Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Éloignement géographique et cohésion familiale (xve-xxe siècle)

 | 
Jean-François Chauvard
, 
Christine Lebeau

Première partie. La famille au défi de l’exil et de la séparation

Exil et éloignement : la famille comme recours

Sylvie Aprile

Texte intégral

1Le 9 janvier 1852, soit un peu plus d’un mois après le coup d’état de Louis Napoléon Bonaparte, Lise Perdiguier fait adresser une circulaire aux relations compagnonniques de son mari Agricol :

  • 1 Source A. Perdiguier Bibl. Nat. Lb55 2431. Imprimerie de Guillois, Faubourg Saint-Antoine, 117. Je (...)

« Je fais savoir, Monsieur, à tous nos Amis et Connaissances que, quoique mon Mari soit hors de France, pour un motif indépendant de sa volonté, je demeure toujours à Paris, avec mes trois enfants, rue Traversière-Saint-Antoine, No 38, où je continue de tenir chambres et cabinets garnis. Ayez l’obligeance, Monsieur, de donner mon adresse aux Compagnons et Ouvriers qui se dirigent de ce côté, et qui voudront venir loger dans notre Maison, dite Hôtel des Travailleurs, je vous en serai très obligée. Femme Agricol Perdiguier Née Louise Marcel
Adresse, rue Traversière, 38, faubourg Saint-Antoine, Paris1. »

2Ce texte souvent cité pour souligner les difficultés financières, qui suivent le départ en exil des proscrits du 2 décembre, témoigne, au-delà de la nécessité de subvenir aux besoins des familles de proscrits, d’un bouleversement dans l’habituel partage des tâches dans un couple et par extension dans une famille. La première ambition de cette étude est de mettre au jour ces nouvelles conditions d’existence, de saisir à travers une situation spécifique – celle des exilés français sous le second Empire – comment la famille fournit comme dans toutes les situations d’éloignement une aide à la fois matérielle et affective. L’un et l’autre offrent aussi dans le cas d’un éloignement contraint de multiples autres formes de recours liées à la situation politique de l’exilé. À court terme dans le cadre des demandes de grâces et des retours, c’est la famille qui souvent intente les démarches. Elle joue aussi un rôle majeur à plus long terme dans la construction complexe des dossiers d’indemnisation des victimes du coup d’État constituées après le vote de la loi en 1881.

3Ces deux types de demandes certes différentes dans leur expression exposent les conditions de la dislocation de la famille et/ou de la perte du patrimoine familial et fournissent les attestations demandées en vue du retour et pour évaluer les dommages subis. La correspondance comme les requêtes de demandes de grâces, d’amnisties puis de réparations expriment tout le registre de la perte et de la déploration et traduisent des stratégies de recours permettant de saisir comment l’éloignement a créé sentiment de perte et difficultés matérielles.

  • 2 F. Lamennais, Paroles d’un croyant, Renduel, 1834, cité notamment par Le Grand Dictionnaire du xixe(...)

4Il sera ici essentiellement question de la famille au sens « biologique » non pas parce qu’il s’agit de prendre ce terme dans un sens étroit ou restrictif mais parce que la famille a été trop souvent absente des analyses plus politiques que sociales de l’exil. On accorde ainsi plus volontiers une place privilégiée à « la grande famille de l’exil » vue au travers de filiations symboliques (une famille qui traverserait les temps) et aux familles électives entendues comme familles politiques et comme communautés de destins. La famille biologique, le couple sont des points aveugles et il n’y a souvent guère de place pour eux dans les biographies et plus encore dans les notices des dictionnaires biographiques. Selon le vers de Lamennais, si souvent repris par les proscrits : « l’exilé partout est seul2 ».

5La solitude tient une place centrale dans le discours de déploration et si la famille est parfois fort présente, c’est à travers le topos de l’absence « de la terre des morts », une image classique de la nostalgie du pays natal qu’est devenue la France. Qu’en est-il des vivants ? Comment la distance modifie-t-elle les représentations du couple et de la famille ?

6La question posée est ainsi celle de la particularité de l’exil dans la désunion familiale. L’appréhension de l’éloignement est-elle liée à la nature de la séparation ? Lorsque celle-ci est forcée et non programmée on peut se demander si l’éloignement est ressenti et s’exprime en termes différents.

7La durée variable et l’horizon plus ou moins instable dans lequel s’inscrit cette proscription modifient sans aucun doute la perception de l’éloignement et du pays d’accueil qui est un territoire souvent faiblement investi.

8À la spécificité problématique de l’exil, s’ajoute celle de parler, même pour une période précise comme celle-ci qui s’étend de 1851 à 1870, des exilés de façon générique car la situation sociale et économique passée et présente est un paramètre majeur.

9On s’appuiera ici essentiellement sur la correspondance privée mais aussi sur des sources officielles comme celles qui accompagnent la demande d’indemnisation des proscrits quelques trente ans plus tard afin de mieux saisir empiriquement la gestion familiale à distance et dans le temps et les « gestionnaires de la distance » des biens mais aussi des souvenirs des proscrits.

10Ce sont quelques parcours d’exilés célèbres comme ceux des anciens représentants du peuple Alexandre Ledru-Rollin et Agricol Perdiguier notamment mais aussi quelques inconnus qui seront examinés, choisis ici car ils appartiennent à des milieux différents : artisan-compagnon, ouvrier, bourgeoisie parisienne ou provinciale. L’examen de la place de la femme pour Perdiguier, de la sœur pour Ledru-Rollin, des veuves et des enfants dans les lettres de réparation permette aussi de mettre l’accent sur les rapports sexués de l’éloignement engendrés par l’exil.

Gérer la distance, gérer à distance

  • 3 S. Aprile, « Qu’il est dur à monter et à descendre l’escalier d’autrui : l’exil des proscrits franç (...)
  • 4 Ceci s’applique bien entendu aux proscrits les plus aisés et cultivés. Mais il faut rappeler que la (...)
  • 5 N. Toussaint, Pascal Duprat, sa vie, son œuvre, Paris, Dentu, 1887.
  • 6 Depuis la suppression de l’esclavage, tout être humain est donc une « personne juridique ». La « pe (...)

