Version classiqueVersion mobile

Les mises en scène(s) de l’espace

 | 
Nicolas Bourguinat
, 
Jean-Michel Mehl

Deuxième Partie. Préserver des lieux : libertés et contraintes

Visions concurrentes du pensionnat de jeunes filles en France au xixe siècle

Rebecca Rogers

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Juliette Adam (Juliette Lamber), Le Roman de mon enfance et de ma jeunesse, 3e éd., Paris, A. Leme (...)

La grande porte de la pension, de la prison ! s’ouvre. Elle se referme sur nous avec le bruit de tonnerre. Nous entrons dans une cour où sont les petites et les grandes. Mme Dufey, la maîtresse de la pension, apparaît. Elle a des moustaches, je la trouve laide et elle me terrifie1.

  • 2 Voir le journal d’Eugénie Servant (1875-1881), analysé par Rebecca Rogers, Les demoiselles de la L (...)

1Nombreuses sont les jeunes filles de la bourgeoisie au xixe siècle qui passent une partie de leur adolescence entre les murs d’un pensionnat afin d’acquérir les éléments d’instruction considérés comme nécessaires pour devenir une bonne mère et une bonne épouse. Dans les récits de celles qui ont pris la plume pour décrire cette expérience, les portes du pensionnat figurent souvent, de manière à la fois matérielle et symbolique2. La fermeture des portes derrière la jeune pensionnaire marque la fin de l’enfance et l’intégration dans une communauté qui n’est plus familiale. Mais les portes sont aussi, avec les murs du pensionnat, une coupure avec le monde extérieur, coupure qui pour certaines signifie isolement, voire emprisonnement, pour d’autres sécurité et protection.

2Ces représentations du pensionnat sont concurrencées par bien d’autres au xixe siècle, alors que ce mode d’éducation institutionnelle se répand. Pédagogues, moralistes et écrivains de toutes sortes s’intéressent au pensionnat en tant que lieu d’éducation et d’instruction, le décrivant par le biais des activités qui s’y déroulent. L’imaginaire autour de ce que font les jeunes filles dans cet espace féminin clos, lieu moralisateur ou lieu de débauche, se révèle fort fécond. Souvent, c’est le lieu lui-même qui est analysé, que ce soit par son emplacement dans la ville, par les murs qui l’entourent ou par son degré d’ouverture ou de fermeture à l’extérieur.

  • 3 Voir Michel de Certeau, « Récits d’espace », L’Invention du quotidien, Paris, UGE, 1980, p. 208. P (...)

3Entre les années 1810 et 1860 le pensionnat féminin s’installe dans le paysage urbain et fait l’objet de commentaires divers. Sa matérialité même fait de lui un lieu, selon la définition qu’en propose Michel de Certeau : « Un lieu est (...) une configuration instantanée de positions. Il implique une indication de stabilité. » Le lieu se distingue de l’espace par cette stabilité : « Il y a espace dès qu’on prend en considération des vecteurs de direction, des quantités de vitesse et la variable de temps... En somme, l’espace est un lieu pratiqué. Ainsi la rue géométriquement définie par un urbanisme est transformée en espace par des marcheurs3. » De manière plus concrète encore que la rue, le pensionnat, par ses murs et son adresse, est un lieu stable, repérable dans l’espace et borné, un lieu qui peut être qualifié par des mots ou des images. En s’intéressant aux mises en scène de ce lieu féminin, cet essai cherche à comprendre la diversité des représentations le concernant, à une époque où les transformations urbaines bousculent les repères aussi bien de classe que de sexe.

  • 4 Voir par exemple Christopher Prendergast, Paris and the Nineteenth Century, Oxford, Blackwell, 199 (...)
  • 5 Michelle Perrot, Femmes publiques, Paris, Éditions Textuel, 1997 ; Victoria Thompson, The Virtuous (...)
  • 6 Voir Rebecca Rogers, « Le sexe de l’espace : réflexions sur l’histoire des femmes aux xviiie-xxe s (...)

4Si les études portant sur les représentations de l’espace urbain, notamment l’espace parisien, sont fort nombreuses pour le xixe siècle, elles tendent généralement à privilégier les espaces et les figures de la modernité : la rue où se promène le flâneur, les passages chers à Walter Benjamin, les fenêtres de Baudelaire4. L’expérience de la modernité, comprise en termes d’échange, de spectacle et de mobilité, est vécue de façon spatiale et s’ancre dans des espaces précis, des espaces éminemment publics. La description de ces espaces, autant par leurs contemporains que par les historiens qui s’y intéressent après coup, a une dimension fortement sexuée. L’espace public appartient aux hommes, tandis que les femmes sont cantonnées dans la sphère privée. Pourtant, des femmes sont bien présentes dans les rues et participent aux échanges de la ville moderne, mais ce sont alors des femmes publiques, des prostituées ou des lorettes, autres figures de la modernité5. Les historiens du genre ont montré à quel point la dichotomie entre l’espace public, terrain d’action des hommes, et l’espace privé où règnent les femmes, est une construction idéologique cachant la fluidité et l’interdépendance de ces espaces dans la vie quotidienne6. Mais cette expression sémantique d’une dichotomie qui n’en est pas une sert des fins précises : elle consolide et spatialise le pouvoir masculin sur les femmes, avec des conséquences durables sur le rapport des sexes dans la France contemporaine.

  • 7 Sharon Marcus, « Transparence de l’appartement parisien entre 1820 et 1848 », in Karen Bowie (dir. (...)

5Les figures rhétoriques qui construisent des oppositions entre les espaces publics et privés dans la première moitié du xixe siècle témoignent d’incertitudes et d’anxiétés quant aux caractéristiques de la société moderne. Dans une société devenue bien plus mobile, comment identifier l’autre aussi bien en termes de classe que de genre ? Et de quelle manière l’espace ou les lieux participent-ils de cet effort d’y voir plus clair ? Les travaux de Sharon Marcus offrent une analyse stimulante du rapport entre les discours sur l’espace et l’évolution des formes. Ils montrent en particulier que l’appartement haussmannien, avec sa claire délimitation des espaces publics et privés, masculins et féminins, est une forme de réponse anti-moderne aux nouvelles conditions de la vie urbaine7. Alors que la ville haussmannienne est considérée comme emblématique de la modernité, les immeubles résidentiels paraissent aller à l’encontre de la modernité culturelle, dans leur refus de la transparence, du spectacle, de l’échange et de la mobilité.

  • 8 Michelle Perrot, « L’invisible frontière » in Alain Corbin, Jacqueline Lalouette et Michèle Riot-S (...)
  • 9 J.-L. Brachet, Traité de l’hystérie, Paris, J.-B. Baillère, 1847, p. 508.

