Version classiqueVersion mobile

Éloignement géographique et cohésion familiale (xve-xxe siècle)

 | 
Jean-François Chauvard
, 
Christine Lebeau

Deuxième partie. Migration, identité et rôles familiaux

Migration et lien familial

Les Rivet entre l’Auvergne, Paris et New York au tournant du xixe et du xxe siècles

Jean-François Chauvard

Texte intégral

  • 1 La correspondance est conservée par mon père, arrière-petit-fils de François Rivet.

1À partir d’un cas singulier, celui de François Rivet, auvergnat de Paris parti travailler à New York au tournant du xixe et du xxe siècles, cet article voudrait décrire et tenter comment une famille est à maintenir le lien d’expliquer parvenue entre ses membres dispersés au moment même où la migration et l’éloignement recomposaient la configuration et les rôles familiaux. Il s’appuie essentiellement sur la correspondance laissée par trois personnes : François Rivet lui-même, sa fille Valérie et son gendre Charles qui se sont écrits de 1900 à 1905 suivant une fréquence hebdomadaire1.

  • 2 R. Chartier, « Préface », dans C. Dauphin, P. Lebrun-Pézerat, D. Poublan, Ces bonnes lettres. Une c (...)

2L’approche qui a été appliquée à ces échanges épistolaires puise aux sources de deux traditions historiographiques2. De la méthode classique, on a retenu que la correspondance privée constitue une source irremplaçable d’informations sur les relations familiales, la vie quotidienne et l’expression de l’intimité, et donc qu'elle est susceptible d’éclairer les règles de fonctionnement de la famille, les pratiques mises en œuvre pour entretenir son unité et la perception de la séparation et de l’éloignement. Cette tradition historiographique nous a appris que la correspondance comportait des biais qui rendaient factice une lecture trop linéaire : la fausse symétrie entre les protagonistes de l’échange, le carcan des conventions épistolaires, la retenue qui muselle l’expression de l’intime. Autant de filtres auxquels la correspondance étudiée ici n’échappent pas, mais qui peuvent être contournés, et mieux encore, étudiés en tant que tels à condition de choisir un autre angle de lecture. C’est là que la seconde tradition historiographique, celle qui est née du renouvellement de l’histoire culturelle, montre tout son profit. En déplaçant l’analyse vers les pratiques de correspondance, les conditions de la rédaction, les exigences du « pacte épistolaire », elle fait de l’échange épistolaire la matière même de l’écriture des lettres. Elle démontre aussi combien les lettres forment un réseau qui inscrit l’individu dans une communauté de parenté qui lui est rendue présente par la correspondance et envers laquelle il est engagé par l’acte d’écriture. Contenu et contenant s’opposent moins qu’ils se complètent : la lettre formule des sentiments autant qu'elle témoigne, par elle-même, d’une fidélité.

3La correspondance des Rivet laisse transparaître combien la perception de l’éloignement et de la séparation était un sentiment labile qui variait suivant les moments, selon les personnes et en fonction de la configuration du noyau familial. Elle livre les mots choisis pour exprimer la distance, les attentes et le temps de l’absence. Elle décrit aussi les objets, les rencontres et les pratiques – et l’échange épistolaire était l’une d’entre elles – qui avaient pour mission de vivifier les liens et de tenter d’atténuer la séparation. Elle laisse entrevoir, enfin, combien les projections dans l’avenir conditionnaient la perception du présent et finalement aidaient à vivre.

Partir

4François Rivet est né en 1852, à Mazoires, dans le canton d’Ardes-sur-Couze (Puy-de-Dôme), localité où il mourut en 1927 après avoir passé au tournant du siècle, 14 années de sa vie à Brooklyn. Seul garçon d’une fratrie de deux enfants, il travaillait dans la ferme familiale lorsqu’il se maria en 1871 avec Marie Rahon, originaire de la même commune, mais d’un hameau voisin, Prassinet. De ce mariage naquirent deux enfants Valérie et Émile.

  • 3 A. Châtelain, Les migrants temporaires en France de 1800 à 1914. Histoire économique et sociale des (...)
  • 4 Sur l’essor du port de New York, voir J. Heffer, Le Port de New York et le commerce extérieur améri (...)

5En vue d’accroître ses ressources, il montait seul, les mois d’hiver, comme beaucoup de ses compatriotes3, à Paris où il fit valoir sa maîtrise des machines à vapeur pour être embauché chez un coupeur de fourrure auvergnat du nom de Vidal. Il évolua alors dans un milieu spécialisé dans le négoce et la coupe des poils destinés à la chapellerie, milieu uni par une origine géographique commune et des relations de parenté. Il y occupait certes une position subalterne, mais pouvait s’appuyer sur la confiance qu’il inspirait. Ainsi fut-il appelé à Paris par les Pellissier, de lointains cousins, pour venir former des apprentis destinés à remplacer des ouvriers en grève. L’émigration saisonnière ouvrit la voie à l’installation à demeure puisque, en 1881, Fr. Rivet monta à Paris avec sa famille, non plus en tant qu’ouvrier spécialisé, mais pour son propre compte. Il s’associa avec son beau-frère, Michel Liandier, chargé de l’achat des peaux tandis qu’il se consacrait de son côté à la coupe. Son projet d’exporter directement des peaux vers les coupeurs américains sans passer par l’intermédiaire des courtiers parisiens échoua, mais le voyage auquel il fut contraint en avril 1890 pour écouler sa marchandise le convainquit de l’intérêt, dans un marché en pleine expansion, de couper soi-même les peaux exportées outre-atlantique4. Son raisonnement fut conforté par la présence à Brooklyn de quelques industriels français du métier – les Chapal et C. de Comeau – et par les encouragements des responsables des courtiers en poils new-yorkais. En 1891, associé à part égale avec ses deux cousins Pellissier, il mettait pied à Brooklyn pour fonder, ex nihilo, une usine de coupe qui prospéra rapidement. Fortune faite, il revint s’installer définitivement en France en 1905, alternant séjour à Paris et en Auvergne où il mourut en 1927.

  • 5 Les étapes de la vie de Fr. Rivet avant son installation en Amérique sont connues grâce à une lettr (...)
  • 6 O. Stark, « Labour migration as a reponse to relative deprivation », Journal of Population Economie (...)

6La première partie de l’existence de Fr. Rivet est à la fois la moins documentée5 et la plus conforme au modèle migratoire en vigueur parmi les auvergnats. Ses déplacements saisonniers vers Paris n’étaient pas dictés par la misère, mais par la nécessité d’apporter des ressources complémentaires à une famille de petits exploitants-propriétaires qui regroupaient sous le même toit trois générations6. Cette migration temporaire ne cherchait pas à rompre les liens avec le milieu d’origine, mais avait bien pour but leur maintien en accroissant les revenus disponibles. L’installation permanente à Paris avec femme et enfants entraîna une rupture plus décisive : Fr. Rivet ne cherchait plus un complément à l’activité agricole, mais optait pour un nouveau métier censé lui assurer promotion sociale et bien-être. Cette installation ne se fit pas à n’importe quel prix : il n’y eut renoncement ni à l’autonomie de décision, ni à l’indépendance qui caractérisaient sa condition de petit paysan. Les terres qu’il possédait encore pouvaient lui servir de garantie dans ses affaires parisiennes.

  • 7 G. Barbichon, « Provinciaux et provinces à Paris. Propositions pour l’analyse », Ethnologie françai (...)

7Si Fr. Rivet n’est pas parti de rien, il ne fut pas non plus un homme seul : il bénéficia de la tradition migratoire qui l’avait précédé7. Ses parents étaient restés sédentaires, mais il avait l’exemple d’autres membres de la parentèle – les Pellissier en particulier – qui donnaient l’image de la réussite sociale, invitaient au départ et offraient un milieu d’accueil à Paris. L’insertion étroite dans un réseau de solidarité tissé autour de liens familiaux et professionnels contribuait à réduire l’incertitude liée à une vie nouvelle. Le départ pour Paris, si l’on en croit Fr. Rivet, fut ressenti comme un déchirement par sa mère, veuve depuis peu, et son grand-père désireux de les voir rester auprès d’eux. En revanche, il y a tout lieu de croire que la rupture causée par cette première migration, qui marquait le passage de la campagne à la ville, des champs à l’usine, fut tempérée, voire annulée, par la familiarité avec la capitale entretenue par le récit des migrants plus anciens, par l’existence d’un réseau de solidarité qui prolongeait les liens forgés au pays et par la sécurité affective d’une installation en famille. En ce sens, l’aventure américaine empruntait une voie moins balisée.

  • 8 A. Foucrier, « La prémigration par Paris au xixe siècle. Les pionniers français dans la ruée vers l (...)
  • 9 9,2 % des passagers français au départ du Havre pour la Californie entre 1849 et 1851 sont des marc (...)

8Elle n’en est pas moins conforme aux parcours de beaucoup de migrants dont le départ vers l’étranger était souvent précédé d’un premier déplacement à l’intérieur du pays, en particulier d’un séjour à Paris8. En permettant l’accès à l’information et des contacts personnels, la capitale constituait une étape utile, sinon nécessaire, pour changer d’échelle géographique et envisager une carrière professionnelle à l’étranger. Le profil de Fr. Rivet était aussi proche d’autres migrants français à destination de l’Amérique dans la mesure où il ne cherchait pas à fuir la misère, mais bien à accélérer son ascension sociale9. Mais à la différence de la plupart des candidats au départ, il disposait d’une réelle aisance matérielle qui allait de pair avec un projet professionnel mûrement réfléchi et préparé.

  • 10 Sur l’immigration aux États Unis, voir J. Bodnar, The Transplanted : A History of Immigrants in Urb (...)

