Version classiqueVersion mobile

Éloignement géographique et cohésion familiale (xve-xxe siècle)

 | 
Jean-François Chauvard
, 
Christine Lebeau

Deuxième partie. Migration, identité et rôles familiaux

Tucte sono patrie, ma la buona è quela dove l'uomo fa bene

Famille et migration dans la correspondance de deux marchands toscans vers 1400

Jérôme Hayez

Texte intégral

  • 1 Sur ce fonds, voir l’ouvrage classique de F. Melis, Aspetti della vita economica medievale (Studi n (...)

1Depuis une trentaine d’années, les nombreuses études qui se sont fondées sur des de se sont concentrées sur correspondances migrants largement l’espace transocéanique et les xixe et xxe siècles. En érigeant cette source en un genre à part, elles n’en ont pas vraiment fait l’archéologie et ont au bout du compte assez peu favorisé les comparaisons à travers les périodes. En Occident, c’est pourtant dès la fin du Moyen Âge que l’écriture épistolaire se diffuse largement dans le spectre social. Et si les fonds d’archives privées ont dans l’ensemble été décimés au cours des siècles, la communication écrite a néanmoins laissé quelques belles épaves, comme l’Archivio Datini de Prato, qui a conservé environ 140 000 missives échangées dans l’espace social et le réseau d’affaires d’un marchand pendant quatre décennies (vers 1370-1410)1. La composition spécifique de l’entourage de Francesco di Marco Datini, orphelin vite dépourvu de fratrie et sans descendance légitime, met moins en lumière des rapports de parenté que des relations de collaboration et d’amitié. En revanche, nombre de ses correspondants réguliers résidaient durablement hors de leur ville ou région d’origine et partageaient leurs intérêts et leurs références spatiales entre deux territoires. Par de nombreux aspects, qui vont des thèmes abordés par la communication écrite aux réalités qu'elle évoque, comme les caractères démographiques de la population mobile, le poids des motivations économiques dans le projet d’émigrer, la mission que représente aux yeux d’une famille l’expatriation d’un de ses membres ou le fonctionnement en chaîne des filières de recrutement, cette source se rapproche des lettres de migrants de périodes plus récentes. Parmi ces correspondances, deux relations ont ici été retenues, dont la comparaison permet de dépasser le cas singulier sans trop perdre de vue le contexte spécifique des configurations familiales et des parcours individuels. Après avoir évoqué la biographie de ces deux migrants et les références identitaires de leur discours, on s’efforcera de mieux comprendre, à travers la confrontation de leur parcours, la logique des solidarités familiales.

2Ces deux rapports épistolaires ont été entretenus durant une trentaine d’années par Francesco di Marco avec deux compatriotes plus jeunes établis à Avignon. S’il ne s’agit donc pas à proprement parler de correspondances familiales, la biographie, l’identité et la parenté sont très présentes dans leur discours, adressé à un aîné, qui est lui-même un ancien migrant auréolé du prestige de la réussite. Agent d’un contrôle exercé sur les proches et le patrimoine familial de ces compatriotes, Francesco apparaît comme un témoin privilégié de la recomposition des groupes de parenté et de l’évolution de leur répartition entre le lieu d’origine et le territoire de la migration. Modèle et protecteur de leur carrière de marchands, il les incite régulièrement à exposer leurs projets et à justifier leurs choix. Avec quelques sources complémentaires, ces documents permettent ainsi de reconstituer en grande partie les différentes étapes des parcours individuels, entre la jeunesse et la maturité, de lire le réajustement d’un projet initial de migrant et d’analyser les motivations que les acteurs mettent en avant dans la justification de leurs choix existentiels.

  • 2 Les premières années du séjour à l’étranger de ces migrants – à partir de l’automne 1373 pour Nicco (...)
  • 3 Pour un cas bien documenté dès le stade du projet, J. Hayez, « “Veramente io spero farci bene...” E (...)

3Les auteurs de ces lettres sont à plusieurs égards représentatifs du courant qui unit la Toscane aux principales places commerciales de l’Occident vers la fin du Moyen Age. Ce sont des hommes, plutôt jeunes : lorsque s’engage l’échange épistolaire, ils sont âgés d’environ trente ans, mais le début de leur séjour à l’étranger remonte déjà à quelques années2 ; ils sont issus de milieux urbains et exercent une activité marchande. Parce que les agences commerciales entretenaient des réseaux réguliers de communication à distance et qu’elles recrutaient souvent leurs employés dans la région d’origine des associés, elles formaient l’armature de ces filières migratoires. Lorsque quelques Toscans dotés de compétences particulières (notaires et juristes, médecins, etc.) tentaient parfois individuellement l’expérience de la migration, leur projet et leur accueil à l’étranger s’organisaient fréquemment autour de ces mêmes agences marchandes où ils comptaient des parents ou des connaissances3. Et si le flux entre les deux régions avait pu s’élargir pendant quelques décennies à d’autres couches sociales comme les franges de l’artisanat ou les spécialistes de l’écrit, ainsi qu’à des zones de recrutement plus villageoises, il tendait très nettement vers la fin du xive siècle, en s’amenuisant, à retrouver sa prépondérance urbaine et marchande.

4Les deux migrants proviennent de la même ville, Prato, un centre urbain moyen qui venait alors de passer sous la domination de l’État florentin, et se fixent tous deux à Avignon, qui restait une place commerciale et financière majeure de l’Occident ; ils appartiennent à la même génération, née au cours des années 1350 et disparue vers les années 1420 ; ils sont actifs au sein d’un même secteur professionnel, le commerce des épices. Tous deux adhèrent à un modèle largement partagé dans ces élites masculines et marchandes de migration volontaire et courte – en principe limitée à quelques années – destinée à compléter une formation professionnelle et, plus encore, à consolider et accroître à travers l’accumulation d’un pécule un statut déjà acquis dans le milieu d’origine. Au-delà de ces points communs, bien des nuances les distinguent dans la composition du groupe de parenté, l’enracinement local, le niveau de fortune, le type et l’échelle de leur activité. Ces données de départ conditionnent largement, avec les aléas de leur activité professionnelle, l’évolution de leur parcours.

  • 4 Je pense publier prochainement ces deux rapports épistolaires et me limiterai ici à donner les réfé (...)
  • 5 Le père de Niccolaio, Bonaccorso di Tano, est immatriculé vers 1370 dans les registres du métier fl (...)
  • 6 ASF, Estimo 215, fol. 599 (1372) ; Estimo 217, fol. 352 et 445 (1384) ; E. Fiumi, Demografia..., op (...)
  • 7 Le principe d’une division avec un frère peu discipliné, Bartolomeo, est accepté fin 1386 (Niccolai (...)
  • 8 Apprentissage évoqué plus tard à l’occasion d’un procès (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Mar (...)

5Ces deux jeunes migrants ne sont donc pas partis sur un pied d’égalité. Sans appartenir aux familles anciennes de la ville, l’un d’eux, Niccolaio di Bonaccorso di Tano4, est issu d’une lignée implantée en ville depuis au moins deux générations, qui a acquis une certaine fortune, investie dans des biens fonciers, participe aux charges politiques et commence à prendre pied dans la métropole florentine5. Quelques années avant le départ de Niccolaio, sa famille formait avec seize personnes le ménage le plus nombreux de Prato, articulé autour des noyaux conjugaux de deux frères, le père et l’oncle du futur migrant6. À eux seuls, les parents de Niccolaio ont donné naissante à douze enfants. Parmi leurs dix fils, six s’orientent vers des activités commerciales, trois vers des carrières ecclésiastiques ou médicale et un autre meurt adolescent. Quatre d’entre eux – trois marchands et un clerc – font l’expérience de la migration, essentiellement à Avignon, mais aussi à Florence, Pise, Rome et dans les régions catalanes. Durant la principale période couverte par la relation épistolaire de Niccolaio (1383-1409), le groupe familial connaît d’importants bouleversements dans sa composition résidentielle et juridique, avec, très rapidement, la mort du père de Niccolaio et de quatre des frères de celui-ci ; la division patrimoniale avec le ménage de l’oncle paternel, puis avec deux des frères plus âgés7. Après 1400, seuls trois frères de Niccolaio sont encore en vie et la famille finira par disparaître complètement de la communauté urbaine au cours des deux décennies suivantes. À la suite de son apprentissage, effectué dans une boutique de Florence8, Niccolaio, âgé de 18 ans, a été expédié en Provence, vers 1373. Un frère un peu plus jeune, Bartolomeo, le rejoint en 1381 puis rentre en Toscane au bout de deux ans sans entamer de véritable carrière commerciale. En 1382, une expérience un peu différente est tentée quand deux autres frères, des jumeaux âgés de 16 ans, Nofri et Stefano, sont envoyés à Avignon, avant même d’avoir achevé leur apprentissage. Niccolaio se charge de les placer là-bas dans les boutiques d’autres Toscans. Ils resteront comme lui à l’étranger pendant l’essentiel de leur carrière et formeront avec lui un noyau plus uni au sein de la fratrie, dont la cohérence se trahit longtemps par l’adoption de décisions unanimes vis-à-vis du reste de la famille, une résidence souvent commune, relayée le reste du temps par une communication épistolaire plus suivie qu’avec les autres frères. Pendant presque toute la durée de leur séjour à l’étranger, ces migrants se maintiennent en contact avec les parents laissés en Toscane, avec qui ils partagent des intérêts patrimoniaux.

  • 9 Les 138 lettres de Iacopo del Nero, adressées à Francesco di Marco, ses dépendants et compagnies en (...)
  • 10 Durant la migration, Iacopo apprend qu’il est élu pour la première fois à un office : « Dell’esere (...)
  • 11 Allusion à cette phase professionnelle dans une lettre de Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolin (...)
  • 12 Le ménage de Nero di Vanni n’apparaît pas encore dans les registres fiscaux de Prato en 1357 et 136 (...)

6L’auteur du second rapport épistolaire, Iacopo del Nero di Vanni9, appartient à une famille installée à Prato depuis quelques années seulement, lorsqu’il part chercher fortune à l’étranger. Il est fils d’un forgeron qui provient de Vernio, une bourgade située à une vingtaine de kilomètres, dans un fief limitrophe de l’Etat florentin. C’est là que la famille conserve d’abord l'essentiel de son patrimoine, formé de champs et d’un troupeau d’ovins. Elle n’acquiert pas de biens à Prato et n’y participe pas aux charges politiques10. Le glissement de l’horizon villageois vers une ville moyenne apparaît ici comme une simple étape, qui se poursuit ensuite pour Iacopo avec un apprentissage dans une boutique florentine11, puis l’expatriation à Avignon vers l’âge de 23 ans, en 1375. À cette époque, le ménage ne se compose que du père de Iacopo, Nero di Vanni, devenu veuf, de Iacopo, son seul fils, et d’une fille, rapidement placée dans un monastère de Prato12. En dehors de cette maigre parenté partageant des intérêts patrimoniaux, Iacopo a également un demi-frère, Cristofano, né d’un premier mariage de sa mère, mais qui réside dans d’autres localités, possède des biens propres et avec qui les contacts ne paraissent qu’épisodiques.

  • 13 L’écriture épistolaire doit même parfois interférer avec ces activités : « Questa sarà brieve perch (...)
  • 14 « Io non ò a fare nulla co. persona di conpagnia, né credo avere. » (Iacopo del Nero à Francesco di (...)
  • 15 Documentées par la correspondance (notamment une lettre de Niccolaio di Bonaccorso à Stoldo di Lore (...)
  • 16 Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 18 septembre 1390 (ASPo, D.1095, 131 651).
  • 17 Cette faillite est d’abord celle de ses associés de Pise, les Raù, dont la nouvelle incite tous les (...)
  • 18 Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 16 novembre au 6 décembre 1408 (ASPo, D.632, 423608).
  • 19 Dès 1397, il se présente comme « sanza aviamento nesuno e sanza danari e chon debito e chon pochi a (...)
  • 20 Le 26 juin 1381, Iacopo écrit à un ami de Prato qu’il a épousé trois jours plus tôt la fille d’un S (...)
  • 21 Le premier enfant, Niccolaio, semble être né en Toscane peu après le retour temporaire de ses paren (...)
  • 22 Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 18 février 1384 : ASPo, D.621,423585, 3e fol. ; 29 ma (...)
  • 23 Deux autres projets semblent par la suite tourner court, l’un envisagé en 1394 avec un parti toscan (...)
  • 24 Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 30 août 1384 : ASPo, D.347, 185 ; Boninsegna di Matteo (...)
  • 25 Mort de la peste de ses deux fils naturels en 1397 (Priore di Lorenzo à Francesco di Marco, 8 octob (...)

