Version classiqueVersion mobile

La vie du Buddha

 | 
Guillaume Ducœur

III

Le genre et la structure

Du héros épique à l’allégorie de la doctrine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le genre

Un sūtra

Dans le colophon, le Lalitavistara est présenté comme un sūtra du mahāyāna (mahāyānasūtraṃ, Lv 27.320v). Il a, en effet, toutes les caractéristiques d’un sūtra bouddhique, à commencer par la phrase introductive stéréotypée : « Ainsi ai-je entendu » (evaṃ mayā śrutam, Lv 1.1.3 ; wén rú shì 聞如是, T186-483a21 ; rú shì wǒ wén 如是我聞, T187-539a7). Tous les sūtra, « fil [du discours] », sont considérés par la tradition bouddhique des sthaviravādin, des mahāsāṃghika et du mahāyāna, comme l’enseignement de la doctrine (dharma) qui a été professée par le Buddha ou quelques-uns de ses disciples les plus éminents. Cette phrase introductive atteste donc que cet enseignement a été entendu un jour par un témoin oculaire et auditif en un lieu précis. Selon la tradition bouddhique, le disciple Ānanda aurait récité lors du concile (saṃgīti) de Rājagṛha, qui se serait tenu peu de temps après la mort du fondateur du boud­dhisme, les discours que ce dernier prononça tout au long de sa vie ...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search