Version classiqueVersion mobile

Éloignement géographique et cohésion familiale (xve-xxe siècle)

 | 
Jean-François Chauvard
, 
Christine Lebeau

Première partie. La famille au défi de l’exil et de la séparation

L’exil des Condé

Karine Rance

Texte intégral

  • 1 K. Rance, Mémoires de nobles émigrés dans les pays germaniques pendant la Révolution française, Th (...)
  • 2 D. Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fay (...)

1Le 17 juillet 1789, plusieurs voitures quittèrent le château de Chantilly : dans la première se trouvaient le prince de Condé, son fils le duc de Bourbon et son petit-fils le duc d’Enghien, escortés de trois gentilshommes. La seconde abritait Virieu, commandeur du duc d’Enghien, le médecin du prince et deux autres nobles. Louise, la fille de Condé et Mme de Monaco, la maîtresse de celui-ci, accompagnées de Choiseul et du comte d’Espinchal occupaient la troisième voiture. Des domestiques suivaient ce convoi. Fuyant la Révolution au lendemain de la prise de la Bastille, les Condé ne partaient toutefois pas sous la contrainte des événements : les risques étaient, à cette date, encore mineurs pour les nobles. Ils se rendirent à Bruxelles où ils séjournèrent quinze jours avant de reprendre la route qui les mena, à travers l’Allemagne et la Suisse, jusqu’à Turin. Ils y furent accueillis à la cour du roi de Sardaigne, beau-père du comte d’Artois, le frère de Louis XVI, qui s’y trouvait déjà. En 1791, la famille de Condé, chassée de Turin avec les autres émigrés, repartit vers le Nord et s’établit à Worms au mois de mars. Elle y resta jusqu’à l’ouverture de la campagne de 1792. Le prince y fonda une armée, le « corps de Condé ». L’objectif était de rétablir par la force la monarchie française, dans une coopération avec l’armée levée par les deux frères du roi Louis XVI établis à Coblence, et avec le soutien des puissances étrangères. Mais la campagne de 1792 fut une défaite pour ces alliés. L’armée des princes fut dissoute, celle de Condé passa au service de l’Autriche. Les émigrés nobles qui avaient trouvé dans les rassemblements de Coblence et de Worms des points de ralliement se dispersèrent alors dans toute l’Europe et aux États-Unis. Ils étaient désormais contraints de rester à l’étranger par la loi française et acculés à une mobilité extrême dans les pays d’accueil, du fait des législations locales, des logiques économiques de survie et des invasions françaises1. Ce qui apparaît dans cette aventure, c’est l’évolution d’une pratique culturelle du voyage2 vers une expérience du déplacement et du déclassement social.

2La famille de Condé était emblématique de ce mouvement tout en s’en distinguant. Emblématique, elle l’était par sa mobilité, car les Condé circulèrent, ensemble ou séparément, dans la plupart des pays européens. Elle l’était aussi par sa composition, puisque trois générations émigrèrent, des hommes et des femmes. Elle l’était, enfin, par le devenir de son rapport au projet politique d’origine, différencié selon l’âge et le sexe des individus. Cependant, les Condé se distinguaient des autres émigrés par leur statut de princes du sang. D’une part, ceci leur interdit de rentrer en France avant la Restauration, alors que la plupart des émigrés revinrent en masse à partir de 1800. D’autre part, leur statut les plaça dans une situation privilégiée, puisqu’ils furent soutenus financièrement par les souverains étrangers alors que les émigrés de moindre rang durent souvent occuper des emplois dans le commerce, dans l’enseignement, ou effectuer des travaux manuels pour subvenir à leurs besoins.

  • 3 Journal d’émigration du prince de Condé (1789-1795), publié par le comte de Ribes, Paris, G. Serva (...)
  • 4 Mémoires et voyages du duc d’Enghien, précédés d’une notice sur sa vie et sa mort, par M. le comte (...)
  • 5 J.-A.-M. Cretineau-Joly, Histoire des trois derniers princes de Condé : prince de Condé, duc de Bo (...)

3Dans le cadre particulier d’une émigration politique, la famille de Condé constitue un cas idéal pour approcher les catégories de mobilité, d’éloignement et de perception de l’espace. Ceci d’autant plus qu’ils ont laissé une documentation foisonnante et notamment des ego-documents de premier intérêt. Le journal du prince de Condé3, celui du duc d’Enghien4, les correspondances privées de la famille dont une partie a été publiée5, permettent de tracer les contours d’une combinaison familiale évolutive et d’analyser le rapport des individus à la réalité spatiale et politique de leur émigration.

  • 6 S. Dufoix, Politiques d'exil. Hongrois, Polonais et Tchécoslovaques en France après 1945, Paris, P (...)

4Plus que la distance géographique, il semble que ce soit l’attitude face au projet politique, c’est-à-dire le rapport au temps6, qui détermine les relations entre les individus au sein de la famille et leur perception de l’espace. Cette hypothèse sera vérifiée par l’analyse de la configuration familiale initiale, puis de la perception de l’espace d’accueil, et enfin des conséquences, pour les Condé, de l’abandon – par la plupart des émigrés – de « la cause » à partir de 1795.

La configuration familiale initiale

  • 7 J.-P. Bertaud, Le duc d’Enghien, Paris, Fayard, 2001.
  • 8 M. Marraud, La noblesse de Paris au xviiie siècle, Paris, Seuil, 2000.

5Comme la plupart des familles à l’époque révolutionnaire, celle des Condé fut divisée par les luttes politiques qui se surimposèrent aux conflits familiaux antérieurs. La rupture majeure est celle qui opposait la duchesse de Bourbon, mère du duc d’Enghien, aux Condé. Le duc de Bourbon avait quinze ans lorsqu’il épousa la fille du duc d’Orléans âgée de vingt ans7. Les jeunes gens réunissaient par cette union deux des plus grandes familles de France. Six mois plus tard le couple était séparé de fait. Le duc d’Enghien naquit de cette union en 1772. La séparation des époux n’était pas exceptionnelle dans la noblesse parisienne du xviiie siècle8, mais l’indignité supposée de la duchesse aboutit à une séparation légale prononcée avant l’émigration des Condé. La mère du duc d’Enghien ne les accompagna donc pas dans leur périple. Admiratrice de Mesmer d’abord, elle se lança ensuite dans l’ésotérisme. Elle se montra favorable aux premiers bouleversements révolutionnaires et apparut aux Condé comme une démocrate à une époque où l’exclusivisme faisait passer dans le camp ennemi tout adversaire politique. L’opinion que les Condé avaient de la duchesse se détériora encore après l’exécution de Louis XVI car elle était la sœur du duc d’Orléans, Philippe Égalité, qui avait voté la mort du roi. Elle fut emprisonnée sous la Convention puis exilée, et se réfugia alors en Espagne et dans la religion. L’expérience de la distanciation était donc déjà fixée dans l’horizon familial avant le départ en émigration.

