Version classiqueVersion mobile

L’espace du Saint-Empire

 | 
Christine Lebeau

Première partie. Les limites

Un paradis nommé Allemagne

Sébastian Münster ou la visualisation géographique et idéalisée du Saint-Empire au xvie siècle

Wolfgang Schmale

Texte intégral

  • 1 Hildegard Kasper et Siegfried Kullen dir., Europa für Kinder. Europäisches Lernen in der Grundschu (...)

1La représentation d’un État par des frontières politiques inscrites dans l’espace géographique nous est familière. L’État et ses frontières forment un tout, il serait difficile de séparer l’un de l’autre. Cette image stéréotypée se forme dès l’enfance. En effet, c’est à l’école primaire que nous acquérons une carte mentale des États et des continents. En guise d’aide-mémoire, la France devient un hexagone, l’Italie une botte, la Grèce une main. Depuis vingt ans, plusieurs projets de recherche ont été initiés afin de savoir comment les enfants imaginent l’Europe. Quand on leur demande de dessiner l’Europe, ils l’imaginent comme un ensemble d’États. Parfois la juxtaposition des États correspond à la réalité politique, parfois les dessins semblent l’ignorer. Les États prennent la forme d’un objet plat, nettement délimité par une seule ligne, dessinée d’un seul trait et reproduisant très approximativement la forme géométrique donnée par l’inscription des frontières politiques dans l’espace géographique. On appelle ce type de carte mentale, caractéristique d’un certain âge, « carte ballon »1.

2Les objets géométriques dessinés par les enfants indiquent une perception de la réalité : l’État est défini par des frontières, en principe immuables ; au-delà de ses frontières, ses institutions ne sont pas compétentes, ses lois cessent de s’appliquer. La langue, la culture et l’histoire nationales s’arrêtent à la frontière. Tout ce qui fait l’État est lié à l’extension du territoire. Cela reste vrai même si, en Europe, l’État subit des modifications considérables du fait de l’intégration européenne. L’Europe redevient « espace », l’État devient « territoire ».

  • 2 Johannes Schöner, Luculentissima quaedam terrae totius descriptio : cum multis utilissimis Cosmogr (...)

3Dans les cartes de l’Europe, de ses monarchies et de ses républiques, élaborées au xvie siècle, les provinces, les régions, et les villes sont le plus souvent représentées par leurs noms et non par des lignes délimitant un territoire. Des pointillés ou des couleurs différentes viennent parfois signaler les limites d’un territoire. Mais, en général, l’Europe est représentée comme un espace très étendu, où l’on peut voyager avec les yeux sans jamais se heurter à une ligne qui viendrait interrompre la promenade. Il est vrai qu’au xvie siècle l’Europe était encore souvent comparée à un corps politique appelé République chrétienne. Les États, les monarchies et les républiques formaient les différents membres du corps. Par conséquent, la visualisation d’un État isolé ne revêtait pas encore le sens qu'elle aura plus tard. Il s’agissait plutôt de mettre en évidence un membre comme une partie du corps. Suivons par exemple la description de l’Europe par Johannes Schöner (1477-1547), mathématicien, professeur à Altdorf et célèbre constructeur de globes. Il est le premier à inscrire le nom d’Amérique sur un globe. Il publie en 1515 un petit livre intitulé Luculentissima quaedam terne totius descripti2. La description de l’Europe commence par l’Espagne, appelée regio prima Europae. Vient ensuite Gallia regio sive Francia. Puis la description inclut la Belgique et les îles de Majorque et de Minorque. Puis, l’auteur voyage à travers la Germania magna : Germania magna sequitur Franciam mediante Rheno Flumine. On comprend que ce n’est pas le hasard qui guide la description mais que l’auteur procède selon un ordre précis. Schöner remonte d’abord le Rhin par sa rive gauche : le voyage va de Flandre en Suisse, puis il redescend le fleuve par sa rive droite jusqu’en Hollande. Il fait un nouveau tour et remonte jusqu’au lac de Constance, puis redescend au Danemark, se tourne vers l’Est et parcourt la Saxe du nord au sud, puis la Bohême pour arriver en Pannonia inferior. Il regagne le nord-est en passant par la Moravie, la Silésie, le Brandebourg, la Poméranie. Puis Schöner, en fidèle disciple de Ptolémée, décrit la Sarmatia Europae, c’est-à-dire la Pologne, la Russie, la Prusse, la Lituanie etc. Son regard se tourne alors vers le Nord et la Scandinavie. Sans transition, Schöner saute dans le Sud pour parler de l’Italie. La Corse, la Sardaigne, la Sicile entrent alors dans son récit. Enfin, il voyage dans l’Est et parcourt la Transylvanie, la Serbie etc. pour arriver en Grèce et en Crète.

