Version classiqueVersion mobile

Combler les blancs de la carte

 | 
Isabelle Laboulais

Troisième partie. Les blancs de la carte comme enjeux de conquête

Le nouveau, le flou et l’incertain. Représentations de la Dalmatie vénitienne et cartographie des confins au temps de la paix de Karlowitz (1699)

Jean-François Chauvard

Texte intégral

  • 1 La synthèse la plus commode reste celle de G. Praga, Storia della Dalmazia, Varese, Editore Dall’Og (...)

1La Dalmatie est une terre qui se prête mal à une étude de la représentation de l'inconnu géographique. Rome en fit une de ses provinces, les marins de l’Adriatique en fréquentaient les ports et craignaient les pirates qui en infestaient les côtes, les Vénitiens mirent pied à Zara dès 1204 et firent en 1409 l’acquisition des cités côtières où ils maintinrent leur domination jusqu’à la chute de la République1. Ils y installèrent une administration à la tête de laquelle se trouvait, à partir de la fin du xvie siècle, un représentant permanent, le provveditore generale, secondé de recteurs qui adressaient au pouvoir central des dépêches et des rapports de toute sorte témoignant du souci de connaître les réalités locales pour mieux administrer le territoire et en accroître la cohésion face aux Turcs qui étendirent leur emprise aux Balkans dans la première moitié du xve siècle. Il est impensable, dans ces conditions, de traiter de la Dalmatie comme un de ces mondes inexplorés qui auraient fait l’objet de représentations cartographiques fragmentaires où les inconnues auraient été comblées par des motifs allégoriques et des dessins fantaisistes, puis signifiés par des vides – des blancs – à l’heure de la géographie savante.

2Il s’agit bien ici d’un monde habité, longé par les navires, traversé par des routes qui pénétraient au coeur des Balkans, parcouru en tout sens par les hommes et les bêtes ; mais d’un monde méconnu, dont la connaissance géographique et, plus encore, les représentations cartographiques sont marquées, au xviie siècle, par de nombreuses approximations qu’il ne faut pas seulement interpréter comme le reflet d’un état intermédiaire de la science cartographique tendue vers un perfectionnement continu qui aboutirait aux cartes savantes du xixe siècle. Ces approximations s’expliquent au moins par trois raisons propres au contexte dalmate.

  • 2 Une rapide analyse de l’histoire de la cartographie de la côte dalmate est proposée par A. Kisic, C (...)
  • 3 Sur les insulaires, citons entre autres : Franck Lestringant, « Fortunes de la singularité à la Ren (...)

3La plupart des cartes de la Dalmatie2 appartiennent, tout d’abord, à des genres, le portulan et l’insulaire (isolario), dans lequel le tracé des côtes, la localisation des ports, l’implantation des forteresses font l’objet d’un soin tout particulier3. Il en résulte un traitement différent du bord de mer et de l’arrière-pays où les mentions toponymiques sont moins nombreuses et la topographie plus schématique. Cette dichotomie, qui est rarement brutale, est d’autant plus répandue dans les cartes vénitiennes que la domination de la République ne s’est longtemps étendue qu’aux îles et à une fine bande côtière.

  • 4 Sur ces questions, renvoyons à Christian Jacob, L’empire des cartes. Approche théorique de la carto (...)

4Le caractère approximatif des représentations est, par ailleurs, très largement dépendant de l’échelle adoptée. Les cartes à petite échelle, qui embrassent toute la Dalmatie, voire l’ensemble des Balkans, témoignent d’une connaissance très sûre du tracé des fleuves, du contour des massifs montagneux et de l’implantation des principaux sites habités. D’une carte à l’autre, on observe cependant des nuances, des omissions, voire des contradictions, qui n’ont rien de surprenant quand on sait que les cartographes compilaient dans leur cabinet les cartes antérieures tout en opérant un tri dans les codes de représentation et les informations qu’ils reportaient. Il était aussi courant de ne pas respecter avec cohérence les choix qui avaient dû nécessairement être opérés pour rendre l’opération cartographique réalisable. Le contenu de la carte était enfin déterminé par les caractéristiques du genre auquel elle appartenait, du support qu’elle adoptait (manuscrite, imprimée) et des attentes du public auquel elle était destinée4. Quant aux cartes à grande échelle, elles étaient d’une grande diversité tant par leur taille, leur objet que le fragment de territoire qu'elles représentaient. A une époque où l’on ne concevait pas une cartographie systématique à grande échelle, chaque carte formait un univers en soi, élaboré pour servir, à partir de critères qui lui étaient propres, un objectif spécifique. En l’absence de celui-ci, la carte n’avait pas lieu d’être. Cela ne veut pas dire que l’on ne disposait pas d’un savoir géographique d’une grande précision, mais que l’on ne cherchait pas à lui donner systématiquement une traduction cartographique. A l’inverse, il était courant de dresser des cartes de zones pour lesquelles les connaissances topographiques étaient approximatives, mais qui revêtaient momentanément une importance politique ou militaire.

  • 5 Sur les aspects des cartes frontières, voir François de Dainville, « Cartes et contestations au xve(...)

5Enfin, dans la plupart des cartes de la Dalmatie, se pose le problème de la représentation de la frontière qui sépare le domaine vénitien et les possessions ottomanes et autrichiennes et des déplacements significatifs qu’elle a connus au profit de la Sérenissime, en particulier entre 1645 et 1718. Or, le mode de représentation des confins mobilise des procédés qui ne sont pas si éloignés de ceux utilisés pour signifier ou combler l’inconnu. Il ne s’agit pas ici de rendre compte du vide, mais du voisin et des limites qui en séparent5. Le cartographe se trouvait alors devant des choix : fallait-il traiter différemment les possessions vénitiennes et les territoires étrangers en modulant la densité des informations visuelles ou en jouant sur les couleurs ? Fallait-il faire figurer des limites au risque de dessiner un tracé inexact ou faire porter sur la carte les incertitudes ? Fallait-il extraire l’espace frontalier de son environnement et l’entourer de vide ? Auquel cas, quelle était la largeur adéquate ? A ces questions le cartographe ne répondait pas seul. Il était guidé par l’autorité politique qui lui avait passé commande et dont les besoins allaient de croquis manuscrits nécessaires à la prise de décision politique lors des négociations sur le tracé de la frontière à de grandes cartes imprimées chargées de délivrer un message politique en attestant de l’étendue de la souveraineté conquise.

6Traitement différencié de la côte et de l’arrière-pays, dissociation de l'état des connaissances géographiques et de leur mise en carte, omniprésence des confins qui accentuait la dimension éminemment politique de l’opération cartographique : tels sont les traits distinctifs du contexte cartographique dans lequel s’insèrait l’importante production qui entourait la paix de Karlowitz.

Cartographie et célébration des conquêtes

7Le moment fut propice à une intense campagne de propagande chargée de célébrer la vigueur retrouvée de la République et la vaillance au combat de ses généraux. Pour la première fois depuis deux siècles, Venise était non seulement victorieuse des Turcs, mais elle étendait ses possessions au Levant en reconquérant la Morée et en prenant pied dans l’arrière-pays dalmate.

  • 6 La ligne des confins, délimitée par le commissaire Battista Nani et arrêtée par le traité du 30 oct (...)
  • 7 Le traité de Karlowitz reconnaît aussi à Venise la Morée, les sept îles ionniennes de Santa Maura, (...)

8Les opérations victorieuses qu'elle avait conduites en Dalmatie pendant la guerre de Candie (1645-1669) s’étaient traduites par de très faibles gains territoriaux car les Turcs, au moment de la signature du traité en 1669, ne reconnurent la qualité de conquête qu’aux forteresses qui avaient été occupées ou défendues pendant toute la durée de la guerre6. Il en alla différemment à l’issue de la guerre menée de 1684 à 1699. Dès les premières années (1685-1688) du déclenchement du conflit qui mit aux prises les Turcs avec les Vénitiens, les Impériaux et les Polonais, les provveditori vénitiens Pietro Valier et Girolamo Corner remportèrent des victoires décisives : à Sign, à Torre di Norentino et Castelnuovo dans l’estuaire du Narenta, à Tenin et Verlica. Ces avancées furent complétées, en 1694, par les prises de Lesina sur le Narenta, de Citluch et des territoires de Zazabie, de Popovo et de Trebigne. À l'issue de ces campagnes, Venise pouvait espérer conserver les territoires conquis en s’appuyant sur le principe utipossidetis qui avait été adopté lors de préliminaires de Vienne de juin 1698 et reconnaissait la conservation des territoires conquis. En vérité, lors de l’ouverture des négociations à Karlowitz, Vienne contraignit Venise à accepter un plan de partage qui contrevenait à ce principe sous peine de la laisser seule face aux Turcs. En dépit de cette manoeuvre, le traité du 26 janvier 1699 accordait à la République, outre la Morée, les citadelles de Tenin, Verlica, Sign, Duare, Vegorza, Citluch, le golfe de Cattaro avec Castelnuovo et Risano7.

  • 8 Sur la restitution de l’événement, Christian Jouhaud, « Imprimer l’événement », in Roger Chartier ( (...)
  • 9 L. Marasso et A. Stouraiti, Immagini dal mito. La conquista veneziana della Morea (1684-1699), Veni (...)

9Ces conquêtes furent d’une exceptionnelle importance. Venise pouvait se prévaloir d’un rôle éminent dans la reconquête de la chrétienté face aux Turcs et revendiquer une place de premier plan parmi les puissances ; elle restaurait une partie de son empire au Levant et renouait avec sa vocation maritime ; elle refondait les bases de sa propre cohérence et réaffirmait la légitimité de sa classe dirigeante. Dans ces conditions, il n’est pas surprenant que les victoires aient alimenté une vaste production qui elle-même fit événement8. Fêtes et cérémonies, récits et commentaires, poésies et oraisons dédiées aux généraux victorieux, cycles picturaux et gravures commémoratives, dessins des forteresses conquises et cartes du théâtre des affrontements alimentèrent une intense propagande où transparaissaient non seulement le désir du patriciat de célébrer sa vocation politique, mais aussi la manière dont l’antagonisme avec les Turcs était perçu, l’usage qui était fait de l’histoire à des fins apologétiques et le mode de construction d’une mémoire collective9.