  • 9 J.-P. Bertaud, op. cit.

6L’autre caractéristique de cette famille est qu’elle est dominée par la figure du prince de Condé. Celui-ci, âgé de 36 ans au moment où naquit son petit-fils, le duc d’Enghien, prit en charge l’éducation du garçon. Il prit soin de lui donner les plus hautes protections en la personne du dauphin Louis et de la dauphine Marie-Antoinette qui furent respectivement ses parrain et marraine. Condé avait été peu séduit par les Lumières : ses goûts littéraires le portaient plutôt vers le xviie siècle. Militaire dans l’âme et très ambitieux, il éleva son petit-fils dans l’idéal chevaleresque d’une noblesse guidée par le seul principe de l’honneur et transmit au duc d’Enghien une très haute idée de leur nom, reportant peut-être sur le petit-fils les espoirs que son fils avait déçus. Ce dernier, le duc de Bourbon, qui selon le mot de Jean-Paul Bertaud était plus le « compagnon en polissonneries » du duc d’Enghien qu’une figure d’autorité9, suivit malgré lui son père en émigration. Condé, ce jeune patriarche, s’entoura enfin de deux femmes lorsqu’il quitta la France : sa maîtresse, Mme de Monaco (lui-même était veuf), et Louise, sa fille, un personnage romanesque qui ne put se marier et qui entra en religion pendant son exil.

  • 10 Crétineau-Joly, op. cit., p. 193-195 : lettre du duc d’Enghien au duc de Bourbon, 5 août 1797. Ibi (...)

7Le groupe familial étant parti avec un jeune homme, le duc d’Enghien, qui avait 17 ans au moment du départ, la question de son mariage se posa. La correspondance entretenue par le prince de Condé, le duc de Bourbon, le duc d’Enghien et le comte de Fouquet, attaché au margrave de Bade, permet de suivre les négociations destinées à marier le duc d’Enghien à Frédérique puis à Caroline de Bade, les filles du margrave10, puis à une sœur de l’impératrice de Russie :

  • 11 Ibidem, p. 316-317 : lettre du duc d’Enghien au prince de Condé, 19 août 1800.

« Je vous ai toujours dit que ce parti me paraissait trop avantageux [...]. Seulement je vous prie, lorsqu’il y aura quelque chose de direct en train, d’annoncer le désir que j’ai d’aller témoigner dans le pays ma reconnaissance et en même temps savoir si je conviens. Ce voyage n’est pas long ; mon absence sera courte11. »

8La mobilité dans ce cas était parfaitement acceptée, vécue sans contrainte, car elle renouait avec un habitus.

9Les formes traditionnelles empruntées par les négociations furent conservées (notamment le faux secret qui entourait les tractations préalables). Le duc d’Enghien, prétendant n’avoir rien dit à ses parents, écrivit ainsi au comte de Fouquet afin qu’il servît d’intermédiaire :

  • 12 Sommervogel, op. cit., p. 48-51 : lettre du duc d’Enghien, [décembre] 1796.

« Si nous rentrons en France, je puis offrir à M me la Princesse Caroline une fortune considérable et un rang digne d’elle ; si nous n’y rentrons pas, la paix faite, nous allons en Russie où l’Impératrice a promis à mon grand-père une retraite assurée et un sort, à ce qu’elle lui a mandé, proportionné à son estime pour lui12. »

10Tant de « si » n’étaient guère propres à convaincre les familles princières européennes. Celles-ci ne s’empressèrent pas pour unir leur sort à celui d’un jeune homme qui se trouvait en cinquième position dans l’ordre de succession d’un trône de France qui n’existait plus. Le grand-père et le père du duc d’Enghien veillaient à ce que le jeune homme n’épousât pas un parti qui eût pu le desservir en cas de Restauration. Mais du côté des familles princières, on ne voyait là qu’une famille exilée, appauvrie, issue d’un pays où la monarchie avait été renversée, à laquelle il était donc peu souhaitable de s’allier. Les partis se détournèrent ainsi les uns après les autres. Le duc d’Enghien s’en amusait plus qu’il ne s’en inquiétait, d’autant plus qu’il avait trouvé en la nièce du cardinal de Rohan, Charlotte, émigrée à Ettenheim sur les terres de son oncle, une maîtresse aussi patiente que compréhensive :

  • 13 Crétineau-Joly, op. cit., p. 344-345 : lettre du duc d’Enghien au duc de Bourbon, Ettenheim, 29 se (...)

« Je profite du bon temps qui me reste avant que le devoir ne m’oblige à prendre des liens plus sérieux ; mais probablement moins agréables. Heureusement que, jusqu’à ce jour, aucune des tentatives légères, qui ont été faites par mon grand-père, n’ont eu de succès13. »

11La question du mariage se posa aussi pour Adèle, la fille naturelle du duc de Bourbon. Celle-ci rejoignit son père en Angleterre, à la demande de sa mère, une ancienne danseuse de l’opéra. Louise, qui était la marraine de cette jeune-fille, applaudit lorsqu’il fut envisagé de marier Adèle au comte de Rully, un émigré :

  • 14 Ibidem, p. 409-412 : lettre de la princesse Louise de Condé au duc de Bourbon, 11 octobre 1803.

« Je suis bien contente que vous ayez trouvé un parti qui vous convient parmi les Émigrés ; cela vaut bien mieux qu’un mariage avec quelqu’étranger fort riche, mais d’une tournure unique. Jamais je n’ai tant apprécié les « bons Français » que depuis que je vis hors de France14. »

12L’éloignement géographique semble apporter clairvoyance à Louise ; loin de sa patrie, elle en appréciait davantage ses compatriotes, du moins certains d’entre eux : à ses yeux, nobles et émigrés pour la cause royaliste valaient mieux qu’étrangers riches et roturiers. L’option politique et la noblesse constituaient donc des critères déterminants. C’est un fait général parmi les émigrés : les mariages furent rares, ceux des jeunes filles plus rares encore que ceux des jeunes gens, et lorsqu’une union était célébrée, ces jeunes filles épousaient pratiquement toujours d’autres émigrés. Cela signifiait qu’en cas de retour au pays, les parents étaient assurés de rentrer avec leur fille alors que, si elle était mariée à un étranger, elle risquait de rester dans le pays d’accueil.

