Version classiqueVersion mobile

L’espace du Saint-Empire

 | 
Christine Lebeau

Troisième partie. Pratiques d’espace en empire

Le Saint-Empire et les Allemagnes

Voyageurs de la fin de l’Ancien Régime

Anne Radeff

Texte intégral

Ouverture et décentralités

  • 1 Pierre Goubert, Les paysans français au xviie siècle, Paris, 1998, p. 41.

1On a souvent pensé et écrit que, sous l’Ancien régime, de nombreuses régions étaient caractérisées par leur fermeture, leur cloisonnement. Pierre Goubert témoigne de cet état d’esprit lorsqu’il évoque les paysans français du xviie siècle, « profondément attachés à la glèbe généralement natale, avec une sorte de passion qui les poussait à n’en sortir presque jamais, sauf pour quelque fête familiale ou quelque incursion au marché du bourg voisin »1. Plusieurs régions essentiellement rurales auraient ainsi fonctionné de manière quasiment autarcique, avec des échanges limités au sein d’un même village et, au mieux, entre les villages et la ville la plus proche – ou le « bourg voisin » de Goubert. La lenteur et la difficulté des déplacements seraient l’une des raisons majeures de cet isolement, de cette fermeture sur le «petit pays». Dans un monde cloisonné, la communication fonctionnerait surtout à petite échelle géographique, sauf pour les grandes villes.

  • 2 Alain Croix, « L’ouverture des villages sur l’extérieur fut un fait éclatant dans l’ancienne France (...)
  • 3 Anne Radeff, Du café dans le chaudron. Économie globale dAncien Régime (Suisse occidentale, Franch (...)

2Ces idées sont maintenant battues en brèche2. De nouvelles recherches, ainsi que la relecture de travaux anciens, ont en effet montré que, sous l’Ancien Régime, les habitants des petites villes, des villages et des hameaux, de la plaine à la haute montagne, sont intégrés dans une économie d’échanges qui fonctionne à toutes les échelles : locale, régionale, internationale ou mondiale. L’ensemble des activités de production, d’autoconsommation et d’échanges forme ce que j’ai proposé de nommer l’économie globale d’Ancien Régime, qui inclue l’économie marchande d’une part, l’autoconsommation de l’autre3.

  • 4 Quelques ouvrages récents sur les foires et marchés : Simonetta Cavaciocchi, dir., Fiere e mercati (...)
  • 5 Anne Radeff, « Loin des centres. Consommation et mobilités du xviiie au xixe siècle » et « Nouvelle (...)
  • 6 Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe (xve-xixe siècle), Paris, 1993 ; Wilfried Reini (...)

3On peut cerner de plus près le fonctionnement de cette économie en étudiant l’étoffement des réseaux commerciaux tout au long de l’Ancien régime4 ou les circulations des personnes, des marchandises, des techniques ou des idées5. Ces mobilités n’obéissent pas à une logique de centralité qui devrait respecter deux principes majeurs : d’une part, il s’agit de minimiser les distances de déplacement ; de l’autre, les gens sont censés respecter une hiérarchie stricte : les villageois se rendant en priorité vers les bourgs, les habitants des bourgs vers les villes, ceux des villes vers les capitales. Comme pour Goubert, les paysans devraient se rendre dans la ville plus proche (« le bourg voisin » de Goubert) pour y vendre leurs productions. En réalité, les paysans, au lieu de se déplacer vers les villes, obtiennent le droit de tenir des foires et parfois même des marchés hebdomadaires dans leur village. Les mobilités spatiales peuvent même être exactement le contraire de celles prévues par la centralité : les gens ne vont plus des villages vers les villes, mais des villes vers les villages. Des foires rurales sont en effet fréquentées par les habitants des villes, même grandes et éloignées. Les villages peuvent donc exercer une force d’attraction considérable. Cela n’empêche pas les paysans, ni les habitants des petites villes, de se déplacer. Leurs mobilités n’obéissent pas à une logique de centralité. En effet, ils ne privilégient pas la ville la plus proche, mais peuvent parcourir de très longues distances pour se rendre là où ils sont susceptibles d’exercer au mieux leur art. L’étude du colportage a, sur ce plan, contribué à transformer radicalement notre manière de penser les sociétés d’Ancien régime6. Des centaines d’hommes transportent à travers toute l’Europe des marchandises variées, rares ou courantes : mercerie, objets de fer, bijoux ou montres, livres etc. Leurs étranges itinéraires, leur habitude de passer et repasser les frontières politiques, culturelles ou religieuses, en font des intermédiaires entre les villes et les villages, dans une pratique spatiale décentrée.

4Les voyageurs venus du Saint-Empire germanique sont nombreux à participer à ces mobilités transfrontalières, qu’ils soient négociants, marchands spécialisés, compagnons ou artisans. Cet article décrira leurs périples à la fin de l’Ancien Régime, en précisant dans quels espaces ils s’inscrivent : territoires politiques (le Saint-Empire dans ses diverses extensions) et régions linguistiques (« les Allemagnes »). La comparaison avec le comportement d’autres voyageurs permettra de préciser les particularités du comportement des Allemands et la nature des frontières qu’ils ont le plus de peine à franchir.

Sources sur les circulations européennes

  • 7 Archives fédérales (abrégé : AF), B 1750 a-d, 1798-1802.
  • 8 Johannes Strickler éd., Actensammlung aus der Zeit der Helvetischen Republik (1798-1803), Berne, 18 (...)
  • 9 Anne Radeff, « Loin des centres »..., p. 115-125.
  • 10 Andreas Stähelin, « Helvetik », Handbuch der Schweizer Geschichte, Zurich, 1977, II, p. 789-790, p. (...)

5Une source conservée aux Archives fédérales suisses permet de cerner de plus près l’ampleur des déplacements sous l’Helvétique (1798-1802)7. En juillet 1798 en effet, une loi impose aux sous-préfets et à leurs agents d’avoir « chacun un registre, dans lequel ils inscriront le nom de l’étranger, le but de son voyage et le lieu où il veut aller. Ils enverront chaque semaine au préfet de leur canton un relevé de leurs registres, et celui-ci fera composer un rapport général de tous ces rapports particuliers, et l’enverra tous les quinze jours au ministre de la Police, où il restera déposé »8. Les listes contiennent les noms et les prénoms des personnes entrées dans le canton, la date de leur passage, leur vocation (métier), leur lieu d’origine et leur destination. Tous les préfets ne répondent pas avec la même exactitude et, en général, ils n’enregistrent certainement pas toutes les personnes qui traversent le pays. Beaucoup voyagent sans passeports, surtout lorsqu’il s’agit de femmes9. Malgré ses lacunes, cette source permet cependant de relever le passage de milliers de personnes pendant une époque troublée où la Suisse est, pour la première fois depuis plus d’un siècle, parcourue par des troupes armées et devient même le théâtre d’affrontements militaires10.

  • 11 Abel Poitrineau, Remues d’hommes. Essai sur les migrations montagnardes en France aux xviie et xvii (...)
  • 12 Abel Châtelain, Les migrations temporaires en France de 1800 à 1914. Histoire économique et sociale (...)

6Les tabelles concernant la ville de Bâle sont les plus exhaustives et les seules à couvrir toute la période. Elles ont été écrites par le secrétaire de la municipalité, Matthäus Merian, qui est aussi archiviste et professeur de grec. Merian connaît bien les langues latines, ce qui lui est très utile pour comprendre et transcrire la profession et le lieu d’origine des nombreux voyageurs francophones ou italophones qui passent à Bâle ; il est aussi au courant des nouvelles divisions politiques de l’Europe et précise toujours où se trouvent les lieux cités. Un marchand de parapluies, Guillaume Battus, passe par divers cantons suisses. Les auteurs des tabelles n’arrivent visiblement pas à identifier son lieu d’origine, tantôt orthographié « Jaleirach », tantôt « Saligrach » etc. Merian, lui, précise que ce lieudit se trouve dans le département du Cantal (il s’agit de la commune auvergnate de Jaleyrac, au nord de Mauriac)11. Cette exactitude permet de rattacher ce remuant personnage à une ancienne tradition de colportage concernant toute une région, le Massif Central12.

7De surcroît, ces tabelles bâloises indiquent quand et où les passeports des voyageurs ont été visés avant de l’être à Bâle. Ces données permettent de reconstituer des itinéraires. J’ai relevé toutes les personnes ayant plus de cinq visas en 1799. Ces grands voyageurs sont d’abord originaires de diverses régions de l’Empire, puis du sud des Alpes (Piémont, Lombardie, Ligurie), enfin de la Principauté de Neuchâtel.

  • 13 Archives nationales à Paris (abrégé : AN), F 20/434-435. Cette enquête a été utilisée pour la Franc (...)
  • 14 Jan Lucassen, Migrant labour..., p. 16-17.

