cette littérature ait pu déjouer la censure).

  • 100 Journal des enfants, 10 mars 1916.
  • 101 Lettre d’Arthur de Courson à son frère Robert, s.d. (septembre 1914).

74Quelles vont être les autres activités d’Arthur de Courson en ces temps de guerre ? Il poursuit ses nombreux travaux, en particulier dans le domaine de la composition musicale100. Avant tout, il veille sur toute la famille réfugiée au Vallon, au grand soulagement de ceux qui ont dû quitter leur foyer pour le front. Une manifestation éclatante de ce dévouement est l’empressement avec lequel il fait évacuer, par sécurité, sa nombreuse famille lors de l’avance extrême des Allemands sur Paris, en septembre 1914. Un autre aspect de son activité « d’encadrement » est la part qu’il prend à organiser les voyages de ses belles-filles sur le front. Parallèlement il participe activement à l’effort de solidarité de la nation : la propriété du Vallon accueille des réfugiés qui ont fui les régions envahies101. Le général de Courson ne s’est donc pas arrêté au refus des autorités de le réintégrer dans le corps actif de l’armée pour la durée de la guerre, mais il a servi la patrie d’une autre manière, très efficace : d’abord en confortant sa propre famille, ensuite en étendant cette sollicitude à tous ceux qui, ayant à souffrir de la guerre, passaient à sa portée.

La prière et le deuil

Communion spirituelle et union familiale

  • 102 A. Becker, La Guerre et la foi, de la mort à la mémoire 1914-1930, Paris, A. Colin, 1994, p. 11.

75Les Courson appartiennent aux élites de la France catholique, dont la foi profonde constitue l’une des valeurs spécifiques, confortée par l’éducation reçue. Face à un événement aussi gigantesque que cette guerre, la pratique religieuse comme les croyances de la famille se trouvent-elles modifiées ? Les « pratiques extraordinaires » de la « religion de guerre » trahissent en général l’inquiétude des fidèles face à la mort qui peut frapper le soldat au combat. Il leur faut des réponses immédiates à leurs souffrances et à leurs angoisses : « La guerre, la blessure, la mort, la séparation que l’on espère temporaire – et qui risque d’être définitive – d’avec les êtres chers, mènent à des besoins spirituels nouveaux, plus intenses102 ».

  • 103 Journal des enfants, 5 mars 1916.

76« Je vais passer ma journée à l’église » (pour une neuvaine), écrit Élisabeth de Courson en pleine bataille de Verdun103. Elle décrit avec une satisfaction évidente les manifestations de ce réveil religieux collectif :

  • 104 Ibidem, 7 décembre 1914.

« Tous les dimanches nous assistons tous à la messe de nos soldats, et l’église est bondée, tous ceux qui sont sur pied y vont et chantent de tout leur cœur des cantiques pour la France. C’est ce qu’il y a de plus pieux et de plus touchant104. »

77Si ce grand élan de foi s’essouffle progressivement, à mesure que la guerre se prolonge et que la population s’habitue à elle (bien qu’il se maintienne à un niveau nettement supérieur à celui de l’avant-guerre), ce ne sera pas le cas dans la famille Courson, qui ne cessera de le manifester.

  • 105 Ibidem, 9 août 1914.
  • 106 Ibidem, 29 mars 1915.
  • 107 Ibidem, 24 février 1916.
  • 108 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 1er mai 1915.

78Elisabeth cherche dans sa foi d’abord un réconfort face à l’épreuve de la guerre, et un appui face à ses problèmes (au Vallon on porte des médailles à vertu protectrice, même les enfants, « afin que la Sainte Vierge me les garde pour toi105 »). Avant tout elle demande la protection pour son mari, en même temps que pour sa famille : « Mon Dieu protégez-le [Guy], ayez pitié de moi et de mes deux petits106 ». Les prières expriment en d’autres occasions des remerciements pour des grâces obtenues de Dieu ou de ses saints. C’est par exemple sa reconnaissance à la Divine Providence d’avoir écarté Guy de la terrible bataille de Verdun, en faisant en sorte qu’il soit détaché de son régiment (par la suite fortement éprouvé)107. Le combattant se montre très touché de la profonde sollicitude de son épouse ; il la remercie de son « immense confiance dans la protection divine, [de ses] prières ferventes, [de ses] supplications touchantes qui doivent attendrir le ciel »108. Il faut souligner dans cette famille l’importance de la prière dans cette relation entre « l’avant » et « l’arrière ». C’est un lien fondamental malgré le rapport personnel du fidèle en prière à Dieu.