13La préférence donnée à une union endogame signalait donc la fidélité au projet politique car elle traduisait l’espoir d’un retour en France et donc le maintien de la croyance en une possible restauration politique. L’endogamie de ce mariage et l’exogamie prévue pour le duc d’Enghien (mais dont l’union eût été socialement endogame), furent totalement déterminées par la fidélité à la cause des émigrés, l’espoir du retour et l’attachement à la patrie.

  • 15 Ibidem, p. 195-196 : lettre du duc d’Enghien au duc de Condé, Ettenheim, 21 septembre 1797.

14Le duc d’Enghien se trouvait à double titre sous l’autorité de son grand-père en émigration : comme petit-fils et comme officier condéen. Le duc de Bourbon ne fit apparemment aucune tentative pour retrouver une quelconque autorité sur son fils : le prince de Condé était, d’une certaine manière, leur père à tous les deux. Enghien s’adressait d’ailleurs à l’occasion à son grand-père avec les mots : « cher papa15 ».

15Le prince de Condé n’était plus seulement le chef de famille, il était aussi la figure éponyme d’un corps d’armée qu’il dirigeait et qui constitua la seule institution représentant les émigrés après 1792. Le duc d’Enghien, officier de cette armée, était ainsi soumis à une étroite surveillance par son grand-père qui le dirigeait en tout :

  • 16 Ibidem, p. 281-282 : lettre du prince de Condé au duc d’Enghien, 26 octobre 1799.

« Il est absolument nécessaire, lui écrivait le prince de Condé, que vous alliez demain ou après-demain, au plus tard, voir le maréchal à Lindau. Il faut l’appeler Votre Altesse16. »

16Le prince faisait au jeune homme des recommandations au sujet « des principes invariables de conduite qui doivent guider dans toutes ses actions un Gentilhomme français, un Prince du sang des Bourbons ». Il adressa au duc des remontrances lorsque celui-ci s’impatientait, lui rappelant que :

  • 17 Ibidem, p. 324-325 : lettre du prince de Condé au duc d’Enghien, 22 décembre 1800.

« La valeur n’est pas la seule qualité qui suffise [...] à un prince de vingt-cinq ans : qu’il faut [...] le courage de savoir supporter les contrariétés nécessaires qui se présentent souvent dans la vie, [...] qu’il ne faut pas toujours se livrer au présent agréable [...] Dieu veuille, mon cher ami, que vous vous accoutumiez à réfléchir et à croire les conseils de l’expérience17. »

  • 18 Ibidem, p. 354.

17Enfin, quand les affaires militaires imposèrent au duc d’Enghien de s’éloigner de son grand-père, celui-ci tint à laisser un mentor à ses côtés : le commandeur décédé fut remplacé par un tuteur choisi par le duc d’Enghien parmi trois noms proposés par le prince de Condé18. Contrairement à ce qui se passa pour d’autres jeunes nobles, l’émigration n’aboutit pas pour le duc d’Enghien à un relâchement du contrôle familial. Le prince de Condé ne lui laissait aucun espace de liberté et ne manquait pas de lui rappeler l’objectif final, qui était le retour dans une France où la monarchie serait restaurée.

18Le chef de famille, doublement légitimé pas sa fonction familiale et par son rôle politique, contrôlait ainsi entièrement le destin de son petit-fils. La configuration familiale apparaît ainsi longtemps figée par l’espoir du retour.

  • 19 S. Dufoix, op. cit.

19Ce « pouvoir de l’âge »19 se retrouve dans l’ensemble de l’armée de Condé où l’avancement se faisait à l’ancienneté. Cette armée peut d’ailleurs être considérée comme une famille élargie. Une lettre du duc d’Enghien en atteste par la manière dont il exprima son soulagement lorsque le corps, après avoir été au service de l’Autriche, se vit offrir la protection du Tzar Paul 1er :

  • 20 Crétineau-Joly, op. cit., p. 192-195 : lettre du duc d’Enghien au duc de Bourbon, 5 août 1797.

« Cet asile, qui nous est assuré, et la certitude de rester corps de Condé, armés et libres de nos actions est, selon moi, un grand bonheur pour nous. Du moins nous pourrons attendre, et savons en quel lieu. Passé le mois de septembre, que serions-nous devenus ? À présent nous sommes sûrs de vivre, de rester ensemble et d’être toujours militaires20. »

  • 21 Ibidem, p. 105-107 : lettre du prince de Condé au duc de Bourbon, 11 mars 1794.

20À la tête de ce corps, le prince de Condé se trouvait institué en véritable patriarche. Vénéré comme un père par ses hommes, il était assimilé à son glorieux ancêtre. Il s’identifiait à ce point à son rôle qu’il déclara à son fils : « je vous assure que je ne tiens qu’à l’honneur, et point du tout à la vie21 ».

  • 22 S. Dufoix, op. cit., p. 130-131.

21On trouve là l’« espace espérant » décrit par Stéphane Dufoix au sujet des émigrés d’Europe de l’Est venus en France après 1945. Cet espace qui « repose sur le principe de la mise entre parenthèses du temps aussi longtemps que le retour au pays est impossible. En attendant, le temps est suspendu, et avec lui la validité des fonctions et des titres ». C’est ce qui permet le « maintien de la croyance dans la continuité » de la lutte22. Face aux succès de la Révolution, face surtout à leurs propres échecs, le discours incantatoire et la posture de combat constituaient les seuls remèdes dont disposaient les émigrés. Ceci impliquait l’assujettissement des individus à l’ordre familial ancien.

La perception de l’espace

  • 23 Ibidem.

22Le refus du changement, ce maintien dans une temporalité propre au groupe23 et distincte de la temporalité révolutionnaire comme de celle du pays d’accueil ne se retrouve pas seulement dans la configuration familiale : il détermine aussi le rapport au cadre spatial de l’émigration.

  • 24 S. Greenblatt, Ces merveilleuses possessions : découverte et appropriations du Nouveau Monde au xv (...)
  • 25 P. J. Brenner, « Die Erfahrung der Fremde. Zur Entwicklung einer Wahrnehmungsform in der Geschicht (...)
  • 26 Ibidem, p. 16 et suiv. ; R. Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps hist (...)
  • 27 F. Hartog, Le miroir d'Hérodote. Essai sur la représentation de l’autre, Paris, Gallimard, 1991 [1 (...)
  • 28 C. Geertz, Local Knowledge. Further Essays in Interpretive Anthropology, New York, Basic Books, 19 (...)
  • 29 D. Roche, op. cit., p. 87.
  • 30 Ibidem, p. 12.

