Version classiqueVersion mobile

Combler les blancs de la carte

 | 
Isabelle Laboulais

Troisième partie. Les blancs de la carte comme enjeux de conquête

Mettre en carte la conquête : les Français en Guinée à la fin du xixe siècle

Odile Goerg

Texte intégral

« Je passe mes journées à fabriquer
des itinéraires par renseignements. (...)
Je vais pouvoir contrôler Reclus
en toute connaissance de cause ».
(Extrait d’un journal de campagne, août/septembre 1894).

  • 1 Journal du Soudan (1894-1898), p. 127 et 140, texte édité et annoté par Sophie Dulucq, L’Harmattan, (...)

1Ces notations d’Émile Dussaulx, militaire en mission dans le Soudan, explicitent un des aspects de la confrontation entre deux formes de savoir : d’une part, l’accumulation laborieuse de renseignements topographiques sur le terrain, de l’autre la compilation en chambre par un géographe1. Elles mettent surtout en évidence la circulation entre les deux formes d’appréhension de l’espace du continent africain dont la conquête fait rage. Le résultat de cette double approche est illustré par une carte, dite « Carte de la Guinée française », mais qui couvre en fait un vaste territoire de l’Afrique occidentale allant du 8° au 13° de latitude Sud et du 18° au 10° de longitude Ouest. Cette carte, « dressée par A. Meunier », porte en légende la mention suivante « d’après les levés de MM... », soit une quarantaine d’expéditions et d’itinéraires. Sa publication en 1902 est l’aboutissement d’un travail long de plus d’une décennie. Cette carte, qui juxtapose des aires vides et des zones densément ponctuées de mentions villageoises, est à la charnière entre deux périodes. Elle se présente comme idéale pour interroger les mutations des représentations de l’espace en cette fin de siècle.

2La mise en cartes de l’Afrique a subi en effet depuis des siècles de profondes modifications, de la projection imaginée à partir de bribes d’informations, à la connaissance détaillée de zones limitées (notamment les façades maritimes ou certains tracés connus) et finalement à l’ambition de mettre en carte non seulement la conquête mais aussi la mainmise administrative selon les nouvelles techniques des levés géodésiques.

3En partant de cette carte peu diffusée, il s’agit ici de mettre en évidence le processus du passage d’une forme de cartographie à l’autre ainsi que les modalités de figuration de l’espace, qui sous-tendent cette démarche dont l’ambition est de récuser toute représentation cartographique non basée sur des renseignements attestés et contrôlés.

  • 2 Voir Archives Nationales du Sénégal, ANS, série 4 F 1 (versement 14) : Note sur la frontière Guinée (...)

4Plus que la pertinence des informations, c’est donc le processus intellectuel de mise en carte et sa signification dans le contexte de la mainmise sur l’Afrique, aussi bien coloniale que scientifique, qui est ici examiné. En traçant itinéraires et frontières, en localisant les villages et les chefs-lieux du nouveau pouvoir, les colonisateurs dressent leur propre géographie de la conquête et du continent. En négatif se pose donc la question des modalités de la représentation des zones non encore dominées, aveu explicite d’ignorance. L’obsession de l’exactitude, telle qu’elle est perçue par les cartographes occidentaux, mène toutefois le jeu car elle détermine la reconnaissance par autrui : la cartographie exprime la confrontation de représentations conflictuelles de l’espace, entre Britanniques, Portugais et Français, même si l’heure est aux négociations entre grandes puissances. Diverses frontières étrangères traversent la carte, notamment celle séparant la Guinée française de la Guinée portugaise, pour laquelle il est d’ailleurs spécifié qu'elle « n’est indiquée que dans la partie définitivement acceptée ». La frontière jouxtant la Sierra Leone fut partiellement levée pendant la période de confection de la carte, lors d’une mission en 1895-96. Toutefois, l’éloignement des deux chefs-lieux, l’ignorance des milieux ou les difficultés climatiques rendaient la tâche ardue, notamment pour les portions forestières éloignées de la côte, et un réabornement partiel fut opéré en 19122.

  • 3 T. Basset, « Cartography and Empire Building in Nineteenth West Africa », Geographical Review, 1984 (...)
  • 4 Cette mise en doute et vérification des connaissances antérieures est constante depuis la fin du xv (...)

5Des recherches récentes montrent comment, dans le sillage de d’Anville (1ère moitié du xviiie siècle), les cartes européennes de l’Afrique furent vidées de leur contenu incertain puis progressivement remplies de données considérées comme attestées et donc représentant la réalité topographique du moment3. La carte prise à titre de témoin se trouve à la charnière de ce processus, entre accumulation et juxtaposition d’itinéraires par renseignements, de nouveaux levés géographiques et de connaissances antérieures conservées car portées au rang de données scientifiques, de « vérités »4.

6La vaste zone concernée par cette carte est au coeur de la politique coloniale française dans les années 1890. La conquête, réelle ou nominale, progresse de mois en mois sur le terrain, ce qui explique l’obsession d’un perpétuel recommencement et la conscience de l’impossiblité d’atteindre au but : cerner de la façon la plus exacte possible les domaines conquis pour en assurer la mainmise. Comment réaliser une carte générale alors que les connaissances sont constamment renouvelées, comme dans un écho lointain tant l’Afrique est encore mentalement distante vu les difficultés et les lenteurs des communications ? Ce but est d’autant plus difficile à atteindre que les informations consignées sont de nature diverse et changeante. La carte de la Guinée française élaborée au long d’une décennie propose en effet non seulement des éléments de localisation, des données géographiques mais aussi des informations administratives ou économiques car les objectifs de la carte se modifient au fil des années.

  • 5 Centre des Archives d’Outre-Mer (CAOM), Aix-en-Provence, Service géographique des colonies (ci-aprè (...)

7À partir des éléments consignés sur la carte, l’historien peut dresser un état de la hiérarchie des informations jugées utiles et en déduire un mode de représentation mais le seul examen de la carte ne peut suffire car il ne permet pas de faire la part des choses entre le hasard des informations existantes, le tri opéré parmi celles-ci et la volonté explicite. Les archives du Service géographique des colonies, qui conservent les courriers échangés lors de la réalisation de la carte, nous permettent d’en suivre les étapes, les hésitations, mais aussi les aléas5.

De la nécessité de mettre l’Afrique en cartes

8Les cartes de l’Afrique sont nombreuses et anciennes, depuis les premières cartes arabes et portugaises, mais le contexte géopolitique de la deuxième moitié du xixe siècle en change le sens et la portée. Quelques années après la constitution en France d’un sous-secrétariat d’État aux colonies en 1881, la nécessité de disposer d’une cartographie adéquate s’imposa dans une optique très utilitaire. Des mesures concrètes furent alors prises dans ce but.

Une cartographie institutionnelle

9Les autorités politiques et militaires pouvaient avoir recours à de nombreuses cartes de l’Afrique. Celles-ci émanaient toutefois de diverses institutions, éparpillées et parfois concurrentielles : le service géographique du Ministère de la guerre, l’État-major de l’armée, le service hydrographique de la Marine, les sociétés de géographie...

  • 6 Il est signé du sous-secrétaire d’État aux colonies, Roger de la Porte (février 1888/février 1889).(...)

