Version classiqueVersion mobile

Les mises en scène(s) de l’espace

 | 
Nicolas Bourguinat
, 
Jean-Michel Mehl

Troisième partie. Disputer l'espace : voies et esquives du pouvoir

Un conte de deux villes : lectures biographiques du West End londonien

Dana Arnold
Traduction de N. Bourguinat et R. Rogers

Note de l’éditeur

[Les recherches nécessaires à ce travail ont reçu l’aide d’une bourse du Getty Researh Institute de Los Angeles, et du Center for Research in Arts, Social Science and Humanities de l’Université de Cambridge.]

Texte intégral

1Le rôle de la biographie en histoire de l’architecture a été largement limité aux récits de la vie des architectes et de leurs commanditaires. À l’opposé, cet essai s’attache à la façon dont des individus ou acteurs spécifiques peuvent servir à expliquer des réseaux de relations sociales, culturelles et spatiales ou à les articuler. Mon intention est ici d’explorer les usages de méthodes biographiques dans l’analyse des relations entre l’individuel et le social dans le cadre particulier du quartier du West End de la ville de Londres du début du xixe siècle. L’objectif plus large que poursuit ce travail est de rechercher comment l’histoire des villes et des espaces peut être pratiquée hors de la prééminence habituelle de ceux qui commanditent et de ceux qui bâtissent l’infrastructure urbaine, des intérêts des uns et des carrières des autres. Ce nouveau cadre met en évidence des significations et des stratégies personnelles dans le domaine architectural, et fait ressortir les contextes dans lesquels les existences individuelles ont été vécues. À cette fin, j’utilise deux acceptions différentes de la biographie – celle qui a un héros, un individu sujet particulier, et celle qui traite d’un collectif anonyme telle la bourgeoisie prise comme groupe. Ces deux aspects de la biographie peuvent être vus comme des indicateurs du vieux et du nouveau Londres, en termes de rites sociaux et de pratiques culturelles déployés dans l’espace urbain du West End.

  • 1 Ici, les termes de classe moyenne et de bourgeoisie sont interchangeables. Pour une discussion sur (...)
  • 2 Charles Baudelaire, « Le peintre de la vie moderne », Curiosités esthétiques, Paris, Garnier, 1999, (...)

2Les deux concepts d’individu et de foule peuvent se rencontrer dans la bourgeoisie citadine, cette classe moyenne1 en formation qui se distingue de celle qui la précédait au xviiie siècle par ses effectifs et par le rôle vital qui est le sien dans le gouvernement de la cité, de la société et de l’économie. La bourgeoisie londonienne se situe dans le cousinage des « flâneurs(ses) » de Charles Baudelaire, observateurs nonchalants du « paysage des grandes cités », qui se sentent chez eux dans le flot anonyme de la foule urbaine. Leur sensibilité aux signes et aux impressions de la « pompe de la vie2 » leur donnait assez de sophistication analytique pour mettre au jour les significations de la ville, ce qui fait d’eux des intermédiaires idéaux entre les moments importants de l’histoire de Londres et le temps présent. Le (la) flâneur(se) — un individu anonyme, à la lisière de la foule — faisait partie du projet baudelairien de capturer la nouveauté contingente et éphémère du présent. Il (elle) représente la notion d’observateur de la vie quotidienne, et Baudelaire affirmait que la rencontre avec la nouveauté était dérangeante, cet aspect fondamental de la vie moderne étant manifeste dans les représentations spatiales de la grande ville.

  • 3 Georges Bataille, La part maudite, Paris, Éditions de Minuit, 1967 (1949), p. 84.

3La sensibilité à la ville, en termes de réponses psychologiques au nouvel environnement citadin, de réalité physique des foules, au mouvement et à l’état de flux permanent, peut être en cohérence à certains moments avec ce personnage isolé et avec les interactions sociales et institutionnelles inhérentes à ce cadre urbain. Ces nouvelles relations sociales redéfinissaient la ville et présentaient un environnement urbain qui, simultanément, embrassait la modernité du présent, avec toutes ses innovations, et reconfigurait le passé pour re-présenter sa nature et ses aspirations. Cette méthode de biographie anonyme est suppléée par l’étude d’un individu particulier, ici en l’occurrence un héros de guerre. D’où l’intérêt particulier qu’on portera ici à la construction physique de la notion d’héroïsme par une société capitaliste et consumériste où la bourgeoisie jouait un rôle important. Georges Bataille, en identifiant une société militariste authentique comme une entreprise dans laquelle la guerre est un moyen de développement du pouvoir, une progression ordonnée de l’Empire3, a retracé cela en termes anthropologiques. Cela fournit un cadre acceptable pour la célébration des héros et les autres pratiques culturelles militaro-impérialistes qui appuient tacitement la guerre et le colonialisme, et c’est spécialement pertinent pour le West End londonien où la présence de systèmes élitistes peut être étudiée à travers la nature capitaliste de la modernité. Au-delà, cela révèle à quel point la notion de sacrifice, et à travers elle, la notion d’héroïsme (le détail des actes accomplis par un individu au cours de sa vie), jouèrent un rôle essentiel dans le développement de l’urbanisme à Londres. À cette fin, le duc de Wellington fournit un cas d’école : le héros en relation avec les récits biographiques de l’urbanisme. La carrière du duc se divise en deux parties distinctes : son épopée prodigieuse de chef militaire, et finalement de patron des forces anglaises dans la défaite ultime de Napoléon à Waterloo, qui fit de lui un héros national ; et, ainsi devenu célèbre et admiré, il fut invité à entrer dans le gouvernement tory de Lord Liverpool, ce qui fut le point de départ d’une carrière qui culmina avec les fonctions de Premier ministre en 1828-1830 sans être tout à fait étincelante. De plus, on connaît son allégeance à l’« ancien » système politique, symbolisée par son refus de soutenir les appels à l’élargissement du corps électoral, spécialement ceux venus de la classe moyenne.

Ill. 1
Plan montrant le West End, Regent Street et Regent’s Park.

  • 4 Comme l’écrit Bataille, ibid., p. 94, cet acte de sacrifice rend à l’univers sacré ce que « l’usage (...)

4Mais comment relier le duc à la demande de sacrifice émanant de la société, et pour ce qui nous concerne plus particulièrement, quel impact le fait de combler ce désir a-t-il eu sur les récits biographiques du paysage urbain ? La réponse réside-telle pour une part dans notre besoin de consommer des héros – qui fait d’eux immédiatement un objet de commodité et un exutoire à notre propre violence intérieure4 ? La foule, ou la bourgeoisie citadine, et le duc de Wellington, fournissent le sujet anonyme et le sujet individuel qui sont nécessaires à une lecture biographique des espaces de la grande ville. Cela commence avec Regent Street, souvent considérée comme le noeud des échanges sociaux et commerciaux de la metropolis londonienne du début du xixe siècle. À l’extrémité nord de la rue se trouve Regent’s Park, une zone de développement spéculatif de maisons attenantes et de villas de grand prix (ill. 1). La terminaison sud de la rue, Waterloo Place – en elle-même une illustration de la façon dont le nom du duc fut absorbé par les logiques mercantiles de la spéculation immobilière – se trouve face au palais de Carlton House, la résidence du prince régent, le futur Georges IV. L’orientation se déplace alors vers Hyde Park Corner, porte d’entrée du West End et exemple d’urbanisme monumental ancré dans la tradition européenne de l’architecture triomphale. La relation entre Hyde Park Corner et les parcs royaux du West End invite à considérer l’interaction entre les foules et ces espaces publics monumentaux, espaces ouverts, de création récente. Ces exemples peuvent être vus comme des espaces contestés, où se dévoile la dynamique existant entre l’individu et la foule. On peut aborder ces espaces à travers les concepts d’antiquité et de modernité, ou bien de société ancienne et de société nouvelle, et c’est là que différents réseaux de relations sociales et culturelles se relient aux récits biographiques de la ville. Le poids croissant de Londres comme plate-forme centrale de la vie anglaise, aux plans économique, social et politique, aboutit à une surexposition de la vie publique des gens qui étaient engagés dans ces sphères-là. Et c’est là que les deux royaumes, d’une part de l’élite aristocratique, d’autre part de la bourgeoisie, se rencontrent pour effectuer le processus d’adaptation nécessaire pour intégrer la classe moyenne en expansion.

