Version classiqueVersion mobile

Combler les blancs de la carte

 | 
Isabelle Laboulais

Deuxième partie. Les blancs de la carte comme enjeux de connaissance

Le blanc de la carte, matrice de nouvelles représentations des espaces africains

Isabelle Surun

Texte intégral

1Au coeur de l’entreprise qui vise, au xixe siècle, à « combler les blancs de la carte », se manifeste le problème des interactions entre carte et terrain. Comme le rappellent nombre d’épistémologues de la cartographie, la carte n’est pas le terrain, et il est évident que les espaces laissés en blanc sur la carte sont le fait d’une convention qui n’entretient aucune relation de mimétisme avec les espaces concernés. Et cette convention est assez établie pour imposer une équivalence entre blancs de la carte et espaces inconnus au point de nous faire oublier qu'elle est elle-même historiquement construite. Les espaces inconnus, en effet, n’ont pas toujours été représentés par ce dispositif. Le blanc de la carte relève d’une invention, que l’on peut situer au début du xviiie siècle et dont on n’a peut-être pas encore mesuré toutes les implications.

  • 1 J. Brian Harley, « The map and the development of the History of Cartography », in J. Brian Harley (...)

2Comprendre l’entreprise de comblement des blancs de la carte et les représentations qui l’accompagnent nous semble donc nécessiter une enquête en amont, un détour par le moment de cette invention, et une analyse de ce que celle-ci met en jeu dans l’ordre des représentations. En effet, si la carte n’est pas le territoire auquel elle fait référence, les formes matérielles qu'elle prend ne sont pas indifférentes et leur analyse peut donner accès aux représentations dont est porteur le cartographe. Il convient de bien distinguer deux sens du mot « représentation », qui désigne à la fois un support matériel, (graphique, dans le cas de la carte) et un ensemble complexe de conceptions (d’un espace particulier, d’un territoire, mais aussi de l’espace ou du territoire en général). La carte peut être définie comme « médiation » entre un « monde mental intérieur » et un « monde physique extérieur » en tant qu'elle reconstruit, selon des procédures de mise en ordre intellectuelles, l’espace qu’elle représente et qu'elle permet la projection d’un schéma mental sur un support matériel qui peut à son tour devenir l’objet d’une appropriation intellectuelle1.

3La démarche adoptée ici consistera donc à chercher à lire, dans les cartes, les représentations mentales qui président à leur production. Mais nous voudrions également attirer l’attention, symétriquement, sur la manière dont les cartes existantes peuvent elles-mêmes modifier en retour les représentations que les lecteurs peuvent se faire de l’espace représenté.

4Nous nous proposons donc, après une description des dispositifs au moyen desquels les cartographes des xvie et xviie siècles ont représenté les espaces inconnus, de rendre compte du moment où surgissent les blancs de la carte non seulement du point de vue de l’invention, mais aussi du point de vue de sa réception et des modifications qu'elle entraîne dans la représentation des espaces africains. Ce détour éclairera d’un jour nouveau, nous semble-t-il, les modalités par lesquelles les espaces nouvellement découverts viennent s’inscrire dans le blanc des cartes d’Afrique, mais aussi dans les discours qui accompagnent, au xixe siècle, l’exploration.

Qu’y avait-il avant le blanc de la carte ?

Des éléphants et des sauvages

5En cherchant à donner une image de l’état des connaissances disponibles sur l’Afrique en 1790, le géographe anglais Rennell reprend à son compte l’ironie dont témoignait Swift à l’égard des productions cartographiques de son époque :

  • 2 « Les géographes, sur les cartes d’Afrique, comblent leurs lacunes avec des figures de sauvages et (...)

Geographers, in Afric maps,
With savage pictures fill their gaps,
And o’er unhabitable downs
Place elephants, for want of towns.
2

  • 3 Christian Jacob, op. cit., p. 139 et suivantes.

6Cette citation renvoie au procédé cartographique qui consiste à disposer, à l’intérieur des contours d’un continent, des éléments iconographiques susceptibles de donner des informations sur le contenu des espaces représentés. L’ironie stigmatise ici l’usage que feraient certains géographes de ce procédé : servant à masquer les lacunes de la connaissance (« their gaps »), il est assimilé à une tricherie. Une telle appréciation n’est possible que dans un contexte épistémique dans lequel il existe une modalité spécifique de la représentation cartographique des espaces inconnus, ce qui n’est pas le cas aux xvie et xviie siècles. Comment, dès lors, peut-on juger de cette production cartographique qui semble relever de la fiction plutôt que d’une description cartographique de la réalité ? Christian Jacob répond en montrant comment ces cartes combinent deux ordres de figuration de l’espace : une figuration géographique qui institue un espace quantifiable, soumis aux opérations habituelles qui caractérisent le tracé cartographique (schématisation, verticalité du regard qui se manifeste à travers la vision globalisante, géométrie du canevas de lignes droites), et une représentation graphique et iconographique ancrée dans le local, qui, en qualifiant les lieux par des figures, tient un discours sur les espaces ainsi désignés3.

7L’analyse de quelques cartes d’Afrique, imprimées aux xvie et xviie siècles, nous permettra de mettre en évidence quelques-uns des enjeux de la représentation des espaces inconnus tels qu’ils se manifestent à travers ces dispositifs.

  • 4 On trouvera un exemple de ce type de représentation sur une carte de Waldseemüller, 1507-1516, Bibl (...)
  • 5 L’iconographie animale est analysée en ces termes par Christian Jacob, op. cit., notamment p. 201-2 (...)

8Dans les cartes du xvie siècle, très tributaires de l’héritage des portulans, le tracé des côtes, souligné d’une épaisse ombre noire, marque nettement la discontinuité entre espaces maritimes et terrestres. Les lignes de rhumb, distribuées en faisceaux à partir de quelques roses des vents, s’interrompent à la côte, traduisant l’aspect fonctionnel de la carte qui désigne à son lecteur l’espace d’une possible navigation, dont les toponymes côtiers constituent l’aboutissement. Leur disposition, perpendiculaire à la côte, ainsi que leur densité, en fait une large ceinture autour du continent. L’intérieur présente une nomenclature héritée des Anciens (Libia, Aethiopia, Garamantes) ou des géographes arabes (Melli), partiellement renouvelée par des toponymes issus des explorations portugaises (Senega). L’iconographie marque l’appropriation politique des espaces africains en représentant des rois sur leur trône, brandissant leur sceptre4. Les représentants de la faune – ici des éléphants, là des singes ou encore des autruches – acquièrent le caractère emblématique ou métonymique d’un indicateur d’exotisme qui désigne à lui seul l’altérité du milieu naturel, mais assument également une fonction classificatoire et instaurent par leur disposition « un espace taxinomique »5. L’iconographie permet ainsi une caractérisation des espaces inconnus.

9Au xviie siècle, la grille des méridiens et parallèles se substitue progressivement aux lignes de rhumb comme cadre géométrique de référence. Dans un premier temps, les deux formes peuvent être mobilisées simultanément sur la même carte, avant que les lignes de rhumb ne disparaissent complètement. Seules quelques roses des vents disséminées et de nombreux vaisseaux représentés dans l’océan donnent à voir l’héritage du portulan et l’usage ancien de la carte comme instrument d’une navigation possible. Mais contrairement aux lignes de rhumb, le quadrillage de méridiens et de parallèles ne s’interrompt pas à la côte. L’homogénéité du cadre spatial qu’il définit permet d’établir une continuité entre les espaces maritimes fréquentés par les navires et l’intérieur du continent, par-delà le tracé toujours ombré de la côte. Un grand nombre de toponymes côtiers, sont rejetés dans la mer, contribuant à effacer la barrière que constitue visuellement le rivage.

  • 6 Nicolas Vischer, Africa, carte non datée, BNF, C.et PL, GeDD 5082.

10L’iconographie renforce encore cette impression de continuité : sur une carte de Nicolas Vischer, on distingue sous le tropique du Cancer, une foule en marche, étirée en une longue colonne, portant lances et oriflammes6. Bien qu’il soit difficile de savoir s’il s’agit d’une caravane ou d’une armée, cette image peut être considérée comme le pendant continental des représentations navales qui ornent les espaces maritimes où l’on voit des vaisseaux circuler pacifiquement, mais aussi livrer bataille. L’espace est ainsi caractérisé par la possibilité que surviennent des événements qui mettent les hommes en relation – déplacements commerciaux ou conflits – sur terre comme sur mer. L’espace intérieur de l’Afrique, comme l’océan parcouru par les Européens, est donc considéré comme lieu de vie et d’histoire.

Vers une carte sans images

  • 7 Guillaume Blaeu, Africae nova descriptio, in G. et J. Blaeu, Nouvel atlas, 1635, BNF, C.et PL, GeDD (...)
  • 8 Cf. Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1995 (2e (...)

