Version classiqueVersion mobile

Strasbourg et strasbourgeois à la croisée des chemins

 | 
Marie-Noèl Hatt-Diener

Conclusion

Texte intégral

  • 1 A. Fourcaut, La ville divisée. Les ségrégations urbaines en question, France xviiie- xixe siècles,(...)

« Tout est affaire de pratiques1 »

1Notre ambition était de cerner les pratiques des habitants de Strasbourg, entre 1810 et 1840, pratiques citadines résidentielles, professionnelles et familiales à travers les registres domiciliaires, selon des temporalités rarement perceptibles à travers d’autres sources.

  • 2 B. Lepetit, « Les Temps des villes », Villes, Histoire et Culture, no°1, 1994, p. 7-18.

2Cerner des pratiques pour tenter de comprendre le fonctionnement interne d’une société urbaine. Deux acteurs y concourent : les citadins par la conjugaison de pratiques individuelles et collectives dans l’espace urbain, et la ville elle-même, organisme vivant ses rythmes propres2 entre inertie, adaptation lente ou mutation rapide.

3Le début du xixe siècle est pour Strasbourg le temps d’une apparente inertie : impression renforcée par les bouleversements politiques et sociaux qui précèdent, le rattachement à la France puis les années révolutionnaires, et ceux qui le clôturent, l’entrée dans la modernité puis l’annexion au Reich.

  • 3 Les simples soldats sont logés en caserne et n’apparaissent pas dans les registres domiciliaires.

4Pourtant, Strasbourg est représentative d’un modèle urbain européen ; les citadins qui y habitent, y vivent et y travaillent, présentent des caractéristiques retrouvées ailleurs. Les citadins sont d’abord des citadines, la sur-féminité s’explique par une concentration de veuves et de célibataires comme ailleurs, bien que la ville soit une vigie dressée sur le Rhin, marquée par la fonction et l’empreinte militaires3. Une forte présence de domestiques, immigrés, renforce la proportion de femmes ; la solitude féminine en est alors le corollaire. Le modèle de la famille nucléaire est ici aussi prépondérant, la taille moyenne des ménages est basse, encore qu’il faille nuancer le constat ; les pratiques du logement montrent en effet que la diversité existe : la proportion de ménages regroupant trois générations est inférieure à 10 %, mais une veuve sur deux vit avec un enfant adulte. Sans suivre l’exemple belge de Verviers, une proportion de Strasbourgeois, inégale selon les groupes de citadins, font une place aux personnes âgées dans leur famille. De même, les pratiques matrimoniales ne sont pas uniformes : les groupes dominants où l’aisance et la dot vont de soi suivent le modèle patriarcal, l’écart d’âge entre un époux quadragénaire et une jeune épouse se rencontre chez les négociants, les fabricants, les militaires gradés, les serviteurs de l’État directeurs de service ; dans les milieux populaires ou la petite bourgeoisie, la jeunesse s’épouse.

5Strasbourg reste une ville « traditionnelle », à l’écart de la modernité qui déjà bouleverse un certain nombre de villes françaises dont sa voisine Mulhouse. Petites gens, artisans et boutiquiers modestes déclarent des activités qui varient souvent au cours de leur itinéraire urbain ; cette forte variabilité induit qu’il est essentiel de considérer la chaîne des professions déclarées tout au long d’un cycle de vie avant de caractériser la vie professionnelle d’une personne et de l’agréger à un groupe social ; cette variabilité signe la grande fragilité des situations rencontrées : la difficile reconversion d’une génération d’hommes dont les années de jeunesse se sont écoulées dans les armées impériales, les menaces qu’un contexte de libéralisme « sauvage » fait peser sur les petits métiers qualifiés. Peu de possibilités de promotion pendant un cycle de vie, la mobilité est surtout transversale, on change de « métier » pas de statut. Peu de mobilité intergénérationnelle sinon par le cursus de l’instruction qui permet d’accéder à une carrière religieuse ou administrative, cursus rarement rencontré, ou bien par la pratique d’une activité commerciale. La situation est aggravée quand il s’agit des trajectoires féminines.

