Version classiqueVersion mobile

L’espace du Saint-Empire

 | 
Christine Lebeau

Troisième partie. Pratiques d’espace en empire

Franc-maçonnerie et histoire interculturelle de l’espace impérial : le laboratoire saxon au xviiie siècle

Pierre-Yves Beaurepaire

Texte intégral

1S’ils étudient avec précision la participation des francs-maçons à l’éclosion et la maturation de « l’espace public », les historiens de la sociabilité en délaissent paradoxalement les enjeux spatiaux. La question est pourtant essentielle car le projet maçonnique consiste précisément en la construction d’un espace harmonieux, lieu d’échange et de communication réglés, le sanctuaire de la loge, mais aussi le cosmos maçonnique, la République universelle des francs-maçons, identifiée à l’Europe et à ses prolongements coloniaux. En raison du succès même de l’ordre et de son extension géographique – les trois cents loges allemandes comptent environ 18 000 membres au milieu des années 1780, les francs-maçons ont dû très tôt réfléchir à l’espace et à ses enjeux : comment l’appréhender et le représenter alors même qu’il s’épanouit dans l’Allemagne profane mais relève d’une autre sphère, celle du sacré, de l’initiation partagée ? Comment y circuler librement et se faire reconnaître de ses frères ? Quels protocoles de reconnaissance communs adopter ? Sur quelles bases établir des instances de contrôle et des procédures d’apaisement ? Comment articuler le territoire identifié de la microsociété qu’est la loge et l’univers en expansion qu’est le cosmos maçonnique ?

2La mise au point d’une stratégie réticulaire et sociale a constitué une première réponse à ces enjeux. Les francs-maçons ont entrepris à partir de la fin des années 1730 un formidable effort de couverture de l’espace germanique par des réseaux de correspondance institutionnels et particuliers, d’affinités, de fondations les mères loges adoptant une stratégie succursaliste ou accordant des patentes à des ateliers qui prennent rapidement distance et autonomie. Par-delà l’horizon utopique d’une koînè maçonnique, les francs-maçons cherchent à fluidifier les échanges, et à dépasser l’obstacle linguistique – les premières loges allemandes travaillent en français, ce qui est un atout dans une perspective européenne, mais pose le problème de l’élargissement et du renouvellement du recrutement local.

3La Saxe électorale constitue un observatoire privilégié pour l’observation de cette stratégie réticulaire de construction de l’espace. Au début des années 1760 avec la Stricte Observance Templière, promise à un grand succès dans tout l’espace impérial, elle donne également naissance à la stratégie concurrente d’émergence de puissances maçonniques régionales revendiquant un territoire, qu’elles bornent, organisent en provinces et préfectures, dont elles défendent les frontières contre les intrus et où elles cherchent à mettre la main sur la communication et les échanges.

  • 1 Michel Espagne, Le creuset allemand. Histoire interculturelle de la Saxe xviiie-xixe siècles, Paris (...)
  • 2 Stefan-Ludwig Hoffmann, Die Politik der Geselligkeit. Feimaurerlogen in der deutschen Bürgergesells (...)
  • 3 Katharina Middell, Hugenotten in Leipzig, Streifzüge durch Alltag und Kultur, Leipzig, 1998.

4L’autre raison du choix de la Saxe, c’est la lecture du livre passionnant de Michel Espagne, Le creuset allemand. Une histoire interculturelle de la Saxe xviiie-xixe siècles publié en 20001. A quelques rares mentions et allusions près, les francs-maçons en sont absents, alors même que leur étude aurait pu étayer la thèse de l’auteur à chacun de ses chapitres, du xviiie siècle qui nous intéressera ici jusqu’à la fin du xixe siècle, puisque que ce sont les loges de Leipzig qui prennent en charge l’organisation de la campagne en vue de l’érection du mémorial commémoratif de la bataille des Nations, inauguré par Guillaume II en octobre 1913 en présence de tous les grands maîtres allemands et de plus de six cents francs-maçons venus ès-qualités2. De même, la Franc-maçonnerie n’est pas prise en considération par Katharina Middel dans son beau travail sur Huguenotten in Leipzig3, alors même que l’auteur bâtit son enquête sur l’étude des Dufour et Feronce pionniers de l’ordre maçonnique à Leipzig. Elle mobilise un remarquable gisement d’archives familiales, mais n’en extrait pas les ego-documents qui éclairent l’engagement maçonnique individuel, la perception de l’espace maçonnique allemand et européen qu’ont ces négociants aux différents âges de la vie, lors des voyages de formation négociante, ou lors des déplacements effectués à l’âge adulte par le chef de maison. À travers cette étude, nous voudrions ainsi montrer les ressources offertes par le laboratoire maçonnique saxon pour une histoire sociale et interculturelle de l’espace public allemand et européen des Lumières.

Dresde : de la Hofloge à l’expansion européenne des réseaux de la Maçonnerie de société

  • 4 Il a lui-même été initié en France.
  • 5 Au sujet de la Maçonnerie de société, voir Pierre-Yves Beaurepaire, L’Europe des francs-maçons, Par (...)
  • 6 Il remplace alors le baron Oberg, l’un des fondateurs d’Absalom zu den drei Nesseln.

5Dresde et Leipzig polarisent sans surprise l’espace maçonnique en Saxe électorale. Dresde bénéficie d’une implantation maçonnique précoce, puisque Friedrich August comte de Rutowski, fils naturel d’Auguste le Fort, l’Électeur de Saxe et roi de Pologne, y fonde dès 1738 la loge « française » Aux Trois Aigles (Zu den drei Adlern)4. Rappelons que la première loge maçonnique attestée en Allemagne, Absalom zu den drei Nesseln (Absalom aux trois orties), a été officiellement fondée le 6 décembre 1737. Il s’agit des premières formes de vie maçonnique organisée sur des bases institutionnelles, avec statuts et règlement, ce qui suppose l’existence antérieure et parallèle d’une sociabilité maçonnique informelle ou en cours de formalisation (noyaux maçonniques, initiations individuelles). La diffusion de l’ordre emprunte le canal du grand négoce avec Hambourg, mais aussi celui de la société des princes en donnant naissance à une Maçonnerie de cour, forme allemande et Scandinave de la Maçonnerie de société qui s’épanouit au cœur du royaume européen de la civilité et du bon goût5. Aux Trois Aigles est une Hofloge, une loge de cour, à l’instar de la Kronprinzenloge que préside Frédéric de Prusse au château de Rheinsberg en novembre 17396, puis de sa Hofloge du château de Charlottenbourg, où il initie son frère Guillaume, le duc de Holstein-Beck et son beau-frère Friedrich, margrave de Bayreuth-Brandenburg, qui deviendra lui-même « maître perpétuel » de la loge Zur Sonne fondée le 21 janvier 1741 au château de Bayreuth. La situation est analogue en Suède où Adolphe Frédéric de Holstein-Eutin, prince évêque de Lübeck, devenu roi en 1751, initié en 1753, préside à plusieurs travaux de loge dans son château de Karlberg, qui donnent finalement naissance à une loge royale – Königsloge ou Königliche Hofloge.

  • 7 Archives de la Réserve, Bibliothèque du Grand Orient de France, Paris, fonds 113-1, pièce 175, Regi (...)

6Le dispositif maçonnique s’étoffe avec des fondations de loges à Altenburg, Sachsenfeld, Nossen et Naumburg. Le registre de la loge écossaise -c’est-à-dire travaillant à des grades supérieurs à celui de maître, dernier des trois grades symboliques – de l’Union, orient de Berlin, que nous avons découvert dans les fonds d’archives « russes » de la Bibliothèque du Grand Orient de France, rapatriés de Moscou en France en décembre 2000 et ouverts aux chercheurs en janvier 2002, indique d’ailleurs l’existence d’une autre loge de cour, les Quatre pierres cubiques, constituée à la demande du frère Ludwig-Ernst von Sachsen-Gotha und Altenburg, pour sa résidence d’Altenburg le 23 janvier 17517.

