Version classiqueVersion mobile

L’espace du Saint-Empire

 | 
Christine Lebeau

Introduction

Christine Lebeau

Texte intégral

  • 1 Pour une introduction en français à l’histoire du Saint-Empire, Jean-François Noël, Le Saint-Empir (...)

1Dans le cadre d’une recherche commune sur les catégories descriptives et analytiques de l’espace, la composante germanique de l’Équipe d’accueil en sciences historiques de l’Université Marc Bloch de Strasbourg a souhaité étudier un espace particulier, le Saint-Empire Romain Germanique1.

  • 2 « L’espace est-il, en tant que tel, l’une des dimensions originales de l’histoire française ? Sans (...)
  • 3 Sur les constructions spatiales de la géographie allemande, Michel Korinman, Quand l’Allemagne pen (...)
  • 4 Prenant acte du « retour de l’espace » (Wiederkehr des Raumes), la revue Geschichte und Gesellscha (...)
  • 5 Voir le travail de Wolfgang Burgdorf, Reichskonstitution und Nation. Verfassungsreformprojekte fur (...)
  • 6 « Probleme der Sozial-und Verfassungsgeschichte des Heiligen Römischen Reichs im späten Mittelalte (...)
  • 7 Peter Moraw, article « Reich », Geschichtliche Grundbegriffe, Otto Brunner, Werner Conze et Rainer (...)
  • 8 Michael North, « Integration im Ostseeraum und im Heiligen Römischen Reich“, Die Integration des s (...)

2Le Saint-Empire ne peut être uni sans précaution, « dans un même mouvement de pensée »2, à une réalité géographique : la géographie politique, la géopolitique et leurs dévoiements tragiques pèsent ici de tout leur poids3. Certes, on observe actuellement en Allemagne un « retour de l’espace » dans les sciences sociales et particulièrement en histoire4, mais la tradition de la « Reichshistorie » et de l’histoire des institutions (Verfassungsgeschichte) continue de faire obstacle à la prise en compte de la matérialité de l’espace impérial5. Pourtant, dans un programme formulé en 1975, Peter Moraw et Volker Press proposaient déjà d’étudier moins les fonctions que les structures du Saint-Empire et suggéraient dix axes de recherche dont au moins deux avaient une dimension proprement spatiale (4e axe : la structure territoriale du Saint-Empire et 8e axe : le caractère intégrateur du système féodal impérial)6. En 1984, Peter Moraw tentait encore une analyse du « niveau croissant de réalité » du Saint-Empire7. Mais si ce programme, comme le constate Michael North, a donné lieu à d’importantes études prosopographiques, la perspective spatiale est demeurée la parente pauvre de la recherche8.

  • 9 Parmi les synthèses récentes, seul l’ouvrage de Karl Otmar von Aretin, Das Alte Reich 1648-1806, S (...)
  • 10 « Germaniam esse irregulare aliquod corpus, et monstro simile, siquidem ad regulas scientiae civil (...)
  • 11 « La variété infinie du monde féodal (...) n’en est pas moins la révélation de la France. Pour la (...)
  • 12 Voir la polémique entre Karl Otmar von Aretin et Peter Hersche dont le troisième tome de Das alte (...)
  • 13 Roger Brunet, Le déchiffrement du monde. Théorie et pratique de la géographie, Paris, 2001.
  • 14 Le volume qui suit rassemble les contributions présentées au colloque « La construction de l’espac (...)

3Certes, le Saint-Empire paraît difficilement représentable du fait de son morcellement et de sa discontinuité : plusieurs centaines de principautés et de seigneuries imbriquées les unes dans les autres par la complexité des liens féodaux « appartiennent » au Saint-Empire, c’est-à-dire ont voix et siège à la Diète, contribuent aux dépenses impériales ou simplement reconnaissent l’Empereur pour suzerain et relèvent de la juridiction des tribunaux d’Empire9. Cependant, le Saint-Empire semble offrir toutes les caractéristiques de l’espace géographique avec des différences d’échelles et des espaces divers aux contours fluctuants et spécifiques qui s’agencent autour de lieux précis en configurations variables : villes capitales, résidences, villes libres, cercles, territoires, etc. Si le Saint-Empire n’apparaît plus ni comme un « monstre »10 ni comme « un vain et uniforme brouillard qui a tout couvert et tout obscurci »11, le problème de son histoire continue de se poser et sans doute existe-t-il une voie moyenne entre « histoire politique des empereurs et des États d’Empire » et « histoire sociale des populations d’Empire »12. Nous nous sommes donc intéressés aux pratiques, aux spatialisations parallèles ou concurrentes qui fondent le Saint-Empire, à la « géographie volontaire » de cet espace13. Dans ce but, quatorze historiens allemands et français ont été invités à confronter leurs catégories spatiales et leur définition de l’espace impérial14.

