Desktop versionMobile version

Éloignement géographique et cohésion familiale (xve-xxe siècle)

 | 
Jean-François Chauvard
, 
Christine Lebeau

Introduction

Jean-François Chauvard and Christine Lebeau

Full text

  • 1 J. Herrs, Le clan familial au Moyen Âge, Paris, PUF, 1974 et C. Klapish-Zuber, La maison et le nom (...)

1Croiser la famille et l’espace n’est pas une idée neuve dans le champ historiographique. Les deux grandes traditions consacrées à l’histoire de la famille s’y sont essayées. La première, nourrie aux sources de l’anthropologie, a enrichi l’étude du fonctionnement des réseaux de parenté, des stratégies d’alliance et des échanges matériels et symboliques grâce auxquels se construisent les identités collectives en portant attention à l’ancrage spatial des familles1. Elle a démontré ainsi combien l’inscription dans des lieux différents des membres d’une famille et d’une même personne au cours de sa vie constituait un facteur propice à la recomposition des identités individuelles et familiales en favorisant l’émergence d’un sentiment d’appartenance multiple.

  • 2 P.-A. Rosental, Les sentiers invisibles dans la France du xixe siècle. Espace, familles et migrati (...)

2La seconde tradition historiographique, qui emprunte davantage ses thèmes et ses outils à la démographie, est attentive depuis longtemps à l’inscription des populations dans l’espace, mais elle a su renouveler l’étude de la mobilité géographique et des parcours migratoires en faisant glisser l’observation de l’individu à la famille. Ce déplacement, auquel les travaux de P.-A. Rosental ont contribué, permettait de substituer à l’enracinement spatial et à la fixité de la résidence le concept de territoire migratoire, aux points de départ et d’arrivée la notion d’horizon spatial des migrants, à l’individu isolé la configuration familiale2. Une des questions centrales de la démographie historique – comment expliquer la mobilité et la sédentarité ? – trouvait matière à renouvellement en faisant de la parenté la principale variable explicative et en avançant l’idée que c’était en son sein que s’élaboraient ou non les projets migratoires et que circulaient les ressources utiles au déplacement.

3Tout en puisant dans ces deux traditions qui se sont efforcées de penser ensemble la famille et l’espace, ce livre situe son questionnement plus en aval. Il délaisse volontairement la question – au demeurant importante – de savoir quels facteurs étaient favorables à la mobilité pour partir des situations où la séparation des familles est avérée. Il se propose de réfléchir sur les identités familiales produites par la distance, sur la construction des discours qui disent l’éloignement et sur les instruments et les pratiques mis en œuvre pour entretenir les liens intrafamiliaux. Ces questions sont abordées à l’échelle européenne, dans différents milieux et dans la longue durée – de la fin du Moyen Âge jusqu’à la première guerre mondiale – afin de mettre au jour des évolutions dans des pratiques et des sensibilités qui n’obéissent pas au découpage académique tout en gardant à l’esprit la nécessité de contextualiser chaque étude de cas. À cet égard, les articles prennent, de préférence, pour objet d’étude un individu ou une famille particulière plutôt que des groupes ou des diasporas.

4Ils manient tous des notions qui exigent au préalable un examen critique. Non pas pour imposer une définition qui serait appauvrissante et réductrice, mais pour souligner les sens multiples, les ambiguïtés et les difficultés qu’elles véhiculent. Prenons l’exemple de la famille. Même si on écarte du champ de l’analyse les filiations symboliques et les familles électives pour ne prendre en considération que la famille biologique, l’étendue qu’on lui prête pose, en des termes très différents, le problème de son unité et de sa cohésion. Les auteurs de ce recueil, en choisissant comme cadre d’observation le couple, la famille nucléaire, les parents proches ou la parentèle élargie ont, d’abord, cherché à raisonner sur la configuration familiale la plus pertinente à l’époque qu’ils étudiaient. L’échelle qu’ils ont adoptée oriente néanmoins le questionnaire et conduit à privilégier, dans l’analyse, le domaine des sentiments, celui des rôles familiaux ou celui des pratiques de réciprocité. Elle les invite aussi à comprendre comment s’agencent ces différentes réalités familiales, à identifier les pratiques propres à chacune d’entre elles et à scruter celles qui s’observent à l’identique dans une famille nucléaire ou dans un « front de parenté ».