9En fondant une nouvelle société d'affaire avec ses cousins Jean et Tony Pellissier, Fr. Rivet possédait désormais le statut de plein associé auquel revenait la responsabilité d’assurer le développement de la filière américaine. Il lui fallait construire l’usine – ce qui fut chose faite avant 1893 –, la faire fonctionner et écouler sa production. Comme lors de la montée définitive à Paris, l’installation à Brooklyn procédait d’un choix délibéré en vue d’accéder à un statut supérieur, en s’appuyant sur des ressources familiales. Elle ne fut pas exempte de risques, mais elle reposait sur des assises matérielles qui rendaient la réussite envisageable. L’émigration vers l’Amérique, plus qu’un saut dans l’inconnu, résonnait déjà comme un accomplissement, comme la récompense du chemin parcouru, comme la promesse d’une ascension en marche10.

  • 11 Lettre de Fr. Rivet à Jean Pellissier, le 31 décembre 1902 : « Toute la colonie de Brooklyn se join (...)
  • 12 Fr. Rivet n’a pas cherché à embaucher en priorité des ouvriers français même si quelques uns occupa (...)
  • 13 Lettre de Fr. Rivet de Brooklyn à J. Pellissier, le 30 avril 1902 : « Hier soir grand souper au res (...)
  • 14 On observe une différence entre les femmes qui sont parties dans le cadre familial ou qui ont rejoi (...)
  • 15 Lettre de Marie Rahon à sa sœur Victorine, le 6 mars 1901 : « Toute la journée entendre parler sans (...)

10Du point de vue familial, elle se déroulait dans les mêmes termes que celle qui avait conduit à Paris. François Rivet s’installa dans la maison qu’il fit construire à côté de l’usine, sur Stockton Street, avec sa femme, Marie Rahon et leurs deux enfants ; ils furent rejoints après 1893 par Victorine, la sœur de Marie et son mari, Fred Sumy, d’origine suisse qui fut chargé de superviser les ateliers. Ils formaient, selon leurs dires, une petite « colonie » soudée et autonome qui offrait un cadre sécurisant et familier face à un environnement qui leur étaient étranger par la langue, la culture et les relations11. Il va de soi que Fr. Rivet fut celui qui eut les contacts les plus nombreux et les plus variés avec l’extérieur : l’usine le mettait aux prises chaque jour avec une cinquantaine d’ouvriers, pour l’essentiel d’origine italienne, piémontaise en particulier12 ; les affaires le faisaient côtoyer les coupeurs français et le monde de la chapellerie new-yorkaise et le conduisaient fréquemment à Manhattan au restaurant, sur les docks ou auprès de l’administration des douanes13 ; et ses centres intérêts plus personnels l’ont amené à devenir membre de l’Académie de photographie de Brooklyn. Aucune de ces relations ne s’est teintée d’amitié. Même la confiance que lui inspirait le courtier Mac Govern resta de nature strictement professionnelle. Il est resté également en marge des institutions qui visaient à fédérer la communauté française de New York (la Société française de bienfaisance, Le Courrier des Etats-Unis), comme si la famille élargie et le milieu des coupeurs français suffisaient à vivifier une identité qui n’avait pas besoin de structures collectives pour survivre. Ses relations dépassaient donc de loin le cercle familial et celui de la petite communauté française de Brooklyn, mais elles furent toujours marquées par la distance et la retenue. Ses enfants, sans quitter le refuge de Stockton Street, se sont ouverts au monde qui les entouraient en apprenant l’un et l’autre l’anglais et, dans le cas d’Émile, en fréquentant l’école et en suivant un apprentissage chez un diamantaire de Manhattan. Valérie, l’aînée, s’est forgée au cours de ses années américaines une volonté d’indépendance et une curiosité qui tranchait avec l’incapacité de sa mère à s’adapter à un environnant où tout lui était étranger, à commencer par la langue que cette femme, qui écrivait phonétiquement le français, n’a jamais maîtrisé suffisamment pour se faire comprendre sans l’aide de son mari ou de ses enfants14. La barrière linguistique a renforcé son repli sur la sphère domestique dont elle sortait cependant accompagnée de sa sœur pour faire quelques emplettes à Manhattan, et de toute la famille lors des sorties aux théâtres qu’ils semblaient tout particulièrement affectionner. À la fin de l’hiver 1901, elle alla jusqu’à accompagner son fils, convalescent d’une pleurésie, dans la station climatique de Lakerwood, où elle se sentit désemparée devant un environnement dont elle ne comprenait pas la langue et qui la privait de tous ses repères familiers15. Elle vécut son exil américain comme une pénitence.

11Au cours des neuf premières années du séjour américain, entrecoupé d’au moins trois retours en France, il ne semble pas que la séparation d’avec la mère-patrie fût une souffrance, si l’on se base sur les lettres peu nombreuses conservées pour cette période, à la fois parce que le noyau familial fut transplanté outre-atlantique et parce que la dispersion géographique de la parentèle était un phénomène courant et ancien dans des communautés marquées par de fortes traditions migratoires. Comme la famille élargie trouvait rarement d’occasions d’être réunie au grand complet, la dispersion était vécue comme une composante fondamentale de l’identité collective qui, loin de mettre à mal la cohésion du groupe, donnait l’opportunité de montrer, par des gestes tangibles, que les liens de parenté n’étaient pas affectés par la distance. Car la famille élargie reposait sur des pratiques d’entraide et d’échanges mutuels qui s’exprimaient quand un parent demandait à être hébergé ou cherchait du travail. Ainsi Fr. Rivet qui avait bénéficié de la présence à Paris de membres de sa parentèle (Pellissier, Liandier) fit venir, en 1893, à New York sa belle-sœur et son beau-frère Sumy et plus tard, pour quelques mois, son neveu Rahon. Ces services réciproques obligeaient la famille toute entière, même s’il est sans doute abusif de croire que celui qui avait reçu de l’aide pouvait rembourser sa dette envers n’importe quel autre membre de la famille. Si la parentèle demeurait encore au tournant du siècle une réalité vivante fédérée par un fort sentiment d’appartenance commune, elle n’en était pas moins compostée d’un agrégat de familles nucléaires qui distribuaient de manière préférentielle leur solidarité du plus proche au plus lointain.

12Alors que la dispersion de la famille élargie pouvait passer pour une ressource, celle qui affectait les parents et les enfants était en revanche plus difficilement acceptée sur le plan affectif. Ce sort était commun à beaucoup de familles de à l’époque industrielle et à ce titre la famille Rivet n’avait rien d’exceptionnel. Mais parce qu’un océan les séparait, la distance a été perçue comme à un obstacle à des retrouvailles fréquentes et comme une entrave insurmontable à la participation à des événements où l’unité familiale devait s’afficher – naissance, mariage, décès – suivant l’idée que la proximité, qui permettait de se rendre physiquement présent, était toujours préférable à des rencontres longues, mais espacées dans le temps.

Souffrir

  • 16 C. Chotard-Lioret, « Correspondre en 1900, le plus public des actes privés ou la manière de gérer u (...)

13La correspondance oppose une double résistance à l’appréhension de la souffrance causée par la séparation. Elle tend à la minimiser car elle impose une grande retenue, une maîtrise des sentiments, un respect des rapports d’autorité et ce, plus encore, quand elle est destinée à être lue à plusieurs voix. Elle sait aussi la mettre en scène, l’exagérer pour mieux la banaliser tant l’expression emphatique des émotions avouables (mélancolie, fatigue...) envahit l’écriture bourgeoise. Il n’y a pas de domaines où l’illusion de vérité attachée à l’échange épistolaire apparaît plus crûment. Il n’y a pas de sujets non plus où le lien entre le contenu et la fonction de l’échange épistolaire est plus évident. L’expression des sentiments causés par la séparation est chargée, en effet, d’évoquer ce que la correspondance a vocation à résorber. C’est l’un des rares sujets où le registre de l’intime qui est d’ordinaire occulté dans les lettres a une place légitime car il exprime des émotions certes individuelles mais en rapport avec l’attachement au groupe familial16.

14Si tous les membres de la famille Rivet se lamentaient, à longueur de lettres, de l’absence et de la séparation, leur plainte prit des accents désespérés en certaines circonstances. La mère de François Rivet, Jeanne Malbet, qui redoutait plus l’éloignement que la séparation, prit la plume le 12 février 1891 pour tenter de faire renoncer son fils à son projet de départ pour l’Amérique :

« Mes très chers enfants,
J’ai été vivement affligée par la triste nouvelle que vous venez de m’annoncer. Voilà trois semaines que je suis malade. Tu as fini de m’accabler, mon cher fils, à quoi penses-tu, tu vas avoir bientôt 40 ans. La vie est si courte pour tant entreprendre ; tu vas risquer ta vie et celle de ta chère famille, aller l’exiler dans un pays lointain, il faut que tu sois bien dénaturé. Viens chez toi, tu as une assez belle position et tu seras la consolation de la malheureuse sœur et de ta pauvre vieille mère. Nous finirons de passer ensemble les quelques jours qui nous restent à vivre, nous serions bien tranquilles si tu n’y vas pas, mon cher fils. Je t’en supplie si tu ne veux pas venir en Auvergne, reste à Paris ; les autres gagnent bien leur vie et, toi, tu es bien capable aussi de gagner la tienne si tu restes à Paris. Je finis avec le cœur bien gros, avec la triste certitude de ne plus vous revoir votre mère bien affligée. Veuve Rivet. »

15À la suite de la lettre, elle écrit à sa petite-fille et à sa bru :

  • 17 Lettre de Jeanne Malbet, veuve Rivet, à son fils, François, 12 février 1891.

« Ma chère Valérie,
Je ne t’en mettrai pas bien long car je suis bien fatiguée et bien chagrinée. Quand j’ai lu ta bonne lettre, j’étais bien contente, mais celle de ton papa a bien changé ma joie en tristesse. Tu m’invitais pour l’année prochaine de venir à Paris avec ta tante, mais ton papa en a bien disposé autrement : il se trouvait pas encore assez loin de nous, il veut aller encore plus loin. Dis-lui que je trouve bien dénaturé et tache de l’empêcher, j’en mourrai de chagrin. Je t’embrasse comme je t’aime.
Chère Marie,
N’écoutez pas Rivet, n’y allez pas exposer votre vie et celle de vos chers enfants. Il est trop ambitieux et l’ambition a été toujours la perdition de l’homme17. »

  • 18 Lettre de Fred Sumy adressée de Brooklyn aux Pellissier et à Fr. Rivet, 7 novembre 1900 : « Rien d’ (...)
  • 19 Lettre de Charles Chauvard adressée de Versailles à son futur beau-père, François Rivet, le 28 octo (...)