10Par souci d’efficacité et pour mettre fin au morcellement et à la dispersion des compétences, un service géographique des colonies fut créé par l’arrêté du 31-1-18896. Ses buts, clairement explicités, comprenaient :

  • la formation de collections de cartes et documents géographiques relatifs aux Colonies françaises,

  • le classement et la mise en œuvre des cartes et croquis originaux transmis par les administrations coloniales,

  • la publication de cartes nouvelles établies d’après les renseignements parvenus des Colonies,

  • le classement méthodique des traités conclus avec les indigènes ; la formation de cartes indicatives de ces traités.

  • 7 Ces indications figurent dans Hommes et destins. Dictionnaire biographique d’Outre-Mer, ACCT-Académ (...)

11Les objectifs mettaient en avant une double fonction : la centralisation d’informations diffuses, cartographiques ou non, collectées dans des endroits dispersés et éloignés de l’Empire, et la conception de nouvelles cartes mises à jour. La répartition des tâches était donc claire : à la métropole la conceptualisation, aux colonies la production d’informations brutes. En 1891 fut créée une Commission centrale des travaux géographiques devant faire la liaison entre les services des divers ministères pour éviter les doubles emplois. C’est elle qui centralisait désormais les documents envoyés par les gouverneurs (circulaire du 3-7-1891, E. Etienne). Lors de la création d’un ministère autonome des colonies en mars 1894, le service géographique est directement rattaché au cabinet du ministre auquel toute la correspondance doit donc être adressée (arrêté du 1-4-1895). Finalement le ministre des Colonies érige ce service en service distinct (arrêté du 15-4-1895) et lui rattache, quelques mois plus tard, le service des missions : il devient alors le service géographique et des missions (arrêté du 17-7-1895). À la tête de cet important service est nommé Camille Guy (1860-1929), agrégé d’histoire et de géographie, qui resta en poste plusieurs années. Par la suite, Camille Guy assuma diverses fonctions dans l’administration centrale coloniale (1898-1902), puis comme gouverneur du Sénégal (1902-1908) et finalement de Guinée (1910-1913)7. Une revue coloniale doit également publier chaque mois les textes des principaux rapports et itinéraires. L’heure n’est plus au secret des connaissances mais au contraire à leur publicité, garante de l’ancrage du pouvoir colonial et de sa reconnaissance internationale.

  • 8 Les étapes suivantes sont la constitution d’un Comité du service géographique en 1908 et finalement (...)

12Les réformes marquant le service géographique des colonies montrent la prise de conscience de l’importance géopolitique des cartes dont les informations doivent cautionner la domination coloniale8. La pratique suivra plus laborieusement tant les habitudes anciennes sont ancrées et tant la lenteur de communications impose ses contraintes. Par ailleurs, il fallut du temps au service créé en 1889 pour s’implanter et s’ériger en autorité cartographique pour les colonies, d’autant que les crédits dont il disposait étaient limités.

Établir les connaissances, fournir les preuves, détenir les orignaux

  • 9 Des missions topographiques spécifiques ne seraient envoyées que dans le cadre d’un projet de voies (...)

13Du fait de sa fonction de centralisation des informations, le service géographique veut disposer des « croquis originaux qui sont la première source de renseignements » (Le service géographique et des missions, 1901). L’ampleur des coûts le fait cependant reculer devant l’envoi de missions topographiques, qui émaneraient directement de sa propre autorité9, à l’instar du « bureau topographique des troupes de l’Indo-Chine » ou de celui du Corps d’occupation de Madagascar. De ce fait, il doit se résoudre aux documents originaux, dans leurs lieux de production.

14En Afrique occidentale, cinq missions topographiques avaient accompagné les colonnes militaires au Haut-Sénégal et Haut-Niger entre 1880 et 1888 puis cette pratique avait cessé. Le bureau topographique venait d’être démantelé au Soudan mais un service de ce type existait à l’échelle de l’AOF ; le service géographique métropolitain pouvait donc y avoir recours.

  • 10 Expression employée in La carte de l’empire colonial français, 1931, p. 156.
  • 11 Journal du Soudan, op.cit., p. 148. Il se trouve alors à Faranah.

15Ce nouveau service, aux compétences sans cesse élargies sur le papier, semblait partir du postulat que la « cartographie coloniale »10, digne de ce nom, était pratiquement inexistante à sa fondation. Il devait donc imposer ses normes, sa conception de la science. Ceci passait par la remise en cause des acquis antérieurs, auxquels il devait apporter son aval afin qu’ils soient validés. Il contestait ainsi les formes de savoir accumulées sur le terrain mais non cautionnées d’en haut. Cette attitude va de pair avec le souhait que les agents collecteurs d’informations topographiques (militaires en tournée, commandants de cercle), reçoivent une formation minimale dans ce domaine, alors qu’ils sont souvent dépourvus des instruments de mesure nécessaires. Émile Dussaulx laisse un témoignage intéressant de cette pratique au jour le jour, qu’il cumule avec bien d’autres tâches car il est « instructeur, mais avant tout, architecte, jardinier, cuisinier, topographe »11. Cette dernière activité ne semble pas le passionner :

  • 12 Idem, p. 127, 26 août 1894.

Je passe mes journées à fabriquer des itinéraires par renseignements : impossible de me déplacer deux jours de suite. Cette occupation n’a rien d’intéressant, et je la considère comme la corvée la plus ennuyeuse de toutes celles auxquelles je suis assujetti12.

16Par contre il pallie son manque d’intérêt évident et de savoir-faire par le recours aux compétences locales :

  • 13 Idem, p. 114, 10 août 1894.

Ces gens-là [les chefs de province du Oullada, du Sankaran...] connaissent admirablement le pays et je les emploie à compléter par renseignements les documents topographiques du poste que je ne puis compléter moi-même, ne pouvant me déplacer un seul jour13.

La « carte de la Guinée française »

Le projet : des besoins localisés à « la plus grande France »

  • 14 1901, Guinée française, p.86-88 : « carte générale de la Guinée française (en préparation) ».

17Dans ce contexte nouveau de souci cartographique, la Guinée figure en bonne place après le Soudan sillonné par les expéditions militaires. Alors que la mainmise n’est pas encore achevée et que les territoires n’ont pas encore leur statut définitif, il fut décidé d’établir « une carte complète de la Guinée française au l/500000ème qui résumera les travaux de toutes les missions qui ont exploré la colonie depuis une dizaine d’années. [...] Ces documents sont assez complets pour permettre d’établir une carte générale sinon définitive, du moins très satisfaisante et reproduisant exactement les progrès très rapides qui ont été faits, au point de vue géographique, dans la Guinée française, sous la direction de M. le Gouverneur Ballay »14.

18L’extension des connaissances géographiques était assimilée à des progrès au même titre que la bonne gestion coloniale dont on félicitait l’autorité coloniale suprême de la Guinée. On en reportait en effet le mérite sur le premier lieutenant-gouverneur Ballay (1890-1900), déjà glorifié du titre de fondateur de Conakry. L’élaboration de la carte étudiée s’étendit de 1895 à 1902, période pendant laquelle la colonie de la Guinée connut de grandes modifications administratives.