11Le discours de déploration hante les lettres et les écrits des proscrits et la distance y tient une place majeure. Son expression est souvent marquée par un certain lyrisme nourri par des réminiscences bibliques ou littéraires issues notamment des souvenirs scolaires des versions latines, prolongées par des références aux écrits de Dante ou de Machiavel3. Les Tristes d’Ovide ou Les regrets de Du Bellay sont aussi abondamment cités et ce dolorisme se veut à la fois national et universel4. Cette expression quelque peu convenue de la douleur s’accompagne de propos plus concrets qui exposent, plus ou moins explicitement en raison de la censure, sur la gestion à distance des biens et des affaires abandonnés souvent dans la précipitation. Deux registres voire trois se mélangent alors quand s’y mêlent des considérations d’ordre politique. Ainsi est-il question de façon obsédante, dans les premières lettres envoyées dès l’arrivée en exil en 1852, de la question de la mort civile. Tous les exilés craignent en effet la mise sous séquestre et peut-être la vente de leurs biens. Ceci explique que certains procèdent même dans l’urgence à la régularisation de leur situation familiale : Paschal Duprat décide d’entreprendre de reconnaître ses enfants5. De façon plus classique, Victor Schoelcher et Victor Hugo montrent que leurs premières préoccupations – mais qui restent durables – sont d’ordre matériel, marquées par la précarité de leur statut même si leur fortune est importante et par les attentes et les incertitudes de la loi. Elle les conduit à se préoccuper parfois de façon exclusive des effets financiers de leur départ comme en témoignent dans leur correspondance de nombreuses instructions notariales et informations patrimoniales. La mort civile dépasse en effet la dégradation civique qui ne conduit qu’à l’exclusion des emplois publics, la privation des droits civiques et politiques, l’incapacité d’être juré, témoin, de faire partie d’un conseil de famille, d’être tuteur. La mort civile est, elle, assimilée à une mort naturelle6. Au-delà de la représentation symbolique, elle entraîne de nombreuses et concrètes incapacités. Aucun mariage ne peut être légitiment contracté, le mort civil ne peut pas hériter, sa femme est déclarée veuve. Par la mort civile, le condamné perd ainsi la propriété de tous les biens qu’il possédait, sa succession est ouverte au profit de ses héritiers auxquels ses biens sont dévolus de la même manière que s’il était mort naturellement et sans testament. Paradoxalement, c’est le second Empire qui l’abolit par la loi du 31 mai 1854 alors même que les proscrits en redoutent l’action et la réactivation. Cette abolition s’explique à la fois par le caractère obsolète de la loi et le contexte de la proscription. Le principe de la « mort civile » était depuis longtemps critiqué. On lui reprochait surtout de léser des innocents (la femme et les enfants du coupable) et, en ouvrant immédiatement sa succession, de faire profiter en somme sa famille d’un crime, ce qui n’est pas très moral. De plus, en s’emparant des biens que le condamné laissait à son décès, l’État pratiquait une véritable spoliation des héritiers.

12On comprend mieux dès lors les inquiétudes des proscrits car si la loi n’est plus appliquée, elle peut toujours dans le climat d’arbitraire et d’incertitude qui règne être rétablie. Les proscrits sont ainsi prompts à trouver des moyens de régler rapidement leur situation et de faire face aux dangers. Victor Schoelcher écrit à son ami Legouvé :

  • 7 N. Schmidt, La Correspondance de Victor Schoelcher, Paris, Maisonneuve et Larose, 1995, lettre à Le (...)

« Je vais vous faire la procuration. Je n’hésite pas à préférer même la dépense de 3 000 francs pour assurer ce que je possède car la chose arrangée comme vous la proposez, deviendra inattaquable à moins que l’on supprime toutes les lois et tous les juges7. »

  • 8 Il écrit à sa femme le 30 décembre : « Quant au mobilier, il faut s’en occuper. Consulter M. Boucli (...)
  • 9 Ms 2015, Fonds Ledru-Rollin, Bibliothèque historique de la ville de Paris.

13On sait que Victor Hugo a fait vendre son mobilier à l’encan en février 1852 et place son argent à la banque de Belgique8. La loi continue cependant à inquiéter même au moment de son abolition et par une lettre du 21 juillet 1854, Ledru-Rollin s’enquiert des modalités de la nouvelle juridiction mise en place9.

14Il faut ensuite trouver au sein de la famille des intermédiaires et de nouveaux gestionnaires.

  • 10 Sur les biens de Ledru Rollin et sa vie en exil, voir H. Lemesle, Vautours, singes et cloportes, Le (...)

15Deux exemples illustrent la nécessité mais aussi la difficulté qu’éprouvent les proscrits à recourir à leur famille. Alexandre Ledru-Rollin et sa femme ont quitté la France aux lendemains des événements du 13 juin 1849 et vivent à Londres10. C’est à sa sœur, une jeune veuve qu’il confie de façon improvisée mais durable le soin de toucher des loyers, de faire patienter les créanciers, de payer les ouvriers qui ont réalisé des travaux dans les immeubles qu’ils possèdent. Émilie Fauchon-Frangeville n’a jamais géré ce genre de biens. La situation est de plus extrêmement critique car les locataires sont peu nombreux et les bâtiments en mauvais état. Elle propose à plusieurs reprises à son frère de vendre tous leurs biens et de le rejoindre en exil ce qu’il refuse. Elle va durant des années échanger avec lui une correspondance où les affaires et l’affection sont étroitement mêlées.

  • 11 BH VP, fonds Ledru Rollin, MS 2015, fol. 547.

16En octobre 1849, dans une lettre qu’elle adresse à sa belle sœur, elle se reproche le ton et le contenu de sa correspondance fraternelle : « Mon Dieu que de peine pour obtenir ces papiers, je lui (son frère) demande pardon de l’ennuyer dans un pareil moment mais je ne puis rien faire autrement11 ». La plainte se meut parfois en récriminations : le 13 avril 1851, elle explique ainsi le sens de sa précédente missive :

  • 12 Ibidem, fol. 605.

« Cette lettre était écrite dans un moment de désespoir. Elle était du nombre de celles pour lesquelles tu m’adresses des reproches et cependant lorsque je t’adresse des demandes pressantes parce qu’on me presse moi même, tu ne me réponds pas faute de temps ou parce que tu es fâché12. »

17À la fin de l’année 1851, lorsque leurs biens immobiliers sont mis sous séquestre en raison des créances hypothécaires, elle éprouve un soulagement mais qui n’est que de courte durée car elle doit continuer malgré tout à s’occuper des affaires de son frère. Ce mélange des registres est aussi attesté par la correspondance qu’échange Charles Mathis, un ami de la famille, avec Ledru-Rollin, à qui il écrit le 6 novembre 1853 :

  • 13 Ibidem, fol. 649.

« Quelques soient les malheurs de l’exil, il n’est pas permis d’être aussi injuste envers ses amis. Est-ce que parce que votre sœur et moi nous sommes à bout de pouvoir vous rendre service que vous devez nous traiter de la sorte ? (...) Sa vie est un tel martyr qu’elle souffrira peut-être encore sans se plaindre mais moi qui n’ai pas ce tempérament et qui comme républicain aime à me mêler des affaires de ceux qui souffrent, je crois devoir vous dire la peine que vous lui avez faite, peine d’autant plus grande que pour la première fois elle s’endormait bercée de doux rêves...13. »

18La suspicion dont on accuse ici le proscrit se retrouve presque à l’identique dans l’incompréhension voire la méfiance qui affleurent dans la correspondance qu’échange à la même époque le couple Perdiguier.