6Le présent article entend prolonger cette interrogation quant à la modernité des espaces urbains en s’attachant plus particulièrement aux représentations d’un lieu précis, le pensionnat. À un moment où une bataille de mots et d’images est livrée pour caractériser l’avènement de la ville moderne, comment représente-t-on ce lieu par rapport à la ville environnante ? Dans la dichotomie entre espaces publics et privés, le pensionnat représente un lieu de l’entre-deux, un espace social, comme le propose Michelle Perrot, dans lequel interviennent des enseignants hommes et femmes, où des familles payent pour un service, où des jeunes filles vivent en commun dans une ambiance qui est loin d’être familiale8. Le caractère indéterminé de ce lieu féminin, ni véritablement privé, ni entièrement public, paraît poser problème dans les premières décennies du siècle. Pour des personnes aussi différentes que le poète Lamartine et l’hygiéniste Brachet, l’enseignement « public » dans un pensionnat est à éviter : « Autant l’éducation publique est avantageuse aux hommes (...) autant l’éducation privée est nécessaire aux femmes, dont l’existence, ainsi que celle de la violette, doit s’écouler dans une modeste obscurité9. »

  • 10 Je parlerai ici de lieu plutôt que de territoire, suivant en cela les définitions proposées par Gu (...)
  • 11 À l’époque, le commentaire social passe souvent par la représentation de types sociaux ou de physi (...)

7En m’intéressant aussi bien à des documents iconographiques qu’à des expressions discursives de ce même lieu10, je tenterai de dégager et de distinguer quelques descriptions concurrentes du pensionnat11. Une première partie de l’analyse prendra comme source les images d’artistes et les écrits d’écrivains ou de publicistes, afin de montrer les fantasmes que suscite ce lieu, prétendument clos. La deuxième partie s’intéressera au pensionnat représenté du côté des éducateurs, par le biais des maîtresses elles-mêmes, ainsi que par les rapports d’inspection le qualifiant. Dans ces jeux de l’identification, les caractéristiques spatiales du pensionnat font l’objet d’inversions spectaculaires, qui permettent de mieux cerner les inquiétudes de cette société urbaine en transformation.

2. Un lieu fantasmé et ouvert : le pensionnat des artistes et des écrivains

  • 12 De Certeau écrit que les « récits de lieux sont des bricolages », op. cit., p. 194. Mon corpus est (...)

8Sans être un leitmotiv obsédant, le pensionnat féminin figure néanmoins comme un lieu de fantasme dans la littérature ou dans les images graphiques de la première moitié du siècle12. Balzac par exemple en parle dans sa Physiologie du Mariage (1829), le présentant comme un lieu où les jeunes filles échangent confidences et gestes intimes, « ces friandises virginales », « ces lutineries prématurées » où l’innocence se perd :

  • 13 Honoré de Balzac, Physiologie du Mariage, Paris, Garnier-Flammarion, 1968, p. 94.

Elles seules (les pensionnaires) connaissent ces jeux où l’honneur se perd par avance, ces essais de plaisir, ces tâtonnements de volupté, ces simulacres de bonheur, qu’on peut comparer aux vols faits par les enfants trop gourmands à un dessert mis sous clef. Une fille sortira peut-être vierge de sa pension ; chaste, non13.

9Pour l’auteur de la Comédie humaine, le pensionnat urbain ajoute le danger des intimités féminines à ceux de la ville, car si « les grilles claustrales enflamment l’imagination », elles empêchent bien peu de voir à travers. Il félicite ainsi l’illustre pédagogue Mme Campan d’avoir installé la maison d’éducation de la Légion d’honneur à Ecouen, au nord de Paris, dans la campagne, car :

  • 14 Ibid., p. 95.

Là, ses demoiselles ne voyaient pas le musée des rues, composé d’immenses et grotesques images et de mots obscènes dûs aux crayons du malin esprit. Elles n’avaient pas incessamment sous les yeux le spectacle des infirmités humaines étalé par chaque borne en France, et de perfides cabinets littéraires ne leur vomissaient pas en secret le poison des livres instructeurs et incendiaires14.

10Le pensionnat est surtout décrit par les activités qui s’y déroulent, mais il est souvent caractérisé aussi par ses éléments spatiaux et notamment par ses murs, sa grille et son jardin. La salle de classe, de même que l’échange pédagogique, font moins rêver — faut-il s’en étonner ?

Des murs franchissables

  • 15 L’argumentaire de Balzac dans sa méditation sur le pensionnat va précisément dans ce sens : il est (...)

11Le pensionnat urbain est surtout défini par les murs qui séparent ce lieu d’éducation de la ville environnante, murs dont Balzac fait bien peu de cas. En effet, les représentations de ce lieu apparemment clos, en jouant fréquemment sur la porosité des murs et sur leur qualité franchissable, en viennent à suggérer une « réalité » bien différente. Le registre de ces descriptions est alors humoristique et léger ; en supprimant la séparation qu’impose le mur du pensionnat, les artistes et les écrivains rétablissent l’ordre naturel de la mixité. Mais les représentations rappellent aussi le caractère trompeur des apparences : celle de la solidité des murs ou celle de l’innocence des jeunes filles15.

Ill. 1
Bouchot, “Mettez donc vos filles dans un pensionnat !”, Le Voisinage, 1832.

Ill.2
Bouchot, Rêve d’une pensionnaire, 1831.

  • 16 Voir l’analyse sur les « violences fabuleuses » de ces représentations, dans Gabrielle Houbre, La (...)

12Frédéric Bouchot et Paul Gavarni font partie des artistes qui ont mis le pensionnat en scène16. Dans la gravure « Mettez donc vos filles dans un pensionnat » (ill. 1), Bouchot souligne à quel point les murs ne sont qu’une façade. Le spectateur a ainsi regard à la fois sur l’extérieur du pensionnat, où se trouve un jeune soldat qui œuvre à contrarier la séparation imposée, et sur l’intérieur, ou des jeunes filles accueillent avec complaisance les lettres d’amour qu’une corde leur fait passer. Tout dans la représentation souligne la fragilité de la barrière, notamment le chemin en demi-cercle qui mène de la jeune fille, à l’arrière plan droit, jusqu’au pied gauche du soldat. Dans une deuxième image, « Rêve d’une pensionnaire » (ill. 2), l’artiste insiste encore plus lourdement sur le caractère franchissable des murs, puisqu’en rêve la jeune demoiselle se voit gravissant le mur grâce à une échelle qui l’emmène à la fois dans les bras du soldat soupirant et dans l’espace de la ville.

  • 17 Dans un registre similaire, les lithographies et les gravures de la période mettent souvent en scè (...)

13Davantage connu que Bouchot pour son œuvre picturale, Paul Gavarni s’intéresse lui aussi aux possibilités humoristiques que présente le lieu du pensionnat. Il y va cependant avec une touche plus légère que Bouchot, suggérant les rencontres sans les mettre en scène. Ainsi dans « Psit... ! » (ill. 3), le spectateur voit de nouveau deux soldats qui cherchent à franchir un mur afin de déposer une lettre de l’autre côté. Mais les demoiselles ne sont pas représentées et le pensionnat n’est que très vaguement dessiné, sa qualité n’étant clairement affirmée que par les mots « Maison d’éducation » dessinés sur le mur. Nous ne savons pas qui reçoit la lettre, mais le résultat est le même : ce lieu est loin d’être clos et il ne préserve point les pensionnaires de contacts masculins extérieurs17.

Ill. 3
Gavarni, Psit... !, Interjections, 1839.

  • 18 A. D’ennery et E. Cormon, 1814, ou le pensionnat de Montereau. Vaudeville en deux actes. Représent (...)

