Version classiqueVersion mobile

Les mises en scène(s) de l’espace

 | 
Nicolas Bourguinat
, 
Jean-Michel Mehl

Première partie. Délimiter des territoires : interdits et préjugés

Le lieu des « lieux » : contrôle des corps et contrôle social dans les villes du xixe siècle

Marie-Claire Vitoux

Texte intégral

1« Rien de ce qui est humain ne m’est étranger » proclament souvent les historiens... Pourtant, ce n’est que depuis peu et de façon encore bien timide, en particulier en France, qu’ils se sont penchés sur les latrines qu’elles soient privées (elles sont nommées « retraits » ou « privés » dans les documents médiévaux) ou publiques.

2Rares sont en effet les travaux qui abordent la question des lieux d’aisance, les techniques mises en place par les sociétés, urbaines essentiellement, pour en assurer le fonctionnement ainsi que la gestion des ordures produites, etc. Pourtant, on ne saurait assez insister sur la richesse informative de ce champ historiographique : il relève, selon l’angle d’approche, d’une histoire urbaine, d’une histoire des techniques, d’une histoire de la santé et de l’hygiène, d’une histoire du rapport de l’individu à son corps et de la société à une fonction physiologique. Il faut ici affirmer que les déjections humaines ne sont pas anecdotiques, au sens d’inessentielles à la connaissance des sociétés humaines, mais bien au contraire un « fait social total ». Rien de plus contextualisé, donc historiquement différentiel que la façon dont les sociétés ont produit et géré leurs ordures.

  • 1 Voir Jorge Semprun, L’écriture ou la vie, Paris, Gallimard, 1995.

3En particulier, la définition des espaces autorisés pour la fonction de déjection est particulièrement éclairante quant aux valeurs et aux représentations des sociétés à un moment donné. Si en Chine maoïste et en Russie soviétique, les toilettes sont collectives et mixtes, c’est parce qu’elles sont un lieu de sociabilité et une expression des valeurs collectives de ces sociétés, ce qui n’est pas sans rappeler les latrines publiques que les fouilles archéologiques ont mis à jour dans les villes de l’espace romanisé. Dans les camps de concentration nazis, les latrines étaient à ce point répugnantes que les gardiens n’y allaient pas : leur absence en faisait un lieu de rencontre des prisonniers, de discussion libre, voire d’organisation de la résistance1. Ainsi, loin d’être une fonction à la fois naturelle et individuelle, la fonction de déjection a beaucoup à nous dire sur la société dans son ensemble.

  • 2 Voir l’article de Frank Lestringant, « Des hauts lieux aux retraits : petite contribution à une th (...)
  • 3 Voir le catalogue d’exposition Fundgruben, Stille Ortchen ausgeschöpft, Bâle, Historisches Museum, (...)

4Les études pour la période médiévale et moderne ont pu s’appuyer sur deux documentations complémentaires. Les sources réglementaires mais aussi littéraires abondent : périodiquement les latrines et autres retraits ont, au cours des siècles, fait suffisamment problème dans les villes pour apparaître irrégulièrement dans les archives, et toute une littérature scatologique existe depuis l’époque médiévale avec un regain marqué lors des luttes religieuses du xvie siècle2. Par ailleurs, les fouilles archéologiques ont permis d’augmenter nos connaissances non seulement sur ces lieux où se mêlèrent longtemps les différents rebuts et les excreta3 mais aussi sur les sociétés productrices de ces ordures redécouvertes.

5À partir de la fin du xviiie siècle, les archives publiques fournissent à nouveau de plus en plus de documents sur les excreta : ceux-ci refont en effet problème. Par ailleurs, si jusque dans la première moitié du siècle suivant, la production d’archives est liée aux poussées épidémiques (à partir de la première pandémie cholérique en Europe en 1830), elles deviennent régulières ensuite : le problème des lieux d’aisance puis de la gestion des ordures est devenu un problème édilitaire majeur.

6Ces sources sont de nature diverse : rapports de médecins puis, plus tard dans le xixe siècle, d’ingénieurs, plaintes d’habitants, règlements municipaux, rapports des commissions des logements insalubres mis en place après le vote de la loi d’avril 1850, litiges entre entreprises de vidanges, mais aussi documents iconographiques. Cette nouvelle abondance révèle que le problème est d’abord quantitatif dans les villes en croissance démographique comme la capitale et les villes en voie d’industrialisation. Plus fondamentalement cependant, ce que ces sources nous donnent à voir, c’est le tournant dans les valeurs de la société urbaine du xixe siècle.

7Notre contribution au croisement entre l’histoire urbaine, l’histoire de l’hygiène publique et privée, l’histoire des « mentalités collectives » et l’histoire du genre, souhaite montrer combien l’enjeu du lieu des « lieux », à savoir la définition des lieux autorisés pour satisfaire ses besoins naturels, révèle la volonté des élites sociales urbaines de contrôler le corps jusque dans sa fonction a priori la moins « civilisable ». En plus d’être une étape du procès de civilisation, le contrôle de la fonction de déjection est aussi, et peut-être surtout, le contrôle, c’est-à-dire la normalisation, du corps social et de son élément nouveau et inquiétant, le prolétariat néo-urbain. Par ailleurs, ce contrôle apparaît clairement comme sexuellement différencié et contribue donc à fixer les normes de genre.

1. Le « retrait » ou la rue

  • 4 En particulier Roger-Henri Guerrand, Les lieux. Histoire des commodités, Paris, La Découverte, 199 (...)
  • 5 En particulier, André Guillerme, Les temps de l’eau. La cité, l’eau et les techniques, Nord de la (...)
  • 6 Notamment ceux de Mark Girouard, Life in the French Country House, Londres, Cassel and C°, 2000.

8Les villes du xixe siècle sont, en ce domaine comme en d’autres, des héritières. Il y a des habitudes, des façons de « faire » par rapport auxquelles les élites vont se positionner. Comme le rappellent les travaux de R.-H. Guerrand4 ou d’A. Guillerme5, rares historiens français à avoir travaillé sur ces questions de déjections et de latrines, mais aussi ceux plus nombreux des historiens anglo-saxons6, les lieux disponibles pour satisfaire ses besoins naturels relèvent, dans les périodes médiévale et moderne, rarement de l’espace privé et plus souvent de l’espace public. Peu nombreuses en effet sont les demeures qui possèdent un retrait :

  • 7 André Guillerme, Les temps de l’eau, op. cit., p. 173-174.

Si, au xiie siècle, la plupart des monastères, couvents, palais et grandes demeures bourgeoises possèdent latrines et fosses d’aisance (à Paris, les Bretons détiennent le monopole de la vidange), au xve siècle, la majorité des maisons ne possèdent toujours pas ce confort. (...) Remparts et fossés, maintenant plus accessibles grâce aux progrès de la poliorcétique, reçoivent une partie (des fèces et des déchets inutilisables par l’industrie), les fosses d’aisances et la rue recueillent le reste. (...) Les « privés » se multiplient au xvie siècle, notamment à Paris où François 1er les impose à tout nouvel édifice. Ailleurs, les fosses d’aisances restent l’apanage de la haute bourgeoisie et de l’aristocratie urbaines ; les couvents possèdent de vastes fosses d’aisances de plusieurs dizaines de mètres cubes qui exhalent en permanence de mauvaises odeurs. (...) Ceux qui ne possèdent pas de latrines, c’est-à-dire la grande majorité, rejettent leurs immondices par la fenêtre ou descendent dans la rue, à l’inverse des citadins du Sud de la France qui montent sur les toits faire leurs besoins7.

9Si l’on analyse ce bilan de la situation des lieux d’aisance en France jusqu’au xviie siècle, on peut distinguer l’extrême imprécision de la délimitation des espaces en ce qui concerne la déjection.

  • 8 Mark Girouard, op. cit., p. 221. Le texte anglais traduit par nous est le suivant : « Highly conve (...)
  • 9 Archives Municipales de Mulhouse (désormais AMM), PI Ac. Je remercie le doctorant David Tournier p (...)