19Engendrée par la distance, la défiance qu’éprouvent les exilés est confortée par l’incapacité réelle ou supposée de ceux et surtout de celles qui assurent la gestion à leur place. Ce que l’on sent de façon souvent voilée dans la correspondance de Ledru-Rollin éclate de façon plus directe dans celle de Perdiguier qui pense que sa femme est une très mauvaise gestionnaire. Il en témoigne, amer, à la fin de sa vie, en 1874 expliquant à son frère Pierre, que s’il n’a plus de biens, c’est en partie à cause de Lise :

  • 14 Archives Attalin. Fonds Anfos Martin.

« ... Elle était couturière et avait deux apprenties, deux ou trois ouvrières, elles étaient cinq cousant autours d’une table, et cependant ce fut toujours à moi, menuisier ébéniste, travaillant à façon, et donnant des leçons de dessin le soir, à fournir à toutes les dépenses, à tous les soins de la maison. En 1840, je fis un tour de France de deux mois, je laissais à ma femme cent francs pour vivre en mon absence, sachant bien qu’elle était incapable, malgré ses ouvrières et ses apprenties de gagner un morceau de pain pour elle... En 1848, je fus représentant du peuple ; je recevais 750 francs par mois. Je donnais à ma femme, chaque mois, parfois 300 francs, parfois 350, parfois 400 ; en moyenne c’était 350 francs. Elle recevait en outre les mois de nos locataires, c’était moi qui payais le loyer ! Eh bien ! Elle donnait tout, elle n’avait jamais le sou [... ]14. »

20Il lui répète alors :

  • 15 Perdiguier écrit après les événements mais il s’attendait sûrement avant le coup d'État à être empr (...)

« Tu me fais peur, tu ruinerais un millionnaire ; tu n’es pas sérieuse... Il peut venir des troubles, une catastrophe ; je puis être emprisonné, exilé, je puis mourir dans l’exil que deviendrez-vous alors, toi, ton père, ta mère et les enfants ?...15. »

21Ce texte est certes une construction a posteriori mais témoigne au moins du peu de cas qu’il semble faire de la capacité que peut avoir sa femme à tenir ses comptes. Sa méfiance touche aussi ses collatéraux. À partir de février 1854, le thème du partage de la succession de sa mère – décédée le 19 juillet 1852 –, devient un élément récurrent dans sa correspondance. Le partage traîne en longueur et Perdiguier, qui n’a pas de contrôle direct sur la procédure, se sent impuissant. Il en vient à se persuader que sa famille cherche à le léser voire à le déposséder. Ceci n’est certainement pas sans fondement car Perdiguier s’est mis en quelque sorte en marge de sa fratrie en partant pour Paris bien des années avant l’exil, et en s’y faisant une position sociale bien supérieure à celle de ses frères et sœurs restés cultivateurs à Morières en Provence. Cette série de mises à distance brouille encore les relations. En 1854, Il ne parvient toujours pas à s’entendre avec son frère Jean-François et sa sœur Marie qu’il va jusqu’à menacer ;

« Je crois – écrit-il – qu’on sera obligé de partager la succession de la mère par voie de justice, François et Marie n’entendent pas raison. »

22Il accuse son beau-frère d’avoir profité de lui ;

  • 16 Genève, 9 février 1855, à Lise. On retrouve la même accusation dans la lettre du 10 mars 1855.

« Ce que je possède dans le midi en ce moment ne rapporte rien. Les vignes ont la maladie et ceux qui me les affermaient me les ont laissées. Joseph, mon beau-frère, lui qui m’avait presque forcé à planter une partie que je voulais conserver en terre a tout laissé à la fin de son bail16. »

  • 17 Genève, 5 septembre 1854, à André. Perdiguier explique ensuite qu’il a trois enfants à charge, une (...)

23André, son neveu, finit par lui écrire qu’il n’était pas si pauvre qu’il le dit, et Perdiguier lui répond : « Tu me dis qu’il y en a qui se croirait riche s’ils avaient ce que je possède, c’est possible, mais...17 » et il reprend sa litanie de griefs familiaux.

  • 18 Ces informations sont tirées de la maîtrise de Cécile Attalin.
  • 19 Archives départementales du Vaucluse 19Q323.
  • 20 Lettre de George Sand à Charles Poncy, Nohant, le 15 août 1855. Tome XII de la Correspondance de Ge (...)
  • 21 Suivant procuration du 24 novembre 1849, reçu par Madre, notaire à Paris. Sur Basile Salles, voir a (...)
  • 22 Archives de la Seine, DP4 calepins du cadastre.
  • 23 Lettre du 19 avril 1853 d’AP à Lise.

24Il faut alors revenir sur le mythe bien établi, celui du proscrit démuni. Certes la situation matérielle des siens est le gros souci de Perdiguier, comme de tous les exilés mais la situation est souvent dramatisée et mise en scène dans la correspondance pour apitoyer ses correspondants. Dans le cas de Perdiguier, La Table des testaments et des relevés d’hypothèques, aux Archives départementales du Vaucluse fournit à ce sujet d’utiles indications18. Agricol Perdiguier a reçu de son père des terres et une partie de la maison familiale de Morières19. Sa tante lui a laissé un bel héritage en 1849 équivalent à celui de sa mère. La lettre que George Sand écrit à Charles Poncy poète ouvrier, le 15 août 1855, vient confirmer que Perdiguier n’était pas aussi démuni que ne le veut la tradition : « Agricol a du bien, une dizaine de mille francs20 ». Pour gérer ces affaires financières à Morières, Perdiguier a nommé son ami Basile Salles comme mandataire21. Perdiguier comme le montre la circulaire de Lise est également propriétaire du fonds de commerce d’un garni d’ouvriers, l’Hôtel des Travailleurs, sis 38, rue Traversière Saint-Antoine. Il loue à la veuve Ferragut22 en totalité, et pour 1 600 francs par ans23, les murs de cet immeuble de quatre étages. Il faut bien sûr rester prudent, la durée de l’exil – cette inconnue – est évidemment source permanente d’inquiétude et modifie aussi les rapports entretenus avec la famille.

25Si Perdiguier se fait dans sa correspondance à la fois plaintif et directif, c’est également pour garder une forme d’ascendant sur sa famille. En raison de la distance, il n’a plus le contrôle réel de la situation. Tenir une correspondance à la fois affective et matérielle lui permet de combler l’absence ; c’est une façon de gommer la distance. Perdiguier utilise systématiquement tout l’espace du papier et rajoute souvent des post-scriptum. La lettre lui permet de s’épancher, de raconter son quotidien et de s’introduire aussi dans l’espace domestique qu’il a quitté.

