Version classiqueVersion mobile

Combler les blancs de la carte

 | 
Isabelle Laboulais

Troisième partie. Les blancs de la carte comme enjeux de conquête

Comment le Chaco devint blanc

Sébastien Velut

Texte intégral

«What’s the good of Mercator’s North Poles and Equators,
Tropics, Zones, and Meridian Lines?»
So the Bellman would cry: and the crew would reply
«They are merely conventional signs!
«Other maps are such shapes, with their islands and capes!
But we’ve got our brave Captain to thank:
(So the crew would protest) «that he’s bought us the best–
A perfect and absolute blank!»
Lewis Caroll, The Hunting of the Snark

1Pour un cartographe contemporain, le blanc est généralement un aveu d’impuissance que trahit dans la légende le peu glorieux « absence de données », ou de désintérêt pour l’espace concerné qui porte au mieux quelques indications de toponymie. En projetant ces conceptions sur des documents plus anciens, on risque fort de considérer les blancs qu’ils renferment comme autant de résidus destinés à disparaître avec les progrès de la connaissance, alimentant au mieux et temporairement l’imagination des candidats explorateurs. Les cartes blanches demeurent alors comme autant de bizarreries, telles cette planche d’un atlas féministe montrant les lieux de naissance des femmes ayant présidé les États-Unis, quelques feuilles soviétiques de la couverture à grande échelle de la Sibérie, ou bien encore la carte de la chasse au Snark, expurgée de tous les signes conventionnels qui compliquent la lecture des documents habituels.

2Ces plaisantes curiosités résultent pourtant chacune d’un projet précis et sont porteuses d’un sens et d’un discours sur les territoires et leurs représentations. Elles conduisent à penser que le blanc de la carte peut être non pas un résidu mais au contraire un aboutissement ou à tout le moins un moment d’une dynamique de production territoriale. Dans cette perspective, il faut s’interroger non seulement sur les conditions d’élaboration des cartes, sur leurs destinataires, sur les techniques employées comme invitait à le faire Brian Harley, mais aussi sur les espaces auxquels elles se réfèrent et sur le rapport entre la carte et son référent. Dans cette relation dialectique entre un espace et sa représentation graphique se joue autre chose qu’une indéfinissable exactitude ou une impossible adéquation : c’est la territorialisation qui est en jeu, appropriation intellectuelle et matérielle d’un espace par un groupe social mais aussi inscription sur une portion de la surface terrestre d’une identité qui peut elle-même se trouver affectée par l’opération. Car, qui dit inscription dit écriture, géographie, non pas seulement dans un sens métaphorique des tracés et des signes, mais très concrètement dans la fixation des toponymes que la carte recueille. Le choix entre les possibles fixe alors durablement des orientations, qui deviennent par la suite difficiles à modifier.

3Dans le cas argentin, le problème national se pose de façon particulièrement aiguë puisque les élites dirigeantes adoptent le modèle européen de l’État-Nation qui justifie les guerres d’indépendance et guide les efforts de construction de l’État. Toutefois, le pays est peuplé d’immigrants aux origines variées et les limites du territoire demeurent imprécises, si bien que la nationalité argentine ne peut se définir ni par une histoire commune, ni par une langue, ni par un espace préexistant. La construction du territoire qui mobilise les hommes et les institutions pour en fixer les frontières, le peupler et le mettre en valeur permet de résoudre simultanément tous les problèmes dans une dynamique intégratrice.

4Ce processus peut être repéré dans le Chaco dit argentin, terminaison méridionale d’un très vaste ensemble de faible altitude se prolongeant par la Pampa au sud et traversant le Paraguay et la Bolivie au nord pour atteindre Santa Cruz de la Sierra où il s’étrangle entre les Andes et le bouclier brésilien, sur l’incertaine ligne de partage des eaux entre Amazone et Parana. Les provinces de Chaco et de Formosa de l’Argentine actuelle coïncident, sur environ 200 000 km2, avec la plus grande partie du Chaco argentin qui se poursuit dans les provinces voisines de Salta, Santa Fe et Santiago del Estera jusqu’au Rio Salado ou Juramento, sa limite conventionnelle. Au centre du continent, le Chaco a été plus tardivement peuplé et connu que les littoraux où abordaient les Européens et les Andes dont ils exploitaient les mines et les populations. Hormis les missionnaires, les Espagnols s’y sont peu intéressés. Ce n’est qu’au xixe siècle que les États indépendants d’Argentine, de Bolivie et du Paraguay s’en disputent la possession, soutenant diverses expéditions qui en améliorent la connaissance et en préparent la colonisation. Entre la fin des années 1860 et celle des années 1880, cet espace délaissé est intégré dans le territoire national. Ce moment s’accompagne d’une importante production cartographique qui prépare et accompagne les opérations. Elle permet non seulement d’en suivre les étapes mais également de comprendre les évolutions propres d’une société argentine en (trans)formation.

Les visages de l’inconnu

  • 1 Sur ce point voir Nicholas Shumway, The invention of Argentina, Berkeley, University of California (...)
  • 2 Pierre Denis, L’Argentine, la mise en valeur du pays, Paris, Armand Colin, 1920, 299 p.

5Entre 1851 et 1862, l’Argentine règle un certain nombre de questions fondamentales qui avaient depuis l’indépendance pesé sur le devenir des provinces plus ou moins unies du Rio de la Plata. Malgré les oppositions, une constitution fédérale est adoptée et le mot d’ordre du publiciste Juan Bautista Alberdi, gouverner c’est peupler, est adopté par les groupes dirigeants. Une importante modernisation1 s’annonce et elle est pleinement mise en œuvre dans les années 1880. Elle implique l’afflux de colons, le renforcement de l’État central, la construction d’infrastructures – ports et voies ferrées principalement – et ce que l’on peut appeler suivant la formule de Pierre Denis2 la mise en valeur du territoire, c’est-à-dire son utilisation pour produire à destination des marchés mondiaux. Ce programme suppose que l’État exerce sur le territoire un contrôle multiforme : stabiliser et surveiller les frontières, cadastrer les terres, préserver les colonies des incursions indiennes, attirer des compagnies étrangères pour la construction des équipements, inventorier les ressources économiques.