16Dix ans plus tard, c’est au tour de Valérie d’exprimer le chagrin que lui causait un mariage imposé qui la privait de ses parents et d’un univers dans lequel elle avait passé sa jeunesse et qu'elle aimait profondément. La distance a ajouté à la douleur en donnant le sentiment d’une rupture définitive et de choix irréversibles. Elle dut quitter la petite colonie de Brooklyn18 dont la composition était restée inchangée entre 1993 et 1900 pour épouser en novembre 1900 Charles Chauvard, marchand de combustibles à Versailles et fils de cantalous installés à Paris depuis une génération. Le mariage, envisagé depuis 1897, avait été négocié par son père, François, et Valérie, non sans réticence, y avait donné son consentement par respect envers l’autorité paternelle. À défaut de s’être souvent rencontrés, les futurs époux s’étaient écrit, à la demande surtout de Charles19, mais ils se connaissaient à peine quand le mariage fut célébré en l’église Saint-Germain de Bagnolet le 17 novembre 1900. Dans les jours qui suivirent François Rivet et sa femme regagnaient New York où les attendaient leur fils et les Sumy et Valérie s’installa à Versailles, rue Albert Joly, dans une maison qu'elle devait un temps partager avec la famille de son beau-frère. Enfin, François Rivet et sa femme souffrirent de la décision qu’ils avaient prise au nom de l’intérêt leur fille et n’eurent de cesse de regretter, par la suite, leur absence auprès d’elle dans des moments importants, à la naissance de ses enfants par exemple.

17Tous trouvèrent des mots ou des images pour dire la distance qui les séparait. Pour la grand-mère, qui ne quittera sa montagne qu’une seule fois dans sa vie pour se rendre durant l’hiver 1904 auprès de sa petite-fille à Versailles, la distance – qu'elle devait juger gigantesque – était synonyme d’espacement des visites et rendait définitive une séparation qu'elle s’était pourtant habituée à gérer depuis que son fils s’était installé à Paris. Le lointain, dans son esprit, commençait aux portes du canton ; il eut pour nom Paris, avant de prendre celui de l’Amérique.

18Chez Valérie, la distance qui la séparait de ses parents prit, dans sa première lettre, la vision du transatlantique qui s’éloignait pour finalement disparaître :

  • 20 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard adressée de Versailles à ses parents à Brooklyn, le 16 novembre 19 (...)

« Très chers parents,
Au moment où cette courte lettre vous sera remise, la distance nous séparant ira croissant avec toute la rapidité du bateau. Il me semble vous voir tous deux paisiblement et tristement réunis, les yeux gros de larmes, la pensée fixée sur la même personne qui à cette heure réalise l’absence et le vide qu'elle cause et se demande si avant longtemps elle n’éprouvera pas de cuisants regrets20. »

19Pour son père, aussi, l’étendue qui le séparait de ses enfants était palpable quand un transatlantique accusait du retard à cause du mauvais temps ou quand il faisait lui-même la traversée jugée physiquement éprouvante.

20Les uns et les autres ne se sont pas contentés de dire la douleur que leur causait la distance, ils ont aussi cherché à l’abolir. Valérie, dont la plainte était sincère, usa de tous les procédés mentaux. Elle exprimait une communion de pensée et de sentiments avec les siens qui transcendait la séparation. Non sans paradoxe, elle échangeait les rôles en faisant prendre à ses parents sa place et en endossant la responsabilité de son mariage :

  • 21 Ibidem.

« J’ai agi sans contrainte mais je reconnais qu’il a été cruel à moi de prendre cette décision après toute la tendresse et l’affection que vous m’avez toujours montrée en toute occasion, je me rends compte de tout le mal que je fais à ma pauvre maman, la principale victime en cette circonstance et je lui en demande pardon la priant de me l’accorder sans arrière pensée aucune et de ne pas croire malgré tout à de l’ingratitude par le fait même de cet abandon. Je vous remercie tous deux de tous les sacrifices que vous avez faits pour moi et de toutes les bontés dont vous m’avez comblée jusqu’ici, je vous en garde une reconnaissance éternelle quoi que cela paraisse un bien vain mot mais mon cœur se fond à l’idée que vous pourriez (m’accuser ?) d’égoïsme et d’ingratitude21. »

21Le désir d’abolir, le temps d’un instant, la distance trouvait refuge dans le souvenir des lieux et des êtres. Dans une lettre écrite un mois plus tard, le 10 décembre 1900, on peut lire :

  • 22 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard adressée de Versailles à ses parents à Brooklyn, le 10 décembre 19 (...)

« [...] Dimanche soir en dînant nous pensions à ce que pouvaient bien être les occupations de chacun à l’heure correspondante à Brooklyn. Je voyais Emile sur la route de Coney brûlant le Cycle Path, mon père bouclé dans la salle de bain avec tout son attirail de flacons, de plateaux, de verres gradués et enfin ma bonne maman répétant pour la centième fois déjà les divers incidents du séjour en France. Vous ne sauriez vous imaginer quelle profonde émotion j’ai ressentie en me trouvant autour de cette même table où pendant tant de repas on s’était réunis les uns après les autres, à chaque instant la porte semblait devoir s'ouvrir et l’un de vous m’apparaître le visage souriant avec cette indéfinissable expression où je trouvais toujours que de la bonté et de l’indulgence à mon égard. Vision chimérique qui n’eut pas de réalisation autrement que par le souvenir22. »

  • 23 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à son fils Émile, le 6 janvier 1902 : « Nous avons bi (...)

22Son frère, Emile, lors du long séjour qu’il fut chez sa sœur pour des raisons de santé entre juin 1901 et l’été 1902, ressentait une telle nostalgie de Brooklyn que son père l’invita à chasser ses souvenirs23.

23L’ultime consolation pour s’épargner les affres de la séparation consistait à vivre dans l’attente des retrouvailles en tentant d’oublier le présent. Valérie s’accrocha à cette perspective :

  • 24 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard adressée de Versailles à ses parents à Brooklyn, le 10 décembre 19 (...)

« Je n’insiste pas, il est inutile de peser davantage sur tous ces discours qui jettent la tristesse sur la tranquillité et le bonheur habituel, les jours continuent leurs cours et me rapportent lentement mais sûrement du moment où il me sera permis de vous serrer à nouveau dans mes bras et vous embrasser avec effusion pour me rattraper du temps perdu24. »

24Charles comprenait à quel point la perspective de retrouvailles soulageait la tristesse de sa femme et de sa belle-mère, mais il craignait que la nouvelle séparation qui suivrait immanquablement ne ravinât les plaies et n’ouvrît un cycle sans fin. Il confia ses inquiétudes à ses beaux-parents dans une lettre écrite le 14 janvier 1901 :

  • 25 Lettre de Charles Chauvard adressée de Versailles à ses beaux-parents, le 14 janvier 1900.

« Pourquoi vous laissez ainsi abattre par cette cruelle séparation, je me rends très bien compte que l’absence de Valérie a dû et doit être surtout pour vous un vide très grand et que la contemplation des derniers souvenirs en votre possession de votre chère enfant n’a pas été sans vous fendre le cœur et laisser couler des larmes ; Valérie vous a toujours aimée et a su à tout instant vous prouver son affection... Bientôt j’espère que nous aurons le bonheur d’être réunis, pour peu de temps hélas ! mais enfin nous vivrons de la même vie pendant un mois et cet espoir rend ma Valérie heureuse et devra vous combler de bonheur, mais... et oui mais, que notre présence parmi vous ne soit pas la cause d’ennuis, de chagrins et de plaintes nouveaux lorsque l’heure de la séparation aura encore une fois sonnée, que nous eussions le bonheur de vous voir heureux de nous revoir et sagement résignés à notre départ ; car s’il en était autrement à quoi bon l’exil ? que deviendrait votre existence là-bas, est-il ou serait-il nécessaire que vous supportiez plus longuement les ennuis d’une séparation dans un esprit de lucre, vous avez déjà fait le sacrifice de vos enfants, au figuré j’entends ! devez-vous faire de votre bonheur, de votre vie en faisant abnégation de vous mêmes ; vous nous ne le devez pas et nous ne le voulons pas25. »

Écrire

25Le moyen le plus durable dont Valérie usa pour combler le vide laissé par ses proches fut d’écrire et d’appeler de ses vœux l’envoi de lettres régulières qui donneraient des preuves tangibles de son attachement et de sa fidélité. La foi qu'elle mit dans la correspondance est éloquent dès sa première lettre :

  • 26 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard adressée de Versailles à ses parents, le 16 novembre 1900.

« Puisse le ciel vous accorder une assez bonne traversée pour la saison et vous ramener à New York sans trop de retard ; la nouvelle de l’arrivée du bateau sera impatiemment attendue, mais votre première lettre nous donnant les détails du voyage sera la seule chose qui me rapporte un peu de vous et de tous les absents si chers26. »

26La lettre écrite le 4 janvier 1901, après des fêtes de fin d’année passées loin des siens, est plus explicite encore sur les vertus du courrier :

  • 27 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard adressée de Versailles à ses parents, le 4 janvier 1901.

