Version classiqueVersion mobile

Les mises en scène(s) de l’espace

 | 
Nicolas Bourguinat
, 
Jean-Michel Mehl

Troisième partie. Disputer l'espace : voies et esquives du pouvoir

Le jeu d’échecs, une métaphore de l’espace urbain

Jean-Michel Mehl

Texte intégral

  • 1 John Brunner, La ville est un échiquier, Paris, Calmann-Lévy, 1973.

1Dans un roman publié en anglais en 1965 et traduit en français en 1973, John Brunner relate Faction de Boyd Hakluyt, expert international en matière de circulation urbaine1. Cet expert est envoyé à Agazul, république imaginaire d’Amérique centrale, dirigée par dictateur nommé Vados. L’action se déroule à Ciudad Vados, la capitale, ville artificielle, conçue selon un plan logique, avec des artères parfaitement rectilignes, une ville « pensée » derrière laquelle le lecteur n’a pas de peine à deviner Brasilia. La mission d’Hakluyt est destinée à régler des problèmes de circulation, apparemment imprévus. De fait l’expert s’aperçoit vite que son travail, sous un alibi de rationalité urbanistique présente un aspect socio-politique. Il lui appartient de résorber un immense bidonville qui s’est développé dans cette ville parfaite, concentre tout un prolétariat accouru du reste du pays et crée là un abcès d’insécurité et un foyer de contestation politique.

2De fait, le roman ne fait que refléter les péripéties d’une partie d’échecs célèbre qui a opposé en 1892 à La Havane W. Steinitz à M. Tchigorine. À chacun des principaux protagonistes du roman correspond une pièce de l’échiquier et chaque mouvement du jeu, chaque coup a sa traduction dans les péripéties du roman. Intrigue complexe, montage savant, ce roman échappe nécessairement au lecteur qui ignore les échecs. Bien sûr se pose tout au long du texte le problème de savoir qui est le joueur, qui est le grand manipulateur. En fait ce roman n’intéresse ici qu’en raison de son titre, La ville est un échiquier.

3Je me propose de remonter à un des textes fondateurs de cette métaphore, je veux parler des Jeux d’échecs moralisés du Moyen Âge. C’est pourquoi, après avoir défini la nature de ces textes, les implications réglementaires de cette métaphore, il faudra s’attarder sur ce que révèlent ces documents de l’espace urbain, de son organisation et des confrontations qui y prennent place.

1. Les jeux d’échecs moralisés

4L’idée d’établir une correspondance directe entre la société et le jeu d’échecs dans le but d’utiliser cette correspondance comme cadre d’un discours moral apparaît explicitement au xiiie siècle. Disons tout de suite que ces moralisations ne posent pas toutes une équivalence entre l’échiquier et la ville.

  • 2 Lyn Thorndyke, « All the world’s a chessboard », Speculum, 6, 1931, p. 461-465.
  • 3 Jean de Galles, Communiloquium sive summa collationum, Strasbourg, 1489 (Ire partie, dist. X, chap (...)

5La plus ancienne de ces moralisations fait problème car elle s’intitule Qaedam moralitas de scaccario per Innocentium papam2. En fait pareille attribution est aujourd’hui abandonnée : ce texte présente trop de similitude avec celui du véritable initiateur du genre, un certain Jean de Galles, franciscain de Worcester qui a enseigné la théologie à Oxford et à Paris. C’est vers 1250 qu’il a rédigé un ouvrage intitulé Communiloquium sive Summa collationum3. Cet ouvrage est une compilation d’exemples et de leçons pour tous les hommes et toutes les conditions de la vie humaine. Le passage consacré aux échecs est très bref et il est possible qu’il s’agisse d’une reprise d’un sermon d’innocent III. Peut-être est-ce passage qui est à la base de l’inspiration de Jacques de Cessoles quoique l’esprit en soit différent.

  • 4 Th. Kaeppelli, « Pour la biographie de Jacques de Cessoles », Archivum fratrum Praedicatorum, 1960 (...)