6Le médecin français Victor Martin de Moussy est l’un des savants étrangers à qui l’Argentine fait appel pour connaître mais surtout faire connaître ses richesses et les possibilités de colonisation. Travaillant pour le général Urquiza, il rédige en français une volumineuse et irremplaçable Description de Confédération Argentine publiée en 1860 que complète neuf ans plus tard un atlas d’une trentaine de planches. Il comporte des cartes des provinces mais aussi des espaces auxquels l’Argentine prétend sans encore les occuper, c’est-à-dire la Patagonie au Sud et le Chaco au Nord, ce qui est déjà une façon de légitimer ces prétentions, même si le texte de Victor de Martin de Moussy les nuance tout en posant le problème fondamental de la colonisation du Chaco :

Nous n’avons pas à traiter ici la question des droits plus ou moins réels à une propriété appartenant, en somme à des tiers (les Indiens) qui protestent très énergiquement depuis trois siècles contre de pareilles prétentions, mais uniquement celle des faits.
Nous dirons qu’il nous semble que la nation qui colonisera le Chaco, civilisera ses habitants, lui donnera des routes, rendra ses fleuves navigables, assurera des communications pacifiques à travers ses plaines, depuis les Andes jusqu’aux fleuves Paraguay et Parana, peut un jour, en tout équité, se proclamer maîtresse légitime de cette vaste contrée et recueillir, aux applaudissement universels, les bénéfices d’une œuvre aussi grandiose, aussi utile, non seulement à l’Amérique du Sud, mais encore à l’humanité. (Martin de Moussy, III, p. 326)

7Deux planches de l’Atlas représentent le Chaco. La planche XVIII (Figure 2) en couvre toute l’extension naturelle, jusqu’en Bolivie alors que la planche XVII (Figure 1), intitulée carte de Santiago del Estera est centrée, non sur cette province, mais sur la partie méridionale du Chaco que l’Argentine prétend posséder. Une possession que sa présence dans l’ouvrage vient légitimer, avec un tracé frontalier correspondant aux réclamations argentines, soit au nord du tracé actuel. Elles illustrent connaissance et méconnaissance de cet espace que la présentation cartographique met en évidence davantage encore que ne le ferait un texte car, précisément, les blancs ou leur équivalent signalent approximations ou ignorances.

  • 3 C’est notamment le cas du père Pedro Lozano dans sa Descripcion chorographica del terrene, rios, ar (...)

8La planche XVIII représente ce que Victor Martin de Moussy appelle Gran Chaco Gualamba, une inscription qui court du nord au sud, sur toute la page, reprenant une toponymie traditionnelle dont l’origine et la signification exacte sont obscures. Il y ajoute des dénominations savantes dont il est l’auteur, distinguant Chaco boréal, Chaco moyen et Chaco austral, indications purement géographiques souvent réemployées par la suite mais aussi critiquées car s’écartant d’une toponymie indigène, qu’elle soit indienne ou créole. Ce problème de toponymie rejoint celui de l’ethnologie du Chaco qui reste mal connue malgré les observations des missionnaires jésuites. Face à des populations réticentes, ils ont parfois contribué à propager des légendes sur ces peuples longtemps préservé de tout contact avec les Européens3.

9La blancheur du Chaco sur cette carte traduit d’abord une topographie presque plane, puisque cette immense plaine s’élève d’est en ouest de moins de trois cents mètres. Les différences d’altitude sont donc bien inférieures à celles des Andes à l’ouest ou même des plateaux brésiliens à l’est que soulignent visuellement des hachures également accusées, même si, de fait, les premières sont bien supérieures aux secondes. Sur cette vaste étendue, il est impossible de mesurer à l’aide du seul baromètre des altitudes absolues, alors même que tous les voyageurs s’accordent pour souligner l’importance de petites différences topographiques qui donnent des terrains humides voire périodiquement inondés ou au contraire plus secs.

  • 4 Thomas Page, La Plata and the Argentine confederation, New York, 1859.
  • 5 Le Parana a fait notamment l’objet d’une remarquable carte hydrographique de Mouchez.

10Cette difficulté renvoie à l’imprécision des connaissances hydrographiques du Chaco dont seuls les deux grands fleuves du Bermejo (au sud) et du Pilcomayo (au nord) sont à peu près connus. Or, il s’agit d’un enjeu essentiel depuis l’époque coloniale, puisque leur navigation permettrait de relier directement les provinces du Pérou et les Andes à l’Atlantique par voie d’eau. Cette éventualité a justifié nombre d’expéditions venant de Bolivie, de Buenos Aires ou de la province de Salta, quand ce n’était pas des navigateurs étrangers, comme le nord-américain Thomas Page4, qui tentaient l’aventure, tout cela sans résultat concluant, ni dans un sens ni dans un autre. Les navigateurs perdent souvent le trajet principal, s’égarent dans un labyrinthe de méandres, de bras morts et de lagunes dont ils ne sortent qu’avec les plus grandes difficultés. Quand ce n’est pas l’excès d’eau qui noie le paysage, ce sont les étiages et les troncs d’arbres qui arrêtent leurs embarcations. Les méandres contraignent à parcourir de considérables distances par le fleuve pour une modeste progression à vol d’oiseau. D’une année à l’autre, les cours d’eau changent de tracé, connaissent parfois d’importantes défluviations qui rendent caduques les observations précédentes. Ainsi, Victor Martin de Moussy reprend pour le Pilcomayo des éléments du récit de voyage du père Patino qui, en 1721, dit s’être égaré dans un vaste secteur où le fleuve se divisait en un grand nombre de bras, dont la représentation imagée est facilement repérable sur la planche de l’Atlas de 1869. Il figure également un canal, qu’il baptise Teyu joignant les deux cours d’eau, dont l’existence lui paraît devoir être déduite de certains témoignages. Rien ne distingue sur cette carte les tracés bien déterminés du Parana5 et du cours inférieur de ses affluents de rive droite des parcours hypothétiques représentés à l’intérieur du Chaco, rien ne signale le passage de Passez bien connu au probable et du probable à l’incertain. Bien au contraire un carroyage géométrique s’étend sur toute la carte, comme si l’ensemble de l’espace s’inscrivait dans le même dispositif de connaissance, était enserré dans la trame des positions géographiques.

Figure 1 : Atlas de la République Argentine, par Victor Martin de Moussy, 1869, planche XVII (province de Santiago del Estero).

Figure 2 : Atlas de la République Argentine, par Victor Martin de Moussy, 1869, planche et XVIII (carte du Grand Chaco).