  • 8 Nous en donnons la liste complète dans L’Europe des francs-maçons, op. cit., p. 108.
  • 9 Alors que l'historiographie maçonnique a du mal à se déprendre de ce que les philosophes nomment es (...)
  • 10 Vincenzo Ferrone, I Profeti dell’Illuminismo, Le Metamorfosi della ragione nel tardo Settecento ita (...)

7La présence de diplomates, de nombreux intermédiaires culturels et artistiques, ainsi que de nobles étrangers au service civil et militaire de l’Électeur permet à Dresde d’étoffer son vivier maçonnique, de s’affirmer comme un orient maçonnique cosmopolite et comme l’un des centres majeurs de la République universelle des francs-maçons. Dès 1738, les effectifs sont suffisants pour constituer à partir des Trois Aigles, une deuxième loge, Aux Trois Glaives d’or. Le 5 février 1741, une troisième loge est fondée, Aux Trois Cygnes. L’acquisition récente par le Musée du Grand Orient de France à Paris du livre d’architecture – registre des procès-verbaux – de la loge des Trois Cygnes réunie à la loge des Trois Glaives, l’un des très rares registres connus pour cette période, permet d’éclairer les premières années de la Franc-maçonnerie en Saxe électorale. Les Trois Cygnes fusionnent en effet avec les Trois Glaives d’or pour constituer avec la Hofloge Aux Trois Aigles la Grande Loge de Haute-Saxe, Aux Trois Aigles blancs, dont le comte de Rutowski devient Grand Maître. Outre les trois loges de Dresde se rattachent à cette obédience les loges fondées à Altenburg, Sachsenfeld et Nossen. On peut se demander si la fondation de cette Grande Loge n’est pas une réponse de la Hofloge à des initiatives individuelles de francs-maçons qui ont sollicité et obtenu des patentes de Grand Maître provincial anglais pour la Saxe – patentes dont l’octroi par la Grande Loge d’Angleterre ne signifie nullement que leurs bénéficiaires ont effectivement constitué des Grandes Loges provinciales. On trouve en effet dans les registres de la Grande Loge d’Angleterre conservés à Freemasons’Hall trace d’une première patente octroyée à Heinrich Wilhelm von Marschall pour la Haute-Saxe dès 1737, complétée en 1740 par une patente accordée à Mathias Albert Luttmann pour Hambourg et la Basse-Saxe8. Une seconde patente sera accordée en 1765 au baron J. de Wethern. Si l’organigramme de la loge n’est pas encore fixé, elle ne compte ainsi qu’un surveillant – officier qui assiste le Vénérable ou en allemand maître en chaire – au lieu des deux habituels, elle a déjà pris une dimension chevaleresque, les membres sont désignés par leur nom d’ordre : le comte de Solms, ambassadeur de Russie est chevalier des Scythes, Rutowsky, chevalier de l’aigle. C’est là un point essentiel, qui permet avec d’autres de contester la thèse d’une importation passive de la Franc-maçonnerie anglaise puis française en Allemagne. Les loges allemandes au recrutement huppé et tout particulièrement en Saxe qui sera le berceau de la Maçonnerie templière, se sont livrées à une appropriation culturelle de la sociabilité maçonnique, en lui donnant un tour chevaleresque et chrétien, très éloigné du projet des pères fondateurs de la Grande Loge anglaise de 1717 d’esprit newtonien et latitudinaire et des rédacteurs des Constitutions dites d’Anderson de 17239. Cette sensibilité chevaleresque – très présente d’ailleurs dans la pratique maçonnique personnelle du Kronprinz Frédéric à Rheinsberg – explique que l’espace maçonnique germanique communique mieux et échange plus avec une Franc-maçonnerie française aristocratique convaincue au même moment par le Discours (1736-1738) d’André-Michel Ramsay, jacobite notoire mais surtout disciple de Fénelon et auteur des Voyages de Cyrus, ouvrage qui connaît un immense succès parmi les francs-maçons européens10, que les francs-maçons sont davantage les héritiers des croisés que ceux des ouvriers du temple de Salomon. Mais cette « influence française » sur la Franc-maçonnerie allemande doit être nuancée et précisée pour éviter les contresens et échapper au mirage d’une Europe (maçonnique) française. En effet, si l’on ne peut nier la diffusion des hauts grades maçonniques chevaleresques et chrétiens français en Allemagne, mais aussi en Scandinavie, Pologne et Russie, elle concerne surtout la période qui court du milieu des années 1740 jusqu’à la fin des années 1760 lors des déplacements civils et militaires de grande ampleur liés aux guerres de Succession d’Autriche (1740-1748) puis de Sept Ans (1756-1763). Dans tous les cas, les rituels ont été acculturés, digérés, adaptés. Or, le registre des Trois Cygnes atteste d’une sensibilité chevaleresque dans la Maçonnerie de cour en Saxe en 1741, et très probablement antérieure à la rédaction du livre d’architecture. Les conditions d’une rencontre fructueuse – la « conjoncture mentale » chère à Robert Mandrou, d’une inclination mutuelle, et non d’une importation passive sont donc réunies. La langue de travail des premières loges de Dresde, le français, caractéristique de la Maçonnerie de société, permet également à la fois de maintenir un seuil social de recrutement élevé et de favoriser les échanges européens.

  • 11 Archives de la Réserve, Bibliothèque du Grand Orient de France, Paris, fonds 113-1, pièce 175, Regi (...)
  • 12 Voir Gold und Himmelblau/1 Guld och Himmelsblått, Die Freimaurerei, Zeitloses Ideal/Frimureri, ett (...)

8Le registre des Trois Cygnes montre encore que la Hofloge de Dresde s’ouvre très tôt aux envoyés étrangers à la cour de Dresde. Au moment de l’érection de la Grande Loge, elle compte en effet sur ses colonnes les envoyés de France et de Russie. Par ailleurs, le registre de la loge écossaise de l'Union, orient de Berlin – loge qui reçoit entre autres le prince Henri de Prusse, indique qu’au même moment les envoyés saxons concourent eux aussi à la diffusion de l’Art Royal. On y lit notamment que « Son Excellence M. le comte de Tessin ambassadeur plénipotentiaire de Sa Majesté le roi de Suède a été proposé le 13 juillet 1744 par le frère Fabris de la part du frère de Siepmann résident de Saxe, pour être reçu maître écossais, accepté unanimement et reçu le 15 juillet maître écossais »11. Or Carl Gustaf, comte de Tessin, futur président de la chancellerie suédoise, médiateur culturel et artistique de premier rang entre la Suède, la France et l’Allemagne, chef du parti francophile des chapeaux, profite de chacune de ses ambassades pour recevoir de nouveaux grades maçonniques, fonder des loges et acquérir de nouveaux rituels12.