1. De nouveaux axes pour Londres

  • 5 Sholto Percy, The Percy History and Interesting Memorial on the Rise, Progress and Present State of (...)
  • 6 E. M. Butler (éd.), A Regency Visitor. The English Tour of Prince Pückler-Muskau Described in his L (...)

5La prédominance de la Tamise comme axe de circulation de Londres impliquait que le plan de la ville enserre le fleuve qui l’étirait le long d’un axe est-ouest. À partir de la fin du xviiie siècle, Londres est entouré d’un anneau de villégiatures, créant une sorte de zone-tampon qui donne à la ville une forme particulière. Cette forme est décrite dans The Ambulator en 1811 comme ayant à peu près sept miles de long et deux à quatre de profondeur. Londres, selon ce guide et selon la plupart des autres, ne comprend que les circonscriptions de la City of London et de Westminster, ainsi que le borough de Southwark, sur la rive sud de la Tamise. Dans les années 1810, la taille et la forme de Londres avaient augmenté considérablement, au point d’absorber un grand nombre des villégiatures, et l’History de Sholto Percy remarque que cette expansion est continue et « avale toutes les gentilhommières des environs et les incorpore à la grande capitale5 ». Même les villages suburbains d’Islington et d’Hackney étaient désormais absorbés par la métropole. Mais il y avait encore des banlieues – quoiqu’à une distance considérable, ainsi que le note le prince Pückler-Muskau : « Ma promenade de ce matin m’a conduit à près de 30 miles de la ville. Pour leur variété et leur richesse, les environs de Londres surpassent ceux de toutes les autres capitales6. »

6Alors que la métropole débordait sur sa frontière ouest de Hyde Park, une dynamique s’établissait entre la City et le West End. Le logement huppé était situé dans les charmants squares arborés de cette zone. Leur modernité et leur rationalité formait un net contraste avec le dessin tortueux de rues médiévales de la City. La New Road, commencée dans les premières années du xixe siècle fournissait une liaison ouest-est directe indispensable, de Paddington jusqu’à la City. Le périmètre de Londres n’était percé que par des routes en étoile reliant la capitale au reste du pays mais n’offrant pas d’axe transversal traversant la ville. Parmi ces radiales, la grande route du nord traversait Islington pour arriver jusqu’à la City ; la Great West Road reliait Bath à Piccadilly et au West End, tandis que King’s Road reliait Richmond Park et le sud-ouest avec St James’s Park. Les premières décennies du xixe siècle virent s’ouvrir deux axes intra-londoniens importants : le premier, New Street (ill. 2), dessinait un axe nord-sud, coupant le centre de la ville, perpendiculairement à son axe d’expansion majeur ; le deuxième, Hyde Park Corner, renforçait l’orientation est-ouest, mais cette fois beaucoup plus au nord de la Tamise, en reliant cette entrée ouest de Londres avec une série de routes permettant d’accéder à la City, ce qui prolongeait l’axe de la Great Western Road dans un réseau de rues adjacentes formant un coude.

Ill.2
L’Arch at Constitution Hill et Hyde Park Screen, à Hyde Park Corner.
Anonyme, sans date (collection privée).

2. New Street

  • 7 L’histoire de la construction de Regent Street a été traitée par plusieurs auteurs : voir par exemp (...)
  • 8 Premier Rapport à Sa Majesté des Commissaires aux Bois, Forêts et Revenus fonciers, Londres, 1812.
  • 9 53 GeoIII, c. 21.

7New Street, commencée en 1815, connue aujourd’hui sous le nom de Regent Street, creusait un fossé nord-sud à travers la ville en liant les villas et les maisons attenantes des environs de Regent’s Park à Carlton House7 (ill. 2). Le plan fut dessiné par John Nash dans son Report de 18128, qui reçut l’approbation royale le 10 juin 1813 comme « un acte pour une communication plus commode entre Marylebone Park et les parties plus septentrionales de la metropolis, et Charing Cross, et pour la réalisation d’un meilleur réseau d’égouts pour les mêmes »9. New Street devait être bordée d’une belle enfilade de demeures, de boutiques et de bureaux. Des arcades bordaient certaines des demeures afin d’abriter des éléments ceux qui faisaient leurs courses au niveau de la rue. Au-dessus se trouvaient des balcons, d’où les occupants des logements situés au-dessus de ces établissements pouvaient surveiller la scène urbaine. Les considérations esthétiques auxquelles répondait l’ensemble des bâtiments de Regent Street allaient au-delà de l’emploi d’une architecture classique rappelant la grandeur de l’Antiquité, et incluaient notamment la couleur, en faisant obligation d’utiliser des stucs couleur de pierre de Bath sur tous les immeubles se rattachant au projet de Regent’s Park et de Regent Street (ill. 3).

  • 10 Le plan original de Regent’s Park prévoyait non seulement un palais royal mais également l’aménagem (...)

8L’un et l’autre étaient financés et bâtis selon les mêmes méthodes capitalistes en vigueur dans la construction de Londres depuis le début de l’explosion spéculative du début du xviiie siècle. Des spéculateurs et des bâtisseurs issus de la classe moyenne faisaient fructifier les entreprises foncières de l’élite terrienne, tout en augmentant, la plupart du temps, leur propre fortune. Dans le cas de Regent Street et de Regent’s Park, le même système économique servait à la Couronne pour procéder à une restructuration plus cohérente de Londres et à une séparation des classes sociales. Et qui plus est, l’échelle de ces deux projets éclipsait tout ce qu’on avait vu par le passé : Regent Street devait être la plus longue rue de Londres et Regent’s Park tel qu’il était prévu était la plus grande opération de spéculation immobilière que la ville ait jamais vue, en termes d’étendue, de superficie, de volume de logements10. Les aspirations de la bourgeoisie urbaine, son désir de disposer de beaux logements à baux emphytéotiques et sa volonté de spéculer sur la propriété étaient des instruments essentiels de la réalisation de ces projets.

« La grande flânerie: Regent Street », par R Cruikshank, extrait de Pierce Egan, Life in London, 1821 (collection privée).

  • 11 Crown Estate Papers (National Archives, Londres) – désormais Cres 26/1 f 6.
  • 12 Cet acte autorisait les commissaires à emprunter 500 000 £ pour la construction de New Street et un (...)
  • 13 Nash craignait que les spéculateurs privés ne soient réticents à engager des sommes aussi important (...)
  • 14 Cette pratique fut rapidement abandonnée, lorsque Nash lui-même réalisa que certains entrepreneurs (...)

9Quoique la méthode de création des nouveaux immeubles de Regent Street fût identique à celle qu’on utilisait sur les grandes emprises foncières, la construction et le pavage de la rue et l’aménagement des égouts furent financés sur fonds publics. De plus, dans bien des cas, les terrains devaient être achetés, car ils n’appartenaient pas à la Couronne. Il n’est donc pas étonnant que dès lors que le rapport de Nash fut adopté11, les commissaires de New Street tout juste nommés se réunirent pour parler finance12. Il s’agissait de Lord Glenbervie, de W. Dacres Adams et d’Henry Dawkins, tous trois commissaires du Bureau des Bois et Forêts — le département qui supervisait le projet de Regent’s Park13. Les lots furent pour la première fois mis à soumission en 1815, alors que les travaux étaient prêts à commencer14.

