Version classiqueVersion mobile

Les mises en scène(s) de l’espace

 | 
Nicolas Bourguinat
, 
Jean-Michel Mehl

Deuxième Partie. Préserver des lieux : libertés et contraintes

Main basse sur la ville ou les cadets de Gascogne à Paris au premier xviie siècle

Véronique Larcade

Texte intégral

  • 1 L’image littéraire du Gascon, 2e colloque de littérature régionale 14-15 mai 1982, Université de P (...)
  • 2 Ce sont les objectifs et les principes définis par Alain Robbe-Grillet, notamment dans le Dictionn (...)
  • 3 Michel Butor, L’emploi du temps, Paris, Éditions de Minuit, 1956, p. 295.

1On peut bel et bien tenir les cadets de Gascogne pour une invention littéraire du xixe siècle : un produit croisé du roman historique et du roman-feuilleton, du romantisme finissant et de la presse de masse. Ils incarnent à merveille le héros positif constitutif de la littérature de second ordre, aussi populaire qu’adonnée au poncif, qui fait notamment de la capitale l’indispensable théâtre de leurs exploits, au service de la couronne et à la pointe du fleuret, contre les vilenies de la cour1. Pour cette raison, adopter à l’égard des cadets de Gascogne le parti pris d’un certain nombre d’écrivains du milieu du xxe siècle, ceux du « nouveau roman » tout particulièrement, promet d’être aussi plaisamment parodique qu’historiographiquement stimulant. Ainsi, afin de dire la vérité telle qu'elle est, pour rendre aux objets et aux sujets leur plus exacte dimension, ces auteurs ont tenu, en effet, à dénoncer et même à précipiter la faillite des engouements, des formes et des usages littéraires hérités du siècle précédent. Leur entreprise s’est engagée sur trois plans principaux : la disqualification du héros d’abord, la désarticulation de l’intrigue ensuite et enfin, par contre-pied, la mise en avant des « choses »2. Michel Butor le met en pratique dans son roman L’Emploi du temps. L’anti-héros dénommé Jacques Revel se construit au fil de la narration en s’appropriant peu à peu, au fil de douze mois, un espace qui lui est inconnu et où il est étranger au départ, celui, en l’occurrence, d’une ville anglaise appelée Bleston dont le plan figure en frontispice du texte. L’itinéraire du Français résulte moins de l’effet de sa propre volonté que de la force déterminante du vitrail de Caïn qui se trouve dans l’ancienne cathédrale dont Jacques Revel dit lui-même à la fin du récit : « Ce signe majeur qui a organisé ma vie dans notre année3. »

2Suivre une telle logique pour les cadets de Gascogne consiste, bien sûr, à remonter aux sources et à explorer ce qu'elles peuvent révéler. Mais l’essentiel est moins de renouveler le fonds documentaire, que de le détourner ou de le subvenir. Il ne saurait être question, dès lors, dans cette perspective, d’identifier et de vérifier ce qui a pu inspirer Alexandre Dumas ou Michel Zévaco, c’est-à-dire de trouver l’origine du pittoresque, du sensationnel ou de l’exception héroïque. Bien au contraire, il importe davantage de cerner le banal, l’ordinaire en série, voire le sordide. En somme, ce qui compte n’est pas exactement ce qui fait des Gascons des anti-héros, mais ce qui les rend consubstantiels à certains lieux concrets et à des espaces abstraits tout ensemble, qui se superposent ou s’intégrent – il reste à déterminer comment et à quel degré – à ce que l’on peut connaître de la capitale au temps des premiers Bourbons. Mais dans ce cadre le descriptif ne peut que l’emporter sur le quantitatif : c’est probablement la faiblesse mais également le ressort démonstratif de cette tentative d’explication qui prend place, délibérément, à la limite du vécu et de l’affabulé, à la frontière de la littérature et de l’histoire puisqu’il s’agit bien de comprendre comment et quand celle-ci existe.

  • 4 L’édition originale est sortie des presses de Pierre Marteau à Cologne : Mémoires de Monsieur d’Ar (...)
  • 5 Claude Schopp, Alexandre Dumas, le génie de la vie, Paris, Mazarine, 1985, p. 353.
  • 6 Arthur de Boilisle, Aventures du marquis de Langalerie, p. 7, cité par Charles Samaran, D’Artagnan (...)