7Ce contexte de départ explique en partie l’évolution différenciée des parcours des deux migrants au cours des années suivantes, dans leur activité professionnelle comme dans leur situation familiale. Fils d’artisan, issu d’un milieu villageois, arrivé à Avignon grâce à des connaissances de Prato, Iacopo pratique une activité en grande partie manuelle de travail de la cire et du sucre et de confection de remèdes d’apothicaire13. Il s’efforce dès les premières années de son séjour à l’étranger de monter une boutique indépendante14, qu’il tient avec quelques apprentis. Niccolaio, plus familier avec les techniques du grand commerce et recruté à Florence pour une agence florentine d’Avignon, se spécialise au contraire dans l’import-export d’épices et d’autres activités spéculatives comme les commandes maritimes, le commerce des joyaux et le change par lettres15. Il ne peut monter ses agences successives qu’en réunissant des capitaux plus importants, et s’associe successivement à divers bailleurs de fonds, au risque de perdre l’autonomie de la direction des affaires. Iacopo parvient à une aisance honorable, qui lui permet en 1390 d’ouvrir une seconde boutique16, tandis que Niccolaio fait faillite à la même époque17, avant de s’engager quelques années plus tard dans des procès sans fin contre d’anciens associés18. Dépourvu de capitaux au bout d’une vingtaine d’années, il se trouve réduit à exercer l’activité de courtier19. Iacopo franchit assez rapidement des étapes biographiques essentielles comme le mariage, conclu à l’étranger avec une Toscane originaire d’un autre État20, et l’acquisition d’une descendance21. Et comme son père, veuf et n’exerçant plus son activité de forgeron, le rejoint à l’étranger pour l’aider à tenir sa boutique, Iacopo, théoriquement encore placé sous la patria potestas, devient de fait rapidement le chef de son ménage. En revanche, les projets similaires de Niccolaio de se marier avec une héritière siennoise d’Avignon pour acquérir à travers une dot des capitaux supplémentaires tournent court22 et il n’atteint pas non plus l’aisance qui lui permettrait de trouver dans sa ville d’origine une épouse de rang honorable23. Il n’engendre ainsi qu’une descendance illégitime, née de sa servante24 ; et du fait des récurrences de la peste, cette descendance se réduit finalement à une fille25.

  • 26 À différents stades de son parcours, l’un des migrants ici évoqués déclare ne pas vouloir rester à (...)
  • 27 « Noi istare fuori di chasa nostra per avanzare qualche danaio, e poi avere ongni di dispiaciere e (...)
  • 28 « Pensa egli fame tanto di bene uscierà del fangho. » (Iacopo del Nero, évoquant les spéculations d (...)
  • 29 « E quanto i’, sono diliberato insino a qui qui stare chome soldato e venire a vedervi una volta l’ (...)
  • 30 « Io v’inprometto istò qui corne un cane, e si di durare faticha più che mai non fei, solo per pote (...)
  • 31 « I'vivo come una bestia. Duro la faticha grande e vivo male perché mi strigne tanto l’avarizia del (...)
  • 32 En 1384, il dit qu’il se contenterait d’un pécule de 2000 florins pour rentrer se fixer en Toscane (...)
  • 33 Les deux perspectives d’une retraite à Prato et de la poursuite de son activité à Florence sont env (...)
  • 34 « Non vedete voi che chi à pure X soldi, ne mette 5 in pociesioni ? l'dico pure di grandi mercatant (...)

8Les deux migrants partagent au départ avec leurs compatriotes expatriés la perspective d’un séjour limité à quelques années26, le temps nécessaire pour leur permettre d’acquérir de l’expérience tout en amassant le pécule destiné à améliorer leur statut dans la société d’origine. Le projet de ces marchands mêle ainsi étroitement l’argent et le rang social, comme le suggèrent des expressions couramment appliquées à l’expérience de la migration (« istare fuori di casa per avanzare qualche danaio »27, vivre loin de chez soi pour accumuler un peu d’argent, par exemple, ou « uscire del fango », s’extraire de la boue28) ; c’est une sorte d’hypothèque sur le présent, qui implique des sacrifices ou des désagréments provisoires (« stare come soldato29 », « istare corne un cane30 », « vivere come una bestia31 » : vivre comme un mercenaire, comme un chien, comme un animal) avant de connaître l’aisance et le repos. Dans le détail, leurs ambitions se différencient. Iacopo souhaite essentiellement se donner les moyens d’acquérir dans sa région d’origine les biens fonciers qui lui permettront de se retirer de la pratique des affaires pour le reste de sa vie32. Pour Niccolaio, en revanche, un statut honorable nécessite probablement un niveau de richesse plus élevé et s’accommode mieux, en revanche, d’une activité professionnelle prolongée, qu’il pourrait éventuellement exercer à Florence, après avoir accru plus rapidement son capital à l’étranger33. Alors que Niccolaio projette longtemps son avenir sur la réussite effective de Francesco di Marco, Iacopo reproche à ce dernier, attaché à son écritoire de marchand jusqu’à la veille de sa mort, de ne pas savoir profiter de sa richesse exceptionnelle pour mener une vie sereine34.

  • 35 « Io sono praticho di qua e non a Firenze, e a F(irenze) [à] assai de’miei pari che fanno più dorme (...)
  • 36 Niccolaio est attesté pour la dernière fois à Avignon le 25 octobre 1428 comme témoin d’un acte not (...)
  • 37 « Facievo conto di venire o mandare Nero in questa primavera e conperare. Di che mi pare per questa (...)
  • 38 Dernière attestation de Iacopo en septembre 1419 (ADV, Archives hospitalières d’Avignon, Majour E 5 (...)
  • 39 « Sopra alla parte della donna [...] e non mi churerei tanto di lei quanto farei di Nero. Mi sarebb (...)
  • 40 « Ero e la Biatricie sieno di qua, di che mi piacie forte, e pare a me come vedrete per una a Nero (...)
  • 41 Après la mort en bas âge de son dernier fils, Iacopo a deux filles, encore attestées de 1405 à 1408 (...)
  • 42 Iacopo demande dès 1384 à son demi-frère de lui envoyer son fils Papi comme apprenti (Iacopo del Ne (...)
  • 43 Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 25 juin 1390 : ASPo, D.322, 1 539. 1er fol. v-2e fol.
  • 44 « Al chaso nostra madre disponese l’animo suo a volere essere di qua chonesso noi, [...] si potrebe (...)
  • 45 « Saracci una lectera a Piero nostro fratello. Fate dare. Avea voglia di venire di qua, e io non so (...)

9Dans les deux cas, l’évolution de leur carrière implique des révisions drastiques du projet initial. Dans la durée d’abord : Niccolaio n’atteint jamais le degré de fortune qui lui permettrait de rentrer et de vivre honorablement dans sa région d’origine. À un retour prématuré et hasardeux, il préfère miser sur l’expérience et le réseau de connaissances acquis sur le lieu de la migration pour gagner sa subsistance35, différant ainsi indéfiniment son retour jusqu’à la date de sa mort, qui le surprendra vraisemblablement à Avignon à la fin des années 142036. Iacopo réunit au bout de quelques années l’argent qu’il voulait investir dans des terres, comme son père l’incitait à le faire, mais il reconsidère les avantages et les inconvénients d’un retour et finit par acquérir ces biens dans la région d’Avignon pour s’y fixer définitivement37, et y trouver la mort, peut-être vers 142038. La révision du projet concerne également la redistribution des unités domestiques entre les deux régions, que les migrants s’efforcent de rationaliser. Après une première tentative de réinstallation de son foyer en Toscane pendant un an et demi, en 1383-1384, lacopo considère qu’il manque d’argent et qu’il doit repartir à Avignon, mais il préfère d’abord laisser en Toscane son père, sa femme et leurs premiers enfants. Un an plus tard, il choisit de faire revenir son père, dont il a besoin dans sa boutique39 ; après quelques hésitations, il suit le conseil donné par des proches de ramener aussi sa femme, mais place les enfants en nourrice en Toscane40, tandis que cinq autres naissent à Avignon au cours des quinze années suivantes. Une vingtaine d’années plus tard, la famille est réunie en Provence mais a perdu tous ses enfants à l’exception de deux filles41. Dans cette situation, lacopo cherche à diverses reprises à se trouver un collaborateur et un héritier de substitution en la personne de son neveu puis des fils de celui-ci ; il finit néanmoins par perdre contact avec ces derniers parents conservés en Toscane42. Pour Niccolaio, les liens familiaux et patrimoniaux unissent en revanche longtemps les deux régions, tout en s’estompant. Plus de vingt-cinq ans après son premier départ, sa mère devenue veuve essaie de le convaincre de se réinstaller à Prato43. Il s’efforce lui-même de la décider à liquider les biens familiaux et de le rejoindre à Avignon44, mais elle ne peut comprendre l’intérêt de s’arracher dans sa vieillesse à son univers familier. Quelques années plus tôt, Niccolaio et sa mère s’étaient en revanche entendus pour dissuader le dernier frère de tenter à son tour l’expatriation45.

  • 46 « Per mia parte le rachoman<da>te la festa, ché volentieri vi sarei, ma ‘l passo è tropo lungho » (Nicc</da> (...)
  • 47 « Bene so non è andare a la vignia, ché già altra volta feci il camino, e so che senza spesa non si (...)
  • 48 « E’ vi pare andare all’orto a venire di qua » (maestro Naddino d’Aldobrandino Bovattieri cherchant (...)
  • 49 Quand il faut conclure le mariage d’une de ses sœurs, Niccolaio écrit à Francesco : « chi è in su l (...)

10Comme l’on peut s’y attendre, le discours tenu sur l’expérience de la migration varie fortement selon les parcours individuels et leur stade d’évolution. Mais il est aussi globalement déterminé par la situation de communication – et ici, il faut reconnaître un biais de la source, entièrement axée sur la fonction de l’échange –, qui tend à remodeler sur le mode du parallèle et de l’équilibre des situations de dissymétrie ou des inégalités de fait entre les partenaires d’un rapport épistolaire, ou à dissimuler les jugements personnels derrière une rhétorique du compliment. Appliqué aux catégories de l’espace, ce discours dessine ainsi surtout une opposition entre les deux lieux associés aux correspondants. Il pose la séparation comme distance à abolir par la communication pour maintenir le lien, plutôt que comme une réalité à explorer et décrire. On aurait du mal à repérer ici un lexique qualifiant précisément l’intervalle géographique ou des valeurs le mesurant. Dans une société fascinée par la sédentarité et l’autochtonie et qui pense surtout la mobilité selon le modèle sacré du pèlerinage, le lexique même du voyage apparaît généralement très limité (un terme comme « viandante », « voyageur », ne paraît même pas relever du langage ordinaire). Le déplacement entre les deux régions n’est ici guère confronté qu’à des expériences plus ordinaires, comme la marche. Niccolaio écrit ainsi : « il passo è troppo lungo »46. Dans la même veine, d’autres correspondants opposent le voyage entre les deux régions à une promenade aux abords d’une ville (« non è andare alla vigna »47 ; ou « andare all’orto »48). La perception de l’éloignement est de toute façon une impression communément ressentie, qui s’acquiert en particulier à travers les obstacles qui ralentissent et limitent les interactions avec les proches laissés au pays49.

  • 50 Ces voyages, encouragés par un noble de Bresse lié à la cour pontificale, Humbert de Villars, avec (...)
  • 51 Le jeune Stefano di Bonaccorso, employé d’une boutique de soieries d’Avignon, s’y rend au début de (...)
  • 52 Nofri di Bonaccorso est régulièrement attesté à Majorque de la fin de 1389 (Niccolaio di Bonaccorso (...)
  • 53 Un itinéraire terrestre différent de ceux suivis le plus souvent par nos marchands a été conservé d (...)
  • 54 « À oggi di qua donne assai da bene di nostra linghua, e quanto io, fo pocha istima del venire di n (...)
  • 55 Ainsi, le marchand pisan Piero Borsaio envisage-t-il en changeant de boutique de multiplier ses all (...)
  • 56 S’il est assez souvent question de retours provisoires dans la région d’origine, les seuls qui para (...)
  • 57 « Trento a’ confini de la Magna di là da Verona » (Giovanni Villani, Nuova cronica, éd. G. Porta, I (...)

11La carence générale du discours dissimule sur ce point des expériences personnelles très variées, dans la familiarité avec différents territoires, les itinéraires suivis, la fréquence et la durée des déplacements. À partir de leur base provençale, les migrants toscans s’aventurent parfois dans des régions plus lointaines. Iacopo prend l’habitude pendant quelques années de fréquenter les foires de Genève50. Niccolaio et l’un de ses frères se rendent à l’occasion à Paris51, tandis qu’un autre réside durablement à Majorque et en Catalogne52. Entre la Toscane et la Provence, les migrants voyagent souvent par un itinéraire en partie maritime, entre Pise ou Gênes et Nice ou Port-de-Bouc, mais ils peuvent aussi franchir les Alpes à cheval, voire à pied53. Nourri à la fois par les voyages d’affaires et par les pèlerinages, le flux humain est suffisamment régulier entre les deux régions pour envoyer quelquefois des femmes et des enfants s’embarquer à Pise pour rejoindre les hommes à l’étranger54. Mais le voyage reste onéreux et il risque de perturber les rythmes de l’activité commerciale. Certains marchands parviennent à alterner leurs séjours dans un cycle annuel55, tandis que d’autres, comme nos correspondants, ne se rendent qu’une ou deux fois – voire jamais – dans leur région d’origine au cours d’une période de trente à quarante ans56. La variété de ces expériences laisse cependant deviner des attitudes communes, comme la lecture dynamique de l’espace. On n’entrevoit pas ici la surface plane des géographes, mesurée selon une unité rigide, mais un espace innervé par les voies de communication, qui se dévoile pas à pas à partir de quelques repères familiers et se compte en étapes. On comprend dans cette perspective la fréquence dans les textes contemporains de lieux définis par leur orientation par rapport à la référence centrale du locuteur, ou annexés au territoire dont ils ouvrent en fait l’accès. Pour un Italien, Trente ou Genève font déjà partie de l’Allemagne, Lyon de la Bourgogne57.

