Version classiqueVersion mobile

L’espace du Saint-Empire

 | 
Christine Lebeau

Troisième partie. Pratiques d’espace en empire

Les Affaires étrangères françaises et la constitution du Saint-Empire

La création de la charge de jurisconsulte du roi pour le droit germanique et son premier détenteur Johann Konrad Pfeffel (1723)

Jorg Ulbert
Traduction de Christine Lebeau

Texte intégral

  • 1 Jörg Ulbert, « Die Angst vor einer habsburgischen Hegemonie im Reich als Leitmotiv der französisch (...)
  • 2 Anton Schindung, « Kaiser, Reich und Reichsverfassung 1648-1806. Das neue Bild vom Alten Reich », (...)

1La territorialisation du Saint-Empire est inscrite dans sa constitution. Sans ce ciment, les petits États d’Empire n’auraient pas pu survivre. Au surplus, la France est étroitement liée à ce processus depuis son intervention militaire au cours de la guerre de Trente ans et sa participation aux négociations de Münster. En 1648, avec le soutien de la Suède, la France obtient de l’Empereur et des États d’Empire le statut de puissance protectrice des libertés de Westphalie et se dote d’un instrument particulièrement efficace qui, 150 ans durant, lui permet d’intervenir dans les affaires du Saint-Empire, dès que les « libertés impériales » paraissent menacées. Assurément, la France cherche ainsi davantage à nuire à l’Autriche qu’à défendre le statu quo impérial, au moins jusqu’au Renversement des alliances de 17561. Ce faisant, elle n’en protège pas moins les petits États d’Empire contre les appétits des plus grands2.

2Toute intervention en qualité de puissance protectrice des libertés impériales (Garantenstatus) ou tout projet, quel qu’il soit, nécessite une bonne connaissance de la constitution impériale et des informations certaines, sans laquelle la candidature impériale de Louis XIV (1657/1658) ou la formation de la première Ligue du Rhin (1658), les préparatifs de la guerre de Dévolution ou les Réunions n’auraient pas même pu être conçues.

3Bien que l’on ait été très tôt conscient de cette nécessité, les Affaires étrangères ne chargent un commis de l’étude du droit public allemand qu’en 1723. Après un rappel des attributions de ces prédécesseurs, on étudiera les circonstances qui conduisent au recrutement de Johann Konrad Pfeffel, juriste badois et premier « jurisconsulte pour le droit public allemand ». On essaiera ainsi de comprendre les raisons de l’intérêt croissant pour le système (Gefüge) impérial.

  • 3 Sur la vie et l’œuvre de Théodore Godefroy, Nicole Jordan, Théodore Godefroy. Historiographe de Fr (...)
  • 4 Sur ce sujet, Klaus Malettke, « Comment le Saint-Empire romain germanique était-il perçu en France (...)

4En fait, dès les congrès de Westphalie, les Affaires étrangères ont recouru aux services d’un spécialiste de droit impérial. Celui-ci accompagne la délégation française en 1644 et conseille d’Avaux et Servien quand les négociations abordent des questions de droit. Cette mission revient au juriste et historiographe du Roi, Théodore Godefroy (1580-1649), qui avait déjà eu en charge les affaires impériales sous Richelieu3. Godefroy a rédigé dès 1624 une Description sommaire de l’Empire d’Allemagne, somme de ses connaissances impériales. Cet ouvrage, constamment copié et actualisé, sert de références aux commis des Affaires étrangères4.

  • 5 Camille Piccioni, Les Premiers commis des Affaires étrangères au xviie et au xviiie siècles (d’apr (...)
  • 6 Camille-Georges Picavet, « Les Commis... », S. 105, 112, 114.
  • 7 André Gros, « Origines et traditions de la fonction de jurisconsulte du département des Affaires é (...)

5À la mort de Godefroy en 1649, sa charge reste vacante malgré le besoin criant d’un spécialiste. Les ministres de Louis XIV préfèrent désormais s’en remettre aux Premiers commis5, Loménie de Brienne à Mousseau du Fresne, Pomponne à Tourmont et Colbert de Croissy très probablement à Mignon6, tandis que Lionne pense avoir personnellement acquis suffisamment d’expérience dans les affaires impériales. Quand une question excède les limites du savoir des premiers commis, alors on recourt à des experts étrangers au ministère. Il semble que dans les trois décennies qui suivent les traités de Westphalie, on ait commandé des rapports, entre autres, aux Valdner et aux Spon. C’est du moins l’opinion d’André Gros qui n’indique cependant ni les raisons du choix ni l’identité de ces conseillers7.

  • 8 Les services rendus par Friedrich Ulrich Obrecht comme préteur royal de la ville de Strasbourg ont (...)
  • 9 Georges Livet, « Une institution peu connue... », p. 436.
  • 10 Sur cette question : Klaus Malettke, « Altes Reich und Reichsverfassung in franzosischen Traktaten (...)
  • 11 Lucien Bély, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, 1990, p. 263. Voir également Jo (...)
  • 12 Anna Sinkoli, Frankreich, das Reich und die Reichsstände 1697-1702, Francfort-sur-le-Main / Berlin (...)

