Version classiqueVersion mobile

L’espace du Saint-Empire

 | 
Christine Lebeau

Deuxième partie. Pouvoirs et territoires

Publicité des cours et almanachs d’État dans le Saint-Empire au xviiie siècle

Volker Bauer
Traduction de Christine Lebeau

Texte intégral

  • 1 „Auch der Hof bürokratisiert sich“, Werner Paravicini, „Alltag bei Hofe“, Alltag bei Hofe, ibid. di (...)
  • 2 „eine formalisierte Ämteraufbahn unabhängig von der Gunst oder Person“ à propos de la cour de l’Éle (...)
  • 3 Sur les récits auxquels ces fêtes donnent lieu, Helen Watanabe-O’kelly, « Festival Books in Europe (...)

1À l’époque moderne, les cours allemandes ont une double fonction. En tant elles sont constituées d’une administration, car « la cour qu’institution, même devient une bureaucratie »1, dans laquelle une véritable carrière, sans l’intervention de la faveur, devient possible2. Cependant, les cours ne cessent de se recomposer au gré des événements, du bon plaisir, de la présence d’hôtes étrangers, qui créent des besoins spécifiques, notamment en personnel. Vouées à la fête, les cours ne forment pas une organisation durable. Aussi une importante production médiatique, récits, diaires, journaux, mémoires, est-elle nécessaire pour inscrire ces événements dans le temps3.

  • 4 Voir également Ronald G. Asch, « Introduction. Court and Household from the Fifteenth to the Sevent (...)

2La cour voyage et forme une suite au sens propre4. Le goût de l’éclat et de la représentation exacerbe les rivalités entre les cours. La primauté revient alors à celle qui a su mettre en scène un événement exceptionnel, qu’on ne peut ni répéter ni surclasser. Même après que les princes ont fixé leur résidence, d’énormes ressources humaines et matérielles sont encore mobilisées au service de l’éphémère, repas, architectures temporaires ou feux d’artifices.

  • 5 Sur le rôle central de la communication dans un contexte aulique, Aloys Winterling, ,,‘Hof’. Versuc (...)
  • 6 „ein Feld gegenseitiger sinnlicher Wahrnehmung", Axel Schmitt, « Inszenierte Geselligkeit. Methodol (...)
  • 7 À ce sujet, Volker Bauer, Hofökonomie..., p. 34-45.

3Dans la mesure où la cour est temporaire et non institutionnalisée, elle ne peut impressionner que par la communication5 ou par les media précédemment évoqués. La communication aulique passe par la présence physique des participants, par la perception simultanée de l’autre6 ou encore par le cérémonial7. L’imprimé, qui élargit dans le temps et dans l’espace le cercle des destinataires, vient conserver ces impressions.

  • 8 Aloys Winterling, Hof der Kurfürsten..., p. 153-156.
  • 9 Sur ce genre, voir l’étude contemporaine de Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calend (...)

4Mais le Saint-Empire, à la différence des monarchies de l’Europe occidentale, n’est pas organisé autour d’une unique résidence (Vienne par exemple). Au contraire, on y observe la formation d’un espace public de cour (« höfische Öffentlichkeit », A. Winterling)8. Cet espace décentralisé, qui a pu rassembler jusqu’à trois cents résidences, ne peut plus être maintenu par le simple contact (face-to-face-communication) sur le modèle des visites princières ou des ambassades. Il faut recourir à l’imprimé et notamment aux almanachs de cour (Hof-, „Adreßoder „Staatskalender)9. Leur mode de parution périodique garantit un flux continu d’informations. Quand ils perdent leur caractère d’almanach, on peut alors parler d’annuaire (Amtshandbücher).

5Nous nous proposons d’analyser la contribution des almanachs à la formation d’un espace public de cour (höfische Offentlichkeit) dans le Saint-Empire au xviiie siècle. En même temps, nous aborderons le thème de la construction de l’espace impérial. Quel rôle les almanachs ont-ils pu jouer dans l’élaboration d’une perception (Wahrnehmung) impériale ? Nous tenterons d’abord de cerner les enjeux qui président à la diffusion des almanachs, puis nous envisagerons la construction de l’espace impérial et son unification selon trois points de vue différents.

Les enjeux de la communication de cour

  • 10 « Ein „unter öffentlicher Aufsicht angefertigtes, systematisch geordnetes Nahmens-verzeichniss von (...)

6Les almanachs s’inscrivent dans une entité précise, territoire ou ville d’Empire (Territorium, Reichsstadt) : ils donnent la liste des personnels de l’administration, de l’armée et de la cour proprement dite, quand il y en a une. Toujours élaborés et publiés sous le contrôle de l’autorité, ils se distinguent des autres publications par leur caractère quasi officiel. Le meilleur connaisseur du genre au xviiie siècle, le diplomate et publiciste Joachim von Schwarzkopf (1766-1806), les décrit comme le catalogue systématique, élaboré sous le contrôle de l’autorité publique, de tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, servent l’État10.

  • 11 Volker Bauer, Repertorium territorialer Amtskalender..., II, p. 323-326.
  • 12 Ibid., II, p. 7 et sq.

7Le genre doit sa naissance aux nécessités de la Cour. Le plus ancien almanach publié dans le Saint-Empire date des années 1690 : il s’agit du Kaiserlicher Hofkalender, simple calendrier astronomique et astrologique complété de quelques informations de cour, comme la date des galas et des fêtes11. Comme dans d’autres publications du même type, la liste des personnels apparaît plus tardivement12.

  • 13 Kurkölnischer Kapellen-und Hofkalender, 1718.
  • 14 „gleichsam in einer Stunde den gantzen ob wohl weitläufftigen Hoff=Staat der Königl. und Printzlich (...)
  • 15 Anna Micksch, „,ohne Concurrentz‘. Das Oberhofmarschallamt (Quelienfundus sächsischer Kulturgeschic (...)