  • 58 Le second étant l’équivalent vernaculaire du premier, un terme savant qui commence alors à se diffu (...)
  • 59 D’après le fichier prosopographique que j’ai pu élaborer à partir d’un grand nombre de sources loca (...)
  • 60 Je reprends ici des analyses développées dans J. Hayez, La stanza di Vignone. Identité et migration (...)

12Le regard se focalise ainsi sur deux territoires, qui sont à la fois les lieux de résidence des correspondants et un référent essentiel de leur identité. Ces espaces sont désignés par un lexique assez lâche, avec des termes qui, parfois comme « patria » ou « paese »58 renvoient à une appartenance, mais plus encore à la situation d énonciation. Le toscan médiéval ayant hérité du latin des déictiques de lieu associés à la deuxième personne, on oppose « costí », « costà » (là-bas) à « qui » et « qua » (ici), « cotesto paese » à « questo paese ». On peut néanmoins lire derrière ces locutions différents cernes de l’appartenance : au-delà du groupe des familiers et du réseau des relations s’étend la communauté urbaine et son proche territoire, puis un espace régional, voire « national » dans le sens ethnique du terme, les cadres municipal et « national » restant fortement liés à l’idée d’une filiation (« sangue », « nazione » en son sens premier de « race »). L’échelle municipale, cadre politique privilégié en Toscane, conserve sa pertinence dans le milieu d’accueil, et si les originaires de Prato fixés à Avignon se limitent à une dizaine d’hommes adultes au début de la période, à quelques unités seulement à la fin, ils se sentent aussi très proches des Florentins, qui y comptent vers 1380 une bonne centaine d’individus, une trentaine vingt ou trente ans plus tard59. Le cerne le plus large, « national », ne relève pas en revanche de l’expérience initiale acquise dans la société d’origine, mais résulte directement des interactions avec le milieu d’accueil : face à des « Provençaux » (une population issue de tout l’aire franco-méridionale, bien au-delà de l’espace politique du comté), ces Toscans finissent par se reconnaître comme Italiens (« Lombards » en provençal, Italici en latin), ou selon une terminologie d’origine savante, comme membres de la « langue de si » opposée à la langue d’oc et à la langue d’oïl. Mais la référence à l’un ou à l’autre de ces niveaux concentriques relève moins de stratégies identitaires d’assimilation ou d’affirmation que du choix de termes intelligibles de tous les participants d’une interaction orale ou écrite60.

  • 61 C. Klapisch-Zuber, « “Parenti, amici e vicini” : il territorio urbano d’una famiglia mercantile nel (...)

13Au niveau primaire de l’évocation des groupes de référence, on observe la même prédominance d’une terminologie élastique liée à la situation d’énonciation. Le vocable le plus employé est ici le pronom personnel pluriel (noi, tutti noi). La notion privilégiée, pour la cellule de base, n’est pas exactement l’une des dimensions de la famille – feu, lignée ou parentèle – mais plutôt le groupe de corésidents (la casa : un vocable qui dans cette société renvoie plutôt au lignage qu’au ménage61, mais qui s’applique ici à n’importe quelle maisonnée, y compris une agence commerciale ; également le terme de brigata, qui possède la même connotation de corésidence et de commensalité, avec un caractère plus provisoire ; il désigne par exemple couramment des groupes festifs ou de voyageurs). L’utilisation d’un terme aussi flexible permet d’abord à Niccolaio de démultiplier les échanges, à la fois de chaque côté du hiatus géographique et à travers cette frontière, et de les équilibrer en apparence dès qu’il s’agit d’évoquer les services rendus ou les salutations à transmettre : la « brigata » de Francesco à Avignon (le personnel de l’agence Datini) et celle de sa femme Margherita (dont la mère, un frère, une sœur et un beau-frère résident dans la cité rhodanienne) se distinguent de la « brigata » du couple à Prato et à Florence (les époux Datini et ses dépendants domestiques et professionnels) ; la « brigata » de Niccolaio à Avignon (lui-même et ses deux frères) s’oppose à celle de Prato (le reste de la parenté). Il faut sans doute également lire dans l’emploi de ce vocable le reflet direct d’arrangements très pragmatiques, typiques de la migration, comme le partage d’une habitation entre migrants de même origine ou l’hébergement de compatriotes voyageurs ; on devine aussi l’évocation de situations familiales plus fréquentes dans ce contexte, comme le célibat prolongé, souvent associé à un concubinage ancillaire, voire à la présence d’enfants naturels. Tandis que les consanguins sont pour l’essentiel éloignés, le migrant réside ainsi surtout avec des non-parents, collaborateurs, serviteurs ou compatriotes hébergés, qui ne deviennent généralement pas des parents. La division des tâches entre les membres d’un foyer tend ainsi à limiter la recomposition d’unités familiales.

  • 62 L. Frangioni, Organizzazione e costi del servizio postale alla fine del Trecento. Un contrihuto del (...)
  • 63 Comme dans la société étudiée par Abdelmalek Sayad (A. Sayad, « Du message oral au message sur cass (...)
  • 64 Niccolaio écrit ainsi parfois à Francesco di Marco qu’il n’a pas le temps d’écrire à sa famille en (...)
  • 65 On retrouve ici le caractère de « visite » ritualisée (« bowing letter », « ceremonial letter ») ob (...)
  • 66 Niccolaio fait ainsi verser des sommes assez modérées à sa mère entre 1390 et 1394 (Niccolaio di Bo (...)
  • 67 Nofri di Bonaccorso, un frère de Niccolaio établi à Majorque, envoie successivement à sa mère deux (...)
  • 68 Comme le souligne Francesco à propos de son propre cas : « lo m’aviso ch’io sono istato in chotesto (...)

14La migration revêt en effet au départ le caractère d’une mission déléguée par un groupe familial à l’un de ses membres. La correspondance, seul contact possible en dehors de quelques messages oraux transmis par des connaissances, est à la fois le lieu privilégié d’affirmation des prérogatives de la parenté et de la fidélité des migrants à leurs proches et le terrain de négociation d’une circulation effective de faveurs entre les intéressés. Les messagers, courriers appartenant à des entreprises privées ou des organisations professionnelles, sont nombreux à circuler entre les deux régions62. Divers compatriotes, migrants, pèlerins ou autres voyageurs, sont également disponibles pour le port de messages, et lui confèrent le caractère d’une obligation vis-à-vis de la société d’origine63. Mais la périodicité des échanges épistolaires entre parents apparaît à la fois irrégulière et globalement moins fréquente que pour les missives qui circulent entre les agences commerciales implantées de part et d’autre64. Elle connaît des emballements lors de certaines crises comme les décès qui frappent la famille, ou quand les enjeux matériels se font plus pressants. Niccolaio écrit ainsi plus souvent à ses frères lorsqu’est abordée l’éventualité d’une division patrimoniale ; lacopo quand il organise la liquidation de ses biens au pays et le déplacement de ses familiers. Le lien entre le migrant et ses parents est en grande partie tissé d’intérêts communs, qui n’empêchent cependant pas une forme d’attachement affectif. Dans une société où la prise de parole individuelle ne va pas de soi, l’affection se dit ici surtout par l’adhésion à des formes convenues, comme les messages rituels de condoléances qui suivent l’annonce d’un deuil65. Elle peut susciter à l’occasion la circulation de quelques biens de consommation et l’envoi d’argent66. Ces dons épisodiques ne représentent cependant que des exceptions à la règle fondamentale de dissociation entre les ressources patrimoniales, affectées à l’entretien de la famille restée au pays, et les gains des migrants, destinés à sustenter ceux-ci et à constituer l’épargne qui doit permettre une meilleure réinsertion dans la société d’origine. La même logique incite à rapatrier en Toscane des membres moins productifs comme les enfants, dont la présence sur le lieu de la migration, surtout en l’absence d’une épouse, tend plus à ralentir la constitution du pécule qu’à assister le migrant dans son travail67. Parce que la migration est censée constituer une parenthèse dans l’existence68, la séparation géographique de la parenté se double le plus souvent d’une disjonction de circuits économiques destinés plus tard à fusionner.

  • 69 D’autres documents du fonds Datini mettent en revanche davantage en lumière le réseau personnel dan (...)
  • 70 Voir ci-dessus sur les trois frères accueillis à Avignon par Niccolaio di Bonaccorso. Iacopo tente (...)
  • 71 « In verità, conpare, io arò di qua uno giovane per lla metà meno spesa di lui [giovane pratese] e (...)
  • 72 « Yo n’ò due pure di questo paese che sanno del mestieri asay convenevolemente, che l'uno mi dà 15 (...)
  • 73 « Qui à uno giudeo mio grande amicho che mi presta fiorini dugiento un anno – non vuole mi chostino (...)
  • 74 « A un di questi borghognoni che mi venghono alle mani faro tutto paghare. » (Iacopo del Nero à Mon (...)

15L’extension du réseau personnel dans le milieu d’accueil apparaît moins nettement dans la source, dont la finalité est avant tout d’entretenir les liens avec la société d’origine69. Des exemples y sont cependant couramment mentionnés de formes de coopération avec des gens du cru, dans le recrutement d’apprentis, l’évocation d’amis ou le choix de parents spirituels, plus que dans la conclusion des mariages qui restent parfois négociés par les proches dans le milieu d’origine. Lorsque l’ampleur des affaires de Iacopo et de Niccolaio les incitent à recruter des collaborateurs, leur premier mouvement est d’affirmer leur fidélité à leur parenté et à leurs compatriotes70. Au fil des années, ils commencent à insister sur les avantages d’un choix direct des employés sur la place locale qui leur permet, sans débourser les frais d’un voyage ni s’engager pour deux ou trois ans, de prendre les candidats à l’essai71. L’incitation à adopter ce second parti est d’autant plus forte que les pères avignonnais sont prêts à verser au maître de leur fils une contrepartie aux frais de nourriture et d’entretien qu’il assume, tandis que les apprentis toscans sont habitués à recevoir un salaire en plus de leurs frais72. Dans le financement des affaires, le pragmatisme l’emporte ainsi généralement. Iacopo reçoit comme Niccolaio un prêt de Francesco di Marco pour monter sa boutique, mais les garanties que son compatriote lui réclame l’irritent, d’autant qu’il trouve à Avignon un Pisan et un juif provençal disposés à lui avancer des sommes sans caution ni intérêt73. Parce qu’il recherche des bailleurs de fonds dotés de certains atouts comme une connaissance du marché des épices, un équipement naval ou un réseau de collaborateurs basé sur les côtes, Niccolaio s’associe successivement à des Pisans, à un Comtadin propriétaire de nefs et à un Florentin d’Arles. Le milieu commercial ne peut se contenter d’un réseau personnel étroit. Plus qu’une démarcation entre les parents ou les compatriotes et les autres, les écrits marchands soulignent une opposition entre les « amici », des connaissances avec qui l’on entretient des rapports de coopération, et les « strani » (ou « stranieri »), qui sont des inconnus plus que des étrangers. Les seconds peuvent devenir des clients occasionnels des boutiques, mais en l’absence de prix fixes, ils s’y voient moins bien traités, surtout lorsqu’ils proviennent d’un espace périphérique comme l’Auvergne ou la Bourgogne et que l’on a peu de chances de les revoir74.

  • 75 « Un povero ciabattiere o lavoratore e un vile e tristo homo arà chostí più ardimento di fare una v (...)
  • 76 Patria est ubicumque est bene (Clcéron, Tusculanes, V, 37).
  • 77 « Al facto de la patria, ò inteso quanto ne dite, e del volere vostro ne sono. Tucte sono patrie, m (...)
  • 78 « E s'ì ò questa casa, io starò poy chome un signore. Non ò a dar danaio a uomo del mondo e asay be (...)
  • 79 « Dove di qua io vivo chome merchante e a mio honore, di chostà viverei a stento, e sarebe la morte (...)
  • 80 Voir aussi M. Catani, « Conditions d’émergence, situations de collecte et valeur informative d’un m (...)