6Jacques de Cessoles est un dominicain italien sur l’identité duquel on s’interroge fortement sachant que les manuscrits livrent plus de trente graphies différentes de son nom (de Jacques de Casai à Jacques de Cessoles, en passant par Jacques de Cassel, Jacques de Cesseuil et même Jacques de Thessalonique). Les rares documents attestés le concernant permettent cependant de préciser qu’il était bien italien et que c’est sans doute Cessole à côté d’Asti qui était son village d’origine4.

  • 5 Jacobus de Cessolis, Liber de moribus hominum ac ojficiis nobilium sive super ludo schachorum, éd. (...)
  • 6 Allegria Anderreg, Les Traductions françaises du Liber de moribus hominum et ojficiis nobilium siv (...)

7Ce dominicain est l’auteur d’un ouvrage intitulé Liber de moribus hominum et officiis nobilium sive super ludo scacchorum5. Sa rédaction se situe entre 1250 et 1337. Pour de multiples raisons, j’ai autrefois proposé de réduire cette « fourchette » à 1259-1273. Ce qui est sûr c’est que le succès de cet ouvrage fut considérable. Nous en possédons de très nombreux manuscrits en langue latine et ce traité fut l’objet de nombreuses traductions en langues vulgaires. Ce sont des traductions en allemand (Conrad d’Ammenhausen en 1337, Heinrich de Beringen entre 1290 et 1340), en français (Jehan Ferron en 1347, Jehan de Vignay entre 1332 et 1350) mais également en italien, en anglais, en néerlandais, en tchèque, en catalan et en suédois6. À la fin du Moyen Âge, ce traité trouve place sous une forme ou une autre dans la plupart des bibliothèques ou librairies des princes d’Occident. La leçon des inventaires est claire de ce point de vue. De plus, il est très tôt imprimé puisque c’est à Milan en 1479 que l’on trouve sa première prise en charge par l’imprimerie et presque au même moment en version anglaise à Bruges, puis à Westminster, grâce aux bons soins de Caxton. Preuve de la popularité de cet ouvrage : Caxton l’imprime immédiatement après la Bible.

8Ce Liber de moribus est organisé suivant quatre grandes parties. La première, relativement brève, ne fait que rappeler les circonstances de l’invention du jeu, présente son inventeur et précise les buts que ce dernier s’est assigné. Pour l’auteur, ce jeu a bien un caractère signifiant.

9Dans la seconde partie Jacques s’attache à la présentation des pièces nobles, les figures : le Roi, la Reine, les Alphins, c’est-à-dire les Juges, les Chevaliers et les Rochs qui sont les vicaires du Roi. Il y a chaque fois une description physique de la pièce, celle de ses attributs. De même, le dominicain évoque les diverses vertus qui doivent habiter ces pièces, celles qui sont nécessaires au bon exercice de leurs fonctions. À chaque fois, un ou plusieurs exempla viennent illustrer concrètement ces vertus ou les conséquences néfastes de leur absence. De fait, les exempla finissent par constituer l’essentiel du texte.

10La troisième partie est bâtie sur le même modèle. Jacques se préoccupe alors des pièces populaires. Comme il ne dispose que de huit cases, il est parfois obligé d’en regrouper plusieurs sur la même case. Défilent ainsi, de droite à gauche, le paysan, l’artisan, le notaire et le tisserand, le marchand et le changeur, le médecin et l’apothicaire, l’aubergiste et l’hôte, le gardien de la cité, le ribaud, le joueur et le messager. Dans le détail, la description obéit aux mêmes principes que pour les pièces nobles.

11La quatrième partie est consacrée à l’échiquier, à sa signification ainsi qu’aux règles du jeu. Mais cela ne prend jamais l’aspect d’un exposé théorique et systématique. Jacques précise les mouvements des différentes pièces, mais de fait s’intéresse beaucoup plus à la signification éthique et sociale de ces mouvements. Il est parfois possible de se demander si Jacques a une connaissance correcte des règles qui président au jeu, tant semblent nombreuses ses erreurs et confusions. Il apparaît de ce fait très hasardeux de vouloir utiliser ce genre de texte pour restituer les règles du jeu de l’époque.

