Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mises en scène(s) de l’espace

 | 
Nicolas Bourguinat
, 
Jean-Michel Mehl

Troisième partie. Disputer l'espace : voies et esquives du pouvoir

La réappropriation de l’espace par l’armée française à Metz et à Strasbourg dans les années 1920

Jean-Nöel Grandhomme

Texte intégral

Introduction

1En novembre 1918, l’armée française entre dans Strasbourg, Colmar et Metz sous les ovations. « Le plébiscite est fait ! » proclament les autorités françaises. La France n’a pas seulement fait la guerre pour la Revanche et pour l’Alsace-Moselle, mais cette dimension, aujourd’hui trop vite évacuée par beaucoup d’historiens, est pourtant bien présente dès les débuts du conflit (en témoignent la correspondance des soldats et leurs carnets de guerre) et elle reprend de l’importance après l’armistice. Cependant, une fois les premiers moments d’euphorie passés, l’installation de l’administration et de l’armée françaises dans le territoire recouvré ne se fait pas sans quelques heurts et beaucoup d’incompréhension de part et d’autre. Il ne suffit pas de quelques décrets pour effacer quarante-huit ans d’annexion allemande, d’autant plus que la France a elle aussi beaucoup évolué dans l’intervalle.

  • 1 Pierre Maugué, Le particularisme alsacien, Paris, Presses d’Europe, 1970, p. 30.
  • 2 Voir l’introduction de Georges Bischoff pour la réédition de Professor Knatschké, Strasbourg, Édit (...)

2Comme l’a écrit Pierre Maugué, « ni la France ne retrouvait l’Alsace, ni l’Alsace d’ailleurs ne retrouvait la France, telles qu’elles s’étaient quittées1 ». Et comment aurait-il pu en être autrement après une si longue séparation ? C’est toute la différence entre un espace imaginé et un espace réel, à laquelle sont également confrontés au même moment les Italiens dans le Trentin et en Istrie ou les Roumains en Transylvanie. Les Français ont conservé de la Belle Époque une image stéréotypée de l’Alsace, celle véhiculée par Hansi2, par Le Tour de la France par deux enfants, par Les Oberlé de René Bazin, ou encore Au service de l’Allemagne de Maurice Barrès et par tant d’autres œuvres d’édification patriotique. Ils s’attendent à retrouver une province de France martyre, figée dans le souvenir. Mais l’Alsace, et dans une moindre mesure la Lorraine annexée, ont évolué. Certes, elles conservaient toujours en 1914 de fortes attaches sentimentales avec l’outre-Vosges, mais, le retour à l’ancienne patrie devenant de plus en plus hypothétique au fil du temps, elles ont aussi cherché et trouvé leur place dans le IIe Reich. En 1911, la semi-autonomie qui leur a été accordée a satisfait une partie de l’opinion.

3La germanisation est bien réelle : l’école, l’université, l’administration et l’armée ont conjugué leurs efforts pour y parvenir. La langue française n’est plus parlée que par certaines élites et les habitants des zones francophones : une partie des villages de la vallée de la Bruche et de la bordure vosgienne, quelques communes limitrophes de Belfort et l’ensemble compact formé par la Lorraine annexée occidentale avec le vieux Metz comme pôle principal. L’option, l’exil volontaire, quelques expulsions ont privé l’Alsace-Lorraine des plus ardents francophiles. Il ne faut pas non plus négliger le traumatisme causé à une région en grande majorité très religieuse par la politique anticléricale de plus en plus militante des gouvernements français successifs, surtout celui de Combes. Enfin, l’Allemagne a doté le Reichsland d’une législation moderne, notamment dans le domaine social, et d’institutions décentralisées ; et il connaît une prospérité économique certaine.

1. Cadre général et caractères spécifiques de l’action des militaires

  • 3 Nos sources sont constituées par les dossiers des gouvernements militaires de Strasbourg et de Met (...)

4Pour faciliter les retrouvailles entre la France et l’Alsace-Lorraine, l’armée a été appelée à jouer un rôle important, que nous allons appréhender à travers l’action du général Henri-Mathias Berthelot (1861-1931), gouverneur militaire de Metz (1919-1922) puis de Strasbourg (1923-1926)3. Berthelot n’étant ni le premier gouverneur militaire de Metz redevenue française et encore moins celui de Strasbourg, il ne sera donc pas question ici de la stratégie d’investissement de l’espace au moment de la libération des deux métropoles de l’ex-Reichsland – statues des empereurs allemands déboulonnées, remplacement des drapeaux allemands par des drapeaux français, réoccupation des lieux de pouvoir – mais plutôt d’« opérations » menées au quotidien sur le long terme. On ne s’attachera pas au premier vernis, mais bien plus aux efforts pour enraciner en profondeur l’idée française en Alsace-Lorraine.

  • 4 Voir à ce propos Philippe Boulanger, La France devant la conscription, Paris, Economica, 2000.

5À Metz puis à Strasbourg, Berthelot découvre deux villes et deux régions profondément modifiées à tout point de vue par l’empreinte germanique et qui, depuis quelques années, s’efforcent de reprendre progressivement un caractère français. La contribution de l’armée à la réinstallation de la France en Alsace-Lorraine s’est manifestée pour l’essentiel par le déploiement permanent d’unités françaises et l’incorporation des jeunes classes alsaciennes et mosellanes dans l’armée française4. L’Alsace-Lorraine est devenue plus que jamais zone frontière, zone tampon même, entre une Allemagne révisionniste et la « vieille France », que les anciens annexés désignent sous l’appellation de « France de l’intérieur ». Cet aspect purement militaire – où le gouverneur remplit son rôle premier – sera évoqué en quelques mots seulement. Nous retiendrons des aspects a priori plus inattendus de son action.

6On ne s’étonnera pas de noter sa présence lors des nombreuses cérémonies patriotiques destinées à frapper l’esprit de la population ou encore lors de l’organisation de manifestations diverses destinées à redonner un caractère exclusivement français à la vie locale ; ni même au moment des visites de personnalités connues du monde politique et militaire français ou d’éminents représentants des nations alliées, par exemple. Mais il est plus surprenant de le voir s’impliquer fortement dans la vie culturelle et la vie économique de Metz et de Strasbourg et même jusque dans le domaine de l’éducation. Certes le gouverneur a d’abord en charge la nouvelle organisation militaire dans la région recouvrée, mais en fait sa mission est beaucoup plus large, car lui incombe en plus une très importante fonction de représentation. De fait, les observateurs notent sa présence à l’occasion de tous les grands événements qui marquent la vie messine ou strasbourgeoise. Il est donc l’un des instruments principaux de la francisation des départements où l’a placé l’autorité politique.

2. Les lieux et les temps de la réappropriation spatiale

7Dès novembre 1918 l’armée française victorieuse quadrille l’espace laissé libre en Alsace-Lorraine par le départ des troupes allemandes. Elle s’installe dans les casernes de briques rouges et jaunes construites en si grand nombre à l’époque de l’annexion à Strasbourg et surtout à Metz. Son retour se traduit aussitôt par des changements de dénomination. À Strasbourg la caserne Manteufel devient caserne Stirn, du nom d’un général, enfant de Mutzig, tué au bois de Bertonval, en Artois, en 1915. À Metz le Lazaret devient hôpital Legouest. Le gouverneur de Metz s’installe dans le palais de style wilhelmien néo-Renaissance, ancienne résidence du général commandant du XVIe corps d’armée allemand. Le gouverneur de Strasbourg prend possession de l’Hôtel Gayot de Deux-Ponts, ancienne résidence des gouverneurs de l’époque française, bâtiment du xviiie siècle de style classique, situé place Broglie, à deux pas de l’hôtel de ville et flanqué du groupe en pierre de La Marseillaise, solennellement inauguré le 14 juillet 1922.