11On observe cependant une modification de la place accordée à l’iconographie, qui est d’abord soumise à un mouvement de translation vers les marges, avant de disparaître complètement sur certaines cartes du milieu du xviie siècle. La carte d’Afrique que publie G. Blaeu en 1635, dont on connaît de nombreuses rééditions ou copies, manifeste de manière emblématique la première phase de cette évolution7. Tandis que les navires et monstres marins continuent à caractériser les espaces maritimes, l’Afrique, vidée de ses habitants, n’est plus évoquée que par des figures d’animaux. Quant aux populations africaines, elles sont l’objet d’un traitement iconographique nouveau : exposées par couples en une série de vignettes identifiées par des ethnonymes, elles sont renvoyées aux marges de la carte. Ce dispositif contribue à effacer le lien entre un peuple et le territoire qu’il occupe, mais il témoigne d’un effort de classification qui spécifie et dénomme, ce qu’autorise une connaissance plus fine, alimentée par des récits de voyage plus nombreux8. Ces figures humaines, auxquelles viennent s’ajouter des vues cavalières de ports africains en une seconde série de vignettes qui occupe le bandeau supérieur de la carte, invitent à un tour complet du continent, qui ne serait plus une simple navigation arrêtée par la barrière du rivage, mais une succession de rencontres possibles avec des Africains, par l’intermédiaire des ports susceptibles d’accueillir les navires. Mais la dissociation qui est ainsi établie entre les hommes et la faune d’Afrique, assignés à des espaces différents, révèle une distinction entre des modalités différentes d’accès à la connaissance : tandis que les peuples susceptibles d’être représentés de façon précise habitent les espaces côtiers, – ce qui relèvent de l’expérience directe des commerçants qui fréquentent la côte –, l’intérieur du continent, non parcouru à cette époque par les Européens, est rempli d’animaux, mais aussi de toponymes et de fleuves, dont l’existence est attestée par un corpus de savoirs hérités des Anciens ou des géographes arabes.

  • 9 Nicolas Sanson, Afrique, ou Libie ultérieure ou sont le Saara ou désert, le Pays des Nègres, la Gui (...)
  • 10 Cf. François de Dainville, Le langage des géographes. Termes, signes, couleurs des cartes anciennes (...)

12Sur les cartes représentant de façon plus précise une partie du continent, comme celles de l’Afrique occidentale dressées au milieu du xviie siècle par Sanson, le partage entre les zones connues directement ou indirectement reste perceptible, mais il n’est plus signalé par l’iconographie9. Tandis que le cartographe fait figurer sur les régions côtières un grand nombre de toponymes, de fleuves côtiers et de lieux habités, l’espace de l’intérieur se distingue visuellement par une moindre densité d’informations. La carte est désormais complètement dénuée de toutes les figures qui suscitaient la raillerie de Swift, mais l’iconographie, très allégée, n’a pas complètement disparu pour autant : on en trouve trace dans les montagnes, standardisées et interchangeables, et les villes, indiquées par un groupe de trois petites tours. Le processus de symbolisation, par lequel la cartographie passe de l’usage de l’image, qui renvoie à une réalité singulière, au signe iconique beaucoup plus codifié10, est en cours. En témoigne la coexistence, sur cette carte de Sanson, de deux types de représentation des lieux habités, le point – qui fait appel à la vision verticale – et le symbole – qui relève de la perspective cavalière. De même, les ondulations régulières, qui représentent les cours d’eau plus qu’elles n’en localisent réellement le cours, manifestent une tendance à la simplification des tracés et à la schématisation des formes. On constate surtout qu’un nouveau partage s’effectue, désignant pour longtemps les objets qui méritent l’attention du cartographe : les lieux habités, mais non leurs habitants, le relief et les cours d’eau, mais non la flore et la faune qui y vivent.

L’invention du blanc de la carte

L’expression d’une incertitude

  • 11 Numa Broc, La Géographie des Philosophes, Paris, Ophrys, 1975, p. 26.
  • 12 Afrique selon les Relations les plus Nouvelles, Dressée et Dédiée Par le P. Coronelli Cosmographe d (...)

13Au tournant des xviie et xviiie siècles apparaissent quelques tendances nouvelles qui appartiennent à ce qu’on a pu identifier comme une « réforme cartographique »11. La carte comporte désormais une échelle graduée en lieues et autres unités de mesure en vigueur, et parfois une légende. En outre, le cartographe intervient de plus en plus sur la carte par l’intermédiaire de textes assez brefs, le plus souvent destinés à commenter le choix des toponymes, quelquefois leur source. Ainsi, peut-on lire sur une carte de Coronelli, dans la « Mer du Congo », en face du Royaume du même nom, la mention suivante : « Sous le nom de Congo l’on comprend ici divers Estats qui ont été ou qui sont encore sujets ou tributaires des Roys de Congo »12.

14Mais Coronelli va plus loin en inscrivant au coeur de la carte les discussions relatives à une localisation controversée – celle des sources du Nil – dans un cartouche central qui interrompt tout tracé et retranche de la carte l’espace sur lequel porte l’incertitude. C’est probablement la première tentative visant à trouver une expression graphique à un refus de figurer un espace inconnu. La solution ainsi élaborée, si elle désigne clairement l’incertitude et la controverse qui lui est associée, n’assume cependant pas pour autant le vide, comblé par le commentaire du cartographe. Le dispositif choisi contribue ainsi paradoxalement à désigner la difficulté tout en la masquant.

  • 13 Planisphère et cartes particulières des continents, 1700. Voir Numa BROC, op. cit., p. 27-28.

15L’invention du blanc de la carte connaît un autre acteur en Guillaume Delisle, connu pour avoir renoncé à figurer le tracé des côtes du nord-ouest de l’Amérique, faute d’information suffisante13. Dans sa Carte de la Barbarie, de la Nigritie et de la Guinée, imprimée en 1707, Delisle insère systématiquement des commentaires dans la carte. Il s’agit, dans la plupart des cas, d’apporter un supplément d’information qualitatif sur les pays, à propos des caractéristiques du terrain, des habitants ou du commerce qui s’y fait. On y trouvera par exemple les mentions suivantes : « Azgar. Partie du Desert de Barbarie ainsi nommée par les Arabes parce qu'elle est marécageuse », « Les Terga, dont le Pays est fort tempéré et produit beaucoup d’herbe » ou encore « Royaume de Bito dont les habitants sont riches ». Le cartographe semble se heurter à la difficulté de rendre compte qualitativement d’un espace au moyen d’une carte dépouillée de toute iconographie.

16Une mention, cependant, attirera plus particulièrement notre attention. À l’endroit où il interrompt le cours du Niger, Delisle inscrit : « Quelques-uns considèrent que le Niger est un bras du Nil et l’appellent aussi le Nil des Nègres ». Le cartographe procède ainsi à deux opérations contradictoires. En inscrivant cette hypothèse sur la carte, il lui donne crédit, mais en interrompant le cours du Niger avant la limite de la carte, il montre qu’il ne fait pas partie de ces « quelques-uns ». La contradiction assumée entre le texte et le tracé cartographique est alors une manière de mettre en évidence l’incertitude. Mais c’est le travail de d’Anville qui va donner à cette incertitude une expression graphique nouvelle et de plus en plus systématique.

Un nouveau régime de savoir

17Pour d’Anville, il ne s’agit plus de représenter un lieu par ce que l’on sait de lui, que ce soit de manière iconographique ou textuelle, mais de n’en retenir que la localisation. Tous les lieux que l’on ne peut localiser précisément, même si l’on sait qu’ils existent, disparaissent ainsi de la carte au terme d’une longue procédure de compilation qui permet d’effectuer un tri rigoureux qui ne reconnaît plus que deux catégories : le localisable et l’inconnu. L’espace géographique est lu à l’aune de ses composantes géométriques. Chaque lieu, défini par sa position astronomique, se voit assigner une place dans un système de coordonnées.

  • 14 Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville, Carte de la Côte de Guinée et du Pays, autant qu’il est connu, (...)
  • 15 Ibid.

18D’Anville assume ainsi le choix de ne plus représenter qu’une partie de l’espace, comme en témoigne le titre d’une de ses cartes : « Carte de la Côte de Guinée et du Pays, autant qu’il est connu, depuis la Rivière de Serre-Lionne jusqu’à celle des Camarones »14. Les tracés de fleuves sont systématiquement interrompus, ce qui donne lieu à des commentaires de ce type : « On prétend que toutes les Rivières, depuis Benin jusqu’au Calbari, se communiquent par des bras, en sorte qu’on peut aller des unes dans les autres. Mais, on n’est pas assés informé du détail, pour pouvoir les représenter ici, comme on a représenté d’un autre côté des branches de la Rivière de Benin »15. L’expression du refus de représenter ce dont on n’est pas sûr et l’exigence de mentionner précisément les limites de la connaissance sont des constantes qui caractérisent toutes les cartes de d’Anville.

