Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mises en scène(s) de l’espace

 | 
Nicolas Bourguinat
, 
Jean-Michel Mehl

Troisième partie. Disputer l'espace : voies et esquives du pouvoir

Espace citadin, espace municipal et puissance souveraine : les entrées napoléoniennes

Nicolas Bourguinat

Texte intégral

  • 1 Richard Cobb, Paris and its provinces, Londres, Oxford University Press, 1975.

1Historien reconnu de la Révolution française, mais aussi historien pionnier de la sensibilité à l’environnement urbain, le Britannique Richard Cobb publiait en 1975 un ouvrage intitulé Paris and its provinces, qu’il entamait par un chapitre intitulé, en français dans le texte : « la montée à Paris ». Il tentait d’y reconstituer l’expérience des approches de la ville, mêlant les points de repère, épreuves, regards ou mésaventures des migrants, des soldats, des voyageurs de la malle-poste, des paysannes apportant les produits frais, des marchands et des voituriers. Arriver en ville et se réapproprier un cadre urbain nouveau ou familier, c’est composer sans doute avec une sorte d’itinéraire obligé, par exemple ici la « route du nord », mais c’est aussi se rattacher pas à pas aux pratiques quotidiennes d’un espace, aux usages collectifs ou privés dont sont imprégnés les lieux1.

  • 2 Voir par exemple Richard Cobb, Les tours de France de Monsieur Cobb, Paris, Éditions du Sorbier, 1 (...)

2Les récits et journaux de voyage du temps des Lumières ou du romantisme montrent bien, en tout cas, qu’on n’aborde pas une ville au hasard. Des étapes jalonnent l’approche, allant de l’attention aux menus signes d’activité ou de trafic jusqu’à la recherche d’un « point de vue » sur la cité, conformément aux canons visuels installés par la peinture depuis au moins l’époque classique. D’ailleurs quand exactement et à la suite de quelles procédures a-t-on cessé d’entrer en ville pour tout simplement y être ? La réponse dépend de la configuration de la ville, bien sûr (faubourgs et portes, fortifications éventuelles, bâtiments publics, places et rues), mais celle du voyageur ne sera certainement pas identique à celle du citadin, dont la position par rapport au film de ces étapes est un peu celle de l’observation participante. À la fois étranger et vieux Parisien, Cobb ne dédaignait pas de parler à la première personne pour se joindre à ses personnages, humbles ou anonymes, dans des « promenades » à travers la ville dont il revendiquait la subjectivité2. Le citadin de l’époque révolutionnaire et impériale avait sans doute pareillement ses parcours favoris, ses endroits familiers et sa mémoire des lieux, fonction des usages intimes ou professionnels qu’il faisait de l’espace urbain et des appropriations qui en résultaient. Cependant, faute d’une large diffusion des représentations en deux dimensions que donnaient les plans ou les gravures, bien peu de contemporains avaient une vue globale de l’espace urbain auquel les rattachait leur résidence. C’est pourquoi on voit Louis-Sébastien Mercier s’extasier, dans Le Nouveau Paris (1799), sur un plan en relief (en trois dimensions) de la capitale exposé au Palais-Égalité, c’est-à-dire au Palais-Royal.

  • 3 Louis-Sébastien Mercier, Le Nouveau Paris, Paris, Robert Laffont, 1990 (1799), p. 441.

C’est une idée heureuse, neuve et hardie, que d’avoir conçu un plan (en bois et en carton) figuratif et pour ainsi dire animé qui nous met sous les yeux une immense capitale, nous en fait apercevoir tous les contours et ne néglige aucuns détails, de sorte que l’œil se promène dans les sinuosités des rues les plus obscures, visite les places, entre dans les promenades et reconnaît les maisons, les édifices, les palais, les places et carrefours dans une proportion rigoureusement géométrique3.

3Et il ajoute ceci, qui est une bonne indication de la difficulté, pour l’observateur, à rapporter son paysage urbain de tous les jours à un espace global, alors même qu’il se pense comme membre d’une communauté citadine et que celle-ci est pour lui un référentiel identitaire :

  • 4 Ibid., p. 442.

Le ci-devant bourgeois reconnaît le clocher de sa paroisse où il n’y a plus de curé ; le millionnaire, son hôtel qu’il a racheté en délogeant un prince, et le jardin anglais y attenant ; le marchand de draps le coin de rue qui a fait la renommée de sa boutique (...) ; l’artisan son atelier où son ouvrier lui fait la loi ; l’architecte les deux maisons qu’il a bâties pour s’en faire une troisième ; l’ancien clerc de procureur la lucarne du petit grenier qu’il occupait ; l’amant, la fenêtre où il lança avec la pierre la lettre qui depuis fit sa joie et son tourment4.

  • 5 Lawrence Bryant, The King and the City in the Parisian Royal Entry Ceremony. Politics, Ritual and (...)

4Dans le cadre de cette interrogation sur les usages et les représentations de la ville par ses habitants (en tant qu’entité géographique, face à ses alentours, en tant que communauté, face au monde extérieur), le cérémonial de l’entrée des souverains fournit de précieux éléments de réflexion. Étudié dans le temps long, il permet une réflexion sur les modalités du déploiement d’un pouvoir souverain sur une communauté municipale saisie dans son espace. Il met en scène un jeu de sujétion et d’adhésion à travers lequel peuvent se lire les stratégies de représentation de la monarchie, bien sûr, mais aussi les inflexions de l’espace citadin et l’évolution de l’image que la ville veut donner et se donner d’elle-même (comme sphère autonome de souveraineté, hiérarchie et compromis de plusieurs pouvoirs hérités d’une histoire). Les historiens ritualistes ont fréquemment relié l’analyse des entrées royales à la construction de l’État monarchique et à la montée de l’absolutisme. Ainsi, de l’examen mené par Lawrence Bryant pour Paris entre 1328 et 1660, ressortent trois grandes phases. Jusqu’en 1431, la bourgeoisie parisienne et le clergé jouent un rôle prééminent dans la réception du roi, tandis qu’ensuite, jusqu’en 1315, c’est au Parlement de Paris que reviendrait cet honneur, puis finalement, la cérémonie passerait sur l’autorité directe du roi lui-même. Le processus atteindrait son zénith sous Louis XIV, alors nouvellement marié et à l’aube de son règne personnel, venu en triomphateur après la paix des Pyrénées et désireux de faire payer à Paris son insoumission du temps encore proche de la Fronde5. Ainsi aboutirait-on à une véritable déqualification de l’espace municipal, tout entier balisé, réorienté et mis à profit pour la célébration de la gloire du roi. Pour les villes autres que la capitale du royaume, l’enjeu est différent, et on pourrait parler d’une procédure de reconnaissance mutuelle et d’hommage, dont le caractère serait certes de moins en moins négocié et la réciprocité de moins en moins évidente au cours du temps. Néanmoins, le rituel vise toujours à donner consistance à certains principes, éternels ou en mutation, du pouvoir monarchique, et il doit composer avec la hiérarchie des dignités ou des élites municipales, avec l’agencement des groupes sociaux et de l’espace urbain au service de cet objectif.

1. Le cérémonial et les stratégies symboliques du pouvoir, de Louis XV à Napoléon

  • 6 Richard A. Jackson, Vivat Rex ! Histoire des sacres et couronnements en France, Strasbourg, Associ (...)

