Version classiqueVersion mobile

L’espace du Saint-Empire

 | 
Christine Lebeau

Troisième partie. Pratiques d’espace en empire

Entre famille et politique Fonction et fonctionnement des réseaux relationnels des princesses allemandes au xvie siècle

Katrin Keller
Traduction de Christine Lebeau

Texte intégral

  • 1 Helmut Neuhaus, Das Reich in der Frühen Neuzeit, Munich, 1997, p. 3, p. 54.
  • 2 Karl Othmar von Aretin, Das Alte Reich 1648-1806, Stuttgart, 3 tomes, 1993, 1998 ; Georg Schmidt, G (...)

1Les institutions du Saint-Empire mais aussi les conceptions politiques et historiques qui s’y attachent ont particulièrement retenu l’attention des historiens ces dernières années. Notre connaissance des fonctions et des structures impériales a été précisée, des problématiques anciennes, dominées par le modèle de l’État national du xixe siècle et donc défavorables au Saint-Empire, ont été révisées. Les historiens ont commencé à apercevoir les potentialités des structures impériales, cadre d’une Europe multi-confessionnelle, et l’importance du cadre juridique créé par la paix d’Augsbourg et les traités de Westphalie. Certes, le Saint-Empire porte encore à la fin du xviiie siècle la marque de ses origines médiévales et les contemporains sont alors convaincus de son obsolescence1. Cependant, cette interprétation ne vaut pas pour l’ensemble de la période moderne, comme le montre la recherche récente et notamment les synthèses de Karl Othmar von Aretin, de Georg Schmidt et d’Helmut Neuhaus2.

  • 3 Maximilian Lanzinner, Friedenssicherung undpolitische Einheit des Reiches unter Kaiser Maximilian I (...)
  • 4 Voir également Georg Schmidt, Geschichte des Alten Reiches..., p. 113 et sq., p. 135.
  • 5 Ibid., p. 11 et sq., p. 120 et sq., p. 142 ; Helmut Neuhaus, Das Reich..., p. 3 et sq. à propos des (...)

2Dans le droit-fil des projets de rénovation du xve siècle, de la Réforme et des plans de monarchie universelle de Charles Quint, la paix de religion d’Augsbourg (1555) permet d’élaborer des formes d’évitement et de résolution des conflits propres à l’espace impérial qui montrent leur efficacité jusqu’à la fin du Saint-Empire3. Les règnes des empereurs Ferdinand Ier (1558-1564) et Maximilien II (1564-1576) revêtent une importance toute particulière. Les études de Maximilian Lanzinner et d’Albrecht P. Luttenberger4 ont montré comment un important réseau de contacts officieux informe l’action politique en Empire. Dans la deuxième moitié du xvie siècle, le Saint-Empire ou, du moins, de larges parties5 constituent pour les princes un véritable espace communicationnel, à l’intérieur duquel sont élaborés décisions et compromis.

  • 6 Helmut Neuhaus, Das Reich..., p. 66 et sq., p. 70 et sq. ; Michael North, Kommunikation, Handel, Ge (...)

3Pour établir et maintenir un contact entre les différents territoires impériaux, entre les chancelleries princières ou municipales et les dirigeants eux-mêmes, divers moyens existent, depuis le livre et les brochures jusqu’à la poste et à la presse en passant par les formes traditionnelles de la réunion des princes (diètes d’Empire, assemblées du collège des électeurs, des députations, des cercles), de l’ambassade et de la correspondance officielle ou privée. Toutes ces formes de l’échange ont été étudiées singulièrement mais n’ont pas donné lieu à une étude d’ensemble6. L’espace imparti à cette communication ne permettra même pas d’en indiquer seulement les prémices. Aussi nous efforcerons-nous plutôt d’enrichir notre connaissance de l’Empire comme espace communicationnel, dans lequel les hommes, princes, envoyés, courriers etc., mais aussi les femmes servent d’intermédiaire.

  • 7 Synthèse par Heide Wunder, « Herrschaft und öffentliches Handeln von Frauen in der Gesellschaft der (...)
  • 8 Ibid., p. 45-50 ; Gerhard Dilcher, « Die Ordnung der Ungleichheit. Haus, Stand und Geschlecht », Fr (...)
  • 9 Pour le Moyen-Age, Amalie Fössel, Die Königin im mittelalterlichen Reich. Herrschaftsausübung, Herr (...)
  • 10 Gerd Althoff, « Einleitung », Spielregel der Politik im Mittelalter. Kommunikation in Frieden und F (...)
  • 11 Wolfgang Reinhard, Freunde und Kreaturen. Verflechtung als Konzept zur Erforschung historischer Füh (...)

4En effet, il ne faut pas seulement considérer les courriers mais aussi les messagères, le plus souvent ignorées des historiens. Certes, les femmes étaient exclues des offices7, mais elles pouvaient être titulaire d’une dignité (Herrschafisträgerin), notamment dans la petite et la moyenne noblesse et, à ce titre, être revêtues d’un pouvoir qui leur donnait accès à la sphère politique et communicative8. À l’intérieur d’une hiérarchie calquée sur le monde masculin, les femmes participent à des événements qui relèvent de la communication : elles accompagnent leurs époux – éventuellement leur père – aux diètes et aux diverses réunions princières, elles prennent part à des fêtes dynastiques supra-régionales auxquelles l’événement et la qualité des visiteurs confèrent une dimension politique9. Il leur est alors possible d’entrer en contact avec des femmes du même rang mais aussi avec des hommes, parents à divers degrés ou amis politiques de l’époux. Il n’est pas rare que ces rencontres soient prolongées par des correspondances plus ou moins longues, mais on peut également correspondre sans s’être rencontré. Dans ce dernier cas, l’envoi de lettres s’accompagne de cadeaux. Au moyen de ces échanges10, les femmes consolident des liaisons politiques ou forgent des contacts interpersonnels jusqu’à construire de véritables clientèles11. Parmi les cadeaux figurent des vêtements, des bijoux, des meubles, des objets de collection, mais aussi des denrées et des médecines, si bien que la communication manuscrite, les contacts personnels et les cadeaux contribuent à la diffusion d’innovations entre les différentes cours du Saint-Empire.

  • 12 Anette Völker-Rasor, Bilderpaare-Paarbilder. Die Ehe in Autobiographien des 16. Jh., Fribourg-en-Br (...)

5Les femmes nobles ne sortent pas pour autant de l’espace qui leur est imparti en tant que titulaire d’une dignité et mère de famille chrétienne. Parmi leurs attributions figurent l’entretien de bonnes relations avec le voisinage et la recherche de parrainages qui viennent compléter les réseaux masculins, ainsi que l’usage et la transmission de connaissances médicales et finalement la recherche d’alliances dans la parentèle12. Il s’agit là d’un aspect essentiel à la construction d’une solidarité impériale (Reichsverband).

  • 13 Pour le xviiie siècle, Walter Demel, « European nobility oder European nobilities ? Betrachtungen a (...)
  • 14 Margret Lemberg, Juliane Landgräfin zu Hessen (1587-1643). Eine Kasseler und Rotenburger Fürstin au (...)

6En effet, d’un point de vue constitutionnel, le Saint-Empire n’est pas seulement un système féodal fondé sur des liens d’homme à homme, mais aussi un système familial tissé par des alliances multiples. Certes, les maisons régnantes peuvent s’allier à l’extérieur de l’Empire. Les Habsbourg qui, pendant presque deux cents ans, recherchent l’alliance espagnole, constituent cependant une exception qui souligne leur position exceptionnelle en Empire. La plupart des maisons princières ou de haute noblesse privilégient l’alliance en Empire et même avec leurs voisins directs13. Dans ce contexte, les femmes, quand elles ne sont encore que des enfants, sont des pions sur l’échiquier dynastique. Cependant, comme mère et épouse, elles mènent leur propre politique, nouant de nouvelles alliances ou confortant des liens plus anciens14.

  • 15 Ingeborg Mengel, Elisabeth von Braunschweig-Lüneburg und Albert von Preussen. Ein Fürstenbriefwechs (...)
  • 16 Bibliographie dans ; Heide Wunder, Herrschaft..., p. 28 ; Jan Hirschbiegel et Wernzr Paravicini dir (...)

7Or, nous sommes beaucoup moins bien informée sur cette forme féminine de communication entre cours que sur les pratiques masculines d’alliances et d’échanges. L’histoire diplomatique, à l’instar d’autres champs historiques, ignore la marge de liberté et d’action dévolue aux femmes ou les qualifie de « gouvernement des femmes » (Weiberregiment). Cette lacune n’est pas due aux sources, comme le montrent les nombreuses éditions et études consacrées aux princesses du xvie siècle15. Cependant, depuis peu, la recherche historique allemande accorde davantage d’attention aux fonctions sociales, politiques et culturelles des princesses et des femmes de la noblesse : des perspectives nouvelles ont été dégagées, sans toutefois qu’une synthèse soit encore possible16. On s’efforcera ici de cerner la dimension féminine de la communication politique qui, à l’intérieur du Saint-Empire, anime le réseau d’échange entre les cours, les résidences et les territoires.

  • 17 Katrin Keller, « Kurfürstin Anna von Sachsen (1532-1585) : Von Möglichkeiten und Grenzen einer „Lan (...)

8Nous prendrons l’exemple d’Anne de Saxe (1532-1585), princesse danoise mariée en 1 548 avec le duc et futur électeur, Auguste de Saxe (1526-1586). En 1553, Auguste succède à son frère Maurice tombé sur le champ de bataille (1521-1553). La politique énergique et ambitieuse de Maurice lui a permis d’entrer dans le collège des électeurs et de devenir le chef des États protestants d’Allemagne. Grâce à sa naissance et à son mariage, la princesse Anne peut jouer un véritable rôle politique, à la différence des femmes de la noblesse de sa génération17. Durant trente-cinq années, elle assiste son époux et évite ainsi de se retrouver, au fil des hasards dynastiques, dans la position de régente ou de princesse douairière et, de fait, il est fréquent qu’une longue union donnent aux épouses issues de la noblesse de larges possibilités d’action.

  • 18 Katrin Keller, « Kurfürstin Anna von Sachsen... » ; Hans-Peter HASSE, Zensur theologischer Bücher i (...)

9Cette étude se fonde sur l’importante correspondance que la princesse a tenue pendant trente ans. Les archives de Dresde en conservent quasiment l’intégralité, soit près de 8 000 lettres écrites de la main de la princesse et autant de ses correspondants et correspondantes, tous parfaitement identifiables. 16000 lettres environ ont été rédigées entre 1554 et 1585 – aucune lettre datant des premières années de mariage d’Anne n’a pu être retrouvée. Dans la mesure où il n’existe ni inventaire détaillé ni description de cette correspondance, nous proposerons d’abord une brève analyse fondée sur un dépouillement rapide de l’ensemble et une lecture plus attentive de certains ensembles, ainsi qu’une présentation biographique de la princesse Anne18.