14Les comédies et vaudevilles mobilisent des procédés descriptifs similaires quand l’intrigue se passe à l’intérieur d’un pensionnat. La disposition de la scène est à cet égard fort éloquente, puisque le spectateur doit évidemment pouvoir voir à travers les murs. Dans le vaudeville d’Ennery et de Cormon, 1814, ou le pensionnat de Montereau, il est précisé : « Cours du pensionnat de Mme Laurent. À droite la maison. Au fond un mur avec une grande porte » et le premier acte se passe dans la cour dont le mur mitoyen jouxte un pensionnat de garçons. Le maître de celui-ci est prié d’« incerpter (sic) toutes les communications possibles pour la conservation des mœurs et des principes », mais ses efforts sont bien évidemment vains18. Le jardinier Mulot note en aparté : « Ce qui n’empêche pas les balles en gomme ecclésiastique de voyager d’une cour à l’autre... Ça fait une vraie petite poste aérienne (sic). » Dans cette comédie, les lettres passent aussi bien pardessus les murs que par les fenêtres, rendant illusoire l’isolement souhaité des jeunes filles. En effet, la comédie présente le pensionnat moins comme un lieu d’éducation que comme un lieu de détention, comme une « prison ». Les parents de la jeune Cécile l’ont placée là à l’âge de dix-neuf ans, car elle est amoureuse d’un jeune homme, Alfred. Mais elle apporte avec elle des nouvelles de Paris, à propos des salons et des bals, introduisant ainsi de « mauvaises idées » auprès de ses jeunes camarades.

  • 19 A. de Leuvan et Deforges, Vert-vert, comédie vaudeville en trois actes, Paris, Jules Didot l’aîné, (...)

15La thématique des murs franchissables est également présente dans la comédie vaudeville Vert-Vert de 1832. Comme dans la pièce précédente, le jardinier Jobin est censé surveiller cette frontière entre les sexes ; il dépose ainsi une piège pour créature « quelconque à l’immoralité » qui passe par dessus le mur du jardin. Cela n’empêche évidemment pas le Chevalier de Méranges de franchir l’obstacle afin de rechercher sa femme qui lui a été enlevée quelques heures après le mariage19. Le jardinier ne fait rien pour l’en empêcher, au contraire.

  • 20 Alexandre Dumas, Les demoiselles de Saint-Cyr, comédie en 5 actes, Berlin, A.M. Schlesinger, 1844.

16Dans Les demoiselles de Saint-Cyr d’Alexandre Dumas, l’illusion claustrale n’est pas recherchée. Au contraire, Madame de Maintenon facilite les rencontres entre demoiselles à marier et gentilshommes célibataires. La première scène de la comédie se passe pourtant au sein de l’établissement et, comme dans la gravure de Gavarni, les murs sont escaladés grâce à une échelle20. C’est ainsi que le jeune Dubouloy arrive à faire la cour à une demoiselle dont il n’a nullement l’intention de faire son épouse. Mais comme la suite le montre, la jeune Louise est loin d’être aussi innocente qu’on pourrait l’imaginer, et elle réussit malgré tout à devenir, par intrigue plutôt que par affection, l’épouse de Dubouloy. Comme Balzac, Dumas est loin d’idéaliser les lieux féminins, car fondamentalement l’ordre naturel est pour lui celui de la mixité des sexes. Pour les écrivains comme pour les artistes, les murs du pensionnat protègent bien peu des attentions masculines, ce qui explique les fantasmes sur ce qui se déroule de l’autre côté de ces murs, dans le jardin du pensionnat.

Le jardin des tentations

17Le pensionnat urbain dans la première moitié du siècle est en général un immeuble qui à l’origine n’était que rarement destiné à cet effet. Pour attirer une clientèle, le bon pensionnat se doit d’avoir un jardin où les jeunes filles peuvent se distraire, courir et jouer à l’abri des regards indiscrets. Mais le jardin est aussi le lieu par où arrivent la tentation et la séduction, comme les images l’ont déjà montré. Dans ce lieu naturel, artistes et humoristes se plaisent à imaginer la rencontre des sexes et une forme de mise en ordre sexuelle. Car enfin, si la jeune fille, comme la violette, est destinée à une vie obscure, celle-ci s’appuie sur une conjugalité assumée, ce qui suppose que les hommes et les femmes se côtoient.

18Les comédies mettent souvent en scène le jardin à travers la figure du jardinier, l’homme par qui l’extérieur pénètre. Dans Le Dey d’Alger ; ou la visite au pensionnat, le jardinier Jérôme fait parvenir des ouvrages défendus aux pensionnaires, lui même circulant bien librement à l’intérieur de ce lieu prétendument féminin. Le jardinier de la comédie 1814 ou le pensionnat de Montereau, Pierre Mulot, transmet lui aussi les nouvelles de l’extérieur, par la lecture du journal. Là, le danger n’est pas seulement symbolique : nous sommes en 1814, le journal parle d’invasion de troupes étrangères. Pour ce pensionnat situé sur la route de Paris, cette nouvelle est une source de consternation ; elle provoque aussi une inversion comique des rôles sexuels, lorsque les jeunes filles apprennent l’arrivée prochaine des cosaques. Mulot refuse alors d’assumer son rôle d’homme prenant la défense des jeunes filles ; à l’inverse, il se déguise, revêt un habit de pensionnaire, laissant ainsi aux jeunes filles, qui sont, elles, en tenue militaire, le soin des évolutions et des maniements d’armes dans le jardin du pensionnat. Quand apparaissent les cosaques, les filles se mettent à la grille pour leur tirer dessus et contribuent ainsi à leur reddition. Curieux lieux féminins, où les filles s’habillent en hommes, manient des armes et dialoguent facilement avec les hommes. Mais la fin rétablit l’ordre « naturel », qui n’est pas celui du pensionnat, puisque Cécile réussit à se marier avec son amoureux, Alfred.

Un lieu de la mixité : les enjeux de la représentation

19Si le registre de ces descriptions est évidemment celui de l’humour, celui-ci joue sur une représentation bien précise des rapports entre les sexes. Le lieu du pensionnat n’est pas l’objet véritable de l’interrogation, mais il est utilisé comme cadre pour prôner une certaine vision des « bons » rapports entre hommes et femmes. Le pensionnat n’est pas, comme à l’époque moderne, représenté comme un lieu menaçant du pouvoir féminin. C’est plutôt le caractère hors du temps et non mixte de ce lieu qui est dénoncé ; ainsi, les descriptions le caractérisant l’intègrent dans un espace urbain en transformation et le montrent comme un espace habité et pratiqué par les deux sexes.

  • 21 Vert-vert, op. cit.

20La comédie Vert-Vert joue beaucoup sur le caractère contre-nature du projet d’enfermement au pensionnat21. Tout d’abord, l’intrigue commence par l’intrusion du Chevalier de Méranges dans l’enceinte féminine. Loin de lui des projets illicites, cependant, puisqu’il vient pour retrouver l’épouse qui lui a été enlevée peu après leur mariage. Plus cocasse, le pensionnat renferme aussi un jeune garçon, le dénommé Vert-Vert, qui y est élevé comme une fille pour éviter qu’il connaisse le sort de son père, tué en duel. Dans la dernière scène, l’ordre « naturel » se rétablit : les portes du jardin s’ouvrent, les couples se réunissent et Vert-Vert abandonne son identité féminine pour s’engager dans la cavalerie, arme masculine par excellence.

  • 22 Le texte classique sur ce sujet est de Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses (...)

