Version classiqueVersion mobile

Éloignement géographique et cohésion familiale (xve-xxe siècle)

 | 
Jean-François Chauvard
, 
Christine Lebeau

Première partie. La famille au défi de l’exil et de la séparation

Séparation et éloignement dans une famille de la noblesse du xixe siècle : trois générations de Mensdorff-Pouilly1

Radmila Slabáková

Texte intégral

  • 1 Cet article fut rédigé pendant mon séjour de recherche au NIAS (Netherlands Institute for Advanced (...)

1Séparation et éloignement scandent la vie de la famille Mensdorff-Pouilly au XIXe siècle. Je me propose d’interroger le sens ces notions pour les membres de cette famille dans la longue durée : du début de la Révolution, lorsque la famille de Pouilly choisit de partir en émigration, à la fin du xixe siècle quand elle est installée en Bohême et en Moravie. Comment trois générations successives ont appréhendé la séparation et l’éloignement ? Quelles stratégies devaient développer ses membres pour maintenir la cohésion familiale ?

  • 1 R. Slabáková, Le destin d’une famille noble émigrée d’origine française dans l’Empire des Habsbourg (...)

2La famille de Pouilly, qui émigra en 1790 de la Lorraine tout d’abord vers Luxembourg, puis dans l’Empire des Habsbourg, disparut presque complètement pendant l’émigration1. Les parents y trouvèrent la mort de même que cinq de leurs enfants. C’est le seul fils survivant, Emmanuel, qui fonda la nouvelle famille Mensdorff-Pouilly, en épousant, sous le nom de Mensdorff, la princesse de Saxe-Cobourg. Il s’établit dans la monarchie des Habsbourg, en exerçant le métier des armes auprès de l’Empereur d’Autriche et, en 1839, il obtint, l’incolat de Bohême et de Moravie pour s’y installer définitivement.

  • 2 Ce fut la mère d’Emmanuel qui proposa le nom selon la possession des Pouilly au Luxembourg. Archive (...)

3Le choix d’un nouveau nom, Mensdorff, paraît crucial. Il suggère le changement d’identité, le désir de se débarrasser de tout ce que le liait avec la France. Bien que, dans son cas, il s’agisse plutôt d’une simple précaution, le nom ayant été choisi « pour éviter les dangers qu’il aurait pu courir sous son nom s’il fût été fait prisonnier2 », Emmanuel n’appartenait pas à ces émigrés qui continuèrent à rêver de la France, la patrie perdue. Le leitmotiv désenchanté d’une partie de l’émigration – « Est-il possible de ne pas être Français ? De ne pas entendre le français ? » – ne le concerna pas. Étant donné son âge à la sortie du pays (13 ans), la saisie des biens de la famille, la mort de ses parents, de ses frères et sœurs, rien ne l’attachait plus à la France. Il trouva sa place, sa nouvelle patrie dans l’armée autrichienne, parmi ses compagnons de guerre et dans le service militaire.

  • 3 SOAK, RAMP, cart. 16, Emanuel à Sophie, 15 août 1812.

4L’armée se présente alors comme un des facteurs décisifs de son implantation dans l’Empire des souverains autrichiens. Dès 1793, Emmanuel se battit pour un Habsbourg ; pour lui, son « Herr und Kaiser », il supporta « avec joie » sa blessure à la main ; pour lui, il combattit Napoléon3. Néanmoins, ce ne fut probablement que son mariage avec Sophie, princesse de Saxe-Cobourg, qui le poussa à renoncer définitivement à son pays de naissance et à adopter celui de son épouse.

  • 4 Une autre sœur d’Alexander, Elisabeth, fut la première épouse du futur empereur François Ier et éta (...)

5Il semble surprenant que les parents de Sophie aient consenti au mariage de leur fille avec un simple capitaine, catholique, sans biens, sans domicile et sans parents. D’autant plus que la sœur de Sophie, Julienne, épousa le grand-duc Constantin et son autre sœur, Antoinette, fut mariée à Alexander de Württemberg. La famille de Cobourg se trouva ainsi doublement apparentée à la cour de Russie, Alexander étant le frère de l’impératrice Marie Féodorovna de Russie, la seconde épouse de Paul Ier et la mère de Constantin4. Toutefois, l’acceptation d’Emmanuel, ou plutôt d’Emanuel (notons l’absence d’un « m »), par les Cobourg, permit son implantation dans un nouvel espace (physique, politique, social et économique) ainsi que l’ascension de la nouvelle famille. La rupture semble totale, l’enracinement inévitable.

  • 5 Nous ignorons les détails de la visite d’Emanuel à Metz. Toutefois, la tradition familiale veut qu’ (...)
  • 6 Ce fut elle, Adèle, qui joua le rôle principal dans le combat de la famille pour la récupération de (...)
  • 7 Bien que l’on y mentionne vingt lettres d’Amélie de Briey, deux de Charles de Briey, trois d’Édouar (...)

6Toutefois, deux sœurs d’Emanuel qui survécurent elles aussi rentrèrent en France. Ce n’est pas un hasard si, à peine un mois après son mariage, en mars 1804, Emanuel, profitant de la période de calme et de paix, se rendit à Metz, comme le nota, dans son journal, sa femme Sophie5. Il y retrouva sans doute sa sœur Amélie qui épousa en 1801, après la mort de sa sœur Anne-Marie-Caroline-Albertine, son beau-frère, Louis-Marie-Hyacinthe de Briey, tout en prenant en charge l’éducation des enfants de sa sœur aînée (un aspect sur lequel nous reviendrons). Son autre sœur Adélaïde n’était pas encore mariée au comte de Charles-Jules de Beauffort et vivait près de la famille de sa sœur6. Les liens entre les Mensdorff et les Briey et, plus tard, les Beauffort, furent renforcés, hormis des visites réciproques, par de nombreuses lettres dont témoignent les journaux personnels de Sophie et les notes dans les archives de Klatovy7.

  • 8 Ces lettres, jadis présentes dans les Archives familiales de Klatovy, sont, semble-t-il, également (...)
  • 9 Cette branche, dite des seigneurs d’Aufflance, s’éteignit en émigration avec Joseph-Nicolas-Edmund, (...)
  • 10 Service historique de l’Armée de la Terre, château de Vincennes (SHAT), 1791-1814, doss. Briey Char (...)

7De même, les rapports unissant Emanuel avec la France furent maintenus par sa correspondance avec la marquise de Dreux-Brézé, née de Custine (fille du général Adam-Philippe de Custine), cousine germaine d’Emanuel et avec Pierre de Dreux-Brézé, évêque de Moulins, son fils8. Emanuel n’ignorait pas non plus le destin de la branche cadette des Custine9. Réciproquement, les proches des Pouilly en France, après le retour des Bourbon, dans l’attente, comme les autres nobles, d’être récompensés de leur loyauté et de leur dévouement, n’hésitèrent pas à rappeler les mérites d’Albert-Louis de Pouilly, mort en émigration. Ainsi, en 1817, le marquis de Dreux-Brézé soutint la demande d’avancement de Charles de Briey, son parent, en rappelant la proche parenté de Charles avec le baron de Pouilly dont « les preuves de l’entier dévouement à la cause du roi ne se sont point bornées à ses services militaires, mais à mettre encore à la disposition de Sa Majesté des fonds assez considérables qu’il était sorti de la France ». Madame Talmond Douve désire fort, également, la promotion de Charles : « Je suis très liée depuis longtemps avec sa mère (de Pouilly), qui est cousine germaine de Madame la Marquise de Brézé10 ».