16À long terme, ce calcul incessant des potentialités, des risques et des intérêts finit par miner toute fidélité aux appartenances d’origine. Les décisions prises l’une après l’autre en fonction des impératifs économiques constituent des investissements coûteux en formation, en temps et en argent, quand le bilan des affaires reste difficile à maîtriser et peut remettre en question l’intérêt d’un retour. Elles dotent le migrant d’une expérience qui n’est pas entièrement reconvertible et surtout créent de nouveaux engagements dont il est difficile de se libérer. La comparaison inévitable entre la situation du moment et le projet initial, dont l’aboutissement apparaît de plus en plus incertain, provoque souvent à un certain stade un basculement du discours, par lequel les expatriés tentent de justifier leur rupture. Les souhaits réitérés d’un retour proche, formulés dans les premières années du séjour, font à présent place à un éloge du milieu d’accueil, qualifié de paradis, où l’on peut vivre à meilleur compte et sans crainte d’exactions75. La « patria » – on pourrait en dire tout autant de la famille – jusque là évoquée comme topos d’une solidarité fondée en nature, apparaît dès lors comme le lieu d’un choix individuel, revendiqué à travers un dicton inspiré de sentences d’auteurs de l’Antiquité76 : « la patria è dove l’uomo fa bene »77. À présent que l’avenir n’est plus censé les rapprocher de leur famille et de leur lieu d’origine, les migrants insistent dans ces discours de justification sur leur fidélité au mode de vie qu’ils ont choisi et aux valeurs qu’ils revendiquent. Iacopo se targue de pouvoir se retirer de son activité commerciale quand il le voudra, pour vivre de ses rentes foncières78. Pour Niccolaio, c’est en revanche l’identité professionnelle qui compense un déclassement par la fortune et l’honneur doit aussi être convoqué en ressort ultime de ses choix existentiels79. Or si l’honneur rejaillir sur les proches, il se définit et s’exprime avant tout selon une éthique personnelle. Le projet du migrant qui mêlait au départ inextricablement une délégation familiale et un accomplissement personnel débouche ainsi sur un processus d’individualisation80.

  • 81 Voir, dans un contexte plus récent, P.-A. Rosental, « Les liens familiaux, forme historique », Anna (...)

17Au-delà de ce phénomène, commun à bien des histoires de migrants, ces deux parcours biographiques mettent en relief l’inflexion conférée aux liens familiaux par la migration dans le contexte urbain et marchand de la fin du Moyen Âge81. La Toscane de l’époque connaît un régime de succession égalitaire au profit des mâles, avec exclusion des filles par dotation. En dépit du souvenir des origines entretenu par les traditions familiales, les lignées ne s’identifient pas à une maison, ni même à un terroir. La circulation des biens favorise au contraire une logique de mobilité, qui peut dessiner une succession logique d’un cadre spatial à l’autre, depuis une bourgade comme Vernio ou les villages d’où proviennent les aïeux de Niccolaio à la ville moyenne de Prato, puis à la métropole florentine, où réside quelque temps le père de Niccolaio et où font leur apprentissage les deux futurs migrants. La mobilité peut encore se poursuivre, toujours selon cette logique d’ascension sociale, de ces villes toscanes vers les principales places commerciales à l’étranger, d’où quelques migrants pourront parfois entamer une involution vers des centres mineurs pour y jouer une fonction spécialisée de médiation commerciale ou s’y retirer des affaires en investissant dans les biens fonciers.

  • 82 Ce parti est si rarement adopté qu’il peut être évoqué sous la forme d’un récit exemplaire, à trave (...)

18La capacité des hommes à mobiliser les ressources patrimoniales dépend de la forme de celles-ci, mais aussi du nombre des ayants droit. Favorisé sur ce point, Iacopo tente d’abord d’autant plus de maintenir un double enracinement qu’il peut en contrôler les deux pôles et organiser la division entre les membres chargés d’accumuler des richesses, qui résident à l’étranger (lui-même, éventuellement assisté de son père) et ceux qui assurent la survie biologique de la famille (sa femme et les enfants nés des rencontres périodiques du couple, qui vivent sur place des revenus du patrimoine). Constatant par la suite que le pécule rapporté de son premier séjour ne suffit pas à entretenir sa famille et qu’il doit pratiquer des affaires à une autre échelle pour s’enrichir plus rapidement, il opte pour la solution radicale de liquider l’essentiel du patrimoine familial et transfère peu à peu toute sa famille sur le lieu de la migration. Une solution radicale aux yeux de ces Toscans, qui ne peuvent ou ne se décident pas souvent à couper aussi facilement les amarres82, sans doute facilitée ici par l’histoire particulière de la famille, qui depuis plusieurs années hésitait à se fixer à Vernio ou à Prato. Une solution qui ouvre aussi au bout du compte de nouvelles options finales : l’investissement en biens fonciers peut être détourné sur la région d’accueil.

  • 83 « A partire tuto, sarebe un disfare chasa nostra. E s’io posso, non voglio si disfaccia ; anzi vogl (...)
  • 84 À la mort de son frère messer Benincasa, clerc bénéficier et scribe du pape de Rome, Niccolaio écri (...)
  • 85 Piero di Bonaccorso à Francesco di Marco, 11 juillet 1400 : ASPo, D.720, 132682 ; Niccolaio di Bona (...)

19Niccolaio présente en revanche un cas plus commun de migrant qui conserve lontemps l’essentiel de sa parenté et de son patrimoine dans sa région d’origine et doit de ce fait continuer à projeter son avenir sur ce pôle de référence. La difficulté à envisager une division patrimoniale complète trahit sans doute aussi la réticence à afficher des divergences et à nuire ainsi au statut de la fratrie à Prato83. Si deux autres frères obtiennent leur portion du patrimoine, ce n’est qu’à la suite d’une suite de dissensions qui conduisent la famille à envisager un arbitrage par des tiers. Les migrants restent en revanche en indivision avec le dernier frère, Piero, qui veille à l’entretien de leur mère. Pendant quelque temps, cette partie de la fratrie parvient à maintenir l’apparence d’une répartition des risques associée à une spécialisation des activités : Niccolaio et les deux jumeaux sont expédiés à l’étranger pour accroître les ressources de la famille tandis que d’autres frères contribuent à élever son statut par d’autres voies comme la cléricature84. Mais cette unité résiste à grand peine aux difficultés matérielles. Lors de la disparition de l’un des frères, Stefano, Niccolaio comme Piero cherchent chacun de son côté à mettre la main sur ses arriérés de salaire85. Quand Niccolaio souhaite suivre la même stratégie que Iacopo et convertir le patrimoine familial en capitaux à investir dans ses affaires, ses parents de Toscane s’y opposent résolument. L’indécision est ainsi durable sur le caractère de ressource ou d’obligation que présente ce patrimoine commun, et elle ne peut qu’infléchir les liens familiaux. La mobilité peut se traduire ici concrètement par une forme d’éviction de la succession paternelle.

  • 86 Sur la multiplicité des facteurs pris habituellement en considération dans les familles de l’élite (...)
  • 87 « La fanciulla è rustichisima, ma à buona dota, chi dicie 800 fiorini di camera e chi 800 di reina, (...)
  • 88 C’est également dans ce contexte qu’il convient d’interréter le passage du trait de Leon Battista A (...)
  • 89 Sur l’illégitimité dans cette société, voir T. Kuehn, Illegitimacy in Renaissance Florence, Ann Arb (...)

20La migration marchande modifie également les formes de l’alliance, en privilégiant les perspectives économiques au détriment d’autres éléments comme le statut social et le pouvoir des alliés, davantage lisibles à l’échelle d’une même communauté urbaine, voire les qualités individuelles de la promise86. Lorsque Niccolaio envisage de se marier pour augmenter le capital de son entreprise, il porte son choix sur la fille d’un Siennois qu’il décrit crûment comme riche mais sans autre attrait87. Iacopo semble avoir suivi un parti comparable en concluant un mariage exogame avec une autre Siennoise d’Avignon. L’alliance devient ainsi un moyen d’accroître les capitaux que l’on peut plus facilement investir dans une affaire commerciale qu’un patrimoine dont l’accès peut être repoussé. Mais elle est également contrariée par la mobilité des hommes à marier, qui bouleverse les schémas endogames plus traditionnels. Le candidat au mariage n’est pas sur place pour prospecter et se faire agréer dans son milieu d’origine ; beaucoup de familles sont d’ailleurs réticentes à laisser une de leurs filles suivre son mari à l’étranger. L’expatriation s’accompagne alors de situations fréquentes de célibat prolongé88, souvent associé à un concubinage donnant naissance à des enfants naturels, qui sont parfois légitimés en l’absence de descendance légitime89.

  • 90 Niccolaio « èsi apogiato con Bufillo da Napoli fratello dello cardinalle di Cosenza, il quaile ci è (...)
  • 91 Sur cette lignée très documentée, je ne peux ici que renvoyer aux principaux documents évoquant les (...)

21Ces mêmes préoccupations économiques incitent aussi les migrants à développer leurs solidarités extra-parentales. Comme on l’a vu, un réseau d’« amis », qui dépasse largement les différents cernes des compatriotes, que l’on considère uniquement les gens de Prato, les ressortissants de l’État florentin ou tous les Italiens, paraît un atout essentiel aux yeux de Niccolaio et de Iacopo pour leur survie sociale à l’étranger. Au-delà du milieu du négoce, ces solidarités tendent à assurer au migrant une forme de protection politique. Les deux Toscans deviennent tout à la fois les hommes d’affaires, les familiers et les clients de personnages liés à la curie, à travers la relation de Iacopo avec un seigneur bressan, Humbert de Thoire-Villars, neveu du pape Clément VII puis comte de Genevois, et celle de Niccolaio avec le noble napolitain Bufillo Brancaccio, frère du cardinal Nicola Brancaccio et bientôt maréchal de la cour romaine90. Le même phénomène de renforcement de liens extra-parentaux s’observe à l’occasion pour la transmission des biens, pour quelques lignées plus durables que celles de nos deux correspondants. Entre les années 1350 et 1440 une boutique de soyeux florentins d’Avignon, assortie d’un patrimoine foncier dans la région, passe successivement entre les mains de Marco Giovanni, de sa veuve Monna Lisa, du principal facteur de celle-ci, Lorenzo di Dinozzo, du fils de Lorenzo, Giachetto di Lorenzo Dinozzi puis du facteur de ce dernier, Agostino di Giovanni Barucci, que Giachetto choisit à son tour comme héritier en lui imposant la reprise de son identité onomastique91. Au total, la filiation n’aura joué que pour un maillon sur quatre de cette chaîne de successions. Dans une société où la transmission des biens à travers les générations revêt une fonction essentielle et où l’alliance est soumise au contrôle étroit des agnats, la migration ne freine pas seulement le cycle habituel de renouvellement des générations ; elle tend même à évincer dans les solidarités effectives le groupe des parents au profit d'un réseau de proches qui ne reçoit pas toujours le sceau de la parenté.

Notes

1 Sur ce fonds, voir l’ouvrage classique de F. Melis, Aspetti della vita economica medievale (Studi nell’Arhivio Datini di Prato), Sienne et Florence, Monte dei Paschi di Sienna, 1962 ; et pour la constitution des archives du temps de leur premier détenteur, J. Hayez, « L’Archivio Datini, de l’invention de 1870 à l’exploration d’un système d’écrits privés », Mélanges de l’École française de Rome Moyen Age, 117, 2005, I, p. 121-191. Un secteur du fonds, correspondant aux écrits amassés à l’origine dans l’agence d’Avignon, fait à présent l’objet d’un inventaire détaillé : E. Cecchi Aste, L’Archivio di Francesco di Marco Datini, Fondaco di Avignone, Inventario, Rome, Ministero dei beni culturali, 2004 (Pubblicazioni degli Archivi di Stato, strumenti, 163).

2 Les premières années du séjour à l’étranger de ces migrants – à partir de l’automne 1373 pour Niccolaio di Bonaccorso, selon sa lettre à Francesco di Marco du 18 avril 1374 (Prato, Archivio di Stato, Archivio Datini [ci-dessous ASPo, D.] 184, 317183), et du printemps 1374 pour lacopo del Nero, d’après son apparition dans les comptabilités de l’agence Datini (ASPo, D.58, fol. 47 et 56v) – nous sont un peu moins connues car leurs interactions avec Francesco di Marco sont restées orales jusqu’au départ d’Avignon de celui-ci en décembre 1382 ; cependant la résidence pendant quelques mois du premier correspondant à Montpellier nous a valu de conserver trois lettres plus isolées, datées de 1375 et adressées à Francesco à Avignon (ASPo, D.184, 317 182 à 317 184). Les sources fiscales de Prato attribuent à lacopo une naissance vers 1352-1353 (Florence, Archivio di Stato [ci-dessous ASF], Estimo 21 5, fol. 555v) et vers 1355-1356 pour Niccolaio (ibidem, fol. 599).

3 Pour un cas bien documenté dès le stade du projet, J. Hayez, « “Veramente io spero farci bene...” Expérience de migrant et pratique de l’amitié dans la correspondance de maestro Naddino d’Aldobrandino Bovattieri, médecin toscan d’Avignon (1385-1407) », Bibliothèque de l’École des chartes, 159, 2001, p. 413-539.

4 Je pense publier prochainement ces deux rapports épistolaires et me limiterai ici à donner les références complètes des quelques passages cités ou résumés. Les 115 lettres retenues de Niccolaio, adressées à Francesco di Marco Datini, à ses associés et ses compagnies, et très épisodiquement à l’un des frères de Niccolaio, en 1375-1409 sont conservées dans les liasses ASPo, D.184, 321 à 323, 343, 427 à 430, 621, 622, 624 à 629, 632, 669, 677, 717, 745 et 1098.