  • 3 Sebastian Münster, Mappa Europae, Eygentlich fürgebildet/auβeleget undbeschribenn. Francfort, Chri (...)

4Si l’on suit cet itinéraire sur une carte de l’Europe du type de la fameuse carte de Sebastian Münster de 1536 ou 15373 (Figure 1) orientée vers le Sud, l’on peut remarquer que l’ordre suivi par Schöner est celui de la description d’un corps. Il commence par la tête, le cou, la poitrine et le reste de la partie supérieure du corps avec le cœur, le ventre et les entrailles. Suit la partie inférieure gauche représentée par la Sarmatia Europae. Puis, il se tourne vers la partie droite du corps. L’Italie correspond au bras droit, elle appartient à la partie supérieure tandis que le reste symbolise la partie inférieure droite. Selon le code métaphorique du temps, la partie inférieure est beaucoup moins éminente que la partie supérieure. La description de l’Europe comme un corps dont les Etats constitueraient les membres, n’a pas seulement la faveur des auteurs allemands, mais ceux-ci semblent l'avoir particulièrement appréciée, et pour cause ! Nous reviendrons plus tard sur cet aspect.

Figure 1 : Sebastian Münster, Mappa Europae, 1537 (Bayerische Staatsbibliothek, Munich).

  • 4 Pour plus de détail, voir l’exemple de la formation de la frontière entre la France et l’Allemagne (...)

5Cependant, au xvie siècle, la vision mythique et religieuse habituelle ne suffit plus à représenter l’État moderne dont l’importance dépasse déjà celle d’un simple membre du corps de la République chrétienne. La visualisation de l’État moderne exige d’autres méthodes, plus concrètes. La cartographie est l’une de ces méthodes. Il devient possible d’isoler un État en indiquant ses bornes politiques par une ligne. Au cours du xviie siècle, et encore plus au xviiie, l’exception devient l’habitude. Les frontières des États sont systématiquement portées sur une carte à l’aide de pointillés ou de lignes. Point de hasard : la frontière politique prend un sens culturel. Le territoire politique devient aussi un territoire culturel, distinct d’un autre territoire politique et culturel4.

  • 5 Martin Waldseemüller, Cosmographiae introductio..., Ingolstadii, 1529 (1533), fol. 2r (Österreichi (...)

6La manière de représenter un territoire politique se modifie peu à peu au cours de l’époque moderne parce que l’essence se transforme. Le territoire politique devient un État doté d’une identité, auquel correspond une culture autonome et pré-nationale. La représentation iconographique de l’État suit une réalité qui se modifie lentement mais c’est aussi la manière de percevoir les choses qui se modifie. Si la ligne inscrite dans l’espace géographique devient l’un des symboles habituels de l’État moderne, c’est grâce à l’enseignement de la cosmographie et de la géographie à la Renaissance. Les manuels cosmographiques et géographiques enseignent comment on arpente systématiquement l’espace afin d’en reproduire l’image sur le papier. Au xvie siècle, la définition générale de la cosmographie et de la géographie suit presque toujours le géographe romain Claudius Ptolémée (vers 100-170). Nous lisons chez Martin Waldseemüller : « Gaeographia : auctore Ptolemaeo : imitatio est picturae totius partis terrae cognitae [...] Gaeographiae autem proprium est, unam & continuam terram cunt partibus eius praecipuis formula quadam ac picturae imitatione ostendere, quemadmodum se habeat natura & positione : eaque solum in omnino deprehensilioribus versatur descriptionibus, veluti sinuum & civitatum magnarum, gentium quoque, & fluviorum, nec non circa ea, quae secundum speciem uniuscuiusque sunt insigniora5. »

  • 6 Liah Greenfeld, Nationalism : five roads to modernity, Cambridge (Mass.), 1994 (2e éd.).