« Me voici devant une feuille de papier ma seule ressource pour passer quelques moments auprès de vous, à part les fréquentes rêveries où ma pensée prend son vol vers Brooklyn et me fait revivre en quelques secondes toutes les péripéties qui ont illustré les heureuses années que j’ai passées dans ma famille. Il ne me reste que la correspondance pour combler un peu le vide de la séparation, rapprocher un peu les distances dont l’immensité rend encore plus sensible la solitude qui m’environne lorsque je suis chez moi. Dieu sait combien elle me pèse aujourd’hui ! Il y a si longtemps que je n’ai pas eu de vos nouvelles ! 15 jours après demain dimanche que j’attends comme sœur Anne l’arrivée de chaque courrier ne m’apportant hélas qu’une déception27 ! »

27Valérie Rivet ne pouvait mieux énoncer la fonction assignée à l’échange épistolaire : sauvegarder un lien mis en péril par l’éloignement, engager sa fidélité par l’écriture, exprimer une communauté de sentiments. Elle démontre plus que les autres membres de la famille combien les lettres parlent d’elles-mêmes, de leur rédaction, de leur réception et de leur lecture, combien elles sont le signe tangible d’un pacte qui, dans le cas des Rivet, a été respecté.

  • 28 Sur l’autonomie épistolaire, voir J. Hébrard, « La lettre représentée. Les pratiques épistolaires p (...)

28Si l’on excepte les quelques mois où la famille a été de nouveau réunie – en mars 1901 à la faveur de l’unique voyage de Charles et Valérie à Brooklyn et durant les étés 1902 et 1903 que les Rivet passèrent en France, les échanges épistolaires furent incessants. Valérie envoyait une à deux lettres par semaine, à laquelle s’ajoutait souvent celle écrite par son mari ; Fr. Rivet leur écrivait suivant une moindre fréquence en associant Marie dont la mauvaise maîtrise de l’écrit ne facilitait pas son autonomie28. Entre décembre 1900 et juin 1905, Valérie adressa à ses parents 290 lettres, son mari 78 et son père leur écrivit une centaine de fois. Celui-ci numérota toutes celles qu’il avait reçues et prit soin de relier les copies carbone des lettres dactylographiées qu’il avait envoyées, selon l’usage en vigueur pour les lettres d’affaires. Ce geste de collation faisait entrer la correspondance dans un autre temps, celui de la mémoire où le plaisir de la relecture actualisait le passé, réveillait les souvenirs et invitait les lecteurs ultérieurs – en l’occurrence les générations à venir – à entrer dans l’intimité d’un moment d’unité familiale fondateur. Si seules les lettres écrites, de part et d’autre, entre 1899 et 1905 ont été systématiquement conservées, ce n’est pas un hasard, mais bien le fruit d’une volonté intentionnelle de faire de ces lettres le signe tangible d’un moment exceptionnel qui avait mis la famille à l’épreuve tout en permettant d’exprimer ouvertement des sentiments et des impressions qui d’ordinaire étaient tus.

  • 29 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses cousins Pellissier, le 29 juillet 1900 : « Enco (...)

29François Rivet ne faisait cependant que consacrer un peu plus de temps à des usages dont il était coutumier. Il guettait déjà l’arrivée des transatlantiques qui apportaient le courrier de Paris en une dizaine de jour, s’empressait d’achever une lettre pour qu'elle partît à la dernière levée et comptait les distances en temps de traversée, se plaignant sans cesse de la lenteur du courrier en provenance de France29. Son impatience fut seulement un peu plus vive quand il s’agissait de recevoir une lettre de ses enfants. Il avait déjà pris l’habitude de faire des vicissitudes des postes et des sentiments liés à l’absence ou l’arrivée du courrier le sujet par lequel il introduisait toutes ses lettres. Il remerciait avec effusion quand il en recevait et se plaignait du peu d’entrain que son fils mettait à lui écrire lors de son séjour en France en 1901. Le procédé était habituel chez ceux qui entretenaient une correspondance dans la durée ; il dit aussi prosaïquement le plaisir de toucher, de voir et de lire la lettre d’un être aimé.

30Si les lettres adressées par Fr. Rivet aux Pellissier comportaient surtout des informations d’ordre professionnel, elles servaient aussi de support à la transmission d’informations très diverses, y compris d’ordre familial compte tenu des liens de parenté qui les unissaient. Il semble que les lettres écrites par les Pellissier, malheureusement perdues, étaient plus riches encore de détails sur les événements du quotidien et les connaissances qu’ils avaient en commun. Les courriers réguliers adressés par Valérie et Charles outre-atlantique à partir de décembre 1900 contribuèrent à augmenter la masse des informations en provenance de France ; elles concernaient non seulement leur foyer et leurs deux premiers enfants, nés en 1902 et 1904, mais aussi tous les parents auxquels ils avaient l’habitude de rendre visite dans le XXe arrondissement, les associés de leur père et leurs connaissances communes dans la communauté auvergnate.

  • 30 V. Isambert-Jamati, Solidarité fraternelle et réussite sociale. La correspondance familiale des Dub (...)

31La famille Rivet était donc partie prenante d’un réseau qui se déployait des deux côtés de l’Atlantique et qui fonctionnait à la fois sur la base de contacts personnels et d’échanges épistolaires30. Fr. Rivet fréquentait à New York des compatriotes auxquels sa fille écrivait personnellement ; de même, celle-ci rencontrait lors de visites dominicales les Pellissier avec lesquelles il échangeait des lettres d’affaires. 11 recevait aussi – plus rarement – des lettres de sa mère, de sa sœur, de son oncle Pierretu restés au pays et Valérie ne manquait jamais de lui transmettre toutes celles qu’elle avait reçues de sa grand-mère.

32Dans une famille où les générations ont vécu loin des autres, la distance n’était pas une variable qui pesait sur la fréquence et la richesse informative de la correspondance. Elle repoussait certes le moment de la réception pour ceux qui étaient les plus éloignés, mais elle n’était d’aucun effet sur la position dans le réseau de correspondance. D’autres critères entraient en ligne de compte : faute d’une maîtrise suffisante, la mère et la femme de Fr. Rivet ont peu écrit ; par paresse, Emile était peu porté sur l’écriture prétextant qu’il n’a rien à dire de plus que sa sœur. En revanche, père et fille écrivaient une fois par semaine une lettre adressée à toute la famille.

33Grâce à ses nombreux correspondants, Fr. Rivet fut aussi bien informé des vicissitudes de la coupe, des histoires du pays que s’il habitait n’importe où en France. J. Pellissier l’entretenait de menus événements qui secouaient le pays d’Ardes dont il était originaire : il lui commenta, pour le déplorer, le premier enterrement laïc et l’abreuvait de nouvelles sur la nébuleuse d’amis et de connaissances restées au pays.

34Il y a, par ailleurs, tout lieu de croire que François Rivet, en recevant des lettres de personnes qui se fréquentaient, les Pellessier et sa fille entre autres, trouvait un réconfort à son absence dans le récit, sous des plumes différentes, des mêmes micro-événements qui lui étaient rapportés. Le franc-parler de Valérie éclairait sous un autre jour les paroles plus feutrées des Pellissier en restituant beaucoup du jeu social où tout n’est jamais dit et ni interprété de la même manière. Il apprenait ainsi par sa fille les propos tenus à la table des Pellissier que ceux-ci s’étaient bien gardés de lui rapporter dans leur propre courrier. Il restait partie prenante d’une sociabilité familiale et communautaire faite de rencontres et d’échanges épistolaires.

Échanger

35Si la correspondance fut l’instrument le plus sûr pour prouver à chacun son appartenance à une communauté vivante, d’autres pratiques, plus épisodiques mais non moins importantes, sont venues s’y ajouter. Il s’agit, d’abord, de l’envoi de journaux et magazines qui étaient joints aux lettres. Fr. Rivet en remercie ses associés en ses termes :

  • 31 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses cousins Pellissier à Paris, le 16 février 1900.

« Nous avons rentré une partie des 117 balles arrivées sur la Gascogne ; les agendas et les caricatures ont été reçus avec le plus grand plaisir et, de la part de tous je vous remercie infiniment de votre aimable attention ; je n’ai pas encore eu le temps de savourer les caricatures, mais quelques unes vues en passant me paraissent réussies31. »

36Dans le sens inverse, la presse américaine était régulièrement envoyée à Valérie.

  • 32 Lettre d’Émile Rivet adressée de Brooklyn à sa sœur Valérie, le 18 septembre 1900.

« Je pense, lui écrit Émile, que vous aurez reçu les journaux que j’ai envoyé et que tu aura vu les nouvelles parodies de Weber & Fields32. »

  • 33 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard adressée de Versailles à ses parents, le 28 décembre 1900 : « Nous (...)
  • 34 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard adressée de Versailles à ses parents, le 4 janvier 1901 : « J’ai e (...)

37Au cours du mois de janvier 1901, Valérie fit à trois reprises allusions aux journaux, d’abord pour dire qu’il ne fallait pas y consacrer trop de temps33, ensuite pour remercier de leur arrivée34 et commenter leur contenu :

  • 35 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard adressée de Versailles à ses parents, le 17 janvier 1901.

« Je reçus aussi dans le courant de la semaine le Herald mais les gravures sont de beaucoup inférieures à certaines autres de la même époque de holidays. Un calendrier de Otto Huber envoyé par M. Conrad sans doute m’est parvenu dans des conditions déplorables, le rouleau qui le renfermait avait été aplati et les gros moines ventrus avaient dû souffrir grandement car ils grimaçaient horriblement par l’effet du papier qui a été froissé et le vernis brisé. Je ne remercie pas moins l’expéditeur pour son sympathique souvenir. À propos je vous ai adressé quatre éphémérides en deux envois et ai toujours omis de vous en parler. Voici leur destination. Un pour vous un autre pour ma tante un troisième pour Mr Conrad et enfin le 4e pour Mme Romanet35. »

  • 36 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses cousins Pellissier, le 28 décembre 1900 : « Une (...)
  • 37 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses enfants, le 5 mars 1902 : « Nous venons de pose (...)
  • 38 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses enfants, le 29 janvier 1902 : « Mon cher Émile, (...)
  • 39 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses enfants, le 12 mars 1902 : « Nous vous prions d (...)