  • 5 Voir François Uberfill, La Société strasbourgeoise entre France et Allemagne 1871-1924, Société Sa (...)

8Si les pierres ne sont pas « francisables » – le style allemand n’est pas réformable, toujours identifiable entre tous de nos jours, même si les Messins et les Strasbourgeois s’y sont habitués depuis longtemps, il faut en revanche assimiler la population. La première étape fut celle des expulsions massives au tournant de l’année 1918-19195. Supervisées par des commissions de triage créées ad hoc, elles s’effectuèrent parfois dans des conditions peu dignes de la « patrie des droits de l’homme », mais qu’il faut replacer dans le contexte du lendemain d’une guerre terriblement éprouvante (dont les Allemands étaient jugés seuls responsables) et d’une l’obsession de sécurité qui exigeait le départ d’un « ennemi intérieur » source d’évidentes complications en cas de nouveau conflit franco-allemand.

  • 6 Expression qui désigne les Alsaciens-Lorrains nés Français avant 1871 ou leurs enfants et petits-e (...)
  • 7 De 17 à 25 000 Alsaciens-Lorrains ont servi dans l’armée française entre 1914 et 1918, soit moins (...)
  • 8 Le Courrier de Metz, 6 janvier 1920.
  • 9 Ibid., 8 novembre 1920.
  • 10 Ibid., 4 octobre 1926.
  • 11 Voir Jean-Noël Grandhomme, « Une mémoire double », Les Saisons d’Alsace, no 14, printemps 2002, p. (...)

9La seconde étape est celle de la francisation des « Alsaciens-Lorrains d’origine française6 ». Le retour régulier sur la récente guerre y joue un grand rôle. Dans la commémoration des souffrances des combattants, l’accent est mis, très artificiellement, sur les volontaires alsaciens et lorrains de l’armée française, pourtant peu nombreux par la force des choses au regard des incorporés dans l’armée allemande7, et sur les combattants de 1870. C’est, par exemple, le 4 janvier 1920 à Metz, la fête en l’honneur des volontaires alsaciens-lorrains, qui ont passé la frontière à leurs risques et périls pour rejoindre l’armée française avant ou même pendant la guerre. Après le défilé, les anciens combattants vont s’incliner devant la statue du maréchal Ney8, lieu symbolique que les Allemands avaient respecté durant l’annexion. Ce type de cérémonie est organisé très régulièrement : le 31 octobre 1920, par exemple, de nombreux Messins se rassemblent devant l’hôtel de ville pour assister à la remise d’un drapeau à la société du Poilu de France9 ; le 3 octobre 1926, à Strasbourg, le gouverneur se fait représenter à la fête de l’Union des sections d’Alsace des médaillés militaires, à laquelle assiste le maréchal Lyautey10. De propos délibéré, les autorités françaises ont choisi de gommer le passé immédiat et douloureux de la grande majorité des Alsaciens et Mosellans et d’exalter seulement le sacrifice du petit nombre11. Ce choix présente l’inconvénient de culpabiliser la majorité de la population, qui n’avait d’autre alternative que de se conformer à la loi – conséquence directe du traité de Francfort, mais il permet à la France de faire, elle, l’économie d’un mea culpa en ce qui concerne l’abandon peu glorieux de 1871.

  • 12 Voir Marie-Noëlle Denis, « Monuments aux morts en Alsace. Entre mémoire et histoire », Revue des s (...)
  • 13 Antoine Prost, Les anciens combattants dans la société-française, Paris, Presses de la FNSP, 1977, (...)
  • 14 Ibid., t. 1, p. 79.
  • 15 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 9 février 1925.

10L’armée tient néanmoins à témoigner de la sollicitude des autorités à l’égard de toutes les victimes de la guerre. Si les Alsaciens-Lorrains ayant porté l’uniforme allemand ne peuvent bien entendu être honorés en tant que combattants, ils deviennent alors des victimes, et c’est à ce titre que la nation les reconnaît12. Ainsi Berthelot participe au congrès de l’Union des Invalides, Veuves, Orphelins et Ascendants de guerre d’Alsace et de Lorraine, présidé par André Maginot, ministre de la Guerre et des Pensions, qui se termine le 18 novembre 1923 à la Chambre de Commerce de Strasbourg. Les bénéfices de la loi sur les pensions militaires du 31 mars 1919 viennent tout juste d’être étendus à l’Alsace et à la Lorraine par la loi du 17 avril 192313. En mai 1926 il honore de sa présence la séance plénière de clôture du congrès national des Ascendants de guerre14. Il figure aussi parmi les convives du banquet donné par la Société de Secours aux Blessés militaires (une des composantes de la Croix-Rouge française) le 7 février 1925. Le tout-Strasbourg a tenu à assister à cette soirée organisée à l’hôtel de La Ville-de-Paris. « Les toilettes élégantes des dames et les uniformes jettent la note gaie dans cette foule où dominent les couleurs sombres de la tenue de rigueur », écrit un journaliste15.

11Dans ce contexte de « victimisation » des combattants alsaciens-lorrains, le Jour des morts, empreint chaque année d’une particulière solennité, constitue l’un des temps forts de la politique de mobilisation patriotique. Bien que les autorités ne commémorent officiellement, même ce jour-là, que les « héros de la cause française », la population se souvient bien évidemment aussi des « autres », les plus nombreux. Le caractère chrétien de la journée permet de leur faire une place dans la mémoire sans que les francophiles militants aient matière à s’en offusquer.

  • 16 Le Courrier de Metz, 4 novembre 1919 ; Le Messin, 3 novembre 1919.
  • 17 Le Lorrain, 3 novembre 1921 ; Le Messin, 12 novembre 1921.

12Le 2 novembre 1919, des cérémonies religieuses, les premières en cette occasion depuis le retour de la France, sont célébrées dans les édifices de tous les cultes à Metz. Berthelot assiste à la messe dans la cathédrale aux côtés du général de Maud’huy, figure messine, et du commissaire de la République Mirman. Les fidèles forment ensuite un cortège, auquel se joint une foule nombreuse massée sur la place de la cathédrale. Puis viennent Berthelot et les différentes personnalités, entourés des familles dont l’un des membres est tombé pour la France, des piquets d’honneur fournis par toutes les troupes en garnison à Metz, des sociétés sportives avec leurs drapeaux, des enfants des écoles conduits par leurs maîtres, des déportés d’Ehrenbreitstein (forteresse de Rhénanie où les Allemands enfermaient les Alsaciens-Lorrains qu’ils considéraient comme particulièrement dangereux) et des vétérans de 1870. La cérémonie de la nécropole de Chambière se déroule au son de la marche funèbre de Chopin16. On y retrouve le général Berthelot tous les ans17. Ce cimetière constitue l’un des hauts-lieux patriotique de Metz toute comme à Strasbourg celui de Cronenbourg.

  • 18 Le Messin, 13 novembre 1920.