  • 3 A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalen, F. Zonabend, Histoire de la famille, t. 3, Le choc de (...)

5La notion de cohésion familiale, si l’on y prend garde, ne va pas non plus de soi. On est, a priori, porté à croire que la famille est une communauté unie par un sentiment d’appartenance commune, des liens affectifs et des intérêts mutuels qui se traduisent par des pratiques d’entraide et de solidarité. Ce présupposé pose, en vérité, plus de questions qu’il n’en résout. Si la famille oblige chacun de ses membres, quel est alors le fondement de ces pratiques de réciprocité ? La recherche de la cohésion est une nécessité dans les régions où la médiocrité de la terre impose un régime patriarcal fondé sur la co-résidence et la dévolution des biens à un seul enfant. Le maintien de l’unité est un devoir dans des familles nobles, dépositaires d’un nom, d’un héritage symbolique et matériel qu’il leur appartient de perpétuer. L’affection n’intervient qu’en second devant ces exigences premières qui fondent l’individu dans une entité collective qui lui donne sa place et son identité. Mais on rencontre aussi précocement des formes de désagrégation des structures sociales et de dilution des engagements réciproques qui poussent les fils à se soustraire à l’autorité des pères, à s’affranchir de leurs devoirs familiaux et à affirmer leur autonomie individuelle. Il est aussi fréquent que les choix de vie ou les engagements politiques distendent les liens et poussent à la rupture. À quelle échelle est-il, par ailleurs, pertinent de parler de cohésion familiale ? On ne croit plus aujourd’hui que la famille élargie a laissé place à la famille nucléaire à la faveur de la révolution industrielle et de l’urbanisation3. Maints indices montrent que les solidarités lignagères se sont tôt effacées, dans les milieux nobles et praticiens, sous l’effet d’une autonomisation des différents rameaux déliés de leur obligation réciproque. À l’opposé, des coalitions d’intérêts, proches des fronts de parenté décrits pour l’époque moderne, s’observent au xixe siècle dans des milieux où la prédominance de la famille nucléaire n’empêche pas l’échange de services mutuels au sein de la parentèle.

6La notion d’éloignement ne se laisse pas non plus appréhender facilement. Si la séparation est le destin des familles, sa perception n’en demeure pas moins un sentiment extrêmement labile où se mêlent plusieurs dimensions : la distance et la durée, l’habitude et la contrainte. Et ces paramètres s’agencent différemment selon les familles, et en leur sein, selon les personnes, au point qu’il est difficile d’établir des régularités. Il apparaît, d’abord, que la perception de l’éloignement n’est jamais proportionnelle à la distance. Quelques kilomètres suffisent à donner [’impression du lointain à qui est peu familier de la mobilité ; l’altérité culturelle creuse les distances en dépit de la proximité géographique ; un entourage familier contribue à atténuer le sentiment d’éloignement alors que l’isolement affectif et social tend à l’accentuer. L’appréhension de l’éloignement comporte, par ailleurs, une dimension éminemment temporelle. L’intervalle est fréquemment mesuré en temps de voyage et non selon les mesures abstraites des géographes ; la durée de la séparation en altère la perception et la distance commande la fréquence des retrouvailles. L’éloignement, enfin, ne s’exprime pas dans les mêmes termes selon que l’éclatement de la famille soit un phénomène courant ou bien un événement exceptionnel. Sous l’Ancien Régime, dans les régions de partage égalitaire du patrimoine, les fils sont contraints de quitter le foyer et poussés à la mobilité ; dans les zones de régime inégalitaire, notamment en montagne, ils sont obligés de cohabiter et de se marier au plus proche pour rendre l’exploitation viable, mais aussi contraints à des migrations saisonnières. Des travaux récents sur le xixe siècle ont mis à mal la croyance en l’immobilité des masses rurales et en une émigration massive tournée exclusivement vers les villes sous l’effet des mutations économiques, en mettant en évidence une forte mobilité au sein des campagnes. La dispersion géographique est également la norme dans certains secteurs professionnels, les marchands, dans des milieux sociaux (la noblesse dont les ramifications dépassent les frontières nationales) ou dans certaines régions où l’émigration saisonnière fait partie de la vie des familles. La séparation est-elle plus dure à vivre quand elle constitue une nouveauté ? La réponse dépend en grande partie des raisons qui l’ont provoquée. C’est une expérience qui pèse différemment si elle est volontaire ou au contraire subie, si elle est imposée par la nécessité économique ou par l’autorité publique, comme dans le cas des conscrits, des prisonniers de guerre ou des exilés. C’est une expérience qui ne laisse pas les mêmes traces si elle marque une rupture définitive après le milieu d’origine, si elle est tendue vers le retour ou si elle conforme au projet de départ. C’est enfin une expérience qui est vécue différemment selon le sexe, la position dans la famille, selon que l’on subit l’absence d’un proche ou que l’on soit soi-même contraint au départ. Tous ces paramètres se combinent et se hiérarchisent différemment selon les personnes au point de faire de la séparation des siens une expérience irréductible. Les articles réunis dans cet ouvrage permettent cependant de dégager des règles de comportement, des formes de sensibilité et des modes de représentation récurrents.

