Version classiqueVersion mobile

L’espace du Saint-Empire

 | 
Christine Lebeau

Première partie. Les limites

L’espace hanséatique au début de l’époque moderne (xvie-xviie siècles) : entre Europe et Saint-Empire

Marie-Louise Pelus-Kaplan

Texte intégral

1Si l’espace impérial, qui englobe des territoires italophones et francophones, ne coïncide pas avec l’espace germanique, inversement l’espace germanique ne coïncide pas avec l’espace impérial, qu’il dépasse largement. Le monde de la Hanse en est sans doute la preuve la plus évidente : situé en partie seulement sur le territoire de l’Empire, il en constitue une périphérie, mais aussi un monde en soi, avec son propre centre, ses périphéries, son organisation.

  • 1 Sur la naissance de l’historiographie hanséatique à la fin du xviiie siècle, à la faveur de l’occup (...)
  • 2 Dietrich Schäfer, introduction à la publication de Rudolf Häpke, Brügges Entwicklung zum mittelalte (...)
  • 3 Thomas Mann, « Lübeck als geistige Lebensform », propos cités dans Die Hanse. Lebenswirklichkeit un (...)
  • 4 Johann Gottfried Herder, Ideen zur Philosophie der Geschichte der Menschheit, éd. bilingue, Paris, (...)

2L’historiographie de la Hanse, depuis la fin du xviiie siècle1, est traversée par deux grands courants opposés : l’un, celui de l’école nationaliste, voit dans la Hanse la façade maritime de l’Allemagne, mieux, du génie allemand : « Wesen und Inhalt der Hanse ist ihre Vertretung Deutschlands zur See » (Dietrich Schäfer, 1908) ; la Hanse apparaît ainsi, aux yeux de Karl Pagel, comme la « unvergängliche Leistung Deutschen Bürgertums » (1942)2. À l’opposé, nombre de penseurs, d’écrivains insistent sur la dimension cosmopolite et européenne de la Hanse. Thomas Mann voyait dans la « humane Weltbürgerlichkeit » une des composantes essentielles du caractère hanséatique3 ; dès la fin du xviiie siècle, Herder écrivait que la Hanse « a fait plus pour unifier l’Europe que toutes les croisades et tous les usages romains ; car par-dessus les différences religieuses et nationales, elle fonda l’union des États sur l’utilité mutuelle, l’émulation au travail, la loyauté et l’ordre. Des villes exécutèrent ce que ne pouvaient ni ne voulaient exécuter gouvernants, prêtres et nobles : elles créèrent une Europe agissant en commun »4. Notons qu’à l’heure de la construction et de l’élargissement de l’Union Européenne vers l’est, cette conception de la Hanse retrouve un caractère très actuel.

  • 5 Ernst Hering, Die Deutsche Hanse, Leipzig, 1940 ; cité dans l’article de Rainer Postel, « Treuhände (...)

3Les deux courants se rejoignent d’ailleurs dans l’idée que la Hanse, qu'elle soit essentiellement germanique ou davantage cosmopolite, ne peut de toute manière être confondue avec l’Empire : ainsi, la paix de Stralsund (1370) inaugure, selon Ernst Hering, un des représentants de l’école nationaliste, « ein Zeitalter deutscher Weltgeltung, ohne Kaiser- und Fürstengewalt, sondern allein geboren aus der Leistung des deutschen Menschen »5.

4Qu’en est-il en réalité ? L’histoire de la Hanse est-elle si dissociable de celle du Saint-Empire ? Le simple fait de la partielle communauté des deux espaces induit forcément une histoire commune, des lieux de rencontre. Nombre d’études récentes insistent, justement, sur les liens nombreux entre les deux entités historiques, plus particulièrement au cours des derniers siècles de la Hanse (xve-xviie siècles), époque de crise mais aussi de réorganisation profonde, pour l’Empire comme pour la Hanse. Nous tenterons donc d’esquisser l’histoire des rapports entre ces deux dynamiques spatiales et institutionnelles, deux dynamiques au départ totalement étrangères l’une à l’autre, mais qui, au cours des siècles, ont été amenées à s’entrecroiser, à se rejoindre, sans jamais coïncider totalement.

5A priori, la Hanse et le Saint-Empire n’ont pas grand-chose en commun, sinon une partie de leurs espaces respectifs, deux espaces néanmoins qui se sont constitués selon des processus totalement différents, en réponse à des logiques différentes, et en raison de la nature totalement différente de ces deux entités.

  • 6 Voir notamment Friedrich Bruns et Hugo Weczerka, Hansische Handelsstrassen, Cologne-Graz-Weimar, 19 (...)

6À la différence de l’Empire dont les frontières, même incertaines, peuvent être tracées sur une carte, la Hanse n’a pas de frontières, pas même de limites, dans la mesure où elle ne constitue pas un territoire. L’espace hanséatique est discontinu, car c’est un espace purement urbain et commercial, un espace en réseau : ce réseau est constitué de points (les villes hanséatiques, ainsi que les comptoirs et les factoreries hanséatiques dans divers pays d’Europe) et de lignes (les routes terrestres et maritimes joignant entre elles toutes ces villes)6 ; les espaces ruraux intermédiaires, le « plat pays », n’en font pas partie, sauf à titre de zones d’influence purement économique de telle ville ou de tel groupe de villes. Les routes hanséatiques n’appartiennent d’ailleurs pas en propre à la Hanse : d’autres que les Hanséates les empruntent, et les souverains ou potentats locaux ne manquent pas de prélever des taxes sur les portions de ces routes qu’ils contrôlent ; le plus célèbre de ces péages de l’espace hanséatique est celui que lèvent les rois de Danemark sur le détroit du Sund.

7Discontinu, l’espace hanséatique est de plus un espace à géométrie variable. Il est constitué d’un double réseau, celui des villes « hanséatiques » d’une part, et celui, bien plus vaste, du commerce hanséatique d’autre part. De cette géométrie variable découle le double caractère de la Hanse, à la fois germanique et européen.

  • 7 Philippe Dollinger, La Hanse, Paris, 1964, rééd. 1988 ; Johannes Schildhauer, Konrad Fritze et Walt (...)