  • 16 Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville, Carte de la partie occidentale de l’Afrique comprise entre Arg (...)

19Ce parti pris conduit à ne mettre en scène que des fragments d’espace, sur des cartes où le blanc n’intervient que marginalement. Comment le cartographe opère-t-il alors la recomposition de ces fragments lorsqu’il veut donner une image plus globale d’un continent ou d’une grande région, sans trahir ses propres exigences ? D’Anville propose plusieurs solutions successives. Dans une carte de 1727, il élabore un dispositif qui met en jeu plusieurs échelles et niveaux d’analyse différents16. La matrice principale de la carte donne un représentation assez détaillée des espaces et des royaumes côtiers, d’une partie du cours de la Casamance et du Sénégal. Plus on s’avance dans l’intérieur des terres, plus l’information textuelle relaie l’information graphique déficiente. Mais le cartographe propose aussi trois encarts qui ouvrent sur les espaces situés plus à l’intérieur, hors du cadre de la carte, et proposent des hypothèses sur le système hydrographique de l’Afrique de l’ouest. Le premier est une mise en carte de la Description de l’Afrique du géographe arabe El Idrissi qui fait du Niger et du Sénégal un seul et même fleuve coulant d’est en ouest. Elle comporte une échelle en « journées de chemin », mais pas de coordonnées. Les deux autres, présentés comme le résultat du travail de compilation effectué par d’Anville, sont intitulés « Supplément pour le haut du Niger jusqu’à Tombut » et « Supplément pour le haut de Gambie ». Ils ne comprennent pas d’échelle, mais un rappel des coordonnées en latitude qui permet de les rapporter à l’espace géométrique dessiné par l’ensemble de la carte. Dans celui qui concerne le haut Niger, d’Anville choisit explicitement, en s’appuyant sur « quelques Mémoires nouveaux », de distinguer un Sénégal coulant d’Est en Ouest et une autre rivière assimilable au Niger, se dirigeant vers l’Est, « ce qui contredit l’opinion commune ». L’expression à la fois graphique et textuelle donne à ce choix une valeur de fait, quelque peu atténuée cependant par l’avertissement placé sous l’encart, qui informe le lecteur que ces suppléments « ont été dressés sur des connaissances moins sûres, et beaucoup moins circonstanciées, que celles qui ont servi à former le principal de la carte ». L’œil du lecteur peut ainsi se déplacer entre plusieurs types de représentations qui correspondent à des échelles, à des distances à la côte et à des degrés de certitude différents, qui lui sont explicitement signifiés.

  • 17 Afrique, Publiée sous les auspices de Monseigneur le Duc d’Orléans, par le Sieur D’Anville, 1749, B (...)

20Seconde solution imaginée par d’Anville, la carte d’Afrique publiée en 174917 réunit en une carte d’ensemble les résultats de travaux menés jusque-là sur des cartes particulières. Il s’agit de présenter à échelle constante, projetés sur la grille homogène d’un quadrillage orthonormé, des espaces bénéficiant de modalités de connaissance différentes. On distingue nettement à la lecture de cette carte les espaces directement connus par les Européens (côtes, Maghreb, Égypte, Abyssinie, Sénégambie, Congo, région du Cap et Mozambique), les espaces connus indirectement pour lesquels le cartographe dispose de quelques toponymes ou sur lesquels il est capable d’élaborer des hypothèses portant essentiellement sur le réseau hydrographique, exprimées graphiquement et textuellement, et enfin les espaces sur lesquels il estime ne pas disposer de données suffisantes et qu’il laisse délibérément en blanc. On retrouve la même géographie du savoir que chez Blaeu, mais les différentes zones y sont soumises à des traitements tout à fait différents. Le résultat de ce parti pris donne l’impression visuellement forte d’un espace vidé.

  • 18 Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville, Éclaircissements…, p. vi, cité par Numa BROC, op. cit., p. 89.

21Ainsi, pour d’Anville, la carte ne vise plus à proposer une image complète d’un espace donné, elle est un chantier permanent, toujours à reprendre. Elle ne propose rien d’autre qu’un état des lieux de la connaissance à un moment donné, comme il le suggère lui-même à propos de sa carte de l’Inde en 1752 : « L’avancement de la géographie m’étant plus cher que la carte de l’Inde, je souhaite qu'elle ne soit que la préparation à une autre plus exacte et plus complète, qui la détruira en quelque manière18. Le blanc de la carte donne alors une image concrète et spatialement délimitée d’un inconnu géographique défini selon de nouvelles règles qui interdisent au cartographe de représenter ce dont il connaît l’existence, mais non la localisation.

Les usages du blanc de la carte

L’appel du blanc de la carte

  • 19 Robin Hallett, « The European approach to the interior of Africa in the eighteenth century », Journ (...)

22Quelques historiens de l’exploration ont souligné la fonction heuristique qu’a pu endosser ce nouveau type de carte qui mettait en évidence les lacunes de la connaissance19. De fait, il est possible d’établir un lien entre le traitement que fait subir à l’image de l’Afrique la carte de d’Anville et la focalisation de l’intérêt de la communauté scientifique sur le continent africain, quelques décennies plus tard.

  • 20 Gilles Palsky, « Un monde fini, un monde couvert », in Isabelle Poutrin (dir.), Le XIXe siècle, Sci (...)

23En 1788, une société de curieux et de savants crée à Londres l’African Association, ou Association for Promoting the Discovery of the Interior Parts of Africa, que l’on peut considérer comme le modèle des sociétés de géographie qui verront le jour au xixe siècle, si ce n’est que cette société pionnière se destine exclusivement à la découverte de l’Afrique. Lors de la fondation de cette association, les participants expliquent ce choix par le constat qu’ils font d’un retard de la connaissance qu’ont les Européens de ce continent. En établissant une continuité entre l’entreprise collective de découverte du monde assurée dans les décennies précédentes par les circumnavigations et leurs propres travaux, ils assument l’idée d’une mutation du statut de l’inconnu et assignent à la connaissance une nouvelle frontière : la reconnaissance du partage entre terres et mers ayant permis de dessiner sur les cartes le contour des continents, c’est à l’intérieur de ceux-ci – au contenu des continents –, qu’il convient désormais de s’attaquer. De « périphérique », l’inconnu est devenu « nucléaire »20, il est perçu comme résiduel.

  • 21 James Rennell, Elucidations of the African Geography, London, 1793.

24Dans ce cadre, l’Afrique, à la fois si proche et connue seulement par l’intermédiaire des géographes arabes ou des Anciens, mérite un effort particulier, comme le fait remarquer le géographe James Rennell : « Je ne puis mieux terminer ce rapport, qu’en observant que nos connaissances sur l’intérieur de l’Afrique, sont arrivées au même point, où celles des anciens étaient parvenues il y a environ vingt-deux siècles »21.

  • 22 Voir par exemple le Mémoire sur l’intérieur de l’Afrique de l’astronome Jérôme de Lalande, Paris, I (...)

25En France aussi, de nombreuses publications établissent un bilan des connaissances et procèdent à un réexamen des sources traditionnelles pour formuler des hypothèses sur la géographie du continent22, tandis qu’une Société d’Afrique et de découvertes est fondée à Marseille en 1800.

  • 23 « Rien ne peut mieux prouver l’état arriéré de la géographie de l’Afrique que l’obligation où a été (...)
  • 24 S. Μ. X. Golbéry, Fragmens d’un voyage en Afrique fait pendant les années 1785, 1786 et 1787-…, Par (...)

26Or, tous les auteurs qui abordent le sujet mentionnent la carte de d’Anville comme point de départ de leurs travaux et comme aboutissement des recherches antérieures : Rennell s’étonne de la précision à laquelle est parvenu d’Anville en s’appuyant sur des sources anciennes23, tandis que Golbéry s’excuse d’avoir été obligé de fonder ses travaux sur la consultation d’une version anglaise de la carte de d’Anville et demande que le gouvernement français la fasse rééditer24.

27Chez certains explorateurs, on retrouve une référence, certes moins érudite, mais encore plus déterminante, à l’impulsion donnée par la consultation de la carte d’Afrique, comme en témoigne ce passage bien connu de l’introduction du récit de voyage de René Caillé :

  • 25 René Caillié, Voyage à Tombouctou et à Jenné dans l’Afrique centrale, Paris, Imprimerie royale, 183 (...)

On me prêta des livres de géographie et des cartes : celles de l’Afrique, où je ne voyais que des pays déserts ou marqués inconnus, excita plus que toute autre mon attention. Enfin ce goût devint une passion pour laquelle je renonçai à tout : je cessai de prendre part aux jeux et aux amusements de mes camarades ; je m’enfermai le dimanche pour lire des relations et tous les livres de voyages que je pouvais me procurer25.