7Il n’est pas question ici de raconter l’histoire de la science géographique ; tout n’était pas nouveau à la Renaissance, pas même l’usage des méthodes empiriques. Mais toutes les techniques connues et nouvelles se cumulent pour donner une nouvelle image de la terre et de ses régions, une nouvelle imitatio picturae terrae. Cette imitatio inclut expressément les civitates, c’est-à-dire les États, et, en plus, les régions et les villes. L’évolution des techniques d’arpentage et de la cartographie change les représentations de l’espace. Par la cartographie, l’espace est désormais préfiguré et visualisé ; à l’expérience physique de la marche ou de la chevauchée vient se joindre l’image pré-établie de la carte géographique. Certes, la clientèle qui achète et utilise les nouvelles cartes géographiques se limite aux plus instruits mais c’est à eux que s’adresse l’iconographie de l’État et, en comparaison avec le premier xve siècle, il s’agit d’un phénomène de masse. Bref, au cours du xvie siècle, s’établit l’habitude de conjuguer la visualisation géographique et la description ou narration des civitates. Cette technique, nouvelle par la quantité et l’accessibilité, mène à inscrire les limites de l’extension d’un pouvoir politique dans l’espace, à visualiser ses limites, ce qui renforce la perception de l’État comme une monade nettement séparable du voisin. Par conséquent l’image de l’Europe change et devient un ensemble d’États visiblement bornés par des lignes. Cette visualisation géographique de l’État fait partie de sa matérialisation désormais sensible dans l’espace, l’État devient matière. D’une narration nationaliste formulée par les discours des humanistes anglais, français et allemands, on passe à l’État-nation6.

8Le Saint-Empire, nous le savons bien, ne correspond pas à ce qu’on avait coutume d’appeler État, mais à un monstre, selon le jugement fameux de Samuel Pufendorf Cependant, l’approche adoptée par les humanistes du xvie siècle est tout autre. Pour eux, le Saint-Empire, loin de ressembler à un monstre, est pourvu d’un corps en bonne et due forme, de bonne constitution. L’empereur et les institutions de l’Empire sont très lointains et les sujets ont rarement la chance de les connaître personnellement. Mais il y a aussi les récits, les images, les emblèmes, les almanachs. La propagande impériale se sert de la lutte contre les Turcs pour imposer l’ambition centralisatrice qui anime Maximilien Ier, Charles Quint ou Rodolphe IL L’empereur à la Diète, contre le moine rebelle Luther, l’empereur chef de la Chrétienté, ces images sont répandues un peu partout. L’empereur est à la fois loin et proche et ceint d’une auréole mythique. Comme la plupart des mythes, la réalité du Saint-Empire est fondée sur son essence religieuse. À cette vision mythique et religieuse se joint le récit historique de la Germania magna, un récit non moins mythique que les autres et tout autant imprégné de piété.

9Cette nouvelle technique qui consistait à conjuguer visualisation géographique fondée sur des données aussi bien empiriques que mythiques et récit historique fut particulièrement développée par les humanistes allemands protestants.

  • 7 Ivan Kubík, Alte Landkarten. Von der Antike bis zum Ende des 19. Jahrhunderts, Prague, 1980, p. 87 (...)
  • 8 Sebastian Münster, Cosmographei oder Beschreibung aller lander, herrschafften, fürnehmsten stetten (...)