Le rôle de la princesse dans la parentèle impériale

  • 19 En 1478, Christine de Saxe (1461-1521) a épousé Jean de Danemark (1455-1513) ; en 1602, c’est au to (...)
  • 20 Jutta Bäumel, « Die Festlichkeiten zur Hochzeit Herzog Augusts von Sachsen mit Anna von Dänemark 15 (...)

10Le mariage d’Anne de Saxe est d’abord le résultat de calculs politiques aussi bien du côté paternel que dans la famille du futur époux. En même temps, cette union traduit les nouvelles orientations dynastiques issues de la Réforme. Au xvie siècle, les Wettin s’allient encore majoritairement aux Habsbourg, aux Wittelsbach et aux Hohenzollern du sud de l’Allemagne, puis ils commencent à rechercher l’alliance de la maison royale du Danemark, ce qui renforce leur parentèle dans le nord du Saint-Empire19. Après la victoire de la Réforme en Saxe Albertine en 1539 et l’acquisition de la dignité électorale en 1547, l’alliance danoise permet d’affirmer son rang et témoigne des ambitions albertines, tandis que le roi Christian III de Danemark (1503-1559) cherche à consolider sa position en Empire et dans le camp luthérien. En mars 1548, la promesse de mariage est signée et, en octobre 1548, le mariage du duc Auguste de Saxe et d’Anne de Danemark est célébré à Torgau. L’importance des festivités, les plus somptueuses du règne de l’électeur Maurice, manifeste la signification politique et dynastique de ce mariage20.

  • 21 Sur la signification politique de ces mariages, Linda L. Peck, Court Patronage and Corruption in Ea (...)
  • 22 Toutes les sources mentionnées se trouvent au Sächsischer Hauptstaatsarchiv de Dresde. Nous n’en me (...)

11La correspondance de la princesse Anne montre à quel point celle-ci est soucieuse, même pendant cette période, de forger de nouvelles unions et de suivre leurs développements. Cela vaut aussi bien pour les sujets saxons, notamment les dames de cour21, que pour ses frères, Frédéric (1534-1588) et Jean (1545-1622). Sa sollicitude s’étend encore à sa parentèle. En 1562, la princesse Anne s’efforce de marier conformément à son rang la comtesse Polyxena von Mansfeld, en 1565/66, elle recherche un époux pour la fille du comte Georg von Schönburg et fait sans doute office d’intermédiaire dans le mariage de sa nièce Sophie von Braunschweig-Lüneburg (1563-1639) avec le margrave Georg Friedrich von Brandenburg-Ansbach (1539-1602)22.

12Les prémisses peuvent être parfaitement explicites, comme le montre une lettre adressée à la duchesse Margarethe von Münsterberg ( ?-1580). Anne s’entremet encore pour sa nièce, la duchesse Katharina Sidonia von Sachsen-Lauenburg ( ?- 1594), qui a passé sa jeunesse à la Cour de Dresde :

« Mademoiselle Catherine est bientôt en âge d’être mariée. Nous souhaiterions lui trouver un bon parti, princier de préférence, bien que les maisons princières comptent de nos jours davantage de filles que de garçons. Votre cher époux aujourd’hui défunt a laissé, pour notre grande joie, un fils encore célibataire et libre de tout engagement. C’est pourquoi il nous semble, comme à toute personne à la fois aimée de Dieu et animée de bonne volonté, que ces deux êtres d’ascendance princière devraient faire un bon mariage chrétien et forger une nouvelle amitié... (Dans le cas où cette proposition agréerait à la duchesse, elle pourrait sous un prétexte quelconque) rendre visite sa bonne tante, y amener son fils et faire personnellement connaissance avec la demoiselle. Si elle le souhaite, on peut lui envoyer au préalable un portrait de la demoiselle. »

  • 23 „Dieweill aber das eltere fräulein Catharina nuhmer fast manbar werden möchte, und wir gantz gerne (...)

13Cependant, malgré la bonne volonté de Magarethe von Münsterberg, le mariage n’aboutit pas23.

  • 24 Par ex. Kopial Nr. 509, f. 30b (5.03.1557), f. 159 (23.02.1561), Kopial Nr. 511, f. 10b-11 (29.01.1 (...)
  • 25 Kopial Nr. 514, f. 2a/b (16.01.1569 dans une lettre à sa tante Elisabeth von Mecklenburg) ; sur les (...)
  • 26 „das man in fürstlichen heiraten nit allweg fürnemblich auff schöne gestalt zusehen, sondern vielme (...)
  • 27 Magadalena P. Sanchez, The Empress, the Queen and the Nun..., p. 112 ; Katherine Walsh, « Verkaufte (...)
  • 28 Kopial Nr. 509, f. 157 (7.02.1561). Le mariage est célébré en 1561 à Leipzig.

14Le ton et le style laissent deviner la fréquence des requêtes : Anne de Saxe est souvent sollicitée24 et ne manque pas de s’entremettre pour de nombreux prétendants. Il s’agit bien d’un domaine réservé, comme le montre sa réaction envers l’attitude du roi son frère qui a récusé toutes les princesses qu’elle lui a pu lui présenter : « Ce que nous n’avons pu jusqu’à présent faire directement advenir, nous devons le laisser faire, mais nous ne saurions rester dans l’ignorance, au contraire, nous devons être mise dans la confidence »25. Dans une lettre datée de 1 566 et adressée à son frère cadet Jean, la princesse rappelle encore l’importance de critères tels que la naissance et l'utilité politique dans de telles négociations : « il ne faut pas d’abord rechercher une beauté mais avant tout un bon parti, de maison et de lignage princiers, élevé dans la piété, sincèrement chrétien et vertueux »26. Les nombreux contacts de la princesse montrent qu’il ne s’agit pas seulement d’une tâche importante. En effet, cette bourse au mariage sert probablement de préalable à des négociations politiques27, comme on le voit dans la lettre qu’Anne adresse à une tante après avoir noué les premiers contacts en vue du mariage de sa nièce Anne de Saxe (1544-1577) avec Guillaume d’Orange ( ?-l 587). Dans la mesure où le Landgrave de Hesse, grand-père de la fiancée, n’a pas encore donné son accord, « il faut garder le plus grand secret sur cette affaire, nous vous demandons que votre chère protégée ne trahisse point notre action, afin que nous ne soyons ni soupçonnée ni découverte »28.

  • 29 Kopial Nr. 511, f. 100b-101 (2.08.1563), f. 239-40 (22.07.1567), Nr. 514, f. 27b-28 (3.05.1569).
  • 30 Loc. 8528/3 (1561-64), f. 229 (3.04.1563), Kopial Nr. 511, f. 87b-88 (3.05.1563), F. 100b-101 (2.08 (...)
  • 31 Loc. 8528/2 (1556-61), f. 230 (13.11.1560), Kopial Nr. 513, f. 33b (11.04.1568), Kopial Nr. 516, f. (...)

15Nous pouvons admettre que la princesse joue un rôle essentiel dans l’élaboration des mariages et donc dans la formation de clientèles et de réseaux interterritoriaux particulièrement nécessaires dans un contexte de fracture religieuse. Aux mariages, il faut encore adjoindre le choix des parrains et marraines, ainsi que l’éducation d’enfants issus de la proche parentèle ou de lignages plus éloignés. Deux nièces de la princesse, issues de la maison de Sachsen-Lauenburg, résident pendant plusieurs années à la cour de Dresde : il s’agit non seulement de leur épargner les conditions de vie précaires de la cour de Ratzeburg mais aussi de les marier selon leur état29. En 1563, la duchesse de Poméranie confie à la princesse ses deux fils qui s’en vont étudier à Leipzig, de même le jeune comte palatin Karl von Pfalz-Zweibrücken (1560-1600) séjourne quelques temps à la cour de Dresde en 157330. La princesse est encore la marraine d’un des fils du duc Johann Albrecht von Mecklenburg (1525-1576), des filles jumelles du comte Günther von Schwarzburg, ainsi que du futur landgrave Moritz von Hessen-Kassel (1572-1632)31.

L’espace communicationnel d’une princesse

  • 32 Dans la mesure où ce comptage repose sur une analyse de l’index des correspondants, nous n’indiquon (...)

16Aussi bien dans le choix des époux, des parrains et des marraines que dans sa correspondance, on remarque que l’activité de la princesse dépasse largement le cadre familial. Pour apprécier justement l’importance et l’intensité de cette correspondance, il faudrait disposer de toutes les lettres envoyées et reçues, mais c’est là une tâche impossible en regard du volume total. C’est pourquoi nous n’avons pris en compte que les personnes avec lesquelles Anne entretient une correspondance régulière32.

  • 33 Ce groupe est composé d’aristocrates du Saint-Empire. Une analyse exhaustive de la correspondance d (...)
  • 34 La princesse échange une longue et fréquente correspondance avec Heinrich der Jüngere von Braunschw (...)
  • 35 Maximilian Lanzinner, Friedenssicherung..., p. 73, p. 329.

17Une première analyse donne les résultats suivants. Le groupe des correspondants réguliers comporte une centaine de personnes dont un tiers d’hommes33 : la correspondance de la princesse Anne semble principalement féminine. Cette impression est confortée, si l’on considère la durée des échanges. Tandis que les correspondances échangées avec des hommes sont brèves (une à trois années), presque la moitié des échanges avec d’autres femmes dure entre sept et quinze ans et même plus de vingt ans pour un autre quart. Les rares correspondances masculines d’une durée comparable concernent ses plus proches parents, ses frères Frédéric, roi du Danemark depuis 1559, et Jean, duc de Holstein-Sonderburg, ainsi que son oncle, le duc Johann von Holstein (1521-1580). Le landgrave Wilhelm von Hessen-Kassel (1532-1592) constitue une exception34, encore est-il, par sa mère, parent des Albertins. De plus, il existe des liens traditionnels entre la Saxe et la Hesse, qui sont maintenus entre Wilhelm et le prince électeur Auguste35. En revanche, la correspondance d’Anne avec son gendre Johann Kasimir von der Pfalz (1543-1592) est de bien plus courte durée.