  • 11 SHAT, 1791-1814, doss. Camille de Briey. Le marquis de Clermont-Tonerre fut apparenté à la famille (...)

8Une semblable sollicitude apparaît dans le dossier de Camille, frère de Charles. En 1819, le marquis de Clermont-Tonnerre recommandait Camille, appartenant à la famille « duquel je suis particulièrement attaché », et le général Desprez, en 1824, ajoutait que « les vertus et les grandes qualités de sa mère, née de Pouilly, sont au-dessus de tout éloge » et qu’elle « trouverait dans l’avancement de son fils une consolation que les malheurs lui ont rendue bien nécessaire11 ». Amélie de Briey elle-même n’hésita pas, en août 1814, à réclamer la promotion de son fils aîné, Charles-Herbrand, en rappelant qu’elle était née baronne de Pouilly.

  • 12 SOAK, RAMP, cart. 2, journal 1816, 2 novembre.
  • 13 Auszüge aus dem Tagebuch der Herzogin Auguste von Sachsen-Coburg-Saalfeld, geb. Prinzessin Reuss-Eb (...)
  • 14 Sophie parlait souvent à leur propos des « horribles gens ». L’oncle de Camille, Joseph de Briey, u (...)

9De l’autre côté, Emanuel devint tuteur, « père » des enfants de ses soeurs. Pourquoi amena-t-il, au mois de novembre 1815, son neveu Camille de Briey, « un beau garçon brun, âgé de 16 ans12 », à Cobourg ? Pourquoi s’occupa-t-il de son équipement militaire en lui donnant un sabre et une « czapka » ? Fut-ce seulement à cause de ce qu’il fallait enlever à ce garçon qui avait « l’air d’un vrai Français13 »? Emanuel, prenant en charge l’éducation de Camille et gardant une main bienveillante sur lui, ne voulait-il pas l’éloigner de l’influence de son père, dont la réputation, chez la famille cobourgeoise, était fort douteuse14 ? Camille, dont le premier séjour à Cobourg dura sept mois, y revint plusieurs fois et jouissait, beaucoup d’années plus tard encore, ainsi que sa mère, de la faveur particulière des Mensdorff-Pouilly.

  • 15 SOAK, RAMP, cart. 16, Emanuel à Sophie, 28 septembre 1819.

10De même, Emanuel hébergea le fils de la marquise de Dreux-Brézé15. Il n’était pas seul à manifester un tel intérêt pour sa parenté. En effet, les liens de parenté et de cousinage s’étendaient encore, au xixe siècle, très loin. Ce système du cercle des tuteurs et de l’enchaînement des liens de parenté est un des traits essentiels de la famille cobourgeoise dont la stratégie du maintien de l’unité, de la cohésion familiale, représentée par Léopold Ier et, plus tard, par sa nièce Victoria, devenue la reine d’Angleterre, sera discutée plus avant.

11Regardons comment la première génération des Mensdorff-Pouilly affronta la séparation et l’éloignement.

12Nous sommes en effet forcés de constater que rares furent les moments que Sophie et Emanuel passèrent ensemble ; il est donc très difficile de parler de leur vie commune. Ce trait fut, semble-t-il, propre à toutes les familles de l’aristocratie, les hommes quittant souvent le foyer familial en raison du service militaire ou de leurs fonctions à la cour impériale, les femmes, de leur côté, développant l’art des salons et se réalisant dans la participation à la vie de société. Dans le cas présent, si la situation fut compliquée encore par les guerres napoléoniennes, la période de paix ne facilita pas davantage la vie commune des époux. Sophie eut beau dire qu’à partir de 1819 elle n’a pas quitté son mari ; dans les garnisons où elle le suivit, à Prague, à Mayence, chacun eut son propre espace d’activité, Sophie se plaignant souvent de voir Emanuel « si peu ». La quantité de lettres échangées entre les époux est une autre preuve de leur séparation fréquente.

13La distance physique entre eux ne signifie pas, pourtant, l’absence d’un attachement très fort. Au contraire, avec chaque retour de son époux, les sentiments de Sophie devenaient de plus en plus chaleureux. À l’origine de cette exaltation, il est possible d’entrevoir des causes diverses, intérieures et extérieures : le sentimentalisme, le romantisme ou bien le désir de prouver qu’à la différence des mariages malheureux de ses frères et sœurs (notamment ceux d’Ernst Ier, de Julienne et d’Antoinette), mariés avec des partis « égaux », son mariage, imposé contre la volonté de ses parents, était plus durable. Ses journaux et ses lettres, débordant de sentiments envers Emanuel, nous persuadent non seulement que leur mariage fut fondé, au moins du côté de Sophie, sur un attachement profond mais également que la durée de l’amour de son époux fut, pour elle, primordiale. Encore en 1828, elle lui écrivait :

« ... que j’aime toujours énormément et plus que tout l’homme de ma vie, de mon choix, malgré quelques orages et tempêtes ! J’aime aussi beaucoup ma mère et mes frères et sœurs – mais toi ! oh Dieu, tu es toujours toi ! C’est seulement toi que je peux aimer ainsi ! Et tes enfants ! »

14En 1830, elle confirmait ses sentiments :

  • 16 SOAK, RAMP, cart. 19, Sophie à Ernst, 29 mai 1830.

« Mon mari et moi, nous ne sommes séparés que depuis un an, nous avons les mêmes expériences et opinions, nous partageons les soucis et les joies16 ».

15Ce ne fut pas, croyons-nous, par la complaisance devant le deuil que le duc de Nassau confirma à Emanuel :

  • 17 SOAK, RAMP, cart. 17, Wilhelm von Nassau à Emanuel, St Petersbourg, 31 juillet 1835.

« ... rarement les hommes étaient plus tendrement aimés par leur épouse, après tellement d’années, comme vous17 ».

16Ce dévouement entier à son mari, l’insistance sur un amour réciproque et solide établissent sans doute la base d’une stratégie familiale commune, rattachant entre eux les membres de la famille par des liens étroits. Une grande partie de cette stratégie revient à l’épouse, qui, par amour pour son mari, inculque aux enfants la nécessité du maintien de relations étroites et sincères. Car, comment mieux transmettre la valeur de l’unité familiale qu’en en donnant l’exemple dans les relations entre les parents ? C’est peut-être la raison pour laquelle, malgré les épanchements émotifs de Sophie, d’éventuels malentendus avec Emanuel sont passés, dans ses journaux et ses lettres, sous silence.

  • 18 StadtsArchiv Coburg (StACo), LA A 6127, Akta und Korrespondenzen zum Tod der Grafin Sophie Mensdorf (...)