7Il n’y a pas, d’abord, d’éclatement du noyau familial sans modification de la perception du temps et de l’espace. La séparation introduit une scansion du temps qui lui est propre : le temps de l’attente, le temps de l’incertitude quand le moment du retour n’est pas connu, le temps épisodique des retrouvailles, le temps de la correspondance qui lui-même est rythmé par les instants d’écriture, la fréquence des lettres et l’attente de la distribution du courrier. La séparation peut aller de pair avec la négation du présent à l’image des émigrés décrits par Karine Rance qui pour des raisons politiques se réfugient dans la nostalgie de l’Ancien Régime ou à l’exemple de migrants économiques qui se projettent au contraire dans l’avenir car ils caressent l’espoir d’un retour chez eux. Par un effet dialectique, la conception du temps que sous-tend la séparation modèle la perception de l’espace. Qui se détourne du présent manifeste un faible intérêt pour les lieux dans lesquels il évolue car ses horizons sont ailleurs ; qu’il soit tourné vers le passé ou se projette dans l’avenir, c’est toujours le lieu d’origine qu’il espère retrouver. Si le temps est associé aux souffrances de la séparation, les lieux évoquent les moments partagés. Les châteaux pour la noblesse, les maisons de famille pour la bourgeoisie, le foyer, la rue, le village pour tous les autres offrent un cadre propice aux retrouvailles et à la vie en commun ; leur souvenir tend à abolir le présent de la séparation, à entretenir la nostalgie des moments heureux. Cécile Dauphin et Danièle Poublan montrent combien les références aux mêmes lieux dont certains sont devenus inaccessibles confortent les membres d’une famille alsacienne dans la conviction d’appartenir à une communauté de souvenir et d’émotion.

  • 4 V. Isambert-Jamati, Solidarité fraternelle et réussite sociale. La correspondance familiale des Du (...)
  • 5 R. Chartier, « Préface », dans C. Dauphin, P. Lebrun-Pézerat, D. Poublan, Ces bonnes lettres. Une (...)

