Version classiqueVersion mobile

L’espace du Saint-Empire

 | 
Christine Lebeau

Troisième partie. Pratiques d’espace en empire

Frontière, territoire, confession : l’exemple de l’Eichsfeld

Christophe Duhamelle

Texte intégral

1Peut-on étudier les frontières internes au Saint-Empire au travers des pratiques qui les animent et les constituent ? La frontière joue-t-elle un rôle dans l’éventuelle constitution d’une identité territoriale ? En posant ces deux questions complémentaires, on souhaite ici explorer les signes, les rythmes et les processus par lesquels s’effectue la rencontre entre la spécificité allemande des définitions politiques et confessionnelles – spécifiques au Saint-Empire – de l’espace et de ses délimitations, d’une part, et la mobilisation quotidienne ou ponctuelle par les populations de ces définitions, d’autre part. L’enjeu de ces questions réside dans la notion d’« identité » qu’il ne convient pas de prendre, au pied de la lettre, comme une invitation à la tautologie, mais qui incite au contraire à une réflexion sur les rapports de contrainte, d’appropriation, d’interaction, de choix et de jeux d’échelles qui existent entre les instances qui assignent une identité et les pratiques qui l’actualisent. Sur tous ces points, il sera peut-être possible de proposer in fine quelques enseignements grâce à l’exemple de l’Eichsfeld, une exclave de l’archevêché-électorat de Mayence située aux confins de la Thuringe, de la Hesse et de la Basse-Saxe. Cette région catholique est entourée de voisins protestants ; l’aspect religieux retiendra donc en priorité notre attention à partir de la question suivante : comment les habitants de l’Eichsfeld ont-ils ressenti et construit leur « frontière de catholicité » ?

  • 1 Je remercie le commissariat ecclésiastique de Heiligenstadt d’avoir bien voulu mettre à ma disposi (...)

2Fondée sur les premiers résultats d’une recherche en cours, l’étude se référera principalement aux archives du commissariat ecclésiastique de l’Eichsfeld, à Heiligenstadt1 et à celles de l’administration laïque de cette région (conservées à Wernigerode). La période traitée va, pour l’essentiel, des lendemains de la guerre de Trente Ans à la sécularisation de l’électorat (1803).

L’Eichsfeld : un territorium non clausum

3Qui approche aujourd’hui l’Eichsfeld peut aisément penser que ce haut-plateau séparé comme par un mur des régions avoisinantes était prédestiné à devenir le bastion du catholicisme qu’il est encore. Loin de relever d’une vocation éternelle, cette originalité confessionnelle est cependant historiquement construite et découle avant tout de conditions politiques. Avant d’aborder la manière dont s’est constituée la personnalité catholique de l’Eichsfeld, il nous faut donc revenir sur la lente mise en place d’une frontière politique et confessionnelle qui n’est pas allée sans contestations. Cette région n’offrait en effet pas d’emblée l’aspect d’un territoire « moderne », unifié et soumis à une solide autorité princière, et présentait au contraire certaines caractéristiques d’un territorium non clausum entouré de limites fragiles et menacées.

  • 2 S’étendant sur 1 180 km2, l'Eichsfeld est peuplé à la fin du xviiie siècle de plus de 80 000 habit (...)
  • 3 Hans-Heinrich Ebeling, « Grundzüge territorialer Entwicklung des Eichsfeldes », EichsfeldJahrbuch,(...)
  • 4 Les abondantes sources mobilisées, dans une optique luthérienne, par Levin Freiherr von Wintzinger (...)

4L’Eichsfeld2 constitue, politiquement, l’exclave la plus orientale (à l’exception de la ville d’Erfurt) de l’archevêché-électorat de Mayence. Comme souvent dans l’Empire, le partage des droits et des juridictions n’y obéit cependant pas partout à des principes bien clairs et l’éloignement du prince ne contribue guère à affermir l’autorité mayençaise3. Proche de la Saxe, l’Eichsfeld fut en outre exposé très tôt aux progrès de la Réforme. Un luthéranisme mal structuré et peu centralisé s’était installé dans tout l’Eichsfeld lorsqu’à la suite de sa visite pastorale de 1574, l’archevêque-électeur Daniel Brendel von Homburg (1555-1582) décida de mener la recatholicisation de sa principauté thuringienne. En apparence, et non sans quelques difficultés, celle-ci fut menée à bien assez rapidement4. En réalité, tout restait à faire.

  • 5 Archiv des bischöflichen Kommissariats in Heiligenstadt [cité par la suite KAH], B 12-1, 1.
  • 6 Le bourg de Treffurt, par exemple, à la pointe sud de l’Eichsfeld, constitue un condominium avec l (...)
  • 7 Une mise au point récente sur la guerre de Trente Ans en Eichsfeld : Norbert Winnige, « Wirtschaft (...)

5La présence, tout autour de l’Eichsfeld, de puissants princes luthériens ne facilitait pas cette tâche. En septembre 1606, par exemple, les villageois de Berka envoyèrent au commissaire ecclésiastique une lettre lui rappelant que « le village de Berka est enserré par le territoire de Brunswick et que toutes les terres et les rentes qui s’y trouvent appartiennent au duc de Brunswick [...] et que nous devons bien savoir qu’aussitôt que nous adopterons la doctrine catholique nous devrons nous passer de nos pâtures et de nos terres et que de cette manière on nous mettra le bâton de mendiant dans la main »5 et lui demandèrent par conséquent d’être dispensés de l’obligation du catholicisme. Cet exemple nous montre que les principes de la paix d’Augsbourg de 1555, résumés ensuite par la formule Cujus regio, ejus religio, ne purent être appliqués qu’après que fut péniblement déterminé à qui « appartenait » telle ou telle localité, où les droits des uns et des autres étaient entremêlés 6. Ces frontières révélèrent toute leur fragilité à l’occasion de la Guerre de Trente Ans. Occupée alternativement par les Impériaux, par les Suédois, puis par Guillaume de Saxe-Weimar, la région connut cinq changements confessionnels et de longues phases de domination protestante7. À l’issue du conflit, l’Eichsfeld n’était pas seulement dévasté, dépeuplé et appauvri ; il était également redevenu une friche confessionnelle où le travail de recatholicisation était à reprendre, même si la paix de Westphalie avait sanctionné le retour au catholicisme.

  • 8 Reinhold Kiermayr, « The Reformation in Duderstadt 1524-1576 and the ‘Declaratio Ferdinandea’ », A (...)
  • 9 Inge Mager, « Katholiken »..., p. 129.

6Les frontières « extérieures » du territoire ont par conséquent été longtemps contestées et demeurent fragiles. Persistaient en outre, au sein même du territoire, des « frontières intérieures ». La ville de Duderstadt, d’une part, était en 1574 entièrement luthérienne. Elle tenta de faire valoir la Declaratio Ferdinandea, une lettre secrète donnée à la veille de la promulgation de la Paix d’Augsbourg par le roi Ferdinand, frère de Charles Quint, à l’électeur Maurice de Saxe et promettant que les villes et les chevaliers des territoires ecclésiastiques pourraient conserver le culte public luthérien s’ils pratiquaient celui-ci depuis de nombreuses années. La Declaratio n’avait cependant pas valeur de loi d’Empire. La municipalité de Duderstadt ne put donc obtenir gain de cause à la Diète de 1576 et dut rendre l’église luthérienne au clergé catholique8. La majorité des habitants demeurèrent cependant protestants et, malgré les interdictions constamment renouvelées, se rendirent dans les temples au-delà de la frontière ; près d’un tiers se reconnaissaient toujours de confession luthérienne lorsque le culte protestant fut à nouveau autorisé en 18089. Il y avait donc là une première lézarde dans l’uniformité catholique du territoire.