18Parmi les correspondantes, quatre noms l’emportent, avec des correspondances d’une trentaine d’années : les comtesses Anna von Hohenlohe ( ?-1594) et Agnes von Solms ( ?-1588), la burgrave Katharina Dorothea von Meissen (1538-1604), nièce d’Anne, et la duchesse Elisabeth von Mecklenburg-Güstrow (1524-1586), sa tante. Parmi les douze femmes avec lesquelles Anne a correspondu une vingtaine d’années, figurent deux de ses belles-filles, la margravine Emilia von Brandenburg-Ansbach (1516-1591) et la duchesse Sidonia von Braunschweig-Calenberg (1518-1575), sa plus jeunes sœur, la duchesse Dorothea von Braunschweig-Lüneburg (1543-1617) ainsi que deux nièces. En revanche, en ce qui concerne la duchesse Anne de Bavière (1528-1590), la princesse électorale Sabine de Brandebourg (1529-1574), la comtesse Dorothea von Mansfeld (1493-1578) et une dame de cour danoise, Anna von Hardenberg, il semble qu’il s’agisse de correspondances fondées sur une relation personnelle.

19En conclusion, on peut affirmer que les correspondances de longue durée sont davantage fondées sur des relations familiales, surtout quand les correspondants sont de sexe masculin. Cela ne vaut pas bien sûr pour l’ensemble de la correspondance : deux tiers des correspondantes ne sont pas apparentées à la princesse. Plus généralement, le modèle qui prédomine est celui d’une correspondance longue, seulement interrompue par la mort de l’un des deux épistoliers. Cependant, quand le correspondant est de sexe masculin, la correspondance peut s’interrompre très rapidement, sans raison claire, comme si sa fonction était purement utilitaire. En revanche, les correspondances féminines reposent sur une relation durable, elles accordent une large place à la santé, aux grossesses, aux enfants, elles contiennent des recettes, mais aussi abordent les questions politiques au sens le plus large. Quand le correspondant n’est pas un parent de la princesse, la lettre est plus brève, centrée sur un objet précis et concret. Nous reviendrons sur ce dernier point.

  • 36 Jusqu’ici, je n’ai pu traiter que les correspondances incluant des Habsbourg ou leurs proches.

20Compte tenu du caractère plus intense des correspondances féminines, on ne s’étonnera guère que le gros des lettres se concentre dans les années 1580 (cf. tableau). L’épicentre des relations épistolaires de la princesse Anne se trouve alors dans le Nord protestant de l’Empire. Cependant, des correspondantes se retrouvent jusque dans le Sud catholique. Le Saint-Empire est ainsi largement maillé, même si l’on pourrait encore proposer une répartition plus fine d’après le nombre et le contenu des lettres36. Il faut encore s’interroger sur la présence de plusieurs personnages alliés aux princes électeurs de Brandebourg et à différentes branches de la maison de Braunschweig. Entre 1555 et 1574, Anne correspond avec trois princesses de la maison de Brandebourg, et même, très probablement, avec l’électeur Jean-Georges (1525-1598). Les relations familiales jouent un rôle certain dans la correspondance avec les Braunschweig-Lüneburg. De même, alors que les alliances entre la maison de Saxe et les Hohenzollern de Brandebourg sont peu fréquentes, Christian, le fils d’Anne, épouse en 1582 une fille de l’électeur de Brandebourg Jean-Georges. Ce sont encore des relations familiales qui unissent Anne à ses correspondants du Holstein, du Mecklembourg et naturellement de la maison royale du Danemark. Dans le cas du Palatinat, le lien est établi par le mariage de la fille aînée de la princesse, Elisabeth (1552-1590) qui a épousé en 1570 le comte palatin Johann Casimir. Il faut encore adjoindre à ces relations familiales de nombreuses et durables correspondances avec plusieurs maisons princières étrangères à la famille. Les liens avec la principauté voisine d’Anhalt sont particulièrement étroits : Anne correspond non seulement avec le prince Joachim Ernst (1536-1586) mais aussi avec son épouse Éleonore (1552-1618) ; il faut encore y adjoindre la correspondance avec Wilhelm von Hessen-Kassel et avec son épouse Sabine (1549-1581) ainsi qu’avec plusieurs princesses Habsbourg. Outre l’impératrice Marie (1528-1603) et l’archiduchesse Anne, duchesse de Bavière, il faut mentionner la fille de cette dernière, Marie (1551-1606) à partir de 1581. Marie est mariée depuis 1571 avec l’archiduc Charles de Styrie (1540-1590), avec lequel Anne entretient également une correspondance régulière. Par ailleurs, la princesse Anne correspond également avec plusieurs dames de la cour d’Autriche.

  • 37 Loc. 8528/4 (Brandenburg 1561-77, 335 f.) ; Loc. 8534/1 (Bayern 1 571-84, 450 f.).
  • 38 Par ex. Loc. 8529/1 (1562-69), f. 207, Kopial Nr. 511, f. 24b (2.05.1562), Nr. 512, f. 13b-14 (19.0 (...)
  • 39 Les correspondances qu’entretient Anne avec sa mère ou avec sa tante paternelle dans le Mecklembour (...)
  • 40 Des plaintes particulièrement fréquentes sont adressées à Elisabeth von Mecklenburg (par ex. Kopial (...)

21Là encore, des nouvelles de la santé des uns et des autres, des recettes mais aussi des cadeaux plus importants témoignent de la grande proximité des correspondants. Ces lettres peuvent encore servir de support à des échanges intellectuels ou inclure des informations et des commentaires sur les événements politiques, ainsi la correspondance avec la margravine et future Électrice Sabine de Brandebourg ou avec Anne de Bavière37. Certaines lettres peuvent être longues, circonstanciées, très variées, ainsi avec sa mère, la reine Dorothée de Danemark (1511-1571) et, après la mort de celle-ci, avec sa tante Elisabeth von Mecklenburg, avec le landgrave de Hesse-Cassel, avec la comtesse Dorothea von Mansfeld ou avec Agnes von Solms. La princesse Anne accorde une grande importance à la fréquence et à la régularité de l’échange, comme le suggèrent excuses et prières38. La princesse témoigne par là son attachement à ses correspondants et parents, mais il s’agit aussi de se procurer des nouvelles familiales et politiques à la manière des « gazettes »39. Il faut encore remplacer les trop rares conversations qui autorisent des échanges plus directs que l’art épistolaire40.

  • 41 Sur la guerre et le rôle de la Saxe, Maximilian Lanzinner, Friedenssicherung..., p. 409-12 ; sur l’ (...)

22Anne ne se contente pas d’entretenir une fréquente correspondance avec sa mère jusqu’à sa mort en 1571, elle se rend fréquemment au Danemark avec son époux ou reçoit la reine mère en Saxe. Dorothée de Danemark est la principale interlocutrice de sa fille : on ne s’étonnera pas que leur correspondance, aussi fréquente qu’intime, aborde souvent des questions politiques. En particulier, dans les années 1560, pendant la guerre suédo-danoise, Anne et sa mère tentent d’imposer leur médiation et de travailler à désamorcer le conflit. En compagnie de son époux, Anne correspond encore avec plusieurs conseillers danois, sert d’intermédiaire auprès des banquiers et soutient les négociations qui, finalement, aboutissent à la paix41.

  • 42 Par ex. Kopial Nr. 509, f. 187b-188b (15.09.1561), Nr. 514, f. 84-86 (2.12.1569), f. 232-235 (12.05 (...)
  • 43 Kopial Nr. 509, f. 172b (2904.1561), Nr. 511, f. 39b (4.07.1562).
  • 44 Kopial Nr. 511, f. 60 (23.10.1562), f. 68-70 (5.01.1563), f. 103b-104 (29.08.1563). Une autre renco (...)

23Les longues correspondances perpétuent des relations renouvelées et activées par les contacts directs. Ces échanges plus personnels entre les princesses ont lieu à l’occasion de voyages spécialement organisés pour la circonstance, de fêtes dynastiques42, mais aussi lors des assemblées d’Empire, comme, par exemple, lors des assemblées du Cercle de Souabe supérieure (Obersàchsischer Reichskreis)43. En particulier, les diètes d’Empire et les réunions du Collège des Princes (Fürstentag) permettent de rencontrer des personnes déjà connues ou de faire de nouvelles connaissances. En 1562, la princesse Anne accompagne son époux à l’élection impériale de Francfort-sur-le-Main et y rencontre, apparemment pour la première fois, la duchesse de Bavière et l’impératrice Marie. Cette première prise de contact est suivie d’une longue correspondance44.

  • 45 Kopial Nr. 511, f. 172b-173 (3.11.1564), Loc. 8531/4 (1567-85), Loc. 8537/2 (1578-85) ; Konrad Stur (...)
  • 46 Ernst Koch, « Ausbau, Gefährdung und Festigung der lutherischen Landeskirche von 1553 bis 1601 », D (...)
  • 47 Kopial Nr. 514, f. 128-129, 140b-142 (mars et mai 1570).

24Du fait même de leur contenu politique, reflet de l’activité de la princesse Anne, on peut difficilement classer les correspondances féminines. Une relation épistolaire ancienne est occasionnellement politisée et instrumentalisée, suivant la nécessité, la situation et l’intention : le réseau épistolaire est un potentiel plus ou moins utilisé selon les circonstances, comme le montre l’exemple suivant. À l’automne 1564, l’Électrice offre son célèbre aquavit à la duchesse Dorothea Susanna von Sachsen-Weimar (1544-1592) : cet envoi marque le début d’une longue et importante correspondance entre les deux princesses45. Au même moment, la mise au ban de l’Empire (Reichsacht) menace Jean-Frédéric de Saxe, beau-frère de la duchesse, et les adeptes de Flacius Illyricus sont contestés en Saxe Ernestine46. Deux lettres d’Anne datant du printemps 1570, dans lesquelles elle se plaint des attaques des prédicateurs de la cour et demande à Dorothée d’intercéder auprès de son époux47, montre qu'elle se sert de sa correspondance pour soutenir les choix politiques de son époux, peut-être même à la demande de ce dernier. Avec l’éloignement progressif des deux princes, la correspondance ne cesse pas complètement, mais devient moins fréquente et se limite à de brefs échanges.

  • 48 Linda L. Peck, Court Patronage..., p. 47 et sq., 68-74 ; Barbara Harris, Women and Politics..., p.  (...)
  • 49 AmaließEL, Königin..., p. 182-90, 300-308, 313-316 ; Brigitte Streich, Frauenhof und Frauenzimme (...)

25Les contacts anciens sont souvent mis à contribution pour des demandes occasionnelles ou servent d’intermédiaires dans des occasions très diverses. L’intervention de l’Électrice de Saxe auprès de son époux est ainsi fréquemment sollicitée par ses correspondants. L’échange de nouvelles, entre mariages et recettes de cuisine, l’approfondissement et le prolongement des contacts directs, voire le prestige ou Futilité attachés à certaines correspondances, constituent les principales motivations, sans qu’il soit possible d’en démêler l’écheveau. Anne apparaît ainsi souvent comme un agent spécialisé dans l’obtention des grâces princières48. En ce sens, elle tient son rôle de princesse, établi par la tradition médiévale49. Cependant l’analyse de sa correspondance permet aussi de cerner l’espace de liberté dévolu aux princesses, base et composante de leur action politique, ainsi que les relations de clientèle et de patronage.

