Version classiqueVersion mobile

L’espace du Saint-Empire

 | 
Christine Lebeau

Deuxième partie. Pouvoirs et territoires

Principalis sedes orientalis regni. Francfort-sur-le-Main, un pôle central de l’Empire à la fin du Moyen Âge ?

Pierre Monnet

Texte intégral

  • 1 Voir la récence synthèse de Francis RAPP, Le Saint-Empire romain germanique d’Otton le Grand à Char (...)
  • 2 Pierre Monnet, « Des villes allemandes », L’Allemagne au xiiie siècle, Michel Parisse dir., Paris, (...)
  • 3 Pour l’espace méridional de l’Empire : Harro Blezinger, Der Schwäbische Städtebund in den Jahren 14 (...)
  • 4 Voir la contribution de Marie-Louise Pelus-Kaplan dans ce volume.
  • 5 Essai de traduction de la Verdichtung proposée par Peter Moraw dans sa caractérisation du Saint-Emp (...)
  • 6 Werner Paravicini dir., Nord und Süd in der deutschen Geschichte des Mittelalters, Sigmaringen, 199 (...)
  • 7 Sur l’histoire générale de la ville en allemand : Konrad Bund, « Frankfurt am Main im Spätmittelalt (...)

1Deux éléments apparaissent d’emblée à la lecture du titre donné à cette contribution. Le premier est « médiéval », il s’agit de la citation latine. Le second est contemporain, il s’agit de la notion de pôle central. Nous voici donc en présence de l’appareillage classique de l’historien d’aujourd’hui : un extrait de source d’un côté, une clé moderne d’interprétation de l’autre. Le choix de l’une comme de l’autre entend répondre à la thématique choisie dans le présent recueil, c’est-à-dire une réflexion portant sur l’organisation de l’espace aboutissant à la construction d’un territoire normé, polarisé, balisé et peut-être surtout représenté. L’espace choisi, celui du Saint-Empire, ne ressemble à aucun autre entre les xe et xviiie siècles et le pouvoir censé l’organiser ne se laisse pas non plus définir à travers les moyens classiques de l’État monarchique tels qu’on peut les observer en Occident dans la période1. Il nous semble justement que dans l’Empire, plus que dans d’autres régions – l’Italie sans doute mise à part, mais elle fit si longtemps partie du môle impérial –, les villes ont constitué pendant un temps, à côté des pouvoirs monarchique et princiers, un facteur important d’organisation, d’articulation et de mobilité spatiales2. Les ligues urbaines de la fin du Moyen Âge3, mais aussi la Hanse4 en sont, à l’évidence, les témoignages les plus frappants. Y eut-il cependant une hiérarchie au sein de ce pluriel urbain, et ce dans un espace politiquement saturé5 au sein duquel aucune capitale monarchique n’émerge, aucune cité qui concentre à elle seule et au même moment les fonctions capitales ? Avec quels moyens et suivant quelles formes de représentation spatiales un certain nombre de villes allemandes ont-elles tenté de jouer, dans l’interdépendance, dans la concurrence et dans la solidarité, un rôle territorial dans l’Empire ? Pour en juger, on retiendra le cas exemplaire de la ville de Francfort-sur-le-Main, à mi-chemin entre le Nord et le Sud6, ville de l’élection royale à la fin du Moyen Âge, puis du couronnement à l’époque moderne, ville d’Empire et ville de foires7.

  • 8 Friedrich Kurze éd., Reginonis Abbatis Prumiensis Chronicon, Hanovre, 1890 (Monumenta Germaniae His (...)
  • 9 Sur le palais carolingien : Marianne Schalles-Fisher, Pfalz und Fiskus Frankfurt. Eine Untersuchung (...)
  • 10 Walter Christaller, Die zentralen Orte in Süddeutschland : eine ökonomisch-geographische Untersuchu (...)
  • 11 Pour l’histoire urbaine, ces pistes de réflexion ont également abouti à une meilleure analyse des p (...)
  • 12 Sur l’application de la méthode à l’histoire urbaine médiévale, voir Peter Schöller, Zentralitätsfo (...)

2Les quatre mots latins du titre, que l’on peut librement traduire par « Siège principal de la Francie orientale », sont extraits de la chronique de Réginon de Prüm (vers 840-915)8 et servent à désigner la localité de Francfort, ce gué des Francs établi par Charlemagne et équipé par Louis le Pieux d’une église et d’un palais9 dans lequel le roi Louis le Germanique meurt le 28 août 876, occasion de la mention dans la chronique universelle de Réginon. L’élément qui doit ici retenir l’attention n’est pas directement la Francie ou le royaume oriental, mais la notion de siège principal accolée à un lieu dans lequel vivent et meurent au ixe siècle des souverains incarnant hic et nunc le pouvoir universel et auxquels incombe sur terre de mener la Chrétienté à son salut. Presque immanquablement le terme de siège principal évoque chez les historiens et les géographes la notion de lieu central. Chacun pense ici à la traduction de Zentraler Ort tel que le géographe Walter Christaller en a défini et installé l’usage dans son célèbre ouvrage10. Si la notion appartient aujourd’hui à la panoplie classique des études portant sur le territoire, il convient cependant de rappeler le caractère novateur de sa formulation dans les années 1930 car ses échos et ses implications sont loin d’avoir tous disparu. Si la centralité christallérienne ressortait clairement d’une analyse de géographie économique, a priori peu utilisable pour l’historien des chartes qu’était alors le médiéviste, elle n’en avait pas moins pour conséquence d’introduire ultérieurement l’idée de fonctionnalité dans l’observation d’un espace et de sa structuration et de faire de la fonction spatiale urbaine un élément constitutif de définition de la cité. Ainsi Christaller avait-il eu pour la première fois recours à la Telefonmethode, à l’étude des flux de communications téléphoniques, pour isoler des pôles centraux et les intégrer dans un modèle théorico-géométrique. C’est bien dire s’il érigeait l’étude de la communication, des flux et des échanges ainsi que l’idée d’offre de services en instrument privilégié d’observation spatiale. De la détermination de pôles ou de lieux centraux pourvus d’un « surplus de signification » (Bedeutungsüberschuβ) découlait presque naturellement une dichotomie entre des espaces dominants et des espaces dominés11, c’est-à-dire l’idée d’une hiérarchie, d’un étagement, d’une valorisation de forces territoriales à la fois distinguées mais complémentaires en raison des relations qu’elles entretenaient. Ce sont ces notions-là dont les historiens se sont emparés12, remarquant à juste titre que l’étude de Christaller laissait justement inexplorée la dimension ou plutôt la dynamique historique qui suggère nécessairement la question de la continuité d’un lieu central dans le temps long (et de la continuité de ses fonctions, à la mesure par exemple des changements techniques pour ne citer que ce domaine) et soulève également la question de la réduction, de siècle en siècle, du nombre des lieux centraux au sein d’un espace politiquement et économiquement organisé. On ajoutera, pour suggérer des perspectives actuelles et futures de recherche, que les implications, en terme d’histoire culturelle, des valorisations et dévalorisations spatiales induites par la notion de centralité (à juste titre associée par le géographe Christaller à un monde de signes et de significations) demeurent largement inexplorées (le rang, l’honneur, la réputation, l’histoire, autant de « signes »…, ce qui est tout autre chose que la vaine et suspecte tentative de dégager, au sein d’un espace considéré, des « paysages culturels»). Force est en tout cas de constater que les chronologies de tels phénomènes de centralité continue ou discontinue divergent en fonction des espaces pris en compte, qu’il s’agisse par exemple, c’est un truisme, des royaumes français et anglais d’un côté, ou bien des pays germaniques de l’Empire de l’autre, qui montrent au contraire des précédents une relative résistance, jusqu’à l’époque actuelle, de pôles centraux multiples et disséminés qui sont loin de coïncider avec des lieux concentrant en même temps toutes les fonctions capitales.

3Francfort-sur-le-Main peut servir d’illustration à un tel processus que l’on peut tenter de détailler en trois temps. On commencera tout d’abord par passer brièvement en revue les services et les fonctions attachés à l’idée d’une centralité telle qu elle peut se concevoir dans l’Empire médiéval. On s’attachera ensuite à évoquer les représentations et les formes de conscience contemporaines (entendons « médiévales ») qui peuvent s’y accrocher. Et l’on essaiera d’observer enfin les effets de structuration et de hiérarchie que ces fonctions et ces représentations (la conjonction des deux est importante) peuvent induire, et ce à deux niveaux : avec les autres villes d’une part et au sein de l’Empire même de l’autre.

