Version classiqueVersion mobile

Combler les blancs de la carte

 | 
Isabelle Laboulais

Première partie. Variations sur le blanc

Le blanc de la carte : une notion complexe ?

Texte intégral

1Questionner les manières de combler les blancs de la carte conduit à explorer les statuts de l’inconnu géographique, les modalités de constitution des savoirs de la terre et leurs représentations cartographiques. Avant d’aborder ces processus, il semble cependant nécessaire de poser quelques jalons pour définir cette notion, ou du moins pour attirer l’attention sur sa complexité.

2Si l’on associe spontanément les blancs de la carte aux limites de la science géographique – ignorance des contours des territoires et méconnaissance des paysages –, il faut aussi les rapprocher d’une forme de conscience géographique, d’une manière d’imaginer l’espace plutôt que de le penser. Sous cet angle, les blancs de la carte ne constituent pas un vide, mais ils peuvent au contraire susciter un désir d’espace. Les géoramas qui permettent de saisir la terre d’un coup d’œil, comme l’esprit d’aventure qui naît de l’attirance suscitée par ce vide, montrent la nécessité de déjouer l’évidence lorsque l’on parle des blancs de la carte. Rapportés à la science géographique, les blancs exigent la même vigilance. L’exemple des cartes parues dans les ouvrages d’exégèse biblique au xvie siècle souligne enfin que, plus qu’un vide, le blanc doit être regardé comme un code graphique complexe.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search