17Le maintien de la cohésion familiale relevait d’une stratégie délibérée, tout comme la volonté de perpétuer la lignée reflétait les valeurs nobiliaires. Il convient d’en avancer, comme preuve, le remplacement de la femme, sitôt morte, par une autre. Ce fut le cas des sœurs d’Emanuel, épouses de Louis-Marie-Hyacinthe de Briey, celui des épouses du duc saxe-cobourgeois, frère de Sophie, Ernst et, également, celui des deux femmes d’Alphons, fils d’Emanuel. Il semble que le souci d’assurer une progéniture l’emporta même sur la préservation de l’unité du couple. Ainsi les relations parents-enfants devinrent-elles plus importantes que les relations entre époux. Les testaments de la noblesse en fournissent un bon nombre d’exemple, les enfants étant largement avantagés au détriment de l’époux survivant. Dans le cas de Sophie, pourtant, il en fut autrement. Elle désigna par son testament son mari pour héritier universel. C’est seulement après la mort d’Emanuel que les enfants devaient disposer de la fortune de Sophie, déposée à Cobourg18. Ce geste peut confirmer non seulement le lien exceptionnel qui l’attacha à son mari, mais également la préférence qu’elle accorda à sa liaison conjugale. Il reste à savoir dans quelle direction allèrent les préférences d’Emanuel.

  • 19 Après la mort de Sophie Emanuel décrit à Ernst son désarroi : « Ich bin noch tief èrschüttert und e (...)
  • 20 « Mein geliebter, ach so innig, so stets, im Alien wie in der Jugend über Alles geliebten Gatte und (...)
  • 21 « Ach wie fühle ich mich einsam in meinem Hause wo ich sie überall vermeiste wo sie mir überall (...)

18Nous avons déjà établi que son rapport envers Sophie fut marqué par des sentiments non moins sincères, bien que, peut-être, beaucoup plus discrets19. Son attitude après la mort de Sophie fut révélatrice, également, d’un autre point de vue. Contrairement à la politique familiale de la noblesse, notée plus haut, il n’épousa pas une autre femme. Le besoin de chercher une aide pour élever ses enfants n’existant pas en raison de l’âge avancé de ses fils (de 18 à 29 ans), Emanuel put sans doute tenir compte du désir exprimé en ce sens par Sophie dans son testament20. Toutefois, il faut noter que l’unité familiale, si intensément développée dans leur cas, put être également décisive, les liens intimes du père avec ses fils ne créant pas la solitude qui poussait souvent les hommes vers le mariage21. Pénétré de la mentalité de gardien de la lignée, Emanuel semble en tout cas accorder, comme le manifestent ses lettres, plus d’importance à ses relations avec ses fils qu’à celles avec Sophie.

  • 22 SOAK, RAMP, cart. 16, Emanuel à Sophie, 16 septembre 1827.
  • 23 Écœurée par l’insensibilité des dames de Mayence, elle confie à son mari : « ... je m’imaginerais q (...)

19Les stratégies propres à Sophie et à Emanuel présentent des caractères différents qu’il faut brièvement expliquer. Emanuel fut l’homme de la société, préférant la compagnie de ses confrères et de son entourage. Il détesta la solitude, l’isolement de La Claireau, demeure de la famille de sa sœur Amélie. Sophie, au contraire, semble-t-il, préféra une vie moins agitée. « ... J’y ai passé trois jours dans une grande solitude », écrit Emanuel décrivant son séjour chez les Briey, « ça serait une vie pour toi... une petite maison isolée au milieu de la forêt, sans personne à côté22. » En effet, Sophie, qui mentionna plusieurs fois que les gens la « fatiguaient », se réfugia souvent dans un monde isolé, fût-ce une partie silencieuse d’un parc ou l’espace de ses pensées où, en lisant, écrivant des contes et des récits, elle inventa un monde pour elle-même23.

  • 24 P.-A. Rosenthal, « Maintien/Rupture : Un nouveau couple pour l’analyse des migrations », Annales ES (...)

20L’éloignement fréquent des époux n’est pas étranger au cosmopolitisme de la noblesse. Des questions surgissent alors : Comment le cosmopolitisme contribua-t-il à l’« émigration de rupture » de la noblesse24 ? Était-il compatible avec la une notion de l’appartenance à un espace et à un domicile ?

  • 25 En 1830, elle évoque avec nostalgie « alt Deutschland », l’époque de l’Empereur romain et parle de (...)

21Le rapport de Sophie avec un domicile est totalement absent de ses journaux. En comparaison avec Emanuel, évoquant très souvent les notions de « notre » Empereur, « notre » Empire, Sophie ne mentionne jamais, à notre connaissance, son appartenance à l’Empire autrichien. En liaison incessante avec sa mère, faisant des voyages à Cobourg pendant son séjour à Mayence ou à Prague, sa ville natale semble avoir fonctionné toujours comme son lieu de référence. Certaines de ses remarques nous laissent croire qu’elle fut plus liée à l’Allemagne qu’à l’Empire autrichien25. L’attachement à Cobourg, très vif, persista toute sa vie, malgré le dévouement pour son mari, malgré les sentiments qu'elle éprouvait pour lui et pour ses fils, malgré le soutien qu'elle apporta à sa décision de préférer, comme lieu de l’implantation future de leurs enfants, l’Autriche au détriment de Cobourg. Pourtant, et peut-être en conséquence, il nous semble impossible de démontrer son identification avec un espace quelconque.

  • 26 C.-L. Brelot, « L’itinérance et nomadisme, Itinérances nobles : la noblesse et la maîtrise de l’esp (...)
  • 27 Cette caractéristique est applicable également aux cas d’autres cobourgeois. Prenons l’exemple de L (...)

22Son cas peut servir de preuve de la futilité qu’il y a à imposer à la noblesse la notion de domicile, les notions « mon », « nôtre » (pays, domicile) n’ayant pas vraiment de sens26. En fait, Sophie nous paraît comme suspendue dans le vide27. Déracinée de Cobourg, mais sans qu’elle trouve un nouvel enracinement, elle était ballottée entre sa famille et ses proches restés à Cobourg, entre l’Allemagne et l’Autriche.

23Si nous interprétions ses « errances interminables » comme une sorte de migration, nous pourrions désigner son cas comme une « migration de maintien ». Détachée de Cobourg, elle garde des liens avec son espace natal tout le temps, fût-ce par l’intermédiaire d’une correspondance abondante ou, d’une façon directe, par des retours constants. Dans cette perspective, la question d’un domicile nous semble secondaire dans la mesure où on peut pas lui trouver d’attachement à un autre espace.

  • 28 Cette lettre fit partie de sa demande du titre de comte autrichien. Allgemeines Verwaltung Archiv, (...)

24L’attitude ambivalente de Sophie dans le processus de l’implantation de la famille dans l’Empire permet d’évaluer le rôle primordial de l’homme dans la stratégie familiale de l’enracinement de l’époque. Sophie ne jouant qu’un rôle passif, l’initiative revient à Emanuel, bien que, dans la première phase de sa vie conjugale, son comportement ne se soit que très peu distingué de celui de son épouse. Indifférent, comme elle, envers son domicile, la question d’une résidence naquit pour lui, semble-t-il, progressivement, avec l’évolution de ses fils. « ... mes cinq fils, lorsqu’ils auront atteint l’âge approprié, sont désignés de servir notre illustre maison impériale et de s’établir dans les pays héréditaires », annonça Emanuel en 1818 dans une lettre à Metternich28. Ce fut pour eux qu’il sollicita le titre de comte autrichien, établissant en même temps leur fixation dans un des pays héréditaires de la monarchie. Cette volonté, peut-être commandée par la stratégie familiale de trouver un lieu d’enracinement pour assurer la continuation de la lignée, pouvait répondre à ses besoins individuels aussi bien qu’à l’impératif, pour la noblesse, de posséder une terre. Car, toujours liée, dans ses fondements, à la terre, la noblesse, par sa possession, affirmait non seulement son identité matérielle mais aussi, sur un plan symbolique, son indépendance, son prestige et son influence.

