Version classiqueVersion mobile

L’espace du Saint-Empire

 | 
Christine Lebeau

Première partie. Les limites

La construction d’un espace étatique : perceptions et représentations des frontières extérieures du Saint-Empire au xviie siècle

Claire Gantet

Texte intégral

  • 1 Helmut Wagner, „Die innerdeutschen Grenzen“, Deutschlands Grenzen in der Geschichte, Alexander Dem (...)

1Dans les études classiques, le Saint-Empire au xviie siècle ne se définit pas comme un territoire borné par des lignes de démarcation extérieures : dans cette « marqueterie mal jointe » (Montaigne), que les traités de Westphalie contribuèrent à dévertébrer plus encore, les seules frontières, véritables et existentielles, étaient les frontières internes, séparant les principautés territoriales dotées d’une autonomie et d’une puissance croissantes1. Image d’une Kulturnation n’ayant su advenir au politique, le Saint-Empire s’entendait comme un ensemble culturel, linguistique et historique, bien plus que juridique, politique et économique, territorial.

  • 2 « ein (Wort-)Gebrauch, der von dem Raum jenseits der Grenze mehr oder weniger absieht und das Wort (...)

2L’inconsistance de la notion de frontière devint dès lors l’un des topoi les mieux partagés. Dans le Dictionnaire de Grimm, le terme de « frontière » est associé à la notion vague d’espace et à son intériorisation, au détriment de tout ancrage politique2. L’illustration la plus parlante se trouve néanmoins dans les Reden an die deutsche Nation (1808) de Johann Gottlieb Fichte :

  • 3 Johann Gottlieb Fichte, Reden an die deutsche Nation (1808), Hambourg, 1978, p. 207. Voir Hans Med (...)

„Zuvörderst und vor allen Dingen – Die ersten, ursprünglichen und wahrhaft natürlichen Grenzen der Staaten sind ohne Zweifel ihre innern Grenzen. [...] Aus dieser innern, durch die geistige Natur des Menschen selbst gezogenen Grenze ergibt sich erst die äußere Begrenzung der Wohnsitze, als die Folge von jener ; [...] So saß die deutsche Nation, durch gemeinschaftliche Sprache und Denkart sattsam unter sich vereinigt, und scharf genug abgeschnitten von den anderen Völkern, in der Mitte von Europa da, als scheidender Wall nicht verwandter Stämme, zahlreich und tapfer genug, um ihre Grenze gegen jeden fremden Anfall zu schützen, sich selbst überlassen durch ihre ganze Denkart wenig geneigt, Kunde von den benachbarten Völkerschaften zu nehmen.“3

3Face à la France et à sa politique de frontières naturelles, les Allemands n’auraient développé qu’une acception culturelle et anthropologique de la frontière.

  • 4 Michael Stolleis, Histoire du droit public en Allemagne. Droit public impérial et science de la po (...)

4À l’encontre de l’historiographie héritée, je voudrais souligner la politisation du débat portant sur les frontières extérieures du Saint-Empire au xviie siècle, notamment sur le Rhin et le Danube. Loin d’être le seul résultat de la dépréciation des accords de 1648, générale de 1815 jusque vers 1960, la thématique de la « nation culturelle » fut l’un des voies explorées par les contemporains du xviie siècle eux-mêmes, en quête de modèles normatifs. Face au déchaînement de la violence durant la guerre de Trente ans, ils ne cessèrent de se lamenter sur la faiblesse de la « patrie allemande » livrée aux puissances étrangères – tout en reconnaissant que seul ce particularisme permettait une diversité culturelle et confessionnelle. Ils en vinrent à distinguer le modèle de la nation culturelle, identifié à la cité grecque antique, de celui de l’État-nation assimilé au modèle romain, et à s’interroger sur l’ordre normatif qui devait structurer le Saint-Empire4. Ainsi, dès le xviie siècle, la perception de l’espace impérial suscita un débat.

  • 5 Le terme de « feuilles volantes » (Flugblätter ou Flugschriften) caractérise des écrits destinés à (...)
  • 6 En 1648, des droits de juridiction de la maison d’Autriche passèrent à la France, « sous réserve q (...)
  • 7 Certes, la notion de démarcation linéaire n’est pas récente : on la rencontre chez les Grecs et le (...)

5Faute de temps, je me limiterai aux représentations du Rhin et du Danube dans les « feuilles volantes »5. Il sera question donc ici beaucoup moins des questions maintes fois débattues de la politique française en Alsace et de l’incidence des Traités de Westphalie6, il sera aussi moins question des processus concrets de délimitation des frontières7 que de la définition de la frontière et des notions (spatiales et politiques) ainsi que des valeurs mobilisées à cette fin. Des « frontières naturelles » n’ont dans les faits jamais existé – une frontière doit être revendiquée, définie et acceptée comme telle ; elle est toujours une construction historique. En revanche, il existe une idée voire une politique des frontières naturelles.

  • 8 Sur la polysémie même du terme de Grenze, importé du slave granica dans le contexte de colonisatio (...)

6À première vue toutefois, le Rhin et le Danube ne correspondaient en rien à des lignes de démarcation du Saint-Empire. Pour le Rhin, d’abord, seule une portion du cours d’eau était concernée, et elle n’était pas une limite. Au xviie siècle, le fleuve, dont les berges n’étaient pas endiguées, était un obstacle difficile à franchir. Naturellement entravée par les fréquentes crues et les effets du gel, les bancs de sable mouvants, les nombreuses îles et les multiples faux bras, la circulation était rendue plus difficile encore par l’émiettement politique environnant (les rives du Rhin relevaient d’une vingtaine d’États et de seigneurs différents) et les 41 péages de Huningue à Rotterdam (dont une dizaine pour la seule Alsace). Le cours du Danube, surtout, ne correspondait pas à une frontière spatiale : le fleuve traversait le Wurtemberg, la Bavière et l’Autriche, avant d’aborder les terres sous domination turque. La promotion du Danube découla de trois éléments : elle dériva d’abord d’une autre conception de la frontière8 – non pas une frontière linéaire défensive face à un voisin, mais une zone et une artère de pénétration, un peu comme la « frontière » américaine ; elle s’ancra ensuite dans l’héritage du limes, ou du moins dans une représentation de la ligne romaine ; enfin, précisément, le Danube, considéré dès les années 1660 comme le fleuve « chrétien », sortit renforcé des conquêtes orientales à partir des années 1680.

7Les libelles de l’époque soulignèrent fréquemment la dissymétrie entre les deux fleuves. Tandis que le Rhin, à l’instar des autres fleuves, sourdait du Sud vers le Nord, le Danube était le seul à couler vers l’Est, une orientation qui désigna l’un des grands axes de la politique impériale dans les années 1680-1700. Pourtant, ils attribuèrent d’emblée aux deux fleuves le statut de « fleuves principaux» (Hauptflüsse) et de frontières (Grenzen) du Saint-Empire. L’analogie était étayée par la proximité spatiale de leurs sources respectives ; le lac de Constance, Donaueschingen près de Schaffhausen. Elle dérivait surtout du texte d’inspiration essentiel pour tous les lettrés depuis l’humanisme, la Germanie de Tacite, qui s’ouvrait sur ces mots :

  • 9 Tacite, La Germanie, Paris (La Pléiade).