21En se focalisant sur ce qui paraît solide — les murs, les portes, les identités sexuelles, ces descriptions montrent en fait que les apparences sont trompeuses, thématique récurrente dans les textes de cette période et qui fait écho aux anxiétés générées par les nouvelles conditions de la vie urbaine22. Contrairement aux représentations que nous analysons plus bas, celles-ci ne semblent pas vouloir assigner des lieux spécifiques aux hommes et aux femmes, mais plutôt rendre naturelle la cohabitation des deux sexes dans un même lieu. De cette manière, les lieux du pensionnat, notamment le jardin, sont dotés de caractéristiques sexuelles, ce qui contribue à l’effet comique. Derrière l’humour se devine pourtant une mise en doute des fondements même du projet éducatif au pensionnat et en particulier de l’innocence des jeunes filles. Et si celle-ci n’était qu’illusion, comme tant d’autres aspects de la vie moderne ?

3. Un lieu sécurisé et clos : le pensionnat des directrices et des autorités éducatives

  • 23 Pour l’essor des institutions féminines pour la bourgeoisie, voir Rebecca Rogers, From the Salon t (...)

22Le nombre croissant de pensionnats dans les villes à partir des années 1830 en France reflète une demande nouvelle de la bourgeoisie : pouvoir faire bénéficier leurs filles d’une éducation secondaire dans un lieu sûr qui ne soit pas la famille. Cette demande s’accompagne d’un essor de la presse féminine plaidant pour une meilleure éducation féminine, non pas pour créer des femmes savantes, mais pour former de bonnes mères et épouses. À Paris en particulier, le nombre de pensionnats se multiplie, générant un besoin de réglementation. Dès 1810, les premiers règlements mettent en place une inspection des maisons d’éducation et, en 1821, un système d’examens devant permettre de contrôler à la fois les savoirs dispensés et la moralité des maîtresses de pension23. Si l’attention portée aux examens et aux diplômes permet de s’assurer de la qualité de l’enseignement proposé, les inspections, elles, s’intéressent davantage à des questions de moralité ; elles donnent par conséquent à voir le lieu d’éducation lui-même. Il est alors question de la disposition des dortoirs et des lits dans le dortoir, de l’emplacement des salles de cours par rapport aux autres pièces de l’institution, ainsi que de la présence de jardins, de cours ou de lieux de récréation. Les inspections par des dames inspectrices constituent ainsi une source alternative pour aborder la mise en scène des pensionnats ; elles sont complétées par l’examen des prospectus édités par les maîtresses de pensionnat lorsqu’elles font la démarche d’ouvrir un établissement. Dans les deux cas, les descriptions de pensionnats féminins traduisent une vision spatialisée des rapports entre hommes et femmes, ainsi qu’une volonté très claire de présenter un lieu clos et familial, tout à l’opposé des institutions aux murs franchissables examinées plus haut.

  • 24 Voir Judith Lyon-Caen, « Saisir, décrire, déchiffrer : les mises en texte du social sous la monarc (...)

23À Paris comme dans les grandes villes de province, les pensionnats laïcs sont bien plus nombreux que les couvents religieux qui dominent pourtant l’imaginaire quand on évoque l’éducation féminine au xixe siècle. Dirigés aussi bien par des femmes seules que par des femmes mariées, les établissements laïcs sont de taille fort variable. Certains n’accueillent qu’une poignée d’internes, d’autres plus d’une centaine. Dans tous les cas, les autorités locales ont tendance, à partir des années 1830-1840, à les surveiller de très près, alors que les établissements religieux résistent davantage au regard porté par des responsables civils. Cette surveillance, qui exige de la part des maîtresses de pension davantage de transparence dans leurs démarches et dans le fonctionnement quotidien, s’inscrit dans le mouvement qui pousse les autorités municipales à établir des statistiques et à chercher à mieux comprendre le monde urbain par le biais de vastes tableaux24. Elle participe également de l’effort général pour y voir plus clair et plus complètement qui se manifeste dans la littérature panoramique urbaine comme dans les gravures et les comédies mentionnées plus haut.

24Malgré la similarité des démarches, les représentations du pensionnat féminin par le monde de l’éducation présentent des messages bien opposés à ceux des humoristes. En dotant les établissements de qualités spécifiques, les maîtresses comme les inspectrices construisent une vision du pensionnat comme un lieu sain, bien repéré dans l’espace urbain, et domestique dans son organisation.

Un lieu hygiénique

  • 25 Voir Georges Vigarello, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil (...)

25Comme dans les présentations plus humoristiques, le jardin est un élément clé dans l’effort de représentation ; mais ce n’est pas ici pour évoquer l’union des deux sexes. Dans ce siècle d’ascension de l’hygiénisme25, le jardin est d’abord présenté comme un lieu sain, mais aussi comme un espace d’activité physique et parfois aussi comme un lieu éducatif. Les prospectus des pensionnats mettent souvent en avant le jardin, dans une visée clairement publicitaire. Mlle Loiseau, qui dans le courant des années 1830 reprend une Institution de jeunes demoiselles dans le quartier chic autour des Champs-Elysées, la décrit ainsi :

  • 26 Archives Départementales de Paris [dorénavant AD Paris], VD6158. Le prospectus est non daté mais i (...)

située dans le quartier le plus beau et le plus salubre ; elle doit à des constructions et à des distributions nouvelles, de grands dortoirs, de belles classes, une vaste récréation d’hiver, un gymnase, etc. Le jardin, garni de beaux couverts, est des plus aérés. Une nourriture saine et variée, que partagent les maîtresses, et des soins hygiéniques bien entendus, complètent tout ce qui peut assurer la santé et le bien-être des enfants26.

  • 27 AD Paris, VD6152, no 3 entre 1839 et 1848.
  • 28 Muriel Schvind, L’éducation des demoiselles de la bourgeoisie : l’exemple du Bas-Rhin (1800-1870),(...)

26Dans ces mêmes années, le prospectus qui vante les mérites du pensionnat de jeunes demoiselles dirigé par Mlles Combes de Murville – « sous la surveillance de leur mère » – propose un discours similaire : « Le local est grand, le jardin est vaste et la situation, par rapport à la santé, est des plus avantageuses27.» Les mêmes soucis hygiéniques se manifestent dans les prospectus des pensionnats alsaciens : « Le local destiné au pensionnat (de la Congrégation de Notre-Dame) est très sain, et sa position (rue des Mineurs à Strasbourg) lui donne non seulement l’aspect, mais presque les avantages de la campagne28. »

  • 29 Voir Alain Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, xviie- xixe siècles (...)
  • 30 AD Paris, VD6367, no 7 pour Auger et Villeneuve, no 10 pour Mlle Dormier.
  • 31 AD Paris, VD6367, no 6.