10Sebastian Münster (1488-1532) est probablement celui qui contribua le plus à la formation d’une image géographique de l’Allemagne. Pour lui, Empire et Allemagne ne font qu’un. À Bâle, en 1544, paraît la première édition de sa Cosmographei, aboutissement d’un projet conçu au milieu des années 1520, probablement à l’instigation de Beatus Rhenanus qui ambitionnait de réaliser une description géographique et historique de l’Allemagne. En fait, la cosmographie comprend les descriptions des quatre continents alors connus. Elle est rééditée une bonne douzaine de fois, toujours augmentée et traduite en plusieurs langues. Jusqu’en 1628, on compte plus de 30 éditions, traductions comprises. La première édition est composée de quatre livres, dont le troisième est voué à la description de l’Allemagne. Ce livre occupe à lui seul les deux tiers de l’ouvrage et reste ainsi fidèle au projet original. Ont précédé du même auteur une carte de l’Allemagne imprimée à Oppenheim chez Jakob Köbel en 1523, la Germaniae descriptio parue à Bâle en 1530 et la Cosmographei. Mappa Europae (Francfort sur le Main, 1536 ou 1537) qui, en dépit de son titre, traite surtout de l’Allemagne. Inutile de dire que Münster s’appuie sur la Tabula Cusana, une description de l’Europe centrale rédigée par Nicolas de Cues vers 1451, et qui a connu une large audience grâce à une carte imprimée vers 1491 d’après le manuscrit aujourd’hui perdu7. Inutile de dire que Münster a lu la Germania de Tacite, ainsi que d’autres textes qu’il cite parfois explicitement, mais auxquels il se contente le plus souvent de faire allusion, ainsi les ouvrages de Sebastian Franck, d’Enea Silvio de Piccolomini, de Conrad Peutinger, des « Alsaciens » Heinrich Bebel et Jacob Wimpfeling, etc. Le grand ouvrage intitulé Cosmographei est écrit en langue vernaculaire, en allemand. Münster est un compilateur et un vulgarisateur. Comme la description de l’Allemagne ne varie pas fondamentalement dans les différents ouvrages de Münster, je limiterai mon propos à la Cosmographei de 15448.

11Que représentent l’Allemagne et l’Empire selon Sebastian Münster ? L’auteur fait la différence entre un olim et un nunc, différence introduite dans le discours historique sur les Germains par les humanistes. Autrefois, l’Allemagne se serait étendue entre les trois fleuves du Rhin, du Danube, de la Vistule et la mer, dans le Nord : « Sehe zu zwischen diesen vier wassern ist vor zeiten das recht war Teütschland, gelegen gewesen. Vergiss es nit. » (p. CXLIIII) (Figure 2). Cette représentation s’appuie entre autres sur l'adaptation d’une carte de Ptolémée par Martin Waldseemüller en 1513/1 522 (2e édition).

12Par la suite, les Allemands qui, trop nombreux, manquaient de subsistances, auraient conquis plusieurs régions sur la rive gauche du Rhin et ainsi repoussé les Gaulois : « Es hat Teütschland vor tausent und zwey tausent jar trefflich vil leüt geben/also das jnen jr vatterland offt zu eng ist worden/deshalben sie gezwungen worden/mit hauffen in ander lender zu ziehen/do sie sich bass erneren möchten... » (p. CXLVI). Münster constate qu’autrefois on séparait les pays par l’eau et les montagnes, mais qu’en son temps, ce sont les langues, le gouvernement et la domination politique qui distinguent les pays les uns des autres. Il en conclut que l’Allemagne est là où l’on parle l’Allemand. Il énumère ensuite toutes les provinces par leur nom. Effectivement, il s’agit de tous les territoires faisant partie de l’Empire, donc ceux où l’on parle au moins deux langues.

Figure 2 : Sebastian Münster, Cosmographei, Bâle, 1550 (reprint : Amsterdam, 1968), vue de l’Allemagne.

13Apparemment, l’appartenance constitutionnelle à l’Empire l’emporte sur l’argument linguistique.

  • 9 S. Münster, Cosmographei..., Bâle, 1544, p. CXCI.
  • 10 Cette idée d’une position extraordinaire du Saint-Empire alias Allemagne semble déjà présente dans (...)

14La conquête de la couronne impériale par Charlemagne porte l’Allemagne sur une voie nouvelle, celle de la division. Depuis Charlemagne, l’Allemagne est devenue un paradis : « Nun merck weiter/ als nach dem grossen keyser Carlen das Teütschland trefflich sere zunam in stetten/ märckten/ schlössern unn dörffern/ unnd auss der vordrigen wüsten jetz ein Paradys ward/ hand die keyser vil bischoffliche stett uffgericht/ unn die selbigen rülichen begabt mit land unn lüten9. » (Remarquez que, depuis Charlemagne, l’Allemagne a multiplié ses villes, ses bourgs, ses châteaux et ses villages/et le désert qu'elle fut avant se transforma en paradis/ depuis, les empereurs ont établi beaucoup de villes épiscopales et les ont richement dotées en terres et en hommes). Ce n’est pas seulement une comparaison habituelle pour un érudit du xvie siècle, mais surtout une image exprimant l’essentiel. Le paradis est un jardin bien enclos, le signe iconologique de la clôture est le mur. Autrement dit, ce ne sont pas les frontières politiques qui clôturent l’espace allemand et en font un territoire, mais la qualité de « paradis » qui introduit une différence et doit produire l’impression que l’Allemagne ou l’Empire égale un territoire clôturé10.