5Qu’est devenu le rituel à la fin de l’Ancien Régime, et que pouvait-il devenir dans le cadre de la reconstruction symbolique du pouvoir souverain dans laquelle se lança le Premier Empire ? Remarquons d’abord que, pour la plupart des historiens et des constitutionnalistes, la forme impériale prise par le régime napoléonien en 1804 n’a apporté aucun changement essentiel à la « dictature légitimée» de Brumaire. Au mieux, elle a pérennisé ce qui existait déjà en ajoutant un supplément de légitimité à celle originaire de la volonté populaire dont l’empereur demeurait l’élu. Et le plus souvent, dans les entreprises de Napoléon concernant le sacre et dans ses différentes « stratégies de la gloire », on ne voit à l’œuvre que vanité grotesque suscitant dans l’opinion sarcasme et scepticisme. Napoléon, pourtant, ne manquait pas d’arguments très sérieux puisés à même l’Histoire. Les Bourbons pouvaient bien avoir perdu tous leurs droits, comme avant eux les Capétiens directs et les Valois, et autres lignées épuisées ou éteintes. Le sacre de 1804 s’est efforcé de s’inscrire dans les combinaisons et les liturgies existantes, tout en les renouvelant. C’était conforme, au fond, à ce qu’avaient toujours fait les canonistes des rois absolus : le rituel était toujours fonction du message spécifique que ceux-ci souhaitaient délivrer, afin de porter témoignage de l’évolution de la nature de la monarchie française et de ses rapports avec la société. Jamais donc le sacre n’avait été un rituel figé, et à la veille de la Révolution, il était violemment contesté, notamment pour l’idée d’assimilation de la royauté à une cléricature qu’il véhiculait. La cérémonie de 1804 a fait l’objet de négociations très serrées avec le pape et son entourage, conduites par Cambacérès et Portalis, renforcés de quelques canonistes. En évacuant le rituel du roi dormant, réveillé par les prêtres, en réduisant le nombre des onctions à deux au lieu de neuf, en refusant de recevoir la communion et en réduisant à peu de choses l’initiative du pape, Napoléon a-t-il fait autre chose que ce que souhaitaient déjà Turgot – qui avait proposé à Louis XVI d’être sacré à Paris au lieu de Reims, en 1775, et Condorcet ? L’œuvre napoléonienne a d’ailleurs immédiatement retenti sur les représentations du pouvoir souverain exploitées par les derniers Bourbons, et on s’aperçoit que la monarchie restaurée d’après 1814 ne fut elle-même qu’un «produit composite6 », forcée d’aligner ses rites de légitimation et ses « cérémonies de l’information » sur ce qu’avait proposé Napoléon. Après que Louis XVIII eut refusé le sacre, en 1814 et en 1815, Charles X suivit à peu de choses près l’inspiration rituelle de 1804 lors de la cérémonie de 1825, où il diminua le rôle des ecclésiastiques, simplifia les manipulations de la sainte ampoule, et surtout prononça le serment de respecter la Charte (là où Napoléon avait prêté un « serment constitutionnel »). Ces changements, quoi qu’on ait pu en dire, ne furent d’ailleurs pas sans écho favorable dans l’opinion française.

  • 7 Voir Richard Bonney, L’absolutisme, Paris, PUF, 1989, p. 39-43 ; Michèle Fogel, Les cérémonies de (...)
  • 8 François Moureau, « Les entrées royales ou le plaisir du prince », xviiie siècle, 17, 1985, p. 206 (...)

6Bref, les rituels de la France du début du xixe siècle sont confrontés au défi du vide souverain laissé par l’exécution de Louis XVI et par les religions civiques de la France révolutionnaire. Il s’agit moins d’y réaliser l’équilibre entre tradition et modernité que d’y résoudre la question de la représentation du corps politique et de la mise en scène des attentes mutuelles unissant le pouvoir à un peuple qui n’est plus tout à fait sujet et pas encore exactement « public ». Cela est spécialement bien illustré par le cas des entrées, qui mettent directement la monarchie en rapport avec un peuple acteur et spectateur d’une soumission consentie. Ce rituel, avec le temps, avait pris plus d’importance que le sacre et les funérailles royales : vu l’isolement du roi dans le système de la Cour, et la coupure entre celle-ci et la Ville après l’installation de Louis XIV à Versailles, l’exigence de visibilité du souverain était mieux satisfaite par les entrées, les lits de justice ou les Te Deum7. L’entrée s’est donc raréfiée pour Paris en dehors de moments bien précis comme le « joyeux avènement » ou bien le mariage des souverains (Louis XVI y eut droit, accompagné de Marie-Antoinette, en 1770, alors qu’il était encore dauphin). Mais elle est restée en usage pour les villes de province traversées à l’occasion des déplacements militaires vers les frontières de l’Est, comme Metz et Strasbourg, ou des visites d’inspection des ports du Ponant, si essentiels dans la lutte séculaire avec l’Angleterre (Cherbourg honora ainsi Louis XVI en 1786 et Napoléon en 1811). Les travaux existants suggèrent cependant un affadissement progressif du rituel en une simple parade de notables, sur laquelle on plaque mécaniquement un peu de littérature pastorale et d’architecture triomphale. Trop soucieux de démontrer que le ver était dans le fruit et que la monarchie était déjà disqualifiée avant 1789, certains auteurs vont jusqu’à écrire que dès Louis XV, « le genre (rentra) en agonie : d’apothéose, l’entrée devint un article périssable de l’information monarchique8 ».

  • 9 Dans l’Histoire d’un conscrit de 1813 d’Erckmann-Chatrian (1864), le passage à toute allure d’une (...)
  • 10 Mémoires de Marchand, Paris, Hachette, 1983, t. 1, p. 372.
  • 11 Lettre à la comtesse Beugnot, 28 octobre 1812, in Stendhal, Correspondance, Paris, Gallimard, 1962 (...)

7Napoléon, en tout cas, ne tarda pas à renouer avec ce cérémonial. Cela ne doit pas surprendre, pour au moins deux raisons. D’une part, il était un roi de guerre, donc un souverain par nécessité itinérant. On a pu calculer qu’il n’a pas passé plus de cinq ans et quatre mois à Paris (neuf ans et quatre mois en région parisienne) sur la période de quinze ans qui sépare Brumaire de Waterloo. Aussi a-t-il séjourné par exemple cinq fois à Strasbourg et jusqu’à dix fois à Verdun et Metz, rapidement jugés beaucoup plus importants car situés sur la route militaire de Sarrebrück et de Coblence menant en Allemagne. Les départs en campagne et retours de campagne sont donc prétexte à de multiples entrées, et pas seulement dans les villes de l’Est. Il traverse plusieurs fois Lyon, parce qu'elle est la clé de l’Italie. En 1808, les affaires d’Espagne le conduisent à passer par Bordeaux et son voyage de retour, début 1809, est l’occasion d’un détour par la Roche-sur-Yon (l’une de ses fondations, qui s’appelle alors Napoléon-Vendée) et par Nantes. Toutes les entrées ne sont pas certes pas prétexte à cérémonies, d’autant que l’empereur, personnellement, les goûtait peu et que les nécessités du temps pouvaient commander d’aller vite. Ainsi n’hésite-t-il pas à entrer incognito et nuitamment à Paris (au retour de Russie, mais aussi au retour de campagnes victorieuses), ou à ne demeurer que quelques heures (comme à Strasbourg en 1809 sur la route de Wagram)9. Pendant les Cent-Jours, il en va de même, et son entrée à Paris, peut-être « manquée », lui importe peu : « Le temps était trop compté, je n’avais pas deux jours à perdre à préparer une entrée de cérémonie, je n’y aurais pas sacrifié deux minutes10.» Mais l’importance du rituel apparaît bien à travers le reflet inversé qu’en donne Moscou en 1812, abandonnée de ses habitants et de ses pouvoirs constitués, livrée à la désolation, lorsque les Français y pénètrent. Stendhal se dit très « attristé (du) spectacle de cette ville charmante, un des plus beaux temples de la volupté, changée en ruines noires et puantes au milieu desquelles erraient quelques malheureux chiens errants et quelques femmes cherchant quelque nourriture11 ».

  • 12 Annie Jourdan, Napoléon. Héros, imperator, mécène., Paris, Aubier, 1998, p. 293.
  • 13 Voir quelques éléments sur les débuts de Zix dans Régis Spiegel, Dominique-Vivant Denon et Benjami (...)
  • 14 Thomas Crow, L’atelier de David. Émulation et Révolution, Paris, Gallimard, 1998, p. 302.