8Présentant la forme d’un demi croissant, le réseau des villes hanséatiques7 s’enracine fortement dans l’espace germanique. La partie la plus large du croissant se situe en effet au cœur même de l’ancien Reich. Bien avant de faire partie de la Hanse, les villes rhénanes et westphaliennes existaient déjà, certaines depuis l’Empire romain, d’autres depuis l’époque carolingienne, et très tôt, leur commerce préfigure celui quelles développeront pleinement à la grande époque de la Hanse : dès 1157, la présence de marchands de Cologne est attestée à Londres ; Soest, en Westphalie, fonde dès le xiie siècle une compagnie de « Schleswigfahrer », marchands engagés dans le commerce baltique ; centres de missions destinées aux Slaves, aux Frisons, aux Scandinaves, tout autant que villes commerçantes, Hambourg, Brême surtout, font dès le xie siècle du commerce avec la Norvège, les Pays-Bas, l’Angleterre... Dès le départ donc, ces villes de l’ancienne Allemagne sont tournées vers l’extérieur de l’Empire.

9Au-delà de l’Elbe, le croissant s’effile progressivement vers l’est, dans l’espace de la colonisation allemande. Première de ces villes nouvelles, Lübeck, refondée en 1143-1159, sert de modèle à la fois institutionnel, juridique et urbanistique aux autres fondations allemandes en territoires slaves ou baltes qui s’installent au cours du xiiie siècle le long de la côte méridionale et orientale de la Mer baltique, tantôt sous l’impulsion de l’Église (Riga, en 1201), tantôt sous l’égide de l’Ordre Teutonique (Königsberg, 1255), tantôt à l’initiative conjuguée de marchands allemands venus de Lübeck ou de Westphalie et des princes locaux (Rostock, Stralsund, Danzig...). Au même moment, d’autres fondations, à l’intérieur des terres, dans le Brandebourg notamment, se calquent plus ou moins sur le modèle de Magdebourg, dont elles adoptent le droit.

  • 8 Voir notamment Jürgen Meier et Dieter Möhn, « Die Sprache im Hanseraum », Die Hanse. Lebenswirklich (...)
  • 9 Ahasver von Brandt, « Die Hanse als mittelalterliche Wirtschaftsorganisation. Entstehung, Daseinsfo (...)

10Toutes ces villes, qui rejoindront plus tard la Hanse, présentent dès le départ une forte homogénéité ethnique et linguistique, dont les Européens du xvie siècle avaient parfaitement conscience lorsqu’ils distinguaient (à Bruges, à Anvers, à Londres) les « Osterlins » des « Allemands » originaires du sud de l’Allemagne. Les Osterlins sont certes des Allemands, mais très différents de ceux du sud : leur langue, le bas-allemand, déclinée en une multiplicité de variantes régionales, est proche du néerlandais, et a fortement influencé les langues Scandinaves, toutes ces langues (à l’exception du finnois) étant issues, de près ou de loin, du gotique et du saxon, et n’ayant pas connu la « seconde mutation consonantique» d’où dérivent les dialectes haut-allemands8. Le peuplement des villes « coloniales » de l’est est d’ailleurs largement le fait de Frisons, de Néerlandais, de Flamands, qui ont pu se mêler sans difficultés aux immigrants venus de Westphalie ou de Lübeck. Certains sont même venus de l’aire francophone des Pays-Bas. Dès leur fondation, les futures villes hanséatiques présentent donc le double caractère déjà souligné plus haut, à la fois allemand et européen9, du fait de la vague continue d’immigration d’ouest en est qui est à l’origine de leur peuplement ; ce courant migratoire se poursuit, bien au-delà du Moyen Âge, jusqu’en plein xviie siècle. Aux xvie et xviie siècles, certaines villes hanséatiques, Danzig et Hambourg notamment, s’ouvrent largement à d’autres étrangers de toutes nationalités, reproduisant ainsi, au nord et à l’est de l’Europe, le modèle cosmopolite d’Anvers ou d’Amsterdam.

11Les principes qui ont présidé à l’établissement et au peuplement de toutes ces villes répondent essentiellement à des besoins économiques. Plutôt que créer une belle couronne de villes allemandes et chrétiennes sur le pourtour de la Baltique, les fondateurs des villes ont voulu d’abord contrôler les points de passage et de transbordement (Lübeck), le débouché des grands fleuves (Danzig, Riga, Stettin), créer des escales sur les routes maritimes, des têtes de pont (Wisby sur l’île de Gotland, Stockholm...). La nécessité de contrôler les grands axes fluviaux et routiers de l’intérieur amène les Allemands à s’installer dans certaines villes de fondation polonaise comme Breslau et Cracovie qui adoptent au xive siècle le droit allemand et rejoignent la Hanse.

  • 10 Volker Henn, « Was war die Hanse ? », Die Hanse. Lebenswirklichkeit und Mythos..., p. 14-23
  • 11 Ashaver von Brandt, « Die Hanse als mittelalterliche Wirtschaftsorganisation... », Von Pommern..., (...)

12Le réseau des villes hanséatiques n’en reste pas moins fort mal défini du fait d’abord que certaines villes n’ont adhéré véritablement à la Hanse que pendant une courte période (Stockholm, Berlin) et surtout parce que les autorités hanséatiques n’ont jamais été capables de fournir une liste claire et définitive des membres de la Hanse. Les listes établies à la demande du roi d’Angleterre ou d’autres souverains ne sont jamais les mêmes. Les historiens hésitent d’ailleurs dans la définition des villes hanséatiques. Si l’on ne considère que les villes effectivement représentées aux diètes, leur nombre tourne autour de 70. En revanche, si l’on prend en compte les petites villes, dont les intérêts étaient défendus aux diètes par les députés des plus grandes, mais dont les bourgeois jouissaient néanmoins des privilèges hanséatiques à l’étranger, le nombre peut aller jusqu’à 200 environ, avec de fortes fluctuations selon les régions et les époques10, à tel point qu’Ahasver von Brandt n’hésite pas à comparer la Hanse à un mollusque11 !

  • 12 La ville de Riga, après la sécularisation de ce qui restait en Livonie des territoires de l’Ordre, (...)

13Une chose est certaine : la Hanse a englobé nombre de villes étrangères au Saint-Empire, qu’elles en soient sorties, telles les villes prussiennes (Danzig, Elbing, Thorn, Königsberg) et livoniennes (Reval, Riga, Dorpat, Pernau), au fur et à mesure de la dissolution des Etats de l’Ordre teutonique au cours des xve et xvie siècles12, ou qu’elles n’en aient jamais fait partie comme Stockholm ou comme Cracovie qui a toujours été polonaise.

  • 13 Voir notamment Volker Henn, « Innerhansische Kommunikations-und Raumstrukturen. Umrisse einer Forsc (...)