La mort de l’être cher et l’entretien de sa mémoire

79La foi est plus qu’à tout autre époque inséparable de la mort. Dans ce milieu familial elle y prépare et, inévitablement, est appelée à la suivre. Du fait de la « barrière » entre l’avant et l’arrière, la famille ne peut, par définition, accompagner l’être cher dans sa mort. Le soldat expire loin d’elle. Cette mort solitaire entraîne des frustrations car le corps du mort ne peut être entouré par les vivants comme il se doit.

  • 109 B. Pau, « La Mort du soldat et les civils. », Histoire et défense. Les cahiers de Montpellier, no 3 (...)

80Aussi est-ce déjà une « chance » de pouvoir connaître les circonstances du décès d’un proche car « la douleur est bien souvent accrue par le mystère qui entoure cette mort109 ». Ceux qui sont au front sont avertis de la triste nouvelle grâce à la correspondance de la famille ou même parfois en consultant les listes publiées dans les journaux. C’est par ce biais que Guy de Courson apprend la mort de son frère Robert :

  • 110 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 26 septembre 1914.

« Quelle désolation hier quand un curé du village m’a mis sous les yeux un numéro de La Croix où figurait parmi les tués ce pauvre Robert. Je pleure en pensant à mes chers parents110. »

81Comme il est naturel, il demande alors de plus amples renseignements à sa femme Élisabeth.

  • 111 Lettre du lieutenant Rivière au général Arthur de Courson, 9 septembre 1914.
  • 112 Lettre du capitaine Widronges à l’épouse d’Yves de Courson, 14 avril 1915.

82Ces détails, tristes et réconfortants à la fois, la famille les obtient en général par les supérieurs et camarades du disparu, et d’abord le récit des circonstances de la mort. Si celles de Robert et d’Yves de Courson ne laissent aucune place au doute111, la mort d’Alain demeure mystérieuse. Lorsque c’est au tour d’Yves d’être tué, son capitaine tient à préciser qu’il a été tué sur le coup et « proprement », « qu’il n’a pas souffert du tout et qu’il n’a pas été défiguré le moins du monde ; [...] tué plus par le choc au ventre que par la blessure112 ». Nos sources ne nous permettent pas de nous faire une idée exacte de la vérité, mais on peut mettre fortement en doute cette version de l’officier car il y a souvent des propos de circonstances pour apaiser la douleur des familles.

83Les lettres destinées à annoncer les décès constituent donc une littérature bien particulière, où – entre convenances et touches personnelles – chaque mot est choisi et pesé afin de ménager les destinataires. Ceux qui ont côtoyé le défunt sur le front et se trouvaient parfois à ses côtés au moment fatidique s’appliquent eux aussi à épargner à ses parents la frustration de ne rien connaître de la mort de leur fils, frère ou cousin.

84Mais, bien que le conflit soit extrêmement meurtrier dès les premiers mois (d’août à décembre 1914 surtout) et que les mauvaises nouvelles se multiplient à Olivet, on ne s’y habitue pas. Chaque nouveau décès provoque une peine incommensurable. À l’occasion de la mort d’Alain l’émotion est à son comble, comme Elisabeth le raconte à son mari :

« Tes pauvres parents font une pitié atroce, heureusement qu’ils sont chrétiens. [...] [Ta mère] est partie aussitôt ce matin, pour Orléans, prévenir les quatre filles. Il y a eu une scène déchirante. »

85Élisabeth de Courson parle de la comtesse Marie comme d’une mère admirable :

  • 113 Journal des enfants, 1er mars 1915.