  • 15 « Dieses Reich trat in den Zeitgenossen des 15. Jahrhunderts jedoch nicht als eine räumlich und in (...)
  • 16 On peut ici se référer à la définition proposée par Daniel Nordman et Jacques Revel : « Tandis que (...)

4Le Saint-Empire est-il une idée, une structure hiérarchique, un programme étatique et politique ou devient-il un espace borné, voire un territoire, sachant que la limite fonde le territoire dans le discours de la modernité politique15 ? À distance de ces définitions forgées au regard de l’État national, un premier ensemble de communications met en évidence le rôle des hommes et des discours dans la création d’un espace sinon géographique, du moins symbolique et politique, qui ne coïncide que partiellement avec l’espace allemand16.

5À partir des représentations iconographiques de la République chrétienne développées à la fin du Moyen Âge, Wolfgang Schmalf, (« Un paradis nommé Allemagne. Sébastien Münster ou la visualisation géographique et idéalisée du Saint-Empire au xvie siècle ») récapitule les étapes de la progressive visualisation de la civitates bornée par des lignes. Le Saint-Empire, loin de ressembler à un monstre, est alors constitué de corps en bonne et due forme. Situé entre Europe et Allemagne (Germania), notamment dans la Cosmographie (1544) de Sébastien Münster, le Saint-Empire est un paradis ou un jardin enclos, une monarchie ordinaire, fondée à l’instar des autres monarchies sur un unique territoire clôturé. Reprenant à son tour le problème des frontières du Saint-Empire, Claire Gantet (« La construction d’un espace étatique : perceptions et représentations des frontières extérieures du Saint-Empire au xviie siècle ») suit la politisation de la thématique du Rhin et du Danube, qui, de limes et fleuves chrétiens, sont de plus en plus étroitement associés comme frontières naturelles et extérieures. Le problème des limites pose aussi celui de la germanité du Saint-Empire. Dès le xvie siècle, le discours géographique allemand se met à justifier sur un mode didactique et mythique l’identification entre Saint-Empire et son alias l’Allemagne. Au xviie siècle, les publicistes allemands développent une conception de la limite, à la fois protection contre le voisin dangereux et garantie de la pureté allemande contre la bâtardise française. Les pratiques aux marges de l’Empire permettent cependant de varier l’éclairage.

6Mathias Schnettger (« De vasallo non statu Imperii. Les fiefs impériaux en Italie à l’époque moderne ») consacre son analyse aux fondements de la souveraineté juridictionnelle de l’Empereur en Italie. Même si on ne peut identifier un processus de saturation (Verdichtungsprozess) qui constituerait les fiefs italiens en État d’Empire, cette intime et durable liaison avec le Sacrum Imperium témoigne de l’extension du Saint-Empire qui ne peut s’accommoder d’une définition étroite et linéaire sans perdre sa dimension historique. Marie-Louise Pelus-Kaplan (« L’espace hanséatique au début de l’époque moderne (xvie-xviie siècles) : entre Europe et Saint-Empire ») aborde l’étude des marges par le cas de la Hanse, qui, située en partie seulement sur le territoire de l’Empire, en constitue une périphérie, mais aussi un monde en soi. La Hanse, constituée seulement de points – villes et factoreries – et de lignes – routes terrestres et maritimes-, dépourvue de frontières, n’est pas un territoire, mais un espace en réseau, complexe et modulable. Marie-Louise Pelus-Kaplan retrace ainsi l’histoire des rapports entre deux dynamiques spatiales et institutionnelles, au départ totalement étrangères l’une à l’autre, mais qui, au cours des siècles, ont été amenées à s’entrecroiser, à se rejoindre, sans jamais coïncider totalement.

7Espace aux contours mouvants qui ne recouvrent pas les mêmes liens, le Saint-Empire est aussi un corps institutionnel. De fait, aux deux conceptions de la frontière, zonale et linéaire, répondent deux conceptions de la souveraineté – juridictionnelle et territoriale – qui ne peuvent résoudre la tension (Claire Gantet) entre le caractère singulier du Saint-Empire et la tentative de fonder un ordre politique dans l’espace.