15Finalement, la constitution (Münster n’utilise pas ce mot, il parle de « Ordnungen » – règlements) prend son origine dans les premières ordonnances de l’empereur Charlemagne. Cette description générale qui précède la description détaillée des territoires, villes impériales et épiscopales semble indiquer que Münster voyait dans le Saint-Empire une monarchie comparable aux autres monarchies de l’époque. Même s’il ne fait pas explicitement cette comparaison, la constitution de l’Empire ne fait pas problème, à la différence de Pufendorf. L’Empire est pour Münster une monarchie absolument dans les règles.

  • 11 Édition de Eugen von Frauenholz, Des Lazarus von Schwendi Denkschrift über die politische Lage des (...)

16Il n’est pas besoin d’insister sur les efforts de Charles Quint pour bâtir une monarchie centralisée. Certaines institutions fonctionnaient fort bien dans le premier xvie siècle, ainsi le Reichskammergericht, alors en passe de se transformer en une Cour souveraine et centrale. L’évolution vers une monarchie centralisée fut interrompue au xvie siècle, mais les images par lesquelles on pouvait décrire la monarchie centralisée n’étaient ni obsolètes ni oubliées, qu’il s’agisse du paradis, du vaisseau comme chez Lazarus Schwendi11 ou encore du corps politique mystique.

  • 12 Peter H. Meurer, Fontes Cartographici Ortelian..., art. Johannes Putsch. Pour une analyse détaillé (...)

17Cependant, l’ambition maintenue au xvie siècle ne pouvait se limiter à la construction d’une monarchie centralisée de type français ou anglais. Le nom de paradis attribué par Sebastian Münster à l’Empire avait trouvé une expression similaire dans une carte métaphorique montrant à première vue l’Europe. Cette carte apparaît pour la première fois en 1537. Son auteur semble avoir été Johannes Putsch ou Johannes Bucius Aenicola (1516-1542) compagnon et ami de Ferdinand Ier. Elle fut d’ailleurs imprimée à Paris chez l’imprimeur calviniste Christian Wechel. Il n’en existe plus qu'un seul exemplaire, conservé au Tiroler Landesmuseum à Innsbruck12. Cette carte métaphorique est imitée tout au long du xvie siècle. On la retrouve dans les éditions ultérieures de la Cosmographei de Münster et dans d’autres ouvrages. La carte revêt ici un sens didactique mais aussi politique (Figure 3). Le message politique est clair et simple, donner à voir l’Europe dominée par la maison d’Autriche, par la dynastie des Habsbourg. En même temps cette reine au nom d’Europe s’entend comme allégorie de la République chrétienne dont le chef, caput, est l’empereur. Une reprise simplifiée de ce modèle dans les éditions de la Cosmographei de Münster à partir de 1388 lui donne une acception supplémentaire, celle de paradis. L’Europe est clairement délimitée par la mer et, à l’est, par le Don. L’Europe est un espace clos. Le Danube est dessiné comme le fleuve du paradis. A la sortie du paradis, le fleuve se divise, selon le récit de la Bible, en quatre bras, à l’instar du seul Danube que la Cosmographei représente avec une bouche constituée par quatre bras. Le nom de Germania se trouve à la hauteur des seins où le Danube prend sa source. La Bohême, la province la plus éminente de l’Empire, est inscrite au cœur de la figure. La République chrétienne comprise comme un corps politique mystique trouve son essence dans l’Empire situé au milieu du paradis.

  • 13 Karl Heinz Burmeister, Neue Forschungen zu Sebastian Münster..., Ingelheim, 1971, p. 17.
  • 14 Ibid., p. 18.
  • 15 Karl Heinz Burmeister éd., Briefe Sebastian Münsters. Lateinisch und Deutsch, Francfort-sur-le-Mai (...)
  • 16 Ibid, No 47 (p. 175-178), p. 177.
  • 17 Ibid., No. 49 (p. 183-187), p. 185.
  • 18 Ibid, p. 186.
  • 19 Ibid., p. 186.