19Principales étapes de la constitution du territoire de la Guinée française :

1893

Création de la Région Sud du Soudan ; constitution de la colonie de la Guinée française ayant le protectorat nominal sur le Fouta Djalon ; création des postes forestiers de Beyla et Kissidougou

1895

Annexion du cercle de Faranah

1896

Conquête militaire et mainmise sur le Fouta Djalon

1899

Rattachement de la Région Sud du Soudan (créée en 1893 et dépendant du Soudan) à la Guinée

1899

Création des postes de Sampouraya, Diorodougou (zone forestière) ; Région militaire dans le N’Dama et la zone Coniagui (nord-est de la Guinée)

1905

Création de la Région militaire en zone forestière.

  • 15 CAOM, sgeocol 10, dossier « Lt Millot Carte de la Guinée française au 1/500 000e, 1896 » ; voir not (...)
  • 16 En juin 1901, sa mission est prolongée jusqu’au 1-1-1902.

20Le projet de carte de la Guinée est lancé en 1895, alors que le service géographique du Ministère des colonies se trouve sous la direction de Camille Guy, son premier chef (1895-1898). Le travail est confié au capitaine (puis lieutenant) Millot, assisté d’A. Meunier, dessinateur auxiliaire au service hydrographique du ministère de la Marine15. Ce dernier assura laborieusement l’achèvement de la carte et c’est son seul nom qui figure sur le document final16.

  • 17 CAOM, sgeocol 10, note du 23-2-1897 du Ministre des colonies, Secrétaire général, Service géographi (...)
  • 18 CAOM, sgeocol 10, dossier « Meunier et Millot », Guinée française, lettre du 15-11-1898 du Ministre (...)
  • 19 CAOM, carte AF 1407, carte en mauvais état, sans échelle ou légende, au 500 000e, en 4 feuilles : q (...)

21Millot avait une expérience non seulement de l’Afrique en général, mais directement de la Guinée car il avait participé à plusieurs colonnes militaires et missions (colonne Briquelot en 1893, mission de délimitation de la frontière en 1895/96, puis seconde mission de l’ingénieur Salesses en 1897/98). À l’automne 1895, il avait esquissé une carte de la Guinée, publiée en 1896, qui résumait tous les travaux antérieurs mais dont certaines données furent remises en question par des levés ultérieurs. Il obtint de rectifier la carte en fonction des nouvelles informations. Afin de la mettre à jour, il fut détaché du département de la Marine au service géographique, ce qui suppose des tractations entre divers ministères car la colonie de Guinée devait lui payer un complément de solde17. La carte n’étant toujours pas achevée, son détachement fut renouvelé à plusieurs reprises18. Finalement la carte fut publiée en 1901 (1ère feuille) et 1902, par la maison Andriveau-Goujon, Henry Barrère, éditeur-géographe, à Paris, 21 rue du Bac. Cet éditeur est fréquemment sollicité pour la publication des cartes de l’Empire. L’échelle adoptée était le 1/500 000e, une assez petite échelle. Des états antérieurs existent, témoignant des dernières étapes de cette vaste entreprise, avant la décision de l’édition proprement dite19. Le résultat de ce long travail est une vaste carte d’environ 1m20 sur 1m90, couvrant une surface de plus de 550000 km2.

  • 20 Le service géographique et des missions, op. cit., 1901, p. 86-88.

22Des cartes partielles de cette zone avaient déjà été réalisées car il s’agit d’une région qui « touche à la fois à la Guinée française, au Soudan et à la Côte d’Ivoire, et vers laquelle convergent nos efforts d’expansion »20. Elle était en effet au coeur des zones convoitées. Ces cartes mettaient à profit les croquis et itinéraires accumulés depuis des décennies mais le ministère était conscient de leurs faiblesses et de la pénurie de documents cartographiques sur la Guinée :

  • 21 Idem, lettre citée du 4-10-1898.

Il n’existe sur cette colonie que des cartes à petites échelles comprises soit dans des cartes générales de l’Afrique, soit dans des cartes du Sénégal et du Soudan. Encore ces documents contiennent-ils d’importantes lacunes, notamment dans la région qui avoisine le massif du Fouta Djallon21.

23Existaient notamment une carte du Soudan français datant de 1893, comprenant les régions de Benty, Falaba, Timbo, Boké, Siguiri, incluses plus tard dans la Guinée française, dressée par le lieutenant Fortin de l’infanterie de Marine et l’administrateur Estrabon, ainsi qu’une carte des régions méridionales de la Guinée et du Soudan français (1894). Elle s’inséraient dans l’initiative prise par le Service géographique de l’armée qui avait lancé, à partir de 1886, la réalisation d’un ensemble de cartes au 1/2 000 000ème qui devait couvrir toute le continent africain, du Nord au Sud. Numérotée de 1 à 62, la série fut achevée en 1900 ; elles comportaient de nombreuses cartouches avec des villes. La Guinée était répartie sur deux feuillets (23 et 24).

24L’ambition était donc à la fois d’élargir considérablement la zone concernée et de viser à l’exhaustivité en accumulant tous les témoignages existants.

  • 22 Il fut par la suite professeur de géographie coloniale à Sciences Po et participa à la Géographie i (...)
  • 23 De manière générale, voir O. GOERG « The French Provinces and Greater France », in T. Chafer et A. (...)

25Au-delà des besoins de l’administration coloniale, centrale ou locale, se marque un souci de diffusion de la connaissance de l’Empire parmi un public plus large. Comme divers documents de ce type, la carte était également conçue dans l’optique de l’exposition de 1900, pour le pavillon de la Guinée mais aussi en vue de la réalisation de l’Atlas des colonies françaises, en préparation sous la direction de Paul Pelet, professeur de géographie à l’École des sciences morales et politiques22. Dans l’effort de propagande de la troisième République, la cartographie joue un rôle non négligeable pour fixer mentalement la répartition des espaces et notamment l’idée des « tâches roses » de l’Empire23.

26Alors que le service géographique est encore embryonnaire et que des informations renouvelées invalident constamment les connaissances passées, comment s’élabore le processus cartographique ? Comme cela a été dit, celui-ci s’étendit sur plus d’une décennie du fait de la nécessité d’incorporer constamment de nouvelles données mais aussi des difficultés pratiques liées à la centralisation à Paris de pièces éparses, existant souvent en exemplaires uniques. Il fallait donc assurer la collaboration entre différents services, en France et en Afrique, et mettre à profit différents niveaux de compétences. L’opposition ne se joue pas tant ici entre une géographie en chambre et des voyageurs producteurs d’informations mais plutôt entre diverses formes de savoir : savoir du terrain, savoir technique, savoir livresque, savoir militaire, savoir administratif.

27De plus, la confrontation principale ne se situe pas, ou pas seulement, entre projection imaginaire et connaissance attestée/savante mais par rapport à futilité du renseignement dans le contexte de la conquête et du partage colonial en cours. Comment figurer par exemple le vaste empire de Samori Touré contre lequel la lutte, amorcée implicitement dès 1886, ne s’achève qu’avec son arrestation et sa déportation en 1898 ? Comment représenter des espaces non contrôlés comme la zone des Coniagui limitrophe du Sénégal ou la région forestière ? En fait, la réponse est simple : les données politiques africaines sont gommées dans ce contexte de conquête, même si celle-ci est encore inachevée. Par ailleurs, de quelles informations dispose-t-on pour les colonies voisines ? Les archives ne mentionnent par exemple aucune coopération ouverte en matière de cartographie avec la Grande-Bretagne même si la légende note, sans plus de précisions, le recours à des cartes britanniques. On ne trouve trace d’aucun échange de courrier ou demande d’informations supplémentaires.