  • 24 Genève, 23 mars 1855, à Lise. Fonds Anfos Martin.

26On voit ainsi se constituer une position hiérarchique avec l’emploi des impératifs. On en compte neuf dans la lettre de deux pages du 12 avril 1852 « réunis tout ce qu’il nous en reste [de livres] ; fais en sorte que..., ne néglige pas mon article..., tâche d’avoir quelques détails..., tu t’adresseras à..., tu as intérêt…, fais valoir la maison..., mets des écriteaux..., ne crains pas de... ». Perdiguier a (au début de l’exil du moins) l’illusion qu’il peut garder sa place dans sa famille. Mais après quatre ans d’exil, il cède devant la réalité : « Quant aux affaires de notre maison, je te laisse libre d’en disposer comme tu jugeras à propos24 ».

27Il se montre cependant toujours autoritaire dans les affaires plus personnelles :

« Quand je te charge de quelques commissions, il me le semble que tu ne mets pas toute l’activité possible à la remplir. Je t’avais demandé cinq exemplaires de l’Histoire démocratique, autant du Livre du Compagnonnage, et quelques autres livres. Tu m’as fait attendre quinze jours, et tu m’as envoyé l’Histoire démocratique toute seule... Pourquoi ne pas y joindre les Confessions de Rousseau, les voyageurs en France, le Guide du voyageur, les phénomènes de la nature et autres livres que je t’avais demandé ? Tout cela était certainement prêt ; tout cela aurait pu arriver à Anvers en bien peu de temps, car Anvers est moins éloigné de Paris que Châlons sur Marne. J’avais besoin de ces choses et malgré cela je m’en suis privé de guerre lasse, et mon travail en a souffert et en souffre encore... il faudrait nous entendre un peu mieux et quand je demande quelque chose, il faudrait me l’envoyer assez promptement ; si cela ne se peut, je te promet de ne demander jamais plus rien, et tu sais que je suis capable de tenir parole. Voyons, voici ce que je voudrait... »

  • 25 Ibidem, À Lise, 12 avril 1852.

28Il ne faudrait cependant pas caricaturer le caractère sexué d’un tel rapport, car cette gestion à distance est aussi faite d’échanges plus apaisés, de conseils souvent affectueux25.

29Il lui recommande ainsi « de ne pas faire trop de crédit », et d’obliger ceux qui ne paient pas en partant, à laisser leurs malles. En Belgique, il observe qu’on ne faisait pas de crédit : « soyons un peu Belges », écrit-il à sa femme. Concernant l’entretien du garni, Perdiguier propose à Lise d’y introduire des nouveautés qu’il a remarquées à l’étranger, et qui sont, semble-t-il, encore peu usitées à Paris.

« En Belgique on se sert de stores pour les croisées : ce sont des rideaux qui s’enroulent autour d’un cylindre de bois, et que l’on monte et descend par le moyen d’un cordon. On pourrait en placer l’été prochain dans notre grande pièce en bas. »

30Il a découvert en Belgique le balai-brosse :

« les belges se servent aussi, pour laver les chambres et frotter les carreaux, d’une grosse brosse emmenchée de biais au bout d’un baton. »

31Il lui donne aussi en exemple la propreté des maisons belges. Elle lui propose aussi de son côté des aménagements pour accroître les revenus du garni :

« En apportant toute l’économie possible, on ne peut meubler la chambre dont je t’ai parlé à moins de 235 F pour quatre lits en ne comptant qu'une couverture par lit, chaque lit revient à 55 F il tiendrait encore deux petits lits dans d’autres chambres. »

32Lise gère les finances de la maison qu’elle soumet à son mari. Elle tient contrairement à ce qu’il a pu écrire ensuite, scrupuleusement ses comptes, reportant toutes les sommes reçues du pays. Elle conserve les lettres et les reçus précieusement. Elle rencontre comme la sœur de Ledru-Rollin les mêmes difficultés à affronter les locataires qui ne paient pas et fait appel à un homme, son père : « Papa l’a menacé que j’irais parler à son colonel s’il ne s’arrangeait pas pour nous payer. »

  • 26 A.N., F 15 4802, lettre du 7 juin 1852.

33D’autres correspondances, plus anonymes, témoignent d’une gestion devenue mixte. La veuve de François Désiré Gosselin transmet à l’appui de sa demande d’indemnisation comme « victime du 2 décembre » une lettre datant de l’exil en Angleterre de son défunt mari. Elle montre comment s’organise un ménage désuni par l’exil qui tente de sauvegarder un petit commerce tenu en commun26. Dans sa lettre d’exil envoyée de Londres, François Désiré continue de gérer à distance son commerce. Les deux époux semblent s’écrire souvent. Il recommande à sa femme de ne rien concéder à leurs fournisseurs à propos des tarifications des feuilles, des calendriers, des cadres qu’ils vendent dans leur boutique. Il envisage même de profiter de son séjour forcé à Londres pour exporter en Angleterre :

« Si cela ne coûtait pas trop cher, je ferais venir comme échantillon une ou deux de chaque de tout ce que nous avons – grand et petit couleur – je crois que j’en placerai. Je t’en prie ma bonne amie ne néglige pas cela. C’est très utile nous pourrions par là nous créer de bonnes relations commerciales et trouver quelques débouchés. [...] Je te prie de ne pas te désorienter. C’est une affaire réglée maintenant sous peu nous serons réunis et nous piocherons ensemble pour réparer la brèche que cette malencontreuse affaire nous a faite à la maison. »

34François Désiré n’oublie pas de dire un mot pour ses enfants. Cette lettre est semble-t-il l’unique trace conservée par cette famille déstabilisée par la séparation, elle témoigne également d’un souci d’ascension sociale, pas nécessairement interrompu par la proscription.

Rester ou revenir ?

35L’obsession du retour est étroitement liée à la question du maintien en exil, situation politiquement incontestable mais économiquement intenable pour ceux qui n’ont pas de fortune. Certes il y a les amnisties, et la première a lieu dès 1853, lors du mariage impérial, suivie par la seconde en 1856, lors de la naissance du prince impérial, avant la grande amnistie de 1859, mais la plupart des retours sont obtenus par les grâces individuelles accordées dès 1852. La grâce, à la différence de l’amnistie, s’applique aux individus ce qui signifie qu’elle implique, dans la plupart des cas, une démarche personnelle. Celle-ci doit prendre la forme d’une soumission, une sorte d’acte de contrition où le proscrit doit reconnaître « les erreurs du passé », et renoncer à l’avenir à toute opinion ou action d’opposition. La famille est alors doublement présente dans ces demandes, soit par ce qu’elle en est l’auteur soit parce qu’elle en est la justification.