9Dresde s’intègre donc très tôt à la toile que les diplomates francs-maçons tissent alors entre les capitales européennes. Au cours des années 1760, elle se montre à nouveau en pointe en créant l’une des premières loges ouvertement destinée à accueillir les étrangers de condition et à répondre à la « culture de la mobilité » (Daniel Roche) des élites européennes : Saint-Jean des Voyageurs, dirigée par le comte Aloysius Friedrich von Brühl, grand maître de l’artillerie du roi de Pologne. Dès 1766, un tableau de membres adressé à la Grande Loge des Maîtres Réguliers de Lyon témoigne du rayonnement de l’atelier saxon : sur 46 membres, 15 seulement sont allemands contre 10 français – parmi eux l’envoyé de France près l’Électeur de Saxe. La loge réunit également des Italiens, des « Savoisiens » comme Jean-François Noyel comte de Bellegarde, des Polonais, des Russes, des Baltes, l’envoyé du roi d’Angleterre, comte de Stanhope. Selon Eugen Lennhoff et Oskar Posner, Saint-Jean des Voyageurs aurait été complétée par la loge Etrangère créée la même année pour les non-germanophones par le comte Heinrich von Brühl – fds du célèbre ministre et frère d’Aloysius, à la demande du baron de Hund. Il s’agit sans doute d’une erreur, Saint-Jean des voyageurs étant une loge francophone au recrutement cosmopolite. On ne trouve pas de mention du titre distinctif l'Étrangère. Il s’agit très probablement d’une seule et même loge, dont l’appellation courante a pu changer, Saint-Jean des Voyageurs étant qualifiée d’« Etrangère » compte tenu de son recrutement.

  • 13 Le manuscrit du Journal conservé à la médiathèque Ceccano d’Avignon fait l’objet d’une édition élec (...)
  • 14 Bibliothèque nationale de Pologne, Varsovie, Rps BUW 360.

10Quoi qu’il en soit, la création de cette loge au lendemain de la guerre de Sept Ans donne à Dresde les moyens d’une ambition européenne. Elle sert de modèle aux loges cosmopolites créées par la suite à travers l’Europe pour accueillir les étrangers de condition : les Neuf Muses à Londres, la Réunion des Elus du Nord orient de Saint-Pétersbourg, ou en 1784 à Paris, fruit d’une initiative franco-danoise, la Réunion des Etrangers. À partir de cette fondation réussie, le comte Aloysius von Brühl implante solidement la Maçonnerie de société en Pologne, royaume où la famille Brühl avait assis son influence sous Frédéric-Auguste II, fils d’Auguste le Fort. Il crée la loge aristocratique du Vertueux Sarmate, orient de Varsovie, sur laquelle est entée une loge d’adoption – c’est-à-dire une loge mixte, caractéristique de la Maçonnerie de société, avec ses bals, concerts et théâtre amateurs, manifestations publiques de bienfaisance – dont la Grande Maîtresse est Isabelle Branicka, sœur de Stanislas-Auguste II. Le Journal du diplomate français Marie-Daniel Bourrée de Corberon13 et les Réminiscences ou mémoires... écrits par lui-même de son ami le noble courlandais Karl-Heinrich von Heyking14 témoignent du rôle majeur joué par les frères Aloysius et Heinrich von Brühl dans l’organisation de la Franc-maçonnerie en Pologne et sur le tropisme saxon qu’il véhicule.

  • 15 Sur la famille de Bellegarde, voir Jean Nicolas, La Savoie au 18e siècle. Noblesse et bourgeoisie, (...)

11Mais le recrutement européen de Saint-Jean des Voyageurs ouvre également Dresde sur l’Europe maçonnique occidentale. Le premier surveillant de la loge est en effet Jean-François Noyel de Bellegarde. Il est issu d’une famille de l’aristocratie de Savoie – son père, marquis d’Entremont, était premier président à la Chambre des comptes de Savoie et envoyé à la cour de France, dont plusieurs membres sont entrés au service de l’Électeur de Saxe15. L’État saxon a en effet recruté un nombre important de cadres étrangers, majoritairement français et italiens. Son frère aîné, Joseph-François, marquis des Marches, est gendre d’un pionnier de la Franc-maçonnerie continentale, sir Theophilus Oglethorpe, brigadier général de Jacques II Stuart. Il devient Grand Maître provincial « anglais » pour les États du roi de Sardaigne en 1739. Un second frère, Claude-Marie, reçu franc-maçon, initié à Paris en 1737, est chambellan et ambassadeur de l’Électeur de Saxe. Quant à Jean-François, il est né à Dresde en 1707, et devient lieutenant des gardes du corps de l’Électeur. Il sera même gouverneur de la capitale saxonne. On est donc au cœur d’un réseau familial, maçonnique qui mêle les plus grands noms et les temps héroïques de l’implantation de l’ordre – la cour de Saint-Germain, les sensibilités jacobite et hanovrienne, le Paris maçonnique des années 1730, la Grande Loge d’Angleterre –, et de service princier aux connexions européennes. Autant d’atouts qui permettent à Jean-François de Bellegarde d’orchestrer le rayonnement occidental de la puissance maçonnique saxonne. Lorsque la réforme maçonnique marquée par un resserrement très net du recrutement de l’ordre – une véritable réaction aristocratique, par l’affirmation de son essence chevaleresque et chrétienne, naît précisément en Saxe, comme on le verra plus loin, pour se diffuser en quelques années à travers toute l’Europe continentale, Bellegarde en est l’un des éclaireurs. Il la fait connaître au maître lyonnais Jean-Baptiste Willermoz – négociant de son état profane et bon connaisseur des foires de Leipzig :

  • 16 Bibliothèque municipale de Lyon, fonds Jean-Baptiste Willermoz, mss 5855, pièce 8.

« Le Frère Comte de Bellegarde, 2e surveillant de la Respectable Loge du Frère Comte de Brühl à Dresde, me fit l’honneur de me visiter à Lyon allant à Turin. Je demeurais alors rue du Bat d’Argent. Il me fit part de l’union commencée entre les Respectables Loges d’Allemagne, mais il ne me cacha point qu’il en ignorait le but, connu d’un très petit nombre de frères de sa loge ; il m’en croyait sans doute plus instruit. Dans le peu qu’il savait il fut très circonspect ; j’étais moi-même obligé à beaucoup de réserve sur l’objet qui m’était propre et qui me parut étranger au sien. Il était fort pressé de repartir ; nous nous quittâmes en nous promettant de nous revoir à son retour de Turin, et de solliciter en attendant, chacun de notre côté, la permission de nous ouvrir davantage. Peut-être est-il repassé lorsque j’étais à Paris où je retournai quelques mois après, mais je n’ai pas eu le plaisir de le revoir16. »

  • 17 Pierre-Yves Beaurepaire, « Un creuset maçonnique dans l’Europe des Lumières : la loge de la Candeur (...)

12Le lien est ténu, mais par la suite grâce à Georg August von Weiler, émissaire de la Stricte Observance Templière, il se fortifie et Willermoz devient l’un des principaux relais de la réforme de Dresde en France, en Suisse et en Italie, avant de proposer sa propre « réforme de la réforme » avec le succès que l’on sait auprès de l’aristocratie allemande et italienne. Brühl prend quant à lui contact avec la loge la Candeur, orient de Strasbourg, qui recrute largement dans l’Université luthérienne et se crée ainsi un réseau de relations et correspondance européen17. La Candeur appelle alors de ses vœux cette réforme maçonnique :

  • 18 Bibliothèque nationale de France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, FM1 111, collection Cha (...)

« Jamais notre tranquillité – s’exclame son Vénérable, Pierre de Guenet –, l’âme des plaisirs, n’a été troublée, le sentiment d’un a été celui de tous ; que de charme dans une pareille société ; si toutes les loges posaient leurs fondements sur de tels principes – la proscription de tout profane indigne d’être reçu maçon – la Maçonnerie en serait bien plus respectée. Toute l’Allemagne, la Russie, l’Italie, rejettent de son sein par une réforme générale ces prétendus frères, qui les uns par leur État, les autres par leurs mœurs ne doivent point être membres de cette Grande République ; il n’y a plus d’anarchie qu’en France, la maçonnerie y est un objet d’amusement, pour la plupart une occasion d’Escroquerie, ou de godaillerie, la frivolité doit-elle seule avoir notre faveur et serons-nous les derniers à ramener la maçonnerie à sa première institution, ce n’est qu’en la suivant qu’on peut parvenir à son but18. »

  • 19 Documents strasbourgeois sur la Stricte Observance I », Renaissance traditionnelle, 34, avril 1978, (...)