10La dénomination même de « privé » ou de « retrait » désigne les rares cas où une latrine est installée dans un espace retiré et fermé. Mark Girouard en donne des exemples pour les châteaux et demeures aristocratiques et cite les quelques vers de Corrozet, auteur en 1539 de Blasons Domestiques. Ces vers insistent sur l’intimité des « privés » : « Retrait hautement pratique, à la campagne comme à la ville, retrait où personne n’entre, si ce n’est pour purger son estomac8. » Ces privés sont parfois exigus, si l’on en croit le curé de Mulhouse s’adressant au maire en 1868 à propos du presbytère : « Nous n’avons d’aisance nulle part, pas même à l’endroit qui en porte le nom. Pardon, monsieur le Maire, mais il faut parler de tout9 ! »

  • 10 Archives municipales de Colmar (désormais AMC), 5J 8 No 3, rapports sur les rues et maisons visité (...)

11Pour tous les autres urbains, la rue est utilisée de deux manières différentes. Pour la première, les urbains disposent dans leur logis d’une chaise percée ou à tout le moins d’un pot dans lequel ils peuvent faire leurs besoins : tout indique que cette commodité n’est pas placée dans un recoin de l’appartement et que les habitants se soulagent sous les yeux des proches présents. Telle est la conclusion générale de la commission d’hygiène de Colmar composée, en 1854, des docteurs Molk et Him : « Dans un grand nombre de maisons visitées par les deux commissaires, il y a absence complète de latrines. Des chaises percées, des baquets, des cuveaux, placés souvent au milieu des chambres d’habitation, en tiennent lieu et sont vidés de nuit soit dans les canaux soit dans les rigoles10. » On notera l’extraordinaire variété des ustensiles servant à satisfaire les besoins naturels et surtout leur emplacement dans l’espace : au milieu de la pièce, souvent unique, servant d’habitation. La différence de sensibilité entre les familles pauvres et les élites sociales qui les observent est frappante : faire ses besoins sous les yeux des siens ne choque pas les pauvres alors que c’est un spectacle insoutenable pour les autres.

  • 11 Voir Paul Scarron, Dom Japhet d’Arménie ou, plus célèbre encore, Molière, L’Étourdi.
  • 12 Archives Départementales du Haut-Rhin (désormais ADHR), 5M 30, lettre du commissaire au préfet, 9 (...)

12Par ailleurs, les pots sont vidés par la fenêtre ou par la porte, directement dans la rue, espace public s’il en est. On le sait, le jet d’immondices par la fenêtre est un topos littéraire et iconographique qui prouve que la pratique est extrêmement courante11. À Colmar, l’un des inspecteurs de la commission d’hygiène, confirme, toujours en 1854, le rapport des docteurs Molk et Hirn : « Un grand nombre de maisons étant privées de lieux d’aisance, déversent toutes les nuits leurs immondices dans les ruisseaux de la ville, aussi bien dans les quartiers aisés que les quartiers pauvres12. » Il faut ici préciser que les règlements municipaux imposent que la vidange se fasse nuitamment. D’après ces mêmes inspecteurs, il faudrait « faire défense aux locataires (sous-entendu : aux ouvriers) de vider leurs vases de nuit devant la maison de leurs voisins » : cette remarque dénonce l’indifférence des pauvres envers les normes de relations sociales.

  • 13 Mark Girouard, op. cit., p. 224.

13M. Girouard note d’ailleurs que les inconvénients des retraits, en termes d’odeurs nauséabondes en particulier, ont fait progressivement réserver leur usage, dans les maisons, aristocratiques, aux domestiques tandis que les maîtres se dotaient dès le xvie siècle de chaises-percées, vidées régulièrement et nettoyées, donc inodores13. On le voit, le recours à la rue pour déverser ses ordures n’a fait que s’accentuer à partir du xvie siècle et n’est pas le fait des seuls pauvres. Mieux, la différenciation sociale dans l’accès aux retraits s’est inversée.

  • 14 André Guillerme, op. cit., p. 174.
  • 15 AMM, JI La1.

14Dans un second cas, la rue elle-même est utilisée comme lieu de défécation. Comme le rappelle A. Guillerme, à partir du xive siècle, « chaque ville possède au moins une rue des Aisances, à proximité du marché principal : rue étroite se terminant souvent en impasse, peu fréquentée par ses riverains nantis et débouchant sur la rue principale au coin d’une taverne14 ». La rue, espace public, est donc très systématiquement utilisée pour cet objet. Comme le dit l’arrêté municipal mulhousien du 22 février 1853, « parmi les causes d’insalubrité qu’il importe de faire successivement disparaître, on remarque l’habitude prise de faire et de déposer des ordures partout où l’on se trouve15 ».

15Pourtant, si l’on analyse plus finement les caractères de l’espace public utilisé à cet usage, il apparaît qu’il s’agit presqu’exclusivement des passages à l’écart, peu fréquentés, finalement eux aussi en « retrait ». Les archives du xixe siècle montrent que les urbains, même en utilisant l’espace public pour uriner ou déféquer, recherchent, dans cet espace, les lieux retirés et éloignés des regards.

  • 16 ADHR, 1Z 307, lettre du maire au sous-préfet, 19 septembre 1849.
  • 17 Le maire dénonce en effet un peu plus loin dans sa lettre « l’habitude depuis longtemps contractée (...)

16En 1849, après une nouvelle attaque de choléra, le maire de Mulhouse décide de fermer le passage du marché ou Eselgässlein (ruelle des ânes) : « La partie de ce passage dont j’ai ordonné la fermeture n’est qu’un couloir étroit encombré d’escaliers et surbâti ; c’est un réceptacle affreux d’immondices dont aucune mesure n’a pu empêcher le dépôt. Il constitue une servitude pour le public qui n’en use que pour ce qui vient d’être indiqué16. » L’espace utilisé par les habitants comme par les paysans venus au marché17 vendre leurs produits, est donc public mais fait de recoins qui assurent une certaine invisibilité à ceux qui vont s’y soulager.

  • 18 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, Paris, Robert Laffont, 1990 (1783), p. 155. Le texte or (...)

17Autre forme d’invisibilité pour les hommes utilisant l’espace public pour uriner : les portes cochères. Louis-Sébastien Mercier dénonce cet usage pour le Paris prérévolutionnaire : « Ce que (les portes cochères) ont vraiment d’incommode, c’est que tous les passants y lâchent leurs eaux, et qu’en rentrant chez soi l’on trouve au bas de son escalier un pisseur qui vous regarde et ne se dérange pas. Ailleurs, on le chasserait ; ici, le public est maître des allées, pour les besoins de nécessité18. »

  • 19 Rappelons que Mulhouse, ou plutôt Mulhausen puisque son nom ne prendra la forme française qu’en 18 (...)
  • 20 ADHR, M 18.
  • 21 Ibid.

18Faute de portes cochères, les hommes peuvent choisir de se tourner contre un mur ou une palissade. Schmerber, peintre mulhousien, certes peu habile, nous a laissé une série de trois gouaches sur les différentes portes de la ville gardées par les bourgeois en 178919. Il y représente les soldats utilisant les murs et les recoins pour uriner : d’ailleurs, le peintre a représenté les bouteilles et les verres, signe qu’en grande partie par ennui, les soldats boivent beaucoup et doivent se soulager souvent (voir illustrations p. 50-51). Dans l’une des gouaches, pendant que deux soldats urinent en se tournant le dos, deux autres lutinent une lavandière. L’utilisation prioritaire des murs et des palissades est confirmée par d’autres documents, comme l’arrêté municipal mulhousien du 15 avril 1856 : « Malgré l’avis publié le 1er juillet 1852, l’habitude de salir les façades des maisons et murs de clôtures par le jet d’immondices ou par des inscriptions ou par d’autres souillures n’a pas cessé... il importe de mettre un terme à cette tendance de tout salir à peine le badigeonnage ou la peinture sont-ils terminés (...)20.» Cet arrêté s’inscrit dans une longue suite, ce qui en révèle l’incapacité à faire cesser l’habitude. Déjà, celui du 29 décembre 1842 interdisait « expressément de faire ni déposer aucun immondice le long des murs extérieurs des maisons et des édifices publics21 ». Il faut noter d’ailleurs que les arrêtés contre la souillure des murs et palissades des édifices publics par jets d’immondices sont tous pris entre les années 1840 et 1855, c’est-à-dire pendant les années de troubles socio-politiques majeurs : on peut avancer l’hypothèse que faire ostensiblement ses besoins contre les maisons des édiles et contre les édifices publics n’est pas une pratique courante mais bien plutôt un acte politique d’opposition.