« Elle a eu tant de mérite à élever ses quinze enfants, elle ne les a élevés que pour les perdre, les uns après les autres113. »

86La guerre développe jusqu’au paroxysme cette injustice profonde de la mort des enfants. Jamais autant de parents n’ont porté en terre leurs fils. L’ordre de la nature tout entier semble bouleversé par cet événement extraordinaire. Lorsque la comtesse écrit à son fils Guy à l’occasion de la mort d’Alain, ses phrases expriment une douleur à peine contenue :

  • 114 Lettre de la comtesse Marie de Courson à son fils Guy, s.d. [mars 1915].

« Il était si gentil, mon petit, si plein de bons sentiments et depuis la guerre surtout [...] nous l’avons approché et aimé davantage. Il avait envie de bien faire et il était si pieux. Le Bon Dieu l’a déjà, j’en ai la ferme confiance, pris avec lui, ne le plaignons pas, mais pour nous c’est dur, oh ! oui si dur114. »

  • 115 Journal des enfants, 31 mai 1916.

87Si le terme de sacrifice n’apparaît pas dans les sources, il éclate entre les lignes. La mort du soldat est perçue comme un acte sacrificiel offert à la nation tout entière, mais certaines familles, comme les Courson, estiment avoir fait plus que leur devoir. Le tribut payé leur semble bien lourd. « Comme notre pauvre famille est éprouvée par la guerre », soupire Élisabeth115.

  • 116 Lettre d’Yves de Courson à son oncle Arthur, 26 février 1915.

88Les reliques jouent un grand rôle dans l’hommage rendu au disparu. Ainsi le sabre de Saint-Cyr d’Arthur, l’aîné des « quinze » (mort accidentellement en 1899), a été transmis au petit dernier Alain pour son baptême du feu. Lorsque celui-ci meurt sur le champ de bataille, un sergent ramasse l’arme pour la renvoyer à la famille selon les recommandations d’Alain (« Si je tombe, vous prendrez mon sabre pour l’envoyer à ma famille116 »). Le sabre n’est pas seulement une relique, il est le symbole de la lignée nobiliaire et des valeurs qui s’y attachent. Le culte du père victime du devoir en découle. Les veuves doivent élever les enfants dans ce culte.

  • 117 Lettre de Maurice d’Arras à X, s.d.

« Si je meurs, écrit pour sa part Maurice d’Arras, un autre cousin de Guy de Courson, c’est en règle avec le Bon Dieu [...]. Qu’on parle de moi à mes deux petites filles, mais qu’on leur apprenne à être fières de leur Papa qui sera mort pour la France117. »

89Le sacrifice est donc pleinement accepté, et en quelque sorte glorifié.

90« Comment ont-ils tenu ? » Cette question que chacun se pose en pensant aux poilus, nous vient aussi à l’esprit dans le cas de la famille de Courson. Quel rôle y joue ses origines particulières, son souci de ne pas déroger à son propre système de représentations ? Notre corpus de lettres nous permet de montrer comment ces hommes et ces femmes ont consenti à la guerre et, du fait de l’ampleur de ce conflit, comment les Courson combattants se sont pour l’essentiel coulés dans un moule en définitive commun à tous les soldats français. Il leur reste toutefois une conscience spécifique intimement liée à leur origine particulière vouée d’abord au service de l’État (quel qu’il soit en définitive) et de la patrie. Qui plus est, comme la « Guerre de Quatorze » a constitué un phénomène de génération, la famille qui se trouvait à l’arrière s’est elle aussi pleinement et comme naturellement coulée dans le conflit : le rôle des femmes comme infirmières et la mobilisation des enfants en atteste. Les Courson constituent donc bien une illustration de ce « patriotisme défensif » – qui considère l’ennemi comme un barbare et un envahisseur –, ce qui a déterminé pour une large part leurs sentiments, leurs attitudes et leurs comportements. Mais ils y sont alors entrés d’emblée avec détermination, sans attendre d’y être entraînés.