5 Le père de Niccolaio, Bonaccorso di Tano, est immatriculé vers 1370 dans les registres du métier florentin des médecins et marchands d’épices (ASF, Medici Speziali 7, fol. 28v). Bonaccorso demande vers la même époque à être radié des registres fiscaux de Prato, grâce à sa qualité de citoyen florentin acquise à travers sa résidence dans la métropole (ASF, Estimo 215, fol. 706v-707). Ce type de requête apparaît alors caractéristique des élites locales, comme le notent aussi bien un contemporain, qui classe le foyer de Bonaccorso parmi les « 6 familie delle piue riche » (Niccolò di Piero di Giunta à Francesco di Marco, 12 mars 1373 : ASPo, D.1099, 133 353) que l'historien Enrico Fiumi, à partir de son étude de la répartition de la charge fiscale de Prato (E. Fiumi, Demografia, movimento urbanistico e classi sociali in Prato dall’età comunale ai tempi moderni, Florence, L. S. Olschki, 1968 (Biblioteca storica toscana, 14), p. 92-93).

6 ASF, Estimo 215, fol. 599 (1372) ; Estimo 217, fol. 352 et 445 (1384) ; E. Fiumi, Demografia..., op. cit., p. 91.

7 Le principe d’une division avec un frère peu discipliné, Bartolomeo, est accepté fin 1386 (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 20 novembre 1386 : ASPo, D.621, 423594, 1er fol.- 2e fol.), mais ne sera sans doute réalisé qu’au cours du voyage du Niccolaio en Toscane de juillet à novembre 1387. La division d’un autre frère, Paolo, avec le reste de la fratrie semble avoir lieu en même temps ou peu après.

8 Apprentissage évoqué plus tard à l’occasion d’un procès (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 26 octobre 1387 : ASPo, D.343, 1554 ; 18 mai 1388 : ASPo, D.624, 423602).

9 Les 138 lettres de Iacopo del Nero, adressées à Francesco di Marco, ses dépendants et compagnies en 1382-1409, sont conservées dans les liasses ASPo, D. 181, 321 à 323, 347 à 350, 427 à 430, 540, 621, 626, 527, 629, 717, 1095 et 1113.

10 Durant la migration, Iacopo apprend qu’il est élu pour la première fois à un office : « Dell’esere tratto de l’uficio, vi vorei eser stato per “serne una volta e po” no me ne churerei. Verà a punto un’altra volta, e forse ben tosto. » (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 21 novembre 1387 : ASPo, D.349, 1495). La prolongation de son séjour à l’étranger devait finalement lui interdire cette participation aux affaires publiques.

11 Allusion à cette phase professionnelle dans une lettre de Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini du 13 octobre 1389 (ASPo, D.350, 201).

12 Le ménage de Nero di Vanni n’apparaît pas encore dans les registres fiscaux de Prato en 1357 et 1365 (ASF, Estimo 282 et 283), mais on l’y trouve en 1372 (ASF, Estimo 215, fol. 555v). Le passage trop rapide et discret des membres de cette famille dans ces sources fiscales les exclut également des notices familiales compilées par E. Fiumi, Demografia..., op. cit.

13 L’écriture épistolaire doit même parfois interférer avec ces activités : « Questa sarà brieve perch’è già mezanotte ed o a lavorare di confetti asai per domane, ch’è la vilia di Natale [...] no· lascieró a dire mentre il zucaro si chiareficha. Iscrittò queste com’è chiarifichato, ed è ora di lavorare, si che dirò pocho per questa. » (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 24 décembre 1384 : ASPo, D.1095, 131 597) ; « Per chagione di questo lavoro della ciera non iscrivo a ‘Itro ch’a voi. È fatta in sulla bacina della ciera. » (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 12 mars 1386 : ASPo, D.348, 1509). On a également conservé une recette d’apothicaire préparée dans sa boutique en novembre 1400, vraisemblablement contre la peste (Avignon, Bibliothèque municipale, ms. 3047).

14 « Io non ò a fare nulla co. persona di conpagnia, né credo avere. » (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 20 juin 1384 : ASPo, D.1095, 131 587).

15 Documentées par la correspondance (notamment une lettre de Niccolaio di Bonaccorso à Stoldo di Lorenzo, 10 avril 1395 : ASPo, D.627, 520 597), mais aussi par la comptabilité d’agence conservée pour la dernière association de Niccolaio, conclue avec Matteo Benini et son fils Francesco, des Florentins établis à Arles (ASPo, D.92, 93, 126, 137, 279 ; voir aussi F. Melis, Aspetti.op. cit., p. 11-12 ; E. Cecchi Aste, L'Archivio di Francesco di Marco Datini.op. cit., p. 52, 62, 65, 107, 128).

16 Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 18 septembre 1390 (ASPo, D.1095, 131 651).

17 Cette faillite est d’abord celle de ses associés de Pise, les Raù, dont la nouvelle incite tous les créanciers de la compagnie d’Avignon à réclamer leurs avoirs (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 21 mars 1390 : ASPo, D.625, 423618, et 5 avril 1390 : ASPo, D.625, 423615). La faillite des Raù résulte elle-même de la cessation de paiement d’un Florentin de Paris avec qui les Raù étaient en affaires, Bernardo di Cino Bartolini de’ Nobili (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 5 avril 1390 : ASPo, D.625, 423615 ; Boninsegna di Matteo à Francesco di Marco, 16 mars 1390 : ASPo, D.322, 2740, 1er fol.). Sur Bernardo di Cino, voir L. Mirot, « Notes sur une famille florentine établie en France au xive siècle », Mélanges d’archéologie et d’histoire, 36, 1916-1917, p. 3-26.

18 Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 16 novembre au 6 décembre 1408 (ASPo, D.632, 423608).

19 Dès 1397, il se présente comme « sanza aviamento nesuno e sanza danari e chon debito e chon pochi amici, e chonsumomi e perdo tempo e [sono] vechio si può dire in questo mondo » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 26 au 27 décembre 1397 : ASPo, D.628, 423595). Une dizaine d’années plus tard, le tableau ne s’est pas amélioré : « Mmi veggio di tempo e sanza aviamento e la terra non bene disposta » (16 novembre au 6 décembre 1408 : ASPo, D.632, 423608). Des actes notariés de 1417 et 1428 le présentent comme courtier (prosoneta) ou courtier en changes (prosoneta cambiorum), alternativement à sa qualification de marchand (Archives départementales de Vaucluse [ci-dessous ADV], respectivement 3 E 8 171, fol.  3 et 3 E 8 169, fol. 37).

20 Le 26 juin 1381, Iacopo écrit à un ami de Prato qu’il a épousé trois jours plus tôt la fille d’un Siennois d’Avignon (Monte d’Andrea Angiolini à Francesco di Marco, 16 août 1381 : ASPo, D.1090, 1 402935).

21 Le premier enfant, Niccolaio, semble être né en Toscane peu après le retour temporaire de ses parents, vers le début de l’année 1383. Son père demande à l’été 1384 s’il commence à parler (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 30 août 1384 : ASPo, D.347, 185, 2e fol. v).

22 Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 18 février 1384 : ASPo, D.621,423585, 3e fol. ; 29 mars 1384 : ASPo, D.321, 1525 ; 7 avril 1384 : ASPo, D.321, 1526 ; 1er au 6 août 1384 : ASPo, D.321, 1527, 2e fol. v.

23 Deux autres projets semblent par la suite tourner court, l’un envisagé en 1394 avec un parti toscan (Agnolo Palarcioni à Francesco di Marco, 20 avril 1394 : ASPo, D.1101,6300378) ; l’autre en 1408 avec une femme d’Avignon qui ne l’agrée pas (Tommaso di ser Giovanni à Francesco di Marco, 29 mars au 6 avril 1408 : ASPo, D.323, 2202).

24 Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 30 août 1384 : ASPo, D.347, 185 ; Boninsegna di Matteo à Francesco di Marco, 10 février 1394 : ASPo, D.626, 408022 ; 1er au 5 septembre 1395 : ASPo, D.627, 408136 ; 21 au 29 octobre 1396 : ASPo, D.627, 408 164 ; 13 au 14 mai 1397 : ASPo, D.628, 408038 ; compagnie Datini d’Avignon à Francesco di Marco, 4 mars 1398 : ASPo, D.323, 4761 et 19 mars 1398 : ASPo, D.323, 4762 ; etc.

25 Mort de la peste de ses deux fils naturels en 1397 (Priore di Lorenzo à Francesco di Marco, 8 octobre 1397 : ASPo, D.628, 700776) ; une fille survit (lettres écrites par Priore di Lorenzo au nom de la compagnie Datini d’Avignon, adressées à Francesco di Marco, 4 et 18 mars 1398 : ASPo, D.323, 4761 et 4762 ; Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 22 avril 1398 : ASPo, D.628, 423596 ; Tommaso di ser Giovanni à Francesco di Marco, 17 au 18 avril 1408 : ASPo, D.323, 2204).

26 À différents stades de son parcours, l’un des migrants ici évoqués déclare ne pas vouloir rester à l’étranger plus de deux à quatre ans (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 5 mai 1384 : ASPo, D.1095, 131586 ; 1er août 1384 : ASPo, D.1095, 131591, 1er fol. v, et 10 novembre 1384 : ASPo, D.1095, 131596 ; 6 mai 1388 : ASPo, D.322, 1484 ; 13 avril 1389 : ASPo, D.1098, 133499, v ; 22 juillet 1392 : ASPo, D.322, 175 ; Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 20 juin 1384 : ASPo, D.347, 183, 1er fol. ; 30 août 1384 : ASPo, D.347, 185, 1er fol.-v ; et 13 décembre 1386 : ASPo, D. 1113, 133494 ; 17 janvier 1387 : ASPo, D. 1113, 133495 ; 11 avril 1389 : ASPo, D.350, 1504 ; 15 mai 1389 : ASPo, D.350, 1505 ; 9 juin 1389 : ASPo, D.322, 173 ; 16 au 23 février 1390 : ASPo, D.350, 1506).

27 « Noi istare fuori di chasa nostra per avanzare qualche danaio, e poi avere ongni di dispiaciere e malinchonia de’facti loro, questo non potrei sostenere. » (Niccolaio di Bonaccorso, critiquant la conduite de ses frères demeurés en Toscane dans une lettre à Francesco di Marco, 1er mars 1386 : ASPo, D.621,423587, 2e fol. v).

28 « Pensa egli fame tanto di bene uscierà del fangho. » (Iacopo del Nero, évoquant les spéculations d’un autre Toscan sur des blés bourguignons exportés en Italie, dans une lettre à Francesco di Marco, 15 août 1384 : D.1095, 131592, 2e fol. v) ; « Per cierto ò speranza in Dio in questo verno uscire del fangho » (Iacopo del Nero à la compagnie Datini de Pise, 10 novembre 1384 : ASPo, D.427, 502565). On retrouve l’expression sous la plume du médecin Naddino Bovattieri, autre migrant de Prato à Avignon (J. Hayez, “Veramente io spero... ”, op. cit., p. 503).

29 « E quanto i’, sono diliberato insino a qui qui stare chome soldato e venire a vedervi una volta l’anno, se vi parrà. » (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 10 novembre 1384 : ASPo, D.1095, 131596).

30 « Io v’inprometto istò qui corne un cane, e si di durare faticha più che mai non fei, solo per potere tosto venirmi a riposare con voi. E se meser Domenedio mi prospera com’à cominciato, i’ vi prometto e’ sarà ben tosto » (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 24 décembre 1384 : ASPo, D.1095, 131 597).

31 « I'vivo come una bestia. Duro la faticha grande e vivo male perché mi strigne tanto l’avarizia del guadagno, per potere tosto tornare a riposare con voi, ch’i’ no mi curo » (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 24 décembre 1384 : ASPo, D.1095, 131 597).

32 En 1384, il dit qu’il se contenterait d’un pécule de 2000 florins pour rentrer se fixer en Toscane et ajoute : « Sapete non ebbi mai grande l’animo, ma bene vorey avere tanto ch’io mi potessi vivere. » (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 20 juin 1384 : ASPo, D.1095, 131 587) ; « S’io avesse pure il decimo di quello avete, mi tere’bene contento e istare’mi in Prato e non arei a fare altrove. » (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 27 octobre 1384 : ASPo, D.1095, 131595, 1er fol. v). Les tentatives de remises d’argent en Toscane pour financer l’achat de terres deviennent plus systématiques entre 1387 (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 10 avril 1387 : ASPo, D.349, 1490) et 1392 (Iacopo del Nero à la compagnie Datini de Pise, 26 septembre 1392 : ASPo, D.429, 502569).

33 Les deux perspectives d’une retraite à Prato et de la poursuite de son activité à Florence sont envisagées, mais Niccolaio tend à les repouser : « Chotesta [Prato] nonn è terra acta a merchantia [...] E io sono uso a fare merchantia, e non saprei istarmi, ch’io vegio chiaro, istandomi sanza fare facciende, io sarei morto al chapo de l’anno ; e a dire : “Tu potrai istare a Firenze ch’è terra di merchantia”, non vi saprei istare. O io vorei di tucto tornare a chasa mia o lasciarmene. [...] Apresso [...] a volersi vivere in Prato, chonviene l’uomo abia assai per le graveze e spese vi sono. E io di qua nonn ò molto da me [...] Nonistante che, se noi fossimo ricchi e soficienti da potere vivere e stare a nostro honore, volentieri mi vi ridurei, ché chome gli altri vi saprei vivere. » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 25 juin 1390 : ASPo, D.322, 1539, 1er fol. v).

