Version classiqueVersion mobile

L’espace du Saint-Empire

 | 
Christine Lebeau

Première partie. Les limites

De vasallo non statu Imperii

Les fiefs impériaux en Italie à l’époque moderne

Mathias Schnettger
Traduction de Christine Lebeau

Résumé

1. Reichsitalien vollzog den Übergang «[v]on offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung», den Peter Moraw für den deutschen Reichsteil im späten Mittelalter beschrieben hat, nicht mit und schon gar nicht die Reichsreformbewegung des späten 15. und des 16. Jahrhunderts. Insbesondere partizipierten die italienischen Vasallen nicht an den reichsständisch geprägten Institutionen Reichstag und Reichskammergericht. Bestimmend blieben die Lehensbindungen, so dass die Beziehungen der Vasallen zum Reich sich vor allem auf den Kaiser als obersten Lehensherrn konzentrierten. Es gab aber auch hier einen allerdings moderaten Trend zu einer «Modernisierung» im Sinne einer Fiskalisierung des Reichslehnswesens und durch die Schaffung der Institution der kaiserlichen Plenipotenz.
2. Die Bindungen der italienischen Vasallen an das Reich wurden während der gesamten Frühen Neuzeit weder von deutscher noch von italienischer Seite grundsätzlich und allgemein in Frage gestellt. Ein strukturelles Problem war aber, dass die italienischen Vasallen an der Libertät und den Partizipationsrechten der deutschen Reichsstände keinen Anteil hatten. Darüber hinaus kam ihnen – unabhängig von ihrem Prestige auf europäischer Ebene – im Reichssystem nur ein niederer Rang zu. Nicht zuletzt dies bewog einige der grö
ßeren italienischen Staaten, sich dem Vasallitätsverhältnis zu entziehen zu suchen.
3. Ungeachtet der gravierenden Unterschiede zum stärker verdichteten, quasi das engere Reich ausmachenden deutschen Reichsteil, blieb Reichsitalien dem grö
ßeren «Römischen» Reiches verbunden. Je nach Standort und Interesse des Betrachters konnte seine Stellung im Reichssystem als integral oder nebensächlich betrachtet werden. Sicherlich war Reichsitalien ein besonders «exotisches» Stück des Alten Reichs. Die Tatsache aber, dass es seine Verbindungen zum Sacrum Imperium wahrte, mag ein Argument dafür sein, einen offenen Reichsbegriff zu wählen, um nicht durch eine zu enge Definition Bereiche, die nicht in dieses Raster passen, auszuklammern und so der historischen Realität des Alten Reiches nicht oder zumindest nicht in allen seinen Dimensionen gerecht zu werden.

Texte intégral

  • 1 «Isti Status non sunt, quia in Comitiis non comparent, nec Membra, quia de Imperio non participant, (...)
  • 2 Ibid., p. 45 (= 15).
  • 3 Le contexte immédiat de la guerre de Succession d’Espagne joue un rôle évident. Ainsi Schroeter con (...)

1En 1704, à l’université d’Iéna, Ludwig Konrad Dahn soutient devant un jury présidé par Johann Christian Schroeter une thèse de droit intitulée De vasallo non statu Imperii. Von denen Reichs-Vasallen, welche nicht zugleich vor Reichsstände zu halten. La réédition de ce texte à Wittenberg en 1742 témoigne, quelque quarante ans plus tard, de l’intérêt et l’actualité de ce thème. Quel est cet étrange vassal impérial qui n’a ni voie ni siège à la Diète d’Empire ? La thèse étudie le statut des princes possessionnés en Italie du Nord qui n’ont ni la qualité d’État d’Empire (Reichsstand) ni celle de membra Imperii, à la différence de la chevalerie d’Empire, « parce qu’ils n’ont pas de rôle actif, ne jouissent pas des privilèges des États et membres (Stände und Glieder) d’Empire et ne contribuent pas aux charges communes ; mais comme ils reçoivent l’investiture féodale de l’Empire, ils font malgré tout partie des vassaux impériaux »1. Schroeter rappelle que d’autres juristes, tel Johann Wolfgang Textor, ne partagent pas cette conception2, mais il réaffirme malgré tout son attachement à l’idée d’une suzeraineté féodale (dominium directum) exercée par l’empereur et l’Empire sur les princes de l’Italie du Nord3.

  • 4 Sur la question des fiefs italiens, on se réfèrera aux travaux de Karl Otmar Freiherr von Aretin, « (...)
  • 5 Karl Otmar von Aretin, « Reichsitalien... », p. 85 ; Mathias Schnettger, « Das Alte Reich... », p.  (...)
  • 6 Karl Otmar von Aretin, « Kaiser Joseph I... », p. 269-271, 277-281 ; ibid., Das Alte Reich..., II, (...)
  • 7 Karl Otmar von Aretin, « Reichsitalien... », p. 109-117 ; Friedrich Edelmayer, Maximilian IL, Phili (...)

2Comment décrire concrètement et précisément les liens qui, à l’époque moderne, unissent l’Empire à ses vassaux italiens ? Il est en effet difficile de donner une définition territoriale de l’Italie impériale4. Certes, il s’agit de la Lombardie, du Piémont, de la Ligurie, de l’Émilie et de la Toscane, bref d’un espace qui s’étend de la frontière française et des Cantons suisses aux États pontificaux et à la République de Venise. Mais il faut encore affiner cette première esquisse. En effet, il existe des princes qui ne sont pas prêts à reconnaître la suze raineté (Oberhoheit) impériale sur leurs domaines, comme le grand-duc de Toscane, le duc de Parme et Plaisance et la République de Gênes. Le pape revendique également la suzeraineté féodale (Lehenshoheit) sur le duché de Parme et sur d’autres feuda de moindre importance5. De même, les prétentions de l’empereur ne s’arrêtent pas aux frontières des États pontificaux et l’on peut rappeler ici l’affaire de Comacchio, qui, en 1709, opposa une dernière fois un pape et l’empereur6. Le système des fiefs de l’État de Milan, uni à l’Espagne aux xvie et xviie siècles), perturbe également le système des fiefs impériaux (Reichslehensystem) en Italie. En effet, Sa Majesté catholique, en tant que chef de l’État de Milan, est un vasallus Imperii. Mais le système vassalique dont il est le protecteur exerce une force sur les vassaux impériaux voisins7.

  • 8 Pour une présentation des privilèges impériaux en Italie, Marie-Luise Favreau-Lilie, « Reichsherrsc (...)
  • 9 Sur la politique italienne de Maximilien Ier, Hermann Wiesflecker, Kaiser Maximilian I. Das Reich, (...)
  • 10 Sur la politique italienne de Charles Quint, Marcello Fontani dir., Carlo V e l’Italia. Seminario d (...)
  • 11 Danilo Marrara, « I rapporti giuridici tra la Toscana e l’Impero (1530-1576) », Firenze e la Toscan (...)
  • 12 Vicente de Cadenas Y Vicent, Elprotectorado de Carlos Ven Genova. La « condotta » de Andrea Doria, (...)
  • 13 Francesco Cognasso, « La questione del Monferrato prima del lodo di Carlo V », Annali dell’Istituto (...)
  • 14 Federico Chabod, LO Stato di Milano nell’impero di Carlo V, Rome, 1934.
  • 15 Présentation générale de Jean-François Noël, « Zur Geschichte der Reichsbelehnungen im 18. Jahrhund (...)
  • 16 Johann Christian Schroeter (Präs.) / Ludwig Konrad Dahn (Resp.), Dissertatio..., Sectio Tertia, § 3 (...)
  • 17 La formule du serment est donnée par : Johann Christian Lünig, Codex Italiae diplomaticus, Quo non (...)
  • 18 Au total 73 cartons contre 286 pour la chancellerie allemande. Voir Ludwig Bittner et alii dir., Ge (...)