27La croissance urbaine, avec la révélation d’une insalubrité et d’une mortalité accrues dans les villes, explique évidemment ce souci de présenter le cadre de vie de jeunes filles adolescentes comme le plus sain possible. De fait, les inspections mettent beaucoup l’accent sur la convenance des lieux, notamment pour ce qui concerne l’hygiène et la qualité de l’air. La hantise des miasmes associés à la vie collective est largement partagée par les romanciers, les hygiénistes et les inspectrices29. Ces dernières reviennent constamment dans leurs rapports sur des questions d’aération. Certains pensionnats sont complimentés pour leurs dortoirs aérés, comme celui d’Elisabeth Auger, quai Billy dans l’ancien VIe arrondissement, qui en 1838 accueille soixante pensionnaires ; Eliza Villeneuve est félicitée pour le chauffage par calorifère dans l’ensemble de la maison et chez Mlle Dormier, les inspectrices notent que le jardin est ensoleillé30. D’autres maîtresses sont critiquées parce qu’elles négligent cet aspect de la vie quotidienne : l’escalier conduisant au jardin de l’établissement de Mlle Pierret, Faubourg Saint Martin, est décrit comme « noir et humide31 ». Le plus souvent on regrette l’absence de place et le manque de tenue. Le discours sur les qualités hygiéniques du lieu s’insère cependant dans un ensemble descriptif plus vaste dans lequel, comme dans les images et les comédies, il est question du rapport du lieu avec l’extérieur et des conséquences de ce rapport sur l’éducation proposée.

Le pensionnat dans la ville et le temps

  • 32 AD Paris, VD6158, no 3.
  • 33 AD Paris, VD6347, no 15, rapport du 18 novembre 1843.
  • 34 AD Paris, VD6347, n” 15, rapport d’août 1849.
  • 35 AD Paris, VD6347, no 6, rapport de 1860.

28Les inspectrices, comme les maîtresses de pension elles-mêmes, évoquent souvent l’emplacement de l’établissement dans la ville et la nature des bâtiments à proximité. Le souci constant est de présenter le lieu comme hermétique mais en même temps accessible pour les parents. À côté de cette volonté d’isoler la maison d’éducation dans le tissu urbain, se voit aussi celle de l’inscrire dans le temps : la longévité en tant qu’établissement d’enseignement paraît être un gage de sécurité supplémentaire. Dès les premières inspections parisiennes, les rapports témoignent du souci d’isoler le pensionnat par rapport à son voisinage et d’empêcher qu’on puisse voir à l’intérieur. En 1812, par exemple, les inspectrices précisent qu’elles ont bien vérifié que les fenêtres des dortoirs ne permettent pas aux voisins de voir les élèves ; en 1814, elles expriment leur contentement : « On a ôté les vues des dortoirs qui sont sur la rue32. » Il va sans dire que le souci est en fait double : les jeunes filles ne sont pas censées scruter les passants dans la rue non plus. Ce genre de remarque continue dans les décennies qui suivent ; en 1843, Mme Bellanger ne reçoit toujours pas d’autorisation officielle car le mur de son jardin est si bas que même les enfants les plus jeunes peuvent parler avec les garçons de la pension masculine d’à côté33. Un autre établissement, celui de Mlle Demay, est critiqué parce que, malgré la présence de tableaux servant d’enseignes sur les grilles qui font face à la rue, les passants peuvent toujours voir les élèves à travers ; en 1846 on précise que les commis ouvriers peuvent regarder à l’intérieur34. Sous le Second Empire, Mlle Pierret, qui tient un pensionnat rue du Faubourg Saint Martin, est blâmée parce que le jardin « est dominé par un grand nombre de fenêtres des maisons voisines35 ». On voit clairement que les relations entre le pensionnat et la rue extérieure ne constituent pas la préoccupation des seuls écrivains qui, comme Balzac, craignent « le musée des rues », même si les inspectrices insistent davantage sur les regards extérieurs qui pénètrent que sur les regards captifs qui s’échappent.

  • 36 AD Paris, VD6367, no 7, rapport du 18 mars 1845.
  • 37 AD Paris, VD6347, no 15, rapport du 18 novembre 1843.

29L’emplacement du pensionnat est évalué en fonction des relations qu’il entretient avec la rue, l’environnement immédiat et le quartier. De manière très tangible, un pensionnat a l’obligation de se signaler aux passants et aux clients potentiels par une enseigne, qui fait elle-même l’objet d’un contrôle. Dans la hiérarchie des établissements féminins, l’Institution occupe le rang le plus élevé ; pour revendiquer pour son établissement le titre d’institution de demoiselles, la directrice doit impérativement avoir obtenu le diplôme de maîtresse d’institution. Certaines directrices cherchent à tromper sur la marchandise et se font alors rappeler à l’ordre par les inspectrices. C’est le cas de Mlle Windeck en 1845, qui sur son enseigne se proclame directrice d’institution alors qu’elle n’a qu’un diplôme de maîtresse de pension36. Non seulement les directrices doivent ainsi répondre à une obligation de transparence par rapport à leur statut, mais elles doivent aussi veiller à ce que l’organisation de leur bâtiment remplisse toutes les conditions nécessaires à la préservation de l’innocence des jeunes filles. La demande d’autorisation d’ouvrir un établissement rue Thevenet, présentée par Mlle Demay en 1843, est ainsi rejetée sous le motif que le local n’est pas convenable, le dortoir n’étant accessible que par un escalier commun37.

  • 38 AD Paris, VD6157, no 3, imprimé entre 1839 et 1849.
  • 39 Muriel Schvind, L’éducation des demoiselles, op. cit., p. 127, Prospectus manuscrit diffusé après (...)
  • 40 AD Paris, VD6 DT Supplément, no 140.
  • 41 AD Paris, DT supplément, no 233, dossier Violet, prospectus datant de 1879.
  • 42 AD Paris, VD6 157, no 3. 1839-48

30Le souci de convenance du lieu par rapport aux environs est particulièrement manifeste dans les prospectus publiés par les directrices elles-mêmes. L’Institution de jeunes demoiselles dirigée par Mme Loiseau, rue Neuve-de-Berry, « est située dans le quartier le plus beau et le plus salubre », au nord-ouest de Paris38. La maison d’éducation de Mlles Osterman, rue de l’Écarlate, quai Saint-Nicolas à Strasbourg, est ainsi décrite : « L’établissement, situé dans les beaux quartiers de la Ville, est à proximité de plusieurs édifices religieux39. » D’autres directrices présentent leur institution comme un élément positif dans le quartier : « En venant fonder ici une Institution, nous avons l’espoir d’être utiles à plusieurs familles de ce quartier », écrivent Mme Pouvereau et Mlle de Monti, sa sœur, en 1879 lorsqu’elles s’installent dans le Mlle arrondissement de Paris40. Enfin, l’accessibilité du pensionnat pour les élèves et les familles, notamment quant il s’agit d’un établissement qui accueille à la fois des externes et des internes, fait partie des éléments signalés dans les prospectus de la deuxième moitié du siècle. Ainsi pour l’institution de Mlle Violet, on signale : « Cet établissement, dont les classes et dortoirs ont vue sur de vastes jardins, est situé à proximité du Luxembourg (...). Un omnibus est mis à la disposition des élèves éloignées du quartier »41. Pour les pensionnats qui s’installent, après l’haussmannisation, dans les beaux quartiers de l’ouest, l’accès facile aux transports urbains est un élément de valorisation. En bas du prospectus concernant la maison d’éducation de Mlles Combes de Murville à Chaillot, on trouve : « Nota. Plusieurs voitures publiques passent tout près de cet Établissement et les voitures de Passy (les Accélérées – Omnibus) que l’on prend rue de Rivoli, no 4, passent à la porte même42

  • 43 L’anthropologue Marc Augé précise que le lieu est doté d’identité, de relations et d’histoire, ce (...)
  • 44 AD Paris, DT supplément, no 140, maison établie en 1877.
  • 45 AD Paris, DT supplément, no 120, dossier Isaac. Le prospectus date de 1880 environ.