38À côté des journaux, ce sont des objets en tout genre, offerts en cadeaux ou bien commandés, qui circulèrent des deux côtés de l’Atlantique. Valérie, après son mariage, avait tenu à aménager son nouveau foyer avec des meubles américains qui lui furent expédiés au premier semestre 190 136. Elle passa de fréquentes commandes en indiquant à ses parents le nom des boutiques new-yorkaises où ils pouvaient se fournir. À l’occasion de la naissance de son fils André en 1902, une chaise d’enfant et une voiture pleines à craquer sont envoyées à Versailles37. Lors de son séjour en France, Émile reçut un manteau qui lui déplut et un revolver38. Charles commanda des bottes. À mesure que le retour définitif se rapprochait, les offres de service de Fr. Rivet se firent plus pressantes39 ; il proposa ainsi à un plombier d’Ardes de lui acheter les outils qu’il ne pouvait se procurer en France.

  • 40 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses enfants, le 5 février 1902 : « Fred réussit à p (...)

39Si les envois des États-Unis vers la France furent les plus nombreux, l’échange fut loin d’être à sens unique. Marie Rahon reçut de sa fille une couverture quelle ne voulut pas utiliser de peur de l’user40 ; Fr. Rivet fut heureux de découvrir une boîte entière de pastilles Vichy généreusement envoyée par un ami rencontré en cure dans la ville homonyme.

40Ces commissions et ces cadeaux, qui n’étaient pas réservés à la seule famille, contribuaient à créer une vraie proximité car ils impliquaient les protagonistes dans un projet commun dont les étapes étaient décrites d’une lettre à l’autre. On passait commande, on attendait, on recevait, on remerciait d’un côté, on proposait, on recherchait et on expédiait de l’autre. Le retard des postes, le mauvais état des colis et les tracasseries des douanes offraient le prétexte de communier dans l’adversité.

  • 41 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses cousins Pellissier, le 8 juillet 1894 jointe : (...)

41À tous ces objets, Fr. Rivet a ajouté l’envoi de photos que prenait lui-même ce grand amateur, membre de la Fotografic Academy of Brooklyn. À ces heures perdues, il les développait et transposait le négatif sur des plaques de verre qu’il a précieusement conservées en les classant et les indexant. Cette passion explique pourquoi l’échange de photos fut asymétriques, Fr. Rivet ayant beaucoup plus envoyé qu’il ne reçut. La famille ne fut pas la première à en bénéficier, même si sa mère et sa sœur ont dû en recevoir au début de son séjour américain. Les Pellissier, en qualité d’associés, eurent droit, en 1894, à un envoi de vues de l’usine commentées dans une lettre41. Les traversées transatlantiques donnaient lieu à des photos de groupes qu’il tirait en plusieurs exemplaires et expédiait à ceux qui avaient pris la pose. Les nombreux clichés pris lors de ses séjours en France – à Paris, à Vichy et au pays – étaient développés à son retour à Brooklyn et venaient alimenter des envois pendant plusieurs mois.

42François Rivet écrit ainsi à ses cousins :

  • 42 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses cousins Pellissier, le 11 avril 1900.

« J’envoie à ma cousine T. Pellissier les photos dont elle m’avait parlé et 2 de Vichy dans lesquelles se trouve le cousin T42 ».

43En janvier 1900, Valérie y consacra un long développement dans une lettre :

  • 43 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard adressée de Versailles à ses parents, le 5 janvier 1901.

« J’arrive aux photos, parvenues en même temps que la lettre et parcourues immédiatement après. Elles ont été trouvées fort ressemblantes à l'unanimité générale et par Charles en particulier qui se plaît à se contempler dans ses différentes poses d’amateur... Je te donne plus loin la liste de celles que nous aimerions encore avoir en usant de ta grande bonté cher papa. Dimanche dernier Charles et moi sommes passés au bazar et j’ai fait emplette de cartes pour les monter, de câble, d’un rouleau et même d’un presse-papier en verre pour les couper. Tu n’as donc qu’à les expédier « brut » et je me charge de ce petit travail que je te sais ne pas affectionner beaucoup ; celles du bateau sont assez bonnes aussi, du reste tu sais que je ne suis guère exigeante et que dès que je puis distinguer au travers du brouillard la silhouette des personnes que je connais, je suis satisfaite. Tu serais fort aimable d’en envoyer une série à titre de souvenir à Eugène du Havre43. »

44Fr. Rivet lui-même appréciait de recevoir des photos et invitait son fils, lors de son séjour en France, à faire usage de son appareil :

  • 44 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à son fils Émile, le 3 décembre 1901.

« Ayant parlé photographie dans la lettre de ta sœur, cela me rappelle que je t’avais déjà exprimé le grand désir que nous avons d’avoir la tienne, surtout comparer avec ta précédente et voir si tu as vraiment changé quelque peu ; tache donc un beau jour de garnir ton appareil et de nous faire ce plaisir, surtout comme je te l’ai déjà recommandé, ne te donne pas le mal de préparer les solutions pour si peu, fais faire le développement et copies. Je crois que ta tante est en train de te faire une lettre, tu vas donc être bien servi en nouvelles44. »

45Celui qui vivait au loin maîtrisait l’outil qui lui permettait de montrer son cadre de vie et de fixer les moments partagés en famille. Non seulement il pouvait accompagner ses lettres de l’image, mais il était le seul, dans son entourage, à manier cette ressource qui lui valait d’être sollicité pour des reproductions et le plaçait au centre du milieu dans lequel il évoluait en France.

Recevoir

46En plus des échanges épistolaires, de l’envoi de cadeaux et de photos, les visites de voyageurs en provenance de l’autre rive de l’Atlantique contribuèrent à atténuer les effets de la séparation car elles mettaient en présence d’une personne qui ne portait pas de nouvelles plus fraîches que celles contenues dans la dernière lettre, mais qui pouvait répondre aux questions qu’on ne manquait pas de se poser et qui portait le regard d’un tiers sur des parents qui donnaient certes personnellement de leurs nouvelles mais au prix parfois de silences sur leur état de santé. Le visiteur était plus qu’un passeur de nouvelles, il était un double de son hôte qui avait accompli, il y a peu, ce que celui-ci aurait souhaité réaliser : être en présence de ses proches. Les visites n’échappaient pas à une certaine codification. En amont, elles étaient annoncées dans une lettre qui recommandait la bienveillance à l’égard du visiteur que les parents ne connaissaient pas le plus souvent ; en aval, elles faisaient l’objet d’une relation circonstanciée à celui qui l’avait envoyé.

47La visite elle-même était soumise à des règles de réciprocité : le voyageur trouvait bon accueil, conseil et aide, il apportait en échange des nouvelles et souvent des cadeaux que lui avaient confiés ceux qui l’avaient recommandé.

48François Rivet annonce en ces termes une futur visite en février 1901 :

  • 45 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses enfants, le 25 décembre 1901. Entre autres exem (...)

« [...] un Mr. Brun, de la Chaux de Fonds qu’Émile doit très bien se rappeler pour avoir été ensemble à un certain concert où l’on jouait « la marche des ours », qu’il nous a fredonnée ; il arriva samedi dernier par le Savoie [...] il va rester au 31 quelques jours seulement et partira ensuite faire une tournée dans l’Ouest : c’est un homme de 33 ans, très posé et très gentil ; comme il se propose de voir Versailles il ne se fera qu’un plaisir de vous porter tout ce dont vous pouvez avoir besoin ; veuillez donc nous faire savoir au plus tôt ce qui peut vous faire plaisir et nous profiterons de cette occasion pour vous l’envoyer45. »

49En recommandant à ses enfants des visiteurs, Fr. Rivet ne fit que prolonger une pratique dont il était coutumier avec les Pellissier. Il leur écrivit ainsi le 21 février 1900 :

  • 46 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses cousins Pellissier, le 21 février 1900.

« Je profite du voyage de mademoiselle Jeanne Beal pour vous envoyer quelques photos à titre de souvenir du bon temps que nous avons passé avec vous en France ; comme madame Serre est à Paris en ce moment, j’y joins celles qui lui sont destinées et je vous prie de lui faire mille compliments46

50Quelques semaines plus tard, on peut lire :

  • 47 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses cousins Pellissier, le 21 mars 1900.

« Il est regrettable en effet que vous n’ayez pu voir Mlle Jeanne car elle aurait pu vous donner de vive voix beaucoup de nouvelles d’ici47. »

51Le 30 mai de la même année, Fr. Rivet annonçait une nouvelle visite aux Pellissier en multipliant les recommandations :

  • 48 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses cousins Pellissier, le 11 avril 1900. Lettre de (...)

« J’ai dû vous adresser un gêneur qui ne sera cependant pas bien gênant : c’est un nommé S. Baron, membre de l’Académie de Photographie de Brooklyn – dont je suis membre aussi – qui, sachant que nous avions une maison et des partners à Paris m’a prié de lui donner une lettre de recommandation ; il désire, s’il peut trouver à s’accommoder sans être trop écorché passer l’été à Paris et, comme tout étranger, serait fort heureux que vous vouliez bien l’assister de vos conseils pour tous les renseignements dont il peut avoir besoin, lui indiquer un hôtel abordable ou une famille où il pourrait prendre pension etc etc. je crois que sa femme parle français, mais si toutefois il ne l’avait pas quand il viendra vous voir, s’il vient, vous n’aurez qu’à faire appeler Nillus et vous pourrez vous entendre ; vous ne pourrez guère causer lapins ou poil avec lui car il n’est pas de la partie, mais bien dans le journalisme, je crois48. »

52Grâce à l’étroitesse des liens tissés de part et d’autre de l’Atlantique, Fr. Rivet a su rester très présent auprès des siens. Il avait les dispositions intellectuelles pour écrire avec facilité et l’aisance financière pour exploiter les possibilités des lignes transatlantiques : l’envoi de lettres et d’objets et, dans les situations exceptionnelles, le télégraphe.

  • 49 Lettre à J. Pellissier, datée du 6 juin 1900 : « Continuez à bien remplir vos lettres, c’est le plu (...)