  • 13 794 Karl der Groβe in Frankfurt am Main. Ein Konig bei der Arbeit, Sigmaringen, 1994. Rainer Bern (...)

4Mais d’abord, qu’est-ce qui pouvait inciter le chroniqueur Réginon de Prüm, écrivant au début du xe siècle, né près de Spire et ayant vécu à Trèves, c’est-à-dire dans deux cités épiscopales anciennes et marquées du sceau de la romanité, à baptiser « siège principal de royaume » un promontoire situé sur les bords du Main, mentionné pour la première fois un siècle plus tôt seulement (lors du concile de 794)13, n’offrant ni murailles, ni faubourgs, ni marché, alors qu’au même moment brillaient avec autrement plus d’avantages, Ratisbonne, Cologne, Mayence ou bien encore Aix-la-Chapelle abritant le palais chéri de Charlemagne ? On sent bien que la manière même de répondre à une telle question touche profondément aux enjeux du thème retenu par la rencontre dont le présent volume est issu. Car réfléchir à « la construction de l’espace impérial » conçu comme un ensemble de territoires organisés, identifiés, historisés, est-ce pour l'historien enfourcher la machine anachronique à remonter le temps et expliquer à partir des lignes de force de l’Allemagne moderne les structurations anciennes de l’espace ? Rien de plus simple, en effet, que de céder au déterminisme plus ou moins conscient du « Dès les premiers temps déjà… » et d’expliquer a posteriori pourquoi Cologne et Nuremberg, plutôt que Soest ou Dinkelsbühl, ou bien pourquoi la Saxe, la Prusse et la Bavière, et non le Holstein ou l’Eiffel ont fini par dominer l’Empire germanique. À y regarder de près, ce n’est pas autrement que pendant des siècles on a expliqué téléologiquement la formation des nations en Europe…

  • 14 Les recherches des haut médiévistes ont insisté avec raison sur la pertinence de la question des ca (...)

5Il ne peut être question, faute de place et surtout faute d’ambition ou de compétences, de proposer d’emblée une nouvelle méthode d’analyse ou une lecture révolutionnaire de l’espace historique impérial. Mais simplement, il convient de prendre la juste mesure du jugement émis vers 900 par Réginon de Prüm pour qualifier de « siège principal de royaume » le théâtre d’un événement (la mort d’un roi) survenu en 876. Au vrai, ce qualificatif enregistre la promotion du siège francfortois tout au long du ixe siècle, au point d’en faire une alternative possible à Ratisbonne comme « siège royal », ce que prouvent les assemblées de novembre 822 et mai 823, la rencontre de 854, les assemblées suivantes de 861, 865, 873, 874 et 875, et enfin le synode de Francfort de 89214.

  • 15 Peter Schmid dir., Regensburg. Geschichte der Stadt, Ratisbonne, 2000.

6Plusieurs raisons peuvent être avancées pour expliquer cette promotion politique relativement rapide. L’une d’elles consiste à se demander si le chroniqueur, en proposant Francfort préférée à d’autres pôles centraux plus anciens, n’enregistre pas au fond le déplacement vers l’Est du centre de gravité des pays parlant l’allemand (nous en restons prudemment à la terminologie employée au ixe siècle par Notker de Saint-Gall qui ne définit pas autrement les Allemands : « Wir, die wir die teutonische oder deutsche Sprache sprechen »), déplacement issu des partages de Verdun (843) et de Meersen (870). Cela pourrait dès lors expliquer que Cologne, Trèves ou Aix, situés à la charnière de la Lotharingie moribonde, aient déjà été perçus au début du xe siècle comme ce qu’ils étaient au temps des Romains, c’est-à-dire des points de transition, de passage et de frontière. Francfort en revanche, moins exposée que Ratisbonne plus ouverte pour sa part sur les espaces de Bohême et de Moravie (ce sera une constante et une fragilité jusqu’au xve siècle au moins)15, est en effet le cœur géographique du Ostfränkisches Reich qui se dessine après 870 et articule autour de lui une Europe moyenne ou médiane, traduction neutre d’une Mitteleuropa dont on connaît les avatars idéologiques aux xixe et xxe siècles. Dans ce cadre, la ligne du Main noue admirablement les passages entre Rhin et Danube et assure donc une transition entre Est et Ouest avant de ménager plus tard une transition entre Nord et Sud, opposition qui ne compte pas encore au xe siècle mais dont on sait qu'elle ne cessera de devenir plus sensible à compter du xiie siècle, particulièrement sous le règne de Frédéric Ier Barberousse, après la déposition du guelfe et saxon Henri le Lion. Pour notre propos, le jugement de Réginon de Prüm signifie que l’on pense un espace (si tant est que l’espace soit une catégorie de l’esprit médiéval) non pas tant en fonction de l’état de ce que l’on voit, mais plutôt en fonction de potentialités, d’une évolution, bref d’une histoire. Surtout si l’espace auquel on a affaire, comme c’est le cas pour Réginon en 900, est encore en mouvement à la différence d’une façade occidentale passablement saturée et balisée depuis des siècles déjà.

  • 16 Sur les conséquences géographiques ou géopolitiques des résidences princières et royales, consulter (...)
  • 17 Anna-Maria Drabek, Reisen und Reisezeremoniell der römisch-deutschen Herrscher im Spätmittelalter, (...)

7Vers 900, si Francfort n’était pas encore très développée, elle était tout de même mieux qu’un simple rêve ou un lieu virtuel. Mentionné pour la première fois en 794, ce point de passage facile sur le fleuve avait accueilli la même année un synode convoqué par Charlemagne pour régler, contre le concile de Nicée, la querelle des images, condamner l’hérésie adoptianiste et faire adopter un système duodécimal de compte des monnaies fondé sur la livre et le denier dont le principe devait survivre en Grande-Bretagne jusqu’en 1971. Le fils de Charlemagne, Louis le Pieux, a non seulement établi ici un palais mais y a séjourné à neuf reprises au cours des 26 années de son règne pendant lequel deux assemblées d’Empire se tinrent à Francfort. À son tour, son fils Louis le Germanique dota le palais d’une église basilique pourvue d’un chapitre impérial et y prépara les grandes lignes des partages de Verdun et de Meersen. On l’a vu, c’est à Francfort qu’il meurt en 876. Au total, de Charlemagne à Louis l’Enfant, en 118 années, les Carolingiens auront séjourné 75 fois aux bords du Main. Il faut bien considérer l’importance de la présence et de la venue du roi dans le détachement de pôles centraux : de ce point de vue (comment en serait-il autrement au Moyen Âge ?) l’Empire médiéval ne fonctionne pas différemment des monarchies française, anglaise ou espagnole au sein desquelles la présence visible et sensible du roi, de haltes16 en étapes au gré de ses itinéraires17, organise aussi des régions politiques centrales et périphériques.

8Deux facteurs vont donc contribuer à affermir le rôle central de la cité : la faveur royale d’un côté par séjours, privilèges et itinéraires interposés (on pourra bientôt y ajouter les élections) ; et la position géographique de l’autre car, certes, avec les Ottoniens de Saxe, puis les Saliens de Franconie et enfin les Staufen de Souabe, ce sont les duchés historiques du Nord ou du Sud qui ont influencé les affaires royales ou dynastiques de l’Empire, mais sans qu’un pôle puisse se détacher durablement et surtout sans que le point de passage et d’articulation formé par le coude du Main et du Rhin soit relégué dans une position périphérique. Les Ottoniens ont séjourné durablement à Francfort 41 fois en 106 ans (et y ont surtout passé les fêtes les plus importantes, dont Noël), et si les Saliens semblent fuir la région (6 séjours à Francfort en un siècle), en revanche les Staufen y résident 60 fois en 110 ans. La désaffection salienne n’est d’ailleurs pas un mystère ou la conséquence d’un brusque désamour pour le lieu : simplement, entre 1018 et 1045 au plus tard, l’ancien palais carolingien comme lieu de résidence et de gouvernement a tout bonnement disparu à la suite d’un incendie et ne sera reconstruit que par les Staufen sous la forme d’une cour, curia regis, qui n’apparaît d’ailleurs dans les sources qu’une fois la dynastie éteinte. C’est sous cette dynastie souabe, qui cherchait justement un point solide d’appui dans cette zone du Main qui faisait transition vers un Nord plus distant, qu’une nouvelle fonctionnalité, double de surcroît et apte à établir durablement le siège de Francfort, allait se mettre en place : la fonction économique d’une part et la fonction élective de l’autre.