  • 10 Kah, N 2-1, 4
  • 11 Le curé catholique de Teistungenburg a ainsi marié en 1725 sans aucune hésitation, selon la coutum (...)

7La seconde brèche, d’autre part, concernait la noblesse de l’Eichsfeld qui resta, dans son immense majorité, attachée au protestantisme. Elle parvint à conserver le droit d’entretenir des chapelles luthériennes, multipliant ainsi les micro-enclaves protestantes dans cette enclave catholique, et c’est bien de frontière (Grenze) que parle par exemple le curé de Deuna lorsqu’il décrit le 6 juillet 1790 le partage minutieux des droits entre le chapelain luthérien de la famille von Hagen et lui-même : « en ce qui concerne cependant les enterrements, le dit domaine noble apporte les morts jusqu’à la frontière au curé de Deuna »10. Baptêmes, mariages, enterrements : tout est réparti selon des règles précises, et non selon la religion des uns ou des autres. Ces confusions confessionnelles dûment institutionnalisées font partie intégrante du catholicisme de l’Eichsfeld11.

  • 12 Wolfgang Trappe, « Die Bültzingslowen zu Harburg und Haynrode », Eichsfeld Jahrbuch, 3, 1995, p. 2 (...)
  • 13 Hans Koerner, Die Familie von Hanstein auf dem Eichsfeld im Zeitalter der Reformation und Gegenref (...)
  • 14 Kah, N 2-1, 42.
  • 15 Kah, N 2-1, 51.

8Mais le luthéranisme des nobles entraîne des conséquences plus importantes encore : ils ont gardé l’essentiel de leurs droits de présentation aux cures en acceptant de proposer des candidats catholiques. Le prince est certes parvenu à limiter l’influence nobiliaire en rachetant en 1574 les droits d’une de ces familles, les Bültzingslowen, sur le bailliage de Worbis12, mais il n’a pu supprimer les privilèges des autres et surtout des Hanstein, la famille noble la plus puissante de l’Eichsfeld13. Alors qu’ils avaient fréquemment enrichi ces bénéfices au cours de la période précédant 1574, les nobles se gardent bien cependant désormais d’y effectuer le moindre investissement, condamnant les cures à l’indigence14 et se contentant de percevoir des droits de mutation. Ceux-ci provoquent en octobre 1789, de la part du commissaire ecclésiastique, un commentaire qui rappelle paradoxalement certains textes de Luther. Refusant de conférer une cure de collation archiépiscopale au curé d’Ecklingerode, le commissaire ajoute en effet : « le candidat devrait patienter dans sa cure actuelle, d’une part parce qu’il a obtenu cette paroisse soumise à patronage il y a quelques années à peine, contre paiement de 100 Reichstaler de droits de fief, d’autre part parce que de cette manière on ne donnerait pas trop souvent aux patrons, les seigneurs von Westernhagen ou les employés de leur tribunal, l’occasion de se livrer à la simonie »15.

  • 16 Kah, E 13-1, 65.

9Les nobles protestants ne constituent donc pas seulement des sortes d’échardes dans le corps catholique de l’Eichsfeld, ils freinent également l’action des autorités religieuses et civiles. Les occasions pour eux d’affirmer leur protestantisme sont innombrables. Nous ne prendrons qu’un seul exemple : depuis 1583, et jusqu’en 1700, protestants et catholiques ne suivent pas le même calendrier, ce qui décale les fêtes religieuses et donne l’occasion à un Hanstein d’afficher sa différence en plein pèlerinage vers le Hülfensberg, le sanctuaire le plus important du pays. Les missionnaires jésuites qui viennent d’inspecter l’Eichsfeld fulminent ainsi en juillet 1686 : « un seul noble, Friedrich von Hanstein sur son bien de Töpfer au pied du mont sacré du Hülfensberg, parce qu’il n’a pas adopté le calendrier grégorien, viole nos fêtes en faisant effectuer ses corvées, pour le plus grand scandale des pèlerins allant vers le mont »16. On le voit, les « frontières intérieures » trouent l’espace et le temps sacrés de l’Eichsfeld et exposent continûment au regard des catholiques les particularités de l’autre religion chrétienne : les habitants de l’Eichsfeld ne peuvent donc pas vivre leur catholicisme sur le mode de l’évidence.

  • 17 Voir, entre autres, Martin Heckel, « Die Religionsprozesse des Reichskammergerichts im konfessione (...)
  • 18 Voir, par exemple, le cas développé récemment par Wolfgang Petz, « Evangelische Reichsstadt und Kl (...)
  • 19 Sur ce point, un aperçu général dans Robert Bireley, « Neue Orden, katholische Reform und Konfessi (...)
  • 20 Kah, E 13-1, 2.

10Ce poids des frontières inachevées entraîne d’ailleurs une certaine prudence des autorités. Le droit a été fixé, bon gré mal gré, par la Paix de Westphalie ; les pratiques doivent éviter de remettre en cause le statu quo, puisque la jurisprudence impériale, après 1648, s’exerce en général au détriment des novateurs et des fauteurs de troubles17. Voilà qui borne l’affirmation triomphante d’un catholicisme réinstauré. La nécessité de ne pas susciter les récriminations des protestants revient en effet dans de nombreux textes officiels. Cette prudence, que l’on retrouve d’ailleurs dans tout l’Empire18, ne fait cependant pas toujours l’objet d’un consensus parmi le clergé local. Les jésuites notamment, qui ont fondé un collège à Heiligenstadt dès 1575, sont favorables à une confrontation plus offensive et militante avec les protestants. Cette position contribue à rafraîchir parfois leurs relations avec le clergé déjà établi ou avec certaines des autorités temporelles19. Lors de leur mission de 1685-86, en particulier, leurs vigoureuses propositions pour limiter les contacts de la population avec les territoires limitrophes sont dénoncées par le gouverneur de l’Eichsfeld qui, le 30 octobre 1686, plaide auprès de l’électeur en faveur d’une politique plus prudente : « Ce que votre Grâce électorale n’a pu jusqu’à présent faire directement advenir sans provoquer de remous, nous nous flattons de l’avoir effectué de manière indirecte, mais en évitant toute collision avec les non-catholiques »20.

  • 21 Heinz Schilling, « Die Konfessionalisierung im Reich. Religiöser und gesellschaftlicher Wandel in (...)

11Dans ces conditions, la confessionnalisation, sous la forme d’une recatholicisation « par le haut », est ici très loin de correspondre au modèle théorique élaboré par les historiens allemands21. Les frontières, pour leur part, n’ont rien de confins éloignés, mais sont une réalité directe et permanente. Aucun point de l’Eichsfeld n’est éloigné de plus d’une douzaine de kilomètres des bornes du territoire. Il est donc légitime, pour étudier la mise en place d’une identité spatiale et religieuse, d’examiner tout d’abord l’attitude de la population envers ces limites territoriales : les connaît-elle ? Les reconnaît-elle ? S’y reconnaît-elle ?

La pratique de la frontière : limites locales, limite territoriale

12Il s’agit ici d’essayer de comprendre selon quelles modalités les habitants de l’Eichsfeld vouaient aux frontières des pratiques spécifiques et rituelles. 11 faudra distinguer entre différentes échelles, celle du terroir et celle du territoire en particulier, et s’intéresser aux glissements d’une échelle vers l’autre.