6Cependant, quand Strasbourg devient française en 1681, les Affaires étrangères se tournent vers des juristes de l’université : germanophones, rompus au droit germanique, empressés de satisfaire les volontés du nouveau maître, ils font parfaitement l’affaire. Le plus célèbre d’entre eux est le professeur de droit et préteur royal de Strasbourg, Friedrich Ulrich Obrecht (1646-1701)8. Obrecht contribue largement à façonner l’image que l’on se fait du Saint-Empire à la cour de Versailles9. Malgré une bonne information10, l’administration française doit constamment affiner ses connaissances au fil des négociations. Obrecht est dépêché à la Diète pour en rapporter les débats, rédige des mémoires sur les questions monétaires et militaires, accomplit des missions diplomatiques pour le compte de la France de 1697 à 1700 et publie des pamphlets pro-français à destination du public allemand11. Il semble que ses avis aient eu un certain poids : la décision de Torcy d’envoyer des observateurs français aux réunions des cercles semble avoir été inspirée par un mémoire rédigé par Obrecht12.

  • 13 Sur Angervilliers : Michel Prévost, « Jean-Charles Roman D’amat », Dictionnaire de biographie fran (...)
  • 14 « Lorsque j’étois à Ratisbone pour y continuer l’estude du droit public d’Allemagne, que j’avois a (...)
  • 15 Sur Jean-Baptiste Klinglin et sa famille, Ingeborg Streitberger, Der königliche Prätor von Strassb (...)
  • 16 En dehors de Boeder et de Klinglin, le ministère sollicite également Pfeffel (Angervilliers à Dubo (...)

7Pendant la Régence de Philippe d’Orléans (1715-1723), on continue de rechercher l’avis des juristes strasbourgeois. Pourtant, à quelques exceptions près, le ministère ne s’adresse pas directement aux spécialistes. Il commande plutôt des mémoires à l’intendant d’Alsace, Nicolas-Prosper Bauyn d’Angervilliers13. C’est l’intendant qui choisit ensuite l’expert, lui soumet la question et envoie lui-même le mémoire à Paris, si bien que l’auteur du mémoire n’identifie pas toujours clairement le commanditaire du rapport, même si après 1718, pendant le ministère Dubois, un contact plus direct tend à être établi. La plupart des mémoires qui concernent les affaires de l’Empire sont sans doute rédigés par Boeder, élève et secrétaire d’Obrecht14, et par Jean-Baptiste Klinglin (mort en 1725)15, qui a succédé à Obrecht en 1707 comme préteur royal de Strasbourg16.

  • 17 « Monseigneur. Par la lettre que ie me suis donné l’honneur de vous escrire le 22e du mois passé, (...)

8Le besoin d’avis se faisant de plus en plus fréquent, le recrutement d’un commis est décidé en 1715/1716 : à l’initiative du secrétaire d’État d’Huxelles, Angervilliers demande à Klinglin de lui trouver un sujet capable. Un premier candidat, Hertenstein, est écarté17. En février 1716, Klinglin propose finalement la candidature de Johann Konrad Pfeffel.

  • 18 Toutes les indications bibliographiques sont extraites de la notice que Pfeffel a lui-même rédigée (...)
  • 19 « Mais je n’avois plus envie de me retourner en ma patrie, principalement à une cour, où l’intégri (...)

9Pfeffel est né 1684 à Muridinger dans le margraviat de Hachberg (margraviat de Bade-Durlach). Il est l’aîné de quatre fils18. Son père, pasteur de son état, l’envoie à neuf ans à l’école à Strasbourg. En 1699, il commence des études de philosophie et d’histoire auprès de Hofmann à Bâle, mais revient un an plus tard étudier la philosophie, la géographie, le droit public et privé à Strasbourg. Il achève ses études à l’âge de 24 ans avec trois thèses, respectivement en philologie grecque, en histoire de l’Église et en droit naturel, civil, public, privé, féodal et canonique. Il quitte alors Strasbourg en qualité de secrétaire de l’envoyé du margrave de Bade-Durlach à Vienne. Au rappel de son maître, Pfeffel passe au service du Baron Lyrcher, conseiller aulique, afin de parfaire sa formation. Lyrcher le congédie deux ans plus tard, mais lui procure un emploi auprès du Baron von Löffelholz, en compagnie duquel il visite les principales cours allemandes, l’Angleterre et les Pays-Bas, où il est fait prisonnier et emprisonné à Valenciennes. Libéré sur l’intervention du prince Eugène, il retourne à Vienne et devient secrétaire du chevalier von Hagenau, envoyé de la ville de Nuremberg et conseiller aulique. Non seulement il se familiarise avec les institutions impériales, mais encore il fait la connaissance des principaux décideurs autrichiens, Sinzendorf, Schwarzenberg ou Windischgräz. À la fin de la guerre de Succession d’Espagne, il accepte de devenir précepteur et tuteur du Baron d’Andlau et saisit ainsi l’occasion qui lui est faite de revenir dans la ville qu’il considère désormais comme sa patrie. Cependant, quinze mois plus tard, lui parviennent deux offres de service : l’une, du margrave de Bade-Durlach, qui lui propose de devenir le précepteur du prince héritier et l’autre, de Klinglin qui lui propose d’entrer au service du roi de France. Peu enclin à revenir dans son pays natal et à entrer au service d’une cour « d’où l’intégrité (lui semble) bannie »19, il accepte finalement l’offre du préteur royal.