  • 18 Heinz Thomas, Deutsche Geschichte des Spätmittelalters 1250-1500, Stuttgart 1983. Armin WOLF, Die E (...)

9Cette dernière résulte d’abord de la pratique : jusqu’en 1147, seules 6 élections sur 20 n’ont pas eu lieu à Francfort et toutes les grandes élections (ou contre-élections) suivantes s’y tiennent, telles celles de 1147, 1152, 1196, 1208, 1212 et 1220. Au cours des élections et contre-élections intervenues dans la période dite de « l’Interrègne » (1250-1273) se dégage l’idée suivant laquelle Francfort constitue, pour la désignation du roi des Romains, un locus debitus et consuetus, le lieu adéquat par devoir et par coutume. Or, et le parallèle mérite d’être noté, c’est au même moment que se dégage l’habitude de réserver la première et décisive étape de l’élection, de la Kur, aux sept Électeurs dont quatre, les archevêques de Trèves, Cologne et Mayence et le Palatin, se situent dans un rayon géographique très proche de Francfort18.

  • 19 Gustav Beckmann, « Das mittelalterliche Frankfurt als Schauplatz von Reichs-und Wahltagen », Archiv (...)
  • 20 Nils Brübach, Die Reichsmessen von Frankfurt am Main, Leipzig und Braunschtveig, Stuttgart, 1994. M (...)
  • 21 Original reproduit par Jacob Schwalm éd., Constitutiones et acta publica imperatorum et regum (Monu (...)

10Concernant maintenant les fonctions économiques, liées à la première dimension car un roi ne se laisserait pas désigner dans une ville incapable de payer le prix des festivités et d’héberger le cortège des princes d’Empire19, il suffit de rappeler que c’est Frédéric II qui confirme en 1240 le privilège de protection des marchands se rendant aux foires de Francfort, qui sont foires royales comme l’atteste leur première mention dans un privilège d’Henri VII (qui séjourna d’ailleurs 16 fois à Francfort) délivré en 1227 en faveur des nundinae nostrae apud Franchenfurt20. Un an après le privilège accordé par Frédéric II, le matricule fiscal d’Empire (Reichsmatrikel)21 recensant les 111 villes et communautés juives imposées de l’Empire fait de Francfort la ville la plus imposée (et donc la plus riche) avec 250 marcs d’argent fin (quelque 60 kg de métal précieux) suivie par Gelnhausen, Bâle, Haguenau et les Juifs de Strasbourg. Il est intéressant de voir dans ce document très « christallérien » de 1241, qui reflète par l’impôt les points forts de l’économie et de la contribution de l’Empire, que seules Francfort, Strasbourg et dans une moindre mesure Bâle continueront deux siècles plus tard d’occuper par leurs fonctions un rôle de polarisation, et encore seulement Francfort à l’échelle de tout l’Empire. On peut considérer que dès cette date, en 1241, Francfort a obtenu, par les foires d’un côté et par les élections et les séjours des rois de l’autre, les deux fonctions qui suffiront à maintenir sa centralité pour les siècles suivants. La ville n’accueillera en effet ensuite ni université, ni cathédrale, ni cour permanente, ni château, et ne sera pas non plus un lieu de pèlerinage ou de conservation de reliques, pas plus qu'elle n’abritera des tombeaux royaux.

  • 22 Publication de la version latine par Wolfgang Dietrich Fritz éd., Bulla Aurea Karoli IV imperatoris (...)
  • 23 Gerhard Pfeiffer dir., Nürnberg. Geschichte einer europäischen Stadt, Munich, 1971.
  • 24 Pierre Monnet, « Diplomatie et relations avec l’extérieur dans quelques villes de l’Empire à la fin (...)

11La confirmation des deux fonctions, économique et élective, intervient avec une remarquable ampleur au milieu du xive siècle. Francfort devient le lieu officiel de l’élection du roi des Romains par la Bulle d’Or de 135622 (on attendra le xvie siècle pour y ajouter les couronnements, c’est-à-dire quand l’universalisme impérial aura vécu et pourra donc évacuer la fiction romaine) tandis que ses foires, profitant du décalage vers l’Est des flux de marchands et de marchandises qui désertent les foires de Champagne entraînées dans la guerre de Cent ans (on fera ici un rapprochement avec ce qui a été dit précédemment lors du commentaire de la chronique de Réginon en 900), s’imposent deux fois l’an comme l’un des plus grands marchés non pas tant de produits mais d’instruments financiers (crédit, change et rentes) de tout l’Occident. Avec Nuremberg23, qui compte cependant quatre fois plus d’habitants c’est-à-dire autour de 40 000, Francfort accueille également le plus grand nombre de diètes aux deux siècles finaux du Moyen Âge, reçoit et contrôle le plus d’informations24, concentre à date régulière le plus de marchands. Avec Aix-la-Chapelle, Augsbourg, Cologne, Lübeck et Nuremberg, sans oublier Strasbourg, elle appartient au peloton de tête des cités qui semblent vers 1500 dominer pour longtemps la géographie urbaine de l’Empire.

  • 25 Liselotte E. Saurma-Jeltsch dir., Karl der Große als vielberufener Vorfahr. Sein Bild in der Kunst (...)
  • 26 Pierre Monnet, « Particularismes urbains et patriotisme local dans une ville allemande de la fin du (...)
  • 27 Voir par exemple : Joachim Schneider, Heinrich Deichsler und die Nürnberger Chronistik des 15. Jahr (...)
  • 28 Heinrich Schmidt, Die deutschen Städtechroniken als Spiegel des bürgerlichen Selbstverständnisses i (...)
  • 29 Sur les territoires urbains des villes de l’Empire à la fin du Moyen Âge : Eberhard Isenmann, Die d (...)
  • 30 C’est sans doute le propre de cette mémoire dans l’Empire que d’avoir pu se déployer dans des lieux (...)
  • 31 Robert Folz, Le souvenir et la légende de Charlemagne dans l’Empire germanique médiéval, Paris, 195 (...)
  • 32 Pierre Monnet, « Élites dirigeantes et distinction sociale à Francfort-sur-le-Main (xive-xve siècle (...)

12Si un tel portrait est de nature à satisfaire les adeptes d’un modèle « christallérien » de la centralité, il a besoin, second temps de la réflexion, d’être étayé par l’étude des représentations qui purent ou non s’attacher à une telle polarisation (et ce en un temps qui ne connaît pas encore l’iconographie des plans classiques de villes, c’est-à-dire qui ne marque pas encore par la carte la polarité spatiale). Il est difficile de savoir si les contemporains avaient une nette conscience de la polarisation de leur espace, tout simplement parce que la notion même d’espace organisé par des points, des dominations, des flux ou des cercles, est très improbable pour l’homme médiéval dont on peut penser que le seul espace qu’il puisse concevoir est un espace sacré et/ou sacralisé. Néanmoins, on doit justement se demander si, en s’appuyant précisément sur les mécanismes d’identification et de démarcation de l’espace sacré, la communauté urbaine, et plus spécialement sa couche dirigeante, n’a pas développé des traits de conscience d’un espace valorisé, porteur d’une identité, voire d’un honneur et d’une réputation, source à laquelle puiseront les éloges, les portraits et les plans de villes des Temps Modernes. Plusieurs marqueurs ou plusieurs références d’une telle identité spatiale ont pu jouer en faveur de Francfort érigée dès le xive siècle en centre majeur de l’Empire. La mémoire carolingienne25 par exemple a été mobilisée au service de la ville et trouve son inscription presque « patriotique »26 dans une historiographie qui mêle le local et l’impérial et se distingue de celle de Nuremberg27 ou d’Augsbourg28 pour lesquelles les villes d’Empire sont l’Empire même tandis que, pour les chroniqueurs de Francfort, cette dernière – par foires, diètes et élections interposées – fait l’Empire, celui-ci moins conçu comme un territoire (la ville n’en possède d’ailleurs pas elle-même, à la différence de Nuremberg)29 que comme un espace encore relativement homogène. Profitant en quelque sorte de la disponibilité30 de la mémoire de Charlemagne associée très précocement à Francfort à une idée impériale « urbanisée » (l’empereur fondateur de villes qui elles-mêmes surent tirer tout le parti d’un roi saint)31, les élites dirigeantes32, tenant d’un côté le Conseil et de l’autre le chapitre collégial dans lequel se déroulait l’élection royale, ont su orchestrer un souvenir de Charlemagne érigé en fondateur de la cité et en fondateur de la collégiale tout ensemble. Charlemagne devenait la figure mi-religieuse et mi-civique, aux dimensions à la fois locales et universelles, d’une communauté urbaine qui trouvait en lui un puissant facteur de consensus politique.