  • 22 Un exemple particulièrement éclairant dans Jacques Gélis, « procession enveloppante et fil de cire (...)
  • 23 Landesarchiv Magdeburg Außenstelle Wernigerode (cité LAW), A37a XXII-147, I.
  • 24 Friedhelm Jürgensmeier, « Die Eucharistie in der Barockfrömmigkeit am Mittelrhein », Archiv für mi (...)

13Les cultes liés aux confins de terroirs, que l’on retrouve un peu partout en Europe22, revêtent traditionnellement dans l’Eichsfeld la forme d’une procession à cheval, le « Flurritt ». Le sens attribué à ce rite apparaît assez bien dans une lettre que la communauté villageoise de Bickenriede adresse au gouvernement régional en mars 1713 pour demander la résurrection de cette pratique : « nous étions autorisés à faire tous les ans, le lundi de Pâques, une procession à cheval tout autour de notre terroir et nous avons à chaque fois fait nos dévotions en priant et en chantant, si bien que les chers fruits de notre terre nous ont à chaque fois été conservés, mais comme depuis environ vingt ans nous n’avons plus le droit de poursuivre cette dévotion, nos champs ont depuis lors dû éprouver de lourdes pertes, que ce soit par de mauvaises récoltes ou par de fortes intempéries »23. Interdites par l’archevêque Johann Philipp von Schönborn (1647-1673) en 166924, ces processions à cheval n’en continuent pas moins à fournir le modèle d’une pratique exacte et ritualisée de la conscience de frontière. Mais c’est à un déplacement de cette conscience vers l’échelle territoriale que s’emploient les autorités ecclésiastiques.

  • 25 Bernhard Opfermann (éd. et trad.), Die Geschichte des Heiligenstädter Jesuitenkollegs, Teil 1 (157 (...)
  • 26 Kah, N 2-1, 63, 17 juillet 1800.
  • 27 Kah, E 17, 46, 23 mai 1790.
  • 28 Kah, Fach 255, 28-1, 35.

14Les visites pastorales et les missions n’ont en effet pas seulement pour but de restaurer l’exacte observance des prescriptions catholiques ; elles visent également à promouvoir une unité du territoire et portent une attention particulière aux villages-frontières. Dès 1646, la chronique du collège jésuite précise ainsi : « pour les fêtes de Noël, nous fîmes des excursions jusqu’aux frontières de l’Eichsfeld et surtout dans le secteur jouxtant la Hesse afin que certains endroits où depuis dix ans aucun prêtre ne s’était tenu devant l’autel puissent être irradiés par les sacrements de la réconciliation et de l’eucharistie »25. Se développe alors l’idée selon laquelle les curés qui sont aux avants-postes de l’Eichsfeld doivent être singulièrement irréprochables. On en trouve l’expression dans les rapports que le commissariat ecclésiastique de Heiligenstadt envoie au vicariat général de Mayence sur les différents candidats postulant aux cures à collation archiépiscopale qui viennent à vaquer : pour la paroisse de Gerbershausen par exemple, deux des candidats « n’apparaissent pas dans les propositions soumises par le commissariat, car Gerbershausen est un village frontière pour lequel ni l’un ni l’autre ne conviennent »26. Cette conscience accrue des devoirs d’excellence imposés par la frontière n’est cependant pas exprimée uniquement par la hiérarchie ecclésiastique. Les curés s’en sont également pénétrés et y ont recours pour exhausser leurs mérites, lorsqu’ils demandent leur mutation, ou pour fournir une explication à leurs difficultés. Interrogé en 1790 sur le respect des rites pascaux, le curé de Diedorf, localité située dans l’appendice méridional de l’Eichsfeld, précise ainsi que sa paroisse devrait être pourvue d’un chapelain « dans la mesure où les dévotions des croyants devraient toujours, et spécialement à Pâques, être particulièrement encouragées dans cette paroisse-frontière chargée de deux filiales »27. Les fidèles, enfin, semblent eux aussi en être venus à estimer que les frontières méritent les meilleurs prêtres. Les notables des villages de Küllstedt et Büttstedt, dans la pétition qu’ils adressent le 16 juillet 1796 au commissaire pour conserver leur chapelain, sont très explicites sur ce point : « Le Père actuel est d’un âge déjà mûr, il a quarante-cinq ans, il n’y a plus rien en lui de superficiel, il sait se donner un aspect de sérieux ecclésiastique qui est très édifiant et particulièrement adapté à ces localités frontalières, où nous avons à faire avec les adversaires confessionnels, et eux avec nous, en raison du commerce qui s’effectue fréquemment »28. La coexistence quotidienne va ici de pair avec le souci de défendre l’honneur du catholicisme qu’incarne au premier chef la figure du curé.

  • 29 LAW, A37a XXXII-466, 5, 29 avril 1714.

15Les habitants des « paroisses-frontières » se sentiraient-ils les représentants de tout le territoire ? En tout cas, ils ont une conscience très nette de ses limites et de leur valeur. Sur ce point, les anciens rituels de confins rejoignent la nouveauté que constitue la frontière confessionnelle. Lorsqu’à la suite de protestations de l’électorat de Hanovre le gouvernement laïc de la région enquête en 1714 sur les rogations de la saint-Marc dans le village de Kirchgandern, à l’extrême Ouest de l’Eichsfeld, les réponses du maire révèlent par exemple que le point de friction est une colline nommée Pferdeberg et plus précisément une portion de terrain « grande à peu près comme cette pièce de la chancellerie », précise le témoin. Situé en Hanovre, ce petit coin de Pferdeberg est emprunté par la procession annuelle « parce que la procession ne peut ici se faufiler sur le tracé de la frontière, à cause d’un buisson qui s’y trouve, et ils ont de tout temps mené leur procession autour de ce petit coin, sans que cela ne leur soit refusé ». Pour le reste, la frontière est « juste, et marquée de pierres »29. On voit ici combien les frontaliers ont une connaissance très précise du caractère limitrophe de leur terroir à l’échelle du territoire tout entier, et combien les rites traditionnels de confins ont intégré cette dimension mise en avant par les jésuites et la hiérarchie.

  • 30 Rudolf Reinhardt, « Die Kritik der Aukflärung am Wallfahrtswesen », Bausteine zur geschichtlichen (...)
  • 31 Law, A37a XXII-148, 3. Voir également une autre présentation générale, cette fois rédigée par le co (...)

16Mais d’autres éléments contribuent plus nettement encore à développer ce sens de l’unité territoriale et à constituer la frontière politique et confessionnelle en pratique ritualisée : il s’agit des pèlerinages. Bien qu’ils constituent, pour l’essentiel, des recréations effectuées par les jésuites dans les années qui suivirent immédiatement la recatholicisation de 1574, ils jouirent très vite d’un succès profond et durable que les autorités ecclésiastiques et religieuses ne parvinrent pas à entamer lorsqu’elles souhaitèrent dans le dernier tiers du xviiie siècle, conformément aux principes éclairés, supprimer ou au moins réduire les pèlerinages30. C’est d’ailleurs avec une réprobation résignée qu’un rapport officiel de février 1781 précise « que les sujets de l’électeur en Eichsfeld se livrent aux processions et aux pèlerinages lors de chaque jour férié ou presque, tout au long de l’été [...] ; ils multiplient sans fin les excursions vers le Hülfensberg, situé dans la circonscription de Bischofstein, ils vont très souvent chez les Franciscains de Worbis et, à l’occasion de différentes fêtes, tantôt à Heiligenstadt, tantôt à Etzelsbach, Germershausen, Birkungen et en d’autres endroits du pays, le plus souvent sans être accompagnés d’un ecclésiastique »31. Ces pérégrinations permanentes ne contribuent pas seulement à rendre familière aux pèlerins l’étendue de leur territoire : elles le constituent également en espace sacré, d’autant que le plus important de ces lieux saints, l’Hülfensberg, se trouve précisément à la limite méridionale de l’Eichsfeld et domine la Hesse toute proche. Ce pèlerinage attirait chaque année plus de 20 000 habitants de l’Eichsfeld : autant dire que tous, plusieurs fois dans leur vie, ont non seulement contemplé la frontière de leur région, mais l’ont en quelque sorte scellée dans sa spécificité confessionnelle. Relevant des mêmes fonctions communautaires, recognitives et propitiatoires que la procession aux confins du terroir, le pèlerinage dilate celles-ci aux dimensions de l’Eichsfeld tout entier.

