Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Trinité dans l’art d’Occident (1400-1460)

 | 
François Bœspflug

Postface à la deuxième édition

François Boespflug

Texte intégral

  • 1 Fr. Boespflug, Trinitat. Dreifaltigkeitsbilder im spàten Mittelalter, tr. all. par Wiebke-Marie Sto (...)

1Six ans se sont écoulés depuis la première édition de ce livre, qui est épuisée depuis deux ans au moins. Une réédition a paru souhaitable à l’auteur comme à l’éditeur. L’un et l’autre ont reçu de nombreuses demandes en ce sens, provenant d’acheteurs potentiels déçus de ne plus trouver l’ouvrage en librairie. Certes, on aura pu renvoyer certains d’entre eux à l’excellente traduction allemande qui en a été publiée dès 20011 – mais la langue de Goethe n’est pas accessible à tous les lecteurs francophones qui s’intéressent aux Primitifs ou à l’histoire de la Trinité dans l’art. La réédition était non seulement souhaitable mais aisée dans la mesure où il semble à l’auteur qu’il n’a, sur le fond, rien à désavouer ni même à modifier de ce qu’il a écrit alors, même si la recherche la plus récente, en particulier celle qui s’est exprimée à l’occasion de plusieurs expositions prestigieuses à Paris, a contribué à enrichir son regard sur tel ou tel aspect du sujet abordé.

  • 2 International Review of Biblical Studies, 48, 2001-2002, no 2040 (B.L.) ; Revue des Sciences Religi (...)
  • 3 Fr. Boespfluc, « Visages de Dieu », dans J. Dalarun (dir.). Le Moyen Age en lumière. Manuscrits enl (...)

2En quoi consiste cet enrichissement ? C’est à cette question que je me propose de répondre ci-après. Outre les catalogues desdites expositions, certaines recensions de mon livre2, mais aussi de nouveaux travaux personnels3 et enfin des interrogations de lecteurs m’incitent en effet à prendre la plume pour communiquer à ceux-ci quelques informations complémentaires concernant la Trinité dans l’art du xve siècle et l’état de la recherche touchant les sept œuvres étudiées, sans omettre de signaler au passage, non sans plaisir, on le devine, que mon préfacier et collègue d’alors, Roland Recht, a été élu entretemps professeur au Collège de France (2001).

  • 4 M. Aston, p. 532.
  • 5 U. Rowlatt, « Popular representations of the Trinity in England, 900-1300 », Folklore [Londres], 11 (...)

3Faisons d’abord droit à une remarque globale. L’on m’a objecté que je n’aurais pas assez distingué les différents niveaux d’usage des images, et que la plupart de celles que j’examine ne sont pas des « images paroissiales », mais des images commandées et/ou possédées par des happy few frottés de théologie trinitaire4. Parler ainsi revient à répéter une thèse longtemps considérée comme indiscutable et encore soutenue quoique controuvée, à savoir que la Trinité n’aurait intéressé, au Moyen Âge, que l’élite cléricale, non les « simples fidèles ». Or, il me semble, comme à d’autres5, que la multiplication incontestable, surtout vers la fin de cette époque, des sujets et motifs trinitaires de l’art devrait conduire à corriger cette vue et à admettre qu’il y eut, d’abord chez les laïcs des classes dominantes, un intérêt dévotionnel croissant, doublé de confiance sincère, pour cet aspect fondamental du mystère de Dieu, intérêt bientôt relayé et imité de proche en proche par des couches de plus en plus larges de la société. Il est vrai que certaines des œuvres que j’ai scrutées ont appartenu à des chartreuses. Mais l’argument n’est pas dirimant. Communion et martyre de saint Denis était destiné non au chœur des moines mais à un autel de la chapelle des convers ; le Retable de Boulbon a été exposé durant trois quarts de siècle dans une paroisse d’Avignon, avant d’être remisé dans le petit village dont il tient son nom ; enfin, plusieurs des œuvres étudiées ont donné naissance ou ont été liées en réseau à bien d’autres, en particulier à des groupes sculptés, qui en ont décliné le motif principal sous une forme plus populaire (les Trônes de grâce avec Père debout de Bourgogne).