3D’Artagnan est certainement la figure emblématique des cadets de Gascogne. Aussi les Mémoires que Catien Courtilz de Sandras livra aux lecteurs en 1700 au nom de M. d’Artagnan autrement dit Charles de Batz-Castelmore (v. 1613-1675), capitaine des mousquetaires du roi, peuvent donner un point de départ commode4. D’une part, Alexandre Dumas et surtout Auguste Maquet, son « nègre », s’en inspirèrent largement pour écrire Les Trois Mousquetaires (1844) dont l’action se place, on le sait, à la date de 1625, alors que les Mémoires se déroulent entre les toutes dernières années du règne de Louis XIII et la guerre de Hollande5 ; d’autre part, il faut souligner le grand succès que rencontrèrent au moment de leur publication ces mémoires apocryphes. Courtilz de Sandras, spécialiste du genre, promettait à ses lecteurs dès la page de garde des révélations sur les dessous cachés du règne de Louis XIV ; mais cela n’aurait suffi à gagner le public, s’il n’y avait eu pour accréditer les élucubrations – une partie des aventures de d’Artagnan est plagiée du récit de la vie de Bussy-Rabutin (1618-1693) – de petits faits vrais donnant à l’ensemble l’allure de la vraisemblance. Arthur de Boislisle (1835-1908), l’éruditissime éditeur des Mémoires du duc de Saint-Simon, en témoigne, parlant de « sa connaissance surprenante des faits et des gens du temps6 ». D’autres ouvrages peuvent assurer l’authenticité des données procurées par les Mémoires de Monsieur dArtagnan ; tout particulièrement la Vie de Jean, comte de Gassion (1609-1647), publiée par Renaudet en 1647, ainsi que les Mémoires du maréchal de Gramont (1604-1678). Il s’agit, en effet, de deux vrais « cadets » de Gascogne, pratiquement indemnes, quant à eux, de récupération littéraire.

1. Apparitions

  • 7 Au no 15 de la rue actuelle : Mémoires de Monsieur d’Artagnan..., op. cit., p. 129.
  • 8 Ibid., p. 31.
  • 9 Ghougas Salerian-Saugy, La juridiction du colonel général de l’infanterie, Bourges, 1927.
  • 10 Il conviendrait bien sûr de mener une étude plus systématique à l’appui des différents indications (...)
  • 11 Mémoires..., op. cit., p. 170.

4Dès lors, à l’appui de ces textes, la cartographie d’un Paris « gascon » est possible. Elle conduira à localiser leurs lieux de ralliement, sur la rive gauche principalement : l’Hôtel des Mousquetaires, rue du Bac7, l’hôtel de Tréville « qui logeait tout près du Luxembourg » à l’angle de la rue de Tournon et de la rue de Vaugirard, à l’emplacement où se trouvait naguère le restaurant Foyot8 et leurs autres lieux de manifestation officielle ; le Louvre, bien sûr, rive droite, où se situe également l’hôtel d’Épernon. Il s’agit de la résidence du duc du même nom, colonel général de l’infanterie française et pourvoyant, à ce titre, à peu près à toutes les charges d’officiers, sur lesquels par ailleurs il avait droit de justice. Jean-Louis Nogaret de La Valette, premier du nom, et son fils Bernard se succédèrent pour l’exercer, constituant et entraînant de ce fait une foule d’obligés sinon de fidèles. Du premier, son secrétaire-biographe raconte – non sans complaisance, assurément – qu’il se rendait au Louvre accompagné d’une escorte impressionnante de plusieurs centaines d’hommes, les premiers arrivant au palais quand les derniers quittaient à peine l’hôtel sis rue Plâtrière9. Le Marais est, bien sûr, un autre pôle du Paris gascon. L’hôtel Salé, rue de Thorigny (celle où résida Marion Delorme)10 est évoqué par Courtilz de Sandras11. Il faut aussi compter les auberges et les garnis où les Gascons ont leurs quartiers, ainsi d’Artagnan dont les prétendus Mémoires disent :

  • 12 Ibid., p. 31.