L’espace d’action d’une princesse : clientèle et patronage

  • 50 Ronald G. Asch, Der Hof Karls I. von England. Politik, Provinz und Patronage 1625-1640, Cologne / W (...)
  • 51 Volker Press, Patronat und Klientel..., p. 46, 22, 32 ; Aloys Winterling, Der Hof der Kurfürsten vo (...)

26Prières et cadeaux, parrainages et mariages donnent aux réseaux impériaux une troisième dimension, jusqu’ici rarement prise en compte et fondée sur des relations de clientèles et de patronage qui dépassent les frontières des principautés50. Les historiens ont certes déjà mis en lumière l’importance des réseaux qui rapprochent certaines cours à l’intérieur du Saint-Empire – Volker Press les considérait même comme l’une des règles du fonctionnement impérial depuis le Moyen Âge51. Mais ces réseaux n’ont été que peu étudiés et le rôle des femmes à l’intérieur de ce maillage complètement ignoré.

  • 52 Katrin Keller, Kurfürstin Anna..., p. 269 et sq. ; Magdalena Sanchez, The Empress, the Queen and th (...)
  • 53 Kopial Nr. 514, f. 95 (20.12.1570), Loc. 8532/1, f. 189 (29.09.1571), Kopial Nr. 517, f. 1-2 (26.12 (...)
  • 54 Loc. 8529/4 (1565-67), f. 209-13 (3.12.1566), Kopial Nr. 512, f. 1836-184 (5.02.1567) ; Briefe der (...)

27La correspondance de l’Électrice de Saxe donne pourtant de nombreuses indications sur l’existence d’un système de clientèle distinct de celui de l’Électeur Auguste qui unit, à l’intérieur même de la Saxe, des femmes d’origine aristocratique et bourgeoise52. Il semble même que ces relations débordent les frontières de l’électorat : par exemple, Anne accueille en 1570, à la demande de son oncle, le duc Adolf von Holstein-Gottorf (1526-1586), un jeune seigneur von Rantzau à la cour de Dresde. À l’automne 1571, ce jeune seigneur quitte Dresde et son père remercie l’Électrice par l’envoi de quelques jambons du Holstein. Anna von Hohenlohe, correspondante fidèle de l’Électrice, obtient en 1572 un office de cour pour son fils53. Les contacts personnels et les correspondances sont également mis à contribution. Par exemple, quand le comte Georg von Thurn de Görz demande à l’Électrice d’intercéder auprès de l’Électeur Auguste pour l’obtention d’un prêt, il rappelle explicitement que sa mère a fait partie du cercle des correspondantes de la princesse54.

  • 55 „Als haben wir bei vnserm hertzliebsten herren vnd gemahel desto vleissiger erinnert vnd angehalten (...)
  • 56 Kopial Nr. 514, f. 324b (11.11.1571).

28De même dans le duché de Braunschweig-Lüneburg quand les intérêts de la sœur et du beau-frère d’Anne sont menacés par le mariage imprévu d’un frère et la demande anticipée d’un partage des terres, ceux-ci se tournent vers leur sœur en ces termes : « nous avons tant et si bien rappelé à notre cher seigneur et époux que ses chères décisions prévoyaient un partage fraternel, nous lui avons solennellement demandé de mieux doter votre seigneur et époux et vos deux enfants »55. Anne est encore sollicitée par la duchesse-douairière Clara von Braunschweig-Grubenhagen (1532-1595) pour élargir un aubergiste accusé de vol à la tire56. Un grand nombre de ces correspondances isolées ou de courte durée sont motivées par une demande d’intervention ou une requête précise.

  • 57 Des exemples de refus : Kopial Nr. 513, f. 213b-214 (6.05.1567), Kopial Nr. 518, f. 33 (17.03.1575) (...)
  • 58 Magdalena P. Sanchez, The Empress, the Queen and the Nun..., p. 120 et sq. ; Fanny Cosandey, La Rei (...)

29Ces exemples permettent encore de mesurer l’espace de la sollicitation. Savoir dans quelles situations Anne peut décider seule, quand elle doit se tourner vers son époux, s’il est opportun de soutenir telle ou telle requête, permet de cerner la marge de manœuvre qui lui est dévolue57. Car si ce rôle traditionnel d’intercession auprès de son époux ne lui est pas contesté, se pose malgré tout le problème de sa véritable étendue. En effet, comme toute princesse, Anne dépend étroitement de son époux – une relation de confiance mutuelle est alors nécessaire58. De l’autre, des compétences personnelles et une véritable influence doivent parvenir à s’exprimer.

  • 59 Par ex. Kopial Nr. 511, f. 83 (8.04.1563).
  • 60 Cordula Nolte, Beziehungsgeflechte..., p. 13.
  • 61 Brigitte Vacha dir., Die Habsburger. Eine europäische Familiengeschichte, Graz / Vienne / Cologne, (...)

30Anne n’est pas seulement sollicitée pour intervenir auprès de son époux mais aussi auprès de son frère59. D’où des correspondances non seulement avec le roi du Danemark, mais aussi avec son épouse, avec des conseillers d’Empire danois et même avec le chancelier. Ce lien étroit maintenu avec sa famille élargit indiscutablement son espace d’action60. Il en va de même pour les contacts avec la Cour impériale. Son époux, l’électeur Auguste, a conservé depuis son séjour à Vienne dans sa jeunesse des liens étroits avec l’archiduc devenu l’empereur et ses frères. Plusieurs voyages du couple électoral à Prague et à Vienne (1570, 1573), des contacts lors des diètes et des séjours impériaux à Dresde (1575, l’archiduc Charles en 1581) ainsi qu’une correspondance très active entretiennent ce lien durant des décennies61. De plus, Anne noue un contact personnel avec l’impératrice Marie en 1562, suivi d’une correspondance de plus de vingt ans.

  • 62 Kopial Nr. 513, f. 64-65 (7.06.1568), Nr. 514, f. 120-121 (9.03.1570), Nr. 516, f. 58 (16.05.1572), (...)
  • 63 Loc. 8534/4, f. 170-173b (25.10.1575), Kopial Nr. 516, f. 8b-9 (10.01.1572).
  • 64 Maximilian Lanzinner, Friedenssicherung..., p. 309.
  • 65 Loc. 8535/4, f. 16 (6.06.1575), des exemples de l’action conjointe de Marie et de Anne : Haus-, Hof (...)

31Ce lien privilégié avec l’impératrice et son entourage constitue le troisième champ d’action de la princesse Anne. L’influence de l’Électrice s’étend à son frère Frédéric lors des négociations de paix de 1568, au duc Ulrich von Mecklenburg (1528-1603) et à sa belle-sœur Sidonia von Braunschweig-Calenberg lors du conflit qui l’oppose à son époux, ou encore à l’Électeur Auguste quand il s’agit de soutenir le conseil de la ville de Francfort-sur-le-Main62. Elle sert encore d’intermédiaire entre l’empereur et des aristocrates bohêmes, à l’instar des comtesses Lukretia et Barbara Schlick63. Les relations entre Vienne et Dresde semblent particulièrement étroites, et pas seulement entre Auguste et Maximilien64. Selon le jugement de ses contemporains, l’Électrice dispose d’un tel réseau, qu’une sollicitation en Empire semble toujours venir de la cour électorale65.

  • 66 Sur le rôle des cadeaux, Barbara Harris, Women and Politics... p. 265 et sq.
  • 67 Karl von Weber, Anna von Sachsen..., p. 190 (1560).
  • 68 Heinz Peickert, « Gräfin Dorothea v. Mansfeld und Kurfürstin Anna von Sachsen. Zwei deutsche Arznei (...)
  • 69 Z. B. Kopial Nr. 514, f. 122-123 (13.08.1570), Nr. 516, f. 8b-9 (10.01.1572).
  • 70 Kopial Nr. 512, f. 121 (10.06.1566), Nr. 514, f. 69b-70 (5.10.1569), f. 251b (1571) ; Kopial Nr. 51 (...)

32Le contact étroit qui unit l’impératrice à la princesse Anne ne se limite pas à leur correspondance. Anne échange également des lettres avec plusieurs dames de la cour, leur adresse des cadeaux, en particulier son célèbre aquavit. Les cadeaux ont une fonction bien précise : il s’agit d’obliger ses correspondants et de gagner de nouveaux obligés66. Bien avant que sa mère ne lui rappelle qu’« à la cour on peut obtenir beaucoup par des cadeaux et des dons », Anne a bien compris que ses cadeaux n’ont pas seulement une valeur amicale67. Ils servent à établir et à renforcer des contacts personnels – par exemple dans le cas de la duchesse de Saxe-Weimar. La pharmacie d’Anne est souvent mise à contribution68 : l’aquavit, un poison très recherché, des eaux de vie utilisées en médecine mais aussi diverses confiseries sont envoyés dans tout l’Empire. Ces présents, souvent offerts à l’occasion de la nouvelle année à de nombreux princes, dignitaires de cour et leurs épouses69, sont à la fois appréciés pour leur efficacité et perçus comme une attention envers le destinataire. Des conserves élaborées par l’Électrice, des voiles, des coiffes, des modèles de points et de broderie et diverses recettes de remèdes de son invention jouent également un rôle non négligeable. Pendant des années, la duchesse de Bavière et l’archiduchesse Marie à Graz reçoivent en cadeau des poteries de Waldenburg et Anne reçoit de son frère le roi plusieurs tonnes de harengs de Schonen70 etc.

  • 71 Sur Hans Trautson : Richard Schober, « Die Trautson. Ein Abriss zur Geschichte der Familie », Die U (...)
  • 72 Kopial Nr. 511, f 103b-104 (29.08.1563), f. 149b-l 50 (13.03.1564)

33Dans l’entourage de l’impératrice, une attention particulière doit être accordée à Brigitta Trautson ( ?-1576). Originaire d’une famille illustre du Trentin, les Madruzzo, elle a épousé le Grand Maréchal de la Cour et Conseiller privé Hans Trautson71. Anne a fait la connaissance de la „Trautsamerin“, comme elle l’appelle souvent dans ses lettres, en 1562 lors d’une élection royale (Königswahl). Les premières lettres font fréquemment allusion à des échanges de présents – Brigitta Trautson envoie à Dresde des coings et des branches de cognassier d’Italie, achète des paires de gants à Innsbruck et reçoit en échange de l’aquavit72. Une autre rencontre lors de la Diète impériale de 1566 renforce leur amitié en même temps que le lien avec l’empereur et l’impératrice. Dès ce moment, Brigitta Trautson fournit l’impératrice et l’empereur Maximilien en produits fins, médecines et nouvelles diverses.