Un processus laborieux : la collecte des informations

  • 24 CAOM, sgeocol 10, lettre du Gouverneur de Guinée du 18-7-1895 au Ministre des colonies. Il s’agit d (...)

28Les lourdeurs de la réalisation de cette vaste carte ne peuvent se comprendre sans être remises dans le contexte des relations concrètes entre la métropole et l’Afrique, et dans celui de pénurie de la documentation. Les diverses colonies concernées par la zone cartographiée sont sollicitées pour envoyer en France les documents à leur disposition, tandis que le Service géographique suscite la collecte de certaines informations, comme des noms de village, par les commandants de cercle. Mis à part le temps pris par l’acheminement des courriers, se pose le problème de l’absence de moyens de reproduction. Les administrations doivent donc se défaire d’exemplaires uniques, précieux dans la marche de leur gestion au quotidien. Ainsi le gouverneur de Guinée transmet les renseignements demandés mais précise qu’il n’a qu’un exemplaire de la carte et demande qu’on la lui renvoie vite. Il s’agit d’un tracé routier très précis24.

29À la fin de l’année 1898, le Ministère des colonies demanda au Gouverneur général et aux gouverneurs de la Guinée et du Soudan divers documents, à savoir précisément les itinéraires :

  1. de Lambert de Boké à Timbo et Bakel (1864),

  2. de Levasseur de la Gambie au Labé et à Sedhiou (1898),

  3. d’Audéoud-Radisson de Siguiri à Benty (1888),

  4. de la mission Briquelot, Aymerich, de Dubréka au Soudan par Timbo (1889),

  5. du Lt Maritz et autres dans le Dinguiraye,

  6. de Bailly de la Falémé à Timbo et retour (1896),

    • 25 Idem, lettre de Millot du 8-12-1898 au chef du Service géographique : demande une liste de document (...)

    ainsi que les cartes du cercle de Satadougou et les levés exacts dans le Gabou25.

  • 26 CAOM, sgeocol 10, lettre du 11-2-1899 au Service géographique ; il s’agit des levés du capitaine Ke (...)
  • 27 CAOM, sgeocol 10, courrier du 2-12-1898.

30Cette énumération montre une connaissance détaillée des certains documents existants mais ne doit pas faire illusion car elle peut en méconnaître d’autres. Ainsi, la colonie du Soudan envoya effectivement les documents demandés concernant la frontière de la Guinée : no 3 accompagné d’un journal de marche, no 4 comprenant deux cartes et no 7 (Lt Lebrun, 2 cartes). Le gouverneur ajoutait toutefois qu’il disposait d’autres pièces mais quelles seraient longues à copier26. De son côté, le Ministère de la marine envoie les cartes des côtes demandées (îles de Los à Sherbro de février 95, carte des rivières Dubréka et Pongo, rade de Conakry)27.

  • 28 CAOM, sgeocol 10, courrier du 8-12-1900, Ministère des colonies, 1er bureau au Secrétariat général (...)
  • 29 Idem lettre du 27-11-1901, Gouverneur de Guinée au Service géographique et des missions, en réponse (...)

31Jusqu’à l’extrême limite, des demandes de documents sont faites. Ainsi, en décembre 1900 sont sollicités les documents établis par le capitaine Paÿn, chargé de la délimitation de la frontière entre la Guinée française et portugaise, « ces documents pouvant intéresser le Service géographique au moment où se termine la carte au 1/500000e de la Guinée française »28. Ces informations figurent effectivement dans la liste des sources. Par contre, « pour la partie la plus délicate c’est-à-dire la frontière libérienne », l’administration guinéenne ne put envoyer d’autres documents car les archives du poste de Beyla furent détruites par un incendie en 190029.

  • 30 sgeocol 10, lettres de juin 1901 (mission de délimitation avec la Guinée portugaise, itinéraire de (...)
  • 31 Idem, courrier du 6-8-1901 au Gouverneur de la Guinée.

32En 1901 encore, des documents circulèrent. En juin, le gouverneur de la Guinée envoie « des documents supplémentaires pour la confection de la carte de Guinée » et en septembre « le levé du cours du Tinkisso si cela est encore utile à Meunier »30, tandis que le service géographique est alors « à la recherche de documents concernant les anciens cercles du Soudan : cahiers d’itinéraires au 1/100000ème des cap. Franceries et de Marnier, lt PInchon et Raymond, et tous les levés dans les cercles de Siguiri, Kouroussa et Kankan »31.

33Il s’agit donc d’un processus sans fin mais qu’il faut bien interrompre à un moment donné pour décider de publier la carte même si ses concepteurs sont très scrupuleux et cherchent à intégrer les informations les plus récentes disponibles, bref à publier la carte la plus proche de leur « vérité ».

Toujours sur le métier, remettre la carte

34Ces informations, collectées avec peine, sont parfois périmées à peine obtenues. Plus que les contraintes techniques qui présidèrent à sa confection, c’est la conscience de son dépassement au moment même de sa publication qui explique son achèvement sans cesse repoussé. Cette réalité est perçue à la fois par les responsables de la cartographie et par les autorités coloniales qui s’efforcent de mettre à jour les renseignements. Ainsi, en 1896, Millot, conscient des erreurs figurant sur la carte en cours, demande qu’on en repousse le tirage afin d’attendre le retour de la mission de délimitation de frontière guinéo-sierra leonaise. Sa position est nette :

  • 32 CAOM, sgeocol 10, lettre du cap. Millot du 14-2-1896, envoyée de Guinée, à C. Guy chef du Service g (...)

Chaque jour amène de nouvelles découvertes (erreurs ds la position des villages frontières (sic), tracé des routes, cours des rivières, et surtout, ce qui est plus grave dans la position des coordonnées géographique.
Il serait par conséquent absurde de dépenser beaucoup pour une carte fausse et « surtout de mettre notre nom au bas d’un document inexact »32.

  • 33 Idem, note du 22-3-1897 pour la Direction de l’Afrique.

35La colonie de Guinée a pour sa part à coeur de diffuser les résultats des différentes colonnes qui ont opéré en 1896 lors de la campagne militaire dans le Fouta Djalon et contribuer ainsi à la rectification des données33.

  • 34 Lettre du 2-10-1899 de Millot au Gouverneur de Guinée.
  • 35 Lettre du 14-12-1899 du Ministre des colonies au Service géographique : transmet le courrier du gou (...)