Je fus loger dans son quartier afin d’être plus près de (M. de Tréville). Je pris une petite chambre dans la rue des fossoyeurs tout auprès de Saint-Sulpice, il y avait des jeux de boule, comme je crois qu’il y en a encore et elle avait une porte qui perçait rue Férou qui est au derrière de la rue des Fossoyeurs. Je fus dès le lendemain au lever de M. de Tréville dont je trouvai l’antichambre toute pleine de mousquetaires. La plupart étaient de mon pays, ce que j’entendis bien à leur langage... J’avais employé une partie de l’argent de Montigré à me faire propre, et je n’avais pas oublié la coutume du pays qui est, quand on n’aurait pas un sou en poche, d’avoir toujours le plumet sur l’oreille et le ruban de couleur à la cravate12.

  • 13 Dans la 2e partie : « Un grand homme de province à Paris ». Cité dans Mémoires..., op. cit., p. 28 (...)
  • 14 Jacques Hillairet, Connaissance du vieux Paris, Paris, Rivages, rééd. 1993, p. 198.
  • 15 Mémoires..., op. cit., p. 134, p. 167.

5Sans doute faut-il remarquer que c’est à l’enseigne du Gaillard-Bois que Balzac, par ailleurs, fait loger Lucien de Rubempré et Madame de Bargeton à leur arrivée à Paris dans les Illusions perdues13. En tout cas le dernier domicile connu de d’Artagnan, devenu homme de confiance de Mazarin, au temps de la maturité et de la respectabilité et de ses hautes fonctions parmi les Mousquetaires du roi, se trouvait sur l’actuel quai Voltaire, plus exactement à l’angle du Quai et de la rue du Bac14. Mais il y aurait encore à repérer les « brelans15 » et autres salles de jeux ainsi que les traiteurs qui occupaient apparemment une place importante dans l’existence des Gascons.

  • 16 Ibid., p. 73.

Depuis le gain des 80 pistoles que j’avais fait, j’avais toujours continuer à carabiner dans l’antichambre du roi, et n’y avais pas été trop malheureux ; ainsi comme cet argent qui ne me coûtait rien, ne me coûtait guère aussi à dépenser, j’en avais grande chère et bon feu, de sorte que les rôtisseurs et les cabaretiers s’en étaient ressentis aussi bien que les plumassiers, les marchands d’étoffe et les marchands de ruban (...)16.

  • 17 Jacques Hillairet, op. cit., p. 198.

6Il conviendrait de rapprocher ce passage de la présence historiquement attestée à l’emplacement du no 26 de la rue de Seine d’un cabaret dit « du Petit-Maure», créé en 1618. Le poète Voiture et l’auteur des Historiettes, Tallemant des Réaux, le fréquentaient volontiers. Il était tenu en 1661 par un nommé Montglat, ami du poète burlesque Saint-Amant qui y fut transporté et y mourut après avoir été roué de coups, près du Pont-neuf, à la suite semble-t-il d’une chanson satirique assez offensante à l’endroit du prince de Condé17.

7La localisation des blanchisseurs pourrait être pareillement intéressante : ainsi

  • 18 Mémoires..., op. cit., p. 91.

(...) Aramis entra dans une maison au Faubourg Saint-Jacques où, pendant qu’il se fit allumer du feu pour changer de linge, il me pria (explique d’Artagnan) de lui aller acheter une chemise et un caleçon. Je pris l’un et l’autre chez la première lingère tels que je les pus trouver, et l’ayant ramené ensuite chez lui, je le quittai tout aussitôt pour aller trouver Milady18.

8Enfin les tripots ou jeux de paume sont également des lieux de ralliement, ainsi celui « qui étoit auprès des écuries du Luxembourg » que fréquentent d’Artagnan et surtout ses compagnons, peu après son arrivée à Paris :

  • 19 Ibid., p. 39.

Nous ne fîmes que ballotter, métier où je n’étais pas trop habile et où, pour mieux dire, j’étais fort ignorant, puisque je ne l’avais jamais fait que cette fois-là ; aussi craignant de recevoir quelque coup dans le visage et que cela ne m’empêchât de me trouver au rendez-vous que le roi avait donné, je quittai la raquette et me mis dans la galerie auprès de la corde19.

  • 20 Ibid., p. 86.
  • 21 Ibid., p. 88.