6Mais Strasbourg ne paraît « assoupie » qu’à travers un type de focale. L’immuabilité du paysage urbain jusqu’en 1830 au moins, la faible et lente croissance de la population, la permanence de structures collectives tant dans la vie économique que dans la différenciation des espaces urbains masquent des mobilités dont l’ampleur était insoupçonnée. Victor Hugo n’a vu Strasbourg qu’à travers le prisme du pittoresque et la représentation d’une ville médiévale allemande ; de même, éblouis par le Grand Siècle, le dynamisme de Mulhouse ou les transformations radicales de la ville sous le Reich, l’historien comme le voyageur étaient trompés par les apparences.

7Pour observer, mesurer ces mobilités, en comprendre les processus, il faut étudier la ville et ses habitants sous des angles différents et pour cela, changer de focale. Cette ville qui apparaissait figée dans son rôle de sentinelle sur le Rhin, à l’écart des transformations industrielles qui bouleversent tant de villes en Europe, s’anime. Mais la circulation qu’on y perçoit est d’un autre ordre, à une autre échelle. Alors la ville, loin de « jaser doucement », bruit d’un mouvement toujours recommencé dans une double dimension spatiale.

8Strasbourg attire des migrants pour une brève traversée ou un accueil plus long ; arrivées et départs se succèdent à un rythme soutenu, le turn-over est impressionnant. Venus en majorité d’un bassin démographique surtout régional d’un rayon d’environ 130 kilomètres mais sans exclure des provenances plus lointaines, les migrants qui passent à Strasbourg ressemblent à tous les nouveaux arrivants des villes européennes : jeunesse, motivations, distances parcourues, et rythme du voyage confirment les conclusions déjà énoncées ailleurs depuis trois décennies. Le mouvement migratoire s’alimente à partir des campagnes proches et du réseau dense des petites villes d’Alsace ; cette migration de proximité est surtout féminine et répond à une forte demande urbaine de domesticité tout en soulageant les campagnes d’une jeunesse féminine trop nombreuse et coûteuse à établir ; les jeunes hommes viennent plutôt des villes relais de l’ensemble du bassin rhénan, ils parcourent des distances plus grandes et leurs activités sont plus diversifiées. Mouvement sans cesse recommencé, puisque trois migrants sur quatre ne font que passer, ils séjournent au plus un an dans la ville. Ce brassage rapide de population est renforcé par la particularité de Strasbourg : ville frontière, la conjoncture guerrière en fait un passage obligé pendant une vingtaine d’années, la situation géopolitique, économique, culturelle, agit comme un aimant entre francité et germanité. Si Strasbourg attire beaucoup de gens ne faisant que passer, elle en accueille d’autres pour quelques années et insère plus durablement dans la société strasbourgeoise une minorité de ces nouveaux venus. Les modalités du départ, de l’accueil et de l’insertion opèrent avec des temporalités différentes selon l’origine géographique des migrants ; le proche voisin est plus souvent rencontré, il reste plus longtemps, il adopte la ville plus rapidement et celle-ci l’insère plus facilement ; mais le processus d’insertion le plus efficace, celui qui conjugue vie professionnelle et mariage puis installation familiale, est mis en pratique par tous les migrants d’où qu’ils viennent. La mobilité induite par cette migration importante crée une dynamique insoupçonnée et ce, en dehors de tout processus d’industrialisation. L’exemple strasbourgeois confirme, après bien d’autres, dans le bassin rhénan comme pour d’autres régions européennes, que des migrations amples et régulières ont précédé l’industrialisation du continent.

9Ce mouvement incessant ne doit pas masquer une autre respiration de la vie citadine, révélatrice de ses caractères, la mobilité intra-urbaine.

10Quelle que soit l’échelle géographique où l’on se place pour la mesurer, la mobilité intra-urbaine est forte. Peu ou prou, elle caractérise le comportement de la presque totalité des habitants de Strasbourg.

11L’organisation interne de la ville a peu changé dans ses caractères structuraux. C’est à l’échelle de la rue, de l’îlot, que les habitants se meuvent dans un mouvement sans cesse recommencé, à l’image d’une respiration régulière pour les uns, haletante pour bien d’autres, lente pour une minorité qui nous échappe en partie du fait même de la source utilisée, conçue et tenue pour enregistrer le mouvement. Cette mobilité résidentielle se lit à travers la pratique du logement visant à satisfaire un besoin vital, qui concerne chacun et tous les habitants selon des modalités individuelles et collectives à la fois. L’étude en est menée à toutes les échelles spatiales et leur comparaison s’avère fructueuse puisque chaque échelle spatiale met en valeur une caractéristique des pratiques citadines.