13Par ailleurs, la tenue de deux foires annuelles a elle aussi contribué à ancrer l’idée selon laquelle toutes les routes de l’Empire menaient à l'emporium du Main. Une telle conscience, c’est bien toute la question de la représentation en histoire, ne se nourrit pas de rien mais s’accroche à un substrat matériel visible et régulier : la venue et le séjour des marchands de tout l’Empire et de pays étrangers bien sûr, l’achat et la vente de produits qui parlent du monde entier connu, de la Russie à l’Orient. Les noms des grandes villas cossues du centre ville en tirent d’ailleurs leur nom jusqu’à l’Hôtel du Conseil lui-même appelé le Römer parce que les marchands italiens avaient initialement l’habitude d’y entreposer leurs marchandises (coutume qui n’empêcha en rien de voir ensuite l’appellation se doter parallèlement d’une dimension romaine idéologique bien plus universaliste). Mais il y a plus, car ces foires ont généré deux pratiques qui eurent des implications éminemment territoriales et contribuèrent à renforcer la perception d’un rôle particulier dévolu à la ville à l’échelle de tout l’Empire. Il s’agit de l’organisation du conduit d’une part et du tribunal des marchands de l’autre.

  • 33 Alfred Haferlach, Das Geleitswesen der deutschen Städte im Mittelalter, Göttingen, 1914. Guido Schö (...)
  • 34 Rainer Koch dir., Brücke zwischen den VölkernZur Geschichte der Frankfurter Messe, Francfort-sur (...)
  • 35 Gustav Beckmann, « Das mittelalterliche Frankfurt als Schauplatz von Reichs-und Wahltagen… ».

14Il n’est guère de ville de l’Empire médiéval qui n’ait dans ses archives de lettres de conduit (Geleit)33 pour se rendre à Francfort, dont le nom résonnait ainsi non seulement sur les routes mais aussi dans chaque Conseil de ville. D’autre part, la protection et les privilèges de la foire étaient assurés par un tribunal spécial érigé et compétent pour le temps de la foire (Messegericht)34 qui applique le principe de la territorialité en droit puisque les litiges y sont réglés selon la coutume locale des affaires. Si Francfort rayonne dans tout l’Empire par conduit interposé, à l’inverse quiconque s’y rend se dépouille pour un temps de son droit. Deux fois par an, au printemps et à l’automne, Francfort doublait ainsi le chiffre ordinaire de sa population. De quoi naturellement frapper les esprits. Ce gonflement démographique se produisait en une autre occasion : lors de la tenue des diètes royales ou princières, voire urbaines, pendant les séjours royaux et naturellement quand les Électeurs se rassemblaient pour désigner un nouveau roi. Il s’agit là, qu’on ne s’y trompe pas, d’une véritable logistique qui met en mouvement toute une cité et génère au sein du Conseil des commissions spéciales d’organisation de l’approvisionnement et de l’hébergement. C’est toute la communauté urbaine qui est réquisitionnée, ainsi lors des entrées somptueuses et des séjours fastueux de Frédéric III en 1474 (681 chevaux pour sa seule suite répartis dans 62 maisons, sans compter les autres princes) et en 1486 (3141 chevaux répartis sur 262 maisons, soit tout le parc disponible des maisons susceptibles d’accueillir quelques hôtes supplémentaires)35. Un tel cortège répété à une plus grande échelle encore lors des élections royales a assurément inscrit dans les esprits, que cette ville était le théâtre régulier des affaires de l’Empire.

  • 36 Pierre Monnet, Les Rohrbach de Francfort…, Ibid., « Führungseliten und Bewusstsein sozialer Distink (...)
  • 37 Gérald Chaix, « Coellen eyn kroyn boven allen steden schoyn. L’historiographie colonaise à la fin d (...)
  • 38 Rolf Sprandel, Chronisten als Zeitzeugen. Forschungen zur spätmittelalterlichen Geschichtsschreibun (...)
  • 39 Robert Holzmann éd., Die Chronik des Bischofs Thietmar von Merseburg, Berlin, 1935 (Monumenta Germa (...)
  • 40 Georg Waitz éd., Ottonis et Rahewinigesta Friderici I. imperatoris, Hannover, 1912 (Monumenta Germa (...)
  • 41 Erwin Assmann éd., Gunther der Dichter. Ligurinus, Hannover, 1987 (Monumenta Germaniae Historica, S (...)
  • 42 Carmen Schenk et Burkhard Klinc, « Karl der Große und Frankfurt », Karl der Große…,p. 139-173.
  • 43 Incunable imprimé à Mayence chez Peter Drach en 1492. Reproduit par exemple chez Konrad Bund, Frank (...)

15Les chroniques locales s’en font l’écho36. Rédigées depuis les années 1320-1330 au sein du milieu des conseillers et, parallèlement, par des chanoines du chapitre collégial (dont la chapelle est devenue par habitude le cadre de l’élection depuis la Bulle de 1356 qui pourtant n’en dit officiellement rien), les deux cercles appartenant d’ailleurs aux mêmes lignages, elles mettent l’accent sur la fonction singulière détenue par la ville au regard de ses responsabilités. Il est remarquable de constater que c’est le détail de ces fonctions qui tient en quelque sorte lieu d’honneur de la ville puisque l’on ne trouve pas trace, à la différence de ce que l’on voit pour Cologne37, Nuremberg ou Augsbourg, d’origines légendaires, mythiques voire bibliques de la cité38. La seule légende bien orchestrée, mais qui cadre admirablement avec les fonctions précédemment évoquées, tient à la prétendue fondation du lieu par Charlemagne : mais il s’agit là d’un petit mensonge car l’essor de la ville date bien de la faveur carolingienne. La pierre de touche de cette historiographie est formée par la légende de la fondation du site par Charlemagne en personne, version qui s’appuie sur le toponyme même de Francfort (Franken-Furt, le gué des Francs), lequel ravive sans cesse le souvenir franc. Il faut ici écouter la chronique de Tietmar de Mersebourg (975-1018) pour l’année 1017 qui rapporte un itinéraire royal d’Henri II se rendant de Bamberg à Wurtzbourg puis à Francfort. À cette occasion, le chroniqueur explique le toponyme par ces mots : « L’origine de ce nom ne doit pas te rester longtemps caché, lecteur, c’est pourquoi je veux t’en rapporter ce que m’en ont dit des hommes dignes de foi. Sous le règne de l’empereur Charlemagne, le fils du roi Pépin, survint une guerre entre les siens et nos ancêtres [les Saxons], Au cours de ces combats, les Francs furent défaits par les nôtres et lorsque les premiers, à la recherche d’un gué pour leur retraite, durent passer le Main, ils virent surgir devant eux un cerf qui, conduit par la miséricorde de Dieu, leur montra le chemin. Ils le suivirent et purent ainsi atteindre la rive salvatrice. Et c’est pourquoi ce lieu s’appelle Francfort, le gué des Francs. Inde locus hic Francorum dictus est vadum39. » Ensuite, la légende sera rapportée en ces mêmes termes par les Gesta Friderici d’Otton de Freising (1111-1158)40 et dans une version latine du Ligurinus41 de 1 186-118742. Même tournée en dérision, cette origine demeure la référence explicite des chroniques de la fin du Moyen Âge. La Chronique des Saxons de Konrad Bote, imprimée en 1492 et comportant la plus ancienne représentation de Francfort après une première esquisse de 1485, rapporte l’épisode décrit par Tietmar mais sous un autre angle. Voulant en effet vanter l’histoire des Saxons, l’auteur leur prête la moquerie suivante : voyant Charlemagne passer le Main en catastrophe pour éviter la défaite, les Saxons se seraient écriés « Les Francs en fuite » c’est-à-dire en allemand « Franken fort »43.