  • 10 Parmi une bibliographie pléthorique sur V. Coronelli, citons A. de Ferrari, « Coronelli, Vincenzo » (...)
  • 11 M. Milanese « Vincenzo Coronelli cosmografo », in D. Domini et M. Milanese Vicenzo Coronelli e l’Im (...)

10Les différents genres artistiques et littéraires firent œuvre commune au point qu’il est difficile de séparer les récits des cartes qui les accompagnèrent. A l’œuvre de Pietro Garzoni, historiographe de la République, font écho les publications de Vincenzo Coronelli, l’un des plus grands géographes de son temps, élevé au rang de cosmographe officiel en 168510. La même année, le gouvernement vénitien lui confia le soin d’illustrer les récentes conquêtes des campagnes militaires en Morée et en Dalmatie en mettant à sa disposition un large matériel documentaire constitué de cartes, de croquis, de notes, de carnets de campagne établis par les officiers sur le terrain11. Les Memorie istoriografiche del Regno di Morea e Negroponte publiées en 1687 et l’édition réduite publiée un an auparavant, Conquiste della Repubblica in Dalmatia, Epiro e Morea, connurent un immense succès (15 éditions en deux ans, des traductions en français, allemand, anglais, flamand) qui témoignait de la curiosité du public pour les nouvelles conquêtes ; et elles furent mises à jour, dans les éditions successives, en fonction des nouveaux faits d’armes. Après l’achèvement de la guerre, en 1706, V. Coronelli publia la Topografia della Santa Lega, dédiée à P. Garzoni. Des ouvrages antérieurs lui avaient donné l’occasion de représenter la Dalmatie, en particulier les Isole città e fortezzepiù principali dell’Europa (1689), l'Isolario (1696-98), le Portolano o Specchio del mare Mediterraneo (1698).

11La plupart des cartes figurant dans les Memorie sont des œuvres de compilation réalisées par Coronelli dans son cabinet entre 1684-1685 à partir de la documentation fournie par les autorités. Si elles atteignirent leur but didactique en proposant aux contemporains des illustrations du cadre et des étapes de la conquête, elles ne reposaient sur aucun relevé de terrain systématique et manquaient, à dire vrai, d’originalité.

  • 12 Il est possible que cette œuvre ait fait partie des travaux préparatoires réalisés en 1684 par Coro (...)

12Dans l’ensemble de cette production, des cartes ont cherché à rendre compte de l’expansion territoriale vénitienne en indiquant le déplacement de la ligne frontière. Vincenzo Coronelli s’y est employé dans le Ristretto della Dalmazia, publié en 1715, mais qui reprenait sur une seule feuille deux cartes de l’Isolario (Figure 1). Le fond de la carte est conforme aux modèles en vigueur : les indications toponymiques sont plus denses le long des côtes sans pour autant négliger l’intérieur des terres et les territoires sous domination étrangère, les forteresses sont localisées avec précision, le tracé des fleuves et de leurs affluents contraste avec le schématisme des chaînes montagneuses. Selon le style de Coronelli, la carte présente une très riche décoration : un cartouche en haut à droite, où le titre de la carte est suivi de la dédicace à Giovanni Francesco dei Conti Barbaran dont les armoiries figurent sur le drapeau voisin ; en bas à droite, les armoiries de la Dalmatie soutenues par des animaux marins ; et enfin, une allégorie de Venise portée en triomphe sur les eaux12. La carte fait une large place au texte, soit sous la forme d’une vignette à un emplacement laissé libre, à l’image de la liste des victoires située entre les îles et l’allégorie de Venise, soit sur la carte elle-même à proximité des lieux des combats, et donc aux dépens d’informations topographiques qui se trouvent éliminées de la représentation. Enfin, pour visualiser les territoires des différentes puissances, la carte de Coronelli fait usage de couleurs qui sont expliquées dans la légende située à gauche du feuillet : l’État vénitien en vert ; les nouvelles conquêtes vénitiennes en jaune pâle ; l’État impérial en rose ; la République de Raguse en marron et l’Empire ottoman en jaune. Au contact des masses colorées, la ligne frontière est nette, souvent rectiligne conformément aux articles de la Paix de Karlowitz.

13D’une carte à l’autre cependant, le mode de représentation des confins n’est pas uniforme. Une carte manuscrite, anonyme et non datée (Figure 2), mais réalisée dans la première décennie du xviiie siècle, met en relief la bande côtière et les confins avec l’Istrie, la Croatie, la Bosnie et l’Albanie en omettant volontairement de représenter les territoires qui entourent la Dalmatie et en renonçant à agrémenter la mer adriatique de dessins allégoriques – la seule concession est la rose des vents et la mention Golfe de Venise. Ce choix crée l’illusion du vide pour mieux mettre en relief la bande côtière. Cependant il est imparfaitement respecté puisque les fleuves qui se prolongent en aval en territoire vénitien sont dessinés, mais aussi, plus curieusement, des rivières de Bosnie se jetant dans des lacs et le cours en amont du Lim, qui est brutalement interrompu avant de rejoindre la Drina. L’absence de cohérence dans les choix adoptés tient au fait que les alentours de la Dalmatie ne constituent pas le sujet de la carte et peuvent donc être traités avec liberté. L’essentiel est ici de cartographier l’avancée vénitienne en usant de deux couleurs – le rouge pour les anciennes possessions, le jaune pour les nouvelles – et d’une ligne pointillée pour délimiter les confins. Des symboles rouges sont également employés pour localiser les forteresses et les principaux lieux habités.

  • 13 Il existe, cependant, quelques cartes qui traitent de manière indifférenciée les provinces ottomane (...)

14En dépit de leurs différences, ces œuvres inauguraient un genre nouveau qui était à la fois thématique et dynamique13. Thématique car il s’agissait de mettre en relief les possessions propres, au besoin en éliminant de la représentation tout ce qui les entourait ou en marquant une très nette hiérarchie dans le traitement de l’essentiel et l’accessoire pour ne pas surcharger la carte. Dynamique, car la visualisation du déplacement de la ligne frontière était l’un des objectifs centraux de la carte. Dans tous les cas, le tracé de la frontière était sûr, net et rectiligne ne laissant place à aucune incertitude. Une carte dont la finalité était de visualiser les limites de la souveraineté ne pouvait souffrir aucune approximation apparente.

Tracé de la frontière et confusion topographique. L’exemple de la ligne de Knin à Verlica

15Si l’on délaisse la production imprimée destinée au public, une autre image, plus complexe, se dégage des cartes, des croquis, des esquisses réalisés lors des négociations destinées à fixer les limites.

  • 14 Museo Civico Correr (MCC), Mss. Morosini-Grimani, b. 484, I/1, copie des chapitres de la paix de Ka (...)
  • 15 Sur les notions de limite et de frontière, je renvoie à l’ouvrage, désormais classique, de Daniel N(...)
  • 16 Sur les échanges de toute nature de part et d’autre de la frontière et leur rôle dans l’équilibre d (...)
  • 17 En 1671, la frontière entre Vénitiens et Ottomans en Dalmatie avait déjà fait l’objet d’une délimit (...)
  • 18 Si les Ottomans se soumirent au principe des négociations et aux conditions des puissances européen (...)

16L’article 8 de la paix de Karlowitz fixait la frontière à des citadelles liées entre elles par des lignes droites14. Autour de chaque forteresse, Venise avait obtenu une zone semi-circulaire de défense dont le rayon était équivalent à une heure de marche. Elle étendait également sa souveraineté à tout le golfe de Cattaro à l’exception de trois villages au nord de Budua, occupés par des Monténegrins, et du pays de Zuppa et Garbili. Il s’agit des seuls cas où le peuplement est entré en ligne de compte dans la délimitation de la frontière. Partout ailleurs, ce fut une conception abstraite et géométrique qui prévalut dans le tracé des limites politiques. L’espace frontalier n’en demeurait pas moins complexe15. Dans une perspective militaire, il restait constitué de points d’appui et de têtes de pont qui offraient la possibilité de pénétrer en territoire ottoman à l’occasion d’un conflit qui immanquablement adviendrait. L’essentiel pour Venise était de disposer d’une chaîne de places fortes sur lesquelles elle pût s’appuyer pour organiser sa défense et passer à l'offensive. La fixation d’une ligne frontière n’a jamais empêché, par ailleurs, l'intense circulation des hommes, des bêtes et des marchandises, au prix parfois de tensions, entre des territoires complémentaires où les usages locaux étaient étrangers à une ligne de démarcation politique qui a, de surcroît, connu des déplacements au xviie siècle et dans les deux premières décennies du siècle suivant16. La délimitation n’en demeurait pas moins un enjeu de première importance pour des puissances à l'affût de gains territoriaux – y compris symboliques – et avides de maintenir, au cours des négociations, un rapport de force qui n’était rien d’autre qu’une continuation de la guerre par d’autres moyens. Dans le traite de Karlowitz, les Turcs acceptèrent – fait nouveau – le principe de fixer des limites politiques précises17, mais ils furent aussi soucieux de renvoyer leur tracé à des négociations ultérieures dans l’espoir d’établir sur le terrain un rapport de force qui leur fût moins défavorable18. Face à des négociateurs qui entendaient démontrer leur habileté, leur connaissance des lieux et leur force, y compris en déployant une cavalerie pléthorique, il s’agissait pour Venise de gagner sur le terrain ce qu'elle avait obtenu par la haute diplomatie.