25Sans souligner encore une fois les orientations d’une stratégie ouverte à toutes les formes de l’affection et tendue vers le maintien de la cohésion familiale, ce fut la mort de la mère, en 1835, qui renforça les liens entre les membres de la famille. Dès lors, ses fils furent, pour Emanuel, sa « fierté » et ses « seuls amis » et il fut pour eux un « ami, conseiller et centre de [notre] vie familiale ».

26Ce fut également le moment où le père put engranger les fruits de sa politique éducative qui reposait sur l’exigence de composition et de stylisation sensible dans la relation à autrui, en particulier dans le rapport avec les parents. Ses fils, s’efforçant de répondre à ses attentes, perpétueront les principes de leur père, en particulier, celui du maintien de l’harmonie familiale.

27Ce qui semblait une des conditions de la cohésion de la famille, c’était le constant souci de garder des contacts avec tous ses membres : d’où l’exigence des nouvelles, la nécessité des échanges de lettres, la correspondance abondante, mais aussi les visites familiales et les réunions où se rassemblaient tous les proches et les cousins lointains. Comme le rappela la reine Victoria à Emanuel :

  • 29 SOAK, RAMP, cart. 17, Victoria à Emanuel, Windsor Castle, 14 février 1844.

« Nous devons tous tenir ensemble encore plus fermement et préserver la belle unité de la famille...29 ».

  • 30 Nous notons leur présence dans les maisons royales ou princières de vingt et un États, entre autres (...)

28Cette « prise de conscience » de chaque membre de la famille fut vraisemblablement aussi à l’origine de l’ascension des Cobourg qui réussirent à s’insérer dans le milieu des grandes dynasties régnant sur l’Europe : les Habsbourg, les Hohenzollern, les Romanov et les Bourbon-Orléans. S’éparpillant sur les trônes du continent, vers la fin du siècle, ils avaient conquis, entre autres, les couronnes de Bulgarie, de Grèce et de Roumanie et les membres de la « maison », dans divers pays, maintiennent leurs positions jusqu’à nos jours30.

  • 31 SOAK, RAMP, cart. 15, Alexander à Arthur, 10 septembre 1852.

29Malgré cette dispersion des Cobourg, le sentiment de l’appartenance à la famille, tout au long du xixe siècle, n’a pas disparu. Les relations des Mensdorff avec leur brillante parenté semblent avoir fonctionné comme un convertisseur de ressources : les deux parties agissaient dans leurs sphères respectives de pouvoir, afin d’obtenir de nouveaux avantages à travers l’action de leurs « amis ». En 1852 Alexander, fils d’Emanuel, encourage Arthur, son frère : « Écris donc à notre bonne gentille parenté, on ne doit pas s’éloigner tout à fait, en particulier si on doit quelque chose à la partie la plus vieille de la famille31 » ; et, en 1853, en rappelant à Alphons de nouveau qu’il faut écrire à Victoria, il explique ainsi la nécessité du maintien des relations :

  • 32 SOAK, RAMP, cart. 15, Alexander à Arthur, Osborne, 19 août 1853.

« ... ils font pour nous deux quelque chose et n’oublie pas qu’une partie de nos revenus vient directement de leur part32. »

30De l’autre côté, les Mensdorff se montraient des médiateurs très utiles qui agissaient dans l’intérêt de leur parenté.

31Les liens du clientélisme doivent être lus dans cette perspective. Les rôles étaient distribués et strictement gardés : les Cobourg devaient veiller sur le sort de leurs proches, en leur procurant des avantages tels que le soutien financier ou la renommée dans la société, et les Mensdorff étaient obligés d’exprimer leur reconnaissance, en renforçant encore davantage leur attachement à la famille. Cette relation plonge en effet ses racines dans l’éthique féodale. Le dévouement absolu en est une composante fondamentale :

  • 33 Royal Archives (RA), Windsor Castle, VIC/R 1/30, Alphons à Victoria, 14 décembre 1861.

« Tu sais avec quel dévouement fidèle et constant je tiens à vous et comment je suis douloureusement accablé par chaque souci qui gêne votre rare bonheur familial...33 »,

32confirme Alphons, en 1861, à Victoria.

  • 34 RA, VIC/Q 1/117, Alphons à Victoria, Boskowitz, 11 décembre 1865.

33La nécessité de vénérer les membres de la famille appartenait peut-être aussi aux devoirs des obligés, malgré tous les sentiments sincères que les Mensdorff croyaient consciencieusement professer pour leur parenté. En particulier, la reine Victoria se voyait envahie par des lettres répondant certainement à ses espérances. Ainsi Léopold était « le dernier de la génération vigoureuse, habile, calme dans son opinion plein d’esprit » et « sa mémoire doit continuer à vivre dans la famille, car ce qu’il a fait pour vous [Victoria] est infini...34 » et le devoir d’obligation sautait aux yeux encore plus dans les lettres répondant à la mort d’Albert, son époux :

  • 35 RA, VIC/R 1/81, Alexander à Victoria, Lemberg, 16 décembre 1861.

« Quel coup le plus horrible et inattendu a frappé toi, ta famille, ah, nous tous,... le plus noble, le plus généreux homme du monde35 »,

  • 36 RA, VIC/R 1/190, Arthur à Victoria, Einod, 23 décembre 1861.

34soupire, saisi d’émotion, Alexander ; Arthur n’hésita pas à prendre Albert pour un ange, rappelé au trône de Dieu accompagné de millions de larmes36.

35La première génération des Mensdorff-Pouilly ne s’est donc pas véritablement enracinée en Bohême et cela ne fut pas un obstacle à leur vie familiale. Beaucoup plus important, semble-t-il, que la fixation d’une demeure, fut le maintien de liens étroits avec les membres de la famille dans le sens large du mot en dépit de leur éloignement géographique.

36La question de l’enracinement s’inscrit aussi dans la longue durée. Ce ne fut que la deuxième génération, en la personne d’Alphons, qui (re)trouva ses racines à Boskovice en Moravie. À la différence de ses parents, la nécessité de s’établir, de trouver un domicile est ici patente. À une époque où la possession d’une terre représentait non seulement un des facteurs de la réussite dans la société de la noblesse, mais également la possibilité d’introduire les formes de l’entreprise et de l’investissement « capitaliste », ce fut Alphons qui comprit le mieux ses changements sans pour autant réussir à maintenir le niveau de développement économique du domaine de Boskovice entamé par les ancêtres de sa première femme, née Dietrichstein. La postérité d’Alfons continua à bien gérer ses domaines de Preitenstein et de Boskovice administrant la preuve que l’enracinement et le maintien de la cohésion familiale furent un succès.

37Différent, cependant, fut le sort de son frère cadet, Arthur. Ayant épousé une jeune « Zirkus Reiterin », Magdalena Kremzow, conscient que, par son mariage, la famille risquait d’être compromise, Arthur se sentit obligé de se retirer du « grand monde ». Était-ce une nouvelle séparation ?

  • 37 RA, VIC/Y 59/29, Arthur à Victoria, Boskowitz, 10 décembre 1882. Dans une autre lettre, datée de 18 (...)