23La description du pays d’accueil semble prédéterminée par les stéréotypes en cours dans la société française moderne. Mais, comme l’a montré Stephen Greenblatt pour l’Amérique, ces représentations ne sont reprises que tant qu'elles possèdent un « pouvoir porteur24 ». Les figures de l’altérité sont réutilisées, mais leur contenu est constitué culturellement par une société donnée à un moment donné car l’autre n’existe que dans la relation à soi25. L’altérité elle-même est un motif qui a évolué en Europe26. L’altérité est observée et traduite par le voyageur dans les termes d’un savoir partagé avec l’interlocuteur (savoir sémantique, encyclopédique et symbolique)27 et en fonction des attentes du lecteur. L’ensemble de ces savoirs et de ces normes implicites permettent au voyageur d’appréhender l’autre et de le constituer en un système cohérent28. C’est ici le champ de l’émigration qui va déterminer l’originalité du regard porté sur le pays d’accueil. Le discours, pour sa part, reprend dans sa forme les figures de style imposées par le genre apodémique dont les succès éditoriaux au xviiie siècle sont à mettre en partie sur le compte de l’ancrage d’une conception du voyage mis au service d’une « pédagogie de la curiosité29 » alors que se diffusait « l’idéal de la connaissance par l’expérience, la collecte des faits et l’enquête sur les homme et les choses30 ».

24L’espace était pourtant fort peu différencié dans l’optique des Condé. Les frontières (géographiques ou culturelles) se trouvaient effacées dans leurs récits. Le duc d’Enghien, par exemple, recueillait en une sorte de catalogue les curiosités observées :

  • 31 Enghien, Journal, p. 136.

« À quelques lieues de Cologne, on entre dans les montagnes, et le chemin devient très pittoresque. Le Rhin se trouve resserré entre les montagnes, et laisse à peine la place du chemin, qui dans quelques endroits est fort étroit. Les montagnes sont hautes et arides, quelques fois couvertes de bois, et la plupart de leurs sommets couronnés par des ruines de châteaux ou de tours, qui commandaient le Rhin et en défendaient le passage31. »

25De Mannheim, il rapporta un catalogue raisonné conçu suivant les critères du beau et du curieux :

  • 32 Ibidem, p. 140-141.

« Nous employâmes la matinée du lendemain à voir la résidence de l’Électeur, son cabinet de gravures, sa bibliothèque, sa galerie de tableaux, qui mérite l’attention des connaisseurs, et en général tout le palais. Il est immense ; nous employâmes la journée à le visiter. Il y a aussi un cabinet d’histoire naturelle et la plus grande beauté et une salle de spectacle32. »

26Certes, ces récits furent rédigés par un jeune homme qui affirmait suivre le conseil donné par son ancien précepteur. Le souci pédagogique est là évident.

27On retrouve, pourtant, le même type de catalogue dans le journal du prince de Condé lorsqu’il décrit une ville ou un château, un paysage ou des usages curieux, religieux notamment :

  • 33 Condé, Journal, p. 182, 6 février 1791.

« Quand la messe fut prête à commencer, je fus assez étonné de voir sortir la moitié des assistants : on me dit que c’étaient les luthériens, qui venaient toujours au sermon catholique, parce qu’il était défendu par le Duc d’y parler de rien qui pût avoir rapport au dogme ; la messe commença [...] : le prêtre, après avoir dit à l’ordinaire en latin l’Épître et l’Évangile, se retournait et les répétait en allemand aux spectateurs : tout ce qui se disait haut se disait en allemand, et tout ce qui se disait bas en latin33. »

28On note toutefois une évolution dans sa relation : à partir du moment où, au printemps 1791, le prince de Condé organise son corps d’armée, et plus encore à partir du moment où la guerre éclate, les évocations du cadre géographique se raréfient dans son journal, comme la mention de ses enfants d’ailleurs. Ses notes tiennent dès lors plus du journal de campagne et le cadre spatial n’est plus mentionné qu’en fonction de critères militaires tels que le gel du Rhin ou le relief qui sont plus ou moins favorables aux manœuvres effectuées ou envisagées.

  • 34 M. de Certeau, L’invention du quotidien, vol. 1, Arts de faire, rééd. Paris, Gallimard, 1990, p. 1 (...)

29L’espace d’accueil est ainsi décrit comme un « lieu » et non comme un « espace » pour reprendre la distinction établie par Michel de Certeau. Dans un lieu, écrit-il, la « loi du « propre » y règne : les éléments considérés sont les uns à côtés des autres, chacun situé en un endroit « propre » et distinct qu’il définit. Un lieu est donc une configuration instantanée de positions. Il implique une indication de stabilité. » L’espace, en revanche « est un croisement de mobiles. [...] En somme l’espace est un lieu pratiqué34 ».

  • 35 G. Perec, Récits d’Ellis Island. Histoires d’errance et d’espoir, Paris, POL, 1994, p. 56.

30Or il n’y a pas de pratique du lieu par les émigrés, mais une pratique sur le lieu. De fait, comme l’écrit Georges Pérec, l’espace de l’exil est « le lieu de l’absence de lieu, le non-lieu, le nulle part35 ». Les journaux et les lettres des Condé ne dessinent qu’une carte parsemée de villes ou de champs de bataille. La réduction de la diversité locale permet d’établir avec le pays d’accueil un rapport qui se fait dans une dialectique de l’autre et du même. Les Condé, comme l’ensemble des émigrés, ne sont pas intéressés par une découverte de l’autre culturel. Leur problème est d’y déterminer leur place, question d’autant plus cruciale qu’ils subissent une Entfremdung, un éloignement vis-à-vis de leur pays d’origine. Les Allemands sont représentés, sous les termes de stéréotypes anciens, comme des êtres bourrus, infantiles, peu civilisés :

  • 36 Crétineau-Joly, op. cit., p. 352-356 : lettre du duc d’Enghien au duc de Bourbon, 10 novembre 1801

« Enfin, déclare le duc d’Enghien au prince de Condé sur Ettenheim, je suis sûr qu’à la vie sauvage près que vous savez qu’il faut mener en Allemagne, puisqu’il n’y existe pas de société, vous vous plairiez dans ces environs36. »

31Se gausser de la « vie sauvage » et de la prétendue incapacité à maîtriser les codes d’une étiquette, c’est ériger en norme les usages français et dire leur supériorité. Les Condé – sans doute plus encore que d’autres émigrés – transposent ainsi en termes nationaux une supériorité sociale à laquelle ils aspirent.