Figure 1 : Ristretto della Dalmazia diuisa ne’suoi contadi, già presentata alla Serenissima Republica di Venezia, etc. Dal P. maestro Coronelli M.C. cosmografo publico, e suddito suo fedelissimo. Consacrata all’eccellenza del signor Gio. Francesco de Conti-Barbaran, patriziato veneto, etc. In Venezia, MCCXV.
auteur : Vincenzo Coronelli ; date : 1715 ; dimension : 42,7x111,3 cm ; échelle : « Miglia d’Italia 30 » = 9,4 cm ; description : carte imprimée et territoires colorés à l’aquarelle ; lieu de conservation : Fondazione Querini Stampalia, Banco I/B/97/20

Figure 2 : Aucun titre ; date : début du xviiie siècle ( ?) ; auteur : anonyme ; dimension : 44,8x68 cm ; échelle : « scala di Miglia Italiani 60 » = 12,1 cm description : carte manuscrite, territoires colorés à l’aquarelle ; note : plan d’une fortification et d’un siège au dos de la carte ; lieu de conservation : Fondazione Querini Stampalia, Banco I/B/97/22

  • 19 La délimitation des frontières vénéto-ottomanes est abordée dans la longue durée par M. P. Pedani F(...)
  • 20 M. P. Pedani Fabris, op. cit., p. 174.
  • 21 La carrière et l’activité en Dalmatie de Giovanni Grimani, ainsi que celles de son frère, Francesco (...)
  • 22 Les ingénieurs qui entourent Giovanni Grimani font l’objet d’une présentation dans le livre précéde (...)
  • 23 ID., « Sigismondo Alberghetti », in op. cit., p. 630.

17La conférence destinée à fixer la frontière se réunit dans un campement dressé à Sternizza aux confins des possessions autrichiennes, vénitiennes et ottomanes, du mois d’avril 1699 au mois de février 170119 Elle rassembla autour du commissaire vénitien, Giovanni Grimani, et de l'émissaire turc, Osman Aga, des ingénieurs, des médecins, des interprètes et des centaines de fantassins, de cavaliers et de serviteurs20. Giovanni Grimani (1652-1702), qui a laissé un remarquable journal (diario), une riche correspondance et des dépêches adressées au Sénat, conduisit les négociations avant de se rendre le long de la frontière pour vérifier si les limites matérialisées par des cônes de pierres (masiere) et des signes gravés sur le rocher (une croix vers le domaine vénitien et un croissant vers le domaine turc) étaient conformes aux décisions arrêtées. Il visita les lieux d’importance stratégique et économique, le long du fleuve Narenta et plus au Sud, le golfe de Cattaro où la restauration de la citadelle de Castelnuovo fut sa principale préoccupation21. Il s’était, entre autres, adjoint les services de Giusto Emilio Alberghetti (1666-1755), issu d’une illustre famille de fondeurs et d’artilleurs au service de la République depuis la fin du xve siècle. Il revint à cet ingénieur de renom, chargé du cadastre de Morée, auteur de traités sur les fortifications et rompu aux meilleures techniques cartographiques, la tâche délicate d’effectuer les relevés topographiques, de dessiner les sites des confins et de dresser les plans du lazaretto de Castelnuovo22. Son frère Sigismondo Alberghetti, artilleur et spécialiste de balistique et de sciences mécaniques, était resté à Venise où il était en contact avec des Sénateurs et les provveditori ai confiai, magistrats chargés d’éclairer le gouvernement sur les affaires relatives aux frontières de la République23.

18Les dépêches officielles, mais plus encore les lettres adressées par Sigismondo Alberghetti à Giovanni Grimani, contribuent à corriger l’image d’un Etat parfaitement maître de la topographie des territoires qu’il venait de conquérir. Les lettres écrites par S. Alberghetti au début des négociations, entre juin et septembre 1699, révèlent un savoir géographique incertain, inégalement partagé et, en tout état de cause, en construction, tant paraît grand le décalage et les contradictions entre le savant de cabinet resté à Venise et les ingénieurs sur le terrain, entre les certitudes erronées affichées par certains sénateurs et les thèses défendues par les hommes de science. Cette situation conduit à reconsidérer les négociations, qui se jouèrent sur plusieurs fronts : avec les Turcs bien sûr, mais aussi avec une partie des autorités restées à Venise qui n’avaient pas la même perception du terrain et enfin sur le front topographique car il convenait de se doter d’outils qui serviraient de base incontestée à la discussion, à la maîtrise à venir du territoire et à sa défense.

19Dans une lettre datée du 10 juin 1699, Sigismondo Alberghetti rappellait à Grimani tout l’intérêt d’acquérir rapidement une information cartographique fiable :

  • 24 Museo Civico Correr (MCC), Mss. Morosini-Grimani, b. 529/2, lettre du 10 juin 1699 adressée par Sig (...)

Après la ligne qui sera accordée par Votre Excellence, rien n’est plus essentiel et ne pourra mieux contribuer à la stabiliser que les plans des places frontières, avec leur profil et la topographie très soignée des environs de chacune d’entre elles, parce que, quand bien même il ne serait pas nécessaire de fortifier celles-ci, ces plans serviraient tout particulièrement, et quelle qu’en soit l’occasion, à leur défense, en offrant les moyens de rendre difficile leur attaque et facile, ou moins dangereuse, l’arrivée de secours. De telles cartes et de tels modèles sont toujours utiles sous les yeux de généraux, surtout quand se présente la menace d’une invasion de l’État, pour évaluer le moyen de défense le plus avantageux ; et ils sont d’autant plus nécessaires à ce gouvernement qui, en temps de guerre, se sert naturellement de commandants étrangers qui n’ont aucune pratique du pays. La topographie exacte peut les instruire même quand ils ont séjourné plusieurs années dans ces régions, en leur permettant de méditer leur action et donner leurs ordres avant la marche. Avec la seule idée du site aussi parfaite qu’ils puissent la concevoir, ils n’auraient jamais de pareilles facilités pour la répartition des troupes24.

20Certes, les autorités vénitiennes disposaient de cartes manuscrites et de croquis, dans des quantités bien plus importantes que ce qui est aujourd’hui conserve dans les archives. On sait que Vincenzo Coronelli avait exploité, en 1684-1685, un important matériel cartographique constitué au cours des campagnes militaires, que Carlo Ruzzini, représentant vénitien à la conférence de Karlowitz et ambassadeur à Vienne, et Giovanni Grimani lui-même avaient dans leurs malles des cartes pour mener les négociations. Mais elles étaient assurément peu nombreuses et imprécises au sujet des territoires nouvellement conquis.

  • 25 Le chapitre 8 du traité de Karlowitz stipulait que Venise disposait autour de ses citadelles d’une (...)
  • 26 Sigismondo Alberghetti adresse à Giovanni Grimani un billet « transmis comme une lettre amoureuse p (...)

21Le premier sujet qui mit à nu l’absence d’une documentation homogène entre Venise et le lieu des négociations concerna le tracé de la ligne semi-circulaire autour de la forteresse de Knin et de l’axe qui reliait cette dernière à la citadelle de Verlica25. Le débat se déroula en trois temps. A la fin du mois de juin 1699, certains sénateurs dont l’identité n’est pas révélée étaient convaincus que Giovanni Grimani avait tracé la ligne droite en direction de Verlica à partir de l’angle latéral de la citadelle le plus avancé et avait interprété dans un sens favorable aux Turcs l’article 8 du traité en réduisant la distance proportionnelle à une heure de marche à 600 pas vénitiens. Sigismondo Alberghetti jugea que Giovanni Grimani avait habillement manoeuvré puisque, en échange de concessions sur l’estimation d’une heure de marche, il aurait obtenu que les lignes droites fussent tracées à partir d’un point situé à 600 pas de l’angle le plus avancé de la citadelle en direction des Turcs, ce qui se serait traduit par un gain territorial tout le long de la frontière. Mais les arguments de celui-ci n’ont pas emporté l’adhésion de tous les sénateurs faute sans doute d’explications et d’un support cartographique convaincants26.

22Sigismondo chercha à compenser, à la hâte, ce manque avec l’aide de son frère qui travaillait sur le terrain. Le 2 juillet 1699, il écrivait à G. Grimani :

  • 27 Ibid., lettre du 2 juin 1699 adressée par Sigismondo Alberghetti à Giovanni Grimani.

Il est impossible que mon travail corresponde jamais au désir que j’ai de servir Votre Excellence, toutefois le doute que j’ai de ne pouvoir suppléer mon frère est encore plus grand. Je l’ai prié de m’envoyer les observations qu’il fera avec l’instrument pour l’aider dans le calcul des distances et des hauteurs et recouper celles qu’il a eu le temps de calculer. Je supplie aujourd’hui dévotement Votre Excellence, sachant cela utile pour l’intérêt public et pour la gloire de Votre Charge, de lui commander de me transmettre au fur et à mesure les esquisses, les vues avec tous les angles qu’il jugera nécessaires, dans l’espoir de pouvoir lui renvoyer les calculs avant qu’il ait terminé de se tourmenter sur ses esquisses ; ainsi avec une plus grande célérité et exactitude, il pourra perfectionner son travail, pour qu’il soit, comme je le désire de tout coeur, digne des attentes de Votre Excellence (...)27.

23Deux jours plus tard, le 4 juillet 1699, Sigismondo Alberghetti était en possession de dessins qui lui permettaient d’argumenter auprès des sénateurs. Il répondait à G. Grimani :

  • 28 Ibid., lettre du 4 juillet 1699 adressée par Sigismondo Alberghetti à Giovanni Grimani.

D’après l’information reçue de mon frère, qui dit avoir commencé à tirer la ligne d’un point situé à 600 pas de l’angle le plus avancé de la place de Knin et à la prolonger de manière rectiligne, vers le sud-est en direction de Verlica, j’ai compris que la Grande Vertu de Votre Excellence a su donner un avantage apparent aux Turcs, en réduisant à 600 pas l’heure du pays, pour en obtenir un substantiel en faveur de Votre Patrie, avançant vers le pays turc d’une distance équivalente sur toute la longueur de la ligne, au-delà de ce qui était convenu dans l’accord des articles de la paix ; l’intérêt en sort considérablement conforté comme le montre le calcul que j’ai envoyé sur l’esquisse de la ligne (...). J’ai eu l’occasion de faire hier un dessin identique avec les mêmes indications et le même calcul pour persuader l’Excellentissime Seigneur Vettor Zane de cet avantage que Son Excellence avait laissé en suspens, à tel point qu’il était disposé à parler ce soir au Sénat contre ce que vous avez convenu. J’espère qu’il sera touché par les puissants arguments dont j’ai accompagné ma claire démonstration des avantages que l’on pourrait tirer sur le papier, et je peux au moins vous assurer qu’il n’a pas pu les contredire. Ce qu’il adviendra ce soir, Votre Excellence le saura mieux que moi (...)28.