8D’autre part, peu de régimes dans l’histoire de l’Europe ont autant que le Premier Empire travaillé à promouvoir leur propre célébration, et de ce point de vue, l’entrée permettait à Napoléon de s’inscrire dans une tradition cérémonielle de gestes et de mots tout en la renouvelant subtilement, et de rencontrer les aspirations d’un « public » (à le voir et à l’acclamer) tout en les modelant insensiblement. On peut le voir dans un sens d’un simple «gouvernement des esprits » : mobilisant de gros moyens, à la fois magnificence et munificence, l’entrée impressionne les témoins, et la presse veille à lui donner un écho débordant au-delà de la cité directement concernée. Le Moniteur, le Bulletin de la Grande Armée, le Journal de l’Empire la présenteront naturellement sous le jour favorable attendu, l’amour manifesté par les habitants ayant alors valeur d’illustration de celui de toute la nation. On peut aussi le voir dans le sens d’une propagande plus ambitieuse et recentrée sur la légende et les figures de gloire de l’empereur lui-même. L’entrée est en effet un thème exploitable par une iconographie programmée pour mettre en valeur les qualités exceptionnelles de l’empereur et leur adéquation avec ses fonctions dirigeantes : « Héros intrépide, pacificateur généreux, vainqueur compatissant, père des soldats (...), administrateur génial, travailleur infatigable, bâtisseur économe12 ». Comme il est logique, afin que le rituel ne sonne pas trop creux, certaines de ces fonctions sont particularisées à l’usage de la communauté citadine. Ainsi à Lyon, en 1805, Napoléon s’intéresse-t-il à l’industrie de la soierie, dont l’activité est dopée par les commandes de sa cour, tandis que le conseil municipal baptise de son nom une voie de son itinéraire afin d’inscrire dans le temps la mémoire de cette visite. À Strasbourg, on donnera le nom de porte d’Austerlitz à la porte des Bouchers par laquelle il était entré, revenant d’Autriche, en janvier 1806. Mais le cérémonial peint et gravé a un retentissement qui dépasse cette relation particularisée. C’était déjà le cas sous l’Ancien Régime, où les almanachs royaux ne manquaient pas de décliner le thème des entrées et des cortèges. Et dans la mesure où l’imagerie populaire recycle la politique artistique du régime impérial, les entrées napoléoniennes sont des images destinées à faire voir l’empereur très au-delà des témoins directs de l’événement. Aussi mobilisent-elles (spécialement en fait les entrées marquant la soumission de capitales étrangères) les artistes accompagnant les troupes en campagne, tout comme les batailles, comme l’illustre le cas de Benjamin Zix. Ce Strasbourgeois fut remarqué par Vivant Denon pour les décors et les gravures qu’il avait réalisés en septembre 1805, à l’occasion de l’entrée de Napoléon à Strasbourg. On le retrouve à la suite de l’armée dans la campagne de 1806 contre la Prusse, et il arrive à temps pour dessiner l’entrée de Napoléon à Berlin, à laquelle il donne une atmosphère de simplicité qui contraste avec la parade radieuse du tableau de Regnault (salon de 1809), saisie au moment même du franchissement de la porte de Brandebourg. Zix est ensuite de la campagne d’Autriche de 1809, où il séjourne à Vienne et dessine, puis grave la scène de l’entrée de Napoléon, ainsi que la revue des troupes passée au château de Schönbrunn. Girodet s’en inspirera pour peindre la scène de la remise des clés de Vienne, devant ce même château, commandée pour la Galerie de Diane et livrée au Salon de 1812. Peintre, décorateur, graveur, Zix n’était-il pas indiqué pour saisir la spécificité d’un tel cérémonial après avoir été le régulateur d’un autre13 ? De même, l’arrivée de Napoléon à l’hôtel de ville de Paris qui suivit le sacre figurait dans le programme de tableaux prévu par David, programme qui ne fut finalement pas complété14. Suivant le moment du rituel fixé par l’imagerie (sauf si plusieurs vignettes, formant une sorte de diorama sont prévues) et la manière dont l’ordonnancement de la scène est enjolivé, les lieux simplifiés ou modifiés, l’enjeu politique et l’inscription spatiale de l’entrée s’en trouvent transformées.

  • 15 Marie-Claire Vitoux, « Une entrée royale au xixe siècle : Charles X à Mulhouse en 1828 », Histoire (...)
  • 16 Christophe Laborde, « Les voyages du roi : les représentations du pouvoir royal sous la Restaurati (...)
  • 17 Voir la lettre du comte Decazes, ministre de la Police générale, au baron Gérard, 1er août 1817, i (...)

9Comme pour le sacre, il est aisé de constater que la régénération napoléonienne du cérémonial ne manqua pas de rejaillir sur les stratégies de relégitimation des Bourbons, une fois ceux-ci restaurés. La tentation d’en faire un instrument du gouvernement des esprits est plus nette encore que sous l’Empire. Les préfectures ne sont pas moins mobilisées pour réveiller les opinions locales jugées trop volontiers timides ou endormies, pour faire place nette dans les rues et pour combler de bienfaits la classe pauvre. Et finalement les voyages princiers deviennent une sorte de test de popularité dans des régions choisies pour leurs manifestations diverses d’hostilité au régime, ainsi que le montre la réussite enregistrée en 1828 à Mulhouse, cité industrielle et protestante acquise aux votes libéraux, par le roi Charles X15. Au point peut-être d’en faire « (des) voyages de combat politique, les voyages d’un roi incertain de l’avenir de la monarchie qu’il incarne16 ». Tout indique, pareillement, que l’iconographie de l’entrée a été une pièce majeure du programme de rétablissement de la légitimité au lendemain de 1814-1815. Ni rois de guerre, ni rois absolus, les derniers Bourbons voulaient revivifier la crédibilité de leur dynastie en encourageant l’identification avec leur ancêtre Henri IV, roi bonhomme et pacificateur d’une France déchirée, et en réactualisant la figure chevaleresque et pieuse du souverain médiéval. Des artistes qui s’étaient mis au service de l’empereur comme Gérard ou Ingres se précipitèrent dans cette direction. Le premier donna dès le salon de 1817 (le premier véritablement organisé depuis le retour des Bourbons) une Entrée d’Henri IV à Paris à l’atmosphère triomphale qui déchaîna l’enthousiasme de Louis XVIII et le fit nommer immédiatement «premier peintre » du roi17. Dans une lumière et des effets de masse pastichant Rubens, il y montrait le roi à la tête d’une brillante cavalcade, accueilli par les hommages de officiers municipaux, et y multipliait les symboles attachant la reconquête de Paris à la pacification générale (armes jetées à terre, arrière-plan mêlant la silhouette du donjon de la Bastille avec les travaux du Louvre).

2. Représentations du pouvoir et société citadine

10Si la ville qui accueille l’empereur peut être vue comme un microcosme de la communauté des citoyens, elle n’en sera pas dépersonnalisée pour autant, car le souverain ne fait pas que jouir de son propre spectacle, ou de la loyauté et de la dévotion manifestées par l’assistance. Comme on l’a vu pour Lyon, l’usage veut qu’il aille également à la découverte des activités de la ville, par exemple en rendant des visites particulières aux ateliers ou aux manufactures les plus caractéristiques. L’usage impose un concours négocié des autorités municipales et un parcours calculé pour remettre celles-ci en perspective dans le cadre d’une histoire du pouvoir dans la cité. Par-delà l’atmosphère d’abondance et d’âge d’or (distribution de victuailles aux pauvres et fontaines de vin précèdent ou accompagnent le cérémonial), par-delà les harangues aux compliments stéréotypés, la transformation de la cité en décor et de la société urbaine en unité spirituelle de façade, il y a bien une volonté du souverain de « reconnaître » ses « bonnes villes », sans occulter leurs dynamiques sociales et spatiales.

  • 18 François Joseph Bélanger, « Quelques idées relatives à l’entrée de Louis XVIII dans Paris », Archi (...)

11Le pouvoir d’État et la figure du roi se déploient donc face à l’entité municipale dans le cadre d’une stratégie de représentation soigneusement calculée. Le triomphateur qui traverse la ville au retour d’opérations victorieuses hors des frontières n’est jamais loin du roi de paix. Les autorités locales n’oublient jamais que Napoléon est à la fois le conquérant et le souverain paternel, le nouvel Hercule terrassant l’hydre ennemie et en même temps le protecteur et le défenseur de sujets dont les victoires paient aussi les sacrifices. La politique monumentale de la cité confirme cet effort pour approprier aux habitants la gloire du souverain et pour perpétuer le moment du retour triomphal. Ainsi le conseil municipal de Paris vote-t-il un vœu concernant l’érection d’un arc de triomphe, à l’occasion du retour du vainqueur d’Austerlitz dans sa capitale. Il en va paradoxalement de même pour la Restauration, toujours à la recherche d’un juste dosage entre la grandeur extérieure et l’harmonie intérieure. En mai 1814, les circonstances du retour des Bourbons dans leurs États imposent au maître des cérémonies de ne pas montrer Louis XVIII (ni Monsieur, son frère, commandant de la Garde nationale) en « triomphateur (...) entouré de faisceaux d’armes et de lauriers ». L’entrée à Paris est alors celle d’« un monarque chéri, que les troubles politiques avaient éloigné de ses États », bref d'un « père qui reparaît au sein de sa famille après une longue absence18 ». Mais la volonté de garder vivante la référence à la royauté militaire reparaît assez vite, par exemple en 1823 avec l’entrée parisienne du duc d’Angoulême (le seul chef de guerre disponible de la famille, qui venait de diriger l’expédition d’Espagne), ou plus tard avec les entrées de Charles X qu’on lie volontairement avec des déplacements aux frontières et des visites de champs de manœuvre (Saint-Omer, 1827 ou Lunéville, 1828).