31Contrairement au pensionnat des humoristes, dont le lieu finit par se mélanger avec l’extérieur par dissolution des bornes le distinguant de la ville et où la séparation entre les jeunes filles et les hommes se révèle bien fragile, le pensionnat des publicités jouit le plus souvent d’une solidité inscrite dans le temps. En insistant sur le fait qu’elles reprennent un établissement déjà précédemment dédié à l’éducation féminine, les directrices gravent leur œuvre dans le temps et dans la pierre43. Quand Mlle Legrand reprend la maison d’éducation pour les jeunes filles fondée par Mme Carry, elle précise : « Cette Institution, qui existe depuis de longues années, est avantageusement connue par les traditions d’éducation sérieuse qui y sont suivies et par la solidité des principes qui font la base de l’enseignement44. » De même, la maison d’éducation pour jeunes filles Israélites dirigée par Mme Kahn, précise en haut de son prospectus qu’elle est l’« ancienne Institution Neymarck » – les noms ont changé, mais pas le lieu. Pour les familles, cette pérennité dans le fonctionnement du pensionnat est clairement perçue comme un gage de solidité, surtout dans un Paris bouleversé par les transformations d’Haussmann45.

Un lieu ordonné, sécurisant et « familial »

32À partir des années 1860-1870, les directrices ont tendance à valoriser leurs propres compétences professionnelles et la rigueur de l’enseignement proposé dans leur établissement. Mais auparavant, la représentation du pensionnat qui l’emporte le plus souvent est celle d’un lieu domestique, sécurisant et clos, où les jeunes filles trouveront tout le confort et l’affection du domicile familial. Cette image se rencontre à la fois dans les textes écrits et dans les illustrations qui ornent souvent les prospectus.

33L’établissement Anglais-Français de Mme Shanahan à Paris se présente très clairement comme un substitut du foyer familial :

  • 46 Archives Nationales, F17 12432, s.d. (autour des années 1840).

Madame Shanahan, qui dirige cet établissement, ne veut pas exposer ici tout ce qu’elle se croit obligée de faire dans l’intérêt des jeunes personnes qui lui sont confiées, il lui suffira de dire qu’elle remplit à leur égard les obligations d’une mère pleine de sollicitude sous le rapport de la Morale et de la Religion, de la Santé et de l’Intelligence (...). La manière de vivre, quant aux habitudes, aux occupations, à la nourriture et aux soins de toute espèce, est entièrement celle de la vie de famille, elle n’en diffère que par plus de régularité et d’exactitude dans les travaux, par plus d’émulation dans l’accomplissement des devoirs46.

  • 47 Muriel Schvind, L’éducation des demoiselles..., op. cit., p. 128.

34La taille des institutions rend souvent illusoire cet effort d’identification à la maison familiale, mais dans les petites villes, certaines directrices n’hésitent pas à le revendiquer. Le prospectus de l’Institution Protestante de Jeunes Demoiselles à Barr, en Alsace, précise : « Le nombre restreint des élèves qu’on y admet et les rapports de confiance et d’affection avec leur institutrice, leur assurent une vie de famille et les influences bienfaisantes de la maison paternelle47. » Plus courants sont les discours, par exemple lors des distributions de prix, qui insistent sur la façon dont la vie au pensionnat prépare aux tâches de la future mère de famille. Pour certaines directrices, le cadre de vie institutionnel offre même bien plus de sécurité que la maison familiale. Ainsi le mari de Mme Leduc, en 1837, explique-t-il que

  • 48 Discours prononcé au nom de Mme Leduc par M. Leduc Housset, Paris, Imprimerie Poussielgue, 1837.

une des plus douloureuses (difficultés pour les parents) sera la nécessité d’une séparation impérieusement commandée par la position et les habitudes sociales, par le besoin de faire naître l’émulation et surtout d’éviter les séductions toujours si redoutables du séjour de la maison maternelle48.

  • 49 AD Paris, VD6367, no 7, rapport de 1838.

35Comme Balzac qui se méfie beaucoup de l’exemple des mères, les époux Leduc voient la maison « maternelle » comme une source de désordre, tandis que l’organisation de la vie au pensionnat impose l’ordre sans relâchement. Les inspectrices sont là pour le vérifier et elles notent avec satisfaction, par exemple, que dans le grand établissement de Mme Villeneuve, rue Chateaubriand à Paris, les « galeries qui entourent la maison » rendent la « Surveillance » particulièrement facile49.

  • 50 AD Paris, VD6157, no 3 ; le pensionnat de cette maîtresse bien connue à son époque est situé rue d (...)

36Le « bon » ordre du pensionnat se traduit de la façon la plus nette dans l’iconographie de certains prospectus. Celui de Joséphine Bachellery est à cet égard exemplaire (ill. 4). Comme dans les gravures humoristiques, le spectateur est invité à regarder à l’intérieur du lieu, mais celui-ci se présente selon un jeu de surfaces planes et rectilignes qui suggère l’influence d’une règle et d’un ordonnateur. L’immeuble lui-même est plutôt austère, avec des fenêtres qui ne s’ouvrent que du côté du jardin. Le jardin lui-même n’est manifestement pas celui des tentations et des séductions ; la nature est contrôlée, les jeunes filles sont en ligne et les maîtresses surveillent. Certes, un omnibus tiré par des chevaux signale l’arrivée de personnes extérieures au pensionnat, mais ce n’est ni un soldat, ni un amoureux qui en sort, ce sont des femmes, accompagnant peut-être une nouvelle élève. Le plan architectural renforce l’impression d’un lieu borné et bien protégé de l’extérieur, puisqu’on n’accède que par une seule entrée dans un vaste ensemble de bâtiments, de cours et de jardins50.

37L’image associée au prospectus de la maison Kahn est encore plus frappante dans sa volonté de dissocier l’établissement de l’espace urbain (ill. 5). Le pensionnat constitue lui-même un mur pour un passant qui ne pourrait pénétrer que par une unique porte s’ouvrant sur la rue. Derrière, cependant, les élèves bénéficient de verdure, d’arbres et de lieux pour jouer. Mais comme dans le prospectus de Mme Bachellery, la nature est domptée, les arbres cerclés et la cour de récréation bien délimitée en carré scolaire. Ce jardin-là n’a guère l’apparence d’un lieu de mixité des sexes, les jeunes filles peuvent au contraire s’y ébattre en toute tranquillité.

  • 51 Françoise Mayeur, Histoire de l’enseignement et de l’éducation en France, Vol. III, De la Révoluti (...)

38Ces représentations du pensionnat féminin diffèrent vraisemblablement peu de celles des pensionnats masculins. L’image de l’Institution de V.J. Doublier, par exemple, met lui aussi en scène un espace clos et un jardin où se prélassent quelques jeunes garçons, sous l’œil attentif d’un jeune maître51. Mais le jardin est bien moins soigné que chez les filles, la nature semble y avoir davantage de droits. Et surtout, les représentations des pensionnats masculins ne comportent pas les mêmes enjeux que ceux qui concernent les filles ; ils n’offrent pas d’échos à une littérature grivoise, dans laquelle on imaginerait par exemple des femmes pénétrant pour séduire dans l’enclos masculin. Les hommes appartiennent à l’extérieur et les jeunes garçons s’y destinent, c’est pourquoi la situation des deux sexes est bien différente quand il s’agit de représenter les articulations entre intérieur et extérieur.