3Quelle est la nature des liens qui unissent les vassaux italiens à l’Empire ? Les liens vassaliques prennent leur origine dans les campagnes italiennes (Italienzüge) des rois germaniques au Moyen Âge. Pour ces rois, la conquête du Regnum Italiae ou de la couronne de fer des rois lombards, marque une étape essentielle vers le couronnement de l’empereur par le pape. À la fin du Moyen Âge, alors même que la présence impériale au sud des Alpes s’est fortement réduite, la suzeraineté de l’empereur (Oberherrschaft) n’est aucunement contestée : les investitures, élévations de noblesse (Standeserhöhungen), les octrois et confirmations de privilèges impériaux demeurent pour les princes italiens une source privilégiée de droit et de légitimité8. Il en va toujours de même à l’époque moderne. Certes, durant le règne de Frédéric III, ces droits impériaux (Reichsrechte) ont été sinon oubliés, du moins négligés, mais les politiques de Maximilien Ier9 et surtout de Charles Quint10 montrent clairement que la suzeraineté impériale (Oberhoheit) n’a rien de théorique. En effet, Charles Quint est le dernier empereur à s’être fait couronné par le pape à Bologne roi du Regnum Italiae puis empereur du Saint-Empire romain germanique. Charles Quint est encore fortement intervenu en Italie, notamment en Toscane11, à Gênes12, dans la querelle qui oppose le duché de Mantoue à la Savoie à propos de la succession du Montferrat13 et surtout par la conquête du Milanais qu’il n’a eu de cesse de transmettre à son fils Philippe (II)14. Certes, Charles Quint agit en tant que roi d’Espagne mais ses successeurs de la branche allemande des Habsbourg n’en demeurent pas moins extrêmement influents au sud des Alpes, bien qu’ils n’y soient pas possessionnés durant cent cinquante ans. Le fondement de ce lien entre l’Italie, l’empereur et l’Empire réside dans le système féodal de l’Empire (Reichslehnswesen), un système qui, à part quelques entorses, du fait notamment des grands vassaux, fonctionne remarquablement bien. Le renouvellement de l’investiture vassalique, obligatoire à chaque nouvelle élection impériale, est bien respecté malgré l’obligation d’acquitter des droits importants proportionnés à l’importance du fief. Si l’on y ajoute encore les cas où les vassaux sollicitent eux-mêmes l’investiture – reconnaissant ainsi la suzeraineté féodale (Oberlehnshoheit) de l’Empire –, sans que l’investiture ait lieu formellement (Mutung), la tendance est plus claire encore15. Comme dans la partie allemande de l’Empire, les petits vassaux sont particulièrement empressés à accomplir leurs devoirs impériaux. L’investiture impériale leur apporte la légitimité qui leur permet de résister aux appétits de leurs puissants voisins et de parer au reproche d’abriter faux-monnayeurs et autres bandits. La force symbolique du renouvellement de l’investiture ne doit pas non plus être sous-estimée, même si les vassaux n’y paraissent plus en personne depuis longtemps et s’y font représenter par des envoyés ou de simples agents impériaux. Qu’il s’agisse de fiefs importants comme Milan, Mantoue ou Modène et par conséquent d’une inféodation solennelle en présence de l’empereur ou d’une simple investiture par le Conseil aulique d’Empire, où, à la différence des vassaux allemands, le représentant du vassal prête serment à genoux devant le président du Conseil aulique16, le lien qui unit le vassal à ses sujets et le vassal à l’empereur et à l’Empire s’en trouve réaffirmé et même renforcé17. C’est le Conseil aulique (Reichshofrat) qui est chargé plus particulièrement de veiller au maintien des fiefs impériaux. La série latine des actes impériaux conservée par les Archives d’Etat (Haus-, Hof- und Staatsarchiv) de Vienne, même incomplète, témoigne de l’importance des questions italiennes18.

  • 19 Sur la juridiction impériale en Italie, synthèse par Mathias Schnettger, « Das Alte Reich... », p.  (...)
  • 20 Mantoue, la Savoie, la Lorraine et les Salm se disputent le Montferrat, Carlo Marco Belfante et Mar (...)
  • 21 Pour une analyse de la phase aiguë de ce conflit, Edoardo Grendi, « La pratica dei confini : Miogli (...)
  • 22 Lorenzo Bellesia, « Ingens abusus e monetandi ratio. Die Aufgaben des kaiserlichen Kommissärs für M (...)
  • 23 Ainsi, dans la deuxième moitié du xviiie siècles, les Bourbon de Monte de Mons S. Maria, voir Karl (...)
  • 24 Gian Battista Cavasola Pinea, « Gabelle genovesi nel Finale », La Storia dei Genovesi..., VIII p. 2 (...)
  • 25 Domenico Leoncini, Campo nei secoli. Storia del feudo imperiale di Campo Freddo, Massimo Calissano, (...)
  • 26 Bien qu’ancienne, une étude qui fait toujours autorité : Nilo Calvini, La rivoluzione del 1753 a Sa (...)
  • 27 La chronologie est riche en rebondissements et peut se lire comme un roman : Massimo Marocchi, I Go (...)
  • 28 Sur cette institution, Gernot Peter Obersteiner, Das Reichshofratsfiskalat 1696 bis 1806. Bausteine (...)
  • 29 Les fiefs du duc de Mantoue et du prince de Mirandola ont ainsi été déclarés vacants, Karl Otmar vo (...)

4Une autre prérogative importante découle de la suzeraineté (Oberlehenshoheit) impériale en Italie : l’empereur exerce également la fonction de juge suprême (oberster Richter), fonction qu’il délègue au Conseil aulique – la Chambre impériale (Reichskammergericht) n’a aucune compétence en Italie19. Là encore, à l’instar de la partie allemande, l’activité se concentre autour des petits vassaux. Cependant, même les grands princes et les Républiques ne sont pas à l’abri d’une procédure et n’hésitent pas à se porter devant le Conseil aulique. Les objets sont divers, même si, le plus souvent, il s’agit de conflits autour d’un fief, ainsi la longue querelle, riche en rebondissements, de la succession du Montferrat20. Plus fréquemment, des familles – les Borromeo en Lombardie, les Del Carretto dans les Langhe, les Doria, Fieschi et Spinola en Ligurie ou les Malaspina dans la Lunigiana, pour n’en nommer que quelques unes – s’opposent localement pour la succession d’un petit fief impérial. Un autre type de conflit surgit à propos des frontières, comme, par exemple, au début du xviie siècle, entre la République de Gênes et le duc de Savoie à propos de Sassello et de Mioglia21. Des vassaux sont fréquemment accusés de se livrer au faux-monnayage22 et de prêter main-forte aux bandits23. Des procès impliquent également des sujets et pas seulement des vassaux de moindre importance. Par exemple, la commune de Finale porte plainte en 1729 contre la République de Gênes pour imposition illégale24, et dans la deuxième moitié du xviiie siècle, le Conseil aulique est saisi par les habitants de Campo Freddo25 et de San Remo pour des abus également commis par la République26. Affaires d’héritages et luttes pour le pouvoir sont indissolublement liées, ainsi dans la deuxième moitié du xviie siècle, le procès pour l’attribution de la ville de Castiglione qui appartenait à une branche cadette des Gonzague27. Le Reichshoffiskal soutient également plusieurs procès contre des vassaux italiens28. Comme il s’agit dans la plupart des cas de prises de contrôle illégales de fiefs ou de crimes de lèse-majesté, les peines encourues vont de la confiscation du fief à celle de tous les biens du contrevenant. La menace est bien réelle et plusieurs vassaux italiens en font l’expérience, notamment pendant la guerre de Succession d’Espagne29.

  • 30 Jan Paul Niederkorn, Die europaiscben Mächte und der « Lange Türkenkrieg » Kaiser Rudolfs II. (1593 (...)
  • 31 Jan Paul Nlederkorn, « Generali italiani al servizio dell'Impero nei secoli XVI e XVII », Atti e me (...)
  • 32 Jan Paul Nlederkorn, Die europaiscben Mächte..., p. 411-423.
  • 33 Salvatore Pugliese, Le prime strette..., p. 74.
  • 34 En 1621, la République de Gênes était prête à faire un « don » de 30000 florins, dans l’espoir d’ob (...)
  • 35 Expertise de la Chancellerie impériale sur l’introduction de « dazii » et de douanes en Italie, Pra (...)