13Le jour de l’Armistice s’impose naturellement comme la seconde de ces journées de la mémoire – à la fois douloureuse et patriotique, voire cocardière – de la Grande Guerre. Les habitants de Metz sont invités à pavoiser et illuminer leurs maisons de manière toute particulière à l’occasion du 11 novembre 1920, qui coïncide avec la célébration officielle, à deux mois près, du cinquantenaire de la République et avec les funérailles du Soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe. « Nous avons vécu hier des heures d’union sacrée, écrit Le Courrier de Metz le lendemain. Des heures où on oublie les mesquineries de la lutte pour songer à la Patrie18. »

  • 19 Voir Jean-Noël, Grandhomme, « Les Monuments aux morts chrétiens de la Grande Guerre dans le Haut-R (...)
  • 20 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 23 novembre 1923.

14En dehors de ces deux journées du souvenir, la présence de l’armée se fait ostentatoire à Metz et à Strasbourg également tout le reste de l’année, pour ne pas offrir un contraste fâcheux avec l’habitude allemande. La place d’Armes et la place de la République à Metz ; la place de la République également (où avait lieu la relève de la garde impériale devant le Palais du Rhin), la place Broglie ou encore la place Kléber à Strasbourg, tout comme les églises et les synagogues de garnison dans les deux villes constituent de nouveaux lieux de la réappropriation de l’espace symbolique militaire par l’armée française. Des cérémonies y sont régulièrement organisées : remise de décorations, défilés, prises d’armes, messes, cultes et offices (en ces terres concordataires, bien davantage encore qu’ailleurs en France, le caractère « patriotico-religieux » des cérémonies est particulièrement marqué19). Parmi toutes ces cérémonies se détache celle organisée place de la République le 22 novembre 1923 à l’occasion de l’anniversaire de la libération de Strasbourg, honorée de la présence du général Gouraud, libérateur de la ville20.

  • 21 AD, Bas-Rhin, Al 121/292, Place de Strasbourg – Ordre général pour le 14 juillet 1925.

15La fête nationale, qui a remplacé l’anniversaire de l’empereur (27 janvier), demeure, comme partout en France le temps fort de l’année patriotique. Ainsi le 14 juillet 1925 la revue est passée place de la République par le général Berthelot, tandis que les avions sillonnent le ciel de Strasbourg. Face au Palais du Rhin, le gouverneur remet des décorations à quelques militaires de la garnison21. Les retraites aux flambeaux du 13 juillet, les concerts des musiques militaires, les défilés, les commémorations solennelles quasi mystiques avaient, surtout à partir de 1911, contribué à renforcer l’esprit patriotique en France. Les mêmes recettes fonctionnent aussi très bien dans la Lorraine et l’Alsace de l’après 1918.

3. L’« héroïsation » de quelques figures emblématiques

  • 22 Le Messin, 5 mai 1921.
  • 23 Le Courrier de Metz, 9 mai 1921 ; Le Lorrain, 11 mai 1921 ; Le Messin, 9 mai 1921.
  • 24 Le Lorrain, 24 mai 1921.

16Des cérémonies exceptionnelles sont également organisées pour frapper les esprits. C’est le cas à l’occasion du centenaire de la mort de Napoléon, avec une messe en mémoire de l’Empereur chantée en la cathédrale de Metz le 2 mai 192122. C’est également, le 8 mai 1921 à Metz, la première fête de l’héroïne qui évoque le mieux la communauté de destin entre la Lorraine et la France, Jeanne d’Arc, qui vient d’être canonisée23. Le gouverneur est aussi étroitement associé à des commémorations qui n’ont rien à voir avec l’histoire militaire, comme, à la fin de ce même mois de mai 1921, la journée consacrée à Bossuet, qui célèbre le séjour de l’illustre écrivain ecclésiastique à Metz en 1652-1659. Cette journée sera considérée par Maurice Barrès, présent lui aussi, comme l’« une des dates de la reprise française ». Si les autorités ont choisi Bossuet, c’est parce qu’il peut rassembler autour de son nom toutes les « familles spirituelles de la France » : gouvernement, université, Institut, Église. Metz était effectivement intégrée de longue date à l’espace culturel français, Bossuet l’atteste avec éclat24.

17Le summum de ce type de manifestation est constitué par l’apothéose de Pasteur devant le Palais universitaire et place de la République à Strasbourg le 31 mai 1923, qui participe de la stratégie de francisation de l’éducation supérieure dans une ville où rayonnait voilà quelques années à peine l’une des universités les plus renommées de l’Allemagne impériale. La célébration est honorée de la présence des deux plus hauts personnages de l’État – le président de la République Alexandre Millerand et le président du Conseil Raymond Poincaré – et d’une foule de personnalités, désireuses de souligner le retour en force de la pensée et de la science françaises en Alsace. Aux côtés du gouverneur militaire Berthelot, on reconnaît notamment le chanoine Umbricht, aumônier légendaire de l’armée française. « Méditez la vie du grand Pasteur, déclare le président de la République aux enfants présents, vous deviendrez ainsi de bons Alsaciens, c’est-à-dire de bons Français. »

  • 25 Voir Gisèle Loth, Un rêve de France. Pierre Bucher, une passion française au cœur de l’Alsace alle (...)
  • 26 Le Courrier de Metz, 23 juillet 1921 ; Le Lorrain, 23 juillet 1921 ; Le Messin, 23 juillet 1921.

18Le 1er juin, c’est toujours escortés de Berthelot que Millerand et Poincaré rendent hommage dans la salle des Amis de l’Université à Pierre Bucher (1869-1921), un des chantres de l’Alsace française, fondateur du Musée alsacien, récemment décédé25. Cette « héroïsation » de Pierre Bucher n’est pas unique. Les obsèques des personnalités alsaciennes et lorraines particulièrement dévouées à la cause française sous l’annexion sont également l’occasion d’exalter avec ferveur le sentiment d’appartenance à la patrie retrouvée. Le 22 juillet 1921 se déroulent les funérailles du général de Maud’huy, Messin de naissance, libérateur de Metz puis député de la Moselle. Dans une cathédrale noire de monde, on reconnaît entre autres le maréchal Pétain et le général Berthelot. Le gouverneur fait l’éloge de son prédécesseur, le compare à Roland le Preux et au chevalier Bayard : « En ce siècle désabusé et de moralité un peu lasse, dit-il, il était bon qu’une âme de Paladin comme la tienne montrât qu’il est encore des hommes voués au culte de l’idéal. » Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine ! retentit au moment où le cercueil franchit la porte du cimetière. « Il est 13 h 30, rapporte Le Lorrain, quand, dans la plus stricte intimité, sa terre natale reçoit pour le dernier sommeil le général de Maud’huy, gouverneur de Metz toujours française26 ».

  • 27 Le Lorrain, 1er, 2 et 4 décembre 1921 ; Le Messin, 1er, 2 et 4 décembre 1921.
  • 28 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 12 août 1924.

19Le 3 décembre 1921, malgré un froid glacial, les obsèques du chanoine Collin, grand patriote et directeur du Lorrain, attirent elles aussi une foule immense à la cathédrale. Prével, président de l’Académie de Metz, esquissant un parallèle avec l’autre grand disparu de l’année, rappelle que le chanoine « a combattu non pas avec l’épée, mais avec la plume. C’est une arme moins sanglante, mais plus cinglante et tout aussi glorieuse27 ». À Strasbourg les obsèques du général Larchey, qui y est né en 1834 et qui a participé à sa défense en 1870, constituent une occasion supplémentaire de rendre hommage aux Alsaciens qui ont servi dans l’armée française28. Elles ont lieu le 11 août 1924 dans l’église protestante Saint-Paul, ancienne paroisse de la garnison allemande.

