Desktop versionMobile version

Éloignement géographique et cohésion familiale (xve-xxe siècle)

 | 
Jean-François Chauvard
, 
Christine Lebeau

Deuxième partie. Migration, identité et rôles familiaux

Le tour du monde : les mémoires de voyage d’un émigrant de Schio en Russie et au Canada au début du xxe siècle

Giovanni Favero

Full text

It is not down in any map ; true places never are.
H. Melville,
Moby Dick or The Whale,
chap.
XII

1Luigi Fedeli, né dans le village de Torrebelvicino, près de Schio au nord-est de 1’Italie, est parti en 1904 pour la Sibérie avec un de ses frères, Vittorio, et un ami, Giovanni della Serra ; puis il est passé en 1907 dans la province de l’Alberta au Canada pour retourner en Italie après la guerre en 1920.

  • 1 Les deux cahiers de mémoires sont gardés chez le fils de Luigi, Gastone Fedeli, à Torrebelvicino, d (...)
  • 2 L. Fedeli, Il miopaese : Torrebelvicino, Schio, 1988.

2Il écrivit en 1954 ses mémoires, à ce jour inédites1, dans lesquelles la narration de sa vie s’arrête aux mois qui suivirent son arrivée au Canada. La reconstruction des faits cinquante ans après comporte d’inévitables déformations et des anachronismes qui s’expliquent aussi par le projet plus ample que caressait Fedeli : écrire, dans le même temps, ses souvenirs de son village – publiés ensuite par le fils, Gastone –, et diviser ses mémoires de voyage en deux livres2. Il est possible de confronter les mémoires avec quelques-unes des lettres que ses frères et ses parents lui envoyèrent, des photos, les documents de voyages, et avec l’atlas que la famille acheta pour suivre les déplacements de Luigi et Vittorio pendant leur périple, et à l’aide duquel Luigi, à plus de 70 ans, retrouva et donna leur nom aux endroits visités.

  • 3 Dans le corps du texte, les citations seront traduites directement de l’italien de la façon la plus (...)

3L’exergue de cet article, tirée de Moby Dick de Melville, fait allusion aux effets de la distance géographique sur l’expérience d’émigration, distance qui donne vraisemblance à la narration mais qui laisse aussi passer des anachronismes, en offrant des références reconnaissables qui lient le monde de l’action d’alors au monde des souvenirs racontés qui prennent parfois l’apparence de l’invention. Ces aspects narratifs sont d’autant plus intéressants que le récit écrit est conçu comme un outil privilégié pour transmettre et garder dans la famille la mémoire de l’expérience migratoire. Il s’agit donc de placer dans ce contexte familial les problèmes propres à l’histoire de l’émigration en tenant compte de la perception par l’émigrant des faits historiques3.

L’Épopée de Luigi et Vittorio Fedeli

4Luigi Fedeli (1880-1955) était un des six fils du médecin communal de Torrebelvicino et travaillait comme percepteur dans la Banque populaire du village, dont le père avait été le président et qui fit faillite au début de 1905. En mars, Luigi répondit à une annonce publiée dans un journal local par les frères Floriani de Udine, qui cherchaient des mineurs pour les houillères de Sibérie, et décida de partir. Un frère plus jeune, Vittorio (1886), qui était apprenti dans la pharmacie du village, et un ami, Giovanni Della Serra, secrétaire à la mairie, choisirent de le suivre en Russie.

  • 4 La question de l’explicitation des raisons de l’écriture et de la nature du récit est centrale dans (...)

5Les événements racontés dans les mémoires de Luigi commencent là, sans qu’il donne d’explicitations sur les raisons qui l’ont poussé à écrire4.

6Les trois compères rejoignirent à Udine un groupe d’une douzaine d’émigrants, qui devinrent trente avant même la frontière avec l’Empire austro-hongrois et quatre-vingt à Vienne, où les Floriani recrutèrent plusieurs travailleurs italiens qui y avaient émigré. Une fois dépassée la frontière russe, le voyage dura un mois et demi à travers la Pologne, la Russie et la Sibérie, jusqu’à Kutulik, un village à 200 kilomètres de Irkoutsk où les Floriani avaient en concession une mine de charbon où ils faisaient travailler des déportés russes. Après quelques semaines de travail, il est apparu que les entrepreneurs n’avaient pas l’intention de payer les ouvriers et que leurs passeports avaient été confisqués pour les retenir.

7Partis en cachette à Irkoutsk avec deux amis, Luigi et Vittorio Fedeli arrivèrent à faire embaucher tout le groupe par d’autres entrepreneurs italiens qui se portèrent garants devant le gouverneur, qui à son tour imposa aux Floriani de leur rendre les documents d’identité. Dans les semaines suivantes, à la suite de désaccords avec ses nouveaux employeurs, Luigi quitta le groupe et son frère Vittorio à Zagan-Chuntei, du côté oriental du lac Baikal, et suivit des maçons frioulans qui étaient en Sibérie depuis quelque temps. À la recherche de travail, ils arrivèrent par le train à Manzhouli et, de là, à Dalai-Nor dans la Mandchourie russe, où Luigi et un ami de Vérone, Emilio Gozzo, se séparèrent des Frioulans. Après avoir travaillé un mois comme maçons, Gozzo partit pour Charbin et Fedeli resta encore quelques jours et puis se joignit à un autre groupe de mineurs italiens en partance pour Udimi où ils travaillèrent pendant plus d’un mois.