8Cette source peut être complétée par des informations tirées d’une enquête française sur les migrants temporaires levée de 1808 à 1813 (nommée ci-dessous : « enquête de 1811 »)13. Le Ministère de l’intérieur demande alors aux préfets résidant dans le vaste Empire français, qui s’étend alors de Hambourg à Rome et de Bordeaux à Mayence, des informations précises sur les migrants temporaires de leurs départements. Comme l’a montré Jan Lucassen14, beaucoup des chiffres avancés sont sous-estimés. Malgré cela, cette enquête décrit des dizaines de milliers de migrants. Plusieurs milliers sont originaires d’Allemagne.

  • 15 AN, F/20/435, Lippe, 31.1.1812.

9Prenons un exemple. En janvier 1812, le préfet du département de Lippe15 envoie au ministre de l’intérieur une tabelle « d’où il résulte que 2 509 individus, qui pour la plupart travaillent depuis le mois de mai jusqu’à la fin du mois de juillet dans les départements de la Hollande, apportent chez eux une somme approximative de 107 579 francs ». Le préfet rappelle les conditions effrayantes du voyage et les maladies qui en résultent : « Ces maladies sont causées par la mauvaise nourriture, par le mauvais air qui règne dans l’intérieur de la Hollande, et surtout sur les bords de la mer, et aussi par la force des travaux auxquels les individus doivent se livrer pour gagner de quoi subsister pendant l’hiver avec leur famille ». Pour chaque arrondissement, la tabelle donne le détail des migrations : 76 personnes quittent l’arrondissement de Münster et 176 celui de Rees ; les premiers vont en Hollande, les autres dans le département de Roër (Rur). Ils s’occupent « à faucher l’herbe des prés, à faire de la tourbe et à moissonner les fruits ». Les 1 565 personnes qui quittent l’arrondissement de Steinfurt pour se rendre en Hollande accomplissent les mêmes tâches, mais il s’agit aussi parfois de tisserands. Tous quittent leur foyers du début du mois de mai jusqu’à la fin juillet. Enfin, 692 migrants quittent l’arrondissement de Neuenhaus ; plusieurs partent déjà au début de février et ne rentrent qu’à l’hiver. Ils accomplissent les mêmes tâches que les précédents mais travaillent « aussi à la charpenterie et tuilerie ».

10Ces belles sources peuvent être complétées par d’autres. On trouve dans plusieurs cantons suisses ainsi que dans des archives françaises des listes de passeports délivrés, qui renseignent parfois sur les raisons du voyage. Les sources judiciaires permettent de suivre les errances de personnes suspectées de larcin divers. Les sources privées, abondantes, vont des récits de voyage aux inventaires de colporteurs en passant par la correspondance.

Sortir du Saint-Empire16

  • 16 Je reprends ici des passages d’un texte qui a été traduit en allemand, grâce à l’aide de Markus A. (...)

11Ce paragraphe étudie les voyageurs mentionnés dans l’enquête de 1811 comme originaires de régions allemandes. J’utiliserai pour les désigner le mot « Allemands » plutôt que ceux de ressortissants du Saint-Empire car les préfets de l’Empire privilégient l’emploi des mots Allemagne et Allemands. En 1811, la Confédération du Rhin est beaucoup plus restreinte que le Saint-Empire de la fin du xviiiie siècle. L’Empire français inclut la Hollande, la Belgique, le Luxembourg, une grande partie de l'Italie, le nord-ouest de l’Allemagne et quelques cantons suisses. Toutes les personnes qui quittent régulièrement le périmètre départemental sont considérées comme des migrants temporaires ; la plupart ne vont pas à l’étranger, c’est-à-dire ne franchissent pas les frontières de l’Empire français.

  • 17 Abel Châtelain, Les migrations..., carte III-43 sur l’immigration étrangère en France (concerne aus (...)
  • 18 Klaus J. Bade, « Wanderung in Deutschland seit dem 18. Jahrhundert », Wanderhandel in Europa..., p. (...)
  • 19 Ils ont été étudiés par Jan Lucassen, Migrant labour..., p. 19-100 et par Franz Bölsker-Schlicht, D (...)

12À cette époque, des milliers d’Allemands quittent leur foyer pour se rendre dans d’autres régions allemandes, en Hollande ou en France17. L’enquête ne mentionne pas les migrations vers l’Europe orientale, plutôt permanentes que temporaires18. La majorité des migrants temporaires allemands sont des « Hollandgänger » : 30 à 35 000 personnes (dont environ 20 000 Allemands) se rendent chaque année sur les côtes de la mer du Nord, surtout en Hollande, pour y trouver de l’embauche. La majorité d’entre eux sont des journaliers agricoles, qui fauchent l’herbe, ramassent le foin et font les moissons ; 10 000 environ récoltent la tourbe, 5 à 6 000 sont des artisans ambulants. Ces nombres sont considérables mais à manier avec prudence ; plusieurs préfets précisent qu’ils travaillent de manière approximative et que les chiffres changent d’une année à l’autre. De toutes manières, il s’agit ici de milliers de migrants temporaires, qui voyagent dans des conditions très difficiles19.

  • 20 Une synthèse : Wilfried Reininghaus dir., Wanderungen...

13La plupart des artisans qui se rendent sur les côtes de la mer du Nord sont des artisans du bâtiment, comme les charpentiers et les faiseurs de tuiles cités ci-dessus. Ils partent pour gagner leur vie. Ils se distinguent clairement des compagnons, des apprentis ou des maîtres artisans qui voyagent pour compléter leur formation20. Les préfets ne mentionnent qu’exceptionnellement cette catégorie de voyageurs, qui ne sont pas des migrants temporaires. Plusieurs travailleurs allemands se rendent en France. Deux chaudronniers du département du Mont-Tonnerre se rendent régulièrement, d’avril à octobre, dans l’arrondissement de Dijon (département de la Côte-d’Or) ; ils sont très certainement à la fois artisans et marchands de cuivre.

  • 21 AN, F/20/435, Bas-Rhin, 23.9.1812.
  • 22 Jean Michel Boehler, Une société rurale en milieu rhénan. La paysannerie de la plaine d’Alsace (164 (...)
  • 23 AN, F/20/435, Haut-Rhin, 19.4.1811.
  • 24 Rudolf Palme, « Hauptströmungen der gewerblichen Migration in Nordtirol vom Spätmittelalter bis zur (...)

14Des gens originaires de Souabe et de la région du lac de Constance résident habituellement de Pâques à la Toussaint dans le département du Bas-Rhin ; ils « sont maçons, tailleurs de pierres, charpentiers, scieurs de long ou journaliers de [sic]les différents genres d’industrie »21. Il y a de nombreuses manufactures dans le département du Haut-Rhin. On y voit « tous les ans plus de 300 étrangers originaires de la Suisse ou de l’Allemagne qui viennent pour travailler dans ces fabriques. La plupart de ces ouvriers finissent ordinairement par s’établir dans ce département et ils y contractent mariage. Il est à remarquer que de certains artisans, tels que les serruriers, forgerons, tisserands et tonneliers fixés dans le Haut-Rhin sont pour la plupart des Allemands admis à domicile en France ». En fait, il y a en Alsace beaucoup moins d’immigrants allemands que suisses. L’influence des Allemands est cependant considérable dans le secteur de l’artisanat spécialisé où ils se concentrent22. Quelques personnes originaires de l’Autriche actuelle se rendent aussi dans le département du Haut-Rhin : « En mars, on voit paraître ordinairement une centaine de vitriers ambulants et de maçons qui quittent le Tyrol et le Vorarlberg pour travailler de leur profession pendant quelque temps. Leur résidence ne dure qu’environ six semaines et il est rare qu’ils emportent un bénéfice au-delà de 2 à 3 louis »23. Plusieurs paysans tyroliens quittent leur foyer en été, pour exercer une deuxième profession : maçons ou charpentiers24.

  • 25 Joshua S. Goldstein, Long cycles. Prosperity and war in the Modem Age, New Haven / Londres, 1988, p (...)
  • 26 J. Lucassen, Migrant labour..., p. 7-8.
  • 27 AN, F/20/435, Moselle, 11.12.1809.