« La Germanie, considérée dans son ensemble, est séparée des Gaulois, des Rètes et des Pannoniens par deux fleuves, le Rhin et le Danube, des Sarmates et des Daces par une crainte réciproque ou des montagnes9... »

8C’est avec le bagage culturel de la description des contrées antiques et des valeurs attribuées par Tacite aux Germains que les hommes du xviie siècle perçurent la frontière. D’emblée donc, la qualification de la frontière participa d’une quête d’identité, d’un effort pour penser l’originalité et l’unité du territoire allemand. Mobilisant une mémoire historique, l’affirmation de la collectivité alla de pair avec la négation de l’autre. Ce que je me propose d’étudier ici, c’est la politisation de la question de la frontière au xviie siècle à travers la mise en scène du Rhin et du Danube, en lien avec la construction d’un espace politique. Dans un deuxième temps, je tenterai de préciser ces cultures spatiales du politique, c’est-à-dire les types d’espace politisés.

La dénomination des frontières extérieures

  • 10 Hermann Conring, Definibus Imperii Germanici..., Lugduni, 1654, p. 3.
  • 11 Ludwig Krapf, Germanenmythus und Reichsideologie. Frühhumanistische Rezeptionsweisen der taciteisc (...)

9Loin d’être réservée aux seuls hommes de lettres, l’influence de Tacite se rencontre dans tous les registres employés – pamphlets, traités, récits de voyage – et continûment tout au long du xviie siècle. Même un juriste comme Hermann Conring, par exemple, caractérisait le Saint-Empire par l’espace compris entre le Rhin, le Danube et les océans10. Ce faisant, d’emblée, la réflexion sur les frontières du Saint-Empire se greffa sur le débat relatif à la définition de l’originalité allemande suscité par le texte de Tacite dès sa redécouverte par les humanistes au milieu du xve siècle11.

  • 12 La meilleure réflexion (à qui je dois beaucoup) est de Jean Schillinger, « Le thème du Rhin chez l (...)
  • 13 On consultera, mais avec beaucoup de prudence (pour sa méconnaissance du Saint-Empire), Alexandre (...)

10La promotion de Tacite en un auteur canonique fut toutefois liée aux représentations concurrentes issues des différentes formes d’appropriation de l’espace. Elle répondit en effet aux efforts de la propagande française pour développer le thème d’un territoire borné par des frontières dites naturelles. Les libellites allemands avancèrent Tacite contre la Guerre des Gaules de Jules César, brocardé par les pamphlétaires français pour fonder dans l’histoire l’existence d’une limite au Rhin. Dès le départ, le problème fut donc posé essentiellement à partir du Rhin12. Face aux thuriféraires du roi de France, qui, en vue d’accroître le prestige du roi de France, tendaient à rabaisser la dignité de l’empereur, à dénigrer l’ancienneté de l’Empire et à attribuer aux Bourbons l’héritage de l’Empire de Charlemagne, les libellistes allemands développèrent une argumentation historique plus que spatiale, articulée autour de deux moments fondateurs : les origines franques de la France, l’Empire de Charlemagne et le partage de Verdun13.

  • 14 La frontière avait alors un sens militaire ; elle désignait des positions stratégiques et militair (...)

11Formulé à partir du rejet des prétentions françaises, ce débat suivit deux voies. Chez la plupart des libellistes, il suscita une surenchère générale visant délibérément à dénier au Rhin la qualité de limite ; la démarcation avec la France fut délibérément repoussée dans une zone plus lointaine. Quelques juristes en revanche intégrèrent des éléments développés par la propagande française. A l’instar de maints écrits français, H. Conring par exemple dénia toute continuité entre l’Empire romain antique et l’Empire moderne qu’il dénomma « allemand », et souligna le pouvoir des états d’Empire au détriment de celui de l’empereur. Cette attitude était un défi. Elle supposait l’invention d’une nouvelle forme de patriotisme impérial. Dès le départ donc, et bien avant les travaux de délimitation menés dans les années 1770, les partisans de ces deux options eurent la conscience d’une distinction entre frontière et limite14. Mais dès le départ, aussi, le débat s’articula en un jeu complexe entre au moins deux conceptions de la frontière – zonale ou linéaire – et deux conceptions de la souveraineté – juridictionnelle ou territoriale.

La limite du Rhin déniée

  • 15 Voir par exemple Israel Murschel, FLOS REIPVBLICÆ ARGENTINENSIS. Das ist : Regiments-Blume/ Oder : (...)
  • 16 Hanß Michael Moscherosch, Tutschland Jacob Wympfflingers von Schlettstatt/ Zu Ere der Statt Straßb (...)
  • 17 Reflexiones Eines getreuen Patrioten Uber die von der Cron Franckreich bißhero Offerirte AEquivale (...)

12Le premier geste des libellistes consista à dénier au Rhin la qualité d’une limite. Dès la guerre de Trente ans, par crainte que la France n’annexât toute l’Alsace, on avait accentué la germanité culturelle de l’Alsace15. En quête d’autorités à même de soutenir leur argumentation, les lettrés rééditèrent des textes humanistes corrigeant César. Moscherosch, ainsi, republia un texte de 1501 où Jakob Wimpfeling mettait en valeur l’Austrasie, entre la Gaule et le Rhin : la vraie limite n’était donc pas le Rhin, mais les Vosges16. On reprit aussi Willibald Pirckheimer, qui rappelait que les Romains avaient dénommé les deux provinces nouvelles « Germanie première » et « seconde » quand bien même elles se situaient sur la rive gauche du fleuve. Les agressions louisquatorziennes durcirent les traits d’accusation. Un libelle publié en 1697 revendiqua une frontière au niveau de la Champagne17.

  • 18 Teutschland/ Traue nichtzu viel..., s. l., [vers 1685], p. 56-57.
  • 19 Ibid., p. 63.

13Une limite, en effet, se caractérisait par la stabilité. Or la France ne cessait d’aller au-delà, de rompre les traités et d’agresser les populations. Le Rhin ne pouvait donc être une limite. Au fil du temps, en effet, on prêta à la France des desseins annexionnistes de plus en plus anciens. Lors du siège de Vienne par les Turcs, en 1683, en vue de décrier la neutralité attentiste de Louis XIV, on rappela la politique d’alliance avec le sultan menée par François Ier pour prendre à revers les Habsbourg à l’Ouest. Deux ans plus tard, dans le contexte d’indignation suscité par la révocation de l’Édit de Nantes, on dénonça l’insolent cynisme français, prêt à forger des « paix en cire » malléables à loisir, au mépris du droit des gens ; depuis cent ans, l’Empire, réduit à la défensive n’avait perdu des terres que contre la France18. Le voisin, donc, était dangereux19.

  • 20 G. C. E., Neu eigentliche Charta/ Des/ Rhein-Stroms..., Nuernberg, 1689, p. 3.
  • 21 H. G. D. C. [Friedrich Wilhelm von Hörnigk], FRANCOPOLITÆ/ Wahrer Bericht/ Von dem/ Alten Koenigre (...)
  • 22 Christian Teutschmuth, Der Frantzoesische/ ATTILA...., s. l., 1690, p. 5.
  • 23 Der/ Schau-Platz/ des Kriegs/ Der/ Roem. Kaiserl. Majest./und/derer Hohen Alliirten/ am Rhein..., (...)

14Pour faire valoir la menace pesant aux frontières sur l’intégrité allemande, on présenta le Rhin au moyen de métaphores dramatiques. Transmuant les éléments primordiaux, la violence de la guerre latente ou ouverte faisait d’abord du Rhin un feu20. Dans son libelle sur l’Austrasie, rédigé contre les Réunions, Philipp Wilhelm von Hornigk dénonçait le feu allumé par les Français au bord du Rhin, susceptible de s’étendre à l’ensemble des fleuves allemands21. La dévastation du Palatinat en 1688-1689 poussa à son comble l’indignation : après le passage des « armes de meurtres du tyran injuste » et ses torches incendiaires, les rives du Rhin n’étaient plus que désert et ruines vaines22. Lors de la guerre de Succession d’Espagne, un libelliste se représentait trempant sa quille dans le Rhin et écrivant sa brochure au moyen du sang rouge répandu dans le noble fleuve23.