  • 26 Ibid.

28La « passion » surgit de la représentation lacunaire : c’est l’appel du blanc de la carte. Cependant, la carte n’est pas entièrement blanche et le voyageur ne se lance pas tout à fait au hasard dans l’inconnu. Il choisit certains lieux auxquels il confère une valeur particulière et qu’il érige en destination particulière de son voyage. Dans le cas de Caillié, c’est Tombouctou qui est investie de ce pouvoir attractif particulier : « La ville de Tombouctou devint l’objet continuel de toutes mes pensées, le but de tous mes efforts ; ma résolution fut prise de l’atteindre ou de périr »26.

  • 27 Heinrich Barth, Reisen und Entdeckungen in Nord-und Central-Africa, in den Jahren 1849 bis 1855, Go (...)

29Pour le voyageur allemand Heinrich Barth, c’est la ville de Kano, capitale économique du pays Haoussa, qui devient le pôle à atteindre, le centre de ce que l’on appelait alors « l’Afrique centrale »27.

30Au moment de pénétrer dans l’inconnu, chaque voyageur manifeste ainsi le besoin de lui restituer une centralité pour créer une tension vers le lieu à atteindre. L’espace blanc de la carte est investi par l’imagination du voyageur, non pas en tant que tel, mais dans la mesure où ce blanc renferme un lieu que l’on nomme pour l’ériger en objet de la quête. Dès lors, le blanc de la carte devient un voile sur un mystère, mais la catégorie d’inconnu est relativisée par la référence à un contenu.

Du blanc de la carte à l’espace vide

  • 28 « (…) will give a singular cast to its hydrography » : James Rennell, Proceedings of the Associatio (...)

31La fréquentation assidue de la carte de d’Anville est susceptible de produire chez les géographes d’autres effets de réception, comme en témoigne un texte de Rennell, publié en 1790, à l’appui de la carte qu’il compose pour l’African Association d’après les renseignements réunis par Ledyard et Lucas. Ces deux voyageurs, envoyés par l’association londonienne, ne sont pas parvenus à dépasser les marges connues du continent. Les résultats de leurs enquêtes sur l’intérieur constituent une information de seconde main. L’image de l’Afrique qui apparaît dans le texte traduit donc des représentations préalables à l’exploration. Entreprenant de décrire le système hydrographique de l’Afrique, Rennell lui trouve des « caractéristiques singulières »28 par rapport à ceux des autres continents. Il y décèle l’absence de mers intérieures, de grands lacs, et même de fleuves :

  • 29 Ibid.

…on ne lui connaît point, comme aux autres continents, des rivières qui coulent du centre aux extrémités. Au contraire, toutes ses parties sont séparées les unes des autres par d’arides déserts (…) et parmi le petit nombre de rivières connues, quelques-unes, au lieu de porter leurs eaux tributaires à l’Océan, se terminent par absorption ou évaporation. On est fondé du moins à le penser, en n’apercevant aucune trace de leur jonction avec la mer, ou avec quelque grand fleuve29.

  • 30 Ibid.

32Il s’agit d’une étendue vidée de tout ce qui pourrait constituer un repère pour le géographe et organiser la lecture de l’espace. Mais la description de cette configuration se révèle extrêmement tributaire, en l’absence de nouveaux voyages, des cartes disponibles, c’est-à-dire essentiellement de la carte de d’Anville, dont on a vu avec quelles précautions il se refusait à établir une jonction entre les embouchures de rivières reconnues le long de la côte par les Européens et le système hydrographique de l’intérieur décrit par les géographes arabes. Or, chez Rennell, l’absence de jonction sur la carte devient signe de l’interruption de ces rivières, supposées se perdre dans les sables de l’espace réel. Ce glissement, qui procède à une naturalisation de la représentation cartographique, contribue à gommer l’effet heuristique de la carte puisqu’il n’y aura rien à découvrir dans ce vide devenu réel : « Mais le public ne doit pas s’attendre, même avec des connaissances plus étendues sur l’Afrique, à ce que l’intérieur de ce continent lui présente un aspect semblable à celui des autres, c’est-à-dire très varié ; bien loin de là, il y règne la plus grande monotonie »30.

  • 31 Le texte anglais emploie l’expression « habitable spots » (Ibid.).
  • 32 Ibid.

33L’illusion réaliste culmine avec l’usage que fait Rennell d’une métaphore empruntée aux Anciens, qui permet de rendre compte de la discontinuité produite par les « terrains habitables qui se trouvent enclavés dans la vaste circonférence du désert »31 : « Quoique les Anciens eussent peu de documents sur l’intérieur de l’Afrique, ils s’étaient fait cependant une assez juste idée de sa surface ; car l’un d’eux la comparait à une peau de léopard »32.

34À la naturalisation de la représentation cartographique, Rennell ajoute ici un effet métonymique qui prend la partie (la configuration de l’habitat dans les régions désertiques, connues des Anciens) pour le tout (la surface de l’intérieur du continent dans son entier). Rennell est finalement lui-même victime du même type d’illusion que celle qu’il dénonçait, en citant Swift, chez les géographes qui, ayant rempli les blancs de la carte par des éléphants, finissaient par croire que l’espace inconnu était éléphants. Rennell, lui, en vient à prendre le blanc de la carte pour un espace vide.

  • 33 Voyages de MM. Ledyard et Lucas en Afrique, traduction française de Lallemant, Paris, Xhrouet, 1804 (...)

35On retrouve ce type de représentation liée à la pratique de la carte lorsque les sociétés de géographie assignent un itinéraire à un voyageur, comme en témoigne le récit que fait Beaufoy, le secrétaire de l’African Association, de la préparation du voyage de Lédyard : « J’étendis une carte d’Afrique devant lui, et traçant une ligne du Caire à Sennar, et de là à l’ouest, dans la latitude, et suivant le cours présumé du Niger, je lui dis que c’était là la route par laquelle je désirais, s’il était possible, que l’Afrique fut explorée »33.

  • 34 Edme-François Jomard, « Renseignements géographiques sur une partie de l’Afrique centrale, en répon (...)

36La même attitude se retrouve chez Jomard qui, dans ses instructions à Raffenel, en 1846, propose encore une traversée de l’Afrique dans sa plus grande largeur, du Sénégal à la Mer Rouge34. Ces itinéraires complètement irréalistes révèlent une représentation de l’espace qui nie les réalités du terrain. Ils préconisent la traversée d’un continent en droite ligne, comme s’il s’agissait d’un océan libre d’obstacles. L’espace considéré est très proche, dans ses représentations, de l’espace géométrique et homogène de la carte.

Un espace déqualifié

37Ainsi vidé de son contenu potentiel, l’espace africain n’a plus le même statut. Les cartes du XVIIe siècle, on l’a vu, ne cherchaient pas à offrir une image du réel, mais du possible, du vraisemblable, par le traitement iconographique et topo-hydrographique de l’intérieur du continent africain. Ce faisant, elles n’établissaient pas de discontinuité majeure entre l’Afrique et l’océan, ni même entre l’Afrique et les autres continents. On pouvait qualifier l’Afrique par son contenu, aussi exotique ou étrange que celui-ci puisse paraître.

  • 35 Proceedings of the Association for promoting the Discovery of the interior Parts of Africa, vol. I, (...)

38La nouvelle image surgie de la réception de la carte de d’Anville par les géographes met en place une discontinuité fondamentale : l’Afrique n’est plus un continent comme les autres, elle devient un espace inqualifiable, et même, sous la plume de certains géographes, un monstre géographique. Pour Rennell, en effet, c’est « à des causes naturelles » qu’il faut attribuer le retard pris par l’exploration de l’Afrique : « Formé, par le Créateur, avec un contour et une surface totalement différents de ceux des autres parties du monde, le continent africain est inaccessible, dans son intérieur, à toutes les recherches nautiques… »35.

  • 36 Ibid.

39C’est alors par nature que l’Afrique se trouve dépourvue de tout ce qui rend les autres continents praticables. Mais le manque de voies naturelles de communication, qui se dessine en creux dans l’intérieur inconnu du continent, transforme le vide en obstacle. Par un glissement du raisonnement, l’obstacle rencontré par les Européens dans leurs tentatives pour accéder à l’intérieur devient un obstacle à toute communication qui interdit aux Africains eux-mêmes de s’approprier leur espace et d’y développer des échanges économiques ou culturels : « … il y a peu à douter que les obstacles que nous venons de déduire ne soient la cause des très faibles progrès de la civilisation parmi les Africains, et en même temps du degré d’ignorance où restent à l’égard de leur pays les peuples destinés à les civiliser »36. Une même nature africaine déficiente serait ainsi la cause à la fois d’un retard des Européens à connaître l’Afrique et d’un retard de l’Afrique à se manifester comme civilisation aux yeux de l’Europe, les deux conséquences se renforçant mutuellement.