12À l’échelle de la ville toute entière, on lit en creux une opposition entre centre et périphérie qui est surtout le fait des élites urbaines, évitant les quartiers hors de l’ellipse insulaire. À travers la mobilité intra-urbaine, on retrouve ainsi deux constantes déjà analysées pour l’année 1789 et qui perdurent jusqu’à la fin du xixe siècle. À l’échelle de la ville, le centre ouest de l’ellipse insulaire attire toujours autant les nouveaux venus que la « Krutenau », périphérie est. Le cœur de la ville exerce son attrait : travail, logement, distractions s’y mêlent dans une proximité recherchée, mais cet attrait s’exerce inégalement dans l’ellipse insulaire. On retrouve une différence marquée entre l’est de l’ellipse historique, plus aristocratique et calme, et l’ouest davantage populeux et populaire, traversé par la Grand’Rue, bien nommée. Le centre ville apparaît alors, à cette échelle, le lieu d’une mixité sociale, les quartiers de la périphérie, évités par les élites urbaines, paraissent davantage habités par une population moins diversifiée. Pourtant, les habitants « mobiles » occupent l’ensemble du territoire intramuros, sans que l’on puisse discerner des degrés de mobilité différente selon les quartiers, car la ville impose à tous des contraintes et des rigidités ; les fortifications enferment et compriment l’espace, les barrières d’octroi limitent la circulation des marchandises ; les timides décisions d’aménagement urbain, le choix d’implanter une usine à gaz et une gare intra-muros, captent des terrains, détruisent des logements, renforçant leur pénurie déjà drastique pour tous les habitants.

13C’est pourquoi il convient d’analyser la mobilité intra-urbaine des habitants à toutes les échelles, en examinant la circulation des hommes à l’échelle plus fine de l’îlot, de la rue, voire du tronçon de rue ou de l’immeuble.

14S’y révèlent alors des hiérarchies insoupçonnables à l’échelle du quartier ou du canton. L’ouest de la Grand’Rue est plus populaire et populeux que le tronçon est, constat déjà fait pour l’année 1789, encore vrai en 1830, l’hôtel des Zorn de Bulach marquant la limite sur le côté sud près de la rue du Bouclier. Le côté nord de la rue des Veaux est habité par une population plus mêlée que le côté sud où se maintient davantage une proximité sociale plus classique de maîtres et serviteurs, selon la hiérarchie verticale de l’hôtel particulier. De Saint Nicolas à la Porte des Pêcheurs, le long des quais sud de l’Ill, vastes maisons d’artisans et hôtels particuliers se jouxtent, face à la flèche de la Cathédrale ; mais à l’arrière, au fond des cours, dans les venelles perpendiculaires loge une population de gens humbles et très mobiles. L’immeuble lui-même est organisé selon une hiérarchie que nous peinons à déchiffrer faute d’information autre que fortuite. Les propriétaires logent encore souvent au premier étage ; les locataires, eux, grimpent les escaliers. Il s’agit moins de ségrégation sociale rigide que de différenciation et de hiérarchie. Dans le même immeuble se côtoient propriétaire bourgeois, locataires aisés, petites gens, voire indigents ; les hiérarchies se lisent verticalement et dans l’organisation interne du bâti, l’orientation du logis (sur rue ou sur cour), l’espace disponible (appartement vaste, plusieurs pièces ou une seule chambre), le confort tout relatif.

15Dans l’itinéraire que tracent les Strasbourgeois au cours de leurs pérégrinations dans la ville, aucune échelle géographique n’exclut les autres dès lors que l’on a affaire aux habitants qui ont trois domiciles et plus. La proximité géographique est cependant le cas le plus fréquent, l’espace connu est privilégié ; l’installation successive dans des domiciles situés dans un même îlot révèle soit une façon d’apprivoiser un territoire mal connu, soit une ténacité à rester dans un territoire familier, soit le choix d’un quartier agréable à vivre, où l’on se doit d’habiter pour tenir son rang, le quartier « aristocratique » entre place Broglie et rue des Veaux par exemple.