15Le départ n’est pas toujours dû à la pauvreté. Le préfet du département de la Moselle en Lorraine donne des renseignements précieux sur les causes du départ. « Il arrive annuellement à Metz un assez grand nombre d’ouvriers en tout genre. Ce sont presque tous des Allemands des deux rives du Rhin. Il en vient même de la Saxe et des Etats voisins. Les uns séjournent un an et plus, les autres ne restent que quelques mois. Leur but principal est de se perfectionner et d’apprendre la langue française ; ils retournent ensuite chez eux. Ces ouvriers ne gagnent que pour leurs frais de nourriture et leur entretien. Il est rare qu’ils puissent faire des économies. Le nombre de ces ouvriers ambulants peut être évalué année commune à 60 ou 80 individus ». Metz, ville francophone au cœur d’un pays majoritairement germanophone, est à cette époque un pôle culturel. « La ville de Metz est aussi depuis longtemps dans l’usage d’envoyer en Bohême, en Pologne et surtout en Russie des demoiselles bien élevées et de familles pauvres pour former l’éducation des filles de princes ou de seigneurs ». Le préfet du département de Moselle mentionne aussi l’arrivée d’Allemands dans l’arrondissement voisin de Sarreguemines, mais en nombre nettement inférieur qu’à Metz. « Ceux qui y viennent sont pour la plupart de jeunes compagnons, maçons, tailleurs de pierres, charpentiers, et surtout des drapiers allemands. On croit que le seul but de leur séjour en France est de se soustraire à la conscription dans leur pays ». Les Allemands ne sont pas les seuls à fuir une conscription si effrayante, alors que les guerres napoléoniennes vont tuer plus d’un million et demi d’hommes25. Au départ, l’enquête de 1811 est motivée par des raisons militaires : les personnes qui viennent chercher les jeunes conscrits ne les trouvent souvent pas chez eux et les autorités veulent savoir où ils sont partis, depuis quand et pour combien de temps26. Les Allemands qui se rendent à Sarreguemines ne s’y enrichissent pas : « Le produit de leur travail est employé entièrement à leur nourriture et à leur entretien. S’ils font des économies, elles sont si modiques qu’elles ne peuvent être évaluées »27.

  • 28 AN, F/20/434, Léman, 13.2.1813.
  • 29 Alfred Rufer éd., Actensammlung aus der Zeit der helvetischen Republik (1798-1803), vol. 15, Des Ge (...)

16Les négociants voyageant pour leurs affaires ne sont jamais évoqués par les préfets. Quant aux petits marchands, comme les colporteurs ou les marchands spécialisés, on ne les rencontre que lorsque leurs voyages sont réguliers. Cette pratique varie d’un département à l’autre. Le préfet du département du Léman au nord de la Savoie a une vision très large de la migration temporaire. Il explique que plusieurs colporteurs quittent « leurs foyers aux approches de l’hiver, parcourent les départements circonvoisins et le canton de Vaud, et rentrent à l’ouverture des travaux de la campagne. Il se fait cependant de ces émigrations dans toutes les saisons, et les retours ne sont point périodiques ; plusieurs individus exerçant un commerce ou une industrie quelconque, soit dans l’intérieur de l’Empire, soit en Allemagne, soit en Suisse, font souvent des absences de 1, 2, 3 ou 4 années »28. Le préfet du département du Léman signale ainsi des migrations qui ne sont pas temporaires. L’attitude du préfet des départements alsaciens est très différente. Ils ne donnent aucune information sur les marchands juifs, alors que d’autres sources prouvent qu’à cette époque ils étaient nombreux sur les routes. Devenus citoyens français en 1791, ils peuvent dès maintenant franchir librement les frontières29.

  • 30 Pour la Belgique et la Hollande : Jozef Mertens, « Die Teuten Wanderhandler aus Brabant und Loon »,(...)
  • 31 AN, F/20/435, Mont-Tonnerre, 7.11.1811.
  • 32 Jozef Mertens, « Die Teuten... », p. 86.
  • 33 AN, F/20/435, Roër, 15.6.1811.
  • 34 Jan Lucassen, Migrant labour..., p. 88 ; les données sur le département de l’Ems supérieur ne se tr (...)

17Des milliers de marchands ambulants sont originaires d’une région plus éloignée, qui s’étend de la Belgique actuelle jusqu’au nord-ouest de l’Allemagne en passant par la Hollande et la France septentrionale30. De nombreux préfets des départements allemands, belges et luxembourgeois les mentionnent. Dans la partie actuellement allemande du département de Mont-Tonnerre, 240 Teuten quittent chaque été Grünstadt (arrondissement de Spire), pour pratiquer le commerce. « Ces individus vont débiter en France et à l’étranger les marchandises qu’ils ont fabriqué l’hiver, telles que brosses, vaisselle de bois etc. »31. Sept commerçants en cuivre originaires de Helden et de Horst dans le département de Roër se rendent régulièrement à Hanovre. « Ces individus restent absents plusieurs années ; lorsqu’ils rentrent, leur bénéfice, qui s’élève quelquefois jusqu’à 48 000 francs, se place en biens fonds et ils vivent paisiblement du produit de leur culture ». Helden et Horst, qui font partie en 1811 de l’arrondissement de Clèves, sont dans le Limburg, en Hollande actuelle. De nombreux artisans du cuivre quittent cette région à cette époque pour se rendre à Hanovre et dans le Brandebourg32. Le préfet du département de Roër signale que 25 à 30 marchands ambulants de Wesel (dans le même arrondissement) vont en France chaque année d’avril à octobre ou novembre33. Enfin, l’enquête signale dans le département de l’Ems supérieur plus de 1 000 marchands de tissus ambulants34.

  • 35 AN, F/20/435, Rhône, 13.9.1811 ; Rolf Walter, « Trager und Formen des südwestdeutschen Wanderhandel (...)
  • 36 AN, F/20/435, Moselle, 11.12.1809.
  • 37 Karl-Heinz Burmeister, « Heimischer und fremder Hausierhandel in Vorarlberg », Gewerbliche Migratio (...)

18Les préfets des départements français ne signalent que rarement l’arrivée de commerçants originaires de départements allemands, dans le département du Rhône, « il paraît à Lyon dans le courant de l’année, 10 à 12 individus des départements allemands montrant des horloges mécaniques et vendant des figures sculptées en bois ». Ces personnes sont certainement originaires de la Forêt-Noire. Leurs régions de vente s’étendent à cette époque à toute l’Europe, de la Suède au Portugal. Ils se rendent même en Amérique du nord35. On en rencontre aussi à Metz, où « des habitants de la Forêt Noire <viennent>, pour vendre des horloges en bois. Ils en font peu de débit à Metz, ils n’y séjournent pas au-delà de 8 jours ». Ces marchands de montres ont moins de succès que d’autres montagnards : « Des Tyroliens, marchands d’estampes et d’ouvrages en bois, suivent annuellement la foire de cette ville. Ils sont ordinairement trois ou quatre. Ils vendent toujours beaucoup, mais on ne peut évaluer leur bénéfice »36. Ces Tyroliens sont sans doute originaires de Pieve Tesino dans le Trentin. Les habitants de ce village apportent jusqu’en Russie et en Grèce des images et des calendriers, qu’ils acquièrent auprès de producteurs spécialisés en hypothéquant leurs terres. Beaucoup les perdent à toujours et deviennent des vagabonds ou des contrebandiers37.

***

19Les migrants temporaires allemands signalés dans l’enquête de 1811 font partie de milieux fort divers : journaliers agricoles ou manouvriers qui ruinent leur santé dans les tourbières hollandaises, artisans du bâtiment ou du textile, personnes travaillant en manufactures, artisans du cuivre, marchands ambulants plus ou moins spécialisés. Certains quittent leurs foyers poussés par la pauvreté, d’autres voyagent pour se cultiver ou s’enrichir. Leurs revenus sont parfois très bas, parfois suffisants pour leur permettre de vivre de leurs rentes à leur retour dans leurs foyers. Plusieurs ne les quittent que pour quelques mois, généralement en été, à la différence des colporteurs de montagne comme les Savoyards. D’autres s’absentent plusieurs années.

  • 38 Paul Vidal de La Blache, La France de l’Est, Paris, 1917, p. 138 (la citation sur les forgerons com (...)
  • 39 Ibidem, p. 32.

20Les 60 à 80 travailleurs allemands qui vont à Metz pour y apprendre le français, langue des vainqueurs provisoires, diffèrent des autres migrants. Il y a 80 ans, Paul Vidal de La Blache avait cité ces migrants, mais en en donnant une image très différente du portrait dessiné par les préfets. Au début du xixe siècle, lit-on dans La France de l'Est, « un afflux croissant d’ouvriers allemands, attirés des départements nouveaux par l’appât des hauts salaires qu’avait introduits la Révolution française, prenait la place des forgerons franc-comtois, très habiles, mais « difficiles à mener et plus exigeants », qui avaient été jusqu’alors en possession de travail »38. Vidal publie La France de l’Est en 1917, peu avant sa mort et pendant la guerre. Il « s’efforce de justifier la revendication du retour des trois départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle dans le giron français »39. Les travailleurs allemands dont il trace le portrait, dociles et attirés par le gain, diffèrent fortement de ceux décrits par le préfet en 1809 : des hommes qui voyagent pour se former et qui ne gagnant que peu d’argent. Pendant la première guerre de 1914-1918, le rapport des Allemands à la France n’est plus celui de l’époque napoléonienne.

Traverser Bâle

  • 40 Dorothee Rippmann, Bauern und Städter : Stadt-Land-Beziehungen im 15. Jahrhundert. Das Beispiel Bas (...)