  • 17 À la différence du modèle français : « l’espace s’affirme quand l’extrémité importe autant que la (...)
  • 18 La superioritas territorialis est instituée par le Statutum in favorem principum de 1231/32. D’aut (...)
  • 19 La thèse de Volker Press marque une étape importante (Volker Press, Calvinismus und Territorialsta (...)
  • 20 Voir par exemple Wolfgang Wüst, Das Fürstbistum Augsburg : ein geistlicher Staat im Heiligen Romis (...)
  • 21 Dix cercles en 1512 appliquent les décisions de la Diète, mais aussi communiquent avec l’Empereur, (...)

8Une deuxième partie propose quelques pistes pour une réflexion sur la fondation d’un ordre politique dans l’espace qui ne passe pas prioritairement par la limite17. La notion de territoire au sens d’étendue de pays sur laquelle s’exerce une autorité, une juridiction semblait devoir s’imposer18. En effet, l’histoire des territoires (reichisches Deutschland), longtemps délaissée au profit du dualisme austro-prussien et des grandes entités politiques du Saint-Empire, a connu ces dernières décennies un important renouveau19 et l’histoire des « unités territoriales disparues » constitue un chantier en cours20. Cependant, réfléchir à la construction de l’espace impérial conçu comme un ensemble de territoires ou de cercles21 organisés, identifiés, n’est-ce pas risquer pour l’historien « d’enfourcher la machine anachronique à remonter le temps et expliquer à partir des lignes de force de l’Allemagne moderne les structurations anciennes de l’espace » (P. Monnet) ?

  • 22 Pour Martina Löw, le territoire est une figure spatiale qui relève d’une conception absolutiste, v (...)
  • 23 Karl Otmar von Aretin, article « Reich », Geschichtliche Grundbegriffe..., V, p. 456-486, p. 457.

9Avons-nous finalement besoin du territoire22 ? En fait, il faut surtout revenir sur la diversité des configurations spatiales, sur la multiplicité des fractionnements et des recompositions. En effet, l’Empire apparaît aussi comme un espace d’action partagé23 et négocié entre plusieurs acteurs institutionnels.

10Trois communications s’interrogent sur la possibilité d’une homogénéité de l’espace impérial.

11Friedrich Pfeiffer (« Le Roi de Germanie, les princes électeurs et les péages rhénans : développement, finalité et possibilité d’une politique spatiale à la fin du Moyen Âge ») étudie l’organisation et la réorganisation des péages rhénans sous l’influence conjuguée du roi et des quatre princes Electeurs rhénans, c’est-à-dire des archevêques de Mayence, de Cologne et de Trèves et du comte Palatin. Le Rhin, et plus spécialement la portion comprise entre Mayence et les actuels Pays-Bas, forme un espace économique homogène, déjà perçu comme tel par les contemporains, ce qui justifie les choix politiques effectués tant par le roi que par les princes dès le xive siècle. Dans le seul domaine de la politique douanière, apparaissent des préoccupations spatiales, des jeux d’échelles entre lieux, territoires, bailliages, rives et arrière-pays, mais aussi des ambitions politiques contradictoires.

12Aussi peut-on se demander dans quelle mesure ce souci partagé d’unifier l’espace n’a-t-il pas partie liée avec d’autres réseaux ou d’autres mobilités, voire avec d’autres représentations ? Dans cette perspective, Pierre Monnet (« Principalis sedes orientalis regni. Francfort-sur-le-Main, un pôle central de l’Empire à la fin du Moyen Age ? ») présente une politique spatiale qui modifie les réseaux d’influence et de pouvoir à l’intérieur de ce qui devient sinon un territoire, du moins un espace organisé. De même que Francfort, par foires, diètes et élections interposées, fait l’Empire, entendu moins comme territoire que comme espace homogène, ses élites effectuent des choix « culturels » parmi l’ensemble des fonctions ou des attributions qui permettent à un lieu de structurer l’espace, par exemple la protection des marchands et le culte de Charlemagne plutôt que la fondation d’une université ou la construction d’un château. Pierre Monnet donne ainsi des clefs pour comprendre la permanence d’un lieu central, lieu impérial porteur d’un honneur et d’une réputation au sein d’un espace qui privilégie la circulation et la mobilité.

13Peut-on observer la mise en place de systèmes de continuité et de voisinage spatial, à l’intérieur duquel prennent place des hiérarchies et des réseaux ? Rappelant la définition de Jean Bodin (le pouvoir législatif est « le poinct principal de la majesté souveraine ») et sa difficile application au cas impérial, Lothar Schilling (« Police et construction de l’espace impérial ») se refuse à opposer législation impériale et législation territoriale. Les prescriptions des grandes ordonnances de 1530, de 1548 et de 1577 ont contribué à la création d’un espace « juridico-policier » relativement homogène, bien que l’Empire ne dispose pas d’un organe responsable de leur application. Sous certaines conditions, les sujets pouvaient faire appel devant les tribunaux impériaux des décisions d’autorités territoriales. La répartition géographique de ces procès dessine alors des « paysages proches » de l’Empire (reichsnahe Landschaften). Au fur et à mesure que le pouvoir législatif de l’Empire décline, surtout après 1648, ce sont au contraire les influences interterritoriales qui deviennent plus marquées, encouragées par l’impression quasi générale des lois et favorisant l’homogénéisation de l’espace impérial.