38Sous l’emprise de son tempérament romantique, pénétré de l’exemple du mariage de ses parents, guidé par le devoir traditionnel de la noblesse envers les besogneux, il était prêt à tout sacrifier pour sa femme. Non seulement il soutint, financièrement, toute sa belle-famille dans laquelle son beau-frère Fritz et sa belle-mère manifestèrent ostensiblement leurs prétentions, mais il appuya également Cäsar, fils illégitime de son épouse. Cependant, « après tout ce que j’avais fait pour elle, se plaignit-il, elle a soudainement changé et j’ai dû me séparer d’elle37 ». Son « expérimentation sociale » sur le bonheur familial – selon les termes d’Ernst – ayant abouti au résultat redouté, bien qu’il n’était pas désiré, par ses proches, Arthur n’eut par la suite, à cause son mariage, pas d’autre attribut que celui d’« idiot ».

39Bien que ses parents aient fini par lui pardonner, Arthur paya cher son mariage. Il eut le sentiment d’une vie gâchée au lieu de celle qu’il aurait pu escompter en bénéficiant de la puissance et de l’éclat de son honorable parenté. Son mariage le força à se retirer et l’intimida dans ses relations avec sa haute parenté à un tel degré que, plusieurs années encore après sa séparation d’avec Magdalena, il n’osa pas prendre part aux funérailles de son cousin Ernst de peur que sa présence ne soit pas désirée. Pourtant, cela ne lui empêcha pas entretenir, jusqu’à sa mort, une correspondance avec sa chère « Cousine » Victoria.

40L’unité et la cohésion de la famille, dans un sens large du mot, furent des valeurs primordiales cultivées par les premières deux générations des Mensdorff-Pouilly. Qu’en est-il pour la troisième génération ?

41Des événéments vinrent troubler l’unité de la famille. Alexandre, fils d’Emanuel, qui prit pour épouse Alexandrine, princesse Dietrichstein, devint le premier prince Dietrichstein zu Nikolsburg. Ce fut grâce aux efforts d’Alexandrine, qui, ne souhaitant pas laisser s’éteindre après la mort de son père le célèbre nom des Dietrichstein, s’accrocha à l’idée de s’approprier le nom et le titre de sa famille de naissance. L’affaire était grave. Dans l’esprit de la noblesse, le nom symbolise toute l’histoire familiale, il forme un élément important du capital symbolique de la famille qui est la condition même de son existence. Si on touche au nom, on risque d’affaiblir et d’anéantir la famille. Les frères d’Alexandre reprochèrent à Alexandrine d'enlever à la famille Mensdorff celui qui, après leur père, avait le plus élevé en « honneur » le nom de la famille (Alexandre fut, entre autres, le ministre des Affaires Étrangères de l’Autriche dans les années 1864-1866). C’est à lui que la famille associait son ascension et sa réputation. Voyant un des éléments constitutifs de sa position sociale et une des sources de son capital symbolique en voie de disparition, elle ne pouvait rester inactive. Comment les Mensdorff-Pouilly pourraient-ils être fiers des mérites d’un prince Dietrichstein ?

  • 38 SOAK, RAMP, cart. 20, Arthur à Victoria, Wien, 3 mars 1871.

42En particulier, Arthur supporta mal l’appropriation d’Alexander par les Dietrichstein, s’attachant à l’ancienneté et, dans son esprit, par conséquent, à la supériorité de leur famille : « La famille de Pouilly est meilleure et plus vieille que celle des Dietrichstein38 », se lamenta-t-il dans une lettre à Victoria. Aline se vit accusée de tous les maux : de sa vie mondaine et de ses ambitions, cause des souffrances d’Alexander car il les avait mal supportées ; de l’usurpation de celui-ci et, également, des rancunes qu’il rencontra, après son élévation, dans la société.

43Toutefois, on peut comprendre les motifs de la décision prise par Aline. Comme les Mensdorff-Pouilly, elle veillait à assurer la continuation du nom de ses ancêtres et à sauver le capital symbolique de la famille. Le nom des Dietrichstein ayant disparu avec le comte Moritz, dernier de toute la branche des Dietrichstein-Proskau, la famille risquait de tomber dans l’oubli. C’est le respect envers ses ancêtres, la « pietas » comme l’expliqua Alexander à la reine Victoria, mais aussi l’effort de prolonger la vie de la famille, qui guidaient Aline dans ses démarches. Dans ce duel qui opposait deux familles nobles, c’est finalement celle des Dietrichstein qui l’emporta. On peut aussi voir, dans la décision finale, un des signes témoignant non seulement de l’ampleur des possibilités de la noblesse dans sa lutte pour rester au premier rang, mais aussi des moyens qui le lui permettaient ; l’unité s’avérait comme une valeur primordiale. La postérité des Mensdorff-Pouilly déjà assurée par les fils d’Alphons, il fallait garantir la continuation des Dietrichstein, stratégie de la noblesse oblige.

  • 39 Archives du pays de Moravie à Brno (MZA), Archives familiales des Dietrichstein (RAD), cart. 542, i (...)

44Le fils d’Alexandrine et d’Alexander, Hugo, poussa un peu plus loin le processus de la séparation de la famille. Suivant les traces de sa mère, il fit le premier pas. Profitant du flou qui entourait les armoiries de la descendance du prince Dietrichstein zu Nikolsburg, il demanda à l’empereur l’attribution des armoiries (avec la couronne comtale), désignées dans le diplôme de son père, à tous les enfants de la famille39. C’était évidemment ainsi que les comtes et les comtesses pouvaient faire preuve de leur appartenance à la maison princière et comtale Dietrichstein zu Nikolsburg. Et pour que leur appartenance fût encore plus marquante, il fallait qu’ils portent également le nom des Dietrichstein. L’empereur, n’ayant pas trouvé sans fondement les arguments de Hugo, arguant que son père reçut en effet, à titre de prince, non seulement celui de la maison princière mais également celui de la maison comtale, donna son accord. Les comtes et les comtesses Mensdorff-Pouilly-Dietrichstein étaient nés.

45Ainsi s’esquissa la séparation des Mensdorff et des Dietrichstein. Alphons était incontestablement le chef de la maison des Mensdorff et Hugo devenait celui des Dietrichstein. Et les Pouilly ? L’intérêt pour ce nom presque oublié, dont seulement quelques documents officiels apportaient le témoignage, sembla revivre en raison de l’intention de Hugo, en 1887, d’entrer dans l’ordre des chevaliers teutoniques.

  • 40 MZA, RAD, cart. 543, inv. c. 2234, Vstup hrabete Alberta Dietrichstein-MensdorffPouilly do řádu něm (...)

46Dans ce but, il fallait tout d’abord ramasser les preuves de noblesse de ses ascendants. C’est pourquoi il engagea, en France, François de Salles, président du Conseil Héraldique de France, qui se chargea de lui procurer les documents concernant les familles françaises Pouilly, Hezecque, Custine et Maguin40. La vaste campagne généalogique menée par les Dietrichstein coïncida avec le même travail mené, dans la famille des Mensdorff, par Sophie, fille d’Alphons. Ainsi les deux familles coopérèrent-elles pour retrouver la mémoire de leurs ancêtres. Elles découvrirent les membres de la famille qui avaient appartenu à l’ordre des chevaliers de Malte (Emanuel, ses frères Louis-Joseph et Albert) et ils débattirent la question de savoir à qui revenait l’honneur d’acheter les preuves de noblesse d’Emanuel, estimées à 1 000 francs ; Alphons s’en réserva le droit car il était « chef de la famille Mensdorff ».