  • 24 Philipp Wilhelm von Hörnigk, H. G. D. C. Francopolitae Wahrer Bericht von dem alten Königreich Lot (...)
  • 25 Warnmundum ab Ehrenberg [Eberhard a Weyhe], Der/ Tuercken Trutz/ und/ Christen Schutz..., s. l., 1 (...)

15La présence française était un donc danger non seulement pour les zones voisines, mais pour l’Empire entier, voire l’Europe. Personnalisant le fleuve, des libelles peignèrent le Rhin réduit l’état d’esclave24, et rougi par la colère ou par la honte face aux progrès français. Un deuxième champ sémantique s’articula à l’idée de maladie. Jouant sur la polysémie de l’emblème du crabe, signe zodiacal et symbole du cancer, un libelle montrait le crabe ennemi (turc en l’occurrence) ronger les territoires limitrophes, puis Saint-Empire entier, enfin l’Europe25. Transférant une image du combat clérical contre l’« hérésie » dans le lexique politique, on assimila l’attente française à une épidémie, imprévisible, foudroyante et irrémédiable. L’allusion à peine voilée au « mal français », la syphilis, accroissait encore la charge émotionnelle du trait. Le Rhin était souillé par la présence française.

La frontière du Rhin accentuée

  • 26 Europa/ Wirstu denn des Krieges/ nicht muede ?..., Leipzig, 1685, fol. A ij r°.
  • 27 G. C. E., Neu eigentliche Charta..., p. 16-18. Ce jeu de mot se trouvait déjà chez Wimpfeling.
  • 28 Der/ Schau-Platz/ des Kriegs..., p. 1-3.
  • 29 Teutschland/ Traue nicht zu viel..., p. 73.

16En même temps qu’ils déniaient la limite du Rhin, les libellistes, paradoxalement, tentèrent donc de durcir la frontière pour souligner en elle l’opposition de deux systèmes. Là où la France, gouvernée par un roi absolu et orgueilleux, était mue par l’appétit de territoires et par une pulsion de guerre, le Saint-Empire était un territoire pacifique, fondé sur l’équilibre et la balance des intérêts26. L’antagonisme des systèmes politiques révélait un hiatus plus essentiel encore entre deux ensembles de normes. Aux Allemands, parés de tous les traits prêtés par Tacite aux anciens Germains – virilité, droiture, amour de la liberté simplicité, frugalité – firent écho, en opposition, les Français, dont on accusa la mollesse toute féminine, l’hypocrisie, l’amour du luxe et de la mode, la sophistication courtisane et la réduction à l’état d’esclave face à un roi absolu. Passer le Rhin, c’était dès lors offenser le code moral hérité, bouleverser le sens de la déférence obligée, transgresser l’ordre social reçu, exprimé par les ordonnances somptuaires et les lois matrimoniales. Par un jeu de mot hérité lui aussi de Tacite, on fit du Rhin (Rhein) un fleuve pur (rein)27, juge de la pureté du sang allemand (teutsches Geblüt) : à l’intégrité ethnique et à la rareté des adultères allemands, était opposée la bâtardise française28. On dénonça l’ouverture de la frontière29, sa perméabilité, et l’on aspira à rendre autarcique l’espace intérieur, transformé en un territoire délimité et démarqué du voisin.

17Le problème de savoir par où passait la frontière renvoyait donc à celui de savoir ce qu’elle était. Ainsi les critères retenus pour scinder l’espace renvoyèrent-ils à la définition d’une identité nationale et spatiale.

Les cultures spatiales du politique

18La qualification des frontières participa de la construction par délimitation de l’espace impérial.

Le Rhin juge et garant de l'identité allemande

  • 30 Prodigiutn et Elogium Perfidiae ac Ignaviae Strasburgensis, Swidnicii, 1682.

19Faire du Rhin le juge de la qualité du sang allemand, c’était déjà faire du fleuve l’arbitre d’une identité nationale et spatiale. Il fut fréquemment qualifié de « fleuve allemand » ou de « fleuve des Allemands ». On fit parfois même prononcer la condamnation des voyages de formation en France (le Kavalierstour) par la bouche du Rhin30.

  • 31 Philipp Wilhelm von Hörnigk, H. G. D. C. Francopolitae Wahrer Bericht von dem alten Königreich Lot (...)
  • 32 Prodigium..., p. 97.
  • 33 Abraham a Sancta Clara [Ulrich Megerle], Auff/ auff/ Ihr Christen !..., Wienn, 1683, p. 31-32. L’e (...)
  • 34 Teutschland/ Traue nicht zu viel..., p. 71.

20Concomitamment, on fit du Rhin le juge de la tradition impériale. Chez le pamphlétaire Philipp Wilhelm von Hörnigk, le Rhin devenait le juge des dispositions guerrières des Allemands et l'instance à même de décider du tracé des frontières. Si, en effet, le Rhin, comme l’écrivait bien César, séparait la Gaule de la Germanie, lorsque les vaillants Gaulois devinrent des Sybarites voluptueux, le fleuve se déplaça auprès des Allemands et relégua la fonction de frontière à sa sœur la Meuse. À présent, concluait Hörnigk, que les Allemands, gâtés par la « maladie française », s’amollissaient à leur tour, il avait tout lieu de craindre un nouveau transfert de la frontière, bien plus à l’Ouest cette fois, vers le Lech et la Weser31. En vue de susciter une prise de conscience, une ressource voisine s’offrait aux libellistes : opposer la gloire et la liberté passée du noble fleuve à l’abaissement et à l’asservissement présents32. Un imprimé développa ainsi une série d’antithèses fondées sur des jeux de mots ou des euphonies : l’« Empire romain » (RoemischReich) était sur le point de devenir un « Pauvre romain » (RoemischArm), l’« Alsace » (Elsaß) un « siège de misère » (Elendsaß), le « Rhin » (Rhein-Strohm) un « fleuve de douleur » (Pein-Strohm)33. Dramatisant le délabrement supposé, ils forcèrent aussi le morcellement actuel des États allemands. Défendu par une frontière vulnérable, voué lui-même à la désunion et à la division, le Saint-Empire allait être la proie des Français. Les zones riveraines étaient si impécunieuses et divisées en tant de principautés, de seigneuries et de villes, lisait-on, qu’elles ne pouvaient faire face à la France en mettant, par exemple, elles-mêmes sur pied une armée efficace34.

  • 35 Warnmundum ab Ehrenberg [Eberhard a Weyhe], Der/ Tuercken Trutz..., fol. C 4 r°-D r°.
  • 36 Ibid., p. 68-69.
  • 37 Claire Gantet, « Définitions du pouvoir et représentations politiques de l’espace autour du siège (...)