14De fait, « paysages proches » de l’Empire et liaisons interterritoriales contribuent à structurer l’espace impérial, comme le montrent les deux communications suivantes.

15Eric Hassler (« Construction, fractionnement et recomposition de l’espace impérial. Des réseaux impériaux et de la glorification du souverain Habsbourg dans les abbayes du Saint-Empire du premier xviiie siècle ») reprend l’analyse de ces « paysages proches » à partir de la géographie sacrée de l’espace impérial de confession catholique. Pôles structurants de l’espace sacré impérial, les plus importantes de ces abbayes sont également des relais politiques non négligeables. Au-delà du pouvoir temporel dont leurs abbés sont dotés et de la place importante que ces derniers occupent au sein de la Diète d’Empire, ces principautés indépendantes sont avant tout un moyen d’appui politique pour l’empereur, de plus en plus isolé au sein des réseaux d’alliances et d’influences qui structurent l’espace impérial. Ces liens particuliers se matérialisent notamment dans de vastes cycles iconographiques à la gloire du Prince, prenant place au sein d’espaces d’apparat et de représentation, principalement la Kaisersaal ou salle de l’Empereur. Le sentiment d’homogénéité spatiale du Saint-Empire méridional apparaît ainsi accentué par la présence de cet espace particulier de célébration du pouvoir politique au sein de bâtiments à vocation éminemment religieuse et spirituelle.

16Volker Bauer (« Publicité des cours et almanachs d’État dans le Saint-Empire au xviiie siècle ») développe la problématique des échanges interterritoriaux à partir des almanachs de cour. Un ensemble multipolaire de près de trois cents cours est structuré par des media spécifiques parmi lesquels les almanachs de cour occupent une position privilégiée. Ceux-ci décrivent une unité territoriale et dressent la liste, telle une parade de papier, des courtisans, des serviteurs de l’État et des militaires. Leur diffusion signale l’importance des processus d’imitation. Depuis l’exemple donné par l’Empereur en 1692, voisins ou parents, de proches en proches, s’empressent de publier leur propre almanach, reprenant à la fois la forme et le fond, sans que l’on observe de différenciation géographique, confessionnelle ou hiérarchique.

  • 24 Voir Joël Bonnemaison, Luc Cambrezy et Laurence Quinty-Bourgeois dir., Le territoire, lien ou fron (...)
  • 25 „Verfassung meint das Gefüge und Kräftespiel des Gemeinswesens samt den Rahmenbedingung seiner Exi (...)

17Le Saint-Empire est le résultat d’un lent processus de construction spatiale. L’analyse de cette construction peut s’appuyer sur le territoire en tant qu’il exerce une fonction matricielle et dynamique, « interterritoriale » ou « supraterritoriale », où « l’esprit de lien » l’emporte sur « l’esprit de frontière »24. Elle peut aussi réutiliser la notion de saturation (Verdichtung) qui sort du contexte institutionnel dans lequel elle a été forgée pour désigner l’organisation progressive des relations politiques et sociales dans l’espace, notamment à partir de centres liés à l’empereur25. Le Saint-Empire met encore les pouvoirs en réseau qui, à leur tour, produisent et institutionnalisent des configurations spatiales variables.

  • 26 Bilan centré sur la problématique de l’identité régionale : Rainer Babel et Jean-Marie Moeglin dir (...)
  • 27 Pour s’orienter dans l’importante bibliographie consacrée à la Chambre aulique (et dans la collect (...)
  • 28 „Räume bilden dabei keine absoluten Grössen, sie sind vielmehr an den zeitgenössischen Fähigkeiten (...)

18Mais ne faut-il pas aussi résister à l’attraction des pouvoirs, à la dialectique du centre et des territoires et revenir, par le biais des identités spatiales, au thème de la fondation intérieure du Saint-Empire26. La question de la perception de l’espace impérial et de son organisation a été considérablement renouvelée par les études consacrées à la justice d’Empire, à laquelle tout « citoyen d’Empire » pouvait faire appel27. Les espaces ne sont-ils pas tels, car maîtrisés par ceux qui les produisent28 ? Une troisième partie fait donc place à d’autres acteurs que les pouvoirs.