  • 27 Il écrit : « La valorisation des aspects “privés” est illustrée par le véritable culte voué à la fa (...)

36La famille sollicite mais elle est aussi la principale justification au retour dans ce que l’on nomme l’art de la supplique27. Le dossier de Guillaume Lambert, constitué par sa fille en 1881, contient la lettre de soumission de son père qui a été expulsé et s’est réfugié à Jersey. Il a été gracié par décision du 23 avril 1853. Sa lettre de soumission est datée du 2 décembre 1852 et le choix de la date fait très certainement partie de la stratégie déployée pour fléchir le gouvernement. Il y écrit :

  • 28 F15 4090, dossier 6, La Haute Garonne.

« Sire, J’ai l’honneur de vous exposer que j’ai été expulsé du territoire français par décision administrative à la date du 15 mars 1852. Voilà bientôt neuf mois que je suis séparé de ma pauvre femme et de mes quatre enfants dont mon travail est l’unique ressource. J’ai l’honneur de vous supplier, sire, de vouloir bien m’autoriser à rentrer dans mes foyers au milieu de ma famille aux soins de laquelle je me consacrerai désormais tout entier. Je m’engage à oublier les événements passés et à ne point m’occuper de politique à l’avenir28. »

  • 29 Paris, 12 février 1852, de George Sand au prince Louis-Napoléon Bonaparte. Fonds Aurore Sand. Lettr (...)

37Gérard Noiriel a montré dans une situation similaire, celle des demandes de passeports des réfugiés politiques en France sous la monarchie de Juillet, comment la famille structurait les demandes de secours et de déplacement. La valorisation des aspects privés comme la force des normes domestiques resurgissent ici dans la rhétorique de la supplique. George Sand, lorsqu’elle adresse une lettre de demande de grâce à Louis-Napoléon le 12 février 1852, a également recours à cette double médiation de la femme et de la famille29.

  • 30 Ibidem.

« Permettez-moi de mettre sous vos yeux une douloureuse supplique : celle de quatre soldats condamnés à mort, qui, dans leur profonde ignorance des choses politiques, ont choisi un proscrit pour leur intermédiaire auprès de vous. La femme du proscrit qui ne demande et n’espère rien pour sa propre infortune et qui ne connaît pas plus que moi les signataires de la pétition, m’écrit, en me l'envoyant, quelques lignes fort belles, qui vous toucheront plus, j’en suis certaine, que ne le ferait un plaidoyer de ma part. La pauvre ouvrière, réduite à la misère, avec trois enfants, malade elle-même, mais muette et résignée, est loin de croire que j’oserai vous faire lire ses fautes d’orthographe. Moi, je ne voulais plus vous importuner ; mais quand j’ai vu qu’il s’agissait de la peine de mort, et nullement des malheurs de mon parti vaincu, j’ai senti qu’un moment d’hésitation m’ôterait le peu de sommeil qu’il me reste...30 »

38Ceci joue parfois contre les proscrits. La correspondance de la famille Du Chaffaut dont deux membres, le père, Léon et le fils, Casimir, sont en exil à Nice illustre la façon dont les autorités impériales utilisent aussi cette familialisation de la résistance politique pour agir. C’est leur fils et frère qui demande grâce pour eux, déclarant qu’ils souhaitent également rentrer et se soumettre. Le cabinet du préfet écrit :

  • 31 J. du Chaffaut, Les Amaudrics du Chaffaut..op. cit., p. 141.

« Par sa dépêche du 9 de ce mois (décembre 1852) Monsieur le Ministre de la justice en me donnant avis de la grâce accordée à Monsieur votre frère m’informe que les intentions de clémence de sa Majesté n’ont pu se réaliser à l’égard de votre père qui n’a pas fait acte de soumission. Monsieur le Garde des Sceaux était d’autant plus fondé à exiger cette garantie qu’elle a été formellement et spontanément promise par vous dans ce recours en grâce que l’accomplissement de cette promesse est dès lors une condition essentielle d’un acte de clémence31. »

  • 32 Voir la thèse de L. Hincker, Être combattant, être citoyen, Université de Paris 1, sous la directio (...)

39Ce n’est pas seulement l’effet de source qui fonde dans toutes ces lettres, ce recours à la famille, il fait aussi partie de l’appartenance à la fois sociale et militante32.

40La demande de grâce nous fait pénétrer dans l’histoire intime des couples séparés par l’exil. Le retour projeté est aussi un retour vers la vie commune. Il est marqué par des négociations familiales autant que par l’intervention d’intercesseurs locaux ou prestigieux. Agricol Perdiguier a décidé tout d’abord de refuser la grâce et écrit en juillet 1852 :

  • 33 J. Briquet, Agricol Perdiguier, compagnon du tour de France et représentant du peuple (1805-1875), (...)

« Je n’ai pas de grâce à demander à personne : ce n’est pas à l’offensé à demander pardon à l’offenseur. L’exil peut être long et mortel ; soit. Il ne peut me vaincre et me déshonore33. »

41Mais après ses échecs professionnels en Belgique et en Suisse, la maladie, la situation difficile de sa femme et de ses enfants, sa résolution faiblit. Il commence à partir de 1855 à chercher des appuis pour soutenir sa demande.

42Son idée première a tout d’abord été de faire venir sa famille auprès de lui. Mais sa femme refuse comme en témoigne une lettre de Perdiguier à George Sand :

  • 34 Ibidem, p. 129. Genève, le 16 septembre 1854, lettre de Perdiguier à G. Sand, fonds Aurore Sand.

« Je lui ai dit qu’alors il faudrait qu’on vienne me rejoindre et que nous tentions de vivre ensemble à l’étranger. Elle m’a fait des objections à propos de son père et de sa mère, et a presque dit non34. »

43Elle se rend, semble-t-il, à ses arguments et accepte de le rejoindre pour entreprendre un commerce à Genève. La lettre qu’elle écrit à leur neveu témoigne qu’il s’agit pour elle d’un véritable sacrifice :

  • 35 Paris, 20 avril 1855, Lise à André, fonds Anfos Martin.

« Vous comprendrez mon cher André tout ce que cette décision a de cruelle pour moi car il me faudra me séparer de ma mère dont vous avez pu apprécier la tendresse et la bonté pour ses enfants. Mais il le faut, le sentiment le devoir autant que la nécessité m’obligent à me rapprocher de votre oncle puisque l’état des choses qui existe parait ne devoir pas changer de sitôt35. »

44Elle poursuit :

« J’ai réfléchi qu’il était plus raisonnable puisqu’Agricol depuis son départ n’a jamais pu autant dire rien gagner, soit à cause de sa mauvaise santé, soit à cause de la saison qu’il valait mieux entreprendre quelque chose ensemble, n’importe quoi. Si nous ouvrons un petit établissement je pourrai le tenir quand il sera malade et dieu peut être ne nous abandonnera pas. Puis en jugeant d’après mon cœur, il doit être bien malheureux de vivre seul souvent malade et de ne pas voir grandir ses enfants. J’ai donc cru et je crois encore faire bien en allant à lui. »

45Elle n’a pas à le suivre et lorsqu’il lui annonce sa décision de rentrer en France, elle lui énumère les raisons pour lesquelles elle approuve son retour :

  • 36 Paris, 4 mai 1855, à Perdiguier, fonds Anfos Martin.