  • 37 Carl Ritter, « De la position géographique et de l'extension des continents », Discours prononcé le (...)
  • 38 Discours intitulé « Généralités sur les formes solides de l’écorce terrestre », in op. cit., p. 82.
  • 39 De la position géographique et de l’extension des continents », Ibid, p. 116.

40L’idée d’une telle exception naturelle africaine trouve de nouveaux développements sous la plume d’un géographe comme Carl Ritter, qui entreprend de comparer les continents entre eux au regard de leurs dimensions, de leurs formes et de l’articulation de celles-ci. Le caractère massif, tout comme « l’isolement quasi insulaire » de l’Afrique, « lui fait une place à part » : « Dépourvue de baies, de coupures ou de bras de mer, le périmètre de ses contours (…) constitue le littoral le plus monotone qui soit. (…) De par la pauvreté de sa forme côtière, son pays intérieur reste presque totalement coupé de l’océan. »37 La barrière côtière que présentaient les cartes du xvie siècle est ainsi rétablie et Ritter parlera même des « frontières marines » de l’Afrique38. La discontinuité avec les autres continents est tout aussi forte, et Ritter use d’une métaphore anthropomorphique pour suggérer l’exclusion de l’Afrique, seul continent qui résiste à une tentative de lecture holiste de la planète : « En Afrique, il n’y a rien à dire sur les relations des articulations avec l’ensemble du corps terrestre qui sont inexistantes »39.

41Comme chez Rennell, la configuration physique de l’Afrique se dessine sur le mode de la lacune et alimente un glissement de la description d’une géographie physique à une géographie humaine qui permet d’asseoir un jugement sur un degré de civilisation. Espace isolé et uniforme, l’Afrique de Ritter et de Rennell est dépourvue des conditions qui ont permis aux autres continents de se développer par différenciation interne :

  • 40 Carl Ritter, De la configuration des continents sur la surface du globe et de leurs fonctions dans (...)

Toute individualité de pays ou de nation a été ainsi refusée à cette masse uniforme dont toutes les extrémités également distantes du centre sont soumises à peu près à la même chaleur tropicale. L’Afrique (…) est malheureusement restée partout identique à elle-même, et n’a pu être vivifiée par aucune variété ni par aucun contraste. Aussi le patriarcat s’y est conservé sans contact avec le progrès de l’histoire, et des siècles semblent s’interposer entre l’Afrique et son avenir encore mystérieux40.

42D’une représentation cartographique peu « circonstanciée » – pour reprendre le terme employé par d’Anville – par manque d’informations, les géographes ont tiré, par naturalisation mimétique, l’image d’un continent archaïque au physique comme au moral.

Des voyages d’exploration pour effacer le blanc de la carte

  • 41 Il s’agit de Ledyard, Lucas, Houghton, Mungo Park, Horneman, Nicholls et Burckhardt.
  • 42 Rennell dressera ainsi successivement des cartes accompagnées des mémoires suivants : Construction (...)
  • 43 Marie-Noëlle Bourguet a analysé l’apparition au cours du xviiie siècle d’un partage tout à fait com (...)

43Parmi les usages possibles d’une carte dont l’auteur se dit ignorant de la plus grande partie des espaces africains, celui qui conduit Rennell au scepticisme face à l’apport possible de voyages d’exploration cesse rapidement d’être de mise. Au tournant des xviiie et XIXe siècles, en effet, le blanc de la carte devient un objet dont s’emparent des sociétés de curieux, d’amateurs et de savants dont l’objectif affiché est d’en entreprendre la réduction systématique. La première d’entre elles, l’African Association, se constitue en société de mécénat scientifique pour remplir cet objectif. Elle recrute des voyageurs qui seront ses employés et ses envoyés41 et s’adjoint les services d’un expert de la cartographie, Rennell, connu jusqu’alors pour ses cartes de l’Inde et du Bengale, pour traiter les informations rapportées par les voyageurs42. Dès lors s’instaure entre voyageur et cartographe un partage des tâches dont la société savante est la cheville ouvrière43.

  • 44 Paris (1821), Berlin (1828) et Londres (1829).
  • 45 C’est le cas du « Prix d’encouragement pour un voyage à Tombouctou », publié par la Société de Géog (...)
  • 46 La même société institue à partir de 1829 une médaille d’or annuelle destinée à récompenser la déco (...)
  • 47 C’est le cas pour Raffenel en 1846 et pour Faidherbe en 1854.

44Les sociétés de géographie nées dans les années 182044, et notamment celle de Paris, s’inscrivent dans la même perspective en mettant en œuvre des moyens différents. Elles n’emploient pas de voyageurs, mais utilisent ceux qui sont envoyés par d’autres institutions (ministère des Affaires étrangères ou de la Marine, compagnies de commerce), ou qui voyagent pour leur propre compte. Elles les encouragent par une série de prix assortis d’un programme précis45, ou par l’assurance d’obtenir une récompense au retour46. Elles guident leurs pas par des instructions particulières élaborées pour eux à la demande de leur autorité de tutelle47. Et surtout, elles constituent un réseau qui leur permet de s’assurer que le voyageur leur communiquera au retour les informations et la documentation qu’il a accumulées.

L'Afrique vue par des yeux européens

  • 48 Le Baron Roger, gouverneur du Sénégal en communique un grand nombre en 1824 et 1825 à la Société de (...)

45Il existe pourtant d’autres sources d’information que le voyage : les consuls et les commerçants européens en poste sur les côtes d’Afrique sont incités à interroger systématiquement les esclaves amenés aux comptoirs (avant 1815) et les marchands qui fréquentent les routes de l’intérieur, pour obtenir des informations sur les voies de communication et les noms des lieux qu’elles traversent. Cette collecte d’itinéraires fait, d’ailleurs, l’objet de publications48. Mais ce type de documentation semble vite insuffisant aux institutions qui l’ont sollicité.

  • 49 Voyages de MM. Ledyard et Lucas en Afrique, traduction française de Lallemant, Paris, Xhrouet, 1804 (...)
  • 50 Lettre de Delaporte à Jomard, 3 octobre 1828, publiée dans René Caillié, Voyage à Tombouctou et à J (...)
  • 51 Edme-François Jomard, « Coup d’œil rapide sur le progrès et l’état actuel des découvertes dans l’in (...)

46Lorsque l’African Association publie en 1790 les informations rapportées de Tripolitaine par Lucas, qui a interrogé un habitant du royaume saharien du Fezzan sur les routes qui atteignent les royaumes situés au sud du Sahara (Bornou et Haoussa), elle les confronte avec celles qu'elle s’est procurées sur le même sujet auprès d’« un natif du Maroc qui se trouvait à Londres », et Beaufoy, secrétaire de l’association et auteur du rapport, en tire la remarque suivante : « Quel degré de confiance l’un et l’autre méritent-ils ? C’est aux lecteurs de l’apprécier ; car en pareil cas, chacun a le droit de régler sa croyance »49. La possibilité d’un tel flottement de la croyance disparaît lorsque les itinéraires et les descriptions provenant du savoir vernaculaire peuvent être opposés à ceux qui résultent du parcours d’un voyageur européen. Ainsi, Delaporte, consul de France à Tanger, qualifie-t-il d’« itinéraires informes, dont l’oreille a fait tous les frais, et pris à la volée » les éléments qu’il a lui-même « fournis depuis nombre d’années » à la Société de Géographie, lorsqu’il les compare aux données rapportées par Caillié – qu’il vient de recueillir à l’issue de son périple50. Jomard réagit de la même façon, se faisant « une loi d’ommettre les rapports des naturels africains », lorsqu’il découvre le contenu de la relation du voyage de Denham, Oudney et Clapperton. C’est, en effet, en ces termes qu’il salue la découverte du lac Tchad par l’expédition : « Quelle moisson pour la géographie ! Quelle récompense pour les fatigues et les périls essuyés par les trois voyageurs ! Ils ont sous les yeux ce grand lac central dont parlaient les relations indigènes, mais que tout le monde pouvait nier »51. Le savoir géographique vernaculaire n’est pas disqualifié comme faux, mais comme moins assuré que celui que procurent les informations des voyageurs. Il repose, en effet, sur une transmission orale des informations qui ne permet pas, selon Jomard ou Delaporte, de construire un véritable savoir. Le savoir que transmettent les voyageurs européens est légitimé, lui, par l’observation visuelle directe sur lequel il repose : c’est parce que les voyageurs ont vu le lac Tchad que celui-ci devient un fait scientifique, alors même que les informations que l’on obtenait auparavant par ouï-dire attestaient déjà son existence. Dans cette perspective, Jomard se livre à un étonnant calcul, essayant d’évaluer la proportion du sol africain qui a été vue par des yeux européens :

  • 52 Ibid, p. 253.