  • 6 Proyecto de limitación territorial de las provincias de la República argentina y demarcación de los (...)

11Or, ces positions sont l’un des principaux problèmes de la cartographie du Chaco, ce qui rend cette grille illusoire. Faute d’un matériel adéquat, les explorateurs sont incapables de relever correctement la longitude, et même la latitude est parfois approximative. Ainsi, une masse de fer météoritique découverte en 1783 par Rubén de Celis dans le secteur dit du Campo del Cielo n’a pu être pendant longtemps retrouvée faute d’une position précise, à tel point que son existence même fut révoquée en doute. De même, un projet de découpage provincial dû au sénateur Nicasio Oroño se fonde sur une cartographie inexacte6 : les cours du Picomayo et du Bermejo sont décalés de près de deux degrés vers l’est. Le problème tient aussi au passage d’observations et de positions relevées sur le tracé linéaire d’une expédition fluviale à la couverture en extension d’un très vaste territoire.

12L’artifice de la grille disparaît de la planche XVII intitulée « carte de la province de Santiago del Estera » mais qui est centrée sur le Chaco. Ce centre, vide, est occupé par un texte assez long qui est un aveu d’ignorance mais aussi une promesse pour la colonisation malgré les difficultés de la cartographie.

On ne connaît l’intérieur du Chaco que par les renseignements venus des Indiens. Toutes les explorations qui ont été faites de cette région depuis la fin du 16ème siècle ont suivi généralement le voisinage des rives du Rio Bermejo, région assez découverte, très fertile, offrant dans les endroits sablonneux des forêts de palmiers et de bons pâturages dans les endroits les plus élevés des bois d’essence très variées enfin dans les endroits marécageux et proches du Rio Parana de nombreux palmiers Caranday qui croissent les pieds dans la boue.

  • 7 Arturo Seelstrang, Enrique Foster et Manuel Obligado, Informe de la comisión exploradora del Chaco,(...)

13La variété des essences, la fertilité des sols, les possibilités de pâturages sont autant d’éléments qui doivent attirer l’attention d’entrepreneurs agricoles et de candidats à la colonisation. Ces lieux communs sont repris par un grand nombre d’auteurs qui soulignent à l’envie la fertilité promise à ceux qui coloniseront le Chaco. Il peut s’agir soit de prophéties d’ordre général, comme celle du géomètre Arturo Seelstrang qui vante « tous les produits naturels qu’apporte en abondance le sol vierge »7, ou bien d’observations particulières de naturalistes qui énumèrent les espèces, comme par exemple Luis Jorge Fontana, ou encore de jugements hâtifs fondés sur la taille extraordinaire qu’atteignent vaches ou chevaux laissés en liberté dans le Chaco.

14Toutefois la dénomination de Territoire indien du Nord, pendant du Territoire indien du Sud, c’est-à-dire de la Patagonie, dit bien que cet espace n’appartient pas pleinement aux Argentins d’origine européenne. Elle nourrit la fiction de l’identité des Indiens du nord et du sud, alors même que dans chacun de ces espaces, il existe des groupes différenciés. Au sud, les Indiens dérobent le bétail des estancias de la province de Buenos Aires et vont le vendre au Chili. Un problème qui ne semble pas se poser au nord, pour de multiples raisons, notamment l’inexistence d’un véritable marché pour ces montures de contrebande en Bolivie et au Paraguay. Plus fondamentalement, le problème des relations avec les Indiens est loin de faire l’unanimité. Certains observateurs conseillent de négocier avec eux pour garantir la sécurité des Européens tout en leur laissant un territoire en possession ; d’autres préconisent de les attirer vers la « civilisation » dont ils pourront devenir des auxiliaires efficaces et bon marché, par exemple comme ouvriers agricoles, comme cela se produit dans les moulins à sucre de Salta et de Tucuman ; d’autres enfin souhaitent une mise au pas militaire de ces populations insoumises et irrécupérables.

  • 8 Le terme même de frontera désigne à la fin du XIXe siècle ce limes entre Indiens et Européens plutô (...)
  • 9 C’est ce qui ressort notamment du récit d’Amedeo Jacques « Excursion al Rio Salado y al gran Chaco  (...)
  • 10 Seelstrang, op. cit. p. 127.

15La carte de Victor Martin de Moussy propose également une équivalence entre des pratiques spatiales sur ces deux frontières internes en montrant les itinéraires suivis par les caravanes ou par les tribus ; même si dans le cas du Chaco, Martin de Moussy se contente de joindre les points d’arrivée et de départ de trajets dont il ignore le tracé exact, les espaces occupés par les Européens aux limites de chacune des régions, les fortifications, les points d’eau. Sur ces frontières, au sens nord-américain du terme que reprennent consciemment les Argentins8, vit une population mouvante : celle des soldats affectés à la garde des fortins, des exploitants agricoles les plus avancés, profitant de la main d’œuvre indienne mais premières victimes de leurs soulèvements, de ceux que l’on appellerait dans les colonies françaises des coureurs de bois, vivant de la chasse et du troc avec les Indiens9. Ces aventuriers suscitent une réprobation unanime. Spatialement marginaux, ils sont aussi socialement à l’écart. Leur connaissance des milieux leur permet de se soustraire aux autorités et à la justice, et on les accuse de fournir aux Indiens des armes dont ils se servent ensuite pour attaquer les exploitations. Ils posent un problème comparable à celui des Indiens dont ils partagent parfois la vie. Pour Arturo Seelstrang « avec la colonisation, disparaîtra avec les Indigènes, un autre plaie du Parana : les habitants des îles (isleños) »10.

  • 11 Romain Gaignard, La Pampa argentina, Ocupación, poblamiento,explotación de la conquista à la crisis (...)
  • 12 Notamment dans Luis Brackebush et Arturo Seelstrang, « Ideas sobre la exploración cientfica de la (...)