4. Conclusion

  • 52 L’historienne de l’art Giselda Pollock souligne que l’expérience de la modernité est vécue de faço (...)

39Les visions concurrentes présentées ici prennent tout leur sens dans la juxtaposition entre le pensionnat imaginaire, où les murs ne sont pas des obstacles et où le jardin est un lieu de rencontres, et le pensionnat des directrices, où les murs délimitent un espace bien précis et où le jardin apporte lumière et bien-être physique. Les descriptions venant du monde de l’éducation présentent en effet un lieu stable, solide et surtout à l’écart du monde urbain, alors que les artistes et les écrivains mobilisent un registre descriptif qui dit tout le contraire. Dans cette bataille de représentations, l’enjeu est bien plus grand pour les directrices, qui doivent convaincre les familles de leur confier leurs filles dans un lieu en réalité bien peu familial. L’association de plus en plus étroite entre les femmes et l’espace privé oblige les directrices et les inspectrices à reconfigurer l’espace collectif comme un espace privé et non-mixte52. Les pratiques descriptives insistent alors sur l’organisation rigoureuse d’un espace bien délimité et bien protégé des dangers de la vie moderne. Aussi ces femmes montrent-elles leur capacité à contrôler la nature végétale et humaine : les arbres sont cerclés et les hommes absents. Ces mêmes descriptions tendent à décrire un lieu où règnent des femmes, où ce sont les femmes qui imposent l’ordre ; ce sont donc des lieux du pouvoir des femmes, mais un pouvoir qui n’est plus sexualisé comme dans les descriptions de lieux fantasmés.

  • 53 Michèle Riot-Sarcey, La démocratie à l’épreuve des femmes, Paris, Albin Michel, 1994.

40Les rapports d’inspection nous permettent de voir à quel point ce souci du lieu clos et refermé sur lui-même, mais en même temps aéré et hygiénique, correspond à une vision normative des espaces de vie féminine diamétralement opposée à la vision panoptique qui met en scène la mobilité et qui dissout le lieu dans l’espace urbain. Les inspectrices sont là pour confirmer que les pratiques de l’espace du pensionnat sont bien celles qui sont précisées sur les prospectus, et que pour les élèves les parcours sont effectivement limités à des espaces bien définis. Elles vérifient aussi que le contrôle des points de contact avec l’extérieur est bien exercé et que la surveillance porte à la fois sur la réalité des murs et sur le mouvement du courrier. On peut ainsi noter que le cantonnement des filles dans des lieux distincts est entre autres l’œuvre de femmes qui cherchent à travers cette désignation d’un espace féminin à le valoriser et à le doter des caractéristiques morales qui manquent singulièrement à l’espace urbain de l’époque. N’oublions pas cependant que ces années du milieu du siècle sont celles où la démocratie « à la française » est en train de se forger – au-dehors, dans la Cité53. En isolant ainsi les filles dans des lieux à l’abri, ces représentations féminines participent à l’élaboration d’une vision de la société dans laquelle les femmes disparaissent du public, n’exerçant leur influence que dans le privé, ce qui n’est pas la même chose que d’avoir du pouvoir.

Notes

1 Juliette Adam (Juliette Lamber), Le Roman de mon enfance et de ma jeunesse, 3e éd., Paris, A. Lemerre, 1902, p. 68.

2 Voir le journal d’Eugénie Servant (1875-1881), analysé par Rebecca Rogers, Les demoiselles de la Légion d’honneur. Les maisons d’éducation de la Légion d’honneur au xixe siècle, Paris, Plon, 1992, p. 239-283. Le journal de Pauline Weil (1858-1859 ; collection privée de Philippe Lejeune) parle très souvent des « murs » de sa « prison ».

3 Voir Michel de Certeau, « Récits d’espace », L’Invention du quotidien, Paris, UGE, 1980, p. 208. Pour une définition géographique du lieu, voir Denis Retaillé, Le monde du géographe, Paris, Presses de Sciences Po, 1997, p. 79-102. Pour une analyse anthropologique de la distinction entre espace et lieu, voir Éric Hirsch and Michael O’Hanlon, The Anthropology of Landscape : Perspectives on Place and Space, Oxford, Clarendon Press, 1995.

4 Voir par exemple Christopher Prendergast, Paris and the Nineteenth Century, Oxford, Blackwell, 1992 ; Priscilla Ferguson, Paris as Revolution. Writing the 19th-century City, Berkeley, The University of California Press, 1994 ; Vanessa Schwartz, Spectacular Realities : Early Mass Culture in Fin-de-Siècle Paris, Berkeley, The University of California Press, 1989.

5 Michelle Perrot, Femmes publiques, Paris, Éditions Textuel, 1997 ; Victoria Thompson, The Virtuous Marketplace : Women and Men, Money and Politics in Paris, 1830-1870, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2000.

6 Voir Rebecca Rogers, « Le sexe de l’espace : réflexions sur l’histoire des femmes aux xviiie-xxe siècles dans quelques travaux américains, anglais et français », in Jean-Claude Waquet, Odile Goerg et Rebecca Rogers (dir.), Les espaces de l’historien, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2000, p. 181-202. Pour une analyse sous l’angle de la mixité du couvent de femmes dans l’Ancien Régime, voir Nicole Pellegrin, « De la Clôture et de ses porosités. Les couvents de femmes sous l’Ancien Régime », in Christine Bard (dir.), Le genre des territoires. Féminin, masculin, neutre, Angers, Presses Universitaires d’Angers, 2004.

7 Sharon Marcus, « Transparence de l’appartement parisien entre 1820 et 1848 », in Karen Bowie (dir.), La modernité avant Haussmann. Formes de l’espace urbain à Paris, 1801-1853, Paris, Éditions Recherches, 2001, p. 396-402, et id., Apartment Stories : City and Home in Nineteenth-Century Paris and London, Berkeley, The University of California Press, 1999.

8 Michelle Perrot, « L’invisible frontière » in Alain Corbin, Jacqueline Lalouette et Michèle Riot-Sarcey (dir.), Femmes dans la Cité, 1815-1871, Grâne, Éditions Créaphis, 1997, p. 9-16. Les géographes féministes ont montré le caractère souvent plus féminin du lieu, celui-ci étant « local, spécifique, concret, descriptif », caractéristiques toutes associées aux femmes. Voir Doreen Massey, Space, Place and Gender, Cambridge, Polity Press, 1994, p. 9.

9 J.-L. Brachet, Traité de l’hystérie, Paris, J.-B. Baillère, 1847, p. 508.

10 Je parlerai ici de lieu plutôt que de territoire, suivant en cela les définitions proposées par Guy Di Méo, « Que voulons nous dire quand nous parlons d’espace ? », in Jacques Lévy et Michel Lussault (dir.), Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Paris, Belin, 2000, p. 37-47. Pour lui, la distinction entre le lieu et le territoire est essentiellement une différence d’échelle et de lisibilité géographique.