13La présence du comte Heinrich von Brühl, nom d’ordre a Cedro, frère du Vénérable de Saint-Jean des Voyageurs, est attestée à Strasbourg le 25 juin 1772 ; par ailleurs, il est clairement mentionné dans les archives de la Candeur comme « notre agent à Dresde » le 4 septembre 177319. Strasbourg et Lyon seront les deux portes d’entrée de la réforme maçonnique en France et en Allemagne rhénane, tandis que Chambéry et Turin la relaieront en Suisse et en Italie.

Leipzig : échanges commerciaux et réseaux maçonniques

  • 20 Gérard Gayot, « La main invisible qui guidait les marchands aux foires de Leipzig : enquête sur un (...)

14La diffusion de la Franc-maçonnerie sur le continent européen et dans les colonies emprunte également, on le sait, les routes du grand négoce. Dans ce domaine, Leipzig avec ses foires et son marché européen du livre, polarise l’espace saxon20, donnant naissance à une puissance maçonnique régionale complémentaire et concurrente de Dresde et désireuse d’afficher ses prétentions au rang de centre majeur de la République universelle des francs-maçons.

15Le cursus maçonnique du négociant François Dubosc (1722-1796) permet de suivre la naissance et l’affirmation de Leipzig comme puissance de premier ordre. Il témoigne en outre du rôle décisif que jouent les huguenots du Refuge dans la diffusion de l’ordre maçonnique, on pense naturellement au Grand Maître de la Grande Loge d’Angleterre, Fellow de la Royal Society, disciple de Newton et pasteur de l’Église anglicane Jean-Théophile Désaguliers mais aussi à John Coustos en France et au Portugal, à Jean Rousset de Missy aux Provinces-Unies, journaliste, orangiste convaincu, ami et correspondant de Prosper Marchand, fondateur de la première loge hollandaise, la Bien Aimée, à Amsterdam ; à Louis-François de La Tierce, l’un des principaux membres de la loge française de l’Union à Londres et de sa fille de Francfort-sur-Le-Main, Zur Einigkeit, ou à La Beaumelle contradicteur de Voltaire, à Genève et Copenhague. Réseaux familiaux et confessionnels, négociants et maçonniques s’entrecroisent pour mailler solidement l’espace européen. À Leipzig, Pierre-Jacques Dufour (1716-1784), représentant de la troisième génération du Refuge, est l’un des fondateurs et officiers des Trois Compas – qui deviendra Minerve au Cercle le 25 août 1746. La loge reçoit également Pierre Feronce, représentant de l’autre grande famille huguenote le 15 mai 1741.

16C’est la même année que François Dubosc, alors âgé de dix-neuf ans, est reçu maçon, mais à Lyon, place qui, on le sait, entretient d’intenses relations commerciales avec Leipzig. Le cas de Dubosc n’est pas isolé. Citons seulement ceux de Christophe Henry Kirchoff, mentionnés sur les tableaux de membres de la Sincère Union, orient de Lyon, en 1774, puis de 1785 à 1788 – il sera d’ailleurs exécuté à Lyon le 6 Nivôse an II, d’un certain Teutscher, membre de la Candeur en 1786, ou du Français Nicolas Mioche, qui figure sur les tableaux du Parfait Silence en 1786-1787 et 1791 comme négociant à Leipzig. On assiste à une pratique d’affiliations croisées, les négociants et manufacturiers de Leipzig fréquentent les ateliers de Lyon, tandis que leurs partenaires en affaires lyonnais se font affilier à Leipzig.

  • 21 La Haye, Orde van Vrijmetselaren onder Het Grootoosten der Nederlanden, Archief, carton 4337, 41 :6 (...)
  • 22 Le Visiteurenboek a fait l’objet d’un traitement statique dans Pierre-Yves Beaurepaire, « Les voyag (...)

17On retrouve également des négociants de Leipzig sur les colonnes d’une prestigieuse loge du grand négoce européen, la Bien Aimée, orient d’Amsterdam, qui a pour particularité outre d’avoir accueilli Casanova en 1759 et Marat le 10 octobre 1774, d’avoir tenu pendant quarante ans à partir de 1754 un Visiteurenboek, version maçonnique de l'Album amicorum des voyageurs du Grand Tour, où « les soussignés frères maçons étrangers ont bien voulu honorer notre loge de leur présence, et de nous en donner une marque de souvenir par leur signature »21. Pour la première décennie qui correspond pour l’essentiel à la guerre de Sept Ans, l’Allemagne envoie 43 frères visiteurs sur un total de 97 visiteurs. Hambourg arrive en première position avec un effectif de 21 signataires, suivie à égalité de Francfort et de Leipzig avec 6 visiteurs. Le premier visiteur originaire de l’orient de Leipzig est Christian Wilhelm Fichtel, député de la loge Minerva zum Zirkel, le 2 avril 1756, qui profite de sa visite pour établir une correspondance régulière entre les deux ateliers. Au cours des décennies suivantes, l’origine des visiteurs se diversifie et la part de la composante germanique diminue considérablement22.

  • 23 Michel Espagne, Le creuset allemand…, p. 95.
  • 24 Johann Friedrich Fuchs, Die Freimaurerloge Balduin zur Linde in Leipzig 1776-1926, Leipzig, 1876, p (...)

18De son coté, François Dubosc a poursuivi de pair les travaux de l’Art Royal et ses affaires, mais son réseau relationnel déborde la sphère huguenote et négociante pour s’étendre jusqu’à la sphère gouvernementale. Il est conseiller de l’Électeur et son beau-frère, Friedrich Wilhelm Ferber (1732-1800), élève de Christian Gotthelf Gutschmid, théoricien du mercantilisme et défenseur des réformés, est à la tête du département de l’Intérieur dans le ministère dirigé en 1763 par Georg von Einsiedel23. En 1772, il s’affilie à la loge de Leipzig Minerva qui s’intitule depuis son adhésion à la Réforme templière : Minerva zu den drei Palmen. Il s’élève rapidement dans la hiérarchie templière où il prend pour nom d’ordre Eques a Arbore Frugifera. Mais il souhaite créer « son » atelier. En 1776, il fonde dans sa maison du Neumarkt la loge Balduin qu’il préside jusqu’en 178024. Cette loge appartient au système de Zinnendorf, du nom du médecin militaire prussien médecin militaire Johann Wilhelm von Zinnendorf qui a obtenu du fondateur du rite suédois, Carl Fredrik Eckleff, la possibilité d’implanter en Allemagne, dans les États des Habsbourg et en Russie des loges écossaises (c’est-à-dire de hauts grades) et des chapitres illuminés – d’inspiration templière. C’est l’origine de la Groβe Landesloge der Freimaurer von Deutschland, l’une des trois grandes loges prussiennes, toujours active – dont Zinnendorf confie la Grande Maîtrise au prince Louis Georges Charles de Hesse-Darmstadt, et qui est reconnue par la Grande Loge d’Angleterre en 1773.

  • 25 Die Freimaurerloge Zum goldenen Apfel im Orient Dresden 1776-1876. Festschrift zur Säcularfeier, Dr (...)
  • 26 Le protecteur des Illuminés de Berlin, futurs Illuminés d’Avignon.