  • 37 F. Hartog, Mémoire d’Ulysse : récits sur la frontière en Grèce ancienne, Paris, Gallimard, 1996.

32À travers le discours sur l’Allemagne, sont dessinés les contours de la France souhaitée, celle de l’Ancien Régime. Ces voyageurs se pensent « en disant l’autre » comme l’écrit François Hartog au sujet d’Ulysse37. Quand une qualité est indéniable, elle est reconnue pour typiquement française. L’Allemagne, dans ses traditions, est présentée comme le garant d’un ordre du monde détruit en France pendant la Révolution. Mais même les plus belles réalisations y sont entachées par un manque de raffinement :

  • 38 Condé, Journal, p. 28, 15 août 1789.

« J’ai remarqué qu’en général dans tous ces palais allemands, qui ont, il faut en convenir, un grand caractère de noblesse, ce qu’il y a de plus beau est toujours déparé par le défaut de goût38. »

  • 39 Crétineau-Joly, op. cit., p. 76 : lettre du duc d’Enghien au prince de Condé, décembre 1793.

33Si un aspect ne coïncide pas avec l’image d’une Allemagne primitive et hospitalière, celle-ci se trouve immédiatement rejetée dans le camp ennemi, celui de la Révolution. Le margrave de Bade, après avoir chassé les émigrés de son territoire, est ainsi vu comme un « démocrate enragé39 ».

34L’Allemagne est ainsi le double de la France, en bien comme en mal. Ses caractéristiques servent à décrire les contours de la France souhaitée (contre-révolutionnaire) et ceux de la France honnie (révolutionnaire). Le regard des Condé évalue, comme les autres émigrés, « à l’aune du même » car leurs interlocuteurs sont les Français. Leur parcours en Allemagne a pour seul but le retour à « l’île natale » comme l’écrit Lévinas. Leur éthnographie de l’Allemagne est, en ce sens, un l’itinéraire « au cœur de l’identité française », du moins aussi longtemps qu’ils n’aspirent qu’au retour. La France, quant à elle, est invariablement terre de barbarie, où des monstres assoiffés de sang manipulent le peuple.

Une nouvelle temporalité

35Si l’on ne peut parler d’un itinéraire en émigration, il faut dire que les membres de la famille, le prince de Condé excepté, effectuèrent un parcours dans leur moi propre.

36Louise fut sans doute la première à échapper à la structure familiale imposée et figée par son père. Elle décida, en effet, d’entrer dans les ordres. Cette nouvelle d’un éloignement dans un autre espace, fermé aux membres de la famille, fut pris comme une trahison par le duc de Bourbon, son frère :

  • 40 Ibidem, p. 120-121 : lettre du duc de Bourbon au prince de Condé, 22 septembre 1795.

« En vérité, il y a de la barbarie à s’arracher des bras de parents malheureux et n’ayant de consolation que dans leur union, pour s’enfermer dans un couvent et les abandonner pour toujours40. »

  • 41 Cité par J.-P. Bertaud, op. cit., p. 195.
  • 42 Crétineau-Joly, op. cit., p. 162 : lettre de la princesse Louise au duc de Bourbon, 28 octobre 179 (...)
  • 43 Ibidem, p. 188-191 : lettre de la princesse Louise au prince de Condé, 1er août 1797.

37Quant au duc d’Enghien, il considérait qu’ils l’avaient « perdue et pour toujours41 ». Louise, se situant dans un tout autre registre, affirmait à son frère être plus proche de lui, par ses prières, quelle ne l’avait jamais été auparavant : « hier encore, j’ai consacré toute ma journée à prier pour vous ; bien mieux, avec vous42 ». N’aspirant plus qu’à se retirer du monde, la cause des émigrés pour laquelle son père continuait à se battre n’était plus la sienne43. En ce sens, il est vrai que les Condé l’avaient perdue pour toujours. Elle quittait le cercle et la temporalité de l’émigration pour se choisir un espace et un temps qui lui étaient propres, tendus non plus vers la restauration royaliste mais vers le Salut et l’au-delà.

  • 44 Ibidem, p. 106 : lettre du prince de Condé au duc de Bourbon, 11 mars 1794 : « vous m’avez demandé (...)

38À la même époque, vers 1795-96, le duc de Bourbon trouva le moyen d’échapper à la tutelle de son père dont il dépendait financièrement44. Parti à Londres pour préparer l’expédition de Quiberon avec le comte d’Artois, il y revint après l’échec de l’entreprise et ne quitta plus l’Angleterre jusqu’à la Restauration. Il obtint une pension du gouvernement anglais, s’établit avec sa maîtresse, fit venir sa fille illégitime, et abandonna, de fait, la lutte contre-révolutionnaire. Le prince de Condé semblait, d’ailleurs, en avoir pris son parti :

  • 45 Ibidem, p. 170-172 : lettre du prince de Condé au duc de Bourbon, 2 mars 1797.

« L’Angleterre est ce qu’il vous faut ; c’est un pays dans votre genre, et je crois que vous serez de mon avis. Je pourrai bien y aller vous voir à la fin de tout ceci, mais sûrement votre fils45. »

39Le duc d’Enghien peina d’abord à comprendre le comportement de son père et lui demandait régulièrement de le rejoindre en Allemagne :

  • 46 Ibidem, p. 138-140 : lettre du duc d’Enghien au prince de Condé, 9 juin 1796.

« Et puisque vous n’êtes parti que pour aller à la Vendée, et qu’il me paraît très connu qu’il n’y aura aucune expédition de ce côté, et qu’il n’y a aucun moyen d’y aller, je ne vois pas pourquoi l’on vous retient en Angleterre. C’est une énigme pour moi, mais fort laide, puisqu’elle me prive du plaisir de vous voir. Il y a des siècles que je n’ai eu un bout de lettre de vous ni de ce qui vous entoure. Les plaisirs de Londres vous font oublier les habitants de Brisgau. C’est bien mal de vous en souvenir si peu, car ils pensent sans cesse à vous46. »

40Cet éloignement favorisa le rapprochement affectif du duc de Bourbon et de son père : le premier, dans une lettre adressée au prince de Condé en juin 1796, évoquait « vos intérêts, qui sont les nôtres, ceux de notre famille » avant de proclamer toute l’affection qu’il éprouvait à l’égard de son père.