11 À l’époque, le commentaire social passe souvent par la représentation de types sociaux ou de physiologies sociales, mais certains lieux aussi fascinent, comme les passages étudiés par Walter Benjamin, Paris, capitale du xixe siècle. Le livre des passages, Paris, Cerf, 1989. Pour l’étude de la société, voir Ségolène Le Men, Les Français peints par eux-mêmes. Panorama social du xixe siècle, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 1995. Le Men précise que ces portraits sont une réponse à un tissu social en pleine mutation.

12 De Certeau écrit que les « récits de lieux sont des bricolages », op. cit., p. 194. Mon corpus est également de l’ordre du bricolage. Il est composé de romans de mœurs, de comédies théâtrales, de gravures et de lithographies humoristiques.

13 Honoré de Balzac, Physiologie du Mariage, Paris, Garnier-Flammarion, 1968, p. 94.

14 Ibid., p. 95.

15 L’argumentaire de Balzac dans sa méditation sur le pensionnat va précisément dans ce sens : il est absurde de séparer les garçons des filles à l’adolescence, écrit-il, les mariages ultérieurs seraient bien plus heureux si la nature avait pu intervenir avant.

16 Voir l’analyse sur les « violences fabuleuses » de ces représentations, dans Gabrielle Houbre, La discipline de l’amour. L’éducation sentimentale des filles et des garçons à l’âge du Romantisme, Paris, Plon, 1997, p. 180-185.

17 Dans un registre similaire, les lithographies et les gravures de la période mettent souvent en scène l’espace conjugal. Celui-ci aussi est loin d’être clos, à cause de l’adultère. Voir Patricia Mainardi, Husband, Wives, And Lovers : Marriage and its Discontents in Nineteenth-Century France, New Haven (Ct.), Yale University Press, 2003, p. 73-117.

18 A. D’ennery et E. Cormon, 1814, ou le pensionnat de Montereau. Vaudeville en deux actes. Représenté pour la première fois à Paris le 19 janvier 1836, au théâtre de l’Ambigu-Comique, dans une mise en scène de M. Grandville.

19 A. de Leuvan et Deforges, Vert-vert, comédie vaudeville en trois actes, Paris, Jules Didot l’aîné, 1832.

20 Alexandre Dumas, Les demoiselles de Saint-Cyr, comédie en 5 actes, Berlin, A.M. Schlesinger, 1844.

21 Vert-vert, op. cit.

22 Le texte classique sur ce sujet est de Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xixe siècle, Paris, Perrin, 3e éd. 2002.

23 Pour l’essor des institutions féminines pour la bourgeoisie, voir Rebecca Rogers, From the Salon to the Schoolroom : Educating Bourgeois Girls in Nineteenth-Century France, University Park, Pennsylvania State University Press, 2005.

24 Voir Judith Lyon-Caen, « Saisir, décrire, déchiffrer : les mises en texte du social sous la monarchie de Juillet », Revue Historique, no 630, avril 2004, p. 302-331.

25 Voir Georges Vigarello, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil, 1985.

26 Archives Départementales de Paris [dorénavant AD Paris], VD6158. Le prospectus est non daté mais imprimé certainement entre 1839 et 1849.

27 AD Paris, VD6152, no 3 entre 1839 et 1848.

28 Muriel Schvind, L’éducation des demoiselles de la bourgeoisie : l’exemple du Bas-Rhin (1800-1870), maîtrise, Université de Strasbourg II, 1996, p. 130. Le prospectus a été imprimé entre 1858 et 1868. Les prospectus continuent, sous la IIIe République, à parler du jardin et de l’hygiène. Voir ceux concernant le pensionnat de demoiselles dirigé par Mme Pouvereau et Mlle de Monti : « Le local que nous avons choisi est tout à fait approprié à sa destination, c’est-à-dire que cour, préau, classes et dortoir, rien ne laisse à désirer sous le rapport de l’étendue et de la salubrité » (1879), et celui de Mlle Legrand à Paris : « Grand jardin pour les récréations » (imprimé début IIIe République). AD Paris, DT Supplément, no 140.

29 Voir Alain Corbin, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, xviie- xixe siècles, Paris, Aubier, 1982, p. 189-205. L’architecture et l’espace scolaire a peu fait l’objet d’études, en dehors des travaux d’Anne-Marie Châtelet, La naissance de l’architecture scolaire. Les écoles élémentaires parisiennes de 1870 à 1914, Paris, Champion, 1999.

30 AD Paris, VD6367, no 7 pour Auger et Villeneuve, no 10 pour Mlle Dormier.

31 AD Paris, VD6367, no 6.

32 AD Paris, VD6158, no 3.

33 AD Paris, VD6347, no 15, rapport du 18 novembre 1843.

34 AD Paris, VD6347, n” 15, rapport d’août 1849.

35 AD Paris, VD6347, no 6, rapport de 1860.

36 AD Paris, VD6367, no 7, rapport du 18 mars 1845.

37 AD Paris, VD6347, no 15, rapport du 18 novembre 1843.

38 AD Paris, VD6157, no 3, imprimé entre 1839 et 1849.

39 Muriel Schvind, L’éducation des demoiselles, op. cit., p. 127, Prospectus manuscrit diffusé après 1861.

40 AD Paris, VD6 DT Supplément, no 140.

41 AD Paris, DT supplément, no 233, dossier Violet, prospectus datant de 1879.

42 AD Paris, VD6 157, no 3. 1839-48

43 L’anthropologue Marc Augé précise que le lieu est doté d’identité, de relations et d’histoire, ce qui n’est pas le cas du non-lieu, domaine du transit et de l’éphémère. Marc Augé, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, 1992.

44 AD Paris, DT supplément, no 140, maison établie en 1877.

45 AD Paris, DT supplément, no 120, dossier Isaac. Le prospectus date de 1880 environ.

46 Archives Nationales, F17 12432, s.d. (autour des années 1840).

47 Muriel Schvind, L’éducation des demoiselles..., op. cit., p. 128.

48 Discours prononcé au nom de Mme Leduc par M. Leduc Housset, Paris, Imprimerie Poussielgue, 1837.

49 AD Paris, VD6367, no 7, rapport de 1838.

50 AD Paris, VD6157, no 3 ; le pensionnat de cette maîtresse bien connue à son époque est situé rue de Rocher entre 1847-52 dans l’ancien premier arrondissement.

51 Françoise Mayeur, Histoire de l’enseignement et de l’éducation en France, Vol. III, De la Révolution à l’École Républicaine, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1981, p. 471.

52 L’historienne de l’art Giselda Pollock souligne que l’expérience de la modernité est vécue de façon spatiale et que la fluidité des espaces de la ville moderne exclut les femmes. Ainsi la division entre privé et public s’inscrit dans l’espace et devient genrée : Giselda Pollock, Vision and Difference : Femininity, Feminism and the Histories of Art, Londres, Routledge, 1988, p. 50-80.

53 Michèle Riot-Sarcey, La démocratie à l’épreuve des femmes, Paris, Albin Michel, 1994.

Table des illustrations

Légende Ill. 1Bouchot, “Mettez donc vos filles dans un pensionnat !”, Le Voisinage, 1832.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12660/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Ill.2Bouchot, Rêve d’une pensionnaire, 1831.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12660/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Ill. 3Gavarni, Psit... !, Interjections, 1839.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12660/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Ill.4
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12660/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Légende Ill.5
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12660/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 349k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search