9Il s’agit de lieux facilement repérables dans le Paris du début du xviie siècle. À proximité du Luxembourg, quatre, au moins, sont connus. Dans la seule rue Mazarine se trouvaient, d’un côté entre le no 10 et le no 14 le jeu de paume dit « des métayers », celui-là même que le jeune Poquelin loua quelque temps entre 1643 et 1644 pour y installer son « Illustre Théâtre » ; d’un autre côté au no 42, il y avait le jeu de paume « de la bouteille » qui fut à l’occasion l’une des premières scènes d’opéra dans le royaume20. Il en alla de même avec le jeu de paume de Bel Air au no 13 rue de Médicis ; quant à celui « de l’Étoile », rue de l’Ancienne Comédie, il fut acheté en 1689 par le « Théâtre de la Comédie-Française »21.

2. Tropismes

  • 22 Ibid., p. 72.
  • 23 Ibid, p. 75.

10On ne saurait trop souligner que ces cadets de Gascogne peuvent être définis souvent comme des gentilshommes approximatifs et des nobliaux louches : leur passé familial est incertain autant que leur futur hasardeux. Ce sont essentiellement des immigrants : ce qui est dit de leur allure et de leur accent renvoie assurément à des lieux tels que l’auberge du Cheval-Blanc, sise dans l’ex-rue de la Contrescarpe-Dauphine (devenue la rue Mazet dans le VIe arrondissement). Elle était la tête de ligne des coches et diligences pour Orléans, Tours, Bordeaux, Bourges, Vendôme et La Rochelle. On sait qu’en 1650 le prix du parcours Paris-Bordeaux était de 96 livres, repas compris et il fallait deux jours pour faire le chemin d’Orléans à Paris22. De même, les Gascons à Paris forment une population pratiquement exclusivement masculine et largement célibataire. Aussi, il n’est que de rappeler notamment l’existence, rue de la Fontaine-du-Temple du couvent des Madelonnettes qui, depuis 1620, recueille les filles de mauvaise vie23. Désargentés, mal ou peu insérés dans la société ordinaire des gens de bien, les cadets vivent entre eux, constituant un milieu où règnent le défi et la rixe, et où les exigences de l’honneur s’accommodent assez mal de la loi et du droit.

  • 24 Aux sources précédemment utilisées s’ajoutent celles apportées par d’autres mémoires contemporains (...)
  • 25 Mémoires, op. cit., p. 33, p. 89.

11Ainsi la pratique du duel est-elle en grand usage chez les Gascons24. Elle passe, parce qu’illégale, par la fréquentation d’endroits discrets et propices à ces « rencontres » illicites. Les zones de juridiction ecclésiastique ne relevant pas de la justice du roi, surtout si elles sont des terrains vagues inhabités sont particulièrement recherchées : « Je me mis sur la porte du Calvaire, maison religieuse (...) j’y attendis mon homme », lit-on dans les Mémoires de Monsieur d’Artagnan. Ce qui fait référence au couvent des religieuses installé en 1622 par Marie de Médicis, à l’emplacement de l’actuel no 19 de la rue de Vaugirard, non loin de son Palais du Luxembourg, et dont les dépendances pour cette raison se trouvaient alors hors la ville25. Le passage continue en évoquant du côté de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés, l’un des terrains favoris des duellistes :

Nous marchâmes dans cet entretien jusqu’en deçà des Carmes où nous tournâmes par la rue Cassette ; nous y descendîmes tout du long, et y ayant gagné le coin de la rue du Colombier, nous entrâmes ensuite dans la rue Saint-Père, puis dans celle de l’Université, au bout de laquelle était l’endroit où se devait faire notre combat.

  • 26 Ibid., p. 34.
  • 27 Ibid., p. 33.
  • 28 Ibid., p. 35.

12Il s’agit, bien sûr, du Pré-aux-Clercs divisé en deux parties, le « petit pré » s’étendant de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés à l’emplacement actuel des Invalides et le « grand-pré » qui allait jusqu’à Grenelle26. Le périmètre du monastère des Carmes-Déchaux situé entre les rues de Vaugirard, Cassette, du Regard et du Cherche-Midi était pareillement accueillant27. Les espaces insulaires incertains que ménageait la Seine offraient un autre asile privilégié aux combat d’honneur prohibés. L’île aux Cygnes, disparue par la suite, en fait partie28.

