Version classiqueVersion mobile

Éloignement géographique et cohésion familiale (xve-xxe siècle)

 | 
Jean-François Chauvard
, 
Christine Lebeau

Troisième partie. L’entretien des liens intrafamiliaux : discours et pratiques

Un discours entre proximité et distance : les portraits et les correspondances de la famille Harrach au xviiie siècle

Beatrix Bastl

Texte intégral

1La géographie complexe de la Monarchie des Habsbourg d’Autriche ou la nécessité du à distance contraint les élites à des gouvernement développer usages sociaux dans l’espace et la distance. Il s’agit d’étudier à partir d’un ensemble de documents tant littéraires qu’iconographiques les pratiques puis les catégories mentales par lesquelles les Harrach gèrent l’expérience de la distance. L’historien peut-il saisir au-delà des traces matérielles de la cohésion familiale la trame des sentiments et des émotions qui les suscitent ?

La généalogie symbolique des Harrach entre proximité et distance

2Le comte Friedrich August Protasius Harrach (1696-1749), son épouse la princesse Maria Eleonore Catharina von Liechtenstein (1703-1757), ainsi que dix de leurs seize enfants sont représentés devant un paysage imaginaire (Ill. 1). Friedrich August est le troisième Fils du comte Alois Thomas Raimund Harrach, vice-roi de Naples et de Sicile (Ill. 2). De retour de la chasse, les deux fils aînés, accompagnés de leurs chiens, se sont joints au groupe, les filles sont vêtues de robes de couleur claire. La présence d’un baldaquin rouge rappelle les ambitions princières de la famille. En écho à ces prétentions, la princesse Maria Eleonora von Harrach est parée d’une robe brodée d’or et d’un manteau bordé d’hermine. Le tablier chargé de fruits exotiques porté par Maria Rosa, l’aînée des filles, vêtue de bleu, ainsi que le perroquet rouge posé sur la main de Maria Josepha donnent encore à voir la richesse et l’importance de la maison. Ainsi rassemblés, les Harrach donnent l’impression d’une forte cohésion familiale.

3Pourtant, les lieux de naissance des enfants, consignés dans le livre familial, indiquent une forte mobilité familiale. Sur onze enfants, quatre sont nés à Vienne, deux à Bruxelles, les jumeaux au cours d’un voyage sur le Rhin, trois autres enfants sont nés respectivement à Ratisbonne, Salzbourg et Turin. Il faut donc constamment signifier l’unité familiale.

4Tous les moyens de l’écriture familiale sont tour à tour convoqués.

  • 1 Familienarchiv (par la suite : FA) Harrach, K. 473, Allgemeines Verwaltungsarchiv (par la suite : A (...)
  • 2 Pour les jumeaux nés sur le Rhin, seul le certificat de baptême de Ignaz Ludwig est conservé (FA Ha (...)
  • 3 Correspondance entre Maria Anna, Anna Viktoria, Bonaventura et Friedrich August : 43 lettres conser (...)
  • 4 Correspondance entre Maria Rosa, Maria Anna et Maria Josepha et Aloys Thomas Raimund (1736-1739), e (...)
  • 5 Correspondance entre Friedrich August von Harrach, administrateur des Pays-Bas et sa belle-mère Ern (...)
  • 6 1750, FA Harrach, K. 473, AVA.
  • 7 75 x 93 cm ; P.F. 260.
  • 8 21.5.1756, FA Harrach, K. 473, AVA.
  • 9 21.5.1756, AVA, FA Harrach, K. 131, AVA.

5Eleonore von Liechtenstein et Friedrich von Harrach se sont mariés le 4 décembre 17181. Pour commémorer cet événement, Friedrich August fait réaliser à Bruxelles quatre tapisseries de grand format (5 m x 5 m), aujourd’hui conservées au château de Prugg et représentant respectivement une fête de la moisson, une scène galante, un repas de mariage et un banquet de fiançailles. Après quinze mois de mariage, un premier enfant vient au monde. Le jeune père commence alors à tenir un album familial (Geburtenbuch), dans lequel il notera chacune des naissances de ses seize enfants2. De nombreuses correspondances unissent les filles et le père3, les petites-filles et le grand-père ou le fils et sa mère4, le beau-fils et sa belle-mère5. Des éloges et des portraits viennent en renfort. L’éloge de l’administrateur des Pays-Bas a été prononcé par Franz Christoph von Scheyb lors d’une séance de la Société savante d’Autriche (Österreichische Gelehrte Gesellschaft) : l’édition imprimée porte en frontispice un portrait de Friedrich August6. Un portrait de la comtesse Eleonore est également conservé au château de Prugg7, ainsi que sa correspondance avec son beau-père Aloys Thomas Raimund de 1734 à 1741, son testament8 et l’inventaire de ses bijoux9.