21Le but de telles présentations était évidemment de provoquer une indignation et un mouvement de rejet. En vue de susciter une union patriotique, on élabora un ensemble d’appartenances propre à solidariser les Allemands entre eux. Pour mieux faire voir la solidité fondamentale de l’Empire, on revint d’abord au champ sémantique organiciste hérité. On compara la chrétienté à un corps humain dont la tête était la Hongrie et les pays héréditaires, la poitrine le Saint-Empire et l’Allemagne, et les membres les divers pays d’Europe ; après s’être attaqué à la moelle du cerveau en profitant d’une irruption de gale due à des frictions religieuses, le crabe turc allait ronger le Saint-Empire, puis l’Europe35. Le mépris des frontières fut ensuite présenté comme une menace non seulement pour les régions riveraines mais pour toute la « patrie allemande » et même l’Europe ; à cette fin, on reprit les libelles néerlandais édités lors de la guerre de Hollande contre l’agression française36. On fit enfin de la défense de la frontière une affaire chrétienne contre un roi qui osait arborer le titre de « Roi Très Chrétien » tout en menant une politique de persécution à l’endroit des protestants dans son pays et en bafouant les principes élémentaires du droit des gens à l’extérieur. Le terme de « chrétien », ici, acquérait une dimension politique : il désignait la coexistence des trois confessions reconnues par les traités de Westphalie dans un ensemble politique. L’intégration des valeurs religieuses, présentées de façon aconfessionnelle, dans le discours sur la frontière culmina au moment du siège de Vienne et lors de ses lendemains37.

L'union du Rhin et du Danube

  • 38 En 1667-68, l’empereur n’entra pas dans la guerre de Dévolution, car il devait faire face à une ré (...)
  • 39 Cabinet aller Cabinete/ Worinnen/ Das gantze Geheimnueß..., Coellen, 1692, p. 20.
  • 40 L'Espion du grand Seigneur et ses relations secretes au Divan découvertes a Paris, contenantes les (...)
  • 41 Des Aller-Christlichsten Koenigs Unchristl. Bombardiren und Mordbrennen..., Freyburg im Brißgau, 1 (...)
  • 42 Entretien dans le Royaume de Tenebres, sur les affaires du temps entre Mahomet et Mr. Colbert, Cyd (...)
  • 43 Neu-Eroeffnetes geheimes Staats-Cabinet/ Der Europaeischen Welt..., Leipzig, 1683, p. 100. LA Fran (...)
  • 44 [Philipp Wilhelm von Hörnigk], Oesterreicb/ Uber alles/ wann es nur will..., s. l., 1684, p. 301.

22La France était en effet la grande absente de l’armée victorieuse des Turcs, comme elle le fut de la coalition mise sur pied à l’hiver 1683-1684 entre l’Empire, la Russie, la Pologne, la papauté puis Venise. Allant au-delà, nombre de contemporains prêtèrent au royaume des Lis des intelligences avec la Sublime Porte. Vu de l’autre côté du Rhin, le succès des armes impériales avait des conséquences paradoxales : certes, il obligeait l’empereur à mener une guerre sur deux fronts et à décharger d’autant la frontière française, mais il valait aussi à l’empereur un considérable gain de prestige ; en conséquence, la politique française tenta d’observer la plus stricte neutralité38. Alimentés par nombre de rumeurs et drapés de virulents accents patriotiques, maints libelles dénoncèrent toutefois des connivences de plus en plus étroites entre le Roi très chrétien et son « frère turc »39 assoiffé de domination. Louis XIV, affirma-t-on, avait invité les Turcs à assiéger Vienne ; preuve en était – pour les incrédules – le butin saisi, dans lequel on avait trouvé de l’argent français, des correspondances – notamment la lettre de condoléances envoyée au sultan pour le consoler de la défaite – et des images figurant, côte à côte, des croissants de lune et des fleurs de lis40. Les actes d’agression français le long du Rhin, notamment les dévastations du Palatinat en 1688-1689, durcirent encore les chefs d’accusation. Une brochure publiée en 1689, parmi d’autres, montrait Louis XIV se limiter, en 1683 à une « alliance fraternelle », à des conseils, et à l’envoi d’agitateurs et de subsides, puis, en 1688 s’engager directement aux combats aux côtés des Turcs et se montrer aussi barbare qu’eux41. Avant même le début de la guerre de la Ligue d’Augsbourg toutefois, la France fut perçue comme l’ennemi numéro un. Dès 1684-1685, les feuilles volantes amalgamèrent les maximes politiques des deux gouvernements d’Orient et d’Occident, mus d’un même insatiable désir de domination42. Grâce aux victoires turques, la France, animée par l’obsession de porter les frontières aux fleuves, allait étendre son Empire non seulement sur le Rhin mais aussi sur le Danube43, son « frère »44.

  • 45 Martialischer/ Schau-Platz..., p. 1.
  • 46 Der/ Schau-Platz/ des Kriegs..., p. 4.
  • 47 G. C. E., Neu eigentliche Charta..., p. 11.
  • 48 [Philipp Wilhelm von Hörnigk], Oesterreicb/ Uber alles/ wann es nur will..., s. l., 1684, p. 302.
  • 49 Pour reprendre la définition du territoire par Daniel Nordman, Jacques Revel, Histoire de la Franc (...)

23Si le Danube (die Donau), en effet, était « la femme de tous les fleuves », le Rhin (der Rhein) « pouvait à bon droit être son mari »45 ; eux deux engendraient les autres fleuves et, partant, l’espace allemand46. La source si voisine du Rhin et du Danube faisait des deux fleuves l’origine de l’identité allemande47. Dans son traité Oesterreich Über alles, wann es nur will, Philipp Wilhelm von Hörnigk faisait des deux fleuves les défenseurs de la liberté de l’espace allemand contre le double esclavage français et turc. Il achevait son traité par une apostrophe directe au lecteur48. Quantité de libellistes usèrent du même procédé pour amener les lecteurs à embrasser leurs vues. L’intégration de l’enjeu du Danube à celui du Rhin ne visait-il pas, au moins en partie, à mobiliser des populations plus sensibles à la défense de l’Empire contre les Turcs qu’aux invectives contre l’absolutisme français ? Pour parfaire l’inclusion du lecteur dans une communauté présentée comme défensive, on distingua nettement les camps : aux « nous » des gardiens du droit et de la liberté allemands s’opposa le « eux » des transgresseurs. C’est cette proximité de l’autre, du côté opposé de la frontière, qui structura la formation d’une identité nationale, et non l’« assimilation » par un centre, un « territoire agencé par la volonté du prince »49. La politisation des frontières participa de la construction d’un l’espace politique organisé selon d’autres critères que le territoire français.

Les définitions de l'espace politique

  • 50 Paul Zumthor, La mesure du monde, Paris, 1980.
  • 51 Ainsi par exemple „auf des Reichs umstrittigen Boden“, G. C. E., Neu eigentliche Charta..., p. 108 (...)

24Dans les textes, différentes notions spatiales participèrent de la construction de l’espace. Trois notions, qui ne sont pas interchangeables, peuvent être isolées : le lieu, le paysage et le territoire, avec pour corollaires le voisinage et le sol. Le « lieu » (Ort) est la notion la plus difficile. Le lieu est une affirmation individuelle de l’espace : c’est un ici, un point unique qui s’oppose à l’ailleurs. Au Moyen Âge, on ne parlait ni d’espace ni de territoire, mais de lieu, c’est-à-dire d’un espace de la rencontre, et non du passage, chargé d’une dimension collective50. Le « paysage » (Landschaft) est une portion d’espace interprété visuellement, encadré en amont par lecture de celui qui regarde, et en aval par interprétation du spectateur. C’est une permanente re-création ; en amont, il est d’abord une mémoire : il renvoie à structures économiques et sociales qui expliquent sa genèse, mais aussi à des perceptions individuelles et collectives, organisées par des transmissions. Une étude des lieux et des paysages mobilisés dans le discours sur la frontière du Saint-Empire reste à faire. Il sera question ici avant tout du territoire. Le « territoire » (auquel ne correspond précisément aucun terme allemand, Territorium étant trop étroit), lui, est un espace construit, variable et fonctionnel – bref, dynamique –, une portion de l’espace dans laquelle s’élaborent des fonctions sociales et politiques, qui induisent un processus d’échanges, donc de domination. Il va donc fonctionner comme un espace de pouvoir. Par les mentions de « voisinage » (Nachbarschaft), l’espace est défini par confrontation et démarcation, et celle de « sol », toujours qualifié d’allemand51, il soutient une conscience d’appartenance commune. Bien que très peu différencié dans les sources (les mots sont souvent polysémiques et il est difficile de discerner la notion exprimée), ce vocabulaire spatial subit une nette politisation.