24Le 7 juillet, Sigismondo Alberghetti jugea bon de reprendre son argumentation en faveur de la ligne Grimani alors que certains Sénateurs affichaient encore leur doute et leur réprobation.

25« Malgré tous mes calculs et mes démonstrations mathématiques, s’est déclarée l’opposition à l’accord conclu par Votre Excellence sous prétexte qu’il porte préjudice ; et si après de longues disputes a prévalu l’approbation, il reste encore de nombreux sénateurs dans l’ignorance de l’avantage que Votre singulière Prudence a, par ce principe, apporté à l’intérêt de la République ».

  • 29 Ibid., lettre du 7 juillet 1699 adressée par Sigismondo Alberghetti à Giovanni Grimani.

26S. Alberghetti pointe du doigt ceux qui « profess[ent] une connaissance distinguée de chaque partie de la Dalmatie », qui « [ont] persuadé d’autres de la fausseté des démonstrations [de Grimani], et ainsi pouss[ent] beaucoup à la perplexité », qui enfin « aliment[ent] le doute, alléguant que, si était vrai un tel avantage selon [son] calcul, [Son] Excellence l’aurait mis en avant ». Il exhorte enfin G. Grimani à « faire comprendre à chacun clairement qu’il a obtenu plus qu’il ne pouvait prétendre afin qu’il ne puisse rester le moindre doute, en joignant à ses dépêches la topographie exacte de la partie de la ligne qui a été jusqu’ici formée »29.

  • 30 Ibid., lettre du 10 juillet 1699 adressée par Sigismondo Alberghetti à Giovanni Grimani. Le traité (...)

27Vint le temps de la confusion puisque Sigismondo Alberghetti comprit dans « les dernières lettres [de G. Grimani] que la ligne avait été tirée de Knin a Verlica à partir de l’extrémité des deux places, et non de 600 pas vers le pays turc ». Toute l’argumentation qu’il avait développée auprès des Sénateurs s’effondrait. Soucieux de contenir les ambitions ottomanes, il invitait G. Grimani à fixer la frontière au-devant de la ligne rectiligne en s’appuyant sur les éléments naturels. « Pour défendre l’idée de considérer les fleuves comme des frontières, Votre Excellence », écrivait-il le 10 juillet 1699, « aura noté toutes les expressions favorables dans le traité de paix : la raison naturelle l’inspire pour établir la quiétude des populations voisines (...) »30.

28Vint, enfin, le moment où l’arrivée, à la fin du mois de juillet, d’une carte de la main de Giusto Emilio Alberghetti (Figure 3) contribua à lever les incertitudes, en permettant de visualiser la position de la ligne frontière établie par G. Grimani. Le dessin en perspective fait figurer la ligne entre les citadelles de Knin et Verlica que souhaitaient tirer les Turcs et celle qui a été effectivement adoptée et dont le tracé était au deux tiers achevé. La légende mentionne la distance entre les points de repères numérotés de A à V qui s’étendent, selon un axe linéaire, sur une quinzaine de kilomètres. La ligne dont le tracé n’a pas encore été balisé est figurée en pointillé. Seul le paysage le long de la zone frontalière est représenté, cependant G. E. Alberghetti l’élargit sur la gauche de la carte pour dessiner l’emplacement du campement où ont lieu les négociations. Dans sa lettre du 1er août 1699, Sigismondo Alberghetti faisait état de son contentement à la vue d’une telle carte :

  • 31 M.C.C., Mss. Morosini-Grimani, b. 529/2, lettre du 1er août 1699 adressée par Sigismondo Alberghett (...)

Le dessin au sujet de la ligne de Knin à Verlica transmis par Votre Excellence, démontrant clairement l’avantage que la Grandeur de Votre Esprit n’a pas voulu mettre en avant, dissipa toutes les zones d’ombre que chacun s’imaginait selon sa fantaisie et tandis qu’il révélait clairement l’œuvre de Votre grand Zèle, même les plus critiques ont été contraints à en faire l’éloge, même s’ils avaient été réservés sur vos dépêches31.

29Sigismondo Alberghetti dut cependant prendre la défense de son frère auquel certains reprochaient d’avoir fait le dessin à l’envers, à partir du territoire turc. Il se plaignait de manquer de relevés et de minutes pour argumenter avec force :

  • 32 Ibid.

J’ai cherché à défendre l’honneur de mon frère d’une pareille invective et justifier la forme de son opération comme nécessaire et exacte, mais ne m’étant pas permis de la voir, je ne pouvais le faire avec la vigueur et la franchise que requiert une réfutation sereine. Si j’avais eu l’esquisse, avec les descriptions de l’original, je serais peut-être parvenu à répondre à chaque détracteur (...32).

  • 33 Les controverses autour du triple confin au xviiie siècle ont laissé une ample documentation. ASV, (...)

30À cette controverse s’en ajouta une seconde relative à la topographie de la région où devait être fixée la triple frontière entre Autrichiens, Ottomans et Vénitiens. Celle-ci s’inscrivait dans un contexte tendu puisque, depuis le mois de juin 1699, les Impériaux avaient occupé la citadelle de Zuonigrad, sur la rive droite de la Zermagna en possession de Venise depuis 1684, sous prétexte que Zuonigrad n’appartenait pas à la Dalmatie, mais était dépendante de la Hongrie et de la Croatie alors que les Vénitiens l’occupaient au titre de l’article 8 de la ligue de Lintz scellée en 1684 selon lequel les territoires arrachés aux Turcs resteraient entre les mains de leurs conquérants. Sans attendre l’arrivée du commissaire Grimani, les émissaires turc et autrichien fixèrent les confins sur le mont Dibello Barbo alors que le Sénat vénitien entendait les placer plus en retrait pour dégager le flanc de la forteresse de Knin. Non seulement les démarches vénitiennes furent vaines pour récupérer leur dû, mais les impériaux revendiquèrent la possession de l’ensemble de la montagne de la Morlacca jusqu’au fleuve Zermagna au titre de son appartenance ancienne à la Croatie. Ils parvinrent partiellement à leurs fins, en 1719, à l’issue de la paix de Passarowitz en prenant pied plus en aval dans la vallée de Zermagna33.

31Au mois d’août 1699, Sigismondo Alberghetti travaillait, sans doute en collaboration avec les Provveditori ai confiai, à définir un argumentaire en réponse aux prétentions autrichiennes. Il disposait d’une documentation géographique assez riche pour définir la position des principales places fortes et le territoire auquel elles se rattachaient :

  • 34 MCC, Mss. Morosini-Grimani, b. 529/2, lettre du 20 août 1699 adressée par Sigismondo Alberghetti à (...)

Otton est situé entre Stermizza et Zuonigrad, à la même hauteur que celle-ci, c’est-à-dire aussi loin de la mer que Zuonigrad ; elle est plus haute que Stermizza, et plus encore de Plauno, qui se trouve à peu de milles sous Stermizza ; on trouve sur le versant en direction de la Croatie les sources du fleuve Zermagna, ou Ebroazzo, et de l’autre côté vers Knin les sources du Buttinschizza, petite rivière, qui rejoint la Kerka en aval de Knin34.

32Tout laisse entendre que S. Alberghetti ne manquait pas de preuves (annales historiques, archives) pour démontrer que les revendications de l’Autriche étaient abusives et en contradiction avec le traité de Karlowitz. L’idée que la Croatie s’étendrait au-delà de la Zermagna jusqu’à Knin et, partant, jusqu’au fleuve Cettina était réfutée en arguant du fait que pour tous les géographes (sic) la région entre les fleuves Zermagna e Kerka était appelée Liburnia ou Contado di Zara, et à ce titre appartenait à la Dalmatie. Le mont Otton, au pied duquel prenaient sources les deux fleuves, ne pouvait être situé en Dalmatie et servir de prétexte à des revendications territoriales sur la Liburnia.

33Toutefois les indications topographiques et les références historiques que S. Alberghetti mobilisa lui apparaissent trop vagues pour évaluer les conséquences territoriales du tracé de la frontière et les inconvénients qu’il pourrait en découler. Il en fit l’aveu :

  • 35 Ibid.

N’ayant aucune carte exacte, il y a un doute sur le fait de savoir si, en tirant une ligne de Otton à Knin, la petite forteresse de Stermizza sera incluse dans la Bosnie ou dans la Dalmatie ; mais il est certain que Plauno reste à la République, ce qui aurait été plus hasardeux si de Knin on avait dû tirer la ligne jusqu’à Zuonigrad pour se rattacher au territoire impérial, sur les Monts morlaques, conformément à l’article 8 et aurait été sûrement exclue Stermizza35.