91Si en apparence il n’y a donc pas chez les Courson de vraie spécificité nobiliaire, car d’autres classes sociales ont fait leur devoir elles aussi, et dans les mêmes conditions, il n’en demeure pas moins qu’ils furent tous présents là où on les attendait. En ce sens ces hommes ont bien été, comme officiers, les premiers de leurs soldats, et ils ont payé leur exemple de leur vie plus que d’autres en proportion. Chez eux, l’avant et l’arrière ont fait tout leur possible pour servir, pour défendre une conception de l’homme fondée sur leur foi religieuse. Et cette notion de service a uni plus que jamais une famille profondément séparée par la distance.

92Bien davantage, les Courson sont entrés dans la guerre et ont combattu pour un temps – jusqu’à ce que l’Union Sacrée réunisse les « deux France » – pour une République qui attaquait une valeur pour eux majeure, la religion. Mais ils n’ont pas hésité à sacrifier leur ressentiment et leur intérêt politique au plan intérieur sur l’autel de la nation. Cela pourrait bien être là le début d’une différenciation d’avec une bonne partie de leurs concitoyens : ils ne se sont pas battus pour les idéaux de 1792 mais avec la conviction que la France ne devait pas manquer à sa mission de Fille aînée de l’Église et, au-delà, à ce qu’on appelait sa mission éternelle. Chez eux le devoir envers la famille et la patrie se confond avec les devoirs envers Dieu.

93La guerre de 1914-1918 a dévoré les forces vives de la noblesse au même titre que les Croisades, la Révolution et la chouannerie. En cela, elle a précipité sa dissolution dans l’ensemble de la société. Peut-on dire cependant que ce groupe social a de ce fait perdu toute spécificité ? Il est permis d’en douter, si l’on considère les nombreux Courson qui ont participé à la Seconde Guerre mondiale dans le même esprit. L’épreuve du feu a donc véritablement trempé l’idéal des Courson au combat comme de ceux de la famille à l’arrière. Cet idéal présente une des formes de la foi patriotique partagée par la grande masse des combattants de la Grande Guerre, et la correspondance familiale en est un reflet très significatif.

Notes

1 S. Caucanas, « Archives de 1914-1918 » dans Traces de 14-18, Actes du colloque de Carcassonne des 24-27 avril 1996, Carcassonne, les Audois, 1997, p. 11.

2 Né en 1883, Guy de Courson ne suit pas la tradition familiale, en raison d’une santé délicate, et préfère la carrière commerciale au métier des armes ; entré à HEC, il travaille en Russie de 1908 à 1914 comme secrétaire de la direction du Prodougol (cartel franco-belge des charbonnages russes du Donetz) et épouse Élisabeth de Courson (1883-1979), sa cousine issue de germain. Après la guerre il devient secrétaire général de la Société des Tramways et de l’Électricité. Entré dans sa centième année, il meurt à Garches (Hauts-de-Seine) en 1983.

3 Cet article se fonde sur le mémoire de maîtrise présenté par Elsa Brand-Grandhomme à l’université Marc-Bloch de Strasbourg en 1999, sous la direction de Christian Baechler, condensé ici par Jean-Noël Grandhomme.

4 G. Bacconnier, A. Minet, L. Soler, « Quarante millions de témoins » dans G. Canini (dir.), Mémoires de la Grande Guerre, Actes du colloque de Verdun, 12-13-14 juin 1986, Nancy, 1989, p. 141.

5 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 27 septembre 1914.

6 Nous possédons cependant quelques informations à ce sujet. L’emploi du crayon ainsi que de la carte postale (plus lapidaire) était par exemple caractéristique du séjour de Guy de Courson en ligne, voire dans un avant-poste. « Mais voilà que je reçois à l’instant une carte postale, au crayon, ce qui ne me dit rien qui vaille. Je devine que vous êtes partis à l’attaque », écrit Élisabeth le 7 juillet 1916.