8Les plus anciens de ces almanachs sont exclusivement dédiés à la cour. Ainsi le Kurkölnischer [Kapellen-und] Hofkalender (1717-1724) peut se résumer au „Chur-Côllnische Hof-Bûchlein“ qui reproduit in extenso les différents règlements de cour, les uns chronologiques („Hof-Capellen-Tâg“, „Fest-Tâg“, „Hof-Processiones“, „Oppfer-Tâg“, „Gala-Tâg“), les autres spatiaux („Hof-Capellen-Ordnung“, „Hof-Auffwartungs-Instruction“) et hiérarchiques („Austheilung Des Chur-Cölnischen Hofs“), auquel s’ajoute la liste des personnels qui donne corps à ces règlements13. De même, le Kursächsischer Hofkalender, qui commence à paraître en 1728, annonce que « ses lecteurs peuvent prendre connaissance en moins d’une heure de l’ensemble de toutes les cours, royales et princières, si vastes soient-elles »14. Comme de juste, ce texte est le produit de l’activité éditoriale du Grand Maréchal de la cour de Dresde15.

9Il faut donc souligner que ces almanachs n’ont pas pour fonction première de publier la liste des commis ni de présenter l’organigramme de l’administration mais bien de contribuer à la représentation princière. Véritable cour de papier, parade imprimée des commis, ils manifestent le rang du prince : leur institutionnalisation s’inscrit dans le processus de territorialisation consacré par les traités de Westphalie.

  • 16 Essentiel : Michael Stolleis, „Arcana Imperii und Ratio Status. Bemerkungen zur politischen Theorie (...)
  • 17 „Auffzeichnung Der geheimbesten Ministern, Reichs=Ständen, Staathaltern und Generals=Persohnen“, Ka (...)
  • 18 Cornelia Visman, Akten. Medientechnik und Recht, Francfort-sur-le-Main, 2000, p. 229.
  • 19 Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und-Adress-Calender..., p. 20 et p. 290 ; voir également V. B (...)
  • 20 Joachim von Schwarzkopf, „Systematisches Verzeichniss der vom Minister-Residenten Joach. von Schwar (...)

10Le gain politique escompté suffit à disqualifier le secret16, dont relevait la composition et l’organisation de l’administration et à autoriser la divulgation de ces matières. Ce n’est pas un hasard si l’un des plus anciens almanachs publiés en Empire, le Kaiserlicher Hofkalender de Vienne, comporte dès 1703 la rubrique : « Catalogue des ministres les plus intimes, des Reichsstände, des plénipotentiaires et des généraux ».17 De même, l’historien August Ludwig (von) Schlözer (1735-1809), l’un des plus éminents représentants d’une science politique éclairée et publique18, utilise certains almanachs dans son enseignement et ses publications19 et en organise la collection à Göttingen20.

  • 21 Volker Bauer, Repertorium territorialer Amtskalender..., I, particulièrement p. 23-31.
  • 22 Voir Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calender..., p. 14.
  • 23 Sur la caractère représentatif de l’almanach, Manfred Hanisch, „Politik in und mit Kalendern (1500- (...)

11De la création à la diffusion des volumes, la survie des almanachs dépend étroitement du soutien des autorités territoriales21. Liés au prince, à la cour et à l’administration, les almanachs donnent à voir la souveraineté et deviennent, au cours du xviiie siècle, une pièce indispensable de la publicité de l’État, notamment princier. Avec l’ostentation, ils manifestent les prétentions d’un territoire et de sa maison à être admis au rang des Etats d’Empire. L’almanach devient une sorte de passeport de la souveraineté22. En effet, les pages de titre ne se limitent pas à l’énumération de la titulature complète du prince (par exemple Kaiserlicher, Königlicher und Erzherzoglicher Staats-und Standeskalender ; Landgräflich Hessischer, après l’élévation de 1803 Kurhessischer Staats-und-Adreßkalender) mais reproduisent souvent ses armes, voire son effigie23.

  • 24 Josef H. Biller, „Die Hochstiftskalender des Fürstbistums Eichstätt 1562-1803“, Sammelblatt des His (...)
  • 25 Wolfgang Leesch, „Staatshandbücher und Adresskalender als personengeschichtliche Quellen", Beitrage (...)

12De fait, les almanachs sont immédiatement précédés par les publications généalogiques et héraldiques qui procèdent d’une conception aristocratique et collégiale (ständisch-genossenschaftlich) de la souveraineté. Les tableaux armoriaux (Wappenwandkalender) sont la manifestation d’une culture politique fondée sur la discussion et la décision à la majorité et caractéristique des institutions d’Empire. En effet, ces tableaux qui prennent en compte les princes évêques et les princes abbés, les dignitaires de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem et de l’Ordre Teutonique, les villes d’Empire, la chevalerie, les chapitres etc.24, reflètent une conception personnelle, en quelque sorte pré-étatique de la souveraineté. En revanche, les almanachs seraient l’expression de l’État bureaucratique (Beamtenstaat) du xviiie siècle, selon le classement « idéaltypique » proposé par Wolfgang Leesch25.

  • 26 Voir Volker Bauer, Repertorium territorialer Amtskalender..., I, p. 51 et sq. ; Alte Kalender. Aile (...)

13Cette démonstration publique de la souveraineté territoriale revêt un intérêt particulier pour les petits territoires. Dans ce cas précis, l’almanach d’Etat, monopole éditorial du prince, est le plus souvent l’unique périodique, dont chaque foyer doit acquérir un exemplaire : sa diffusion dessine alors les contours du territoire. Ainsi, dans le comté de Schaumburg-Lippe, les « Ephémérides du peuple » (Volkskalender), assorties d’un annuaire administratif, commencent à paraître en 1767, à l’initiative du comte Guillaume (1748-1777), avant d’être transformé en almanach d’État26.

14Les premiers almanachs d’État sont publiés dans les trois principales cours du Saint-Empire, à Vienne dès 1692, à Dresde à partir en 1702 et finalement en 1704 à Berlin. Les grandes cours sont ensuite imitées par les électorats et par quelques villes d’Empire et le genre commence à se répandre dans tout l’Empire. Un premier pic apparaît dans les années 1760, au moment où les petits États ecclésiastiques et le reste des villes d’Empire s’associent au mouvement. En 1806, on compte 74 territoires dotés d’un almanach d’État (cf. liste en annexe).

15L’extension de cette pratique coïncide avec une meilleure connaissance de soi et de l’autre et fonde un important réseau d’information et d’influence mutuelle entre les territoires et les cours. Paradoxalement, l’un des media qui contribuent le plus fortement à la formation du territoire, sert en même temps de liaison entre les différents membres du corps impérial. Trois éléments viennent à l’appui de cette constatation.