21Les registres de passeports visés sous l’Helvétique recensent 470 commerçants qui passent en ville de Bâle en 1799. Ils viennent de nombreuses régions d’Europe. Les ressortissants du Saint-Empire sont les plus nombreux (45 % des passages), suivis par les Français (27 %), presque toujours Alsaciens, puis par des personnes venus de régions qui deviendront suisses (16 %), généralement des Neuchâtelois, enfin par des Italiens (10 %). La majorité des voyageurs parlent donc des dialectes allemands : au xve siècle déjà, les germanophones étaient particulièrement nombreux à se rendre aux foires de Bâle, alors que les francophones préféraient aller à Belfort ou Montbéliard40. Les différences linguistiques jouent donc un rôle important, même si des centaines de personnes n’hésitent pas à parcourir des terres où l’on ne parle pas la même langue. Paradoxalement, les différences religieuses semblent moins inhibantes : une grande partie des Alsaciens qui passent à Bâle sont des Juifs.

  • 41 Anne Radeff, « De Gênes à Amsterdam. Voyage et consommation à l’époque de la République Helvétique  (...)

22Les professions des commerçants allemands sont plus variées que celles des Français, des Suisses et des Italiens (tableau l)41. Elles ne sont jamais dues au hasard et témoignent d’une ancienne tradition de colportage remontant souvent au xviie siècle au moins. Ni le lieu d’origine des voyageurs ni les objets qu’ils transportent ne sont dus au hasard ou à une initiative isolée, étrangère à une pratique collective.

  • 42 Peter Hûher, Heimat und Fremde. Wanderhandler des oberen Sauerlandes, Münster, 1985, p. 94 et sq. e (...)
  • 43 Jan Lucassen, Migrant labour..., p. 42 et sq.
  • 44 Hannelore Oberpenning, Migration..., p. 52-53 ; ce type d’association s’observe aussi chez les vend (...)

23Les marchands ambulants les plus nombreux vendent des objets de fer : faux, faucilles, scies, coutellerie. Ils viennent du haut Sauerland, en Westphalie, région sidérurgique où l’on pratique le colportage depuis le xviie siècle au moins. La plupart voyagent à pied ; ils emballent les faux dans de la toile cirée et les portent sur le dos, tandis que les petits objets, comme les couteaux, trouvent place dans un coffret. Ces marchandises ne viennent pas toujours de leur région d’origine mais peuvent être achetées en cours de route ; dans la mesure du possible, les marchands les stockent dans divers abris situés dans les régions où ils les vendent plutôt que de les ramener chez eux à la fin de leur tournée42. En Suisse, les marchands du Sauerland voyagent généralement en groupes de plus de quatre personnes. La chose est inhabituelle : contrairement à ce qui se passe dans d’autres régions43, les gens qui parcourent la Suisse sont souvent seuls ou en petits groupes, même en ces temps troublés. Ces marchands de fer sont certainement des associés qui s’organisent en compagnie pour réunir les capitaux nécessaires à l’achat des outils qu’ils colportent44. Les visas portés sur leurs passeports témoignent de leurs nombreuses étapes dans de petites villes du nord et de l’ouest, en Argovie actuelle (Aarau, Baden, Olten, Lenzbourg), à Soleure et à Schaffhouse, dans les cantons de Berne (Niederbipp, Thoune) et de Zurich (Dietikon). Le marchand de fer Carl Spiess par exemple passe à Bâle le 26 mai 1799. Originaire d’Astenberg, il souhaite rentrer chez lui en passant pas l’Alsace. Il a acquis son passeport à Berleburg le 13 octobre 1798. Il a parcouru la Suisse du nord-ouest à vitesse moyenne après être remonté rapidement le cours du Rhin (tableau 2).

  • 45 Salz, Macht, Geschichte. Katalog, Augsbourg, 1995, p. 242 ; cet ouvrage m’a été aimablement signalé (...)

24Les marchands de plumes viennent généralement de Bohême. Leurs visas ne permettent pas de décrire leur longue route (plus de 750 km à vol d’oiseau) ; sans doute descendent-ils jusqu’à Passau, sur le Danube, en utilisant le goldener Steig par où l’on monte le sel bavarois45. Mathias Massel passe par Bâle le 11 février 1799. Il a acquis son passeport à Bâle le 21 septembre 1798. Il voyage avec deux autres marchands de plumes, Paul Metzner, Augustin Wentzel, et un valet, Wolfgang Weininger. Son itinéraire est régional, limité à l’Alsace, et lent (tableau 3).

  • 46 Guy Michel, Familles verrières et verreries dans l’est de la Franche-Comté, Besançon, 1989, p. 384- (...)
  • 47 Rolf Walter, « Trager und Formen... », p. 110-112.
  • 48 Ibid., p. 105 (carte).

25Depuis le xviie siècle au moins, les marchands de verre de la Forêt Noire vendent toutes sortes de verres d’usage courant, blancs ou verts, produits dans leur région46. En 1720, ils ont constitué des compagnies strictement organisées et spécialisées par destinations : Palatinat, Alsace, Wurtemberg, Souabe et Suisse47. Joseph Sigwart a acquis son passeport à Saint-Biaise en Forêt Noire le 29 novembre 1798. Il rentre, après s’être longuement arrêté à Zurzach puis avoir parcouru le nord de la Suisse de mars à avril 1799 (tableau 4). Cet itinéraire est régional, mais les réseaux de vente d’autres porteurs de verre sont comparables à ceux des marchands de pendules de bois : ils couvrent toute l’Europe, de la Suède au Portugal et vont jusqu’en Amérique du Nord48. Aucun horloger de la Forêt Noire ne traverse Bâle en 1799, mais plusieurs passent dans d’autres cantons suisses.

  • 49 Ibid., p. 105-109 ; Hannelore Oberpenning, Migration..., p. 59-62 ; Laurence Fontaine, Histoire du (...)

26Près de la moitié des habitants de Gönningen, près de Tübingen (Wurtemberg), pratiquent le colportage. Ils vendent des semences, des oignons de fleurs, des boutures, des arbustes et des arbres produits dans leur région ou à l’étranger ; les oignons viennent par exemple souvent de Hollande, du sud de la France, des Amériques ou du Japon. Ils transportent ces marchandises jusqu’à Saint-Petersbourg et New York. Leur réseau de vente est comparable à celui des colporteurs fleuristes de l’Oisans qui offrent une marchandise de luxe, les plantes d’ornement, alors que les marchands de semences savoyards commercialisent les graines de jardins potagers, « indispensables à toutes les familles paysannes »49. Les marchands de semences de Gönningen traversent Bâle en hiver : c’est l’époque de la vente des semences, alors que les oignons se débitent en été. En janvier, Johannes et Johann-Michael Haubensack se dirigent vers Colmar ; en février, Jakob Kemler se rend à Schaffhouse.

  • 50 Andreas Martin, « Zur Entwicklung des Erzgebirgischen Handels im 19. Jahrhundert, dargestellt in se (...)
  • 51 Hugues Jahier, « Les échanges commerciaux anglo-genevois dans la seconde moitié du xviiie siècle »,(...)

27Les vendeurs de vitriol de Lauter, en Saxe, diffusent aussi des produits fabriqués dans leur région : les montagnards de l’Erzgebirge font toutes sortes d’acides, mais aussi diverses drogues, de la boissellerie et de la ferblanterie. Ils parcourent tout l’Empire au xviiie siècle et vont jusqu’en Italie et en Hongrie50. Le vitriol permet de fixer les teintures, en particulier lors de la fabrication d’indiennes51. Deux vendeurs passent trois fois à Bâle : Christian-Gotthilf Eschwisch (ou Espig) traverse la ville en janvier, pour se rendre à Mulhouse ; il repasse en juillet avec son père, Carl, pour à nouveau parcourir l’Alsace.

  • 52 Othmar Pickl, « Die einstige Sprachinsel Gottschee/Kocevje (Slowenien) und ihre Wanderhändler », Wa (...)

28On voit aussi arriver à Bâle des marchands de citrons tyroliens. Ils ont dû traverser les Alpes, avant de remonter vers le nord. Les fruits sont sans doute confits ou séchés, comme ceux que les habitants de Gottschee, en Slovénie actuelle, vendent à la même époque en Autriche, en Hongrie et dans le sud de l’Allemagne52. Le marchand de citrons Blasius Sonnenweber, originaire de Biehlbach, à 45 km environ an nord-est de Landeck, passe à Bâle le 15 mars. Il a acquis son passeport à Schaffhouse le 16 février 1799 et on ignore son itinéraire du Tyrol à la Suisse. Il souhaite aller à Soleure. Depuis la fin du mois de février, il sillonne la Suisse du nord-ouest, en faisant des étapes moyennes, de 20 à 50 km par jour (tableau 5).

  • 53 C’est pourtant l’opinion courante : Rolf Walter, « Trager und Formen », p. 104.

29Presque toutes les marchandises transportées par les marchands ambulants sont peu précieuses : les plumes, les petits objets de fer ou l’encre n’ont pas grand chose à voir avec les produits traditionnels du grand commerce d’import-export. Ces marchandises viennent cependant souvent de très loin : il ne semble pas que les produits à forte valeur ajoutée soient les seuls destinés au commerce lointain53.