36Malgré ce souci de mise à jour constante, s’impose la nécessité de faire des cartes, mode de légitimation de la présence coloniale. On constate donc une sorte de cercle vicieux car on remet à plus tard la publication afin que les informations de la carte soient valides alors que celles-ci se renouvellent sans cesse. La version finale ne peut donc être qu’un état de la question, intrinsèquement transitoire. Le décalage constant entre les informations explique la durée de confection de cette carte, Millot repoussant constamment l’achèvement. Ainsi à la fin de l’année 1899, il affirme avoir besoin de deux mois au maximum pour finir le report des travaux de l’ingénieur Salesses et transposer les données du Dr. Maclaud qui allait lui confier ses divers carnets d’itinéraires dans le Fouta et une partie du Dinguiraye34. En fait, ce n’est pas Millot qui acheva la carte ; d’ailleurs, malgré les souhaits du Ministère et l’irritation du Gouverneur de la Guinée qui s’inquiète de son état d’avancement, celle-ci ne fut pas prête pour l’exposition de 190035.

Des enjeux contradictoires

37La carte de la Guinée française, élaborée entre 1896 et 1902, fourmille d’informations mais cherche encore sa vocation. Elle propose non seulement des données topographiques et géographiques mais aussi administratives et économiques sans que l’on puisse vraiment discerner quelles furent les priorités des concepteurs de la carte et quel type de carte ils voulaient établir car les objectifs se modifièrent au fil des ans, au-delà de la fonction évidente de localisation.

Une carte entre deux siècles : entre itinéraires et volonté de cartographie scientifique

38La légende énumère précisément les sources utilisées, qui tiennent lieu de preuves. Elle sépare les « levés », encore peu nombreux, et une quarantaine d’itinéraires, sans compter de manière vague la mention de « cartes marines françaises et anglaises » et de « cartes officielles » :

39« D’après les levés de MM. Les capitaines Salesses, Passaga et Millot et les itinéraires de MM. Alby, Cne Audéoud, Bayol, de Beeckmann, Bonassiès, P. Bonne, Lt Bransoulié, Cne Briquelot, René Caillé (sic), Lt Calistri (?), Lt Chasles, Cne Dauvilliers, Cne Desdouis, Lt Dhotal, Duchange, Lt Dutheil de la Rochère, Goldsbury, Hecquard, Lt de Vaisseau Hourst, Ct de Lartigue, Lt Lambert, Lt Lebrun, Cne Lenoir, Lt Leseurre, Cne Levasseur, Maclaud, Madrolle, G. et P. Maritz, Mollien, Noirot, G. Paroisse, Cne Payn, Lt Pinchon, Lt Plat, Cne Péroz, Lt Reichemberg, Cne Vallière, Lt de Vau Vallon, Cne Valentin, Lt Woelffel, Zweifel et Moustiers, etc ; les cartes marines françaises et anglaises et les cartes officielles ».

40Si l’on compare cette liste avec les documents demandés ou disponibles, on constate qu’un choix a été opéré parmi eux lorsque les informations reportées n’étaient plus considérées comme fiables ou utiles. Certaines cartes sont donc écartées comme celle de Lambert (1864) ou celle de la région Nord du Soudan dressée par le lieutenant Régnier en 1896.

41Les données compilées s’étendent sur pratiquement un siècle, allant des années 1820 – le plus ancien itinéraire est celui de René Caillié (1824-28) – au début du XXe siècle, mais se concentrent surtout, de manière évidente, sur la deuxième moitié du XIXe siècle. Il s’agit essentiellement de militaires comme le souligne le service géographique de l’armée :

  • 36 La carte de l’empire... op.cit., 1931, p. 156.

...mais ce sont surtout les explorateurs militaires français, les Monteil, les Binger, les Foureau, les Marchand qui, malgré les fatigues et les dangers supportés, ont dressé les premiers l’inventaire géographique des pays traversés sous la forme de croquis, itinéraires et cartes36.

  • 37 On trouve par exemple « carte de Levasseur d’après X » puis, plus tard, une carte établie d’après L (...)

42S’y ajoutent certains voyageurs-explorateurs, comme R. Caillié, des commerçants, tels Zweifel et Moustiers (trajet effectué en 1879-1880) dont l’objectif, et donc les informations notées, peuvent varier. Le souci de l’exactitude topographique n’est pas forcément leur priorité et leurs compétences techniques peuvent être rudimentaires. La carte s’avère alors le résultat d’un processus de compilation, accumulation et, éventuellement, vérification : on remet en cause les connaissances antérieures, on opère un tri en ne conservant que les éléments attestés par plusieurs sources. Les cartes établies d’après des itinéraires résultaient souvent elles-mêmes de la combinaison d’un travail de première main, de collecte directe sur le terrain et de l’exploitation cumulative de travaux antérieurs, dont les sources n’étaient pas toujours précisées37.

  • 38 Voir les réflexions de M. de Certeau sur les pratiques et représentations de l’espace, notamment ch (...)

43La notion d’itinéraire est ici centrale car, au nombre de quarante environ, ils constituent l’essentiel des sources. L’itinéraire exprime un choix38, et donc des exclusions, dans le cadre des contraintes et des aléas des voyages ou des campagnes militaires. Il traduit le trajet parcouru sous forme de ligne ponctuée par des points clairement identifiés : villages, lieux dits, rivières... Comment, dans ce cadre mental, est vu l’espace se trouvant de part et d’autre de la ligne ? Comment est-il conçu cartographiquement ? Le tracé est en effet parfois bordé, selon une profondeur plus ou moins importante, par une bande où figurent des informations complémentaires. Celles-ci découlent soit directement de brefs déplacements rayonnants de l’auteur à partir d’un point donné, soit indirectement d’enquêtes menées auprès des habitants de la contrée. Seule une confrontation minutieuse entre les divers itinéraires, les écrits décrivant l’expédition et la carte exploitant les données permettrait de saisir les mécanismes de sélection, à la fois dans la constitution de l’itinéraire originel et dans sa duplication plus ou moins fidèle.

  • 39 Introduction de J. Schmitz (ed) du livre de Shaykh Muusa KAMARA, Florilège au Jardin de l’histoire (...)

44Fonctionnant selon le principe des itinéraires, la carte ne peut éviter le contraste entre les vides et les pleins qui marque visuellement le lecteur. Sans aller aussi loin que certaines pratiques plus anciennes, uniquement basées sur un ou des itinéraires, qui aboutissent au fait que « les villages n’existent qu’à condition de border le réseau hydrographique »39, on constate une nette opposition entre les régions sillonnées et les autres. D’un côté, abondance de mentions de villages, de l’autre espaces vides. Cette impression visuelle ne renvoie pas forcément à des écarts d’occupation humaine mais à la précision des informations recueillies le long des trajets. Ceci est net pour la partie de la Sierra Leone représentée sur la carte, pour laquelle ne figurent que les routes et quelques itinéraires (pas de cote d’altitude par exemple). Les « blancs de la carte » recouvrent donc des choses diverses que seule une étude très détaillée région par région peut dévoiler, en partant de l’idée-force que le « blanc », dans la lignée de d’Anville, n’est pas aveu de faiblesse mais d’honnêteté, car c’est lui qui légitime les autres données. Il a donc une valeur heuristique en dévoilant les lacunes, les espaces à découvrir et en affirmant au contraire la mainmise sur les zones dénommées et circonscrites, acte fondamental en cette période de conquête.

Un genre mêlé : ni carte géographique, ni carte administrative, ni carte économique

45Cumulant des sources variées, la carte de la Guinée française fourmille de renseignements. Puisant ses données dans maints itinéraires, mais faisant aussi appel aux ressources de l’administration coloniale, elle concentre des informations diverses qui se rattachent à divers registres : géographique, politico administratif, technique, économique, ethnographique.