  • 7 Par exemple sur ce manuscrit de la Bibliothèque Vaticane reproduit dans Roswin Finkenzeller, Wilhe (...)

12Au total gardons à l’esprit que Jacques n’est certainement pas un penseur de premier plan. C’est davantage un tâcheron. Il ne faudrait pas chercher dans son œuvre une quelconque volonté de bâtir un système, ni bien sûr un souci très marqué d’afficher une cohérence parfaite. Jacques est d’abord un prédicateur et un pédagogue. Dans son prologue, il dit lui-même que c’est sur les instances d’autres frères qu’il s’est décidé à mettre ses réflexions par écrit. Auparavant il a souvent abordé la matière de ce traité dans ses sermons et l’ensemble avait beaucoup plu aux nobles. Même si ses formules sont très convenues, les quelques rares « portraits » de Jacques qui soient parvenus jusqu’à nous le montrent souvent du haut de sa chaire, exhibant un échiquier devant lui, sans doute pour rendre ses propos les plus concrets possible7. Choisir le jeu d’échecs comme support pédagogique impliquait cependant un certain nombre de données absolues qu’il y a lieu de passer en revue rapidement.

2. Les implications réglementaires

13Avoir recours à la métaphore échiquéenne est un choix fréquent, dépourvu d’innocence. Cependant personne n’est à même de dire si Jacques de Cessoles y a recours dans le but de plaquer ses idées sur l’échiquier ou si c’est ce dernier qui impose ses propres contraintes au dominicain.

  • 8 Jean de Galles, op. cit., I, X, 7 et « Le jeu d’échecs d’Engreban d’Arras », in Mélanges de philol (...)
  • 9 Berinus. Roman en prose du xive siècle, éd. Robert Bossuat, Paris, Société des Anciens Textes Fran (...)

14Gardons d’abord à l’esprit que cette métaphore ne s’impose pas partout. Cependant l’échiquier est toujours mis en rapport avec un espace beaucoup plus vaste, quand ce n’est pas l’espace lui-même. Au xe siècle Ma’sudi parle bien d’un échiquier zodiacal de douze cases sur lequel évoluent les planètes. Assimiler l’échiquier au monde est d’usage courant, ou tout au moins l’assimiler à une idée d’immensité, élément facile à comprendre si l’on veut bien garder à l’esprit l’infinité des combinaisons qu’offre le jeu (il y a plus de 318 milliards de façons de jouer les quatre premiers coups). Ce rapport au monde et à l’immensité est monnaie courante au Moyen Âge. Tel est le cas du texte de Jean de Galles (« Mundus iste est scaccharius ») ou d’Engreban d’Arras (« ki au monde les esches compère8 »). Quant à Berinus, héros d’un roman du xive siècle, le vaincu à une partie d’échecs s’engage à boire la mer, autre manière de mettre en évidence l’immensité liée au jeu9. C’est également ce qu’exprime au xxe siècle quelqu’un comme Pierre Mac Orlan lorsqu’il dit qu’« il y a plus d’aventures sur les soixante-quatre cases que sur toutes les mers du monde ».

  • 10 P. G. C. Campbell, L’Épître d’Othéa à Hector. Étude sur les sources de Christine de Pisan, Paris, (...)

15Mais la ville est également mobilisée comme élément de comparaison avec l’échiquier. Je n’en veux pour preuve que le grand nombre de textes qui mettent en rapport le jeu d’échecs avec ce qui est au Moyen Âge, sans doute plus que Rome, le paradigme de la ville, je veux parler de Troie. C’est systématiquement Ulysse ou Palamède qui est présenté comme l’inventeur du jeu d’échecs, justement à l’occasion du siège de Troie ; cela apparaît aussi bien dans des textes littéraires (par exemple Christine de Pizan, L’Epistre d’Othéa) que dans des recueils de problèmes d’échecs10 (tel celui de Nicolas de Nicolaï au début du xive siècle). Dans l’un de ceux-ci, il est dit que c’est un chevalier qui, une fois Troie détruite, trouva ce jeu.

  • 11 Thierry Wendling « L’espace écrit des joueurs d’échecs », in Par écrit. Ethnologie des écritures q (...)