  • 29 Ibid., p. 116.
  • 30 Ibid., p. 110.
  • 31 Ibid., p. 176.

13Dans cette perspective, il s’agit de mettre en évidence des usages et des comportements liés à ces lieux : acheminement des duellistes sur les lieux de ces combats clandestins de manière à éviter poursuites et arrestations, tactiques de fuite et de déguerpissement, ruses pour faire disparaître les cadavres et les faire ensevelir chrétiennement malgré les interdits. Cela conduit à s’intéresser particulièrement aux relations entretenues avec le clergé des églises et établissements religieux de la rive gauche : Saint-Sulpice, Chartreux, Carmes, abbaye de Saint-Germain-des-Prés. Dès lors s’imposent des points cardinaux pour ce qui touche les cadets de Gascogne. La place de la Contrescarpe est l’un d’eux, à l’endroit où se terminait l’avance de la porte Saint-Marcel et où commençait le faubourg Saint-Médard. C’était un carrefour aussi important qu’animé et l’une des principales sorties de Paris. Les domestiques, les porteurs de chaises, les montures y stationnaient et on s’y réunissait pour « godailler29 ». C’était de notoriété publique, un lieu de désordres fréquents duquel on peut rapprocher rue de Tournon, à l’extrémité sud de l’abbaye Saint-Germain, ce qu’on appelait le « pré crotté » et où se tenait un marché aux chevaux30. Mais au propre et au figuré une autre place, une autre extrémité de la ville, faisait pendant à la Contrescarpe. Il s’agissait de la Croix du Trahoir (ou tiroir) au carrefour de la rue Saint-Honoré et de la rue de l’Arbre-Sec. Son nom tenait probablement à ce que l’on triait à cet endroit les pièces de boucherie destinées aux étaux qui bordaient le carrefour. Surtout, la potence (« l’arbre-sec ») et le gibet y étaient dressés auprès de la croix de pierre31.

3. Répulsions

  • 32 Notes de René d’Argenson, lieutenant général de Police, Paris, Émile Voitelin, 1866, p. 54.

14Les Gascons organisent donc dans Paris des espaces échappant quasiment à la loi et à la police du roi. Les Notes de René dArgenson, lieutenant général de Police, rapportent ainsi à l’aube du xviiie siècle les frasques, les scandales et les tapages dont se rendent coupables des personnages comme au début de 1701 « les sieurs Matas et de Salins ou de Sallegourne qui interrompirent ces jours passés la comédie par le bruit d’une bassinoire [et] qui sont mousquetaires de la 2e compagnie de la brigade de Chalais32 ».

  • 33 Ravaisson-Mollien, Archives de la Bastille, Genève, Slatkine, rééd. 1975, t. 1 à 3.
  • 34 Mémoires, op. cit., p. 44-47 notamment.
  • 35 Selon la déclaration royale de 1617. Ainsi une commission fonctionne-t-elle dans le cadre de l’Hôt (...)
  • 36 Archives Assistance Publique, Charles Foix-Incurables, registre « Fondation des lits faites dans l (...)

15Il est, à coup sûr, utile de mettre en évidence comment d’autres lieux réintroduisent les cadets de Gascogne dans l’ordre établi ou les marginalisent, voire les éliminent définitivement. On pense d’abord, c’est évident, au Châtelet, à Vincennes ou à la Bastille33. Les prétendus Mémoires de d’Artagnan évoquent celle-ci, faisant de son gouverneur, Besmaux, un modèle caricatural de Gascon aussi prétentieux que ridicule. Sans doute Courtilz de Sandras, qui fut à deux reprises pensionnaire de cet établissement, avait-il des comptes à régler. Dumas, en tout cas, s’en inspira pour camper le mousquetaire Porthos34. Mais ces prisons d’État ont, somme toute, un certain lustre. Bref, y être incarcéré n’est pas sans prestige. Les archives hospitalières, par contre, laissent entrevoir des revers et des faillites qui sont le négatif absolu de la fortune et de la gloire, les deux moteurs du rêve gascon. Il s’agit particulièrement de l’Hôtel-Dieu, et pour deux raisons. Tout d’abord, parce que les administrateurs de cet établissement, proches de la Compagnie du Saint-Sacrement, sont des anti-duellistes fervents. À ce titre, ils se montrent soucieux de faire prévaloir les dispositions royales répressives en la matière, d’autant plus que celles-ci donnent à l’hospice des droits sur les confiscations opérées sur le patrimoine des contrevenants35. Quoique peu abondant, un autre fonds est à même d’étoffer cet apport ou de pallier ses lacunes. Il s’agit de la série F (registres d’entrée et de sortie des personnes) des Archives de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris. On y trouve l’envers de la réussite et le contraire du panache ; en d’autres termes, il y a matière à donner un aperçu du trivial sinon du total de la présence de la masse des nobliaux gascons immigrés dans la capitale en escomptant que là se trouve effectivement leur vérité. On peut retenir tout particulièrement la fondation faite en 1646-1647 à l’Hôpital des Incurables par un certain M. de Bergerac. Elle consiste en la construction d’une « chambre et un petit cabinet avec une inscription sur marbre noir pour un gentilhomme de trois races sinon pour un pauvre le plus approchant » et en une somme destinée à l’entretien de pensionnaires36.