6Ces images et ces textes peuvent être superposés les uns aux autres et suggèrent la cohésion familiale. Mais on peut les questionner autrement en y cherchant la trame des émotions. Confrontés à des situations comparables, les hommes du xviiie siècle ont-ils pensé, senti, réagi de la même manière que les hommes du xxie siècle ? De nombreuses sources semblent l’infirmer. Pourtant des sensations et des comportements communs semblent bien traverser le temps et l’espace.

Le langage des textes et des images : communiquer à distance

7La correspondance crée l’identité familiale et réduit la distance spatiale et temporelle. Plus largement, images et textes s’étayent mutuellement pour rendre présents les absents à la fois au physique et au moral.

  • 10 V. Kapp, « Die Lehre von der actio als Schlüssel zum Verständnis der Kultur der frühen Neuzeit », d (...)

8Volker Kapp nous rappelle l’importance de l’image dans une culture, dans laquelle l’apparence extérieure est le reflet de l’âme10. Le portrait de Maria Rosa vient confirmer cette affirmation (Ill. 3). Il s’agit d’un véritable inventaire de signes, dans lequel le visage est le miroir de l’âme et la beauté du corps le reflet d’une noble éducation. De fait, la grand-mère de Maria Rosa retarde l’introduction de sa petite-fille à la cour tant que sa garde-robe n’est pas prête. Elle s’empresse d’en informer son beau-fils :

  • 11 « Ich habe sie (Maria Rosa) noch nihrgends hier führen können weill die schneider so langsamb sein. (...)

« Je n’ai encore pu conduire Maria Rosa nulle part car les tailleurs travaillent très lentement... son justaucorps (Hofmieder) doit être prêt aujourd’hui. Je n’ai pas pu l’amener dans l’ancien qui était trop court et lui donnait une tournure infâme11. »

  • 12 Ou Blankscheit. Voir A. Bönsch, « Adelige Bekleidungsformen zwischen 1500 und 1700 », dans Adel im (...)
  • 13 « O herzallerliebstes Christkindlein Jesu. Ich bitte dich ganz unterthänig umb einen Montel rock un (...)
  • 14 Exposition Krajka na zàmku a vpodzàmcí. Lace in Castle and Village, Schloß Vranov nad Dyjí (Frain a (...)

9Le justaucorps qui allonge le buste et fait paraître la personne plus grande signale la beauté physique. La lettre en appui du tableau donne à voir la beauté physique et morale. Aux côtés de Maria Rosa, ses deux sœurs, Maria Josefa (1727-1788) vêtue de blanc et Maria Anna (1723-1780) de rouge, portent également un habit long orné de passementeries par-dessus une « planchette »12. Surtout le port de dentelles aux manches est également une marque de dignité. La tante de Maria Rosa, Rosa Angela Harrach (1675-1742), épouse du prince Philipp Emmanuel de Longueval, comte de Bucquoy, entretient également une importante correspondance avec son père, Ferdinand Bonaventura I von Harrach (1636-1706). On y retrouve à quelques décennies d’intervalle les mêmes codes et les mêmes hiérarchies : « Ô enfant Jésus, je t’aime de tout mon cœur. Je souhaiterais recevoir un manteau (Ropa) et un pourpoint ainsi que des dentelles, des bas de soie, des chaussures brodées et tout ce dont on a besoin pour danser. Je te promets de faire tous mes efforts pour apprendre à lire et à écrire13. » Les dentelles, élément essentiel du costume à la française14, ainsi que les bijoux, même utilisés avec parcimonie, ne sont pas seulement un attribut de mode et un signe de distinction, mais aussi leur mise en évidence. Les dentelles sont fréquemment mentionnées, par exemple dans cette composition rimée adressée par Johanna Theresia von Harrach (1639-1716), née Lamberg, à son époux Ferdinand Bonaventura I. von Harrach :

  • 15 « Mein herz ich hedt hinz vir die Fränzel geldt von neden dan ich mueß ihr ein gefarbtß brocadeß kl (...)

« Mon cœur, j’ai besoin d’argent pour Franziska, car il faut que je lui fasse faire une robe de brocart de couleur, ainsi qu’une robe de chambre et une autre robe de brocart que tu lui feras orner de dentelles15. »

10Des signes matériels aux désirs, l’absente est immédiatement présente par le seul rappel écrit des codes de distinction.

  • 16 B. Bastl, « Formen und Gattungen frühneuzeitlicher Briefe », dans J. Pauser, M. Scheutz und T. Wink (...)
  • 17 R. Vellusig, Schriftliche Gespräche. Briefkultur im 18. Jahrbundert, Vienne/Cologne/Weimar, Bohlau, (...)