  • 54 À 8 km à l’est de Landau.
  • 55 Louis Bergeron, « Pourtalès et Cie (1753-1801) : apogée et déclin d’un capitalisme », Annales ESC, (...)

30D’autres voyageurs ne précisent pas quelles marchandises ils transportent. Jacob Heinrich est un mercier originaire de Zeisvom54 au Palatinat, qui se déplace relativement lentement dans une région limitée. Il passe par Bâle le 22 mars 1799, dans l’intention de se rendre à Olten, Thoune et Aarau. Son passeport lui a été délivré à Aarau, en Suisse, et précise qu’il ne doit pas quitter les grandes routes (« soll auf den Landstrassen bleiben und seinen Pass in allen Gemeinden wo er durch passiert visieren lassen »). Sa tournée est faite de déplacements très lents au Palatinat et dans la région bâloise, mais relativement rapides lorsqu’il passe d’une région à l’autre (tableau 6). Il y a aussi des négociants aisés et pressés, tel Johann-Friedrich Weissenfeller, originaire d’Augsbourg et qui se rend à Strasbourg (tableau 7). Il a obtenu son passeport à Münster en Westphalie le 15 novembre 1798 et passe à Bâle le 1er avril 1799, après un voyage étonnamment rapide le long du Rhin et un séjour de près de trois mois à Strasbourg, de la mi-décembre au débit du mois de mars 1799. Weissenfeller reste en pays de allemand, mais d’autres négociants sont plus audacieux. Charles-Wilhelm Oppermann habite Neuchâtel, ville région francophone. Il voyage avec le « roi des négociants », Jacques-Louis de Pourtalès55 et Frédéric Leuba, un négociant habitant le village horloger du Locle, dans le Haut Jura. Les trois hommes passent à Bâle en mai 1799. Ils reviennent de Francfort, où ils ont sans doute séjourné à l’époque des foires de Pâques. Ils rejoignent Bâle via l’Alsace, par Oppenheim et Strasbourg.

Territoire politique et régions linguistiques : le Saint-Empire et les Allemagnes

31Les sources utilisées permettent de mieux comprendre comment les Allemands se déplacent hors des frontières de l’Empire à la fin du xviiie et au début du xixe siècle. La grande majorité des migrants temporaires évoqués dans la grande enquête de 1811 – 20000 personnes – se rend vers les côtes de la Mer du Nord, surtout en Hollande. Un millier de gens quittent le département de l’Ems supérieur, environ 240 celui du Mont-Tonnerre et environ 40 celui de Roër, pour se rendre à l’étranger ou en France. A part ces groupes, il n’y a guère d’Allemands qui se rendent dans des régions francophones : moins de 50 marchands vers Lyon et Metz, et une centaine de travailleurs en Lorraine. En Alsace, où l’on parle un dialecte allemand, ils sont plus nombreux : 300 personnes originaires d’Allemagne et de Suisse allemande se rendent dans le département du Haut-Rhin, sans doute autant vers le Bas-Rhin.

  • 56 Laurence Fontaine, Histoire du colportage..., p. 51-68 ; les colporteurs de nombreuses régions d’Al (...)
  • 57 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 1966, (...)

32Si les voyageurs allemands hésitent à franchir certaines frontières, ils ne cherchent pas pour autant à minimiser leurs déplacements. En d’autres termes, la distance ne joue pas un rôle explicatif : la majorité de lieux d’origine des voyageurs allemands qui traversent Bâle en 1799 (tableau 1) ne se concentrent pas près de cette ville, avec une densité qui décroîtrait au fur à meure que l’on s’en éloigne. Les Allemands parcourent des centaines de kilomètres pour vendre des marchandises qui ne sont pas toujours rares ou coûteuses. Le repli sur l’espace régional de certains colporteurs alpins observé par Laurence Fontaine pendant le xviiie siècle ne peut pas être généralisé à l’ensemble des réseaux de colportage56. Par ailleurs, les montagnards sont proportionnellement plus nombreux sur les routes que les habitants du plat pays, mais ces derniers se déplacent aussi, et également sur de longues distances. La formule de Fernand Braudel, qui définissait la montagne méditerranéenne sous l’Ancien Régime comme « une fabrique d’hommes à l’usage d’autrui », ne s’applique pas plus à l’Allemagne qu’à d’autres régions d’Europe57. Enfin, l’axe rhénan joue un rôle majeur. Les négociants venus de Westphalie et les marchands de fer du Sauerland ont parcouru plus de 500 km, les négociants francfortois environ 400. Ces distances ne sont pas nécessairement couvertes en bateau : la majorité des commerçants voyagent à pied ; certains sont à cheval ; les plus aisés, en voiture attelée, louent les montures, ce qui permet de couvrir de grandes distances en un temps restreint.

33Le tableau 8 donne les principales destinations des voyageurs allemands qui traversent Bâle en 1799 et le tableau 9 croise les lieux de départ et les destinations. On observe plusieurs retours : les marchands de fer de Westphalie, comme les négociants de Francfort, de Hechingen et de Neueurade qui passent ou repassent à Bâle en rentrant chez eux. À l’aller, de nombreux Allemands parcourent des centaines de kilomètres non pas pour se rendre dans une métropole d’importance européenne mais plutôt vers des villes de taille moyenne, voire petites à l’échelle européenne : Strasbourg compte alors environ 50 000 habitants, Colmar quelque 13 000, Berne à peine plus de 12 000, Mulhouse environ 7000, Fribourg 5 000 et Soleure moins de 4 000. Certes, ces voyageurs ont dû faire halte dans les villes importantes qu’ils ont traversées et ont pu y pratiquer le commerce. Mais les itinéraires décrits dans les tableaux 2 à 7 montrent surtout, lorsqu’on peut les reconstituer depuis leur lieu de départ, qu’ils sont pressés d’aboutir à leur destination finale. Ainsi, des commerçants souvent venus de petites villes se rendent vers des lieux tout aussi peu importants sans s’arrêter longuement dans les grandes villes qu’ils trouvent sur leur route.

  • 58 Werner König : DTV-Atlas zur deutschen Sprache, Munich, 1978, p. 74-76.

34Toutes les destinations des tableaux 8 et 9 (sauf Neuchâtel, mais il s’agit de retours) sont des villes de langue allemande. Venus des Allemagnes, les commerçants se rendent vers d’autres Allemagnes. Les marchands de plumes originaires de Neuern en Bohême – un lieu que je n’ai pas réussi à identifier malgré l’aide d’historiens allemands – font exception. Cependant, leur pays subit depuis au moins deux siècles une germanisation agressive dont témoignent les noms et les prénoms de ces commerçants (Mathias Massel, Paul Metzner, Augustin Wentzel et Wolfgang Weininger). Vers 1800, les frontières des régions de langue allemande incluent d’ailleurs une partie de la Bohême58. L’absence de Genève dans le tableau 9, la principale cité commerçante francophone en Suisse, est remarquable. Trois villes jouent le rôle de pôles régionaux. Strasbourg, Berne et Soleure attirent des voyageurs exerçant un vaste éventail de professions, des négociants aux merciers en passant par les marchands spécialisés en toutes sortes d’objets. Trois autres lieux attirent une clientèle spécialisée. Des négociants et leurs commis vont à Francfort et Zurzach, qui abritent des foires. Quant aux marchands de vitriol, ils vont livrer leur produit aux manufactures textiles de Mulhouse.

***

  • 59 Chantal et Gilbert Maistre, Georges Heitz, Colporteurs et marchands savoyards dans l’Europe des xvi (...)
  • 60 Gewerbliche Migration... est riche en informations sur l’émigration de ces régions ; voir en partic (...)
  • 61 Anne Radeff, « Parcourir l’Europe vers 1800. Itinéraires de négociants et d’horlogers neuchâtelois  (...)

35L’aire de mobilité des migrants temporaires allemands est plus restreinte que celle des Savoyards, qu’on rencontre partout59. Les Suisses sont aussi plus mobiles : alors que les Allemands ne sont évoqués que dans une demi douzaine de départements, les Suisses – dans la plupart des cas originaires de cantons alpins, le Tessin ou les Grisons60 – sont cités dans une vingtaine de départements français et italiens. L’aire s’élargit lorsqu’on prend en considération les commerçants allemands, prêts à parcourir des centaines de kilomètres, comme en témoignent les sources suisses. Ici aussi cependant, leur comportement diffère de celui d’autres voyageurs, par exemple de celui des Neuchâtelois ou des ressortissants de provinces italiennes61. Ces derniers sont nombreux à traverser la Suisse pour se rendre vers des pôles européens, souvent des ports comme Londres, Paris ou Amsterdam. En revanche, beaucoup d’Allemands restent en Suisse pour y faire leur tournée, ce qui indique une origine sociale moins aisée, plus axée à fréquenter les petites villes dont plusieurs sont relativement pauvres par rapport aux principales grandes villes d’Europe.