18Nous connaissons maintenant les éléments constitutifs de la visualisation de l’Empire : Empire égale Allemagne, Allemagne/Empire égale paradis qui est lui-même un espace clos, et cet espace clos se trouve au cœur de l’Europe. L’Allemagne, un paradis : que pouvait-on faire sinon la glorifier ? Cette idée trouve un écho dans la correspondance de Münster avec ses pairs. Le 10 mai 1546, Bonifaz Amerbach, élu plusieurs fois recteur de l’université de Bâle, écrit à Johann Jakob Fugger que Münster cherche des renseignements qui pourraient servir à la visualisation et à la glorification de l’Allemagne (« die Veranschaulichung und Verherrlichung Deutschlands »)13. Fugger répond le 6 juin en louant Münster comme un homme qui porte un grand nom et qui glorifie l’Allemagne comme nul autre (« Mann mit einem großen Namen und der größte Verherrlicher unseres Deutschlands »)14. Le 20 juin 1549, Münster écrit à Konrad Pellikan, que la ville de Nördlingen lui a demandé qu’il glorifie cette ville dans la cosmographie15. Le 4 mai 1550, Münster rapporte dans une lettre adressée à Cornelius Woutres (Gand) et à Georg Kassander (Cologne) que la ville de Baden(-Baden) aurait l’intention de se glorifier, c’est-à-dire de contribuer à la cosmographie16. Le 9 décembre 1550, il s’adresse encore à Johann Albrecht, duc de Mecklembourg, qui avait reçu un exemplaire de la cosmographie. Le duc aurait certainement vu la cosmographie dans laquelle lui, Münster, avait, de toutes ses forces, glorifié « notre Allemagne en latin et en allemand »17. Il raconte dans la même lettre qu’il a demandé au duc de Prusse de l’aider à glorifier la Prusse18. La parution du livre aurait encouragé de nombreux correspondants à lui envoyer du matériel pour la prochaine édition19.

Figure 3 : Sebastian Münster, Cosmographei, 1588, « L’Europe en reine ».

  • 20 Ibid., par exemple No. 4 (p. 26-31, lettre à Ägidius Tschudi, datée du 17 août 1537), p. 29.

19Pendant un quart de siècle, Sebastian Münster fut le pivot de ce projet de définition de l’Allemagne alias Saint-Empire. Afin d’y parvenir, il établit un réseau de correspondants à travers l’Allemagne et l’Europe. Le réseau incluait plusieurs centaines de correspondants immédiats ou indirects. Münster obtient le soutien de plusieurs rois, de Suède et de Pologne notamment, d’archevêques, d’évêques, d’abbés, ducs et comtes, de grandes et petites villes, de beaucoup d’érudits, géographes, historiens, cosmographes etc. Le projet acquiert ainsi une dimension politique. Il fallait acheter ou faire acheter des livres et des cartes cosmographiques, géographiques et historiques ou lire des manuscrits, demander de l’argent, faire des voyages ayant le caractère d’une expédition. Il est vrai que Münster, par manque de temps, ne pouvait que voyager dans le sud-ouest de l’Empire, mais ces voyages furent menés comme de véritables expéditions, dont plusieurs aux sources du Danube20. Souvent, Münster demande qu’on le renseigne sur les villes et les régions ou qu’on lui envoie des récits écrits et des cartes afin de les inclure dans la cosmographie. Ces efforts sont le point de départ d’une première investigation empirique géographique et historique. C’est ainsi que la première carte détaillée de la Prusse fut conçue en 1542 par Heinrich Zell.

  • 21 Karl Heinz Burmeister, Sebastian Münster. Versuch eines biographischen Gesamtbildes, Bâle et Stutt (...)