11La lettre, forme écrite du discours, est aussi déterminée de l’extérieur16. Elle remplace un partenaire devenu muet et annule en quelque sorte son absence. Cette fonction est si évidente que les différences entre le discours et l’écrit sont minimes et que les théories du xviiie siècle en font même abstraction. En effet, selon Gottsched qui reprend à son compte les théories des Anciens, la lettre n’est qu’un discours écrit adressé à un absent17. Toutes les filles nées de l’union de Friedrich August von Harrach et de Maria Eleonore von Liechtenstein nous sont connues par leur correspondance. Les portraits les plus fins et les plus sensibles dont nous disposons sont ceux de Maria Rosa et de Maria Anna.

  • 18 Les formules de politesse indiquent que ces lettres ont été rédigées avant la Révolution française.

12Maria Rosa réside d’abord à Vienne puis à Bruxelles. À l’automne 1739, elle achève son éducation, sorte de grand tour au féminin, par un séjour à Vienne chez ses grands-parents. En 1740, elle épouse son oncle Ferdinand Bonaventura II Anton, de treize ans son aîné, dont elle a deux filles : Maria Eleonore et Maria Rosa Aloisia Catharina, qui épousera plus tard le prince Joseph Kinsky. De même, Maria Anna (Marianne) réside à Bruxelles et à Vienne, puis, à peine âgée de quatorze ans, elle est envoyée par son père dans un couvent à Paris. Elle parvient à s’en échapper pour être accueillie par une tante et finalement rejoindre sa famille à Vienne. En 1745, elle épouse le comte Niclas Sebastian Lodron (1719-1792) et met au monde deux filles et cinq garçons. Les deux jeunes filles correspondent en français avec leurs parents, grands-parents, frères et sœurs18.

13Maria Anna exprime dans ses lettres tout le chagrin que lui cause son séjour au couvent et la séparation avec sa famille. Elle n’hésite pas à écrire qu'elle pleure jour et nuit et qu'elle mourra de chagrin si elle doit rester au couvent : « sa me fait une paine horible Dieu sait la peine que je sent dans mon cœur. » Son père ferait une œuvre charitable s’il la retirait du couvent : « de ne point oublier une pauvre affligé comme si vous le faites vous en serez recompensé de Dieu car vous aurez fait un œuvre de misericorde je ne peus pas vous en ecrire davantage car je suis toute en larmes. » Une fois sortie du couvent, elle n’a de cesse de prouver à son père qu’elle fait des progrès dans l’étude de l’éthique et de la morale, ainsi que dans la géographie ancienne et moderne et la grammaire allemande. C’est encore son père qui corrige ses traductions d’allemand en français. Le portrait à la fois gai et intime sur lequel elle porte une robe rouge doit avoir été peint peu de temps après sa sortie du couvent.

14Lettres et images composent les portraits au physique comme au moral et ressèrent constamment les liens familiaux. Ils illustrent à la fois les codes sociaux imposés et les catégories mentales de l’expérience de la distance. Leur croisement permet d’en rendre la fluidité et la successivité.

Émotions et oralité

  • 19 FA Harrach, K. 532, AVA, Maria Anna von Harrach (1715-1780) : 43 lettres à son père Friedrich Augus (...)

15L’écrit distingue les interlocuteurs et leurs relations sans que l’on puisse véritablement établir de règles. Les adresses et les salutations ne changent guère entre aristocrates, hommes ou femmes, parents ou enfants, frères et sœurs ou parents, à part quelques « petites différences de goût » (Pierre Bourdieu), d’autant plus essentielles. L’écart des positions sociales accroît le respect. Plus Maria Anna Harrach se sent inférieure à son père Friedrich August Gervasius Protasius, plus elle marque sa déférence en laissant un large espace en haut de ses lettres19. Dans le même temps, leur intimité est plus forte. Alors âgée de huit ans, Maria Anna s’adresse en ces termes à son père : « Mon tres cher papa... votre tres humble et tres obeissante fille et servante Marie Anne Com : d’Harrach. » Rédigée à Vienne en avril 1733, toute la lettre est l’exercice obligé d’un enfant qui, par quelques banalités, doit entretenir le contact avec son père, mais qui hésite inconsciemment entre attitude convenue et affection réelle :

« mon cher papa continü. À se bien porter, pour quel sujet, je ne discontinue, à faire journellement des priers au seigneur. »

16Dans les années suivantes, Maria Anna écrit à son père de Bruxelles et de Paris : elle laisse un blanc de neuf lignes en haut de la lettre et de cinq lignes entre l’adresse et le texte, présentation qu'elle conservera par la suite. Elle s’excuse fréquemment pour la mauvaise qualité de son écriture, l’inélégance de son style, la médiocrité de la composition et des traductions en français que son père doit corriger :

« Pour vous montrer que je suis obeissante a vos ordres et je ne passe point mon temps a ne rien faire je y fait aujourdhuy une petite traduction que je prend la liberté de vous envoir esperand que vous me ferez la grace démüloier ( ? ? ?) un petit instant a la corriger » (Chaufontaines, le 14 août 1738).