  • 32 Susanne Carell, « Die Wallfahrt zu den sieben Hauptkirchen Roms. Aufkommen und Wandel im Spiegel d (...)
  • 33 Wolfgang BRÜCKNER, Die Verehrung des Heiligen Blutes in Walldürn. Volkskundlich-soziologische Unte (...)
  • 34 Law, A37a XXII-148, 1.
  • 35 Sur les rapports particuliers que le pèlerinage établit entre l’identité collective et la frontièr (...)

17Le pèlerinage cependant introduit une troisième échelle dans la pratique des discontinuités spatiales. La spécificité de l’Eichsfeld en effet n’est pas sut generis, mais se nourrit de son statut d’avant-poste de l’électorat de Mayence et de la religion romaine. La frontière de catholicité ne peut donc s’exprimer pleinement que par la transgression de la frontière territoriale. C’est pourquoi des pèlerins quittent, en nombre restreint mais régulier, ce bout de Thuringe pour rejoindre Rome32. Plus important, et plus proche des formes de pèlerinages collectifs pratiquées sur place, est le voyage annuel vers Walldürn33. Ce grand sanctuaire consacré à un corporal miraculeux célébrant le sang du Christ est situé dans l’électorat de Mayence, à la frontière avec la principauté-évêché de Wurtzbourg et à proximité de l’antique limes romain. Ce sont les paroisses de Dingelstädt et Küllstedt, situées en bordure de la frontière séparant l’Eichsfeld du territoire de la ville d’Empire de Mühlhausen, qui entreprennent ce périple annuel, suspendu en 1776. Réclamant en janvier 1781 son rétablissement, les habitants des deux bourgs décrivent eux-mêmes leur cortège, « qui a souvent été fort de près de 1 000 personnes » qui « ont fait solennellement pèlerinage vers le saint lieu de Grâce du Saint Sang près de Walldürn dans l’Odenwald, avec deux drapeaux flottant au vent, comme une armée chrétienne »34. En ces termes, les habitants de Dingelstâdt et de Küllstedt nous disent comment, au-delà des limites du territoire et en pays protestant, ils transportaient avec eux leur propre frontière incorporée dans une pratique collective35.

  • 36 Étienne François, « Dans un Empire pluraliste : les dynamiques contraires de l’exclusion et de la (...)

18La pratique de la frontière n’est donc pas réductible à sa présence dans la vie quotidienne. Celle-ci, au travers des marchés, des échanges, des rencontres, tisse un espace somme toute flexible, inarticulé, pérenne. Les pratiques de frontières sont au contraire concentrées en affirmations collectives, marquées au calendrier, exhibées par la multitude et les signes de reconnaissance. Elles s’inscrivent, pour l’Eichsfeld, dans l’espace spécifique d’un territoire, de sa situation enclavée, de ses référents extérieurs et dessinent, par leur jeu d’échelles, une version à la fois très concrète et hautement construite de cette dynamique de « frontiérisation » dont parle Etienne François36.

La frontière comme miroir et défi

19Le problème qui se pose alors est celui de la rencontre avec ceux qui sont de l’autre côté de la démarcation territoriale et confessionnelle. Quelle est l’influence exercée par la présence de la frontière sur l’évolution « interne » de la région que nous étudions ? Au travers du commerce quotidien comme à l’occasion des affirmations identitaires, quelle est plus précisément la place des protestants dans la mise en pratique, par les habitants catholiques de l’Eichsfeld, de leur propre spécificité ?

  • 37 Kah, E 13-1, passim.
  • 38 Kah, E 13-1, 65.

20L’attitude du clergé nous fournit un premier niveau de réponse. Apparemment, l’Église catholique de l’Eichsfeld cherche avant tout à tenir ses ouailles à l’écart des influences protestantes. Le souci constant de mieux surveiller les mariages et d’éviter les unions mixtes pourrait servir d’emblème à cette attitude. Cette préoccupation est également celle des jésuites, dont les rapports consécutifs à la mission de 1686 ne cessent de dénoncer l’habitude qu’ont les habitants de l’Eichsfeld d’aller faire affaire, les dimanches et jours de fêtes, avec les protestants qui ne sont pas alors, rappelons-le, soumis au même calendrier, ou d’envoyer leurs enfants servir chez les protestants – en particulier chez les nobles de la région37. Plus graves sans doute sont aux yeux du clergé les facilités que le voisinage des protestants offre aux habitants pour contourner certaines contraintes. Toujours en 1686, les jésuites adressent ainsi à l’archevêque cette mise en garde : « le fait suivant constitue un grave obstacle, parmi d’autres, à la piété : dans certaines églises, le revenu des curés dépend du nombre de communiants, par exemple une mesure de grains par enfant atteignant sa douzième année, d’où il advient que l’on diffère la communion des enfants soit en niant leur âge, soit en les envoyant, lorsque ce moment arrive, vers des endroits non-catholiques »38. On voit ici le quotidien de la frontière emprunter les visages diversifiés du commerce commode et de l’occasion saisie et la notion de « concurrence confessionnelle » prendre le tour le plus concret qui soit.

  • 39 Un autre exemple dans Étienne François, Protestants et catholiques..., p. 153, 157, 161-162.
  • 40 Bernhard Opfermann (éd. et trad.), Die Geschichte..., p. 35.
  • 41 Johann Wolf, Eichsfeldische Kirchengeschichte mit 134 Urkunden, Göttingen, 1816, p. 120. Les moque (...)
  • 42 Kah, N 2-1, 22.
  • 43 Kah, E 2, 9.