  • 15 C’était une tâche énorme et S. P. Cockerell, désormais libéré de ses obligations à Bloomsbury, fut (...)

10La rue était bâtie dans une direction sud-nord. Elle soulageait d’emblée George IV du voisinage de marchands qui était le sien à Carlton House – et le bruit de coups et de cliquetis que provoquaient les ouvriers devant sa porte ne pouvait guère être pire que celui de ceux qui s’affairaient dans son intérieur. De plus, l’autre extrémité de la rue, où Regent’s Park était en cours d’aménagement, était déjà embellie par la présence de la majestueuse Portland Place de Robert Adam. Et quoique New Street fût définie comme une liaison entre le nouveau parc et la ville, la première villa ne fut habitée qu’en 1818. Pendant ce temps, la rue pouvait s’en tirer avec un démarrage de prestige à son extrémité sud, où la Couronne était déjà propriétaire du sol. En vérité, l’espace nécessaire à l’ensemble de la rue nécessita une grande quantité de préemptions foncières. En tout, 741 maisons durent être démolies, dont seulement 386 appartenaient à la Couronne15. On voit ici pour la première fois la Couronne et l’État agir à l’unisson pour réaliser une importante intervention sur le paysage urbain. Les terrains furent pris à l’élite dirigeante, qui possédait la plus grande partie du sol du West End londonien, afin de bâtir un nouveau genre d’environnement citadin.

  • 16 William Wilkins fut invité par les Commissaires aux Parcs à fixer les dédommagements à régler par l (...)

11Regent Street et Regent’s Park possédaient une uniformité stylistique qu’on n’avait jamais vue à Londres. Les éléments stylistiques prévus par les plans signifiaient que l’autorité de l’antique était nécessaire à l’établissement d’une nouvelle classe sociale, et conféraient la grandeur de l’antique à des immeubles urbains par ailleurs ordinaires. Les baux des hôtels particuliers et des maisons attenantes stipulaient que la construction et l’entretien devaient répondre à certains critères de qualité, et des plans étaient parfois fournis par le principal architecte du projet de Regent Street et de Regent’s Park, John Nash. Les commissaires des Parcs et des Rues défendirent vigoureusement l’esthétique du projet, comme déjà dans le cas de Chester Terrace (1824-1825), ensemble bâti par James et Decimus Burton sur un plan initial de Nash. L’enfilade de maisons était la plus longue du parc avec 925 pieds, bordée par 52 colonnes que devaient surmonter des statues traitant le thème des Vertus britanniques. Ce plan monumental devait rivaliser avec Paris, ainsi que l’indiquait Nash en parlant d’une perspective « presque aussi longue que les Tuileries ». Une aigre querelle suivit son achèvement, car les Burton avaient ajouté des ailes supplémentaires au plan de Nash, qui gâtaient la « beauté » de la façade, mais qui lui aggloméraient deux maisons supplémentaires, et les profits qui allaient avec16.

  • 17 Leigh, New Picture of London, Londres, 1820, p. 218.

12New Street eut un impact considérable sur le paysage urbain et transforma l’expérience de la ville. Dans son New Picture of London (1820), Leigh note que « cette vaste et large rue désormais (...) achevée (...), ajoutée au renouvellement de la décoration de Carlton House, aura un grand effet, un effet imposant, digne d’une grande nation17 ». Il poursuit en observant que « le superbe déploiement d’immeubles uniformes » qui borde Regent Street rappelle Rome. En ce sens, New Street offrait une scène adaptée à la mise en scène des pratiques culturelles et sociales de la vie moderne, et un sentiment d’opulence et de sécurité était créé par la colonnade qui flanquait continûment les bâtiments depuis Oxford Circus jusqu’à Charing Cross (ill. 3).

  • 18 Premier rapport, 1812, p. 89.

Ceux qui ont des affaires à traiter dans les établissements de Westminster pourront faire deux tiers du chemin à pied et à l’abri, et ceux qui n’ont rien à faire sinon se promener alentour et se distraire pourront le faire chaque jour de la semaine, au lieu d’être souvent confinés plusieurs jours d’affilée à leur domicile par la pluie ; et une galerie ainsi couverte s’avérera spécialement adéquate pour ceux qui ont besoin d’exercice quotidien. Les balustrades au-dessus des colonnades formeront des balcons pour les logements sis au-dessus des boutiques, d’où les occupants pourront voir, converser avec ceux qui passent en équipage, et ils ajouteront à la gaieté du tableau, ce qui devrait pousser les hommes seuls et les visiteurs occasionnels de la ville à donner la préférence à de tels domiciles18.

  • 19 Rapport de la Commission à l’Office des Travaux, 1828, p. 74.

13L’accent, ici, n’est pas seulement mis sur l’importance de cette interaction sociale de personnes de bon rang, mais aussi sur le regard anonyme porté sur ces rites sociaux par des observateurs extérieurs ou des « flâneurs » anonymes, qui complètent le tableau urbain, ici désignés par la fin de la phrase. La reconnaissance de ces différents types d’échanges sociaux implique une nouvelle personnalité citadine collective. En ce sens, la nouvelle rue était posée sur le tissu urbain préexistant et représentait l’ascension d’une nouvelle classe bourgeoise dont l’expérience de la ville était différente. En vérité, John Nash ne cachait pas son objectif de « fournir une frontière, une complète séparation entre les rues et les squares occupés par la noblesse et la gentry, et les rues étroites, les maisons plus menues occupées par les groupes artisans et commerçants de la société19 ».

14Pour mieux s’assurer que les classes inférieures ne pénétreraient pas les nouveaux quartiers, on décréta que le parc et la nouvelle rue

  • 20 53 Geo.III, c. 121.

seraient ouverts en permanence à tous les sujets de Sa Majesté, qui pourront y passer et y repasser, à l’exception des chariots, charrettes, haquets et tous véhicules de transport de marchandises, de denrées, de fumiers ou autres articles, ou tout ensemble ou troupeau de bœufs, de vaches de chevaux ou de moutons20.

  • 21 Rapport de la Commission à la Pétition des Commerçants et Habitants de Norris Street et de Market T (...)

15Cela privait pratiquement de moyens d’existence les commerçants de St John’s Market, qui pétitionnèrent pour avoir droit d’accès à New Street. Mais, en guise de défense de sa nouvelle cartographie sociale, Nash répondit : « Non, cela gâterait la beauté du plan tout entier, car les gens allant et venant pourraient voir des abats ou ce genre de choses21. »

16C’est dans cet environnement urbain très consciemment bâti que nous rencontrons notre observateur isolé, ou « flâneur ». Ce nouveau personnage urbain est décrit avec acuité, au milieu du xixe siècle, par le journaliste Angus Reach, dans son article « Le flâneur de Regent Street » :

  • 22 Le Quadrant formait la jonction de Regent Street et d’Oxford Street constituée de quatre immeubles (...)
  • 23 Angus Reach, « The Lounger in Regent Street », in Gavarini in London, Londres, 1849.