5En revanche, l’empereur ne fait usage de sa prérogative fiscale qu’en temps de guerre, plus particulièrement pendant les guerres turques et italiennes. Jusqu’à la fin du xviie siècle, il s’agit de subsides librement consentis que les diplomates impériaux négocient avec les princes italiens, mais, pendant la Longue guerre turque (1593-1606) notamment, des sommes importantes sont réunies par ce biais30 et quelques princes italiens recrutent des troupes ou partent eux-mêmes faire la guerre en Hongrie31. Le sentiment d’appartenance au Sacrum Imperium ou, au moins, le lien d’obligé envers l’empereur et l’Empire n’a aucunement disparu, même les princes poursuivent des intérêts personnels – par exemple le duc Alphonse II de Ferrare qui cherchait transmettre son trône à son fils illégitime César32, ou la République de Gênes qui, en 1594, moyennant un subside de 100 000 lire, obtient de l’empereur Rodolphe II que l’on s’adresse à son doge par le titre d'Illustrissimus33. L’appui de l’empereur est encore recherché et largement accordé pendant la guerre de Trente ans dans la lutte contre les Hérétiques et les ennemis d’Empire (Reichsfeinde)34. Les petits vassaux sont cependant traités avec moins d’égards que les princes et les républiques. Ainsi, vers 1600, divers projets sont élaborés qui prévoyaient l’introduction des douanes supplémentaires dans les fiefs afin de financer la guerre contre les Turcs35.

  • 36 Salvatore Pugliese, Le prime strette..., p. 164-192 ; Matthias Schnettger, « Zwischen Spanien, Fran (...)
  • 37 Salvatore Pugliese, Le prime strette..., p. 220, p. 263 et sq., donne les chiffres suivants : 17 72 (...)
  • 38 Récapitulation dans Salvatore Pugliese, Le prime strette..., p. 278 et sq.
  • 39 Salvatore Pugliese, Le prime strette..., p. 304-307.

6La guerre de la Ligue d’Augsbourg marque cependant un tournant : désormais l’empereur ne se contente plus de solliciter des subsides, mais exige une contribution. Certes, il était encore possible de négocier, mais les mauvais payeurs devaient s’attendre à des rétorsions du fait de la présence des troupes impériales dans la botte36. À l’occasion de la guerre de la Succession d’Espagne, de la guerre Turque de 1716 et de la crise espagnole, des contributions sont perçues jusqu’en 1720. Par ce biais, la cour de Vienne a pu tirer des sommes considérables d’Italie entre 1690 et 172037. Cet avantage a sans doute fortement influé sur l’équilibre politique. En effet, pendant la guerre de Succession de Pologne, quand aucun paiement n’est effectué, les troupes impériales sont quasiment évincées d’Italie et, pendant la guerre Turque de 1736-1739, les montants acquittés restent bien inférieurs à ce qu’ils étaient précédemment38. Durant les guerres révolutionnaires, des contributions sont exigées pour la dernière fois : les grands vassaux refusent de payer à la différence des petits qui subissent plus fortement les pressions impériales et sont davantage intéressés au maintien du statu quo en Italie39.

  • 40 Lettre de Karl Philipp von Schônborn à la République de Gênes, de Vienne, le 19 février 1725, Archi (...)
  • 41 Borromée aux vassaux italiens (copie destinée au Marchese Giorgio Doria di Montaldeo), Milano 1726 (...)
  • 42 Relation de Clemente Doria, de Vienne le 19 juin 1726, Archivio segreto 2753, ASt Ge.

7Dans la première moitié du xviiie siècle, des paiements sont encore effectués au titre de la relation particulière qui unit l’Empire à ses vassaux italiens, à laquelle ils ne peuvent ni ne doivent se soustraire. Lors de la construction de la nouvelle Chancellerie impériale dans les années 1720, le Vice-Chancelier d’Empire Schönborn réclame le soutien non seulement des États d’Empire allemands mais aussi des vassaux italiens40. Une première sollicitation sans doute insuffisante est suivie d’une seconde41. Finalement, même la République de Gênes, plutôt distante vis-à-vis des affaires d’Empire, doit s’y soumettre et son ambassadeur fait un présent en argent au Vice-Chancelier42.

  • 43 Les communautés engagées dans de tels procès envoient même des députés à Vienne, ainsi Campo qui en (...)
  • 44 Mémoire non daté du Reichsfiskal Quentel adressé à Charles VI, o. D. (ca. 1712), Verfassungsakten R (...)
  • 45 Dans le premier tiers du xviie siècle, diverses tentatives ont lieu pour instaurer une représentati (...)
  • 46 Gernot Peter Obersteiner, Reichshoffiskalat..., p. 46-69, p. 89-91, p. 94-105, p. 107-122, et résum (...)
  • 47 (...) die unterthanen [...] haben in Langhis zu mir mit heller stimm geschrien : Benedictus qui ven (...)
  • 48 Même si, dans certains cas, les ecclésiastiques doivent être rappelés à leur devoir par un mandemen (...)

8Jusqu’ici, nous nous sommes essentiellement placés dans la perspective des vassaux italiens. Qu’en est-il des sujets ? La suzeraineté impériale (Oberhoheit) est-elle à l’époque moderne une réalité concrète, perceptible pour les sujets ? On devra distinguer entre les sujets des princes et républiques et les sujets des vassaux de moindre importance, auprès desquels l’influence impériale est plus grande, comme on l’a vu précédemment. On sait que les sujets intentent de nombreux procès contre les grands et petits vassaux d’Empire, ce qui prouve que les sujets perçoivent l’empereur et le Tribunal aulique comme une instance judiciaire crédible et, de ce fait, n’hésitent pas à engager des sommes importantes dans une procédure longue et coûteuse43. Le contact avec la souveraineté impériale (Reichshoheit) est moins profitable, si la pression fiscale augmente avec les demandes de subsides. Les populations sont encore directement concernées dans leur quotidien quand l’empereur et ses ministres réglementent le commerce du sel dans les petits fiefs44. La présence, permanente en Italie depuis le début du xviiie siècle, d’un représentant de l’empereur revêt également une importance toute particulière45. Alors que le commissaire impérial (Reichsplenipotentiar) réside la plupart du temps à Milan, Pavie ou Pise, le Fiskalqui lui est subordonné46 et le secrétaire de la représentation impériale (Plenipotenz) se rendent dans les différents fiefs. Selon son propre témoignage, le Fiskal Johann Jakob Joanelli reçoit un accueil enthousiaste des sujets : « [...] Les sujets de Langhis (des Langhe) m’ont accueilli avec des cris de joie : Benedictus qui venit in nomine Domini : dans la Lunegiana et particulièrement à Massa et à Carrare : homo missus a Deo, cui nomen Joannes, et je suis sûr que de nombreux sujets prieront pour moi »47. Même avec un accueil moins débordant, il paraît vraisemblable que le contrôle exercé sur les seigneurs les plus proches a été considéré positivement par une partie de la population. Au xviiie siècle, la pratique régulière d’une prière publique qui rappelle aux sujets l’existence de la suzeraineté impériale va dans le même sens48.

  • 49 Par exemple [Gerolamo Maria DEL Carretto], Iura Sacri Romani Imperii et Libertas Provinciae Langaru (...)
  • 50 Alessandra Sisto, Ifeudi imperiali del Tortonese (Sec. XI-XIX), Turin, 1956, p. 174 et sq.
  • 51 Sur les réactions anti-françaises en Italie, mais sans tenir compte des fiefs impériaux, Massimo Vi (...)

9Assurément, la suzeraineté impériale (Oberhoheit), notamment dans sa dimension fiscale, se heurte aussi à des réticences. Mais on ne peut nier l’existence d’un patriotisme impérial, particulièrement dans les petits fiefs, en réaction également aux tentatives hégémoniques des grands princes italiens, contre lesquelles il fallait se prémunir. En témoignent non seulement le zèle à remplir les obligations impériales et la confiance envers la justice impériale mais aussi toute une série de brochures qui s’en font l’écho49. L’accueil réservé des populations au décret français abolissant la féodalité traduit également l’ancrage du patriotisme impérial50, tout comme le rétablissement de l’ancien régime, en partie en collaboration avec les Autrichiens, durant l’intermède de 179851.

  • 52 Voir l’ouvrage fondamental de Lothar Gross, Die Geschichte der deutschen Reichshofkanzlei von 1559 (...)
  • 53 Voir l’ouvrage également fondamental de Oswald von Gschliesser, Der Reichshofrat. Bedeutung und Ver (...)