12Les élites et la foule urbaines ne sont donc pas ramenées à un rôle passif par la mise en scène du pouvoir que donne l’entrée. En 1814, le petit peuple parisien avait manifesté une vraie fidélité à Napoléon et ressuscité l’atmosphère de dévotion patriotique de 1793, et la capitulation de Paris (en l’absence de l’empereur) avait provoqué une stupéfaction atterrée. Pour l’accueil du comte d’Artois, nommé lieutenant général du royaume, le 12 avril 1814, on s’en tient à un premier acte symbolique et discret de réinvestissement de la capitale, mais requérant la participation de la bourgeoisie. En effet, lorsqu’il entre en ville à la barrière de Bondy, par l’est, les détachements de la Garde nationale viennent se placer sous son commandement et le conseil municipal de Paris est présent, en délégation, à côté du préfet de la Seine Chabrol et de l’équipe gouvernementale formée autour de Talleyrand. L’entourage de Louis XVIII considéra que le roi lui-même, arrivé le 3 mai 1814, ne pouvait se limiter à cela : à la fois pour des raisons de dignité et parce que l’attente du peuple de Paris l’exigeait. D’où un rituel et un parcours suggérant que la nouvelle dynastie accepte de reconnaître certains aspects contractuels de la relation entre le monarque et le corps politique – ce qui coïncide avec les hésitations constitutionnelles du moment (dans le texte du Sénat, encore seul en lice, le peuple « appelait » Louis XVIII au trône de France, perspective qui sera finalement inversée dans le préambule de la Charte) et avec le « renouvellement » de la légitimité produit par le régime napoléonien, où le souverain se disait le « représentant du peuple ». C’est pourquoi entre autres, entre l’arrêt à Notre-Dame et l’arrivée aux Tuileries, on ménage à Louis XVIII une station sur le Pont-Neuf, où l’on a fait rétablir une copie en plâtre de la statue d’Henri IV, fondateur de la dynastie et modèle de cette royauté de conciliation.

  • 19 Amable Barante, Souvenirs du baron de Barante, Paris, Dentu, 1898, t. 1, p. 44.
  • 20 Emmanuel de Las Cases, Le mémorial de Sainte-Hélène, éd. Marcel Dunan, Paris, Flammarion, 1964, t. (...)
  • 21 Affaires étrangères, 676, et Fleury de Chaboulon, Les Cent Jours. Mémoires pour servir à l’histoir (...)

13La collaboration ou le consentement du « public » citadin aux procédures symboliques de l’entrée est plus nette encore dans le cas de Napoléon. Notons d’abord que celui-ci a eu des entrées triomphales avant même d’être chef d’État, non seulement bien sûr à Milan (bien loin d’un rituel de soumission c’est une fête de régénération à laquelle on invite la capitale lombarde et, au-delà l’Italie, dont Stendhal capta bien l’esprit dans l'ouverture de la Chartreuse de Parme, quelques quarante ans plus tard), mais aussi à Paris : lorsqu’après le traité de Campo Formio il donna une grande fête, ou bien lorsque de retour d’Égypte, en octobre 1799, il fut reçu à Paris par le Directoire. Le caractère désordonné et l’apparente improvisation ne doivent pas masquer que ces succès furent influencés par la légende du « héros solaire » et du « sauveur du monde », cultivée depuis les premiers succès de la campagne d’Italie. Il n’empêche que selon un libéral peu suspect de complaisance tel que Barante, « il est difficile de se faire une idée de l’enthousiasme universel que produisait son retour (...). On s’embrassait dans les rues, on se précipitait sur son passage, on tâchait de l’apercevoir19 ». À l’autre bout de la période napoléonienne, on pourrait citer les entrées qui jalonnent le parcours précipité entre Golfe-Juan et Paris, en 1815, parcours d’un empereur qui souhaite affirmer plus que jamais qu’il règne par la volonté du peuple, « élu » c’est-à-dire choisi par lui. Nombre des éléments du rituel (gestes, rencontres, parcours, étapes) y figurent, comme si les foules cherchaient à remettre sur les rails et à rétablir dans leur ordonnancement ces cérémoniaux, rendus en quelque sorte à leur initiative. À Grenoble, c’est la ville qui choisit le souverain – qui ne s’y est d’ailleurs pas trompé comme en témoignent ses propos de Sainte-Hélène : « Jusqu’à Grenoble, j’étais aventurier, à Grenoble, j’étais prince20.» Peu après le régiment de La Bédoyère, qui abandonne son poste de garde pour fraterniser avec les avant-postes des troupes de Napoléon, les habitants des faubourgs de Très-Cloître et de Saint-Joseph se portent, eux, à la rencontre de ce dernier, sur la route de La Mûre. Ils reconstituent ainsi la procédure de déférence de l’accueil consistant à se porter au devant de celui qui entre en ville, généralement dévolue aux autorités constituées et à des gardes d’honneur. Puis, alors que le cortège se présente devant les murs de Grenoble à la porte de Bonne, un poste tenu par des soldats loyalistes refuse d’ouvrir, deux heures durant. Or cet incident non seulement ne déstabilise pas l’entrée mais donne lieu à une remise en ordre du rituel quelques heures plus tard. D’abord porté en triomphe à la préfecture, lieu d’exercice du pouvoir d’État abandonné par les autorités bourboniennes, Napoléon se repose dans un hôtel tenu par un ancien de l’armée d’Italie lorsque se présente une foule qui dépose devant cet hôtel les débris des portes de la ville, enfoncées et arrachées de leurs linteaux. Un orateur explique : « À défaut de te remettre les clés de ta bonne ville de Grenoble, nous t’en apportons les portes21 ». Aux clés, symbole de l’indépendance de la cité (mais aussi de la reddition de celle-ci au terme d’un siège), dont l’absence est ici attribuable à la débandade des autorités constituées (qui viendront d’ailleurs se présenter le lendemain 8 mars pour féliciter l’empereur), le « public » cherche spontanément un substitut afin de rétablir l’ordonnancement rituel, et il le trouve dans un objet que chacun sait relier aux usages quotidien de l’espace citadin, en tant que circonscrit dans des limites physiques, fiscales, économiques. À la soumission consentie de la ville vient se superposer la souveraineté partagée entre le peuple des citadins et l’empereur sur l’espace urbain et, métonymiquement, sur la France.

14L’arrivée à Paris, le 20 mars, donne lieu aux mêmes scènes de redoublement/retournement des procédures de l’entrée par des spectateurs devenus acteurs du rituel et des usagers de l’espace urbain devenus maîtres des lieux. On se porte de la même manière au-devant de Napoléon : des faubouriens, d’abord, formant une immense haie d’honneur sur la route de Fontainebleau, puis des ouvriers du faubourg Saint-Marceau ayant déserté leurs ateliers. On anticipe l’épisode conclusif du rituel, où le souverain réintègre son palais, puisque le matin même du 20 mars, après l’annonce de la fuite du roi et de l’arrivée imminente de Napoléon, des gens du peuple se portent en colonnes au Caroussel et s’en prennent aux grilles des Tuileries en criant Vive l’empereur ! À bas la calotte ! Tout se passe donc comme si ce peuple citadin voulait ouvrir lui-même le palais déserté au prince qu’il pense s’être choisi. Dans l’iconographie de la légende napoléonienne, on retrouve d’ailleurs cet épisode, avec une vignette dont le titre renvoie explicitement à la place du Caroussel, quoique la représentation de Paris ne se soucie pas de vraisemblance : dans une ville de convention avec flèches, églises, toits, seule la terrasse placée sur la gauche de l’image rappelle la proximité des Tuileries ou de la Seine ; au lieu de regagner sa capitale en voiture et en pleine nuit, Napoléon y pénètre à cheval et de jour. Néanmoins, le rôle dévolu à une vieille marchande de légumes qui prononce la harangue de bienvenue, sur un ton du reste plutôt sévère (« mint’nant que vous r’voilà, Sire, j’vas vous dire c’qui faut que vous fassiez pour que la même chose n’arrive plus ») suggère assez que la foule a repris à son compte les procédures de l’entrée, et que le conquérant, saisi près de son arc de triomphe et de son palais, en ce cœur géographique du pouvoir qu’il a lui-même remodelé, doit partager la souveraineté.