Le soleil d’été jette une lumière blanche et chaude sur les rangées de façades et stucs de Regent Street. La rue, éclatante, poussiéreuse, est grouillante d’équipages clinquants et de flots de passants réjouis (...).
Regent Street est au sommet de son brio, de sa plénitude, de sa gaieté, et le flâneur de Regent Street folâtre avec les papillons. D’où le fait que nous nous plongions dans ses traits distinctifs et ses habitudes.
On ne peut le confondre avec d’autres flâneurs qui se prélassent, à l’occasion, sur Regent Street. Ce n’est pas le flâneur de Lowther Arcade, ni des quais des vapeurs, ni des entrées des artistes, ni des piazzas de Covent Garden. Il n’est même pas le flâneur du Quadrant22. Aussi difficile à croire que le jugeront les philosophes inférieurs, le flâneur du Quadrant n’est pas le même que celui de Regent Street : l’allure de celui-là est souvent alliée à un côté miteux, son chapeau est plus désinvolte, son linge de corps plus douteux, bref son apparence générale est mildiou.
Le flâneur de Regent Street, lui, connaît la ville. Il en fait partie, la domine peut-être. Peut-être bien, il ne pénètre pas les cercles les plus restreints du West End mais il est suspendu à tout ce qui s’y passe. S’il ne peut rouler en équipage princier, au moins ne sera-t-il jamais loin du bruit des roues (...).
Le flâneur de Regent Street se soucie peu des boutiques. Ce qu’il étudie, ce sont les gens. Il n’est pas comme les tribus de flâneurs que l’on rencontre plus à l’est (...).
Il va aisément, quoique sans y penser, du boulanger du coin de Glasshouse Street jusqu’à la boutique musicale qui marque la confluence de Regent Street et d’Oxford Street. Telles sont les frontières générales des dominions où il se délasse. Et il traverse son royaume en observateur méditatif et assez perspicace. Pas une femme n’échappe à son épreuve, et les hommes ne s’en sortent pas mieux. Il les divise en deux classes : le « bon style » d’homme et le « mauvais style » d’homme23.

17New Street était ainsi un cadre approprié pour que cette nouvelle personnalité citadine soit observée en train d’observer. Elle permettait d’accéder à un nouveau type de logements, ceux de Regent’s Park, car ainsi qu’un commentateur le remarqua :

  • 24 Sholto Percy, The Percy History, op. cit., vol. 3, p. 355.

Regent Street, qui s’étend de Carlton House à Portland Place, quoique d’architecture variée, et pas toujours de bon goût, reste une artère noble, et conduit à un des plus beaux ornements de la métropole, Regent’s Park. Celui-ci est vraiment beau, avec ses étendues où se montrent une grande variété de pelouses, de lacs, de massifs d’arbustes24.

18De plus, le langage architectural de Regent Street et des hôtels et logements de Regent’s Park ramenait à la ville, même si c’était sur sa bordure, les classes bourgeoises qui avaient fui en direction des faubourgs ou des banlieues lointaines de Londres. James Elme le remarqua dans ses Metropolitan Improvements (1827) où il maugréait contre certaines imperfections de l’architecture, mais observait que :

Des jardins bien tenus, des pelouses, des massifs ; des flèches dressées, d’amples dômes, des talus vêtus de fleurs toutes les élégances et les beautés de ce pays sont réunies avec bonheur et avec art, sans mélange. Ce sont sûrement l’apanage des nobles et des princes ! Mais non, la plupart sont la retraite des bienheureux et libres fils du commerce, de l’opulente roture qui enrichit et pare le cœur de leur vaste empire.

19Mais c’est précisément au beau milieu de cette « bourgeoisification » de Londres que nous rencontrons la commémoration et la chosification du duc de Wellington en tant qu’héros national, puisque la première portion de New Street à avoir été bâtie fut Waterloo Place, en 1815-1816. Il est remarquable que le nom de cet élément d’urbanisme lui ait été donné avant que New Street soit dédiée à son instigateur, le prince régent, l’un précédant l’autre de cinq ans. Waterloo Place était le dernier territoire de la spéculation, combinant des éléments de risque et de gain capitaliste essentiels pour une culture bourgeoise opérant au sein d’un système social hiérarchique. Elle comprenait des demeures privées dont les façades étaient décorées dans un ordonnancement qui n’était pas sans rappeler la place Vendôme de Paris. À l’extrême sud du square se trouvait l’abri de Carlton House où résidait le prince régent jusqu’à ce qu’il emménageât à Buckingham Palace au milieu des années 1820. Les demeures flanquaient les côtés ouest et est du square, et c’est le côté nord qui s’ouvrait sur le début de Regent Street. Waterloo Place était ainsi le point de jonction entre la croissance urbaine capitaliste et le besoin d’honorer un héros. Ces deux soucis-là concouraient à la production d’un nouvel environnement citadin.

3. Hyde Park Corner

20Mon deuxième exemple présente une étude presque inversée par rapport au cas de Regent Street et de Regent’s Park. Elle démarre avec Hyde Park Corner et les tentatives pour créer un espace commémoratif au souverain, à la nation, et ainsi au duc de Wellington lui-même, qui s’étendit sur plus d’un siècle (ill. 1 et 2). Ces tentatives étaient liées au développement des parcs royaux en tant qu’espaces ouverts au public. Ces parcs fournissaient un arrière-plan où s’appuyaient les monuments d’Hyde Park Corner et leur embellissement donnait des possibilités toutes neuves à la bourgeoisie urbaine pour se rencontrer, parader, observer et être observée.

  • 25 Le jeu de plans destiné à George III lui-même est conservé au British Museum (King’s maps, xxviii, (...)
  • 26 Un exemplaire de cette gravure existe au British Museum (King’s maps, xxvii, i) et une autre à la B (...)
  • 27 Voir Dorothy Stroud, « Hyde Park Corner », Architectural Review, 106, 1949, p. 377-399.
  • 28 Ces plans figurent dans John Soane, Designs for publics and private buildings, Londres, 1828.
  • 29 Le Parlement avait accordé 600 000 f pour l’édification d’un Waterloo Palace capable de rivaliser a (...)

21La demande de disposer d’une entrée monumentale dans l’ouest de Londres existait depuis quelque temps déjà et avait attiré l’attention de plusieurs architectes renommés. L’idée était peut-être née de la proposition faite par John Gwynn dans son London and Westminster improved (1766) de créer à Hyde Park Corner une place d’où partiraient plusieurs avenues. Dans la mesure où elle était toute proche des résidences royales, Gwynn pensait que la zone devait être embellie. Robert Adam dessina aussi une porte monumentale pour accompagner les alignements de maisons en brique qu’il bâtissait à Hyde Park Corner en 1771-1778 (Apsley House, qui devint plus tard le domicile londonien du duc de Wellington, était la plus avancée de toutes à l’ouest, de sorte qu’elle portait l’adresse : no 1, Londres). L’idée fut relancée par Jeffrey Wyatt, qui montra une esquisse à la Royal Academy en 1791. Quatre ans plus tard, sir John Soane, lorsqu’il fut nommé architecte en chef du Bureau des Bois et Forêts livra des plans d’embellissement des parcs incluant, à la demande de George III, une entrée monumentale dans Hyde Park venant de Piccadilly et une autre venant de Green Park. Les plans de Soane incluaient aussi un nouveau parc royal, au coin nord-ouest de Green Park25. D’autres architectes présentèrent des plans pour ce site, notamment William Kinnaird qui, en 1813, publia « Vue d’un arc de triomphe que l’on propose d’élever à Hyde Park Corner, commémorant les victoires remportées par les armées britanniques pendant le règne de Sa Majesté le roi George III26 ». Aucun ne fut exécuté27. Ainsi, Hyde Park Corner avait déjà une signification dans la capitale et était vu comme une porte d’entrée dans Londres. L’ingrédient supplémentaire, pour l’époque qui nous intéresse, fut constitué par les victoires récemment acquises sur les Français à Trafalgar et à Waterloo, qui créèrent un besoin de commémorer dignement les héros de guerre de la nation. Un fonds de 300 000 £ fut mis en place par le Parlement en 1816 afin de créer des monuments commémoratifs. Peut-être en réponse, Soane présenta en 1817 un nouveau plan, qui fut exposé à la Royal Academy, qui suivait le modèle dessiné par Adam en 1778 d’un arc surplombant Piccadilly, orné de bas-reliefs commémorant les deux batailles28. Mais une fois de plus, rien ne se fit. Le déménagement royal du milieu des années 1820 plaça la résidence des souverains au bord extérieur de la ville et fit pénétrer dans Londres une nouvelle route axiale : le Mall, qui allait, en longeant St James’s Park, de Trafalgar Square à l’entrée principale de Buckingham, qui devait être marquée par l’arche de marbre de Nash. Le palais se trouvait entre deux parcs, St James’s Park devant lui et Green Park derrière. Hyde Park, juste au nord de Green Park, faisait également partie d’une vaste zone verte dans cette section de Londres (ill. 2). Ce qui est plus important pour nous, c’est que pendant ce temps, le duc avait acheté Apsley House à son frère Arthur, pour la somme élevée de 42 000 £29. Hyde Park Corner devenait dès lors un espace symboliquement investi d’autorité et puissance impériale. Son développement, dans les premières décennies du xixe siècle, est lié en partie à la façon dont ce type d’espace/représentation se met en relation avec le nouvel environnement citadin.