16Il est évident que le jeu impose certaines de ses règles à cet espace urbain. De ce fait cet espace est d’abord un lieu où triomphe la pensée géométrique. Gardons à l’esprit que nous pouvons avoir deux visions différentes de cet espace11. Soit ce que j’appelle une vision aérienne et qui est la vision la plus fréquente, c’est-à-dire un ensemble de soixante-quatre cases régulières. Soit, et cela concerne la vision du joueur réel, ne voir que son propre camp, c’est-à-dire un rectangle de trente-deux cases, le second rectangle n’étant qu’une copie conforme et symétrique, à la couleur près, du premier. Comme pendant longtemps la représentation de la perspective est mal maîtrisée, c’est la vision aérienne qui l’emporte dans l’iconographie médiévale. Pour ce qui est de la raison d’être des soixante-quatre cases, ne perdons pas de vue que ce nombre équivaut à 43 et que 4 est par définition le chiffre qui situe l’homme dans un territoire : devant, derrière, à gauche, à droite.

17D’autre part, en dépit des apparences, l’espace de l’échiquier est un espace hiérarchisé. La seule perception physiologique est différente suivant les individus, a fortiori pour les joueurs. L’un privilégiera les colonnes (verticales) ou les rangées (horizontales). Tel autre les ailes (l’aile de la dame ou aile Ouest – l’aile du Roi ou l’aile Est). Enfin, en matière de jeu, les coins (dangereux) ou les centres (le petit limité à quatre cases ou le grand de seize cases) n’ont pas la même signification.

  • 12 Jorge Luis Borges, Œuvres complètes, t. 2, Paris, Gallimard, 1999 (trad. par Jean-Pierre Bernès). (...)
  • 13 Cf. les réflexions de George Steiner, « La mort des Rois », in Échiquiers d’encre, op. cit., p. 7- (...)
  • 14 « Le jeu d’échecs d’Engreban d’Arras », op. cit.

18Par ailleurs il y a un espace clos, un espace fini, contenu, pour reprendre l’expression de Borges, dans « une sévère enceinte12 ». Il y a ce qui se passe sur l’échiquier, ce qui est intra muros et qui est la vie et ce qui est à l’extérieur, extra muros et qui constitue un autre espace13. Au Moyen Âge, on dit que c’est celui de la mort, et un poète comme Engreban d’Arras le dit clairement lorsqu’il évoque un sac dans lequel toutes les pièces, quelles qu’en soient les conditions, se retrouvent mélangées14.

  • 15 Cité dans Fernando Arrabal, Échecs et mythe, Paris, Payot, 1984, p. 170.
  • 16 George Steiner, « La mort des rois », op. cit. p. 9.

19L’espace de l’échiquier est un espace dynamique, changeant, car les pièces visent à le contrôler et à s’assurer d’autres pièces par substitution, en occupant leur espace. Des espaces sont occupés, d’autres sont simplement sous contrôle et cela suffit. On peut mettre cela en rapport avec la fameuse formule de Pierre le Grand, célèbre joueur d’échecs : « Je te donnerai la moitié de mon empire pour apprendre à gouverner l’autre15. » Dans la mesure où chaque coup modifie la situation et où chaque joueur prévoit des coups et leurs conséquences, on peut dire qu’à tout moment l’espace de l’échiquier combine un espace présent et un espace ultérieur16.

  • 17 Benjamin Franklin, Morals of Chess (1779), cité par Roswin Finkenzeller et alii, op. cit., p. 10.

20Enfin cet espace double est à la fois de proximité, de solidarité obligatoire, d’inégalités et, de ce fait, de confrontations permanentes. On ne peut que souscrire à la formule de Benjamin Franklin, un autre grand joueur d’échecs, qui disait que « c’est par l’intermédiaire des échecs que nous apprenons les règles de l’existence17 ». Souvenons-nous de cela en voyant ce que nous dit l’échiquier de l’espace urbain.