21Ce souci d’éviter la concurrence ne constitue cependant pas le seul aspect de l’attitude du clergé. La présence protestante n’est en effet pas seulement un danger : elle est également un défi qui oblige à effectuer des adaptations. La volonté de désamorcer les moqueries est ainsi constamment présente dans les documents produits par le clergé et doit inciter à accorder plus d’importance à la fonction que revêtent le rire et la dérision dans les relations entre confessions39. Dès les débuts de l’entreprise de recatholicisation, les railleries accueillent souvent les rites restaurés dans les villes et les villages de l’Eichsfeld. La chronique des jésuites, en 1588, rapporte ainsi la première prédication effectuée par des prêtres de l’Ordre dans un lieu dont le nom n’est pas spécifié : « Mais lorsque nous passâmes du sermon au catéchisme et qu’ils nous virent faire le signe de croix, cela leur parut si nouveau et si ridicule qu’ils se mirent tous à rire à haute voix »40. De même, en 1605, le gouverneur et le commissaire ecclésiastique réclament au gouvernement mayençais l’expulsion des douze prédicateurs encore présents dans l’Eichsfeld et en particulier celui de Grosstöpfer, village soumis aux von Hanstein et situé au pied du Hülfensberg, « car les pèlerins sont obligés de souffrir et supporter les scandaleuses moqueries des habitants »41. Mais si, avant 1648, il était encore possible d’espérer faire rentrer ces rires dans la gorge des rieurs, la priorité devient, après cette date, d’éviter, par le propre comportement du clergé, qu’ils ne fusent. Révélatrice est sur ce point la condamnation par l’archevêque, le 13 novembre 1679, du curé de Beuren qui se livre au concubinage « pour la plus grande gêne des brebis catholiques confiées à lui et aux autres pasteurs et pour le plus grand scandale des hérétiques»42. Nous laisserons enfin la parole au curé du bourg de Worbis qui explique le 10 février 1798 pourquoi il a renoncé à appliquer le règlement sur le don du viatique : « lorsqu’il y a quelques années l’ordre a été donné de porter publiquement le sacrement aux malades, je m’y suis conformé et me suis revêtu de ma chape, et j’aurais continué à le faire si ne passait pas à travers Worbis la grand-route sur laquelle, tout au long du jour, circulent des étrangers en bonne partie protestants qui s’arrêtent de marcher et se mettent à rire et à se moquer et comme cette rue est longue et que la plupart des maisons la jouxtent, ceci m’est parfois arrivé deux ou trois fois pour un seul malade [...] ; pour éviter ce déshonneur, j’ai renoncé à porter le viatique en chape »43.

  • 44 Kah, Fach 276, 4-1, 9.

22L’attitude du clergé est donc à double tranchant. Elle ne se contente pas de réduire la concurrence des protestants et d’en amoindrir l’influence ; elle se montre également soucieuse d’en désamorcer la critique et surtout de faire taire les rires, ces armes absolues de la distanciation. Par là même, elle laisse entendre que l’objectif qu'elle poursuit réside moins dans la séparation indifférente que dans la reconnaissance, par l’autre, de la dignité du catholicisme. Du clergé à la population, ce sont peut-être le rire et la moquerie qui ont d’ailleurs constitué les vecteurs les plus sûrs pour transformer une distinction confessionnelle imposée par le prince en principe d’honneur collectif. Les conflits frontaliers, que nous aborderons plus loin, en sont la meilleure illustration, ainsi que de nombreux arguments avancés par les sources, comme cette phrase d’un habitant de Wendehausen se plaignant en 1792 du vicaire : « lorsqu’un ecclésiastique encore très jeune prêche avec feu le matin, mais l’après-midi, en plein carême, fait du traîneau avec des femmes dans la ville de Treffurt au grand scandale des bourgeois protestants qui se moquent de lui [...] ce sont des choses qui nous rendent très mécontents44. »

23La présence de la frontière rejaillit ainsi directement sur la construction de l’identité. Cette construction, toutefois, est constamment ambiguë, qui fait sien l’au-delà des frontières pour mieux pouvoir s’opposer à lui. En fait, le processus ne va pas sans une sorte de mimétisme inavoué où le désir de s’emparer des armes de l’adversaire réussit parfois bien au-delà des objectifs fixés. Ce phénomène s’observe particulièrement dans deux domaines : le chant et les sermons funèbres.

  • 45 Kah, A 41-1, 1.
  • 46 Gérald Chaix, Patrice Veit, « Les cantiques dans l’Allemagne du xvie siècle : choisir son chant »,(...)
  • 47 Kah, Fach 255, 16-1, 4.
  • 48 Kah, A 41-1, 13.
  • 49 Kah, A 41-1, 8.

24L’ordonnance électorale du 28 juin 1656 a dans le même temps limité les chants religieux aux textes approuvés et autorisé les chants en allemand, précisant même que « le sermon ne devait pas être prolongé au-delà d’une demi-heure ou de trois quarts d’heure, afin de laisser un peu de place au chant religieux »45. Cette décision est dans le prolongement d’un double mouvement. Le but est d’une part de « purger » le répertoire des chants douteux ou hérétiques, un travail que les jésuites ont entamé dès 1583. Mais il s’agit aussi de reconquérir le terrain perdu au profit des protestants et de permettre au catholicisme de bénéficier de l’attrait populaire que le chant religieux avait incontestablement conféré à la Réforme46. Ces chants connurent ensuite un succès croissant et devinrent un véritable signe identitaire de l’Eichsfeld catholique. Tous les témoignages s’accordent en particulier à décrire les pèlerinages comme une véritable polyphonie de cantiques entonnés jusqu’en pleine nuit ; et c’est à la demande des pèlerins eux-mêmes que l’éditeur Schmidt se propose, en 1794, d’éditer un recueil de poche destiné au pèlerinage de l’Hülfensberg et susceptible d’éviter « l’inconfort d’avoir à emmener avec soi différents livres de chants et de prières »47. Un aspect mérite singulièrement notre attention ; les fidèles refusent désormais de chanter ce qu’ils ne comprennent pas et, à l’instar de leurs voisins protestants, ne connaissent donc que le chant en langue vulgaire. Lorsque le commissariat ecclésiastique enquête en 1777 sur la nécessité de rénover le Manuale Ecclesiasticum, le gouffre qui sépare les prescriptions générales des pratiques de l’Eichsfeld apparaît au grand jour. Le doyen de Heiligenstadt répond par exemple que « dans ce doyenné, comme presque dans tout le pays, on ne fait que peu usage, ou même pas usage du tout du Manuale parce qu’en général on ne chante que des chants allemands »48 et le curé de Breitenbach précise : « Dans la paroisse de Breitenbach on chante essentiellement des chants ou des chorals allemands car le peuple les connaît beaucoup mieux, je ne saurais donc dire s’il faut ajouter ou enlever quelque chose au Manuale de 1701 »49. A cela près qu’il est entre temps devenu un signe collectif d’identité catholique, le chant religieux de l’Eichsfeld ressemble donc comme un frère au cantique protestant dont on sait l’importance pour les luthériens.

  • 50 Patrice Veit, « Private Frömmigkeit, Lektüre und Gesang im protestantischen Deutschland der frühen (...)
  • 51 Kah, E 1, 15. En décembre 1791, à la suite d’un rapport circonstancié, il est cependant nécessaire (...)

25Cette relation d’imitation concurrentielle, qui introduit la frontière au coeur des comportements religieux de l’Eichsfeld, est encore plus flagrante dans le domaine des sermons funèbres. Spécialité protestante50, ces sermons sont cependant aussi pratiqués dans notre région. Le vicariat de Mayence, en 1777, s’en émeut mais, à l’issue d’un long rapport présenté le 23 novembre, accepte la conclusion suivante, qu’il convient de citer dans toute son ampleur : « cependant, dans les endroits où les religions coexistent, comme à Duderstadt, Nörthen et peut-être en d’autres lieux, où de tels sermons funèbres lors de l’enterrement des protestants sont pratiqués légalement par les prêtres catholiques, le rapporteur est d’avis [...] de les conserver saintement car ils sont un moyen très salutaire, en ces occasions, de transmettre aux auditeurs de touchantes vérités [...]. Le rapporteur se souvient d’avoir vu à Nörthen lors de tels enterrements une grande foule de protestants accourus par curiosité et entendant ainsi par hasard, de la bouche d’un prêtre catholique, des vérités susceptibles de laisser en leur cœur une empreinte salutaire et durable. Il faut cependant que prêtres et chapelains ne prononcent aucun de ces sermons funèbres sans l’avoir soigneusement préparé et ils doivent, par un exposé touchant et de fécondes vérités, bien faire apparaître la prééminence de la religion catholique et de ses prédicateurs sur le froid bavardage philosophique des sermons funèbres protestants »51. Cette situation illustre parfaitement à la fois la fixation par le droit d’une coexistence confessionnelle parfois paradoxale (les prêtres catholiques enterrant les protestants), l’affirmation de la frontière confessionnelle à chaque occasion favorable, et l’osmose agonistique qui s’exprime par la gémellité des procédés.