4. Monuments et espaces commémoratifs

22En 1823, alors que la concession des octrois d’Hyde Park Corner allait expirer bientôt, Decimus Burton fut désigné pour dessiner une entrée de Hyde Park (connue sous le nom de Hyde Park Screen), qui fît fonction, pour le souverain, d’une entrée de cérémonie dans son parc royal. Significativement, elle fut placée à un angle de 90 degrés par rapport à la jonction de Piccadilly et Knightsbridge, la route venant de l’ouest, en contradiction avec l’édification prévue depuis longtemps d’une entrée dans Londres à travers Piccadilly. La signification d’Hyde Park Corner se trouva encore davantage changée par la décision, dans les années 1820, de démolir Carlton House, la résidence de George IV, et de développer Buckingham House, situé au bout du Mall et à la jonction de Green Park et de St James’s Park comme un nouveau palais royal. Non seulement cela modifiait la forme et l’orientation du plan du nouveau Londres, mais cela transformait aussi Hyde Park Corner d’une entrée de la ville et d’une incarnation de celle-ci en une métaphore de la grandeur de l’Angleterre et des Hanovre. Hyde Park était désormais contigu aux jardins de l’arrière de la résidence royale, et c’était assez pour attirer des foules d’habitants de la grande ville, aristocrates et bourgeois, qui paradaient le long des promenades et des allées. Il fallait au monarque une entrée de cérémonie pour lui permettre de passer de ses nouveaux quartiers à son parc sous le regard de ses sujets. À cette fin, on proposa un deuxième arc, baptisé à l’origine Green Park Arch, puis dénommé à partir de 1825-1828 Arch at Constitution Hill (du nom de cette artère allant de Green Park à St James’s Park sur laquelle il se dressait). Ce deuxième arc fut aligné avec le Hyde Park Screen, de façon à créer l’axe d’une entrée triomphale du roi dans Hyde Park, la scène de futurs défilés militaires et de reconstitutions de batailles. Cela voulait dire que la porte d’entrée traditionnelle dans Londres par l’ouest, au bout de Piccadilly, avait irrésistiblement tourné de 90 degrés pour s’aligner avec Buckingham Palace (ill. 4). Les deux arcs devaient être décorés de sculptures célébrant les victoires militaires de la Grande-Bretagne, sa supériorité intellectuelle, et la gloire de la dynastie des Hanovre.

Ill. 4
Nouveau plan illustré de Londres, Paris, Garnier frères, 1851. Les parcs royaux et le West End sont inclus dans le tiers gauche du plan.

  • 30 Il en existe au moins deux tirages. L’une se trouve au Victoria and Albert Museum, d’accès réservé (...)

23Ceux qui entraient à Londres par l’ouest passeraient désormais entre deux portes, plutôt que de traverser au moins l’une ou l’autre. On l’aperçoit dans une photographie d’un tableau de James Holland, montrant Hyde Park Corner en 182730. Qu’une opportunité avait été manquée, le Mechanics’ Magazine le nota cette même année en soulignant que la réorientation de la zone avait volé à Londres sa meilleure chance de disposer d’une porte d’entrée monumentale. La revue commentait longuement, à propos d’Hyde Park Screen :

  • 31 Mechanics Magazine, vol. 8, no 208, 18 août 1827, p. 65 ff.

Alors que la paix actuelle laisse aux Anglais le loisir de porter leur attention vers les progrès intérieurs, l’érection d’une grande entrée monumentale à la ville similaire aux Propylae d’Athènes était parmi les premiers objectifs désirés. Plusieurs plans furent soumis au gouvernement dans ce but, et l’opinion prévalait généralement qu’une telle structure serait érigée à Hyde Park Corner. Dans l’idée que la plupart des gens se formaient du bâtiment projeté, il devait être érigé au sommet de la montée de Knightsbridge, de façon à embrasser toute la largeur de la route, et être doté d’entrées latérales dans Hyde Park et Green Park, et on ne saurait douter qu’une structure comparable aux Propylae, à un pareil emplacement, n’exerce un effet imposant et magnifique. Pour discrédit éternel, cependant, de l’esprit de goût qui préside aux progrès architecturaux de cette ère bénie, l’« entrée triomphale » dont on avait si longtemps parlé s’est réduite à une simple entrée de parc, qui tout comme le palais nous laisse au point où nous étions auparavant, dépourvus de cet important ajout à la métropole si vivement attendu et désiré31.

  • 32 Papiers relatifs à l’Office des Travaux publics conservés aux National Archives de Londres, dorénav (...)
  • 33 Lettre de C. Arbuthnot et J. Adams, du Bureau des Bois et Forêts au Trésor, Cres 8/14, f. 454

24Malgré ces appréhensions, il ne fait pas de doute que le plan d’urbanisme autour d’Hyde Park était le fruit d’une grande vision. Et ici, ce qu’accomplit le duc de Wellington s’inscrit dans un récit plus ample. En vérité, le premier monument dédié au duc fut une statue d’Achille, financée par des femmes en remerciement de sa victoire de Waterloo. Son emplacement, juste derrière Apsley House, dans Hyde Park32, influença le tracé de l’axe entre les entrées d’Hyde Park et de Green Park. L’idée de lier cette statue au plan général des embellissements était fixée dès août 1824 : « Pour ce qui concerne les grilles et les portes, on nous a souvent suggéré depuis que ce monument public a été installé à Hyde Park, qu’il résulterait une nette amélioration de ce qu’on déplace les entrées d’Hyde Park et de Green Park à l’opposé de telle manière que l’accès principal à Hyde Park se trouve juste en face du monument33. »

  • 34 H. Colvin (dir.), The History of the King’s Works, vol. 6, Londres, 1972 p. 263-299.
  • 35 Flaxman mourut avant que le travail puisse commencer, mais la question du vêtement approprié est di (...)
  • 36 Work 4/1, f. 16.