53Mais les nouvelles en provenance de France eurent beau affluer chaque semaine et rompre l’éloignement, elles ne suffirent à apaiser la nostalgie du pays. Fr. Rivet parla, en une occasion, de l’ennui qui imprégnait la vie à Brooklyn ; il évoquait ailleurs la longueur éprouvante du voyage, la dureté du climat pour justifier, il est vrai, la demande d’une indemnité de résidence49. Preuve que l’arrachement au pays avait un coût monnayable (10 000 francs par an !). Sans doute cherchait-il à apitoyer, mais aussi à traduire une réelle déchirure difficile à supporter après le départ de sa fille en 1900.

Revenir

54En vérité, Fr. Rivet ne conçut jamais le projet de s’établir définitivement aux États-Unis. Le retour qu’il fut dicté par l’échec de l’entreprise ou commandé par son accomplissement était le terme fixé à son séjour. Attendu, espéré, pressé, il était, dès le départ, l’horizon à atteindre. Fr. Rivet faisait partie de ses migrants pour qui l’arrachement au pays était vécu comme une étape provisoire et nécessaire pour s’assurer les conditions d’une vie meilleure au retour. Quoi qu’il fût advenu, il serait rentré, soit victime de l’envers du rêve américain, soit dans la position confortable et enviée des « Argentins » de Barcelonette. Son itinéraire s’est rapproché des seconds.

  • 50 Lettre de François Rivet à J. Pellissier, envoyée de France et datée du 21 janvier 1906 : « Comme v (...)

55L’émigration provisoire se doublait même de migrations saisonnières dans le sens inverse. S’il résida sans discontinuer à Brooklyn les premières années de l’installation, il fit au moins cinq voyages en France en 1895, 1897, 1900, 1902 et 1903. De juillet à septembre, ou d’août à octobre, le séjour américain était interrompu par deux mois de villégiature en France, partagés entre Paris, le Cézalier et Vichy où il suivait une cure pour se remettre du détestable climat new-yorkais. Ces allers et retours saisonniers anticipent le retour définitif en France en 190550. Sans céder à la tentation de lire l’itinéraire de Fr. Rivet en fonction de son aboutissement, maints signes montrent qu’il n’avait jamais vraiment quitter la France.

56Des choix fondamentaux qui engageaient l’avenir et la famille s’inscrivaient dans une stratégie tendue vers le retour. Jamais il ne fut question d’envisager pour sa fille une alliance avec un Américain, ni même avec le fils d’un coupeur français de New York. Le choix s’était porté sur un Auvergnat de Paris, qui n’était pas originaire du même pays, mais qui avait le mérite d’avoir connu une ascension sociale qui en faisait un beau parti. Le mariage scellait l’avenir de la famille en France.

  • 51 Lettre à J. Pellissier, datée du 9 juillet 1906 : « Il n’y a longtemps que je ne compte plus et n’a (...)

57Les acquisitions de biens sont également un indice de l’attachement préférentiel à l’espace d’origine. Il ne serait pas venu à l’esprit de Fr. Rivet d’acheter, comme les Chapal, une villa à Long Island51. Il ne songeait pas non plus à investir à Paris où il se contenta de louer un appartement. C’est bien plus tard qu’il fit l’acquisition d’un hôtel particulier situé boulevard de Charonne. On ne lui connaît pas de placements dans des immeubles de rapports à la différence de son associé. Il réserva l’argent qu’il avait gagné à acheter en 1902 une grosse maison à Ardes-sur-Couze dans laquelle il entreprit d’importants travaux pilotés depuis Brooklyn et des vergers dont il se préoccupait à distance de l’écoulement de la production auprès de parents restés au pays : sa mère, sa sœur et son oncle Pierretu qui veillait à la défense de ses intérêts.

58Les lettres écrites l’année qui précéda le retour, décidé dès 1904, révèlent un homme dont l’esprit était déjà ailleurs. Le 18 janvier 1905, il écrit à son ami Roussel :

  • 52 Lettre de François Rivet à Roussel de Vichy, le 18 janvier 1905.

« [...] fort heureusement l’occasion te manquera désormais car nous espérons bien venir cet été te serrer la main et te remercier en personne, et bien plus, ne pas être obligés de repartir, trop tôt, au gré de nos désirs, comme les années précédentes pour le pays des Yankees, et je vais à ce sujet, te dire en deux mots comment je me suis arrangé pour pouvoir rester en France. Désireux de plus en plus de pouvoir vivre là-bas, plus près de nos chers enfants de Versailles, de toute notre famille et amis, j’avais une fois fermement résolu de lâcher tout et de liquider ce printemps52. »

  • 53 Lettre de François Rivet adressée à l’oncle Pierretu, le 28 novembre 1904 : « Ici toute la petite c (...)

59Il prit tôt des dispositions pour que la société survive à son départ en laissant la direction pour deux ou trois ans encore à son beau-frère Sumy53, puis il consacra beaucoup d’énergie et d’argent à acheter des outils, des meubles et des objets décoratifs qui remplirent ses malles, enfin il n’eut de cesse de se projeter à l’heure où il retrouverait les lieux et les êtres qu’il aimait et qui étaient indissociablement confondus. Ainsi parle-t-il à son cousin :

  • 54 Lettre de François Rivet à son cousin Rivet, le 14 décembre 1904.

« Tu vas dire que je prends beaucoup de soin de ta santé, mais, ne m’en remercie pas ; c’est pour moi-même, par égoïsme que je parle. Ne crois-tu pas que j’envisage avec la plus grande terreur tout accident qui pourrait t’arriver juste au moment où nous allons enfin pouvoir nous retrouver réunis ; que serait pour moi l’Auvergne sans l’espérance de nous y trouver réunis un jour pour rattraper ensemble le temps d’absence perdu54 ? »

  • 55 P.-A. Rosental, « Migration de maintien et migration de rupture », Annales E.S.C., 6, 1990, p. 1403 (...)

60François Rivet faisait partie de ses migrants qui dissociaient l’espace vécu, le terme de la migration et l’espace investi, c’est-à-dire le lieu vers lequel étaient projetées leurs attentes pour reprendre la terminologie proposée par R-A. Rosental55. Il avait pour objectif de départ un séjour limité à quelques années, le temps d’amasser un pécule et retourner chez lui pour jouir du statut social nouvellement acquis. Ce projet initial n’a pas été révisé. Qu’il se trouvât à Paris ou à New York, Rivet fut toujours animé par le souci de renforcer les liens avec les siens. Sous la constance des objectifs, on peut tout de même mettre en lumière deux phases. Lors du séjour parisien, le maintien des liens avec l’espace de départ était passif tant l’environnement contribuait à l’entretenir. Fr. Rivet s’était marié au pays, il était parti tardivement accompagné de toute sa famille, il évoluait au milieu de compatriotes et de proches, il effectuait, au moins une fois l’an, un voyage en Auvergne. Lors du séjour new-yorkais, les liens se sont maintenus avec autant de vigueur grâce à des efforts vigoureux. Il mit ses facilités d’écriture au service d’une correspondance régulière ; il eut les moyens financiers de jouir de tous les avantages que la technique et les transports offraient pour transmettre des informations et expédier des objets ; et il était inséré dans un réseau familial et commercial où la mobilité et les déplacements de part et d’autre de l’Atlantique étaient fréquents. Toutes ces ressources furent mobilisées au profit des siens quand la famille fut dispersée à partir de 1900. Après 1904, il déploya au mieux son énergie pour préparer un retour qui rendait la séparation provisoire. Malgré la distance, il ne pouvait être plus proche des siens et mieux maintenir son autorité de pater familias et de protecteur que le séjour américain avait considérablement renforcée. La migration, parce qu'elle s’était accompagnée de l’enrichissement et de la renommée, a infléchi les liens familiaux dans un sens qui lui était favorable tant à l’égard de ses enfants qui lui étaient redevables de l’amélioration de leurs conditions, de sa parenté qui bénéficiait généreusement de ses faveurs que de ses lointains cousins et associés sur lesquels il avait pris l’ascendant. De la migration, il connaissait la contrepartie affective, mais aussi sa capacité à remodeler la configuration mouvante des hiérarchies familiales et de la réputation sociale. Une fois qu’il reçut au pays – le seul endroit qu’il lui importait et qu’il pouvait éblouir – le sobriquet de « Rivet l’Américain », l’objectif était atteint et il n’y avait plus lieu d’endurer plus longtemps les affres de l’éloignement. Du moins, ceux-ci pouvaient revenir dans les limites d’une certaine normalité.

  • 56 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard à sa mère, écrite Versailles le 17 janvier 1905 :
    « Ma chère Maman,(...)

61Sa femme Marie qui avait tant souffert de l’exil de sa fille avait sans doute fini par comprendre que la séparation n’était pas plus dure à vivre de New York que de l’Auvergne où son mari comptait s’installer56. La distance n’y faisait rien dès lors que l’on était séparé. François Rivet eut le dernier mot en avançant l’idée que la séparation, au demeurant inévitable, pouvait être modérée par une distance acceptable :

  • 57 Lettre de François Rivet adressée à ses enfants, le 1er février 1905.

« Je suis certain que si vous [...] ou Victorine étiez à Ardes, Marie penserait bien différemment, mais on ne peut cependant être tout le temps ensemble, et du reste, comme tu le dis fort bien, à la moindre alerte, on peut faire marcher le télégraphe et se réunir dans les 24 heures ou moins57. »

Notes

1 La correspondance est conservée par mon père, arrière-petit-fils de François Rivet.

2 R. Chartier, « Préface », dans C. Dauphin, P. Lebrun-Pézerat, D. Poublan, Ces bonnes lettres. Une correspondance familiale au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1995.

3 A. Châtelain, Les migrants temporaires en France de 1800 à 1914. Histoire économique et sociale des migrants temporaires des campagnes françaises au xixe siècle et au début du xxe siècle, Villeneuve d’Ascq, PUL, 1976.

4 Sur l’essor du port de New York, voir J. Heffer, Le Port de New York et le commerce extérieur américain, 1860-1900, Paris, Université de Paris I, 1986 et la synthèse de F. Weil, Histoire de New York, Paris, Fayard, 2000.