  • 52 Enoch Gläser, Fried-erlangendes DEUTSCHLAND..., Wittenberg, 1649, p. 13, p. 18. Sur le patriotisme (...)
  • 53 Georg Philipp Harsdörffer, Frawen-Zimmer Sprach-Spiel..., t. 1, Nuermberg, 1641, poème dédicatoire (...)
  • 54 Georg Philipp Harsdörffer, Gespraechspiele. Achter und letzter Theil..., Nuernberg, 1649, p. 460-4 (...)
  • 55 Adam Wandruszka Von Wanstetten, „Vom Begriff des, Vaterland‘ in der Politik des Dreißigjährigen Kr (...)

25Contrairement à toute une historiographie héritée, même récente, la guerre de Trente ans ne fut pas un moment paroxystique de dissolution de la nation. La représentation de l’éclatement de la nation renforça au contraire le patriotisme impérial. L’aspiration à l’union politique par-delà le différend confessionnel fut l’objet de nombreux « drames de la paix » (Friedensspiele) rédigés dans les années 1640. Dans une pièce d’Enoch Glaser, des provinces allemandes prenaient la parole à tour de rôle pour déplorer le démembrement de l’Empire ; l’Allemagne leur répondait en invoquant les héros allemands généraux Arminius et Wedekind, mais le mal était qu'elle était en guerre avec elle-même et esclave des Érynies52. La notion de « patrie » (Vaterland) s’élargit ainsi de la patrie locale à l’Empire, saisi dans la diversité et la communauté de ses provinces. Dans un poème adressé au prince Louis d’Anhalt, Harsdörffer s’émerveillait de la corde qui reliait chaque contrée53, et, en 1649, ce fut sous la forme d’un dialogue entre des personnifications du Rhin et du Danube qu’il représenta de façon allégorique le Saint-Empire en paix54. Parallèlement, dans les chancelleries, on employa de plus en plus les expressions de « communauté » (gemeines Wesen) – une notion qui au fil de la guerre gagna en précision pour désigner l’ensemble des catholiques et des protestants formant l’Empire-, « chère patrie de la nation allemande » (geliebtes Vaterland deutscher Nation), « harmonie de la confiance allemande » (Harmonia des teutschen Vertrauen), « apaisement et la conservation d’Empire » (Reichstranquillierung und Conservierung), « ancienne confiance allemande » (altes teutsches Vertrauen) et de « probité allemande » (teutsche Redlichkeit)55.

  • 56 Voir par exemple les nombreuses occurrences dans Teutschland/ Traue nicht zu viel...
  • 57 [Philipp Wilhelm von Hörnigk], Oesterreich..., p. 82-85. Le terme de « nation » est néanmoins très (...)
  • 58 Teutschland/Traue nicht zu viel..., p. 66.
  • 59 CASTRIOTA SCANDERBERG REDLVICUS..., s. 1., 1683, p. 3 ; Teutschland/ Traue nicht zu viel..., p. 17
  • 60 G. C. E., Neu eigentliche Charta...·, Martialischer/Schau-Platz...·, Christian Teutschmuth, Der Fr (...)
  • 61 Martialischer/ Schau-Platz..., fol.) :(ij v°.

26Au vague terme « Allemagne », on préféra dans les libelles de la seconde moitié du siècle ceux d’« Empire » voire « Empire allemand » (pour bien marquer l’originalité du Saint-Empire par rapport à l’Empire romain antique), et surtout « chère patrie », « amour de la patrie », « patrie allemande »56, « État », et même « nation allemande »57. Certains imprimés promurent aussi la défense des frontières au nom du principe pro patria mori58. Signe d’une prise de conscience, on créa le néologisme Frontieren pour désigner les frontières militaires, distinguées des limites (Grenzen) face à la France59, et, à partir de la dévastation du Palatinat en 1689 on tendit à agrémenter les libelles de cartes60. En 1690, une épaisse brochure intitulée le Théâtre martial du Rhin très plaisant et en même temps sanglant déclarait être la première à rompre avec les présentations du Rhin ordonnées selon la géographie, la contiguïté du semis des villes, la succession des lieux et des événements pour en offrir une définition politique61.

  • 62 Teutschland/ Traue nicht zu viel..., p. 56.
  • 63 Sur le schéma des quatre « monarchies » et de la mission de l’Empire, voir en particulier Werner G (...)

27Certes, hésitant constamment entre les définitions spatiale et juridictionnelle du politique, la plupart des libellistes définissaient la patrie comme l’adjonction de la frontière et de la « liberté » c’est-à-dire des privilèges corporatifs62. Mais loin d’être la sanction d’une carence de la pensée politique, ce balancement exprimait la difficulté à définir l’originalité du territoire impérial et de la souveraineté. Poser le principe d’une souveraineté impériale, c’était toutefois rompre avec le schéma téléologique hérité des quatre monarchies issu du livre de Daniel pour faire du Saint-Empire un État parmi d’autres63.

  • 64 [Philipp Wilhelm von Hörnigk], Oesterreich..., 1684.

28Au-delà, les plus engagés, comme Hörnigk, envisagèrent un territoire national. Praticien – il fut secrétaire du comte Lamberg, envoyé comme ambassadeur impérial à Berlin entre 1680 et 1682, pour détourner Frédéric-Guillaume, électeur de Brandebourg, de l’alliance française et l’amener à soutenir les protestations de Vienne contre les « Réunions »-, pamphlétaire – Hörnigk publia en 1682 trois violents pamphlets contre les prétentions de la France, les Francopolita-Schriften –, Hörnigk se fit en 1684 le promoteur d’une économie territoriale autrichienne. La démarche lui semblait tellement neuve qu’il prenait soin au préalable de définir l’Autriche – en y incluant la Hongrie à reconquérir – puis développait un programme mercantiliste relativement classique visant à l’autarcie vis-à-vis de la France – limitation des importations, développement de la production locale et des manufactures, mais aussi suppression des corporations et lutte contre la paresse – pour finir sur la contribution de l’économie à la formation d’un État compact, entre l’Empire ottoman et la France64. Ainsi l’État était-il défini comme une réalité déployée non plus dans le temps ou dans le droit, mais dans l’espace. Le passage du politique à l’économique, à l’intérieur d’une doctrine mercantiliste propre à faire de la richesse l’instrument de la puissance, rehaussait le contour des frontières de l’État. Ainsi, l’idée d’une souveraineté territoriale impériale se forgea dès xviie siècle, précédant la formation du nationalisme politique.

  • 65 Voir par exemple Ernst Moritz Arndt, Der Rhein, Teutschlands Strom, aber nicht Teutschlands Grenze (...)