25Les thèmes des ensembles sculptés ornant l’arc de Constitution Hill étaient les mêmes que pour ceux des façades de Buckingham Palace et de Marble Arch34. Mais dans son cas, aussi bien Wellington que Nelson étaient devenus des symboles nationaux, considérés non seulement comme les hommes qui avaient assuré la victoire contre la France, mais aussi comme des saints laïcs, incarnant les vertus nationales. La mort dramatique de Nelson fut récupérée par le pouvoir pour accroître l’influence de ces monuments illustrant, pour reprendre les termes de Bataille, comment le sacrifice peut être « consommé » par la société. Mais il était plus problématique de dépeindre « Lord Wellington ». Un des points de débat entre les auteurs, parmi lesquels Flaxman, Westmascott et d’autres, était le vêtement des figures statufiées de Wellington et de Nelson35. Celui-ci avait fait ce qu’on attendait d’un héros, il était mort, de sorte qu’on pouvait aisément le traiter avec les canons classiques de la toge ondoyante, mais que faire pour celui-là ? L’utilisation d’une formule à l’antique pour la statue d’Achille avait déjà causé quelque embarras, car Wellington y était montré tel un athlète victorieux, mais ce héros bien vivant apparaissait nu, et cela restait choquant pour la nation dont il ne cessait pas d’être le représentant. Le duc restait commandant en chef de l’armée et homme politique, ce qui rendait l’uniforme complet indispensable à qui voulait le représenter. Mais cette image moderne ne collait pas aux associations avec l’Antiquité, la vertu antique et le sacrifice de soi qui composaient une part notable du message iconographique de l’ensemble. Les débats restèrent non résolus lorsqu’un moratoire sur les dépenses, dû aux sommes englouties par Nash dans la construction de Buckingham Palace, fut imposé par Wellington lui-même lorsqu’il devint Premier ministre en 1828 et provoqua l’arrêt total des travaux36.

  • 37 Voir J. Physick, The Wellington Monument, Londres, 1970.

26Néanmoins l’arc de Constitution Hill avait été depuis longtemps reconnu comme un site possible pour accueillir le monument au duc. Il se trouvait, après tout, juste au débouché d’Apsley House, son domicile londonien. Au début des années 1840, Matthew Cotes Wyatt fut mandaté pour faire une statue géante du duc monté sur son cheval Copenhagen37, que l’on devait placer au sommet de l’arc, réduisant celui-ci à la fonction d’un piédestal. La combinaison d’une statue équestre et d’un arc de triomphe produisait un monument hybride, aux signifiés iconographiques et politiques complexes. Wellington, soldat devenu politicien, dominait désormais l’accès ouest de Londres. Et la position de son monument, au sommet d’un arc dédié à la dynastie des Hanovre, devenait une métaphore des interventions modifiant le programme urbanistique de George IV et de l’orgueil du duc lui-même.

  • 38 Louis J. Jennings (dir.), The Croker Papers, 3 vol., Londres, 1884, vol. 2, p. 326.
  • 39 À contrecœur, Decimus Burton supervisa les travaux nécessaires pour renforcer l’arc, afin qu’il sup (...)

27La statue de Wyatt avait trente pieds de haut et était assez large pour servir le dîner de douze convives qu’on donna effectivement à l’intérieur des parois du cheval avant qu’il soit hissé au sommet de l’arc. Le monument dominait l’horizon de Londres, et sa taille était hors de proportion avec le reste de la cité, dont l’échelle restait bien plus familière. L’idéologie et les proportions du monument blessèrent au même degré la population, toutes catégories confondues. La presse publia des lettres et des caricatures ridiculisant l’image du duc (et son ego démesuré). La reine Victoria fit savoir qu’elle désapprouvait la statue. Et Sir Robert Peel exprima formellement son avis dans une lettre à J. W. Croker, directeur du comité qui avait commissionné l’œuvre : « Comment avez-vous pu en venir à sélectionner M. Matthew Wyatt, mauvais architecte et sculpteur encore pire pour le trophée du duc de Wellington38 ? » Et ce qui n’est pas moins, le propre architecte de l’arc, Decimus Burton, fut affolé à l’idée que celui-ci allait être utilisé comme le piédestal de la statue du duc, et s’opposa vigoureusement au projet39.

  • 40 The Letters of the Duke of Wellington, Londres, 1955.

28De nombreux appels furent lancés pour faire enlever la statue, sous le motif qu’elle était une gêne à la fois pour la nation et pour l’image de la grande cité. Néanmoins – c’est l’un des rares exemples pour lesquels il nous soit donné de connaître l’avis du sujet sur son propre monument – le duc l’aimait ! Il pouvait s’apercevoir en Achille depuis la façade d’Apsley House donnant sur le parc et en commandant suprême des forces armées devant son cabinet de dessin installé en rez-de-chaussée. En vérité, Wellington s’avoua surpris de voir à quel point la statue paraissait petite une fois placée sur son socle : « (Sa) taille colossale, si frappante lorsqu’elle est à terre, a disparu, et en fait elle paraît petite en haut de l’arc sur lequel elle est placée40. »

29Ainsi, elle resta en place jusqu’en 1883, où elle fut enlevée et où l’arc fut réorienté, hors axe avec Hyde Park Screen, afin d’améliorer la circulation dans la zone. Il est clair que vers la fin du xixe siècle, la démocratisation de la société faisait que les intérêts des passagers de l’omnibus de Clapham surpassaient ceux de l’urbanisme monumental et de l’évocation des héros.

30De fait, les façons de circuler à travers Londres et les temps de parcours devinrent des enjeux tout à fait importants dans les premières années du xixe siècle. Tout comme Regent Street forgeait un lien solide entre des zones commerçantes et des zones résidentielles, les itinéraires des cortèges royaux à travers Londres jusqu’aux parcs royaux ajoutaient une dimension politique à des schémas de circulation. Parallèlement, les allées et les promenades publiques dans les parcs devinrent un moyen de plus en plus efficace d’influencer la manière dont le West End était appréhendé. Le rôle hégémonique des représentations de l’autorité marquait de son empreinte le paysage urbain et se manifestait non seulement par la création de nouvelles perspectives, mais aussi dans les stratégies des monuments et des entrées dont nous avons vu qu’elle se combinaient pour dire la signification changeante des lieux. Dans cette mesure, Hyde Park Corner articule des parcs royaux, des espaces ouverts au public, des monuments nationalistes et militaristes, et en ce sens il arbitre entre la nouvelle bourgeoisie urbaine et des représentations de l’autorité appartenant à des systèmes hiérarchiques et élitistes.

5. Les parcs royaux

  • 41 Picture of London, Londres, 1802, p. 268.

31Hyde Park, St James’s Park et Green Park étaient les lieux rêvés pour les pratiques de la vie moderne. The Picture of London y signalait « un grand nombre de gens à la mode, mêlé à des multitudes de gens bien vêtus de rangs divers ». Le nombre des visiteurs était considérable : jusqu’à 100 000 prenaient l’air dans les jardins de Kensington Palace et dans Hyde Park à n’importe quel moment (ill. 5). Les plus marquantes démonstrations d’opulence se tenaient entre deux et cinq heures de l’après-midi. Et ce même guide soulignait l’aspect voyeuriste de ces rapports sociaux, en recommandant au visiteur de s’arrêter pour saisir dans leur ensemble le spectacle des cavaliers, des passants et du passage, et en conseillant même comme meilleur point de vue la Broad Walk, au pied du lac Serpentine. Mais le public (des spectateurs) n’accédait pas sans restriction à cet espace. Aucun serviteur en livrée ni femme en sabots n’était admis aux heures officielles d’ouverture, de huit heures du matin à huit heures du soir. Inutile de dire que les parcs prenaient un tout autre visage à la nuit tombée. Mais les promenades publiques étaient appréciées de toutes les classes, et l’habit ne trahissait pas forcément le rang – « chaque catégorie de femmes dégageait une légèreté d’étoffe qui aurait tout à fait caractérisé les dimensions d’une statuaire grecque41 ».

