Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mises en scène(s) de l’espace

 | 
Nicolas Bourguinat
, 
Jean-Michel Mehl

Présentation

Nicolas Bourguinat et Jean-Michel Mehl

Texte intégral

  • 1 On pense ici à Pierre Citron, La poésie de Paris dans la littérature française de Rousseau à Battd (...)
  • 2 La plus aboutie de ces tentatives reste, malgré les critiques qu’on peut lui adresser, l’ouvrage d (...)

1Ce volume s’inscrit dans la continuité des deux précédents recueils de travaux du groupe de recherches « Mobilités, Échanges, Transferts » de la Faculté des Sciences historiques de l’université Marc Bloch, Les espaces de l’historien (2000) et Combler les blancs de la carte (2004), et s’en distingue en même temps sur plusieurs points. Il ne s’agit plus ici d’une perspective historiographique et épistémologique, ni d’une recherche collective centrée sur les modes de découverte, d’appropriation et de dénomination de territoires fermés ou inconnus. Le point de rencontre des études qui suivent est indiscutablement leur terrain commun, la ville, et leur volonté commune de l’étudier comme une construction mentale et imaginaire. Non pas les « représentations » de la ville telle qu’on a pu autrefois les saisir à travers la poésie ou le roman1, ou encore les courants picturaux2, mais la ville pratiquée, parcourue, entrevue, rêvée en somme. Ce n’est pas la ville imaginaire des théoriciens, des utopistes et des architectes visionnaires - encore qu’on soit amené à en croiser quelques spécimens. C’est, davantage, celle de ceux qui l’habitent et qui la vivent au quotidien, dans cette mesure où leurs déplacements et leurs regards donnent sens aux lieux, mettent les espaces en acte et en scène.

  • 3 Louis Chevalier, Montmartre du plaisir et du crime, Paris, Robert Laffont, 1980 et Histoires de la (...)
  • 4 Voir par exemple Dana Arnold (dir.), The Metropolis and its Image. Constructing Identities for Lon (...)

2On ne sera pas étonné que ces travaux se confrontent et dialoguent à leur façon avec quelques-uns des jalons les plus innovants de l’histoire urbaine, certains récents, d’autres plus anciens et plus près de l’oubli relatif que de la célébrité scientifique. La nécessité de retrouver l’échelle du regard individuel, l’échelle humaine en somme, s’était en effet manifestée assez tôt, dans l’historiographie des villes, et sur des terrains très différents. D’un côté, la volonté de réappropriation des espaces par leurs habitants qui était nette dans la décennie 1970, à la mesure des déracinements et des révoltes suscités par les cités-dortoirs et par les remodelages modernistes des centres anciens : après qu’elle eut nourri une réflexion politique fort riche à l’extrême gauche, de Jean Lojkine à Manuel Castells, on la retrouva chez les historiens, mise au programme d’un collectif paru à Lyon en 1985 sous le titre Habiter la ville. De l’autre côté, on ne peut pas ne pas penser aux entreprises pionnières de Louis Chevalier, toujours connu aujourd’hui pour ses Classes laborieuses et classes dangereuses, bien qu’il s’agisse d’un ouvrage aux conclusions et à la méthode plutôt périmées, mais dont la leçon n’est pas appréciée à sa valeur pour sa contribution pionnière à une histoire des sensibilités à la ville. L’espace vécu, éprouvé, celui de l’intimité des corps et des sentiments, se trouve pourtant au cœur de la problématique des ouvrages exploratoires sur les lieux de plaisir et sur la vie nocturne auquel il se consacra après la fin de sa carrière académique, commencée longtemps auparavant sous la dure loi de la démographie3. Les parcours des historiographies étrangères ne sont pas identiques mais présentent des analogies. Ainsi en Angleterre : à la ville un peu statique des monographies de groupes sociaux a succédé la ville des mobilités socio-spatiales, comme en témoigne le parcours d’un maître de la discipline tel que Jim Dyos, mais l’heure est à présent à la pluralité/volatilité des espaces de l’« expérience » urbaine, expérience elle-même saisie dans le cours des processus englobants liés au capitalisme immobilier, industriel et financier. L’« image » de la grande ville y apparaît désormais comme une construction permanente, à la confluence problématique des projets gouvernementaux (exalter le lien d’une capitale à la nation ou à l’empire colonial), des pratiques d’où se dégagent une « personnalité » citadine (ainsi les relations avec la périphérie rurale, ou bien avec les traces de la ruralité et de l’animalité au cœur de la ville elle-même), et des représentations véhiculées par les supports les plus divers, de l’estampe jusqu’au film noir4.