8À Udimi arriva aussi en septembre Vittorio Fedeli avec quarante ouvriers de Zagan-Chuntei et les Frioulans. Il trouva Luigi malade de la jaunisse. Presque au même moment se répandit la nouvelle de l’armistice entre la Russie et le Japon qui semblait en passe d’annexer la Mandchourie, et tous les travaux s’arrêtèrent. Vittorio et quelques-uns des anciens compagnons de Kutulik aidèrent Luigi à se soigner et à prendre le train pour Vladivostok où ils arrivèrent au moment même où éclata la révolte des soldats et des marins du port, en novembre 1905. Passés les événements révolutionnaires, ils restèrent quelques jours dans une auberge publique, puis trouvèrent un logement dans un paquebot et un emploi comme débardeurs au port grâce à l’aide du consulat d’Autriche. Au départ du navire, rejoints par les Frioulans et d’autres compagnons, ils travaillèrent au pavage d’une fournaise pendant deux mois et ensuite à une fabrique de limonade, mais ils vivèrent aussi d’expédients. Au printemps 1906, ils restèrent à l’écart des travaux de reconstruction de la ville à la suite de l’arrivée de milliers de travailleurs chinois et de la baisse des salaires.

9Les frères Fedeli partirent donc en direction de l’hinterland sibérien avec l'intention de bonifier des terrains en concession, sans grand succès ; à Charbin, pendant l’été, ils travaillèrent comme maçons et Luigi réussit à obtenir quelques contrats qui nécessitèrent l’embauche d’ouvriers. En octobre 1906, une lettre du frère aîné, Cesare, resté à la maison, leur conseilla de se rendre au Canada, où il y avait des terres à coloniser et où des connaissances avaient établi un ranch. Revenus à Vladivostok, ils réussissent, avec l’aide du consul autrichien, à s’embarquer pour Nagasaki, au Japon, avec trois compagnons. De là, allèrent à Yokohama, où le consul italien leur procura une lettre de l’ambassade américaine à Tokyo pour entrer au Canada. Ils traversèrent l’océan sur un navire japonais et en deux semaines arrivèrent à Victoria et, de là, à Vancouver en janvier 1907.

10Un hôtelier italien les dirigea vers les mines de charbon de Nanaimo où seulement quatre d’entre eux furent embauchés. Vittorio resta là près d’un an ; Luigi s’en alla à North Vancouver, une ville en construction, et trouva un emploi sur le chantier de la construction d’un aqueduc où œuvraient des Italiens. Un mois après, la bourse pleine, il revint à Nanaimo, salua son frère et ses compagnons et s’en alla au-delà des Rocky Mountains en Alberta, où le long de l’High Wood River se trouvait le ranch Bellavista de Arturo Talin et Giorgio Pocaterra. Le père de celui-ci, qui travaillait au bureau des paiements dans la filature de laine de Piovene avec le frère aîné de Luigi, lui avait parlé du ranch au Canada.

11À ce point de son périple, Fedeli commença un deuxième livre de mémoire dédié à son séjour au Canada. Il présente les deux nouveaux personnages : Arturo Talin, jeune homme de bonne famille de Bassano, qui avait tenté fortune au Brésil et ensuite avait suivi son cousin Giorgio Pocaterra au Canada, où celui-ci espérait tirer profit du commerce avec la tribu indienne des Stoney. Dans les semaines qui suivirent son arrivée, Luigi aida ses hôtes à agrandir leur maison ; ensuite, après avoir obtenu la concession d’un terrain de l’autre côté de l’High Wood River, il y construisit sa propre maison et une étable afin de s’établir dans un ranch à soi qu’il appela Rocca Alta.

12En printemps 1907, il s’employa pour deux mois et demi au drive, en suivant les troncs coupés qui descendaient le cours du fleuve jusqu’à la ville de High River. Là, il travailla comme maçon et acheta à un compagnon des lots de terrain en ville avec de l’argent envoyé par son frère aîné et des amis de Torrebelvicino. Pendant l’été, il travailla à la fenaison près de High River ; à l’automne il revint à Rocca Alta, accomplit de petits travaux d’aménagement et bientôt s’embaucha comme bûcheron en amont de l’High Wood River.

13Les mémoires de Luigi Fedeli s’interrompent là ; il mourut deux mois après avoir écrit les dernières lignes sur ses cahiers, comme le mentionne son fils Gastone dans une note finale :

  • 5 « Qui finiscono i ricordi di mio padre : le ultime due pagine sono state scritte il 21.12.1954 ; il (...)