14Par ailleurs, l’espace des villes hanséatiques, très étendu, est morcelé, moins par les frontières des principautés qui le traversent, que par des groupements locaux d’intérêts économiques entre les villes : les « quartiers » de la Hanse, avec leurs diètes régionales très actives13, peuvent réunir des villes de statut politique très différent : ainsi le « quartier vende », en quelque sorte le « centre » du réseau urbain de la Hanse, regroupe au xvie siècle une ville libre du Saint-Empire (Lübeck), et des villes sujettes de divers princes allemands ou étrangers (Hambourg, revendiquée jusqu’en plein xviiie siècle par le roi de Danemark au titre de duc de Holstein, Wismar et Rostock, vassales du duc de Mecklembourg, Stralsund qui dépend du duché de Poméranie, toutes trois tombant sous la domination suédoise à partir de 1630).

  • 14 Philippd Dollinger, La Hanse... ; Johannes Schildhauer, Konrad Fritze et Walter Stark, Die Hanse...(...)

15Sans aucune commune mesure avec l’espace impérial, le réseau du commerce hanséatique14 est encore plus mal défini et plus fluctuant que celui des villes hanséatiques. Au départ, les Hanséates se sont coulés dans d’anciens réseaux commerciaux, ceux des Vikings et des Varègues, puis ceux des Frisons, qui avaient déjà élu l’île de Gotland comme plaque tournante de leur commerce. À partir du xiie siècle, les marchands allemands installés à Gotland signent les premiers traités avec la république de Novgorod, s’établissent à Bergen. Les quatre grands comptoirs (Novgorod, Bergen, Londres et Bruges) sont en place dès la seconde moitié du xiiie siècle, période qui voit également affluer les Hanséates aux foires de Scanie et de Champagne. L’expansion ultérieure est à l’échelle du continent européen : époque décisive, le xive siècle voit les « Osterlins » nouer des liens avec l’Allemagne du sud et l’Italie via Francfort sur le Main, avec la Slovaquie, la Hongrie, les bords de la Mer Noire via Thorn (Torun) et Lemberg (Lvov, aujourd’hui Lviv) ; à cette époque, les navires hanséatiques atteignent les côtes atlantiques de France et d’Espagne ; au xve siècle, ils atteindront l’Islande, au xvie siècle, le Groenland pour la pêche à la baleine. Dans la seconde moitié du xvie siècle, ils pénètrent en Méditerranée par Gibraltar, et participent au trafic d’Arkhangelsk sur la Mer blanche. La totalité de l’Europe est désormais enserrée dans leur réseau commercial, qui demeure purement européen : au xviie siècle, quelques tentatives pour nouer des liens directs avec les Amériques resteront sans lendemain. Ce réseau commercial, en continuelle expansion dans le cadre de l’Europe, n’en a pas moins subi au cours des siècles de multiples évolutions à l’échelle plus locale, par exemple lorsque les Hanséates, dans la première moitié du xvie siècle, déplacent leur commerce de Bruges à Anvers, ou de Novgorod vers les ports livoniens de Riga et Reval (Tallinn), puis à partir de 1559 vers Narva.

16Si l’espace impérial et l’espace hanséatique sont si différents, c’est que la Hanse et le Saint-Empire ne sont pas de même nature. Même si on a beaucoup glosé sur le caractère « monstrueux » de la constitution impériale, nul ne songerait à lui refuser le caractère de corps politique, alors que la Hanse, bien qu’ayant joué un rôle politique certain sur la scène internationale, n’a jamais eu un caractère véritablement étatique.

  • 15 Le paragraphe suivant s’appuie principalement sur Volker Henn, « Was war die Hanse ?... ».
  • 16 Philippe Dollinger, La Hanse..., p. 135.

17Il est bien difficile de donner une définition de la Hanse15. Longtemps on a voulu distinguer une première « Hanse des marchands » (jusqu’à la fin du xiiie siècle), définie comme l’organisation des marchands allemands pour la défense d’un certain nombre de privilèges communs à l’étranger, puis une « Hanse des villes » qui se constitue (à partir du xive siècle) par la fondation de plusieurs ligues urbaines, d’abord régionales, puis plus larges, ayant pour fonction de défendre, par des moyens politiques et militaires, ces privilèges communs en territoire étranger. En fait, il semble que la Hanse, même à partir de 1370, ne puisse se définir autrement que comme l’association des marchands allemands jouissant des mêmes privilèges à l’étranger. Il est impossible, contrairement à l’idée reçue, de la définir comme une ligue, dans la mesure où, s’il y eut constitution de ligues au sein de la Hanse (les « tohopesaten »), celles-ci furent toujours limitées dans le temps et l’espace. Par ailleurs les objectifs qu'elle a défendus, par des moyens divers, ont toujours été strictement économiques : « la Hanse ne put dépasser le stade d’une communauté conçue à des fins strictement commerciales »16.

  • 17 Volker Henn, « Was war die Hanse ?... ».

18La Hanse a, en fait, toujours fonctionné dans le flou juridique le plus complet, donnant d’elle-même des définitions fort variables selon les intérêts à défendre, se présentant à l’occasion comme une association, voire une confédération, mais reniant farouchement sa nature communautaire dès qu’il était question de faire supporter par l’ensemble des Hanséates des représailles suscitées par les actions d’un ou de quelques uns de ses membres... Il manque en réalité à la Hanse tous les éléments essentiels du droit des associations : elle n’a ni charte de fondation ni charte d’association, ni statuts rédigés, ni ressources financières propres (pas d’impôt commun permanent ni de caisse commune avant le xviie siècle), ni sceau commun, ni armée ni flotte communes, sauf pendant de très brèves périodes, ni chef ni président (avant la création du syndic au xvie siècle) chargé officiellement de parler au nom des autres membres, même si Lübeck, qui jouit d’une sorte de prééminence de fait, a longtemps joué ce rôle, ni employés pour administrer les affaires courantes, ni même l’obligation pour les membres d’exécuter les décisions des diètes hanséatiques17.

  • 18 Voir notamment Nils Jörn, « The crocodile creature merchant : the Dutch Hansa. Die Widerspiegelung (...)

19Il était, dans ces conditions, facile aux souverains étrangers d’opposer aux revendications hanséatiques des objections liées au caractère non étatique de la Hanse, à la nature en quelque sorte « privée » de l’organisation, que certains présentent d’ailleurs, tout simplement, comme une « maffia » de marchands avides et malhonnêtes18.

  • 19 Le paragraphe qui suit s’appuie pour l’essentiel sur Wilhelm Ebel, « Die Hanse in der Deutschen Sta (...)
  • 20 « Pour dire ce qui en est, la Hanse Teutonique n’a jamais fait un Estat, n’y une Republique ; mais (...)
  • 21 Ainsi lors de la Diète de Spire (1526). Voir Rainer Postel, « Karl V und die Hansestädte », Herrsch (...)