Figure 3 : MDCIC, Tavola delli siti sopra si sono poste le masiere nel tirare la linea retta da Knin à Verlica ; date : 1699 ; auteur : Giusto Emilio Alberghetti ; dimension : 114,4x36,4 cm ; échelle : 1000 passi veniti = 7,3 cm ; légende : dichiarazione delle linee. La verde è giusto conforme la volevano tirare li Turchi. La Rossa è quella che si è tirata sino alla Lettera V dal giorno delli 20 giugno e terminato li 25 detto. La punteggiata nera è quella che resta da tirarsi. Description : carte manuscrite à l’encre, lignes-frontières colorées ; lieu de conservation : MCC, Mss. Morosini-Grimani, b. 484/14, no 6 (M. 34361)

Figure 4 : Copia di dissegno traita da altro simile dato dal Commissario Cesareo comte Luigi Marsili, all’lllustrissimo & Eccelentissimo Signor Giovanni Grimani Commissario Veneto, nel quale resta espresso et sito, dove fù posta la Meta del Triplice Confin, distinquendosi con Linea verde il terreno Cesareo dal Turco, e con la rossa il Turco dal Veneto ; date : 1699 (?) ; auteur : inconnu ; échelle : non précisée ; description : dessin manuscrit à l’encre, les lignes colorées mentionnées dans le titre ne sont pas reportées sur le dessin ; lieu de conservation : MCC, Mss. Morosini-Grimani, b. 530/1 (M. 34360)

34En dépit de ces doutes, il jugea avantageuse la fixation de la triple frontière à Otton puisqu’elle ne remettait pas en cause la position de la frontière avec l’Autriche sur la cime des Monts morlaques et ses prétentions sur Zuonigrad.

  • 36 L’activité du comte Marsili témoigne de la volonté de l’Autriche d’accompagner la fixation des fron (...)

35Ce savoir, fait de conjectures plus que de certitudes, fut l’objet de rapides révisions à mesure que de nouveaux dessins lui parvinrent. On ignore s’il a eu entre les mains la copie d’une carte du site dessinée en perspective et donnée par le commissaire autrichien, le comte Luigi Fernandino Marsili, à Giovanni Grimani (Figure 4)36. Il aurait alors constaté que ses déductions étaient souvent erronées. Il les révisa d’ailleurs, dès le 27 août 1699, à la faveur de l’arrivée de nouveaux dessins réalisés par son frère.

Dans le dessin que Votre Excellence a dernièrement transmis, j’ai observé que Plauno est vers l’ouest, davantage au sud-est de Knin et un peu moins au nord-est, comme le montraient les autres papiers ; que la source du fleuve Zermagna se trouve à 6 milles environ au-dessus de Zuonigrad et non à ses pieds.

La carte comme outil de persuasion

36La controverse qui avait opposé des sénateurs à Giovanni Grimani et Sigismondo Alberghetti deux mois plus tôt au sujet le ligne Knin/Verlica se reproduisit en des termes analogues quand il fallut délimiter le Triple confin. La révision des connaissances topographiques à mesure que des relevés sûrs parvenaient à Venise fut mise en cause, par certains sénateurs, au nom d’un savoir ancien, de souvenirs personnels et de l’expérience du terrain. S. Alberghetti s’en émut :

37« En matière de faits sont dites des choses plutôt curieuses : qu’il n’est pas possible que la source du fleuve Zermagna soit distante de 6 milles de Zuonigrad alors qu’ils l’observèrent à son pied ; que celle-ci ne peut pas être aussi proche de Knin comme il est représenté sur le dessin alors qu’ils pouvaient difficilement passer d’un lieu à l’autre en une journée avec de bons chevaux, et d’autres souvenirs de ce genre. Il est remarquable qu’ils prétendent se souvenir mieux de ces sites, qu’ils virent à la hâte un court instant il y a six ans, que Votre Excellence, qui les observe de ses propres yeux, fait dessiner leurs relevés et qui, étant avec son campement proche des sources de la Zermagna ne saurait voir Zuonigrad qui devrait les dominer (...) ».

38S. Alberghetti fit valoir la rigueur des relevés qu’il voulait voir unanimement reconnus :

  • 37 La perche (pertica) désigne à la fois une unité de mesure et une règle pour tirer des lignes droite (...)
  • 38 M.C.C., Mss. Morosini-Grimani, b. 529/2, lettre du 27 août 1699 adressée par Sigismondo Alberghetti (...)

Les présentations erronées d’un sujet qui découle des faits sont difficiles à corriger et troublent la clarté de la raison dans l’esprit de ceux, qui ne sont jamais allés dans ces régions, et qui entendent peu de choses aux dessins. Pour prouver ouvertement combien elles sont sans fondement et capricieuses, il n’y a pas meilleur moyen que de démontrer les fondements de l’opération. La situation des lieux est donnée par le moyen des Angles qu’ils forment avec une déclinaison, observée de manière précise. A cette opération Votre Excellence même peut assister par curiosité ou en confier la mission à un gentilhomme pour voir mesurer de longues lignes avec les perches, que nous appelons « bases »37. Grâce à ces deux principes, on peut aller jusqu’à Constantinople et encore au-delà, en calculant toutes les distances des lieux, les hauteurs des monts, la profondeur des vallées ; et sans jamais plus mesurer autre chose. Ainsi Votre Excellence devrait assurer au Sénat que vous avez observé de vos yeux la déclinaison de quelques lignes, et que par exemple celle qui va de Knin à Verlica est bien sud-ouest / nord-ouest, ou tant de degrés en plus d’un côté que de l’autre ; que la base a été mesurée avec l’assistance d’un gentilhomme, laquelle pourrait être la ligne de Knin à Verlica, cela couperait court à ces accusations ; parce que, à partir de ces deux informations sûres et incontestables, quand on dispose des angles de toutes les observations faites dans le pays, n’importe quel mathématicien est en mesure de savoir si la carte du site dont les angles ont été pris a été faite correctement.
Ainsi Votre Excellence doit ordonner à mon frère de m’envoyer les notes des dits angles, et vous pourriez dans le même temps me charger de rendre compte des opérations qu’il conduit, à chaque fois que serait mise en cause leur exactitude, étant sûr que je m’en sortirais avec honneur (...)38.

  • 39 Sur l’histoire des opérations topographiques, voir Maurice Daumas (dir.), Histoire générale des tec (...)
  • 40 600 pas vénitiens correspondent à 1043m.

39Bien qu’on ne dispose plus des levés et des calculs de G. E. Alberghetti et qu’on ne connaisse pas la nature exacte des instruments qu’il a utilisés, beaucoup d’éléments laissent entendre qu’il s’est appuyé sur la triangulation pour reconstituer la topographie des confins39. Fondée sur les principes élémentaires de la trigonométrie, cette technique lui a permis de déterminer la position des sommets de triangles tracés de proche en proche à partir d’une base de référence de longueur connue (un rayon de 600 pas vénitiens à partir de la citadelle de Knin ?40), mais dont la position astronomique dans le cas présent, n’a sans doute jamais été calculée. Ainsi, par le jeu des angles, G. E. Alberghetti est-il parvenu à préciser la position respective de points de repères entre Knin et Verlica et l’orientation de l’axe rectiligne qui reliait les deux citadelles distantes de plus de 20 kilomètres. La seconde technique qu’il a mise en œuvre visait à mesurer les distances en tenant compte de la dénivellation : elle alliait relevés empiriques grâce à une perche qui servait d’unité de mesure et calculs des angles à l’aide d’instruments de stadimétrie. Les levés, réalisés dans l’urgence et le long d’une bande étroite, n’ont rien de comparable, dans leurs méthodes et leurs étendues, à l’entreprise de triangulation conduite en France par Cassini, mais les résultats obtenus, en croisant les techniques d’arpentage et les règles de trigonométrie, étaient suffisamment fiables pour être utilisés à des fins diplomatiques en dépit de l’approximation des mesures.

Figure 5 : Aucun titre ; date : 1699 ; auteur : Giusto Emilio Alberghetti ; dimension : 32,2x13,7 cm ; échelle : 5000 pas vénitiens = 3 cm ; description : dessin à l’encre dont les fleuves et les frontières sont surlignés en couleur ; lieu de conservation : MCC, Mss. Morosini-Grimani, b. 484/1, 7, no 13

Figure 6 : Confini tra la Croatia e la Bosnia e tra questa e la Dalmatia stabiliti dalli commissarij delli due imperatori e della Republica seconde le Capitolationi di Carlovitz, e rappresentati all’Eccelentissimo Senate dall’Illustrissimo et Eccelentissimo Suo Commissario Giovanni Grimani fu del Kavalier e Procurator con due disegni di Giust’Emilio Alberghetti uniti in questo Foglio. date : 1699 ; auteur : Giusto Emilio Alberghetti ; dimension : 42,3x16 cm ; échelle : 5000 pas vénitiens = 3 cm ; description : carte imprimée ; lieu de conservation : MCC, Mss. MorosiniGrimani, b. 529/2.
Deux exemplaires existent par ailleurs : ASVe, Inquistori di Stato, b. 906, dessin 4 ; ASVe, Miscellanea Mappe, 1374/1-2.

  • 41 Le dessin de G.E. Alberghetti qui a été conservé (MCC, Mss. Morosini-Grimani, b. 484/1, 7, no 13) e (...)

40Le plaidoyer auquel se livra S. Alberghetti en faveur de ces techniques fut facilitée par l’arrivée, à la toute fin du mois d’août ou au début septembre, de deux dessins de son frère (Figure 5)41. Il s’agissait d’une carte en perspective à la même échelle dont l’orientation était conforme aux attentes des Sénateurs (l’observateur regardant en direction de la Bosnie ottomane). Elle ne restitue que la bande frontière qui, toutefois, n’est pas traitée de manière homogène : le relief en Dalmatie vénitienne est à peine figuré, le territoire ottoman, le long du fleuve Cettina est restitué avec plus d’épaisseur, la zone des confins des trois empires est représentée bien au-delà de la ligne frontière. Le cartouche est encore vide. À partir de l’extrémité la plus avancée de la citadelle de Knin est tracé un demi-cercle dont le rayon équivaut à 600 pas vénitiens et dont la base orientale sert de point de départ à la ligne frontalière en direction de Verlica. La zone semi-circulaire de défense, représentée par un trait rouge, est plus étendue. La confusion entretenue entre le demi-cercle qui sert à fixer le point de départ de la ligne frontalière et la zone défensive circulaire se trouve ainsi dissipée sur le dessin. Cette carte susceptible de faire taire les controverses de la ligne Knin/Verlicca et du Triple confin était destinée à une large diffusion parmi les autorités vénitiennes. Sigismondo œuvra en ce sens en faisant compléter le cartouche, puis la légende, et en la faisant imprimer : 32 exemplaires furent distribués dans un premier temps parmi les Sénateurs (Figure 6). Le 5 septembre 1699, il écrivait à G. Grimani :

  • 42 M.C.C., Mss. Morosini-Grimani, b. 529/2, lettre du 5 juillet 1699 adressée par Sigismondo Alberghet (...)