« Ici se terminent les souvenirs de mon père : il écrivit les deux dernières pages le 21 décembre 1954 ; le 6 février 1955 il mourut ; ce fut pendant la longue maladie qui lui empêchait toute activité physique, pour passer les longues heures de la journée, qu’il écrivit ses souvenirs : sur deux grands cahiers, il écrivit en même temps deux histoires : “Mon Village, Torrebelvicino”, et ces “Mémoires de voyages”5. »

14On sait que par la suite Vittorio rejoignit Luigi à Rocca Alta dans les premiers mois du 1908. Ils y restèrent pendant treize ans et retournèrent à Torrebelvicino seulement en 1920, après la guerre mondiale.

Mémoire migratoire, récit des lieux et fable autobiographique

15Fedeli fut poussé au départ par un échec : la faillite de la banque locale dans laquelle sa famille avait beaucoup investi. À l’étranger, il accumula un pécule qui lui fait dire à son retour qu’il courut le monde, apprit beaucoup et finit par gagner quelque chose.

16Le récit autobiographique, entrepris sur ses vieux jours, prend sens si on le considère dans son ensemble. Dans le livre consacré à son village, Fedeli relate les raisons de la faillite de la banque et les répercussions sur sa famille qui a perdu la position économique et sociale qu'elle occupait. Il prend soin aussi d’intégrer au récit ce qui est arrivé à Torrebelvicino pendant son séjour à l’étranger. Ses mémoires de voyage, au contraire, donnent à sa carrière d’émigrant l’allure d’un nouveau parcours de formation qui le fait passer du statut de mineur exploité par des profiteurs à la position de propriétaire et d’entrepreneur à la faveur de la prise de conscience des opportunités à saisir.

17S’il prend la plume, c’est dans le but, exposé à son fils de vive voix mais laissé implicite dans l’écriture, de garder dans la famille la mémoire de son expérience migratoire, de transmettre sa vision du monde – au sens littéral –, les enseignements qu’il a tirés de son périple et les recommandations destinées aux siens.

18Les mémoires de Fedeli constituent donc un texte construit en fonction d’un public intentionnel formé exclusivement des membres de sa famille et en particulier de ses fils. On y découvre une stratégie narrative consciente de la nécessité de relier le monde de l’action d’alors au monde des souvenirs à raconter : le long du récit, Fedeli anticipe des faits qu’il explique en détail ensuite avec le souci de donner sans arrêt des points de repère qu’il présume connus.

19Quelques anachronismes trahissent une contamination qui concerne à la fois la mémoire et la narration. Au début des mémoires consacrées au Canada, il présente ses nouvelles rencontres en essayant de les situer dans le milieu « western » qui est la toile de fond de son expérience de « rancher ». En parlant de Pocaterra et de ses origines familiales, il relate un épisode concernant le père de Giorgio, qui, en allant de Piovene à Schio pour retirer son salaire, fut attaqué à Santorso par des malfaiteurs masqués.

  • 6 « Giorgio Pocaterra di Giuseppe era di Rocchette. Suo padre era impiegato nel lanificio Rossi e god (...)

« Giorgio Pocaterra, fils de Giuseppe, était de Rocchette. Son père était employé au Lanificio Rossi et jouissait de la pleine confiance de l’entreprise, où il occupait l’importante place de caissier. En plus, il était un employé de vieille date et dans son travail il s’était distingué dans des circonstances difficiles. Tous les samedis il allait prendre la paie des ouvriers à Schio, en voiture. Une fois, ce fut avec sa femme, qui était petite mais de grand esprit. Dès qu’ils passèrent Santorso (à mi-chemin entre Schio et Rocchette), ils furent assaillis par trois malfaiteurs qui obligèrent le cocher à s’arrêter et à lever les mains, et ainsi s’en seraient pris à Pocaterra, lorsque sa femme, plus résolue, arracha des mains du conducteur le lourd fouet de la voiture et commença, avec grande ardeur, à assener une volée de coups avec le manche de plomb du fouet sur les malfaiteurs et les chevaux, en hurlant et criant comme une obsédée. Les malfaiteurs masqués, pris au dépourvu par les coups de la femme, s’enfuirent à toutes jambes et ils furent sauvés ; les brigands ensuite furent attrapés, poursuivis et condamnés6. »

20Le rythme et le langage de ce passage est presque cinématographique alors que cette véritable scène western arrive à Santorso, à trois kilomètres de Torrebelvicino.

21Dans les mémoires, on retrouve aussi parfois un style romanesque qui rappelle la littérature d’aventures, de Jules Verne à Emilio Salgari. Les épisodes les plus incroyables sont racontés sur un ton vague de fable qui les rend encore plus invraisemblables. Et pourtant, de manière surprenante, la vérification historique et documentaire laisse peu de doutes sur la véridicité du récit.

22C’est le cas de l’allusion à la construction par les Russes, pendant l’hiver 1904, d’un chemin de fer sur le lac Baïkal glacé :

  • 7 « Il Kusner era un ebreo, deportato in Siberia da lungo tempo per politica e si era fatto milionari (...)