19Ainsi, à l’aube du xixe siècle, la différence d’usage entre espace privé et espace public en matière de lieux d’aisance n’est pas clairement marquée. Dans l’espace privé des maisons, la chaise percée permet de faire ses besoins au vu des familiers ; dans l’espace public de la rue, les urbains recherchent les recoins et les palissades. Or, entre la fin du xviiie et la première moitié du xixe siècles, une telle indifférenciation des espaces devient intolérable aux nouvelles élites urbaines.

2. Le « haut le cœur »

  • 22 Sur ce point, voir Denis Woronoff, Histoire de l’industrie en France du xvie siècle à nos jours, P (...)

20Certes, la croissance urbaine durant la première moitié du xixe siècle fut globalement lente dans une France qui reste fondamentalement rurale et dont le développement industriel se fait d’abord dans les anciennes structures artisanales et villageoises22. Pourtant, Paris d’une part et les villes industrielles du Nord et de l’Est d’autre part, connurent des croissances marquées qui se traduisirent, dans un premier temps, par une densification du tissu urbain hérité avant de bourgeonner en banlieues cossues et autres faubourgs ouvriers.

21Lorsque les observateurs sociaux à partir des années 1830, ou lorsque les enquêteurs des commissions des logements insalubres mises en place, lentement et avec réticence, après la loi du 13 avril 1830, découvrent les maisons ouvrières, ils sont horrifiés par la promiscuité qui y règne et par sa conséquence directe, le débordement des matières fécales. L’abondance des textes est telle qu’il est impossible d’en faire un relevé complet. Eugène Buret, en 1840, rappelle :

  • 23 Eugène Buret, De la misère des classes laborieuses en Angleterre et en France, Paris, Paulin, 1840 (...)

À Nottingham, sur 11 000 maisons dont se compose la ville, 7 à 8 000 sont construites dos à dos, sans moyens de ventilation, et n’ayant ordinairement qu’une seule fosse d’aisance, pour plusieurs maisons. À l’époque où Nottingham fut visité par le choléra, on découvrit que beaucoup de maisons étaient placées sur des ruisseaux d’égouts, recouverts seulement par les planchers du rez-de-chaussée de ces maisons. Quand les planchers se fendaient par la chaleur, il sortait de ces ruisseaux des exhalaisons qui endommageaient considérablement la santé des habitants23.

  • 24 Voir pour août 1854, le rapport des Docteurs Molk et Him, AMC 5J 2 No 3.
  • 25 Ou « fossé des grenouilles ». Cette localisation nous prouve que la latrine a été installée à prox (...)
  • 26 AMM, JV Ab1.
  • 27 Adolphe Blanqui, Des classes ouvrières en France pendant l'année 1848, Paris, 1849, cité par Pierr (...)
  • 28 Jules Arnould, Quelques traits de l’histoire du choléra à Lille, Lille, 1877, cité par Pierre Pier (...)

22À Colmar, la même disposition des fosses et des canaux d’écoulement des latrines sous le plancher des maisons est dénoncée à multiples reprises par la commission d’hygiène24. En 1834, il est fait rapport au maire de Mulhouse de l’extrême insalubrité de la maison appartenant à M. Wild-Koechlin et louée à des ouvriers : « Il existe une seule latrine à la façade sud du bâtiment d’habitation longeant le Froeschgraben25. Mais les matières fécales qui débordent au pourtour en rendent les approches presqu’impossibles26 (...).» Adolphe Blanqui dénonce à Lille en 1849 la confusion entre logement ouvrier et dépôt d’immondices : « (Dans les quartiers du centre et de l’Est, on trouve) une suite d’îlots séparés par des ruelles sombres et étroites aboutissant à de petites cours connues sous le nom de courettes ; servant à la fois d’égouts et de dépôts d’immondices où règne une humidité constante27. » Lui fait écho trente ans plus tard Jules Arnould dans son ouvrage Quelques traits de l’histoire du choléra à Lille·. « (Si les pauvres périssent c’est faute à) leurs abris étroits et sordides, à la malpropreté qui les entoure et les pénètre, à leur existence au contact d’immondices qu’ils n’ont ni le temps ni les moyens d’éloigner28... »

23Si le débordement de matières fait peur, c’est aussi par la pollution des eaux de puits quelles provoquent en s’infiltrant dans le sol. Ne prenons qu’un extrait du discours de Victor Hugo à l’Assemblée, le 30 juin 1850, après qu’il eut fait partie de la commission allée visiter Lille :

  • 29 Victor Hugo, Œuvres complètes, t. 8, Politique, Paris, Robert Laffont, 1989, p. 464.

Figurez-vous ces caves dont rien de ce que je vous ai dit ne peut vous donner l’idée : figurez-vous ces cours qu’ils appellent des courettes, resserrées entre de hautes masures, sombres, humides, glaciales, méphitiques, pleines de miasmes stagnants, encombrées d’immondices, les fosses d’aisance à côté des puits ! Hé mon Dieu ! ce n’est pas le moment de chercher des délicatesses de langage29 !

24Cependant, la peur sanitaire liées aux matières fécales est plus encore liée à l’odeur quelles dégagent. A. Corbin a suffisamment démontré que la sensibilité du xixe siècle aux odeurs et aux miasmes était liée à la théorie aériste des maladies pour qu’il ne nous soit pas nécessaire de nous y attarder.

25Au delà de ces aspects bien connus de la peur sanitaire des élites devant la misère des classes laborieuses, il faut insister sur un autre aspect de cette peur que révèle l’analyse des discours que ces élites produisent sur les lieux de la défécation. Nous voudrions ici démontrer que les élites sociales ne sont pas seulement effrayées par les odeurs méphitiques. Ce n’est pas seulement leur nez qui est la mesure de leur angoisse sociale, ce sont aussi leurs yeux. Ce qui devient pour elles un scandale et une source de peur sociale, c’est la visibilité des lieux de la défécation populaire. Voir un homme, ou pire une femme, uriner, c’est en effet voir l’aspect animal de l’être humain. Les lieux et les manières de déféquer sont devenus l’aune à laquelle les élites mesurent le degré de civilisation des classes populaires.

  • 30 André Guillerme, op. cit., p. 174-175. Remarquons le doute de l’auteur quant à l’existence de priv (...)

26Comme le rappelle A. Guillerme, les défenses d’utiliser la rue comme lieu de défécation se multiplient dans les villes au xive siècle, « défenses prononcées par l’appareil municipal dont les membres possèdent vraisemblablement des sanitaires, défenses rarement observées par le menu peuple pour qui « l’excrémentiel demeure le quotidien dont ni l’odeur ni la vue ne provoquent le dégoût30 ». Rappeler cette observation pour l’époque médiévale permet de souligner que l’écart de sensibilité entre le popolo grosso et le popolo minute ne date évidemment pas du xixe siècle. Depuis ces siècles d’épidémie que furent le xive et xve siècles, les règlements édilitaires se multiplient par souci d’hygiène et de prévention des pestes. Pourtant les villes médiévales et modernes avaient eu, au total, assez de nature en elle (jardins et eaux) pour être capables de recycler les excreta et de ne pas s’en inquiéter hors périodes d’épidémies.