41À son tour, le duc d’Enghien finit par rêver de sortir du ghetto de l’émigration. En 1800, il avoua à son père les difficultés qu’il avait avec le prince de Condé :

  • 47 Ibidem, p. 301-304 : lettre du duc d’Enghien au duc de Bourbon, 4 mai 1800.

« Il faudrait que vous fussiez ici, que vous ayez vu toutes les gradations douloureuses qui m’ont éloigné successivement et constamment de lui [...] occupez-vous de mon sort. Je tiens beaucoup à avoir un traitement séparé, indépendant de celui que l’on fera à mon grand-père. Je tiens à ma liberté47. »

42Deux facteurs favorisèrent cet éloignement : d’une part, l’abus d’autorité du grand-père :

  • 48 Ibidem, p. 310-312 : lettre du duc d’Enghien au duc de Bourbon, 22 juin 1800.

« Mon grand-père me tient à son corps, dans une nullité désespérante. [...] Il me traite toujours en enfant, n’a pas la moindre confiance en moi, ne me parle de rien, ne me consulte sur rien48. »

43Le duc avait alors passé les 28 ans. D’autre part, le sentiment qu’avait le jeune homme d’avoir face à lui un vieil homme incapable de s’adapter aux nouvelles propriétés de la situation :

  • 49 Ibidem, p. 356-359 : lettre du duc d’Enghien au duc de Bourbon, 30 novembre 1801.

« L’âge a affaibli les qualités de vigueur de l’âme ; il lui a donné une espèce de résignation passive sur tout, qui le rend aujourd’hui, non seulement incapable de prendre un grand parti, mais même souvent le plonge dans une indécision fâcheuse49. »

44Nous sommes en 1800 : les condéens avaient été licenciés, faute de trouver une puissance prête à les prendre à son service. Confronté à cette réalité et au retour massif des émigrés dans la France napoléonienne, le duc d’Enghien déclarait à son père :

  • 50 Ibidem, p. 310-312 : lettre du duc d’Enghien au duc de Bourbon, 22 juin 1800.

« Je ne crois point à la contre [révolution] ; je ne crois pas qu’on la veuille, et je vois avec chagrin que d’avoir fait toute la guerre de la Révolution dans le corps de Condé, sera avoir perdu son temps50. »

45Il souhaitait désormais s’établir aussi :

  • 51 Ibidem, p. 381-384 : lettre du duc d’Enghien au prince de Condé, 7 juin 1802.

« Il est toujours important de songer à un établissement fixe, quelque part où l’on puisse enfin dire : je suis chez moi. Il se peut faire que des événements heureux nous rappellent dans notre patrie ; mais aussi il est plus probable que non, ou que du moins il nous faudra encore attendre longtemps. Achetons donc quelque chose51. »

46Le jeune duc adoptait une stratégie d’évitement des stigmates et préférait renoncer à son statut princier plutôt que d’être en permanence confronté à la non-reconnaissance de celui-ci :

  • 52 Ibidem, p. 304-307 : lettre du duc d’Enghien au duc de Bourbon, 3 juin 1800.

« Je vous assure qu’il me tarde bien d’avoir un sort assuré, tel modique qu’il soit, pour me caser quelque part et devenir tout à fait étranger ; ou Autrichien, ou Russe ou Prussien, peu m’importe, mais tout vaut mieux que prince émigré. Quand on a un état quelconque, au moins on est avoué ou protégé par la puissance que l’on sert. On est quelque chose ; mais n’être rien, n’avoir d’autre état que le nom de celui que l’on a eu ; éprouver tous les jours quelque nouvelle humiliation, toujours vouloir p…, comme on dit, plus haut que le c..., et en reconnaître à chaque instant l’impossibilité, c’est l’état le plus malheureux que je connaisse52. »

  • 53 S. Dufoix, op. cit., p. 27-30.
  • 54 K. Rance, « L’émigration nobiliaire française en Allemagne, “une migration de maintien” (1789-1815 (...)

47Le duc d’Enghien souhaitait rester officier, si possible dans l’armée autrichienne pour laquelle il éprouvait une grande admiration, et dans ce sens, il ne rompait pas avec la tradition nobiliaire. Mais son discours témoigne d’un désir d’enracinement qui passe par la sortie de l’exopolitie définie par Stéphane Dufoix comme l’espace politique institué par les émigrés53. Le duc était prêt à renoncer à ses titres pour éviter la confrontation au déclassement social. Comme bien des émigrés, le jeune homme évolua ainsi vers une migration de rupture puisqu’il souhaitait s’établir réellement dans le pays d’accueil54. Mais finalement, ce désir d’enracinement ne traduit pas tant l’envie d’interrompre le mouvement de l’errance que de sortir d’un espace où tout était figé pour retourner dans l’espace où la mobilité était possible. Ainsi la sédentarisation est à opposer aux illusions et non à la mobilité car l’errance de l’émigration n’était plus circulation dans la mobilité, elle s’était muée en illusoire agitation. En sortant de l’espace statique de l’émigration, le jeune duc pouvait envisager de se marier, de s’établir en un lieu qu’il aurait choisi, d’être employé selon ses vœux.

  • 55 J.-P. Bertaud, op. cit., p. 277 et suiv.
  • 56 Ibidem, p. 317-318, 323-324.

48En même temps, le duc d’Enghien se rapprocha à cette époque de son père, son aîné de 16 ans, et tenta de reprendre contact avec sa mère55. Il est même possible, selon Jean-Paul Bertaud, que le duc ait finalement épousé Charlotte de Rohan à la fin de l’année 1803. Celle-ci avait hérité de la fortune de son oncle décédé au mois de février de la même année. Aucun document d’époque ne peut confirmer toutefois, de nos jours, cette hypothèse56.

49Lorsque le duc d’Enghien envisagea de s’établir à l’étranger définitivement, son optique changea et put prendre en compte les transformations en cours au sein du pays d’accueil :

« Ne croyez pas qu’ici l’opinion soit la même qu’au moment de votre départ : vous trouverez partout le continent revenu de son enthousiasme républicain. Les têtes sont rassises ; on craint les Français, mais on les déteste dans le fond ; et l’esprit propagandiste ne fera plus les ravages qu’il menaçait de faire, les premières années de la guerre ».

50Le duc d’Enghien ne projetait plus ses peurs d’une « contagion révolutionnaire » sur l’espace allemand et cessa de le regarder au travers du prisme français. L’altérité enfin reconnue, le prétendu danger révolutionnaire semblait s’être dissout.