16Ce géomètre allemand a été envoyé par le gouvernement argentin pour tracer, en 1876, une série de colonies et sa vision, plus tardive et plus pragmatique, complète le tour d’horizon de Victor Martin de Moussy. La tâche principale de la mission Seelstrang est de tracer dans les endroits les plus appropriés, à proximité du Parana, des colonies de 400 hectares suivant un plan géométrique orienté nord-est-sud-ouest et sud-est-nord-ouest, tracé dit a medio rumbo, comme dans le sud de la province de Buenos Aires11. Ce plan est exécuté, trois colonies (Timbó, Las Toscas et San Fernando) tracées dans des sites soigneusement choisis pour leur accessibilité par leur fleuve et leur position élevée, à l’abri des inondations. Il ne donne dans son rapport qu’une vision très partielle du Chaco, reprenant pour l’essentiel des travaux antérieurs, faute de connaissances botaniques. Le gouvernement ne l’a doté que d’un matériel médiocre qui ne lui permet pas de faire le point de façon satisfaisante et il ne s’est guère éloigné du Parana. Il dresse des plans d’arpenteur à grande échelle, figurant le tracé des lots et des rues des colonies. Après ce passage, Arturo Seelstrang se fait l’avocat de l’exploration et de la colonisation du Chaco dans un article publié par le Bulletin de l’Institut de géographie12. Il souligne que si la guerre de la Triple Alliance a donné « quinze mille lieues » supplémentaires à l’Argentine, soit autant que la Patagonie, « ce fait d’armes, du plus haut mérite, n’avait pas pour objectif l’exploration et le peuplement de ces régions ». Il propose un programme d’étude comprenant la topographie, le relevé des ressources minières et le repérage des plantes et des animaux utiles pour compléter la connaissance de la « faune argentine ». Ces recommandations ne seront pas directement suivies, mais elles illustrent le mouvement qui mène, dans les années 1880, à la nationalisation du Chaco.

La nationalisation du Chaco

  • 13 Par exemple le récit d’Adolphe Thouars « À la recherche de la mission Creveaux », Le Tour du Monde,(...)

17En 1878, l’Argentine se voit confirmer la possession du Chaco jusqu’au Pilcomayo par la sentence arbitrale du président des États-Unis après la guerre de la Triple Alliance. Cette frontière est en deçà de ses prétentions initiales, mais elle met fin à des années d’incertitude en fixant durablement la limite internationale tout en laissant ouverte la question de la possession effective de ces territoires. D’ailleurs, en 1882, le célèbre explorateur français Jules Creveaux, qui s’était illustré dans les Guyanes entreprend la descente du Pilcomayo où il est tué par les Indiens Tobas. La mort de cette victime de la science traduit l’aboutissement d’une période, celle de la géographie héroïque et des explorations que relaie une abondante littérature13, mais c’est aussi la fin de cette époque où de hardis explorateurs pourvus de modestes moyens se lançaient dans l’immensité. Le moment est venu pour l’État argentin d’asseoir son autorité sur le Chaco comme en Patagonie, de faire coïncider le ressort de son autorité avec les limites internationales, de montrer sa capacité à occuper et à connaître un territoire que plus personne ne lui dispute.

L’expédition Victorica

  • 14 À ce sujet, on peut voir Philippe Grenier, « L’Effet-frontière dans l’utilisation et l’organisation (...)
  • 15 Alvaro Barros, Indies, frontera y seguridad interior, Buenos Aires, Solar, 1975 (1ère édition, sous (...)

18Le parallèle entre Patagonie et Chaco, amorcé à l’examen des cartes de Victor Martin de Moussy, peut être poursuivi dans cette phase de conquête. La guerre dite du désert, menée par Julio Argentino Roca entre 1879 et 1882, aboutit à repousser vers le sud les tribus indiennes et à s’opposer aux prétentions chiliennes sur la Patagonie14. Ce succès militaire résulte d’une nouvelle conception des rapports avec les Indiens, théorisée notamment par le colonel Alvaro Barros15. Elle repose sur l’offensive grâce à un armement modernisé et un soutien logistique devenu, grâce au chemin de fer, incomparablement plus efficace. La notion de territoire indien est remplacée par celle de désert à conquérir qui ouvre la porte aux armées puis aux spéculateurs et aux colons.

19C’est dans la continuité des opérations patagones que se place l’expédition militaire dans le Chaco. Lancée en 1884, elle fait suite immédiatement aux campagnes de Patagonie, ce qui permet également d’employer une armée équipée et entraînée pour un projet d’intérêt national sur les frontières plutôt que de la cantonner à proximité de la capitale ce qui est toujours périlleux. Les chefs militaires qui y participent ont également fait leurs preuves sur la frontière méridionale, comme Luis Jorge Fontana. Quant au chef de l’expédition, Benjamin Victorica, il s’inspire directement de l’exemple de Julio Argentino Roca, commandant en chef de l’expédition en Patagonie devenu président de la République en 1880. Il reprend la tactique employée dans la Sud en faisant quadriller le territoire par ses troupes qui se déploient pour couvrir la plus grande étendue possible et pourchasser les Indiens. Les cinq colonnes pénètrent le Chaco par l’est, l’ouest et le sud pour converger vers son centre, la mission abandonnée de la Cangayé sur le Bermejo (25°36’S et 60°46’W de Paris). Ainsi, tout le Chaco dit austral est parcouru avant que les troupes ne s’avancent vers la frontière avec la Bolivie sur le Pilcomayo.

20On peut lire dans l’inscription spatiale de ce plan de campagne plusieurs intentions. La première est le contrôle des points de franchissement des fleuves, élément essentiel pour mettre fin au vol de bétail en Patagonie, mais qui, dans le Chaco, n’a guère de sens. À la jonction du Bermejo et de son bras du Teuco, Benjamin Victorica fonde la colonie de Presidencia Roca, dans l’idée de placer l’autorité au sens militaire – la concentration des troupes et leur commandement-symbolique et économique au centre même du territoire.

  • 16 Benjamn Victorica, Campaña del Chaco, Buenos Aires, Imprenta Europea, 1885, p. 21.

On a choisi à proximité de la confluence du Teuco et du Bermejo une splendide prairie limitée d’un côté par la haute rive de ce fleuve et de l’autre par une belle forêt. Ce point stratégique pour la domination militaire du territoire autant du Chaco austral que du Chaco central sera l’escale nécessaire des bateaux qui feront la navigation du Bermejo et du Teuco. Favorisé par les produits naturels du sol, il ne tardera pas à devenir le centre d’établissement industriels et d’élevage16.