« Corps de garde de la Porte Jeune à Mulhouse », gouache de Jean-Ulrich Schmerber, 1789 (Musée historique de Mulhouse).

« Corps de garde de la Porte Jeune à Mulhouse » – détail, gouache de Jean-Ulrich Schmerber, 1789 (Musée historique de Mulhouse).

27Au xixe siècle, la croissance démographique urbaine compromet ce recyclage par la nature. Par ailleurs et surtout, le rapport des élites au corps et à ses fonctions change radicalement. Alors que la population pauvre des villes continue à être contrainte d’utiliser la rue et bien qu'elle recherche des lieux à l’écart, les élites sociales ne supportent plus le spectacle des excreta et, encore moins, celui de l’acte lui-même. Elles expriment directement leur nouvelle sensibilité par les arrêtés municipaux, pris à la fois au nom de la salubrité et aussi de la décence.

  • 31 ADHR, 4M 18.
  • 32 Louis-Sébastien Mercier, op. cit., p. 234-235.

28Ainsi, celui de Mulhouse le 29 décembre 1842 dont le premier et seul considérant est ainsi rédigé : « Considérant que, contrairement à la décence, des immondices sont fréquemment déposés contre les maisons31 », Louis-Sébastien Mercier consacre son paragraphe 585 aux « latrines publiques32 » et pose le problème de leur nombre insuffisant en termes de décence :

Elles manquent à la ville. On est fort embarrassé dans ces rues populeuses où le besoin vous presse ; il faut aller chercher un privé par hasard dans une maison inconnue. Vous tâtez aux portes et avez l’air d’un filou... L’un se précipite dans une allée sombre, et se sauve ensuite ; et l’autre est obligé, au coin d’une borne, d’offenser la pudeur publique.

29On le voit, ce sont bien des espaces de relative invisibilité que l’on recherche (« allée sombre », « borne » contre laquelle l’homme peu se tourner). D’autre part, Mercier prête un sentiment de honte à celui qui est contraint de se soulager dans l’espace public.

  • 33 Louis-René Villermé, Tableau de l'état physique et moral des ouvriers employés dans les filatures (...)

30Un travail systématique de relevé dans l’ouvrage de Louis-René Villermé, paru en 184033 et qui servit de modèle aux enquêtes sociales qui se multiplièrent par la suite, a mis à jour deux références en tout et pour tout aux lieux d’aisance dont disposent les ouvriers, l’une d’entre elle concernant les filatures du Nord-Est. Dans le texte principal, Villermé s’indigne : « Alors, je demanderai si (...) c’est la force des choses qui empêche de prendre les précautions les plus simples et les plus nécessaires à la décence publique dans la disposition de certains lieux. » Puis, il précise son propos dans une note crispée qui finit dans un aveu d’indicibilité :

  • 34 Ibid., p. 306.

J’ai vu, dans une filature de St Quentin, les deux seuls cabinets de l’établissement, où l’on devrait être le plus caché à tout regard, n’être séparés l’un de l’autre que par une mince et vieille cloison en planches disjointes à laquelle il y avait des trous à faire passer plus que la jambe ! Mais j’ai vu des dispositions bien plus offensantes encore pour les mœurs dans une grande manufacture de l’industrie cotonnière à Gand que j’ai visitée en 1837. Les détails en sont trop repoussants pour être décrits34.

31Il est clair que, si les aspects hygiéniques des lieux d’aisance ne sont pas oubliés (c’est le sens de l’allusion aux « deux seuls cabinets » largement insuffisants pour la masse des ouvriers employés), la préoccupation qui domine, qui étouffe littéralement Villermé, c’est l’atteinte à la décence : tous les détails insistent sur le défaut principal des lieux d’aisance, à savoir le fait qu’on peut voir ce qui s’y passe.

32La seconde allusion de Villermé aux lieux d’aisance dans son Tableau concerne le célèbre quartier des Etaques à Lille dont il fait l’archétype du quartier ouvrier. Encore une fois, la pudeur de l’auteur est telle qu’il rejette en une note infrapaginale sa remarque sur l’utilisation de la rue comme lieu de défécation :

  • 35 Louis-René Villermé, op. cit., p. 134, note 25.

Enfin, je ne donnerais pas une idée complète des logements dont il s’agit, si je n’ajoutais que pour tous ceux qui habitent plusieurs des cours dont j’ai parlé, c’est-à-dire pour des centaines d’individus quelquefois, il n’y a qu’un ou deux de ces cabinets indispensables à la propreté des villes, où pourtant les anciens ne les connaissaient pas dans leurs maisons. Aussi, les soirs, quand les ouvriers viennent de rentrer chez eux, voit-on communément des femmes sortir des allées, s’arrêter au dessus du ruisseau de la rue, et là, devant les passants et coudoyées par eux, faire sans honte ce qu’ailleurs elles ne feraient jamais en public35.

  • 36 Comme l’attestent le témoignage de nombreux « Nordistes », les femmes des classes pauvres portaien (...)

33La pratique féminine d’utilisation de la rue pour uriner, encore attestée dans l’entre-deux-guerres36, est à ce point scandaleuse pour l’auteur qu’il l’associe immédiatement au racolage prostitudonnel.

34Ainsi, ce qui se dit dans les textes qui observent les lieux de la défécation à la fin du xviiie et au début du xixe siècles, c’est la nouvelle sensibilité des élites sociales à cette pratique qu’ils veulent rendre invisible. Ce qui est en jeu dans le cantonnement des « lieux », c’est le contrôle de l’ordre social d’une part et de l’ordre sexuel d’autre part.

3. Excreta, ordre sexuel et civilisation

35Dans l’exemple lillois de Villermé, il y a dénonciation des pratiques de déjection du monde ouvrier par l’intermédiaire des femmes : loin d’être dû au hasard, ce « détour » par les femmes est au cœur de la nouvelle éthique bourgeoise de contrôle des corps et du corps social. La référence de Villermé n’est pas isolée : bien des textes, de nature différente, portant sur les espaces de la déjection mettent l’accent sur les femmes.

  • 37 Cf. note 17.

36Lorsque Louis-Sébastien Mercier relate l’utilisation des portes-cochères comme urinoir, il termine son paragraphe, déjà cité, en précisant : « Cette coutume est fort sale et fort embarrassante pour les femmes37. » Il termine ainsi son paragraphe 585 sur les « latrines publiques » par les femmes, non sans exagération consciente et ironique :

  • 38 Cf. note 31.

Les personnes les plus propres et les plus délicates, dont l'imagination est toujours fleurie, ne vivant point avec ces hommes impolis, qui satisfont grossièrement les besoins de nature, les repoussant même loin d’elles et de leur société, sont obligées néanmoins de communiquer par la vue de ce qu’ils déposent en plein air. Les excréments du peuple avec leurs diverses configurations sont incessamment sous les yeux des duchesses, des marquises, des princesses38.

37Mercier oppose donc deux classes sociales, mais aussi les hommes et les femmes, par le choix de leur lieu d’aisance : il y a les hommes de l’aristocratie qui cherchent des lieux loin du regard de leurs femmes, tandis que le peuple se soulage dans la rue que toutes empruntent.

38Quand des notables mulhousiens argumentent en 1865, contre l’installation d’un « pissoir public » près de chez eux, à la Porte Jeune, ces hommes manient les deux registres de la salubrité et de la décence. Ils s’appuient sur l’exemple des urinoirs déjà installés porte de Bâle :

  • 39 « Pétition des habitants de la Porte Jeune et la rue du Faubourg de Colmar contre le bruit que l’a (...)

Il suffit de s’arrêter un instant à la Porte de Bâle pour voir que presque toutes les personnes suivant le trottoir le long de l’hôtel Romann sont tout à coup et comme par une force invisible rejetées au milieu de la chaussée. L’horrible odeur qui se dégage des latrines placées en cet endroit fait descendre tout le monde du trottoir. Quant aux Dames, il va sans dire que tout un côté de la rue est devenu impossible pour elles : ce n’est pas un spectacle des plus décents en effet que de voir toute la journée sortir de ces guérites une procession d’hommes achevant ou quelque fois commençant seulement à se reboutonner39.