10Je crois avoir montré que l’empereur et l’Empire ont véritablement représenté un pouvoir pour les vassaux italiens. Qu’en est-il de l’autre côté des Alpes ? Il est aisé d’y répondre. Pour l’empereur comme pour les instances impériales siégeant à Vienne, il ne fait aucun doute que l'Italie du Nord fait partie du Saint-Empire. L’architecture même des instances impériales le démontre. Jusqu’au démembrement de l’Italie impériale à la paix de Campo Formio en 1797, une expédition latine de la Chancellerie impériale a toujours subsisté aux côtés de l’expédition allemande. Cette expédition latine a son propre secrétaire que l’on nomme Référent privé (Geheimer Referendar) depuis 1710 et son personnel spécialisé dans les affaires italiennes52. Le Conseil aulique dispose également d’une expédition latine autonome, justifiée par le nombre important de cas concernant l’Italie. Si l’on considère encore l’origine des personnels viennois, l’on remarque la quasi-absence des Italiens, à l’exception de ceux qui sont originaires du Haut-Adige, juridiquement partie allemande de l’Empire53. Quand les droits de l’Empire sont remis en question, la détermination de l’empereur, du Conseil aulique et de la Chancellerie d’Empire prouverait encore, s’il est besoin, leur attachement au Saint-Empire.

  • 54 Les règlements sont constamment précisés et durcis : Mathias Schnettger, « Das Alte Reich... », p.  (...)
  • 55 Sur cette question, Johann Anton Ludwig Seidensticker, „Über die Verbindlichkeit der Reichsangehöri (...)
  • 56 Ibid., p. 403-409.

11Ces questions sont évoquées dans les Diètes d’Empire et particulièrement lors des élections. Par exemple, depuis le règne de Mathias, les capitulations électorales imposent aux empereurs de faire rechercher les fiefs italiens tombés en déshérence et de procéder au renouvellement des investitures54. Un article concernant la fiscalité, introduit dans la capitulation de Charles VI, est profondément modifié en 1764 pour la capitulation de Joseph II : alors que les empereurs s’étaient jusqu’ici efforcés d’épargner les vassaux italiens, il leur est désormais rappelé qu’ils doivent contribuer à part égale à la défense de l’Empire55. Des questions spécifiquement italiennes comme le vicariat italien d’Empire sont également abordées régulièrement, d’autres encore font l’objet de lettres particulières des électeurs à l’empereur56.

  • 57 Le siège dont dispose la Savoie résulte de la possession de ce duché qui appartenait au cercle du R (...)
  • 58 Mathias Schnettger, « Das Alte Reich... », p. 411-417.

12Les vassaux italiens – à la notable exception de la Savoie – n’ont ni voix ni siège au Collège des Électeurs ni à la Diète d’Empire57. De fait, les questions italiennes sont rarement évoquées. Cependant, quand il s’agit de régler les successions toscane et parmesane et de réaffirmer la suzeraineté féodale (Lehnshoheit) de l’Empire sur ces territoires (1720-1731) ou encore de mettre un terme au conflit qui opposait Gênes à San Remo (1770), se dessine immédiatement une large majorité favorable au maintien des droits impériaux en Italie58.

  • 59 Par exemple Friedrich Ludwig von Berger, Vindicatio Juris Imperialis in magnum Tuscioe Ducatum, siv (...)
  • 60 Johann Jacob Reinhard, Diatriba de jure imperatoris et imperii in rempublicam genuensem, Francfort- (...)
  • 61 Pour le titre complet, voir supra note 17.
  • 62 Johann Anton Ludwig Seidensticker, Beyträge zum Reichsstaatsrechte Welscher Nation, Göttingen, I, 1 (...)

13Certes, l’Italie ne figure pas parmi les principales préoccupations des juristes d’Empire. Cependant une douzaine de traités traitent des affaires italiennes et réagissent à l’actualité. Ainsi, dans les années 1720, les brochures traitent de la suzeraineté féodale de l’Empire (Reichslehnshoheit) sur la Toscane et les duchés de Parme et Plaisance59, tandis que dans les années qui suivent la guerre de Succession d’Autriche, pendant laquelle Gênes avait soutenu le Roi de France, la discussion porte sur la suzeraineté (Oberhoheit) de l’empereur et de l’Empire sur la Ligurie60. Des ouvrages de plus grande ampleur, ainsi le Codex Italiae diplomaticus de Lünig61 ou encore les Beytrage zum Reichsstaatsrechte Welscher Nation de Johann Anton Ludwig Seidensticker, commencés au début des années 1790 mais restés inachevés du fait de la guerre d’Italie, se font l’écho de ces discussions62.

14Par ces considérations sur le corpus des brochures impériales, nous voici revenu au point de départ : comment saisir et apprécier les liens qui unissent l’empereur et l’Empire aux vassaux italiens ? Nous proposerons quelques hypothèses en conclusion :

  1. L’Italie impériale ne participe pas au processus de « saturation » qui, selon Peter Moraw, donne progressivement forme au Saint-Empire (von offener Verfassung zu gestalteter Verdicbtung) dans sa partie allemande à la fin du Moyen Âge, encore moins à la réforme institutionnelle des xve et xvie siècles. Les vassaux italiens n’entrent pas dans le système que forment les Diètes et la Chambre impériale et que dominent les États d’Empire. L’Italie impériale reste liée à l’empereur par un lien féodal et reconnaît en lui son suzerain (oberster Lehensherr), même si la création d’une représentation impériale (kaiserliche Plenipotenz) et la croissance des exigences fiscales changent progressivement la nature de ce lien en le modernisant.

  2. Les liens qui unissent les fiefs impériaux au Saint-Empire ne sont jamais remis en question à l’époque moderne. Un problème demeure cependant, celui de la non-participation des fiefs impériaux italiens aux libertés d’Empire et de leur rang mineur dans la hiérarchie impériale indépendamment de leur prestige sur la scène internationale. Ce qui ne peut qu’accroître les tendances centrifuges du côté italien.

    • 63 Dans une perspective italienne, le concept de « complémentarité de l’État impérial » proposé récemm (...)

    Clairement distincte de « l’Empire au sens étroit » allemand (engeres Reich), l’Italie impériale reste attachée au Saint-Empire romain, comme partie intégrante ou comme partie annexe de l’Empire, selon la perspective que l’on adopte. En revanche, elle n’est jamais un appendice exotique. Cette intime et durable liaison avec le Sacrum Imperium témoigne de l’extension du Saint-Empire qui ne peut s’accommoder d’une définition étroite sans perdre sa dimension historique63.

Notes

1 «Isti Status non sunt, quia in Comitiis non comparent, nec Membra, quia de Imperio non participant, nec privilegia Statuum & membrorum ipsis conveniunt, nec etiam ad onera publica Imperii quidpiam contribuunt, quia tamen feuda ab Imperio recognoscunt, merito dicuntur Vasalli Imperii», Johann Christian Schroeter (Präs.) / Ludwig Konrad Dahn (Resp.), Dissertatio juridica de vasallo non stam Imperii. Von denen Reichs-Vasallen, welche nicht zugleich vor Reichsstände zu halten, Iéna, 1704, Wittenberg, 1742 (2e édition), Sectio 1, § 11, p. 15 (= 14).

2 Ibid., p. 45 (= 15).

3 Le contexte immédiat de la guerre de Succession d’Espagne joue un rôle évident. Ainsi Schroeter constate dans la Sectio Tertia, § 7 que le duc de Mantoue s’est rendu coupable de félonie et aborde dans le § 8 la question de savoir si l’empereur a le pouvoir de prononcer la mise au ban d’un simple vassal.