« Le Kusner était un juif, déporté en Sibérie depuis longtemps pour des raisons politiques, et il s’était fait millionaire en travaillant et en prenant en adjudication des contrats du gouvernement. C’était le même qui avait construit le chemin de fer à travers le lac Bajkal gelé, à la place du ferry-boat qui resta inutilisé7. »

23Encore plus incroyables sont les références au voyage que Fedeli raconte avoir fait très jeune à Shangai dans le navire « Stromboli » :

« En me promenant dans une rue pleine de magasins chinois, à côté du Bazar, j’observe un jour le contenu d’une corbeille pleine d’objets dont je ne comprenais pas l’usage et que j’avais déjà remarqués en d’autres endroits, et je me souvins les avoir vus aussi, des années auparavant, à Shangai ou dans d’autres villes de la Chine. »

  • 8 « Girando per una via, piena di negozi cinesi, a lato del Bazar, osservo un giorno il contenuto di (...)

(Note de l’Auteur : Il se réfère au moment où, très jeune, il s’embarqua comme mousse dans le « Stromboli », en faisant le tour du monde ; il se trouva en Chine exactement pendant la révolte des Boxers qui marqua la fin de l’Empire Chinois8)

  • 9 Le navire “Stromboli” rapatria la mission italienne à Pékin, et le corps de Francesco Luigi Manfron (...)

24Fedeli fut embarqué sur le « Stromboli » pendant son service militaire dans la marine et fit partie de l’équipage qui ramena en Italie la délégation et la garnison italienne bloquées à Pékin par la révolte des boxers, avec le corps d’un militaire de Torrebelvicino qui était mort pendant le siège au quartier des ambassades9.

25Dans ses mémoires, Fedeli déclare rapporter seulement des faits « contrôlés » d’après l'information historique, statistique et géographique. D’ailleurs, comme on le verra, la vérité des faits historiques et des références géographiques est inversement proportionnelle à la sincérité du récit personnel. L’attention pour la géographie tout le long du récit a encore quelque chose d’artificiel et de livresque, qui trahit les références à la littérature de voyages et surtout à l’atlas allemand Stielers acheté par son père au prix de 500 lires pendant le séjour de Luigi en Sibérie.

26L’histoire de cet atlas est du plus grand intérêt car cet objet a assumé, en des moments différents, la fonction de lien entre la famille et les deux frères, puis entre les souvenirs de Luigi et le récit qu’il était en train de construire.

27À Irkoutsk, après avoir quitté Kutulik et les Floriani, il écrit qu’il reçut une lettre de ses parents qui lui conseillaient de revenir en Italie avec Vittorio, et se proposaient de leur envoyer de l’argent pour le voyage de retour. Après avoir lu la lettre, il envoya à ses parents l’argent qu’il avait accumulé dans le but de les rassurer. Avec cet argent, ces derniers achetèrent tout de suite l’atlas pour suivre les mouvements de leurs deux fils qui couraient le monde.

  • 10 « Dimenticavo di dire che quando eravamo a Irkutsk avevo ricevuto una lettera da casa, dove dicevan (...)

« J’oubliais de dire que, quand nous étions à Irkoutsk j’avais reçu une lettre de chez moi, où ils disaient qu’ils étaient inquiets pour nous, parce qu’ils avaient été informés des mauvaises conditions que nous avions trouvées à Kutulik, et mon père y disait qu’il aurait envoyé le nécessaire pour nous faire revenir chez nous. En écoutant cela, je pris les trois cents roubles que j’avais gagnés dans le trafic des « participations », j’allai à la poste et je les envoyai par mandat postal à mon père, pour les tranquilliser tous. Mon père avec cet argent acheta tout de suite l’authentique atlas allemand Stielers, qu’il paya plus de cinq cents lires, et qu’il utilisa pour suivre sur ce précieux atlas tous nos mouvements autour du monde10. »

28Telle est la version que Luigi donne dans les mémoires : en effet, les lettres qu’il reçut en Sibérie et qu’il garda témoignent de l’inquiétude de ses parents, mais ne contiennent aucune offre d’argent pour le retour. Cesare, le frère aîné de Luigi et Vittorio, écrivait :

  • 11 « Carissimi fratelli, Ci meraviglia molto il vs. lungo silenzio ; le vostre notizie sono sempre tro (...)

« Chers frères,
Nous sommes très étonnés de votre long silence ; nous manquons toujours de nouvelles de vous, et j’ai fait le compte que depuis que vous êtes en Sibérie vous n’avez écrit que cinq ou six fois ; cela fait du mal à nos parents, qui ont toujours peur pour votre sécurité, surtout après votre départ de Kutulik. [...] L’hiver approche et, s’il vous faut quelque chose, écrivez-le donc, on vous l’enverra11. »

29Et ensuite :

  • 12 « Carissimo Vittorio e Gigio, Tanto desiderata ci giunse iersera la v[o]s[tra] lettera assicurata. (...)