  • 73 Kopial Nr. 516, f. 8b-9 (10.01.1572), f. 58 (16.05.1572), Nr. 517, f. 213b-2l4 (6.08.1574), Nr. 518 (...)
  • 74 Kopial Nr. 516, f. 83b-85b (7.11.1572 et sq. Franz Hadriga, Trautson.... p. 58 et sq.
  • 75 Helga Widorn, Spanische Gemahlinnen..., f. 13 et sq.

34Pendant dix ans, jusqu’à la mort de Brigitta Trautson, les deux femmes échangent recettes, graines pour le jardin de l’Électrice à Dresde, ainsi que salutations et messages destinés à l’impératrice. Pour les sollicitations particulières comme celle de sa belle-sœur Sidonia, mais aussi celle du frère du fournisseur de la cour Hieronimus Rauscher, l’Électrice demande à Brigitta Trautson d’intervenir auprès de son époux ou de l’impératrice73. Anne sait apprécier ces services à leur juste valeur comme le montrent les mille thaler, dont elle gratifie la „Trautsamerin“ en vue de l’acquisition d’une terre près de Vienne74. Des rencontres fréquentes à Dresde, à Prague ou à Vienne, par exemple lors de la réunion du collège des électeurs en 1575, renforcent leur lien, d’autant plus nécessaire, qu’il est probable que l’impératrice Marie ne maîtrisait pas l’allemand et que la présence d’une interprète était sans doute nécessaire quand il s’agissait de donner des nouvelles ou de présenter certaines requêtes qui n’avaient pas leur place dans la correspondance officieuse75. Brigitta Trautson annonce également des nouvelles de cour, comme le mariage de l’archiduc Charles avec la duchesse Marie de Bavière en 1571 et envoie régulièrement graines et plantes à Dresde.

  • 76 Parmi elles, Sophia de Toledo, Maria von Pernstein (1538-1595), Margarita v. Dietrichstein (1555-16 (...)
  • 77 Kopial Nr. 524, f. 152 a/b (7.08.1583), Nr. 525, f. 126b-127 (7.06.1583), f. 138 (28.09.1583) usw., (...)

35Après la mort de Brigitta en 1576, les relations de l’Électrice avec la Cour impériale se poursuivent : d’autres dames de l’entourage de l’impératrice reprennent la correspondance avec la princesse Anne et contribuent à croiser les clientèles respectives des deux princesses76. De nouveau, l’échange de cadeaux, de graines et de denrées, que la princesse commande par avance, élargit et approfondit les relations. De même, Maria von Pernstein (vers 1538-1595), veuve du Chancelier de Bohême, met à profit une très ancienne relation avec l’Électrice pour vendre une partie de son argenterie à l’Électeur de Saxe et ainsi régler ses dettes77. On pourrait encore multiplier les exemples qui illustrent cette instrumentalisation des correspondances.

  • 78 Albrecht P. Luttenberger, Kaiser, Kurfürsten und Reich..., p. 446. Sur la famille Madruzzo, Bernhar (...)
  • 79 Maximilian Lanzinner, Friedenssicherung..., p. 69, 73, 77 et sq.
  • 80 Ibid., p. 205, 309 ; Albecht P. Luttenberger, Kaiser, Kurfürsten und Reich..., (sur le Palatinat) p (...)
  • 81 Maximilian Lanzinner, Friedenssicherung..., p. 203-209.

36En conclusion, on peut affirmer que les correspondances de l’Électrice forment un réseau dense, maillé dans les années 1550 à 1570 du xvie siècle, en prise sur le politique78. À l’intérieur du réseau d’alliances, sur lequel l’électeur Auguste fonde sa politique impériale, la Hesse et le Brandebourg électoral ont un rôle clef ; le duc Christoph von Württemberg et le duc Albert de Bavière sont également des alliés et des proches de l’Électeur79. Anciens rivaux, le Palatinat et la Saxe électorale sont malgré tout unis à la tête du parti protestant et, depuis son séjour à la Cour impériale en 1542/43, l’électeur Auguste est intimement lié à l’archiduc devenu empereur Maximilien ainsi qu’à son frère Ferdinand80. Au début des années 1570, on peut diviser le parti protestant dans le Saint-Empire en deux clientèles. L’une comprend la Saxe électorale, la Hesse, le Wurtemberg et le duc Julius von Braunschweig, un correspondant de la princesse Anne, ainsi que l’Électeur de Brandebourg. Le maillage de ces principautés par le biais des correspondances et des relations diplomatiques a été récemment étudié81. Moins bien organisée, la seconde comprend la Poméranie, le Mecklembourg, le Holstein, les Hohenzollern et la Saxe Ernestine.

  • 82 Heide Wunder, Herrschaft..., p. 32, 35 et sq. Liste incomplète des correspondants de l’Électeur Aug (...)
  • 83 Maximilian Lanzinner, Friedenssicherung..p. 203 et sq.

37La correspondance de l’Électrice s’inscrit bien dans un système politique qu’il s’agit de perpétuer : prince et princesse se complètent82. Cependant, l’étude doit encore être précisée, afin de déterminer s’il existe une relation entre la densification du réseau de correspondances d’Anne et le nombre croissant d’obstacles politiques que rencontre la Saxe électorale après 1 56783. Assurément le réseau de la princesse est loin d’être clos : moins officiel, il se prête aux premiers contacts, notamment par le biais de la recherche de partis. De plus, en tant que fille et épouse, la princesse Anne appartient à deux systèmes distincts entre lesquels elle peut faire office d’intermédiaire. La princesse complète et élargit le réseau communicationnel de son époux, dans la mesure où elle noue et entretient des contacts avec un ensemble plus large de personnes et de maisons princières.

  • 84 Magdalena P. Sanchez, The Empress, the Queen and the Nun..., p. 114 et sq. ; Barbara Harris, Women (...)

38On peut ainsi vérifier que les femmes disposent d’une plus grande marge de liberté dans une société où la frontière entre public et privé est encore indistincte et de ce fait une participation au jeu politique possible84. Il en va ainsi à la Cour et dans les relations diplomatiques, avant que la guerre de Trente ans n’introduise une professionnalisation croissante. L’Électrice mêle l’exercice du pouvoir et la représentation à sa vie privée, de même sa correspondance. Les correspondances entre princesses, même quand elles se limitent à des formules convenues ou protocolaires, jouent un rôle important dans les relations interterritoriales. Pas plus qu’elles ne sont qu’un moyen au service de la diplomatie, on ne peut les réduire à quelques variations entre cave et cuisine. Un échange relativement long pouvait créer un climat politique favorable entre les personnes et les familles princières, sans que n’entrent immédiatement en jeu des problèmes explicitement liés à la politique impériale ou territoriale. Comme on a pu le voir à partir de quelques exemples, seule la nécessité pouvait transformer ces échanges en canal d’information ou d’influence. De concert avec les liens familiaux noués entre les familles princières, avec une politique de cadeaux et la pratique de la sollicitation, les correspondances constituent un instrument efficace pour construire et développer entre les différents territoires de l’Empire des clientèles que l’on voit également fonctionner dans les relations officielles – diplomatiques. Les princesses comme d’autres femmes de la noblesse développent une activité autonome à l’intérieur d’une sphère communicative, dont les contenus, y compris politiques, ne rencontrent que partiellement la sphère masculine. Seule une étude conjointe des deux sphères permettra de rendre compte exactement des réseaux politiques et sociaux qui tissent le Saint-Empire.

Annexes

Liste des correspondantes et des correspondants de l’Électrice Anne de Saxe vers 1580

Nom

durée de la correspondance

Éleonore von Anhalt (1552-1618)

1572-1585

Anne de Bavière (1528-1590)

1562-1585

Anne de Brandebourg(1561-1605)

1577-1585

Sophie von Brandenburg-Ansbach (1563-1639)

1579-1585

Dorothea von Braunschweig-Grubenhagen (1543-1583)

1574-1583

Dorothea von Braunschweig-Lüneburg (1546-1617)

1562-1585

Elisabeth Magdalena von Braunschweig-Lüneburg (1537-1595)

1562-1585

Hedwig von Braunschweig-Wolfenbüttel (1540-1602)

1573-1585

Sophie de Danemark (1557-1631)

1572-1585

Elisabeth de France (1554-1592)

1574-1585

Anna von Hardenberg-Stigis, dame de cour (Danemark)

1557-1580 ( ?)

Elisabeth von Henneberg (1548-1592)

1575-1584

Sabina von Hessen-Kassel (1549-1581)

1569-1581

Hedwig von Hessen-Marburg (1537-1590)

1573-1584

Anna von Hohenlohe-Neuenstein (+ 1594)

1554-1585

Elisabeth von Holstein-Sonderburg (1550-1586)

1573-1585

Maria von Innerösterreich (1551-1606)

1581-1585

Katharina Kleinin, Grande Maîtresse des enfants de Saxe

1568-1581 ( ?)

Barbara von Liegnitz (1527-1595)

1556-1585

Sophie von Liegnitz (1535-1587)

1563-1585

Agnes Loser zu Pretzsch, épouse puis veuve
du Maréchal des États de Saxe


1576-1585

Margarethe von Mansfeld (1534-1596)

1571-1582

Elisabeth von Mecklenburg (1524-1586)

1554-1585

Katharina Dorothea, burgravine de MeiEen (1538-1604)

1554-1585

Margarethe von Münsterberg ( ?-1580)

1575-1579

Appolonia Neefe, veuve du médecin de la cour de Saxe

1575-1579 ( ?)

Marie, impératrice (1528-1603)

1570-1584

Maria von Pernstein (1538-1595),
épouse du burgrave de Bohême Wratislaw von Pernstein

1574-1585

Elisabeth von der Pfalz (1539-1582)

1575-1582

Elisabeth von der Pfalz (1552-1590)

1570-1585

Erdmuthe von Pommern-Stettin (1561-1623)

1576-1585

Elisabeth von Reinstein, abbesse de Quedlinburg

1578-1584

Dorothea ReuE von Plauen (1547-1585)

1573-1582

Dorothea Susanna von Sachsen-Weimar (1544-1592)

1565-1585

Sophie de Saxe(1568-1622)

1580-1585

Sybilla von Sachsen-Lauenburg (1515-1592)

1577-1585

Lukretia Schlick

1572-1581

Barbara von Schönberg zu Purschenstein

1575-1585

Anna Katharina von Schonburg

1578-1585

Agnes von Solms-Laubach ( ?-1588)

1554-1585

Katharina Sidonia von Teschen (+ 1594)

1562-1585

Anna Trautson ( ?-l590), épouse du Conseiller privé d’Empire
Paul Sixt Trautson

1578-1585

Joachim Ernst von Anhalt (1536-1586)

1575-1585

Georg Friedrich von Brandenburg-Ansbach (1539-1602)

1576-1585

Julius von Braunschweig-Wolfenbüttel (1528-1589)

1571-1585

Frédéric de Danemark (1534-1588)

1560-1585

Hans Harrer, Maître de la Chambre de la Saxe électorale

1568-1580 ( ?)