7 Guy de Courson renvoyait systématiquement à sa femme les lettres qu'elle lui adressait, afin que l’ensemble du courrier soit conservé. C’est grâce à cet intérêt « à chaud » pour les archives familiales que cette correspondance est parvenue jusqu’à nous.

8 Censures (les passages délictueux étaient badigeonnés).

9 Allégorie de la censure, représentée comme une vieille femme acariâtre.

10 G. Baconnier et alii, op. cit., p. 143.

11 Concept analysé par P. Lejeune, Le Moi des demoiselles. Enquête sur le journal de jeune fille, Paris, Seuil, 1993.

12 Peut-être en 1955, mais en intégrant de nombreuses lettres d’époque.

13 SHD (T), Dossier 10 Yd 701.

14 « C’est sur la propriété du Vallon à Olivet, au bord du Loiret que se porta le choix de mon père. Une maison de campagne simple mais vaste – on pouvait y loger vingt-cinq personnes – perchée sur un coteau, entourée d’un parc bien tracé, planté d’arbres splendides, cèdres séculaires, peupliers géants, pins, mélèzes, en bordure de la riante rivière du Loiret ; là vécut ma famille de 1905 à 1925 » (Histoire d'une Maison Bretonne, des origines à nos jours, 1937, p. 70).

15 Lettre de Robert de Courson à son épouse Madeleine, 7 août 1914.

16 Domestiques.

17 Lettre de Guy de Courson à son ami Joseph Baguette, 30 juillet 1914.

18 Histoire d’une Maison Bretonne, tome IV, 2e partie, 1932, p. 2.

19 Journal intime, 1er août 1914. On peut remarquer que la description disparaît de la version remaniée du Journal des enfants.

20 Histoire d'une Maison Bretonne..., op. cit., p. 2. Guy de Courson signale aussi l’enthousiasme de son cousin Antoine de Courson, dix-sept ans. « J’ai peur qu’un jour il nous file entre les doigts, écrit sa mère à Amand, le père d’Élisabeth, le 10 août ; il rôde autour du recrutement et cet après-midi il s’est jeté en pleurant dans mes bras en me disant : “Maman, comme c’est beau, comme je souffre de ne pas partir avec eux ». Engagé dans la cavalerie le jour de ses dix-huit ans, il sera grièvement blessé par un cheval au cours de ses classes et devra renoncer à l’uniforme (Ibidem, p. 12 bis).

21 Lettre de Robert de Courson à son épouse Madeleine, 10 août 1914.

22 Lettre du soldat Jean Lorey, ordonnance du capitaine Pinoteau, à Madeleine Pinoteau, 22 août 1914.

23 Histoire d'une Maison Bretonne..., op. cit., p. 11.

24 SHD (T), Dossier 5 Ye 100 193. Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 26 septembre 1914.

25 Ibidem, 5 Yd 107 179.

26 Ibidem, 5 Yd 109 103.

27 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 9 mai 1915.

28 Ibidem, 3 novembre 1914.

29 Ibidem, 28-29 juillet 1915.

30 Ibidem, 20 octobre 1914.

31 Ibidem, 16 juin 1915. « Un petit appareil extraordinaire (pour l’époque) le West pocket Kodak, qui coûtait soixante-cinq francs, était en grande vogue depuis 1915 : les soldats des milieux citadins se le faisaient offrir pour rapporter aux leurs des souvenirs du front » (J. Meyer, La Vie quotidienne des soldats pendant la Grande Guerre, Paris, Hachette, 1966, p. 154).

32 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 17 janvier 1915.

33 Ibidem, 9 janvier 1916.

34 Ibidem, 3 octobre 1914.

35 Lettre de Bertrand de Courson à son frère Guy, 9 septembre 1915.

36 « Quelle angoisse perpétuelle d’avoir tout ce monde sur le front ! », s’exclame Guy de Courson (Lettre à son épouse Élisabeth, 4 mars 1915).