  • 44 Konrad Bund, « Eine Chronik des Frankfurter Domgelautes », ibid., Frankfurter Glockenbuch, Francfor (...)
  • 45 Tanja Michalsky, « De ponte capuano, de turribus eius, et de ymagine Frederici… », Kunst im Reich K (...)
  • 46 Pierre Monnet, « La ville en fête : conceptions et représentations à Francfort (et dans quelques au (...)
  • 47 Trace du projet d’après l’extrait du livre de compte, Rechenbuch, de 1383-1384 à la date du 20 févr (...)

16Cette identification entre Charlemagne et le gué des Francs, reprise par plusieurs chroniques locales, s’est traduit à Francfort par un véritable culte de Charlemagne. L’empereur est devenu le patron de la collégiale à côté de Barthélemy. On célèbre l’anniversaire de l’empereur canonisé en 1165 par une messe festive le 28 janvier manifestée à toute la ville par une cloche spéciale, la Carolusglocke, que l’on utilise sinon pour les entrées royales, pour appeler les électeurs à entrer dans la chapelle de l’élection (sur les murs de laquelle des fresques sont peintes en l’honneur de Charlemagne) et pour la mort des conseillers44. La statue de Charlemagne est placée sur la porte occidentale de la ville par laquelle entrent les rois (comme le faisaient, dit-on, les rois francs), selon un modèle et une disposition qui ne sont pas sans rappeler la porte triomphale de Capoue érigée par Frédéric II45. Dès que le Conseil reçut du roi l’autorisation de frapper des florins d’or, ce sont des Karlsgulden qui sont émis. Enfin, la fête principale réunissant lors d’un banquet annuel tous les conseillers de la ville s’appelait le convivium cervi, le repas au cerf, en souvenir du cerf miraculeux suivi par Charlemagne pour trouver le gué46. Bref, Charlemagne, érigé en héros de la translatio imperii en faveur des Allemands et aussi de Francfort, est une véritable figure d’identification pour Francfort, à un degré que n’atteint peut-être au même moment que la ville d’Aix-la-Chapelle. Quand il fut d’ailleurs un moment question, dans le prolongement du schisme, de transporter l’université de Paris, on vit Francfort invoquer à son profit la légitimité d’une translatio studii qui serait en quelque sorte venue compléter en ses murs la translatio imperii (le roi des Romains appelé à devenir l’empereur n’était-il pas désigné ici ?)47.

  • 48 Gerhard Kallen éd., Nicolai de Cusa. De Concordantia catholica Libri tres, Hamburg, 1963. Liber ter (...)
  • 49 Pierre Monnet, « Des juristes en ville : le Reichskammergericht à Francfort. Aspects politiques et (...)

17En dehors des chroniques locales, d’autres éléments extérieurs parlent en faveur du rôle spatial prééminent tenu par Francfort à l’échelle de tout l’Empire. C’est très sérieusement que Nicolas de Cues (1401-1464) proposait ainsi dans son De concordantia catholica de faire de Francfort, « lieu très approprié », le point de rencontre annuel d’une diète des représentants d’un Empire rénové conduisant les peuples de la chrétienté à la paix48. C’est également à Francfort que commença à s’installer, certes pour une faible durée, le Reichskammergericht ou chambre de justice impériale, c’est-à-dire la création la plus représentative des réformes d’Empire de 149 549. Francfort a donc conquis à cette date le statut de lieu central impérial à égalité avec Aix-la-Chapelle, Augsbourg, Nuremberg ou Cologne, autant de lieux dans lesquels se tiendront les événements marquants de l’histoire impériale aux trois siècles suivants. Mais justement, y eut-il complémentarité ou concurrence entre ces lieux pluriels ?

  • 50 Paul Zumthor, La mesure du monde. Représentation de l’espace au Moyen Âge, Paris, 1993.
  • 51 Jan A. Aertsen et Andreas Speer dir., Raum und Raumvorstellungen im Mittelalter, Berlin 1998. Guy P (...)
  • 52 Il convient de relire sur ce point les pages consacrées par Maurice Halbwachs aux rapports entre la (...)
  • 53 Winfried Eberhard, « Der Legitimationsbegriff des, Gemeinen Nutzens’ im Streit zwischen Herrschaft (...)
  • 54 Eberhard Isenmann, « Reichsstadt und Reich an der Wende vom späten Mittelalter zur frühen Neuzeit » (...)
  • 55 Johannes Helmrath, « Sitz und Geschichte. Köln im Rangstreit mit Aachen auf den Reichstagen des 15. (...)
  • 56 Heinz-Dieter Heimann, « Stadtspiegel und Stadtlob als, Gebrauchsliteratur’ im 15. Jahrhundert Niede (...)
  • 57 Elisabeth Ruecker éd., Hartmann Schedels Weltchronik : das größte Buchunternehmen der Dürer-Zeit mi (...)

18C’est sur cette question ouverte qu’il convient d’achever en conclusion, c’est-à-dire sur le problème de la mobilité même des fonctions et des attributions qui permettent à un lieu de structurer l’espace et de s’imposer en relation avec d’autres pôles. En effet, tout comme l’espace lui-même est une composante mobile50, les fonctions et les marqueurs qui semblent l’organiser évoluent également : toutes et tous ne sont pas représentés ensemble et du même poids au même moment51. Un tel champ relève assurément d’un domaine qui sonne encore comme un défi pour l’historien, celui des valeurs construites et des choix opérés par les acteurs eux-mêmes, de manière consciente ou non (et c’est peut-être en ce sens qu’il convient alors de parler de choix « culturels » liés eux-mêmes aux représentations des groupes sociaux’52), conduisant à privilégier telle fonction « spatiale » ou « territoriale » plutôt que telle autre. Il semble que nous entrons là dans un débat qui ne touche pas seulement à l’identité mais met également en jeu, question fort débattue, la question de la rationalité et de la finalité d’une action politique qui se déploie forcément – comment en serait-il autrement ? – dans l’espace. C’est pourquoi on achèvera la réflexion sur les manières dont certaines communautés urbaines politiquement organisées, et pas seulement Francfort, ont à la fois pensé l’espace et agi sur lui en fonction de la préoccupation fondamentale et idéale de leur action en tant que communauté citadine, celle du Bien Commun53, notion non seulement essentielle pour les contemporains au tournant des xve-xvie siècles mais également centrale pour le propos de la présente rencontre. Car deux évolutions paraissent se profiler autour de 1500. On peut ainsi voir d’un côté le gouvernement des cités opérer un partage de plus en plus net entre les bons et les mauvais déplacements, orientation qui suppose par conséquent la pensée de bons et de mauvais espaces, pas seulement en ville même mais également en son dehors. De fait, il convient de considérer que la ville, ce fut bien le cas de Francfort, qui veut continuer à jouer un rôle central à l’échelle d’un Empire en mouvement, est celle qui sait organiser un espace utile de communication et de représentation à grande échelle afin d’en recueillir les échos mais afin également, les deux sont liés, d’y propager les sons de sa réputation et de son honneur, bref d’y faire sa propagande. C’est ici que l’on rencontre la deuxième évolution, celle qui voit les grandes villes entrer en concurrence de prestige et d’honneur pour conserver les fonctions centrales acquises. Si Francfort n’eut pas vraiment à craindre pour ses fonctions de ville de l’élection, les privilèges de ses foires lui furent parfois disputés, notamment par Mayence et Nuremberg. Ailleurs, par exemple quand il s’agissait de préséance lors des diètes, des cités comme Aix-la-Chapelle ou Cologne mobilisaient l'histoire, la légende et les faveurs impériales54 pour faire valoir leur droit à marcher en tête55. C’est peut-être dans ce contexte qu’il convient d’inscrire la production plus large d’éloges urbains56 à partir de la deuxième moitié du xve siècle puis la diffusion de plans et de vues des cités qui traduisent bien, par l’iconographie, une hiérarchie de fonctions et de valorisations imprimées dans le paysage urbain et qui n’apparaissent souvent mieux que par comparaison avec d’autres plans de ville, comme on peut le voir en plaçant par exemple côte à côte les planches des villes allemandes extraites des quelque 1 800 gravures composées par Hans Pleydenwurff et Michael Wolgemut pour la chronique universelle de l’humaniste Nurembergeois Hartmann Schedel parue en 149357.