Wilhelm von Hessen-Kassel (1532-1592)

1 562-1585

Johann d. À. von Holstein in Hadersleben (1521-1580)

1555-1580

Johann d. J. von Holstein-Sonderburg (1545-1622)

1562-1585

Johann Casimir von der Pfalz (1543-1592)

1569-1585

Georg Proskowski von Proskau, chambellan impérial ( ?-1584)

1576-1584

Christian de Saxe (1560-1591)

1576-1585

Abraham von Thumbshirn (1535-1593), Grand maître
de la cour d’Anne et administrateur des domaines de Saxe électorale

1573-1585

Notes

1 Helmut Neuhaus, Das Reich in der Frühen Neuzeit, Munich, 1997, p. 3, p. 54.

2 Karl Othmar von Aretin, Das Alte Reich 1648-1806, Stuttgart, 3 tomes, 1993, 1998 ; Georg Schmidt, Geschichte des Alten Reiches. Staat und Nation in der Frühen Neuzeit, Munich, 1999 ; Helmut Neuhaus, Das Reich...

3 Maximilian Lanzinner, Friedenssicherung undpolitische Einheit des Reiches unter Kaiser Maximilian II. (1564-1576), Göttingen, 1993, p. 513 et sq. ; Albrecht P. Luttenberger, Kurfürsten, Kaiser und Reich : politische Führung und Friedenssicherung unter Ferdinand I. und Maximilian IL, Mayence, 1994, p. 12 et sq.

4 Voir également Georg Schmidt, Geschichte des Alten Reiches..., p. 113 et sq., p. 135.

5 Ibid., p. 11 et sq., p. 120 et sq., p. 142 ; Helmut Neuhaus, Das Reich..., p. 3 et sq. à propos des marges impériales et de la différence entre appartenance à l’Empire et conscience d’appartenance au Saint-Empire. Voir également Andreas Edel, Der Kaiser und Kurpfalz : Eine Studie zu den Grundelementen politischen Handelns bei Maximilian IL (1564-1576), Göttingen, 1997 ; Thomas Fröschl, „in frieden, ainigkaitt und ruhe beieinander sitzen". Integration und Polarisierung in den ersten Jahren der Regierungszeit Kaiser Rudolf II. 1576-1582, mémoire d’habilitation, Vienne, 1997, f. 56-62. Pour une approche historique du thème de la communication, Wolfgang Weber, « Bildung von Regionen durch Kommunikation. Aspekte einer neuen historischen Perspektive », Kommunikation und Region, Carl A. Hoffmann et Rolf Kiessling dir., Constance, 2001, particulièrement p. 47-55.

6 Helmut Neuhaus, Das Reich..., p. 66 et sq., p. 70 et sq. ; Michael North, Kommunikation, Handel, Geld und Banken in der Frühen Neuzeit, Munich, 2000, p. 2-6, p. 45-52 (avec une bibliographie) ; Andreas Edel, Kaiser und Kurpfalz..., p. 355 et sq. ; Th. Fröschl, Integration und Polarisierung..., f° 60-62 ; Carl A. Hoffmann, « Öffentlichkeit’und ‘Kommunikation’ in den Forschungen zur Vormoderne. Eine Skizze », Kommunikation und Region..., Constance, 2001, p. 69-110.

7 Synthèse par Heide Wunder, « Herrschaft und öffentliches Handeln von Frauen in der Gesellschaft der Frühen Neuzeit », Frauen in der Geschichte des Rechts, Ute Gerhard dir., Munich, 1997, p. 27-54. Voir également Regina Schulte dir., Der Körper der Königin. Geschlecht und Herrschaft in der höfischen Welt seit 1500, Francfort-sur-le-Main, 2002.

8 Ibid., p. 45-50 ; Gerhard Dilcher, « Die Ordnung der Ungleichheit. Haus, Stand und Geschlecht », Frauen in der Geschichte des Rechts..., p. 64 et sq, Ulrike Hörauf-Erfle, Wesen und Rolle der Frau in der moralisch-didaktischen Literatur des 16. und 17. Jh. im Heiligen Romischen Reich deutscher Nation, Francfort-sur-le-Main, 1991, en particulier p. 265 et sq. ; Ursula Liebertz-Grün, « Frau und Herrscherin. Zur Sozialisation deutscher Adeliger (1150-1450) », Auf der Suche nach der Frau im Mittelalter, Bea Lundt dir., Munich, 1991, p. 165-187.

9 Pour le Moyen-Age, Amalie Fössel, Die Königin im mittelalterlichen Reich. Herrschaftsausübung, Herrschaftsrechte, Handlungsspielräume, Darmstadt, 2000, p. 116-122 ; Brigitte Streich, « Frauenhof und Frauenzimmer », Das Frauenzimmer. Die Frau bei Hofe in Spatmittelalter undfrüher Neuzeit, Jan Hirschbiegel et Werner Paravicini dir., Stuttgart, 2000, p. 253 et sq.

10 Gerd Althoff, « Einleitung », Spielregel der Politik im Mittelalter. Kommunikation in Frieden und Fehde, ibid. dir., Darmstadt, 1997, en particulier p. 12 ; Jan Hirschbiegel, « Gabentausch als soziales System ? Einige theoredsche Überlegungen », Ordnungsformen des Hofes, Ulf Christian Ewert et Stephan Selzer dir., Kiel, 1997, p. 44-55 ; Heinz-Dieter Heimann dir., Kommunikationspraxis und Korrespondenzwesen im Mittelalter und in der Renaissance, Paderborn, 1997 ; Valentin Groebner, Gefdhrliche Geschenke. Ritual, Politik und die Sprache der Korruption in der Eidgenossenschaft im späten Mittelalter und am Beginn der Neuzeit, Constance, 2000 ; à propos d’une forme particulière de l’échange, Jane Fait Bestor, « Marriage Transactions in Renaissance Italy and Mauss’s Essay on the Gift », Past & Present, 164, 1999, p. 6-46. Voir encore Natalie Zemon Davis, Die schenkende Gesellschaft. Zur Kultur der französischen Renaissance, Munich, 2002.

11 Wolfgang Reinhard, Freunde und Kreaturen. Verflechtung als Konzept zur Erforschung historischer Führungsgruppen. Romische Oligarchie um 1600, Munich, 1979 ; Dietrich Herzog, Politische Führungsgruppen : Probleme und Ergebnisse der modernen Elitenforschung, Darmstadt, 1982 ; Hans Heinrich Nolte dir., Patronage und Klientel, Cologne / Vienne, 1989 ; Antoni Maczak dir., Klientelsysteme im Europa der Frühen Neuzeit, Munich, 1988 ; voir supra note 50.

12 Anette Völker-Rasor, Bilderpaare-Paarbilder. Die Ehe in Autobiographien des 16. Jh., Fribourg-en-Brisgau, 1993, p. 221 et sq. ; Magdalena P. Sanchez, The Empress, the Queen and the Nun. Women and Power at the Court of Philip III. of Spain, Baltimore, 1998, p. 88, p. 112 ; Rudolf Vierhaus, « Handlungsspielräume. Zur Rekonstruktion historischer Prozesse », Historische Zeitschrift, 237, 1983, en particulier p. 295.

13 Pour le xviiie siècle, Walter Demel, « European nobility oder European nobilities ? Betrachtungen anhand genealogischer Verflechtungen innerhalb des europaischen Hochadels (ca. 1650 bis 1800) », Region-Territorium-Nationalstaat-Europa. Beiträge zu einer europaischen Geschichtslandschaft, Wolf D. Gruner et Markus Völkel dir., Rostock, 1998, p. 81-104.

14 Margret Lemberg, Juliane Landgräfin zu Hessen (1587-1643). Eine Kasseler und Rotenburger Fürstin aus dem Hause Nassau-Dillenburg in ihrer Zeit, Darmstadt / Marbourg, 1994, p. 5 ; Johannes Voigt, Deutsches Hofleben im Zeitalter der Reformation, Dresde, [1927], p. 153 et sq. ; Cordula Nolte, « “Ir seyt ein frembs weib, das soit ir pleiben, dieweil ihr lebt”. Beziehungsgeflechte in fürstlichen Familien des Spätmittelalters », Geschlechterdifferenz im interdisziplinären Gespräch, Doris Ruhe dir., Greifswald, 1999, p. 16 ; Barbara Harris, « Women and Politics in Early Tudor England », Historical Journal, 33-2, 1990, p. 260 et sq. ; Magdalena P. Sanchez, The Empress, the Queen and the Nun..., p. 113. Dans cette perspective, le xvie siècle marque un tournant. À la suite de la Réforme et du rapport de forces qui en résulte, de nouvelles liaisons dynastiques se substituent aux anciens liens. La confession et l’appartenance politique deviennent alors des critères d’alliance.

15 Ingeborg Mengel, Elisabeth von Braunschweig-Lüneburg und Albert von Preussen. Ein Fürstenbriefwechsel der Reformationszeit, Gottingen 1954 ; Anneliese Sprengler-Ruppenthal, « Die Herzogin Elisabeth von Calenberg und der Landgraf Philipp von Hessen », Zeitschrift für Niedersachsische Kirchengeschichte, 1984, 82, p. 27-52 ; Iselin Gundermann, Herzogin Dorothea von Preuβen (1504-1547), Cologne / Berlin, 1965 ; Rita Scheller, Die Frau am preussischen Herzogshof (1550-1625), Cologne / Berlin, 1966 ; des lettres de princesses également éditées par J. Voigt, Hofleben..., p. 222 et sq. ; Margret Lemberg, Juliane Landgräfin zu Hessen..., p. 199.

16 Bibliographie dans ; Heide Wunder, Herrschaft..., p. 28 ; Jan Hirschbiegel et Wernzr Paravicini dir., Frauenzimmer... ; Beatrix Bastl, Tugend, Liebe, Ehre. Die adelige Frau in der Frühen Neuzeit, Vienne/Cologne/Weimar, 2000 ; Amalieβel, Konigin... ; point de vue et bibliographie sur la recherche française – infiniment plus développée : Fanny Cosandey, La Reine de France. Symbole et pouvoir, xve-xviiie siècles, Paris, 2000 ; sur l’espace anglais, synthèse dans Madalena P. Sanchez, The Empress, the Queen and the Nun... Voir également Barbara Harris, English Aristocratie Women 1450-1550. Marriage an Family, Property and Careers, Oxford 2002 ; Heide Wunder dir., Dynastie und Herrschaftssicherung in der Frühen Neuzeit. Geschlechter und Geschlecht, Berlin, 2002.