  • 6 Paris 1400. Les arts sous Charles VI, cat. d’expo, Paris, Musée du Louvre, 2004, cat. no 183.
  • 7 New York, The Metropolitan Museum of Art, Closters Collection, ms. 54. 1. 1, f ; 149 v, reproduit d (...)
  • 8 L’Art à la cour de Bourgogne. Le mécénat de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur (1364-1419), cat (...)

4Voici maintenant quelques compléments, chapitre par chapitre. S’agissant de la Grande Pietà ronde de Malouel (chap. 1, p. 37-55), Philippe Lorentz, dans le catalogue de l’exposition Paris 1400. Les arts sous Charles VI6, apporte des précisions sur son usage probable comme retable portatif. Notre collègue fait aussi observer que la figure du Christ mort du tondo a été reprise par un neveu de Malouel, l’un des frères de Limbourg, dans les Belles Heures de Jean de Berry7. Ce rapprochement convaincant vient à l’appui de mes propres remarques (p. 41) sur l’attention portée par l’oncle au trajet du sang coulant sur le corps du Christ supplicié, dont le tracé se retrouve encore dans la Pietà de Troyes, objet d’une notice récente8.

  • 9 L’Art à la cour de Bourgogne, p. 198-199 (S. Jugie).
  • 10 L’Art à la cour de Bourgogne, cat. no 72 (notice de S. Jugie, p. 202-203).
  • 11 Fr. Boespflug, « Retable et autel : alliance ou concurrence ? », La Maison-Dieu, 243, 2005/3, p. 10 (...)
  • 12 Fr. Boespflug, « Le bleu, couleur liturgique ou signal politique ? Autour des ornements du Christ e (...)

5Le chapitre consacré à Communion et martyre de saint Denis (chap. 2, p. 57-76) appelle d’abord deux petits correctifs. J’ai écrit que « derrière le plan qu’il [Éleuthère] forme avec le bourreau se tiennent quatre autres personnages enturbannés » (p. 63) ; le lecteur qui se reporte à la planche correspondante (pl. 2) aura corrigé de lui-même : ils sont cinq. De même, la Colombe n’est pas peinte « de profil » (p. 64), mais de trois quarts avant. Le milieu des artistes ayant travaillé pour Champmol est l’objet d’une synthèse bien documentée dans L’Art à la cour de Bourgogne9. J’aurais pu signaler dans ce chapitre, parce qu’il provient lui aussi de ce milieu, le petit triptyque quadrilobé de la fin du xive siècle conservé à Berlin ayant la Trinité pour sujet central et probablement destiné à un usage privé10. Sur l’éventualité d’une sorte de concurrence entre art et liturgie, problème qui se pose à propos du retable (p. 69), je peux maintenant renvoyer à une mise au point récente11. Je me suis aussi beaucoup interrogé, depuis la publication du livre, sur un détail qui n’en est pas un, à savoir la couleur bleue des ornements de Denis et de ses deux acolytes. La conclusion provisoire de cette enquête devrait être publiée sous peu12.

  • 13 T.-H. Borchert (dir.), Le Siècle de Van Eyck (1430-1530). Le monde méditerranéen et les primitif fl (...)

6À propos du petit diptyque de Campin (chap. 3, p. 77-101), les seules additions à faire, me semble-t-il, sont d’ordre bibliographique13. Dans ce chapitre, parlant du panneau de cet artiste conservé à Francfort, j’aborde la question de la diffusion du motif du Père debout dans le type Trône de grâce (p. 82). J’ai découvert, depuis, que l’on retrouve en Bourgogne ce motif non seulement au xve siècle mais jusqu’au xvie siècle : ainsi à Semur-en-Auxois, où un tel groupe sculpté, des années 1540, est toujours en place dans la première chapelle latérale gauche ; un autre existe à l’hôtel Dieu (musée Greuze) de Tournus.