3. Strasbourg en décor de théâtre ?

15Ces remarques invitent à accueillir avec réserve les vues classiques sur la dépersonnalisation de la ville et le dépérissement du cérémonial. Que faut-il en penser, à présent, en analysant le cas d’une ville comme Strasbourg de l’Ancien Régime à Napoléon ?

  • 22 Alain Roy, « Pouvoir politique et prestige monarchique : les entrées royales à Paris en 1660 et à (...)
  • 23 J.-M. Weis, Relation de ce qui a été observé à Strasbourg pour les réjouissances de la convalescen (...)

16Qu’il y ait des modèles et des phénomènes de continuité ou d’écho d’un cérémonial à l’autre, pour la même cité ou pour deux cités différentes, cela n’est que trop évident, mais cela n’est pas en soi l’indication que la cérémonie est vouée à se parodier elle-même et à se vider de sa substance. Strasbourg, en 1681, alors qu'elle vient tout juste d’être rattachée à la France n’accorde à Louis XIV ni arc de triomphe ni défilé, façon de dire qu'elle n’a cédé que devant la force à sa politique de « réunions »22. Le tableau est bien différent en 1744 lorsque la cité alsacienne accueille Louis XV, qui se rend auprès des armées stationnées à la frontière des territoires du Saint-Empire. On sait que le jeune roi tomba malade de la petite vérole au cours de ce voyage et qu'on le crut perdu, de sorte que des manifestations d’extase saluèrent sa convalescence, à Metz d’abord, à Strasbourg ensuite. Son entrée, organisée par le préteur royal Jean-Baptiste Klinglin, allait devenir un cérémonial de référence pour la suite des relations entre Strasbourg et les souverains, grâce à sa longue relation imprimée et aux multiples gravures de Weis23. Klinglin privilégia certainement ses fonctions de représentant du roi à celles d’interlocuteur de la municipalité, en ceci qu’il tenta de reproduire au moins partiellement les revues et fêtes de la cour de Versailles. Entre autres détails, il fait vêtir en Suisses et armer de hallebardes cent jeunes gens de bonne mine chargés de « garder », du côté du faubourg de Saverne, l’arc de triomphe dressé à la porte du même nom, tandis que du côté ville,

  • 24 Relation de ce qui a été observé..., op. cit., p. 5.

au dedans de l’arc se trouvèrent dix-huit bergères & autant de bergers habillés et ornés. (Elles) tenaient des paniers revêtus d’étoffe de soye de couleur rose & remplis de fleurs, qu’elles ont répandües sur le passage du Roi24.

17À côté de ce « tableau » reconstituant une Arcadie d’opérette, tout à fait digne de ceux que mettaient en scène les Menus Plaisirs à Versailles, on en trouve d’autres qui exploitent les fables de la mythologie, ainsi ce Persée délivrant Andromède (dans lequel l’assistance est priée de reconnaître l’Alsace délivrée des griffes du Saint-Empire). Néanmoins, le spectacle que la société citadine offre d’elle-même au regard du souverain n’en est pas pour autant neutralisé ou réduit à quelques vagues notes « couleur locale ». La cité a délégué sa hiérarchie de pouvoirs à la réception du roi : d’abord sous la forme des honneurs militaires, en plaçant plusieurs compagnies formées pour la circonstance par différents membres du corps bourgeois très en avant sur la route de Saverne (d’un seul côté, comme si le roi les passait en revue), puis sous la forme de l’hommage municipal (« le surplus des Bourgeois des Vingt Tribus, en habits décents et couverts de leur manteau de cérémonie », formant haie d’honneur jusqu’à l’arc). On ne manque pas de rappeler la contribution de Strasbourg aux défilés des villes libres de l’Empire. On se souvenait du précédent de 1681, puisque la municipalité de 1744 fit traduire un fragment du Théâtre cérémoniel de Jean-Christian Lunig qui avait servi cette année-là afin d’obtenir que soit maintenu le privilège consistant pour le corps de ville à se tenir debout au lieu de rester genou fléchi pendant la harangue adressée au souverain. Le parcours de Louis XV indique aussi que le roi de guerre visite une ville qui est à la fois une tête de pont et une place-forte, d’où l’attention portée à le diriger vers une inspection des remparts de la citadelle, après un rassemblement général des troupes sur l’esplanade séparant celle-ci de la ville.

  • 25 Voir Alain-Charles Gruber, Les grandes fêtes et leur décor à l’époque de Louis XVI, Genève/Paris, (...)

18La liaison avec les entrées de Napoléon peut être faite en s’arrêtant brièvement sur l’entrée de Marie-Antoinette en 1770, faisant suite à deux autres futures reines venues de l’Est de l’Europe en 1725 et 1747. C’est l’archevêché qui règle le cérémonial de la « remise » de la jeune souveraine à la France, en collaboration avec l’intendant d’Antigny et avec Choiseul. La « livraison » se fait sur la frontière même, avec un pavillon en charpente (pierres de taille peintes en trompe-l’œil) dressé sur l’île du Rhin à mi-chemin entre Kehl et Strasbourg. Une fois prise en mains par sa suite française, elle matérialise son entrée à Strasbourg en franchissant un arc de triomphe placé sur la rive gauche du Rhin, d’inspiration très proche de l’arc de 1744 à ce détail près qu’il n’y a pas de statue équestre du roi au sommet, mais un obélisque orné d’une statue de Mercure25. C’est là que la délégation municipale s’est placée et qu’a lieu la harangue de bienvenue. L’arrivée en ville se fait par la porte du Rhin, et le parcours passe par la cathédrale pour s’achever au palais Rohan. La terrasse du palais est reliée par un pont de bateaux accolés les uns aux autres et transformés en vaste parterre de verdure à l’autre rive de 1Ίll, sur laquelle un somptueux décor dissimule l’irrégularité des maisons. C’est une ville d’opérette qui a été dressée là, pour enjoliver la vue offerte à la souveraine. Mais on ne fait là que reprendre l’inspiration retenue seize ans plus tôt pour Louis XV, qui avait également eu droit à cette décoration de la rive droite de 1Ίll, prétexte à un brillant feu d’artifice tiré par-dessus, et la terrasse du palais épiscopal lui avait également servi de tribune pour assister aux jeux et exercices nautiques offerts par les bateliers.

  • 26 Voir la relation donnée par l’apothicaire de l’armée Cadet de Gassicourt, « Notes sur l’Alsace », (...)
  • 27 Voir l’arrêté pris par le maire Hermann le 26 septembre 1805, Archives municipales de Strasbourg, (...)
  • 28 Zoltan-Etienne Harsany, La vie à Strasbourg sous le Consulat et l’Empire, Strasbourg, Éditions des (...)

19Napoléon, quant à lui, traverse Strasbourg le 26 septembre 1805 pour conduire ses troupes en campagne vers l’est contre les forces austro-russes, et de nouveau, mais en sens inverse, le 22 janvier 1806. C’est donc le roi de guerre que l’on honore, dans le premier cas, et le conquérant victorieux qui a apporté la paix dans le second. Il n’entre évidemment plus dans une ancienne ville allemande gagnée par la France, mais dans la ville majeure de l’Est de l’Empire français qui fait face à une Allemagne vassalisée (la paix de Presbourg, signée après Austerlitz, va en effet provoquer le démantèlement du Saint-Empire et la naissance de la Confédération du Rhin). Sur le trajet aller, le recyclage du cérémonial de 1744 semble manifeste, même si l’organisation de l’opération a mobilisé plusieurs instances différentes. À côté de la municipalité et de la préfecture, on trouve plusieurs architectes dont Blondel et surtout Fontaine, des représentants du mobilier de la Couronne envoyés par l’intendant général Daru. Beaucoup d’énergie a été employée pour former la Garde d’Honneur sur un pied digne des escadrons de cavalerie vêtus en hussards (et formés par des représentants des corps des aubergistes, des brasseurs, des négociants, des bouchers...) qui s’étaient portés au-devant de Louis XV. La valeur et la fonction militaire de Strasbourg sont soulignés d’emblée, puisque Napoléon est conduit aux fortifications et à l’Arsenal26, et la ville a été mise à contribution pour loger dignement des milliers d’officiers de la Grande Armée en partance pour l’est27, alors même que l’espace strasbourgeois est déjà quadrillé de casernements destinés à la garnison permanente (5 à 6 000 hommes logés à la citadelle ou dans le centre-ville) et à la toute neuve compagnie de réserve départementale28. Néanmoins, il s’agit davantage d’une revue de troupes que d’une inspection des glacis et de l’Arsenal (qui aura lieu de manière complète deux jours plus tard, le 28), dans la mesure où les opérations se déroulent bien sur des champs de manœuvres ou des zones déjà très marquées par l’empreinte des militaires.