39Le texte mérite d’être analysé avec précision. Il nous apprend d’abord l’aspect des urinoirs mulhousiens qu’il désigne sous le mot de « guérite ». Il insiste sur la forte odeur qui se dégage des lieux, argument de la salubrité. Sa seconde partie est tout entière consacrée à l’argument de décence. Les femmes sont au cœur du raisonnement, mais pas n’importe quelles femmes : les « Dames » qui sont les femmes de l’élite sociale, la bourgeoisie à Mulhouse. Ce sont elles que leurs hommes veulent protéger parce ce qu’elles sont supposées choquées de ce qu’elles voient, pire de ce qu’elles pourraient voir d’hommes « commençant seulement à se reboutonner ». Ainsi, les latrines, même bien closes, mais situées dans l’espace public, font peur parce qu’elles ne garantissent pas l’invisibilité absolue du corps. Il est clair que la préoccupation ne porte pas tant sur le fait de voir l’acte mais simplement sur le risque qu’une femme voie l’organe sexuel masculin qui est aussi celui de la miction.

  • 40 Paul Langford, Englishmen Identified. Manners and Character 1650-1850, Oxford, Oxford University P (...)

40L’importance accordée à l’invisibilité de la fonction de déjection par la bourgeoisie semble bien être d’abord apparue en Angleterre. Or là encore, c’est par l’intermédiaire des femmes que le choc des valeurs est perçu. L’historien britannique Paul Langford rappelle que « les Anglais à l’étranger étaient atterrés par le manque d’inhibition des femmes du continent dans les endroits publics. C’était l’aspect hygiénique qui leur paraissait comme le plus dégoûtant de tous. Rien ne choquait plus les voyageurs anglais que la miction et la défécation publiques, surtout quand les personnes concernées étaient des femmes ». Il donne l’exemple du docteur William Maton, en visite en France en 1826, profondément choqué devant « la situation d’une jeune femme sous les murs de l’église et à la vue des nombreux passants40 ».

41Par l’intermédiaire de la femme, tous ces textes font converger morale sexuelle et pratique normée de la défécation et de la miction. Le lieu des « lieux » devient un enjeu majeur du procès de civilisation des classes laborieuses : le cantonnement des lieux d’aisance visant à les rendre invisibles est un acte essentiel dans l’action de moralisation des pauvres et des néo-urbains. La façon et les lieux où les pauvres font leurs « besoins naturels » sont devenus les éléments de mesure de leur entrée en civilisation. Par ailleurs et dans un même mouvement, le contrôle de cette fonction du corps est un enjeu majeur de la différenciation de genre qui s’accentue dans l’élite sociale et qu'elle veut imposer comme norme collective.

42Le fait que les pauvres fassent leurs besoins aux yeux de tous et vivent au milieu des ordures est analysé comme le signe de leur non-appartenance à la race humaine. Uriner et déféquer en public comme un animal révèle que vous en êtes un. L’association entre les plus pauvres parmi les urbains et les animaux est faite explicitement ou non mais toujours systématiquement par les observateurs sociaux de la première moitié du xixe siècle. Ainsi, pour Brest, le docteur Taxil écrit-il en 1834 :

  • 41 In Topographie physique et médicale de Brest et de sa banlieue, 1834, cité par R.-H. Guerrand, in (...)

La troisième et dernière classe, celle du prolétaire enfin, d’une étendue proportionnelle immense, possède, à quelques honorables exceptions près, toute la profonde ignorance, la superstition, les ignobles habitudes, la dépravation de mœurs des enfants de la forêt. Sa trivialité, sa rusticité, son imprévoyance, sa prodigalité au milieu des joies burlesques et des orgies, si préjudiciables à son bien-être, ne peuvent, je le dis sans prévention, s’exprimer, la peinture en serait trop hideuse41.

  • 42 John Simon, Public Health, Eighth Report, 1866, p. 14, cité par Guy Groux et Catherine Lévy, La po (...)

43On notera la référence à l’enfant sauvage, découvert par le docteur Jean Itard en 1798 : l’enfance et la forêt, ne sont-ce pas là les deux symboles de l’absence de civilisation ? Lui fait écho plus tard et pour l’Angleterre le docteur John Simon : « Parvenu à un certain degré, (le logis ouvrier) implique presque nécessairement une négation de toute pudeur, une promiscuité révoltante, un étalage de nudité qui est moins de l’homme que de la bête. Être soumis à de pareilles influences, c’est une dégradation qui, si elle dure, devient chaque jour plus profonde. Pour les enfants élevés dans cette atmosphère maudite, c’est un baptême dans l’infamie42. »

  • 43 Cf. note 27.

44Il n’est certainement pas utile de multiplier les citations qui font du rapport à l’excrémentiel et à ses lieux l’aune à laquelle sont jugés les ouvriers. Rappelons seulement la conclusion de Jules Arnould pour le Lille de 1877, déjà cité : « (Les ouvriers vivent) au contact d’immondices qu’ils n’ont ni le temps ni les moyens d’éloigner et que leur éducation même ne leur a pas appris à redouter43. »

  • 44 Pierre-Denis Boudriot, « Essai sur l’ordure en milieu urbain à l’époque préindustrielle. Boues, im (...)

45Cette confusion entre l’animal et l’homme par les déjections se lit également dans la mise en mots des lieux d’aisance. P.-D. Boudriot44, distingue trois termes employés à Paris pour désigner les ordures : le terme de « gadoue » désigne le produit de l’activité physiologique de l’homme (les excreta), celui d’« immondices», les déchets d’origine domestique et les « boues », le produit des balayures de la rue. Une telle précision sémantique est impossible dans les villes de province, comme l’a montrée notre enquête systématique pour Mulhouse et Colmar. Les textes alsaciens ne parlent jamais de « gadoues » et les excreta sont systématiquement et de façon indifférenciée désignés sous le nom d’« immondices » et de « fumier ». D’ailleurs, l’absence à Paris du terme de « fumier » est frappante alors qu’il est systématiquement utilisé dans les deux villes alsaciennes.

  • 45 AMC, 5J 23, lettre de l’inspecteur-voyer à l’adjoint au maire de Colmar, 16 mars 1867. Cité par S.(...)
  • 46 AMC, 5J 3 No 3.
  • 47 AMM, JV Ab1, 1er mai 1834.

46Mieux encore, ce que les textes alsaciens dénoncent, c’est la confusion des fumiers qui ravale l’homme au rang de l’animal. À Colmar qui, bien que préfecture, est resté longtemps un gros bourg rural, les commissions d’hygiène dénoncent la présence de fumier animal mélangé au fumier humain. En 1867, « la commission trouve, dans beaucoup de petites cours, deux, trois, et quelques fois quatre tas de fumiers ; sur ces fumiers, on verse toutes les ordures des vases de nuit, des restes de légumes, etc. Ces fumiers sont beaucoup plus infects que les fumiers d’étable seulement45 ». La condamnation hygiénique de ce fumier mixte (« infecte ») est aussi une condamnation morale. À noter que chaque producteur de fumier met le sien bien à part : les colmariens sont souvent des paysans ou des ouvriers ayant gardé des terres et se servent de leur fumier pour engraisser leurs champs. Rue de la montagne verte, la commission constate en août 1854 «l’existence de latrines donnant sur un fumier entassé dans un coin de la cour »46. À Mulhouse, la commission d’hygiène visite, en 1834, le quartier d’ouvriers dont les bâtiments appartiennent à M. Wild-Koechlin auxquels nous avons déjà fait référence : « Le milieu était occupé par un cloaque infecte (sic) où les nombreux locataires y jetaient leurs ordures ou leurs déjections47. »

  • 48 Voir la synthèse de Giovanna Procacci, Gouverner la misère. La question sociale en France, 1789-18 (...)