Les controverses autour de Votre Excellence font l’effet de nuages qui rendent plus resplendissant le soleil de Votre très prudente Vertu. Elles sont déjà toutes dissipées et celles, qui s’exposeront aux dessins, disparaîtront. La preuve la plus claire est que tous ceux de mon entourage m’en demandent une copie. Pour les satisfaire j’ai résolu de faire inciser unis les deux dessins : celui de la ligne de Knin à Verlica et celui du Triple confin. J’en apporte à Votre Excellence la preuve jointe, qui n’est pas encore terminée, et les premières parfaites seront consignées à l’Excellentissime seigneur Giovanni Battista qui me les a commandées, pour les envoyer à l’Excellentissime gouverneur de la Morée42.

41Le soin apporté par Giusto Emilio Alberghetti à la restitution en perspective de la zone du Triple Confin et l’empressement à réunir en une seule carte imprimée les deux dessins témoignent de la volonté de l’entourage de G. Grimani (négociateurs, ingénieurs sur le terrain, hommes de cabinet) de se doter, au plus vite, d’un outil dont la rigueur fasse taire les polémiques au sujet d’une zone à l’évidence mal maîtrisée, mais aussi envers des agents dont on doutait des compétences et des techniques cartographiques pour lesquelles certains affichaient une confiance modérée.

42Cet épisode, limité dans le temps et observé à partir de la correspondance de l’un des protagonistes est riche d’enseignements sur l’état des connaissances topographiques, les modalités de construction d’un savoir cartographique et ses formes de réception parmi les autorités.

  • 43 Le matériel cartographique des négociations de 1718 qui est conservé est plus important que celui c (...)
  • 44 Une autre carte de G. E. Alberghetti réalisée à la fin de l’année 1699 et représentant en perspecti (...)

43Au moment de tracer la nouvelle frontière, Venise n’était pas confrontée à l’inconnu, mais à l’incertitude. Lui faisait défaut une connaissance topographique rigoureuse, transcrite sur des cartes à grande échelle, des territoires qu'elle avait pris sur les Turcs. Le défi qu'elle devait relever était de situer exactement la position du relief et des places fortes les unes par rapport aux autres pour négocier en connaissance de cause. L’absence d’instruments cartographiques adéquats se posa dans les mêmes termes en 1718, au moment de la paix de Passarowitz, qui permit à Venise de repousser au-delà de Knin la frontière avec l’Empire ottoman. De nouvelles cartes de la région de Stermizza durent être réalisées pour l’occasion43. D’un point de vue cartographique, les confins formaient un front pionnier où la République avançait, démunie, dans des terres où ses émissaires n’avaient jamais travaillé auparavant44.

44La volonté de réduire l’incertitude a contribué indirectement à l’émergence de nouvelles pratiques géographiques. Ce processus n’est pas allé sans heurt, car les doutes relatifs à la position du relief et des citadelles n’handicapaient pas seulement la prise de décision, mais ils créaient un climat d’incertitude propice à jeter la suspicion, faute de procédures de vérification incontestables, sur les choix faits sur le terrain et à disqualifier aux yeux de certains les méthodes employées pour obtenir des relevés fiables. A l’issue de cet épisode, un nouvel ordre géographique est parvenu à s’imposer, non sans résistance. Les insuffisances du corpus cartographique existant et d’un savoir géographique essentiellement livresque faisaient l’unanimité pour qu’une enquête de terrains fût entreprise. Mais dans un premier temps, les nouvelles connaissances topographiques qui en découlaient n’emportèrent pas suffisamment l’adhésion – à cause de motifs où interférait sans doute le jeu des factions politiques – pour étouffer une autre logique de connaissance fondée sur le souvenir d’observations personnelles et l’expérience ancienne du terrain. Ce furent la réalisation et l’envoi de cartes qui permirent de trancher et d’établir une nette hiérarchie des sources de connaissance topographique au profit des relevés par triangulation dès l’instant où cette technique fut admise et comprise au-delà du cercle des ingénieurs et des géomètres. De cet épisode, ce furent donc la légitimité et l’autonomie du travail de terrain qui sortirent renforcées. Mais ce travail de terrain était aussi le fruit de l'interaction permanente entre l’ingénieur à pied d’œuvre dans les montagnes dalmates et le savant de cabinet, qui, à quelques centaines de kilomètres de là, contrôlait les résultats, orientait à distance les travaux et cherchait à persuader une partie des autorités de leur bien-fondé.

  • 45 Trois cartes de G. E. Alberghetti viennent l’illustrer : celle représentant la Triple frontière et (...)

45Malgré ces évolutions, les opérations cartographiques conduites en 1699 et 1700 le long de la frontière ne s’inscrivirent, en aucune manière, dans le cadre d’une campagne systématique de relevés qui aurait été trop lourde à mettre en œuvre et inutile compte tenu des objectifs de la mission. Il en résulta une couverture discontinue et hétérogène du territoire : entre la zone frontière et l’ancien domaine vénitien ; le long des confins, entre des segments qui avaient fait l’objet d’investigations approfondies et d’autres qui n’ont donné lieu à aucune carte ; entre les cartes elles-mêmes qui ont été réalisées à un moment donné en fonction de besoins particuliers selon une orientation, une échelle, un mode de représentation (perspective, planimétrique) très différents. La densité cartographique est le signe de l’intensité des enjeux dont les lieux étaient porteurs45.

46A la fin du xviie siècle, l’idée de cartographier la province de Dalmatie, à grande échelle, à partir de critères homogènes et selon les mêmes méthodes, était encore étrangère à l’esprit du temps. L’empirisme des techniques de mesure et l’urgence imposée par le jeu diplomatique firent le reste. Il n’en demeure pas moins remarquable que la cartographie des confins entreprise après Karlowitz a fonctionné comme un laboratoire où s’affirmèrent la pratique de terrain, les techniques de relevé et le primat de la carte sur d’autres sources de connaissance pour transformer les doutes topographiques en certitudes.

Notes

1 La synthèse la plus commode reste celle de G. Praga, Storia della Dalmazia, Varese, Editore Dall’Oglio, 1981 (1ère éd. 1954).

2 Une rapide analyse de l’histoire de la cartographie de la côte dalmate est proposée par A. Kisic, Croatian coasltines on maps and sea charts from 16th to 19th century, Dubrovnik, Dubrovacki muzej, 1988, p. 11-13. Pour plus de détails, voir G.A. Skrivanic, Monumenta cartographica jugoslaviae, Belgrade, Historical Institut of Belgrad, 1974. Sur l’Albanie : Albania. Immagini e documenti dalla Biblioteca Nazionale Marciana e dalle Collezioni del Museo Correr di Venezia, Tirana, Istituto Italiano di Cultura, 1998.

3 Sur les insulaires, citons entre autres : Franck Lestringant, « Fortunes de la singularité à la Renaissance : le genre de l’Isolario », Studi francesi, 28, 1984, p. 415-436 ; F.-X. Leduc, « Les insulaires (isolarii) : les îles décrites et illustrées », in Monique Pelletier (dir.), Couleurs de la terre. Des mappemondes médiévales aux images satellitales, Paris, Le Seuil-Bibliothèque Nationale de France, 1998, p. 56-61 et E. TURRI, « Gli isolari owero l’idealizzazione cartografica », in Navigare e descrivere. Isolari eportolani del Museo Correr di Venezia XV-XVIII secolo, Venise, Marsilio, 2001, p. 19-35.

4 Sur ces questions, renvoyons à Christian Jacob, L’empire des cartes. Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Paris, Albin Michel, 1992, en particulier le chapitre 1.

5 Sur les aspects des cartes frontières, voir François de Dainville, « Cartes et contestations au xve siècle », Imago mundi, t. XXIV, 1970, p. 99-121 ; Marcel Watelet, Paysages de frontières : tracé de limites et levés topographiques, xviie-xixe siècle, Paris/Louvain-la-Neuve, Duculot, 1992, ID., « Réorganiser les frontières, un devoir d’État », in Couleurs de la terre... op. cit., p. 126-31.

6 La ligne des confins, délimitée par le commissaire Battista Nani et arrêtée par le traité du 30 octobre 1671, laissait à Venise Novegradi, Possedaria, S. Filippo e Giacomo, Pacostane, Zlosella, Verpoglie, une partie du territoire de Trau, Salona et Clissa. La Turquie restait en possession de Zemonico, Aurara, Scardona, de 16 villes du territoire de Trau, de Poglizza, Macarsa e Risano. Voir G. Praga, op. cit., p. 202-203. Pour plus de détails sur le déroulement des conflits et les négocations diplomatiques, voir A. Bernardy, Venezia e il Turco nella seconda metà del secolo XVII, Florence, 1902 et M. Jacov, « Le guerre veneto-turche del XVII secolo in Dalmazia », Atti e memorie della Società dalmata di storia patria, XIX, 1991.

7 Le traité de Karlowitz reconnaît aussi à Venise la Morée, les sept îles ionniennes de Santa Maura, les deux forteresses crétoises de Suda et Spinalonga, Butrinto et Parga sur la côte épire. Voir G. Praga, op. cit., p. 208 et G. Cozzi, « La vicenda politica », in Storia di Venezia, t. VII, Venezia barocca, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1997, p. 91. Pour le détail des négociations, voir P. Cernovodeanu, « Le journal des travaux du Congrès de Karlowitz (1688-1699) », Revue des Etudes Sud-Européennes, XIX/2, 1981, p. 325-354.