17Le style des lettres de la petite Maria Anna semble étroitement dépendre de l’obligeance, de la bienveillance et de la bonté de son père : « je tacherai de faire toujours de mieux, en mieux, en lettres, aussi bien qu’en tous mes autres devoirs, pour pouvoir meriter vos graces » (Bruxelles, le 4 mai 1737). À 13 ans, Maria Anna commence à rédiger ses lettres en allemand. Les formules de politesse sont plus compassées que dans le français de son enfance :

« Hochgebohrner Reich Graff, Gnädigster Herr Vatter... Euer Gnaden Gnädigster Herr Vatter unterthänigste und gehorsamste dienerin und tochter Maria Anna Gräfin von Harrach » (Chaufontaines, le 20 août 1738).

  • 20 Démarche fondée sur les travaux d’E. Goody, H. Medick et D. Sabean (dir.), Emotionen und materielle (...)
  • 21 Par exemple, S. Lesemann, « Liebe und Strategie. Adelige Ehen im 18. Jahrhundert », Historische Ant (...)

18Hans Medick et David Sabean ont proposé une démarche à la fois historique et anthropologique pour identifier des émotions et retrouver l’oralité des relations20. De fait, une histoire culturelle qui veut prendre en compte les formes de l’expérience et de la perception ou les relations affectives doit emprunter des voies nouvelles21. Même si l’étude des émotions a gagné sa légitimité, elle demeure particulièrement difficile. En effet, l’émotion associe un sentiment bien réel à un code. Dans les lettres dont nous proposons l’étude, il est difficile d’évoquer un sentiment maternel artificiellement construit (Konstrukt von Mütterlichkeit) ou de nier l’existence de l’amour maternel, thèmes activement discutés dans l’historiographie et historiquement construits. Il est encore impossible de savoir dans quelle mesure ces « concepts d’émotion » ont influé sur la réalité des sentiments perçus.

19La correspondance de Maria Eleonore permet toutefois d’éclairer un point. Au moment où elle envoie sa fille aînée et préférée à Vienne chez ses beaux-parents, afin qu’ils l’initient à la vie de cour et la prépare au mariage, elle rend visite à sa fille Maria Anna qui alors séjourne chez sa tante à Paris. Le 11 septembre 1739, Maria Eleonore envoie de Paris la lettre suivante à Vienne :

  • 22 FA Harrach, K. 79, AVA ; pour la biographie et la correspondance de Maria Rosa von Harrach (20.08.1 (...)

« À Son Excellence le comte d’Empire, très cher père, je ne peux vous cacher combien mon cœur est affligé de devoir se séparer de ma fille Rosa, mais vous seul pouviez accomplir ce sacrifice, même si parfaire son éducation auprès de vous soit aussi un grand bonheur. Je me console par l’heureuse perspective qu’elle aura de vous obéir et de vous satisfaire par son zèle, tirant ainsi le plus grand profit du soin et des dispositions que vous prendrez pour son éducation. Elle est encore bien jeune, exposée aux faiblesses de son âge, surtout dans les premiers temps où vous l’enverrez dans le monde. J’ose alors compter sur votre indulgence et votre bienveillance paternelle, j’espère que vous exercerez une autorité mesurée, fondée sur l’amour et le respect, à l’image de la confiance filiale et du respect que je vous dois éternellement. Votre dévouée et très obéissante fille Eleonora comtesse Harrach22. »

20La spontanéité des émotions est ici textualisée, tandis que les réflexions sont au contraire conçues par et pour l’écrit. L’oralité reste encore très perceptible. Si on analyse la lettre comme un texte intégralement « écrit », on privilégiera l’artificialité et l’expression d’un code. Mais n’est-ce pas faire fausse route que de juger comme digression dans un dialogue, ce qui apparaîtra comme réflexion dans un texte « écrit ». En effet, pourquoi ne pourrait-on pas mettre sur un même pied expression écrite et orale, au lieu de considérer que l’écrit est pensée et l’oral bavardage ? Ainsi pourra-t-on saisir l’intimité familiale, l’abolition de la distance géographique, les ressources mises en œuvre, les catégories spatiales et plus largement la relation à la distance.