  • 29 Le Courrier de Metz, 18 octobre 1921 ; Le Messin, 17 octobre 1921.
  • 30 Le Messin, 6 juin 1922.

20Moments forts mais forcément éphémères, ces journées patriotiques sont complétées par une politique d’érection de monuments commémoratifs et de pose de plaques. Metz n’oublie pas le héraut de la cause de l’Alsace-Lorraine à Paris, Paul Déroulède, le bouillant président de la Ligue des Patriotes, mort à la veille de la guerre de revanche. En octobre 1921, au cours d’une cérémonie présidée par le maréchal Pétain, le général Berthelot et Louis Barthou, ministre de la Guerre, sous l’œil de Maurice Barrès, sa statue remplace celle de l’empereur Frédéric III, déboulonnée le 15 novembre 19 1 829. Le 5 juin 1922 c’est une statue du Poilu qui est inaugurée à Metz en présence des maréchaux Joffre et Foch et de Raymond Poincaré. Œuvre du messin Emmanuel Hannaux, le poilu foule au pied un casque à pointe, et la légende précise : On les a, en écho à la célèbre phrase de Pétain à Verdun : « On les aura ». Il remplace une représentation équestre de Guillaume Ier, élevée sur l’Esplanade en 1892, elle aussi déboulonnée dès novembre 1918, « avant même que le dernier soldat boche eût évacué le sol lorrain qu’il perdait pour toujours et dont il n’avait jamais compris l’âme », selon le mot de Poincaré (lui-même natif de Bar-le-Duc)30.

4. Le « combat pour la culture » française auprès de la jeunesse

  • 31 Le Courrier de Metz, 2 décembre 1919.
  • 32 Le Messin, 17 juillet 1920.
  • 33 Ibid, 14 juillet 1920.

21Ce combat pour la culture française se mène aussi au quotidien. Berthelot s’associe personnellement à un certain nombre d’initiatives destinées à accélérer la réimplantation de la culture française à Metz et à Strasbourg et les encourage de toute son influence. À la fin de novembre 1919 la première semaine de cours et de conférences du lycée de Metz, lancée à l’initiative du gouvernement, se révèle un succès. L’inauguration solennelle de ce cycle s’est déroulée le 29 novembre en présence du préfet et du gouverneur, ainsi que de plusieurs personnalités messines. C’est le proviseur, M. Beck, qui ouvre la série des conférences avec pour sujet La France dans le monde31. Berthelot est également invité à la distribution des prix le 13 juillet 192032. « Comme une fête de ce genre nous fait oublier qu’il put autrefois y avoir des Herren Professoren dans notre lycée français de Metz », note avec satisfaction Le Messin33.

  • 34 Le Lorrain, 20 mars 1921.
  • 35 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 13 juillet 1924.

22En 1921 les militaires eux-mêmes se font pédagogues. Le 17 mars le général Chauvet tient à clôturer en personne, en présence du général Berthelot, la série des conférences que des officiers de la garnison ont données aux élèves du lycée depuis le début de l’année scolaire. Dans ses Quelques épisodes de guerre, Chauvet décrit un poilu arc-bouté sur le sol national, tenant tête à un ennemi parfois cinq fois supérieur en nombre. À maintes reprises des bravos éclatent parmi les adolescents qui ne peuvent contenir leur enthousiasme34. Pareillement, le 12 juillet 1924, on retrouve Berthelot au Palais des Fêtes de Strasbourg pour y récompenser les élèves du lycée Kléber, l’un des établissements les plus prestigieux de la ville35.

  • 36 Le Messin, 17 juin 1921.

23Le gouverneur paraît aussi au rallye Frescaty, organisé le 16 juin 1921 par le commandant Nadaud, officier des chars d’assaut, qui a convié devant le château de cette localité, à l’ombre des grands ormeaux, l’élite de la ville de Metz. Il s’agit du premier essai, réussi, de reconstitution d’une société messine française au sortir de près de cinquante ans d’annexion36.

  • 37 Berthelot à C. Dubois, 2 décembre 1919 (Archives familiales).
  • 38 Berthelot à C. Dubois, 16 décembre 1919.
  • 39 Id., 8 décembre 1919.

24Homme de culture, Berthelot fréquente les théâtres de Metz37 et de Strasbourg. Il loue les qualités de l’orchestre du Conservatoire de Metz, dont les musiciens « sont vraiment gens de talent, de sorte que les représentations sont excellentes et très courues » (la municipalité a mis une loge d’avant-scène à sa disposition). Il a l’occasion de visiter le Musée et le Jardin botanique, il s’affilie à diverses sociétés messines. « En faisant le tour de la ville, on peut voir aussi de vieux quartiers et de jolies maisons que les Boches n’ont pas trouvé moyen d’enlaidir», écrit-il à son cousin et confident38. Il s’intéresse aux traditions locales, notamment à la Saint-Nicolas, « qui est bien une fête lorraine39 ». À Strasbourg il adhère à diverses associations, comme la Société des Amis du conservatoire de Strasbourg, la Société des Amis des Musées de la ville de Strasbourg et surtout la Société des Amis de l’Université, fondée sous le patronage du président de la République, animée par les ardents francophiles que sont les docteurs Bucher et Dollinger. Cette société se propose de faire connaître la France en Alsace, de la faire aimer, d’y attirer la jeunesse de France et des pays amis.

  • 40 Le mur païen, enceinte cyclopéenne à la datation incertaine.
  • 41 BNU, Strasbourg, Section alsatique, Discours de R. Poincaré pour l’inauguration de l’Université fr (...)

Elle deviendra ainsi, précise Poincaré, sur la frontière de l’Est, le phare intellectuel de la France, dressé sur la rive où vient expirer le flot germanique comme autrefois cette enceinte celtique40 qui couronnait la montagne de Sainte-Odile et dont les gardiens surveillaient à l’horizon les mouvements du monde barbare41.

  • 42 Le Lorrain, 13 octobre 1919.
  • 43 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 15, 17 et 20 juillet 1925.
  • 44 Ibid., 7 et 14 juin 1926.
  • 45 Ibid., 31 janvier 1926.

25Vite devenu un Messin puis un Strasbourgeois d’adoption, le gouverneur honore donc de sa présence la plupart des grands événements mondains, et il tient à se mêler à la société lorraine puis alsacienne. On l’a aperçu aux courses, à l’hippodrome du Ban-Saint-Martin, dès le surlendemain de son arrivée42, puis, aux concours hippiques internationaux de juillet 192543 et juin 192644 à Strasbourg. Bien entendu il assiste aux soirées de gala du Cercle des officiers place Broglie, comme en ce 30 janvier 1926, où dans la salle des fêtes «transformée en un merveilleux palais – décors originaux, tapis somptueux, jeux de lumière, musique irrésistible-(...) aux superbes uniformes étincelants et aux habits noirs se mêlent si harmonieusement les notes claires des exquises et ravissantes toilettes féminines45 ».

5. Préoccupations hygiénistes

  • 46 Voir Caroline Decleir, La « Lorraine sportive » : une association francophile en Terre d’Empire (1 (...)