19Les ambitions de Dubosc dépassent le cadre de Leipzig. En 1783, il devient membre de la loge de Dresde Zum goldenen Apfel (A la pomme d’or)25. Mais il a surtout compris que si la Saxe avait constitué le berceau de la Réforme, le centre de gravité de la Stricte Observance avait glissé vers le Nord et sa direction échappé à Charles de Saxe, l’ancien duc de Courlande. Les deux chefs de l’ordre sont désormais Ferdinand de Brunswick-Lunebourg-Wolffenbüttel, Supérieur Général de l’ordre, qui s’est illustré pendant la guerre de Sept Ans comme général prussien, assisté de Charles de Hesse-Cassel, depuis 1768 gouverneur des duchés de Schleswig et de Holstein à Gottorp et vice-roi de Norvège. Au profane, la Saxe est également confrontée à un rapport de forces de plus en plus favorable à la Prusse. Berlin exerce une forte attraction sur les élites saxonnes que la situation diplomatique et militaire n’entrave plus. En effet, à la différence de la guerre de Sept Ans, la guerre de succession de Bavière de 1778-1779 dite guerre des patates, voit Prusse et Saxe faire face ensemble à l’Autriche. Du coup, Dubosc ne résiste pas et part pour Berlin. D’autres l’ont précédé. Johann Rudolf von Bischoffwerder (1741-1806), Eques a Grypho, que Dubosc a connu chambellan de Charles de Saxe, a obtenu pendant la guerre de Succession de Bavière le commandement d’un corps franc saxon levé par Henri de Prusse26. À la fin de la guerre, il s’établit définitivement à Potsdam où il devient avec Johann Christoph Wöllner (1732-1800), le plus proche conseiller du futur Frédéric-Guillaume II (1744-1797), neveu de Frédéric II.

  • 27 Karlheinz Gerlach, « Die Gold-und Rosenkreuzer in Berlin und Potsdam (1779-1789). Zur Sozialgeschic (...)
  • 28 À Berlin, K. Gerlach a ainsi établi que 45 % des membres de la loge Aux Trois Globes et 62 % de ses (...)

20Bischoffwerder et Wöllner sont alors des membres actifs de l’ordre des Rose-Croix d’or à Berlin et Potsdam27. Ils y reçoivent Frédéric-Guillaume II le 8 août 1781 qui devient Ormesus. La société secrète des Rose-Croix d’Or est souvent représentée voire caricaturée comme le noyau des anti-Lumières qui triomphent en Prusse avec Wöllner et Bischoffwerder à l’avènement de Frédéric-Guillaume IL En réalité les Rose-Croix d’or, peu nombreux mais très influents en Allemagne, en Europe centrale et en Russie, sont plutôt les représentants du courant irrationnel, ésotérique et conservateur des Lumières, qui vise à « faire émerger les forces cachées de la nature, faire briller sa lumière, qui a été profondément enterrée par la malédiction, et, par cette voie à procurer une lumière intérieure à chaque frère par laquelle il pourra voir le Dieu invisible et devenir plus proche de lui avec la source originelle de la lumière ». Occupant une position diamétralement opposée à celle des Illuminaten dans le champ des Lumières, ils en favorisent à la fois la polarisation et l’équilibre même instable. Illuminaten et Rose-Croix d’or se livrent à une compétition féroce pour recruter au sein des loges rectifiées ou bleues28 ceux qu’ils estiment par leurs qualités personnelles, leur envergure sociale, leur réseau relationnel, capables de leur donner l’avantage dans la lutte qui les oppose. Signe du désarroi ou de la fin des Lumières, ou plutôt d’une recherche de la vérité entreprise tous azimuts, les Rose-Croix d’or ont su attirer à eux Goethe à Weimar, Nikolai Novikov en Russie, ou encore Karl Josef, prince de Salm-Reifferscheidt au château Rajec près de Brno.

  • 29 Comme l’écrit Karlheinz Gerlach, « Die rosenkreuzerische Spur fuhrte von Dubosc über Bischoffwerder (...)
  • 30 Ibid., p. 91.
  • 31 Ils sont 4 à Dresde et 6 à Leipzig, soit peu de chose comparé aux 30 de Francfort-sur-le-Main, ou a (...)

21Devenu Du Bois franc dans l’ordre des Rose-Croix d’or, Dubosc prend la direction du cercle de Dresde29. Bischoffwerder lui demande de recruter Friedrich Ludwig von Wurmb30, influent ministre d’État saxon, dont l’itinéraire éclaire les réseaux relationnels de la Franc-maçonnerie saxonne. Initié à Halle où il était étudiant en 1744 dans la loge des Trois Clés d’or (Zu den drei goldenen Schlüsseln) – loge où Philipp Carl von Knigge, le père d’Adolph von Knigge l’homme clé des Illuminaten et l’auteur du célèbre Über den Umgang mit Menschen, sera initié trois ans plus tard –, maître en chaire d’une loge de Varsovie, puis affilié à la loge des Trois Glaives (Zu den drei Schwertern), orient de Dresde, dont il est secrétaire en 1760, il rallie la réforme de la Stricte Observance Templière, où il est reçu dans l’ordre intérieur. Il devient Colurus dans l’ordre des Rose-croix d’or qu’il intègre en 1781 avant de parvenir rapidement au septième grade, mais le quitte en 1783. Il est connu pour son Cours de Maçonnerie rédigé en 1795. Malgré ce succès de courte durée, on constate que la Saxe bien quadrillée par les Rose-Croix d’or n’a connu qu’une très faible implantation des Illuminaten’31. La trajectoire du Huguenot Dubosc montre clairement qu’en quarante ans de vie maçonnique, à compter de son initiation à Lyon, il a profondément modifié son horizon relationnel, intégré une donne maçonnique mouvante et son articulation aux enjeux politiques et diplomatiques, pour accéder au premier cercle de la Maçonnerie allemande et des sociétés secrètes qui en convoitent les loges et leurs membres.

  • 32 Michel Espagne, Le creuset allemand..., p. 141.
  • 33 Ibid., p. 171-172.

22La polarisation de l’espace maçonnique saxon par Dresde et Leipzig, sa participation active aux échanges maçonniques européens, au système de hauts grades d’origine française, suédoise, mettent en évidence une logique réticulaire et « sociale », ainsi que les stratégies individuelles des représentants de la société de cour, voire des princes eux-mêmes, des diplomates, des négociants et des voyageurs de qualité, qui pratiquent tous la culture de la mobilité. Grâce à eux, Dresde et Leipzig constituent un véritable laboratoire de la Maçonnerie de société et de la relation intime qui unit le grand négoce européen aux réseaux de correspondance et de fondations maçonniques. Ces deux mobilités, négociante et aristocratique, me paraissent plus se compléter que s’opposer, malgré l’opposition classique entre l’otium aristocratique et le neg-otium. En tout cas, elles concourent au maillage de l’espace maçonnique allemand et européen, et à la constitution de centre nodaux, au nombre desquels figurent incontestablement Dresde et Leipzig. Si un homme incarne cette complémentarité des réseaux nobiliaires et négociants dans l’armature de l’espace maçonnique, c’est bien le marquis d’Agdollo. Dans Le creuset allemand, Michel Espagne, qui n’évoque pas sa qualité maçonnique, le qualifie d’« aventurier d’origine orientale, sorte de Cagliostro saxon »32. Soit, mais les aventuriers sont d’abord de formidables « gestionnaires de la mobilité » (Daniel Roche) qui connaissent le fonctionnement des réseaux qui permettent de pénétrer jusqu’au cœur du royaume européen de la civilité et du bon goût ; ils en connaissent les codes, qu’ils cherchent à forcer. Est-ce un hasard si Cagliostro crée une loge d’adoption aristocratique à Mitau pour profiter des relations de l’aristocratie locale- notamment le cercle du comte Friedrich von Medem et de sa fille Charlotte Elisabeth von der Recke – et obtenir des recommandations qui lui ouvriront les portes de la société pétersbourgeoise ? Casanova procède de même auprès des francs-maçons de la Bien Aimée d’Amsterdam déjà mentionnée. Quant au marquis d’Agdollo qui négocie à Venise pour la cour de Saxe des tarifs douaniers préférentiels sur les toiles saxonnes et les soieries vénitiennes, et des transferts de technologie industrielle33 – comme on l’imagine la frontière qui sépare ces activités officielles de l’espionnage industriel est incertaine-, il obtient en 1767 des patentes de Grand Maître provincial « anglais » pour la Haute-Saxe, reconnaissance par Londres de sa surface relationnelle et de sa capacité à freiner le déclin du tropisme anglais de la Maçonnerie allemande que menacent l’autonomie croissante des francs-maçons allemands par rapport aux puissances maçonniques étrangères – françaises et britanniques dont ils sollicitaient initialement les patentes-, et l’essor de la Stricte Observance Templière, réforme maçonnique « allemande ».