  • 52 Law, A401, 16-39 et Kah, E 14-1.
  • 53 Le 12 septembre 1789 encore, un témoin entendu par le conseil de la ville de Duderstadt déclare «  (...)
  • 54 Rapport d’un fonctionnaire hessois, délégué sur place, le 21 mai 1769. Law, A40I, 16-39, 6.
  • 55 Lettre du gouvernement de Cassel, 17 juin 1768, Law, A401, 16-39, 18.
  • 56 8 juillet 1767, Kah, E 14-1, 7.

26Identité et altérité forment donc un couple indissociable qui fait de la frontière un lieu d’affirmation et de reconnaissance réciproque autant que de distinction. C’est ce qui permet de mieux comprendre comment la frontière de l’Eichsfeld devient, au cours du xviiie siècle, une sorte de vitrine périodique de l’identité catholique régionale. À mesure en effet que, dans les territoires protestants comme dans leurs homologues catholiques, les frontières font l’objet de mesures limitant leur perméabilité, les pèlerinages deviennent le théâtre d’affrontements où sont soldés les comptes de la coexistence quotidienne et hautement affirmées des différences désormais intériorisées par la population. Ainsi des conflits frontaliers survenus entre l’Eichsfeld et le landgraviat calviniste de Hesse-Cassel entre 1767 et 178952. Sans relâche, accédant aux désirs de leurs voisins hessois, les autorités de Heiligenstadt interdisent aux pèlerins en partance pour Walldürn ou pour le Hülfensberg de déployer leurs bannières et de chanter en chœur lorsqu’ils se trouvent en terre étrangère. Les autorités de Cassel signalent à chaque fois que ces ordres n’ont pas été respectés. Lors de l’enquête menée par Heiligenstadt, les contrevenants répondent invariablement qu’ils n’étaient pas au courant53, qu’ils avaient oublié, ou qu’ils n’avaient pas chanté bien fort. Le défi lancé une fois l’an à l’étrange voisin est ainsi devenu une étape obligée du cheminement vers le lieu sacré. Dans le cas du pèlerinage vers le Hülfensberg, pour lequel aucun habitant de l’Eichsfeld n’est dans l’obligation de quitter le territoire, la volonté consciente de provoquer l’autre apparaît en pleine clarté et constitue un spectacle de choix : « ces quatre processions s’étaient rassemblées dans le village de Mackenrode qui se trouve encore dans l’Eichsfeld et jouxte la frontière, et comprenaient au moins 2 000 personnes ; au-dessus se tenaient les habitants des villages environnants, venus en masse s’installer sur les hauteurs dans l’attente de ce qui allait bien pouvoir se passer »54. Comme en réponse aux moqueries protestantes, les pèlerins cherchent à obtenir par la force une marque de respect de la part des Hessois : « Les habitants de Hohengandern, Kirchgandern, Mackenrode et Wüstheuterode [il s’agit de quatre villages frontières], eux, ont cependant poursuivi leur procession avec des effectifs renforcés et avec violence à travers le village [hessois] de Henningerode et ils n’ont pas seulement menacé les habitants de ce village de leurs bâtons, mais ceux de Mackenrode et de Wüstheuterode se sont jetés sur eux les gourdins à la main et ont voulu les forcer à rester découverts devant eux »55. En outre, ces expéditions pèlerines permettent en un moment précis, et par la grâce du rassemblement en procession, de renverser ponctuellement l’infériorité numérique qui caractérise un Eichsfeld entouré de voisins protestants : le gouvernement de Cassel précise en 1767 que « contre ces agissements, les habitants de nos deux villages concernés, en raison de la supériorité en nombre de ceux d’en face, ne peuvent rien entreprendre et sont au contraire abreuvés d’insultes et menacés du bâton »56.

  • 57 LAW, A401,16-39, 8.

27Signes distinctifs, chants collectifs, débordements et spectateurs curieux, tout dans cette manière de match confessionnel dont la finale se joue tous les ans au pied du Hülfensberg parle d’une conscience de groupe trouvant dans la spécificité catholique, pourtant imposée moins de deux siècles plus tôt, et dans la frontière territoriale, pourtant animée d’un commerce quotidien, le langage d’une identité ombrageuse qui s’exacerbe d’autant mieux qu'elle repose sur une familiarité partagée et qui prend parfois des accents de revanche et de défoulement. Ainsi, deux des témoins entendus au commissariat ecclésiastique le 19 octobre 1769 et originaires de Wüstheuterode ne manquent pas de rappeler, comme une excuse, « que les habitants du village hessois de Vüterode ont quelques arpents de terre sur leur terroir, du côté mayençais, et que tous ensemble ils les labourent, au grand scandale de la communauté catholique de Wüstheuterode, lorsque dans l’Eichsfeld on fête les jours saints »57.

Conclusion

  • 58 Norbert Schindler, « Mehrdeutige Schüsse. Zur Mikrogeschichte der bayerisch-salz-burgischen Grenze (...)

28Appréhendée au travers des pratiques qui la constituent, la frontière est un domaine de recherche privilégié pour étudier les interactions entre les impulsions des autorités et les attitudes des habitants, entre le « haut » et le « bas ». La linéarisation et la surveillance accrue des frontières agissent également sur la conscience que les populations ont de leur appartenance. Une récente étude de Norbert Schindler a bien montré les subtilités de ce processus à propos de la frontière entre la principauté-archevêché de Salzbourg et l’électorat de Bavière58. Encore s’agit-il là d’une démarcation entre deux territoires catholiques. Cet exemple doit nous inciter à replacer la frontière confessionnelle dans le cadre plus large des discontinuités spatiales qui, saisies dans leurs réalités vécues, connaissent une évolution dont la complexité n’a d’égale que son importance pour la compréhension des spécificités de l’espace germanique, à l’époque moderne et au-delà.

29Le cas de l’Eichsfeld en est un bon révélateur. La frontière y est à la fois inachevée et vigoureuse ; elle se nourrit d’une opposition confessionnelle tranchée mais est également sensible aux interactions avec l’au-delà de la frontière ; elle est tour à tour commodité quotidienne pour l’individu et théâtre d’honneur pour la multitude ; elle participe enfin à la construction continue d’une identité régionale dont l’incontestable inscription dans la longue durée ne doit cependant pas nous faire oublier que son contenu, lui, est soumis à des variations incessantes.

30En effet, le processus par lequel la définition d’une identité régionale n’est qu’un des éléments de la constante construction de celle-ci fait de la frontière et de ses pratiques un point de cristallisation sur lequel l’étude des identités spatiales peut se fonder. L’usage de l’espace est partagé et le discours des autorités n’occupe dans ce domaine ni une place négligeable, ni une position prédominante. L’usage de l’espace est spéculaire ; il nourrit la conception de soi de tout ce qui est reconnu comme conception des autres. L’usage de l’espace est multiple, variant selon les horizons d’appréhension et de déplacement, selon les moments (on a vu combien le temps du pèlerinage et le temps du marché peuvent s’opposer), selon les réseaux et les activités des uns et des autres.