20En Allemagne, les juristes, tout particulièrement à la grande époque de la Reichspublizistik, n’ont pas manqué de s’interroger sur la nature de la Hanse et sur sa place au sein de l’Empire19. Quelques-uns au xviie siècle, comme Rutger Ruhland, invoquent son jus archivum habendi et son jus legationes mittendi, droits que lui reconnaissent tous les princes et républiques d’Europe, pour justifier le fait qu'elle puisse mener sa propre politique sur la scène internationale ; Limnäus rappelle son ancienneté, et considère que le fait de compter parmi ses membres des villes dépendant d’autres souverains que l’empereur n’est pas en contradiction avec le droit allemand, ces villes ayant, selon lui, adhéré à la Hanse en toute indépendance, ou bien avec l’accord de leur souverain de l’époque, ce qui était effectivement le cas des villes prussiennes et livoniennes soumises à l’Ordre teutonique. La plupart des auteurs cependant ne reconnaissent la Hanse que comme un corps privilégié de nature purement privée, définition reprise au xviie siècle par l’ensemble des souverains européens, notamment par la cour de France, qui refuse de traiter les envoyés hanséatiques comme des ambassadeurs à part entière20. Hermann Conring, qui partage cette conception, regrette que la Hanse n’ait jamais été soutenue dans ses entreprises par le Saint-Empire, idée qu’on retrouvera par la suite dans la littérature nationaliste des xixe et xxe siècles, et qu’une ville comme Lübeck ne manquait pas de proclamer haut et fort, à l’occasion, pour justifier certains refus face aux exigences financières de l’empereur21.

21Il semble donc, au terme de ce premier volet de l’analyse, que de par leurs natures totalement différentes, la Hanse et l’Empire, en dépit de leur espace en partie commun, aient été voués à s’ignorer mutuellement, qu’on le regrette ou non. Pourtant les relations entre la Hanse et l’Empire ont considérablement évolué, entre le xiiie et le xviie siècle, dans le sens d’un rapprochement progressif. C’est ce que nous examinerons dans la deuxième partie de ce texte.

22Au Moyen Âge, la Hanse et l’Empire semblent deux mondes presque étrangers l’un à l’autre. Les causes de cet éloignement sont multiples.

  • 22 Johannes Kretzschmar, « Lübeck als Reichsstadt », Zeitschriftdes Vereinsfür Lübeckische Geschichte (...)

23La première est d’ordre géographique : les « capitales » impériales se situent dans le sud ou en Allemagne moyenne ; la plupart des villes impériales « libres » se regroupent également dans la moitié sud de l’Empire, à l’exception de Cologne, Aix-la-Chapelle, Dortmund, Nordhausen, Mühlhausen, Goslar et Lübeck. Les empereurs se rendent rarement au nord, où ils se sentent étrangers. Après la prise de Lübeck par Frédéric Barberousse (1281), la « capitale » hanséatique ne reçut qu’une seule visite impériale, celle de Charles IV en 1375. Peu intéressés par les lointains territoires du nord, les empereurs étaient prêts à les céder à d’autres princes : Frédéric II en 1214 abandonne Lübeck et toute la région côtière au roi de Danemark ; bien plus tard (1521), Charles Quint reconnaîtra au roi de Danemark, son beau-frère, le bien-fondé de ses prétentions sur la ville de Lübeck, quitte à désavouer ces propos peu après, devant les protestations des députés lubeckois ! Inversement, les villes hanséatiques ne se préoccupaient guère des affaires de l’Empire. Bien qu’ayant envoyé assez régulièrement ses représentants (des personnages de second rang il est vrai, pas des sénateurs, comme aux diètes hanséatiques !) à la diète d’Empire, et toujours payé sans sourciller les contributions demandées (non sans obtenir quelques aménagements), Lübeck n’a pas, semble-t-il, conservé beaucoup de traces écrites de sa participation aux institutions impériales, du moins avant les débuts de l’époque moderne22.

  • 23 Passage cité par Johannes Kretzschmar, « Lübeck als Reichsstadt », p. 33. Sur ce sujet, voir notamm (...)

24Cette ignorance mutuelle se prolonge jusqu’en plein xvie siècle : en 1548, enquêtant sur les capacités de contribution des membres de l’Empire, la Diète d’Augsbourg adresse aux cercles la question suivante : « wie es um die See und Ansee-Städte beschaffen, wer dieselben sind, wie sie genannt, wo sie gelegen, ob und wo sie dem Reich oder anderen Ständen unterworfen », formulation qui révèle à quel point les villes du nord étaient mal connues au sud, du fait de leur indépendance quasi totale23.

  • 24 Voir notamment Heinz Schilling, « Gab es im späten Mittelalter und zu Beginn der Neuzeit in Deutsch (...)
  • 25 Erhard Voigt, « Reichsgewalt und hansisches Bürgertum », Wissenschaftliche Zeitschrift der Ernst-Mo (...)

25L’indépendance des villes de la Hanse est en effet l’autre cause principale de cet éloignement entre monde hanséatique et Saint-Empire. Les villes impériales « libres » d’Allemagne du nord, dont les « libertés » étaient définies et garanties par une charte, se comportaient en véritables petites républiques urbaines, dotées d’une très large autonomie judiciaire et politique. Bien plus, à l’époque médiévale, le statut des villes « médiates », c’est-à-dire vassales d’un prince d’Empire (comme le duc de Mecklembourg, le prince-évêque de Münster, etc.), n’était, en réalité, guère différent de celui des villes impériales « immédiatement » vassales de l’empereur : toutes jouissaient d’une réelle autonomie, d’autant plus large sans doute que la ville était plus importante24. Face aux villes de la Hanse organisées, comme nous l’avons vu, en ligues locales et en « quartiers » hanséatiques, les princes territoriaux ne pouvaient pas grand-chose. Il semble bien, comme l’a dit Erhard Voigt, que la Hanse a rempli dans le nord de l’espace germanique le vide causé par le désengagement de l’empereur et de l’Empire25.

  • 26 Horst Wernicke, « Hanse und Reich im 15. Jahrhundert. Ihre Beziehungen im Vergleich », Beiträge zur (...)

26Au xve siècle toutefois s’amorce, entre l’empereur et les villes de la Hanse, une collaboration née d’un besoin d’assistance mutuel : l’empereur, pour des raisons financières, a tout intérêt à renforcer face aux princes l’autonomie des villes, auxquelles il réclame des contributions ; inversement, les villes réclament à l’empereur son aide face aux exigences croissantes des souverains étrangers à l’encontre des marchands de la Hanse ; dans les pays d’Europe du nord, mais aussi en Angleterre, en France où leurs marchands sont nombreux, les représentants des villes hanséatiques font alors figure, également, de représentants de l’empereur26.