23Cette logique sociale et réticulaire est celle des réseaux de communication et d’affinités, de la République des Lettres et des sciences, des diasporas jacobite ou huguenote... Elle se caractérise par l’attention portée à l’intensité des échanges, à leur fluidité, à la contraction de l’espace à parcourir par le temps nécessaire à la diffusion de l’information. Cette force fait sa fragilité, son inscription spatiale est faible et laisse peu de « traces » – c’est précisément tout la difficulté de reconstitution des réseaux. Elle tisse du lien social, crée un espace virtuel non un territoire identifié et borné. C’est pourquoi une autre logique d’organisation du corps maçonnique européen émerge précisément au cours des années 1760 quand, par le fait même de l’extension spatiale de l’ordre maçonnique, il devient nécessaire de maîtriser l’espace – ce qui donne lieu à la production de cartes, d’atlas maçonniques, de répertoires de loges et d’annuaires nominatifs. Les puissances maçonniques qui se constituent alors revendiquent un territoire qu’elles organisent en circonscriptions.

24Or, significativement cette logique d’organisation de l’espace maçonnique par des puissances territoriales prend également corps dans ce laboratoire maçonnique qu’est la Saxe, avec la Stricte Observance Templière.

La Stricte Observance Templière : de l’utopie aristocratique à l’émergence d’une confédération de puissances maçonniques régionales

25Le projet du fondateur de la Stricte Observance n’a pourtant, à l’origine, pas de rapport direct avec la Franc-maçonnerie, et s’inscrit plus dans la logique sociale et réticulaire que dans celle de la constitution de puissances territoriales. Il est l’œuvre d’un homme seul, le baron Karl Gotthelf von Hund und Altengrotkau (1722-1776), issu d’une famille noble de Silésie, à la tête d’un important héritage foncier en Saxe qu’il mobilisera pour financer ses projets. Il est reçu franc-maçon à Francfort-sur-le-Main à l’âge de 19 ans, le 18 octobre 1741. Le 21 juillet 1742, Hund qui a alors entrepris un Kavaliertour après des études à Leipzig, est élevé au grade de maître au sein de la loge les Trois Roses, orient de Gand. Un mois plus tard, à Bruxelles, il reçoit des mains du duc d’Albermale son premier grade écossais dans la loge dite de l'Arbre rompu. Hund prend pour nom d’ordre celui de Chevalier de l’épée. À Paris, Hund participe le 12 décembre 1742 aux travaux d’un nouvel atelier, la loge des Trois Compas. Il en devient Vénérable le 3 janvier 1743. Sur la route du retour, il fait étape à Strasbourg où il participe à l’allumage des feux d’une loge dont c’est la seule mention connue, l'Épée d’or. Hund n’a sûrement pas cessé toute activité maçonnique entre la fin 1743 et le 24 juin 1751, année où revenu sur ses terres, il fonde la loge Aux trois colonnes, à l’orient de Unwürde. Seul le manque de sources nous empêche de connaître son parcours maçonnique pendant ces huit années.

  • 34 Operationsplan qu’on appellera plus tard Ökonomischer Plan financièrement viable, intégrant les res (...)

26C’est pendant ce séjour parisien que Hund affirme avoir rencontré des émissaires britanniques d’une association inconnue – que par la suite les tenants comme les détracteurs de la Stricte Observance qualifient de jacobite puisque les Stuart passent alors pour les héritiers des Templiers et les « Supérieurs inconnus » de l’ordre maçonnique – qui lui proposent de participer à un projet d’établissement colonial et commercial au Labrador34 dès la guerre de Succession d’Autriche terminée. Hund le transformera en projet de constitution d’une République aristocratique. Il s’en ouvre auprès de la poignée d’amis d’enfance qu’il a reçus dans sa loge particulière à Unwürde.

27La nature même du projet, le lieu de l’établissement sont autant d’obstacles à sa réalisation. Mais Hund comprend progressivement que la Franc-maçonnerie, alors en plein essor en Allemagne, constitue un vivier d’individus qui acceptent de se soumettre à la loi commune, dont le goût pour la pratique des rituels de hauts grades chevaleresques et chrétiens ne cesse de grandir, et qui se recrutent parmi les couches aisées de la bourgeoisie et dans la noblesse. D’ailleurs, les membres de la Stricte Observance des années 1760 n’auront aucun mal à croire que des représentants des Supérieurs Inconnus Stuart ont conféré à Paris à Hund des grades supérieurs dits écossais, l’ont reçu dans l’ordre du Temple et confié une patente de Grand Maître de la viiie Province templière, à charge pour lui de relever l’ordre sur le continent. Le projet sans avenir d’une communauté utopique au Labrador nourri par Hund jusqu’au début des années 1760 se meut alors en restauration de la Remania chrétienne. Pour le Savoisien Joseph de Maistre qui en sera l’un des penseurs, elle doit permettre en réunissant catholiques et protestants dans une Franc-maçonnerie résolument chrétienne de réduire la fracture confessionnelle, de faire du projet maçonnique cosmopolite un projet œcuménique. Il ne faut d’ailleurs pas oublier que la Stricte Observance inspirera directement le projet mystique de la Sainte Alliance, fédération de puissances territoriales et dynastiques sœurs, pour faire obstacle à la propagation des idées révolutionnaires et à la division de l’Europe en entités nationales antagonistes.

  • 35 Hermann Schüttler, « Zum Verhältnis von Ideologie, Organisation und Auswanderungsplänen im System d (...)

28Le succès est fulgurant. Alors qu’au Convent d’Altenberg en 1764, la Stricte Observance ne compte qu’une vingtaine de membres actifs, des familiers de Hund, deux ans plus tard, ils sont déjà 218. Puis jusqu’au Convent de Wilhelmsbad de 1782 qui disloque l’ordre, ce sont plus de 1100 nouveaux membres qui rejoignent ses rangs. Sachant que la Stricte Observance comprend en Allemagne 24 loges écossaises et 75 loges bleues, on peut estimer qu'elle contrôle au moins un quart des francs-maçons allemands – Hermann Schüttler pousse même cette proportion au tiers des 18 000 francs-maçons allemands du début des années 1780, estimant après Winfried Dotzauer l’effectif moyen d’une loge à 60 membres, ce qui me paraît quelque peu exagéré35. Socialement, la réussite est tout aussi manifeste. La Stricte Observance attire notamment 41 représentants de maisons régnantes, 227 de la haute noblesse, et 496 à la moyenne et petite noblesses, au point d’ailleurs, d’inquiéter certains négociants, séduits par la Maçonnerie templière, mais qui craignent à juste titre d’être l’objet de la condescendance ou pire de la morgue aristocratique des « gros bonnets de l’ordre » (sic).