Vers une construction de l’espace impérial : l’usage linguistique

  • 27 Sur les différences qui séparent les « schématismes » ecclésiastiques des almanachs, voir Volker Ba (...)
  • 28 Sur les schématismes, voir l’étude parfois inexacte de Peter Thaddäus Lang, „Süddeutsche Diözesansc (...)
  • 29 À ce propos, François Moureau, « La presse allemande de langue française (1686-1790). Étude statist (...)
  • 30 „moglichst detaillierten Informationen über die politischen Aktivitäten verantwortlicher Mitglieder (...)

16En premier lieu, les almanachs nous renseignent sur l’usage par les cours de l’allemand. Même si on accorde souvent une importance excessive à cette constatation, il faut tout de même rappeler que cet usage ne va pas encore de soi. En effet, les « schématismes » des cours ecclésiastiques qui décrivent les évêchés, les abbayes et les ordres, un genre proche de l’almanach d’État27, sont encore presque toujours rédigés en latin28. En revanche, les « gazettes européennes », publiées en plusieurs points du Saint-Empire, s’adressent en français29 aux élites de culture et de fonctions (Bildungs-und Funktionseliten), leur fournissant les informations les plus précises possible sur la vie de cour et sur les faits et gestes des gouvernants30.

  • 31 Kurkolnischer Hofkalender, 1719, page de titre. ; Almanach de la Cour de Cologne, 1719, page de tit (...)
  • 32 Sur cette publication, Karl Georg Bockenheimf.R, Die Buchdruckerei im St. Rochushospitale zu Mainz,(...)

17Dans ce contexte, il est d’autant plus remarquable que les 74 territoires répertoriés, à l’exception des Pays-Bas autrichiens et de la principauté de Liège, publient au moins une édition en allemand de leur almanach, même si certains, notamment dans l’ouest et le sud-ouest, à proximité de la frontière linguistique, éditent également une édition française, à l’exemple du Kurkolnischer Hofkalender (1717-1794) doublé de l'Almanach ou Calendrier de la Cour de Cologne (38 années parues entre 1719 et 1794). Dans ce dernier cas, l’édition française est une édition secondaire dont les pages de titre des éditions de 1719 et de 1722 portent la mention : „[t]ranslaté“ bzw. „[t]raduit“)31. Le Kurpfälzischer Hof-und Staatskalender entretient les mêmes relations avec l'Almanach electoral palatin, au moins dans les 22 livraisons répertoriées entre 1750 et 1779. En revanche, les Etrennes de Mayence (1770-1771) font cavalier seul32.

  • 33 Le grand-priorat de l’Ordre de Saint-Jean publie une édition italienne : Ruolo degli Cavalieri nell (...)
  • 34 Volker Bauer, Repertorium territorialer Amtskalender..., II, p. 425-437.
  • 35 Ibid., I, p. 565 et sq.
  • 36 Louis Erhardt, „Die Ausbildung des brandenburgisch = preussischen Kalenderwesens in Beziehung zur G (...)

18L’emploi du français n’est pas seulement la traduction d’une situation géographique mais surtout un indice de la position centrale de cette langue dans les relations diplomatiques et la vie des cours européennes, comme le montrent les exemples autrichiens et prussiens. La fabrication et la distribution d’almanachs en français visent un public de cour situé au-delà des frontières du territoire et du Saint-Empire33. Cependant, l'Almanach de la Cour Impériale et Royale édité par le libraire Trattner depuis le début des années 176034 et l'Almanach Royal de Prusse (une seule livraison en 1796)35 ne sont que la version tierce d’un même titre. L’Almanach astronomique historique et économique, édition française de l'Adreßkalender de Berlin publiée en 1705, s’adresse même exclusivement au refuge huguenot36.

  • 37 Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calender..., p. 211.
  • 38 Ibid., « Raisonnierendes Verzeichniss aller derjenigen Staats-und Adresskalender, welche in dem Joa (...)
  • 39 Jan Eric Almquist, „Statskalenderns historiska föregangare 1728-1823. Med bibliografisk förteckning (...)
  • 40 Heinrich Kochendörffer, „Die danischen Hof-und Staatskalender“, Nordelbingen. Beitrage zur Fleimatf (...)
  • 41 Niels Petersen, „Hof- og Statskalenderen", Arkiv. Tidskrift for arkivforskning, 2, 1968/69, p. 39-6 (...)

19D’autres cours, à l’extérieur du Saint-Empire, publient également une édition allemande de leur almanach. L’almanach de Saint-Petersbourg paraît dans les années 1790 en russe, en français et en allemand37. De même, en Pologne, on trouve, à côté de l’édition polonaise et française, le Staats-Calender vor das Konigreich Pohlen und Grossherzogthum Lithauen (au moins une livraison en 1774)38. Enfin, l’un des deux plus anciens almanachs de Suède possède également une édition allemande, Das anno 1729 florirende Schwedert39. Sur le modèle des éditions « territoriales » allemandes, paraît encore à Altona dès 1734 un Dänischer Hof und Staatskalender40, alors qu’il faut attendre 1801 pour l’édition danoise41.

20On peut voir à travers ces exemples que l’allemand comme langue de culture et de cour est couramment utilisé dans les monarchies du Nord et de l’Est de l’Europe au xviiie siècle. En revanche, le Saint-Empire et l’aire de diffusion des almanachs en allemand ne se recoupent pas exactement – même si on exclut d’emblée l'Italie impériale. De plus, l’existence d’éditions francophones montre que l’usage de l’allemand, loin d’être exclusif, est plutôt le résultat d’une décision éditoriale. La domination de l’allemand – sur 3036 livraisons, 229 soit 7,5 % sont en français – est d’abord une pratique orientée vers les autres cours allemandes et vers un espace public, fondement de la société de cour (höfische Gesellschaft) en Empire.

Vers la construction d’un espace impérial : le protocole

  • 42 Sur la science du cérémonial, Volker Bauer, Hofökonomie..., en particulier p. 71-134 et Milos Vec, (...)
  • 43 Volker Bauer, Repertorium territorialer Amtskalender..., I, p. 59 et sq.

21Dans ce deuxième développement, on abordera la construction des pratiques de cour communes. De concert avec d’autres types d’imprimés comme les traités de science du cérémonial (Zeremonialwissenschaft) publiés au xviiie siècle42, on ne peut nier que les almanachs aient joué un rôle déterminant dans la diffusion d’informations sur les formes de la représentation43 en usage dans l’Empire et dans l’élaboration d’un code unique.