4 Sur la question des fiefs italiens, on se réfèrera aux travaux de Karl Otmar Freiherr von Aretin, « Die Lehensordnungen in Italien im 16. und 17. Jahrhundert und ihre Auswirkungen auf die europäische Politik. Ein Beitrag zur Geschichte des europaischen Spatfeudalismus », Politische Ordnungen und soziale Kräfte im Alten Reich, Hermann Weber dir., Wiesbaden, 1980, p. 53-84. Version remaniée et complétée sous le titre : « Reichsitalien von Karl V. bis zum Ende des Alten Reiches. Die Lehensordnungen in Italien und ihre Auswirkungen auf die europäische Politik », Das Reich. Friedensordnung und europäisches Gleichgewicht 1648-1806, ibid., Stuttgart, 1986, p. 76-163 (les citations ultérieures suivront cette version). En italien, « L’ordinamento feudale in Italia nel XVI e XVII secolo e le sue ripercussioni sulla politica europea, un contributo alla storia del tardo feudalismo in Europa », Annali dell’Istituto storico italo-germanico in Trente, 4, 1980, p. 51-94. Voir encore : ibid., « Der Heimfall des Herzogtums Mailand an das Reich im Jahr 1700. Ein Beitrag zur Geschichte Reichsitaliens im 17. und 18. Jahrhundert », Gedenkschrift Martin Goring. Studien zur Europaischen Geschichte. Mit einem Geleitwort von Jacques Droz, Ernst Schulin dir., Wiesbaden, 1968, p. 78-90. Repris dans : Das Reich..., p. 241-254 ; ibid., « Italien im 18. Jahrhundert », Handbuch für Europäische Geschichte, IV Europa im Zeitalter des Absolutismus und der Aufklärung, Fritz Wagner dir., Stuttgart, 1968, p. 585-633 ; ibid., « Kaiser Joseph 1. zwischen Kaisertradition und österreichischer Großmachtpolitik », Historische Zeitschrift, 215, 1972, p. 529-606, repris dans : Das Reich..., p. 255-322 ; ibid., « Von der spanischen Vorherrschaft zum Spanischen Rat. Reichsitalien in der Zeit des Übergangs von der spanischen zur österreichischen Vorherrschaft », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 62, 1982, p. 180-203 ; ibid., « Reichsitalien », Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, Berlin, 1986, IV, p. 648-651 ; ibid., « Italien in den 1780er Jahren », Joseph Martin Kraus und Italien, Friedrich W. Riedel dir., Munich / Salzbourg, 1987, p. 11-17 ; ibid., « Karl VII. als Kaiser Reichsitaliens », Deutschland und Frankreich in der frühen Neuzeit. Festschrift für Hermann Weber zum 65. Geburtstag, Heinz Duchhardt et Eberhard Schmitt dir., Munich, 1987, p. 487-508, et récemment ibid., Das Alte Reich 1648-1806, Stuttgart, 1993-1997 : sur l’Italie d’Empire, voir I Föderalistische oder hierarchische Ordnung (1648-1684), p. 112-115, 201-208, 310-312 ; Il Kaisertradition und österreichische Großmachtpolitik (1684-1745), p. 85-96, 128-134, 194-215, 351-380, 458-467, III Das Reich und der österreichisch-preußische Dualismus (1745-1806), p. 63-71, 168-171. Une seule étude en italien qui privilégie les aspects financiers : Salvatore Pugliese, Le prime strette dell' Austria in Italia, Milan, 1932 et deuxième édition, avec un titre plus approprié, Il Sacro Romano Impero in Italia, Milan, 1935. Important ouvrage collectif Marcello Verga dir., Dilatar l’Impero in Italia. Asburgo e Italia nel primo Settecento, Rome, 1995 (même si toutes les contributions n’abordent pas le thème de l’Italie impériale). Un seul article en français centré sur un exemple particulier : Irénée Lameire, « Les dernières survivances de la souveraineté du Saint-Empire sur les états de la monarchie piémontaise », Nouvelle revue historique de droit français et étranger, 33, 1909, p. 26-53, 192-214. Une synthèse parfois contestable sur les aspects juridiques : Wilhelm Brauneder, « Impero e Stato a sud delle Alpi nel XVIII secolo », Il Trentino nel Settecento fra Sacro Romane Impero e antichi stati italiani, Cesare Mozzarelli et Giuseppe Olmi dir., Bologne, 1985, p. 59-84, version allemande remaniée et complétée : « Alte Ordnung und moderne Staatlichkeit in Oberitalien », Zeitschrift für Neuere Rechtsgeschichte, 14, 1994, p. 227-242. Voir également Matthias Schnettger, « Das Alte Reich und Italien in der Frühen Neuzeit. Ein institutionengeschichtlicher Überblick », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 79, 1999, p. 344-420.

5 Karl Otmar von Aretin, « Reichsitalien... », p. 85 ; Mathias Schnettger, « Das Alte Reich... », p. 350 et sq. ; Lorenzo Tacchella, Il feudo pontificio di Albera Ligure, Vérone, 1989 ; ibid., La media e alta val Borbera nella storia. I marchesati di Cantalupo, Borgo Adorno e Pallavicino, Rocchetta e Roccaforte, Carrega, Vergagni, Mongiardino, Cabella, la signoria di Vigo e Centrassi e la signoria pontifica di Albera, Gênes, 1961, p. 110-131, particulièrement p. 128 ; Angelo Tamborra, « La pace di Aquisgrana del 1748 e la politica della Santa Sede », Archivio Storico Italiano, 117, 1959, p. 522-540.

6 Karl Otmar von Aretin, « Kaiser Joseph I... », p. 269-271, 277-281 ; ibid., Das Alte Reich..., II, p. 91-94, 206-214.

7 Karl Otmar von Aretin, « Reichsitalien... », p. 109-117 ; Friedrich Edelmayer, Maximilian IL, Philipp II. und Reichsitalien. Die Auseinandersetzungen um das Reichslehen Finale in Ligurien, Stuttgart, 1988 ; Jan Paul Niederkorn, « Reichsitalien und der Kaiserhof im Zeitalter der Hegemonie Spaniens 1559-1659 », Italia – Austria. Alla ricerca delpassato commune = Österreich – Italien. Auf der Suche nach der gemeinsamen Vergangenheit, Paolo Chiarini et Herbert Zeman dir., Rome, 1995, I 1450-1796, p. 59-71.

8 Pour une présentation des privilèges impériaux en Italie, Marie-Luise Favreau-Lilie, « Reichsherrschaft im spätmittelalterlichen Italien. Zur Handhabung des Reichsvikariates im 14./15. Jahrhundert », Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 80, 2000, p. 53-116 ; Roland Pauler, Die deutschen Konige und Italien im 14. Jahrhundert. Von Heinrich VIL bis Karl IV, Darmstadt, 1997 ; Fritz Trautz, « Die Reichsgewalt in Italien im Spatmittelalter », Heidelberger Jahrbücher, 7, 1963, p. 45-81.

9 Sur la politique italienne de Maximilien Ier, Hermann Wiesflecker, Kaiser Maximilian I. Das Reich, Osterreich und Europa an der Wende zu Neuzeit, Munich, 1971-1986, II p. 9-130, 358-363 ; III p. 71-78, 90-123, 338-353, 406-422 ; IV p. 1-153, 233-258 ; V p. 410-447, 624-627. Voir également Max Freiherr von Wolff, Die Beziehungen Kaiser Maximilian I. zu Italien 1495-1508, Innsbruck, 1909.

10 Sur la politique italienne de Charles Quint, Marcello Fontani dir., Carlo V e l’Italia. Seminario di studi, Georgetown University a Villa Le Balze, 14-15 dicembre 2000, Rome, 2000.

11 Danilo Marrara, « I rapporti giuridici tra la Toscana e l’Impero (1530-1576) », Firenze e la Toscana dei Medici nell’Europa dell’500, Giancarlo Garfagnini dir., Florence, 1983, l. Strumenti e veicoli della cultura. Relazioni politiche ed economiche, p. 217-227 ; Nicolai Rubinstein, « Dalla Repubblica al Principato », Firenze e la Toscana..., p. 159-176 ; Giorgio Spini, Cosimo I e l’indipendenza del principato mediceo, Florence, 1980 (2e édition) ; ibid., « Il principato dei Medici e il sistema degli stati europei del Cinquecento », Firenze e la Toscana..., I, p. 177-216.

12 Vicente de Cadenas Y Vicent, Elprotectorado de Carlos Ven Genova. La « condotta » de Andrea Doria, Madrid, 1977 ; Arturo Pacini, La Genova di Andrea Doria nell’Impero di Carlo V, Florence, 1999.

13 Francesco Cognasso, « La questione del Monferrato prima del lodo di Carlo V », Annali dell’Istituto Superiore di Magistero del Piemonte, 3, 1929, p. 343-374 ; Pietro Marchisio, « L’arbitrato di Carlo V nella causa del Monferrato », Atti della Accademia delle Scienze di Torino, 42, 1906-1907, p. 1203-1227.