8Un ensemble de pratiques et d’instruments concourt à entretenir les liens intrafamiliaux. Au premier rang, figure assurément la correspondance qui a une triple vocation : manifester, par l’envoi de lettres régulières, son appartenance à une communauté soudée ; transmettre des informations et des connaissances qui témoignent de la mise en commun des ressources en vue de la réussite collective4 ; rendre la famille constamment présente « par les services demandés, les commissions réciproques, naturelles ou affectives, le respect, souligné ou réclamé, de l’engagement épistolaire5 ». L’envoi de cadeaux et de portraits, comme le montre Beatrix Bastl à partir du cas de la famille Harrach au xviiie siècle, la fréquentation des mêmes demeures, si recherchée par les rameaux dispersés des Mensdorff-Pouilly qu’observe sur plusieurs générations Radmila Slabakova, le recours à un atlas pour suivre l’itinéraire des enfants partis au bout du monde chez les Fedeli décrits par Giovanni Favero, les rencontres périodiques à l’occasion d’événements familiaux, l’adresse et l’accueil de connaissances communes, le partage des références et des relations, toutes ces pratiques qui font circuler les objets et les êtres, servent le même objectif : renforcer le sentiment d’appartenance commune et s’obliger les uns les autres. Mais à ces « gestionnaires de la distance » toutes les familles n’ont pas les moyens d’avoir recours. Les échanges épistolaires exigent une maîtrise de l’écrit, un long apprentissage, un savoir-faire qui sont l’apanage d’un segment étroit de la société jusqu’au xixe siècle. La poussée de l’alphabétisation ne change que lentement la donne car il y a un fossé, parfois infranchissable, entre la maîtrise incertaine de l’écrit et l’aisance épistolaire. Il faut sans doute attendre la Grande Guerre, comme l’expliquent Christophe Prochasson et Bruno Cabanes, pour qu’écrire devienne un phénomène de masse. L’entretien des liens intrafamiliaux est aussi une affaire de temps et d’argent. Beaucoup des pratiques chargées d’exprimer l’appartenance commune – l’envoi de cadeaux, les réceptions, les rencontres épisodiques – ont un coût qui exclut de larges franges de la société. Il y a donc un risque à généraliser des pratiques qui sont attestées dans des milieux nobles, bourgeois ou marchands qui sont les plus étudiés car les mieux documentés. Comme il est contestable d’évaluer leur usage à partir d’un modèle diffusionniste qui fonctionnerait du haut vers le bas de la société. Dans un contexte marqué par un accès inégal à ces ressources, l’un des défis est de comprendre comment les mêmes pratiques peuvent être apprivoisées, détournées et investies d’un sens différent selon les milieux sociaux. Les contributions respectives d’Eisa et Jean-Noël Grandhomme et de Vincent Fournier apportent des éléments de réponses en s’intéressant à la manière dont deux familles, l’une aristocratique, l’autre paysanne, ont traversé l’épreuve de la guerre, géré les absences et surmonté les deuils avec les traditions et les valeurs qui étaient les leurs.

9Si d’immenses efforts sont déployés pour sauvegarder des liens que l’éloignement met en péril, celui-ci néanmoins fait son œuvre au risque d’affecter les rôles et les hiérarchies internes à la famille. Il ne faut cependant pas perdre de vue les cas nombreux où la dispersion géographique est une ressource pour des familles habituées à une grande mobilité. C’est vrai des diasporas juives et arméniennes, mais aussi de tous ceux qui trouvent auprès de parents dispersés des relais, des escales, de l’aide matérielle et relationnelle qui forment un capital irremplaçable sans lequel la mobilité serait parsemée d’obstacles insurmontables. En retour, cette solidarité engage vers la famille et invite à la réciprocité. C’est alors la séparation qui offre l’occasion de donner des preuves tangibles de son appartenance à la même communauté. Reste que la famille n’est pas une configuration immuable où la place de chacun est définie une fois pour toute. Quand la migration était une pratique habituelle et ancienne, les hiérarchies internes à la famille étaient travaillées par l’ascension sociale de certains de migrants comme l’illustre Jean-François Chauvard à partir de l’exemple d’un auvergnat de Paris parti à New York à la fin du xixe siècle. Preuve s’il en est que le changement de positions sociales ne se fait pas toujours au détriment de l’absent. Reste que le gouvernement de la famille se trouvait modifié par le départ de son chef. Sylvie Aprile souligne combien les exilés politiques devaient avoir recours à des parents pour gérer leurs intérêts patrimoniaux au risque de perdre leur autonomie de décision. Christophe Prochasson attire l’attention sur les bouleversements produits sur l’ordre des familles par l’absence des pères pendant la Grande Guerre. Les femmes ont assumé une partie de l’autorité de leur mari et gagné une indépendance qui s’est heurtée à la volonté des soldats démobilisés de rétablir les positions antérieures. Si la séparation affecte la hiérarchie et les rôles familiaux, elle contribue aussi à recomposer son identité collective et celle de ses membres. Quand elle affecte une famille, quelque fois sur plusieurs générations, elle devient une composante essentielle de l’identité du groupe. Non seulement la famille apprend à vivre avec elle et à l’utiliser comme une ressource, mais elle définit ses pratiques de sociabilité, ses retrouvailles épisodiques, son réseau de correspondance par rapport à elle. Au niveau individuel, il arrive que la séparation, quand elle s’accompagne d’un changement de position sociale et de la fréquentation d’un autre univers culturel, favorise l’éloignement avec la famille d’origine, de ses références et de son mode de vie. Elle va, dans des cas limites comme la guerre, jusqu’à engendrer des expériences irréductibles qui ne peuvent être partagées. Elle contribue souvent à façonner une identité composite où la fidélité aux siens se mêle à une volonté d’émancipation et de mise à distance. À partir de la correspondance de deux migrants italiens à Avignon autour de 1400, Jérôme Hayez dénoue les fils des diverses appartenances qui travaillent l’identité familiale et démontre que celle-ci se construit différemment selon les individus au gré des aléas de l’existence.