« Cher Vittorio et Gigio
Très désirée, il nous arriva hier soir votre lettre chargée. Ce fut pour nous une surprise d’y trouver à l’intérieur vos économies. Depuis un mois et plus, nous n’avions plus de vos nouvelles, et chez nous ils étaient plus que convaincus que quelque chose vous était arrivée. Maman était sûre que vous étiez en prison parce que vous vous étiez enfuis des Floriani, d’autant plus qu’après votre départ d’Irkoutsk vous n’avez plus rien écrit, et Dalla Serra est comme vous. Tachez de ne plus rester tant de temps sans écrire, parce que maman mourrait de peur pour vous. Demain j’irai changer les soixante-huit roubles chez le cambiste à Schio, et je les mettrai à l’épargne tout de suite12. »

30Il apparaît ainsi que la somme d’argent que Luigi envoya était bien moindre que ce qu’il racontera et qu'elle aurait été déposée à la caisse d’épargne. Très probablement, il envoya de l’argent à maintes reprises, et c’est seulement ensuite que la famille acheta l’atlas que Luigi retrouva à son retour et utilisa, une fois devenu vieux et malade, pour reconstruire l’itinéraire du voyage en Sibérie et au Canada.

31Les lettres gardées par Luigi donnent aussi des indications sur les difficultés de communication avec la famille, difficultés dues surtout aux déplacements continuels des deux frères : leurs lettres aux parents arrivaient régulièrement, mais celles de la famille étaient envoyées par poste restante et arrivaient avec des mois de retard. Cesare, à Torrebelvicino, avait aussi l’impression que les employeurs pouvaient intercepter les lettres, et après l’affaire Floriani il utilisa la sténographie pour communiquer sur les questions les plus délicates.

  • 13 « In Siberia c’era il guaio della posta, causa il nostro frequente spostamento da un punto all’altr (...)

« En Sibérie, la poste posait problème à cause de nos fréquents mouvements d’un endroit à l’autre. Nos lettres arrivaient chez nous régulièrement, sans aucune perte. Les lettres qu’ils envoyaient nous étaient adressées, poste restante, dans la ville où nous étions alors. Chaque fois qu’on changeait de village, il fallait aller auparavant au bureau de poste et prévenir que les arrivages éventuels soient réexpédiés (toujours poste restante) à notre nouvelle ville de résidence. En Sibérie, les bureaux de poste étaient dirigés par des gens sérieux, parce que nous reçûmes des lettres quatre ou cinq mois après l’envoi, avec six ou sept changements d’adresse, difficiles à déchiffrer, mais nous les reçûmes. D’ailleurs, une lettre adressée en 1904 à Irkoutsk nous arriva à Pétrovsk en novembre 190713. »

32Parfois les problèmes de communication servent de prétexte à donner une explication limpide à des épisodes qui restent peu clairs. Pendant le séjour à Zagan-Chuntei, Vittorio ne reçut pas de lettres de Luigi et il fut, en vérité, informé par la famille restée en Italie que son frère était à Udimi. Encore une fois, il y a là des discordances entre les lettres et le texte raconté ; dans ses mémoires, Luigi ne prétend-il pas avoir écrit à son frère pour l’appeler à Udimi, alors qu’il avait affirmé dans ses lettres à Cesare, comme celui-ci le rapporta à Vittorio :

  • 14 « Carissimo Vittorio, da molti giorni avevo sospeso di mandarti lettere e giornali perché in causa (...)

« Cher Vittorio,
Depuis plusieurs jours, j’ai arrêté de t’envoyer lettres et journaux, parce qu’il était inutile de les expédier à cause de la grève des Postes russes. Mais à présent, il semble que le service marche, et je t’écris parce que tu dois être affamé de savoir quelque chose. Peut-être que tu n’as pas encore reçu de lettres de Gigio. Nous, au contraire, nous en avons reçues, les dernières de Uzimi [sic], en Mandchourie sur la ligne de Vladivostok, et il dit qu’il t’a écrit de nombreuses fois sans recevoir de réponse. 11 t’écrit de le rejoindre, mais ne recevant pas de réponse, il est décidé à venir te chercher. Il écrivit le 10 novembre, mais il nous n’a jamais donné son adresse. Tu ne dois donc pas craindre pour lui ; attends qu’il vienne te prendre. Du reste, fais attention où passent les lettres de Gigio14. »

33Il est difficile de dire s’il s’agit de caprices de la mémoire ou de réticences liées à des événements que Luigi préférait passer sous silence. À Udimi, il dut en fait partager une baraque avec plusieurs hommes et un couple. Le comportement sexuel de la femme, qui passait ses soirées avec les soldats et revenait dormir la nuit avec son homme, est jugé sévèrement par Fedeli, qui semble avoir des difficultés à trouver les mots pour en parler :

  • 15 « Ho dimenticato di raccontare che, quello che nella baracca di Udimi aveva la donna come moglie (e (...)

« J’ai oublié de raconter que l’homme qui dans la baraque d’Udimi avait une femme comme s’ils étaient mariés (et duquel je ne rappelle pas le nom), était boiteux, assez gros et moyen de taille. [...] La femme d’ailleurs, celle qui se faisait passer pour son épouse, n'était pas meilleure que lui. Bien plus jeune que lui, elle lui faisait faire tout ce qu'elle voulait, et considérait ce boiteux seulement comme son homme potiche. [...] Notre baraque était, d’ailleurs, la destination des soldats qui, pour un prétexte ou un autre, venaient lui demander quelque chose. Le soir d’ailleurs, que le mari fût au travail ou non, elle s’en allait et rentrait seulement quand le boiteux, jaloux et impatient, allait la reprendre. C’était une fille assez jolie (en laissant de côté les insectes) et jeune ; bien vite elle devint l’idole des soldats. Pour toutes ces raisons, entre elle et le boiteux les querelles étaient fréquentes : lui, en l’écoutant parler, voulait en finir une fois pour toutes, il était jaloux ; elle s’occupait de lui quand elle voulait, et il disait qu’il ne pouvait la quitter parce qu’elle lui avait jeté un sort ; il disait, et il n’y avait plus rien à faire15. »

  • 16 « S’incagliò con una ballerina. » Ididem, p. 64.