  • 58 Hartmut Kugler, Die Vorstellung der Stadt in der Literatur des deutschen Mittelalters, Munich, 1986 (...)
  • 59 Max Weber, Wirtschaft und Gesellschaft. Die Wirtschaft und die gesellschaftlichen Ordnungen und Mäc (...)

19Pour les villes aussi, et pas ou plus seulement pour les pouvoirs princiers, la construction d’un espace n’est plus séparable d’un certain nombre de représentations, liées souvent à la mémoire et à la conscience urbaines elles-mêmes portées par les groupes sociaux citadins, représentations qui finissent par constituer un prestige renforçant sa centralité. De Jérusalem, d’Athènes et de Rome aux métropoles modernes, la pensée médiévale de la ville58, particulièrement dans un espace impérial porté aux dimensions universalistes, aura contribué à la pérennité d’un modèle citadin original59 d’organisation de l’espace et des hommes.

Notes

1 Voir la récence synthèse de Francis RAPP, Le Saint-Empire romain germanique d’Otton le Grand à Charles Quint, Paris, 2000.

2 Pierre Monnet, « Des villes allemandes », L’Allemagne au xiiie siècle, Michel Parisse dir., Paris, 1995, p. 161-208. Ibid., « Les villes allemandes à la fin du Moyen Âge », Historiens et Géographes, 360, 1998, p. 255-293.

3 Pour l’espace méridional de l’Empire : Harro Blezinger, Der Schwäbische Städtebund in den Jahren 1438-1445, Stuttgart, 1954. Jorg Füchtner, Die Bündnisse der Bodenseestädte bis zum Jahre 1380, Göttingen, 1970. Konrad Ruser éd., Die Urkunden und Akten der oberdeutschen Städtebünde, Göttingen, 1979 (1 : Vom 13. Jahrhundert bis 1347) et 1988 (2 : Städte-und Landfriedensbündnisse von 1347 bis 1380). Horst Carl, « Der Schwäbische Bund und das Reich. Konkurrenz und Symbiose », Alternativen zur Reichsverfassung in der Frühen Neuzeit, Munich, 1995, p. 43-63. Plus au Nord : Matthias Puhle, Die Politik der Stadt Braunschweig innerhalb des Sächsischen Städtebundes und der Hanse im spaten Mittelalter, Braunschweig, 1985. Matthias Puhle, « Der Sächsische Städtebund im spaten Mittelalter. Regionale, confoederatio’ oder Teil der Hanse ? », Hansische Geschichtsblätter, 112, 1994, p. 125-138. Gudrun Wittek, « Der Halberstädter Dreistädtebund von seinen Anfangen bis zum ersten Drittel des 15. Jahrhunderts », Sachsen und Anhalt, 18, 1994, p. 551-593. Matthias Puhle, « Der Sächsische Städtebund. Entstehung und Wirkung », Matthias Puhle dir., Hanse. Städte. Bünde. Die sächsischen Städte zwischen Elbe und Weser um 1500, Magdeburg, 1996, p. 15-28.

4 Voir la contribution de Marie-Louise Pelus-Kaplan dans ce volume.

5 Essai de traduction de la Verdichtung proposée par Peter Moraw dans sa caractérisation du Saint-Empire tardo-médiéval. Peter Moraw, Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung. Das Reich im spaten Mittelalter (1250 bis 1490), Francfort-sur-le-Main, 1985.

6 Werner Paravicini dir., Nord und Süd in der deutschen Geschichte des Mittelalters, Sigmaringen, 1990. Dans ses conclusions, Werner Paravicini insiste sur la nécessité de dégager, dans l’Empire médiéval, et particulièrement dans sa zone médiane, des plaques tournantes, des lieux de distribution et d’échanges d’influences, tant sur le plan politique et économique que culturel et linguistique.

7 Sur l’histoire générale de la ville en allemand : Konrad Bund, « Frankfurt am Main im Spätmittelalter 1311-1519 », Frankfurt am Main. Die Geschichte der Stadt in neun Beiträgen, Sigmaringen, 1991, p. 53-152. Lothar Gall dir., FFM1200. Traditionen und Perspektiven einer Stadt, Sigmaringen, 1994. Et en français : Pierre Monnet, Les Rohrbach de Francfort. Pouvoirs, affaires et parenté à l’aube de la Renaissance, Genève, 1997.

8 Friedrich Kurze éd., Reginonis Abbatis Prumiensis Chronicon, Hanovre, 1890 (Monumenta Germaniae Historica, Scriptores rerum germanicarum 100), p. 111.

9 Sur le palais carolingien : Marianne Schalles-Fisher, Pfalz und Fiskus Frankfurt. Eine Untersuchung zur Verfassungsgeschichte des fränkisch-deutschen Konigtums, Göttingen, 1969. Elsbeth Orth, « Frankfurt », Die deutschen Königspfalzen, Göttingen, 1985, I.

10 Walter Christaller, Die zentralen Orte in Süddeutschland : eine ökonomisch-geographische Untersuchung über die Gesetzmässigkeit der Verbreitung und Entwicklung der Siedlungen mit städtischen Funktionen, Iéna, 1933.

11 Pour l’histoire urbaine, ces pistes de réflexion ont également abouti à une meilleure analyse des plats pays urbains et des espaces environnants de la cité : Hans K. Schulze dir., Städtisches Um-und Hinterland in vorindustrieller Zeit, Cologne, 1985.

12 Sur l’application de la méthode à l’histoire urbaine médiévale, voir Peter Schöller, Zentralitätsforschung, Darmstadt, 1972 ainsi que Emil Meynen dir., Zentralität als Problem der mittelalterlichen Stadtgeschichtsforschung, Cologne, 1979 et en particulier l’introduction d’Emil Meynen aux pages VII-XII. Voir également Michael Mitterauer, « Das Problem der zentralen Orte als sozial-und wirtschafthistorische Forschungsaufgabe », Vierteljahrsschriftfur Sozialund Wirtschaftsgeschichte, 58, 1971, p. 433-467. Ibid., Markt und Stadt im Mittelalter : Beiträge zur historischen Zentralitatsforschung, Stuttgart, 1980. La théorie de la centralité a constitué un fil conceptuel directeur des travaux du Sonderforschungsbereich 235 « Zwischen Maas und Rhein : Beziehungen, Begegnungen und Konflikte in einem europaischen Kernraum von der Spatantike bis zum 19. Jahrhundert » établi à l’université de Trèves sous la direction d’Alfred Haverkamp. C’est dans cette lignée que s’inscrivent les travaux de Jean-Luc Fray dont la thèse d’habilitation soutenue en 1997 s’intitulait : Villa in medio nostri ducatus. Réseau urbain et perception de l’espace. Essai d'application de la théorie de la centralité au cas de la Lorraine médiévale (début xie-début xive siècle). Pour la région urbaine du Rhin supérieur, voir Odile Kammerer, Entre Vosges et Forêt-Noire : pouvoirs, terroirs et villes de l’Oberrhein 1250-1350 (thèse d’habilitation soutenue en 1999, à paraître). Ibid., « Réseaux de villes et conscience urbaine dans l’Oberrhein (milieu xiiie siècle-milieu xive siècle) », Francia, 26, 1999, p. 123-175.

13 794 Karl der Groβe in Frankfurt am Main. Ein Konig bei der Arbeit, Sigmaringen, 1994. Rainer Berndt dir., Das Frankfurter Konzil von 794, Mainz, 1997.

14 Les recherches des haut médiévistes ont insisté avec raison sur la pertinence de la question des capitales et centres de gouvernement dès leur époque. Voir sur ce point : Carlrichard Brühl,, « Remarques sur les notions de ‘capitale’ et de ‘résidence’ pendant le haut Moyen Âge », Journal des Savants, 1967, p. 193-215 et reprint in : Ibid., Aus Mittelalter und Diplomatik I, Hildesheim, 1989, p. 115-138. L’auteur insiste sur l’importance du terme sedes, critère à la fois nécessaire mais non suffisant pour qualifier un lieu capital. Parmi les critères retenus, la chasse, le nombre de séjours royaux et l’existence d’une cour sont à retenir. Eugen Ewig, « Résidence et capitale pendant le haut Moyen Âge », Revue Historique, 230, 1963, p. 25-72, reprint in : Ibid., Spätantikes undfränkisches Gallien I, Munich (Beihefte der Francia 3/1), 1976, p. 362-408 ; a également abordé la question et attiré l’attention sur la bipolarité Francfort-Ratisbonne au sein de la Francie orientale. Pour une réflexion d’ampleur sur la notion de capitale dans le contexte allemand : Das Hauptstadtproblem in der Geschichte. Pestgabe zum 90. Geburtstag von Friedrich Meineckes, Tübingen, 1952.