  • 41 Ils s’adressèrent, en 1887, à Miltenberg, avec la même demande que nous-même, 110 ans après, avec u (...)

47Hugo et Sophie, fille d’Alphons, précisèrent les détails de l’enterrement de leur grand-mère Sophie et tentèrent de rechercher le testament de leur arrière-grand-père Albert-Louis41. Chaque ancêtre de seize quartiers nobles exigés pour l’attribution de l’ordre se vit accorder un dossier dont aujourd’hui, dans plusieurs cas, ne restent que des pochettes et Alphons, enfin, redécouvrit l’importance de son grand-père Albert-Louis de Pouilly.

« J’ai tout ce qu’il te faut, annonce-t-il à Alexandrine, le diplôme de comte, l’arbre généalogique... mon père a été toujours appelé Graf Mensdorff, baron de Pouilly. Dans les documents certes sans importance particulière, Albert-Louis apparaît toujours comme un très puissant seigneur, Baron de Pouilly, comte de Roussy. Ceux-ci pourtant semblent être des noms ajoutés et j’engagerai l’enquête pour en savoir plus... Puis, je tiens énormément à ces noms et tiens très sérieusement à mes droits comme chef de la maison de Pouilly... ».

48S’il est malaisé de savoir si la famille, à cette époque-là, ignorait le destin des noms de Pouilly et de Mensdorff, il n’est pas douteux qu’Alphons se soit réservé le droit au passé de la « maison ». Les Dietrichstein, eux, avaient leurs propres ancêtres. On pourrait se demander pourquoi ces derniers tenaient si peu à leurs aïeux Mensdorff-Pouilly. La faiblesse des liens avec leur père, malgré son attachement à ses enfants, leur séparation fréquente, sa mort précoce, l’entourage de la parenté d’Aline, les séjours réguliers chez les proches des Dietrichstein – les Herberstein, les Hatzfeldt, les Clam –, les contacts avec les Schwarzenberg, tout paraît avoir influencé leur sentiment de l’appartenance aux Dietrichstein plutôt qu’aux Mensdorff Hugo l’explique clairement dans une lettre à Victoria, en la remerciant du Tagebuch de son arrière-grand-mère :

  • 42 MZA, RAD, cart. 590, inv. c. 2575, Hugo à Victoria, 18 juillet 1893.

« À cause de la mort prématurée de mon père, le fond de la tradition orale dans notre famille s’était tu et c’est seulement par ce livre que j’ai appris beaucoup de détails intéressants de la vie de mes grands-parents et arrières grands-parents que j’ai ignorés jusqu’à maintenant42 ».

49La dernière étape de la séparation des deux familles survint en 1917. Hugo argua :

  • 43 Allgemeines Verwaltung Archiv Wien (AVA), Adelsarchiv, Adelasakta, doss. Dietrichstein-Mensdorff-Po (...)

« Le port du nom Mensdorff à la première place et du nom Dietrichstein à la troisième place par mes enfants est fréquemment la cause de toute sorte de malentendus et de confusions ; aussi, par cet ordre des noms, l’appartenance des membres de la famille à ma maison princière n’est pas évidente43 ».

50Le port du nom Dietrichstein-Mensdorff-Pouilly ayant été autorisé, la séparation et surtout la distinction semblaient consommées.

  • 44 Les archives des Dietrichstein à Brno ne contiennent que quelques documents (correspondance) du déb (...)
  • 45 À titre d’exemples citons les Potocki, les Windischgraetz, les Harrach, les Hohenlohe, les Liechten (...)

51Les démarches de Hugo témoignent de l’effort traditionnel de l’aristocratie pour faire promouvoir sa noblesse, préserver son existence et, de cette façon, rester « au sommet ». Toutefois, ne faut-il pas y voir aussi un signe de la volonté de briser les liens avec les Mensdorff ? Faute des documents et des témoignages nécessaires nous ne pouvons qu’avancer des hypothèses44. En tout cas, les liens entre les deux branches semblent avoir été progressivement gommés. Si, dans les premières années qui suivirent la mort d’Alexander, Alphons et Arthur séjournèrent assez régulièrement, à partir de 1887, au château Nikolsburg comme en témoigne le livre de visite, leurs noms n’y apparaissaient plus à partir de l’année du mariage de Marie Mensdorff-Pouilly-Dietrichstein, fille d’Alexandre. De même les archives ne révèlent aucune correspondance entre les Mensdorff-Pouilly d’un côté et l’épouse et les descendants d’Alexander de l’autre, et ce pour la fin du XIXe ainsi que pour le XXe siècle. Pourtant, il serait faux de croire que les deux branches se sont entièrement séparées en renonçant au moindre contact : M. Hugo Mensdorff-Pouilly, l’arrière-petit-fils d’Alphons, certifie le contact de son père, Alfons Karl, avec le « cousin » de ce dernier Dietrichstein et le livre de visite du château de Nikolsburg nous dévoile les séjours des Mensdorff-Pouilly chez leurs proches. Les contacts n’étaient pas certes très intensifs, à la différence de la fréquentation à Nikolsburg des autres membres de l’aristocratie45, mais la conscience de la famille existait toujours : dans les années 1880, on note le séjour d’Alfons Wladimir Mensdorff, fils d’Alphons, et de son épouse Ida, répété en 1914, puis celui de leur fils Alfons Karl en 1921 ainsi qu’en 1927 et, enfin, Sophie Mensdorff-Pouilly signa le livre des visites en 1935.

52Pourtant, ce ne fut pas la fin des éloignements et des séparations. En 1948, les trois frères Mensdorff-Pouilly de Boskovice, Bedrich, Albert et Jan, sous la pression des événements secouant la Tchécoslovaquie, imitèrent, après 160 ans environ, l’émigration de leurs ancêtres, en cherchant refuge dans un autre pays. Leur quête les amena en France où ils trouvèrent asile chez leurs lointains cousins de Pouilly issus de la branche aînée. L’unité familiale ne l’emportait-elle pas après tout ?

53La nouvelle émigration de la famille au xxe siècle interroge à son tour les notions d’éloignement, de séparation et de cohésion familiale. Peut-on vraiment parler d’un enracinement définitif chez la noblesse ? Établis par Alphons en Moravie et ralliés à la nation tchèque, les Mensdorff-Pouilly parvinrent-ils à s’attacher à leur pays d’adoption ? Un des trois frères émigrés est retourné en France, dans le pays de ses ancêtres, pour s’y fixer avant d’envisager récemment de changer de domicile, de quitter la France et de retourner dans son pays natal. L’errance se poursuit, semble-t-il, avec son revers : la séparation et l’éloignement.

Notes

1 R. Slabáková, Le destin d’une famille noble émigrée d’origine française dans l’Empire des Habsbourg et en Tchécoslovaquie de la fin du xviiie aux années trente du xxe siècle : les Mensdorff-Pouilly, Thèse de doctorat, Université de Grenoble, 1999 ; EAD., « Éducation et mariage dans la famille des Mensdorff-Pouilly au xixe siècle : entre les valeurs “aristocratiques” et “bourgeoises” », Études danubiennes, XV, 1, 1999, p. 83-107 ; EAD., « La perception de la mort par l'aristocratie au xixe siècle à travers l’exemple de quelques familles austro-bohêmes », Études danubiennes, Les noblesses de Bohême et de Moravie au xixe siècle, XIX, 1/2, 2003, p. 175-187.