3À ces nouveaux questionnements, sans doute faudrait-il ajouter la contribution à l’histoire urbaine d’Alain Corbin et de son histoire des nuisances olfactives (Le miasme et la jonquille, paru en 1982) dont le rôle fondateur pour une histoire moderne des sensibilités est aujourd’hui largement reconnu, et auquel font écho deux importants textes réunis ici. Françoise Steudler-Delaherche puis Marie-Claire Vitoux s’intéressent à la mobilisation des autorités et des notables du monde urbain du premier xixe siècle pour délimiter, encadrer, isoler et finalement circonscrire l’inscription spatiale et la visibilité publique de l’ivrognerie, pour l’une, et des besoins naturels, pour l’autre. Processus de constitution de comportements déviants accompagnant la stigmatisation et la mise au ban des pauvres, si ce n’est parfois leur animalisation, qui rappellent évidemment les logiques d’interprétation foucaldiennes de la formation de la société disciplinaire moderne : mais ils n’en sont pas moins saisis ici par leur inscription spatiale. Dans l’Alsace des Lumières finissantes et du XIXe des notables, médecins, édiles, policiers et hygiénistes travaillent patiemment à déplacer et à refixer les frontières du licite et de l’illicite. Question complexe, d’autant qu’il ne s’agit pas ici des rapports de la ville et de ses périphéries, mais de comportements s’invitant au cœur de la ville elle-même. Lieu de délassement à l’origine, le cabaret se constitue comme lieu de licence, puis de perdition, quoiqu’il demeure préservé, sous une forte réglementation, parce que préférable au débordement dans la rue elle-même des nuisances que sont les rixes, les violences et les beuglements des buveurs : parce que bien identifiable et mieux surveillable, tout simplement. Mais le pouvoir n’est pas seul à cartographier. Les citadins aussi. Les débits de boissons poursuivent leur chemin dans les cœurs ou dans les têtes, points de ralliement pour les uns, pôles de répulsion pour les autres... Parallèlement ou presque, l’urine et l’excrément, autrefois familiers du paysage sensible de tous les passants et usagers de l’espace urbain, deviennent intolérables à la vue et à l’odorat ; mieux, ils deviennent les marqueurs du défaut d’aisance, de savoir-vivre, de civilité, et finalement de civilisation tout court, qui caractérise les déshérités des temps de l’industrialisation mulhousienne. La domestication de ces masses, si elle peut encore se faire, passera ainsi par une reconquête de leurs espaces à l’aide du logement ouvrier et de ses commodités, ou de la voirie et de ses urinoirs. L’intériorisation de ces nouvelles normes de propreté et de bienséance est encore une autre affaire.

4Mais la manière dont les individus et les collectifs intègrent l’environnement urbain, entre appropriations, accommodements, barrières et frontières, c’est aussi l’affaire, bien entendu, des courants les plus récents et les plus innovants de la géographie. Il n’y a rien de surprenant à ce qu’on retrouve, à la source des questionnements de plusieurs des auteurs, la géographie culturelle, celle par exemple des community studies anglo-saxonnes, ou la géographie phénoménologique, celle des cadres mentaux et des repères, visuels, monumentaux, directionnels, qui commandent l’orientation et l’installation de l’individu dans son espace. Un groupe se constituant ses points de repère et de ralliement dans un environnement presque neuf pour lui, Véronique Larcade en donne un premier exemple autour des mousquetaires « montés » de leur Gascogne natale dans le Paris de Louis XIII. Nourris de ces travaux anglo-américains et attentifs aux recherches de géographes français comme Guy Di Méo ou Denis Retaillé, les chapitres signés par Rebecca Rogers et par Anne-Claire Rebreyend, jeune doctorante qui fut son élève à Strasbourg, approfondissent cette direction. La belle étude qu’Anne-Claire Rebreyend consacre aux lieux de l’intime au xxe siècle nous apparaît très représentative de la richesse de ce champ. Fondée sur des sources autobiographiques et des matériaux littéraires, elle souligne les processus de construction par les couples d’espaces préservés, au(x) hasard(s) de la ville, détournant ses potentialités et se jouant de ses contraintes. Entre les sources du moi et les mots du désir, se dégage la pérennité de ces lieux d’apparence banale — meublés, chambres d’hôtel, portes cochères- mais investis par les corps, transfigurés par eux et rappelés à la vie par l’écriture. Le thème de la clôture est un trait d’union avec la contribution de Rebecca Rogers sur le pensionnat féminin du début et du milieu du xixe siècle, principalement à Paris et à Strasbourg. Fermeture aux regards du monde extérieur et soustraction des jeunes filles à ses tentations semblent définir assez clairement le pensionnat. Mais rien n’est simple avec les espaces, et celui-ci en est un de faux-semblants. Autant la réputation des « maisons » d’enseignement valorise cette clôture, ce repli autour d’îlots de verdure sains et bien jardinés, autant le lieu est objet de curiosité, de convoitise et finalement de fantasmes. Comment peut-on prétendre isoler et protéger, dans la ville de Baudelaire — celle des interactions et des brèves rencontres, des passants et des passages ? Les établissements font leurs prospectus publicitaires, tandis que l’administration jette un œil derrière leurs murs via ses inspectrices, et que le vaudeville bâtit des intrigues mêlant travestissements et quiproquos autour des stratégies amoureuses visant à s’emparer des jeunes pensionnaires. D’un microcosme préservé, la maison d’éducation pour jeunes filles devient un espace où penser l’identité mise au défi par la modernité.

