Version classiqueVersion mobile

Strasbourg et strasbourgeois à la croisée des chemins

 | 
Marie-Noèl Hatt-Diener

Postface

Bernard Vogler

Texte intégral

1Ce livre sur Strasbourg dans la première moitié du xixe siècle a le très grand mérite d’analyser les registres de population, sources jusqu’alors peu utilisées, en mettant en relief les structures socioprofessionnelles et les permanences à travers deux générations.

2L’étude fait apparaître une grande stabilité des trajectoires professionnelles : la mobilité est réduite et les promotions sociales rares. Cet immobilisme important est confirmé par l’étude de la mobilité intergénérationnelle à travers deux générations d’actifs. Il y a une forte hérédité dans les métiers du savoir et de l’argent, comme dans ceux de l’artisanat traditionnel. L’énumération des différents métiers pose quelquefois des problèmes linguistiques, les termes allemands et français n’ayant pas toujours exactement le même sens. De manière frappante, l’analyse révèle surtout le maintien des anciennes traditions corporatives. Juridiquement les corporations n’existent plus, puisqu’elles ont été supprimées en 1791, mais leurs manières de faire et de recruter des membres se sont maintenues dans la pratique. L’endogamie professionnelle a largement persisté à Strasbourg au xixe siècle.

3Quand il y a mobilité, c’est souvent de façon plus régressive qu’ascensionnelle. Cela est la conséquence du relatif immobilisme économique de la ville, où on remarque la quasi absence de l’industrie moderne, hormis la Tannerie Herrenschmidt, fondée en 1812 au Wacken. Strasbourg demeure entre 1789 et 1870 une ville dominée par l’artisanat, le commerce et le secteur tertiaire. L’université française végète et la population n’augmente que très lentement. Les causes sont anciennes : l’ancienne République libre de Strasbourg a toujours limité le droit de bourgeoisie et réservé les activités intéressantes aux seuls bourgeois de la ville, ce qui a gêné pendant longtemps l’implantation d’un patronat bancaire ou industriel venu d’ailleurs. À cela s’est ajoutée le renforcement de la ceinture militaire à partir de Louis XIV, avec la construction de la Citadelle par Vauban. Cela a interdit l’extension de la ville et a détourné les investisseurs d’une ville frontalière placée sur la ligne de feu et trop exposée aux aléas des guerres, incessantes sous la Révolution et l’Empire.

4Néanmoins, les établissement scolaires secondaires permettent, grâce à un système de bourses, particulièrement important au Gymnase protestant, l’ascension sociale de nombreux jeunes garçons d’origine modeste : à cette date les études, réservées à une minorité, favorisent la réussite sociale.

5L’analyse de la mobilité spatiale renouvelle fortement la connaissance de faire d’attraction de la ville. L’exode rural concerne moins les hommes, attirés par le mirage américain, que les femmes qui cherchent à se placer comme domestiques. L’ouvrage comporte un chapitre très suggestif sur le travail des femmes, principalement comme domestiques ou comme journalières, et fait un excellent développement sur la mode, le linge et les lavandières qui faisaient la lessive au bord de l’Ill.

6Les Français d’outre-Vosges, dont le courant d’immigration remonte à l’annexion de Louis XIV et s’est fortement accentué sous la Révolution désireuse de combattre les modes et les parlers germaniques, ont des profils très contrastés : ils constituent une grande part du milieu administratif et militaire, et sont aussi commerçants.

7Les Allemands continuent à venir nombreux, attirés par la proximité géographique et linguistique de l’Alsace. Ils sont originaires des régions voisines, dans un rayon de 150 km. Ils sont attirés par les emplois urbains dans l’artisanat et le négoce, qui demeurent souvent mieux rémunérés à Strasbourg que dans les États germaniques proches. De nombreux commerçants et artisans badois réussissent à bien s’intégrer, et ils ne font l’objet à cette date d’aucune politique de refoulement. De plus ils trouvent un milieu culturel alémanique très proche du leur dans les classes moyennes et les milieux populaires, du moins avant 1850.

8La thèse met en évidence un important brassage démographique grâce à ces « Hergeloffene » français ou allemands, et enrichit notre savoir sur le rôle d’interface entre germanité et francité et sur le rôle de pont joué par Strasbourg entre les deux cultures à l’ère du romantisme.

9L’ouvrage fait ressortir un sujet demeuré pratiquement inconnu jusqu’à aujourd’hui : celui de la mobilité intra-urbaine, qui apparaît très importante et se trouve gênée par la pénurie de logements, car à Strasbourg on construit peu, faute de place à l’intérieur des fortifications. Au point de vue de la superficie, la ville n’a pas évolué entre le xve siècle et 1870. L’auteur dresse une typologie des mobilités, avec trois groupes dominants : le premier est constitué des familles tranquilles et stables, d’une relative aisance et dont les professions sont d’une remarquable constance à travers les deux générations étudiées, le second groupe est formé de jeunes solitaires, des gagne-petit au service de particuliers, qui sont souvent des femmes. Le troisième groupe comprend les personnes éprouvées par la vie et en difficulté financière, à la suite du décès du conjoint ou d’une autre catastrophe familiale.

10Au total cet ouvrage présente une étude intéressante de la mobilité professionnelle et géographique de la population strasbourgeoise dans la première moitié du xixe siècle. Il modifie nos connaissances sur l’histoire de Strasbourg, en traitant de la mobilité de la population et de l’immigration, alors qu’auparavant on supposait qu’il y avait une grande immobilité.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search