26En Lorraine et en Alsace l’armée maintient également la tradition sportive qui fut la sienne dès avant la Grande Guerre, ce qui est d’autant plus facile que la région a été le berceau de nombreuses associations de gymnastique, sorte de sokols catholiques alsaciens-lorrains, à l’orientation souvent très francophile pendant l’annexion (comme la Lorraine sportive46 et L’Avant-garde du Rhin). Au moment où les Jeux olympiques se déroulent à Paris, en juin 1924 – l’Allemagne en a été exclue-, le 20e corps d’armée organise à Strasbourg un grand championnat d’athlétisme favorisé par le beau temps, qui obtient un grand succès populaire.

  • 47 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 17 juin 1924.

Certes, ce ne sont pas des exploits de champions, admettent Les Dernières Nouvelles de Strasbourg. Mais il faut surtout retenir le résultat d’ensemble qui nous montre l’effort considérable accompli dans l’armée depuis une vingtaine d’années. L’éducation physique a triomphé sur toute la ligne et le jour où nous travaillerons d’une façon tant méthodique que soutenue, tant chez les militaires que chez les civils, la France sera bientôt une véritable pépinière d’athlètes47.

  • 48 Ibid., 7 février 1925.
  • 49 Ibid., 29 janvier 1926.

27Le Comité central d’éducation physique et de préparation militaire du Bas-Rhin, qui regroupe près de deux cents sociétés sportives et plus de 50 000 adhérents organise chaque année une grande manifestation au cours de laquelle les moniteurs du Centre d’instruction physique de Strasbourg font démonstration de leurs dernières créations, inspirées de la méthode nationale d’éducation physique de l’école normale de gymnastique et d’escrime de Joinville-le-Pont. Berthelot assiste à ces fêtes à Strasbourg le 5 février 1925 aux côtés du préfet, du général Penet, commandant du 20e corps, venu de Nancy, et du général d’Armau de Pouydraguin, un Sélestadien, président d’honneur du Comité central48. Le gouverneur est également présent lors de la finale du tournoi du corps d’armée de 1926 au stade Tivoli, où le 516e régiment de chars d’assaut n’encaisse pas moins de quatorze buts face au 158e d’infanterie49 !

  • 50 Ibid., 31 mai 1925.
  • 51 Sur la question des relations entre sport et monde militaire, voir aussi Thierry Terret, Les Jeux (...)
  • 52 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 2 juin 1925.

28Mais Berthelot témoigne aussi de son intérêt pour les manifestations sportives civiles. En mai-juin 1925, il assiste au congrès de l’Union des sociétés de gymnastique de France, au cours duquel le maire Jacques Peirotes salue « la lutte pacifique » menée par les sportifs et forme le vœu qu’elle ne soit à l’avenir que la seule forme de compétition entre les nations50. L’armée a contribué pour une bonne part à la logistique de cette énorme manifestation qui réunit plusieurs milliers d’athlètes venus de dix anciens pays alliés et neutres51. Le terrain d’exercice de l’Esplanade et la piscine municipale sont les lieux des démonstrations52.

29Mens sana in corpore sano, le général Berthelot qui distribue les prix d’excellence au lycée se préoccupe donc aussi de la santé des jeunes Alsaciens, futurs soldats qui devront allier l’intelligence à la forme physique.

6. Les visites de personnalités françaises et étrangères

  • 53 Le Courrier de Metz, 21 novembre 1919 ; Le Lorrain, 20 novembre 1919 ; Le Messin, 20 novembre 1919
  • 54 Le Courrier de Metz, 7 septembre 1920.

30On l’a vu déjà à plusieurs reprises, les plus hautes personnalités de l’État et de l’armée n’hésitent pas à se déplacer régulièrement à Metz et à Strasbourg, villes qui sont l’objet d’une sollicitude toute spéciale, qui s’accentue avec les premiers signes de l’autonomisme alsacien-mosellan. Ainsi le 19 novembre 1919 Metz fait fête aux maréchaux Foch et Pétain, aux généraux Mangin et Weygand, venus remettre des diplômes aux familles de ceux qui se sont sacrifiés pour la France53. Le 24 novembre 1919 c’est un grand Lorrain, le président de la République (pour quelques semaines encore) Raymond Poincaré, qui est accueilli par les autorités civiles et le général Berthelot. Il est venu décerner la croix de la Légion d’honneur à la « Ville dont la fidélité obstinée à la France n’a connu aucune défaillance au cours d’une captivité de quarante-huit ans ». Le président ne manque pas de s’incliner devant le tombeau de Mgr Dupont des Loges, évêque de Metz au moment de l’annexion, député protestataire au Reichstag et grande figure de la résistance lorraine. Le 6 septembre 1920 c’est au tour du président du Conseil Alexandre Millerand d’effectuer un voyage officiel en Lorraine en compagnie du maréchal Foch, qui passe la nuit à l’hôtel du gouverneur. À l’occasion de l’anniversaire de la bataille de la Marne – mais aussi, et surtout, du cinquantenaire des combats de 1870, Millerand tient à rendre hommage aux morts des deux guerres au cimetière de Chambière54. Toutes les visites des hauts personnages de l’État passent donc par les lieux emblématiques de la « francité » des villes recouvrées. Elles donnent toujours lieu à de grandes manifestations militaires, car la présence politique et la présence militaire de la France à Metz et à Strasbourg sont indissociables, la première n’ayant été possible, en effet, que grâce à l’action de la seconde.

31Si les visites des personnalités du monde politique et militaire français témoignent d’attentions particulières de la part du gouvernement et de l’armée à l’égard de Metz et de Strasbourg, celles de représentants des nations alliées poursuivent un but très voisin. Ces frères d’armes roumains, américains et même japonais n’ont-ils pas contribué eux aussi à la libération de l’Alsace-Lorraine ? La France n’était pas seule dans le combat « pour la Justice et pour le Droit ».

  • 55 Voir Jean Nouzille, Le Calvaire des prisonniers roumains en Alsace-Lorraine, Bucarest, 1991.
  • 56 Archives du ministère des Affaires étrangères, Bucarest, Fonds Paris, Légation de Roumanie en Fran (...)
  • 57 Le Courrier de Metz, 7 juillet 1920. À l’automne c’est le chef d’état-major de l’armée suédoise qu (...)

32Ancien chef de la mission militaire française en Roumanie (1916-1918), Berthelot a conservé des liens très étroits avec ce pays, dont il a été fait citoyen d’honneur. Or, au cours de la guerre, un grand nombre de prisonniers roumains ont été déportés par les Allemands en Alsace-Lorraine, où beaucoup sont morts de faim et de mauvais traitements55. Le 6 juillet 1920 la reine Marie de Roumanie visite la nécropole militaire de Dieuze (Moselle) en compagnie du général56, avant d’être ensuite son hôte à Metz57. Berthelot retourne à Dieuze le 12 septembre 1920 comme représentant du gouvernement français pour une émouvante cérémonie franco-roumaine en présence des ambassadeurs de Roumanie à Paris et à Vienne. Après la cérémonie il visite avec ses hôtes les champs de bataille de 1870 et les reçoit à Metz, où il leur fait l’honneur d’une retraite aux flambeaux. Dans ses mémoires, Dimitrie Ghica, l’un des invités, en profite pour fustiger une fois encore l’ennemi héréditaire commun :

  • 58 Dimitrie Ghica, De la diplomatie à la voyoucratie, s.l.n.d., p. 199-200.