3. Les leçons du Liber de moribu

21Comme dit plus haut, Jacques de Cessoles semble davantage s’intéresser à la narration et à la transmission de ses exempla qu’à tirer tout le parti possible de la métaphore de l’échiquier. C’est pourquoi il est à la limite possible de soutenir que ce qui est allégorique chez lui n’est peut-être que mnémonique (ce qui s’inscrit dans un cadre se retient et surtout se retrouve plus facilement). Toutefois le dominicain est quand même conduit à donner quelques éclaircissements lorsqu’il parle du mouvement des pièces et de l’échiquier lui-même, surtout dans sa quatrième partie.

  • 18 Cf la reproduction du xie siècle dans G. de Champeaux et D. Sébastien Sterckx, Introduction au mon (...)

22Jacques fait explicitement de l’échiquier une ville, même si parfois il semble l’oublier et y voir plutôt un royaume. Cela tient sans doute au fait qu’il décrive les pièces qui lui font face, c’est-à-dire les Noirs. Cette ville c’est Babylone. Et Jacques de se référer au commentaire de saint Jérôme sur Jérémie, qui dit que Babylone était carrée et avait 16 000 pas de côté. Quatre côtés signifient donc 64000 pas. Nous retrouvons donc là les soixante-quatre cases. Compte tenu de la connotation négative attachée à cette cité, le choix du dominicain ne s’explique guère si ce n’est par le fait que c’est à Babylone que furent inventés les échecs. Mais, dans la mesure où Jacques insiste sur les vertus des pièces du jeu, c’est bien à un espace ultérieur qu’il fait référence, à un ailleurs utopique, la Jérusalem nouvelle, la Hierosolyma quadrata. C’est elle qui est mentionnée au chapitre XXI de l’Apocalypse (verset 18) et qui dans l’art est souvent représentée non seulement carrée mais encore quadrillée (je songe par exemple aux Apocalypses de Beatus, moine de Libeana)18. De façon générale, dans la symbolique médiévale, le carré indique l’ancrage, la durée. Reporté à Jérusalem cela donne la stabilisation dans la perfection. Le rempart qui entoure la cité marque la protection. Le texte de l’Apocalypse nous dit que les matériaux des remparts sont rehaussés de pierreries de toutes sortes. Souvent les échiquiers décrits dans les inventaires nobles se présentent de la même façon. L’espace urbain est donc celui d’une oscillation entre les abominations de Babylone et les séductions de Jérusalem.

23Contrairement à Jean de Galles, Jacques de Cessoles n’explique pas le pourquoi de l’alternance de cases blanches et noires. De fait, en Orient, l’échiquier n’était pas bichrome. Il ne le devint qu’en Occident. Jean de Galles interprétait cela comme la traduction de la dualité entre la vie et la mort, entre la grâce et la faute.

24Puisque c’est d’espace urbain qu’il est question à travers cet échiquier, les choses essentielles pour notre propos sont bien sûr la position des pièces sur cet espace et le mouvement de ces pièces sur ce même espace.

25Concernant la position des pièces, la chose la plus importante est la très nette répartition en deux groupes. Ce sont les nobles et le peuple. L’espace urbain abrite donc une société binaire. Pas la moindre trace d’une société ternaire. Il n’aura pas échappé que la fonction ecclésiastique n’apparaît pas, ce qui fait problème. La présence d’un espace dégagé entre les deux camps ne doit pas étonner, les villes médiévales intégrant encore alors de très larges espaces non bâtis à l’intérieur des murailles. De même, la présence de nobles en ville ne doit pas étonner compte tenu à la fois du lieu d’origine du traité (en Italie, les nobles tiennent château en ville) et de sa date de rédaction (c’est bien la ville princière qui est décrite là).

26Ce sont les fonctions de gouvernement qui sont les mieux protégées, le peuple se trouvant en première ligne pour le combat. Jacques atténue cette injustice en exhortant les nobles à ne pas mépriser le peuple.

27Les positions internes à la noblesse n’appellent pas de remarques particulières si ce n’est la présence des Alphins c’est-à-dire des hommes de loi, des juges. L’un est placé sur une case noire juste à côté du Roi, pour les causes criminelles. L’autre, pour les causes civiles, siège sur une case blanche, à côté de la Reine.