  • 44 „Denn man war schon durch [...] die gedruckten Hofstaatskalender noch besser über die anderen Höfe (...)

22Le cas du margraviat de Brandenburg-Ansbach, bien connu des historiens, est tout à fait significatif. Le poids acquis par l’opinion publique y réduit plus rapidement qu’ailleurs l’influence de la cour : en effet, « on est bien informé sur les autres cours par l’intermédiaire des almanachs et on ne peut pas se permettre d’aller contre la tendance »44. La publication d’un almanach de cour et d’État est devenu un élément constitutif de la représentation du pouvoir : treize villes d’Empire (cf. la liste des territoires) se sont ralliées à cet usage.

  • 45 Concernant l'Almanach Royal, Gaston Saffroy, Bibliographie des almanachs et annuaires administratif (...)
  • 46 Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calender..., p. 9.
  • 47 Volker Bauer, Repertorium..., I, p. 42 et sq.

23En dépit d’une apparente disparate, les almanachs n’ont pas seulement la langue en commun mais aussi l’histoire. Il est en effet peu probable que l'Almanach Royal45 ait pu leur servir de modèle46. En revanche, on peut identifier deux modèles en Empire même : le Kaiserlicher Hofkalender (à partir de 1692), qui se distingue de l’almanach parisien par l’absence d’annuaire administratif, et les adresses, sur le modèle du Jetztlebendes Leipzig [à. partir de 1701) et de son double, le Jetztlebendes Württemberg (à partir de 1736)47.

  • 48 Hans-Stephan Brather dir., Leibniz und seine Akademie. Ausgewählte Quellen zur Geschichte der Berli (...)
  • 49 Notion employée par Jorg Jochen Berns, „Die Festkultur der deutschen Höfe zwischen 1580 und 1730. E (...)
  • 50 Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calender..., p. 14.
  • 51 Friedrich Lautenschlager dir., Bibliographie der badischen Gescbichte, Karlsruhe, 1933, II, 1, p. 2 (...)

24L’imitation des territoires plus développés est ici un facteur déterminant. Dans le cas de la Prusse, les sources attestent un modèle autrichien48 et ce n’est pas un hasard si on retrouve au point de départ des almanachs les trois principales cours allemandes (Leithöfe)49 du début du xviiie siècle, Vienne, Dresde et Berlin. L’imitation est patente dans les principautés proches ou apparentées : la publication d’un almanach en amène immédiatement une autre. Par exemple, l’apparition du Brandenburg-Ansbachischer Adreßkalender (1737)50 est suivie, un an plus tard, par la création d’un almanach à Bayreuth et d’un Baden-Durlachischer Staats- und Adreßkalender (1763), lui-même imité à Baden-Baden51. On ne peut guère aller plus loin. Tout au plus peut-on remarquer que les territoires placés au sommet de la hiérarchie, les Pays héréditaires de l’empereur et les principautés électorales, précèdent les autres territoires. Le modèle fait ensuite boule de neige.

  • 52 Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calender..., p. 296.

25L’imitation, au cœur du système de concurrence et de prestige formé par la société des cours d’Empire, permet de distinguer plusieurs groupes, par exemple celui des villes de la Hanse (Brème, Hambourg, Lübeck) ou des chapitres d’Osnabrück, de Paderborn et en partie d’Hildesheim. Cependant, la reprise d’éléments textuels, paratextuels ou formels laisse avant tout paraître l’unité de l’ensemble, à laquelle les contemporains étaient déjà sensibles52.

  • 53 Karin Plodf.CK, Hofstruktur und Hofzeremoniell..., p. 82.
  • 54 Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calender..., p. 21 et sq. ; voir également Josef H (...)

26En guise de synthèse, on peut affirmer que les almanachs de cour et d’État forment un genre homogène, résultant de l’imitation, qui accompagne l’apparition des principautés sur la scène impériale, tout en contribuant à leur rapprochement. À la cour d’Ansbach, on n’hésite pas à changer la dénomination des titres pour mieux suivre l’exemple des grandes cours53. Le marché du livre joue ici un rôle secondaire. En revanche, l’envoi des almanachs de chancellerie à chancellerie facilite l’échange et l’influence, il donne à voir la communication interterritoriale des sociétés de cour54.

Vers la construction d’un espace impérial : territorialisation et interterritorialité

  • 55 Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calender..., p. 84 et sq., p. 90.
  • 56 Edite par Krebel puis Schumann. D’abord publié sous le titre de Jetztherrschendes Europa.
  • 57 Édite par Varrentrapp et Wenner.
  • 58 Édite par Tilger.
  • 59 Édite par Horschelmann. On ne dispose pas d’études récentes sur ces publications ; elles sont simpl (...)

27On peut encore identifier une contribution moins immédiate à la construction impériale. À partir des années 1720, certaines informations généalogiques et listes de personnel contenues dans les almanachs territoriaux sont reprises dans des compilations réalisées à leur propre initiative par des libraires privés55. Les informations concernant les personnels administratifs des territoires sont laissées de côté au profit de la description des principales institutions du Saint-Empire, Chambre impériale de justice, Conseil aulique et Diète (Reichskammergericht, Reichshofrat, Reichstag). Quatre collections sont publiées au xviiie siècle : à partir de 1725, le Genealogisches Handbuch56, à partir de 1743, le Reichs-und-Staatshandbuch57, dans les années 1780, l'Europäisches Staats-und Adressbuch58 et enfin, à partir de 1791, le Neues Reichs-Staatshand- und Adressbuch59.

  • 60 Édite par Hörschelmann.
  • 61 Édite par Brandenstein.
  • 62 Lang ; 1792-1795
  • 63 On manque de travaux sur ces publications, Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calende (...)

28Certaines institutions d’Empire possèdent leur propre annuaire. L’Allgemeiner Reichs- und Comitialkalender est consacré à la Diète, de même, à partir de 1790, le Reichs-Comitial-Adreßbuch60 ainsi que le Reichstags-Almanach (1795). La Chambre impériale de justice est décrite depuis les années 1740 dans le Reichskammergerichtskalender et dans le Reichskammergerichts-Staatshandbuch (1763) ; pour le Vicariat d’Empire, on dispose du Reichsvikariats-Hofgerichtskalender (Augsbourg, à partir de 1741) et de l’Adreßverzeichnis der [...] Sächsischen Reichsvikariatskommission (1790) ; le Staats-und Adressbuch des Schwäbiscben Kreises (à partir de 1749), le Handbuch von dem [...] Fränkischen Kreis (1753) et le Niederrheinisch-Westfälischer Kreiskalender (à partir de 1758) sont consacrés aux cercles ; le Reichsritterschaftlicher Almanach61, X Historisches Taschenbuch des deutschen Adels62 et le Reichsritterschaftliches Schema de 1795 recensent la chevalerie d’Empire63.