7Des sept chefs-d’œuvre analysés, c’est la fresque de Masaccio à Santa Maria Novella de Florence (chap. 4, p. 103-125) qui suscite d’année en année le plus de travaux érudits et d’écrits de vulgarisation. Mais, sauf erreur de ma part, rien ne semble devoir en être retenu de vraiment neuf qui ne concernerait pas seulement l’état de conservation, la technique picturale, les spéculations sur l’identité des donateurs, mais éclairerait bel et bien la problématique qui est la mienne.

  • 14 Je donne entièrement raison sur ce point à M. Aston, p. 530. Quoi qu’il en soit du format de la rep (...)
  • 15 A. Girard, Le Couronnement de la Vierge d’Enguerrand Quarton, Nîmes, Conseil Général du Gard, 2005.

8La principale critique qui a été adressée à mon livre, à juste titre, tient à sa fabrication et concerne le Couronnement de la Vierge de Quarton (chap. 5, p. 127-149), dont la reproduction en couleurs, premier grief, est beaucoup trop petite pour permettre de suivre la description détaillée de ses motifs, concede simpliciter, et qui, pour comble de malchance, second grief, a été imprimée à l’envers (pl. 5) : si bien que le lecteur, même pourvu de bons yeux et équipé d’une forte loupe, était condamné à me faire confiance, ce qui n’est assurément pas une situation normale en histoire de l’art. C’est d’autant plus dommageable qu’une mienne découverte dans ce tableau archi-connu, celle du geste du don du cœur fait par Père et Fils à l’adresse de la Vierge, risque d’en faire les frais, faute de pouvoir être observée, alors que j’en ai eu confirmation depuis14. La présente édition a pu faire droit au second grief et y remédier, c’était la moindre des choses, mais non au premier, qui eût exigé de changer de format, de collection, de coût, voire d’éditeur... Pour le reste, je dois signaler que ce tableau a fait l’objet d’un nouveau livre, signé du conservateur du musée qui l’abrite15.

  • 16 L. H. Labande, Les Primitifs français. Peintres et peintres verriers de la Provence occidentale, Ma (...)
  • 17 Jean Fouquet. Peintre et enlumineur du xve siècle, sous la dir. de Fr. Avril, Paris, 2003.

9Dans la bibliographie du Retable de Boulbon (chap. 6, p. 151-170), je me repens de n’avoir pas inséré entre les travaux de l’abbé Requin et de Charles Sterling, comme il eût été juste, l’ouvrage de Labande16. À celle du chapitre sur la miniature de Fouquet, il convient d’ajouter l’excellent catalogue de l’exposition Fouquet17 à la Bibliothèque nationale de France (mars-juin 2003), proprement inépuisable, et qui fait désormais autorité pour tout ce qui concerne ce peintre.

  • 18 H. Belting, Image et culte. Une histoire de l’art avant l’époque de l’art, tr. fr., Paris, 1998.

10La conclusion, enfin, a été au centre d’une discussion avec Christoph Theobald, s.j., lors d’une présentation du livre au Centre Sèvres (Facultés jésuites de Paris) en novembre 2001. Mon débatteur avait rédigé un texte soulevant plusieurs problèmes passionnants, en particulier celui de l’articulation entre expérience esthétique et perception religieuse des œuvres d’art à la fin du Moyen Âge – à une époque, par conséquent, où les œuvres n’étaient pas encore, ou du moins pas toutes, l’objet d’une approche spécifiquement esthétique18. Je suis heureux que ce texte de Chr. Théobald puisse être bientôt publié, avec ma réponse, dans une prochaine livraison de la Revue des Sciences Religieuses de Strasbourg.

Notes

1 Fr. Boespflug, Trinitat. Dreifaltigkeitsbilder im spàten Mittelalter, tr. all. par Wiebke-Marie Stock, Paderborn, 2001.