21Ce faisant, Benjamin Victorica retourne le territoire comme un gant, confondant centre géométrique et centre de commandement d’un espace qui avait été jusqu’alors toujours abordé et connu à partir de sa périphérie. Ainsi triomphe une première fois l’esprit de géométrie, projetant la volonté nationale sur un espace rendu abstrait, ce que confirme la création par les troupes de forts équidistants entourant le Chaco austral. Mais cette option géométrisante coïncide, d’après le texte cité, avec un lieu particulièrement propice à l’installation, l’appréciation esthétique perceptible dans le choix des adjectifs rejoint l’évaluation stratégique et économique. L’expédition Victorica ne comporte pas qu’un volet militaire. Des commissions topographiques accompagnent chacune des colonnes pour dresser une carte détaillée du territoire alors que l’État-major s’adjoint les services d’une commission scientifique chargée

d’étudier les terrains sur le plan géologique et minéralogique, tant du point de vue scientifique comme de celui de leur utilisation industrielle immédiate et de faire connaître les fourrages plus ou moins convenables ainsi que le type d’agriculture que l’on devrait y pratiquer, étudier les bois, la flore, la faune dans toute son extension.

22Les résultats de ces travaux viennent compléter en partie la connaissance du Chaco, en assurer la prise de possession intellectuelle et, on le voit, en préparer une colonisation fondée sur la connaissance.

  • 17 Le nom d’impenetrable est resté pour désigner une formation végétale particulièrement touffue et ép (...)

23Dès 1885 paraît, conformément aux instructions, le Plano Nuevo de los territories del Chaco argentine à l’échelle du 1 : 800000. Cette carte vaut d’abord par son titre, et surtout par le qualificatif d’argentin, qui remplace les dénominations précédentes. Sur le plan du contenu, les commissions topographiques ont effectué des mesures de positions qui donnent à leurs indications de latitude et de longitude davantage de crédibilité qu’aux cartes antérieures. Hydrographie, sentiers (picadas), campements indiens (tolderias), lieux de batailles ou d’escarmouches sont nettement figurés. En revanche, les indications sur les milieux, et notamment la végétation sont approximatives. Un figuré unique signale les bois, sans distinguer ni les essences, ni la densité de la végétation. À l’écart des itinéraires des colonnes, des inscriptions très générales signalent par exemple des « terrains hauts couverts de bois impénétrables17 ». En fin de compte ce document montre principalement les itinéraires des colonnes de l’expédition militaire, prolongeant une géographie héroïque, que rappelle la mention du lieu où fut retrouvé le canot de Jules Creveaux. Mais contrairement à l’échec de ce solitaire, arrêté aux portes du Chaco, les héros efficacement organisés de l’armée argentine ont reconnu l’ensemble du territoire. Plus qu’un relevé du terrain, cette carte traduit l’inscription de la volonté nationale sur le territoire, les blancs se remplissent des noms des hommes politiques de Buenos Aires, comme le village de Presidencia Roca, fondé solenellement par les chefs militaires de l’expédition le 5 décembre 1884. Les instructions aux commissions topographiques prévoient explicitement de marquer le territoire par divers moyens (monticules de terre, inscriptions sur les arbres etc.), ce qui est conforme avec la nécessité de créer de nouveaux repères dans un espace vu comme vierge.

24La réalisation cartographique, justifiée par la préparation de la colonisation du Chaco et notamment l’établissement d’itinéraires, sert avant tout à mettre en valeur la campagne de Benjamin Victorica dont le nom s’inscrit en gros caractères sous le titre. Cette valorisation du versant militaire de l’expédition conduit à s’interroger sur le rôle de la commission scientifique, une question que l’on peut se poser à la lecture des rapports de son chef, Leopoldo Arnaud qui rédige un premier document sur le terrain dès janvier 1885 et un second six mois plus tard à Buenos Aires. Bien qu’elle n’ait reçu – suivant Leopoldo Arnaud – ni aide scientifique ni aide pratique, la commission s’est livrée à des observations sur les sols, la végétation et l’agriculture. Les résultats scientifiques proprement dits sont rapidement présentés, en revanche le rapport souligne à l’envie les merveilleuses possibilités de culture, malgré la pauvreté des sols :

  • 18 Leopoldo Arnaud, « Informe de la comisión cientfica », in Benjamn Victorica, op. cit., p. 554.

Du point de vue agricole, nombreux sont les inconvénients que nous pourrions faire remarquer. La terre argileuse n’est pas, en vérité, la plus fertile, ni celle qui présente les meilleures conditions de culture, mais il faut prendre en compte la virginité du sol [...] Le manque d’eau est, de mon point de vue, une cause, peut-être la principale des difficultés de culture [...] Cet inconvénient surmonté, on verrait dans le Chaco [prospérer] tous les produits tropicaux.18

  • 19 Ibid. p. 566.

25Ces jugements où l’enthousiasme pour l’avenir balaie les difficultés qui ne peuvent échapper à l’observateur sont nombreux. Dans la seconde version du texte, un grand nombre de réserves disparaissent pour pointer le réel problème du Chaco : la paresse de ses habitants dont l’indolence est jugée « punissable au plus haut point »19, mais également facile à corriger par l’afflux d’une population laborieuse et une administration énergique. Ainsi, une démarche scientifique, qui affiche mesures numériques et noms latins, pivote en réalité sur des prémisses politiques, à savoir le bien-fondé de la colonisation, pour changer la terre en changeant les hommes, quitte à minimiser les difficultés pratiques qui ne peuvent manquer de surgir.

Les enjeux d’une science nationale

26La science, ou ses apparences, servent ainsi le projet politique, non pas tellement un objectif de colonisation réelle, car dans les années 1880 même la Pampa, sûre et fertile est loin d’être suffisamment peuplée et parfaitement connue. Le projet de construction nationale et de sécurité frontalière prime et les possibilités d’expansion économique n’en sont que la justification. Cette construction d’une nation à l’imitation de l’Europe passe aussi par la création d’institutions : parlement, journaux, opéras, universités et sociétés savantes. Les sciences naturelles sont privilégiées car elles paraissent rapidement mobilisables pour l’inventaire rationnel du territoire et sa mise en valeur.

  • 20 Nicolas Avellaneda, introduction au Gran Chaco de Luis Jorge Fontana, 1881.