16La mobilité intra-urbaine s’inscrit dans l’espace intra-muros de manière indifférenciée, on ne peut pas construire une géographie sociale des quartiers à partir de ce critère. Comme à Milan, les habitants qui déménagent souvent habitent aussi bien les quartiers de l’ellipse que ceux de la périphérie. La différenciation est en revanche constituée par les rythmes de la mobilité. Là encore ce sont les citadins stables, « sédentaires », qui marquent la différence. Ceux qui demeurent très longtemps dans un logement (plus de sept ans) habitent majoritairement l’ellipse insulaire ou sa limite sud ; l’exemple de la rue des Veaux est parlant : la durée de séjour des habitants à cette adresse est souvent la plus longue de toutes les étapes de leur trajectoire. Les contraintes induites par la société urbaine, l’absence d’une politique de logement, le libre jeu du marché des loyers dans un espace confiné imposent aux habitants de s’y adapter. La mobilité intra-urbaine est une des réponses des citadins aux rigidités de la ville ; l’aisance matérielle, la bonne connaissance d’une ville familière dès l’enfance facilitent l’adaptation et permettent des choix : les changements de domicile sont alors plus rares, les séjours plus longs car le choix a pu être judicieux. Quand ces deux atouts manquent, il faut quêter les espaces disponibles ; à défaut, on se loge comme on peut en attendant mieux, c’est-à-dire qu’on se loge souvent mal, le logement est subi ; les allers-retours d’une rue à l’autre, d’un immeuble à l’autre ne signifient-ils pas que, faute d’améliorer un confort d’habitat inaccessible, il importe de rester dans un environnement connu ? Dans ce cas, la différenciation est non seulement temporelle, géographique mais aussi culturelle : à la culture d’un « intérieur » investi, meublé, décoré, signe de l’aisance et du goût, de la conformité à une bonne éducation et à un genre de vie clos, s’oppose la culture de la rue, de l’espace public partagé, de la convivialité parfois houleuse de la « cour ».

  • 4 O. Zeller, « Introduction », Cahier d’Histoire consacré à l’Habitat, 1999, 4, p. 2-9.

17La fréquence relative des cohabitations entre générations, la co-résidence ne sont-elles pas une manière de s’adapter à la pénurie de logement ? Cette pratique semble caractéristique des espaces urbains clos que sont les villes corsetées par les murailles, à Valenciennes comme à Strasbourg, d’un bâti qui privilégie les volumes importants et permet de diviser l’espace intérieur en autant d’unités d’habitation4. La solidarité familiale peut s’y épanouir, la distance entre le lieu de travail et le domicile est souvent réduite, voire abolie, les immeubles et les hôtels localisés dans un quartier central. Lorsque la proximité ou la cohabitation s’avèrent insupportables entre ménages et générations, il est possible de la rompre en cherchant à se loger dans le voisinage.

18La mobilité intra-urbaine n’est pas seulement une réponse des citadins face à des contraintes. Elle est aussi un miroir dans lequel la société urbaine dévoile les inégalités, les conflits, les différences, les solidarités qui la caractérisent et l’animent.

19Les inégalités urbaines s’y révèlent. Les habitants les plus aisés sont installés à tous les sens du terme : ils occupent moins de domiciles, plus longtemps, et quand ils déménagent, ils franchissent des distances plus grandes ou bien ils quittent la ville. Ceux dont l’existence est moins assurée déménagent plus souvent, leur mobilité s’accroît encore avec la précarité : davantage de domiciles, un rythme plus soutenu, des distances plus courtes.

20Les conflits qui travaillent toute société influent également sur la mobilité résidentielle. Les conflits du travail entre employeur et salarié provoquent souvent un déménagement, soit il se traduit par la perte du logement, gain en nature dans le cas des servantes et des compagnons, soit il provoque la perte de l’emploi, l’argent vient alors à manquer et il faut se loger à moindre prix, soit enfin le nouvel emploi est trop éloigné du domicile occupé et on en change. Les querelles familiales ont le même effet : des enfants adultes s’éloignent d’une marâtre lors du remariage d’un père veuf, chez les bateliers Nussbaum comme chez le tailleur Brettinger ou les brasseurs Hatt. Des fils mariés quittent une cohabitation avec leurs parents pour préserver la paix de leur ménage, le serrurier Baer rue de l’Ail ou le fils Bauer, rue des Veaux. Des filles célibataires rythment la cohabitation avec une mère seule et âgée au gré des humeurs, des circonstances professionnelles ou amoureuses. Des conjoints se séparent et l’un au moins quitte le logis, leur mobilité résidentielle s’accélère presque toujours à la suite de la rupture. Le voisinage proteste contre le tapage nocturne ou l’amoralité d’une conduite de « fille publique », elle change alors de chambre, à un rythme parfois hebdomadaire, souvent mensuel, quitte à revenir dans le même immeuble six mois plus tard. La mobilité intra-urbaine résonne comme l’écho des conflits de toute nature qui scandent la vie des citadins.