  • 27 Le paragraphe qui suit s’inspire surtout de Georg Schmidt, « Stadtehanse und Reich... »

27Au cours des deux derniers siècles de son existence (xvie et xviie siècles), la Hanse se rapproche davantage du Saint-Empire, au point de voir leurs histoires, jusqu’alors parallèles, s’entremêler de plus en plus inextricablement27.

  • 28 Heinz Schilling, « Gab es... einen städtischen Republikanismus ?... », p. 127.

28Les raisons de ce rapprochement sont multiples. Face à la pression croissante des princes territoriaux, les villes « médiates » se tournent vers l’empereur de plus en plus enclin, notamment pour des raisons financières, à abaisser le pouvoir des princes et à multiplier le nombre des villes libres ; l’aspiration au statut de ville impériale libre, dont Lübeck offre un alléchant modèle, est désormais le leitmotiv exprimé par de nombreuses villes de la Hanse. Elles développent, au cours du xvie siècle, la thèse d’un « contrat » passé avec le prince et se définissent comme des civitates mixtae, statut présenté comme intermédiaire entre celui de villes d’Empire et de villes sujettes28.

29La réforme des institutions impériales contribue aussi au rapprochement des deux mondes : Cologne surtout, mais également les autres villes libres des la Hanse participent de façon plus ou moins régulière aux séances de la Diète d’Empire (Reichstag) et des Städtetage ; leurs appels aux tribunaux d’Empire (Reichskammergericht, Reichshofrat) se multiplient progressivement au cours du temps.

  • 29 Voir Günter Schulte, « Zwischen Konfrontation und Kooperation : Niederdeutsche Hansestadte und ihr (...)

30Plus encore que ces raisons d’ordre politique, les bouleversements religieux du xvie siècle contribuent à rapprocher les deux parties de l’Allemagne. L’adhésion rapide d’une majorité de villes hanséatiques au luthéranisme au cours des années 1520-1530, leur entrée massive dans la Ligue de Smalkalde aux côtés de princes et de villes d’Allemagne du sud, deviennent pour les villes du nord un facteur d’intégration puissant dans le corps de l’Empire, en dépit du fait que ces villes font désormais partie du camp qui s’oppose à l’empereur ; elles deviendront après 1548 les bastions de la résistance à l'Interim. À plusieurs reprises, les armées impériales viennent assiéger les villes rebelles du nord. Les défaites impériales, à Drakenburg en 1547 (l’année même de Mühlberg) et face à Magdebourg en 1550, renforcent, dans les villes du nord, à la fois le sentiment de leur indépendance face à l’empereur et celui de leur solidarité avec leurs coreligionnaires du sud29.

31Pourtant, certaines villes hanséatiques, et non des moindres, telle Cologne, n’ont jamais quitté le camp catholique, tandis que Brême adhère, un peu plus tard, au calvinisme. À l’ère de la confessionnalisation, la Hanse devient donc une organisation pluriconfessionnelle ou plus exactement supra-confessionnelle, puisque sa raison d’être était de nature essentiellement économique.

  • 30 Georg Schmidt, « Stadtehanse und Reich. », p. 39.

32Les nouvelles conditions, créées par la paix d’Augsbourg, permettent aux villes hanséatiques d’envisager une réforme des institutions hanséatiques en même temps qu’une meilleure intégration de la Hanse au sein de l’Empire. La Konföderationsnotel de 1557, acceptée par 63 villes hanséatiques, inclut en effet une clause d’obéissance à l’empereur et aux princes. Ressentie très vite comme trop contraignante, cette ébauche de constitution hanséatique ne fut pas prorogée au-delà de 1579. Toutefois, un certain nombre de réformes substantielles contribuent, au même moment, à faire évoluer la Hanse vers la forme d’un corps politique : création du poste de syndic hanséatique (1556), instauration d’un impôt commun, puis d’une caisse commune... La paix religieuse permet la reprise des échanges de bons procédés entre l’empereur et la Hanse. Lorsque cette dernière sollicite l’appui de Rodolphe II contre les Anglais, l’empereur, pour la première fois, apporte ouvertement son soutien aux intérêts des marchands de la Hanse par des mesures d’expulsion à l’encontre des Marchands Aventuriers30.

  • 31 Ibid., « Stadtehanse und Reich... », p. 37.

33Néanmoins, à cette époque, la Hanse n’est déjà plus que l’ombre d’elle-même. En dépit des efforts de réorganisation, les diètes hanséatiques ne sont plus fréquentées que par un petit nombre de villes ; l’ancienne indépendance des villes « médiates » est de plus en plus foulée aux pieds par des princes territoriaux avides de renforcer leurs pouvoirs, sans que la Hanse, qualifiée par le duc de Brunswick de « verbotene Conspiration und Rottierung », soit capable de leur apporter un soutien efficace31. La « Hanse des villes » tend alors à se réduire aux villes libres d’Empire, les seules à avoir pu conserver leur autonomie séculaire. Leur nombre tend d’ailleurs à s’accroître à cette époque, puisque la Diète d’Empire en 1618 reconnaît le caractère de ville d’Empire à Hambourg en dépit des prétentions danoises sur la ville, sans cesse réaffirmées jusqu’au xviiie siècle. Brême, pour sa part, se verra reconnaître ce statut en 1647.

  • 32 Hans Christian Messow, Die Hansestadte und die habsburgische Ostseepolitik im dreissigjahrigen Krie (...)
  • 33 Paul Simson, « Die Organisation der Hanse in ihrem letzten Jahrhundert », Hansiscbe Geschichtsblätt (...)
  • 34 Hans Bernd Spies, « Lübeck, die Hanse und der Westfälische Frieden », Hansische Geschichtsblätter, (...)

34L’époque de la Guerre de Trente Ans est une phase décisive dans le processus séculaire, qui aboutit à transformer l’ancienne organisation hanséatique en une sorte de « club » des villes maritimes libres du Saint-Empire. En effet, seules Lübeck, Hambourg et Brême parviennent à garder une stricte neutralité dans le conflit, en dépit de leur appartenance confessionnelle et malgré les tentatives impériales pour les faire adhérer au « grand dessein Baltique » des Habsbourg contre les Hollandais32. Il était logique que les autres villes, également prises dans la tourmente, aient songé à confier à ces trois villes le soin de défendre leurs intérêts en attendant des jours meilleurs. D’où la création en 1630 d’une sorte de ligue associant ces trois villes, organisation qui subsistera jusqu’au début du xxe siècle et contribuera beaucoup à faire que l’on identifie tout naturellement la Hanse à une organisation de villes et de marchands d’Allemagne du Nord33. Les délégués hanséatiques au congrès de Westphalie obtiennent que le traité d’Osnabrück fasse une mention expresse de la Hanse dont le nom et l’existence sont désormais inscrits dans la constitution impériale (Reichsverfassung). D’autres traités internationaux de la seconde moitié du xviie siècle feront à leur tour mention des villes hanséatiques conférant ainsi à la Hanse une sorte de paradoxale survie posthume34.