  • 5 Alice Ingold, Négocier la ville, Paris, Éditions de l’EHESS, 2004.

5Mais la ville habitée, la ville parcourue et la ville-spectacle sont aussi le point de rencontre des habitus et des stratégies des individus et des groupes, d’une part, et des pouvoirs de l’autre. La ville des xixe et xxe siècles, puisque c’est d’elle qu’il s’agit très majoritairement ici, mobilise pour son expansion des ressources et des savoir-faire issus de sources diverses, dont la conjonction et l’équilibrage sont toujours problématiques. Tout projet urbain est un compromis — avec la tradition, avec les systèmes techniques, avec les habitants, les investisseurs, les ingénieurs - même lorsque l’initiative en revient au pouvoir suprême c’est-à-dire au pouvoir monarchique, et a fortiori bien sûr lorsque l’on glisse vers l’âge de la service city. Dans un livre récent, Alice Ingold a pu montrer les processus d’ajustement et d’interaction qui amenaient les différents acteurs d’un remodelage urbain de l’entre-deux guerres, la couverture des canaux du Milan fasciste, à composer les uns avec les autres, bien qu’éloignés les uns des autres a priori par des enjeux tels que la politique de préservation patrimoniale, la valorisation des façades, le prix des terrains, etc.5. C’est dans cette perspective que les « mises en scène(s) » de l’espace apparaissent pour ce qu’elles sont : bien davantage que les manipulations d’une cité-décor de théâtre sujette au bon plaisir du souverain, du chef de guerre ou de leurs avatars modernes, mais le résultat incertain et mal concerté d’un agir sur l’espace et de pratiques de cet espace, ou bien pour le dire autrement d’un discours et de sa réception. L’étude de Dana Arnold sur les programmes spéculatifs et les embellissements du Londres géorgien post-1815 le montre remarquablement. Un urbanisme de prestige tel que celui de Regent Street et des parages des palais et des parcs royaux a partie liée avec l’ascension d’une bourgeoisie qui aspire à sa part de gloire, d’ostentation et même d’oisiveté, à l’instar de l’aristocratie : d’où la fierté de partager des lieux de promenade qui sont des terres royales, la volonté de paraître aux balcons des belles demeures de John Nash ou de déambuler sous leur portique, et simultanément la volonté d’être vu soi-même, d’être changé en sujet de curiosité ou d’envie pour les flâneurs et badauds. De ces processus peut découler l’amalgamation aux « bienheureux et libres fils du commerce » des différentes couches de la bourgeoisie, et de là la formation d’une nouvelle personnalité citadine, capable par exemple de réserver une réception froide à l’arc de triomphe dédié au duc de Wellington, installé à un emplacement particulièrement stratégique à l’entrée ouest de Londres et de ses nouveaux « beaux quartiers » du West End. L’exaltation de la nation comme discours contemporain de l’ascension de la bourgeoisie, on le rencontre également dans l’Edimbourg victorien et édouardien étudié par Richard Rodger (lui-même lointain successeur de Jim Dyos à Leicester), à travers l’étrange signalétique des plaques gravées d’inscriptions ou décorées de blasons et de motifs floraux qui ornent les immeubles de certaines rues de la capitale écossaise. Là encore, passants et résidents ne sont pas les jouets soumis d’un éloge conjoint du capitalisme et de l’union du chardon et de la rose qui serait mis en scène sur les pierres avec la complicité des entrepreneurs du bâtiment. Mais sans doute au contraire, pour partie, ils sont des spectateurs passifs ou indifférents, subtilement en résistance pour ce qui leur revient de la définition de leur cadre de vie.