19Trois types d « acteurs impériaux », les fidèles, catholiques et protestants, les princesses, les professeurs de droit impérial, ont d’abord été privilégiés.

20Reprenant le thème de la construction du territoire par l’étude d’un territorium non clausum, Christophe Duhamelle (« Frontière, territoire, confession : l’exemple de l’Eichsfeld ») propose une réflexion sur la construction d’une identité régionale à partir de l’exemple de l’Eichsfeld, exclave la plus orientale de l’archevêché-électorat de Mayence, recatholicisée à partir de 1574. En contact constant avec ses voisins protestants, ce qui rend quasiment impossible l’établissement de frontières territoriales et religieuses, le territoire est également traversé par des frontières intérieures qui séparent une noblesse luthérienne, une population catholique et des jésuites zélés. Critiquant le modèle de la confessionnalisation d’en haut, Christophe Duhamelle met l’accent sur les « rapports de contrainte, d’appropriation, d’interaction, de choix et de jeux d’échelles qui existent entre les instances qui assignent une identité et les pratiques qui les actualisent ».

21La correspondance d’Anne, princesse électrice de Saxe étudiée par Katrin Keller (« Entre famille et politique. Fonction et fonctionnement des réseaux relationnels des princesses allemandes au xvie siècle ») permet d’aborder les multiples solidarités qui fondent le Saint-Empire (Reichsverband). Elle montre l’imbrication à l’intérieur d’un « espace communicationnel » d’enjeux politiques et de relations familiales ou amicales. L’épicentre des relations épistolaires de la princesse Anne se situe dans le Nord protestant de l’Empire. Cependant, des correspondantes se retrouvent jusque dans le Sud catholique. Le Saint-Empire est ainsi largement maillé sur la base de multiples relations familiales et dynastiques, transposées dans l’espace par le déplacement des acteurs.

22Jörg Ulbert (« Les Affaires étrangères françaises face à la constitution du Saint-Empire : la création de la charge d’un jurisconsulte du roi pour le droit germanique et son premier détenteur Johann Konrad Pfeffel, 1723 ») s’interroge sur les moyens d’une connaissance approfondie de la constitution impériale, du « ciment constitutionnel ». À partir du cas de Johann Konrad Pfeffel, il montre que cette connaissance ne s’acquiert que par la mobilité, par l’expérience des diverses instances et par les relations directes avec les décideurs mais aussi que la situation des experts à la marge de l’Allemagne impériale contribue à imposer une conception des libertés impériales qui préserve les petits États des convoitises des plus grands.

  • 29 Martina Löw distingue dans cette perspective deux opérations de construction spatiale, la synthèse (...)

23Au-delà de la diversité des acteurs qui fondent leurs pratiques spatiales sur les structures impériales, de nouvelles polarisations (P.-Y. Beaurepaire) et décentralités (A. Radeff) transforment le Saint-Empire en un espace d’orientation29.

24Pierre-Yves Beaurepaire (« Franc-maçonnerie et histoire interculturelle de l’espace impérial : le laboratoire saxon au xviiie siècle ») revient sur la maturation de l’espace public et ses enjeux spatiaux. Devant le succès de la franc-maçonnerie en Allemagne – les trois cents loges allemandes comptent environ 18 000 membres au milieu des années 1780, les francs-maçons ont dû très tôt réfléchir à l’espace. Comment articuler le territoire identifié de la micro-société qu’est la loge et l’univers en expansion qu’est le cosmos maçonnique ? La Saxe électorale constitue un observatoire privilégié pour l’observation de cette stratégie réticulaire de construction de l’espace qui ancre, à partir de Leipzig et de Dresde, son organigramme dans un espace impérial élargi aux dimensions de l’Europe.