31Partagé, spéculaire et multiple, cet usage de l’espace n’en est pas moins constituant de certitudes collectives périodiquement réaffirmées. Ce jeu entre pratique et définition de l’identité spatiale, qui exige une analyse fine et concrète, doit trouver sa place dans une réflexion plus générale sur les spécificités de l’espace impérial.

Notes

1 Je remercie le commissariat ecclésiastique de Heiligenstadt d’avoir bien voulu mettre à ma disposition ses archives privées. Sur l’histoire et le contenu de ces archives, voir Maik Pinkert, « Das Archiv des Bischöflichen Geistlichen Kommissariats Heiligenstadt », Eichsfeld, 44-7/8, 2000, p. 252-256.

2 S’étendant sur 1 180 km2, l'Eichsfeld est peuplé à la fin du xviiie siècle de plus de 80 000 habitants, principalement ruraux ; La population a sans doute triplé entre 1648 et 1803. L’industrie textile disséminée y a connu un fort développement au xviiie siècle. Josef Hartmann, Die kurmainzischen Ämter des mittleren und oberen Eichsfeldes. Untersuchungen zur Verwaltung, Bevolkerungsentwicklung und Sozialstruktur eines geistlichen Fürstentums, thèse manuscrite, Halle, 1961, p. 155 ; Karl Paul Haendly, Das kurmainzische Fuerstentum Eichsfeld im Ablauf seiner Geschichte, seine Wirtschaft und seine Menschen 897 bis 1933, Duderstadt, 1996.

3 Hans-Heinrich Ebeling, « Grundzüge territorialer Entwicklung des Eichsfeldes », EichsfeldJahrbuch, 3, 1995, p. 5-25.

4 Les abondantes sources mobilisées, dans une optique luthérienne, par Levin Freiherr von Wintzingeroda-Knorr (Die Kampfe und Leiden der Evangelischen auf dem Eichsfeld während dreier Jahrhunderte, 2 vol., Halle, 1892-1893 ; malgré le titre, l’ouvrage concerne avant tout la période antérieure à 1648) puis dans une optique catholique par Philipp Knieb (Geschichte der Reformation und Gegen-Reformation auf dem Eichsfelde, Heiligenstadt, 1900), complétées par le travail non publié, et fondé principalement sur les archives de la ville de Duderstadt à la fin du xvie siècle, de l’historien américain Reinhold Robert Kiermayr (The course of the Reformation and Counter-Reformation in Duderstadt, Arizona State University, 1982), constituent toujours la base de la récente synthèse publiée par Arno Wand (Reformation, Katholische Reform und Gegenreformation im Kurmainzischen Eichsfeld (1520-1648), Heiligenstadt, 1998) ou de l’article d’Inge Mager (« Katholiken und Protestanten als Minderheiten auf dem Eichsfeld, insbesondere in Duderstadt », Rottenburger Jahrbuch fiir Kirchengeschichte, 13, 1994, p. 121-131). La période suivante, en revanche, n’a que très peu été étudiée.

5 Archiv des bischöflichen Kommissariats in Heiligenstadt [cité par la suite KAH], B 12-1, 1.

6 Le bourg de Treffurt, par exemple, à la pointe sud de l’Eichsfeld, constitue un condominium avec le duché de Saxe-Eisenach et ne put donc être recatholicisé. Sur cette durable confusion des frontières, un autre exemple : Gérald Chaix, « La frontière introuvable : pratiques religieuses et identités confessionnelles dans l’espace bas-rhénan », Les frontières religieuses en Europe du xve au xviie siècle, Robert Sauzet dir., Paris, 1992, p. 177-183.

7 Une mise au point récente sur la guerre de Trente Ans en Eichsfeld : Norbert Winnige, « Wirtschaften im Dreiβigjährigen Krieg : Das Beispiel Gottingen », Zwischen Alltag und Katastrophe. Der Dreissgjährige Krieg aus der Nahe, Benigna von Krusenstjern et Hans Medick dir., Göttingen, 1999, p. 273-306, en particulier p. 295-300.

8 Reinhold Kiermayr, « The Reformation in Duderstadt 1524-1576 and the ‘Declaratio Ferdinandea’ », Archiv fur Reformationsgeschichte, 75, 1984, p. 234-255.

9 Inge Mager, « Katholiken »..., p. 129.

10 Kah, N 2-1, 4

11 Le curé catholique de Teistungenburg a ainsi marié en 1725 sans aucune hésitation, selon la coutume, une demoiselle von Westernhagen à un jeune von Hanstein, l’un et l’autre protestants et destinés à le demeurer. KAH, N 2-1, 5.

12 Wolfgang Trappe, « Die Bültzingslowen zu Harburg und Haynrode », Eichsfeld Jahrbuch, 3, 1995, p. 26-36.

13 Hans Koerner, Die Familie von Hanstein auf dem Eichsfeld im Zeitalter der Reformation und Gegenreformation, Witzenhausen, 1985.

14 Kah, N 2-1, 42.

15 Kah, N 2-1, 51.

16 Kah, E 13-1, 65.

17 Voir, entre autres, Martin Heckel, « Die Religionsprozesse des Reichskammergerichts im konfessionell gespaltenen Reichskirchenrecht », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgechichte, Kanonische Abteilung, 77, 1991, p. 283-350.

18 Voir, par exemple, le cas développé récemment par Wolfgang Petz, « Evangelische Reichsstadt und Klosterherrschaft – konfessionelle Nachbarschaft im Zeitalter der Aufklärung am Beispiel Isny“, Konfessionalisierung und Region, Peer Friess et Rolf Kiessling dir., Constance, 1999, p. 121-138.

19 Sur ce point, un aperçu général dans Robert Bireley, « Neue Orden, katholische Reform und Konfessionalisierung », Die katholische Konfessionalisierung, Wolfgang Reinhard et Heinz Schilling dir., Gütersloh, 1995, p. 144-157, en particulier p. 153.

20 Kah, E 13-1, 2.

21 Heinz Schilling, « Die Konfessionalisierung im Reich. Religiöser und gesellschaftlicher Wandel in Deutschland zwischen 1555 und 1620 », Historische Zeitschrift, 246, 1988, p. 1-45. Wolfgang Reinhard, « Zwang zur Konfessionalisierung ? Prolegomena zu einer Theorie des konfessionellen Zeitalters », Zeitschrift für historische Forschung, 10, 1983, p. 257-277. La réflexion sur la « confessionnalisation catholique » a toutefois amené à nuancer un peu le schéma en fonction des diversités régionales : Walter Ziecler, « Typen der Konfessionalisierung in katholischen Territorien Deutschlands », Die katholische Konfessionalisierung..., p. 405-418. L’appréhension de la diversification confessionnelle dans les pratiques concrètes et la piété populaire a en revanche beaucoup moins progressé depuis l'ouvrage pionnier de Ernst Walter Zeeden, Die Entstehung der Konfessionen. Grundlagen undformen der Konfessionsbildung im Zeitalter der Glaubenskämpfe, Munich, Vienne, 1965 et quelques études de cas dont l’ouvrage d’Étienne François, en Allemagne comme en France, a fourni le modèle : Étienne François, Protestants et catholiques en Allemagne. Identités et pluralisme, Augsbourg, 1648-1806, Paris, 1993. Ce déséquilibre de la recherche en faveur du rôle des autorités et des aspects normatifs de la confessionnalisadon apparaît avec une grande netteté dans la récente synthèse d’Arno Herzig, Der Zwang zum wahren Glauben. Rekatholisierung vom 16. bis zum 18. Jahrhundert, Göttingen, 2000.