47On le sait, dans la vaste entreprise de moralisation des pauvres qui se déploya au cours du xixe siècle dans le cadre de la charité conservatrice ou de la philanthropie libérale48, le contrôle des lieux et des espaces est essentiel. On connaît bien le contrôle des lieux de travail et la normalisation des conduites professionnelles qu’il induit. On connaît bien également l’effort de construction de logements ouvriers dont la finalité est autant hygiéniste que moralisatrice. Dans la mesure où, comme nous venons de le voir, la fonction de déjection est au cœur du processus qui fait accéder l’homme à l’humain, le contrôle des « lieux » et des « façons de faire » tient une place essentielle dans cette entreprise. Pour le démontrer, nous en resterons essentiellement à l’exemple mulhousien.

4. Le contrôle des « lieux » et des « façons de faire »

48La bourgeoisie libérale est profondément attachée au respect du droit de propriété que la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen proclame, en ses articles 4 et 17, comme un droit « inviolable et sacré ». Pourtant, les nécessités de l’hygiène et de la santé publique amènent les édiles municipaux à empiéter sur les espaces privés.

  • 49 AMM, JI Lb1.

49À Mulhouse, les règlements édilitaires concernant la rue et l’espace public datent des années de la Restauration. En effet, c’est dans les années 1820-1830 que se fait la prise de conscience de la nécessité de légiférer en la matière. Comme le dit un règlement du 23 mai 1830, « (...) par suite des nombreuses constructions qu’on a successivement élevées dans cette ville, il a été établi des fosses d’aisance fermées ; (...) le danger qui existe dans la vidange de ces fosses exige des précautions généralement inconnues dans cette ville, où les fosses d’aisance avaient jusqu’à présent été à ciel ouvert, formant fumier49 ». Ainsi, ce considérant de règlement municipal nous révèle que les nouvelles maisons ont fait installer un lieu d’aisance, le plus souvent dans la maison et donnant sur une fosse fermée qu’il faut donc vidanger régulièrement. La fermeture des fosses privées est l’un des aspects de l’invisibilisation des excreta qui s’y déposent. Par ailleurs, le règlement de 1830 a pour but de réglementer la vidange qui doit être faite de nuit. Alors que les inconvénients de la vidange la nuit sont réels (nécessité de signaler le chariot où sont déposées les ordures par des lumignons qui n’ont jamais empêché des accidents graves de se produire, bruits et odeurs qui réveillent les dormeurs, etc), le choix de la nuit est à l’évidence dicté par le même souci de rendre invisible toute action sur les déjections humaines. D’ailleurs, lorsque l’entrepreneur de vidanges mulhousien, François Lesage, propose en 1847 de faire les vidanges de jour dans la mesure où il a mis au point un système de vidanges inodores, le maire refuse :

  • 50 AMM, JI Lb1, lettre de F. Lesage au maire, 23 août 1847 et réponse du maire le 27 août.

Je dois cependant vous faire observer, monsieur, que quelle que soit l’efficacité de vos moyens de vidanges, je ne pourrais en autoriser l’emploi en plein jour que dans les lieux clos et séparés de la voie publique. Vous comprendrez facilement, monsieur, qu’il est des répugnances légitimes qu’il ne faut pas heurter50.

50Comme nous l’avons vu, les lieux sur fosses fermées restent longtemps l’apanage des gens aisés, les pauvres continuant à vider leur vase de nuit sur les fumiers, ou à utiliser des latrines insuffisantes et débordantes. Pour ces lieux-là aussi, la politique édilitaire est de les rendre invisibles. Tel est bien le sens de l’arrêté municipal du 13 novembre 1830 qui veut faire « bonne police » donc accélérer le processus de civilisation dans la ville :

  • 51 AMM, JI La1.

Considérant que dans toutes les villes où il y a une bonne police, il est défendu de vider les latrines pendant le jour ; qu’il importe d’adopter également cette règle dans cette commune où l’usage de déposer d’abord les fumiers sur la rue les expose à être répandu (sic) dans le voisinage par le passage continuel des hommes et des voitures et offre en outre l’inconvénient d’encombrer et d’infecter la voie publique ; qu’il est de l’intérêt de tous les habitans (sic) de voir disparaître un usage si contraire à la propreté et à la libre circulation des rues. Arrête : il est défendu de vider les latrines, étables à porcs et autres lieux immondes et de déposer dans la rue les fumiers en provenant avant 10 heures du soir. Les fumiers déposés dans la rue après cette heure devront être éclairés par une chandelle allumée dans une lanterne et enlevés pendant la nuit de manière à ce que leur dépôt soit nettoyé à la pointe du jour51.

51C’est une pratique qui ne disparaîtra qu’avec l’installation systématique de latrines sur fosses fermées, puis avec leur raccordement au réseau d’égout.

  • 52 Bulletin no 48, p. 356-584 : « Enquête décennale sur les institutions d’initiatives privées destin (...)
  • 53 Ibid, p. 578.

52Lorsque les manufacturiers mulhousiens, sous la direction de Jean Dollfus, s’attachent à construire la Cité ouvrière à partir de 1853, ils font le choix de la maison unifamiliale, en accession à la propriété. Chaque famille doit disposer de son espace sans promiscuité ni partage avec les autres familles ouvrières : rien d’étonnant donc à ce que chaque logement du célèbre « carré mulhousien » dispose de toilettes sur fosses étanches. Le Bulletin de la Société Industrielle de Mulhouse de 1878 traite longuement de cet aspect sanitaire52. Il déplore qu’« à l’ancienne cité (celle qui fut construite entre le canal de décharge des crues de 1Ίll et l’avenue de Colmar en 1853 et 1854), où les lieux d’aisance sont à l’intérieur du logement, leurs émanations achèvent parfois de vicier un air déjà malsain ». Ainsi, les conséquences du choix fait au nom de la morale familiale sont négatives pour l’hygiène. Du fait de cet inconvénient sanitaire, les maisons qui furent construites à partir de 1854 de l’autre côté du canal de décharge et qui constituent ce que l’on appelle la Nouvelle Cité eurent leurs latrines familiales, certes, mais dans le jardin attaché à chaque maison. Cette localisation n’alla cependant pas non plus sans inconvénient (ainsi, « (elles ne) permettent (pas) à un malade de s’y rendre sans avoir à s’exposer aux intempéries du grand air53 »).

53Si la pression des édiles mulhousiens pour contrôler les lieux d’aisance privés fut affaiblie par le respect du droit de propriété, un certain nombre d’entre eux, par ailleurs industriels, tentèrent d’exercer un contrôle plus efficace des lieux d’aisance dans leurs usines. Le Bulletin de la Société Industrielle de Mulhouse de 1878 s’en fait aussi l’écho. S’il déplore « dans nos établissements d’Alsace les émanations des cabinets d’aisances trop petits et imparfaitement organisés », le Bulletin s’attarde, planches à l’appui, sur l’organisation des lieux dans l’un des ateliers de DMC, dont le patron est Jean Dollfus, le promoteur de la Cité ouvrière. Le passage mérite d’être cité intégralement :

  • 54 Le problème technique ici soulevé est celui de l’utilisation de l’eau pour emporter les matières e (...)
  • 55 Bulletin de la Société Industrielle de Mulhouse, No 48, p. 585.