  • 20 « Je me suis enquis d’un autre suiet, et crois l’avoir heureusement rencontré. C’est Monsieur Pfef (...)
  • 21 AAE, M.D. Alsace 37f.249r-249v.
  • 22 « J’ay eu l’honneur, Monseigneur, de vous parler d’un homme de lettres à Vienne qui demandoit avec (...)
  • 23 AAE, M.D. Alsace 37, f.249v-250r.

10Comme l’écrit le préteur Klinglin à Angervilliers, Pfeffel est l’homme de la situation. Il loue son habilité, sa connaissances théorique et pratique du droit impérial, ainsi que la souplesse de son caractère, son zèle et son ardeur au travail. Il recommande enfin qu’on se hâte de l’employer car Pfeffel a reçu d’autres propositions20. Du fait de la lenteur proverbiale de d’Huxelles, Pfeffel est malgré tout contraint de se chercher un autre emploi à Vienne, après qu’il a confié son protégé, le baron d’Andlau, à des personnes de confiance à Prague21 En mai 1717, Pfeffel propose lui-même ses services au ministère français, mais sans succès22. Au printemps 1718, Pfeffel est à nouveau recommandé par Klinglin et ses services sont acceptés pour la charge de jurisconsulte pour le droit impérial. Au moment de partir pour Paris, d’Huxelles est remplacé par Dubois, Pfeffel demeure à Strasbourg où l’intendant d’Angervilliers lui procure un emploi au sein du Magistrat de la ville et lui commande de loin en loin des mémoires sur des questions de droit germanique23.

  • 24 « Monseigneur, sur ce que Votre Éminence m’a fait l’honneur de demander, si je pourrais luy trouve (...)

11Au début de 1722, Dubois songe de nouveau à employer un jurisconsulte pour le droit d’Empire et Pfeffel est de nouveau pressenti. Dubois interroge d’abord Angervilliers qui lui propose deux candidats : l’Abbé Garnier de Colmar, mais déjà vieux et peu enclin à quitter sa ville et Pfeffel, de nouveau sans emploi. Agé de trente-six ans, il est réputé parfaitement connaître le droit et les affaires d’Empire et possède également une expérience de la négociation. Son français est médiocre mais perfectible. Il est certes allemand et luthérien, mais il n’est pas de meilleur candidat parmi les Français24.

  • 25 Dubois à Groffey, ibid., 27 novembre 1722, AAE, C.P. Allemagne or.-1870 368,f.114r-114v.
  • 26 La réponse d’Angervilliers est conservée sous la cote AAE, C.P. Autriche 140, f. 390r-393r, Angerv (...)
  • 27 La réponse de Dubois ne nous est pas connue, mais la lettre d’Angervilliers contient des indicatio (...)
  • 28 . « Je renvoie à Vostre Éminence le traité sur le droit public de l’Empire qu'elle m’avoit confié. (...)

12Après dix mois de tergiversations, Dubois interroge l’envoyé français auprès de la Diète d’Empire (Reichstag), Philippe Bernard Groffey : « Si vous connoissiez quelque sujet qui entendit bien l’allemand et le françois et qui fût parfaitement instruit des affaires d’Allemagne, et qui fût d’un caractère à pouvoir compter sur sa fidélité, et que je pût placer dans mes bureaux des Affaires étrangères, vous me feriez plaisir de m’en faire le détail, et de me mander à quelles conditions il pourrait être très content... »25. Les motivations de Dubois ne sont pas connues, il n’est même pas certain qu’il ait été au courant des démarches engagées par d’Huxelles en 1716. Les mémoires des experts extérieurs ont-ils déplu ? Le 10 juillet 1722, Dubois a commandé à Angervilliers un mémoire sur les fiefs impériaux26. Contrairement aux usages, trois mémoires sont effectivement rédigés27. En effet, quelques jours avant la lettre à Angervilliers, le ministère a demandé un avis sur un autre mémoire traitant de la constitution impériale. L’abbé Jean-Baptiste Du Bos fait alors parvenir ses doutes sur la compétence de l’auteur28. Il semble que Dubois ait attaché une plus grande importance au fait de disposer d’informations exactes sur le Saint-Empire, mais qu’en même temps, il se soit méfié des habituels conseillers, d’où la décision d’employer un spécialiste.