  • 37 Éric Lolie, « L’hôtel de Lauzun, joyau de l’île Saint-Louis », La Revue française, 1965, no 177, p (...)
  • 38 Jean-Christian Petifils, Lauzun, Paris, Perrin, 1987, p. 354-355.
  • 39 « Vieilles Maisons Françaises », Patrimoine historique, juillet 1981.

16Finalement, il y a probablement lieu de s’interroger sur l’ubiquité des Gascons. On peut, par exemple, mettre en jeu le fait architectural avec, parmi d’autres, l’hôtel de Gramont, près du vieux Louvre (anciennement hôtel de Clèves) dont la somptueuse façade se trouvait en retrait de la rue de l’Autruche (dans le prolongement vers la Seine de factuelle rue de l’Oratoire) et l’hôtel de Lauzun dans l’île Notre-Dame (aujourd’hui île Saint-Louis), acheté par le « Fiancé » de la Grande Mademoiselle, le 24 août 1682, au partisan Groin des Bordes, qui est tenu pour l’une des plus belles demeures de Paris avec ses plafonds de Lafosse, de Lesueur et de Sébastien Bourdon et ses peintures de Lepautre, de Patel et de Bourgogne37, ou encore sa demeure non moins fastueuse du quai Malaquais (ancien hôtel de Créqui, acheté 156 000 livres au duc d’Albret)38. Dans quelle mesure sont-ils des marques, sinon de provocation, du moins de défi ? Ou au contraire faut-il y voir des preuves, non d’exclusion – qu'elle soit bien ou mal assumée, bien ou mal revendiquée – mais d’assimilation ? Sans doute faut-il comparer ces bâtiments à certains châteaux encore debout dans le Gers actuel, notamment le château des Monlezun à Betplan, d’allure très classiquement francilienne39 : La Gascogne se « parisianise »-t-elle donc ? La mobilisation dans les armées de Louis XIV d’officiers et de gentilshommes gascons les éloigne-t-elle de Paris ou contribue-t-elle à mieux les y rassembler, en participant ainsi à « franciser» davantage le pays des cadets ?

Notes

1 L’image littéraire du Gascon, 2e colloque de littérature régionale 14-15 mai 1982, Université de Pau et des pays de l’Adour, Cahiers de l’Université, no 21, Pau, 1984 ; Véronique Larcade, « Bretteur et menteur sans vergogne... ou le cadet de Gascogne saisi par la littérature de Charles Sorel à Michel Zévaco », in Josette Pointet, Michel Figeac, Marie Boisson (dir.), La noblesse de la fin du xvie siècle au début du xxe siècle, un modèle social ?, Anglet, Atlantica, 2002, t. 1, p. 411-436.

2 Ce sont les objectifs et les principes définis par Alain Robbe-Grillet, notamment dans le Dictionnaire de littérature contemporaine, Bruxelles, Éditions universitaires, 1967.

3 Michel Butor, L’emploi du temps, Paris, Éditions de Minuit, 1956, p. 295.

4 L’édition originale est sortie des presses de Pierre Marteau à Cologne : Mémoires de Monsieur d’Artagnan par Courtilz de Sandras, éd. G. Sigaux, Paris, Mercure de France, 1987, p. 13.