28Concernant les Rochs qui sont les vicaires du Roi, c’est-à-dire ses représentants, tout joueur d’échecs sait que cette pièce est en début de partie quelque peu coincée dans son angle. L’explication du dominicain est simple : tant que cette pièce reste dans la proximité royale, elle n’a pas besoin d’être dépositaire d’un pouvoir. Ce dernier ne sera nécessaire que lorsque le Roch sera conduit à se déplacer ailleurs dans la cité.

29Les positions des populaires sont toutes expliquées. Elles expriment la proximité et, d’autre part, rendent compte de liens de dépendance verticale. Le paysan est devant le Roch et lui fournit les vivres. L’artisan est devant le Chevalier pour lui procurer les éperons et les selles. Logiquement, le notaire est devant l’Alphin. Le marchand et le changeur sont devant le Roi qui a besoin d’argent. Le médecin et l’apothicaire sont devant la Reine car ce sont les femmes qui ont des malaises et ont besoin de soins multiples. L’aubergiste est devant l’autre Alphin car c’est en son établissement qu’éclatent disputes et rixes. Le gardien de la cité est un auxiliaire précieux pour le Chevalier tandis que le messager est nécessaire au Roch pour l’accomplissement des tâches administratives de ce dernier. Notons au passage la présence d’un élément marginal en la personne du ribaud et du joueur.

30Puisque les pièces ne sont pas immobiles sur cet espace urbain, l’explication de leurs mouvements est essentielle. Comme déjà dit, c’est l’inégalité qui prévaut. La compréhension de ces mouvements est toutefois rendue difficile par le fait que Jacques parle de « gauche » et de « droite » un peu à tort et à travers, parfois par rapport à lui, parfois par rapport au camp qu’il décrit.

  • 19 Liber de moribus, II, 2, 237b.

31Le Roi a tous les pouvoirs et, de ce fait, il combine tous les mouvements (en ligne droite, en diagonale, quand ce n’est pas en combinant les deux). Lors de son premier déplacement, il peut parcourir deux cases. Ce pouvoir virtuel, total, est en lui par grâce et il peut même le conduire à parcourir trois cases d’un coup à la fois19. Ensuite son déplacement se limite à une seule case car il convient qu’il ne s’éloigne pas trop de son palais.

  • 20 Ibid., IV, 3, 272b.
  • 21 Jean de Galles, Communiloquium sive summa collationum, op. cit., I, X, 7.

32La Reine a le même mouvement que le Roi20. Il est toutefois limité à une seule case après son premier déplacement. De plus il se fait toujours en diagonale. Selon Jean de Galles, c’est la traduction de l’avarice qui est en elle21. Seule femme sur l’échiquier, elle n’est pas apte au combat et se doit de rester prudente.

  • 22 Ibid.

33Les Alphins ont un mouvement très réduit et plutôt mal expliqué. Se déplaçant de trois cases à chaque coup, ils décrivent un mouvement circulaire sur l’échiquier. Ils restent ainsi à proximité du Roi. Ce mouvement circulaire renvoie à la perfection qui doit les habiter. Jean de Galles y voyait au contraire la preuve de la corruption de ces pièces qu’il désigne explicitement comme étant des évêques22.

34Les Chevaliers ont un mouvement très particulier. De ce fait le nombre de cases contrôlées est plus grand lorsqu’ils sont au centre de l’échiquier. En effet, enflammés par la bataille, leurs forces s’accroissent au fur et à mesure du combat.

35On a déjà vu que la puissance des Rochs s’accroît lorsqu’ils abandonnent la quiétude de la résidence royale. Ce sont les seules pièces à pouvoir parcourir l’ensemble de l’espace en un seul coup.

  • 23 Ibid.

36Les populaires peuvent se déplacer de deux cases au début du combat. Ensuite, leur mouvement se limite à une seule case par coup, car il convient d’être très prudent. Lorsqu’ils abattent un adversaire, ils le font de biais, mais le danger n’en est que plus grand. Chez Jean de Galles, cette prise oblique symbolise les vices23. La promotion du pion existe cependant, mais ses effets sont très limités.