21Aussi les lettres rendent immédiatement présente l’oralité de l’intime. Ferdinand Bonaventura II est issu de l’union en seconde noce de son père Alois Thomas Raimund Harrach avec Cäcilia von Thannhausen. Fils de vice-roi, Ferdinand Bonaventura a passé sa jeunesse à Naples, a étudié à Salzbourg, avant de devenir successivement conseiller du gouvernement de Basse-Autriche, conseiller privé, gouverneur de l’Etat de Milan et finalement président du Conseil aulique. Alors qu’il est constamment présent dans la correspondance de sa belle-mère, l’écriture abolit en quelque sorte la distance. Le 11 octobre 1729, elle rapporte par ces termes l’infection par la variole de son beau-fils :

  • 23 « Muss mich auch mit ihm erfreyn über die glücklich überstandenen blatern von ferdinand, der uns wo (...)

« Je me réjouis que Ferdinand ait si bien surmonté la vérole. Nous avons eu très peur et craint qu’il ne l’ait très forte. On nous adit qu’il était couvert de pustules de la tête aux pieds, mais de bonne qualité. Les médecins craignaient cependant qu’avec une telle quantité, il n’en garde beaucoup de marques. Nul ne peut dire ce qu’il adviendra de son visage. La maladie a cependant démontré la vigueur de sa constitution23. »

  • 24 « Sich mit mihr erfreyn wegen der heurath meiner tochter, ich kann nit leugnen dz es mihr ein gross (...)

22Les mariages contribuent particulièrement à réduire les distances, tant familiales et spatiales que temporelles et émotionnelles. Maria Ernestine suit ainsi avec grande attention le mariage de Ferdinand Bonaventura II avec sa fille Maria Elisabeth, née de sa première union avec le comte Johann Wenzel Gallas. Les deux ne sont aucunement parents, puisque Maria Ernestine n’est que la belle-mère de Ferdinand Bonaventura et que Maria Elisabeth est issue d’un premier mariage. Cette union dans le cercle familial le plus étroit est en même temps un moyen d’abolir la distance spatiale. Dans une lettre du 31 octobre 1733, Maria Ernestine rappelle à son beau-fils Friedrich August von Harrach que, tout comme elle, il doit « se réjouir de son mariage avec sa fille, que cette union est un grand réconfort, qu'elle n’a aucunement besoin de vanter les mérites de son gendre, tant elle a d’affection méritée pour lui et qu'elle lui demande seulement de conserver toute son affection pour sa nouvelle belle-mère24 ». Maria Elisabeth Gallas, à peine mariée, meurt à l’âge de 19 ans : la mère et le gendre partagent leur affliction. Pourtant, Ferdinand Bonaventura II se remarie rapidement avec Maria Rosa, petite-fille par alliance et nièce de Maria Ernestine. Celle-ci n’approuve pas cette nouvelle union et le fait savoir sans ambiguïté :

  • 25 « Mein lieber herr sohn, das mich mehr obliegieret hatte, wahn man eher gezeigt hatt, das diesse he (...)

« mon cher fils, j’eusse préféré être informée plus tôt de ce projet de mariage et recevoir de vous cette marque de confiance... J’ai été blessée de n’en rien savoir si longtemps... car il est du devoir d’un père de veiller sur sa fille. Ce qui est fait est fait... j’espère que toutes les autres filles connaîtront un sort aussi enviable25. »

  • 26 « Ich nihmbe sie aber über all mit wo ich hien gehe », FA Harrach, K. 79, AVA.

23Elle s’offre cependant à introduire sa petite-fille à la cour de Vienne « pour la mener partout en sa compagnie26 ». Maria Rosa s’en réjouit, comme elle l'écrit à son grand-père Alois Thomas Raimund, bien qu'elle doive contenir son naturel sous la direction de sa grand-mère :

  • 27 Confusion entre le b et le v qui indique que l’allemand est sa langue maternelle.
  • 28 FA Harrach, K. 79, AVA.

« j’ai tres bonne volonté, et j’espere qu’apres avoir été quelques tems sous la direction de ma chere grande marna, je me changerez un peu a monabentage27 je reconnois que j’ai grand besoin d’etre un peu degourdie, sans quoi aulieurs, de me flatter de peuvoir vous revoir quelque amusement28. »

24Après sa première présentation à la cour, elle doit encore faire la connaissance de son futur époux et perfectionner son éducation, notamment par l’apprentissage des langues. Devant les craintes que lui inspire son futur époux, Maria Rosa suscite l'hilarité de sa famille selon sa grand-mère :

  • 29 « Mihr haben unsern grossn gespas mit ihr gehabt, dan der vatter muss ihr so serios beschrieben hab (...)