27Le développement des sciences suppose d’attirer en Argentine des spécialistes européens pour diriger les institutions et former les premières générations de savants argentins : comme les hommes et les races de bétail, la science argentine est le résultat d’une greffe. Grâce à leurs efforts doit se propager, selon le président Nicolas Avellaneda, « l’esprit scientifique qui, quand il se trouve répandu comme un gaz, élève l’esprit national, renforce les convictions et la prospérité des peuples »20. Parmi d’autres, le géographe, voyageur et naturaliste allemand Herman Burmeister, auteur d’une description de l’Argentine, prend la direction du musée des sciences naturelles de La Plata qui devient rapidement l’une des principales institutions scientifiques du pays organisant des expéditions, classant et identifiant la faune et la flore. Sur un autre registre, plus directement politique la Société de géographie, fondée en 1879 à Buenos Aires, se dote de correspondants dans les provinces et échange avec les autres sociétés de géographie dans le monde. Elle publie dans son bulletin de nombreux comptes rendus d’expéditions qui, au début des années 1880, portent principalement sur le Chaco et la Patagonie. Réunissant non seulement des savants mais aussi des militaires, des hommes politiques et divers notables, elle se fait l’avocate d’une science appliquée, d’une géographie utile. L’une de ses principales réalisations est un grand Atlas argentin, réalisé par Arturo Seelstrang dans la deuxième moitié des années 1880.

  • 21 Jorge Luis Fontana, El gran Chaco, Buenos Aires, Solar, 1977, 200 p. (1re édition, 1882).

28Jorge Luis Fontana incarne particulièrement bien les deux aspects de ces développements scientifiques et institutionnels. Originaire du sud de la province de Buenos Aires, il mène une carrière militaire qui le conduit d’une frontière à l’autre, du Chaco au Chubut. Au cours de séjours à Buenos Aires, il se forme aux sciences naturelles auprès de Herman Burmeister avant de devenir, entre 1875 et 1884, secrétaire général du territoire du Chaco, où il représente donc l’autorité nationale. Il explore le territoire et publie le résultat de ses observations en 1881 dans un ouvrage intitulé El gran Chaco21 que complète une grande carte à l’échelle du 1 :1 700 000 datée de 1882.

29Cette carte, comme celle du voyageur et naturaliste Guillermo Araoz (1885), répondent au principe de l’inventaire. Tout le territoire fait l’objet d’indications, parfois précises, parfois très vagues. Luis Jorge Fontana note la nature des bois, des terrains plus élevés, de bons pâturages, ou au contraire « région déserte, terrain sableux, manque d’eau, sans vie animale, végétation rachitique représentée seulement par de véritables forêts de cactus gigantesques, sols imperméables ». On note dans ses observations le souci de la colonisation à venir, dans ce repérage des lieux plus ou moins propices aux activités agricoles. Parallèlement, son texte s’efforce de présenter du Chaco un inventaire détaillé et consacre un nombre de pages importantes à la description des populations indiennes, pour lesquelles Luis Jorge Fontana semble avoir eu une réelle sympathie. La logique est ici bien plus celle de l’énumération fondée sur ses connaissances en botanique et en zoologie mais aussi sur une connaissance personnelle approfondie du Chaco et de ses populations. La carte de Guillermo Araoz répond à cette même préoccupation en couvrant le Chaco d’une foule de mentions et de figurés dont la combinaison traduit des différences internes, mais aussi les limites de ses connaissances.

  • 22 Jacques Bertin, Sémiologie graphique, Paris, Mouton, 1967, 431 p.
  • 23 Ce sont bien des textes et non des cartes qui fixent les tracés de ces limites de province et des d (...)

30Toute autre est la représentation donnée par l’Atlas de la République Argentine publié l’année suivante. La planche consacrée au Chaco s’intitule carte des gouvernements de Formosa et du Chaco (Figure 3) : la norme officielle supplante les dénominations générales des documents antérieurs, et s’impose graphiquement par des différences de teintes laissant les provinces voisines et le Paraguay en blanc alors que Formosa est en rose et le Chaco en orange. Mais ces couleurs n’ont pas d’autre fonctions que de souligner les entités administratives que ceignent des tracés rouges : la « variable couleur », pour reprendre l’expression de Jacques Bertin22, pourtant visuellement forte, est sous-employée. En effet, les toponymes et les chemins sont portés en noir, alors que l’hydrographie est classiquement en bleu : la couleur est au service de la seule description de notions administratives, dont l’existence se limite à celle des textes de lois23, et non à des observations de terrain. Mieux connue dans son ensemble après l’expédition de Victorica, l’hydrographie reste par endroits imprécise, ce que traduit probablement - mais rien ne le confirme dans la légende - le grisé qui longe les fleuves. La parfaite coïncidence entre le Pilcomayo et la frontière qui suit chacun de ses méandres, en conformité avec les traités internationaux, naturalise cette dernière alors même que le fleuve est capable de changer de cours. La typographie distingue d’une part les toponymes historiques ou vernaculaires, en petits caractères et en minuscules et d’autre part, les dénominations administratives nouvelles en gros caractères et en capitales. Celles-ci se surimposent à ceux-là, tout comme les tracés rouges et rectilignes des délimitations s’imposent visuellement par rapport aux traits légers des anciens sentiers. C’est une nouvelle géographie qu’établit cette carte qui laisse la plus grande partie du Chaco non pas blanche mais vide. Il ne s’agit plus d’ignorance mais de la volonté de gommer les différences internes pour remplacer la profusion des signes par une rationalisation fondée sur les tracés géométriques et hydrographiques ainsi que sur la toponymie officielle. Cette carte fait ainsi exister un territoire, simplifié et rationalisé, par rapport à celui foisonnant et encore largement inexploré des naturalistes et des voyageurs.

Figure 3 : Atlas de la Republica argentina, publicado por decisión del Instituto geografico argentino, Buenos Aires, 1891. Carte des gobernaciones de Formosa y del Chaco, 1886, 1 :2000000.

Figure 4 : Piano topogrfico de las gobernaciones de Formosa y del Chaco, por Carlos F. V. Hansen, Buenos Aires, 1889, 1 : 1 200 000.

Carte blanche à la colonisation

31En dépit de leur ignorance, Victor Martin de Moussy comme son lointain prédécesseur le père Lozano, ne laissaient pas le Chaco en blanc. C’est paradoxalement au moment où cet espace est mieux connu qu’il ne l’a jamais été par les Européens que les représentations qu’ils en donnent abandonnent les détails pour une nouvelle version du blanc cartographique. Ce blanc n’est plus résiduel, il est désormais voulu, produit directement par le cartographe et indirectement par le choix des normes que lui imposent ses commanditaires, c’est-à-dire le choix des variables à cartographier. Les cartes qui en résultent donnent l’image d’un territoire homogène et vide à partager et à occuper.