101400 et 1900 : les bornes chronologiques qui encadrent les articles réunis dans ce livre posent la question de la pertinence de la longue durée car celle-ci n’est pas sans implication méthodologique. Elle invite à mettre au jour les inflexions et les permanences dans les pratiques et les sensibilités. Or l’évaluation est rendue difficile précisément par le fait qu’on travaille sur des personnes ou des familles qui offrent une expérience singulière, expérience qui permet néanmoins d’explorer le champ des possibles. De prime abord, les lignes de continuité entre le monde ancien et l’âge industriel semblent particulièrement fortes. L’accroissement de la mobilité et l’alphabétisation ont favorisé la diffusion des échanges épistolaires dont les fonctions demeurent, peu ou prou, les mêmes dans la longue durée. La reconnaissance juridique de la seule famille nucléaire ne fait pas disparaître des formes d’entraide et de solidarité qui engagent la famille élargie. Les progrès des transports ne changent pas nécessairement la perception de l’éloignement car les seuils d’acceptabilité évoluent. On observe néanmoins l’apparition de pratiques et de sensibilités nouvelles dont il est parfois difficile d’établir l’exacte chronologie : quand la correspondance privée fait-elle autant de place à l’acte d’écriture lui-même ? À partir de quel moment la distance et l’éloignement ne sont plus seulement nommés à partir de l’expérience concrète mais dans la langue abstraite des géographes ? Peut-on vraiment dire avec Chateaubriand que la « douce, patriarcale, innocente, honorable amitié de famille » est passée à l’oubli avec l’Ancien régime et que « l’on naît et l’on meurt maintenant un à un » ?

11À travers le prisme de l’éloignement, ce livre offre la possibilité d’observer le rapport paradoxal que l’institution familiale, au-delà de ses mutations et de son inscription dans le temps historique, entretient avec les membres qui la composent. Elle est mise à l’épreuve par leur dispersion qui crée cependant des occasions de manifester son appartenance de cœur et d’intérêt, elle est sans cesse travaillée par les forces libérées par la mobilité, mais elle aussi une ressource qui permet de gérer au mieux les effets de l’éloignement sur les siens.

Notes

1 J. Herrs, Le clan familial au Moyen Âge, Paris, PUF, 1974 et C. Klapish-Zuber, La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Paris, Édition de l’EHESS, 1990.

2 P.-A. Rosental, Les sentiers invisibles dans la France du xixe siècle. Espace, familles et migrations, Paris, Édition de l’EHESS, 1999.

3 A. Burguière, C. Klapisch-Zuber, M. Segalen, F. Zonabend, Histoire de la famille, t. 3, Le choc des modernités, Paris, Armand Colin, 1986.

4 V. Isambert-Jamati, Solidarité fraternelle et réussite sociale. La correspondance familiale des Dubois-Goblot 1841-1882, Paris, L’Harmattan, 1995.

5 R. Chartier, « Préface », dans C. Dauphin, P. Lebrun-Pézerat, D. Poublan, Ces bonnes lettres. Une correspondance familiale au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1995, p. 14.

Author(s)

Directeur des études pour les époques moderne et contemporaine à l’École française de Rome. Ses travaux portent sur l’histoire des sociétés urbaines de l’Italie moderne, en particulier de Venise. Parmi ses dernières publications : La circulation des biens. Stratégies patrimoniales et marché immobilier (1600-1750), Rome, École française de Rome (BEFAR, 323), 2003.

Professeur d’histoire moderne à l’université de Paris I. Ses recherches portent sur le monde germanique, sur la monarchie des Habsbourg et sur la circulation des modèles administratifs en Europe au xviiie siècle. Parmi ses publications : L’espace du Saint Empire du Moyen Age à l’époque moderne, Strasbourg, PUS, 2004 ; Les élites régionales (xviie-xxe siècle). Construction de soi-même et service de l’autre, avec la collaboration de J.-M. Boehler et B. Vogler, Strasbourg, PUS, 2002.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search