Tel est le dernier état des découvertes des Européens dans l’Afrique intérieure, j’entends des témoins oculaires (sic). Quel vide immense on trouverait dans une carte bornée à ces découvertes ! Quelle solution de continuité entre les vingt ou vingt-cinq lignes principales que les voyageurs ont suivies ! Nous avons supputé l’étendue totale de ces lignes, parcourues depuis une quarantaine d’années, et nous l’avons estimée à 2200 milles géographiques (…). Admettons que chaque observateur a constamment embrasé de l’œil un horison (sic) de 3 lieues de diamètre, et c’est beaucoup, voilà au plus une surface de 28 mille lieues carrées ; or qu’est-ce que cette superficie comparativement à celle de l’Afrique, évaluée à 1400 mille lieues carrées. Ainsi, à peine l’Europe connaît-elle la 50e partie de l’Afrique intérieure. Hors delà (sic), presque tout est confusion ou incertitude, et tout géographe de bonne foi en fera l’aveu52.

De l'itinéraire à la carte

47La seule carte dénuée d’incertitude, pour le « géographe de bonne foi », serait donc cantonnée à l’inscription sur un fond blanc des lignes parcourues par des Européens, et devrait abandonner toute prétention à une couverture en extension de la surface du continent. En exprimant cet idéal, Jomard s’inscrit dans la tradition cartographique dans laquelle s’est illustré d’Anville, où le géographe s’attache à reconstituer, à compiler et à recouper minutieusement les itinéraires décrits par les voyageurs. Cette pratique exige un certain savoir faire, comme le souligne Humboldt, qui exprime, dans une lettre à Ritter, l’importance que revêt à ses yeux cet aspect du travail du géographe :

  • 53 Alexandre de Humboldt, lettre à Carl Ritter, citée dans les Tableaux de la Nature, Livre I, Steppes (...)

Ce n’est pas, tant s’en faut, une entreprise stérile que celle de reproduire graphiquement tous les résultats acquis à la science, pourvu que les hommes qui tentent de le faire soient familiers avec tous les matériaux épars, qu’ils ne sachent pas seulement dessiner et compiler, mais comparer et choisir, et qu’ils soient capables de rectifier, à l’aide d’observations astronomiques, les routes tracées par les voyageurs53.

  • 54 Comme d’Anville avant eux, Rennell et Jomard rédigent systématiquement des mémoires explicatifs à l (...)

48L’opération consiste à inscrire dans l’espace géométrique de la carte l’espace géographique, qualitatif, du terrain parcouru, mais aussi à traduire en directions et en distances un récit de voyage inscrit dans la durée, à transformer du temps en espace. Elle s’appuie sur une méthodologie bien éprouvée, longuement exposée dans les mémoires qui accompagnent la carte54. Les méthodes de conversion des journées de voyage en distances parcourues, tenant compte, par exemple, de la nature du terrain, du moyen de déplacement utilisé, des dimensions de la caravane, ou de la charge que portaient les animaux de bât, y sont longuement traitées. Les voyageurs en Afrique, en effet, disposent rarement de l’instrumentation nécessaire pour effectuer sur le terrain des relevés de positions astronomiques. Beaucoup relèvent leur itinéraire à l’estime ou, au mieux, à la boussole et au chronomètre.

  • 55 René Caillie, Fragment du manuscrit autographe de son voyage (1er janv.-18 août 1828), 23 feuillets (...)
  • 56 C’est dans la crainte d’avoir affaire à un imposteur que Delaporte demande à Caillié ses notes de v (...)
  • 57 Lettre de Delaporte à Jomard, 3 octobre 1828, in ibid., p. 374.

49Le travail de reconstitution de l’itinéraire au jour le jour se fait alors à la manière d’une enquête historique, sur les notes manuscrites du voyageur, et non à partir de la relation publiée. Les archives de la Société de Géographie conservent un fragment des feuilles de route dressées par Caillié qui donne une idée de l’usage qu’en faisait le géographe : les dates, heures de départ ou d’arrivée, directions et toponymes, y sont systématiquement repassés à l’encre, vraisemblablement de la main de Jomard, tout le reste étant laissé en l’état55. On comprend alors l’importance, pour le cartographe, de disposer de traces écrites du parcours. D’une part, les notes prises en route attestent de la réalité du voyage et permettent de déjouer les éventuelles manœuvres d’imposteurs en garantissant la cohérence interne de l'itinéraire56, et d’autre part, elles apparaissent comme les sources d’un véritable travail scientifique : contrairement aux itinéraires recueillis par ouï-dire, elles constituent « un travail positif, des documents, des matériaux pris sur les lieux »57.

  • 58 Edme-François Jomard, « Carte itinéraire du Voyage de Mr Caillié à Jenné et à Temboctou, rédigée d’ (...)

50C’est en effet à partir de la sélection qu’il opère au sein de l’information disponible dans le matériau brut du manuscrit, que Jomard peut produire la « carte-itinéraire »58 extrêmement détaillée, qui figure, tronçon par tronçon, la route suivie par Caillié, dont chaque morceau pourra ensuite être agencé à la manière d’un puzzle pour former la carte générale. De part et d’autre de l’itinéraire, rares sont les mentions latérales qui donnent une idée du paysage ou de l’aspect du terrain et attestent de la capacité du voyageur à embrasser l’horizon d’un regard panoramique : « Trois hautes montagnes dans le S-O 1/4 S », « Sol plat et marécageux », « Campagne fertile entrecoupée de ruisseaux », « Ici le Fl. est très étroit », ou encore « Lac Débo, se prolongeant très loin dans l’ouest » constituent quelques exemples des brèves notations qui suggèrent ce que le voyageur a pu voir, mais ne font pas l’objet d’une représentation graphique, pas plus que d’une tentative de localisation. Fidèle au principe qu’il s’est donné, Jomard présente une image très dépouillée du terrain parcouru, au point que la cartographie de l’itinéraire semble devenir une fin en soi plutôt qu’un moyen d’élaborer des hypothèses. De fait, lorsqu’il s’intéresse de plus près à la description que fait Caillié d’un paysage, c’est pour la confronter à celle que propose un autre voyageur qui a parcouru la même région dix ans plus tôt :

  • 59 « Rapport de la Commission spéciale chargée de rendre compte du Voyage de M. Caillié à Temboctou et (...)

Il décrit de telle manière les montagnes, les villages, l’aspect du pays et toutes les localités, que M. Mollien les a reconnus parfaitement dans le tableau qu’en a fait M. Caillié. Ces deux voyages se confirment donc réciproquement, et ce résultat (…) n’est pas sans importance pour la géographie59.

Dépasser l’itinéraire

  • 60 James Rennell, Route de Mr Mungo Park, depuis Pisania sur la Gambie jusqu’à Silla sur la Joliba ou (...)

51L’exercice auquel se livre Jomard atteint ainsi ses limites, liées au caractère linéaire du parcours. L’itinéraire, aussi soigneusement établi soit-il ne donne pas directement accès à une représentation de la surface. Il balise l’espace, couvre le blanc de la carte d’un réseau en toile d’araignée sans pour autant le faire disparaître. Les géographes sont conscients des difficultés de leur entreprise de réduction du blanc de la carte par collation d’itinéraires. Ils peuvent alors choisir d’intégrer à la carte, par divers artifices, les portions d’espaces vues par le voyageur, à l’horizon de son parcours. Rennell procède ainsi, de manière beaucoup plus radicale que Jomard, en ajoutant sur la carte du premier voyage de Mungo Park, à quelque distance du tracé de l’itinéraire, un point assorti de la mention « Montagnes vues par M. Park »60. Cette carte témoigne de la tension entre une volonté de ne retenir que les informations géographiques attestées par l’expérience directe des voyageurs européens et la nécessité de faire feu de tout bois en intégrant des éléments hétérogènes relevant de savoir locaux. Entre le Rio Grande, fleuve côtier fréquenté par les marchands de la côte et croisé par les voyageurs Watt et Winterbottom, et la Gambie dont Mungo Park a suivi le cours, se trouve un espace qu’aucun Européen n’a parcouru. Rennell y fait figurer la mention suivante, nécessairement obtenue par recoupement d’informations d’origine indigène : « La distance entre ces deux cours d’eau est de 4 jours de marche ». Rennell distingue d’ailleurs dans la légende différents types de routes : outre les routes de Park et de Watt et Winterbottom, figurent la « route que voulait suivre M. Park » et les « routes dont on a parlé à M. Park ».