5 Les étapes de la vie de Fr. Rivet avant son installation en Amérique sont connues grâce à une lettre écrite en 1905 à J. P. Mac Govern, trésorier de la bourse de la fourrure pour chapellerie de New York et qui a été publiée après sa mort en 1927 dans la revue The american hatter.

6 O. Stark, « Labour migration as a reponse to relative deprivation », Journal of Population Economies, 1, 1988, p. 57-7 et L. Fontaine, « Solidarités familiales et logiques migratoires en pays de montagne à l’époque moderne », Annales ES. C., 6, 1990, p. 1433-1450.

7 G. Barbichon, « Provinciaux et provinces à Paris. Propositions pour l’analyse », Ethnologie française, 10, 2, 1980, p. 113-127.

8 A. Foucrier, « La prémigration par Paris au xixe siècle. Les pionniers français dans la ruée vers l’or de Californie (1849-1851) », dans D. Barjot et O. Faron (dir.), Migrations, Cycle de vie familial et marché du travail, Paris, Société de démographie historique et Association française des historiens économistes, 2002 (CADH no 3), p. 159-174.

9 9,2 % des passagers français au départ du Havre pour la Californie entre 1849 et 1851 sont des marchands négociants ; 16,6 % des propriétaires et des rentiers ; 22,8 % des artisans et des petits commerçants. Cf. A. Foucrier, op. cit., p. 170.

10 Sur l’immigration aux États Unis, voir J. Bodnar, The Transplanted : A History of Immigrants in Urban America, Bloomington, Indiana University Press, 1985 et N. L. Green, Et ils peuplèrent l’Amérique. L’odyssée des émigrants, Paris, Gallimard, 1994 (Découverte, 212).

11 Lettre de Fr. Rivet à Jean Pellissier, le 31 décembre 1902 : « Toute la colonie de Brooklyn se joint à moi pour vous envoyer nos salutations les plus affectueuses ».

12 Fr. Rivet n’a pas cherché à embaucher en priorité des ouvriers français même si quelques uns occupaient des postes exigeant une certaine qualification. Il ne cacha pas son contentement au départ volontaire d’un Français arrogant et mal vu des autres. Sur les Italiens, entre autres : S. L. Baily, Immigrants in the Lands of Promise. Italians in Buenos Aires and New York City, 1870 to 1914, Ithaca, Cornell University Press, 1990.

13 Lettre de Fr. Rivet de Brooklyn à J. Pellissier, le 30 avril 1902 : « Hier soir grand souper au restaurant le plus select de New-York donné par de Clermont aux Chapeliers Waring, Fred Burg, Thom et son fils, un Brennan, le grrrand Campbell, les deux Chapeaux et moi. »

14 On observe une différence entre les femmes qui sont parties dans le cadre familial ou qui ont rejoint leur mari et celles, plus jeunes, plus urbaines, mieux instruites qui ont tenté seules ou avec une amie l’émigration vers les États-Unis. De même, l’expérience américaine tend à creuser les différences de génération entre les parents dont l’univers mental est déjà constitué et leurs enfants dont les références se construisent au contact de deux cultures. Voir D. Gabaccia, From the Other Side. Women, Gender & Immigrant Life in the U.S., 1820-1990, Bloomington, Indiana University Press, 1994.

15 Lettre de Marie Rahon à sa sœur Victorine, le 6 mars 1901 : « Toute la journée entendre parler sans rien comprendre encore sa me sereis bien égal si je ramener la senter a se pauvre infortunér. »

16 C. Chotard-Lioret, « Correspondre en 1900, le plus public des actes privés ou la manière de gérer un réseau de parenté », Ethnologie française, 15, 1, 1985, p. 63-72.

17 Lettre de Jeanne Malbet, veuve Rivet, à son fils, François, 12 février 1891.

18 Lettre de Fred Sumy adressée de Brooklyn aux Pellissier et à Fr. Rivet, 7 novembre 1900 : « Rien d’autre à vous dire que nous nous réjouissons beaucoup de votre retour, c'est triste de voir des chambres vides, et encore il manquera celle qui égayait toute la maison, nous pensons beaucoup au vide que Valérie va faire. Tôt ou tard cela devait arriver, nous regrettons beaucoup que les circonstances ne permettent pas d’assister à la noce et surtout pour Émile. »

19 Lettre de Charles Chauvard adressée de Versailles à son futur beau-père, François Rivet, le 28 octobre 1898 : « Seulement... je vous demanderai la permission et à vous aussi Madame Rivet, de m’accorder, avec l’assentiment de Mademoiselle Valéry, un échange de correspondances avec votre chère demoiselle, afin de nous permettre de nous mieux connaître et de nous mieux juger.
Je vous demande pardon de cet acte de hardiesse ; voici un an écoulé que j’ai eu pour la première fois l’honneur de voir et de causer avec Mademoiselle Valéry, il serait fâcheux que nous fussions obligés de conserver le plus profond mutisme durant 3 années pendant lesquelles l’amitié pourrait laisser place à l’indifférence. »

20 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard adressée de Versailles à ses parents à Brooklyn, le 16 novembre 1900.

21 Ibidem.

22 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard adressée de Versailles à ses parents à Brooklyn, le 10 décembre 1900.

23 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à son fils Émile, le 6 janvier 1902 : « Nous avons bien reçu ton affectueuse lettre de bonne année, contenant des vœux bien sincères auxquels nous avons été très sensibles, tu peux de ton côté être certain que nous aurions passé une très belle journée si nous avions pu t’avoir avec nous, mais c’était impossible, il doit s’écouler encore quelques mois avant que nous ayons le plaisir mutuel de nous revoir ; dans cet intervalle tu dois crânement en prendre ton parti, ne pas toujours penser à Stockton Street et t’occuper autant que possible pour te distraire et chasser les pensées qui te ramènent involontairement à Brooklyn. »

24 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard adressée de Versailles à ses parents à Brooklyn, le 10 décembre 1900.

25 Lettre de Charles Chauvard adressée de Versailles à ses beaux-parents, le 14 janvier 1900.

26 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard adressée de Versailles à ses parents, le 16 novembre 1900.

27 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard adressée de Versailles à ses parents, le 4 janvier 1901.

28 Sur l’autonomie épistolaire, voir J. Hébrard, « La lettre représentée. Les pratiques épistolaires populaires dans les récits de vie ouvriers et paysans », dans R. Chartier (dir.), La correspondance. Les usages de la lettre au xixe siècle, Paris, Fayard, 1991, p. 289-293. Lettre de Valérie Rivet-Chauvard adressée de Versailles à ses parents, le 16 novembre 1900 : « Écris-moi de temps en temps ma chère maman ; je sais que tu objectes que tu ne peux pas écrire mais ce sera à moi seule et tu ne redoutes pas que ta prose n’ait pour moi un prix incomparable à laquelle que ce soit. Je connais la honte de papa et certainement il me favorisera bien le plus souvent possible de ces bonnes, longues et intéressantes lettres me donnant d’amples détails sur vous trois. »

29 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses cousins Pellissier, le 29 juillet 1900 : « Encore battus les Anglais par les Allemands dans le « Deutschland » qui dans son « maiden trip » a battu tous les records ; à ce sujet je vous prierai de ne m’adresser vos lettres par bateau français que lorsqu’il n’y aura absolument aucun autre rapide en partance ; toutes les fois qu’il m’arrive du courrier sur un rapide des autres lignes je peux l’avoir le dimanche à la poste, jamais avec les français, excepté quelquefois quand c’est la Touraine ou l’Aquitaine et encore ! ! ! »

30 V. Isambert-Jamati, Solidarité fraternelle et réussite sociale. La correspondance familiale des Dubois-Gobbot 1841-1882, Paris, L’Harmattan, 1995.

31 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses cousins Pellissier à Paris, le 16 février 1900.

32 Lettre d’Émile Rivet adressée de Brooklyn à sa sœur Valérie, le 18 septembre 1900.

33 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard adressée de Versailles à ses parents, le 28 décembre 1900 : « Nous n’avons pas encore reçu les journaux que tu as eu l’amabilité de m’envoyer, cependant ils devraient nous être parvenus à cette date bien qu’il y ait toujours un retard apporté aux imprimés. Quant aux magazines tu m’en adresseras un de temps à autre quand tu y penseras et que tu n’auras pas d’autres occupations urgentes. » Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à son fils Émile, le 6 janvier 1902 : « J’ai encore omis aujourd’hui de mettre à la poste à temps le Metropolitan et le Brodway ce sera par le courrier prochain. »

34 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard adressée de Versailles à ses parents, le 4 janvier 1901 : « J’ai enfin reçu les deux journaux que papa m’a expédié et les ai parcouru avec grand plaisir. Avez-vous appris le krak de Londres et a-t-il eu un écho financier à NY...
Avez vous beaucoup de visites ? et d’oranges et de noix. Si vous aviez la bonté de joindre quelques noix du Brésil à l’envoi vous me feriez grand plaisir. »

35 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard adressée de Versailles à ses parents, le 17 janvier 1901.