8 Sur la restitution de l’événement, Christian Jouhaud, « Imprimer l’événement », in Roger Chartier (dir.), Les usages de l’imprimé, Paris, Fayard, 1987, p. 381-438. Sur l’écho de la guerre contre les Turcs en particulier, M. Infelise, « La guerra, le nuove e i curiosi. I giornali militari negli anni della lega contro il Turco », in A. Bigotto, P. Del Negro, C. Mozzarelli, I Farnese : corti, guerra e nobiltà in antico regime : atti del convegno di studi, Piacenza 24-26 novembre, Rome, 1997, p. 321-348.

9 L. Marasso et A. Stouraiti, Immagini dal mito. La conquista veneziana della Morea (1684-1699), Venise, Fondazione Scientifica Querini Stampalia, 2001 ; A. Stouraiti, Memorie di un ritorno. La guerra di Morea (1684-1699) nei manoscritti della Querini Stampalia, Venise, Fondazione Scientifica Querini Stampalia, 2001 et G. Benzoni, « Venezia e il Turco ; Venezia e gli Asburgo », in ID., Da Palazzo Ducale. Studi sul Quattro-Settecento veneto, Venise, p. 213-243. Plus généralement sur l’image du Turc dans la culture vénitienne, P. Preto, « I Turchi e la cultura veneziana del Seicento », in Storia della cultura veneta, 4/II, Il Seicento, Vicenze, Neri Pozza, 1984, p. 313-341.

10 Parmi une bibliographie pléthorique sur V. Coronelli, citons A. de Ferrari, « Coronelli, Vincenzo », in Dizionario biografico degli Italiani, v. 29, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1983, p. 305-309 ; Il p. Vincenzo Coronelli dei frati minori conventuali 1650-1718 nel III centenario della nascita, Rome, 1951 ; L. Navari, « Vincenzo Coronelli and the iconography of the Venetian conquest of the Morea : a study in illustrative methods », The Annual of the British school at Athens, 90, 1995, p. 505-519.

11 M. Milanese « Vincenzo Coronelli cosmografo », in D. Domini et M. Milanese Vicenzo Coronelli e l’Imago mundi, Ravenne, Longo Editore, 1998, p. 34-35.

12 Il est possible que cette œuvre ait fait partie des travaux préparatoires réalisés en 1684 par Coronelli pour effectuer la carte d’Istrie, de Dalmatie, d’Albanie et de Bosnie achevée en 1689 et exposée dans la salle de l’Antisecreta du Palais ducal, ce qui expliquerait le soin mis à employer tous les ressorts de l’allégorie pour exalter les institutions. Cf. L. Marasso et A. Stouraiti, op. cit., p. 83 et 144.

13 Il existe, cependant, quelques cartes qui traitent de manière indifférenciée les provinces ottomanes et vénitiennes et représentent la frontière définitive par un simple trait.

14 Museo Civico Correr (MCC), Mss. Morosini-Grimani, b. 484, I/1, copie des chapitres de la paix de Karlowitz, chapitre 8 : « (...)Si è accordato che dalla fortezza di Knin alla fortezza di Verlica e da quella alla fortezza di Osyra e da questa alla fortezza di Guare della Loduaria e da questa alla fortezza di Ciclut e Gabella si tirino linee rette e si separano li confini siche dentro le dette linee verso il dominio veneto et il mare tutte le terre e distretti con li castello, forti, torri e luochi chiusi restino nel solo possesso e Dominio della prenominata Repubblica e le terre e distretti che saranno fuori della detta linea restino nel possesso e dominio del Eccelentissimo impero con li castelli, forti, torri e luoghi chiusi esistenti in quelli e non si permetterà per l'avvenire alcuna estensione o dilatatione o restrittioni ne dell’una, ne dell’altra parte (...) e perche dette fortezze nel possesso della Republica habbino anco in fronte spaccio di conveniente di territorio alle fortezze di Synira, Verlica, Sicnin, Guare e Verguraz e Ciclut s’assegnerà dalli commissatij il spatio di un hora di paese con rettitudine, o liena semecircolare conforme lo permetterà e lo richiederà la convenienza del terreno. La fortezza di Znino haverà il suo fianco verso la parte della Croazia sin al confine del Cesareo Dominio senza nessun pregiuditio delle tre dominij ch’haveranno in quelle parte li termini delli loro confini, ma s'haverà sempre da osservarsi il jus accordato cadauno di questi tre dominij per questa universal pace ».

15 Sur les notions de limite et de frontière, je renvoie à l’ouvrage, désormais classique, de Daniel Nordman, Frontières de France. De l’espace au territoire. xvie-xixe siècle, Paris, Gallimard, 1998, p. 25-70.

16 Sur les échanges de toute nature de part et d’autre de la frontière et leur rôle dans l’équilibre des provinces vénitiennes et ottomanes, voir l’article de G. Poumarède, « Affrontements, contacts et échanges dans les Balkans aux xvie et xviie siècles : le cas de la province vénitienne de Dalmatie et d’Albanie », dans J.-L. Lamboley (dir.), Points de vue sur les Balkans de l’Antiquité à nos jours, Grenoble, CRHIPA (Cahiers du CRHIPA, 5), 2002, p. 93-130.

17 En 1671, la frontière entre Vénitiens et Ottomans en Dalmatie avait déjà fait l’objet d’une délimitation. En 1699, ce principe est appliqué à la frontière avec l’Empire dans la plaine hongroise et en Croatie qui était jusqu’ici une frontière épaisse, mouvante et ouverte. Cf. R. A. ABOU-EL-HAJ, « The Formal Closure of the Ottoman Frontier in Europe : 1699-1703 », Journal of the American Oriental Society, 89, 3, 1969, p. 467-475 ; Jean Nouzille, Histoire de frontières. L’Autriche et l’Empire ottoman, Paris, 1991, p. 98-105.

18 Si les Ottomans se soumirent au principe des négociations et aux conditions des puissances européennes, ils étaient toujours guidés par une théologie de l’histoire tendue vers l’expansion des domaines musulmans. Ils savaient que la paix était une nécessité, mais ils la considéraient comme provisoire – ce qui fut le cas – et cherchèrent à arracher des concessions pour compenser, au moins symboliquement, leurs pertes territoriales. Cf. R. A. ABOU-EL-HAJ, « Ottoman Attitudes Toward Peace-Making : The Karlowitz Case », Der Islam, 51/1, 1974, p. 131-137.

19 La délimitation des frontières vénéto-ottomanes est abordée dans la longue durée par M. P. Pedani Fabris, « The Ottoman Venetian frontier (15th-18th centuries), in K. Çiçek (dir.), The great Ottoman Turkish Civilisation, t. 1, Ankara, Yeni Tiirkiye, 2000, p. 171-177. Les confins entre Raguse, Venise et les Turcs sont traités par R. Tolomeo, « La repubblica di Ragusa e la delimitazione del confine veneto-turco. I Trattati di Carlowitz e Passarowitz », in G. Motta (dir.), I Turchi, Il Mediterranezo e l’Europa, Milan, 1998, p. 305-323.

20 M. P. Pedani Fabris, op. cit., p. 174.

21 La carrière et l’activité en Dalmatie de Giovanni Grimani, ainsi que celles de son frère, Francesco Grimani, font l’objet d’une présentation synthétique par E. Molteni et S. Moretti, « Città e forti veneziani alla fine del XVII secolo. I fratelli Grimani in Dalmazia e in Morea », in Fortezze veneziane nel levante. Esempi di cartografia storica dalle collezioni del Museo Correr, Venise, Musei civici veneziani, 1998, p. 6-7.

22 Les ingénieurs qui entourent Giovanni Grimani font l’objet d’une présentation dans le livre précédent (op. cit., p. 7-8) : aux côtés de G. E. Albergetti, on trouve Jacques Binard, le comte Polcenigo et le mathématicien padouan Domenico Guglielmini. Une courte biographie de G. E. Alberghetti est proposée par G. E. Ferrari, « Giusto Emilio Alberghetti », in Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 1, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1960, p. 629-630.

23 ID., « Sigismondo Alberghetti », in op. cit., p. 630.

24 Museo Civico Correr (MCC), Mss. Morosini-Grimani, b. 529/2, lettre du 10 juin 1699 adressée par Sigismondo Alberghetti à Giovanni Grimani.

25 Le chapitre 8 du traité de Karlowitz stipulait que Venise disposait autour de ses citadelles d’une zone semi-circulaire dont le rayon équivalait à une heure de marche. Après négociations, les commissaires ont établi que la distance était parcourue par un homme et qu’une heure de marche équivalait à 600 pas vénitiens, soit 1043 mètres. Giovanni l’a mesuré avec une perche longue d’un pas vénitien. Cf. Archivio di stato di Venezia (ASVe), Senato, Provveditori da Terra e da Mar, b. 701, Lettere del Provveditore ai confini in Dalmazia ed Albania, no 37.

26 Sigismondo Alberghetti adresse à Giovanni Grimani un billet « transmis comme une lettre amoureuse par un très dévoué serviteur de Votre Excellence et mon très cordial ami, et il me dit contenir ce qu’il a entendu dire de plusieurs sénateurs parmi lesquels on trouve certains de ses amis. Que Votre Excellence se perd dans le récit de choses insignifiantes qui ont lieu avec Osman, et qui ne regardent pas l’affaire principale. Que dans le contenu des dépêches il y a des obscurités et des discordances, que les Turcs le mènent où ils veulent et que vous les laissez-vous conduire alors que les dépêches montrent la confusion de votre esprit et que vous n’interprétez pas les Chapitres dans le bon sens ». Ibid., billet joint à lettre du 2 juin 1699 adressée par Sigismondo Alberghetti à Giovanni Grimani.

27 Ibid., lettre du 2 juin 1699 adressée par Sigismondo Alberghetti à Giovanni Grimani.

28 Ibid., lettre du 4 juillet 1699 adressée par Sigismondo Alberghetti à Giovanni Grimani.

29 Ibid., lettre du 7 juillet 1699 adressée par Sigismondo Alberghetti à Giovanni Grimani.

30 Ibid., lettre du 10 juillet 1699 adressée par Sigismondo Alberghetti à Giovanni Grimani. Le traité invite à épouser, autant que possible, les contours de limites naturelles. Cf. M.C.C., Mss. Morosini-Grimani, b. 484, I/1, chapitre 8 du traité de Karlowitz : « (...) le ditte linee seconde l’abilità de luoghi si faranno chiare e manifeste con li termini o di colli e boschi o di flume e d’acqua correnti, e dove il luoco ne dara l’evidenza si poneranno segni di fosse o palli o collonna (...) ».