32Le Plano topogrάfico de las gobernaciones de Formosa y del Chaco de F.V. Hansen, publié à Buenos Aires en 1889 (Figure 4), montre comment ce vide a été rapidement cadastré et comment s’y projettent les volontés colonisatrices. Aux tracés géométriques du document précédent s’ajoutent le quadrillage des lots et des sections offerts à l’exploitation, dont certains portent déjà le nom de leurs propriétaires. Gillardi, Tornquist, Talaferro, Carbonat, Donovan, les patronymes originaires de toute l’Europe dont certains appartiennent aux familles connues de l’oligarchie marquent un territoire laissé aux intérêts privés. Les parcelles encore disponibles sont signalées par des numéros, l’ordre mathématique de la numérotation complétant l’ordre géométrique de la division. Des voies de chemin de fer, elles aussi rectilignes, s’ouvrent en éventail depuis Resistencia. Une seule fut jamais construite, mais la carte confond le réel et l’existant, ce qui peut être une façon d’attirer des colons supplémentaires. Sur le plan graphique, les colonies au sens strict, c’est-à-dire les villages volontairement fondés, sont signalés par un figuré géométrique : un quadrillage qui peut évoquer leur plan en damier sans le représenter exactement. Au contraire, les villages indiens sont indiqués par un groupement de tentes, traité en élévation, comme le sont sur la carte de Cassini les clochers de villages. La rationalisation géométrique s’exprime donc également dans les choix de représentations, la plus grande abstraction étant réservée au territoire en construction par les Européens, le figuré quelque peu naïf des tentes surmontées d’oriflammes à un territoire en train de s’effacer.

33Il n’est pas surprenant que, dans des documents plus tardifs, ce soit la première logique qui l’emporte. Ainsi, d’après le Mapa de la gobernaciόn del Chaco, d’Orlando Carracini et Angel Cuellar (1919), les géomètres-arpenteurs ont entièrement cadastré et divisé le territoire. Ils figurent les noms de possesseurs de lots, bien plus nombreux que dans la carte précédente. Les terres appartenant à l’État (tierras fiscales) paraissent bien moins importantes que celles d’entrepreneurs privés dont on devine la logique de maîtrise de l’espace par la possession de lots judicieusement choisis. En effet, ce n’est pas parce que tous les lots carrés ou rectangulaires sont taillés sur le même modèle qu’ils se valent. Il y a nécessairement des différences de qualités dont il est impossible de se rendre compte. Cette uniformité se traduit alors par l’orientation des activités vers la seule exploitation du bois de quebracho, dont l’exceptionnelle richesse en tanin a été reconnue. Lui succèdera la culture du coton, également de façon exclusive. Ainsi, toute la variété des bois et des essences utiles que des générations de voyageurs s’étaient efforcés de cataloguer est ignorée par la mise en valeur.

34Dans ce document, les villages indiens ont disparu : il reste, dans quelques mailles du carroyage la mention de reducciόn de indios. La carte blanche laissée à la colonisation aboutit au confinement d’indiens désormais soumis. Elle est le parallèle de la monoactivité qui impose sa logique spatiale en niant la complexité de l’espace et des milieux.

Conclusion : naturalistes, géomètres et colons

  • 24 Federico Latzina, Diccionario geográfico argentino, Buenos Aires, Compañia Sud-americana de billete (...)

35En 1891, le géographe Federico Latzina24 se plaignait que toutes les expéditions scientifiques soient dirigées vers le Chaco et la Patagonie alors même que la topographie de la province de Buenos Aires, la « partie peuplée et civilisée de la République « restait imparfaitement connue. Cette lacune traduit en partie les contradictions du processus de création du territoire argentin à la fin du xixe siècle. Les provinces sont encore faiblement intégrées dans l’espace national, mal connues dans le détail, et l’État doit faire porter ses efforts sur des aires pionnières pour tenir ce qu’il estime être une frontière naturelle – ce qui est une première contradiction puisque si la frontière était effectivement naturelle, ces efforts ne seraient pas nécessaires pour la garder. Il remplit cette tâche avec une indéniable efficacité sur le plan militaire en déployant ses troupes et en créant des garnisons, repoussant sans difficultés les Indiens et tenant tête à des voisins puissants.

36Toutefois, la faiblesse de la population demeure un problème persistant. En 1891, Resistencia capitale du territoire du Chaco compte à peine 3000 habitants. Or, chacun sait que le meilleur moyen d’occuper efficacement l’espace consiste à le peupler. C’est dire que la colonisation devrait constituer la clé de voûte de la territorialisation, assurant l’occupation définitive des terres nouvelles et créant une dynamique d’intégration de populations immigrantes à la nation argentine. Pour la préparer, la science est nécessaire, car elle seule peut indiquer les meilleurs moyens de la réaliser comme voulut le faire en France un Marcel Dubois, théoricien de la géographie coloniale.

37Or, force est de constater que malgré de réels efforts de connaissance, la colonisation s’est faite, dans le Chaco comme en Patagonie, par la reproduction à l’identique de grands domaines et de pratiques agricoles uniformes et rudimentaires. Ce choix a permis de diviser sans peupler en partageant les terres non entre les colons laborieux que chacun eût voulu voir s’installer, mais entre des grands propriétaires accaparant l’espace tant pour étendre leurs domaines que pour se livrer à la spéculation.

38C’est dans cette logique que se place le blanchiment des cartes à mesure même que le Chaco est mieux connu. Par rapport à ceux que l’on pourrait appeler les naturalistes et les voyageurs qui, dans la lignée d’Alexandre de Humboldt, sont attentifs aux détails et à la variété, s’impose l’action des arpenteurs qui cadastrent un espace vierge. Leur marque, comme jadis celle des centuriations romaines, est faite pour durer et se substituer à la géographie existante, aux carrés numérotés succédant les noms de nouveaux propriétaires. Le moment d’une tabula rasa cartographique était nécessaire à cette forme de production de l’espace, dans lequel la carte, même blanche, est performative. Elle ne représente pas le territoire. Elle le crée.