25Le Saint-Empire est-il un espace uniquement construit par des liens politiques et religieux ? Anne Radeff (« Le Saint-Empire et les Allemagnes. Voyageurs de la fin de l’Ancien Régime ») analyse les mobilités transfrontalières des voyageurs venus du Saint-Empire, qu’ils soient négociants, marchands spécialisés, compagnons ou artisans. Si les voyageurs allemands hésitent à franchir certaines frontières, ils ne cherchent pas pour autant à réduire leurs déplacements et parcourent des centaines de kilomètres pour vendre des marchandises qui ne sont pas toujours rares ou coûteuses. Le repli sur l’espace régional de certains colporteurs alpins observé par Laurence Fontaine pendant le xviiie siècle ne peut pas être généralisé à l’ensemble des réseaux de colportage. L’axe rhénan joue ici un rôle majeur. Pour autant, les voyageurs allemands ne reconstituent pas, dans leurs périples, un espace qui correspondrait à l’ancien Saint-Empire d’avant 1648. Ils sont en effet relativement rares à se rendre en Franche-Comté, en Suisse romande, en Savoie et dans le nord de l’Italie. Loin pourtant de se perdre dans un espace sans nom, les ressortissants de l’espace impérial savent très bien où ils vont et pourquoi. Leurs Allemagnes sont parfois éloignées de centaines de kilomètres les unes des autres. Dans une Europe constellée de pôles qui ne sont jamais des centres géométriques et qui peuvent être de toutes petites villes, voire des villages de montagne, les voyageurs du Saint-Empire construisent pas à pas des décentralités transfrontalières.

26Espace particulier, mais non « monstrueux », le Saint-Empire est fondé par et sur des spatialisations parallèles ou concurrentes. Il convient donc d’appréhender la diversité impériale de manière fonctionnelle, non pas comme le reflet d’un disfonctionnement mais comme une caractéristique positive et créative à distance des crises institutionnelles. Il semble encore qu’il faille se dégager de la succession espace-territoire et opter pour le « laissez-faire spatial » (Bernard Lepetit), engendré par les pratiques et des discours, qui, dans leur multiplicité, resserrent le maillage. Espace fonctionnel, le Saint-Empire s’organise en une multiplicité de réseaux dont on aimerait encore savoir plus précisément comment ils s’élaborent et se croisent. L’état de la recherche ne nous a pas permis par exemple d’intégrer plus fortement Vienne, ville capitale et de résidence. Nous espérons cependant avoir rassemblé quelques pistes pour la compréhension d’un modèle de spatialisation distinct du « modèle français » qu’il convient aussi d’aborder en termes d’identité et de culture. La traduction en français des contributions initialement rédigées en allemand, élaborée de concert avec les auteurs, devrait également contribuer, du moins on l’espère, à donner une suite à cette tentative d’histoire croisée des formes spatiales.

27Nos remerciements vont à Jean-Michel Boehler (Université Marc Bloch, Strasbourg) sans lequel les journées de mars 2001 et l’ouvrage qui en est le fruit n’auraient pu voir le jour et à Jochen Hoock (Université de Paris VII) qui a accepté de présider la rencontre dont est issu ce volume et qui est demeuré un interlocuteur attentif tout au long du travail de réflexion et d’édition. Que les Presses Universitaires de Strasbourg soient également remerciées pour avoir accueilli ce volume au sein de la collection « Sciences de l’Histoire ».

Notes

1 Pour une introduction en français à l’histoire du Saint-Empire, Jean-François Noël, Le Saint-Empire, Paris, 1976, Francis Rapp, Le Saint-Empire romain germanique d’Otton le Grand à Charles Quint, Paris, 2000, Jean Schillinger, Le Saint-Empire, Paris, 2002. Voir également Peter H. Wilson, The Holy Roman Empire, Londres, 1999.

2 « L’espace est-il, en tant que tel, l’une des dimensions originales de l’histoire française ? Sans chercher plus avant, on s’en convaincrait volontiers, tant l’historiographie nationale nous a accoutumés à unir, dans un même mouvement de pensée, la longue genèse de la France et sa réalité géographique », Jacques Revel dir., L’espace français (André Burguière et Jacques Revel dir., Histoire de la France), Paris, 1989, p. 25.

3 Sur les constructions spatiales de la géographie allemande, Michel Korinman, Quand l’Allemagne pensait le monde. Grandeur et décadence d’une géopolitique, Paris, 1990.

4 Prenant acte du « retour de l’espace » (Wiederkehr des Raumes), la revue Geschichte und Gesellschaft vient de consacrer un cahier aux mental maps : Geschichte und Gesellschaft, 28, 2002. Plus largement Martina Löw, Raumsoziologie, Francfort-sur-le-Main, 2001. Voir encore Axel Gotthard, « Vormoderne Lebensräume. Annäherungsversuch an die Heimaten des frühneuzeitlichen Mitteleuropäers“, Historische Zeitschrift, 2002, 276, 1, p. 37-73.

5 Voir le travail de Wolfgang Burgdorf, Reichskonstitution und Nation. Verfassungsreformprojekte fur das Heilige Römische Reich deutscher Nation im politischen Schriftum von 1648 bis 1806, Mayence, 1998.