L’hôtel du gouverneur était remeublé avec les meubles de style que les Allemands durant leur demi-siècle d’occupation avaient relégués au grenier et remplacés par des horreurs « modernes » : dans l’appartement réservé au Kaiser, on admirait la salle de bains – piscine en maïolique couleur fond de mare vaseuse, où l’eau coulait de la bouche d’une grenouille géante en cuivre, pourvue d’un œil à feu vert pour l’eau froide et rouge pour l’eau bouillante58.

  • 59 Nicolae Iorga, O viata de om asa cum a fost, Bucarest, 1981, t. 1, p. LXIII.
  • 60 Comité alsacien d’Études et d’informations, Strasbourg, 1922-1928, Strasbourg, 1928, p. 33.
  • 61 Nicolae Iorga, op. cit., t. 4, p. 77.

33Au cours de son séjour en Roumanie Berthelot avait tissé des liens avec l’historien Nicolae Iorga, nommé doctor honoris causa de l’Université de Strasbourg en 191959. Il participe également à un repas donné en son honneur à La Ville de Paris le 3 mars 192560 : de ce second séjour, Iorga – comme Ghica à Metz – retient surtout un épisode quelque peu symbolique : « J’ai été accueilli – qui aurait pu imaginer une telle chose ! – dans le palais de granit rose de Guillaume II et j’ai été servi dans les assiettes impériales61. »

  • 62 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 9 avril 1924. Ces sépultures ont été transférées en 1972 au (...)
  • 63 Albina, 23e année, no 768, 15/30 avril 1924.

34Le 9 avril 1924 Berthelot reçoit le couple royal roumain à Strasbourg. Les hôtes du gouverneur se rendent aussitôt au cimetière de Cronenbourg pour s’y recueillir sur les tombes « de leurs nombreux compatriotes morts en captivité et dormant de leur dernier sommeil dans la terre d’Alsace, pour laquelle ils ont donné leur vie et qui ont ainsi acquis un titre imprescriptible à la reconnaissance de la Roumanie et la France62 ». Un petit autel a été installé au pied de la croix de bois qui veille sur les tombes roumaines63. À la fin de l’office religieux six jeunes Alsaciennes en costume s’approchent avec des corbeilles de roses et d’œillets rouges et blancs. La reine parcourt alors le front des tombes, laissant tomber une fleur sur chacune d’entre elles. C’est ensuite le monument des soldats français qui est fleuri par les hôtes de la République.

  • 64 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 10 avril 1924.

35Après la cérémonie de Cronenbourg, Berthelot invite les souverains roumains à déjeuner en son hôtel. Puis c’est la visite de la cathédrale avec comme guide l’évêque Mgr Ruch en personne, ancien aumônier inspecteur des armées françaises pendant la Grande Guerre ; celle du palais des Rohan, sous la houlette du conservateur Hans Haug, et enfin celle du Palais du Rhin, ancienne résidence du cousin du roi de Roumanie, qui est un Hohenzollern de la branche Sigmaringen. L’avenue de la Liberté est pavoisée et noire de monde lorsque le couple royal prend la direction du Palais universitaire dans l’après-midi. La reine Marie, écrivaine à ses heures et membre correspondant de l’Académie des Beaux-Arts de Paris, y est faite doctor honoris causa de l’université64.

  • 65 Le Lorrain, 25 juin 1921 ; Le Messin, 25 juin 1921.

36En 1921 c’est un ancien allié particulièrement exotique, le Japon, qui délègue en France l’héritier du trône, Hiro-Hito. Sa tournée passe par Metz le 24 juin. Il y est accueilli par Louis Barthou, ministre de la Guerre, le général Buat, chef de l’état-major général, le maréchal Pétain et le général Berthelot. En sortant de la cathédrale, il examine avec un sourire que les journalistes qualifient de « tout asiatique » la statue du prophète Daniel, remplacée pendant l’annexion, à laquelle le sculpteur a donné les traits de l’empereur Guillaume II65.

  • 66 Le Courrier de Metz, 7 septembre 1919.
  • 67 Le Lorrain, 22 et 23 août 1920.
  • 68 Ibid., 21 et 22 août 1921 ; Le Courrier de Metz, 22 août 1921 ; Le Messin, 20 et 21 août 1921.

37À la fin de l’été de 1920 la ville de Metz fait fête aux Chevaliers de Colomb, membres d’une très puissante organisation catholique américaine, venus offrir aux Lorrains une statue équestre de Lafayette quittant Metz en 1777 « pour engager son cœur et son épée au service de la Liberté66 ». Au cours de la cérémonie d’inauguration du monument, le 22 août, Foch « le Catholique », présenté par le chef de la délégation américaine comme l’« un des plus grands soldats du Christ et de la France », reçoit un bâton de maréchal en or fondu et ciselé à New York67. Au cours de l’été suivant, la Lorraine accueille l’American Legion. Une nouvelle fois les cérémonies sont présidées par Foch et Berthelot68. Strasbourg et Metz, on le constate, constituent donc des étapes quasi obligées pour les visiteurs de marque de la République, avec, entre autres, des militaires pour guides, encore auréolés par la toute fraîche victoire.

7. L’implication dans la vie économique

  • 69 Le Courrier de Metz, 23 juillet 1920 ; Le Messin, 23 juillet 1920.
  • 70 Ibid., 14 septembre 1920.
  • 71 Le Lorrain, 24 juillet 1921 ; Le Messin, 24 juillet 1921.
  • 72 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 19 septembre 1926.

38La Grande Guerre a montré que les mobilisations agricole et industrielle sont l’une des clés essentielles de la victoire dans les conflits modernes. C’est pourquoi il ne faut pas s’étonner de voir le gouverneur militaire s’impliquer résolument dans la vie économique de la région. Dans ce domaine aussi Metz et Strasbourg sont devenues des vitrines de la France. Ainsi Berthelot prend part, le 22 juillet 1920, à l’inauguration de l’Exposition nationale de Metz, précédée, la veille, d’un défilé militaire aux flambeaux69. Le 13 septembre 1920 il est à l’inauguration de l’Exposition agricole de Metz où il tient à saluer le paysan de France qui a supporté la plus grande part du sacrifice dans les tranchées70. Le 23 juillet 1921 il paraît également à la séance d’ouverture du Congrès agricole, qui réunit les représentants de la Fédération sous la houlette de leur président d’honneur, Raymond Poincaré. « Verdun a été détruit pour que Metz fût affranchie », lance l’ancien président de la République au milieu d’une intense émotion71. En septembre 1926 Berthelot se fait représenter à l’inauguration de la Foire-exposition nationale de Strasbourg, présidée par Bokanowsky, ministre du Commerce et de l’Industrie72.

  • 73 Ibid., 6 et 7 juillet 1924.
  • 74 Ibid., 15 juillet 1924.

39La tenue à Strasbourg d’une Exposition coloniale se veut une autre démonstration de l’intégration de la province recouvrée dans la IIIe République, qui a bâti l’empire alors qu’elle subissait le joug allemand (les autorités omettent évidemment au passage de mentionner la contribution de nombreux Alsaciens et Lorrains, soldats, fonctionnaires et surtout missionnaires à la construction de feu l’empire colonial allemand). Venant après celle de Marseille en 1922, l’exposition offre un panorama varié de cette vaste France d’outre-mer. Berthelot se trouve tout naturellement aux côtés du général alsacien Taufflieb, sénateur, du ministre des Colonies Édouard Daladier, et du gouverneur général de l’AOF pour son inauguration le 6 juillet 192473. Le 13 juillet au soir une retraite coloniale est organisée au Wacken. Des cavaliers arabes dans leurs costumes caractéristiques ouvrent la marche, suivis par un groupe impressionnant de « Sénégalais » qui chantent des airs de leur pays, puis par les habitants du village africain de l’exposition, revêtus de costumes chamarrés, dansant et chantant eux aussi. Le lendemain, le gouverneur fait donner deux concerts militaires sur le site de l’exposition74.