  • 29 Groffey à Dubois, Ratisbonne, 23 décembre 1722, AAE, C.P. Allemagne or.-1870 368, f.135r.
  • 30 Groffey à Dubois, Ratisbonne, 27 janvier 1723, AAE, C.P. Allemagne or.-1870 368, f.152v.
  • 31 Groffey à Dubois, Ratisbonne, 19 mai 1723, AAE, C.P. Allemagne or.-1870 368, f.217v.
  • 32 « Pour achever de me donner l’idée que je souhaite avoir du sieur Malherbe que vous m’avés proposé (...)
  • 33 A. Salomon, « Les Alsaciens employés au ministère des Affaires étrangères à Versailles au xviie et(...)

13Groffey ne parvient pas à trouver un candidat acceptable. L’un ne parle pas français29, l’autre n’entend rien à la constitution impériale30 et le troisième est un âne qui parle cinq langues31. Pour Dubois, les connaissances juridiques l’emportent sur les connaissances linguistiques32. Pfeffel reçoit finalement le poste sur la recommandation de Schöpflin33. Cependant le mérite de la création de la charge de jurisconsulte du roi pour le droit germanique ne revient finalement pas à la régence et au cardinal ministre qui meurt avant que Pfeffel ne commence à travailler.

  • 34 Description de son activité par ; Jean-Pierre Samoyault, Les Bureaux..., p. 142.
  • 35 Ludwig Bergstrasser, Christian Friedrich Pfeffels politische Tätigkeit in Regensburg und München 1 (...)
  • 36 Johann Konrad a obtenu, juste après la naissance de son fils le 3 octobre 1726, la survivance de s (...)
  • 37 Winfried Dotzauer, « Macht – Politik – Diplomatie. Gedanken über die Neudimensionierung der Verstä (...)

14Pfeffel demeure à Versailles jusqu’en 172734 et s’installe ensuite à Colmar où le ministère lui a procuré une charge municipale (Stettmeister)35. Son activité dans cette fonction ne nous est pas connue, il ne continue pas moins à envoyer au ministère des mémoires sur le Saint-Empire. Johann Konrad Pfeffel meurt le 14 mars 1738 à Colmar. Même s’il n’a pas eu l’importance et l’influence de son fils Christian Friedrich36, il n’a pas moins contribué de près à l’élaboration de la politique française en Empire. La création de la charge de « jurisconsulte du roi pour le droit germanique » n’est pas seulement l’expression d’un intérêt croissant de la France pour le Saint-Empire et de la conviction qu’il n’est pas de politique en Allemagne sans une bonne connaissance du droit et des institutions, mais surtout le signe d’une professionnalisation accrue de la diplomatie française dans la première moitié du xviiie siècle37.

Notes

1 Jörg Ulbert, « Die Angst vor einer habsburgischen Hegemonie im Reich als Leitmotiv der französischen Deutschlandpolitik unter der Regentschaft Philipps von Orléans (1715-(1715-1723)», Deutschlandbilder – Frankreichbilder 1700-1850. Rezeption und Abgrenzung zweier Kulturen, Thomas Höpel dir., Leipzig, 2001, p. 57-74.

2 Anton Schindung, « Kaiser, Reich und Reichsverfassung 1648-1806. Das neue Bild vom Alten Reich », Altes Reich. Frankreich und Europa. Politische, philosophische und historische Aspekte des französischen Deutschlandbildes im 17. und 18. Jahrhundert. Olaf Asbach, Klaus Malettke et Sven Externbrink dir., Berlin, 2001, p. 34, p. 37.

3 Sur la vie et l’œuvre de Théodore Godefroy, Nicole Jordan, Théodore Godefroy. Historiographe de France (1580-1649), Diss. masch. École des Chartes, Paris, 1949 ; Nicole Jordan, « Théodore Godefroy, historiographe de France (1580-1649) », Positions des thèses soutenues par les élèves de la promotion de 1949 pour obtenir le diplôme d’Archiviste paléographe, Paris, 1949, p. 91-95 ; Klaus Malettke, Frankreich, Deutschland und Europa im 17. und 18. Jahrhundert. Beitrage zum Einfluβ französischer politischer Theorie, Verfassung und Auβrenpolitik in der Frühen Neuzeit, Marbourg, 1994, p. 191-219.

4 Sur ce sujet, Klaus Malettke, « Comment le Saint-Empire romain germanique était-il perçu en France vers 1630. La Description sommaire de l'Empire d’Allemagne de Théodore Godefroy », Etat, Marine et Société. Hommage à Jean Meyer, Martine Acerra, Jean-Pierre Poussou, Michel Vergé-Franceschi et André Zysberg dir., Paris, 1995, p. 309-322 ; Klaus Malettke, Frankreich, Deutschland und Europa..., p. 208-219.