37Jacques de Cessoles reste très discret quant à la signification de l’affrontement. Il est quelque peu prisonnier de sa métaphore qui l’obligerait en principe à évoquer les troubles civils. Pourquoi pas ces luttes entre « Blancs » et « Noirs » si fréquentes en Italie ? De fait, c’est à peine si le cas du mat est évoqué. On sait que la mise en échec n’est jamais permise au Roi seul. Elle résulte nécessairement de l’appui d’autres, la partie étant nulle s’il ne reste que les deux Rois. Si le Roi est abattu, c’est parce que, par son injustice, il a perdu tous ses soutiens. Tout cela correspond assez bien à ce que nous savons de la partie d’échecs d’alors, qui relève davantage du jeu de massacre que de savantes combinaisons.

38Au total l’espace urbain tel qu’il est mis en scène par la métaphore de l’échiquier révèle plusieurs aspects, tous marqués par une certaine dualité. II est à la fois homogène (identité formelle, identité organisationnelle). Il est à la fois unitaire et fragmenté. Il est à la fois statique et dynamique.

  • 24 Musée national d’Art moderne, Centre Georges Pompidou, Paris. Reproduit dans Jean-Michel Péchiné R (...)

39Dans ces conditions, devant une conjugaison de cet ordre, on comprend bien la réplique de Bobby Fischer à Boris Spassky à Reykjavik en 1972. Au Russe qui affirmait que les échecs, « c’était un peu comme la vie », l’Américain, superbe, rétorqua : « Les échecs, c’est la vie ! » Si les échecs, c’est la vie, alors le tableau de Maria Elena Vieira da Silva (La partie d’échecs, 1943) prend tout son sens24. L’échiquier y déborde sur le décor, sur la vie. Les joueurs se fondent dans le damier. L’espace est éclaté, le seul plan stable demeure l’échiquier, le tout donnant une prodigieuse impression de vertige.

  • 25 Cf. les nombreuses reproductions dans H. et S. Wichmann, Schach. Ursprung und Wandlung des Spielfi (...)

40Mais si les échecs, c’est la vie, par définition les échecs ont aussi rapport à la mort puisque la partie prend nécessairement fin et l’homme joue avec un adversaire de l’au-delà. L’échiquier, avec les caractéristiques signalées il y a un instant, médiatise le rapport de l’homme à la mort. Cela apparaît nettement sur une eau-forte de l’école du graveur et peintre Schongauer, datée de 1480-150025.

  • 26 Vladimir Nabokov, La défense Loujine Paris, Gallimard, 1991 (1930), p. 281-282.

41Il est alors facile d’imaginer que certains puissent être incapables de distinguer entre le monde réel et celui de l’échiquier. C’est le cas de Loujine, le héros du roman de Nabokov (1930), qui en se jetant dans le vide se jette dans l’échiquier. « L’abîme était divisé en carrés clairs et en carrés sombres et au moment où Loujine desserra les doigts, au moment où l’air glacial s’engouffra impétueusement dans sa bouche, il comprit quelle éternité s’ouvrait devant lui, accueillante, inexorable26. »

Notes

1 John Brunner, La ville est un échiquier, Paris, Calmann-Lévy, 1973.

2 Lyn Thorndyke, « All the world’s a chessboard », Speculum, 6, 1931, p. 461-465.

3 Jean de Galles, Communiloquium sive summa collationum, Strasbourg, 1489 (Ire partie, dist. X, chap. 7) cf. également J. Waleys, Wakefield, 1964 (Fac-similé).

4 Th. Kaeppelli, « Pour la biographie de Jacques de Cessoles », Archivum fratrum Praedicatorum, 1960, p. 149-157.

5 Jacobus de Cessolis, Liber de moribus hominum ac ojficiis nobilium sive super ludo schachorum, éd. Ernst Koepke, Brandebourg, 1879 et Das Schachzabelbuch Kunrats von Ammenhausen nebst den Schachbüchern Jakob von Cessole und des Jakob Mennel, éd. Ferdinand Vetter, Frauenfeld, 1892 (c’est à cette édition que renvoient les citations) ; Jacques de Cessoles, Le livre du jeu d’échecs, trad. et éd. Jean-Michel Mehl, Paris, Stock, 1995.