37 Ibidem, 6-7 décembre 1914.

38 Lettre de Guy de Courson à son frère Alain, 5 novembre 1914.

39 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 24 novembre 1914.

40 Ibidem, 2 décembre 1914.

41 Ibidem, 17 au 17 janvier 1916.

42 Ibidem, 12 octobre 1914.

43 Ibidem, 19 juillet 1916.

44 Ibidem, 10 mai 1915.

45 Lettre de Bertrand de Courson à sa sœur Jeanne, 11 octobre 1914.

46 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 7 juillet 1916.

47 Ibidem, 17 mars 1916.

48 Lettre de Bertrand de Courson à son frère Guy, 21 mars 1915.

49 Le Général Maurice de Courson de La Villeneuve. Souvenirs et correspondance, 1940, p. 37.

50 Lettre d’Alain de Courson à son frère Guy, 10 octobre 1914.

51 Lettre de Guy de Courson à son frère Alain, 5 novembre 1914.

52 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 16 juillet 1916.

53 Lettre de Bertrand de Courson à son frère Guy, 10 mars 1915.

54 Lettre de Bertrand de Courson à sa mère, la comtesse Marie, 27 avril 1915.

55 E. Mension-Rigault, Aristocrates et grands bourgeois, éducation, traditions, valeurs, Paris, Plon, 1994, p. 460.

56 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 24 juillet 1915.

57 Ibidem, 19 juillet 1915.

58 Journal des enfants, 24 août 1914.

59 Les Austro-Allemands ont lancé une vigoureuse offensive sur le front oriental au début de mai. Le front russe est percé le 2 mai par la IVe armée du général Mackensen. Le 22 juin correspond à la prise de Lemberg (Lviv) et au repli des Russes sur le Bug. Ils viennent de perdre 500 000 hommes en moins de deux mois.

60 Il s’agit du cuisant échec de l’offensive d’Artois du 9 mai 1915.

61 L’expédition des Dardanelles, montée pour obliger la Turquie à signer une paix séparée avec les Alliés, fut très mal préparée et conduite par les Franco-Britanniques. Elle se solda par un échec sanglant, mais les Alliés purent se replier sur le port grec de Salonique, d’où, trois ans plus tard, le général Franchet d’Espèrey devait lancer l’offensive de la victoire dans les Balkans.

62 G. Perreux, La Vie quotidienne des civils en France pendant la Grande Guerre, Paris, Hachette, 1966, p. 25.

63 Journal des enfants, 20 septembre 1915.

64 Ibidem, 4 juillet 1916.

65 F. Thebaud, La Femme au temps de la guerre de 1914, Paris, Stock, 1986. Le chapitre premier est intitulé : « Quand la France découvre ses femmes ».

66 Journal des enfants, 29 janvier 1915.

67 Ibidem, 27 mars 1915.

68 Cette exclusion s’expliquait pour plusieurs raisons principales (outre le danger encouru). « Les réservistes et territoriaux doivent avoir, en répondant à l’ordre de mobilisation, rompu tout lien avec leur famille, explique le général Joffre dès la fin d’août 1914 : toute leur énergie doit être consacrée à la défense du pays. La présence auprès d’eux de leur femme ou de leurs parents ne peut que déprimer leur moral et présenter par ailleurs des inconvénients graves au point de vue de la discipline et du bon ordre » (F. Rousseau, La Guerre censurée, Paris, Seuil, 1998, p. 255).

69 Ibidem, p. 239.

70 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 12 mars 1915.

71 Journal des enfants, 25 mars 1915.

72 Histoire d’une Maison Bretonne..., op. cit., p. 47-48.

73 Journal des enfants, 15 mars 1916.

74 Ibidem, 15 mars 1915.

75 Ibidem, 15 novembre 1915. Ce sera Alain, en 1917, qui recevra le prénom de son oncle tué deux ans plus tôt.

76 En plus des hôpitaux créés et gérés par l’autorité militaire (hôpitaux militaires temporaires et complémentaires), il existe des établissements entièrement gérés par la Croix-Rouge, les hôpitaux auxiliaires (F. Thébaud, La Femme..., op. cit., p. 85).