5 Camille Piccioni, Les Premiers commis des Affaires étrangères au xviie et au xviiie siècles (d’après les recherches de Louis Delavaud, complétées et continuées par l’auteur), Paris, 1928 ; Camille-Georges Picavet, La Diplomatie française au temps de Louis XIV (1661-1715). Institutions, mœurs et coutumes, Paris, 1930 ; Camille-Georges Picavet, « Les Commis des Affaires étrangères au temps de Louis XIV (1661-1715) », Revue d’histoire moderne, 1, 1946, p. 103-120.

6 Camille-Georges Picavet, « Les Commis... », S. 105, 112, 114.

7 André Gros, « Origines et traditions de la fonction de jurisconsulte du département des Affaires étrangères », Mélanges offerts à Monsieur le Doyen Louis Trotabas, Paris, 1970, p. 187-195, p. 187. Sur Spon, notice biographique, peut-être rédigée par lui-même : AAE, M.D. Alsace 37, Fol. 405r-408r.

8 Les services rendus par Friedrich Ulrich Obrecht comme préteur royal de la ville de Strasbourg ont la faveur des historiens. Voir Albert Metzenthin, Ulrich Obrecht und die Anfänge der franzosischen Prätur in Straβburg (1684-1701), Diss. Straβburg, 1914 ; Ingeborg Streitberger, Der konigliche Prator von Straβburg, 1685-1789. Freie Stadt im absoluten Staat, Wiesbaden, 1961, p. 33-39, p. 67-70, p. 90-96 ; Georges Livet, « Une institution peu connue de la monarchie absolue. Le préteur royal de Strasbourg Frédéric Ulrich Obrecht (1646-1701), professeur d’Université, administrateur, historien, diplomate », Sociétés et Idéologies des Temps modernes. Hommage à Arlette Jouanna, Joël Fouilleron, Guy Le Thiec et Henri Michel dir., Montpellier, 1996, II, p. 419-446.

9 Georges Livet, « Une institution peu connue... », p. 436.

10 Sur cette question : Klaus Malettke, « Altes Reich und Reichsverfassung in franzosischen Traktaten des 17. Jahrhunderts », Deutschland und Frankreich in der frühen Neuzeit. Festschrift für Hermann Weber zum 65. Geburtstag, Heinz Duchhardt et Eberhard Schmitt dir., Munich, 1987, p. 221-258 ; Klaus Malettke, « Das Heilige Römische Reich und seine Verfassung in der Sicht franzosischer Juristen und Historiker des 17. Jahrhunderts », Blätter für die deutsche Landesgeschichte, 124, 1988, p. 455-476 ; repris dans : Klaus Malettke, Frankreich, Deutschland und Europa..., p. 169-190.

11 Lucien Bély, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, 1990, p. 263. Voir également Joseph Klaits, Printed Propaganda under Louis XIV. Absolute Monarchy and Public Opinion, Princeton, 1976.

12 Anna Sinkoli, Frankreich, das Reich und die Reichsstände 1697-1702, Francfort-sur-le-Main / Berlin, Berne, 1995, p. 22-23.

13 Sur Angervilliers : Michel Prévost, « Jean-Charles Roman D’amat », Dictionnaire de biographie française, Henri Tribout de Morembert dir., Paris, 1936, II, col. 1113-1117.

14 « Lorsque j’étois à Ratisbone pour y continuer l’estude du droit public d’Allemagne, que j’avois appris sous les auspices de feu Monsieur Obrecht, auprès duquel j ay fait la fonction de secrétaire pendant tout le temps qu’il estoit envoyé de Sa Majesté... » Boeder à Angervilliers, Strasbourg, 22 mai 1716, AAE, C.P. Allemagne or.-1870 354, f. 271v.

15 Sur Jean-Baptiste Klinglin et sa famille, Ingeborg Streitberger, Der königliche Prätor von Strassburg..., p. 68-72, p. 112-114, p. 141-148 ; Michel Prévost, Dictionnaire..., XVIII, col. 1204-1205 ; Hubert D’andlauHombourg, « Marie-Anne de Klinglin baronne d’Andlau. Maréchale de France, comtesse du Bourg (1685-1734) », Saisons d’Alsace, N.F. 31/97, 1987, p. 71-75.

16 En dehors de Boeder et de Klinglin, le ministère sollicite également Pfeffel (Angervilliers à Dubois, Strasbourg, 25 août 1722, AAE, C.P. Autriche 140, f. 390r), Garnier (Angervilliers à Dubois, Strasbourg, 25 août 1722, AAE, C.P. Autriche 140, fl. 391r), Waldner (Dubois à du Bourg, Meudon, 7 août 1723, AAE, C.P. Autriche 143, f. 245v, 250r) et Jean-Baptiste du Bos (du Bos à Dubois, Paris, 17 juillet 1722, AAE, C.P. Autriche 140, f. 275r). Sur des questions spécifiquement alsaciennes, Angervilliers se chargent parfois de la réponse (Angervilliers à Dubois, Strasbourg, 25 août 1722, AAE, C.P. Autriche 140, f. 391v).