29En reprenant la géographie et la matricule templière, c’est-à-dire en optant résolument pour l’uchronie, la Stricte Observance cherche à territorialiser l’espace couvert par son réseau de loges symboliques et de loges écossaises, à contrôler sa croissance numérique et sa dilatation géographique. En établissant des circonscriptions templières – les provinces sont divisées en préfecture, les préfectures en commanderies et chapitres, elle chercher à ancrer son organigramme dans l’espace germanique et européen. La viie Province, dite de Basse-Allemagne, est la plus importante de l’ordre. En Saxe, ses deux préfectures sont Leipzig (Derla) et Dresde (Gommern). La Stricte Observance se déploie en outre hors d’Allemagne en Italie qui fait partie de la viiie province (Haute-Allemagne). Au grand dam des francs-maçons de la péninsule, les émissaires saxons dont Georg August von Weiler et Carl Eberhard von Wächter – agissent en maître et constituent d’autorité des loges sans prendre le pouls des susceptibilités et des luttes d’influences locales. Car si dans une stratégie réticulaire, la hiérarchie repose sur le volume d’échanges, même virtuels, l’étendue du réseau relationnel, le capital symbolique attaché aux « noms » qu’il revendique, la stratégie territoriale de la Stricte Observance hiérarchise l’espace en définissant une chaîne de commandement, des centres, des relais et des périphéries. D’où des enjeux de pouvoir et des conflits d’intérêts territoriaux. Les francs-maçons italiens dénoncent à leurs frères lyonnais le « joug des despotes allemands », tandis les préfectures de Dresde et de Leipzig se déchirent. Finalement, c’est Leipzig qui prend le pas sur Dresde en devenant loge provinciale pour la Saxe. La situation est assez comparable dans la ve province dite de Bourgogne, dirigée par Strasbourg, où la Candeur devenue loge provinciale entend rayonner sans opposition sur l’Allemagne rhénane et la Suisse alémanique.

  • 36 Pour une tentative de cartographie des luttes d’influence maçonnique et diplomatique dans l'aire ba (...)

30Ces rivalités territoriales prennent une toute autre dimension compte tenu du succès de la Stricte Observance auprès de la société des princes. Hund est alors dépassé socialement, empêtré dans des scandales financiers, et doit céder la direction de l’ordre à Ferdinand de Brunswick-Lunebourg en 1772, assisté de Charles de Hesse-Cassel à la tête de la viie province de l’ordre dont le centre de gravité a glissé vers le Nord, puisque le Grand Maître provincial, futur chef de file de « l’École du Nord » est depuis 1768 gouverneur des duchés de Schleswig et de Holstein à Gottorp (Schleswig) et vice-roi de Norvège. L’expansion européenne de la Stricte Observance aiguise les convoitises, notamment celles de Carl von Södermanland (Charles de Sudermanie), futur Charles XIII de Suède, frère du roi Gustave III, qui rêve de mettre la main sur la viie province, et de profiter de la diffusion du rite suédois dans toute l'aire baltique – y compris auprès des traditionnelles puissances rivales de la Suède, Danemark, Russie, Prusse36 – pour y asseoir son autorité et sa conception d’une Maçonnerie aristocratique et chrétienne – que l’on retrouve dans l’ordre de Charles XIII qu’il crée en 1811. Les diplomates suédois sont d’ailleurs mis à contribution, ce qui inquiète Catherine II de Russie et les envoyés britanniques à Stockholm, mais prouve surtout qu’enjeux politiques, luttes d’influences diplomatiques profanes et maçonniques se croisent tout au long du siècle – les envoyés britanniques sont eux-mêmes d’actifs propagandistes de la Maçonnerie anglaise, voire même Grands Maîtres provinciaux. Faute de parvenir à ses fins, Charles de Sudermanie obtiendra l’érection de « sa » propre province, la ixe.

  • 37 Zu den drei Weltkugeln ; Grosse Landesloge der Freimaurer von Deutschland in Berlin ; Grosse Loge v (...)

31Mais outre les tentatives réussies de déstabilisation de la Stricte Observance par les Illuminaten en pleine crise du crypto-catholicisme – sous l’impulsion de Knigge, l’ordre fondé par Adam Weishaupt fait main basse sur plusieurs dizaines de loges de la Stricte Observance et plus de 400 membres –, la Maçonnerie templière imaginée par Hund subit de plein fouet les conséquences de l’émergence d’une troisième logique d’organisation de l’espace maçonnique germanique et européen. En France et aux Provinces-Unies d’abord, se sont constituées des obédiences « nationales » (sic) qui revendiquent leur souveraineté dans un ressort identifié au royaume ou à la république et qui refusent toute intrusion étrangère. Or, ces obédiences nationales contrarient à la fois les prétentions de la Grande Loge d’Angleterre à une « maternité universelle » et les intérêts de puissances régionales comme les provinces templières – mais la situation est identique en France pour Saint-Jean d’Ecosse de Marseille qui rayonne de manière autonome sur tout le bassin méditerranéen et est en butte au centralisme parisien – dont les contours délimités sur les bases d’une géographie volontairement anachronique ne correspondent pas aux frontières politiques modernes. Surtout, des souverains comme Victor-Amédée III de Sardaigne à Turin, Catherine II de Russie, ou l’empereur Joseph II sont de plus en plus hostiles au fait que les francs-maçons de leurs États puissent relever d’une puissance maçonnique étrangère, alors même qu’ils revendiquent une reconnaissance d’utilité publique en s’affichant comme sujets modèles. Dans ces conditions, il devient urgent pour les francs-maçons concernés d’ériger leur propre obédience nationale, c’est le cas de la Grande Loge nationale d’Autriche en 1784 par exemple. Les francs-maçons de Savoie et de Piémont obtiennent quant à eux au convent général de Wilhelmsbad en 1782 de sortir de la viiie province allemande et d’être réunis dans une province italienne des États du roi de Sardaigne. Cette réorganisation de l’espace maçonnique allemand et européen marque le déclin du centre saxon, où la Maçonnerie de cour, en phase avec le royaume européen de la civilité et du bon goût du mitan du siècle, a d’abord vu la direction de la Stricte Observance lui échapper à la fin des années 1760, puis n’a pas su et pu se transformer en Maçonnerie royale comme en Prusse où coexistent trois Grandes Loges37 sous la protection du roi, voire en Maçonnerie d’État comme en Suède. Il est d’ailleurs significatif de constater que la Franc-maçonnerie saxonne passe alors progressivement – l’évolution prend plusieurs décennies – dans l’orbite prussienne, reproduisant ainsi dans la sphère maçonnique l’évolution profane.

Notes

1 Michel Espagne, Le creuset allemand. Histoire interculturelle de la Saxe xviiie-xixe siècles, Paris, 2000. Réflexion nourrie également par la lecture du dossier « Les territoires de l’économie, xve-xixe siècles » coordonné par Philippe Minard, Revue d’histoire moderne et contemporaine, 48, 2/3, 2001.

2 Stefan-Ludwig Hoffmann, Die Politik der Geselligkeit. Feimaurerlogen in der deutschen Bürgergesellschaft 1840-1918, Göttingen, 2000, p. 310-322.

3 Katharina Middell, Hugenotten in Leipzig, Streifzüge durch Alltag und Kultur, Leipzig, 1998.

4 Il a lui-même été initié en France.

5 Au sujet de la Maçonnerie de société, voir Pierre-Yves Beaurepaire, L’Europe des francs-maçons, Paris, 2002, p. 43-100 et p. 135-168.