29Dès le xviie siècle, bien avant donc la Révolution française, la proclamation par la Convention d’une politique des « frontières naturelles » et les écrits d’Ernst Moritz Arndt et de ses contemporains65, le vocabulaire patriotique subit une nette politisation, à mesure que le lexique politique, progressivement, s’ancrait dans la géographie. Signe d’un repli de l’universalisme impérial dans un cadre étatique et national, le débat porta d’abord sur la souveraineté de l’État allemand. Ce fut pour répondre au morcellement de l’espace allemand que la science du droit public impérial fut fondée. Dans le cadre de cette approche juridique plus que politique, la distinction entre frontière et limite sembla dans un premier temps moins essentielle que le jeu complexe entre deux représentations de la frontière, zonale ou linéaire, et deux conceptions de la souveraineté, juridictionnelle ou territoriale. Le processus de construction de l’espace ne suivit pas une évolution linéaire, partant de la zone vide pour aboutir à une ligne précise. Progressivement toutefois, l’autorité tendit à se définir comme l’exercice d’une fonction et non comme la propriété d’une personne, et le débat glissa du problème de la souveraineté vers celui de l’administration de l’État. L’éveil du sentiment national et l’approfondissement de la réflexion sur l’État allemand concoururent de front à une sensibilisation accrue des frontières du Saint-Empire. Aux termes généraux comme l’« Empire », on tendit à préférer les termes d’« État » et de « patrie », renforcés par l’expression pro patria mori.

30L’espace impérial devint-il un territoire ? Non certes, si, en suivant Daniel Nordman, on définit le territoire comme un espace décrit, borné, nommé, et l’on considère que la souveraineté territoriale suppose la juridiction exclusive de l’État sur un territoire délimité et des frontières précises de compétence territoriale. Mais l’idée d’une souveraineté territoriale impériale se forgea dès xviie siècle, précédant la formation du nationalisme politique. Quel type de territoire s’affirma-t-il dans l’Empire ?

  • 66 Lucien Febvre, « Frontière : le mot et la notion », Pour une histoire à part entière, Paris, 1962 (...)

31Les publicistes propagèrent certes une représentation délibérément simplificatrice du débat sur les frontières extérieures du Saint-Empire, dans le but de mobiliser et pousser à l’action. Pour se démarquer le plus possible de l’autre, on attribua à la frontière géographique des valeurs morales (hypocrisie/honnêteté) et idéologiques (absolutisme et esclavage/liberté) ; garant de la pureté, le Rhin devint le juge de l’histoire et de l’originalité allemandes. L’intensité du débat, l’effort mené en vue de réduire en un schéma dualiste des configurations locales souples, voire largement indifférenciées montrent toutefois à quel point, dans l’Empire, les frontières et les identités nationales ne furent pas construites par en haut, par le renforcement de l’État, par une fermeture aux frontières, et à l’inverse par une ouverture et une uniformisation du territoire national ; l’État n’était pas autonome face à la société, et l’opposition centre / périphérie ne fut pas la clef de la compréhension de l’espace politique. Un tel résultat nuance fortement l’interprétation classique de la formation des frontières, assimilée à un processus par en haut, une affaire de l’État66.

Notes

1 Helmut Wagner, „Die innerdeutschen Grenzen“, Deutschlands Grenzen in der Geschichte, Alexander Demandt dir., Munich, 19933, p. 235-276.

2 « ein (Wort-)Gebrauch, der von dem Raum jenseits der Grenze mehr oder weniger absieht und das Wort so den Bedeutungen Abschluss, Ziel, Ende nähert“, article „Grenze“, Dentsches Wörterbuch, col. 134.

3 Johann Gottlieb Fichte, Reden an die deutsche Nation (1808), Hambourg, 1978, p. 207. Voir Hans Medick, „Grenzziehungen und die Herstellung des politisch-sozialen Raumes. Zur Begriffsgeschichte und politischen Sozialgeschichte der Grenzen in der Frühen Neuzeit“, Grenzland. Beiträge zur Geschichte der deutsch-deutschen Grenze, Bernd Weisbrod dir., Hanovre, p. 195-211.

4 Michael Stolleis, Histoire du droit public en Allemagne. Droit public impérial et science de la police, 1600-1800, Paris, 1998, p. 65.

5 Le terme de « feuilles volantes » (Flugblätter ou Flugschriften) caractérise des écrits destinés à circuler rapidement ; il recouvre des genres très différents, du pamphlet au sermon, et du poème au traité juridique. Il se distingue des « relations » ou « journaux » (Zeitungen) par son absence de périodicité. Réalisés par des lettrés, souvent contrôlés par les conseils de ville, ils ne sont pas l’expression d’une vox populi même si leur prix était peu élevé.

6 En 1648, des droits de juridiction de la maison d’Autriche passèrent à la France, « sous réserve qu’ils n’impliquassent pas la souveraineté royale et que soit maintenue l’immédiateté vis-à-vis de l’Empire, de telle sorte toutefois (ita tamen) que rien ne fût ôté du droit de suprême seigneurie accordé au roi » (d’où des droits dits invisibles). En Lorraine, des cessions de territoires furent prévues par le traité de Vincennes (1661), et les terres parcourues par la commission d’application prirent une consistance géographique (elle fixa des « bornes », des « limites » et des « fins et limites » sans pour autant se servir de cartes). La solution spatiale l’emporta, définissant un ensemble qui passa sous la souveraineté du roi, en évinçant les débats interminables sur des titres contradictoires et hiérarchisés. Daniel Nordman, « Les titres et les preuves. La notion de droits historiques en France (1648-1661) », L’Europe des traités de Westphalie. Esprit de la diplomatie et diplomatie de l’esprit, Lucien Bély dir., Paris, 2000, p. 245-252.

7 Certes, la notion de démarcation linéaire n’est pas récente : on la rencontre chez les Grecs et les Romains, ainsi que dans le traité de Verdun, qui, en 843, prévoit un partage par 120 émissaires. L’expansion des relations féodales xe-xiiie ne fit pas disparaître les problèmes de frontières, objet d’un tracé précis à partir de bornes, de cours d’eau, d’arbres ou de tranchées. Ce n’est que vers la fin du xiiie siècle, en France, avec l’apparition du mot « frontière », que les démarcations d’un territoire royal, à connotation militaire, furent nettement différenciées des « limites » internes. Mais au xviie siècle, lorsque s’imposa l’idée de partage entre deux juridictions ou territoires, la distinction, en France, tendit à se brouiller.

8 Sur la polysémie même du terme de Grenze, importé du slave granica dans le contexte de colonisation des terres situées entre l’Oder et le Niémen par les moines-soldats de l’ordre des chevaliers teutoniques à partir du premier tiers du xiiie siècle, voir Pierre Monnet, « L’Allemagne en ses frontières : histoire, mémoire et identité de l’espace », Bulletin de la Mission historique française en Allemagne, 36, 2000, p. 157-174.

9 Tacite, La Germanie, Paris (La Pléiade).

10 Hermann Conring, Definibus Imperii Germanici..., Lugduni, 1654, p. 3.

11 Ludwig Krapf, Germanenmythus und Reichsideologie. Frühhumanistische Rezeptionsweisen der taciteischen « Germania », Tübingen, 1979, la thèse assez confuse d’Else-Lilly Etter, Tacitus in der Geistesgeschichte des 16. und 17. Jahrhunderts, Bâle / Stuttgart, 1966, l’article plus précis de Jörn Garber, « Trojaner – Römer – Franken – Deutsche ,nationale‘ Abstammungstheorien im Vorfeld der Nationalstaatsbildung », Nation und Literatur im Europa der Frühen Neuzeit, Klaus Garber dir., Tübingen, 1989, p. 108-162, et la synthèse de Michael Werner, « La Germanie de Tacite et l’originalité allemande », Le Débat, 78, 1994, p. 42-61.