34Il dit ne plus se rappeler le nom de l’homme, mais il s’agit probablement de quelqu’un de connu qu’il ne veut pas nommer. Il montre la même réserve quand il écrit que son frère Vittorio à Vladivostok « s’échoua sur une danseuse »16. Il est évident que des événements survenus pendant le séjour à l’étranger peuvent, plusieurs décennies après, susciter la gêne s’ils sont rapportés à la famille.

35C’est, enfin, une lettre de Cesare qui changea le parcours migratoire des deux frères en les dirigeant vers le Canada. Cesare y rapportait les propos de Pocaterra père sur le ranch de son fils Giorgio, et suggérait à Luigi et Vittorio l’idée de « commencer la vie des cow-boys ou du rancher dans les immenses prairies de l’Alberta » :

  • 17 « Durante il nostro soggiorno a Charbin ricevemmo una lettera da mio fratello Cesare nella quale ci (...)

« Pendant notre séjour à Charbin, nous reçûmes une lettre de mon frère Cesare, dans laquelle il nous avertissait qu’au Canada ce gouvernement donnait en concession des terrains, gratuitement, à tous ceux qui en faisaient la demande, concessions de 160 acres par personne, à peu près 170 champs vicentins [65 hectares]. Un certain Pocaterra de Rocchette s’était lui aussi établi avec un cousin en Alberta, et il était maintenant en possession de sept mille champs [2666 hectares]17. »

36Il apparut très vite que dans les nouvelles que Giorgio Pocaterra envoyait à son père il y avait beaucoup d’exagération, et que le ranch Bellavista était loin d’être la source de richesse qu’il avait décrite. Malgré tout, les deux frères gagnèrent de l’argent au ranch Rocca Alta, en y investissant aussi de l’argent que la famille et des connaissances leur envoyèrent dans l’espoir de le faire fructifier.

37Les mémoires sont muettes sur le succès de l’élevage créé par Luigi et Vittorio, et les lettres des années suivantes n’ont pas été gardées : c’est dans le livre dédié à Torrebelvicino que Fedeli fait allusion à son enrichissement.

38La perte des lettres des années canadiennes peut être interprétée comme le signe que l’éloignement était alors moins ressenti par les deux frères qui vivaient au milieu de compatriotes et qui pouvaient communiquer régulièrement avec leur famille. Ils apprirent la langue très vite, au moins dans son usage courant, au point qu’il leur arrivait de s’appeler entre eux Lewis ou George dans le récit. Au début du deuxième livre des mémoires de voyage, la narration elle-même prend un ton plus familier en pratiquant des courts-circuits entre le milieu western et des références à des lieux bien connus situés près de chez eux. C’est là aussi que Fedeli arrive à expliciter un peu ses intentions d’écriture en justifiant la division des mémoires elles-mêmes en deux livres.

39Tout le premier livre, dédié à la Sibérie, peut être interprété comme un effort pour combler la distance qui sépare les souvenirs de cette période du présent : de là, le ton de fable qui souvent envahit le récit, et aussi la confusion, qui parfois trahit la difficulté de rapporter des événements que probablement ses parents ne pourraient pas comprendre, comme ceux de Udimi, pour lesquels cette difficulté est la plus évidente. Il s’agit d’une distance essentiellement psychologique, qui ne concerne pas directement le temps ou l’espace, mais plutôt ce qui est lui arrivé. C’est dans ces cas-là que Fedeli recourt aux descriptions et aux références géographiques de la façon la plus artificielle : les lieux cachés de la mémoire ne sont marqués sur aucune carte.

Notes

1 Les deux cahiers de mémoires sont gardés chez le fils de Luigi, Gastone Fedeli, à Torrebelvicino, dans la province de Vicenza. La famille a aussi dactylographié et ensuite digitalisé le texte auquel Luigi Fedeli avait provisoirement donné le titre Vita vissuta : il giro del monde (Vie vécue : le tour du monde) publié sous le titre, 1905-1920 : Torrebelvicino-Canada (via Siberia). Vita vissuta : il giro del monde, Menin, Schio, 2001.

2 L. Fedeli, Il miopaese : Torrebelvicino, Schio, 1988.

3 Dans le corps du texte, les citations seront traduites directement de l’italien de la façon la plus littérale possible ; le texte original est présenté en note.

4 La question de l’explicitation des raisons de l’écriture et de la nature du récit est centrale dans l’approche analytique proposé par Ph. Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, Le Seuil, 1975. D’une certaine manière, les mémoires de Fedeli représentent un cas-limite dans la mesure où elles ne comportent pas, de la part de l’auteur, d’explicitations sur ses intentions qui sont explicitées par son fils dans une note où il précise le contexte de l’écriture.