Sources cartographiques (par ordre chronologique d’édition) :

39Proyecto de limitación territorial de las provincias de la República argentina y demarcación de los territorios nacionales, presentado al HCN por el senador D. Nicasio Oroño, 1869.

40Atlas de la République Argentine, par Victor Martin de Moussy, 1869, planches XVII (province de Santiago del Estero) et XVIII (carte du Grand Chaco).

41Piano general del Gran Chaco argentine, levantado por Luis Jorge Fontana, 1882, 1 : 1 700 000.

42Atlas geográfico de la república argentina, editado por Mariano Felipe Paz Soldan, Buenos Aires, Felix Lajouanne, 1888, 113 p + XXIX planches. Cartes des provinces de Salta (1 : 1 800 000) gobernación del Chaco, (1 : 1 800 000) Gobernacion de Formosa (1 : 1 800 000).

43Mapa del gran Chaco y de las provincias adyacentes, por Guillermo Araoz, Buenos Aires, 1885.

44Plano nuevo de los territorios del Chaco argentino, Confecionado con los dates de las comisiones topográficas que acompañaron las columnas expedicionarias al mando en Gefe del Ministre de Guerra y Marina, General Benjamin Victorica, 1885, 1 : 800000.

45Plano topográfico de las gobernaciones de Formosa y del Chaco, por Carlos F. V. Hansen, Buenos Aires, 1889, 1 : 1 200000.

46Atlas de la Republica argentina, publicado por decisión del Instituto geografico argentino, Buenos Aires, 1891. Carte des gobernaciones de Formosa y del Chaco, 1886, 1 : 2 000 000.

47Mapa de la Gobernación del Chaco, confecionado por Orlando Carracini y Angel Cuellar, Buenos Aires, 1919, 1 : 1 000000

Notes

1 Sur ce point voir Nicholas Shumway, The invention of Argentina, Berkeley, University of California Press, 1993, 325 p. pour les idées politiques et Sébastien Velut, « Un territoire à écrire », in Jean Bessière (ed.) Savoirs et littérature, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2002 p. 47-63, pour les aspects territoriaux.

2 Pierre Denis, L’Argentine, la mise en valeur du pays, Paris, Armand Colin, 1920, 299 p.

3 C’est notamment le cas du père Pedro Lozano dans sa Descripcion chorographica del terrene, rios, arboles y animales de las dilatadisimas provincias del gran Chaco Gualamba... de 1733.

4 Thomas Page, La Plata and the Argentine confederation, New York, 1859.

5 Le Parana a fait notamment l’objet d’une remarquable carte hydrographique de Mouchez.

6 Proyecto de limitación territorial de las provincias de la República argentina y demarcación de los territorios nacionales, presentado al HCN por el senador D. Nicasio Oroño, 1869, Buenos Aires, Archivo general de la Nación.

7 Arturo Seelstrang, Enrique Foster et Manuel Obligado, Informe de la comisión exploradora del Chaco, Buenos Aires, 1877, p. 124.

8 Le terme même de frontera désigne à la fin du XIXe siècle ce limes entre Indiens et Européens plutôt que la frontière internationale. Voir à ce sujet le livre étonnamment européocentriste de Hebe Clementi, La frontera en America, Buenos Aires, Leviatan, 1988, 202 p.

9 C’est ce qui ressort notamment du récit d’Amedeo Jacques « Excursion al Rio Salado y al gran Chaco », La Biblioteca, 1897, p. 321-356, qui relate une expédition au milieu du siècle sur la frontière de Santiago del Estero.

10 Seelstrang, op. cit. p. 127.

11 Romain Gaignard, La Pampa argentina, Ocupación, poblamiento,explotación de la conquista à la crisis mundia 1550-1930, Buenos Aires, Solar, 1989, 512 p.

12 Notamment dans Luis Brackebush et Arturo Seelstrang, « Ideas sobre la exploración cientfica de la parte Noroeste de la República », Boletin del Institute geogrfico argentine, 3, 1882, p. 312-315.

13 Par exemple le récit d’Adolphe Thouars « À la recherche de la mission Creveaux », Le Tour du Monde, 1884, p. 209-272 ainsi que le débat de le Boletin del instituto geogrὰfico argentine entre Adolphe Thouars et Daniel Campos, qui l’accompagnait et avec lequel il est entré en conflit.

14 À ce sujet, on peut voir Philippe Grenier, « L’Effet-frontière dans l’utilisation et l’organisation de l’espace dans les Andes argentines », Revue de géographie alpine, 1988, p. 7-44.

15 Alvaro Barros, Indies, frontera y seguridad interior, Buenos Aires, Solar, 1975 (1ère édition, sous le titre de La guerra contra los Indies, 1877).

16 Benjamn Victorica, Campaña del Chaco, Buenos Aires, Imprenta Europea, 1885, p. 21.

17 Le nom d’impenetrable est resté pour désigner une formation végétale particulièrement touffue et épineuse.

18 Leopoldo Arnaud, « Informe de la comisión cientfica », in Benjamn Victorica, op. cit., p. 554.

19 Ibid. p. 566.

20 Nicolas Avellaneda, introduction au Gran Chaco de Luis Jorge Fontana, 1881.

21 Jorge Luis Fontana, El gran Chaco, Buenos Aires, Solar, 1977, 200 p. (1re édition, 1882).

22 Jacques Bertin, Sémiologie graphique, Paris, Mouton, 1967, 431 p.

23 Ce sont bien des textes et non des cartes qui fixent les tracés de ces limites de province et des départements. Le document cartographique, quand il existe, est second.

24 Federico Latzina, Diccionario geográfico argentino, Buenos Aires, Compañia Sud-americana de billetes de banco, 1891, 619 p.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Atlas de la République Argentine, par Victor Martin de Moussy, 1869, planche XVII (province de Santiago del Estero).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12591/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Figure 2 : Atlas de la République Argentine, par Victor Martin de Moussy, 1869, planche et XVIII (carte du Grand Chaco).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12591/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Figure 3 : Atlas de la Republica argentina, publicado por decisión del Instituto geografico argentino, Buenos Aires, 1891. Carte des gobernaciones de Formosa y del Chaco, 1886, 1 :2000000.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12591/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Légende Figure 4 : Piano topogrfico de las gobernaciones de Formosa y del Chaco, por Carlos F. V. Hansen, Buenos Aires, 1889, 1 : 1 200 000.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12591/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 438k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search