« Tu me demandes ce que je pense du changement d’idées qui s’est opéré en toi et s’il ne vaudrait pas mieux nous réunir ici qu’à Genève, mais tu as pressenti ma réponse. Si je ne t’ai jamais sollicité ni fait sollicité de revenir près de nous ça n’a été uniquement que par respect pour ta volonté, mais ton retour comblerai mes vœux. Il faut nous réunir ici ou là-bas car outre nos intérêts qui se compromettent tu ne peux plus longtemps resté seul sans consolation quand tu souffre, il faut donc mieux que ce soit ici ou nous avons notre maison, que d’aller au hasard en former une autre. Toi revenant, je n’aurais pas le chagrin de te condamner à ne pouvoir peut être jamais rentrer en France, car une fois ce qui nous reste engagé dans un nouvel établissement, dans le cas même ou l’état des choses qui existe viendrait à changer pourrions nous faire un nouveau déplacement ; puis le climat de ce pays ne convient pas à ta santé, ses vents, sa température sont trop âpres pour ton tempérament. Je n’aurais pas non plus le chagrin de me séparer de tous mes parents, et enfin une considération puissante est que tu souffres dans le cercle où tu es obligé de vivre36. »

46On voit comment Lise mélange les registres familiaux, économiques et climatologiques. Elle indique comment de façon a priori paradoxale la fin de l’éloignement s’il avait été établi par la réunion à l’étranger aurait correspondu à un éloignement définitif de la France. C’est aussi le passage de la situation de l’exilé à celle de migrant économique qui est ici présenté et l’on voit combien l’écart entre les deux est ténu.

47Le retour scelle ici la fin d’un éloignement et marque aussi la fin de notre regard. Réuni le couple n’est plus alors une source épistolaire. Il reste à s’interroger sur l’originalité de cette correspondance. Son caractère intime s’il n’étonne guère a dû pourtant gêner le biographe de Perdiguier qui visait plus à valoriser la figure du proscrit. Ceci l’a conduit à sélectionner les lettres et à expurger de la correspondance celles qui soulignent la distance établie dans le couple. Jean Briquet tout en soulignant les qualités de Lise Perdiguier l’accable cependant :

  • 37 J. Briquet, op. cit., p. 390.

« Elle comprit son mari, épousa la plupart de ses idées, même si sa vie ne fut pas facile, mais géra lamentablement leur ménage, le garni qui les faisait subsister. Elle dut emprunter, notamment à George Sand à l’insu de son mari, qui dut sortir de l’exil pour éviter la catastrophe37. »

48Le retour d’exil est ici imputé à une division sexuée des tâches mal assumée.

L’indemnisation de l’exil : la réparation des malheurs familiaux

49Le retour peut clore l’exil mais n’épuise pas cette thématique de l’éloignement et des dommages subis qui resurgissent avec la loi du 30 juillet 1881 sur l’indemnisation des victimes du coup d’État.

  • 38 Sur ce point voir R. Gossez, « Le Droit à dommages-intérêts des Proscrits du Second Empire (1870-18 (...)

50Le texte de la loi vise avant tout à secourir les survivants dans le besoin et notamment les veuves et les descendants des proscrits. Il ne s’agit pas d’accorder des récompenses nationales et les autorités de la Troisième République désirent rompre avec le passé révolutionnaire : l’amnistie de la Commune procède alors de la même volonté de consensus national38. Les dossiers d’indemnisation des « victimes du 2 décembre » sont ainsi un observatoire multiple du rôle passé et présent de la famille dans la vie de l’exilé. Les requêtes des veuves et des descendants disent l’absence, les conséquences de la séparation puis de la disparition de l’exilé et redonnent une actualité à l’éloignement.

  • 39 V. Wright et G. Thuillier, « Pour l’histoire du coup d’État, une source à exploiter : les dossiers (...)
  • 40 A.N. F15 399 dossier Bernard.

51La loi incite chacun à convertir ses malheurs en sommes chiffrées, à les faire correspondre aux dommages subis. Ce qui compte c’est à la fois d’obtenir un droit à une pension et que son montant soit le plus élevé possible. L’histoire familiale telle qu'elle apparaît alors se résume souvent à l’exposé de sa déchéance économique ou du moins de son déclassement. Les requêtes n’ont pas d’autres visées que de faire comprendre aux représentants des pouvoirs publics l’étroite interdépendance que l’éloignement et la durée de l’exil ont scellé entre les événements politiques et les histoires familiales. Comme l’ont analysé Vincent Wright et Guy Thuillier, c’est cette forme de répression officieuse diffuse qui s’est abattue sur la famille qui est au cœur de ce processus d’indemnisation39. Ici encore les correspondances sont la source majeure, mêlant à la fois lettres conservées qui servent d'attestations du passé et lettres présentes qui valident la situation actuelle. Le dossier de la famille Bernard peut servir d’exemple40.

52Il est constitué en dehors des papiers administratifs de trois lettres. La première écrite de La Ciotat le 29 août 1881 est écrite par Francis Bernard, forgeron aux ateliers de messageries de La Ciotat, dont le père qui est mort un an avant a connu l’exil :

« Il se rendit à Constantinople avec sa famille où il vécut dans un état assez précaire de 1854 à 1860. Ma mère y est encore avec deux de mes frères et une sœur. De 1860 à 1870, il a vécu en Russie méridionale où j’ai encore trois autres frères. Enfin en 1870 il est rentré en France où il a vécu avec moi dans la peine jusqu’au 8 février dernier qui a vu la fin de sa vie de tribulation et de misère dues principalement à la cause politique que tout le monde sait. La situation de la famille est aujourd’hui celle-ci : La veuve à Constantinople, Jules Bernard non marié, Joseph Bernard marié, Élisa Bernard mariée, tous à Constantinople. Lucien Bernard, Louis Bernard, Eugène Bernard en Russie méridionale. Lieux de résidence :
Bernard Lucien chez M. Gorodderrsski gantier, maison Dontchera, rue du gouvernement à Tichiniev Bessarabie, Russie. Bernard Louis à la scierie Koulikorrski à Cherson Russie. Bernard Eugène, employé chez le SA Prince Worontzoff à Massandra, prés Yalta, Crimée, Russie. François à La Ciotat marié, deux enfants, sans autre ressource que le produit de son travail journalier. »