17 « Monseigneur. Par la lettre que ie me suis donné l’honneur de vous escrire le 22e du mois passé, j’ay eus celuy de vous mander que ie croyois vous avoir trouvé, sans pourtant oser encore l’asseurer, en Monsieur Hertenstein un suiet tel que vous souhaitiés, versé dans le droit public d’Allemagne, étayant avec cela de l’esprit et de l’intelligence. Je vous suppliois, Monseigneur, par la mesme lettre de me permettre d’avoir encore avec luy quelques conversations, et de m’informer plus à fond de ses qualités, puis de ceux qui le connoissent particulièrement de longue main, avant que de nous dire au vray ce que vous pourriés vous en promettre. Je l’ay fais, Monseigneur, et trouvé que d’autres occupations, comme les mathématiques, auxquelles il s’est fort appliqué depuis un temps et le droit naturel et des gents, ensemble le féodal qu’il a enseigné pendant plusieurs années dans l’académie royale de Prusse à Berlin en qualité de professeur, luy avoient fait un peu négliger ledit droit public, ce dont il a esté obligé de convenir luy-mesme, que pour s’y remettre il luy faudrait quelque temps, de sorte que doubtant avec raison qu’il pust vous donner la satisfaction que vous en attandriés. Ce qui a esté confirmé par d’autres qui sont en estroite liaison avec luy », Klinglin à Angervilliers, Strasbourg, 2 février 1716, AAE, C.P. Autriche 118, f.64r-64v.

18 Toutes les indications bibliographiques sont extraites de la notice que Pfeffel a lui-même rédigée en janvier 1722 : AAE, M.D. Alsace 37, f.246r-250r-Version latine : AAE, M.D. Alsace 37, f.240r-245r.

19 « Mais je n’avois plus envie de me retourner en ma patrie, principalement à une cour, où l’intégrité me sembloit être banni », AAE, M.D. Alsace 37, f.249r.

20 « Je me suis enquis d’un autre suiet, et crois l’avoir heureusement rencontré. C’est Monsieur Pfeffel, natif de Mundingen, du marquisat de Hochberg, dépendant comme vous sçavés du margrave ou prince de Durlach, fils d’un ministre, âgé de trente un ou trente deux ans, très habile, comme tout le monde me l’asseura et que ie l’ay reconnus [sic] moy-mesme, dans la science dudit droit public, non seulement, mais qui s’est mesme acquis de la pratique beaucoup [sic] dans ces matières, ayant esté pendant un an secrétaire de Monsieur le baron de Lyncker, l’un des plus estimés conseillers du conseil aulique de l’empereur à Vienne, et trois près de Monsieur Hochmann, homme d’une grande réputation et chargé de toutes les affaires des Estats de l’Empire à la cour impériale. Il est le plus bon latiniste, est d’un esprit doux et aimant le travail. En un mot, Monseigneur, l’on veut que ce soit un suiet des plus qualifiés, et qui ne cèdera qu’à peu de gens pour la litérature et autres belles parties. Il parle du reste le françois passablement, et ie suis persuadé, ou ie me tromperois fort, que vous en seriés content. J’attendray l’honneur de vos ordres, Monseigneur, sur lesdits deux suiets, pour avoir celuy de les exécuter. Je doibs vous aiouster que ledit sieur Pfeffel, qui est actuellement gouverneur de Monsieur le baron de Andlern, ne demeurera plus icy, suivant toutes les apparances, qu’un mois ou environ, après lequel temps il pourroit bien, s’il ne trouve pas d’autre condition meilleure, passer à la cour de Durlach, où il est appellé pour estre sous-gouverneur du prince héréditaire et conseiller du marquis de Durlach. De sorte que ie crois qu’il seroit nécessaire que vous eussiés la bonté, Monseigneur, de vous expliquer sur son suiet dans ledit temps à peu près. Je ne luy ay pas parlé de vous, mais seulement d’une bonne occasion que ie croyois qui se présentoit pour luy à Paris »,Klinglin à Angervilliers, Strasbourg, 2 février 1716, AAE, C.P. Autriche 118, f.64v-65v.

21 AAE, M.D. Alsace 37f.249r-249v.

22 « J’ay eu l’honneur, Monseigneur, de vous parler d’un homme de lettres à Vienne qui demandoit avec instance d’entrer dans la magistrature de Strasbourg, et de se donner au roy. Vous m’avés demandé un mémoire que vous puissiés envoyer à Vienne pour vous informer du caractère de ce particulier. Je joins icy ce mémoire. [...] [Es folgt das besagte Memorandum :] Le sieur Pfeffel, né dans les États du margrave de Bade Durlack, a été longtems auprez du prince héréditaire de ce nom pour l’instruire. Il est très versé dans le droit public d’Allemagne. Il est actuellement, ou a été attaché à un conseiller aulique que l’on croit s’apeller Linck. », Angervilliers à Huxelles, Paris, 13 mai 1717, AAE, C.P. Autriche 124, f.246r-247.