  • 62 Sur l’influence des frontières culturelles : Norbert Furrer, Die Vierzigsprachige Schweiz. Sprachko (...)
  • 63 Voir par exemple la carte publiée dans Georges Duby dir., Atlas historique Larousse·, Paris, 1978, (...)

36Beaucoup de migrants temporaires allemands ne traversent pas volontiers les frontières linguistiques62. Ces barrages linguistiques sont plus importants que les anciennes frontières politiques. Les voyageurs allemands ne reconstituent pas, dans leurs périples, un espace correspondant à l’ancien Saint-Empire, celui d’avant 164863 : ils sont relativement rares à se rendre en Franche-Comté, en Suisse romande, en Savoie et dans le nord de l’Italie. Les frontières du Saint-Empire de la fin du xviiie siècle sont aisément franchies, mais sans que l’on voie ressurgir un territoire politique plus ancien. Les voyageurs allemands sortent du Saint-Empire pour parcourir les Allemagnes. Le culturel prime le politique. On peut interpréter dans ce sens les vers de Wolfgang von Goethe :

  • 64 Texte cité (malheureusement sans autre référence) dans Hartmut Boockmann, Heinz Schilling, Hagen Sc (...)

« Deutschland ? Aber wo liegt es ? Ich weiss das Land nicht zu finden,
Wo das gelehrte beginnt, hört das politische auf »
64
(Mais où donc est l’Allemagne ?
Je ne sais trouver ce pays
Le politique s’interrompt là où commence le culturel)

37Loin pourtant de se perdre dans un espace sans nom, les ressortissants de l’espace impérial savent très bien où ils vont et pourquoi. Ils n’obéissent pas à des normes hiérarchisées selon des logiques spatiales de proximité. Leurs Allemagnes sont parfois éloignées de centaines de kilomètres les unes des autres. Leurs pratiques spatiales ne sont pas régies par des principes aussi simplistes que ceux proposés par la prétendue théorie de la centralité. Dans une Europe constellée de pôles qui ne sont jamais des centres géométriques et qui peuvent être de toutes petites villes, voire des villages de montagne, les voyageurs du Saint-Empire construisent pas à pas des décentralités transfrontalières.

Tableau 1. Lieux d’origine des Allemands traversant à Bâle, 1799 Plus de trois passages de personnes originaires du même lieu

  • 65 Définies d’après Werner Bätzing, Der sozio-ökonomische Strukturutandel des Alpenraumes im 20. Jahrh (...)
  • 66 Hausen bei Hechingen, Killer bei Hechingen ou Hechingen.
  • 67 Lieu non identifié.
  • 68 Lieu non identifié.

Lieu d’origine

Id.

Montagne65

nb

Professions

Astenberg en Berleburg

NW

Sauerland

15

15 marchands de fer

Francfort

HE

non

11

8 négociants, 3 commis

Hechingen66

BW

Jura souabe

11

11 négociants

Neuern en Bohême

BO

Bohême

9

7 marchands de plumes pour le lit, 2 valets

Grönebach en Westphalie

NW

Sauerland

8

8 marchands de fer

Göningen en Wurtemberg

BW

Jura souabe

5

2 négociants,
3 marchands de semences

Osterberg en Westphalie

NW

Sauerland

5

5 marchands de fer

Pieve Tesino au Tyrol

TY

Tyrol

4

4 marchands d’images

Auggen67, margraviat de Bade

BW

 ?

4

3 négociants,
1 marchand de vin

Saint-Biaise (Forêt Noire)

BW

Forêt Noire

4

2 négociants,
2 marchands de verre

Elbenrode68 (Hesse Darmstadt)

HE

 ?

4

4 négociants

Barmen en Westphalie

NW

non

4

4 négociants

Duisburg

NW

non

4

4 négociants

Neuenrade en Westphalie

NW

Sauerland

4

4 négociants

Schönheide en Saxe

S

Erzgebirge

4

2 négociants, 2 commis

Gera en Saxe

TH

non

4

4 négociants

(100 passages sur un total de 206)
Id. (Land actuel) : NW (Rhénanie du nord – Westphalie) ; BW (Bade Wurtemberg) ; HE (Hesse) ; TH (Thuringe)
Sinon : BO = Bohême, TY = Tyrol

Tableau 2. Itinéraire du marchand de fer Carl Spiess, d’Astenberg en Berleburg

Lieu

Date du passage

Distance

Berleburg

13.10.98

-

Bâle

1.2.99

580 km

Niederbipp BE

4.2.99

50 km

Soleure

6.2.99

15 km

Thoune

18.2.99

60 km

Baden

24.2.99

125 km

Schaffhouse

25.2.99

45 km

Bâle

26.2.99

100 km

Tableau 3. Itinéraire du marchand de plumes Mathias Massel, de Neuern ( ?) en Bohême

Lieux

Dates

km

Bâle

21.9.98

-

Colmar

16.10.98

65 km

Neuf-Brisach

28.11.98

20 km

Markolsheim

6.12.98

15 km

Strasbourg

23.12.98

55 km

Bâle

6.1.99

130 km

Huningue

7.1.99

5 km

Bâle

11.2.99

5 km

Tableau 4. Itinéraire du marchand de verres Joseph Sigwart de Glashütte im Aule ( ?), en Forêt Noire

  • 69 Orthographié Udorf.

Lieu

Date du passage

Distance

Saint-Biaise

29.11.98

-

Zurzach

16.1.99

35 km

Coblence

20.3.99

10 km

Urdorf (canton de Zurich)69

9.4.99

40 km

Zurich

10.5.99

10 km

Baden

11.5.99

25 km

Brugg

12.5.99

10 km

Baden

12.5.99

10 km

Bâle

13.5.99

65 km

  • 70 Orthographié Biezelbach im Tyrol ; Alpes autrichiennes, à 45 km au nord est de Landeck.

Tableau 5. Itinéraire du marchand de citrons Blasius Sonnenweber, de Biehlbach70 au Tyrol

Lieu

Date du passage

Distance

Schaffhouse

16.2.99

-

Gottlieben TG

27.2.99

40 km

Schafghouse

2.3.99

40 km

Zurzach

3.3.99

40 km

Brugg

4.3.99

20 km

Bâle

11.3.99

55 km

Balsthal (SO)

12.3.99

45 km

Soleure

14.3.99

20 km

Bâle

15.3.99

70 km

  • 71 À 8 km à l’est de Landau.

Tableau 6. Itinéraire du mercier Jacob Heinrich, de Zeisvom71 au Palatinat

  • 72 Au sud de Mannheim.

Lieu

Date du passage

Distance

Liestal

20.2.1799

35 km

Pratteln

21.2.1799

10 km

Landau (Palatinat)

25.2.1799

230 km

Germersheim72

9.3.1799

25 km

Dornach

22.3.1799

220 km

Bâle

22.3.1799

10 km

Tableau 7. Itinéraire du négociant Johann-Friedrich Weissenfeller, d’Augsbourg

Lieu

Date du passage

Distance

Münster

15.11.1798

-

Dusseldorf

9.12.1798

135 km

Strasbourg

11.12.1798

410 km!

Coblence

14.12.1798

270 km

Mayence

16.12.1798

100 km

Kehl

3.1.1799

210 km

Strasbourg

3.3.1799

10 km

Kehl

5.3.1799

10 km

Bâle

1.4.1799

140 km

Tableau 8. Destinations des Allemands traversant Bâle, 1799

  • 73 Dont 6 à Berne et Soleure, 1 à Berne et autres lieux en Suisse.
  • 74 Dont 10 vers Strasbourg et Colmar.
  • 75 Dont 2 à Francfort et Strasbourg, 2 à Francfort, Strasbourg et Mannheim, 1 à Francfort, Strasbourg (...)
  • 76 Pfeiffenfederhändler.
  • 77 Hausen ou Killer bei Hechingen.
  • 78 Dont 2 à Mulhouse et Strasbourg.

Destination

Canton etc.