  • 29 Le Moniteur du Bas-Rhin, 27 septembre 1805.

20La remise des clés se fait de la manière la plus stéréotypée qui soit, Napoléon respectant d’ailleurs la tradition qui veut qu’elles soient rendues immédiatement au maire et prononçant des paroles convenues telles que : « Elles ne peuvent être dans de meilleures mains29 ». L’arc dressé à la porte de Saverne recycle toujours fortement les modèles classiques. La station devant la cathédrale est respectée, de même que le terme de l’itinéraire, qui demeure le palais épiscopal, à cette différence près qu’il a été vendu comme bien national et qu’il est désormais une propriété de la ville offerte à l’empereur en échange de l’hôtel de Darmstadt, futur hôtel de ville. C’est donc un palais impérial, en cours d’aménagement et surtout d’ameublement, que le souverain vient occuper, en plein cœur de la cité, mais au terme d’un échange de bons procédés avec les autorités et non comme une imposition autoritaire de sa volonté.

  • 30 Relation des fêtes données par la ville de Strasbourg à Leurs Majestés impériales et royales, les (...)
  • 31 Ibid., p. 11.
  • 32 Ibid., p. 14.

21Le retour victorieux de l’empereur est cependant prétexte à un parcours différent (à rapprocher de celui des reines de l’Est), après le franchissement d’un arc de triomphe conçu par Benjamin Zix et installé à la sortie du pont du Rhin. On aperçoit de nouveau l’importance et la spécialisation fonctionnelle des environs de Strasbourg. En janvier 1806, en effet, la Garde d’Honneur et le corps municipal se rendent, par la porte Blanche, « à la limite de la banlieue30 ». Le parcours de l’empereur est en effet la route de Kehl, point de ralliement de la classe laborieuse de la ville pour ses bals, guinguettes, et lieux de délassement, ce qui explique pour partie l’affluence (« La ville n’était plus dans la ville », dit le texte imprimé pour l’occasion31). Mais il s’agit aussi d’un symbole de la vulnérabilité de Strasbourg à des offensives venues du monde germanique, notamment pendant les guerres les plus récentes, celles de la Révolution (le général Desaix a d’ailleurs un monument à l’île des épis, entre deux bras du Rhin, au-delà de la porte des Bouchers). Au-delà de ce mausolée, où sont rassemblés les élèves du lycée, le clergé, les administrations, la route est marquée par une impressionnante suite de « camps », c’est-à-dire de tableaux vivants dans lesquels les métiers strasbourgeois cherchent à s’illustrer au mieux de leurs compétences : « C’était la masse du peuple de Strasbourg, groupé devant des camps formés de plus de cinq cents tentes, et divisé par état, professions et métiers32. » Les jardiniers ont composé des pyramides de verdure, les serruriers s’exercent à forger et présentent au passage de Napoléon une couronne de fer... Les mêmes corps de métiers défileront en tenue d’apparat le soir même devant la terrasse du palais Rohan, à leur initiative, précise-t-on. Dans cette procédure d’entrée à Strasbourg de 1806, donc, le rôle des troupes est devenu des plus réduits (à peine quelques rassemblements sur les places à l’intérieur de la ville ou quelques haies d’honneur), et l’initiative est bien revenue à la communauté municipale. Même si l’on peut douter de la spontanéité de toutes les manifestations, on y constate que le souverain est moins fêté en conquérant qu’en pacificateur.

4. À Paris, l’élaboration d’une nouvelle voie triomphale

  • 33 Voir Maurice Guerrini, Napoléon et Paris. Trente ans d’histoire, Paris, Librairie Téqui, 1967, p.  (...)

22À l’origine, après la victoire d’Austerlitz, le vœu du conseil municipal de Paris et la volonté de Napoléon lui-même désignaient une entrée est, la barrière du Trône (ou l’emplacement de l’ancienne Bastille), pour être le point d’implantation d’un monument triomphal33. On n’a pas d’indication sur les raisons de la volte-face de l’empereur, qui se prononça un an plus tard pour la barrière de l’Étoile, mais on peut soupçonner qu’il réalisa que le choix initial, logique en termes commémoratifs, n’aurait pas de conséquences positives en matière de requalification de l’espace urbain parisien. Il aurait abouti en effet à diriger un éventuel cortège vers un emplacement qui, après la démolition de la Bastille, était devenu une place aux usages encore incertains, comme le montrent les atermoiements à propos de la fontaine qui devait l’orner (l’éléphant n’était encore qu’une réplique en plâtre), et surtout il l’aurait dirigé vers l’étroite et populeuse rue du Faubourg Saint-Antoine. L’arc de triomphe n’était pas encore achevé, en 1810, quand l’empereur inaugura le nouvel axe ouest-est en franchissant la barrière de l’Étoile avec Marie-Louise pour aller épouser celle-ci aux Tuileries. Ils venaient, rappelons-le, de Compiègne, donc de la « route du nord », et rien ne leur imposait de faire ce détour pour entrer par l’ouest. Pour rendre crédible l’opération, on avait édifié une copie grandeur nature de l’arc, échafaudé et planté sur un décor en bois. Napoléon et Marie-Louise sont seuls en voiture avec Murat et la reine Caroline, le reste du cortège descendant à pied vers le Caroussel et les Tuileries (c’est d’ailleurs la fin du parcours qui a été retenue pour les commandes présentées en 1811 au Salon, et non l’entrée elle-même). C’est aussi l’occasion de transformer les Champs en une vaste allée monumentale (tentes et chapiteaux y sont dressés pour accueillir le banquet de la Garde et des officiers généraux) et de maximiser l’ampleur du décorum en exploitant les potentialités d’aménagement de la Concorde (la place tout entière est entourée d’orangers en feu, la façade du Palais-Bourbon décorée en temple de l’Amour, le pont de la Concorde en avenue d’obélisques). L’espace de cette trouée ouest-est ainsi redirigé est finalement ouvert à la foule pour la fête. Napoléon n’eut guère d’autre occasion, à vrai dire, de l’utiliser pour entrer dans Paris. Mais cela présageait une rupture de taille avec la tradition des monarchies françaises.

  • 34 Voir l’analyse de René Plllorget, « Quelques aspects de l’entrée de Louis XIV et Marie-Thérèse à P (...)

23Depuis le Moyen Âge, sans que ce soit une règle absolue, l’entrée royale se faisait en effet par la porte Saint-Denis (ce qui faisait le lien entre la légende de la christianisation de Paris et l’abbaye des sépultures des rois, donc entre la capitale et la dynastie). En principe donc, la procession va tout droit le long de la rue Saint-Denis, passe la Seine par le Grand-Pont (i.e. le Pont-au-Change, au Châtelet) pour effectuer une station à Notre-Dame, puis elle repart vers le palais où demeure le roi. Ce point d’arrivée change donc avec le temps, de l’emplacement de l’actuel Palais de Justice, dans l’île de la Cité, jusqu’au Louvre puis aux Tuileries, ce qui signifie que pour l’époque qui nous intéresse le cortège devait repasser la Seine, ce qui était fait le plus souvent au Pont-Neuf. Les exceptions sont rares, et indiquent soit une volonté exceptionnelle de soumettre l’espace municipal au fait du prince, au sens de sanction ou bien d’arbitraire, soit une entrée précipitée et dépourvue de cérémonial réglé. Ce fut le cas, ainsi, pour Louis XIV en 1660, qui arriva (de Saint-Jean-de-Luz, lieu de son mariage) non par le nord, ni par le sud, mais par l’est. À l’endroit même où les troupes de Condé et Turenne s’étaient battues au cours de la Fronde, devant Paris, aux portes du faubourg Saint-Antoine, le roi a fait dresser un trône à colonnes et à deux étages, où il attend les représentants de la ville, dont l’accueil au souverain s’apparente à une résipiscence (le prévôt des marchands De Sèze et les échevins), ainsi que divers princes et princesses jugés les plus « coupables ». L’édifice est orienté de telle manière qu’en cheminant depuis la porte Saint-Antoine, il aperçoivent de très loin à la fois le couple royal en majesté mais aussi la silhouette du donjon de Vincennes, à leur gauche. Lorsque Louis XIV reprend sa marche, il impose au cortège un itinéraire parisien entièrement marqué par la monarchie (rue Saint-Antoine, pont Notre-Dame, place Dauphine, Louvre), au sens de l’œuvre urbanistique (palais, places, lotissements) comme des appuis politiques (tribut est rendu aux fidèles du jeune roi, ainsi qu’à la reine-mère car le cortège passe devant l’hôtel de Beauvais où demeurait Anne d’Autriche)34. Mais Louis XVIII, le 3 mai 1814, respectera chacune des étapes classiques, en insistant spécialement sur le Pont-Neuf, comme on l’a vu.