14 Federico Chabod, LO Stato di Milano nell’impero di Carlo V, Rome, 1934.

15 Présentation générale de Jean-François Noël, « Zur Geschichte der Reichsbelehnungen im 18. Jahrhundert », Mitteilungen des Osterreichischen Staatsarchivs, 21, 1968, p. 106-122. Voir également Mathias Schnettger, « Das Alte Reich... », p. 365-370. Plus généralement sur les investitures impériales à l’époque moderne (en y incluant l’Italie), Rüdiger Freiherr von Schönberg, Das Recht der Reichslehen im 18. Jahrhundert. Zugleich ein Beitrag zu den Grundlagen der bundesstaatlichen Ordnung, Heidelberg / Karlsruhe, 1977 ; considérations rapides de Thomas Fröschl, « ‘Das organisierte Chaos‘. Lehnswesen und Feudalsystem als Ordnungsprinzipien im Heiligen Römischen Reich », Die Fürstenberger. 800Jahre Herrschaft und Kultur in Mitteleuropa, catalogue d’exposition, Erwein H. Eltz et Arno Strohmeyer dir., Korneuburg, 1994, p. 39-44. Une mise au point ancienne mais essentielle : Johann Wilhelm Itter, De Feudis Imperii Commentatio Methodica Quâ Non tantum ex Jure Feudorum Longobardico, sed & Publicis atque Pragmaticis Imp. Sanctionibus, Historia Germanica, novissimisque Imp. Actis & monumentis partim etiam ineditis, Feudorum Imperialium natura atque indoles eruitur, maximeque illusttes de hoc argumente in summis Imp. Tribunalibus agitari solitae controversiae recensentur atque discutiuntur, Francfort-sur-le-Main, 1685, sur l’Italie impériale, particulièrement p. 222-224, 242-301.

16 Johann Christian Schroeter (Präs.) / Ludwig Konrad Dahn (Resp.), Dissertatio..., Sectio Tertia, § 3. Joseph II est le premier à faire ce geste de soumission, voir Mathias Schnettger, « Das Alte Reich... », p. 367.

17 La formule du serment est donnée par : Johann Christian Lünig, Codex Italiae diplomaticus, Quo non solum Multifariae Investiturarum Literae, ab Augustissimis Romanorum Imperatoribus Italiae Principibus & Proceribus concessae atque traditae, verum etiam Alia insignia variigeneris Diplomata, tam edita, quam multa anecdota, Ipsos concernentia conti nentur...,4 tomes, Francfort / Leipzig, 1725-1735, plus particulièrement tome I, colonne 339 et sq.

18 Au total 73 cartons contre 286 pour la chancellerie allemande. Voir Ludwig Bittner et alii dir., Gesamtinventar des Wiener Haus-, Hof- und Staatsarchivs. Aufgebaut auf der Geschichte des Archivs und seiner Bestände, Vienne, 1936-1940, I p. 311 et sq.

19 Sur la juridiction impériale en Italie, synthèse par Mathias Schnettger, « Das Alte Reich... », p. 370-372 et bibliographie complémentaire.

20 Mantoue, la Savoie, la Lorraine et les Salm se disputent le Montferrat, Carlo Marco Belfante et Marzio Achille Romani, « Il Monferrato : Una frontiera scomoda fra Mantova e Torino (1536-1707) », La frontiera da stato a nazione. Il caso Piemonte, Carlo Ossola, Claude Raffestin et Mario Ricciardi dir., Rome, 1987, p. 113-145 ; Antonio Bombin-Pérez, La cuestión de Monferrato 1613-1617, Vitoria, 1976 ; Francesco Cognasso, « La questione... » ; Pietro Marchisio, « L’arbitrato... » ; Elisa Mongiano, « Le <armi> e le <leggi> per la difesa del Monferrato », La cittadella di Casale : da fortezza del Monferrato a baluardo d’Italia, 1590-1859, Anna Marotta dir., Alessandria, 1990 ; Romolo Quazza, La guerraper la successione di Mantova e del Monferrato (1628-1631), Mantoue, 1926 ; Elisabeth Schoder, Reichsitalien zwischen den Groβmächten. Die Zwistigkeiten um das Herzogtum Monferrato in der zweiten Hälfte des 17. Jahrhunderts, Phil. Diss. Vienne, 1994.

21 Pour une analyse de la phase aiguë de ce conflit, Edoardo Grendi, « La pratica dei confini : Mioglia contro Sassello, 1715-1745 », Quaderni storici, N. S. 63, 1986, p. 811-845.

22 Lorenzo Bellesia, « Ingens abusus e monetandi ratio. Die Aufgaben des kaiserlichen Kommissärs für Münzangelegenheiten in Italien », Numismatische Zeitschrift, 102, 1994, p. 171-175 ; Giovanni Pesce, « Le monete dei feudi imperiali Spinola : recenti contributi », La Storia dei Genovesi, Atti del convegno di studi sui ceti dirigenti nelle istituzioni della Repubblica di Genova, Genova 2829-30aprile 1983, Gênes, 1984, IV p. 55-65 ; Maria C. Restelli, « L’attività della zecca di Ronco nel primo ventennio del XVIII secolo », Quaderni Ticinesi di Numismatica e Antichità Classiche, 11, 1975, p. 383-391. Repris dans : Lorenzo Tacchella, Rocchetta ligure nella storia degli Spinola e del sovrano militare ordine di Malta, Gênes, 1996, p. 105-115 ; voir également Riccardo De Rosa, I Principi Fieschi Conti Palatini e celebri falsari. La zecca di Masserano, Carmagnola, 1994.

23 Ainsi, dans la deuxième moitié du xviiie siècles, les Bourbon de Monte de Mons S. Maria, voir Karl Otmar von Aretin, Das Alte Reich..., III, p. 168.

24 Gian Battista Cavasola Pinea, « Gabelle genovesi nel Finale », La Storia dei Genovesi..., VIII p. 225-241 ; Fabio Manca, « Il marchesato di Finale nella prima metà del XVIII secolo », Storia di Finale, Attilio Bislenghi et alii dir., Savona, 1998 (2e édition), p. 167-200, p. 178-189.

25 Domenico Leoncini, Campo nei secoli. Storia del feudo imperiale di Campo Freddo, Massimo Calissano, Franco Paolo Olivieri, Giovanni Ponte dir., Recco, 1989, p. 171-192, 231-234, 246-313.

26 Bien qu’ancienne, une étude qui fait toujours autorité : Nilo Calvini, La rivoluzione del 1753 a Sanremo, Bordighera, 1953. Pour les premières étapes de la querelle, voir également Vittorio Tigrino, « Castelli di carte. Giurisdizione e storia locale nel settecento in una disputa fra Sanremo e Genova (1729-1735) », Quaderni storici, N. S. 101, 1999, p. 475-506, ainsi que Sophie Caillieret, L'Affaire de San Remo, un épisode méconnu des relations diplomatiques entre la France et la cour de Vienne (1753-1772), Mémoire de maîtrise, Université d’Angers 1999, qui s’intéresse particulièrement aux relations entre la France et la cour de Vienne. Dans le cas de San Remo, la question était de savoir si la ville était la vassale de l’Empire et si elle relevait de sa juridiction. Voir infra note 60.

27 La chronologie est riche en rebondissements et peut se lire comme un roman : Massimo Marocchi, I Gonzaga di Castiglione delle Stiviere. Vicende pubbliche e private del casato di San Luigi, Vérone, 1990 ; Cinzia Cremonini, « La rivolta di Castiglione delle Stiviere negli atti della Plenipotenza dei feudi imperiali italiani », Castiglione delle Stiviere. Un principato imperiale nell'Italia padana (sec. XVI-XVIII), Massimo Marocchi dir., Rome, 1996, p. 91-116 ; Cesare Mozzarelli, « Castiglione e i Gonzaga : piccoli stati e piccoli principi nell’Europa d’antico regime », Il Trentino nel Settecento..., p. 13-21 ; voir encore Antonio Archi, Il tramonto dei principati in Italia, Bologne, 1962, p. 270-277.

28 Sur cette institution, Gernot Peter Obersteiner, Das Reichshofratsfiskalat 1696 bis 1806. Bausteine zu seiner Geschichte aus Wiener Archiven, Staatsprüfungsarbeit, Institut für Österreichische Geschichtsforschung, Vienne, 1992.

29 Les fiefs du duc de Mantoue et du prince de Mirandola ont ainsi été déclarés vacants, Karl Otmar von Aretin, Das Alte Reich..., II p. 198-202 ; Orianna Baracchi, « Giuramento di fedeltà dei Mirandolesi al duca Rinaldo », Quaderni della bassa Modenese, 3, 1989, p. 17-26 ; Daniela Frigo, « Impero, diritto feudale e <ragion di Stato> : la fine del ducato di Mantova (1701-1708) », Dilatar l’Impero..., p. 55-84.