  • 40 Il s’agit d’éléments figurant sous cette forme dans la légende.

46Les données géographiques indiquées semblent essentiellement utilitaires : le relief proprement dit, notamment les montagnes, marquées en ombré, sont en effet peu visibles et ne constituent donc pas une priorité du dessinateur même si la carte est parsemée de cotes d’altitude. Ainsi, le massif du Fouta Djalon qui trône théoriquement au milieu de la carte et atteint les 1500 mètres, ressort avec peine. Le relief ne semble pas – ou plus – être considéré comme un obstacle à la circulation et à l’occupation. Est signalée par contre avec soin la présence de « Chute, Rapide » et surtout de « Banc de sable ; Lignes de fonds dans la mer »40, informations indispensables pour les navigateurs qui abordent cette côte difficile d’accès. En général les bateaux européens devaient recourir à des marins locaux pour accoster à cause de la dangereuse barre, forte houle littorale.

47Les voies de communications sont précisément notées (« Chemin de fer en exploitation », « Chemin de fer en construction » et « Route »). Toutefois l’emploi de la même teinte (un rouge plus ou moins soutenu) pour « Itinéraire parcouru », « Iinéraire tracé par renseignements » et « Route » rend la lecture difficile car les tracés se confondent souvent. Cela correspond bien sûr en partie au fait que les voyageurs suivaient les axes de communication existants.

  • 41 CAOM, sgeocol 10, lettre du 13 mars 1901 au Gouverneur de Guinée demandant l’envoi des informations (...)
  • 42 Journal du Soudan, op.cit. p. 139.

48Figurent également les signes extérieurs de l’appropriation de l’espace par la mainmise coloniale : les centres du pouvoir colonial (le chef-lieu de la colonie et les divers chefs-lieux de cercle), la territorialisation coloniale à travers le découpage administratif (limites de colonie et de cercle, frontières internationales) et la toponymie (appellation des cercles et des provinces, ici prises au sens de sous-ensemble régional ayant perdu son contenu politique). Se trouvent ainsi indiqués certains équipements marquant une autre forme de contrôle de l’espace par les colonisateurs : les moyens de transmission modernes des informations à savoir « Ligne télégraphique », « Ligne télégraphique projetée », « Bureau télégraphique » ainsi que la ceinture de « Postes de douane ». Ces ajouts ont été faits tardivement, au printemps 1901 c’est-à-dire au cours de la dernière année de confection de la carte, à la demande de C. Guy41. En route entre Kankan et Faranah, Dussaulx notait d’ailleurs en septembre 1894 sa participation à cette tâche : « je lève la future ligne télégraphique, ce qui enlève du charme à ma promenade »42.

49La présence sur la carte du réseau télégraphique et douanier en modifie le sens et fait de ce document à la fois un bilan et un instrument de la mainmise coloniale. Ils signifient clairement à autrui, en l’occurrence les puissances européennes, les marques de la domination française tout en véhiculant des informations utiles à d’éventuels investisseurs.

  • 43 Pour toutes le questions concernant la conquête, les structures administratives et l’organisation é (...)

50À l’inverse de ces précisions, les données économiques proprement dites sont limitées à la mention de quelques « Factoreries » et « Village de culture », auxquels s’ajoutent des « Ruines », terme dont le sens n’est pas indiqué. S’agit-il d’anciens dépôts de la traite des esclaves, de forts abandonnés, d’anciennes murailles ? Leur nombre limité et la faible lisibilité de ces informations (Fie, V.C. et Rne) les rend de fait peu utiles. Ainsi il faut réellement scruter la carte pour trouver les V.C. Ceux-ci sont nombreux dans le Fouta-Djalon où ils doivent correspondre effectivement au « runde », lieu d’habitation des esclaves chargés du travail agricole, mais on en trouve aussi de manière éparse en Guinée forestière ainsi qu’un vers Benty, dans la Mellacorée. Il pourrait être question dans ces cas-là de villages de liberté instaurés, ponctuellement, par les colonisateurs. Aucune explication ne figure toutefois dans les dossiers consultés, permettant de comprendre les choix des informations figurant sur la carte. De même, le terme de « factorerie » n’est pas explicité ; or, il est évident que les mentions ne recouvrent pas tous les lieux de commerce existant en Guinée : elles semblent renvoyer à d’anciens points de traite, notamment dans les Rivières du Sud43. Elles mettent en évidence le processus de sédimentation des données car le terme est de moins en moins employé au début du XXe siècle, ce qui exprime la mutation du commerce colonial.

  • 44 Idem, lettre du 10-2-1896 de la maison Andriveau-Goujon, Heny Barrère, éditeur géographique, 4 rue (...)

51La seule rubrique de type ethnographique est le « Nom de Peuplade ». Notées en majuscules comme les « Noms de Province », à la même taille mais en italiques, ces informations sont souvent masquées par d’autres. Il en va de même pour d’autres informations et la carte s’avère parfois difficile à décrypter. Ainsi, même si la légende distingue les « Centre important », « Village » et « Village de culture », les plus petits villages y figurent au même titre que les centres urbains moyens. Le premier devis, établi en 1896, évoquait l’idée d’agrandir au 250000e la partie Sud très surchargée, comportant la ville de Conakry et son arrière-pays, zones les plus parcourues et connues ; et de mettre en cartouche le plan du chef-lieu44. Cette possibilité ne fut pas évoquée par la suite.

  • 45 Idem, lettre de H. Barrère au Service géographique du 5-2-1901 : le devis s’élève à 585 F. pour 500 (...)
  • 46 CAOM sgeocol 7 : exemple de la diffusion de la carte du Soudan de 1894.

52Au total, la « carte de la Guinée française » pâtit de ces ambitions contradictoires : couvrir un très vaste espace et pourtant nommer précisément de petits villages. Cette démarche paradoxale aboutit à la superposition et la juxtaposition de renseignements multiples, que les techniques cartographiques de l’époque et les contraintes financières ne permettent pas de hiérarchiser de manière lisible. Ainsi, pour des raisons de coût et de modes de reproduction, la carte fut éditée en quatre couleurs seulement : noir pour les lettres, bleu pour l’eau, rouge pour les itinéraires et bistre pour les montagnes. La carte, ainsi élaborée et éditée en quatre feuilles en 1901/190245, reste toutefois un exemple imposant, par sa taille et la densité des informations, de la cartographie du xixe siècle finissant. Sa diffusion fut assurée par la maison Andriveau-Goujon, avec laquelle traitait le ministère des Colonies46. Elle fut envoyée aux sociétés de géographie, aux investisseurs potentiels, aux ambassades... Les divers accusés de réception et remerciements prouvent l’intérêt apporté à un tel document.

  • 47 CAOM, sgeocol 10, lettre du 10-12-1903 du Gouverneur de la Guinée au Ministère des colonies : envoi (...)
  • 48 La carte de l’empire... op.cit., 1931, p. 158.
  • 49 Idem p. 159 : ceci transcrirait la volonté du gouverneur général Roume lors de la création du servi (...)