  • 35 La sacralité de ces temples civiques demeurait précaire et contestée, par le religieux pour l’un, (...)
  • 36 Le fait est noté par la plupart des voyageurs anglais visitant Paris sous la Première ou la Second (...)

24Les portes nord de Paris, Saint-Denis et surtout Saint-Martin, étaient des points de passage de l’enceinte de Philippe-Auguste qui s’étaient trouvées rehaussées en termes de prestige et « fixées » comme point de soumission symbolique de la Ville au souverain par les embellissements de Louis XIV. Le tracé des rues Saint-Martin et Saint-Denis garantit à ces rues, au début du xixe siècle comme au Moyen Âge et à l’époque classique, un débouché majeur dans et hors la capitale. Une fois franchies les barrières de l’octroi (le mur des Fermiers Généraux ayant été construit à la veille de la Révolution), puis les arcs de triomphe matérialisant l’une et l’autre des deux portes, les rues conduisent directement au centre politique (Palais de Justice, Louvre, Tuileries) et économique (les Halles) de Paris. Aussi les deux portes gardent-elles cette fonction symbolique de points de passage, même après l’incendie des barrières et des bureaux de l’octroi en juillet 1789 et malgré les efforts de la Révolution pour investir d’autres lieux de l’espace parisien, les reconvertir éventuellement (Panthéon, champ de Mars) et les rattacher à la nation souveraine35. Elles la gardent d’autant mieux que de 1795 à 1830 les « grands boulevards » connaissent une importance croissante comme lieux à la fois d’attraction, de rassemblements festifs et de loisirs36, et comme lieux de concentration de commerces variés. Gantiers, artisans du cuir, tailleurs et modistes s’ajoutent aux fonctions économiques plus traditionnelles du quartier et de ses environs : entrepôt et commerce des subsistances, proche de la Halle aux grains, et point de convergence de multiples trafics conduisant vendeurs ruraux, maraîchers et commissionnaires au cœur de la capitale. De plus, pour l’essentiel, la guerre a conduit la Grande Nation vers les frontières du nord et du nord-est : départs de troupes et défilés de conscrits se sont donc régulièrement effectués par cette voie bien particulière, ce que n’ont pas manqué de fixer la gravure et la peinture (tableau du salon de 1807), et qui a encore valorisé les deux portes. Les boulevards étaient encore parfois dénommés « le camp », au début du xixe siècle, à cause des stations qu’y faisaient les troupes, au milieu des promeneurs. Si l’une et l’autre artères étaient devenues assez interchangeables, il ne fait pas de doute que les Bourbons étaient déterminés à rétablir la porte et la rue Saint-Denis dans leur dignité de « voie royale ». Cette prérogative fut respectée d’emblée par les souverains étrangers de la coalition de 1814, le tsar et l’empereur François, en l’occurrence, qui se contentèrent de la porte Saint-Martin pour faire leur entrée dans Paris, quelques jours avant que Louis XVIII n’arrive lui-même le 3 mai 1814 par la porte Saint-Denis.

  • 37 C’est d’ailleurs la municipalité de Paris qui est seule organisatrice de la cérémonie (avec le min (...)
  • 38 Françoise Waquet, Les fêtes royales..., op. cit., p. 96-97.

25Peu importe donc qu’en 1814 les Cosaques campent sur les Champs-Elysées : la future avenue n’est alors qu’une promenade de périphérie urbaine et l’arc en cours de construction n’a de valeur que comme perspective monumentale. Ce n’est pas cet espace-là qui intéresse les souverains, ni le public, et aucun investissement symbolique n’y est pour l’heure envisageable. C’est au contraire une curiosité bon enfant, teintée d’exotisme, qui s’exerce sur ces campements de cavaliers, cette boucherie militaire installée sous l’arc, et ce va-et-vient de prostituées et de femmes légères que de nombreuses gravures ont représenté. En 1823, l’accueil du duc d’Angoulême de retour de l’expédition d’Espagne se fait par les Champs-Elysées mais ne constitue pas une véritable entrée : rien n’est d’ailleurs prévu aux Tuileries37 et on recherche simplement un champ où faire commodément défiler les « fils de saint Louis » sous les acclamations d’un peuple dont le régime espère avoir satisfait la soif de faits d’armes et de victoires. Le temple adapté d’une tente de campagne et les colonnes rostrales érigés pour l’accueil du prince, à la barrière de l’Étoile, masquent mal la masse nue et inutilisée de l’arc de triomphe, toujours inachevé38.

  • 39 Avner Ben Amos, « The sacred center of power : Paris and the republican State funerals », Comparat (...)
  • 40 Avner Ben Amos, Funerals, Politics and Memory in Modern France, Oxford, Oxford University Press, 2 (...)

26Un siècle après, il en ira tout autrement. Des suicides ont été rapportés à Paris après le défilé des troupes allemandes sur les Champs-Elysées en 1940, qui constituait une humiliation sans nom. À l’inverse, personne, en 1940, ne s’est soucié de la porte Saint-Denis (et aujourd’hui, celle-ci existe à peine, entre des boulevards abandonnés à l’automobile et des quartiers de mauvaise réputation, quoique l’arc ait été restauré et que l’inscription « Ludovico Magno » soit redevenue visible). Que s’était-il passé ? En fait, c’est dès 1840 que l’on peut observer le changement de perspective, donc finalement la réussite de Napoléon dans sa tentative de requalification de l’espace symbolique du pouvoir à Paris. Le retour des cendres lui offrit en effet un triomphe à titre posthume et consacra l’arc de l’Étoile, qui avait été achevé en 1836 seulement, et l’axe des Champs-Elysées comme un lieu majeur de l’identification de Paris et de la patrie française : bref, comme un « centre sacré du pouvoir », pour reprendre une formule d’Avner Ben Amos, qui n’a pas manqué de remarquer que le cortège du retour des cendres suivait un itinéraire qui était quasiment le reflet inversé de celui des funérailles royales39 (l’un entre dans Paris pour aller aux Invalides, l’autre sort de Paris pour se diriger vers Saint-Denis). En dépit de son association avec deux régimes monarchiques, l’arc devait être récupéré par la IIIe République avec un certain bonheur, mais cette captation d’héritage demanda du temps : une première étape d’abord en 1885, en y faisant exposer la dépouille de Victor Hugo (au départ de la cérémonie qui le conduisait au Panthéon), puis une deuxième au lendemain de la Première Guerre mondiale en y faisant fixer la sépulture du Soldat inconnu (de préférence au même Panthéon, qui fut un temps évoqué)40. Mais bien sûr il a fallu aussi que dans le temps long, le bâti urbain et les limites administratives de Paris s’étendent, qu’à la place de l’Étoile s’agrègent de nouveaux quartiers de prestige, et enfin que le réseau ferroviaire modifie les marques visuelles et les habitudes liées à l’entrée dans la capitale.

27Les lieux de l’entrée sont donc investis de significations par les usagers et les spectateurs de l’espace urbain. Ils sont identifiés, « marqués » par des pratiques sociales (voyage et ses itinéraires, promenade hors la ville, « délassements » en banlieue, passage de l’octroi, sociabilité ostentatoire du boulevard, sociabilité et spectacles militaires), sur lesquelles renchérissent les pratiques cérémonielles que nous avons étudiées. La puissance souveraine – éventuellement rattachable aux origines légendaires de la cité, en tout cas soucieuse d’inscrire son empreinte dans l’histoire de celle-ci – entretient donc vivantes ces significations, ce « sens des lieux », bien davantage qu’elle ne transforme la ville en un décor de carton-pâte artificiel ou instrumental. Bien plus, elle peut contribuer à les renouveler et à accompagner des inflexions et déplacements du centre de gravité ou des pôles d’attraction de l’espace citadin. Ce sont néanmoins ces mutations qui ont le dernier mot, car en déclin ou non, le cérémonial ne crée pas à lui seul le sens des lieux.