30 Jan Paul Niederkorn, Die europaiscben Mächte und der « Lange Türkenkrieg » Kaiser Rudolfs II. (1593-1606), Vienne, 1993, p. 386-448.

31 Jan Paul Nlederkorn, « Generali italiani al servizio dell'Impero nei secoli XVI e XVII », Atti e memorie della Accademia Nazionale di Scienze, Lettere e Arti di Modena, série 7, 7, 1989-1990, p. 369-377, p. 371-374.

32 Jan Paul Nlederkorn, Die europaiscben Mächte..., p. 411-423.

33 Salvatore Pugliese, Le prime strette..., p. 74.

34 En 1621, la République de Gênes était prête à faire un « don » de 30000 florins, dans l’espoir d’obtenir l’expectative de la seigneurie de Zuccarello (Salvatore Pugliese, Le prime strette..., p. 119).

35 Expertise de la Chancellerie impériale sur l’introduction de « dazii » et de douanes en Italie, Prague, 1601, IV 30, Hofkammerarchiv, Vienne, Reichsakten 24b. On peut mettre en relation ces projets avec la « mission » Garzweiler, chargée de réfléchir à la réorganisation des fiefs impériaux, voir Karl Otmar von Aretin, « Reichsitalien... », p. 91, 111 ; Gerhard Rill, « Die Garzweiler-Mission 1603/4 und die Reichslehen in der Lunigiana », Mitteilungen des Österreichischen Staatsarchivs, 31, 1978, p. 9-25. Le mémoire conclusif (« Kurtzer Extract Des Heil. Röm. Reichs Lehen in Italien/ wie dieselbe allermassen beschaffen/ ob sie mit Zöllen zu belegen/ und was von denen durch der Kayserl. Mayest. unsers allergnädigsten Herrn Reichs-Hoff-Rath/ Herrn Paul Gertzweiler/ der Rechten Doctorn/ dabey vor kurtzer Zeit nach den Feuerstatten gesuchten contributionibus bezahlt/ oder noch zu hoffen ») est reproduit dans Johann Wilhelm Itter, De feudis Imperii..., p. 263-301.

36 Salvatore Pugliese, Le prime strette..., p. 164-192 ; Matthias Schnettger, « Zwischen Spanien, Frankreich und dem Kaiser. Italien zur Zeit des Friedens von Rijswijk », Der Friede von Rijswijk 1697, Heinz Duchhardt, Matthias Schnettger et Martin Vogt dir., Mayence, 1998, p. 195-218, p. 213.

37 Salvatore Pugliese, Le prime strette..., p. 220, p. 263 et sq., donne les chiffres suivants : 17 728 000 lires milanaises pendant la guerre de Succession d’Autriche et encore 5 503 889 lires pendant la guerre Turque de 1716-18.

38 Récapitulation dans Salvatore Pugliese, Le prime strette..., p. 278 et sq.

39 Salvatore Pugliese, Le prime strette..., p. 304-307.

40 Lettre de Karl Philipp von Schônborn à la République de Gênes, de Vienne, le 19 février 1725, Archivio segreto 2572, Archivio di Stato di Genova (par la suite : ASt Ge).

41 Borromée aux vassaux italiens (copie destinée au Marchese Giorgio Doria di Montaldeo), Milano 1726 I 27 (document imprimé, y compris le nom et l’adresse du destinataire), Archivio segreto 2757A, ASt Ge. Ce document encourage les vassaux italiens à mieux tenir leurs archives et fait allusion à la montagne d’actes qui résulte du très grand nombre de procès portés devant le Tribunal aulique d’Empire. Voir également Mathias Schnettger, « Das Alte Reich... », p. 381.

42 Relation de Clemente Doria, de Vienne le 19 juin 1726, Archivio segreto 2753, ASt Ge.

43 Les communautés engagées dans de tels procès envoient même des députés à Vienne, ainsi Campo qui en 1748 délègue plusieurs ecclésiastiques, Francesco Piana, Don Gio Antonio Lupi, Don Giuseppe Oliveri und Francesco Maria Piana (Domenico Leoncini, Campo..., p. 268, p. 277, p. 288, p. 305).

44 Mémoire non daté du Reichsfiskal Quentel adressé à Charles VI, o. D. (ca. 1712), Verfassungsakten Reichshofrat 45, Haus-, Hof- und Staatsarchiv (par la suite : HHStA), Vienne.

45 Dans le premier tiers du xviie siècle, diverses tentatives ont lieu pour instaurer une représentation permanente en lieu et place d’envoyés temporaires. Après que la fonction a été occupée par des princes italiens, on revient cependant au système antérieur, notamment sous la pression du Conseil aulique. Sur l’histoire du commissaire impérial ou de la Plenipotenz impériale en Italie, Guido Del Pino, « Un problema burocratico : La Plenipotenza per i feudi imperiali in Italia e il suo archivio tra XVII e XVIII secolo », Rassegna degli Archivi di Stato, 54, 1994, p. 551-583 ; Karl Otmar von Aretin, « Reichsitalien... », p. 91-101 ; Cinzia Cremonini, « Carlo Borromeo Arese, un aristocratico lombardo nel “nuovo ordine” di Carlo VI », Dilatar l’Impero in Italia..., p. 85-160 ; Mathias Schnettger, « Das Alte Reich... », p. 387-397.

46 Gernot Peter Obersteiner, Reichshoffiskalat..., p. 46-69, p. 89-91, p. 94-105, p. 107-122, et résumé à partir de cette étude Mathias Schnettger, « Das Alte Reich... », p. 397-400.

47 (...) die unterthanen [...] haben in Langhis zu mir mit heller stimm geschrien : Benedictus qui venit in nomine Domini : In der Luneggiana, und absonderlich zu Massa, und Carrara fuit : homo missus à Deo, cui nomen Joannes, und ich bin versichert, dass viel von denen unterthanen Gott für mich noch bitten werden », Generalrelation des Reichsfiskals Johann Jakob Joanelli, o. D. (präs. 1718 VII 27), Verfassungsakten Reichshofrat 46, HHStA, Vienne. Texte édité par Gernot Peter Obersteiner, Reichshoffiskalat..., p. 57.

48 Même si, dans certains cas, les ecclésiastiques doivent être rappelés à leur devoir par un mandement du commissaire impérial ou ou la visite du fiscal, voir la « Generalrelation » du Reichsfiskal Johann Jakob Joanelli (note 47).

49 Par exemple [Gerolamo Maria DEL Carretto], Iura Sacri Romani Imperii et Libertas Provinciae Langarum in Italia a Quocumque Vassalorum Contractu Vindicata, Wien [1709] ; [Martino Colla], Dissertatio politico-historico-juridica de justifia proscindendi tum ob publicam necessitatem, tum ob publicam utilitatem alienationem marchionatus finarii factam in serenissimam rempublicam Genuae, ipsamqueprovinciam iterum jungendi Mediolani dominio a’quo avulsa fuit, reluctantibus lege et fine unionis olim demandatae ab Augustissimis Massimiliano I. et Matthia’hujus nominis unico. Necnon et vindiciae supremi imperialis domini adversus Turrem genuensem scriptorem et assertorem libertatis Genuae cum omnimoda independentia a’romano germanico imperio, s.l., s. d...

50 Alessandra Sisto, Ifeudi imperiali del Tortonese (Sec. XI-XIX), Turin, 1956, p. 174 et sq.

51 Sur les réactions anti-françaises en Italie, mais sans tenir compte des fiefs impériaux, Massimo Viglione, Le insorgenze. Rivoluzione e controrivoluzione in Italia (1792-1815), Ares, 1999.

52 Voir l’ouvrage fondamental de Lothar Gross, Die Geschichte der deutschen Reichshofkanzlei von 1559 bis 1806, Vienne, 1933 et bref aperçu par Schnettger, « Das Alte Reich... », p. 377-381.

53 Voir l’ouvrage également fondamental de Oswald von Gschliesser, Der Reichshofrat. Bedeutung und Verfassung, Schicksal und Besetzung einer obersten Reichsbehorde von 1559 bis 1806, Vienne, 1942, réédition Nendeln, Liechtenstein, 1970 et bref aperçu par Mathias Schnettger, « Das Alte Reich... », p. 374 et sq., p. 380.

54 Les règlements sont constamment précisés et durcis : Mathias Schnettger, « Das Alte Reich... », p. 401 et sq., avec une bibliographie complémentaire.