Nbr

Vocation

Berne73

BE

39

16 négociants, 7 mds de fer, 6 merciers, 4 commis, 3 mds de plumes, 2 mds de chaînes, 1 valet de md de plumes

Strasbourg74

67

15

5 négociants, 5 mds de fer, 1 md d’images, 1 boucher et son valet, 1 valet de md de plumes, 1 commis

Soleure

SO

13

5 mds de plumes, 3 négociants, 2 merciers, 2 mds de verre, 1 md de citrons

Francfort75

HE

11

9 négociants, 2 commis

Neuchâtel

NE

8

4 négociants, 2 commis, 1 md de fer, 1 md de lin

Astenberg

NW

7

7 mds de fer

Fribourg en Suisse

FR

7

7 mds de fer

Schaffhouse

SH

7

2 négociants, 2 mds d’images, 1 md de citrons, 1 md de semences, 1 md d’eau de vie

Lucerne

LU

6

4 négociants, 1 md de clous, 1 md de vi

Aarau

AG

5

1 md de fer, 1 négociant, 2 merciers, 1 md de plumes pour gratter les pipes76

Zurich

ZH

5

3 négociants, 1 commis, 1 md de tabac

Zurzach

AG

5

5 négociants

Hechingen77

BW

4

4 négociants

Mulhouse78

68

4

3 mds de vitriol, 1 négociant

Plus de trois passages de personnes se rendant vers le même lieu (136 passages sur un total de 206)
Id. (Land, canton ou département actuel) : AG (Argovie) ; BE (Berne) ; BW (Bade Wurtemberg) ; FR (Fribourg) ; HL (Hesse) ; NE (Neuchâtel) ; Lu (Lucerne) ; NW (Rhénanie du nord – Westphalie) ; SH (Schaffhouse) ; SO (Soleure) ; ZH (Zurich) ; 67 (Bas-Rhin) ; 68 (Haut-Rhin)

Tableau 9. Origine et destination des Allemands traversant Bâle en 1799

Lieu d’origine (de)

Destination (vers)

Dist.

Nbr

Vocation

Astenberg en Berleburg

Astenberg

-

7

7 marchands de fer

Astenberg en Berleburg

Berne

600 km

7

7 marchands de fer

Francfort

Francfort

-

7

5 négociants, 2 commis

Grönebach en Westphalie

Fribourg en Suisse

600 km

7

7 marchands de fer

Neuern en Bohême

Berne et Soleure

800 km

4

3 marchands de plumes, leur valet

Hechingen

Hechingen

-

4

4 négociants

Neuern en Bohême

Soleure

800 km

4

4 marchands de plumes

Osterberg en Westphalie

Strasbourg & Colmar

400 km

4

4 marchands de fer

Lauter en Saxe

Mulhouse

900 km

3

3 marchands de vitriol

Neuenrade en Westphalie

Neuenrade

-

3

3 négociants

Plus de deux passages de personnes venant et se rendant du/vers le même lieu (50 passages sur un total de 206)
La distance en kilomètres est donnée à vol d’oiseau. Elle est tout à fait approximative et sous-estimée.

Notes

1 Pierre Goubert, Les paysans français au xviie siècle, Paris, 1998, p. 41.

2 Alain Croix, « L’ouverture des villages sur l’extérieur fut un fait éclatant dans l’ancienne France : position de thèse », Histoire et sociétés rurales, 11, 1999, p. 109-146.

3 Anne Radeff, Du café dans le chaudron. Économie globale dAncien Régime (Suisse occidentale, Franche-Comté et Savoie), Lausanne, 1996.

4 Quelques ouvrages récents sur les foires et marchés : Simonetta Cavaciocchi, dir., Fiere e mercati nella integrazione delle economie europee secc. XIII-XVIII, Florence, 2001 ; Christian Desplat dir., Foires et marchés dans les campagnes de l’Europe médiévale et moderne, Toulouse, 1996 ; Dominique Margairaz, Foires et marchés dans la France préindustrielle, Paris, 1988 ; John Chartres, Agricultural markets and trade, 1500-1750, Cambridge, 1990.

5 Anne Radeff, « Loin des centres. Consommation et mobilités du xviiie au xixe siècle » et « Nouvelles controverses sur de très anciennes mobilités. Repères bibliographiques », Revue suisse d’histoire, 1999, 49, p. 115-125.

6 Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe (xve-xixe siècle), Paris, 1993 ; Wilfried Reininghaus dir., Wanderhandel in Europa. Beiträge zur wissenschaftlichen Tagung in Ibbenbüren, Mettingen, Recke und Hopsten vom 9.-11. Oktober 1992, Dortmund, 1993.

7 Archives fédérales (abrégé : AF), B 1750 a-d, 1798-1802.

8 Johannes Strickler éd., Actensammlung aus der Zeit der Helvetischen Republik (1798-1803), Berne, 1887, II, p. 614 (25.7.1798).

9 Anne Radeff, « Loin des centres »..., p. 115-125.

10 Andreas Stähelin, « Helvetik », Handbuch der Schweizer Geschichte, Zurich, 1977, II, p. 789-790, p. 804-807.

11 Abel Poitrineau, Remues d’hommes. Essai sur les migrations montagnardes en France aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1983, p. 71-72 : donne quelques exemples d’hommes de Jaleyrac émigrant alors vers l’Espagne.

12 Abel Châtelain, Les migrations temporaires en France de 1800 à 1914. Histoire économique et sociale des migrants temporaires des campagnes françaises au xixe siècle et au début du xxe siècle, Villeneuve-d’Ascq, 1976, p. 44-46, p. 443-445, p. 453-457, p. 462-467 ; Abel Poitrineau, Les Espagnols de l'Auvergne et du Limousin du xviiie et xixe siècle, Aurillac, 1985.

13 Archives nationales à Paris (abrégé : AN), F 20/434-435. Cette enquête a été utilisée pour la France par Abel Châtelain, Les migrations... ; pour l’Italie par Carlo A. Corsini, « Le migrazioni stagionali di lavoratori nei dipartimenti italiani del periodo Napoleonico (1810-12) », Saggi di demografia storica, Florence, 1969, p. 89-157. A l’échelle européenne : Jan Lucassen, Migrant labour in Europe 1600-1900. The drift to the North Sea, Londres, 1987.

14 Jan Lucassen, Migrant labour..., p. 16-17.

15 AN, F/20/435, Lippe, 31.1.1812.

16 Je reprends ici des passages d’un texte qui a été traduit en allemand, grâce à l’aide de Markus A. Denzel : Anne Radeff, « Über die Grenzen hinweg. Reisen und Wandern im Ancien Régime », Scripta Mercaturae, 1998/1, p. 24-43.

17 Abel Châtelain, Les migrations..., carte III-43 sur l’immigration étrangère en France (concerne aussi des Allemands).

18 Klaus J. Bade, « Wanderung in Deutschland seit dem 18. Jahrhundert », Wanderhandel in Europa..., p. 14-18 ; Wolfgang von Hippel, Auswanderung aus Südwestdeutschland. Studien zur württembergischen Auswanderung und Auswanderungspolitik im 18. und 19. Jahrhundert, Stuttgart, 1984.

19 Ils ont été étudiés par Jan Lucassen, Migrant labour..., p. 19-100 et par Franz Bölsker-Schlicht, Die Hollandgängerei im Osnabrückerland und im Emsland. Ein Beitrag zur Geschichte der Arbeiterwanderung vom 17. bis 19. Jahrhundert, Sögel, 1987, p. 23, 36, 42-43, 51-52.

20 Une synthèse : Wilfried Reininghaus dir., Wanderungen...

21 AN, F/20/435, Bas-Rhin, 23.9.1812.

22 Jean Michel Boehler, Une société rurale en milieu rhénan. La paysannerie de la plaine d’Alsace (1648-1789), Strasbourg, 1994, p. 286 et 299.

23 AN, F/20/435, Haut-Rhin, 19.4.1811.

24 Rudolf Palme, « Hauptströmungen der gewerblichen Migration in Nordtirol vom Spätmittelalter bis zur Jetztzeit », Gewerbliche Migration im Alpenraum, Ursus Brunold dir., Bolzano, 1994, p. 228-230.

25 Joshua S. Goldstein, Long cycles. Prosperity and war in the Modem Age, New Haven / Londres, 1988, p. 237.

26 J. Lucassen, Migrant labour..., p. 7-8.

27 AN, F/20/435, Moselle, 11.12.1809.

28 AN, F/20/434, Léman, 13.2.1813.

29 Alfred Rufer éd., Actensammlung aus der Zeit der helvetischen Republik (1798-1803), vol. 15, Des Gesamtwerkes der kulturhistorischen Serie, Fribourg, 1964, V p. 144 et sq. : donne plusieurs exemples de cantons suisses qui se plaignent de l’arrivée de commerçants juifs en 1800.

30 Pour la Belgique et la Hollande : Jozef Mertens, « Die Teuten Wanderhandler aus Brabant und Loon », Wanderhandel..., p. 81-90 ; pour l’Allemagne : Manfred Wolf, « Der Töddenhandel und die Töddendörfer. Drei Thesen » et Hannelore Oberpenning, « Neue Forschungen zum Handel der Töden : ein Arbeitsbericht », ibid., p. 47-65 ; Manfred Wolf, Migration und Fernhandel im « Todden-System ». Wanderhandler aus dem nordlichen Münsterland im mitteren und nordlichen Europa, Osnabrück, 1996.

31 AN, F/20/435, Mont-Tonnerre, 7.11.1811.

32 Jozef Mertens, « Die Teuten... », p. 86.

33 AN, F/20/435, Roër, 15.6.1811.

34 Jan Lucassen, Migrant labour..., p. 88 ; les données sur le département de l’Ems supérieur ne se trouvent pas dans les tabelles conservées aux Archives nationales (AN, F/20/434-435).