6 Allegria Anderreg, Les Traductions françaises du Liber de moribus hominum et ojficiis nobilium sive super ludo scaccorum. Thèse dactylographiée de l’École nationale des Chartes, 1957.

7 Par exemple sur ce manuscrit de la Bibliothèque Vaticane reproduit dans Roswin Finkenzeller, Wilhelm Ziehr et Emil M. Buhrer, Le grand livre des échecs, Lausanne, La Bibliothèque des Arts, 1989, p. 27.

8 Jean de Galles, op. cit., I, X, 7 et « Le jeu d’échecs d’Engreban d’Arras », in Mélanges de philologie romane et de littérature médiévale offerts à Ernest Hoepffner, Paris, Les Belles Lettres, 1949,p. 30

9 Berinus. Roman en prose du xive siècle, éd. Robert Bossuat, Paris, Société des Anciens Textes Français, 1931, p. 53.

10 P. G. C. Campbell, L’Épître d’Othéa à Hector. Étude sur les sources de Christine de Pisan, Paris, 1922 ; François Lajard, « Nicolas de Nicolaï », Histoire littéraire de la France, XXV, Paris, 1869, p. 41-58.

11 Thierry Wendling « L’espace écrit des joueurs d’échecs », in Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1997, p. 219-229. Cf. aussi Thierry Wendling, Ethnologie des joueurs d’échecs, Paris, PUF, 2002.

12 Jorge Luis Borges, Œuvres complètes, t. 2, Paris, Gallimard, 1999 (trad. par Jean-Pierre Bernès). Claire Monnier dans « “Ajedrez” de Borges : un roi sans divertissement » (in Jacques Berchtold (dir.), Échiquiers d’encre. Le jeu d’échecs et les lettres, xixe- xxe s, Genève, Droz, 1998, p. 387-388) traduit par « enceinte » ce que Jean-Pierre Bernés avait simplement rendu par « terrain ». Elle rend ainsi mieux l’esprit guerrier qui préside au jeu d’échecs.

13 Cf. les réflexions de George Steiner, « La mort des Rois », in Échiquiers d’encre, op. cit., p. 7-15.

14 « Le jeu d’échecs d’Engreban d’Arras », op. cit.

15 Cité dans Fernando Arrabal, Échecs et mythe, Paris, Payot, 1984, p. 170.

16 George Steiner, « La mort des rois », op. cit. p. 9.

17 Benjamin Franklin, Morals of Chess (1779), cité par Roswin Finkenzeller et alii, op. cit., p. 10.

18 Cf la reproduction du xie siècle dans G. de Champeaux et D. Sébastien Sterckx, Introduction au monde des symboles, La-Pierre-qui-Vire, Zodiaque, 1966, p. 73.

19 Liber de moribus, II, 2, 237b.

20 Ibid., IV, 3, 272b.

21 Jean de Galles, Communiloquium sive summa collationum, op. cit., I, X, 7.

22 Ibid.

23 Ibid.

24 Musée national d’Art moderne, Centre Georges Pompidou, Paris. Reproduit dans Jean-Michel Péchiné Roi des jeux, jeu des rois. Les échecs, Paris, Gallimard, 1997, p. 84-85.

25 Cf. les nombreuses reproductions dans H. et S. Wichmann, Schach. Ursprung und Wandlung des Spielfiguren in 12 Jahhunderten, Munich, Callwey, 1960. Voir également la fresque de l’église suédoise de Täby (deuxième moitié du xve siècle) reproduite dans Roswin Finkenzeller et alii, op. cit., p. 35. Cf. enfin « L’échiquier médiatise et humanise le rapport de l’homme à la mort », in Serge Brusorio, « Les lendemains de l’Apocalypse. À propos du Septième Sceau d’Ingmar Bergman », in Jacques Berchtold (dir.), Échiquiers d’encre, op. cit., p. 577.

26 Vladimir Nabokov, La défense Loujine Paris, Gallimard, 1991 (1930), p. 281-282.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search