2 Ce fut la mère d’Emmanuel qui proposa le nom selon la possession des Pouilly au Luxembourg. Archives régionale d’Etat de Plzen, filiale Klatovy (SOAK), Archives familiales des Mensdorff-Pouilly (RAMP), cart. VI, doss. 8, brouillon de la lettre de la baronne de Pouilly, daté du 31 août 1798.

3 SOAK, RAMP, cart. 16, Emanuel à Sophie, 15 août 1812.

4 Une autre sœur d’Alexander, Elisabeth, fut la première épouse du futur empereur François Ier et était alors l’archiduchesse d’Autriche.

5 Nous ignorons les détails de la visite d’Emanuel à Metz. Toutefois, la tradition familiale veut qu’une seconde célébration du mariage ait lieu en vue de montrer l’influence française et l’importance du catholicisme ; célébration qui se déroula dans l’église catholique, le 23 mai, trois mois après le mariage protestant. La date, tirée du texte de Giselda Mensdorff-Pouilly conservé dans les Archives de Klatovy, reste pourtant douteuse : d’après le journal de Sophie, Emanuel était parti du 13 mai au 14 juillet 1804. Nous ne parvenons pas non plus à confirmer si Emanuel amena à Cobourg l’abbé Thierry, un ancien ami de la famille pour arranger les affaires religieuses. Les recherches dans les Archives de Cobourg, Bamberg et Regensburg ont été infructueuses (les archives de Bamberg renvoient aux Archives de Regensburg, les Archives de Regensburg aux Archives de Bamberg, toutes les trois, avec les archives de Cobourg, prétendant de ne pas disposer des registres catholiques de la période dont nous aurions besoin).

6 Ce fut elle, Adèle, qui joua le rôle principal dans le combat de la famille pour la récupération de ses biens séquestrés. Tout d’abord, elle demanda la levée du séquestre sur les biens de la famille qui n’avaient pas été vendus. En 1806, la main levée est accordée, sur les 4/7 des biens non vendus et, lors du versement des indemnités, la famille récupéra, pour les biens dans deux départements, 263 456 francs de capital, ce qui donna environ 6 104 francs de rente. Toutefois, le montant d’Emanuel, dont la déclaration prouva qu’il « s’était fait naturaliser en Autriche et par conséquent perd la qualité de Français », devait échouer aux autres héritiers.

7 Bien que l’on y mentionne vingt lettres d’Amélie de Briey, deux de Charles de Briey, trois d’Édouard, six de Camille, une de Renée et de Marie de Briey, toutes destinées à Emanuel et, également, vingt-cinq lettres d’Adèle de Beauffort, ces lettres, présentes dans le fonds avant 1940, grâce à l’effort déployé par Sophie Mensdorff (1904) pour classer les archives, ont aujourd’hui, mystérieusement, disparu.

8 Ces lettres, jadis présentes dans les Archives familiales de Klatovy, sont, semble-t-il, également perdues.

9 Cette branche, dite des seigneurs d’Aufflance, s’éteignit en émigration avec Joseph-Nicolas-Edmund, comte de Mandre et d’Aufflance, dont la fille unique resta, malgré ses deux mariages avec le comte d’Abzac et le comte de Nicolaï, sans postérité. En 1818, Emanuel fut particulièrement intéressé par le testament du comte de Custine de Mandre rédigé, en 1795, à Brunswick et annulé sous l’insistance de sa fille, marquise de Nicolaï. Nous ignorons la suite de sa correspondance avec les intéressés à Brunswick, mais il ne put jouir de l’héritage assez considérable de la branche éteinte, les prétendants étant nombreux. Il est vrai que le premier rameau de la branche aînée faillit s’éteindre, lui aussi. Cependant ce ne fut qu’en 1857 que le dernier des comtes de Custine de Guermange, Astolphe, rendit le dernier soupir. Deux brouillons concernant cet héritage sont conservées dans les SOAK, RAMP, cart. 23.

10 Service historique de l’Armée de la Terre, château de Vincennes (SHAT), 1791-1814, doss. Briey Charles-Herbrand. Charles de Briey fut le petit-fils du baron de Pouilly, le marquis de Dreux-Brézé son grand-oncle. Les demandes s’adressent au duc d’Angoulême.

11 SHAT, 1791-1814, doss. Camille de Briey. Le marquis de Clermont-Tonerre fut apparenté à la famille de Pouilly par la famille de Vassinhac d’Imécourt et celle de Custine de Wiltz.

12 SOAK, RAMP, cart. 2, journal 1816, 2 novembre.

13 Auszüge aus dem Tagebuch der Herzogin Auguste von Sachsen-Coburg-Saalfeld, geb. Prinzessin Reuss-Ebersdorf, aus den Jahren 1805-1821, Joh. Conr. Herbert'sche Hofbuchdruckerei (Fr. Herbert), Darmstadt, s.d., 3 novembre 1815.

14 Sophie parlait souvent à leur propos des « horribles gens ». L’oncle de Camille, Joseph de Briey, un « abominable homme », n’hésita même pas à venir, le 27 juillet 1816, à Cobourg, pour solliciter un peu d’argent (il collecta 22 Ducats). SOAK, RAMP, cart. 2, journal de Sophie, 1816.

15 SOAK, RAMP, cart. 16, Emanuel à Sophie, 28 septembre 1819.

16 SOAK, RAMP, cart. 19, Sophie à Ernst, 29 mai 1830.

17 SOAK, RAMP, cart. 17, Wilhelm von Nassau à Emanuel, St Petersbourg, 31 juillet 1835.

18 StadtsArchiv Coburg (StACo), LA A 6127, Akta und Korrespondenzen zum Tod der Grafin Sophie Mensdorff, copie du testament du 15 décembre 1831 ; également dans SOAK, RAMP, cart. 23, brouillon de Sophie du 15 décembre 1831. Faute des documents nécessaires, nous ne savons pas quelle était la différence, sur ce point, des propositions testamentaires des femmes et des hommes de l’aristocratie ; c’est pourquoi il nous est malaisé de nous prononcer sur le caractère exceptionnel de la démarche de Sophie.

19 Après la mort de Sophie Emanuel décrit à Ernst son désarroi : « Ich bin noch tief èrschüttert und ergriffen und kann mich mit den Gedanken nicht vertreut machen, das ich sie nicht wieder sehen werde... und das sie auf immer von mir getrennt ist. » StACo, LA A 6127, Akta und Korrespondenzen zum Tod der Gräfin Sophie Mensdorjf, fol. 2, Emanuel à Ernst, Prag, 19 juillet 1835.

20 « Mein geliebter, ach so innig, so stets, im Alien wie in der Jugend über Alles geliebten Gatte und Herzensfreund, fühlst du dich nicht zu einsam so ware meine Bitte, ohne dir etwas verschreiben zu wollen, Gebe deine Kindern keine Stiefmutter ! » (souligné dans l’original). StACo, LA A 6127, Akta und Korrespondenzen zum Tod der Grafin Sophie Mensdorjf, copie du testament du 15 décembre 1831 ; également dans SOAK, RAMP, cart. 23, brouillon de Sophie du 1 5 décembre 1831.