51À un moindre degré, le regard du prince de Condé changea aussi. A partir d’octobre 1797, lorsque le Tsar lui offrit un asile, ainsi qu’à l’ensemble des condéens, et qu’il dut pour cela se rendre en Russie, les descriptions de l’espace traversé réapparurent dans son journal. Certes, il s’agissait d’une nouvelle période de latence sur le plan militaire, mais cela correspond aussi à une forme de latence de l’espoir. Condé ne croyait plus vraiment à la victoire, mais voulait maintenir la fiction de l’espoir. Ainsi écrivait-il à son fils :

  • 57 Crétineau-Joly, op. cit., p. 212-214 : lettre du prince de Condé au duc de Bourbon, 27 octobre 179 (...)

« Je pense absolument comme vous qu’il n’y a rien à faire pour le Roi d’ici à longtemps. Il faut cependant vivre […]. Je me suis bien gardé d’attendre ce que vous appelez le malheur absolu, parce qu’il ne paraîtra jamais tel à la génération présente qui voudra toujours espérer. [...] Pendant huit ans, j’ai donné beau jeu à la France, puisque j’ai toujours été armé à sa porte. On m’ôte tous les moyens de continuer la guerre, quand même on la recommencerait. Je vais attendre paisiblement, mais honorablement, qu’il repousse en France un peu de cette énergie [...] mais je ne serais pas étonné qu’il arrivât encore dix changements de gouvernement en France, avant qu’on en revienne au seul qui puisse nous convenir57. »

52Pour entrer dans cette nouvelle posture d’attente inactive, le prince de Condé souhaitait rassembler autour de lui non seulement ses soldats, mais aussi sa famille. Il demanda, pour cette raison, au duc de Bourbon de les rejoindre en Russie, prétendant que la proposition du Tsar offrait une perspective d’avenir plus sûre que la pension accordée par l’Angleterre. Mais le duc de Bourbon, peu tenté de troquer son exil londonien pour un asile russe, affirma vouloir rester en Angleterre :

  • 58 Ibidem, p. 232-234 : lettre du duc de Bourbon au prince de Condé, Londres, 28 mai 1798.

« Ni vous, ni l’Empereur de Russie ne peuvent me savoir mauvais gré de professer des sentiments de votre genre à tous les deux, et par conséquent, vous ne pouvez tous les deux qu’approuver que je reste à portée de la France, tant que j’ai quelqu’espoir d’être utile à la cause du Roi58. »

53Il récusait le reproche paternel selon lequel il restait à cause de sa maîtresse :

  • 59 Ibidem.

« Ce n’est pas une liaison de société, quelle qu’elle soit, qui dirigera mes démarches. [...] Ainsi, n’effectuant pas aussitôt que je le désirerais ma réunion [avec vous], qui est le vœu de mon cœur, c’est un sacrifice que je fais à mon inclination particulière. Je crois remplir un devoir, et je m’y dévoue59. »

  • 60 S. Dufoix, op. cit., p. 131.

54Le prince de Condé, refusant le changement, s’enferma dans un combat dont il reconnaissait pourtant dès 1797 l’inutilité. Mais le même constat d’impuissance mena son fils et surtout de son petit-fils à changer au contraire de temporalité. Pour Stéphane Dufoix, « tous se passe comme si un changement dans l’une ou l’autre des temporalités pouvait rendre effectif le passage du temps et justifier ainsi, pour certaines fractions, la nécessité d’un changement dans l’exopolitie60. » Dans le cas des ducs de Bourbon et d’Enghien, la prise de conscience du temps passé ne conduisit pas à un désir de modifier l’exopolitie, mais à en sortir. L’effet générationnel joue ici pleinement puisque le prince de Condé, en revanche, persistait à se persuader de la validité du combat.

55Toute la famille rentra en 1814 lorsque la monarchie fut restaurée, sauf le duc d’Enghien qui, enlevé sur les ordres de Napoléon à Ettenheim fut exécuté dans le château de Vincennes en 1804. Ce retour ouvrit une nouvelle phase, qui se déroula sans véritable difficulté pour la famille de Condé. Dans d’autres familles en revanche, le retour de l’émigré a pu ouvrir de nouveaux conflits lorsque les parents avaient eu à souffrir, dans leurs biens comme dans leurs corps, à cause de celui qui était parti.

56Deux phases sont perceptibles dans la période d’émigration. Dans un premier temps, tendus vers le projet de rétablir militairement la monarchie française, les Condé furent unis et renforcèrent la configuration familiale initiale. Le cadre géographique de leur émigration n’était qu’une somme de lieux, non un espace perçu dans son altérité. Le seul espace véritablement pratiqué était celui de l’exopolitie définie par le projet des émigrés. Dans un deuxième temps, c’est l’écart générationnel et non la distance géographique qui provoqua l’éloignement entre les individus. Cet écart détermina l’abandon du projet d’origine par les plus jeunes et leur retour dans une temporalité qui n’était plus propre au groupe. L’espace d’accueil et le pays d’origine purent dès lors être conçus dans leur mutabilité. Ceci passait par une remise en cause de l’autorité du prince de Condé et favorisa l’acceptation par les générations suivantes d’une implantation dans le pays d’accueil. Cette évolution vers une migration de rupture supposait, enfin, l’élaboration d’une nouvelle identité individuelle, et non plus familiale, dépouillée de ses titres et de ses prétentions.

Notes

1 K. Rance, Mémoires de nobles émigrés dans les pays germaniques pendant la Révolution française, Thèse de doctorat, Université Paris 1, 2001, à paraître chez Belin en 2006.

2 D. Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003.

3 Journal d’émigration du prince de Condé (1789-1795), publié par le comte de Ribes, Paris, G. Servant, 1924.

4 Mémoires et voyages du duc d’Enghien, précédés d’une notice sur sa vie et sa mort, par M. le comte de Choulot, gentilhomme de la chambre et capitaine général des chasses de SAR le duc de Bourbon, Moulins, Impr. P.-A. Desrosiers, 1841.

5 J.-A.-M. Cretineau-Joly, Histoire des trois derniers princes de Condé : prince de Condé, duc de Bourbon, duc d’Enghien, d’après les correspondances originales et inédites de ces princes, Paris, Amyot, 1867, 2 vol.
Père C. Sommervogel, Une Correspondance pendant l’émigration (1792-1797). Quarante-huit lettres inédites du prince de Condé, du duc de Berry et du duc d’Enghien, Paris, Charles Douniol, 1867.