21La mobilité intra-urbaine met aussi l’accent sur les différences qui travaillent la société citadine. La différence entre natifs et étrangers semble la moins discriminante de ce point de vue. Les « oiseaux de passage », quels qu’ils soient et d’où qu’ils viennent, ne pratiquent pas la mobilité intra-urbaine, ils n’en ont pas le temps.

22Les étrangers qui s’installent dans la ville se comportent comme les Strasbourgeois : un peu d’aisance financière, le mariage avec une femme de la région facilitent l’insertion, ils ont alors la même mobilité que les Strasbourgeois « tranquilles » ; venus en famille, travailleurs aux gains modestes et aléatoires, ils partagent le même sort que les Strasbourgeois de même condition. O. Faron formule la même constatation en ce qui concerne le comportement des Milanais. Seul, l’étranger qui vient de loin a un comportement différent, la ville n’est souvent que traversée, la mobilité intra-urbaine n’existe pas pour lui.

  • 5 J. L. Pinol, « La mobilité dans la ville, révélateur des sociétés urbaines », ADH, 1999, 1, p. 7-1 (...)

23Les différences créées par les spécificités professionnelles sont plus nettes. À la stabilité « contrainte » des marchands, artisans et fabricants, rencontrée aussi bien à Moscou, Turin, Paris, Milan5, s’oppose l’extrême mobilité des servantes, des ouvriers qui logent chez leur patron. Tous les habitants privilégient la proximité de leur domicile avec leur lieu de travail : dans une ville bâtie à l’échelle du piéton, sans transport en commun, cela se comprend aisément. Aussi l’instabilité de l’emploi, la menace constante du chômage et la modestie des gains incitent-elles à n’être pas difficile : changer d’employeur et de travail provoque le plus souvent un déménagement.

24Les différences liées à l’âge sont, elles aussi, plus marquées. Les jeunes gens sont d’autant plus mobiles que leur logement dépend des capacités d’accueil offertes par la ville : les garnis sont pris d’assaut, le logement chez un patron ne dure que le temps d’un contrat de travail, les étudiants se disputent des chambres chez l’habitant ; reste alors la location d’un lit chez un Strasbourgeois désargenté, pratique avérée à la fin du siècle, mais seulement pressentie pour la période étudiée, faute de précisions dans les registres. Des réseaux existent, le bouche à oreille fonctionne, on le voit au fil des pages : à certaines adresses, des ouvriers compagnons venant de la même région se logent en groupe ou bien se succèdent chez une logeuse ou un patron artisan.

25À l’opposé, la solitude accentue les difficultés, aggrave les situations. Les servantes, venues jeunes de leur campagne, se logent au rythme des contrats trimestriels. Elles parcourent alors l’ensemble du territoire de la ville à la recherche de l’employeur potentiel : l’emploi d’une ou deux servantes n’est plus l’apanage de la bourgeoisie, un simple employé, un petit boutiquier ou un artisan tant soit peu aisés ont recours à leurs services. A contrario, on rencontre des domestiques, de fidèles servantes ou de dévouées gouvernantes qui restent en place, dans tous les sens du terme, au sein d’une famille où ils sont appréciés pendant des années ; stabilité professionnelle et résidentielle concerne alors les plus âgés d’entre eux. Pour tous, le grand âge est un frein à la mobilité résidentielle ; néanmoins, la précarité n’épargnant pas les personnes âgées, on en rencontre qui vont et viennent au gré de l’accueil que leur réservent leurs enfants, eux-mêmes en peine de se loger selon leurs besoins : tel veuf séjourne ainsi tous les deux ou trois mois, tour à tour chez ses différents enfants.

  • 6 Fondation d’une veuve strasbourgeoise au xviie siècle, destinée à héberger les femmes seules et pa (...)