32L’embellissement des espaces ouverts au public des parcs royaux réussit à encourager davantage le plaisir par procuration qu’il y avait à déambuler sur une terre royale, à portée de regard de la résidence du roi lui-même. Leur importance fut l’objet d’une enquête de la Commission sur les Promenades publiques en 1833. Son rapport résumait les objectifs prévus et réalisés par le développement des parcs royaux et leur statut dans le tissu urbain. « St James’s Park, Hyde Park et Green Park (...) fournissent aux habitants de cette partie ouest de la capitale d’inestimables avantages en tant que promenade publique, (...) et on admet généralement que le Public est redevable de ces facilités à Son actuelle Majesté. »

33Mais l’accent mis sur la signification des paysages urbains avait subtilement changé. L’accès du public à ces espaces demeurait de la plus haute importance. Mais ce lien entre l’espace ouvert, le bon air et la santé devint plus évident, tandis que la dimension royale diminuait. Le prince Pückler-Muskau fit cette observation parlante en août 1827 :

  • 42 E. M. Butler (éd.), A Regency Visitor, op. cit., p. 244 (lettre datée du 8 avril 1827).

J’inspecte chaque jour St James’s Park (...). Il est caractéristique, alors que les lois protégeant la propriété privée sont si strictes, qu’un homme qui passe par-dessus un mur pour pénétrer dans un jardin risque d’être pendu (...), que lorsqu’il s’agit du public, partout où il a l’ombre d’une revendication, il faut se mettre à l’œuvre aussi précautionneusement que si l’on marchait sur des œufs. Ce parc est la propriété de la Couronne, mais a été ouvert au public depuis des temps reculés ; le gouvernement n’ose plus le fermer, même temporairement, malgré les travaux que le Roi fait faire en ce moment (aux frais du contribuable, il est vrai)42.

Ill.5
« Vue d’Hyde Park, près de Grosvenor Gate », par Thomas Shotter Boys, 1842 (collection privée).

34Les effets bénéfiques de ce sentiment de bien-être que ressentait le peuple usager des parcs devait, selon la Commission, être réparti plus équitablement dans le reste de Londres. Des terres appartenant aussi bien à la Couronne qu’au duché de Cornwall étaient recherchées pour créer de nouveaux espaces ouverts au public à travers la capitale et d’autres grandes villes. On jugeait que ces espaces verts, via la reconnaissance de la générosité de l’État et la fierté patriotique qu’ils engendreraient auprès du peuple, étaient de fructueux instruments politiques.

35Nombre de rites sociaux et de pratiques culturelles de l’élite dirigeante se tenaient derrière les portes closes de ses résidences privées. À l’opposé, les parcs royaux et Regent Street fournissaient des lieux publics d’interactions sociales. En fait l’apparition croissante de femmes « respectables » dans les espaces publics, bien qu’elles y fussent souvent chaperonnées, impliquait qu’il existait bien une flâneuse dans le Londres de la fin de l’ère géorgienne, et qu’elle visitait les parcs, les galeries de boutiques et les squares, et qu’elle y était « vue ». Des lieux de divertissement étaient aménagés dans les parcs royaux avec l’idée d’inciter les femmes et les enfants à profiter de ces lieux de plein air. En ce sens, l’expérience sensorielle et genrée que la flâneuse avait de la ville était aussi visible et invisible que celle du flâneur.

36Un dernier et bref récit biographique du West End vient d’un de ces observateurs féminins de la vie moderne. Dans un épisode de Villette, peut-être autobiographique, Charlotte Brontë explore Londres à travers sa narratrice – une flâneuse – Lucy Snow. L’image qui est donnée du West End est celle d’un milieu distinct de Londres, doté d’un rythme de vie et d’une esthétique différents de ceux de la City.

  • 43 Charlotte Brontë, Villette, Londres, 1853, ch. 6.

L’allégresse et le plaisir étaient dans mon cœur : marcher seule dans Londres semblait en soi une aventure. De le faire, et de le faire complètement seule, me donnait un plaisir peut-être irrationnel mais bien réel. Depuis ce temps-là, j’ai vu le West End, les parcs et les squares (...). (La City) paraît tellement sérieuse, ses affaires, sa précipitation, son rugissement sont des choses, des spectacles, des sons, tous si sérieux. (La City) fait sa vie, le West End se borne à jouir de la sienne. Dans le West End, vous pouvez être distrait, dans la City (c’est moi qui mets une majuscule) vous êtes profondément sur les nerfs43.

37Ces quelques lignes contiennent les types de rites sociaux et de pratiques culturelles propres au nouveau personnage urbain du flâneur, et soulignent à quel point l’architecture et l’urbanisme du West End leur étaient appropriés, en tant qu’environnement consciemment bâti à leur intention.

38Ces lectures biographiques du West End londonien ont présenté des voix aussi bien de sujets individualisés que de groupes sociaux plus vastes. En ce sens, l’architecture et l’urbanisme du West End révèlent des stratégies et des interprétations individuelles, contextualisant ainsi le changement social de la capitale britannique du début du xixe siècle. La structure d’un récit biographique permet de représenter la diversité des expériences vécues du West End, illustrant à quel point les monuments, les immeubles, les rues et les parcs peuvent avoir d’interprétations et de significations différentes. Au-delà, les tensions et interactions entre la rue (la bourgeoisie) et le héros montrent comment les lieux de la grande ville deviennent des espaces contestés, qui représentent à la fois l’ancienne et la nouvelle société.

Notes

1 Ici, les termes de classe moyenne et de bourgeoisie sont interchangeables. Pour une discussion sur la faible capacité de la langue anglaise à faire sentir la différence subtile qui existe entre ces deux concepts, voir Raymond Williams, Keywords, 2e éd., Londres, 1983, p. 45-48.

2 Charles Baudelaire, « Le peintre de la vie moderne », Curiosités esthétiques, Paris, Garnier, 1999, p. 479.

3 Georges Bataille, La part maudite, Paris, Éditions de Minuit, 1967 (1949), p. 84.

4 Comme l’écrit Bataille, ibid., p. 94, cet acte de sacrifice rend à l’univers sacré ce que « l’usage servile a dégradé, rendu profane ». Cet usage servile a « fait une chose (un objet) de ce qui est de la même nature que le sujet ».

5 Sholto Percy, The Percy History and Interesting Memorial on the Rise, Progress and Present State of all the Capitals of Europe, 3 vol., Londres, 1823.

6 E. M. Butler (éd.), A Regency Visitor. The English Tour of Prince Pückler-Muskau Described in his Letters, 1826-1828, Londres, 1957, p. 189. Ces « banlieues » demeurent des villages séparés, et n’ont pas de gouvernement commun, ce que reconnaissent la plupart des guides, comme par exemple The Ambulator (1811) qui les traite dans une section spécifique.

7 L’histoire de la construction de Regent Street a été traitée par plusieurs auteurs : voir par exemple John Summerson, Georgian London, Harmondsworth, Penguin Books, 3e éd., 1977.

8 Premier Rapport à Sa Majesté des Commissaires aux Bois, Forêts et Revenus fonciers, Londres, 1812.

9 53 GeoIII, c. 21.