  • 35 Georg Schmidt, « Stadtehanse und Reich... » ; Michael Roberts, The Swedish imperial experience. 156 (...)

35En effet, la Hanse est désormais réduite à sa plus simple expression, c’est-à-dire aux trois villes maritimes libres de Lübeck, Hambourg et Brême. En dépit de leurs efforts pour garder ou pour obtenir le statut de ville libre, les autres villes seront toutes progressivement « médiatisées », privées de toute réelle autonomie, que ce soit dans le cadre du Saint-Empire, ou bien dans celui d’autres États territoriaux, comme l’empire suédois ; seule Danzig conserve un statut de large indépendance au sein de la « République » polonaise, comparable à celui d’une ville libre du Saint-Empire35.

  • 36 Adolf Wohlwill, « Die Verbindung der Hansestädte und die hanseatischen Traditionen seit der Mitte d (...)

36Il est intéressant de voir que, lors de la dernière Diète hanséatique de 1669, l’ultime tentative pour redonner corps à la Hanse prévoyait en même temps la mise sur pied d’une organisation de l’ensemble des villes libres du Saint-Empire avec la possibilité d’y adjoindre les Provinces-Unies et la Confédération Helvétique, idée pour laquelle Hambourg et Strasbourg, toutes deux exposées aux convoitises de princes étrangers, manifestèrent un vif intérêt36. Tous ces projets restèrent néanmoins lettre morte et de la Hanse des villes ne subsista plus que l’association des trois villes créée en 1630.

  • 37 Voir la bibliographie de cette question dans Marie-Louise Pelus-Kaplan et Eric Schnakenbourg, « Le (...)

37Est-ce à dire que la Hanse n’existe plus dès lors que sous la forme de cette ligue urbaine quelque peu étriquée ? Tout ce qu’on peut voir du fonctionnement des échanges dans l’espace nord-européen après 1648 et 1669 montre que rien en fait ne change à la suite des bouleversements géopolitiques du xviie siècle. On peut constater notamment que la conquête par la Suède des plus importantes villes orientales de la Hanse n’a nullement mis fin à la traditionnelle circulation des hommes et des marchandises, dans les deux sens, d’un bout à l’autre de l’ancien espace hanséatique. La protection, accordée par le roi de Suède, au commerce des anciennes villes hanséatiques tombées sous sa domination a d’ailleurs grandement facilité ses conquêtes sur le sol allemand : Rostock, Stralsund, qui n’avaient pas voulu de l’occupation impériale, accueillent à bras ouverts Gustave Adolphe qui leur promet de défendre à la fois leurs intérêts et leur religion... Par ailleurs, la prééminence commerciale des Hollandais dans le commerce baltique au xviie siècle n’empêche pas les marchands des anciennes villes hanséatiques de poursuivre leur commerce comme par le passé, grâce au maintien des anciens réseaux commerciaux de plus en plus entrecroisés, il est vrai, avec les réseaux hollandais37.

38Même si l’ancienne organisation de défense des intérêts hanséatiques est désormais réduite à sa plus simple expression, les réseaux commerciaux impliquant les marchands des villes anciennement hanséatiques n’ont nullement disparu, et c’est à mon sens par là qu’on peut expliquer la sorte de reconnaissance posthume accordée à la Hanse après 1669 par la communauté internationale. Chacun savait, à l’époque, que l’association des trois villes n’était que la partie émergée d’un vaste iceberg nullement fondu : les anciens réseaux commerciaux des marchands allemands, de plus en plus internationalisés, subsistent, grâce notamment au maintien du réseau des anciennes villes hanséatiques, des villes demeurées fondamentalement allemandes, même après leur intégration au sein d’États dominés par des princes étrangers.

  • 38 Le titre de la publication collective dirigée par Antjekathrin Grassmann, Niedergang oder Übergang  (...)

39Tout est question de définition et on revient toujours au fameux dilemme Hanse des villes / Hanse des marchands : si la première n’est plus, au milieu du xviie siècle, qu’une étroite association de trois ports allemands – on peut, à son sujet, parler de déclin (Niedergang) – la seconde s’est fondue, à cette époque, dans le vaste monde du capitalisme marchand européen, d’où la préférence accordée à la notion de transition (Übergang) pour caractériser cette évolution38. On comprend mieux, ainsi, les divergences d’interprétation du phénomène hanséatique : à tous les moments de son histoire, la Hanse présente une dimension allemande (les villes), et une dimension européenne (le commerce), deux dimensions indissociables mais qui n’évoluent pas forcément de manière parallèle.

  • 39 Le paragraphe qui suit reprend les conclusions de Marie-Louise Pelus-Kaplan, « Geschichte Europas u (...)

40Cette dualité ne semble pas avoir été vécue comme une contradiction par les habitants des villes hanséatiques. S’il est quasiment impossible, faute de sources, de voir comment les Hanséates se définissaient eux-mêmes à la grande époque de la Hanse (xive-xve siècles), on connaît mieux, grâce aux écrits émanant de juristes des villes hanséatiques, ou par d’autres documents reflétant indirectement leur culture et leur mentalité, comment était vécue l’identité hanséatique à l’époque de la hansische Spàtzeit (xvie-xviie siècles)39.

  • 40 Manfred Eickhölter, « Die Wandalia des Albert Krantz – eine aktuelle Hansegeschichte um 1600 ? Zur (...)

41Les juristes, de plus en plus nombreux au sein des sénats des villes du nord à cette époque, étaient des hommes éminemment cultivés qui parlaient plusieurs langues et avaient voyagé à travers toute l’Europe, pendant leurs études, à la faveur du « grand tour », par lequel elles s’achevaient fréquemment, surtout à la faveur des ambassades auxquelles ils participaient. Leurs écrits comme leurs lectures reflètent un double intérêt, pour les pays d’Europe occidentale d’une part, pour l’Allemagne et l’Empire de l’autre. L’histoire troublée des grands pays d’Europe aux xvie et xviie siècles leur sert de point d’appui pour une réflexion d’actualité sur les problèmes de l’Empire et des villes allemandes qu’ils sont ensuite appelés à gouverner. À leurs yeux, l’histoire de la Hanse, en revanche, ne semble plus présenter qu’un intérêt historique essentiellement érudit40. Il est possible qu’à cette époque l’identité hanséatique ait tendu à se dissoudre dans une double identité, une identité allemande d’une part, une identité européenne et « occidentale » de l’autre, ce qui s’expliquerait assez bien par le double caractère de la Hanse en voie de décomposition.