34 « Non vedete voi che chi à pure X soldi, ne mette 5 in pociesioni ? l'dico pure di grandi mercatanti di Firenze, no ne troverete veruno non abbia grandi e belle e asai pociesioni ; e que’ non ànno il podere, ne tolghono a fitto. l' vi pregho ne conperiate, e asai. Ricordovi siete solo e ogni volta che voi arete costi il vostro in pociesioni e vegniento [sic] a caso come sapete tutti abiamo a morire, quelle non si potrebono trabaldare. Ma considerando al modo avete il vostro e ‘1 caso – onde Iddio vi vi guardi lunghamente di male ! – pensate come andrebbe. Non darei della lira 3 soldi. Or voi siete savio [...] » (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 9 janvier 1385 : ASPo, D.1095, 131598). « In verità, Franciescho, riguardando in quanta tribulazione è il mondo, e per mare e per tera, ed esendo voi solo corne siete, chome detto v’ò per altre, disponete a conperare chosti tanto che, se fortune venisono, abiate da tenere vostro stato, e chosi fano tutti. E s’io avessi la metà, terrei in pociesioni. È cosa sichura, e benché non fruti corne a traficha gli, anzi frutta più il più delle volte che ‘1 capitale. Non si può mai perdere el piaciere che di poi n’avete. Preghovi ne conperiate e chosti ponete vostro animo e riposate, e non abiate per ora animo qua venire. » (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 1er février 1385 : ASPo, D.321, 172, 2e fol.).

35 « Io sono praticho di qua e non a Firenze, e a F(irenze) [à] assai de’miei pari che fanno più dormendo ch’io veghiando, sicché la libra mia non vi varebe soldi V. [...] e dove di qua io vivo chome merchante e a mio honore, di chostà viverei a stento, e sarebe la morte mia. [...] sicché lo stare mio di chostà sarebe chome mectermi per perduto, e io sono anchora in tempo da potere durare di faticha per parecchie anni. No lo vorei perdere. [...] E quanto io per me, innanzi voglio vivere e morire fuori di chasa nostra merchante e chon onore che vivere e morire in chasa nostra chon verghongnia. » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 25 juin 1390 : ASPo, D.322, 1539, 1er fol. v-2e fol.). « Di qua e al paese [sono] praticho quanto nesuno altro, e alsí a l'acto di merchantie. » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 26 au 27 décembre 1397 : ASPo, D.628, 423595). « Praticho sono assai al paese e a la merchantia [...] e ne’facti di qua sono praticho assai e assai bene apogiato di singniori pe’chasi che schadere possono. » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 27 décembre 1397 : ASPo, D.628, 520590).

36 Niccolaio est attesté pour la dernière fois à Avignon le 25 octobre 1428 comme témoin d’un acte notarié (ADV, 3 E 8 301, fol. 96v), vraisemblablement peu de temps avant sa mort.

37 « Facievo conto di venire o mandare Nero in questa primavera e conperare. Di che mi pare per questa volta posiàno dire aver conperato. Sono de l’altre mie venture. [...] Per che diliberato ò di may non mandare un danaio più per conperare pociesioni. Pare Iddio non voglia, o la fortuna, ma di tutto m’à [= n’à] colpa Nero, ché may no· mi lasciò in posa, ma per cierto none llo credero più may, e nonché di pociesioni, ma di me may non vi torno, s’io vivessi M. anni, ché bene mi pare paesi di diavoli, ché may non pensano se no· di mal fare ! [...] Per che voglio oggi may far conto questo sia mio paese e di cotesto non far conto veruno. » (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 18 novembre 1392 : ASPo, D.322, 176). Les achats de biens dans la région d’Avignon suivent rapidement cette décision (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 5 juin 1393 : ASPo, D. 1095, 131605 ; 7 mars 1394 : ASPo, D.323, 1486).

38 Dernière attestation de Iacopo en septembre 1419 (ADV, Archives hospitalières d’Avignon, Majour E 5 fol. 160-v) ; mention posthume en juin 1435, évoquant dans le testament de sa fille la tombe de Iacopo et de sa femme dans l’église avignonnaise Saint-Agricol (ADV, 3 E 8 557, fol. 15-16v).

39 « Sopra alla parte della donna [...] e non mi churerei tanto di lei quanto farei di Nero. Mi sarebbe pure buono in bottea. » (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 22 juillet 1384 : ASPo, D.1095, 131589, 2e fol.) ; « Io mi paserei bene di lei, ma di Nero non posso fare sanza lui però no · mi posso partire un passo, non mi posso fidare. Non ò gharzoni da ciò. » (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 1er août 1384 : ASPo, D.1095, 131591, 1er fol. v).

40 « Ero e la Biatricie sieno di qua, di che mi piacie forte, e pare a me come vedrete per una a Nero e’ se ne venghino in sulla nave Gharigha [...] La fanciulla ivi lascio, e ‘l maschio vo ne meni » (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 30 décembre 1384 : ASPo, D.347, 188, 1er fol.). En fait, quand le voyage a lieu, même l’enfant plus âgé est placé en nourrice en Toscane (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 1er février 1385 : ASPo, D.321, 172, 1er fol. v ; Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 1er avril 1385 : ASPo, D.348, 190).

41 Après la mort en bas âge de son dernier fils, Iacopo a deux filles, encore attestées de 1405 à 1408 (Tommaso di ser Giovanni à Francesco di Marco, 21 au 22 octobre 1405 : ASPo, D.632, 110093 et 29 mars au 6 avril 1408 : ASPo, D.323, 2202). Seule la plus âgée est encore mentionnée dans la dernière lettre, peut-être parce Iacopo l’évoque à propos d’un projet de dotation (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 5 au 17 juillet 1409 : ASPo, D.1095, 131584).

42 Iacopo demande dès 1384 à son demi-frère de lui envoyer son fils Papi comme apprenti (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 1er août et 17 octobre 1384 : ASPo, D.347, 184 et 187). Papi vient travailler chez son oncle puis en est chassé six mois plus tard à la suite d’un scandale (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 24 septembre 1388 : ASPo, D.350, 197 ; Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 30 mars 1389 : ASPo, D. 1095, 131599). Diverses tentatives de le faire revenir ne débouchent que sur de rapides séjours en 1393 et peut-être en 1395 (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 12 septembre 1393 et 17 au 29 mars 1396 : ASPo, D.323, 1510, v et 178). Par la suite, même après la mort de ses propres fils, Iacopo ne parvient pas à recruter l’un des fils de Papi et il demande à Francesco de lui communiquer des nouvelles sur cette parenté avec laquelle il n’entretient plus de rapports directs (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 27 septembre 1400 : ASPo, D.717, 424152 ; 23 février et 1er avril 1405 : ASPo, D.1095, 131610 et D.323, 180 ; 5 au 17 juillet 1409 : ASPo, D.1095, 131584).

43 Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 25 juin 1390 : ASPo, D.322, 1 539. 1er fol. v-2e fol.

44 « Al chaso nostra madre disponese l’animo suo a volere essere di qua chonesso noi, [...] si potrebe vendere tucto quello abiamo di chostà, e chase e pocisioni, e ridure di qua, e chon quello si traese d’esse, e chon quello Idio vorrà ch’io mi truovi di qua, io potrei entrare più groso in chompangnia d’altri, e risponderebono i danari meglio non fano di chostà in pocisioni e in chase. [...] Ché so bene a lei parrà duro il partirsi di chostà, ma chosi ben può ella e venire e stare di qua [... ] E vendendo ora e chase e pocisioni, quando a Dio piacierà, tosto si possono richomperare de l’altre, avendo l’uomo il di che. » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 25 juin 1390 : ASPo, D.322, 1539, 2e fol.). L’appel adressé à cette femme pour quelle rejoigne ses fils à l’étranger est réitéré peu après (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 3 décembre 1390 : ASPo, D.322, 1540).

45 « Saracci una lectera a Piero nostro fratello. Fate dare. Avea voglia di venire di qua, e io non so vedere quello ci si faciesse, e di spesa nonn ò bisongnio. Al presente n’ò assai. Iscrivogli si stia di chostà per ora. » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 4 octobre 1393 : ASPo, D.323, 1549).

46 « Per mia parte le rachoman<da>te la festa, ché volentieri vi sarei, ma ‘l passo è tropo lungho » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, évoquant la préparation à Prato du mariage de son frère Paolo, auquel doit participer la femme de Francesco, 31 mai 1383 : ASPo, D.321, 1517).

47 « Bene so non è andare a la vignia, ché già altra volta feci il camino, e so che senza spesa non si fa » (Andrea di Bartolomeo da Siena à Francesco di Marco, 22 au 23 juillet 1384 : ASPo, D.321, 2315, 1er fol. v ; ce facteur de Francesco cherche alors à obtenir l’autorisation de se rendre d’Avignon à Sienne pour y régler des affaires patrimoniales).

48 « E’ vi pare andare all’orto a venire di qua » (maestro Naddino d’Aldobrandino Bovattieri cherchant à dissuader son frère Baldello de le rejoindre à Avignon, 25 janvier 1389 : ASPo, D.1114, 133469, publiée dans J. Hayez, “Veramente io spero... ”, op. cit., p. 515).

49 Quand il faut conclure le mariage d’une de ses sœurs, Niccolaio écrit à Francesco : « chi è in su la presenza può meglio prendere partito che chi è da lungha » (1er au 6 août 1384 : ASPo, D.321, 1527, 2e fol. v). Iacopo s’avoue obligé à déléguer entièrement à son ami Monte d’Andrea la surveillance de ses deux enfants placés en nourrice près de Prato : « Se fosimo più presso, manderemo loro delle coseline, ma siamo troppo lungi e però lascieremo fare a voi tutto. » (12 mars 1386 : ASPo, D.348, 1509).

50 Ces voyages, encouragés par un noble de Bresse lié à la cour pontificale, Humbert de Villars, avec qui Iacopo entretient un rapport clientélaire, visent à accumuler plus rapidement le pécule nécessaire à l’achat de biens fonciers, à travers des opérations d’exportation vers l’Italie de toiles acquises aux foires, à partir de 1389 (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 15 mai 1389 : ASPo, D.1095, 131600 et à Monte d’Andrea Angiolini, même date : ASPo, D.350, 1505 ; 10 août 1389 : ASPo, D.350, 200 ; 8 mai 1390 : ASPo, D.1098, 133501). On sait également qu’il effectue en 1388 un pèlerinage à pied à Saint-Antoine-en-Viennois à la suite de la guérison de sa femme d’un accouchement difficile (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 9 avril 1388 : ASPo, D.350, 193 ; Nero di Vanni à Francesco di Marco, 18 mai 1388 : ASPo, D.1098, 1403171 ; J. Hayez, “Veramente io spero...”, op. cit., p. 512).

51 Le jeune Stefano di Bonaccorso, employé d’une boutique de soieries d’Avignon, s’y rend au début de l’année 1386 (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 12 mars 1386 : ASPo, D.427, 505164). Entre novembre 1393 et janvier 1394, Niccolaio fait à son tour le voyage, pour tenter de recouvrer une créance de ses anciens associés les Raù de Pise sur le marchand florentin Bernardo di Cino et peut-être également pour obtenir au conseil du roi une licence d’exportation de laines hors du royaume de France (compagnie Francesco Benini et Niccolaio di Bonaccorso à compagnie Datini de Gênes, 10 au 11 novembre 1393 : ASPo, D.745, 111033 ; Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco et Stoldo di Lorenzo, 19 au 20 janvier 1395 : ASPo, D.626, 423578, 1er fol. v ; R. Brun, « Annales avignonaises de 1382 à 1410 extraites des archives de Datini », Mémoires de l’Institut historique de Provence, 13, 1936, p. 84). Niccolaio envisage sans l’effectuer un second voyage à Paris vers mars 1395 (Niccolaio di Bonaccorso à Stoldo di Lorenzo, 10 avril 1395 : ASPo, D.627, 520 597, 2e fol.). Niccolaio accomplit par ailleurs des déplacements à Marseille en 1390, pour y fuir la peste (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 13 septembre 1390 : ASPo, D.669, 423614) et à Nîmes en 1394, pour y obtenir une licence d’exportation de l’administration royale (compagnie Francesco Benini et Niccolaio di Bonaccorso à la compagnie Datini de Florence, 30 octobre 1394 : ASPo, D.626, 800035). Un autre frère, Bartolomeo di Bonaccorso, s’était déplacé d’Avignon à Lyon et au Piémont en 1382 (Boninsegna di Matteo à Francesco di Marco, compte non daté : ASPo, D.322, 2661 ; Tieri di Benci à Matteo di Lorenzo, 31 mai, 25 juin et 7 juillet 1382 : ASPo, D.798, 701813 à 701815).