52Le recours aux itinéraires par ouï-dire ne disparaît, d’ailleurs, pas totalement des cartes comme les prises de position de Jomard ou de Delaporte pourraient le laisser penser. Ainsi le voyageur Heinrich Barth s’est-il systématiquement livré à une collecte d’itinéraires commerciaux qu’il reproduit en annexe de son ouvrage : ces données sont présentées sous la forme discursive sous laquelle elles lui ont été transmises et s’accompagnent de précisions sur l’informateur qui les lui a communiquées. Elles sont ensuite intégrées à la carte générale du voyage, au même titre que les parcours du voyageur. Bien plus, certains voyageurs rapportent sous forme écrite, de la main d’un dignitaire d’État africain, des cartes qui témoignent de ces savoirs endogènes.

  • 61 Edme-François Jomard, « Coup d’œil rapide sur le progrès et l’état actuel des découvertes (…) », di (...)

53Mais, plus fondamentalement, ce sont les voyageurs qui fournissent des solutions pour dire ce que la carte ne saurait transmettre : le récit et les descriptions qu’ils élaborent contribuent à remplir d’images le blanc de la carte et épaississent le trait de l’itinéraire par la qualité de leur regard. Nombre d’entre eux, en effet, choisissent de consacrer l’essentiel de leurs observations à des faits d’ordre ethnographique et restituent au continent sa dimension humaine. Or, les géographes comme Jomard, d’abord soucieux « de parvenir à la description géométrique de ce grand continent », repoussent à des investigations ultérieures « la peinture de l’état moral et physique de l’Afrique intérieure »61.

Conclusion

  • 62 J. Brian Harley attribue aux cartes, « type de connaissance impersonnel », la tendance à « désocial (...)

54Au-delà du blanc de la carte, on peut lire l’ensemble de ce parcours dans les représentations cartographiques, discursives, iconographiques de l’espace africain comme une dialectique du plein et du vide : du plein foisonnant des figures de l’inconnu sur les cartes du xviie siècle au vide des cartes de d’Anville qui réduit l’intérieur du continent à un squelette de parcours reconnus et de lieux sûrs dans un espace géométrique ; du vide creusé dans les représentations par mimétisme à la carte, qui retire toute qualité à l’espace africain, au plein de rencontres et d’habitants que tentent de restituer les explorateurs. Pourtant, cette dernière image d’une Afrique pleine de sociétés, de territoires, aménagée par ses habitants, ne durera pas. Les cartes de la fin du xixe siècle, à la veille de la conquête coloniale, perdent en contenu ethnographique ce qu’elles gagnent en précision topographique. Elles sont à nouveau vides d’hommes, mais porteuses d’un message géopolitique : on y trouve des mentions telles que « protectorat français ». L’appropriation coloniale y trouve rapidement une expression cartographique qui fait table rase des anciens territoires62. Et l’on peut considérer la tabula rasa comme une nouvelle forme de blanc de la carte, non plus destinée à traduire graphiquement des espaces inconnus, mais des espaces méconnus.

Figure 1 : Guillaume BLAEU, Africae nova descriptio, in G. et J. BLAEU, Nouvel atlas, 1635. BNF, C. et PL, GeDD 11471.

Figure 2 : Nicolas SANSON, L’Afrique ou Lybie ultérieure ou sont le Saura ou désert, le Pays des Nègres, la Guinée et les Pays circonv., 1659. BNF, C. et PL, Ge DD 2987.

Figure 3 : Jean-Baptiste Bourguignon D’anville, AFRIQUE, Publiée sous les auspices de Monseigneur le Duc d’Orléans, par le Sieur D’Anville, 1749. BNF, C. et PL, Ge DD 2987 (7779) B.

Figure 4 : James rennell, Route de Mr Mungo Park, depuis Pisania sur la Gambie jusqu’à Silla sur la Joliba ou Niger, avec la route du retour par le sud à Pisania. BNF, C. et Pl., Ge D11 560.

Figure 5 : Edme-François Jomard, « Carte itinéraire du Voyage de Mr Caillié à Jenné et à Temboctou, rédigée d’après le journal du voyageur », 1829, in René caillié, Journal d’un voyage à Temboctou et à Jenné, dans l'Afrique centrale, Paris, 1830, Impr. Royale, t. III (fragments).

Notes

1 J. Brian Harley, « The map and the development of the History of Cartography », in J. Brian Harley et David Woodward, The History of Cartography I, Cartography in Prehistoric, Ancient and Medieval Europe, and the Mediterranean, Chicago, The University of Chicago Press, 1987, p. 1. Voir aussi Christian Jacob, L’Empire des Cartes. Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Paris, Albin Michel, 1992, p. 41-54, « La carte comme médiation ».

2 « Les géographes, sur les cartes d’Afrique, comblent leurs lacunes avec des figures de sauvages et placent des éléphants, à défaut de villes, dans les régions inhabitables ». Jonathan Swift, On Poetry.

3 Christian Jacob, op. cit., p. 139 et suivantes.

4 On trouvera un exemple de ce type de représentation sur une carte de Waldseemüller, 1507-1516, Bibliothèque Nationale de France (BNF), Cartes et Plans (C. et PL), GeDD930, pl.20a.

5 L’iconographie animale est analysée en ces termes par Christian Jacob, op. cit., notamment p. 201-243 : « il y a un rapport métonymique entre l’animal et l’espace qui le renferme, et l’animal est ici le substitut du toponyme : il réintroduit le particulier dans l’indifférencié » (p. 208-209) ; tel rhinocéros, « représentant de la faune locale, (…) est comme une illustration emblématique de cette région de l’Asie sur laquelle il se situe » (p. 218) ; « la carte est une encyclopédie et la mise en ordre visuelle s’apparente au classement taxinomique, où l’on identifie et isole les espèces… » (p. 232).

6 Nicolas Vischer, Africa, carte non datée, BNF, C.et PL, GeDD 5082.

7 Guillaume Blaeu, Africae nova descriptio, in G. et J. Blaeu, Nouvel atlas, 1635, BNF, C.et PL, GeDD 11471, Figure 1.

8 Cf. Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1995 (2e éd.) et Karine Delaunay, Voyages à la Côte de l’Or (1500-1750). Etude historiographique des relations de voyage sur le littoral ivoirien et ghanéen, Paris, Afera, 1994.

9 Nicolas Sanson, Afrique, ou Libie ultérieure ou sont le Saara ou désert, le Pays des Nègres, la Guinée &c, 1656, BNF, C.et PL, GeD 11471, et L’Afrique ou Lybie ultérieure ou sont le Saara ou désert, le Pays des Nègres, la Guinée et les Pays circonv., 1659, BNF, C.et PL, GeDD2987, Figure 2.

10 Cf. François de Dainville, Le langage des géographes. Termes, signes, couleurs des cartes anciennes. 1500-1800, Paris, Picard, 1964.

11 Numa Broc, La Géographie des Philosophes, Paris, Ophrys, 1975, p. 26.

12 Afrique selon les Relations les plus Nouvelles, Dressée et Dédiée Par le P. Coronelli Cosmographe de la Serenissime Republique de Venise à Monsieur le Duc de Brissac, Pair de France. À Paris, Chez I. B. Nolin,… 1689, BNF, C.et PL, GeDD2287 (7765). L’échelle est proposée à la fois en « Milles d’Italie », en « Lieues communes de France », en « Lieues d’Espagne », en « Lieues d’Allemagne », en « Lieues d’une heure de chemin » et en « Lieues de Mer ». La légende est intitulée « Explication des Marques et des Lettres seules ».

13 Planisphère et cartes particulières des continents, 1700. Voir Numa BROC, op. cit., p. 27-28.

14 Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville, Carte de la Côte de Guinée et du Pays, autant qu’il est connu, depuis la Rivière de Serre-Lionne jusqu’à celle des Camarones, 1729. BNF, C. et PL, GeD 10630. C’est nous qui soulignons.

15 Ibid.

16 Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville, Carte de la partie occidentale de l’Afrique comprise entre Arguin et Serre-Lionne…, 1727, BNF, C.et Pl., GeD 10632.

17 Afrique, Publiée sous les auspices de Monseigneur le Duc d’Orléans, par le Sieur D’Anville, 1749, BNF, C.et Pl., Ge DD 2987 (7779)B, Figure 3.

18 Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville, Éclaircissements…, p. vi, cité par Numa BROC, op. cit., p. 89.

19 Robin Hallett, « The European approach to the interior of Africa in the eighteenth century », Journal of African History, IV, 1963, 2, p. 191-206, et Numa Broc, ibid.

20 Gilles Palsky, « Un monde fini, un monde couvert », in Isabelle Poutrin (dir.), Le XIXe siècle, Science, politique et tradition, Paris, Berger-Levrault, 1995, p. 134, citant Jean-Louis Rivière, in Cartes et Figures de la Terre, Paris, Centre Georges Pompidou, 1980, p. 135.

21 James Rennell, Elucidations of the African Geography, London, 1793.

22 Voir par exemple le Mémoire sur l’intérieur de l’Afrique de l’astronome Jérôme de Lalande, Paris, Imprimerie des administrations nationales, an III, ou les Mémoires sur l’Afrique, puliés par de Guignes, Paris, 1791.