5 Claude Schopp, Alexandre Dumas, le génie de la vie, Paris, Mazarine, 1985, p. 353.

6 Arthur de Boilisle, Aventures du marquis de Langalerie, p. 7, cité par Charles Samaran, D’Artagnan, histoire véridique d’un héros de roman, Paris, Calmann-Lévy, 1928, p. 12.

7 Au no 15 de la rue actuelle : Mémoires de Monsieur d’Artagnan..., op. cit., p. 129.

8 Ibid., p. 31.

9 Ghougas Salerian-Saugy, La juridiction du colonel général de l’infanterie, Bourges, 1927.

10 Il conviendrait bien sûr de mener une étude plus systématique à l’appui des différents indications topographiques procurées par Jean Boutier et Jean-Yves Sarazin (dir.), Plans de Paris, Paris, Bibliothèque Nationale de France, 2002.

11 Mémoires..., op. cit., p. 170.

12 Ibid., p. 31.

13 Dans la 2e partie : « Un grand homme de province à Paris ». Cité dans Mémoires..., op. cit., p. 281.

14 Jacques Hillairet, Connaissance du vieux Paris, Paris, Rivages, rééd. 1993, p. 198.

15 Mémoires..., op. cit., p. 134, p. 167.

16 Ibid., p. 73.

17 Jacques Hillairet, op. cit., p. 198.

18 Mémoires..., op. cit., p. 91.

19 Ibid., p. 39.

20 Ibid., p. 86.

21 Ibid., p. 88.

22 Ibid., p. 72.

23 Ibid, p. 75.

24 Aux sources précédemment utilisées s’ajoutent celles apportées par d’autres mémoires contemporains, notamment du marquis de Fontenay-Mareuil (coll. Michaud et Poujoulat, Paris, 1837), du maréchal Caumont de La Force (éd. marquis de La Grange, 4 vol., Paris, 1843) et de Bussy-Rabutin (Paris, 2 vol., 1857) et les chroniques des faits sensationnels ou scandaleux du premier xviie siècle : Audiguier, Vrai et ancien usage des duels, Billaine, 1617, Boitel (P.), Histoire des choses plus mémorables de ce qui s’est passé en France... 1re éd., 1618 (constantes rééditions, augmentées), sans omettre, bien sûr, la Gazette et le Mercure François ou le Journal de Pierre de L’Estoile (1574-1611). On peut considérer, enfin, les arrêts du Parlement de Paris touchant la « police » des duels comme un contrepoint supplémentaire à l’étude.

25 Mémoires, op. cit., p. 33, p. 89.

26 Ibid., p. 34.

27 Ibid., p. 33.

28 Ibid., p. 35.

29 Ibid., p. 116.

30 Ibid., p. 110.

31 Ibid., p. 176.

32 Notes de René d’Argenson, lieutenant général de Police, Paris, Émile Voitelin, 1866, p. 54.

33 Ravaisson-Mollien, Archives de la Bastille, Genève, Slatkine, rééd. 1975, t. 1 à 3.

34 Mémoires, op. cit., p. 44-47 notamment.

35 Selon la déclaration royale de 1617. Ainsi une commission fonctionne-t-elle dans le cadre de l’Hôtel-Dieu de Paris avec pour intitulé « Commission pour informer des duels et rencontres arrivés depuis septembre 1651 ». Elle est composée de cinq membres qui se réunissent tous les mardis et qui encouragent positivement la délation à l’encontre des escrimeurs clandestins. Les dénonciations recueillies sont conservées aux Archives Nationales, dans le Minutier Central, étude XXXIII (notaire Lemoine). Ceci pourrait fournir éventuellement des données quantitatives qui manquent ici.

36 Archives Assistance Publique, Charles Foix-Incurables, registre « Fondation des lits faites dans l’hôpital des Incurables depuis son établissement jusqu’à ce jour fait 1727 » f° 11.

37 Éric Lolie, « L’hôtel de Lauzun, joyau de l’île Saint-Louis », La Revue française, 1965, no 177, p. 14-26.

38 Jean-Christian Petifils, Lauzun, Paris, Perrin, 1987, p. 354-355.

39 « Vieilles Maisons Françaises », Patrimoine historique, juillet 1981.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search