22 Un exemple particulièrement éclairant dans Jacques Gélis, « procession enveloppante et fil de cire : une protection symbolique de l’espace urbain », Savoirs des lieux. Géographies en histoire, Odile Redon dir., Saint-Denis, 1996, p. 49-58. Voir aussi : Jacques Gélis, « Les pierres de confins. Contribution à une anthropologie religieuse des limites », Homo religiosus, autour de Jean Delumeau, Paris, 1997, p. 17-24.

23 Landesarchiv Magdeburg Außenstelle Wernigerode (cité LAW), A37a XXII-147, I.

24 Friedhelm Jürgensmeier, « Die Eucharistie in der Barockfrömmigkeit am Mittelrhein », Archiv für mittelrheinische Kirchengeschichte, 23, 1971, p. 103-119, p. 114.

25 Bernhard Opfermann (éd. et trad.), Die Geschichte des Heiligenstädter Jesuitenkollegs, Teil 1 (1574-1685), Duderstadt, 1992, p. 202.

26 Kah, N 2-1, 63, 17 juillet 1800.

27 Kah, E 17, 46, 23 mai 1790.

28 Kah, Fach 255, 28-1, 35.

29 LAW, A37a XXXII-466, 5, 29 avril 1714.

30 Rudolf Reinhardt, « Die Kritik der Aukflärung am Wallfahrtswesen », Bausteine zur geschichtlichen Landeskunde von Baden-Württemberg, Stuttgart, 1979, p. 319-345.

31 Law, A37a XXII-148, 3. Voir également une autre présentation générale, cette fois rédigée par le commissariat ecclésiastique le 23 juillet 1777 : KAH, E 1, 16.

32 Susanne Carell, « Die Wallfahrt zu den sieben Hauptkirchen Roms. Aufkommen und Wandel im Spiegel der deutschen Pilgerführer », Jahrbuch für Volkskunde, NF 9, 1986, p. 112-150. Pour les pèlerins de l’Eichsfeld à Rome voir : Antje Stannek, « Les pèlerins allemands à Rome et à Lorette à la fin du xviie et au xviiie siècle », Pèlerins et pèlerinages dans l’Europe moderne, Philippe Boutry et Dominique Julia dir., Rome, 2000, p. 327-354 ; Christophe Duhamelle, « Les pèlerins de passage à l’hospice Zum Heiligen Kreuz de Nuremberg au xviiie siècle », Rendre ses vœux. Les identités pèlerines dans l'Europe moderne (xvie-xviiie siècle), Philippe Boutry, Pierre-Antoine Fabre et Dominique Julia dir., Paris, 2000, p. 39-56, p. 47.

33 Wolfgang BRÜCKNER, Die Verehrung des Heiligen Blutes in Walldürn. Volkskundlich-soziologische Untersuchungen zum Strukturwandel barocken Wallfahrtens, Aschaffenbourg, 1958.

34 Law, A37a XXII-148, 1.

35 Sur les rapports particuliers que le pèlerinage établit entre l’identité collective et la frontière territoriale, deux autres exemples : Ferdinand Kramer, « Zur Entwicklung einer Grenzregion : Der Lechrain an der bayerischen Grenze zu Schwaben », Menschen und Grenzen in der Frühen Neuzeit, Wolfgang Schmale et Reinhard Stauber dir., Berlin, 1998, p. 210-227, en particulier p. 222-223 ; Marc Wingens, « Franchir la frontière : le pèlerinage des catholiques néerlandais aux xviie et xviiie siècles », Rendre ses vœux..., p. 75-85.

36 Étienne François, « Dans un Empire pluraliste : les dynamiques contraires de l’exclusion et de la cohabitation », Media in Francia. Recueil de mélanges offert à Karl Ferdinand Werner, Paris, 1989, p. 187-198, p. 191.

37 Kah, E 13-1, passim.

38 Kah, E 13-1, 65.

39 Un autre exemple dans Étienne François, Protestants et catholiques..., p. 153, 157, 161-162.

40 Bernhard Opfermann (éd. et trad.), Die Geschichte..., p. 35.

41 Johann Wolf, Eichsfeldische Kirchengeschichte mit 134 Urkunden, Göttingen, 1816, p. 120. Les moqueries inconsidérées de jeunes nobles protestants venus assister au pèlerinage sur le Hülfensberg coûtèrent d’ailleurs en 1617 la vie à l’un d’entre eux, lapidé par la foule. Dossier complet au LAW, A37a XIX-104.

42 Kah, N 2-1, 22.

43 Kah, E 2, 9.

44 Kah, Fach 276, 4-1, 9.

45 Kah, A 41-1, 1.

46 Gérald Chaix, Patrice Veit, « Les cantiques dans l’Allemagne du xvie siècle : choisir son chant », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 98-2, 1991, p. 231-246.

47 Kah, Fach 255, 16-1, 4.

48 Kah, A 41-1, 13.

49 Kah, A 41-1, 8.

50 Patrice Veit, « Private Frömmigkeit, Lektüre und Gesang im protestantischen Deutschland der frühen Neuzeit : Das Modell der Leichenpredigten », Frühe Neuzeit – Frühe Modernei Forschungen zur Vielschichtigkeit von Ühergangsprozessen, Rudolf Vierhaus et alii dir., Göttingen, 1992, p. 271-295. Sur le modèle protestant, et malgré les fortes réserves de la hiérarchie, les sermons funèbres ont certes conquis une place parmi les catholiques, mais ils ne concernent généralement que les personnages les plus considérables : Friedhelm Jürgensmeier, « Die Leichenpredigt in der katholischen Begrabnisfeier », Leichenpredigt als Quelle historischer Wissenschaften, Rudolf Lenz dir., Cologne / Vienne, 1975, p. 122-145.

51 Kah, E 1, 15. En décembre 1791, à la suite d’un rapport circonstancié, il est cependant nécessaire que le commissariat interdise à nouveau aux curés de tenir des sermons funèbres dans les lieux totalement catholiques, ce qui prouve que cette pratique était, dans l’Eichsfeld, beaucoup plus répandue. Kah, E 1, 32 et 33.

52 Law, A401, 16-39 et Kah, E 14-1.

53 Le 12 septembre 1789 encore, un témoin entendu par le conseil de la ville de Duderstadt déclare « cela fait déjà 32 ans qu’il va en pèlerinage au Hülfensberg et chaque année on a chanté et prié à l’aller et au retour, et personne ne lui a jamais rien dit ». Law, A40I, 16-39, 31.

54 Rapport d’un fonctionnaire hessois, délégué sur place, le 21 mai 1769. Law, A40I, 16-39, 6.

55 Lettre du gouvernement de Cassel, 17 juin 1768, Law, A401, 16-39, 18.

56 8 juillet 1767, Kah, E 14-1, 7.

57 LAW, A401,16-39, 8.

58 Norbert Schindler, « Mehrdeutige Schüsse. Zur Mikrogeschichte der bayerisch-salz-burgischen Grenze im 18. Jahrhundert », Historie und Eigen-Sinn. Festschrift für Jan Peters zum 65. Geburtstag, Axel Lubinski et alii dir., Weimar, 1997, p. 345-360.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search