« nous avons bien ri quand Maria Rosa nous a dépeint la sévérité de Ferdinand et la peur qu’il lui inspire. Depuis hier, nous sommes à nouveau très proches et elle affirme qu'elle l’aimera et le respectera29. »

  • 30 « Mit ihrem instrument meister bin ich nit zu frieden, dan er kumbt alt jetzt gar nit, weill er die (...)
  • 31 « Auf kein pabst ist recht gute wehn man auf kein gedanken thuet, so hofe das er eher heraus kumben (...)

25Conseiller à la chancellerie de la cour depuis 1735, le futur époux de Maria Rosa est déjà bien intégré à la cour de Vienne. C’est pourquoi sa fiancée doit perfectionner sa connaissance des langues. Grâce à son séjour dans un couvent parisien, elle maîtrise parfaitement le français, mais, à la demande de sa grand-mère, elle doit également apprendre l’italien. De fait, son futur mari sera gouverneur de Milan de 1747 à 1750. Elle s’initie encore aux « arts d’agrément ». Elle reçoit des cours de musique d’un maître à la mode : « je n’en suis guère satisfaite. Il ne vient plus. Désormais moderne, il doit être partout à la fois30. » Le mariage de l’oncle et de la nièce semble un temps menacé car la nécessaire dispense du pape se fait attendre, au grand déplaisir de Maria Ernestine : « il vaut mieux ne pas songer au pape : c’est une honte qu’un catholique s’abandonne à de telles intrigues31. »

26Les nombreux voyages et les longues séparations familiales, en modifiant les catégories spatio-temporelles, nécessitent de redoubler d’effort pour maintenir les liens familiaux. Ce rôle revient principalement aux correspondances et aux émotions qu’elles transportent. Les présents peuvent susciter des émotions, mais ne procurent ni intimité ni proximité.

  • 32 R. Reichardt, « Historische Semantik zwischen lexicométrie und New Cultural History. Einführende Be (...)

27Assurément, la lettre est aux xviie et xviiie siècles le lieu de la parole écrite qui réunit les membres des familles. Il faut cependant accorder une importance particulière aux phénomènes langagiers, car la langue n’est pas seulement un moyen : elle donne également accès à une « réalité historique » qui n’est à proprement parler ni un texte, ni même une construction, dans laquelle on ne pourrait plus distinguer entre fait et fiction32. Aussi non seulement la lettre mais aussi la langue sont-elles finalement au cœur de notre démonstration.

28Quelle langue choisit-on ? Les enfants de Friedrich August von Harrach et de Maria Eleonore von Liechtenstein écrivent en français : ils sont nés à Bruxelles, comme en témoigne l’album familial. Pourtant, leurs parents s’expriment en allemand ! Les grands-parents Harrach, Aloys Thomas et son épouse, correspondent en allemand que ce soit entre eux ou avec leurs enfants et petits-enfants, bien qu’Aloys Thomas ait été vice-roi de Naples et de Sicile et s’exprime couramment en italien. En revanche, les arrières grands-parents, Ferdinand Bonaventura I von Harrach et Johanna Theresia von Lamberg se sont connus à la cour d’Espagne. Ils s’écrivent en allemand avec des incises en espagnol et correspondent en espagnol avec leurs relations espagnoles.

29La distance joue un rôle particulier comme le montre le diaire (Tagzetteln) de Johanna Theresia von Lamberg, qui invente ce mode de communication à la demande de son époux, ambassadeur à la cour d’Espagne. Je doute cependant que les lettres créent à elles seules une identité. Dans ce cas précis, elles sont pourtant bien un élément constitutif de l’identité familiale que viennent compléter des éléments matériels, des dons symboliques et surtout une connivence langagière.

30Les correspondances demeurent un support ambivalent. Elles rapprochent et peuvent en même temps accroître la distance, comme nous l’avons observé à l’exemple de la correspondance de la petite Maria Anna von Harrach et comme on peut encore le voir à travers d’autres échanges entre des membres de la famille Harrach aux xviie et xviiie siècles. Il faut constamment lire entre les lignes, comprendre intimement la langue et ses hésitations continuelles pour en saisir les enjeux et par conséquent faire appel à d’autres media. Encore toute tentative de compréhension peut-elle tout à coup réinstaurer la distance.

Ill. 1 : La famille von Harrach, vers 1740, huile sur toile, château de Prugg.

Ill. 2 : Nicola Maria Rossi, La sortie du couple vice-royal du Palais royal de Naples, 1730, huile sur toile, château de Rohrau (détail).

Ill. 3 : Maria Rossa von Harrach en robe bleue, La famille von Harrach, vers 1740, huile sur toile, château de Prugg (détail).