12 La meilleure réflexion (à qui je dois beaucoup) est de Jean Schillinger, « Le thème du Rhin chez les publicistes allemands du xviie siècle », Études germaniques, 54, 1999, p. 365-389. Pour une vision beaucoup plus classique, voir Étienne François, « Le Rhin, foyer culturel de l’Europe (xvie-xviiie siècles) », Une histoire du Rhin, Pierre Ayçoberry et Marc Ferro dir., Paris, 1981, p. 129-169.

13 On consultera, mais avec beaucoup de prudence (pour sa méconnaissance du Saint-Empire), Alexandre Yali Haran, « Le dénigrement de la France en Allemagne à la fin du xviie siècle, à travers les ouvrages d’expression française », Histoire, économie, société, 15, 1996, p. 203-219 ; id., « Les droits de la couronne de France sur l’Empire au xviie siècle », Revue historique, 605, 1998, p. 71-91 ; id., Le lys et le globe. Messianisme impérial et rêve impérial en France à l’aube des temps modernes, Seyssel, 2000.

14 La frontière avait alors un sens militaire ; elle désignait des positions stratégiques et militaires dégageant une artère de pénétration. La limite au contraire désignait une ligne continue, ancrée dans le terrain, et relevait du registre de la négociation, de la discussion. Voir Daniel Nordman, Frontières de France. De l'espace au territoire, Paris, 1998.

15 Voir par exemple Israel Murschel, FLOS REIPVBLICÆ ARGENTINENSIS. Das ist : Regiments-Blume/ Oder : ABTRUCKH Der hochlöblichen und weitberühmten Reipublic der freyen Reichsstadt STRASBURG..., Straßburg, 1653 ; Achim Aurnhammer, « Israel Murschels pietistischer Patriotismus. Zur Krise der lutherischen Orthodoxie in Straßburg am Ende des Dreißigjährigen Krieges », Literatur und Kultur im deutschen Südwesten zwischen Renaissance und Aufklärung. Neue Studien, Walter E. Schäfer zum 65. Geburtstaggewidmet, Wilhelm Kühlmann dir., Amsterdam / Atlanta, 1995, p. 219-241 ; Claire Gantet, La paix de Westphalie (1648). Une histoire sociale, xviie-xviiie siècles, Paris, 2001, p. 222-227.

16 Hanß Michael Moscherosch, Tutschland Jacob Wympfflingers von Schlettstatt/ Zu Ere der Statt Straßburg Und des Rinsstroms..., Strasbourg, 1648, fol.)(: 2 r°-A v°.

17 Reflexiones Eines getreuen Patrioten Uber die von der Cron Franckreich bißhero Offerirte AEquivalentien für die veste Städte Straßburg und Luxenburg, s. l„ 1697, fol. D 2 v°.

18 Teutschland/ Traue nichtzu viel..., s. l., [vers 1685], p. 56-57.

19 Ibid., p. 63.

20 G. C. E., Neu eigentliche Charta/ Des/ Rhein-Stroms..., Nuernberg, 1689, p. 3.

21 H. G. D. C. [Friedrich Wilhelm von Hörnigk], FRANCOPOLITÆ/ Wahrer Bericht/ Von dem/ Alten Koenigreich/ AUSTRASIEN..., s. l„ 1682.

22 Christian Teutschmuth, Der Frantzoesische/ ATTILA...., s. l., 1690, p. 5.

23 Der/ Schau-Platz/ des Kriegs/ Der/ Roem. Kaiserl. Majest./und/derer Hohen Alliirten/ am Rhein..., Francfort et Leipzig, 1703, fol.)(2 v°.

24 Philipp Wilhelm von Hörnigk, H. G. D. C. Francopolitae Wahrer Bericht von dem alten Königreich Lothringen..., s. l., 1682, p. 183.

25 Warnmundum ab Ehrenberg [Eberhard a Weyhe], Der/ Tuercken Trutz/ und/ Christen Schutz..., s. l., 1684, fol. C 4 r°-D r°.

26 Europa/ Wirstu denn des Krieges/ nicht muede ?..., Leipzig, 1685, fol. A ij r°.

27 G. C. E., Neu eigentliche Charta..., p. 16-18. Ce jeu de mot se trouvait déjà chez Wimpfeling.

28 Der/ Schau-Platz/ des Kriegs..., p. 1-3.

29 Teutschland/ Traue nicht zu viel..., p. 73.

30 Prodigiutn et Elogium Perfidiae ac Ignaviae Strasburgensis, Swidnicii, 1682.

31 Philipp Wilhelm von Hörnigk, H. G. D. C. Francopolitae Wahrer Bericht von dem alten Königreich Lothringen..., p. 186-187.

32 Prodigium..., p. 97.

33 Abraham a Sancta Clara [Ulrich Megerle], Auff/ auff/ Ihr Christen !..., Wienn, 1683, p. 31-32. L’emploi de ces termes par le capucin Ulrich Megerle (1644-1709) dit Abraham a Sancta Clara, prédicateur impérial à Vienne depuis 1677, souligne à la fois la généralisation de cette thématique aux cercles catholiques et l’intégration des idées politiques aux valeurs religieuses.

34 Teutschland/ Traue nicht zu viel..., p. 71.

35 Warnmundum ab Ehrenberg [Eberhard a Weyhe], Der/ Tuercken Trutz..., fol. C 4 r°-D r°.

36 Ibid., p. 68-69.

37 Claire Gantet, « Définitions du pouvoir et représentations politiques de l’espace autour du siège de Vienne (1683) », Revue française d’histoire des idées politiques, 12, 2001, p. 261-282.

38 En 1667-68, l’empereur n’entra pas dans la guerre de Dévolution, car il devait faire face à une révolte de la Hongrie, et la politique française des Réunions fut favorisée par le soulèvement hongrois. Tandis que l’empereur était contraint de porter l’effort maximal sur la lutte contre les Turcs, Louis XIV occupait le Luxembourg puis dévastait le Palatinat. Néanmoins, jamais l’empereur ne fut obligé d’arbitrer entre l’Est et l’Ouest. Voir Franz Bosbach, « Der französische Erbfeind. Zu einem deutschen Feindbild im Zeitalter Ludwigs XIV. », Feindbilder. Die Darstellung des Gegners in der politischen Publizistik des Mittelalters und der Neuzeit, ibid. dir., Cologne / Weimar / Vienne, 1992, p. 117-139, p. 128.

39 Cabinet aller Cabinete/ Worinnen/ Das gantze Geheimnueß..., Coellen, 1692, p. 20.

40 L'Espion du grand Seigneur et ses relations secretes au Divan découvertes a Paris, contenantes les événements de la chrestienté depuis 1637-1684 traduites par Jean-Paul Marana..., Amsterdam, 1664 [1684]. Tuerckische/ Raths-Stube/ Worinnen/ des Tuerckischen Kaeysers/ Mohamets IV..., Freystadt [Leipzig], 1684, p. 83-87. La cour de France turbanisée, et les trahisons demasquées. En trois parties par Monsr. L. B. D. E. D. E., Cologne, 1687. Franckreich/ Zweytes Babel/ Worinnen dargethan wird/ daß der jetztherrschende Koenig/Ludwig der XIV. Das Thier sey..., s. 1., 1707, fol. A 3 r°-v°. Der Aus der untern Welt hervorkommende RATIO STATUS..., op. cit., s. 1. n. d., p. 87-88.

41 Des Aller-Christlichsten Koenigs Unchristl. Bombardiren und Mordbrennen..., Freyburg im Brißgau, 1689, p. 10. Brochure aussi citée dans Jean Schillinger, Les Pamphlétaires allemands et la France de Louis XIV, Berne et al., 1999, p. 523-524.