55 Sur cette question, Johann Anton Ludwig Seidensticker, „Über die Verbindlichkeit der Reichsangehörigen in Italien, an den Lasten des gegenwärtigen Reichskriegs Theil zu nehmen“, Girtanners Politische Annalen, 6, 1794, p. 3-18 ; Mathias Schnettger, « Das Alte Reich... », p. 402 et sq.

56 Ibid., p. 403-409.

57 Le siège dont dispose la Savoie résulte de la possession de ce duché qui appartenait au cercle du Rhin supérieur (Oberrheinischer Reichskreis) et de ce fait était allemand. Turin ne fait plus usage de son droit de vote depuis la fin du xviie siècle. Voir Giovanni Tabacco, Lo stato sabaudo nel Sacro Romano Impero, Turin, 1939, p. 138 et sq., 162 et sq., 189 et sq. ; synthèse par Mathias Schnettger, « Das Alte Reich... », p. 409 et sq. Sur le problème de la représentation des princes italiens à la Diète d’Empire, voir également Mathias Schnettger, « Italienische Fürsten im deutschen Reichstag ? Ein Projekt Friedrich Ludwig von Bergers aus dem Jahr 1723 », Historisches Jahrbuch, 118, 1998, p. 86-107.

58 Mathias Schnettger, « Das Alte Reich... », p. 411-417.

59 Par exemple Friedrich Ludwig von Berger, Vindicatio Juris Imperialis in magnum Tuscioe Ducatum, sive Confutatio Scriptionis, cui Titulus : Mémoire &c. welches beygedruckt ist, o. O. 1723 ; ibid., Nova eaqueplena assertio Juris, quod S. Cœsareoe Maj. ac S. Imperio in magnum Tusciœ competit Ducatum, s. l., 1725 ; Bracciano [= Gottfried Behrndt], Geschichtsmäβige Vorstellung von den Gerechtsamen auf das Groβherzogthum Florenz ; denen zugleich die von Florentinischer Seite gemachte Einwürffe und derselben Widerlegung etc. beygefüget, Leipzig, 1722 ; „Eigentliche Bewandtniss und Information, das... Kayserliche und Reichs-Afterlehen von Siena betreffend“, Reichs-Fama, Johann Jacob von Moser dir., Francfort-sur-le-Main, VI, 1728, p. 211 et sq. ; Heinrich Gottlieb Francke, Historia fatorum doctrinae de finibus sacri Romano Germanici imperii, praefationis loco ad Nic. Hier. Gundlingii diss. de iure Augustissimi imperatoris et imperii in Magnum Etruriae Ducatum, quam et triplici indice diplomatum, auctorum et rerum copiosissimo instruxit, Leipzig, 1732 ; Jacob Paul von Gundling, Historische Nachrichten von dem Lande Tuscien, oder dem Groβherzogthum Florenz, Francfort-sur-le-Main, 1723 (2e édition augmentée) ; Simon Friedrich Hahn, jus Imperii in Florentiam ex monumentis editis et ineditis ipsisque etruscis scriptoribus inde a Caroli M. oetate per omnia soecula solida ostensum, et asperiosis objectionibus commentatoris nuperi deflorentini status libertateplene vindicatum, Halle, 1722 ; Johann Jacob Mascov (Pras.) / Thomas Fritsch (Resp.), Exercitatio iurispublici de iure imperii in nagnum ducatum Etrurioe, Leipizg, 1721 et en allemand, Geschichtsmässige Vorstellung von den Gerechtsamen des H. R. R. auf Florenz, Leipzig, 1722 ; [Gottfried Philipp von Spannagel,] Notizia della vera Libertà Fiorentina, considerata ne suoi giusti limiti, per l'ordine de’Secoli, con la sincera Disamina e Confutazione della Scritture e Tesi, che in vari tempi ed a’nostri di sono State publicate per negare & impugnare i sovrani Diritti degli Imperatori ed del sacro Rom. Imperio sopra la Città & lo Stato di Firenze e il Gran Ducato di Toscana, 3 parties, s.l, 1724-1726. Voir Mario Benvenuti, « L’erudizione al servizio della politica : la polemica per la successione in Toscana », Nuova Rivista Storica, 42, 1958, p. 484-506. À propos de Parme-Plaisance : Justus Henning Boehmf.R (Präs.)/Justus Vollrath von Bode (Resp.), Vindiciae imperiales pro Parmae & Placentiae ducatibus, Halle, 1722 ; « Dissertation historique sur les Duchez de Parme & de Plaisance », in : Mémoires pour servir à l'Histoire du Congrès de Cambrai, s. 1., 1723 [= Francesco Nicoli, Dissertatione sopra la natura e qualità di Città di Piacenza e Parma, s.l., s. d.] ; Dissertationes decem. de iure Augusti & Romani Imperii in Parmœ & Placentiœ Ducatus, Amsterdam, 1729, Leipzig, 1734 ; Jacob Paul von Gundling, Historische Nachrichten von denen Herzogthümern Parma und Piacenza, und derselben Dependenz vom Romischen teutschen Reich, Francfort-sur-le-Main, 1723. – Cette polémique se déploie sur fond de querelle successorale, à l’approche de l’extinction des Medicis et des Farnèse. Voir Antonio Archi, Il Tramonto..., p. 99-131, 133-187 ; Emilio Robiony, Gli ultimi dei Medici e la successione del granducato di Toscana, Florence, 1905 ; Karl Otmar von Aretin, Das Alte Reich..., II, p. 354-366 ; Elisabeth Garms-Cornides, « Die Toskana zwischen Rom und Wien », Italia – Austria..., p. 411-485, en particulier, p. 416-429 ; Matthias Schnettger, « Dynastische Interessen, Lehnsrecht und Machtpolitik. Der Wiener Hof und die Anwartschaft der Kurfürstin Anna Maria Luisa von der Pfalz auf die toskanische Erbfolge (1711-1714) », Mitteilungen des Instituts für Osterreichische Geschichtsforschung, 108, 2000, p. 351-371.

60 Johann Jacob Reinhard, Diatriba de jure imperatoris et imperii in rempublicam genuensem, Francfort-sur-le-Main, 1747 ; Christian Gottlob Reinhardt, Genuensium libertatis non supremae iuris gentium, sed Caesari atque Imperio subordinatae brevis adumbratio. Accedunt nonnulli in bellum genuense excursus, Iéna, 1746 ; [Heinrich Christian Senckenberg], Imperii Germanici jus acpossessio in Genua Ligustica. Accedunt : 1. Petr. Bapt. Burgi de Dominio Reipublicoe Genuensis in Mari Ligustico Tractatus. 2. Anonymi Diss. de rescindendo contractu Finariensi ; cum Vindiciis Jurium Imperii ; 3. Andr. de Andreis ejusdem argumenti libellas, Hanovre, 1751. Sur les relations de la République de Gênes avec l’Empire, nous nous permettons de renvoyer à notre habilitation en cours d’achèvement. Quelques aspects sont présentés dans : Matthias Schnettger, « Die Republik als Konig. Republikanisches Selbstverstandnis und Souveränitätsstreben in der genuesischen Publizistik des 17. Jahrhunderts », Majestas, 8/9, 2000/2001, p. 171-209. Quelques suggestions dans Raffaele Ciasca, « Affermazioni di sovranità della Repubblica di Genova nel secolo XVII », Giornale storico e letterario della Liguria, N. S. 14, 1938, p. 81-91, 161-181 ; ibid., « La Repubblica di Genova (testa coronata » », Studi in onore di Amintoro Fanfani, Antonio Fanfani dir., Milan, 1962, IV Evo moderno, p. 289-319.

61 Pour le titre complet, voir supra note 17.

62 Johann Anton Ludwig Seidensticker, Beyträge zum Reichsstaatsrechte Welscher Nation, Göttingen, I, 1795 (pas d’autre volume paru).

63 Dans une perspective italienne, le concept de « complémentarité de l’État impérial » proposé récemment par Georg Schmidt paraît fort discutable (Georg Schmidt, Geschichte des Alten Reiches. Staat und Nation in der Frühen Neuzeit 1495-1806, Munich, 1999, p. 40-44). Sur le concept d’empire, essentiellement au Moyen Âge, Jürgen Schatz, Imperium, Pax et Iustitia. Das ReichFriedensstiftung zwischen Ordo, Regnum und Staatlichkeit, Berlin, 2000.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search