Nos fosses sont généralement trop petites et nos cabinets aussi. On n’arrivera à une propreté suffisante qu’avec des espaces plus grands et une surveillance constante. L’emploi de l’eau pour le nettoyage, si hygiénique et si naturelle, ne sera possible que quand les fosses le permettront par leur capacité54, et nous ne croyons pas superflu, dans de grands établissements, d’avoir une personne, un vieillard par exemple, affectée à la garde et à l’entretien des fosses d’aisance ; elle en ferait en même temps la police au grand profit des mœurs et du bon ordre. Au retordage de MM. Doffus-Mieg et Cie, on a adopté plusieurs petites dispositions particulières qui tendent au même but. À l’entrée du couloir conduisant aux cabinets se trouvent fixés à un axe des petits drapeaux sur lesquels sont écrits, sur une face « vacant », sur l’autre « occupé » ; ces drapeaux sont en nombre égal à celui des cabinets. L’ouvrier qui entre est obligé de faire tourner le drapeau et, d’un seul coup d’œil, l’arrivant peut constater s’il y a place pour lui ou s’il doit attendre. De là pas d’accumulation à l’entrée des portes. Au fond du couloir se trouvent une certaine quantité de sabots que l’ouvrier chausse en entrant et qu’il dépose en sortant, de façon à ne rien emporter à la semelle de ses chaussures, ce qui n’est pas sans importance au point de vue de l’hygiène55.

54On voit comment l’accumulation de « petites dispositions particulières » tente de normaliser une pratique dite naturelle.

  • 56 Cité sans référence par André Armengaud, « Quelques aspects de l’hygiène publique à Toulouse au dé (...)

55Par ailleurs, les édiles municipaux entament la construction de lieux d’aisance dans l’espace public de façon systématique à partir des années 1830. Un point particulier mérite examen : l’existence ou non de chalets d’aisance que pourraient utiliser les femmes. Si l’on en croit un médecin toulousain en 1909, la commodité était rare : « Bien des coins de rue ou même de corridors plus ou moins obscurs sont transformés en latrines improvisées, surtout par les femmes, très mal partagées à ce point de vue56. »

  • 57 AMC, 5J 2 No 3, séance du conseil municipal du 22 décembre 1857.
  • 58 AMC, 1D 5, vol. 9.
  • 59 AMC, 1M 1 No 8.
  • 60 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, op. cit., p. 235.

56En effet, toutes les sources mulhousiennes parlent de « pissoirs » ou d’« urinoirs», édicules qui, à l’évidence, ne s’adressent qu’aux hommes et qu’à la fonction de miction. Colmar offre un seul exemple, à notre connaissance, d’un projet de construction d’un chalet d’aisance malgré les extrêmes réticences des élus municipaux. Le dossier occupe le conseil municipal colmarien de décembre 1857 à mai 1858. Le 22 décembre, le maire rappelle ce qui a motivé la décision de construire un chalet d’aisances, à savoir l’utilisation des recoins de l’espace public par les passants pour satisfaire leurs besoins naturels. « Μ. Μ. M. le Maire expose que, par suite de l’enlèvement d’une petite maison adossée à l’ancienne église des dominicains, les intervalles des contreforts ont été mis à nu et présentent ainsi des encoignures qui servent de dépôts d’ordure. » Constatant l’inutilité de la répression, le Maire conclut qu’il « devient indispensable d’établir auprès de cet édifice un urinoir et des cabinets d’aisance57 ». Dans un premier temps, un devis est demandé à l’architecte Boltz qui propose, plans à l’appui, un chalet de style rustique : le montant de la construction qui s’élève à 1 917,87 francs fait reculer la commission municipale du bâtiment qui conclut ainsi son rapport du 29 mai : « La commission les trouve établies dans des conditions trop luxueuses pour en recommander l’exécution. Elle pense d’ailleurs qu’il n’existe aucune raison d’urgence pour imposer à la ville une dépense aussi considérable. » Elle propose que soient établis « quatre urinoirs, dont deux sur la promenade du champ de mars et deux sous forme de vespasiennes sur le boulevard de l’ouest, le long de la rigole58 ». Il semble cependant qu’un nouveau devis ait été demandé à l’architecte-voyer et que son montant ne s’élevant plus qu’à 1 003,93 francs, le chalet d’aisances ait été construit. Les dames colmariennes qui se promenaient près de la halle aux blés ont donc probablement eu à leur disposition un lieu pour satisfaire leurs besoins naturels à la fin des années 1850. Un document à cette date précise qu’il serait situé au dessus de l’eau, ce qui veut dire que cet édicule n’est pas sur fosse étanche : « La construction d’un chalet d’aisances (se fera) sur le canal des moulins, en aval et contre le garde-corps du pont, rue de la Halle59. » Rappelons seulement qu’il nous a été impossible de vérifier que l’édifice a bien été construit. Cela en ferait une exception car la règle, en ce qui concerne les chalets d’aisance accessibles aux femmes, semble bien être leur absence. Louis-Sébastien Mercier disait déjà, pour le Paris de la fin de l’Ancien Régime que « les femmes sur ce point sont plus patientes que les hommes ; elles savent si bien prendre leurs mesures, que la plus dévergondée ne donne jamais le spectacle qu’offre en pleine rue l’homme réputé chaste60 ».

  • 61 Je remercie encore Céline Crasser de m’avoir signalé ces deux œuvres de Caillebotte, reproduites i (...)

57Ainsi, il est permis de penser que la donnée du genre croise et renforce la donnée de classe : l’absence ou à tout le moins la rareté des lieux d’aisance dans l’espace public pour les femmes révèle l’apprentissage plus rapide chez les femmes que chez les hommes de la bourgeoisie du contrôle du corps. Peut-être peut-on aller plus loin et considérer que l’exercice du droit d’uriner et de déféquer en public, ou tout au moins entre hommes, est une donnée constitutive de la nouvelle définition de la virilité qui s’exprime tout particulièrement dans la société militaire. En effet, nombreuses sont les représentations iconographiques de la vie militaire qui montrent les soldats urinant ou déféquant au vu de leurs camarades : les gouaches mulhousiennes de Schmerber sont par exemple confirmées un siècle plus tard par deux tableaux du peintre impressionniste Gustave Caillebotte61. Évidemment, une enquête systématique devrait être menée pour confirmer ou infirmer cette hypothèse.

58Ainsi, ce qui est nouveau au xixe siècle, ce n’est pas la non-différenciation de l’usage des espaces public et privé en matière de déjection mais bien que celle-ci n’est plus tolérée. Lorsque les observateurs sociaux entrent dans les taudis, ce qu’ils mettent en mots, c’est leur horreur devant une misère morale et matérielle, la promiscuité de la paillasse humide et du vase de nuit dans le mitan de la pièce. La satisfaction par les pauvres de leurs besoins naturels aux yeux de tous, ou même de leur seule famille, est lue comme le signe de leur appartenance au règne animal. Quand il s’agit des femmes, la fonction de déjection est immédiatement et systématiquement associée à l’idée d’une sexualité illicite. Pour assurer la moralisation des ouvriers et le contrôle de la féminité, la bourgeoisie édilitaire tente dès les années 1830 de normaliser les lieux d’aisance et leur usage en édifiant des latrines publiques, en multipliant les règlements qui visent à rendre invisibles l’acte et les déchets, en encourageant la construction de « privés » dans les logements ouvriers. Le lieu des « lieux » nous dit beaucoup quant aux valeurs qui fondent, au xixe siècle, les distinctions sociales et de genre.

Notes

1 Voir Jorge Semprun, L’écriture ou la vie, Paris, Gallimard, 1995.

2 Voir l’article de Frank Lestringant, « Des hauts lieux aux retraits : petite contribution à une théologie de l’excrément (xvie-xviiie siècles) », Revue des Sciences Humaines, no 1, 2001, p. 65-98.

3 Voir le catalogue d’exposition Fundgruben, Stille Ortchen ausgeschöpft, Bâle, Historisches Museum, 1996.

4 En particulier Roger-Henri Guerrand, Les lieux. Histoire des commodités, Paris, La Découverte, 1991.

5 En particulier, André Guillerme, Les temps de l’eau. La cité, l’eau et les techniques, Nord de la France, fin iiie-début xixe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 1990.

6 Notamment ceux de Mark Girouard, Life in the French Country House, Londres, Cassel and C°, 2000.

7 André Guillerme, Les temps de l’eau, op. cit., p. 173-174.

8 Mark Girouard, op. cit., p. 221. Le texte anglais traduit par nous est le suivant : « Highly convenient retreat, Whether in the country or the city, Retreat which no one enters, except to purge his stomach ».