42 Entretien dans le Royaume de Tenebres, sur les affaires du temps entre Mahomet et Mr. Colbert, Cydevant Ministre de France, Cologne, 1683. Europal Wirtsu denn des Krieges/ nicht muede ?..., fol. A ij v°. Mars orientalis et occidentalis./ Das ist : Eine kurtze jedoch warhafftig-Historische Erzehlung/ Sr. Triumphierenden Roemisch-Kayserlichen Majestaet Leopoldi I. des Gerechten..., s. l., 1689. Der triumphirende Reichsadler/ welcher sowohlgegen Orient als Occident seine Fluegel auf’s gluecklichste ausbreitet..., s. 1„ 1687. Loin d’être un trait de rhétorique, l’amalgame engagea une politique. Amorcée dans le Memorandum rendu lors de la Diète de Ratisbonne contre la dévastation du Palatinat en mars 1689, la confusion de la France et de la Turquie culmina dans les votes et les rapports de janvier-février 1689 puis dans la déclaration impériale de guerre à la France du 4 avril 1689. Celle qui n’était jusqu’alors qu’un « adversaire » (Gegner) devint l’« ennemi de l’Empire » (Reichsfeind) et fut dénoncée dans les mêmes termes que l’Empire ottoman.

43 Neu-Eroeffnetes geheimes Staats-Cabinet/ Der Europaeischen Welt..., Leipzig, 1683, p. 100. LA France SANS BORNES, Comment arrivée à ce pouvoir supreme, & par la faute de QUI, Cologne, 1684, p. 131-132. Franckreich/ Wage nicht zu vieil Worinnen/ Dessen nimmer-merruhende Monarchische Anschlaege..., Franckfurt und Leipzig, 1686, p. 56. Der bißhero kuenstlich Bedeckte/ Aber anitzo Klaerlich Entdeckte/ Und mit lebendiger Farbe vorgestelte Geist von Franckreich..., Freystadt [Leipzig], 1689, fol. E r°. Martialischer/ Schau-Platz/ Des/ Lustreichen/ undzugleich blutigen/ Rhein-Strohms..., Oettingen, 1690, p. 307.

44 [Philipp Wilhelm von Hörnigk], Oesterreicb/ Uber alles/ wann es nur will..., s. l., 1684, p. 301.

45 Martialischer/ Schau-Platz..., p. 1.

46 Der/ Schau-Platz/ des Kriegs..., p. 4.

47 G. C. E., Neu eigentliche Charta..., p. 11.

48 [Philipp Wilhelm von Hörnigk], Oesterreicb/ Uber alles/ wann es nur will..., s. l., 1684, p. 302.

49 Pour reprendre la définition du territoire par Daniel Nordman, Jacques Revel, Histoire de la France, 1, L’espace français, Paris, 1989, p. 31.

50 Paul Zumthor, La mesure du monde, Paris, 1980.

51 Ainsi par exemple „auf des Reichs umstrittigen Boden“, G. C. E., Neu eigentliche Charta..., p. 108, ou „des Teutschen Reichs Boden“, Theophilus Wahrmund, Die Jammergedrueckte/ Huelffleistend/ erquickte/ Und Kronen-beglueckte/ Rhein-und Neckar-/PFALZ..., s. 1., 1691, p. 3.

52 Enoch Gläser, Fried-erlangendes DEUTSCHLAND..., Wittenberg, 1649, p. 13, p. 18. Sur le patriotisme allemand durant la guerre de Trente ans, voir Claire Gantet, La paix de Westphalie..., p. 133-151.

53 Georg Philipp Harsdörffer, Frawen-Zimmer Sprach-Spiel..., t. 1, Nuermberg, 1641, poème dédicatoire. Voir aussi Justus Georg Schottelius, Friedens-Sieg. Ein Freudenspiel, Friedrich E. Koldewey dir., Halle, 1900 (Neudrucke deutscher Literaturwerke des XVI. und XVII. Jahrhunderts, 175), p. 30, 41. Par un jeu sur l’étymologie, il faisait dériver la concorde, qui signifiait originellement l’« union des cœurs » (cors, cordis), de la « corde » (corda) : elle représentait la réunion de plusieurs éléments attachés par une corde.

54 Georg Philipp Harsdörffer, Gespraechspiele. Achter und letzter Theil..., Nuernberg, 1649, p. 460-468.

55 Adam Wandruszka Von Wanstetten, „Vom Begriff des, Vaterland‘ in der Politik des Dreißigjährigen Krieges“, Der Dreißigjährige Krieg. Perspektiven und Strukturen, Hans Ulrich Rudolf dir., Darmstadt, 1977 (Wege der Forschung, 451), p. 175-184, ici p. 178-179.

56 Voir par exemple les nombreuses occurrences dans Teutschland/ Traue nicht zu viel...

57 [Philipp Wilhelm von Hörnigk], Oesterreich..., p. 82-85. Le terme de « nation » est néanmoins très rare et souvent réservé à la France. Voir également Das Zeitlaeufftige/ Kriegs-Spiel/ Christlicher und unchristl./ Potentaten..., Leipzig, 1685, p. 38.

58 Teutschland/Traue nicht zu viel..., p. 66.

59 CASTRIOTA SCANDERBERG REDLVICUS..., s. 1., 1683, p. 3 ; Teutschland/ Traue nicht zu viel..., p. 17.

60 G. C. E., Neu eigentliche Charta...·, Martialischer/Schau-Platz...·, Christian Teutschmuth, Der Frantzoesische/ATTILA,/ LUDOVICUS XIV...

61 Martialischer/ Schau-Platz..., fol.) :(ij v°.

62 Teutschland/ Traue nicht zu viel..., p. 56.

63 Sur le schéma des quatre « monarchies » et de la mission de l’Empire, voir en particulier Werner Goez, Translatio Imperii. Ein Beitrag zur Geschichte des Geschichtsdenkens und der politischen Theorien im Mittelalter und in der frühen Neuzeit, Tübingen, 1958.

64 [Philipp Wilhelm von Hörnigk], Oesterreich..., 1684.

65 Voir par exemple Ernst Moritz Arndt, Der Rhein, Teutschlands Strom, aber nicht Teutschlands Grenze, Leipzig, 1813 ; Bildet der Rhein die natürliche und schützende Gränze von Deutschland ?, Mainz – Strasburg – Luxemburg, 1813 ; Wo ist die natürliche und sichere Grenz-Linie für die mit Frankreich benachbarten Staaten ?, Germanien, 1814 ; Welche Aussichten eröffnen sich für Deutschland, wenn der Rhein die künftige Gränze zwischen ihm und Franckreich bilden sollte ?, Nuremberg, 1814. Il va de soi, toutefois, que la politisation du xviie siècle n’est pas de même nature que celle des années 1792-1815.

66 Lucien Febvre, « Frontière : le mot et la notion », Pour une histoire à part entière, Paris, 1962 (Bibliothèque générale de l’École Pratique des Hautes Études, vie section), p. 11-24, repris en partie par Daniel Nordman, Frontières... Pour une vision plus souple des pratiques liées à la frontière, voir Peter Sahlins, Frontières et identités nationales. La France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis le xviie siècle, traduit de l’américain par Geoffroy de Laforcade, Paris, 1996 ; Claudia Ulbrich, « Grenze als Chance ? Bemerkungen zur Bedeutung der Reichsgrenze im Saar-Lor-Lux-Raum am Vorabend der Französischen Revolution“, Grenzöffnung, Migration, Kriminalität, Anno Pilgram dir., Baden-Baden, 1993, p. 139-146.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search