6 « Probleme der Sozial-und Verfassungsgeschichte des Heiligen Römischen Reichs im späten Mittelalter und in der frühen Neuzeit (13.-18. Jahrhundert)“, Zeitschrift für historische Forschung, 1975, 2, p. 95-107, repris dans : Johannes Kunisch éd., Das alte Reich. Aufgewählte Aufiätze von Volker Press, Berlin, 1997, p. 3-17.

7 Peter Moraw, article « Reich », Geschichtliche Grundbegriffe, Otto Brunner, Werner Conze et Rainer Koselleck dir., Stuttgart, 1984, V, p. 423-456, p. 450.

8 Michael North, « Integration im Ostseeraum und im Heiligen Römischen Reich“, Die Integration des südlichen Ostseeraumes in das Alte Reich, Nils Jorn et Michael North dir., Cologne / Weimar / Vienne, 2000, p. 1-11, p. 10. Représentatif de la démarche prosopographique, Axel Gotthard, Säulen des Reiches. Die Kurfürsten im frühneuzeitlichen Reichsverband, Husum, 1999.

9 Parmi les synthèses récentes, seul l’ouvrage de Karl Otmar von Aretin, Das Alte Reich 1648-1806, Stuttgart, 1993-1997 et celui de Peter C. Hartmann, Kulturgeschichte des Heiligen Römischen Reiches 1648 bis 1806. Verfassung, Religion und Kultur, Vienne, 2001, comportent des cartes. L’énumération de la composition des différents bancs constituent l’approche la plus simple du Saint-Empire sans résoudre la complexité de sa spatialisation. Voir Gerhard Köbler, Historisches Lexikon der deutschen Länder. Die deutschen Territorien vom Mittelalter bis zur Gegenwart, Munich, 1999 (6e édition).

10 « Germaniam esse irregulare aliquod corpus, et monstro simile, siquidem ad regulas scientiae civilis exigatur », Severinus de Mozambano (Samuel von Pufendorf), De Statu imperii Germanici, 1697, 6, 9.

11 « La variété infinie du monde féodal (...) n’en est pas moins la révélation de la France. Pour la première fois elle se produit dans sa forme géographique. Lorsque le vent emporte ce vain et uniforme brouillard dont l’Empire allemand avait tout obscurci, le pays apparaît... », Jules Michelet, Histoire de la France, Paris, 1833, III « Tableau de la France », cit. par Jacques Revel dir., L’espace français..., p. 25.

12 Voir la polémique entre Karl Otmar von Aretin et Peter Hersche dont le troisième tome de Das alte Reich... se fait l’écho.

13 Roger Brunet, Le déchiffrement du monde. Théorie et pratique de la géographie, Paris, 2001.

14 Le volume qui suit rassemble les contributions présentées au colloque « La construction de l’espace impérial. Dynamiques spatiales, dynamiques d’Empire » qui s’est tenu à Strasbourg les 30 et 31 mars 2001.

15 « Dieses Reich trat in den Zeitgenossen des 15. Jahrhunderts jedoch nicht als eine räumlich und inhaltlich festumrissenene Grösse gegenüber, sondern als eine Idee, eine hierarchische Strukturnund ein staatlich-politisches Programm », Georg Schmidt, Geschichte des alten Reichs. Staat und Nation in der frühen Neuzeit, Munich, 1999, p. 9.

16 On peut ici se référer à la définition proposée par Daniel Nordman et Jacques Revel : « Tandis que dans l’espace, les phénomènes interfèrent, se chevauchent selon des plans qui se superposent, un territoire se différencie de tous les autres, il requiert la clôture », Jacques Revel dir., L’espace français..., p. 31.

17 À la différence du modèle français : « l’espace s’affirme quand l’extrémité importe autant que la masse, les confins autant que le centre, la limite autant que la masse », Daniel Nordman, Frontières de France, de l’espace au territoire, xvie-xixe siècle, Paris, 1998, p. 514.

18 La superioritas territorialis est instituée par le Statutum in favorem principum de 1231/32. D’autres éléments de territorialité sont contenus dans la Bulle d’or de 1356 qui accorde aux Membra imperii la jouissance de régales royales sur les mines, la frappe des monnaies, le pouvoir de juridiction (Gerichtshoheit), l’inaliénabilité de la dignité électorale (Kur). Sur ces questions, Dietmar Willoweit, Rechtsgrundlagen der Territorialgewalt : Landesobrigkeit, Herrschaftsrechte und Territorium in der Rechtswissenschaft der Neuzeit, Cologne, 1975.

