Version classiqueVersion mobile

La Trinité dans l’art d’Occident (1400-1460)

 | 
François Bœspflug

Avant-propos

Texte intégral

1En février 1998, le P. Philippe Charru, s.j., avec qui j’ai eu le bonheur de diriger une collection aux Éditions du Cerf (« La voie esthétique »), m’a demandé si j’accepterais de faire à l’Institut supérieur de théologie et de philosophie de la Compagnie de Jésus de Paris (« Centre Sèvres ») un cours sur l’iconographie de la Trinité : un cours, m’a-t-il précisé à l’optatif, qui permette d’entrer vraiment dans la substance des œuvres d’art. J’ai accepté sans beaucoup hésiter, pour deux raisons au moins : mon intérêt pour la Trinité dans l’art n’a pas faibli depuis la publication de ma thèse, Dieu dans l’art (Paris, 1984), et il demeure exceptionnel, en France, qu’un institut de formation théologique de niveau universitaire se soucie d’offrir au public de quoi nourrir une réflexion théologique sur l’art.

  • 1 Il s’agit du chapitre VII, sur Fouquet, qui a été publié, sous une forme légèrement différente, sou (...)

2Le présent livre provient directement de cette série de cours, dont chacun fut entièrement écrit avant d’être donné. J’ai suivi un principe simple, qui est de consacrer chaque séance, soit deux heures à chaque fois, à une œuvre (ou à quelques œuvres étroitement apparentées du même artiste). L’introduction apporte quelques éclaircissements indispensables sur le dogme de la Trinité, l'histoire de ce thème dans l’art, et sur la méthode de présentation des œuvres que j’ai adoptée. Suivent sept chapitres correspondant à autant de chefs-d’œuvre de la peinture qui ont été examinés tour à tour. Ils sont tous inédits, sauf un1.

3Cette série de chapitres forme un tout. De séance en séance, des informations diverses furent apportées sur l’art chrétien, sur la théologie de la Trinité, sur l’histoire de leurs rapports, qu’il n’était pas possible de redire à chaque fois. Chaque exposé présuppose donc la connaissance des précédents.

4En vue de la publication dans la série naissante « Sciences de l’histoire » aux Presses universitaires de Strasbourg, j’ai ajouté à cette série d’exposés une conclusion, ainsi que des index.

5Que soient remerciés mes auditeurs de l’année universitaire 1998-1999 : leur attention persévérante m’a beaucoup encouragé et soutenu. Plusieurs paires d’yeux amies, notamment celles de Françoise Bayle, Fabienne Joubert, Yolanta Zaluska, Alain Girard et Christian Heck, ont relu tout ou partie de mon texte : je leur dois beaucoup. Que Roland Recht, enfin, trouve ici l’expression de ma reconnaissance, pour l’accueil qu’il a réservé à ce manuscrit, et pour sa préface.

Avertissement au lecteur

6Les notes ont été renvoyées en fin de chapitre. S’agissant des citations, voici quel système d’abréviations a été adopté. Les auteurs qui reviennent tout au long du manuscrit sont cités de manière abrégée, uniquement par leur nom, sans l’initiale de leur prénom et sans le titre de leur ouvrage (par exemple : Avril-Reynaud, p. 00) ; la liste des références correspondantes se trouve aux pages 11-13). Une bibliographie spécifique à chaque œuvre, classée par ordre chronologique, se trouve à la fin du chapitre correspondant ; là encore, les références sont données de façon abrégée, uniquement par le nom d’auteur (sans initiale de prénom) et le renvoi de pages ; quand un même auteur est cité pour plusieurs ouvrages, c’est la date de publication qui indique à quel ouvrage on renvoie (par exemple : GIRARD, 1996). Enfin, quand un ouvrage ou un article cité n’appartient ni à la liste des abréviations, ni à la bibliographie de fin de chapitre, la référence est donnée complètement à la première occurrence, et ensuite uniquement par l’initiale et le nom de l’auteur.

Notes

1 Il s’agit du chapitre VII, sur Fouquet, qui a été publié, sous une forme légèrement différente, sous le titre « L’Église à venir et la Trinité. À propos de la vision béatifique peinte par Jean Fouquet dans les “Heures d’Étienne Chevalier” » (Chantilly, musée Condé), in M. Deneken (dir.), L’Église à venir. Mélanges offerts à Joseph Hoffmann, Paris, 1999, p. 122-147. Pour des raisons d’homogénéité sur lesquelles je m’explique dans la Conclusion du présent ouvrage, je n’ai pas repris ici les deux derniers chapitres de ce cours, correspondant aux deux dernières œuvres qui ont été commentées (l'Autel Landauer de Dürer, et la Dispute du Saint Sacrement de Raphaël).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search