53Toutefois la publication ne met pas un point final à la réflexion cartographique : dès le tirage effectué, des additifs et corrections à introduire sont envoyés à l’éditeur et des modifications effectuées47. Le processus reste donc par essence inachevé même si le rythme de l’accumulation des données se ralentit : « La période intensive de l’exploration en AOF peut être considérée comme close à la fin du xixe siècle »48. Un tournant est effectivement pris. Cette carte représente une des dernières cartes par itinéraires, citant scrupuleusement ses sources, une tentative d’extrapolation de cette technique à une échelle rarement utilisée auparavant. Il fallait désormais « ...entreprendre sans retard les travaux destinés à doter l’AOF d’une carte définitive, appelée à remplacer les cartes par itinéraires et renseignements existant jusqu’à ce jour »49. Les cartes seraient élaborées uniquement par relevés et réalisées à des échelles plus précises, comme l’Atlas des cercles de l’AOF publié par le Gouvernement Général dans les années 1920. Cette ambition privilégiant une nouvelle forme de technicité semble toutefois gommer tous les acquis antérieurs sans lesquels les cartes du xxe siècle n’auraient pu être réalisées.

54En conservant un mode de représentation mixte par le refus de délaisser certaines informations et de choisir une thématique dominante, la « carte de la Guinée française », une des dernières de son espèce, met en évidence un certain état du rapport à l’espace africain nouvellement conquis. Son objectif n’était pas seulement et strictement la transposition des données les plus récentes et les plus sûres, que l’on veut vérifier et représenter selon les canons européens, mais l’expression de la marque d’une domination politique.

Extrait de la Carte de la Guinée française dressée par A. Meunier, Service géographique et des missions, 1905.

Notes

1 Journal du Soudan (1894-1898), p. 127 et 140, texte édité et annoté par Sophie Dulucq, L’Harmattan, 488 p., 2000. Envoyé dans le Soudan en cours de conquête, il servit un temps comme commandant du cercle de Kouroussa.

2 Voir Archives Nationales du Sénégal, ANS, série 4 F 1 (versement 14) : Note sur la frontière Guinée-Sierra Leone, par le chef du service géographique du Gouvernement général, mars 1929 (fait l’historique). Renseignements coloniaux, no 3, mars 1914, p. 125

3 T. Basset, « Cartography and Empire Building in Nineteenth West Africa », Geographical Review, 1984, p. 316-335, vol. 84, no 3. M. Mbodj, « So Geographers in Africa Maps with Savage Pictures Fill Their Gaps ». Representing Africa on Maps », p. 37-58, Contested Terrains and Constructed Categories. Contemporary Africa in Focus, G.C. Bond et N.C. Gibson (eds), Westwiew Press, Boulder, 2002. Isabelle Surun, « Explorateurs et géographes. La construction des savoirs géographiques sur l’Afrique occidentale, fin xviiie-fin xixe siècle », Thèse EHESS, 2003, (voir article infra).

4 Cette mise en doute et vérification des connaissances antérieures est constante depuis la fin du xviie siècle au moins ; voir par exemple le travail de CA Walckenaer, Recherches géographiques sur l’intérieur de l’Afrique septentrionale, 1821, comprenant l’Histoire des Voyages entrepris ou exécutés jusqu’à ce jour pour pénétrer ds l’intérieur du Soudan ; l’exposition des Systèmes géographiques qu’on a formés sur cette contrée ; l’analyse de divers itinéraires arabes pour déterminer la position de Timbouctou ; et l’examen des connaissances des anciens relativement à l’intérieur de l'Afrique, Paris, chez Arthus Bertrand.

5 Centre des Archives d’Outre-Mer (CAOM), Aix-en-Provence, Service géographique des colonies (ci-après : sgeocol) voir surtout les cartons 1 (Généralités) – 7 et 8 (Soudan) et 10 (Guinée) pour l’étude de la carte de Guinée. Voir aussi l’inventaire des Cartes et Plans (CP 3).

6 Il est signé du sous-secrétaire d’État aux colonies, Roger de la Porte (février 1888/février 1889).
Le service géographique et des missions, Historique-Organisation-Publication par G. Antony, 1901, Imprimerie Crété et L’Arbre, Levallois-Perret, 1901, 128 p. La carte de l'empire colonial français, Ministère de la guerre, Service géographique de l’armée, 1931, Paris, G. Lang imprimeur. CAOM, sgeocol, cartons 1-7-8 et 10.

7 Ces indications figurent dans Hommes et destins. Dictionnaire biographique d’Outre-Mer, ACCT-Académie des Sciences d’Outre-Mer, tome V, 1984, p.238-239 (notice de R. Cornevin) tandis que sur la carte publiée en 1901-1902 C. Guy est toujours mentionné comme chef du Service géographique.

8 Les étapes suivantes sont la constitution d’un Comité du service géographique en 1908 et finalement en 1941 la création de l’Institut Géographique National. Parallèlement, et à une autre échelle, un Service géographique fut créé en AOF ; il succéda au Bureau topographique de l’État-Major ; le nouvel organisme, rattaché aux TP, est créé par l’arrêté du 11-11-1903 ; en 1910 il devient une section du Cabinet militaire du gouverneur général.

9 Des missions topographiques spécifiques ne seraient envoyées que dans le cadre d’un projet de voies de communication.

10 Expression employée in La carte de l’empire colonial français, 1931, p. 156.

11 Journal du Soudan, op.cit., p. 148. Il se trouve alors à Faranah.

12 Idem, p. 127, 26 août 1894.

13 Idem, p. 114, 10 août 1894.

14 1901, Guinée française, p.86-88 : « carte générale de la Guinée française (en préparation) ».

15 CAOM, sgeocol 10, dossier « Lt Millot Carte de la Guinée française au 1/500 000e, 1896 » ; voir note du 23-2-1897 du Ministère des colonies, Secrétaire général, Service géographique et des missions au Gouverneur de Guinée.

16 En juin 1901, sa mission est prolongée jusqu’au 1-1-1902.

17 CAOM, sgeocol 10, note du 23-2-1897 du Ministre des colonies, Secrétaire général, Service géographique et des missions au Gouverneur de la Guinée, détachement effectif dès mars 1897 car il est en congé en France.

18 CAOM, sgeocol 10, dossier « Meunier et Millot », Guinée française, lettre du 15-11-1898 du Ministre des colonies au Secrétaire général, Service géographique et missions, rapport au Ministre sur la réunion du 4-10-98 ; idem du 4-10-1898 mentionnant la carte de 1896 et courrier du 24-9-1898 du Gouverneur de la Guinée qui donne son avis favorable. Idem, lettre du 14-10-1899, C. Guy à Millot : l’informe de son détachement au Service géographique jusqu’au 1-12 pour finir la carte (délai extrême accordé).

19 CAOM, carte AF 1407, carte en mauvais état, sans échelle ou légende, au 500 000e, en 4 feuilles : quart N-W signée Meunier (27-2-1901 ; quart S-W signée Meunier (29-11-1900) ; quart S-E (non daté) ; quart N-E signée Meunier (30-11-1901).

20 Le service géographique et des missions, op. cit., 1901, p. 86-88.

21 Idem, lettre citée du 4-10-1898.

22 Il fut par la suite professeur de géographie coloniale à Sciences Po et participa à la Géographie illustrée Bong, 1913, sous la direction d’Onésime Reclus, éd. Bong et Cie, Paris.