53Aucun détail n’accompagne cette sèche description qui ne permet guère de saisir les relations entretenues par cette famille qui connaît un éparpillement exceptionnel. Une seconde lettre du dossier donne l’image d’une famille unie malgré le temps et la distance. Cette lettre d’un ami de la famille habitant Constantinople datée du 9 août 1881 est adressée à François ; il l’encourage à demander la pension la plus forte, car ses frères sont encore à l’étranger et sa mère vit dans une situation précaire :

« Adieu mon cher François, c’est au nom de ta mère que je t’écris. Nous sommes tous en parfait état de santé et nous désirons que la présente vous trouve de même. Élisa, ta sœur est sur le point d’accoucher. Nous avons changé de maison. Nous sommes toujours tous ensemble. Nous avons vu M. Charpentier, qui nous a apporté de vos bonnes nouvelles, Embrasse bien ta femme et tes enfants. Ton ami le plus dévoué, Felix Senes. »

54Une troisième lettre jointe au dossier semble au contraire venir contredire cette belle image familiale. Il s’agit d’une lettre de la mère datée de juin 1882 et envoyée également de Constantinople. Âgée de 66 ans, pauvre, elle réclame l’intégralité de l’indemnité car écrit-elle ses enfants ne l’ont jamais aidée. Ici la construction des pièces du dossier nous échappe et il ne faut pas perdre de vue qu’il est destiné à obtenir la pension la plus élevée non à témoigner de la cohésion familiale.

55La loi sert souvent à mettre fin à l’éloignement lorsque celui-ci a conduit volontairement et le plus souvent par étape à partir au loin. La vie a été tout aussi difficile pour beaucoup d’exilés partis aux États-Unis. La plupart de ceux qui y sont restés font état d’une situation qui ne leur a pas permis de rentrer. Il y a bien sûr toute une gradation, mais ces lettres qui exposent le plus directement la vie en exil sont un témoignage de ces échecs ou du moins de ces vies fragiles. Le dossier de John M. Labruyère, comme il se nomme, raconte les désillusions de l’immigré qu’il est devenu. L’orthographe en témoigne, ce qui est rare : le texte n’est pas réécrit alors que la plupart des proscrits qui ne sont pas capables d’écrire ont recours à des intermédiaires. Dans son cas, Labruyère atteste directement. Il était en 1849 facteur des postes, et comme délégué de Villars-des-Dombes à Lyon, il a été nommé commandant par les citoyens qui ont pris les armes. Il a été obligé de s’enfuir en Suisse, il s’est échappé pendant que – je cite – « ces amis etet arrete la nouit ». Il y est resté jusqu’en 1858, et c’est la misère qui l’a conduit en Amérique. Il détaille alors les difficultés qu’il a rencontrées et qu’il généralise :

  • 41 A.N. F15 3977 dossier La Bruyere.

« Si j’avais de l’argeans, je serez dejat partit car les hommes qui non pas d’etat ici sont plus malheureux ici quand France. Voici la preuve de ce que j’avance. Le maçon gagne 4 dollars et demi et le manœuvre gagne 12 s. et tous les metiers de meme. Mais celui qui a de largeans pour acheter de la terre peut vivre independant et il nya que cinq à six ans que je connais ce pays qui est la virginie et la Caroline du nord ou lon peu acheter de la terre à deux dollars, 10 francs l’acre, mais né enfans de vigneron mon pere ne ma rien leissé et je n’ai auqu’un idée au commerce et plu estropié de deux hernie je suis malhereux. Aussi Atans-je avec impassiance et dans l’espoir que la repartition se fera avec impartiallité et que lon se souviendra d’hommes qui on fait tout leur efforts41. »

56Labruyère ne fait pas état de l’exercice d’un métier précis : « je n’ai pu que me livrer aux travaux les plus durs et moins rémunérés ». Il souligne que ses trois fils sont ouvriers. Grâce à la pension d’indemnisation, il rentre en France et vit chez son frère jusqu’à sa mort en 1893. Le cas de Rivoire est assez similaire :

  • 42 A.N. F15 3977 dossier Rivoire.

« La Fédération suisse m’a fait partir pour l’Amérique du Nord où je suis resté jusqu’au mois de juillet dernier. J’aprens que lon veu indamniser. jetes garde champêtre. si se netter pas la grand envie que jes daller finir mes jours en France, je nores rien reclamer42. »

57Ici encore, la démarche s’appuie sur la volonté d’un retour pour finir ses jours en France et surtout pour y mourir. Le retour au pays natal est alors associé à la terre des morts déjà largement invoquée pour les retours en grâce. La famille n’est pas seulement constituée par les vivants.

58Au terme de cette analyse, plusieurs remarques s’imposent. Il convient tout d’abord de souligner la place majeure tenue par la correspondance et aussi la nécessité de s’interroger toujours finement sur les conditions de production de ces échanges épistolaires et des modalités de leur restitution et de leur diffusion. Obéissant à des stratégies à court ou plus long terme, ces lettres montrent comment la distance et surtout la durée renégocient les rapports familiaux. Le rapport à l’espace est ici articulé nécessairement à une dimension temporelle. Ceci bouleverse-t-il pour autant la division des rôles ? Non, mais la question doit être posée en d’autres termes. Plus riche est alors l’analyse du lexique de cet éloignement et du répertoire des actes et des écarts qu’il suscite.

59En second lieu, c’est aussi la question de la spécificité de l’exil qui reste posée. On peut s’étonner du faible rôle politique assigné ici à l’appartenance familiale. Le réseau familial semble surtout actif pour implorer, déplorer non pour poursuivre le combat ou servir de relais. Cloisonnement du privé et du public ? Relégation de la famille dans l’espace domestique du foyer ? Il faut se garder d’une vision schématique. La censure des lettres, l’oralité, la pudeur peut-être à l’égard d’une nouvelle perception de l’espace vécu sont autant de paramètres qui suggèrent la multiplicité des trajectoires et ne doivent pas dissocier une étude nécessairement sociale et politique de l’exil, à la fois singulière et communautaire.

Notes

1 Source A. Perdiguier Bibl. Nat. Lb55 2431. Imprimerie de Guillois, Faubourg Saint-Antoine, 117. Je remercie Cécile Attalin qui vient de soutenir sa maîtrise sur son aïeul Perdiguier de m’avoir communiqué des lettres encore inédites. C. Attalin, Agricol Perdiguier, les années d’exil (1852-1855), maîtrise sous la direction de J.-P. Chaline, Université de Paris IV, 2004.

2 F. Lamennais, Paroles d’un croyant, Renduel, 1834, cité notamment par Le Grand Dictionnaire du xixe siècle, à l’article « exil ».