15 Peter Schmid dir., Regensburg. Geschichte der Stadt, Ratisbonne, 2000.

16 Sur les conséquences géographiques ou géopolitiques des résidences princières et royales, consulter les volumes et recueils de publication des recherches allemandes sur les palais, Pfalzforschungdont le centre est établi à l’Institut Max-Planck d’Histoire de Göttingen. Bon aperçu et bibliographie dans : Caspar Ehlers, « Le répertoire des palais royaux allemands », Billetin d’information de la Mission Historique Française en Allemagne, 34, 1998, p. 79-89.

17 Anna-Maria Drabek, Reisen und Reisezeremoniell der römisch-deutschen Herrscher im Spätmittelalter, Vienne, 1964.

18 Heinz Thomas, Deutsche Geschichte des Spätmittelalters 1250-1500, Stuttgart 1983. Armin WOLF, Die Entstehung des Kurfürstenkollegs 1198-1298, Idstein, 1998.

19 Gustav Beckmann, « Das mittelalterliche Frankfurt als Schauplatz von Reichs-und Wahltagen », Archiv für Frankfurts Geschichte und Kunst, III, 2, 1889, p. 1-140.

20 Nils Brübach, Die Reichsmessen von Frankfurt am Main, Leipzig und Braunschtveig, Stuttgart, 1994. Michael Rothmann, Die Frankfurter Messen im Mittelalter, Stuttgart, 1998.

21 Original reproduit par Jacob Schwalm éd., Constitutiones et acta publica imperatorum et regum (Monumenta Germaniae Historica, Leges, Legum sectio 4, Constitutiones 3), Hanovre, 1904-1906, III, p. 2-5. Publié par Karl Zeumer dir., Quellensammlung zur Geschichte der deutschen Reichsverfassung in Mittelalter und Neuzeit, Leipzig, 1913, no 181, p. 313-317 et repris dans : Wilfried Hartmann dir., Deutsche Geschichte in Quellen und Darstellung. 1 : Frühes und hohes Mittelalter 750-1250, Stuttgart, 1995, p. 423-428.

22 Publication de la version latine par Wolfgang Dietrich Fritz éd., Bulla Aurea Karoli IV imperatoris anno MCCCLVI promulgata, Weimar, 1972, p. 43-90 et de la version allemande modernisée par ibid. éd., Die Goldene Bulle Kaiser Karls IV. vom Jahre 1356, Weimar, 1978, p. 38-88. Texte facilement accessible dans : Lorenz Weinrich éd., Quellen zur Verfassungsgeschichte des römisch-deutschen Reiches im Spatmittelalter (1250-1500), Darmstadt, 1983, no 94, p. 314-394 et Jean-Marie Moeglin et Rainer A. Müller, Deutsche Geschichte in Quellen und Darstellung 1250-1495, Stuttgart, 2000, p. 192-221.

23 Gerhard Pfeiffer dir., Nürnberg. Geschichte einer europäischen Stadt, Munich, 1971.

24 Pierre Monnet, « Diplomatie et relations avec l’extérieur dans quelques villes de l’Empire à la fin du Moyen Âge », Krieg und Frieden im Übergang vom Mittelalter zur Neuzeit. Guerre et paix du Moyen Âge aux Temps Modernes, Heinz Duchhardt et Patrice Veit dir., Mayence, 2000, p. 73-101.

25 Liselotte E. Saurma-Jeltsch dir., Karl der Große als vielberufener Vorfahr. Sein Bild in der Kunst der Fürsten, Kirchen und Städte, Sigmaringen, 1994. August Heuser et Matthias Kloft dir., Karlsverehrung in Frankfurt am Main, Frankfurt am Main, 2000. Pierre Monnet, « Charlemagne à Francfort, viiie-xve siècles. Mémoire et espace urbain », Empire, idée d’Empire et royauté au Moyen Âge : un regard franco-allemand sur l’œuvre de Robert Folz, ibid. et Alain Saint-Denis dir., (colloque de Dijon, mars 2001), Dijon, à paraître.

26 Pierre Monnet, « Particularismes urbains et patriotisme local dans une ville allemande de la fin du Moyen Âge : Francfort et ses chroniques », Identité régionale et conscience nationale en France et en Allemagne du Moyen Âge à l’époque moderne, Rainer Babel et Jean-Marie Moeglin dir., Sigmaringen, 1997, p. 389-400.

27 Voir par exemple : Joachim Schneider, Heinrich Deichsler und die Nürnberger Chronistik des 15. Jahrhunderts, Wiesbaden, 1991.

28 Heinrich Schmidt, Die deutschen Städtechroniken als Spiegel des bürgerlichen Selbstverständnisses im Spätmittelalter, Göttingen, 1958. Dieter Weber, Geschichtsschreibung in Augsburg (Hektor Mülich und die reichsstädtische Chronistik des Spätmittelalters), Augsburg, 1984. Jean-Marie Moeglin, « Les élites urbaines et l’histoire de leur ville en Allemagne (xive-xve siècles) », Les élites urbaines au Moyen Âge (xxviie Congrès de la SHMES, Rome 1996), Paris, 1997, p. 351-383.

29 Sur les territoires urbains des villes de l’Empire à la fin du Moyen Âge : Eberhard Isenmann, Die deutsche Stadt im Spdtmittelalter 1250-1500. Stadtgestalt, Recht, Stadtregiment, Kirche, Gesellschaft, Wirtschaft, Stuttgart, 1988, p. 231-242 avec abondante bibliographie. Voir aussi : H. K. Schulze dir., Städtisches Um-und Hinterland… Pour Nuremberg, Wolfgang Wüllner, Das Landgebiet der Reichsstadt Nürnberg, Nuremberg, 1970. Consulter l’ouvrage fondamental de Rolf Kiessling, Die Stadt und ihr Land. Umlandpolitik, Bürgerbesitz und Wirtschaftgefüge in Ostschwaben vom 14. bis ins 16. Jahrhundert, Cologne, 1989.

30 C’est sans doute le propre de cette mémoire dans l’Empire que d’avoir pu se déployer dans des lieux différents et d’avoir pu changer d’espace au gré des dynasties et des inflexions institutionnelles du royaume des Romains.

31 Robert Folz, Le souvenir et la légende de Charlemagne dans l’Empire germanique médiéval, Paris, 1950. Ibid., Études sur le culte liturgique de Charlemagne dans les églises de l’Empire, Paris, 1951. Ibid., L'idée d’Empire en Occident du ve au xive siècle, Paris, 1953. Ibid., Les saints rois du Moyen Âge en Occident (vie-xiiie siècles), Bruxelles, 1984.

32 Pierre Monnet, « Élites dirigeantes et distinction sociale à Francfort-sur-le-Main (xive-xve siècles) », Francia, 27, 2000, p. 117-162.

33 Alfred Haferlach, Das Geleitswesen der deutschen Städte im Mittelalter, Göttingen, 1914. Guido Schönberger, Das Geleitswesen der Reichsstadt Frankfurt, Francfort-sur-le-Main, 1915. Georges R. Wiederkehr, Das freie Geleit und seine Erscheinungsformen in der Eidgenossenschaft des Spätmittelalters : ein Beitragzu Theorie und Geschichte eines Rechtsbegriffs, Zurich, 1976.

34 Rainer Koch dir., Brücke zwischen den VölkernZur Geschichte der Frankfurter Messe, Francfort-sur-le-Main, 1991.

35 Gustav Beckmann, « Das mittelalterliche Frankfurt als Schauplatz von Reichs-und Wahltagen… ».

36 Pierre Monnet, Les Rohrbach de Francfort…, Ibid., « Führungseliten und Bewusstsein sozialer Distinktion in Frankfurt am Main (14. und 15. Jahrhundert) », Archiv für Frankfurts Geschichte und Kunst, 66, 2000, p. 12-77.

37 Gérald Chaix, « Coellen eyn kroyn boven allen steden schoyn. L’historiographie colonaise à la fin du Moyen Âge », Villes, bonnes villes, cités et capitales. Mélanges offerts à B. Chevalier, Monique Bourin dir., Tours, 1989, p. 315-322.