9 Archives Municipales de Mulhouse (désormais AMM), PI Ac. Je remercie le doctorant David Tournier pour m’avoir signalé cette remarquable formule.

10 Archives municipales de Colmar (désormais AMC), 5J 8 No 3, rapports sur les rues et maisons visitées par la commission d’hygiène, août 1854.

11 Voir Paul Scarron, Dom Japhet d’Arménie ou, plus célèbre encore, Molière, L’Étourdi.

12 Archives Départementales du Haut-Rhin (désormais ADHR), 5M 30, lettre du commissaire au préfet, 9 août 1854.

13 Mark Girouard, op. cit., p. 224.

14 André Guillerme, op. cit., p. 174.

15 AMM, JI La1.

16 ADHR, 1Z 307, lettre du maire au sous-préfet, 19 septembre 1849.

17 Le maire dénonce en effet un peu plus loin dans sa lettre « l’habitude depuis longtemps contractée par les passants et les personnes qui fréquentent le marché d’y faire leurs besoins naturels ».

18 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, Paris, Robert Laffont, 1990 (1783), p. 155. Le texte original date de 1783.

19 Rappelons que Mulhouse, ou plutôt Mulhausen puisque son nom ne prendra la forme française qu’en 1848, est restée une ville libre alliée aux cantons suisses jusqu’en 1798, date à laquelle elle s’est rattachée à la France et a donc cessé d’être une ville d’Ancien Régime.

20 ADHR, M 18.

21 Ibid.

22 Sur ce point, voir Denis Woronoff, Histoire de l’industrie en France du xvie siècle à nos jours, Paris, Seuil, 1994.

23 Eugène Buret, De la misère des classes laborieuses en Angleterre et en France, Paris, Paulin, 1840. La citation est p. 335 et reprend l’étude de W. Felkin, State of Nottingham, parue en janvier 1840.

24 Voir pour août 1854, le rapport des Docteurs Molk et Him, AMC 5J 2 No 3.

25 Ou « fossé des grenouilles ». Cette localisation nous prouve que la latrine a été installée à proximité d’un fossé ou canal qui entourait la ville au nord, de manière à ce que les parties liquides des excreta puissent éventuellement s’y écouler.

26 AMM, JV Ab1.

27 Adolphe Blanqui, Des classes ouvrières en France pendant l'année 1848, Paris, 1849, cité par Pierre Pierrard, « Habitat ouvrier et démographie à Lille au xixe siècle et particulièrement sous le Second Empire », Annales de Démographie Historique, 3, 1975, p. 39.

28 Jules Arnould, Quelques traits de l’histoire du choléra à Lille, Lille, 1877, cité par Pierre Pierrard, op. cit., p. 48.

29 Victor Hugo, Œuvres complètes, t. 8, Politique, Paris, Robert Laffont, 1989, p. 464.

30 André Guillerme, op. cit., p. 174-175. Remarquons le doute de l’auteur quant à l’existence de privés dans les maisons de l’élite urbaine médiévale : faux problème peut-être si l’on admet que la différence sociale ne se marque pas dans l’existence de lieux d’aisance privés mais dans la présence de domestiques pour s’occuper des excreta de leurs maîtres.

31 ADHR, 4M 18.

32 Louis-Sébastien Mercier, op. cit., p. 234-235.

33 Louis-René Villermé, Tableau de l'état physique et moral des ouvriers employés dans les filatures de coton, de laine et de soie, éd. Jean-Pierre Chaline et Francis Démier, Paris, EDI, 1989.

34 Ibid., p. 306.

35 Louis-René Villermé, op. cit., p. 134, note 25.

36 Comme l’attestent le témoignage de nombreux « Nordistes », les femmes des classes pauvres portaient des culottes fendues qui leur permettaient d’uriner en posant un pied sur le trottoir et l’autre sur la chaussée.

37 Cf. note 17.

38 Cf. note 31.

39 « Pétition des habitants de la Porte Jeune et la rue du Faubourg de Colmar contre le bruit que l’administration municipale avait l’intention d’établir sur un des points de la Porte Jeune un pissoir public », datée du 19 septembre 1865, AMM, JV F.

40 Paul Langford, Englishmen Identified. Manners and Character 1650-1850, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 166. Je remercie Céline Crasser de m’avoir procuré cette référence.

41 In Topographie physique et médicale de Brest et de sa banlieue, 1834, cité par R.-H. Guerrand, in P. Ariès et G. Duby (dir.). Histoire de la vie privée, t. 4, Paris, Le Seuil, 1987, p. 325.

42 John Simon, Public Health, Eighth Report, 1866, p. 14, cité par Guy Groux et Catherine Lévy, La possession ouvrière, du taudis à la propriété ( xixe- xxe siècle), Paris, Éditions de l’Atelier, 1993, p. 19.

43 Cf. note 27.

44 Pierre-Denis Boudriot, « Essai sur l’ordure en milieu urbain à l’époque préindustrielle. Boues, immondices et gadoues à Paris au xviiie siècle », in Histoire, Economie, Société, 4, 1986, p. 515-528.

45 AMC, 5J 23, lettre de l’inspecteur-voyer à l’adjoint au maire de Colmar, 16 mars 1867. Cité par S. Carvalho, Les logements insalubres à Colmar sous le Second Empire, maîtrise de l’Université de Haute Alsace, 2001.

46 AMC, 5J 3 No 3.

47 AMM, JV Ab1, 1er mai 1834.

48 Voir la synthèse de Giovanna Procacci, Gouverner la misère. La question sociale en France, 1789-1848, Paris, Seuil, 1993. Pour le cas mulhousien, voir Stéphane Jonas, Le Mulhouse industriel. Un siècle d’histoire urbaine, 1740-1840, 2 vol., Paris, L’Harmattan, 1995, et Mulhouse et ses cités ouvrières. Perspective historique, Strasbourg, Oberlin, 2003.

49 AMM, JI Lb1.

50 AMM, JI Lb1, lettre de F. Lesage au maire, 23 août 1847 et réponse du maire le 27 août.

51 AMM, JI La1.

52 Bulletin no 48, p. 356-584 : « Enquête décennale sur les institutions d’initiatives privées destinées à favoriser l’amélioration de l’état matériel et moral de la population de Haute Alsace. »

53 Ibid, p. 578.

54 Le problème technique ici soulevé est celui de l’utilisation de l’eau pour emporter les matières et désodoriser le réceptacle. L’eau s’accumule dans la fosse fermée laquelle se remplit très vite et doit plus fréquemment être vidée, ce qui accroît le coût et diminue l’intérêt des matières du point de vue agricole dans la mesure où elles sont diluées.

55 Bulletin de la Société Industrielle de Mulhouse, No 48, p. 585.

56 Cité sans référence par André Armengaud, « Quelques aspects de l’hygiène publique à Toulouse au début du xxe siècle », Annales de Démographie Historique, 9, 1975, p. 134.

57 AMC, 5J 2 No 3, séance du conseil municipal du 22 décembre 1857.

58 AMC, 1D 5, vol. 9.

59 AMC, 1M 1 No 8.

60 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, op. cit., p. 235.

61 Je remercie encore Céline Crasser de m’avoir signalé ces deux œuvres de Caillebotte, reproduites in Pierre Wittmer, Caillebotte and his Garden at Yerres, New York, Abrams, 1991.

Table des illustrations

Légende « Corps de garde de la Porte Jeune à Mulhouse », gouache de Jean-Ulrich Schmerber, 1789 (Musée historique de Mulhouse).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12636/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
Légende « Corps de garde de la Porte Jeune à Mulhouse » – détail, gouache de Jean-Ulrich Schmerber, 1789 (Musée historique de Mulhouse).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12636/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 895k

Auteur

Université de Haute Alsace, Mulhouse.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search