Notes

1 Familienarchiv (par la suite : FA) Harrach, K. 473, Allgemeines Verwaltungsarchiv (par la suite : AVA), Vienne.

2 Pour les jumeaux nés sur le Rhin, seul le certificat de baptême de Ignaz Ludwig est conservé (FA Harrach, K. 473, AVA. FA Harrach, K. 639, AVA), pour Maria Rosa, Maria Josepha et Maria Anna, les certificats de mariage seulement (FA Harrach, K. 742, 9 octobre 1740 ; K. 741, 15 mars 1744, 26 novembre 1752 ; K. 740, 23 mai 1745, AVA).

3 Correspondance entre Maria Anna, Anna Viktoria, Bonaventura et Friedrich August : 43 lettres conservées pour la période 1733-1748, FA Harrach, K. 532, AVA.

4 Correspondance entre Maria Rosa, Maria Anna et Maria Josepha et Aloys Thomas Raimund (1736-1739), entre Ernst Guido et sa mère entre 1732 et 1749, FA Harrach, K. 473, AVA.

5 Correspondance entre Friedrich August von Harrach, administrateur des Pays-Bas et sa belle-mère Ernestine von Harrach entre 1729 et 1742 : 83 lettres.

6 1750, FA Harrach, K. 473, AVA.

7 75 x 93 cm ; P.F. 260.

8 21.5.1756, FA Harrach, K. 473, AVA.

9 21.5.1756, AVA, FA Harrach, K. 131, AVA.

10 V. Kapp, « Die Lehre von der actio als Schlüssel zum Verständnis der Kultur der frühen Neuzeit », dans id. (dir.), Die Sprache der Zeichen und Bilder..., op. cit., p. 40-64, p. 53.

11 « Ich habe sie (Maria Rosa) noch nihrgends hier führen können weill die schneider so langsamb sein... ihr hof mitter sohl heunt fertig werden, dan ich sie nit ihn ihr mitter hette können noch hoffe führen, weils es alzu kurz, unt sie ein infamen leib darin hatt », Catalogue d’exposition, Briefe Adeliger Frauen, Stadtarchiv Wiener Neustadt, 16.03.-29.10.2000, sans pagination.

12 Ou Blankscheit. Voir A. Bönsch, « Adelige Bekleidungsformen zwischen 1500 und 1700 », dans Adel im Wandel. Politik-Kultur-Konfession 1500-1700, Rosenburg, 1990, p. 168-193, p. 178. Voir également V. Steele (dir.), Encyclopedia of Clothing and Fashion, Farmington Hills, Charles Scribner’s Sons dir., 2004.

13 « O herzallerliebstes Christkindlein Jesu. Ich bitte dich ganz unterthänig umb einen Montel rock und mider wie auch umb spiz auf dänzl sidene strimpf gestickte schuhe und wass sonst beliegib ist ich verspreche dir hingegen, das ich fleissig lesen und schreiben lehren will », FA Harrach, K. 248, AVA.

14 Exposition Krajka na zàmku a vpodzàmcí. Lace in Castle and Village, Schloß Vranov nad Dyjí (Frain an der Thaya), 25 juin-30 septembre 2004.

15 « Mein herz ich hedt hinz vir die Fränzel geldt von neden dan ich mueß ihr ein gefarbtß brocadeß klädt machen losen, und einß ihn die kindel bedt, und auff dz schaz brocädeß dz er ihr geben hadt mit spizen brämsm », FA Harrach, K. 248, AVA.

16 B. Bastl, « Formen und Gattungen frühneuzeitlicher Briefe », dans J. Pauser, M. Scheutz und T. Winkelbauer (dir.), Quellenkunde der Habsburgermonarchie (16. – 18. Jahrhundert). Ein exemplarisches Handbuch, Vienne/Munich, R. Oldenbourg Verlag, 2004, p. 801-812.

17 R. Vellusig, Schriftliche Gespräche. Briefkultur im 18. Jahrbundert, Vienne/Cologne/Weimar, Bohlau, 2000, p. 23-25. Ε.-Β. Körber, « Der soziale Ort des Briefs im 16. Jahrhundert », dans H. Wenzel (dir.), Gespräche Boten Briefe. Körpergedächtnis und Schriftgedachtnis im Mittelalter, Berlin, Schmidt, 1997, p. 244-258.

18 Les formules de politesse indiquent que ces lettres ont été rédigées avant la Révolution française.

19 FA Harrach, K. 532, AVA, Maria Anna von Harrach (1715-1780) : 43 lettres à son père Friedrich August von Harrach (1696-1749) rédigées entre 1733 et 1748.

20 Démarche fondée sur les travaux d’E. Goody, H. Medick et D. Sabean (dir.), Emotionen und materielle Interessen. Sozialanthropologische und historische Beiträge zur Familienforschung, Göttingen, Vandenhoek & Ruprecht, 1984, p. 27-54.