29Certes, les publications d’Empire accusent un certain retard sur les publications territoriales. Pourtant, pour les contemporains, ces almanachs sont bien l’expression d’une souveraineté (Landeshoheit) et, pour les historiens d’aujourd’hui, ils sont la marque d’une construction étatique, même si leur fort contenu généalogique doit nous inciter à la prudence.

  • 64 Johann Christoph Spiess, Das Jetzt=herrschende Europa Oder Allerneueste GENEALOGIE [...], Leipzig, (...)
  • 65 Peter Ambrosius Lehmann, Itztherrschendes Europa, Hambourg, 1695-1702.
  • 66 Ces périodiques portent souvent des titres voisins. Voir par exemple Das jetztlebende Europa d.i. H (...)

30En 1725, le premier almanach d’Empire est d’abord un répertoire généalogique complété par la liste des noms et des fonctions des principaux dignitaires classés sous la rubrique « envoyés dans les cours étrangères et ministres » (An fremden Höfen subsistirenden Abgesandten und MINISTREN)64. Son titre (Jetztherrschendes Europa) signale la parenté avec les ouvrages généalogiques, notamment avec un ouvrage au titre similaire publié dans les années 169065. Il ne paraît pas contestable que les innombrables périodiques généalogiques de la période66 aient servi de modèle aux almanachs interterritoriaux, précisément parce qu’ils ont pour fonction de décrire une organisation aristocratique pré-moderne.

  • 67 Johannes Bauermann, « Hof-, Staats-und Adress-Kalender für Westfalen vor 1815 », Von der Elbe bis z (...)

31L’image du Saint-Empire que renvoient les almanachs interterritoriaux est aussi ambiguë que leur position, entre les almanachs généalogiques d’une part et les almanachs d’État d’autre part. À la différence des publications territoriales, ils n’ont pas de statut officiel et, pour les publications citées, il s’agit même d’entreprises strictement privées qui ne bénéficient ni de la collaboration ni du soutien direct de l’administration d’Empire67. Pourtant le Saint-Empire y apparaît bien comme le cadre (Handlungsrahmen) social et politique de l’action des groupes répertoriés dans ces listes. Celles-ci ne sont pas exhaustives, mais leur utilité, même en l’état, justifie la publicité qui leur est donnée.

Conclusion

32En privilégiant l’allemand, en fixant les règles de la représentation de la souveraineté et en facilitant l’apparition de répertoires impériaux et donc suprarégionaux, les almanachs contribuent à organiser les territoires en une société de cour à la fois unifiée et compétitive. Les créations ininterrompues jusqu’en 1806 illustrent l’installation et la saturation progressive (Verdichtung) de ce contexte communicationnel (kommunikativer Zusammenhang).

  • 68 Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats- und Adress-Calender..p. 62-79 ; voir également Volker Bauer,(...)
  • 69 Volker Bauer, Repertorium territorialer Amtskalender..., I, p. 51-55.

33Si certains groupes, à l’instar des savants ou des marchands, possèdent leurs media et leurs canaux d’information, le réseau des almanachs qui réunit les élites politiques et sociales revêt pourtant une importance particulière. Le cercle des lecteurs s’élargit au fil du siècle : d’abord réduit à la haute noblesse, à la noblesse de service et à la bureaucratie, il inclut progressivement d’autres catégories. Les juristes y trouvent notamment les matériaux nécessaires au développement de la science de l’État et à la connaissance des différents territoires, de leur organisation et de leur potentiel68. Dès les années 1760, on remarque dans les petits territoires une transformation sensible des almanachs populaires (Volkskalender) qui comportent désormais des annuaires administratifs, sans pour autant faire disparaître les anciens contenus, par exemple à Osnabrück et dans le comté de Schaumburg-Lippe. Ces publications conservent leur public, soit, à peu de chose près, les lisants-écrivants du territoire considéré69. Des informations qui auparavant appartenaient aux arcanes sont désormais largement divulguées.

  • 70 « Staats= oder Adresskalender » dans : Allgemeine deutsche Real=Encyclopadie für die gebildeten Stä (...)

34Les autorités ont longtemps soutenu et encouragé ce projet, où l’« amour de la splendeur » le dispute à la « vanité des titulaires » et au « règne de l’étiquette »70. Avec les almanachs de cour, la société des cours d’Empire se dote d’un instrument capable de diffuser dans tout le Saint-Empire d’expression allemande des informations actualisées chaque année sur la vie des cours dans les territoires (personnels, rangs, calendrier des fêtes et des galas etc.). En harmonisant les savoirs et en fixant les normes, elle pose les jalons d’une véritable publicité. Dans la mesure où les cours servent de cadre à l’action politique des élites, qu’elles soient issues de l’aristocratie ou des principautés (adelsgesellschaftliche und fürstenstaatliche Eliten), elles forment un espace public qui inclut notamment la Diète d’Empire. Les politiques territoriales peuvent al être discutées et coordonnées à l’échelle de l’Empire. Les almanachs d’État contribuent à maintenir le Saint-Empire dans son rôle d’acteur politique, même doté de moyens limités.

35Paradoxalement, les almanachs servent aussi de support au discours critique qui se développe contre les cours à la fin du xviiie siècle. Le catalogue des officiers n’est alors plus compris comme une forme légitime de la représentation mais jugé à l’aune des ressources économiques disponibles.