5 « Qui finiscono i ricordi di mio padre : le ultime due pagine sono state scritte il 21.12.1954 ; il 6 febbraio 1955 egli morí ; fu appunto durante la lunga malattia che gli impediva ogni attività fisica, che, per far trascorrere le lunghe ore della giornata, scrisse i suoi ricordi : in due grossi quaderni scrisse contemporaneamente due storie : “Il mio Paese, Torrebelvicino” e queste “Memorie di viaggi” ». L. Fedeli, Vita vissuta..., op. cit., p. 110.

6 « Giorgio Pocaterra di Giuseppe era di Rocchette. Suo padre era impiegato nel lanificio Rossi e godeva tutta la fiducia dell’azienda, dove occupava il posto importante di cassiere. Di più, era un impiegato di vecchia data e nel suo lavoro s’era acquistato merito in una circostanza difficile. Ogni sabato si recava a Schio, in carrozza, a prendere le paghe per gli opérai. Una volta era con lui sua moglie, una donna piccola ma di grande spirito. Passato Santorso (a metà strada tra Schio e Rocchette), furono assaliti da tre malviventi che obbligarono il cocchiere a fermarsi e alzare le mani e cosí avrebbero fatto col Pocaterra quando sua moglie, più decisa, strappó dalle mani del conducente la pesante frusta della carrozza e cominciò, con grande ardore, a menar botte da orbi col manico di piombo della frusta, sopra i malviventi e i cavalli, urlando e gridando come una indemoniata. I malviventi mascherati, presi alla sprovvista dai colpi della donna, se la diedero a gambe e tutto fu salvo ; i malandrini furono poi acciuffati, processati e condannati. » Ibidem, p. 98.

7 « Il Kusner era un ebreo, deportato in Siberia da lungo tempo per politica e si era fatto milionario lavorando e prendendo contratti col governo. Era lo stesso che aveva costruito la ferrovia attraverso il lago Baikal gelato, in sostituzione del ferry-boat rimasto inutilizzato. » L’affirmation de Fedeli est confirmée par R. Connaughton, The war of the Rising Sam and Tumbling bear : a military history of the russo-japanese war, 1904-5, Londres, Cassel, 2003, p. 16 : “the need dictated that rails were laid across the ice of the lake and by 28 March [1904] over sixty military trains had made the laborious crossing”. L. Fedeli, Vita vissuta..., op. cit., p. 20.

8 « Girando per una via, piena di negozi cinesi, a lato del Bazar, osservo un giorno il contenuto di una cesta piena di roba che non capivo cosa fosse e che avevo notato anche in altre parti e rammentai di averle viste anche, anni addietro, a Shanghai o in altre città della Cina. (N.d.A. : Fa riferimento a quando, giovanissimo, si imbarcò sullo “Stromboli” come mozzo, facendo il giro del mondo ; si trovò in Cina proprio durante la rivolta dei Boxers che segno la fine dell’Impero Cinese) ». Ibidem, p. 62.

9 Le navire “Stromboli” rapatria la mission italienne à Pékin, et le corps de Francesco Luigi Manfron, de Torrebelvicino, medaillé d’argent, mort le 1er juillet 1901 pendant la révolte des Boxers.

10 « Dimenticavo di dire che quando eravamo a Irkutsk avevo ricevuto una lettera da casa, dove dicevano che erano in pensiero per noi perché avevano saputo delle tristi condizioni trovate a Kutulik, e mio padre mi diceva che ci avrebbe mandato l’occorrente pel ritorno in casa. Sentendo questo, presi i trecento rubli avuti con il traffico delle “azioni”, andai alla posta e li spedii per vaglia a mio padre, per tranquillizzarli tutti. Mio padre con quei soldi acquistò subito l’atlante tedesco Stielers autentico, che pagò oltre cinquecento lire e lo servi per seguire su quel prezioso atlante tutte le nostre mosse in giro per il mondo. » Ibidem, p. 42.

11 « Carissimi fratelli, Ci meraviglia molto il vs. lungo silenzio ; le vostre notizie sono sempre troppo scarse e faccio conto che da quando siete in Siberia non avete scritto che 5 o 6 volte ; questo fa male ai nostri genitori i quali hanno sempre paura per la vostra sicurezza, tanto più dopo la v[o]s[tra] partenza da Kutulik... [...] Si approssima l’inverno e se vi occorre qualcosa scrivete pure che vi spediremo. » Lettre de Cesare Fedeli de Piovene Rocchette à ses frères Vittorio et Luigi, datée du samedi 23 septembre 1905, 19 heures, gardée chez Gastone Fedeli à Torrebelvicino.

12 « Carissimo Vittorio e Gigio, Tanto desiderata ci giunse iersera la v[o]s[tra] lettera assicurata. Ci è stata anche una sorpresa il trovarvi dentro i vostri risparmi. Da più di un mese non si riceveva più v[o]s[tre] notizie e a casa erano più che convinti che vi fosse capitato qualcosa. La mamma era sicura che voi eravate in prigione perché siete fuggiti dai Floriani, tanto più perché dopo la v[o]s[tra] partenza da Irkutz non avete più scritto, nemmeno Dalla Serra. Guardate di non stare più cosí tanto tempo senza scrivere, perché la mamma morrebbe dalla paura per voi. Domani andrò a cambiare i 68 rubli dal cambiavalute di Schio e ne li metterò a risparmio subito. » Lettre de Cesare Fedeli de Piovene Rocchette à Vittorio et Luigi, datée 6 Octobre [1905], 18 heures.