21 Par exemple, S. Lesemann, « Liebe und Strategie. Adelige Ehen im 18. Jahrhundert », Historische Anthropologie, 8 février, 2000, p. 189-207, p. 191, note 12 et B. Bastl, Tugend, Liebe, Ehre. Die Adelige Frau in der Frühen Neuzeit, Vienne/Cologne/Weimar, Böhlau, 2000, p. 333-561.

22 FA Harrach, K. 79, AVA ; pour la biographie et la correspondance de Maria Rosa von Harrach (20.08.1721-28.08.1785), voir le catalogue de l’exposition Briefe Adeliger Frauen, Stadtarchiv Wiener Neustadt, 16.03.-29.10.2000.

23 « Muss mich auch mit ihm erfreyn über die glücklich überstandenen blatern von ferdinand, der uns wohl ihn grossen angsten und sorgen gefieret, wegen der greisslichen quanditet die er gehabt, dan man sagt von kopf bis fuss, fast einerlay blatern aus geschlagen so voll wahr er, warn aber von einer gutn qualitet... aus der menge haben die doctor ihn ihn förchtn gebracht, das es übel kunte aus schlagn... wie das gesicht noch sein würt, das kan man nit wissn... und hatt sich ihn dieser krankheit gezeigt, das er ein gute natur hatt », FA Harrach, K. 79, AVA.

24 « Sich mit mihr erfreyn wegen der heurath meiner tochter, ich kann nit leugnen dz es mihr ein grosse consulacion ist, dan ich wohl vor allen verlanget habe, unt ist gar nit vonnöth, dein ferdinand zu recomantirn, dan ich ihn gewiss von herzn lieb habe, wie er es auch meritiert, bitte auch die neue Schwegerin ihn gnad zu erhalten welches ich mihr vor alles aus bitte », Briefe Adeliger Frauen..., FA Harrach, K. 79, AVA.

25 « Mein lieber herr sohn, das mich mehr obliegieret hatte, wahn man eher gezeigt hatt, das diesse heurath ihm nit unangenehmb ist, unt ein vertraun zu mihr zu zeigen... als mich betriebt hatt so lang nichts zu herren, dz ein vatter schultig ist, auf ein gute versorgung seiner tochter zu gedenken, ist nichts anderes als billich unt recht... unt wünsche dz alle anteren techter auch so gut versorgt werden », FA Harrach, K. 79, AVA.

26 « Ich nihmbe sie aber über all mit wo ich hien gehe », FA Harrach, K. 79, AVA.

27 Confusion entre le b et le v qui indique que l’allemand est sa langue maternelle.

28 FA Harrach, K. 79, AVA.

29 « Mihr haben unsern grossn gespas mit ihr gehabt, dan der vatter muss ihr so serios beschrieben haben, den ferdinand, dz sie sich recht auf ihn geforchtet hatt, seid gestern seint sye aber ganz guet mit einanter bekannt worden, dz sie sagt sie liebt ihm, und respectiert », FA Harrach, K. 79, AVA.

30 « Mit ihrem instrument meister bin ich nit zu frieden, dan er kumbt alt jetzt gar nit, weill er die modi, so ist er jetzt ait überall », FA Harrach, K. 79, AVA.

31 « Auf kein pabst ist recht gute wehn man auf kein gedanken thuet, so hofe das er eher heraus kumben sohle aber ein spott unt schant ist führ ein catoliesen solche schantliche intrien zu machen », FA Harrach, K. 79, AVA.

32 R. Reichardt, « Historische Semantik zwischen lexicométrie und New Cultural History. Einführende Bemerkungen zur Standortbestimmung », dans R. Reichardt (dir.), Aufklärung und Historische Semantik. Interdisziplinäre Beitrage zur westeuropäischen Kulturgeschichte, Berlin, Duncker & Humblot, 1998, p. 7-28.

Table des illustrations

Légende Ill. 1 : La famille von Harrach, vers 1740, huile sur toile, château de Prugg.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12864/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Ill. 2 : Nicola Maria Rossi, La sortie du couple vice-royal du Palais royal de Naples, 1730, huile sur toile, château de Rohrau (détail).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12864/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Ill. 3 : Maria Rossa von Harrach en robe bleue, La famille von Harrach, vers 1740, huile sur toile, château de Prugg (détail).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12864/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 238k

Auteur

Directrice de la Bibliothèque de l’Académie des Beaux-Arts (Akademie der Bildenden Künste) de Vienne. Elle est spécialiste de l’histoire des femmes et de la sensibilité à l’époque moderne. Parmi ses publications : Tugend, Liebe, Ehre : die adelige Frau in der frühen Neuzeit, Vienne/Cologne/Weimar, Bölhau, 2000.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search