Liste des territoires dotés d’un almanach ou d’un annuaire administratif

36(le chiffre entre parenthèses indique le nombre de publications à l’intérieur d'un même territoire)

Aachen (2)

Hildesheim (2)

Paderborn (2)

Anhalt-Bernburg

Hohenlohe

Passau

Augsburg (Hochstift) (2)

Johanniter (Großpriorat) (2)

(Kur-) Pfalz

Augsburg (Reichsstadt) (4)

Jever

(Schwedisch-) Pommern

Baden-Baden

Kempten (Stift)

Preußen (3)

Baden-Durlach

Kempten (Reichsstadt)

Regensburg (Hochstift) (2)

Bamberg (2)

(Kur-) Köln (3)

Regensburg(Reichsstadt) (2)

Bayern

Κöln (Reichsstadt) (2)

Rheingrafen (SalmHorstmar)

Brandenburg-Ansbach

Konstanz (Hochstift) (2)

(Kur-) Sachsen (3)

Brandenburg-Bayreuth

Liechtenstein

Sachsen-Coburg-Saalfeld

Braunschweig-Wolfenbüttel

Liège (Lüttich) (2)

Sachsen-Gotha (2)

Bremen (4)

Lippe

Sachsen-Meiningen

Deutscher Orden (2)

Lübeck (Hochstift)

Sachsen-Weimar

Eichstätt

Lübeck (Reichsstadt) (2)

Salzburg

Erzkanzler (2)

Mainz (2)

Schaumburg-Lippe

Frankfurt a.M. (2)

Mecklenburg-Schwerin

Schleswig-Holstein

Freising

Mecklenburg-Strelitz

Schwarzburg-Rudolstadt

Friedberg (Burg)

Memmingen

Schwarzenberg (2)

Fürstenberg

Münster

Speyer (Hochstift)

Fulda

Nürnberg (2)

Trier

Hamburg (2)

Österreich (4)

Ulm

Hannover (2)

Österreichische Niederlande (2)

Wied-Runkel

Heilbronn

Oldenburg

Württemberg (2)

Hessen-Darmstadt

Oranien-Nassau (2)

Würzburg (2)

Hessen-Kassel

Osnabrück

Notes

1 „Auch der Hof bürokratisiert sich“, Werner Paravicini, „Alltag bei Hofe“, Alltag bei Hofe, ibid. dir., Sigmaringen, 1995, p. 9-30, p. 27.

2 „eine formalisierte Ämteraufbahn unabhängig von der Gunst oder Person“ à propos de la cour de l’Électeur de Cologne, Aloys Winterling, Der Hof der Kurfürsten von Koln 1688-1794. Eine Fallstudie zur Bedeutung „absolutistischer“ Hofhaltung, Bonn, 1986, p. 93, également p. 88 et p. 115.

3 Sur les récits auxquels ces fêtes donnent lieu, Helen Watanabe-O’kelly, « Festival Books in Europe from Renaissance to Rococo", The Seventeenth Century, 3, 1988, p. 182-201, p. 192-197 et Thomas Rahn, « Fortsetzung des Festes mit anderen Mitteln. Gattungsbeobachtungen zu hessischen Hochzeitsberichten", Frühneuzeitliche Hofkultur in Hessen und Thüringen, Jörg Jochen Berns et Detlef Ignasiak dir., Erlangen/Iéna, 1993, p. 233-248. Une bibliographie exhaustive par Helen Watanabe-O’kelly et Anne Simon, Festivals and Ceremonies. A Bibliography of Works Relating to Court, Civic and Religious Festivals in Europe 1500-1800, Londres / New York, 2000.

4 Voir également Ronald G. Asch, « Introduction. Court and Household from the Fifteenth to the Seventeenth Centuries », Princes, Patronage and Nobility. The Court at the Beginning of the Modem Âge c. 1450-1650, ibid. et Adolf M. Birke dir., Oxford, 1991, p. 1-38, p. 9.

5 Sur le rôle central de la communication dans un contexte aulique, Aloys Winterling, ,,‘Hof’. Versuch einer idealtypischen Besdmmung anhand der mittelalterlichen und frühneuzeitlichen Geschichte“, Zwischen „Haus“ und „Staat“. Antike Hofe im Vergleich, ibid. dir., Munich, 1997, p. 11-25, p. 15-18.

6 „ein Feld gegenseitiger sinnlicher Wahrnehmung", Axel Schmitt, « Inszenierte Geselligkeit. Methodologische Überlegungen zum Verhaltnis von Öffentlichkeit’ und Kommunikationstrukturen im höfischen Fest der Frühen Neuzeit“, Geselligkeit und Gesellschaft im Barockzeitalter, Wolfgang Adam dir., Wiesbaden, 1997, p. 713-734, p. 721.

7 À ce sujet, Volker Bauer, Hofökonomie..., p. 34-45.

8 Aloys Winterling, Hof der Kurfürsten..., p. 153-156.

9 Sur ce genre, voir l’étude contemporaine de Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calender. Ein Beytrag zur Staatenkunde, Berlin, 1792 et l’étude moderne de Volker Bauer, Repertorium territorialer Amtskalender und Amtshandbücher im Alten Reich. Adress-, Hof-, Staatskalender und Staatshandbücher des 18. Jahrhunderts, 3 tomes, Francfort-sur-le-Main, 1997-2002. Les almanachs répertoriés dans cette publication seront cités en abrégé avec l’année de publication. Les autres almanachs du xviiie siècle seront cités dans une orthographe modernisée.

10 « Ein „unter öffentlicher Aufsicht angefertigtes, systematisch geordnetes Nahmens-verzeichniss von Personen, welche gegen den Staat in besonderer Verpflichtung stehen », Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calender..., p. 24 et sq.

11 Volker Bauer, Repertorium territorialer Amtskalender..., II, p. 323-326.

12 Ibid., II, p. 7 et sq.

13 Kurkölnischer Kapellen-und Hofkalender, 1718.

14 „gleichsam in einer Stunde den gantzen ob wohl weitläufftigen Hoff=Staat der Königl. und Printzlichen Hofe sehen“, Kursächsischer Hof-und Staatskalender, 1728, préface.

15 Anna Micksch, „,ohne Concurrentz‘. Das Oberhofmarschallamt (Quelienfundus sächsischer Kulturgeschichte)“, Einegute Figur machen. Kostüm und Fest am Dresdner Hof, Claudia Schnitzer et Petra Hölscher dir., Dresde, 2000, p. 30-37, p. 35.