40Face à une Allemagne dont le potentiel économique reste menaçant, la France cherche à maintenir et à développer ses marchés, non seulement dans ses colonies, mais aussi sur son continent d’origine, notamment en Europe centrale et orientale. Berthelot participe à un certain nombre de cérémonies organisées à l’occasion de la visite de délégations étrangères, qui semblent préfigurer déjà le rôle européen de Strasbourg au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Il s’associe en particulier aux activités du Comité alsacien d’Études et d’information, structure fondée au début de 1922, pour « servir, par l’intermédiaire de l’Alsace, les intérêts français à l’étranger, notamment dans les pays circonvoisins, et d’y faire toujours mieux connaître et comprendre la France » (on retrouve notamment en son sein l’équipe des activistes francophiles des Amis de l’Université). Son action est concentrée vers les pays alliés, surtout la Belgique, le Luxembourg, la Tchécoslovaquie, la Yougoslavie et la Roumanie, mais aussi vers des États neutres, essentiellement la Suisse, les Pays-Bas et les pays nordiques.

  • 75 Ibid., 13 octobre 1923.

41L’armée joue aussi un rôle direct, bien que ponctuel, dans le développement économique de la ville de Strasbourg. Les travaux de construction d’un pont à proximité du port sur le Petit-Rhin, qui se déroulent du 3 septembre au 11 octobre 1923, en sont une illustration75.

Conclusion

  • 76 Une étude sur les mariages entre jeunes Alsaciennes et militaires venus de « la France de l’Intéri (...)

42Arrivé au terme de cette étude, force est de constater que le gouverneur militaire des deux « villes recouvrées » de Metz et de Strasbourg ne limite pas son action à la sphère proprement militaire, même si elle occupe forcément une grande partie de son temps. Il s’implique dans des activités qui forment des cercles de plus en plus larges jusqu’à englober presque tous les aspects de la vie locale (politique, éducation, sports, culture, économie). Les militaires comptent donc parmi les meilleurs agents de l’assimilation, comme d’ailleurs à l’époque allemande76. Leur action apparaît comme un prolongement une fois la paix revenue de la reconquête des « Provinces perdues », cette fois des âmes. À la fin de 1921 Le Lorrain peut ainsi fort justement évoquer

  • 77 Le Lorrain, 4 janvier 1922.

le départ, sincèrement regretté, d’officiers, de personnalités, à leur tête le général Berthelot, qui ont collaboré dans la mesure de leurs moyens silencieux en parfait accord avec l’administration préfectorale et municipale à donner plus de profondeur et de stabilité à la vie et à l’esprit français dans le département de la Moselle77.

  • 78 Mais Metz et Strasbourg pourraient aussi devenir le sujet d’études forts intéressantes sur les car (...)

43Pour jouer ce rôle l’armée se met en scène de différentes manières, impose ses pratiques et ses représentations. On n’imagine pas plus Metz et Strasbourg françaises sans képis et sans bicornes, que les Allemands ne les imaginaient quelques années plus tôt sans casques à pointe et sans calots78.

44L’armée investit les cœurs par le biais du balisage de l’espace. Nous l’avons rencontrée dans les rues et sur les places de Metz et de Strasbourg (à l’occasion de défilés, de retraites aux flambeaux, de retour d’exercices et de manœuvres), dans les cimetières de Chambière et de Cronenbourg, lieux où sa présence peut paraître naturelle ; mais aussi dans les églises et les cathédrales, au lycée et à l’université, dans les halls d’exposition, les Chambres de commerce, les kiosques à musique des parcs publics, au théâtre, à la piscine et au stade. Si elle reprend bien souvent ses attributions traditionnelles – dès avant 1914, des officiers remettaient les prix dans les lycées et encadraient la jeunesse sportive, « avant-garde pacifique de la Patrie armée » –, son implication croissante dans les affaires économiques et même commerciales est une conséquence directe de la Grande Guerre.

45L’armée victorieuse de 1918 se réapproprie les anciens lieux du patriotisme français : place d’Armes à Metz, place Kléber à Strasbourg. Elle fait aussi siens les lieux incontournables de la présence politique et militaire allemande, comme le Palais universitaire, le Palais du Rhin, et la place de la République à Strasbourg. On ne s’étonnera pas alors que l’une des premières hâtes des Allemands, après leur « revanche » de 1940, sera d’effacer les rappels ostentatoires de leur défaite. Ils réinvestiront en effet aussitôt les lieux chargés d’histoire et de symbolique, les transformant à leur goût ou les détruisant purement et simplement, en attendant de construire un nouveau Metz et un surtout un Gross Strassburg, vitrines du régime nazi, dont les plans pharaoniques resteront à l’état d’ébauche.

Notes

1 Pierre Maugué, Le particularisme alsacien, Paris, Presses d’Europe, 1970, p. 30.

2 Voir l’introduction de Georges Bischoff pour la réédition de Professor Knatschké, Strasbourg, Éditions du Rhin, 2003.

3 Nos sources sont constituées par les dossiers des gouvernements militaires de Strasbourg et de Metz, conservés au Service historique de l’armée de terre (SHAT) ; les archives départementales du Bas-Rhin et de la Moselle ; par la presse (Le Lorrain, Le Messin, Le Courrier de Metz et Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, dépouillés sur plusieurs années) ; enfin par un fonds privé : la correspondance du général Berthelot, conservée par son arrière-petit-cousin, Jean-Claude Dubois.

4 Voir à ce propos Philippe Boulanger, La France devant la conscription, Paris, Economica, 2000.

5 Voir François Uberfill, La Société strasbourgeoise entre France et Allemagne 1871-1924, Société Savante d’Alsace, Strasbourg, 2001.

6 Expression qui désigne les Alsaciens-Lorrains nés Français avant 1871 ou leurs enfants et petits-enfants, qui auraient été Français sans le traité de Francfort. La détermination des « origines françaises » d’un Alsacien-Lorrain devient plus aléatoire et, dans les faits, souvent plus arbitraire, lorsqu’il s’agit d’enfants de couples mixtes. Pour ces questions de nationalité pendant et après la Grande Guerre, on se reportera à : Jean-Noël, Grandhomme, « Les Alsaciens-Lorrains sur les fronts orientaux en 1914-1918. Service, captivité, “triage” et rapatriement », Revue d’Alsace, no 125, 1999, p. 187-198, et « Une mobilisation humanitaire : la préfecture du Jura et l’accueil des réfugiés alsaciens à Dole pendant la Première Guerre mondiale », in Les préfets, leur rôle, leur action dans le domaine de la Défense (de 1800 à nos jours), Bruxelles, Bruylant, 2001, p. 225-247, ou encore « Les Alsaciens-Lorrains dans les camps d’internement administratif du Finistère pendant la Première Guerre mondiale », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 109, 2002, no 4, p. 163-175.