23 AAE, M.D. Alsace 37, f.249v-250r.

24 « Monseigneur, sur ce que Votre Éminence m’a fait l’honneur de demander, si je pourrais luy trouver un homme assés instruit de la langue allemande et des usages de l’Empire pour travailler dans les bureaux, j’ay pris la liberté de vous parler de deux sujets, dont l’un, appellé l’abbé Garnier, est conseiller clerc au conseil de Colmar et l’autre se trouve icy sans employ. [...] L’abbé Garnier est attaché à son père qui est fort vieux et il m’a paru qu’il ne pouvoit se résoudre à s’en éloigner. Ainsi je crois qu’il ne faut plus penser à luy. L’autre, appellé Pfeffel, est un homme de trente six ans, d’une figure assés revenante qui cependant perd un peu par une timidité naturelle aux Allemands. Il sait parfaitement le droit public. Il a travaillé chés des principaux conseillers auliques, a été en plusieurs cours où il s’est meslé d’affaires. Enfin il avoit été destiné à servir en qualité de secrétaire chés M. le maréchal d’Huxelles. Le sieur Pfeffel parle et écrit passablement en françois – il a quelquefois dans la conversation de la peine à trouver certains mots-, mais je ne doute pas que s’il est emploié à Paris, il ne se perfectionne bientôt dans cette langue. C’est M. Klinglin, préteur roial de Strasbourg, qui l’avoit choisi pour M. le maréchal d’Huxelles. Lorsque le conseil des Affaires étrangères fut suprimé, le préteur me marqua l’embarras où il étoit de ce que deviendroit le sieur Pfeffel qui cependant n’étoit pas encore en chemin. Comme il m’en dit beaucoup de bien, je l’encourageay à le laisser venir dans la vue de luy procurer quelqu’employ dans le magistrat de Strasbourg. Il est icy depuis deux ans, où il subsiste d'une pension de 600 livres que le magistrat luy fait donner en attendant qu’il vaque une place convenable. J’ay aussy de mon côté occupé le sieur Pfeffel à l’inventaire d’un grand volume de titres dont l’abbé Garnier est chargé en chef par un arrêt du conseil. Je l’ay aussi fait travailler extraordinairement sur plusieurs questions du droit public de l’Empire et il m’a toujours parfaitement satisfait. Il a contre luy la religion et le pais dont il est originaire. Il paroit jusqu’icy fort attaché au luthéranisme dans lequel il est né, étant fils d’un ministre. D’ailleurs il est sujet du margrave de Durlak. Il semble qu’il y a toujours quelque chose à craindre de la fidélité d’un étranger qui suit une communion différente de la nôtre. Mais je ne m’éloigne pas de croire que si le sieur Pfeffel va à Paris, il se soumettra à recevoir des instructions sur la religion. Il m’en a mesme donné quelqu’espérance. Quant à la qualité d’étranger, c’est une chose, ce me semble assés ordinaire dans tous les pais, d’en trouver qui servent fidèlement les maîtres qu’ils se sont donnés. Je ne vois pas d’ailleurs qu’il fut possible de trouver en Alsace ny dans le reste du royaume une personne qui ait les connoissances nécessaires pour l’usage que Votre Eminence en veut faire. Je ne sais mesme si l’on pourrait s’abbandonner davantage à la foy d’un Alsacien. Ce qu’il y a de commode dans le sieur Pfeffel, c’est qu’on peut l’éprouver et si l’on n’en est pas content, le renvoier icy, sans qu’il puisse dire qu’on luy ait rien fait perdre », Angervilliers à Dubois, Strasbourg, 17 janvier 1722, AAE, M.D. Alsace 37, f.236r-238v.

25 Dubois à Groffey, ibid., 27 novembre 1722, AAE, C.P. Allemagne or.-1870 368,f.114r-114v.

26 La réponse d’Angervilliers est conservée sous la cote AAE, C.P. Autriche 140, f. 390r-393r, Angervilliers à Dubois, Strasbourg, 25 août 1722.

27 La réponse de Dubois ne nous est pas connue, mais la lettre d’Angervilliers contient des indications : « Vostre Éminence m’a fait l’honneur par une lettre du 10 juillet de me demander des mémoires sur des matières importantes. Elle trouvera dans ce pacquet ceux que j’ay été chargé de faire faire par Monsieur Klinglin et par le sieur Pfeffel concernant la différence de l’exercice des droits de l’empereur et de l’Empire, sur les fiefs d’Allemagne et sur ceux situés en Italie. [...] Je n’ay pas cru, Monseigneur, devoir faire travailler M. l’abé [sic] Garnier qui étoit aussi nommé dans la lettre de Votre Éminence, parce que je say qu’il est plus fort sur les affaires de judicature que sur la partie du droit public dont il s’agit », Angervilliers an Dubois, Strasbourg, 25. August 1722, AAE, C.P. Autriche 140, P390r-391r.