17 Katrin Keller, « Kurfürstin Anna von Sachsen (1532-1585) : Von Möglichkeiten und Grenzen einer „Landesmutter“ », Das Frauenzimmer..., p. 279 et sq.

18 Katrin Keller, « Kurfürstin Anna von Sachsen... » ; Hans-Peter HASSE, Zensur theologischer Bücher in Kursachsen im konfessionellen Zeitalter. Studien zur kursächsischen Literatur-und Religionspolitik in den Jahren 1569 bis 1575, Leipzig, 2000, p. 250-270 ; voir également les travaux anciens mais encore utiles de Karl von Weber, Anna, Churfürstin von Sachsen, Leipzig, 1865 et de Konrad Sturmhöfel, Kurfürstin Anna von Sachsen. Ein politisches und sittengeschichtliches Lebensbildaus dem 16. Jh., Leipzig, 1905. Je remercie la Hochschuljubiläumsstiftung de la ville de Vienne pour le soutien qu’elle a accordé à mes recherches.

19 En 1478, Christine de Saxe (1461-1521) a épousé Jean de Danemark (1455-1513) ; en 1602, c’est au tour de la princesse Hedwig de Danemark (1581-1641) d’épouser le petit-fils d’Anne, Christian II (1583-1611). En 1634, Madeleine Sybille de Saxe (1617-1691) épouse le prince héritier du Danemark Christian (1603-1647) et, enfin, en 1666, Anne-Sophie de Danemark (1647-1717) épouse le prince héritier de Saxe Jean Georges III (1647-1691). En 1540, la sœur aînée d'Auguste, Sybilla (1515-1592), est mariée au duc François Ier von Sachsen-Lauenburg (1510-1581) et, en 1545, sa sœur Sidonia (1518-1575) épouse le duc Eric II von Braunschweig-Calenberg (1528-1584).

20 Jutta Bäumel, « Die Festlichkeiten zur Hochzeit Herzog Augusts von Sachsen mit Anna von Dänemark 1548 », Dresdner Hefte, 21, 1990, 1, p. 19-28.

21 Sur la signification politique de ces mariages, Linda L. Peck, Court Patronage and Corruption in Early Stuart England, Londres, 1996, p. 71.

22 Toutes les sources mentionnées se trouvent au Sächsischer Hauptstaatsarchiv de Dresde. Nous n’en mentionnerons plus la provenance. Kopial Nr. 511, f. 10-11 (29.01.1562), Nr. 512, f. 33b-34b (24.07.1565), Nr. 520, f. 217 (6.05.1579).

23 „Dieweill aber das eltere fräulein Catharina nuhmer fast manbar werden möchte, und wir gantz gerne darzu räthlich fürder- und hülffhch [sein] wolten das sie fürstlich unnd wohl vorheiratet und vorsehen würde, wo unß nicht im wege lege [ ?] das itziger zeitt inn den fürstlichen heusern fast allenthalben mehr fräulein den herren sein. Als ist unß freuntlich zu gemüth gefallen, das euer Liebden geliebter her und gemahel seliger gedechtnüs einen sohn und jungen herren nach sich verlassen, der noch frey und unvormahlet ist. Dannenhero wir bedacht, wo es sonst gottes gnediger und baider personen wohlgefelliger wille were, das unsers bedunckens tzwüschen denselben baiden fürstlichen personen nicht unbequemb eine christliche heirat und neue freundtschafft getroffen und auffgerichtet werden möchte... [falls dieser Vorschlag bei der Herzogin auf Interesse Stoße, könnte sie mit ihrem Sohn Karl Christoph] unter furgewendeten schein, unss als die befreundte muhm zubesuchen, wohl gedachten iren sohn mitt sich anhero bringen und das frälein [ !] selbst persönlich sehen. So kan auch euer Liebden, do sie es begeren, eine contrafactus von dem frälein zugeschickt werden,” Kopial Nr. 512, f. 21b-22 (28.05.1565), f. 63b-64 (3.12.1565), f. 117-119b (10.06.1566).

24 Par ex. Kopial Nr. 509, f. 30b (5.03.1557), f. 159 (23.02.1561), Kopial Nr. 511, f. 10b-11 (29.01.1562), Nr. 512, f. 245-246 (12.08.1567), Nr. 514, f. 161b-162 (5.08.1570), Nr. 515, f. 31 (13.01.1572), Nr. 516, f. 81 (29.07.1573). Voir également Karl von Weber, Anna von Sachsen..., p. 54-81.

25 Kopial Nr. 514, f. 2a/b (16.01.1569 dans une lettre à sa tante Elisabeth von Mecklenburg) ; sur les efforts d’Anne, voir entre autres Kopial Nr. 512, f. 113-114 (26.04.1566), Nr. 514, f. 117-118b (8.03.1570).

26 „das man in fürstlichen heiraten nit allweg fürnemblich auff schöne gestalt zusehen, sondern vielmehr ehrliche ankunfft [ ?] der fürstlichen heuser und geschlechter, frombkeit der eltern, auffrichtigkait des gemüths, gottseligkeit unnd andere christliche fürstliche tugenden zu erwegen pflegte...“ Kopial Nr. 512, f. 1 16 (20.05.1566), de même Kopial Nr. 513, f. 134b-135 (25.11.1568), Kopial Nr. 514, f. 231-232 (22.04.1 571).-Voir également Beatrix Bastl, Tugend, Liebe, Ehre..., p. 152-161.

27 Magadalena P. Sanchez, The Empress, the Queen and the Nun..., p. 112 ; Katherine Walsh, « Verkaufte Töchter ? Überlegungen zur Aufgabenstellung und Selbstwertgefühl von in die Ferne verheirateten Frauen anhand ihrer Korrespondenz », Jahrbuch des Vorarlberger Landesmuseumsvereins, 1991, p. 132, p. 135.

28 Kopial Nr. 509, f. 157 (7.02.1561). Le mariage est célébré en 1561 à Leipzig.

29 Kopial Nr. 511, f. 100b-101 (2.08.1563), f. 239-40 (22.07.1567), Nr. 514, f. 27b-28 (3.05.1569).

30 Loc. 8528/3 (1561-64), f. 229 (3.04.1563), Kopial Nr. 511, f. 87b-88 (3.05.1563), F. 100b-101 (2.08.1563), Nr. 517, f. 73 (1 1.07.1573), d’autres exemples chez Konrad Stumhöfel, Kurfürstin Anna..., p. 255 et sq. ; plus généralement Barbara HARRIS, Women and Politics..., p. 262 et sq.

31 Loc. 8528/2 (1556-61), f. 230 (13.11.1560), Kopial Nr. 513, f. 33b (11.04.1568), Kopial Nr. 516, f. 71b-72 (31.05.1572).

32 Dans la mesure où ce comptage repose sur une analyse de l’index des correspondants, nous n’indiquons pas des chiffres exacts mais des ordres de grandeur, afin de ne pas tomber dans le piège d’un pseudo-quantitativisme.

33 Ce groupe est composé d’aristocrates du Saint-Empire. Une analyse exhaustive de la correspondance de la princesse Anne devrait tenir compte des correspondants occasionnels, hommes et femmes, petits nobles saxons, commis, membres des bourgeoisies municipales. Des théologiens et plusieurs médecins figurent encore parmi les correspondants d’Anne. Parmi les correspondants de longue durée, on remarque la présence du conseiller impérial danois Peter Oxe, celle de deux chambellans saxons, de l’intendant des domaines Abraham v. Thumbshirn ainsi que de l’abbesse du couvent (supprimé) des clarisses de Weissenfels, qui composait le douaire d’Anne.

34 La princesse échange une longue et fréquente correspondance avec Heinrich der Jüngere von Braunschweig-Wolfenbüttel (1489-1566).

35 Maximilian Lanzinner, Friedenssicherung..., p. 73, p. 329.

36 Jusqu’ici, je n’ai pu traiter que les correspondances incluant des Habsbourg ou leurs proches.

37 Loc. 8528/4 (Brandenburg 1561-77, 335 f.) ; Loc. 8534/1 (Bayern 1 571-84, 450 f.).

38 Par ex. Loc. 8529/1 (1562-69), f. 207, Kopial Nr. 511, f. 24b (2.05.1562), Nr. 512, f. 13b-14 (19.04.1565), Nr. 514, F. 71 (12.10.1569).

39 Les correspondances qu’entretient Anne avec sa mère ou avec sa tante paternelle dans le Mecklembourg, ainsi qu’avec la comtesse de Mansfeld jouent un rôle important : Loc. 8528/2 (1556-1561), f. 17, 19, 27 (sans date), Kopial Nr. 513, f. 20-21 (2.03.1568), f. 44-46 (28.04.1568), Kopial Nr. 517, f. 62 (28.06.1573) et d’autres références.

40 Des plaintes particulièrement fréquentes sont adressées à Elisabeth von Mecklenburg (par ex. Kopial Nr. 514, f. 21b-22 (12.04.1569), f. 151 (7.06.1570), f. 273 (12.08.1571)). Dans les lettres transparaît fréquemment le regret de ne pouvoir se rencontrer physiquement (par ex. Loc. 8534/1, f. 9 (24.01.1575), f. 181 (1.04.1580), f. 209-210 (14.06.1581), Loc. 8531/2, f. 140 (7.04.1567), f. 164 (20.08.1575), Kopial Nr. 511, f. 58 (16.10.1562), f. 172-173 (3.11.1564)).

41 Sur la guerre et le rôle de la Saxe, Maximilian Lanzinner, Friedenssicherung..., p. 409-12 ; sur l’activité politique d’Anne, Katrin Keller, Kurfürstin Anna..., p. 277 et sq.

42 Par ex. Kopial Nr. 509, f. 187b-188b (15.09.1561), Nr. 514, f. 84-86 (2.12.1569), f. 232-235 (12.05.1571), exemple également chez Maximilian Lanzinner, Friedenswahrung..., p. 208 (à propos du mariage palatino-saxon de 1570).

43 Kopial Nr. 509, f. 172b (2904.1561), Nr. 511, f. 39b (4.07.1562).

44 Kopial Nr. 511, f. 60 (23.10.1562), f. 68-70 (5.01.1563), f. 103b-104 (29.08.1563). Une autre rencontre lors de la diète de 1566 est attestée : Kopial Nr. 512, f. 104-106 (24.03.1566), f. 108b-109b (3.04.1566), R 174b-175 (3.01.1567), voir également Helga Widorn, Die spanischen Gemahlinnen der Kaiser Maximilian II., Ferdinand II. und Leopold I., Diss. masch., Wien 1959, f. 25 ; Albrecht P. Luttenberger, Kurfürsten, Kaiser und Reich..., p. 125 et sq. ; Maximilian Lanzinner, Friedenswahrung..., p. 54.