36 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses cousins Pellissier, le 28 décembre 1900 : « Une autre affaire dont je me vois obligé de vous charger ; nous allons expédier le mobilier de Valérie et j’ai déjà vu Mr. Cauchois, de la Transatlantique à ce sujet. il m’a dit que, déclarés comme mobilier et effets personnels usagés il n’y aurait pas de droits à payer pour rentrer en France. »

37 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses enfants, le 5 mars 1902 : « Nous venons de poser les derniers clous à la « crate » contenant la chaise que nous vous envoyons : le dessous de cette crate a été transformé en une caisse où nous avons pu mettre tout ce qui n’avait pas pu trouver place dans la malle. C’est donc 3 colis que Mr Brun aura pour vous et qu’il vous fera expédier du Havre par petite vitesse : une malle, une voiture d’enfant et une chaise. »

38 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses enfants, le 29 janvier 1902 : « Mon cher Émile, selon ton désir, nous t’enverrons ton revolver ; comme j’avais tout à fait oublié que tu avais celui ci, ne pensant qu’à celui de pacotille que tu avais eu avant, je me proposais de t’en acheter un meilleur et avais déjà regardé les boutiques pour cela, sans en trouver à ma convenance. »

39 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses enfants, le 12 mars 1902 : « Nous vous prions de vouloir bien dès maintenant penser à ce dont vous pouvez avoir besoin et nous en donner une liste afin que nous ayons largement le temps de nous le procurer avant notre départ qui aura probablement lieu le 26 juin, par la Savoie. »

40 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses enfants, le 5 février 1902 : « Fred réussit à passer en franchise la couverture de laine envoyée à Marie ; Fred l’avait roulé comme une couverture de voyage ; il eut toutefois assez de mal à convaincre le préposé que c’était celle dont il s’était servi sur le bâtiment. Marie se garde bien toutefois d’en faire usage, prétendant qu’elle ne pourrait pas en acheter une autre lorsqu’elle serait usée. »

41 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses cousins Pellissier, le 8 juillet 1894 jointe : « Je profite du calme de ce jour pour offrir à ceux qui ne le connaissent pas de visu une vue des principaux départements de l’usine photographiés en plein travail, intérieusement au moyen de la lumière au magnésium, procédé qui permet de photographier en pleine obscurité et qui donne assez bien de détails mais donne une apparence cadavérique aux figures placées en pleine lumière. D’aucuns me disent qu’ils ne voudraient jamais envoyer d’aussi mauvaises épreuves, mais je ne vous l’envoie pas pour ma bobinette que vous connaissez tous mais bien pour que vous ayez une vue de l’usine en travail et aussi pour les soufflets que vous ne pourrez malheureusement guère distinguer. »

42 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses cousins Pellissier, le 11 avril 1900.

43 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard adressée de Versailles à ses parents, le 5 janvier 1901.

44 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à son fils Émile, le 3 décembre 1901.

45 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses enfants, le 25 décembre 1901. Entre autres exemples : « Depuis quelque temps déjà je ne vous ai plus rien envoyer par la poste, je vous mettais les journaux et magazines de côté pour les envoyer par Mr Brun que nous attendions plus tôt, mais il n’a pas l’air de se presser car il n’est pas encore de retour de son voyage dans l’ouest ; je suis persuadé qu’il se fera un plaisir de vous porter ce dont nous le chargerons » (Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses enfants, le 12 février 1902).

46 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses cousins Pellissier, le 21 février 1900.

47 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses cousins Pellissier, le 21 mars 1900.

48 Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses cousins Pellissier, le 11 avril 1900. Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses cousins Pellissier, le 25 mai 1900 : « Je vois avec plaisir que Mr Tigle a tenu ce qu’il m’avait dit sur le bateau et il a été bien gentil de venir vous voir ; il arriva lundi dernier, mais je ne l’ai pas encore vu ; [...] PS : Valérie ira demain au bateau souhaiter bon voyage à la fille de O. de Comeau qui a en France ; je ne crois pas toutefois qu'elle vienne vous raser. » Lettre de François Rivet adressée de Brooklyn à ses cousins Pellissier, le 11 décembre 1900 : « Waring est en Europe avec sa femme et un autre parent ; ils doivent en ce moment visiter l’Italie, Rome, Naples etc. et seront à Paris paraît-il vers la Noël, peut-être aurez-vous l’occasion de le voir. »

49 Lettre à J. Pellissier, datée du 6 juin 1900 : « Continuez à bien remplir vos lettres, c’est le plus grand plaisir que nous puissions éprouver à leur lecture pour rompre la monotonie de la vie à Brooklyn, surtout en temps de calme plat dans les affaires. »
Lettre à J. Pellissier, datée du 28 novembre 1902 : « Je dois dire aussi que, plus jeune et plus robuste, je n’avais encore ressenti aucun des inconvénients inhérents à un séjour prolongé dans ce pays. Malheureusement, moi et les miens avons depuis été tellement éprouvés par notre long séjour dans ce climat qui nous est contraire, qu’il a fallu avoir recours aux docteurs presque constamment pour l’un et pour l’autre de nous et de plus faire nombre de voyage en France, voyages plutôt forcés que d’agrément, comme d’aucuns pourraient le croire, tellement nous redoutons tous, et particulièrement Marie, cette maudite traversée au cours de laquelle je l’ai vue le plus souvent appeler la mort à son secours, et malgré cela nous n’avons pas moins été privés du charme de la vie en France, auprès de la famille et des amis. »

50 Lettre de François Rivet à J. Pellissier, envoyée de France et datée du 21 janvier 1906 : « Comme vous le voyez, je ne suis donc plus à New York pour l’instant du moins, car la maison de commerce va toujours sur petit train ; seulement, fatigué un peu par le climat et un séjour de plus de quinze ans au pays des Yankees, pour ne pas y laisser la peau et jouir un peu de ce beau pays de France et des relations de famille et amis laissés de ce côté de l’Atlantique, je me suis arrangé de manière à laisser entièrement l’usine sous la surveillance et direction de mon beau-frère et de ma belle sœur et me voilà en France depuis le mois de juillet. »

51 Lettre à J. Pellissier, datée du 9 juillet 1906 : « Il n’y a longtemps que je ne compte plus et n’ai jamais compté, du reste, avec mes dépenses à la place Croizière ; il semblerait même que pendant mes quinze années de séjour au-delà de l’Atlantique j’ai contracté dans une grande mesure la prodigalité gaulliste des naturels du pays et que je veuille faire pendant par mes dépenses à celles de C. Chapal qui trouve le moyen de dépenser 60 000 F en un cottage dans cette plate campagne de Long Island ; c’est égal, j’aimerai encore mieux dépenser quelques milliers de francs à Ardes que (...) nombre de sous sur le sable de Long Island. »

52 Lettre de François Rivet à Roussel de Vichy, le 18 janvier 1905.

53 Lettre de François Rivet adressée à l’oncle Pierretu, le 28 novembre 1904 : « Ici toute la petite colonie va assez bien et il n’y a qu’à souhaiter la continuation de cet état de choses ; en attendant, nous continuons nos préparatifs pour le retour en France, mais sans liquider toutefois entièrement, comme il n’était question à un moment donné, car nous avons décidé de continuer les affaires encore 2 ou 3 ans en laissant la direction de la maison de Brooklyn à mon beau-frère Mr. Sumy et sa femme, comme associés, ce qui nous permettrait de rester en France et si les affaires veulent bien marcher, comme on est en droit de l’espérer, maintenant que les élections ont tourné du bon côté, nous pourrions arrondir encore un peu notre petite pelote et en même temps cela donnerait aussi un bon coup d’épaule à notre beau frère et belle sœur qui le méritent bien par le dévouement qu’ils nous ont toujours montré. »

54 Lettre de François Rivet à son cousin Rivet, le 14 décembre 1904.

55 P.-A. Rosental, « Migration de maintien et migration de rupture », Annales E.S.C., 6, 1990, p. 1403-1432.

56 Lettre de Valérie Rivet-Chauvard à sa mère, écrite Versailles le 17 janvier 1905 :
« Ma chère Maman,
J’ai été bien heureuse de lire ta bonne lettre, toujours trop courte à mon gré, car j’aime tant à te lire, je comprends dans une certaine mesure tes appréhensions de retour définitif et tous les soucis que cela va te causer, espérons et souhaitons que cette installation vous donne beaucoup de satisfaction en compensation de toutes les joies de famille dont vous avez pu être privés jusqu’ici. Il ne faut pas te tourmenter à l’avance ma chère maman, comme dit le proverbe : chaque jour suffit à sa peine et il faut toujours prendre le meilleur de ce qui arrive. C’est justement parfois dans ce que l’on redoute le plus que l’on trouve le plus de plaisir. Pendant que tu seras à Ardes, à la belle saison, tu ne manqueras pas de distractions, tu en auras même trop car les visites que vous recevrez ne seront pas sans te donner beaucoup d’ouvrage, seulement tu auras l’agrément de pouvoir te faire aider. Et puis nous-mêmes te donnerons assez d’occupations, bien que je n’aie pas l’intention d’encombrer toute la maison avec ma nombreuse famille, le peu de temps que je passerai auprès de vous fera une bonne diversion et nous vivrons de souvenirs ensuite chacun de notre côté. Et puis en cas de maladie ou d’accident nous pourrons nous réunir du jour au lendemain et ce n’est pas peu quand je pense que s’il arrivait malheur chez l’un ou l’autre, nous n’aurions aucune nouvelle de si longtemps. Pendant l’hiver vous vivrez tranquillement à Paris, car je suis bien sûre que papa ne voudra pas t’imposer de vivre à Ardes d’un bout de l’année à l'autre ou bien il serait devenu d’un égoïsme sans nom, ce que je ne crois pas. Quand on a vécu si loin des siens et que l’on a eu un grand commerce comme le vôtre, on ne va pas s’enterrer au fond d’un entonnoir pendant la vilaine saison. Tu verras ma chère maman, comme la vie en France te semblera bonne, depuis le temps que tu ne l’as pas habité. Au début le changement te laissera bien quelques regrets, cela est inévitable, les habitudes te dérouteront un peu, mais on fait à sa guise sans se soucier du qu’en dira-t-on, c’est ainsi que je fais et m’en trouve très bien. Du reste je ne m’occupe pas du tout de ce qui se passe autour de moi et nous vivons chez nous et pour nous. »

57 Lettre de François Rivet adressée à ses enfants, le 1er février 1905.

Auteur

Directeur des études pour les époques moderne et contemporaine à l’École française de Rome. Ses travaux portent sur l’histoire des sociétés urbaines de l’Italie moderne, en particulier de Venise. Parmi ses dernières publications : La circulation des biens. Stratégies patrimoniales et marché immobilier (1600-1750), Rome, École française de Rome (BEFAR, 323), 2003.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search