16 Essentiel : Michael Stolleis, „Arcana Imperii und Ratio Status. Bemerkungen zur politischen Theorie des frühen 17. Jahrhunderts“, Staat und Staatsrason in der frühen Neuzeit. Studien zur Geschichte des öffentlichen Rechts, ibid. dir., Francfort-sur-le-Main, 1990, p. 37-72 ; voir également Andreas Gestrich, Absolutismus und Öffentlichkeit. Politische Kommunikation in Deutschland zu Beginn des 18. Jahrhunderts, Göttingen, 1994, p. 34-74 ; sur le xviiie siècle, voir encore Lucian Hölscher, Öffentlichkeit und Geheimnis. Eine begriffsgeschichtliche Untersuchung zur Entstehung der Öffentlichkeit in der frühen Neuzeit, Stuttgart, 1979, particulièrement p. 7 et sq. et p. 132-137 ; avec un point de vue centré sur le cérémonial et le protocole, Milos Vec, Zeremonialwissenschaft im Fürstenstaat. Studien zur juristischen und politischen Theorie absolutistischer Herrschaftsrepr Äsentation, Francfort-sur-le-Main, 1998, p. 238-245.

17 „Auffzeichnung Der geheimbesten Ministern, Reichs=Ständen, Staathaltern und Generals=Persohnen“, Kaiserlicher Hof-und-Ehrenkalender, 1703.

18 Cornelia Visman, Akten. Medientechnik und Recht, Francfort-sur-le-Main, 2000, p. 229.

19 Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und-Adress-Calender..., p. 20 et p. 290 ; voir également V. Bauer, Repertorium territorialer Amtskalender..., I, p. 32-34.

20 Joachim von Schwarzkopf, „Systematisches Verzeichniss der vom Minister-Residenten Joach. von Schwarzkopf in Frankfurt am Main gesammelten Staats-und Adresskalender", Allgemeiner literarischer Anzeiger, 1799, Nr. 156-158, col. 1545-1572, col. 1546.

21 Volker Bauer, Repertorium territorialer Amtskalender..., I, particulièrement p. 23-31.

22 Voir Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calender..., p. 14.

23 Sur la caractère représentatif de l’almanach, Manfred Hanisch, „Politik in und mit Kalendern (1500-1800). Eine Studie zur Endterschen Kalendersammlung in Nürnberg", Jahrbuch fur Frankische Landesforschung, 49, 1989, p. 59-76, p. 66-71.

24 Josef H. Biller, „Die Hochstiftskalender des Fürstbistums Eichstätt 1562-1803“, Sammelblatt des Historischen Vereins Eichsätt, 75, 1982, p. 29-76 et p. 76 ; 1983, p. 35-93, p. 31 et sq.

25 Wolfgang Leesch, „Staatshandbücher und Adresskalender als personengeschichtliche Quellen", Beitrage zur westfälischen Familienforschung, 54, 1996, p. 7-16, p. 8. Voir également Niklas von Schrenck und Notzing, „Die Hof-und Staatskalender als Geschichtsquelle“, Sammeln und Bewahren. Beitrdge zur Kunst, Literatur und Buchgeschichte, Munich, 1973, p. 142-149, p. 145.

26 Voir Volker Bauer, Repertorium territorialer Amtskalender..., I, p. 51 et sq. ; Alte Kalender. Aile Jahre wieder – nicht nur zum Abreißen, Bückeburg, 1986, p. 10 et p. 28.

27 Sur les différences qui séparent les « schématismes » ecclésiastiques des almanachs, voir Volker Bauer, Repertorium territorialer Amtskalender..., I, p. 46.

28 Sur les schématismes, voir l’étude parfois inexacte de Peter Thaddäus Lang, „Süddeutsche Diözesanschematismen des 18. Jahrhunderts als historische Quellen", Rottenburger Jahrbuch fur Kirchengeschichte, 9, 1990, p. 135-145.

29 À ce propos, François Moureau, « La presse allemande de langue française (1686-1790). Étude statistique et thématique », Aufklärungen. Frankreich und Deutschland im 18. Jahrhundert, Gerhard Sauder et Jochen Schlobach dir., Heidelberg, 1985, 1, p. 243-252.

30 „moglichst detaillierten Informationen über die politischen Aktivitäten verantwortlicher Mitglieder in Hof-und Regierungskreisen“, Karin Angelike, Matthias Beermann et René Nohr, „Frankophone Zeitungen an der deutschen Westgrenze als Medien des Kulturtransfers“, Kulturtransfer im Epochenumbruch. Frankreich - Deutschland 1770 bis 1815, Hans-Jürgen Lüsebrink et Rolf Reichardt dir., Leipzig, 1997, p. 145-192, p. 155 et 159.

31 Kurkolnischer Hofkalender, 1719, page de titre. ; Almanach de la Cour de Cologne, 1719, page de titre et ibid., 1722, page de titre.

32 Sur cette publication, Karl Georg Bockenheimf.R, Die Buchdruckerei im St. Rochushospitale zu Mainz, Mayence, 1887, p. 6 ; Joseph Benzing et Helmut Presser dir., Fünfhundert Jahre Mainzer Buchdruck. Festgabe zum 70. Geburtstag von Aloys Ruppel, Mayence, 1952, p. 184 ; Elisabeth Darapsky, Mainz die kurfürstliche Residenzstadt 1748-1792, Mayence, 1995, p. 172. On n’a pas pu trouver un exemplaire de la livraison de 1770.

33 Le grand-priorat de l’Ordre de Saint-Jean publie une édition italienne : Ruolo degli Cavalieri nella Lingua di Alemagia, 1785. L'Almanacco della Corte di Vienna reste introuvable (Volker Bauer, Repertorium territorialer Amtskalender..., II, p. 374) comme son édition latine : Calendarium [...] ad usum aulae Caesareae (Anton Mayer, Wiens Buchdrucker-Geschichte 1482-1882, Vienne, 1887, II, p. 18).

34 Volker Bauer, Repertorium territorialer Amtskalender..., II, p. 425-437.

35 Ibid., I, p. 565 et sq.

36 Louis Erhardt, „Die Ausbildung des brandenburgisch = preussischen Kalenderwesens in Beziehung zur Geschichte", Hohenzollern-Jahrbuch, 11, 1907, p. 75-88, p. 81 et Martin Hass, „Die preussischen Adresskalender und Staatshandbücher als historisch-statistische Quellen", Forschungen zur Brandenburgischen und Preussischen Geschichte, 20, 1907, p. 133-193 et p. 305-346, p. 150 et 327.

37 Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calender..., p. 211.

38 Ibid., « Raisonnierendes Verzeichniss aller derjenigen Staats-und Adresskalender, welche in dem Joach. von Schwarzkopf’ischen Werke, Berlin, Rottmann, 1792, gr. 8. nicht angeführt sind“, Allgemeiner Literarischer Anzeiger, 1799, 159-164, colonnes 1577-1631, colonne 1598.