6L’inscription du pouvoir souverain sur l’espace passe donc par des formes de compromis, le plus souvent implicites, voire souterraines et quasi clandestines. Le souverain ne fait pas ce qu’il veut de la ville, surtout si elle n’est pas sa capitale, mais les fêtes et les cérémoniaux, tout comme la politique artistique et monumentale, peuvent contribuer à des infléchissements du vécu spatial des citadins et de leur intériorisation de notions telles que la centralité, la proximité et l’éloignement, les axes d’orientation. Ainsi peut-on lire l’étude menée par Nicolas Bourguinat à propos des entrées du souverain à Paris et à Strasbourg à travers les pratiques mises en place par Napoléon Ier, monarque créé par la Révolution, donc situé plus que tout autre entre tradition et modernité. La ville servant de scène au cérémonial n’est cependant pas un décor de planches et de carton-pâte et ses logiques spatiales propres s’ajoutent à ses logiques communautaires pour traduire, durablement ou non, les intentions du pouvoir. La longue histoire post-napoléonienne des Champs-Elysées, qui leur permit de s’imposer comme l’entrée de prestige dans Paris, par l’ouest, au détriment de l’entrée nord que constituait la porte Saint-Denis au temps des rois, peut en être une illustration. Dans un même ordre d’idée, on pourra noter que le marquage et le quadrillage de l’espace municipal par la statuaire, au cours du xixe siècle, n’ont que très incidemment à voir avec le souci bien compris d’une pédagogie civique qu’on associe à cette ère de l’avènement républicain. À la suite de Maurice Agulhon et de sa réflexion sur la statuomanie caractéristique de la période, Laurent Baridon nous rappelle qu’il s’agit aussi de la mise en acte d’un dispositif du décor urbain, la place royale dont le souverain disparu occupait symboliquement le centre, et que la dimension commémorative du monument public est inséparable de ses aspects funéraires, puisqu’il réinvestit, en tant que monument public, ces lieux ciblés laissés vides par les rois. En ce sens, la requalification de l’espace collectif par la « place publique », dans la France républicanisée et laïcisée du xixe siècle, est une mise en scène à l’échec manifeste, tout au moins dans le temps long, si l’on en juge par l’indifférence que le public d’aujourd’hui (et la majeure partie de l’urbanisme moderne) réservent à ces monuments.

7Enfin, l’armée comme instrument de reconquête des lieux-clés des villes d’Alsace-Moselle récupérées par la France en 1918 est le thème retenu par la contribution de Jean-Noël Grandhomme : la réoccupation, à la fois systématique et sélective, rime bien sûr avec l’assimilation à la francité. Mais s’il fallait se persuader de l’intensité des rapports que l’espace urbain et ses mises en scène(s) entretiennent avec le pouvoir, l’histoire du jeu d’échecs serait sans doute le meilleur portail d’accès. Dans le monde médiéval, nous rappelle Jean-Michel Mehl, l’échiquier est pensé métaphoriquement comme une ville, pour son découpage en damier, pour les déplacements qu’y effectuent les pièces, et pour les fonctions sociales que se répartissent celles-ci dans l’ombre des deux pièces reines. Mais inversement, depuis les planificateurs œuvrant dans les métropoles contemporaines jusqu’aux scénaristes des films noirs, depuis la rationalité des bureaux d’études jusqu’aux raffinements de l’écriture de fiction, entre mises en scènes, manipulations et mensonges, qui pourrait nier aujourd’hui la puissance de la métaphore assimilant la ville à un échiquier ?

Notes

1 On pense ici à Pierre Citron, La poésie de Paris dans la littérature française de Rousseau à Battdelaire, 2 vol., Paris, Éditions de Minuit, 1961, un ouvrage de référence souvent pillé et rarement cité.

2 La plus aboutie de ces tentatives reste, malgré les critiques qu’on peut lui adresser, l’ouvrage de Timothy J. Clark, The Painting of Modem Life. Paris in the Art of Manet and his Followers, Princeton (NJ.), Princeton University Press, 1984.

3 Louis Chevalier, Montmartre du plaisir et du crime, Paris, Robert Laffont, 1980 et Histoires de la nuit parisienne, 1940-1960, Paris, Flammarion, 1982.

4 Voir par exemple Dana Arnold (dir.), The Metropolis and its Image. Constructing Identities for London, c. 1750-1950, Oxford, Blackwell, 1999.

5 Alice Ingold, Négocier la ville, Paris, Éditions de l’EHESS, 2004.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540