38 Rolf Sprandel, Chronisten als Zeitzeugen. Forschungen zur spätmittelalterlichen Geschichtsschreibung in Deutschland, Cologne, 1994.

39 Robert Holzmann éd., Die Chronik des Bischofs Thietmar von Merseburg, Berlin, 1935 (Monumenta Germaniae Historica, Scriptores rerum germanicarum 9), Lib. VII, 75, p. 490.

40 Georg Waitz éd., Ottonis et Rahewinigesta Friderici I. imperatoris, Hannover, 1912 (Monumenta Germaniae Historica, Scriptores rerum germanicarum 92), Lib. I, XLV, p. 63.

41 Erwin Assmann éd., Gunther der Dichter. Ligurinus, Hannover, 1987 (Monumenta Germaniae Historica, Scriptores rerum germanicarum 63), I, 180, p. 162.

42 Carmen Schenk et Burkhard Klinc, « Karl der Große und Frankfurt », Karl der Große…,p. 139-173.

43 Incunable imprimé à Mayence chez Peter Drach en 1492. Reproduit par exemple chez Konrad Bund, Frankfurt am Main im Spätmittelalter 1311-1519…, p. 114.

44 Konrad Bund, « Eine Chronik des Frankfurter Domgelautes », ibid., Frankfurter Glockenbuch, Francfort-sur-le-Main, 1986, p. 228-314.

45 Tanja Michalsky, « De ponte capuano, de turribus eius, et de ymagine Frederici… », Kunst im Reich Kaiser Friedrichs II. von Hohenstaufen, Kai Kappel, Dorothee Kremper et Alexander Knaack dir., Munich / Berlin, 1996, p. 137-151.

46 Pierre Monnet, « La ville en fête : conceptions et représentations à Francfort (et dans quelques autres villes d’Empire) à la fin du xve siècle », La ville à la Renaissance. Espaces, représentations, pouvoirs, Gérald Chaix dir., Tours, à paraître.

47 Trace du projet d’après l’extrait du livre de compte, Rechenbuch, de 1383-1384 à la date du 20 février 1384. L’original a brûlé, reproduction dans : Konrad Bund, 1436-1986. 550Jahre Stadtarchiv Frankfurt am Main. Eine Kurzübersicht über seine Bestande, Francfort-sur-le-Main, 1985, p. 68.

48 Gerhard Kallen éd., Nicolai de Cusa. De Concordantia catholica Libri tres, Hamburg, 1963. Liber tertius, capitulum XXXV : « Ordinetur autem conventus annuus circa festum Pentecostes in Francfordia, qui videtur locus ex situ et aliis circumstantiis aptissimus, ad quem concurrant judices omnes et electores imperii… ». Traduction française par : Roland Galibois (trad.), Nicolas de Cues. Concordance catholique, Sherbrooke, 1977, p. 383.

49 Pierre Monnet, « Des juristes en ville : le Reichskammergericht à Francfort. Aspects politiques et sociaux d’une brève histoire (1495-1497) », Les juristes dans la ville : urbanisme, société, économie, politique, mentalités, Jean-Marie Cauchies dir., Neuchâtel, 2000, p. 107-128

50 Paul Zumthor, La mesure du monde. Représentation de l’espace au Moyen Âge, Paris, 1993.

51 Jan A. Aertsen et Andreas Speer dir., Raum und Raumvorstellungen im Mittelalter, Berlin 1998. Guy P. Marchai dir., Grenzen und Raumvorstellungen (11.-20. Jahrhundert). Frontières et conceptions de l’espace (1 1e-20e siècles), Lucerne, 1996

52 Il convient de relire sur ce point les pages consacrées par Maurice Halbwachs aux rapports entre la mémoire collective et l’espace et particulièrement à « l’adhérence du groupe à sa place ». Maurice Halbwachs, La mémoire collective, Paris, 1968, p. 130-167.

53 Winfried Eberhard, « Der Legitimationsbegriff des, Gemeinen Nutzens’ im Streit zwischen Herrschaft und Genossenschaft im Spätmittelalter », Zusammenhänge, Einflüsse, Wirkungen, Jörg Fichte, Karl-Heinz Goller et Bernhard Schimmelpfennig dir., Berlin, 1986, p. 241-254. Peter Hibst, Utilitaspublica, gemeiner Nutz, Gemeinwohl : Untersuchungen zur Idee eines politischen Leitbegrijfes von der Antike bis zum späten Mittelalter, Francfort-sur-le-Main, 1991. Jörg Rogge, Für den Gemeinen Nutzen. Politisches Handeln und Politikverständnis von Rat und Bürgerschaft in Augsburg im Spätmittelalter, Tübingen, 1996. Barbara Frenz, Gleichheitsdenken in deutschen Städten des 12. bis 15-Jahrhunderts, Cologne, 2000.

54 Eberhard Isenmann, « Reichsstadt und Reich an der Wende vom späten Mittelalter zur frühen Neuzeit », Mittel und Wegefrüher Verfassungspolitik, Josef Engel dir., Stuttgart, 1979, p. 9-223. Paul Joachim Heinig, Reichsstädte, freie Stadte und Konigtum 1389-1450, Wiesbaden, 1983.

55 Johannes Helmrath, « Sitz und Geschichte. Köln im Rangstreit mit Aachen auf den Reichstagen des 15. Jahrhunderts », Köln. Stadt und Bistum in Kirche und Reich des Mittelalters, Hanna Vollrath et Stefan Weinfurter dir., Cologne / Weimar / Vienne, 1993, p. 719-760. Karl-Heinz Spiess, « Rangdenken und Rangstreit im Mittelalter », Zeremoniell und Raum, Werner Paravicini dir., Sigmaringen, 1997, p. 39-61.

56 Heinz-Dieter Heimann, « Stadtspiegel und Stadtlob als, Gebrauchsliteratur’ im 15. Jahrhundert Niederlande und Nordwestdeutschland. Studien zur Regional-und Stadtgeschichte Nordwestkontinentaleuropas im Mittelalter und in der Neuzeit », Wilfried Ehbrecht et Heinz Schilling dir., Cologne, 1983, p. 121-135. Ibid., « Stadtideal und Stadtpatriotismus in der ,Alten Stadt’ am Beispiel der ,Laudationes Coloniae’ des Mittelalters und der frühen Neuzeit », Hessisches Jahrbuch, 111, 1991, p. 3-28.

57 Elisabeth Ruecker éd., Hartmann Schedels Weltchronik : das größte Buchunternehmen der Dürer-Zeit mit einem Katalog der Städteansichten, Munich, 1988. Stephan Fuessel dir., 500 Jahre Schedelsche Weltchronik, Nuremberg, 1994.

58 Hartmut Kugler, Die Vorstellung der Stadt in der Literatur des deutschen Mittelalters, Munich, 1986. Ulrich Meier, Mensch und Bürger. Die Stadt im Denken spätmittelalterlicher Theologen, Philosophen und Juristen, Munich, 1994.

59 Max Weber, Wirtschaft und Gesellschaft. Die Wirtschaft und die gesellschaftlichen Ordnungen und Mächte. Nachlass, V Die Stadt, Tübingen, 2000 (Studienausgabe der Max Weber-Gesamtausgabe éditée par Wilfried Nippel). Klaus Schreiner, « Die mittelalterliche Stadt in Webers Analyse und die Deutung des okzidentalen Rationalismus. Typus, Legitimitat, Kulturbedeutung », Max Weber der Historiker, Jürgen Kocka dir., Göttingen, 1986, p. 119-150. Christian Meier dir., Die Okzidentale Stadt nach Max Weber. Zum Problem der Zugehörigkeit in Antike und Mittelalter, Munich, 1994. Gerhard Dilcher, « Max Webers Stadt und die historische Stadtforschung der Mediävistik », Historische Zeitschrift, 267, 1998, p. 91-125. Hinnerk Bruhns et Wilfried Nippel dir., Max Weber und die Stadt im Kulturvergleich, Göttingen, 2000. Otto Gerhard Oexle, « ’Einung und ‘Gemeinde’ in der Gesellschaft des Mittelalters », Die Rolle der Stadtgemeinden und bürgerlichen Genossenschaften im Hanseraum in der Entwicklung und Vermittlung des gesellschaftlichen und kulturellen Gedankengutes im Spätmittelalter, Janusz Tandecki dir., Torun, 2000, p. 9-23.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search