6 Il remplace alors le baron Oberg, l’un des fondateurs d’Absalom zu den drei Nesseln.

7 Archives de la Réserve, Bibliothèque du Grand Orient de France, Paris, fonds 113-1, pièce 175, Registre des personnes proposées et refusées admises et reçues dans notre très vénérable et très respectable loge écossaise de l’Union [orient de Berlin] depuis sa fondation du 30e novembre 1742 jusqu’à présent, folio 128 verso.

8 Nous en donnons la liste complète dans L’Europe des francs-maçons, op. cit., p. 108.

9 Alors que l'historiographie maçonnique a du mal à se déprendre de ce que les philosophes nomment essentialisme, comme si la Maçonnerie était invariante dans le temps et dans l’espace.

10 Vincenzo Ferrone, I Profeti dell’Illuminismo, Le Metamorfosi della ragione nel tardo Settecento italiano, Rome / Bari, 1989, p. 217 et l’ensemble du chapitre V de la seconde partie intitulé « Uno stile di pensiero nella Napoli di fine secolo. Ermetismo illuministico e neonaturalismo », p. 238-277.

11 Archives de la Réserve, Bibliothèque du Grand Orient de France, Paris, fonds 113-1, pièce 175, Registre des personnes proposées et refusées admises et reçues dans notre très vénérable et très respectable loge écossaise de l’Union [orient de Berlin] depuis sa fondation du 30e novembre 1742 jusqu'à présent, folio 136 recto.

12 Voir Gold und Himmelblau/1 Guld och Himmelsblått, Die Freimaurerei, Zeitloses Ideal/Frimureri, ett Ideal I Tiden, Turku/Âbo, 1993, p. 35-48 et Pierre-Yves Beaurkpaire, L'Europe des francs-maçons..., p. 48-52.

13 Le manuscrit du Journal conservé à la médiathèque Ceccano d’Avignon fait l’objet d’une édition électronique expérimentale : Pierre-Yves Beaurepaire et Dominique Taurisson : http://www.egodoc.revues.org/corberon

14 Bibliothèque nationale de Pologne, Varsovie, Rps BUW 360.

15 Sur la famille de Bellegarde, voir Jean Nicolas, La Savoie au 18e siècle. Noblesse et bourgeoisie, Paris, 1978, II, p. 1041.

16 Bibliothèque municipale de Lyon, fonds Jean-Baptiste Willermoz, mss 5855, pièce 8.

17 Pierre-Yves Beaurepaire, « Un creuset maçonnique dans l’Europe des Lumières : la loge de la Candeur, orient de Strasbourg », Revue d’Alsace, 1998, 124, 602, p. 89-120.

18 Bibliothèque nationale de France, Cabinet des manuscrits, fonds maçonnique, FM1 111, collection Chapelle, tome VI, folio 445 recto, 22 janvier 1765.

19 Documents strasbourgeois sur la Stricte Observance I », Renaissance traditionnelle, 34, avril 1978, p. 89-128.

20 Gérard Gayot, « La main invisible qui guidait les marchands aux foires de Leipzig : enquête sur un haut lieu de la réalisation des bénéfices, 1750-1830 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 48-2/3, 2001, p. 72-103.

21 La Haye, Orde van Vrijmetselaren onder Het Grootoosten der Nederlanden, Archief, carton 4337, 41 :6, Registre des visiteurs de la loge la Bien Aimée, orient d’Amsterdam, folio 109.

22 Le Visiteurenboek a fait l’objet d’un traitement statique dans Pierre-Yves Beaurepaire, « Les voyages des francs-maçons. Une institution européenne », à paraître dans les actes de la journée d’étude de l’Association des Historiens Modernistes, Les voyages à l’époque moderne, 1er décembre 2001, et cartographique dans L’Europe des francs-maçons...

23 Michel Espagne, Le creuset allemand…, p. 95.

24 Johann Friedrich Fuchs, Die Freimaurerloge Balduin zur Linde in Leipzig 1776-1926, Leipzig, 1876, p. 9 et sq. Sur la Franc-maçonnerie à Leipzig on peut également se reporter aux travaux de l’historien américain Robert Beachy, même s’ils sont centrés sur les premières années du xixe siècle : Robert Beachy, « Club Culture and Social Authority : Freemasonry in Leipzig, 1741-1830 », The Paradoxes of Civil Society, Franck Trentmann dir., New York, 1999, p. 157175 et « Recasting Cosmopolitanism : German Freemasonry and Regional Identity in the Early Nineteenth Century », Eighteenth Century Studies, 33-2, 1999-2000, p. 268-276.

25 Die Freimaurerloge Zum goldenen Apfel im Orient Dresden 1776-1876. Festschrift zur Säcularfeier, Dresden 1876, Matrikel.

26 Le protecteur des Illuminés de Berlin, futurs Illuminés d’Avignon.

27 Karlheinz Gerlach, « Die Gold-und Rosenkreuzer in Berlin und Potsdam (1779-1789). Zur Sozialgeschichte des Gold-und Rosenkreuzerordens in Brandenburg-Preussen », Quatuor Coronati Jahrbuch, 32, 1995, p. 87-147.

28 À Berlin, K. Gerlach a ainsi établi que 45 % des membres de la loge Aux Trois Globes et 62 % de ses officiers avaient été recrutés par les Rose-Croix d’Or.

29 Comme l’écrit Karlheinz Gerlach, « Die rosenkreuzerische Spur fuhrte von Dubosc über Bischoffwerder zu Wöllner. Beide waren Vertraute des preußischen Thronerben Friedrich Wilhelm » : Karlheinz Gerlach, « Die Gold-und Rosenkreuzer in Berlin... », p. 92.

30 Ibid., p. 91.

31 Ils sont 4 à Dresde et 6 à Leipzig, soit peu de chose comparé aux 30 de Francfort-sur-le-Main, ou aux 70 membres de Mayence – sans parler des fiefs bavarois de l’ordre. Hermann Schüttler, Die Mitglieder des Illuminatenordens 1776-1787/93, Munich, 1991.

32 Michel Espagne, Le creuset allemand..., p. 141.

33 Ibid., p. 171-172.

34 Operationsplan qu’on appellera plus tard Ökonomischer Plan financièrement viable, intégrant les ressources du Labrador (pêches, fourrures), et prenant en compte l’immigration de plus de 200 000 Allemands en Amérique du Nord au cours du siècle.

35 Hermann Schüttler, « Zum Verhältnis von Ideologie, Organisation und Auswanderungsplänen im System der Strikten Observanz », Die Politisierung des Utopischen im 18. Jahrhundert. Vom utopischen Systementwurf zum Zeitalter der Revolution, Monika Neugebauer-Wölk et Richard Saage dir., Tübingen, 1996, p. 143-168 et ibid., « Zwei freimaurerische Geheimgesellschaften des 18. Jahrhunderts im Vergleich : Strikte Observanz und Illuminatenorden », Europa in der Frühen Neuzeit. Festschrift für Günter Mühlpfordt, Erich Donnert dir., Weimar, 1997, p. 521-544.

36 Pour une tentative de cartographie des luttes d’influence maçonnique et diplomatique dans l'aire baltique, voir Pierre-Yves Beaurepaire, L'Europe des francs-maçon..., p. 59.

37 Zu den drei Weltkugeln ; Grosse Landesloge der Freimaurer von Deutschland in Berlin ; Grosse Loge von Preußen genannt Royal York zur Freundschaf. C’est cette protection royale qui a permis à ces obédiences d’échapper aux lois contre les sociétés secrètes qui se multiplient en Europe au cours des années 1790 avec la psychose de la « jacobinière » qui réactive la peur de la subversion par les Illuminaten.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search