23 De manière générale, voir O. GOERG « The French Provinces and Greater France », in T. Chafer et A. Sackur (eds), Promoting the colonial idea : Propaganda and visions of Empire in France, Macmillan, 2001, p. 82-101.

24 CAOM, sgeocol 10, lettre du Gouverneur de Guinée du 18-7-1895 au Ministre des colonies. Il s’agit de la route de Conakry à Faranah, dessinée par le lieutenant Millot lui-même d’après ses itinéraires et d’autres ; elle comprend la descriptions en 21 étapes de la route de Dubréka à Senienta, de Conakry à Senienta (80 km environ) et de Senienta à Faranah par Ouossou.

25 Idem, lettre de Millot du 8-12-1898 au chef du Service géographique : demande une liste de documents se trouvant soit au Sénégal, soit au Soudan. Lettre du 20-12-98 du Ministre au Gouverneur général et au Gouverneur du Soudan pour demande de pièces ; même date au Gouverneur de la Guinée (demande spécifique des levés de Maclaud et Noirot dans le FD ainsi que des travaux récents que les commandants de cercle ont dû effectuer notamment le recensement des villages).

26 CAOM, sgeocol 10, lettre du 11-2-1899 au Service géographique ; il s’agit des levés du capitaine Kenner (?) Royal Engineers, British Commissioner, 1892, de divers croquis et itinéraires (cercle de Faranah (1893), idem, capitaine Brouet (1895), région de Faranah, Freetown, et Dubréca, lieutenant Millot (1896), Faranah-Kissidougou-Kankan (non signés, non datés), tracé de Konakry à Freetown, lieutenant Lagrange, carte de la Gambie du cap. Pineau).

27 CAOM, sgeocol 10, courrier du 2-12-1898.

28 CAOM, sgeocol 10, courrier du 8-12-1900, Ministère des colonies, 1er bureau au Secrétariat général du Service géographique.

29 Idem lettre du 27-11-1901, Gouverneur de Guinée au Service géographique et des missions, en réponse à la dépêche du 28-10-1901.

30 sgeocol 10, lettres de juin 1901 (mission de délimitation avec la Guinée portugaise, itinéraire de Liurette dans le Koïn en janvier et avril 1901, carnets d’itinéraires dans le cercle de Kissidougou) et du 26-9-1901.

31 Idem, courrier du 6-8-1901 au Gouverneur de la Guinée.

32 CAOM, sgeocol 10, lettre du cap. Millot du 14-2-1896, envoyée de Guinée, à C. Guy chef du Service géographique. Il évoque notamment les erreurs du cap. Levasseur dans la zone Faranah-Timbikoundo en précisant que sa compétence n’est pas en cause car il s’est servi de documents antérieurs variés d’officiers et d’explorateurs, notamment ceux de différentes colonnes (Combes, Dargelos, Briquelot...). Millot lui-même avait parcouru en 1893 diverses régions avec la colonne Briquelot mais il venait de reparcourir le trajet de Konakry à Timbi-Koundo (sic : 1 orthographe n’est pas fixée ; de même Faranah est souvent orthographié Fararna) et a pu vérifier les données erronées. Même démarche un an plus tard : lettre du cap. Millot du 17-2-1897 au Ministre des colonies : évoque les « nouvelles données [qui] ont été rapportées par la mission de délimitation des territoires de la Guinée française à laquelle j’appartenais, données exactes, et qui modifient sensiblement la carte en question, principalement dans les parties les plus intéressantes : cercle de la Mellacorée et de Farana, Fouta Djallon ». Voir aussi note du 23-2-1897 du Ministère des colonies, Service géographique et des missions au Gouverneur de Guinée.

33 Idem, note du 22-3-1897 pour la Direction de l’Afrique.

34 Lettre du 2-10-1899 de Millot au Gouverneur de Guinée.

35 Lettre du 14-12-1899 du Ministre des colonies au Service géographique : transmet le courrier du gouverneur Ballay du 24-11-1899 pour l’exécution d’urgence d’une carte de la Guinée devant figurer dans le pavillon de la colonie à l’exposition de 1900 : il fit prendre les mesures dans ce sens. Courrier du 30-5-1900 Ministère des colonies (1er bureau, directeur des Affaires d’Afrique) au Service géographique : Cousturier (gouverneur pi) signale l’inconvénient du manque absolu de carte pour la colonie.

36 La carte de l’empire... op.cit., 1931, p. 156.

37 On trouve par exemple « carte de Levasseur d’après X » puis, plus tard, une carte établie d’après Levasseur.

38 Voir les réflexions de M. de Certeau sur les pratiques et représentations de l’espace, notamment ch. IX « Récits d’espace » in L’invention du quotidien, tome I Arts de faire, Folio Gallimard, 1990 (1ère éd° 1980). L’itinéraire serait la marque d’un acte directionnel, la transcription d’un espace de la pratique.

39 Introduction de J. Schmitz (ed) du livre de Shaykh Muusa KAMARA, Florilège au Jardin de l’histoire des Noirs. Zuhur al-Basatin. L’aristocratie peule et la révolution des clercs musulmans (vallée du Sénégal), CNRS éd., 1998.

40 Il s’agit d’éléments figurant sous cette forme dans la légende.

41 CAOM, sgeocol 10, lettre du 13 mars 1901 au Gouverneur de Guinée demandant l’envoi des informations à ces sujets.

42 Journal du Soudan, op.cit. p. 139.

43 Pour toutes le questions concernant la conquête, les structures administratives et l’organisation économique, voir O. GOERG Commerce et colonisation en Guinée, 1850-1913, L’Harmattan, 1986, 431 p.

44 Idem, lettre du 10-2-1896 de la maison Andriveau-Goujon, Heny Barrère, éditeur géographique, 4 rue du Bac, à C. Guy ; celui-ci trouve que le coût est bien supérieur aux prévisions (lettre du 13-2-1896 au gouverneur de la Guinée).

45 Idem, lettre de H. Barrère au Service géographique du 5-2-1901 : le devis s’élève à 585 F. pour 500 exemplaires et 835 F. pour 1000. Décision prise en mars 1901 pour les feuilles 1, 2 et 3 et en octobre 1902 pour la 4e.

46 CAOM sgeocol 7 : exemple de la diffusion de la carte du Soudan de 1894.

47 CAOM, sgeocol 10, lettre du 10-12-1903 du Gouverneur de la Guinée au Ministère des colonies : envoi d’une carte pour « signaler les additions et corrections à apporter à la dernière carte de la Guinée fr. (feuille no 2) éditée en 1902 par la maison Barrère » ; ceci concerne notamment les tracés et les noms de cours d’eau. De nouveaux relevés complètent constamment les données : ainsi Maclaud, président de la commission française de délimitation avec la Guinée portugaise, transmet le tracé de la Pointe Cajet (1900) à la borne no 66 (1903) en avril 1904.

48 La carte de l’empire... op.cit., 1931, p. 158.

49 Idem p. 159 : ceci transcrirait la volonté du gouverneur général Roume lors de la création du service géographique de l’AOF en 1903.

Table des illustrations

Légende Extrait de la Carte de la Guinée française dressée par A. Meunier, Service géographique et des missions, 1905.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 487k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search