Notes

1 Richard Cobb, Paris and its provinces, Londres, Oxford University Press, 1975.

2 Voir par exemple Richard Cobb, Les tours de France de Monsieur Cobb, Paris, Éditions du Sorbier, 1984.

3 Louis-Sébastien Mercier, Le Nouveau Paris, Paris, Robert Laffont, 1990 (1799), p. 441.

4 Ibid., p. 442.

5 Lawrence Bryant, The King and the City in the Parisian Royal Entry Ceremony. Politics, Ritual and Art in the Renaissance, Genève, Droz, 1986.

6 Richard A. Jackson, Vivat Rex ! Histoire des sacres et couronnements en France, Strasbourg, Association des Publications près les Universités de Strasbourg, 1984, p. 173.

7 Voir Richard Bonney, L’absolutisme, Paris, PUF, 1989, p. 39-43 ; Michèle Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du xviie et xviiie siècle, Paris, Fayard, 1989, p. 410-429 ; Jean de Vlguerie, « Le roi et le public ; Louis XV », Revue Historique, 1987, p. 23-32.

8 François Moureau, « Les entrées royales ou le plaisir du prince », xviiie siècle, 17, 1985, p. 206. Avis identique chez Raphaëlle Bruyere, « Les entrées de Louis XV : le dépérissement d’un rituel monarchique », in Jean-William Dereymez, Olivier Ïhl et Gérard Sabatier (dir.), Un cérémonial politique : les voyages officiels des chefs d’État, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 90-94.

9 Dans l’Histoire d’un conscrit de 1813 d’Erckmann-Chatrian (1864), le passage à toute allure d’une voiture aux fenêtres closes dans un Phalsbourg plongé dans la nuit, figure la frustration provoquée par un trop maigre spectacle, mais aussi l’arbitraire du despote, usant brutalement des villes aussi bien que des soldats, comme des instruments d’une gloire égoïste.

10 Mémoires de Marchand, Paris, Hachette, 1983, t. 1, p. 372.

11 Lettre à la comtesse Beugnot, 28 octobre 1812, in Stendhal, Correspondance, Paris, Gallimard, 1962, t. 1, p. 470.

12 Annie Jourdan, Napoléon. Héros, imperator, mécène., Paris, Aubier, 1998, p. 293.

13 Voir quelques éléments sur les débuts de Zix dans Régis Spiegel, Dominique-Vivant Denon et Benjamin Zix. Témoins et acteurs de l’épopée napoléonienne, 1805-1812, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 78-79 et p. 128-129. Cf. aussi Napoléon, images et histoire. Peintures du château de Versailles, Paris, Réunion des musées nationaux, 2000, pour un récapitulatif des commandes officielles du régime.

14 Thomas Crow, L’atelier de David. Émulation et Révolution, Paris, Gallimard, 1998, p. 302.

15 Marie-Claire Vitoux, « Une entrée royale au xixe siècle : Charles X à Mulhouse en 1828 », Histoire, Économie et Société, 17, 1998, no 2, p. 23-33.

16 Christophe Laborde, « Les voyages du roi : les représentations du pouvoir royal sous la Restauration », in Jean-William Dereymez, Olivier Ihl et Gérard Sabatier (dir.), Un cérémonial politique..., op. cit., p. 112.

17 Voir la lettre du comte Decazes, ministre de la Police générale, au baron Gérard, 1er août 1817, in Henri Gérard (éd.), Lettres adressées au baron Gérard, Paris, 1886, t. 2, p. 162-163.

18 François Joseph Bélanger, « Quelques idées relatives à l’entrée de Louis XVIII dans Paris », Archives nationales, F1cl, 106, cité par Françoise Waquet, Les fêtes royales sous la Restauration ou l’Ancien Régime retrouvé, Paris/Genève, Arts et Métiers Graphiques/Droz, 1981, p. 135. Il s’agit d’un mémoire adressé au gouvernement par cet ancien inspecteur des Menus Plaisirs et architecte du comte d’Artois, fin connaisseur des fêtes de l’Ancien Régime.

19 Amable Barante, Souvenirs du baron de Barante, Paris, Dentu, 1898, t. 1, p. 44.

20 Emmanuel de Las Cases, Le mémorial de Sainte-Hélène, éd. Marcel Dunan, Paris, Flammarion, 1964, t. 1, p. 96.

21 Affaires étrangères, 676, et Fleury de Chaboulon, Les Cent Jours. Mémoires pour servir à l’histoire de la vie privée, du retour et du règne de Napoléon en 1815, t. 1, p. 183 qui donne : « À défaut de (...) tiens, en voilà les portes. »

22 Alain Roy, « Pouvoir politique et prestige monarchique : les entrées royales à Paris en 1660 et à Strasbourg en 1681 », in Georges Livet et Bernard Vogler (dir.), Pouvoir, ville et société en Europe, 1650-1750, Éditions du CNRS/Éditions de la Société Savante d’Alsace, 1983, p. 317-320.

23 J.-M. Weis, Relation de ce qui a été observé à Strasbourg pour les réjouissances de la convalescence du roi, pour son entrée et réception, le 5 octobre 1744 et pendant le séjour de Sa Majesté dans cette ville, Strasbourg, 1744, et Représentation des fêtes données par la ville de Strasbourg pour la convalescence du roi, à l’arrivée et pendant le séjour de sa majesté dans cette ville, Paris, 1744 (recueil de gravures).

24 Relation de ce qui a été observé..., op. cit., p. 5.

25 Voir Alain-Charles Gruber, Les grandes fêtes et leur décor à l’époque de Louis XVI, Genève/Paris, Droz, 1972, p. 40-42.

26 Voir la relation donnée par l’apothicaire de l’armée Cadet de Gassicourt, « Notes sur l’Alsace », Revue d’Alsace, 42, 1876, p. 515.

27 Voir l’arrêté pris par le maire Hermann le 26 septembre 1805, Archives municipales de Strasbourg, 3° Police, liasse 279.

28 Zoltan-Etienne Harsany, La vie à Strasbourg sous le Consulat et l’Empire, Strasbourg, Éditions des Dernières Nouvelles de Strasbourg/Istra, 1976, p. 405-408. Créée par le décret impérial du 14 mai 1805, la réserve comprend alors 120 hommes, logés dans l’angle ouest de la ville au quartier du Fort Blanc.

29 Le Moniteur du Bas-Rhin, 27 septembre 1805.

30 Relation des fêtes données par la ville de Strasbourg à Leurs Majestés impériales et royales, les 22 et 23 janvier 1806 à leur retour d’Allemagne, Strasbourg, 1806, p. 17.

31 Ibid., p. 11.

32 Ibid., p. 14.

33 Voir Maurice Guerrini, Napoléon et Paris. Trente ans d’histoire, Paris, Librairie Téqui, 1967, p. 178-179 ou Marie-Louise Biver, Le Paris de Napoléon, Paris, Arthaud, 1964, p. 234-246.

34 Voir l’analyse de René Plllorget, « Quelques aspects de l’entrée de Louis XIV et Marie-Thérèse à Paris le 26 août 1660 », in Les entrées. Gloire et déclin d’un cérémonial, Biarritz, J&D Éditions, 1997, p. 207-22, et celle de Lawrence Bryant, The King and the City, op. cit., p. 297-315.

35 La sacralité de ces temples civiques demeurait précaire et contestée, par le religieux pour l’un, le militaire pour l’autre. De l’ouvrage de Mona Ozouf, La fite révolutionnaire, Paris, Gallimard, 1975, on retire l’impression d’un échec relatif de la Révolution à réorienter et requalifier profondément les inflexions symboliques de l’espace parisien. On peut comparer son approche à celle de Marie-Louise Biver, Fêtes révolutionnaires à Paris, Paris, PUF, 1970.

36 Le fait est noté par la plupart des voyageurs anglais visitant Paris sous la Première ou la Seconde Restauration, où la jeunesse royaliste s’affiche bruyamment dans quelques établissements du boulevard comme le café de Gand (c’est l’origine de l’expression : les « gandins »). Sur les activités des parages de la porte Saint-Denis sous la Révolution et l’Empire, voir Richard Cobb, Paris and its provinces, op. cit., p. 33-59.

37 C’est d’ailleurs la municipalité de Paris qui est seule organisatrice de la cérémonie (avec le ministère de la Marine). La réception du prince par la Ville est quant à elle maintenue, dissociée dans le temps comme le veut l’usage.

38 Françoise Waquet, Les fêtes royales..., op. cit., p. 96-97.

39 Avner Ben Amos, « The sacred center of power : Paris and the republican State funerals », Comparative Studies in Society and History, 23, 1990, p. 334-67.

40 Avner Ben Amos, Funerals, Politics and Memory in Modern France, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 145-162.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540