31 M.C.C., Mss. Morosini-Grimani, b. 529/2, lettre du 1er août 1699 adressée par Sigismondo Alberghetti à Giovanni Grimani.

32 Ibid.

33 Les controverses autour du triple confin au xviiie siècle ont laissé une ample documentation. ASV, Camera ai confiai, b. 249, Carteggio, relazioni, visite, ducali, dispacci ect. relativi alle questioni durati tra la Repubblica Veneta e la corte imperiale di Vienna a causa delle differenze confinarie sul triplice e nella Murlacca in Dalmazia dalla pace di Carlowizt 1699, al muore della Repubblica ; Ibid., b. 251, Monumenta Historica, Triple Confine in Dalmazia, dcembre 1791 sin 1792.

34 MCC, Mss. Morosini-Grimani, b. 529/2, lettre du 20 août 1699 adressée par Sigismondo Alberghetti à Giovanni Grimani.

35 Ibid.

36 L’activité du comte Marsili témoigne de la volonté de l’Autriche d’accompagner la fixation des frontières de campagnes de reconnaissance scientifique afin de mieux contrôler les confins. Cette ambition transparaît dans les relations adressées par Marsili qui ont été publiées : L. F. Marsili, Relazioni dei confiai della Crozia e della Transilvania a Sua Maestà Cesarea (1699-1701), dir. par R. Gherardi, Modène, Mucchi, 1986, 2 vol. Voir également R. Gherardi, « Scienza e governo della frontiera : il problema dei confini balcanici e danubiani nella pace di Carlowitz », Il pensiero politico, XXXII, 3, 1999, p. 323-351.

37 La perche (pertica) désigne à la fois une unité de mesure et une règle pour tirer des lignes droites. Cf. E. Concina, Pietre Parole Storia. Glossario della costruzione nelle fonti veneziane (secoli XV-XVIII), Venise, Marsilio, 1988, p. 111.

38 M.C.C., Mss. Morosini-Grimani, b. 529/2, lettre du 27 août 1699 adressée par Sigismondo Alberghetti à Giovanni Grimani.

39 Sur l’histoire des opérations topographiques, voir Maurice Daumas (dir.), Histoire générale des techniques, t. 2, Les premières étapes du machinisme, xve-xviiie siècle, Paris, PUF, 1964, rééd. coll. Quadrige, 1996, p. 344. Sur l’histoire des techniques de triangulation, on dispose de deux synthèses commodes : L. Vagnetti, « Mieux vaut voir que courir 1 », in Cartes et figures de la terre, Paris, Centre Georges Pompidou, 1980, p. 248-251 et H. C. POULS, « Mieux vaut voir que courir 2 », in op. cit., p. 248-251. Citons enfin F. Joly, La cartographie, Paris, PUF (coll. Magelan), 1976, p. 127-141.

40 600 pas vénitiens correspondent à 1043m.

41 Le dessin de G.E. Alberghetti qui a été conservé (MCC, Mss. Morosini-Grimani, b. 484/1, 7, no 13) est d’un seul tenant. Il est possible qu’il ait lui-même reproduit sur une seule feuille les deux dessins qu’il avait au préalable réalisés.

42 M.C.C., Mss. Morosini-Grimani, b. 529/2, lettre du 5 juillet 1699 adressée par Sigismondo Alberghetti à Giovanni Grimani.

43 Le matériel cartographique des négociations de 1718 qui est conservé est plus important que celui concernant 1699. : ASVe, Provveditori della camera ai confini, b. 339, dessins 1/1, 1/2, 2, 3/1, 3/2, 5, 14, 21, 23, 24. Au xviiie siècle, la controverse porte, pour l’essentiel, sur la frontière entre les possessions autrichiennes et vénitiennes, voir à ce sujet : G. Netto, « I confini tra Dalmazia veneta e Croazia nella seconda metà del Settecento (dalle carte trevigiane) », Archivio veneto, serie 5, v. 141, 1993, p. 138-153.

44 Une autre carte de G. E. Alberghetti réalisée à la fin de l’année 1699 et représentant en perspective le Golfe de Cattaro démontre la même méconnaissance du territoire ottoman. Le relief du Monténégro est dessiné avec beaucoup d’adresse, mais il ne repose sur aucun relevé systématique. À l’exception des noms de pays, de la citadelle de Clobuc et du lit d’un fleuve, rien ne vient témoigner d’une présence humaine, pas une rivière ne traverse les terres, pas une forêt ne recouvre le flanc des montagnes. Au lieu de laisser le fond de la carte blanc, G. E. Alberghetti choisit cette représentation minimale qui a le mérite d’offrir un effet de réel et une illusion de continuité entre le domaine vénitien nouvellement acquis et l’arrière-pays. Mais des relevés rigoureux n’ont été faits que le long de la frontière. Trois exemplaires de cette carte sont conservés à l’ASVe, Miscellanea Mappe, 1171 et au MCC, Mss. MorosiniGrimani, b. 484/14, no2 ; Ms. Provenienze diverse, c. 838/16.

45 Trois cartes de G. E. Alberghetti viennent l’illustrer : celle représentant la Triple frontière et la ligne Knin/Verlicca vise à convaincre du bien-fondé des choix de G. Grimani dans la négociation ; celle de l’estuaire de la Narenta a une double vocation en informant sur l’historique des négociations (ligne proposée par les Turcs, frontière définitive) et en visualisant avec précision les bras du seul fleuve navigable de Dalmatie (MCC, Mss. Provenienze diverse, c. 849/12). Celle du Golfe de Cattaro est destinée à visualiser les exigences des Turcs au sujet du tracé de la frontière et à localiser les informations qu’ils ont fournies au sujet des communautés villageoises (voir note précédente).

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Ristretto della Dalmazia diuisa ne’suoi contadi, già presentata alla Serenissima Republica di Venezia, etc. Dal P. maestro Coronelli M.C. cosmografo publico, e suddito suo fedelissimo. Consacrata all’eccellenza del signor Gio. Francesco de Conti-Barbaran, patriziato veneto, etc. In Venezia, MCCXV.auteur : Vincenzo Coronelli ; date : 1715 ; dimension : 42,7x111,3 cm ; échelle : « Miglia d’Italia 30 » = 9,4 cm ; description : carte imprimée et territoires colorés à l’aquarelle ; lieu de conservation : Fondazione Querini Stampalia, Banco I/B/97/20
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12576/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Figure 2 : Aucun titre ; date : début du xviiie siècle ( ?) ; auteur : anonyme ; dimension : 44,8x68 cm ; échelle : « scala di Miglia Italiani 60 » = 12,1 cm description : carte manuscrite, territoires colorés à l’aquarelle ; note : plan d’une fortification et d’un siège au dos de la carte ; lieu de conservation : Fondazione Querini Stampalia, Banco I/B/97/22
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12576/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende Figure 3 : MDCIC, Tavola delli siti sopra si sono poste le masiere nel tirare la linea retta da Knin à Verlica ; date : 1699 ; auteur : Giusto Emilio Alberghetti ; dimension : 114,4x36,4 cm ; échelle : 1000 passi veniti = 7,3 cm ; légende : dichiarazione delle linee. La verde è giusto conforme la volevano tirare li Turchi. La Rossa è quella che si è tirata sino alla Lettera V dal giorno delli 20 giugno e terminato li 25 detto. La punteggiata nera è quella che resta da tirarsi. Description : carte manuscrite à l’encre, lignes-frontières colorées ; lieu de conservation : MCC, Mss. Morosini-Grimani, b. 484/14, no 6 (M. 34361)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12576/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Figure 4 : Copia di dissegno traita da altro simile dato dal Commissario Cesareo comte Luigi Marsili, all’lllustrissimo & Eccelentissimo Signor Giovanni Grimani Commissario Veneto, nel quale resta espresso et sito, dove fù posta la Meta del Triplice Confin, distinquendosi con Linea verde il terreno Cesareo dal Turco, e con la rossa il Turco dal Veneto ; date : 1699 (?) ; auteur : inconnu ; échelle : non précisée ; description : dessin manuscrit à l’encre, les lignes colorées mentionnées dans le titre ne sont pas reportées sur le dessin ; lieu de conservation : MCC, Mss. Morosini-Grimani, b. 530/1 (M. 34360)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12576/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Figure 5 : Aucun titre ; date : 1699 ; auteur : Giusto Emilio Alberghetti ; dimension : 32,2x13,7 cm ; échelle : 5000 pas vénitiens = 3 cm ; description : dessin à l’encre dont les fleuves et les frontières sont surlignés en couleur ; lieu de conservation : MCC, Mss. Morosini-Grimani, b. 484/1, 7, no 13
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12576/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Figure 6 : Confini tra la Croatia e la Bosnia e tra questa e la Dalmatia stabiliti dalli commissarij delli due imperatori e della Republica seconde le Capitolationi di Carlovitz, e rappresentati all’Eccelentissimo Senate dall’Illustrissimo et Eccelentissimo Suo Commissario Giovanni Grimani fu del Kavalier e Procurator con due disegni di Giust’Emilio Alberghetti uniti in questo Foglio. date : 1699 ; auteur : Giusto Emilio Alberghetti ; dimension : 42,3x16 cm ; échelle : 5000 pas vénitiens = 3 cm ; description : carte imprimée ; lieu de conservation : MCC, Mss. MorosiniGrimani, b. 529/2.Deux exemplaires existent par ailleurs : ASVe, Inquistori di Stato, b. 906, dessin 4 ; ASVe, Miscellanea Mappe, 1374/1-2.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12576/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 224k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search