52 Nofri di Bonaccorso est régulièrement attesté à Majorque de la fin de 1389 (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 30 octobre au 7 novembre 1389 : ASPo, D.624, 423606, 1er fol. v, et Nofri di Bonaccorso à Francesco di Marco, aux mêmes dates : ASPo, D.322, 1693 ; F. Melis, Aspetti della vita..., op. cit., p. 246-247 et 260-261 ; B. Dini, Unapratica di mercatura in formazione (1394-1395), Florence, Le Monnier, 1980) à 1397 (Nofri di Bonaccorso à Cristofano di Bartolo Carocci, 3 au 5 novembre 1397 : ASPo, D.l 110, 1403329) ; puis réside de plus en plus en Catalogne jusque vers 1400. En 1401 et 1405 il tente en vain de monter des expéditions commerciales au Levant (Nofri di Bonaccorso à Francesco di Marco, 27 janvier 1401 : ASPo, D.717, 703557, et à Cristofano di Bartolo Carocci, 8 mars 1401 : ASPo, D.l 110, 1403334 ; Nofri di Bonaccorso à Francesco di Marco, 12 septembre 1405 : ASPo, D.632, 602052, et 30 octobre 1405 : ASPo, D.632, 602035 ; Nofri di Bonaccorso à Luca del Sera, 12 septembre 1405 : ASPo, D.632, 602054 ; Giovanni di Giorgio à Francesco di Marco, 13 octobre 1405 : ASPo, D.632, 700278, et à Luca del Sera, même date : ASPo, D.632, 700279). Dans les années suivantes il alterne des séjours en Provence avec quelques voyages en Catalogne et en Toscane.

53 Un itinéraire terrestre différent de ceux suivis le plus souvent par nos marchands a été conservé dans le registre d’annotations du Florentin Francesco di Bartolo Bentaccordi, mort en 1425 à Carpentras après avoir résidé à Avignon depuis le milieu des années 1390 ; il se compose d’une quarantaine d’étapes à pied à travers la Lombardie, le Simplon, la haute vallée du Rhône et la Savoie (ADV, 1 F 54, fol. 14v).

54 « À oggi di qua donne assai da bene di nostra linghua, e quanto io, fo pocha istima del venire di nostro paese qua, e chosí del tornare. Montando a Pisa in sun’un buono pasaggio, tosto si va e viene. » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 25 juin 1390 : ASPo, D.322, 1539, 2e fol.). Voir aussi, sur l’organisation du voyage de la femme et du père de Iacopo et d’autres Toscanes, Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 9 janvier 1385 (ASPo, D.347, 189) et à Francesco di Marco, même date (ASPo, D.1095, 131598, 2e fol.-v), et à Francesco di Marco, 1er février 1385 (ASPo, D.321, 172, 1er fol. v) ; sur le voyage du fils de Iacopo, Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 22 janvier et 12 mars 1386 (ASPo, D.348, 1499, 2e fol. et 1509) ; sur celui de sa fille, Iacopo del Nero et Nero di Vanni à Monte d’Andrea Angiolini, 20 octobre 1386 (ASPo, D.1098, 133496) et 10 avril 1387 (ASPo, D.349, 1490).

55 Ainsi, le marchand pisan Piero Borsaio envisage-t-il en changeant de boutique de multiplier ses allées et venues entre la Toscane et Avignon (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 7 avril 1384 : ASPo, D.321, 1526). C’est ce que fait également le marchand lucquois Niccolao Ghiova : « E ci è Nicholaio Ghiova che cci viene ogni anno, e ora ci è stato più di sei mesi » (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 21 février 1390 : ASPo, D.1098, 133500, v) ; régulièrement attesté dans les sources avignonnaises depuis 1368 (ADV, Archives hospitalières d’Avignon, Majour E4, fol. 143), ce marchand décide tardivement de faire venir sa famille et de résider durablement à Avignon (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 8 mai 1390 : ASPo, D.1098, 133501, 1er fol. v).

56 S’il est assez souvent question de retours provisoires dans la région d’origine, les seuls qui paraissent attestés pour Niccolaio, entre 1373 et 1428, sont ceux de décembre 1381 à février 1382 (Mazzeo di Francesco à Francesco di Marco, 12 janvier et 1 er février 1382 : ASPo, D.1097, 1402949 et 1402950 ; Piera di Pratese à Francesco di Marco, 1 er février 1382 : ASPo, D.1091, 134742 ; Monte d’Andrea Angiolini à Francesco di Marco, 3 et 24 février et 24 mars 1382 : ASPo, D.1090, 1402937 à 1402939 ; etc.) et de juillet à novembre 1387 (Stoldo di Lorenzo à Francesco di Marco, 3 août 1387 ; ASPo, D.343, 2025 ; Iacopo del Nero et Nero di Vanni à Francesco di Marco, 16 août 1387 : ASPo, D.1098, 133497, v, et à Monte d'Andrea Angiolini, même date : ASPo, D.349, 1493, v ; J. Hayez, “Veramente io spero...”, op. cit., p. 503 ; Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 16 et 22 novembre 1387 : ASPo, D.622, 423611 et 423612). On ne connaît qu’un retour de Iacopo en Toscane, lorsqu’il y conduit sa famille en décembre 1382 en compagnie de la famille de Francesco di Marco (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 28 janvier et 31 mai 1383 : ASPo, D.321, 1523 et 1517 ; F. Melis, “Aspetti...”, op. cit., p. 50-53), avant de reprendre la route de la migration en mars 1384 (Iacopo del Nero à Stoldo di Lorenzo, 8 mars 1384 : ASPo, D.540, 502575).

57 « Trento a’ confini de la Magna di là da Verona » (Giovanni Villani, Nuova cronica, éd. G. Porta, II, Parme, 1991, p. 541 (livre XI, 18) ; « Trento in Alamagna » (Ibidem, III, Parme, 1991, p. 276 et 282 (livre XII, 138 et 140) ; « Leone sopra Rodano in Borgogna » (Ibidem, I, Parme, 1990, p. 478 et 480 (livre VIII, 42) ; « Lione sopra i. Rodano in Borgogna » (Ser Giovanni, Il Pecorone, éd. E. Esposito, Ravenne, 1974, p. 323. ; « sono tornato dalla fiera di Gineva... è ne’ confini della Maggnia e molti alamanni vi venghono » (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 15 mai 1389 : ASPo, D.350, 1505) ;« Io sono stato alla fiera di Gineva e nella Maggnia » (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 8 mai 1390 : ASPo, D.1098, 133501). Dans la même veine, Niccolaio définit comme bourguignon un marchand originaire de Bourg-Bourg-en-Bresse : « un debito baractamo chon uno borghongnione, il quale ci tradi e rubò. » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 1er mars 1386 : ASPo, D.621, 423587 ; ses lettres des 9 janvier et 22 août 1385 précisaient l’identité bressane de cet individu : ASPo, D.621, 423586, 1er fol. et D.322, 1532, 1er fol. v.)

58 Le second étant l’équivalent vernaculaire du premier, un terme savant qui commence alors à se diffuser dans l’usage courant (G. Dupont-Ferrier, « Le sens des mots “patria” et “patrie” en France au Moyen Âge et jusqu’au début du xviie siècle », Revue historique, a. 65, 188-189, 1940, p. 89-104).

59 D’après le fichier prosopographique que j’ai pu élaborer à partir d’un grand nombre de sources locales et toscanes, qui tendent globalement à privilégier les hommes adultes ayant pignon sur rue, au détriment des femmes, des enfants, des dépendants domestiques, des migrants passagers et des marginaux, mais permettent parfois de pénétrer dans l’intérieur des ménages.

60 Je reprends ici des analyses développées dans J. Hayez, La stanza di Vignone. Identité et migration entre la Toscane et Avignon aux xiv e et xv e siècles, thèse de doctorat, Paris IV, 1993 [dactyl.] et résumées dans « En quête de l’identité de migrants toscans d’Avignon des xive-xve siècles », Cahiers du Centre de recherches historiques, no 13, 1994, p. 43-52.

61 C. Klapisch-Zuber, « “Parenti, amici e vicini” : il territorio urbano d’una famiglia mercantile nel XV secolo », Quaderni storici, 33, 1976, p. 953-982 (publié en version française sous le titre “Parents, amis et voisins” dans Ead., La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Paris, Éditions de l'EHESS, 1990, p. 59-80).

62 L. Frangioni, Organizzazione e costi del servizio postale alla fine del Trecento. Un contrihuto dell'Archivio Datini di Prato, Prato, 1983 (Quaderni di storia postale, 3) ; E. Cecchi et L. Frangioni, “Posta e postini” nella documentazione di un menante alla fine del Trecento, Prato, 1986 (Quaderni di storia postale, 6).

63 Comme dans la société étudiée par Abdelmalek Sayad (A. Sayad, « Du message oral au message sur cassette, la communication avec l’absent », Actes de la recherche en sciences sociales, no 59, 1985, p. 61-72).

64 Niccolaio écrit ainsi parfois à Francesco di Marco qu’il n’a pas le temps d’écrire à sa famille en Toscane et le charge de leur transmettre oralement des nouvelles (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 5 avril 1390 : ASPo, D.625, 423615, 1er fol. v).

65 On retrouve ici le caractère de « visite » ritualisée (« bowing letter », « ceremonial letter ») observée dans la correspondance des migrants polonais du début du xxe siècle (W. I. Thomas, F. Znaniecki, The Polish peasant in Europe and in America [5 vol.], Chicago, 1918-1918-1920 ; 2e éd. remaniée en 2 vol., New York, Alfred A. Knopf 1927 et 1958, I, p. 303-315.

66 Niccolaio fait ainsi verser des sommes assez modérées à sa mère entre 1390 et 1394 (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 22 mai, 25 juin et 3 décembre 1390 : ASPo, D.322, 1538 à 1540 ; Piero di Bonaccorso à Niccolaio di Bonaccorso, 20 février 1392 : ASPo, D.1147, 6301499), pour compléter les ressources de celle-ci et contribuer au financement des études d’un de ses frères, alors chanoine étudiant (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 15 juin 1394 : ASPo, D.323, 1552). Mais il ordonne à la compagnie Datini de Pise de ne plus avancer d’argent à un frères plus âgés (Niccolaio di Bonaccorso à Manno d’Albizo degli Agli, 25 juin 1390 : ASPO, D.428, 505187) et se plaint de l’avidité de ses parents et finit par demander à Francesco de ne plus leur remettre d’argent à moins que sa mère n’en ait vraiment besoin : « Istanno cholla ghola aperta e non sarebono mai sazii di danari » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 15 juin 1394 : ASPo, D.323, 1552).

67 Nofri di Bonaccorso, un frère de Niccolaio établi à Majorque, envoie successivement à sa mère deux fillettes qu’il a eues avec des esclaves, l’une d’elles accompagnée de l’esclave-mère (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco,1 er septembre 1392 : ASPo, D.322, 1542, et à la compagnie Datini de Pise, 25 au 26 septembre 1392 : ASPo, D.429, 505166 ; Nofri di Bonaccorso à Francesco di Marco, quatre lettres du 11 au 20 février 1402 : ASPo, D.l101, 132677-132680).

68 Comme le souligne Francesco à propos de son propre cas : « lo m’aviso ch’io sono istato in chotesto paese [Avignon] 30 anni sospeso, dicendo senpre : “S’io non torno alla patria mia, mai sarò chontento”. » (Francesco di Marco à Boninsegna di Matteo Boninsegna, 2 juin 1395 : ASPo, D.l086, 9142555, 2e fol. v).

69 D’autres documents du fonds Datini mettent en revanche davantage en lumière le réseau personnel dans le lieu de la migration, mais ils le font surtout pour Francesco di Marco, dont la comptabilité avignonnaise mentionne par exemple à l’occasion des fêtes de Noël les cadeaux distribués aux dépendants, à quelques proches et à la clientèle d’une famille de la curie, les Aigrefeuille, dont il était lui-même le familier, ainsi que les partenaires de pratiques de sociabilité comme le jeu (par ex. pour la Noël 1373 : ASPo, D.58, fol. 13v-14).

70 Voir ci-dessus sur les trois frères accueillis à Avignon par Niccolaio di Bonaccorso. Iacopo tente dès l’été 1384, mais en vain, de faire venir le fils de son demi-frère (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 1er août 1384 : ASPo, D.347, 184) et engage simultanément des démarches pour recruter deux jeunes de Prato, qui y arrivent en septembre (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 22 et 27 juillet 1384 : ASPo, D.1095, 131589, 2e fol. et 131590 ; Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 16 septembre 1384 : D.347, 186). Niccolaio en réclame à son tour deux (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 16 et 30 septembre 1384 : ASPo, D.321, 1528, 1er fol.v- 2e fol. et 1530).

71 « In verità, conpare, io arò di qua uno giovane per lla metà meno spesa di lui [giovane pratese] e sarà da più dormendo che cotestui veghiando. » (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 5 juin 1387 : ASPo, D.349, 1491). « Questi nostri pratesi sono più grossi che l’aqua de’macheroni » (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 24 septembre 1388 : ASPo, D.350, 197).

72 « Yo n’ò due pure di questo paese che sanno del mestieri asay convenevolemente, che l'uno mi dà 15 fiorini l’anno e l’altro 20. » (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 12 janvier 1398 : ASPo, D.323, 179, v).