10 Le plan original de Regent’s Park prévoyait non seulement un palais royal mais également l’aménagement paysager nécessaire à l’installation de 56 belles villégiatures, des casernements, une église, un panthéon national (dédié au duc de Wellington) et un double anneau de maisons attenantes enserrant le parc lui-même. Les guerres napoléoniennes freinèrent le développement du parc, en décourageant les spéculateurs de risquer leur capital. Les choses furent reprises en 1818 et le 5e rapport des Commissaires aux Bois de 1826 jugea l’achèvement des travaux quasi acquis. Il avait fallu, cependant, des sacrifices : le double anneau intérieur de maisons, les maisons les plus septentrionales, le palais royal et la belle église avaient tous été abandonnés, les casernements déplacés ailleurs et le nombre d’hôtels particuliers réduit drastiquement (d’abord à 26 puis à 8 seulement).

11 Crown Estate Papers (National Archives, Londres) – désormais Cres 26/1 f 6.

12 Cet acte autorisait les commissaires à emprunter 500 000 £ pour la construction de New Street et un supplément de 100 000 £ pour les égouts et la voirie. Voir Summerson, op. cit., p. 80.

13 Nash craignait que les spéculateurs privés ne soient réticents à engager des sommes aussi importantes, et en conséquence il négocia un emprunt auprès du Royal Exchange à 5 % par an. Cres 26/1 f 119.

14 Cette pratique fut rapidement abandonnée, lorsque Nash lui-même réalisa que certains entrepreneurs peu recommandables offraient le prix le plus bas, mais pour l’exécution la plus bâclée. Ensuite, Nash fixa le prix des lots en fonction du métrage par rapport à New Street, et les entrepreneurs firent des études informelles préalables. La procédure tourna de plus en plus au marchandage à mesure que les travaux progressèrent au cours des années 1820 (Rapport, 1812, p. 12-13).

15 C’était une tâche énorme et S. P. Cockerell, désormais libéré de ses obligations à Bloomsbury, fut invité à assister Nash pour réaliser les estimations requises pour l’achat des terrains préemptés. Cres 26/1 f 22.

16 William Wilkins fut invité par les Commissaires aux Parcs à fixer les dédommagements à régler par la Couronne. Dans une lettre privée à Alexander Milne datée du 6 mai 1826, Nash donna son opinion à propos de la querelle : « C’est une circonstance très douloureuse de s’opposer ou de paraître s’opposer à M. Burton, vis-à-vis duquel j’ai la plus grande estime, mais je pense que je ne devrais pas me tenir en réserve et voir les Commissaires se lancer dans une enquête partiale dont l’issue négative est certaine pour l’une des parties, sans prendre en considération les avantages que l’autre partie désire obtenir en rompant son engagement ou en disposant des terrains d’une manière non conforme à cet engagement. J’ai ce sentiment d’autant plus fortement du fait que j’ai une autre opinion quant à la nécessité d’ôter les Maisons, et suis persuadé que les enlever aurait un effet plus dommageable que le fait d’altérer la perspective dissimulant les bâtiments qui se trouvent derrière. »

17 Leigh, New Picture of London, Londres, 1820, p. 218.

18 Premier rapport, 1812, p. 89.

19 Rapport de la Commission à l’Office des Travaux, 1828, p. 74.

20 53 Geo.III, c. 121.

21 Rapport de la Commission à la Pétition des Commerçants et Habitants de Norris Street et de Market Terrace, 1817 (79iii.83).

22 Le Quadrant formait la jonction de Regent Street et d’Oxford Street constituée de quatre immeubles jointifs de bureaux et de boutiques formant comme les arcs d’un cercle. Cette portion de New Street fut vite reconnue comme une antre de prostituées et de personnages louches, de réputation moins favorable, donc, que le reste de l’artère.

23 Angus Reach, « The Lounger in Regent Street », in Gavarini in London, Londres, 1849.

24 Sholto Percy, The Percy History, op. cit., vol. 3, p. 355.

25 Le jeu de plans destiné à George III lui-même est conservé au British Museum (King’s maps, xxviii, 26 a-c).

26 Un exemplaire de cette gravure existe au British Museum (King’s maps, xxvii, i) et une autre à la Bodleian Library d’Oxford (Douce Prints N. 8).

27 Voir Dorothy Stroud, « Hyde Park Corner », Architectural Review, 106, 1949, p. 377-399.

28 Ces plans figurent dans John Soane, Designs for publics and private buildings, Londres, 1828.

29 Le Parlement avait accordé 600 000 f pour l’édification d’un Waterloo Palace capable de rivaliser avec Blenheim Palace, dans l’Oxfordshire (du nom de la bataille de Blenheim, remportée par le duc de Marlborough en 1704). Benjamin Dean Wyatt fut chargé de trouver un terrain sur un site adapté. Finalement, Strattfield Saye fut racheté à George Pitt, deuxième Lord Rivers, pour la somme dérisoire de 262 000 f, dans l’optique d’y reconstruire. Le marquis de Wellesley, frère aîné du duc, courait toujours après l’argent. Il avait acquis Apsley House en 1807 pour 16 000 £ : quels que soient les critères d’appréciation, le prix de 42 000 £ payé par le duc moins de vingt ans plus tard était très au-dessus des normes, et on l’interpréta généralement comme une façon de venir en aide à son frère. Les deux demeures furent mises sens dessus dessous par divers membres de la dynastie Wyatt dans leur effort pour les rendre dignes de héros.

30 Il en existe au moins deux tirages. L’une se trouve au Victoria and Albert Museum, d’accès réservé dans le carton Al 49a. L’autre est dans une collection privée.

31 Mechanics Magazine, vol. 8, no 208, 18 août 1827, p. 65 ff.

32 Papiers relatifs à l’Office des Travaux publics conservés aux National Archives de Londres, dorénavant cités comme Work 35/2

33 Lettre de C. Arbuthnot et J. Adams, du Bureau des Bois et Forêts au Trésor, Cres 8/14, f. 454

34 H. Colvin (dir.), The History of the King’s Works, vol. 6, Londres, 1972 p. 263-299.

35 Flaxman mourut avant que le travail puisse commencer, mais la question du vêtement approprié est discutée dans une de ses lettres (British Museum, Add. MS 39781, f. 254-5).

36 Work 4/1, f. 16.

37 Voir J. Physick, The Wellington Monument, Londres, 1970.

38 Louis J. Jennings (dir.), The Croker Papers, 3 vol., Londres, 1884, vol. 2, p. 326.

39 À contrecœur, Decimus Burton supervisa les travaux nécessaires pour renforcer l’arc, afin qu’il supporte le poids de la sculpture géante. Mais il n’abandonna pas la partie, et dans son testament, il laissa un legs de 2 000 £ disponible pour tout ce qui pourrait faciliter l’enlèvement de la statue.

40 The Letters of the Duke of Wellington, Londres, 1955.

41 Picture of London, Londres, 1802, p. 268.

42 E. M. Butler (éd.), A Regency Visitor, op. cit., p. 244 (lettre datée du 8 avril 1827).

43 Charlotte Brontë, Villette, Londres, 1853, ch. 6.

Table des illustrations

Légende Ill. 1Plan montrant le West End, Regent Street et Regent’s Park.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12666/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Ill.2L’Arch at Constitution Hill et Hyde Park Screen, à Hyde Park Corner. Anonyme, sans date (collection privée).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12666/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende « La grande flânerie: Regent Street », par R Cruikshank, extrait de Pierce Egan, Life in London, 1821 (collection privée).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12666/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Légende Ill. 4Nouveau plan illustré de Londres, Paris, Garnier frères, 1851. Les parcs royaux et le West End sont inclus dans le tiers gauche du plan.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12666/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Ill.5« Vue d’Hyde Park, près de Grosvenor Gate », par Thomas Shotter Boys, 1842 (collection privée).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12666/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 437k

Auteur

University of Southampton.

N. Bourguinat (Traducteur)
R. Rogers (Traducteur)

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search