19 La thèse de Volker Press marque une étape importante (Volker Press, Calvinismus und Territorialstaat. Regierung und Zentralbehörden der Kurpfalz 1559-1619, Stuttgart, 1970). Voir également le volume de bilan de la collection dirigée par Anton Schindling et Walter Ziegler : Anton Schindling et Walter Ziegler dir., Die Territorien des Reichs im Zeitalter der Reformation und Konfessionalisierung. Land und Konfession 1500-1650, Münster, 1997, VII Bilanz-Forschungsperspektiven-Register.

20 Voir par exemple Wolfgang Wüst, Das Fürstbistum Augsburg : ein geistlicher Staat im Heiligen Romischen Reich, Augsbourg, 1997.

21 Dix cercles en 1512 appliquent les décisions de la Diète, mais aussi communiquent avec l’Empereur, lèvent les impôts et les troupes au nom de l’Empire, règlent les différends monétaires, se chargent de l’exécution des jugements des tribunaux impériaux et, dans le Sud-Ouest de l’Empire, assurent des tâches de police. Voir la synthèse proposée par Winfried Dotzauer, Die deutschen Reichskreise (1383-1806), Stuttgart, 1998. Sur le cercle comme préfiguration de la région, Peter Claus Hartmann dir., Regionen in der frühen Neuzeit. Reichskreise im deutschen Raum, Provinzen in Frankreich, Regionen unter polnischen Oberhohheit : ein Vergleich ihrer Strukturen, Funktionen und ihrer Bedeutung, Berlin, 1994 et Peter Claus Hartmann, Der bayerische Reichskreis (1500 bis 1803). Strukturen, Geschichte und Bedeutung im Rahmen der Kreisverfassung und der allgemeinen institutionnellen Entwicklung des Heiligen Romischen Reiches, Berlin, 1997. Loin d’une unanimité régionale, Martin Fimpel (Reichsjustiz und Territorialstaat. Wurttemberg als Kommissar von Kaiser und Reich im schwäbischen Kreis (1648-1806), Tübingen, 1999) définit le cercle, en l’occurrence de Souabe, comme un « paysage conflictuel » (Konfliktlandschaft) pacifié par l’Empereur et son représentant, le commissaire de cercle.

22 Pour Martina Löw, le territoire est une figure spatiale qui relève d’une conception absolutiste, voire géopolitique de l’espace (Raumsoziologie..., p. 51 et sq.). Afin de saisir le Saint-Empire avec des « instruments renouvelés, plus concrets », Rolf Kiessling propose également de prendre ses distances par rapport au concept de territoire et de « territorialisation » : Carl A. Hoffmann et Rolf Kiessling dir., Kommunikation und Region, Constance, 2001, préface.

23 Karl Otmar von Aretin, article « Reich », Geschichtliche Grundbegriffe..., V, p. 456-486, p. 457.

24 Voir Joël Bonnemaison, Luc Cambrezy et Laurence Quinty-Bourgeois dir., Le territoire, lien ou frontière ?, Paris, 1999.

25 „Verfassung meint das Gefüge und Kräftespiel des Gemeinswesens samt den Rahmenbedingung seiner Existenz und den Wandeln dieser Faktoren“, Peter Moraw, Von offener Verfassung zu gestalteter Verdichtung. Das Reich im späten Mittelalter (1250 bis 1490), Francfort-sur-le-Main, 1985, p. 20.

26 Bilan centré sur la problématique de l’identité régionale : Rainer Babel et Jean-Marie Moeglin dir., Identité régionale et conscience nationale en France et en Allemagne du Moyen Âge à l’époque moderne, Sigmaringen, 1997.

27 Pour s’orienter dans l’importante bibliographie consacrée à la Chambre aulique (et dans la collection Quellen und Forschungen zur höchsten Gerichtsbarkeit im Alten Reich), voir Siegrid Westphal, Kaiserliche Rechtssprechung und herrschaftliche Stabilisierung : Reichsgerichtsbarkeit in den Thüringischen Territorialstaaten 1648-1806, Cologne, 2002. Sur l’importance de la justice impériale dans la délimitation d’une région, cf. Sabine Ullmann, « Friedenssicherung als Kommunikationsereignis : zur Arbeitsweise des Reichshofrats unter Kaiser Maximilian IL », Kommunikation und Région..., p. 203-228.

28 „Räume bilden dabei keine absoluten Grössen, sie sind vielmehr an den zeitgenössischen Fähigkeiten zu ihrer Bewäldgung zu messen“, Peter Moraw, Von offener Verfassung..., p. 24.

29 Martina Löw distingue dans cette perspective deux opérations de construction spatiale, la synthèse et le spacing (Raumsoziologie..., VII Grundlagen einer Soziologie des Raums – zusammenfassende Betrachtung).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search