73 « Qui à uno giudeo mio grande amicho che mi presta fiorini dugiento un anno – non vuole mi chostino niente. » (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 20 juin 1384 : ASPo, D.347, 183, ler fol. v) ; sur ces prêts sans garantie concédés par ce même juif et un Pisan, voir aussi Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 22 janvier et 13 décembre 1386 : ASPo, D.348, 1499 et D. 1113, 133494).

74 « A un di questi borghognoni che mi venghono alle mani faro tutto paghare. » (Iacopo del Nero à Monte d’Andrea Angiolini, 30 août 1384 : ASPo, D.347, 185, 1er fol. v ; il évoque ici les frais qu’il va devoir engager en Toscane pour le baptême d’un enfant à naître). Un associé subordonné de l’agence Datini d’Avignon se plaint qu’une pièce d’armure qu’il a dû fournir en rançon à des brigands lui ait été facturée au prix fort par ses propres associés : « Per mia finanza mi bisogniò un chamaglio di bottega, e fumi chonto quanto al più stranio d’Alvernia. » (Andrea di Bartolomeo à Francesco di Marco, 13 mars 1388 : ASPo, D.622, 9313, 1er fol. v).

75 « Un povero ciabattiere o lavoratore e un vile e tristo homo arà chostí più ardimento di fare una vilania e meno onore e reverenza che non arebbe qui un gra· maestro contro a u· menimo homo. » (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 8 mai 1390 : ASPo, D.1098, 133501, 1er fol.) ; « May non vi torno [a Prato], s’io vivessi M. anni, ché bene mi pare paesi di diavoli, ché may non pensano se no di mal fare ! Or vegh’io bene noy siamo qui in paradiso e siamo be· signiori, ché non ci è si grande maestro m’usasse [= osasse] far se no· onor e piaciere e reverenze. Avendo pur loro misfatto, si dimenticano tutto. Per che voglio oggi may far conto questo sia mio paese e di cotesto non far conto veruno. » (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 18 novembre 1392 : ASPo, D.322, 176). « Per cierto, conpare, yo sono un vermine ma i’ò di cardinali e di gran signiori più d’onore che s’io fossi signior d’una città costí. Dicovi per asenpro la dolcie giunta [= giente] e ‘1 buon sangue sono costoro. Si ch’io sono tutto rivolto. » (Iacopo del Nero à Francesco di Marco, 24 novembre 1392 : ASPo, D.1095, 131602). « Tropo è di qua più dolce sanghue nonn è di chostà. E se l’essere di chostà v’ anoggia, io non n’ô maraviglia. [...] Mala giente siamo. [...] Di chostà, vegio, è charestia e fame d’ongni chosa. Non dubitate di qua à miglore vivere e migliori chose, e molti dichono il chontrario. Quanto a mme, pare di si : tucte quelle chose che l’uomo vuole ci si truovano pel danaio, e a chonvenevoli merchati sichondo gli altri luoghi. E quanto a me, si è animo non mi rimuta l’essere di qua per ongni chosa. Mi piacie assai più non fa chotesto di chostà. » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 26 juin 1389 : ASPo, D.322, 1537, 1er fol.).

76 Patria est ubicumque est bene (Clcéron, Tusculanes, V, 37).

77 « Al facto de la patria, ò inteso quanto ne dite, e del volere vostro ne sono. Tucte sono patrie, ma la buona è quela dove l’uomo fa bene. » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 18 mai 1388 : ASPo, D.624, 423602). « La patria mi pare sia quella dove l’uomo fa suo pro ed è amato e reverito e riguardato. » (lacopo del Nero à Francesco di Marco, 8 mai 1390 : ASPo, D.1098, 133501). Même relayée par des proverbes attestés dans différentes langues vernaculaires, l’expression semble leur avoir été suggérée par Francesco, qui la répète sous diverses formulations dans de nombreuses lettres : « Richorditi dello detto di Senacha che disse che lla patria tua e lla tua terra è dove l’uomo istà bene. » (Francesco di Marco à destinataire non identifié, juillet 1396 : ASPo, D.1088, 9300704 ; voir également Francesco di Marco à Niccolò di Giovanni, 30 mars 1397 : ASPo, D. 1115, 9300450 ; à Tommaso di ser Giovanni, 17 mai 1398 : ASPo, D.1115, 9281376, 8e fol. v ; à Simone d’Andrea Bellandi, Luca del Sera et Cristofano di Bartolo Carocci, 1er septembre 1401 : ASPo, D.1086, 521789, 2e fol. v ; à Giovanni Franceschi, sans date : ASPo, D.1115, 928146 ; etc.).

78 « E s'ì ò questa casa, io starò poy chome un signore. Non ò a dar danaio a uomo del mondo e asay ben fornito. » (lacopo del Nero à Francesco di Marco, 5 juin 1393 : ASPo, D.1095, 131605). « Io ò tolto una bella bastita con grande lavoro ne reame di Francia presso di qui a mezo miglio, ed è una bella cosa [...] colla grazia di Dio io ispero ricogliere 400 in 500 somate di biado » (lacopo del Nero à Francesco di Marco, 7 mars 1394 : ASPo, D.323, 1486).

79 « Dove di qua io vivo chome merchante e a mio honore, di chostà viverei a stento, e sarebe la morte mia. [...] F. quanto io per me, innanzi voglio vivere e morire fuori di chasa nostra merchante e chon onore che vivere e morire in chasa nostra chon verghongnia. (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 25 juin 1390 : ASPo, D.322, 1539, 1er fol.v- 2e fol.). « Io amo più honore mio che tucti i danari del mondo », affirmait-t-il déjà quelques années plus tôt quand un associé de Francesco raillait ses déboires (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 1er au 6 août 1384 : ASPo, D.321, 1527, 2e fol.).

80 Voir aussi M. Catani, « Conditions d’émergence, situations de collecte et valeur informative d’un matériau biographique : le cas de l’histoire de vie sociale », dans M. Catani et S. Mazé, Tante Suzanne, une histoire de vie sociale, Paris, Librairie des Méridiens, 1982, p. 11-42.

81 Voir, dans un contexte plus récent, P.-A. Rosental, « Les liens familiaux, forme historique », Annales de démograhie historique, 2002/2, p. 49-81.

82 Ce parti est si rarement adopté qu’il peut être évoqué sous la forme d’un récit exemplaire, à travers le cas de Benincasa Alamanni, par Boninsegna di Matteo, associé de l’agence Datini d’Avignon, lorsque celui-ci tente de convaincre un autre marchand florentin au bord de la faillite de liquider ses terres pour revenir à une activité commerciale : « Io vi disi per asenpro di verità chome Beni-chasa Alamani, ese·do giovane e non avendo da fare merchatantia, vendé la casa de padre per fare merchatantia e di quelli danari fé melglio che no· fé della casa, e co’detti danari n’à guadangniati ta-ti ch’elgli à poi richo-perato la casa e ‘1 podere e vingnie, ed è richo di fio XXM d’or[o], e cosie fano i savi che àno di che potersi avanzare. » (lettre écrite au nom de Francesco di Marco par Boninsegna di Matteo à Neri di Bonsignore, 22 septembre 1385 : ASPo, D.1116, 132154).

83 « A partire tuto, sarebe un disfare chasa nostra. E s’io posso, non voglio si disfaccia ; anzi voglio s’acrescha. » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 20 novembre 1386 : ASPo, D.621,423 595, 2e fol. v).

84 À la mort de son frère messer Benincasa, clerc bénéficier et scribe du pape de Rome, Niccolaio écrit : « Egli era quello fratello che dovea mectere la nostra chasa a onore e in grandeza. Ora posso dire nostra chasa sia diserta e disfacta di tucto. » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 22 mai 1390 : ASPo, D.322, 1 538) ; un observateur externe est du même avis : « Mi pare ne seguirà loro grande dano. » (Boninsegna di Matteo Boninsegna à Francesco di Marco, 23 mai 1390 : ASPo, D.625, 408179, 1er fol.).

85 Piero di Bonaccorso à Francesco di Marco, 11 juillet 1400 : ASPo, D.720, 132682 ; Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 9 juillet 1409 : ASPo, D.632, 423610, 1er et 2e fol. Voir aussi ci-dessus la note 66.

86 Sur la multiplicité des facteurs pris habituellement en considération dans les familles de l’élite florentine du xve siècle, voir L. Fabbri, Alleanza matrimoniale epatriziato nella Firenze del ‘400. Studio sulla famiglia Strozzi, Florence, L. S. Olschki, 1991 (Quaderni di Rinascimento, 12).

87 « La fanciulla è rustichisima, ma à buona dota, chi dicie 800 fiorini di camera e chi 800 di reina, e poi l'eretagio del padre e de la madre, ché tucto perviene a lei. E sarebe chosa buona e facitoia, isperando il bene ne può seghuire. » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 18 février 1384 : ASPo, D.621,423565). « Ela è rustichisima. À buona dota, chi dicie 800 e chi 1000 di reina, ed è reda, ch’è oggi Giovanni riccho di fiorini 3000, che sarebe bela ventura. [...] Sicché né in lei né inn altra non mi impaccierei al presente, se non cho mio gran vantagio, e questo mi pare sia cosa da fare, posendo venire a efecto. » (Niccolaio di Bonaccorso à Francesco di Marco, 29 mars 1384 : ASPo, D.321, 1525, 1er fol. v).

88 C’est également dans ce contexte qu’il convient d’interréter le passage du trait de Leon Battista Alberti évoquant les 22 membres de son lignage âgés de 16 à 36 ans qui n’ont pas encore pris femme, d’autant que les Alberti associent souvent la pratique du commerce à leur exil politique (Leon Battista Alberti, Ilibri della famiglia, éd. R. Romano et A. Tenenti, Turin, Einaudi, 1969, p. 41. Le phénomène est durable et concerne les familles de rang moyen plus que les lignages les plus puissants (R. Sabbatini, “Cercar esca. Mercanti lucchesi ad Anversa nel Cinquecento, Florence, Salimbeni, 1985, p. 97). Sur les caractéristiques démographiques de la Toscane florentine du xve siècle, et plus particulièrement sa nuptialité, voir D. Herlihy, C. Klapisch-Zuber, Les Toscans et leurs familles. Une étude du catasto florentin de 1427, Paris, Presses de la FNSP et Éditions de l’EHESS, 1978, p. 393-418.

89 Sur l’illégitimité dans cette société, voir T. Kuehn, Illegitimacy in Renaissance Florence, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 2002 ; pour quelques exemples concernant des marchands florentins d’Avignon, J. Hayez, « Migration et stratégies familiales. Autour de la condamnation de Lorenzo di messer Tommaso Soderini, bâtard et faussaire malchanceux (1405) », Médiévales, no 19, 1990, p. 43-57, spécialement p. 44.

90 Niccolaio « èsi apogiato con Bufillo da Napoli fratello dello cardinalle di Cosenza, il quaile ci è molto grande, e veste sua roba » (Boninsegna di Matteo Boninsegna à Francesco di Marco, 30 juillet au 3 août 1394 : ASPo, D.323, 2826, 2e fol. v).

91 Sur cette lignée très documentée, je ne peux ici que renvoyer aux principaux documents évoquant les successions. En 1388-1389, la veuve Monna Lisa et Lorenzo di Dinozzo obtiennent dans le contexte du Schisme et en échange d’une indemnité versée à la Chambre apostolique la transformation d’une situation d’usufruit au profit de Monna Lisa avec dévolution finale des biens de Marco Giovanni (mort vers 1370-1371) à l’hôpital florentin de Santa Maria Nuova en la nomination de Lorenzo comme héritier définitif (Archivio segreto vaticano, Registra Avenionensia 259, fol. 428v). En 1433, Agostino di Giovanni, à présent renommé Giachetto Dinozzi, conclut avec un couvent un accord au sujet de la succession de Lorenzo di Dinozzo et de son fils le premier Giachetto Dinozzi, dont ce facteur a récemment hérité (ADV, 3 E 8 557. fol. 19-22).

Auteur

Chargé de recherche au CNRS-IHMC. Ses recherches portent sur l’écriture épistolaire marchande et les correspondances pratiques, xive - xvie siècle, sur le réseau social de Francesco di Marco Datini marchand de Prato (1335ca.-1410) et sur les carrières et réseaux marchands toscans, xive - xve siècle. Parmi ses publications récentes : « Le rire du marchand. Francesco di Marco Datini, sa femme Margherita et les “gran maestri” florentins », La famille, les femmes et le quotidien (xive - xviiie siècle). Textes offerts à Christiane Klapisch-Zuber, éd. I. Chabot, J. FIayez, D. Lett, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, p. 407-458 ; « Un facteur siennois de Francesco di Marco Datini. Andrea di Bartolomeo di Ghino et sa correspondance (1383-1389) », Opera del vocabolario italiano, Bollettino, 10, 2005, p. 203-397 ; « L’Archivio Datini, de l’invention de 1870 à l’exploration d’un système d’écrits privés », Mélanges de l’Ecole française de Rome - Moyen Âge, 117, 2005, p. 121-191.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search