21 « Ach wie fühle ich mich einsam in meinem Hause wo ich sie überall vermeiste wo sie mir überall abgeht... », StACo, LA A 6127, Akta und Korrespondenzen zum Tod der Grafin Sophie Mensdorjf, fol. 1, Emanuel à Ernst, Prag, 26 juillet 1835.

22 SOAK, RAMP, cart. 16, Emanuel à Sophie, 16 septembre 1827.

23 Écœurée par l’insensibilité des dames de Mayence, elle confie à son mari : « ... je m’imaginerais que je suis une héroïne du roman du xve siècle, assise dans ma petite villa en Italie et que je vois un chevalier sur la colline... ». SOAK, RAMP, cart. 16, Sophie à Emanuel, Cobourg, 29 mai 1828. Répondant peut-être à sa solitude fréquente, Sophie commença à écrire. Son premier journal contient probablement ses premiers essais littéraires qui aboutirent, finalement, à la publication d’un conte Mathilde, édité, avec un autre, intitulé Der Masquenball dans un journal de Prague Der Kranz oder Erholungen für Geist und Herz, en 1821. En 1830, à Mayence, deux tomes de ses Mdrchen und Erzdhlungen sont discrètement publiés, contenant plusieurs récits.

24 P.-A. Rosenthal, « Maintien/Rupture : Un nouveau couple pour l’analyse des migrations », Annales ESC, juillet-septembre, no 6, 1990, p. 1403-1431.

25 En 1830, elle évoque avec nostalgie « alt Deutschland », l’époque de l’Empereur romain et parle de sa « deutschen Vaterland ». SOAK, RAMP, journal de Sophie, 12 janvier et 24 octobre 1830.

26 C.-L. Brelot, « L’itinérance et nomadisme, Itinérances nobles : la noblesse et la maîtrise de l’espace, entre ville et château au xixe siècle », Noblesses et villes (1780-1950), Tours, Maison des sciences de la ville, Université de Tours, 1995, p. 95-105

27 Cette caractéristique est applicable également aux cas d’autres cobourgeois. Prenons l’exemple de Léopold, roi des Belges, sans être jamais devenu un Belge ; celui du prince consort Albert, autre frère de Sophie, regardé par les Anglais comme un étranger ; ou celui de Julienne, traînée hors de Russie, sans jamais trouver un refuge.

28 Cette lettre fit partie de sa demande du titre de comte autrichien. Allgemeines Verwaltung Archiv, Wien, Adelsakten, doss. Emanuel Mensdorff-Pouilly, Granfenstand 1818, lettre d’Emanuel à Metternich, Carlsbad, 21 juillet 1818.

29 SOAK, RAMP, cart. 17, Victoria à Emanuel, Windsor Castle, 14 février 1844.

30 Nous notons leur présence dans les maisons royales ou princières de vingt et un États, entre autres celles de Grande-Bretagne (1818), d’Allemagne (1858), du Mexique (1857), de Bulgarie (1887), de Grèce (1889), de Norvège (1896), de Suède (1905/1932), d’Espagne (1905), du Portugal (1836), d’Italie 1930), de Yougoslavie (1922), de Roumanie (1893), de Russie (1796/1894), de Belgique (1831), d'Autriche (1881), du Wurtemberg (1798), du Danemark (1935), de Hessen-Darmstadt (1862).

31 SOAK, RAMP, cart. 15, Alexander à Arthur, 10 septembre 1852.

32 SOAK, RAMP, cart. 15, Alexander à Arthur, Osborne, 19 août 1853.

33 Royal Archives (RA), Windsor Castle, VIC/R 1/30, Alphons à Victoria, 14 décembre 1861.

34 RA, VIC/Q 1/117, Alphons à Victoria, Boskowitz, 11 décembre 1865.

35 RA, VIC/R 1/81, Alexander à Victoria, Lemberg, 16 décembre 1861.

36 RA, VIC/R 1/190, Arthur à Victoria, Einod, 23 décembre 1861.

37 RA, VIC/Y 59/29, Arthur à Victoria, Boskowitz, 10 décembre 1882. Dans une autre lettre, datée de 1893, Arthur rappelle qu’il vit seul depuis 13 ans déjà.

38 SOAK, RAMP, cart. 20, Arthur à Victoria, Wien, 3 mars 1871.

39 Archives du pays de Moravie à Brno (MZA), Archives familiales des Dietrichstein (RAD), cart. 542, inv. c. 2233, Udělení titulu hrabat Mensdorff-Pouilly-Dietrichstein potomküm Alexandra I.

40 MZA, RAD, cart. 543, inv. c. 2234, Vstup hrabete Alberta Dietrichstein-MensdorffPouilly do řádu německých rytířü.
C’est pourquoi les archives des Dietrichstein contiennent un nombre considérable des copies des actes de naissance, de mariage ou de décès de leurs ancêtres français ainsi que d’autres documents concernant l’histoire de la famille.

41 Ils s’adressèrent, en 1887, à Miltenberg, avec la même demande que nous-même, 110 ans après, avec un résultat identique, c’est-à-dire nul.

42 MZA, RAD, cart. 590, inv. c. 2575, Hugo à Victoria, 18 juillet 1893.

43 Allgemeines Verwaltung Archiv Wien (AVA), Adelsarchiv, Adelasakta, doss. Dietrichstein-Mensdorff-Pouilly 1868-87-1917.

44 Les archives des Dietrichstein à Brno ne contiennent que quelques documents (correspondance) du début du xxe siècle. De même la consultation des archives diverses de Vienne ainsi que notre effort pour interroger la dernière héritière des Dietrichstein zu Nikolsburg, la comtesse Mercedes Dietrichstein, vivant en Argentine, sont restés sans résultat.

45 À titre d’exemples citons les Potocki, les Windischgraetz, les Harrach, les Hohenlohe, les Liechtenstein, les Schönborn, les Pallavicini, les Wimpffen, les Coudenhove, les Mittrowsky, les Czernin, les Fünfkirchen, les Clary-Aldringen, les Berchtold, les Kinsky, les Silva-Tarouca, les Wilczek, les Khevenhüller et les Zichy. La vénérable parenté des Dietrichstein est représentée par le prince Alfred Cobourg qui signe en 1895. Le tzar Boris, en visite en 1896 le fera, puis, en 1925, c’est Thérèse, duchesse de Bragance et Filippa de Bragance, infantine de Portugal. En 1935, on note la présence de Wallis Windsor et Édouard, duc de Windsor (roi Édouard VIII en 1936).

Notes de fin

1 Cet article fut rédigé pendant mon séjour de recherche au NIAS (Netherlands Institute for Advanced Study in Humanities and Social Sciences, Wassenaar).

Auteur

Maître de conférences à l’université Palackého d’Olomouci (République tchèque). Ses travaux portent sur l’histoire de la noblesse moderne et contemporaine, sur l’émigration et de l’exil, sur la mémoire et l’histoire orale. Sa thèse intitulée Rodinné strategie lechty. Mensdorffové-Pouilly v 19. stoleti (Les stratégies familiales de la noblesse. Les Mensdorff-Pouilly au xixe siècle), paraîtra chez l’éditeur Argo à Prague en 2007.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search