39 Jan Eric Almquist, „Statskalenderns historiska föregangare 1728-1823. Med bibliografisk förteckning“, Festskrifi tillagnad Nils Herlitz, Stockholm, 1955, p. 17-40, p. 24.

40 Heinrich Kochendörffer, „Die danischen Hof-und Staatskalender“, Nordelbingen. Beitrage zur Fleimatforschung in Schleswig-Holstein, Hamburg und Lübeck, 5, 1926, p. 270-309, p. 270 ; Holger Böning dir., Deutsche Presse. Biobibliographische Handbücher zur Geschichte der deutschsprachigen periodischen Presse von den Anfängen bis 1815, II : Altona, Bergedorf-Harburg – Schiffbeck – Wandsbek. Kommentierte Bibliographie der Zeitungen, Zeitschriften, Intelligenzblätter, Kalender und Almanache sowie biographische Hinweise zu Herausgebern, Druckern und Verlegern periodischer Schriften, Stuttgart / Bad Cannstatt, 1997, col. 68-71.

41 Niels Petersen, „Hof- og Statskalenderen", Arkiv. Tidskrift for arkivforskning, 2, 1968/69, p. 39-61, p. 39.

42 Sur la science du cérémonial, Volker Bauer, Hofökonomie..., en particulier p. 71-134 et Milos Vec, Zeremonialwissenschaft im Fürstenstaat...

43 Volker Bauer, Repertorium territorialer Amtskalender..., I, p. 59 et sq.

44 „Denn man war schon durch [...] die gedruckten Hofstaatskalender noch besser über die anderen Höfe unterrichtet, und so konnte man es sich auch in Ansbach nicht leisten, der Mode der Zeit entgegenzuhalten“, Karin Plodeck, Hofstruktur und Hofzeremoniell in Brandenburg-Ansbach vom 16. bis zum 18. Jahrhundert. Zur Rolle des Herrschaftskultes im absolutistischen Gesellschafts-und Herrschaftssystem, Ansbach, 1972, p. 78.

45 Concernant l'Almanach Royal, Gaston Saffroy, Bibliographie des almanachs et annuaires administratif, ecclésiastiques et militaires françaises de l’Ançien Régime et des almanachs et annuaires généalogiques et nobiliaires du xvie siècle à nos jours, Paris, 1959, p. 14.

46 Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calender..., p. 9.

47 Volker Bauer, Repertorium..., I, p. 42 et sq.

48 Hans-Stephan Brather dir., Leibniz und seine Akademie. Ausgewählte Quellen zur Geschichte der Berliner Sozietat der Wissenschaften 1697-1716, Berlin, 1993, p. 239 et sq.

49 Notion employée par Jorg Jochen Berns, „Die Festkultur der deutschen Höfe zwischen 1580 und 1730. Eine Problemskizze in typologischer Absicht“, Germanisch-Romanische Monatsschrift, 65, 1984, p. 295-311, p. 307.

50 Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calender..., p. 14.

51 Friedrich Lautenschlager dir., Bibliographie der badischen Gescbichte, Karlsruhe, 1933, II, 1, p. 239.

52 Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calender..., p. 296.

53 Karin Plodf.CK, Hofstruktur und Hofzeremoniell..., p. 82.

54 Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calender..., p. 21 et sq. ; voir également Josef H. Biller, „Hochstiftskalender...“, p. 88.

55 Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calender..., p. 84 et sq., p. 90.

56 Edite par Krebel puis Schumann. D’abord publié sous le titre de Jetztherrschendes Europa.

57 Édite par Varrentrapp et Wenner.

58 Édite par Tilger.

59 Édite par Horschelmann. On ne dispose pas d’études récentes sur ces publications ; elles sont simplement mentionnées dans des monographies consacrées aux différents territoires. Une synthèse toujours essentielle : Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calender..., p. 88-91 et p. 298 et sq. ; ibid., „Systematisches Verzeichniss.col. 1548.

60 Édite par Hörschelmann.

61 Édite par Brandenstein.

62 Lang ; 1792-1795

63 On manque de travaux sur ces publications, Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calender..., p. 299-310 ; ibid., „Systematisches Verzeichniss...", col. 1549 ; ibid., „Raisonnierendes Verzeichniss. col. 1618 et sq.

64 Johann Christoph Spiess, Das Jetzt=herrschende Europa Oder Allerneueste GENEALOGIE [...], Leipzig, 1726, page de titre.

65 Peter Ambrosius Lehmann, Itztherrschendes Europa, Hambourg, 1695-1702.

66 Ces périodiques portent souvent des titres voisins. Voir par exemple Das jetztlebende Europa d.i. Hofkalender, 1717-1725 ; Durchläuchtige Welt, 1699-1705 ; Der durchlauchtigen Welt Geschichts-, Geschlechts-und Wappenkaletider, 1723-1757 ; Genealogisch-heraldischer Staatskalender, 1720-1726. L’almanach intitulé Jetztlebendes Europa (1670-1675) contient significativement un annuaire administratif. Voir Jetztlebendes Europa, troisième partie, Francfort-sur-le-Main, 1675, p. 190-202 qui donne la liste de certains commis saxons, notamment des conseillers privés – Geheime Rate, des chambellans – Kämmerer, des maîtres des forêts-Forstmeister. Ce genre est si mal connu qu’il est souvent décrit de manière inexacte.

67 Johannes Bauermann, « Hof-, Staats-und Adress-Kalender für Westfalen vor 1815 », Von der Elbe bis zum Rhein. Aus der Landesgeschichte Ostsachsens und Westfalens, ibid. dir., Münster, 1968, p. 434-449, p. 437 ; Wolfgang Leesch, « Staatshandhücher und Adresskalender... p. 12 et sq.

68 Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats- und Adress-Calender..p. 62-79 ; voir également Volker Bauer, Repertorium territorialer Amtskalender..., 1, p. 62-70.

69 Volker Bauer, Repertorium territorialer Amtskalender..., I, p. 51-55.

70 « Staats= oder Adresskalender » dans : Allgemeine deutsche Real=Encyclopadie für die gebildeten Stände. (Conversations=Lexicon.), IX, Leipzig, 1820 (5e édition), p. 403-404 ; Joachim von Schwarzkopf, Ueber Staats-und Adress-Calender..., p. 9.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search