35 AN, F/20/435, Rhône, 13.9.1811 ; Rolf Walter, « Trager und Formen des südwestdeutschen Wanderhandels in historischer Perspektive », Wanderhandel..., carte p. 105.

36 AN, F/20/435, Moselle, 11.12.1809.

37 Karl-Heinz Burmeister, « Heimischer und fremder Hausierhandel in Vorarlberg », Gewerbliche Migration..., p. 580.

38 Paul Vidal de La Blache, La France de l’Est, Paris, 1917, p. 138 (la citation sur les forgerons comtois vient d’un Mémoire statistique de l’an XI : 1802-1803). Ce texte est analysé dans Georges Nicolas et Catherine Guanzini, Géographie et politique. Espace, science et géographie. Paul Vidal de La Blache, Ecublens, 1988, p. 59.

39 Ibidem, p. 32.

40 Dorothee Rippmann, Bauern und Städter : Stadt-Land-Beziehungen im 15. Jahrhundert. Das Beispiel Basel, unter besonderer Berücksichtigung der Nahmarktbeziehungen und der sozialen Verhaltnisse im Umland, Bâle, 1990, p. 49.

41 Anne Radeff, « De Gênes à Amsterdam. Voyage et consommation à l’époque de la République Helvétique », Histoire de la société de consommation. Marchés, culture et identité (xve-xxe siècles), Jakob Tanner, Béatrice Veyrassat, Jon Mathieu et alii dir., Zurich, 1998, p. 85-100.

42 Peter Hûher, Heimat und Fremde. Wanderhandler des oberen Sauerlandes, Münster, 1985, p. 94 et sq. et 118 et sq. ; Wilfried Reininghaus dir., « Wanderhandel... », p. 39-40 et 195 ; Hannelore Oberpenning, Migration und Fernhandel im « Todden-System ». Wanderhandler aus dem nordlichen Münsterland im mittleren und nordlichen Europa des 18. und 19. Jahrhunderts, Osnabrück, 1996, p. 48-55.

43 Jan Lucassen, Migrant labour..., p. 42 et sq.

44 Hannelore Oberpenning, Migration..., p. 52-53 ; ce type d’association s’observe aussi chez les vendeurs de faux du Vorarlberg : Karl-Heinz Burmeister, « Heimischer und fremder... », p. 573-574.

45 Salz, Macht, Geschichte. Katalog, Augsbourg, 1995, p. 242 ; cet ouvrage m’a été aimablement signalé par Markus A. Denzel (cf. Markus A. Denzel, Professionen und Professionisten. Die Dachsbergsche Volksbeschreibung im Kurfürstentum Baiern (1771-1781), Stuttgart, 1998).

46 Guy Michel, Familles verrières et verreries dans l’est de la Franche-Comté, Besançon, 1989, p. 384-386 ; Paul-Louis Pelet, « Marginaux et mal-aimés, les verriers du Jura vaudois », La monnaie de sa pièce... Hommages à Colin Martin, Paul-Louis Pelet et Jean-François Poudret dir., Lausanne, 1992, p. 268 Rolf Walter, « Trager und Formen... », p. 101-113 et Hannelore Oberpenning, Migration..., p. 62-65.

47 Rolf Walter, « Trager und Formen... », p. 110-112.

48 Ibid., p. 105 (carte).

49 Ibid., p. 105-109 ; Hannelore Oberpenning, Migration..., p. 59-62 ; Laurence Fontaine, Histoire du colportage..., p. 192 et sq. ; C. et G. Maistre, G. Heitz, Colporteurs et marchands..., p. 14-15.

50 Andreas Martin, « Zur Entwicklung des Erzgebirgischen Handels im 19. Jahrhundert, dargestellt in seinen Wechselwirkungen mit der Spankorbmacherei von Lauter », Wanderhandel..., p. 117 et sq.

51 Hugues Jahier, « Les échanges commerciaux anglo-genevois dans la seconde moitié du xviiie siècle », Bulletin du département d’histoire économique de la faculté des SES de l’Université de Genève 14 (1983-1984), p. 27.

52 Othmar Pickl, « Die einstige Sprachinsel Gottschee/Kocevje (Slowenien) und ihre Wanderhändler », Wanderhandel..., p. 92-94 ; Hannelore Oberpenning, Migration..., p. 73-74 sur les « Pomeranzenhändler » (marchands d’oranges amères et de fruits en général).

53 C’est pourtant l’opinion courante : Rolf Walter, « Trager und Formen », p. 104.

54 À 8 km à l’est de Landau.

55 Louis Bergeron, « Pourtalès et Cie (1753-1801) : apogée et déclin d’un capitalisme », Annales ESC, 1970, p. 498-517.

56 Laurence Fontaine, Histoire du colportage..., p. 51-68 ; les colporteurs de nombreuses régions d’Allemagne actuelle étendent aussi leurs réseaux à l’ensemble de l’Europe et au-delà des mers au xviiie siècle : Rolf Walter, « Trager und Formen... », p. 101-115 (en particulier carte p. 105).

57 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 1966, tome 1, p. 46 ; Anne Radeff, « Montagnes, plat pays et « remues d’hommes », Histoire des Alpes, 3, Mobilité spatiale et frontières, 1998, p. 247-266.

58 Werner König : DTV-Atlas zur deutschen Sprache, Munich, 1978, p. 74-76.

59 Chantal et Gilbert Maistre, Georges Heitz, Colporteurs et marchands savoyards dans l’Europe des xviie et xviiie siècles, Annecy, 1992.

60 Gewerbliche Migration... est riche en informations sur l’émigration de ces régions ; voir en particulier les cartes de Rolf Kaiser p. 520-521 ainsi que les textes de Raffaello Ceschi, Linus Bühler et Hans Krahenbühl ; voir aussi André Schluchter, « Die nie genug zu verwüschende

61 Anne Radeff, « Parcourir l’Europe vers 1800. Itinéraires de négociants et d’horlogers neuchâtelois », Revue historique neuchâteloise 2001/1-2 p. 5-20 et « Quali mobilità ? Migranti e viaggiatori alpini e appenninici verso il 1800 », La montagna mediterranea ; une fabbrica d’uod’uo-mini ? Mobilità e migrazioni in una prospettiva comparata (secoli XV-XX), Dionigi Albera et Paola Corti dir., Bra, 2000, p. 55-70.

62 Sur l’influence des frontières culturelles : Norbert Furrer, Die Vierzigsprachige Schweiz. Sprachkontakte und Mehrsprachigkeit in der vorindustriellen Gesellschaft (15. -19. Jahrhundert), à paraître en 2002, chapitre 3 ; Wilfried Reininghaus dir., Wanderungen..., p. 182, 186-188 et 192. Wuth in fremde Länder zu gehen. Notizen zur Emigration der Tessiner in der frühen Neuzeit », Migration in der Feodalgesellschaft, Gerhard Jaritz et Albert Müller dir., Francfort-sur-le-Main, 1988, p. 239-262.

63 Voir par exemple la carte publiée dans Georges Duby dir., Atlas historique Larousse·, Paris, 1978, p. 64.

64 Texte cité (malheureusement sans autre référence) dans Hartmut Boockmann, Heinz Schilling, Hagen Schulze et Michael Stürmer dir., Mitten in Europa. Deutsche Geschichte, Berlin 1987, p. 279.

65 Définies d’après Werner Bätzing, Der sozio-ökonomische Strukturutandel des Alpenraumes im 20. Jahrhundert. Eine Analyse von « Entwicklungstypen » auf Gemeinde-Ebene im Kontext der europàischen Tertiarisierung, Berne, 1993, p. 24 ss. (Alpes) ; Pierre Chauve, Jura, Paris, 1975 (Jura) ; Pierre Riquet, La République fédérale allemande, Paris, 1970 et Wolf Tietze, Klaus-Achim Boesler, Hans-Jürgen Klink et Götz Voppel dir, Geographie Deutschlands. Bundesrepublik Deutschland. Staat Natur Wirtschaft, Berlin / Stuttgart, 1990 (Allemagne).

66 Hausen bei Hechingen, Killer bei Hechingen ou Hechingen.

67 Lieu non identifié.

68 Lieu non identifié.

69 Orthographié Udorf.

70 Orthographié Biezelbach im Tyrol ; Alpes autrichiennes, à 45 km au nord est de Landeck.

71 À 8 km à l’est de Landau.

72 Au sud de Mannheim.

73 Dont 6 à Berne et Soleure, 1 à Berne et autres lieux en Suisse.

74 Dont 10 vers Strasbourg et Colmar.

75 Dont 2 à Francfort et Strasbourg, 2 à Francfort, Strasbourg et Mannheim, 1 à Francfort, Strasbourg et Mayence.

76 Pfeiffenfederhändler.

77 Hausen ou Killer bei Hechingen.

78 Dont 2 à Mulhouse et Strasbourg.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search