45 Kopial Nr. 511, f. 172b-173 (3.11.1564), Loc. 8531/4 (1567-85), Loc. 8537/2 (1578-85) ; Konrad Sturmhöfei., Kurfürstin Anna..., p. 92 et sq. ; de même la correspondance avec Anna Maria von Württemberg (1526-1589), Kopial Nr. 511, f. 180-181 (3.01.1565).

46 Ernst Koch, « Ausbau, Gefährdung und Festigung der lutherischen Landeskirche von 1553 bis 1601 », Das Jahrhundert der Reformation in Sachsen, Helmar Junghans dir., Berlin, 1989, p. 201 ; Maximilian Lanzinner, Friedenswahrung..., p. 359.

47 Kopial Nr. 514, f. 128-129, 140b-142 (mars et mai 1570).

48 Linda L. Peck, Court Patronage..., p. 47 et sq., 68-74 ; Barbara Harris, Women and Politics..., p. 268.

49 AmaließEL, Königin..., p. 182-90, 300-308, 313-316 ; Brigitte Streich, Frauenhof und Frauenzimmer..., p. 258 ; Cordula Nolte, Beziehungsgeflechte..., p. 16 et sq. ; Helga Widorn, Spanische Gemahlinnen..., f. 32, 34 ; Magdalena P. Sanchez, The Empress, the Queen and the Nun..., p. 117.

50 Ronald G. Asch, Der Hof Karls I. von England. Politik, Provinz und Patronage 1625-1640, Cologne / Weimar / Vienne, 1993, p. 288-96 ; Volker Press, « Patronat und Klientel im Heiligen Römischen Reich », Klientelsysteme im Europa der Frühen Neuzeit, Antoni Maczak dir., Munich, 1988, p. 19-46 ; The search for a patron in the Middle Ages and the Renaissance, David G. Wilkins dir., New York, 1996, note 11.

51 Volker Press, Patronat und Klientel..., p. 46, 22, 32 ; Aloys Winterling, Der Hof der Kurfürsten von Köln 1688-1794. Eine Fallstudie zur Bedeutung “absolutistischer” Hofhaltung, Bonn, 1986, p. 153-56. Des exemples chez Thomas Nicklas, « Reichspolitische Beziehungsgeflechte im 16. Jahrhundert Lazarus von Schwendi und der Dresdner Hof, Neue Studien zurfrühneuzeitlichen Reichsgeschichte, Johannes Kunisch dir., Berlin 1997, p. 181-206 ; Friedrich Edelmayer, Soldner und Pensionare. Das Netzwerk Philipps II. im Heiligen Romischen Reich, Munich, 2002.

52 Katrin Keller, Kurfürstin Anna..., p. 269 et sq. ; Magdalena Sanchez, The Empress, the Queen and the Nun..., p. 38 et sq.

53 Kopial Nr. 514, f. 95 (20.12.1570), Loc. 8532/1, f. 189 (29.09.1571), Kopial Nr. 517, f. 1-2 (26.12.1572).

54 Loc. 8529/4 (1565-67), f. 209-13 (3.12.1566), Kopial Nr. 512, f. 1836-184 (5.02.1567) ; Briefe der Mutter z. B. Loc. 8528/2 (1556-61), F. 3-9 (1556-58), weitere Darlehen : Loc. 8528/3, f. 105 (28.04.1562), Kopial Nr. 513, f. 27 (2403.1568).

55 „Als haben wir bei vnserm hertzliebsten herren vnd gemahel desto vleissiger erinnert vnd angehaltenn, das seine Liebden ire rethe zu solcher brüderlichen teilung verordnet, inen auch befohlen, euer Liebden herrn vnd gemahels vnd euer Liebden beiderseits kinder besser hierinne zubedenckenn », Kopial Nr. 514, f. 24-25b (23.04.1565).

56 Kopial Nr. 514, f. 324b (11.11.1571).

57 Des exemples de refus : Kopial Nr. 513, f. 213b-214 (6.05.1567), Kopial Nr. 518, f. 33 (17.03.1575), f. 55 (26.04.1575), Kopial Nr. 519, f. 139b-l40b (31.01.1576), Kopial Nr. 522, f. 144b-145 (18.08.1581).

58 Magdalena P. Sanchez, The Empress, the Queen and the Nun..., p. 120 et sq. ; Fanny Cosandey, La Reine..., p. 117 et sq.

59 Par ex. Kopial Nr. 511, f. 83 (8.04.1563).

60 Cordula Nolte, Beziehungsgeflechte..., p. 13.

61 Brigitte Vacha dir., Die Habsburger. Eine europäische Familiengeschichte, Graz / Vienne / Cologne, 1996, p. 158 ; Maximilian Lanzinner, Friedenssicherung..., p. 73, 203 et sq. ; Albrecht P. Luttenberger, Kurfürsten, Kaiser und Reich..., p. 151 ; G. Brückner, « Die zu Dresden im April 1575 zu Ehren des Kaisers Maximilian II. veranstalteten Feierlichkeiten », Archiv fur die sächsische Geschichte 4, 1866, p. 225-241.

62 Kopial Nr. 513, f. 64-65 (7.06.1568), Nr. 514, f. 120-121 (9.03.1570), Nr. 516, f. 58 (16.05.1572), Nr. 519, f. 155-156 (18.02.1576).

63 Loc. 8534/4, f. 170-173b (25.10.1575), Kopial Nr. 516, f. 8b-9 (10.01.1572).

64 Maximilian Lanzinner, Friedenssicherung..., p. 309.

65 Loc. 8535/4, f. 16 (6.06.1575), des exemples de l’action conjointe de Marie et de Anne : Haus-, Hof- und Staatsarchiv Vienne, Hausarchiv, Familienkorrespondenz A Karton 31 [Marie à Anne 8.04.1574], Hauptstaatsarchiv Dresden, Loc. 8538/9, f. 42 (23.06.1572).

66 Sur le rôle des cadeaux, Barbara Harris, Women and Politics... p. 265 et sq.

67 Karl von Weber, Anna von Sachsen..., p. 190 (1560).

68 Heinz Peickert, « Gräfin Dorothea v. Mansfeld und Kurfürstin Anna von Sachsen. Zwei deutsche Arzneimittelfabrikantinnen des 16. Jh. », Apotheker-Zeitung, 1933, 6, p. 1-8.

69 Z. B. Kopial Nr. 514, f. 122-123 (13.08.1570), Nr. 516, f. 8b-9 (10.01.1572).

70 Kopial Nr. 512, f. 121 (10.06.1566), Nr. 514, f. 69b-70 (5.10.1569), f. 251b (1571) ; Kopial Nr. 517, f. 87b-88a (10.08.1573) ; Loc. 8538/11, f. 12 (15.11.1581), f. 17-18 (3.02.1582).

71 Sur Hans Trautson : Richard Schober, « Die Trautson. Ein Abriss zur Geschichte der Familie », Die Urkunden des Trautson-Auersperg-Archivs, ibid. dir., Innsbruck, 1996, p. 14-17 ; Franz Hadriga, Die Trautson. Paladine Habsburgs, Graz-Wien-Köln, 1996, p. 38, 51 et sq., 61 ; Maximilian Lanzinner, « Geheime Rate und Berater Kaiser Maximilians II. (1564-1576) », Mitteilungen des Institutsfür Österreichische Geschichtsforschung, 102, 1994, p. 297 et sq., 306.

72 Kopial Nr. 511, f 103b-104 (29.08.1563), f. 149b-l 50 (13.03.1564)

73 Kopial Nr. 516, f. 8b-9 (10.01.1572), f. 58 (16.05.1572), Nr. 517, f. 213b-2l4 (6.08.1574), Nr. 518, f. 10b-ll (17.02.1575), Loc. 8534/4, f. 81 (23.06.1573), f. 147 (12.09.1574), f. 148 (3.03.1575).

74 Kopial Nr. 516, f. 83b-85b (7.11.1572 et sq. Franz Hadriga, Trautson.... p. 58 et sq.

75 Helga Widorn, Spanische Gemahlinnen..., f. 13 et sq.

76 Parmi elles, Sophia de Toledo, Maria von Pernstein (1538-1595), Margarita v. Dietrichstein (1555-1609) ainsi que le chambellan Georg Proskowski von Proskau ( ?-l 584). L’ordre d’échanger une correspondance émane parfois directement de l’Impératrice : Loc. 8534/4, f. 195 a/b (6.11.1576), Loc. 8536/8, f. 88 (5.12.1579), Loc. 8536/8, f. 177-178a (14.04.1582).

77 Kopial Nr. 524, f. 152 a/b (7.08.1583), Nr. 525, f. 126b-127 (7.06.1583), f. 138 (28.09.1583) usw., Loc. 8538/4, f. 17 a/b (30.05.1583), f. 22 (29.07.1583), f. 24-25 (22.09.1583) etc. Sur Maria v. Pernstein, Charlotte Gamber, Die Herren von Pernstein in Böhmen und Mähren, diss. Vienne, 1982, f. 49 et sq.

78 Albrecht P. Luttenberger, Kaiser, Kurfürsten und Reich..., p. 446. Sur la famille Madruzzo, Bernhard Steinhauf, Giovanni Ludovico Madruzzo (1532-1600) : Katholische Reformation zwischen Kaiser und Papst. Das Konzept zur praktischen Gestaltung der Kirche der Neuzeit im Anschluss an das Konzil von Trient, Münster, 1993, p. 2-5.

79 Maximilian Lanzinner, Friedenssicherung..., p. 69, 73, 77 et sq.

80 Ibid., p. 205, 309 ; Albecht P. Luttenberger, Kaiser, Kurfürsten und Reich..., (sur le Palatinat) p. 155 et sq., 176, 236.

81 Maximilian Lanzinner, Friedenssicherung..., p. 203-209.

82 Heide Wunder, Herrschaft..., p. 32, 35 et sq. Liste incomplète des correspondants de l’Électeur Auguste parmi les manuscrits du Geheimes Archiv (f. 11-25c), Sächsisches Hauptstaatsarchiv, Dresde.

83 Maximilian Lanzinner, Friedenssicherung..p. 203 et sq.

84 Magdalena P. Sanchez, The Empress, the Queen and the Nun..., p. 114 et sq. ; Barbara Harris, Women and Politics..., p. 268, 272, voir également Martin Kintzinger, « Die zwei Frauen des Königs. Zum politischen Handlungsspielraum von Fürstinnen im europäischen Spätmittelalter », Das Frauenzimmer..., Stuttgart, 2000, p. 381 et sq.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search