7 De 17 à 25 000 Alsaciens-Lorrains ont servi dans l’armée française entre 1914 et 1918, soit moins de 5 % de l’ensemble des mobilisés de la région. Cette statistique ne prend en compte que ceux qui étaient de nationalité allemande au 1er août 1914 car de nombreux soldats et officiers de l’armée française (et même américaine) étaient d’origine alsacienne ou lorraine, comme les généraux Mangin, Schmidt, Walsch ou Hirschauer, l’intendant Adrian, inventeur du casque des poilus, ou encore le capitaine Weber, futur évêque de Strasbourg, pour ne citer qu’eux.

8 Le Courrier de Metz, 6 janvier 1920.

9 Ibid., 8 novembre 1920.

10 Ibid., 4 octobre 1926.

11 Voir Jean-Noël Grandhomme, « Une mémoire double », Les Saisons d’Alsace, no 14, printemps 2002, p. 41-45.

12 Voir Marie-Noëlle Denis, « Monuments aux morts en Alsace. Entre mémoire et histoire », Revue des sciences sociales, 2003, no 30, p. 22-31 ; Freddy Raphaël et Geneviève Herberich-Marx, Mémoire de pierre, mémoire de papier. La mise en scène du passé en Alsace, Strasbourg, PUS, 2002 ; Jean-Luc Eichenlaub et Jean-Noël Grandhomme, Août 1942. L’incorporation de force des Alsaciens et des Mosellans dans les armées allemandes, Colmar, Archives départementales, 2003.

13 Antoine Prost, Les anciens combattants dans la société-française, Paris, Presses de la FNSP, 1977, t. 2, p. 11.

14 Ibid., t. 1, p. 79.

15 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 9 février 1925.

16 Le Courrier de Metz, 4 novembre 1919 ; Le Messin, 3 novembre 1919.

17 Le Lorrain, 3 novembre 1921 ; Le Messin, 12 novembre 1921.

18 Le Messin, 13 novembre 1920.

19 Voir Jean-Noël, Grandhomme, « Les Monuments aux morts chrétiens de la Grande Guerre dans le Haut-Rhin. Une nouvelle forme de dévotion patriotique et religieuse » in Michel Tamine (dir.) Les dévotions populaires, Reims (à paraître).

20 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 23 novembre 1923.

21 AD, Bas-Rhin, Al 121/292, Place de Strasbourg – Ordre général pour le 14 juillet 1925.

22 Le Messin, 5 mai 1921.

23 Le Courrier de Metz, 9 mai 1921 ; Le Lorrain, 11 mai 1921 ; Le Messin, 9 mai 1921.

24 Le Lorrain, 24 mai 1921.

25 Voir Gisèle Loth, Un rêve de France. Pierre Bucher, une passion française au cœur de l’Alsace allemande, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2000.

26 Le Courrier de Metz, 23 juillet 1921 ; Le Lorrain, 23 juillet 1921 ; Le Messin, 23 juillet 1921.

27 Le Lorrain, 1er, 2 et 4 décembre 1921 ; Le Messin, 1er, 2 et 4 décembre 1921.

28 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 12 août 1924.

29 Le Courrier de Metz, 18 octobre 1921 ; Le Messin, 17 octobre 1921.

30 Le Messin, 6 juin 1922.

31 Le Courrier de Metz, 2 décembre 1919.

32 Le Messin, 17 juillet 1920.

33 Ibid, 14 juillet 1920.

34 Le Lorrain, 20 mars 1921.

35 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 13 juillet 1924.

36 Le Messin, 17 juin 1921.

37 Berthelot à C. Dubois, 2 décembre 1919 (Archives familiales).

38 Berthelot à C. Dubois, 16 décembre 1919.

39 Id., 8 décembre 1919.

40 Le mur païen, enceinte cyclopéenne à la datation incertaine.

41 BNU, Strasbourg, Section alsatique, Discours de R. Poincaré pour l’inauguration de l’Université française de Strasbourg, 22 novembre 1919. – Voir G. Lutz, « Apprendre la France à l’Alsace ». Histoire de la Société des Amis de l’Université de Strasbourg (1919-1939), maîtrise, Université Marc Bloch, 1989.

42 Le Lorrain, 13 octobre 1919.

43 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 15, 17 et 20 juillet 1925.

44 Ibid., 7 et 14 juin 1926.

45 Ibid., 31 janvier 1926.

46 Voir Caroline Decleir, La « Lorraine sportive » : une association francophile en Terre d’Empire (1908-1912), maîtrise, Université Marc Bloch, 1999.

47 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 17 juin 1924.

48 Ibid., 7 février 1925.

49 Ibid., 29 janvier 1926.

50 Ibid., 31 mai 1925.

51 Sur la question des relations entre sport et monde militaire, voir aussi Thierry Terret, Les Jeux interalliés de 1919. Sport, guerre et relations internationales, Paris, L’Harmattan, 2003.

52 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 2 juin 1925.

53 Le Courrier de Metz, 21 novembre 1919 ; Le Lorrain, 20 novembre 1919 ; Le Messin, 20 novembre 1919.

54 Le Courrier de Metz, 7 septembre 1920.

55 Voir Jean Nouzille, Le Calvaire des prisonniers roumains en Alsace-Lorraine, Bucarest, 1991.

56 Archives du ministère des Affaires étrangères, Bucarest, Fonds Paris, Légation de Roumanie en France aux Affaires étrangères, 20 juillet 1920.

57 Le Courrier de Metz, 7 juillet 1920. À l’automne c’est le chef d’état-major de l’armée suédoise qui visite les ouvrages et les établissements de Metz (Berthelot à C. Dubois, 15 octobre 1920).

58 Dimitrie Ghica, De la diplomatie à la voyoucratie, s.l.n.d., p. 199-200.

59 Nicolae Iorga, O viata de om asa cum a fost, Bucarest, 1981, t. 1, p. LXIII.

60 Comité alsacien d’Études et d’informations, Strasbourg, 1922-1928, Strasbourg, 1928, p. 33.

61 Nicolae Iorga, op. cit., t. 4, p. 77.

62 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 9 avril 1924. Ces sépultures ont été transférées en 1972 au cimetière de Haguenau (Bas-Rhin).

63 Albina, 23e année, no 768, 15/30 avril 1924.

64 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 10 avril 1924.

65 Le Lorrain, 25 juin 1921 ; Le Messin, 25 juin 1921.

66 Le Courrier de Metz, 7 septembre 1919.

67 Le Lorrain, 22 et 23 août 1920.

68 Ibid., 21 et 22 août 1921 ; Le Courrier de Metz, 22 août 1921 ; Le Messin, 20 et 21 août 1921.

69 Le Courrier de Metz, 23 juillet 1920 ; Le Messin, 23 juillet 1920.

70 Ibid., 14 septembre 1920.

71 Le Lorrain, 24 juillet 1921 ; Le Messin, 24 juillet 1921.

72 Les Dernières Nouvelles de Strasbourg, 19 septembre 1926.

73 Ibid., 6 et 7 juillet 1924.

74 Ibid., 15 juillet 1924.

75 Ibid., 13 octobre 1923.

76 Une étude sur les mariages entre jeunes Alsaciennes et militaires venus de « la France de l’Intérieur » au lendemain de l’armistice et dans l’entre-deux-guerres serait du plus haut intérêt.

77 Le Lorrain, 4 janvier 1922.

78 Mais Metz et Strasbourg pourraient aussi devenir le sujet d’études forts intéressantes sur les caractères spécifiques de l’antimilitarisme propre aux villes de garnison.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540