42Quoi qu’il en soit de cet « espace mental », sans doute identique chez les marchands (bien que plus difficile à étudier, faute de documents suffisants), il nous faut, en conclusion, insister sur le caractère original des relations entre espace hanséatique et espace impérial. Si les deux espaces se sont construits séparément, ils ont évolué progressivement, sous l’effet de facteurs divers, politiques et religieux surtout, vers une symbiose aboutissant à un plus fort ancrage de la Hanse dans le Saint-Empire. Ainsi peut s’expliquer, in fine la germanisation, aux yeux des observateurs des siècles suivants, d’un phénomène historique (la Hanse), qui fut pourtant tout aussi international qu’allemand, et ce à toutes les époques de son histoire.

Notes

1 Sur la naissance de l’historiographie hanséatique à la fin du xviiie siècle, à la faveur de l’occupation française des villes hanséatiques et son évolution au cours des xixe et xxe siècles, Rainer Postel, « Treuhander und Erben : Das Nachleben der Hanse », Die Hanse. Lebenswirklichkeit und Mythes, Jorgen Bracker, Volker Henn et ibid. dir., Lübeck, 1998, II, p. 879-898. Voir également Karl-Heinz Schwebel, « Zur Historiographie der Hanse im Zeitalter der Aufklarung und der Romantik », Hansische Geschichtsblätter, 82, 1964, p. 1-20.

2 Dietrich Schäfer, introduction à la publication de Rudolf Häpke, Brügges Entwicklung zum mittelalterlichen Weltmarkt, Berlin, 1908 ; Karl Pagel, Die Hanse, Braunschweig, 1942. Citations tirées de l’article de Rainer Postel, « Treuhänder... », p. 893-894.

3 Thomas Mann, « Lübeck als geistige Lebensform », propos cités dans Die Hanse. Lebenswirklichkeit und Mythos..., II, p. 578.

4 Johann Gottfried Herder, Ideen zur Philosophie der Geschichte der Menschheit, éd. bilingue, Paris, 1962, p. 499.

5 Ernst Hering, Die Deutsche Hanse, Leipzig, 1940 ; cité dans l’article de Rainer Postel, « Treuhänder... », p. 893.

6 Voir notamment Friedrich Bruns et Hugo Weczerka, Hansische Handelsstrassen, Cologne-Graz-Weimar, 1962, 1967, 1968 ; Hugo Weczerka, « Verkehrsnetz und Handelsgüter des Hanse », Hanse in Europa. Brückezwischen den Märkten. 12.-17. Jahrhundert. Ausstellung des Cologneischen Stadtmuseums 1973, Cologne, 1973, p. 39-56 et 419-421 ; reproduit et complété dans : Von Pommern bis zum Baltikum. Die Hanse im Ostseeraum. 12. bis 17. Jahrhundert, Ausstellung in Lübeck, 1983, Bonn, 1983, p. 24-40.

7 Philippe Dollinger, La Hanse, Paris, 1964, rééd. 1988 ; Johannes Schildhauer, Konrad Fritze et Walter Stark, Die Hanse, Berlin, 1985 ; Rolf Hammel-Kiesow, Die Hanse, Munich, 2000.

8 Voir notamment Jürgen Meier et Dieter Möhn, « Die Sprache im Hanseraum », Die Hanse. Lebenswirklichkeit und Mythes..., p. 580-590.

9 Ahasver von Brandt, « Die Hanse als mittelalterliche Wirtschaftsorganisation. Entstehung, Daseinsformen, Aufgaben », ibid., Die Deutsche Hanse als Mittler zwischen Ost und West, Cologne, 1963, p. 9-37 ; reproduit, avec des compléments bibliographiques, dans : Von Pommern bis zum Baltikum. Die Hanse im Ostseeraum..., p. 5-23.

10 Volker Henn, « Was war die Hanse ? », Die Hanse. Lebenswirklichkeit und Mythos..., p. 14-23

11 Ashaver von Brandt, « Die Hanse als mittelalterliche Wirtschaftsorganisation... », Von Pommern..., p. 18.

12 La ville de Riga, après la sécularisation de ce qui restait en Livonie des territoires de l’Ordre, continue jusque en 1581, date de son allégeance officielle au roi de Pologne, à se réclamer du Saint-Empire, en dépit de la protection que lui accorde le roi de Pologne depuis 1562. Voir David Kirby, Northern Europe in the Early Modem Period. The Baltic World 1492-1772, Londres / New-York, 1990, p. 66-73, p. 110.

13 Voir notamment Volker Henn, « Innerhansische Kommunikations-und Raumstrukturen. Umrisse einer Forschungsaufgabe ? », Der hansische Sonderweg ? Beiträge zur Sozial-und Wirtschaftsgeschichte der Hanse, Stuart Jenks et Michael North dir., Cologne / Weimar / Vienne, 1993, p. 255-268.

14 Philippd Dollinger, La Hanse... ; Johannes Schildhauer, Konrad Fritze et Walter Stark, Die Hanse... ; Rolf Hammel-Kiesow, Die Hanse... ; Hugo Weczerka, « Verkehrsnetz und Handelsgüter... » ; Ashaver von Brandt, « Die Hanse als mittelalterliche Wirtschaftsorganisation... ».

15 Le paragraphe suivant s’appuie principalement sur Volker Henn, « Was war die Hanse ?... ».

16 Philippe Dollinger, La Hanse..., p. 135.

17 Volker Henn, « Was war die Hanse ?... ».

18 Voir notamment Nils Jörn, « The crocodile creature merchant : the Dutch Hansa. Die Widerspiegelung der englisch-hansischen Auseinandersetzungen in den Denkschriften englischer Kaufleute und Politiker in der zweiten Hälfte des 16. Jahrhunderts », Niedergang oder Übergang ? Zur Spätzeit der Hanse im 16. und 17. Jahrhundert, Antjekathrin Grassmann dir., Cologne / Weimar / Vienne, 1998, p. 63-92.

19 Le paragraphe qui suit s’appuie pour l’essentiel sur Wilhelm Ebel, « Die Hanse in der Deutschen Staatsrechtsliteratur des 17. und 18. Jahrhunderts », Hansische Geschichtsblätter, 65/66, 1940-41, p. 145-169.