20La dernière édition de la cosmographie, augmentée et corrigée par Münster lui-même, fut celle de 1550. Les six ans qui séparent la première édition de 1544 de celle de 1550 sont ponctués de nombreux débats, de correspondances et d’envois de récits et de cartes du fait de l’intérêt immense porté à cette entreprise. Quelquefois, la critique était véhémente, mais elle ne pouvait que contribuer à rendre encore plus célèbre l’éditeur général Sebastian Münster et son œuvre. C’est dans ces années-là, c’est-à-dire à partir de 1528 jusqu’à la mort de Münster en 1552, que les élites dirigeantes, politiques et intellectuelles, prirent conscience de l’état physique et historique de l’Allemagne. En même temps, l’histoire des villes, des régions, et de l’Allemagne tout entière, alias l’Empire, fut pour la première fois véritablement inscrite dans la physis. Une véritable révolution ! Les textes et les cartes vantent l’excellence de l’Allemagne, des régions et des villes ; ils visualisent l’idée fondamentale, selon laquelle l’Allemagne ou l’Empire égalent le paradis. Toutes les éditions allemandes confondues, 50 000 exemplaires ont été tirés jusqu’en 1628, année de la dernière édition allemande. Il faut encore y ajouter 10 000 exemplaires en latin, sans compter les tirages en italien, français, tchèque et anglais21.

  • 22 Peter H. Meurer, Fontes Cartographici Orteliani, article « Sebastian Münster », p. 203-205. L’édit (...)
  • 23 Martin Zeiller, Itinerarium Germaniae Νου-Antiquae. Teutsches Reyβbuch durch Hoch und Nider Teutsc (...)

21Il est vraisemblable que le 3e livre de la Cosmographei de Sebastian Münster a largement façonné l’image du Saint-Empire alias Allemagne au xvie siècle. L’important est que l’on ait disposé pour la première fois d’une image fondée sur des techniques empiriques et scientifiques. Cette image a largement influencé les descriptions de l’Allemagne. Abraham Ortelius s’en est inspiré dans son fameux Theatrum Orbis Terrarum22. Pour le xviie siècle, il faut mentionner le très populaire Martin Zeiller23. Les élites politiques, scientifiques et culturelles, se sont nourries de Sebastian Münster pour plus d’un siècle.

Notes

1 Hildegard Kasper et Siegfried Kullen dir., Europa für Kinder. Europäisches Lernen in der Grundschule, Francfort-sur-le-Main, 1992.

2 Johannes Schöner, Luculentissima quaedam terrae totius descriptio : cum multis utilissimis Cosmographiae iniciis. Novaque & quam ante fuit verior Europae nostrae formatio..., Noribergae, Joannes Stuchssen, 1515 (Österreichische Nationalbibliothek 393.878-B.K).

3 Sebastian Münster, Mappa Europae, Eygentlich fürgebildet/auβeleget undbeschribenn. Francfort, Christian Egenolph, 1536. L’exemplaire que possède la Bayerische Staatsbibliothek à Munich, est daté de 1536, l’exemplaire de l’Österreichische Nationalbibliothek à Vienne porte l’année 1537. J’ai consulté les deux éditions au demeurant semblables.

4 Pour plus de détail, voir l’exemple de la formation de la frontière entre la France et l’Allemagne à l’époque moderne : Wolfgang Schmale, « “Grenze” in der deutschen und französischen Frühneuzeit », Menschen und Grenzen in der Frühen Neuzeit, Wolfgang Schmale et Reinhard Stauber dir., Berlin, 1998, p. 50-75 ; Wolfgang Schmale, « Das Wahrnehmungsmuster, Grenze‘ in französischen Blicken auf, Deutschland‘ », Deutschlandbilder – Frankreichbilder 1700-1850. Rezeption und Abgrenzungzweier Kulturen, Thomas Höpel dir., Leipzig, 2001, p. 173-182.

5 Martin Waldseemüller, Cosmographiae introductio..., Ingolstadii, 1529 (1533), fol. 2r (Österreichische Nationalbibliothek 47.Y.37, sans indication de l’imprimeur).

6 Liah Greenfeld, Nationalism : five roads to modernity, Cambridge (Mass.), 1994 (2e éd.).

7 Ivan Kubík, Alte Landkarten. Von der Antike bis zum Ende des 19. Jahrhunderts, Prague, 1980, p. 87 et sq. et illustration no 24. La référence à Cues est donnée dans le titre même : Sebastianus Münster, Germaniae atque aliarum regionum, quae ad imperium usque Constantinopolitanum protenduntur, descriptio (...) ex Historicis atque Cosmographis, pro Tabula Nicolai Cusae intelligenda excerpta..., Basileae, Andreas Cratander, 1530 (Österreichische Nationalbibliothek 393.201-B).