23 « Rien ne peut mieux prouver l’état arriéré de la géographie de l’Afrique que l’obligation où a été M. d’Anville de recourir aux ouvrages de Ptolémée et de l’Edrysy, pour composer la partie intérieure de la carte d’Afrique, qu’il publia en 1749. (…) Il n’appartenait qu’au génie de d’Anville de combiner aussi juste, d’après les faibles indications que lui présentoit l’ouvrage du géographe nubien. » James REnnell, Construction de la carte d’Afrique, 1790.

24 S. Μ. X. Golbéry, Fragmens d’un voyage en Afrique fait pendant les années 1785, 1786 et 1787-…, Paris, Treurel et Würtz, vol. 1, 1802, p. 31.

25 René Caillié, Voyage à Tombouctou et à Jenné dans l’Afrique centrale, Paris, Imprimerie royale, 1830, t. I, p. 1.

26 Ibid.

27 Heinrich Barth, Reisen und Entdeckungen in Nord-und Central-Africa, in den Jahren 1849 bis 1855, Gotha, 1857-58, Justus Perthes, 5 vol.

28 « (…) will give a singular cast to its hydrography » : James Rennell, Proceedings of the Association for promoting the Discovery of the interior Parts of Africa, vol. I, p. 213.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 Le texte anglais emploie l’expression « habitable spots » (Ibid.).

32 Ibid.

33 Voyages de MM. Ledyard et Lucas en Afrique, traduction française de Lallemant, Paris, Xhrouet, 1804, p. 9.

34 Edme-François Jomard, « Renseignements géographiques sur une partie de l’Afrique centrale, en réponse à la demande d’instructions pour le voyage de M. Raffenel… », in Société de géographie, Questions aux voyageurs,… 2e série, Paris, A. Bertrand, 1856, p. 52-86.

35 Proceedings of the Association for promoting the Discovery of the interior Parts of Africa, vol. I, p. 210.

36 Ibid.

37 Carl Ritter, « De la position géographique et de l'extension des continents », Discours prononcé le 14 décembre 1826 à l’Académie Royale des Sciences de Berlin, in Obadia, p. 114.

38 Discours intitulé « Généralités sur les formes solides de l’écorce terrestre », in op. cit., p. 82.

39 De la position géographique et de l’extension des continents », Ibid, p. 116.

40 Carl Ritter, De la configuration des continents sur la surface du globe et de leurs fonctions dans l’histoire, op. cit., p. 234. Ici s’ajoute le topos qui consiste à établir une équivalence entre éloignement dans l’espace et dans le temps.

41 Il s’agit de Ledyard, Lucas, Houghton, Mungo Park, Horneman, Nicholls et Burckhardt.

42 Rennell dressera ainsi successivement des cartes accompagnées des mémoires suivants : Construction of the Map of Africa, (1790) ; Elucidations of the African Geography (1791) ; Geographical Illustrations of Mr. Park’s Journey (1798) et Geographical Illustrations of Mr. Horneman’s Route (1801).

43 Marie-Noëlle Bourguet a analysé l’apparition au cours du xviiie siècle d’un partage tout à fait comparable entre des savants naturalistes se chargeant de la construction du savoir et de son articulation théorique (notamment par la classification) et des voyageurs chargés de collecter les spécimens de par le monde : « Voyage, collecte, collections. Le catalogue de la nature (fin xviie-début xixe siècles) », in Danielle Lecoq, Terre à découvrir, Terres à parcourir, Paris, Publication de l’Université Paris 7-Denis Diderot, 1996, p. 184-203.

44 Paris (1821), Berlin (1828) et Londres (1829).

45 C’est le cas du « Prix d’encouragement pour un voyage à Tombouctou », publié par la Société de Géographie de Paris en 1824.

46 La même société institue à partir de 1829 une médaille d’or annuelle destinée à récompenser la découverte la plus importante en géographie ; la société londonnienne fait de même en 1830.

47 C’est le cas pour Raffenel en 1846 et pour Faidherbe en 1854.

48 Le Baron Roger, gouverneur du Sénégal en communique un grand nombre en 1824 et 1825 à la Société de Géographie de Paris, qui les publie dans ses Recueils de voyages et de mémoires, t. 2, p. 51-62.

49 Voyages de MM. Ledyard et Lucas en Afrique, traduction française de Lallemant, Paris, Xhrouet, 1804, p. 100.

50 Lettre de Delaporte à Jomard, 3 octobre 1828, publiée dans René Caillié, Voyage à Tombouctou et à Jenné, op. cit., t. III, p. 374.

51 Edme-François Jomard, « Coup d’œil rapide sur le progrès et l’état actuel des découvertes dans l’intérieur de l’Afrique », Bulletin de la Société de Géographie, Ie série, II, 1824, p. 252 et 249.

52 Ibid, p. 253.

53 Alexandre de Humboldt, lettre à Carl Ritter, citée dans les Tableaux de la Nature, Livre I, Steppes et déserts, p. 202.

54 Comme d’Anville avant eux, Rennell et Jomard rédigent systématiquement des mémoires explicatifs à l’appui de leur carte. Ce sont les Elucidations ou les Geographical Illustrations de Rennell, et les articles de Jomard dans le Bulletin de la Société de Géographie ou encore tout le travail de commentaire que propose cet auteur, dans le tome III du récit du voyage de Caillié.

55 René Caillie, Fragment du manuscrit autographe de son voyage (1er janv.-18 août 1828), 23 feuillets, BNF, C. et PL, Archives de la Société de Géographie de Paris, Carton CA-CER, no 158.

56 C’est dans la crainte d’avoir affaire à un imposteur que Delaporte demande à Caillié ses notes de voyage avant de prendre le parti de le soutenir. Lettre du 28 août 1828, in René Caillie, Voyage à Tombouctou et à Jenné, op. cit., t. III, p. 369.

57 Lettre de Delaporte à Jomard, 3 octobre 1828, in ibid., p. 374.

58 Edme-François Jomard, « Carte itinéraire du Voyage de Mr Caillié à Jenné et à Temboctou, rédigée d’après le journal du voyageur », 1829, in René Caillie, Journal d’un voyage à Temboctou et à Jenné, op. cit., Figure 5.

59 « Rapport de la Commission spéciale chargée de rendre compte du Voyage de M. Caillié à Temboctou et dans l’intérieur de l’Afrique », in René Caillié, op. cit., p. 361. Le rapporteur est Jomard. La région dont il est question est le Fouta-Jallon.

60 James Rennell, Route de Mr Mungo Park, depuis Pisania sur la Gambie jusqu’à Silla sur la Joliba ou Niger, avec la route du retour par le sud à Pisania. BNF, C. et Pl., GeD 11560, Figure 4.

61 Edme-François Jomard, « Coup d’œil rapide sur le progrès et l’état actuel des découvertes (…) », discours cité in R. Caillé, op. cit., p. 254.

62 J. Brian Harley attribue aux cartes, « type de connaissance impersonnel », la tendance à « désocialiser le territoire qu’elles représentent » en favorisant la « notion d’espace socialement vide ». Cette analyse s’applique particulièrement bien au continent africain tel qu’il a pu être décrit par des discours ayant partie liée avec la carte. J. Brian Harley, « Cartes, savoir et pouvoir », in Peter Gould et Antoine Bailly, Le pouvoir des cartes, Paris, Économica, 1995, p. 51.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Guillaume BLAEU, Africae nova descriptio, in G. et J. BLAEU, Nouvel atlas, 1635. BNF, C. et PL, GeDD 11471.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12552/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Légende Figure 2 : Nicolas SANSON, L’Afrique ou Lybie ultérieure ou sont le Saura ou désert, le Pays des Nègres, la Guinée et les Pays circonv., 1659. BNF, C. et PL, Ge DD 2987.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12552/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende Figure 3 : Jean-Baptiste Bourguignon D’anville, AFRIQUE, Publiée sous les auspices de Monseigneur le Duc d’Orléans, par le Sieur D’Anville, 1749. BNF, C. et PL, Ge DD 2987 (7779) B.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12552/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Figure 4 : James rennell, Route de Mr Mungo Park, depuis Pisania sur la Gambie jusqu’à Silla sur la Joliba ou Niger, avec la route du retour par le sud à Pisania. BNF, C. et Pl., Ge D11 560.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12552/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Figure 5 : Edme-François Jomard, « Carte itinéraire du Voyage de Mr Caillié à Jenné et à Temboctou, rédigée d’après le journal du voyageur », 1829, in René caillié, Journal d’un voyage à Temboctou et à Jenné, dans l'Afrique centrale, Paris, 1830, Impr. Royale, t. III (fragments).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12552/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 429k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search