77 Histoire d’une Maison Bretonne..., op. cit., p. 184.

78 Journal des enfants, 26 décembre 1914.

79 Ibidem, 24 décembre 1915. Les soldats, en règle générale, préfèrent les spectacles de farces, de chansonnettes, de calembours et rejettent plutôt les spectacles au caractère patriotique trop prononcé, ainsi que les représentations trop recherchées. On peut cependant concevoir qu’ils fassent une exception pour Noël.

80 Journal des enfants, 18 février 1915.

81 Ibidem, 10 octobre 1915.

82 Ibidem, 1er juin 1915.

83 Ibidem, 23 octobre 1915.

84 Lettre de Marthe de Courson à son frère Guy, 11 juin 1915.

85 Lettre du soldat Domengé à Élisabeth de Courson, 2 octobre 1915.

86 Lettre du soldat Spisni à Élisabeth de Courson, 10 avril 1915.

87 Lettre de Marthe de Courson à son frère Guy, 11 juin 1915.

88 Journal des enfants, 30 octobre 1914.

89 Ibidem, 12 décembre 1914.

90 Ibidem, 27 juin 1915.

91 Ibidem, 5 juillet 1915.

92 Ibidem, 6 avril 1916.

93 Ibidem, 17 avril 1916. Robert de Courson, père de Colette, a été tué le 6 septembre 1914.

94 Ibidem, 3 juin 1915.

95 Ibidem, 30 juillet 1916.

96 Ibidem, 6 août 1914.

97 Lettre du général de Courson au ministre de la Guerre, Adolphe Messimy, s.d. [avant le 25 août 1914].

98 Lettre d’Arthur de Courson à son fils Guy, 29 août 1914.

99 Lettre d’Arthur de Courson à son frère Robert, 28 septembre 1914.

100 Journal des enfants, 10 mars 1916.

101 Lettre d’Arthur de Courson à son frère Robert, s.d. (septembre 1914).

102 A. Becker, La Guerre et la foi, de la mort à la mémoire 1914-1930, Paris, A. Colin, 1994, p. 11.

103 Journal des enfants, 5 mars 1916.

104 Ibidem, 7 décembre 1914.

105 Ibidem, 9 août 1914.

106 Ibidem, 29 mars 1915.

107 Ibidem, 24 février 1916.

108 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 1er mai 1915.

109 B. Pau, « La Mort du soldat et les civils. », Histoire et défense. Les cahiers de Montpellier, no 35,1/1997, p. 30.

110 Lettre de Guy de Courson à son épouse Élisabeth, 26 septembre 1914.

111 Lettre du lieutenant Rivière au général Arthur de Courson, 9 septembre 1914.

112 Lettre du capitaine Widronges à l’épouse d’Yves de Courson, 14 avril 1915.

113 Journal des enfants, 1er mars 1915.

114 Lettre de la comtesse Marie de Courson à son fils Guy, s.d. [mars 1915].

115 Journal des enfants, 31 mai 1916.

116 Lettre d’Yves de Courson à son oncle Arthur, 26 février 1915.

117 Lettre de Maurice d’Arras à X, s.d.

Auteurs

Professeur agrégé en histoire contemporaine à l’université Marc Bloch de Strasbourg. Ses recherches portent sur la Guerre 1914-1918, l’Europe de l’Est, en particulier la Roumanie et le christianisme oriental. Parmi ses dernières publications : Jean Julien Weber. Sur les pentes du Golgotha. Un prêtre dans les tranchées, Strasbourg, 2001 ; La Première Guerre mondiale en France, Rennes, 2002 ; Charles de Rose, le pionnier de l’aviation de chasse, Strasbourg, 2003 ; La Deuxième Guerre mondiale en France, Rennes, 2004 ; Ultimes sentinelles. Paroles des derniers survivants de la Grande Guerre, Strasbourg, 2006.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540