20 « Pour dire ce qui en est, la Hanse Teutonique n’a jamais fait un Estat, n’y une Republique ; mais seulement une société pour la seureté de la navigation et du commerce », citation reproduite par Georg Fink, « Diplomatische Vertretungen der Hanse seit dem 17. Jahrhundert bis zur Auflösung der hanseatischen Gesandtschaft in Berlin », Hansiscbe Geschichtsblätter, 56, 1931, p. 117.

21 Ainsi lors de la Diète de Spire (1526). Voir Rainer Postel, « Karl V und die Hansestädte », Herrschafts- und Verfassungsstrukturen im Nordwesten des Reiches. Beiträge zum Zeitalter Karls V, Franz Petri zum Gedächtnis, Bernhard Sicken dir., Cologne / Weimar / Vienne, 1994, p. 19-30, p. 20.

22 Johannes Kretzschmar, « Lübeck als Reichsstadt », Zeitschriftdes Vereinsfür Lübeckische Geschichte und Altertumskunde, 23, 1926, p. 9-41.

23 Passage cité par Johannes Kretzschmar, « Lübeck als Reichsstadt », p. 33. Sur ce sujet, voir notamment Georg Schmidt, « Stadtehanse und Reich im 16. und 17. Jahrhundert », Niedergang oder Übergang..., p. 25-46, plus particulièrement p. 32-33.

24 Voir notamment Heinz Schilling, « Gab es im späten Mittelalter und zu Beginn der Neuzeit in Deutschland einen städtischen « Republikanismus » ? Zur politischen Kultur des alteuropäischen Bürgertums », Republiken und Republikanismus im Europa der frühen Neuzeit, Heinrich Koenigsberger dir., München, 1988, p. 101-143.

25 Erhard Voigt, « Reichsgewalt und hansisches Bürgertum », Wissenschaftliche Zeitschrift der Ernst-Moritz Arndt Universität Greifswald, 5/6, 1963, p. 516.

26 Horst Wernicke, « Hanse und Reich im 15. Jahrhundert. Ihre Beziehungen im Vergleich », Beiträge zur hansischen Kultur-, Verfassungs- und Schiffahrtsgeschichte, Hansiscbe Studien X, ibid. et Nils Jörn dir., Weimar, 1998, p. 215-237.

27 Le paragraphe qui suit s’inspire surtout de Georg Schmidt, « Stadtehanse und Reich... »

28 Heinz Schilling, « Gab es... einen städtischen Republikanismus ?... », p. 127.

29 Voir Günter Schulte, « Zwischen Konfrontation und Kooperation : Niederdeutsche Hansestadte und ihr Verhältnis zum Reichsoberhaupt zwischen 1546 und 1552 », Herrschafts und Verfassungsstrukturen..., p. 205-240.

30 Georg Schmidt, « Stadtehanse und Reich. », p. 39.

31 Ibid., « Stadtehanse und Reich... », p. 37.

32 Hans Christian Messow, Die Hansestadte und die habsburgische Ostseepolitik im dreissigjahrigen Kriege 1627-1628, Berlin, 1935 ; Heinz Duchhardt, « Die Hanse und das europäische Mächtesystem des frühen 17. Jahrhunderts », Niedergang oder Ubergang..., p. 11-24.

33 Paul Simson, « Die Organisation der Hanse in ihrem letzten Jahrhundert », Hansiscbe Geschichtsblätter, 13,1907, p. 381-438 ; Georg Fink, « Die rechtliche Stellung der Hanse in der Zeit ihres Niedergangs », Hansiscbe Geschichtsblätter, 61, 1936, p. 122-137 ; Ahasver von Brandt, « Das Ende der hanseatischen Gemeinschaft », Hansische Geschichtsblätter, 74, 1956, p. 65-96.

34 Hans Bernd Spies, « Lübeck, die Hanse und der Westfälische Frieden », Hansische Geschichtsblätter, 100, 1982, p. 110-124 ; Antjekathrin Grassmann, « Lübeck auf dem Friedenskongress zu Rijswijk. Chancen und Probleme für eine Reichs-und Hansestadt », Der Friede von Rijswijk 1697, Heinz Duchhardt dir., Mainz, 1998, p. 257-269 ; Heinz Duchhardt, « Die Hanse und das europaische Mächtesystem... », p. 21, 23.

35 Georg Schmidt, « Stadtehanse und Reich... » ; Michael Roberts, The Swedish imperial experience. 1560-1718, Cambridge, 1979 ; Edmund Cieslak, Czeslaw Biernat, History of Gdansk, Gdansk, 1995 ; Maria Bogucka, Das alte Danzig, Leipzig, 1980.

36 Adolf Wohlwill, « Die Verbindung der Hansestädte und die hanseatischen Traditionen seit der Mitte des 17. Jahrhunderts », Hansische Geschichtsblätter, 27, 1899, p. 26-45.

37 Voir la bibliographie de cette question dans Marie-Louise Pelus-Kaplan et Eric Schnakenbourg, « Le contrôle de la Baltique et les enjeux économiques », L’Europe des traités de Westphalie. Esprit de la diplomatie et diplomatie de l’esprit, Lucien Bély dir., Paris, 2000, p. 297-311, paru également en traduction allemande sous le titre « Die Kontrolle der Ostsee und die wirtschaftlichen Zielsetzungen zur Zeit des dreissigjährigen Krieges : die Hanse und das schwedische Streben nach dem « dominium maris baltici » », « kopet uns werk by tyden », Walter Stark zum 75. Geburtstag, Nils Jörn, Detlef Kattinger et Horst Wernicke dir., Schwerin, 1999, p. 233-240.

38 Le titre de la publication collective dirigée par Antjekathrin Grassmann, Niedergang oder Übergang ?, est particulièrement révélateur de l’évolution des interprétations de la « Hansische Spatzeit ».

39 Le paragraphe qui suit reprend les conclusions de Marie-Louise Pelus-Kaplan, « Geschichte Europas und Reichspublizistik : historische und politische Lektüre hansischer Juristen und Staatsmänner im 17. Jahrhundert », dans Niedergang oder Übergang..., p. 165-179 ; voir également Marie-Louise Pelus-Kaplan, « Hanséates ou Européens ? Activité économique, action politique et horizon mental des bourgeois des villes hanséatiques au xviie siècle », L’idée d’Europe au fil de deux millénaires, Michel Perrin dir., Paris, 1994, p. 115-140.

40 Manfred Eickhölter, « Die Wandalia des Albert Krantz – eine aktuelle Hansegeschichte um 1600 ? Zur hansepolitischen Bedeutung der deutschen Ausgabe des Lübecker Verlegers Laurentz Albrecht », Niedergang oder Übergang..., p. 139-164.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search