3 S. Aprile, « Qu’il est dur à monter et à descendre l’escalier d’autrui : l’exil des proscrits français sous le second Empire », Romantisme no 110, De la représentation, 2000-4, p. 89-100.

4 Ceci s’applique bien entendu aux proscrits les plus aisés et cultivés. Mais il faut rappeler que la peine d’exil a été presque exclusivement prononcée contre les représentants du peuple qui appartiennent à la bourgeoisie ou à une élite ouvrière.

5 N. Toussaint, Pascal Duprat, sa vie, son œuvre, Paris, Dentu, 1887.

6 Depuis la suppression de l’esclavage, tout être humain est donc une « personne juridique ». La « personnalité juridique » commence à la naissance et se perd avec la vie. Actuellement, la mort « dite naturelle » met seule fin à la « personnalité juridique ».

7 N. Schmidt, La Correspondance de Victor Schoelcher, Paris, Maisonneuve et Larose, 1995, lettre à Legouvé, 4 janvier 1852.

8 Il écrit à sa femme le 30 décembre : « Quant au mobilier, il faut s’en occuper. Consulter M. Bouclier. J’ai consulté M. Vanderlinden. Il dit qu’il faudrait faire mettre le bail (avec antidate) au nom d’un de mes fils majeurs (Victor, en ce cas, car Charles a des dettes exigibles). Le propriétaire, surtout en payant deux termes d’avance, ne s’y refuserait pas. Du reste, tout en prenant ses précautions, il ne faut pas s’effarer. On y regardera à deux fois avant de mettre le séquestre sur mes meubles, sur mes droits d’auteur et sur mon traitement de l’Institut. » Il place ensuite le produit de cette vente en rente à la Banque nationale de Belgique ce qui lui sera reproché ou suscitera du moins des rumeurs de la part des proscrits. Cf. J.-M. Hovasse, Victor Hugo chez les Belges, Éditions Bruxelles, Le cri, 1994, p. 50.

9 Ms 2015, Fonds Ledru-Rollin, Bibliothèque historique de la ville de Paris.

10 Sur les biens de Ledru Rollin et sa vie en exil, voir H. Lemesle, Vautours, singes et cloportes, Ledru-Rollin, ses locataires et ses concierges au xixe siècle, collection « Historiens de demain », Association pour le développement économique (ADHE), 2003.

11 BH VP, fonds Ledru Rollin, MS 2015, fol. 547.

12 Ibidem, fol. 605.

13 Ibidem, fol. 649.

14 Archives Attalin. Fonds Anfos Martin.

15 Perdiguier écrit après les événements mais il s’attendait sûrement avant le coup d'État à être emprisonné ou exilé comme Louis Blanc et bien d’autres républicains.

16 Genève, 9 février 1855, à Lise. On retrouve la même accusation dans la lettre du 10 mars 1855.

17 Genève, 5 septembre 1854, à André. Perdiguier explique ensuite qu’il a trois enfants à charge, une femme et ses beaux-parents.

18 Ces informations sont tirées de la maîtrise de Cécile Attalin.

19 Archives départementales du Vaucluse 19Q323.

20 Lettre de George Sand à Charles Poncy, Nohant, le 15 août 1855. Tome XII de la Correspondance de George Sand édité par G. Lubin.

21 Suivant procuration du 24 novembre 1849, reçu par Madre, notaire à Paris. Sur Basile Salles, voir annexe des correspondants.

22 Archives de la Seine, DP4 calepins du cadastre.

23 Lettre du 19 avril 1853 d’AP à Lise.

24 Genève, 23 mars 1855, à Lise. Fonds Anfos Martin.

25 Ibidem, À Lise, 12 avril 1852.

26 A.N., F 15 4802, lettre du 7 juin 1852.

27 Il écrit : « La valorisation des aspects “privés” est illustrée par le véritable culte voué à la famille. Étant donné la force des normes domestiques dans la société du XIXe, on n’est pas surpris de voir ce type d’argument resurgir sans cesse dans les lettres de l’époque [...]. Comme la maladie, la famille sert à justifier un grand nombre de demandes de déplacement ». G. Noiriel, La Tyrannie du national, le droit d’asile en Europe 1793-1993, Paris, Caiman Levy, 1991. Chapitre : « La persécution et Part d’écrire », p. 284 et sq.

28 F15 4090, dossier 6, La Haute Garonne.

29 Paris, 12 février 1852, de George Sand au prince Louis-Napoléon Bonaparte. Fonds Aurore Sand. Lettre publiée par Georges Lubin dans la Correspondance de George Sand, tome X (janvier 1851-mars 1852), Éditions Garnier Frères, Paris, 1964.

30 Ibidem.

31 J. du Chaffaut, Les Amaudrics du Chaffaut..op. cit., p. 141.

32 Voir la thèse de L. Hincker, Être combattant, être citoyen, Université de Paris 1, sous la direction d’Alain Corbin, novembre 2003.

33 J. Briquet, Agricol Perdiguier, compagnon du tour de France et représentant du peuple (1805-1875), Paris, Éditions de la Butte aux Cailles, 1955, p. 281, Lettre au docteur Madon, du 18 juillet 1852.

34 Ibidem, p. 129. Genève, le 16 septembre 1854, lettre de Perdiguier à G. Sand, fonds Aurore Sand.

35 Paris, 20 avril 1855, Lise à André, fonds Anfos Martin.

36 Paris, 4 mai 1855, à Perdiguier, fonds Anfos Martin.

37 J. Briquet, op. cit., p. 390.

38 Sur ce point voir R. Gossez, « Le Droit à dommages-intérêts des Proscrits du Second Empire (1870-1882) », Bulletin de la Société d’Histoire de la Révolution de 1848, janvier-février 1940, p. 141-1 59. Sur les mécontentements que suscitent les lenteurs de l’adoption de la loi et la déception du côté des « victimes » du fait de la non-reconnaissance du caractère honorifique de la résistance au coup d’État, voir J.-M. Lebrun, L’indemnisation des victimes du coup d’État du 2 décembre 1851 (loi du 30 juillet 1881), mémoire de maîtrise sous la direction de M. Agulhon, Université de Paris 1, 1981-1982.

39 V. Wright et G. Thuillier, « Pour l’histoire du coup d’État, une source à exploiter : les dossiers des pensionnés du 2 décembre 1851 », Mouvement social, janvier-mars 1976, p. 97-106.

40 A.N. F15 399 dossier Bernard.

41 A.N. F15 3977 dossier La Bruyere.

42 A.N. F15 3977 dossier Rivoire.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Tours. Ses recherches portent sur l’exil et les exilés, le droit d’asile et les Français à l’étranger. Parmi ses dernières publications : « Voices of exile » dans S. Freitag (éd.), Exiles from european revolutions, refugees in Mid-Victorian England, New-York/Oxford, Berghann Books, 2003.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540