Version classiqueVersion mobile

Combler les blancs de la carte

 | 
Isabelle Laboulais

Troisième partie. Les blancs de la carte comme enjeux de conquête

Les blancs de la carte comme enjeux de conquête

Texte intégral

1Les conditions de production des savoirs géographiques – c’est-à-dire de comblement des blancs de la carte – sont non seulement régies par l’environnement scientifique et technique, mais aussi par le contexte sociopolitique. Celui de la conquête paraît particulièrement propice à la mise en cartes des informations géographiques : les grandes expéditions scientifiques – celle d’Egypte étant à cet égard emblématique – ont ainsi été souvent accompagnées d’une production cartographique importante.

2Quand on s’attache aux cartes produites dans le cadre d’une politique de conquête territoriale, les blancs laissés sur les cartes prennent toutefois une signification particulière. D’une part, les efforts pour les combler et le nombre des cartes produites pour préciser la connaissance d’un territoire constituent un bon indicateur de l’enjeu géopolitique qu’il représente à un moment précis ; d’autre part les blancs laissés sur ces cartes ne doivent pas être rapportés à des lacunes mais plutôt à des silences volontaires, en l’espèce, le cas des frontières est certainement le plus éloquent. Dans le cadre de la conquête, les informations cartographiées sont soigneusement sélectionnées et la carte devient donc un puissant instrument de contrôle territorial.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search