2 International Review of Biblical Studies, 48, 2001-2002, no 2040 (B.L.) ; Revue des Sciences Religieuses, 75/3, 2001, p. 386-388 (Y. Labbé) ; Revue Thomiste, 2001/4, p. 602-604 (G. Emery) ; Cristianesimo nella Storia, 23, 2002, p. 532-534 (M. Aston) ; Études Théologiques et Religieuses, 2002/4, p. 616 (B. Reymond) ; Theologie und Philosophie, 77/4, 2002, p. 572-573 (J. Splett) ; Revue d’Histoire Ecclésiastique, mai 2002, p. 370-371 (R. Dekoninck) ; Theologische Literaturzeitung, 127/6, 2002, p. 661 (H. G. Thümmel) ; Collectanea franciscana, 73/1-2, 2003, p. 560-562 (L. Lehmann) ; Revue d’Histoire et de Philosophie Religieuse, 83/4, 2003, p. 491-492 (P. Prigent).

3 Fr. Boespfluc, « Visages de Dieu », dans J. Dalarun (dir.). Le Moyen Age en lumière. Manuscrits enluminés des bibliothèques de France, Paris, 2002, p. 294-327 ; « La Trinité à l’heure de la mort. Sur les motifs trinitaires en contexte funéraire à la fin du Moyen Âge (m. xive – déb. xvie siècle) », dans Ph. Faure (dir.), La Protection spirituelle au Moyen Âge, Cahiers de recherches médiévales (xiiie xve s.), no 8, 2001, p. 87-106 ; « Visions (de la Trinité) », dans P. Sbalchiero (dir.), Dictionnaire des miracles et de l’extraordinaire chrétiens, Paris, 2002.

4 M. Aston, p. 532.

5 U. Rowlatt, « Popular representations of the Trinity in England, 900-1300 », Folklore [Londres], 112/2, 2001, p. 201-210.

6 Paris 1400. Les arts sous Charles VI, cat. d’expo, Paris, Musée du Louvre, 2004, cat. no 183.

7 New York, The Metropolitan Museum of Art, Closters Collection, ms. 54. 1. 1, f ; 149 v, reproduit dans Paris 1400, fig. 80 p. 294.

8 L’Art à la cour de Bourgogne. Le mécénat de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur (1364-1419), cat. d’expo., Dijon/Cleveland, 2004-2005, cat. no 111 (notice de S. Jugie).

9 L’Art à la cour de Bourgogne, p. 198-199 (S. Jugie).

10 L’Art à la cour de Bourgogne, cat. no 72 (notice de S. Jugie, p. 202-203).

11 Fr. Boespflug, « Retable et autel : alliance ou concurrence ? », La Maison-Dieu, 243, 2005/3, p. 107-132.

12 Fr. Boespflug, « Le bleu, couleur liturgique ou signal politique ? Autour des ornements du Christ et de ses martyrs dans Communion et martyre de saint Denis, de Bellechose (1416) », à paraître dans L’art des années 1400, Colloque de l’École du Louvre, Paris, 2006.

13 T.-H. Borchert (dir.), Le Siècle de Van Eyck (1430-1530). Le monde méditerranéen et les primitif flamands, cat. de l’expo de Bruges, mars-juin 2002, Gand-Amsterdam, 2002.

14 Je donne entièrement raison sur ce point à M. Aston, p. 530. Quoi qu’il en soit du format de la reproduction, je suis passé trop vite (p. 133) sur ce minuscule cœur en fer forgé tenu entre pouce et index, qui signifie le « le don du cœur » et qui apparaît par exemple comme le sujet de la tapisserie en laine et soie des années 1400-1410, reproduite dans Paris 1400, cat. no 136 : le geste est le même, ainsi que le rapport entre la main et la taille de l’objet. Il ne peut pas s’agir d’une coïncidence. Ainsi, Père et Fils, dans le Couronnement de Quarton, pratiquent à l’adresse de Marie le geste courtois du don du cœur.

15 A. Girard, Le Couronnement de la Vierge d’Enguerrand Quarton, Nîmes, Conseil Général du Gard, 2005.

16 L. H. Labande, Les Primitifs français. Peintres et peintres verriers de la Provence occidentale, Marseille, 1932.

17 Jean Fouquet. Peintre et enlumineur du xve siècle, sous la dir. de Fr. Avril, Paris, 2003.

18 H. Belting, Image et culte. Une histoire de l’art avant l’époque de l’art, tr. fr., Paris, 1998.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540