8 Sebastian Münster, Cosmographei oder Beschreibung aller lander, herrschafften, fürnehmsten stetten, geschichten, gebreuchen, hantierungen..., Bâle, Heinrich Petri, 1544 (Österreichische Nationalbibliothek 393.713-D.K.)

9 S. Münster, Cosmographei..., Bâle, 1544, p. CXCI.

10 Cette idée d’une position extraordinaire du Saint-Empire alias Allemagne semble déjà présente dans la carte de l’Allemagne datant de 1525. La carte s’appuie sur la Mitteleuropakarte de Erhard Etzlaub, imprimée en 1501. La carte fut reprise et modifiée par Tilemann Stella (1525-1589 ; aussi Stoll ou Stolz) en 1560 (Peter H. Meurer, Fontes Cartographici Orteliani. Das « Theatrum Orbis Terrarum » von Abraham Ortelius und seine Kartenquellen, Weinheim, 1991, p. 348, carte 67). Le cercle tiré autour de la Landtaffel montre les signes du zodiaque, les mois et les fêtes des saints. Les cinq autres cercles plus petits montrent la mesure du temps et la position des planètes sous différents aspects. L’ordre adopté pour cette image suit la logique de la représentation cosmologique. Comme tout membre du corps humain se trouve en relation directe avec les signes du zodiaque et les planètes correspondants, l’Allemagne, membre du corps de l’Europe, est mise en relation directe avec le cosmos. Le cosmos est un tout organisé et harmonieux, créé par Dieu.

11 Édition de Eugen von Frauenholz, Des Lazarus von Schwendi Denkschrift über die politische Lage des deutschen Reiches von 1574, Munich, 1939.

12 Peter H. Meurer, Fontes Cartographici Ortelian..., art. Johannes Putsch. Pour une analyse détaillée de cette Europa regina, voir Wolfgang Schmale, « Europa – die weibliche Form », L’Homme. Zeitschrift fur Feministische Geschichtswissenschaft 11-2, 2000, p. 211-233, Vienne, 2001.

13 Karl Heinz Burmeister, Neue Forschungen zu Sebastian Münster..., Ingelheim, 1971, p. 17.

14 Ibid., p. 18.

15 Karl Heinz Burmeister éd., Briefe Sebastian Münsters. Lateinisch und Deutsch, Francfort-sur-le-Main, 1964, No 37 (p. 144-152), p. 147.

16 Ibid, No 47 (p. 175-178), p. 177.

17 Ibid., No. 49 (p. 183-187), p. 185.

18 Ibid, p. 186.

19 Ibid., p. 186.

20 Ibid., par exemple No. 4 (p. 26-31, lettre à Ägidius Tschudi, datée du 17 août 1537), p. 29.

21 Karl Heinz Burmeister, Sebastian Münster. Versuch eines biographischen Gesamtbildes, Bâle et Stuttgart, 1963, p. 182-183.

22 Peter H. Meurer, Fontes Cartographici Orteliani, article « Sebastian Münster », p. 203-205. L’édition de 1588 de la cosmographie reprend certaines cartes du Theatrum d’Ortelius ; ibid. p. 205.

23 Martin Zeiller, Itinerarium Germaniae Νου-Antiquae. Teutsches Reyβbuch durch Hoch und Nider Teutschland auch angrantzende, unnd benachbarte Königreich, Fürstenthumb und Lande..., Strasbourg, 1632-1640 ; Martin Zeiller, Itinerarii Germaniae Nov-antiquae Compendium. Das ist : Teutschlandes neu-verkürtztes Raisebuch..., Ulm, 1662.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Sebastian Münster, Mappa Europae, 1537 (Bayerische Staatsbibliothek, Munich).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Figure 2 : Sebastian Münster, Cosmographei, Bâle, 1550 (reprint : Amsterdam, 1968), vue de l’Allemagne.
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12306/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Figure 3 : Sebastian Münster, Cosmographei, 1588, « L’Europe en reine ».
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12306/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 452k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search