28 . « Je renvoie à Vostre Éminence le traité sur le droit public de l’Empire qu'elle m’avoit confié. Son auteur étudie la matière qu’il traite dans des livres assez bons, mais il ne me paroist point qu’il se soit servi de ceux qui ont le plus de réputation en Allemagne. Il se contente encore de citer le jurisconsulte où il pouroit citer les loix. D’ailleurs il ne fait point assez de mention des contredits, comme lorsqu’après avoir raporté ce que des jurisconsultes presque touts Italiens avancent en faveur des princes de leur pays, il ne fait point mention des jurisconsultes qui sont d’un sentiment oposé, ni mesme des maximes qui résultent de la conduitte des empereurs à l’égard des princes d’Italie, maximes qui sont bien d’une autre autorité que l’opinion d’un docteur», Du Bos à Dubois, Paris, 17 juillet 1722, AAE, C.P. Autriche 140, f.275r.

29 Groffey à Dubois, Ratisbonne, 23 décembre 1722, AAE, C.P. Allemagne or.-1870 368, f.135r.

30 Groffey à Dubois, Ratisbonne, 27 janvier 1723, AAE, C.P. Allemagne or.-1870 368, f.152v.

31 Groffey à Dubois, Ratisbonne, 19 mai 1723, AAE, C.P. Allemagne or.-1870 368, f.217v.

32 « Pour achever de me donner l’idée que je souhaite avoir du sieur Malherbe que vous m’avés proposé, ce n’est pas assés de m’avoir marqué qu’il sçait plusieurs langues, car je fais peu de cas de ce talent, et j’aimerois mieux qu’il ne sçût que la langue allemande et la françoise, pourvu qu’en même tems il fût assés instruit des affaires d’Allemagne pour pouvoir faire des mémoires sur les affaires courantes, quand il y en aurait occasion. [...] Et marqués moi si vous trouvés par sa conversation qu’il ait une connoissance raisonnable des affaires courantes de l’Empire pour estre en état de faire les études et le travail qu’on pourrait lui demander dans toutes les affaires de cette espèce », Dubois à Groffey, Versailles, 9 avril 1723, AAE, C.P. Allemagne or.-1870 368, f.179v-180r.

33 A. Salomon, « Les Alsaciens employés au ministère des Affaires étrangères à Versailles au xviie et xviiie siècles », Revue d'Histoire diplomatique, 45, 1931, p. 449-472, p. 452. Sur Pfeffel et la charge de jurisconsulte du roi pour le droit germanique, Jean-Pierre Samoyault, Les Bureaux du secrétariat d’Etat des Affaires étrangères sous Louis XV. Administration, personnel, Paris 1971, p. 141-147, p. 193, 302-303 ; Jean Reussner, « Un diplomate strasbourgeois et Jurisconsulte du Roi au Siècle des Lumières. François-Henri Hennenberg (1716-1796) », Annuaire de la Société des amis du Vieux-Strasbourg, 21, 1991, p. 63-88.

34 Description de son activité par ; Jean-Pierre Samoyault, Les Bureaux..., p. 142.

35 Ludwig Bergstrasser, Christian Friedrich Pfeffels politische Tätigkeit in Regensburg und München 1758-1768, Diss. Heidelberg, 1906, p. 4.

36 Johann Konrad a obtenu, juste après la naissance de son fils le 3 octobre 1726, la survivance de sa charge de jurisconsulte du roi pour le droit germanique (Ludwig Bergstrasser, Christian Friedrich..., p. 4). Sur Christian Friedrich, Ernst Baumann, Strassburg, Basel und Zürich in ihren geistigen und kulturellen Beziehungen im ausgehenden 18. Jahrhundert. Beiträge und Briefe aus dem Freundeskreise der Lavater, Pfeffel, Sarasin und Schweighäuser (1770-1810), Diss. Bâle / Gelnhausen, 1937 ; Ludwig Bergstrasser, Christian Friedrich Pfeffels politische Tätigkeit im franzosischen Dienst 1758-1784, Heidelberg, 1906. La première partir de cet ouvrage reprend la dissertation de Ludwig Bergstrasser déjà citée, Christian Friedrich Pfeffels politische Tätigkeit in Regensburg und München...

37 Winfried Dotzauer, « Macht – Politik – Diplomatie. Gedanken über die Neudimensionierung der Verständniskategorien der französischen Deutschland-Diplomaten nach 1648 unter besonderer Berücksichtigung des Rheingebiets », Deutschland und Frankreich in der frühen..., p. 331-359, p. 338-339.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search