13 « In Siberia c’era il guaio della posta, causa il nostro frequente spostamento da un punto all’altro. Le nostre lettere arrivavano a casa regolarmente, senza perdita alcuna. Le lettere che ci spedivano da casa erano indirizzate a noi, fermo posta (o posta restant), alla città dove in quel momento eravamo. Ogni volta che si cambiava paese dovevamo andare prima all’ufficio postale e awertire che l’eventuale arrivo di qualcosa a nostro nome, lo inviassero (sempre a posta restant) alla nuova città di residenza. In Siberia gli uffici postali erano diretti da persone serie, perché abbiamo ricevuto lettere anche dopo quattro o cinque mesi dall’invio, con sei-sette variazioni di indirizzo, difficili da decifrare, ma le abbiamo ricevute. Una lettera poi, indirizzata nel 1904 a Irkutsk, l’abbiamo ricevuta a Petrovsk nel novembre del 1907. » L. Fedeli, Vita vissuta.op. cit., dactylographié, p. 75. La construction du chemin de fer transibérien abrégea de toute manière le temps d’arrivée du courrier ; en 1880, il fallait deux mois de St. Petersbourg à la Sibérie par bateau à vapeur, exception faite des interruptions du service entre l’hiver et le printemps à cause des pluies et du dégel (L. Dal Verme, Giappone e Siberia : note di viaggio, Milan, Hoepli, 1882, p. 348). Dal Verme lui-même (Ibidem, p. 539) admettait qu’en Sibérie les services publics étaient très bien organisés, compte tenu des conditions climatiques exceptionnelles des lieux.

14 « Carissimo Vittorio, da molti giorni avevo sospeso di mandarti lettere e giornali perché in causa dello sciopero delle poste Russe era inutile spedirne. Ma ora pare che il servizio funzioni e ti scrivo perché devi essere bramoso di sapere qualcosa. Forse non avrai ancora ricevuto lettere di Gigio. Noi invece ne abbiamo ricevute, le ultime da Uzimi, in Manciuria sulla linea Vladivostok e dice che ti ha scritto tante volte senza ricevere risposta. Egli ti scrive che tu andassi a raggiungerlo, ma non ricevendo risposta è deciso di venir lui da te a prenderti. Egli scrisse al 10 novembre, ma il suo indirizzo non ce l’ha mai dato. Tu dunque non aver timore per lui e aspetta che venga lui a prenderti. Del resto sta attento dove vanno a finire le lettere di Gigio. » Lettre de Cesare Fedeli de Piovene Rocchette à Vittorio, datée 23 décembre 1905.

15 « Ho dimenticato di raccontare che, quello che nella baracca di Udimi aveva la donna come moglie (e che non ricordo il nome), era zoppo, piuttosto grosso e di statura media. [...] La donna poi, che si spacciava per sua moglie, non era meglio di lui. Di molto più giovane di lui, gli faceva fare quel che voleva e considerava quello zoppo solamente come il suo uomo stabile. [...] La nostra baracca era poi méta di soldati che con una scusa o con l’altra venivano a chiederle qualcosa. La sera poi, marito al lavoro o no, lei se ne andava e rientrava solo quando lo zoppo, geloso e impaziente, non andava a riprendersela. Era una ragazza abbastanza bella (lasciando a parte gli insetti) e giovane ; presto diventò l’idolo dei soldati. Per tutte queste ragioni tra lei e lo zoppo erano frequenti i litigi : lui, a sentirlo, voleva finirla una volta per tutte, era geloso ; lei lo badava quando voleva e lui diceva che non poteva lasciarla più perché ormai lei gli aveva gettata “l’invigia”, diceva, e non c’era più nulla da fare. » L. Fedeli, Vita vissuta..., op. cit., p. 53-54.

16 « S’incagliò con una ballerina. » Ididem, p. 64.

17 « Durante il nostro soggiorno a Charbin ricevemmo una lettera da mio fratello Cesare nella quale ci avvertiva che in Canada, quel Governo, dava concessioni di terreni, gratuitamente, a tutti quelli che ne facevano richiesta, concessioni di 160 acri per persona, circa 170 campi vicentini. Anche un certo Pocaterra di Rocchette si era stabilito con un cugino in Alberta, ed era ormai possessore di settemila campi. » Ibidem, p. 76.

Author

Ricercatore confermato en histoire économique à l’université Ca’ Foscari de Venise. Il travaille sur l’histoire de la statistique, des populations et de l’entreprise du xviiie au xxe siècles. Parmi ses publications : Le misure del Regno : Direzione di statistica e municipi nell’Italia liberale, Padoue, Il Poligrafo, 2001 ; Benetton : i colori delsuccesso, Milan, Egea, 2005.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search