6 S. Dufoix, Politiques d'exil. Hongrois, Polonais et Tchécoslovaques en France après 1945, Paris, PUF, 2002.

7 J.-P. Bertaud, Le duc d’Enghien, Paris, Fayard, 2001.

8 M. Marraud, La noblesse de Paris au xviiie siècle, Paris, Seuil, 2000.

9 J.-P. Bertaud, op. cit.

10 Crétineau-Joly, op. cit., p. 193-195 : lettre du duc d’Enghien au duc de Bourbon, 5 août 1797. Ibidem, p. 248-249 : lettre du duc d’Enghien au prince de Condé, 1798.

11 Ibidem, p. 316-317 : lettre du duc d’Enghien au prince de Condé, 19 août 1800.

12 Sommervogel, op. cit., p. 48-51 : lettre du duc d’Enghien, [décembre] 1796.

13 Crétineau-Joly, op. cit., p. 344-345 : lettre du duc d’Enghien au duc de Bourbon, Ettenheim, 29 septembre 1801.

14 Ibidem, p. 409-412 : lettre de la princesse Louise de Condé au duc de Bourbon, 11 octobre 1803.

15 Ibidem, p. 195-196 : lettre du duc d’Enghien au duc de Condé, Ettenheim, 21 septembre 1797.

16 Ibidem, p. 281-282 : lettre du prince de Condé au duc d’Enghien, 26 octobre 1799.

17 Ibidem, p. 324-325 : lettre du prince de Condé au duc d’Enghien, 22 décembre 1800.

18 Ibidem, p. 354.

19 S. Dufoix, op. cit.

20 Crétineau-Joly, op. cit., p. 192-195 : lettre du duc d’Enghien au duc de Bourbon, 5 août 1797.

21 Ibidem, p. 105-107 : lettre du prince de Condé au duc de Bourbon, 11 mars 1794.

22 S. Dufoix, op. cit., p. 130-131.

23 Ibidem.

24 S. Greenblatt, Ces merveilleuses possessions : découverte et appropriations du Nouveau Monde au xvie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1996.

25 P. J. Brenner, « Die Erfahrung der Fremde. Zur Entwicklung einer Wahrnehmungsform in der Geschichte des Reiseberichts », dans Peter J. Brenner (éd.), Der Reisebericht. Die Entwicklung einer Gattung in der deutschen Literatur, Frankfurt/Main, Suhrkamp, 1989, p. 14-49, ici p. 14.

26 Ibidem, p. 16 et suiv. ; R. Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, éd. de l’EHESS, 1990.

27 F. Hartog, Le miroir d'Hérodote. Essai sur la représentation de l’autre, Paris, Gallimard, 1991 [1980], p. 19.

28 C. Geertz, Local Knowledge. Further Essays in Interpretive Anthropology, New York, Basic Books, 1983 ; S. B. Schwartz (éd.), Implicit Understandings. Observing, Reporting, and Reflecting on the Encounters Between Europeans and Other Peoples in the Early Modern Era, New York, Cambridge University Press, 1994.

29 D. Roche, op. cit., p. 87.

30 Ibidem, p. 12.

31 Enghien, Journal, p. 136.

32 Ibidem, p. 140-141.

33 Condé, Journal, p. 182, 6 février 1791.

34 M. de Certeau, L’invention du quotidien, vol. 1, Arts de faire, rééd. Paris, Gallimard, 1990, p. 173.

35 G. Perec, Récits d’Ellis Island. Histoires d’errance et d’espoir, Paris, POL, 1994, p. 56.

36 Crétineau-Joly, op. cit., p. 352-356 : lettre du duc d’Enghien au duc de Bourbon, 10 novembre 1801.

37 F. Hartog, Mémoire d’Ulysse : récits sur la frontière en Grèce ancienne, Paris, Gallimard, 1996.

38 Condé, Journal, p. 28, 15 août 1789.

39 Crétineau-Joly, op. cit., p. 76 : lettre du duc d’Enghien au prince de Condé, décembre 1793.

40 Ibidem, p. 120-121 : lettre du duc de Bourbon au prince de Condé, 22 septembre 1795.

41 Cité par J.-P. Bertaud, op. cit., p. 195.

42 Crétineau-Joly, op. cit., p. 162 : lettre de la princesse Louise au duc de Bourbon, 28 octobre 1796.

43 Ibidem, p. 188-191 : lettre de la princesse Louise au prince de Condé, 1er août 1797.

44 Ibidem, p. 106 : lettre du prince de Condé au duc de Bourbon, 11 mars 1794 : « vous m’avez demandé cent cinquante louis pour payer le voyage et le loyer ; eh bien ! Je vous les ai envoyés. Comment n’avez-vous donc pas ce qu’il vous faut ? [...] Faire un effort ! vous me parlez là le langage de Paris, qu’il faut absolument oublier. »

45 Ibidem, p. 170-172 : lettre du prince de Condé au duc de Bourbon, 2 mars 1797.

46 Ibidem, p. 138-140 : lettre du duc d’Enghien au prince de Condé, 9 juin 1796.

47 Ibidem, p. 301-304 : lettre du duc d’Enghien au duc de Bourbon, 4 mai 1800.

48 Ibidem, p. 310-312 : lettre du duc d’Enghien au duc de Bourbon, 22 juin 1800.

49 Ibidem, p. 356-359 : lettre du duc d’Enghien au duc de Bourbon, 30 novembre 1801.

50 Ibidem, p. 310-312 : lettre du duc d’Enghien au duc de Bourbon, 22 juin 1800.

51 Ibidem, p. 381-384 : lettre du duc d’Enghien au prince de Condé, 7 juin 1802.

52 Ibidem, p. 304-307 : lettre du duc d’Enghien au duc de Bourbon, 3 juin 1800.

53 S. Dufoix, op. cit., p. 27-30.

54 K. Rance, « L’émigration nobiliaire française en Allemagne, “une migration de maintien” (1789-1815) », Genèses, 30 (mars 1998), p. 5-29.

55 J.-P. Bertaud, op. cit., p. 277 et suiv.

56 Ibidem, p. 317-318, 323-324.

57 Crétineau-Joly, op. cit., p. 212-214 : lettre du prince de Condé au duc de Bourbon, 27 octobre 1797.

58 Ibidem, p. 232-234 : lettre du duc de Bourbon au prince de Condé, Londres, 28 mai 1798.

59 Ibidem.

60 S. Dufoix, op. cit., p. 131.

Auteur

Maître de conférences en histoire moderne à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Ses recherches portent sur le monde germanique et l’émigration durant la Révolution et la période napoléonienne. Parmi ses publications : Émigration et mémoires, Paris, Belin, 2006.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search