26Les veuves, elles, vivent plus souvent seules. En effet, la mobilité intra-urbaine révèle un aspect déjà énoncé mais encore peu étudié : la différence du « genre » éclaire la pratique du logement. La solitude et la fragilité professionnelle des femmes en ville s’accompagnent d’une mobilité accrue, plus saccadée et rapide, à tout âge, dans tous les quartiers et dans un espace souvent encore plus restreint que celui des hommes. Certaines localisations semblent spécifiques au logement des femmes sans pour autant qu’il y ait « ghetto » ; des femmes modestes et seules se logent plus souvent dans les ruelles et les venelles, en arrière-cour, que dans les immeubles ayant pignon sur rue au sens propre du terme. Point de « béguinages » dans Strasbourg, la maison « Praechter »6 située dans une ruelle perpendiculaire au quai des Pêcheurs reste une exception et ne suffit pas à répondre aux besoins. La solitude et la précarité, qu’elles soient dues à des malheurs familiaux ou à la fragilité professionnelle accroissent à tout âge la mobilité intra-urbaine ; elle est assurément plus forte pour les jeunes filles et les femmes âgées obligées de travailler.

27Le territoire de la ville comme le « marché du travail » sont en effet organisés selon le « genre ». Les femmes parcourent la ville en tous sens, y compris celles de la petite bourgeoisie, qu’accompagne alors un chaperon, ne serait-ce que pour les indispensables courses. Les femmes sont les plus nombreuses dans la population urbaine, c’est pourquoi la confusion des genres et des lieux est considérée comme néfaste. Une frontière invisible mais réelle partage l’espace urbain ; la dichotomie des lieux recouvre celle du féminin et du masculin : aux hommes, le café, le journal, la boutique, l’estaminet et la promenade libre de toute entrave, jour et nuit ; aux femmes, la rue mais le jour, la boulangerie et la mercerie, le lavoir et la fontaine, l’ouvroir ; les marchés à l’instar des églises sont les seuls lieux mixtes. S’esquisse alors une cartographie spécifiquement féminine de la ville, à l’image de celle qu’Amélie Weiler dessine au fil de son journal.

28Cependant, outre les différences, la mobilité intra-urbaine met en valeur les solidarités qui se forgent entre les habitants de la ville. Le rôle de la famille, d’une parentèle élargie, est essentiel pour accueillir le nouvel arrivant ; les aînés accompagnent leurs cadets pour apprivoiser la ville et l’apprentissage professionnel, ils partagent parfois le logement et leur cèdent la place chez un patron. Les cohabitations et la pratique de la co-résidence attestent l’importance de cette entraide familiale. Les enfants ne constituent pas un frein à la mobilité intra-urbaine, les familles modestes accompagnées d’enfants se déplacent et délogent à l’intérieur d’un espace restreint au pâté de maisons, mais à un rythme élevé ; la naissance d’un enfant accompagne souvent un déménagement, c’est d’ailleurs la circonstance d’arrivée dans un nouveau logement la plus fréquente. Les enfants eux-mêmes ont une mobilité spécifique dans la ville, et ce dès le plus jeune âge, puisqu’ils sont confiés aux grands-mères, aux nourrices, aux voisines, ou en dernier ressort aux institutions municipales. Mais, veuvage et solitude fragilisent les destins. Pourtant des solidarités autres que familiales existent, celles qui s’expriment dans une sociabilité de quartier, de voisinage, d’immeubles, dans laquelle les femmes jouent un rôle de premier plan. Des solidarités professionnelles influencent également un type de mobilité, le logement en garni occupé par un groupe de jeunes gens vivant du même métier, ou le partage d’une même chambre par deux couturières ; des solidarités de « pays » esquissent une géographie des logis en ville. Ces solidarités ne s’exercent pas continûment, mais selon les besoins : un ménage sur deux change de taille pendant le suivi de sa trajectoire, ces changements ne découlent pas nécessairement de l’évolution normale du cycle de vie familiale.

29Contrairement aux idées reçues et développées par les observateurs des villes au xixe siècle, cette mobilité intra-urbaine n’est pas le signe d’une délinquance ni un élément criminogène de la société urbaine. Pas plus que les migrations interurbaines, régionales ou à plus longue distance ne sont le fait des marginaux et des délinquants, la mobilité intra-urbaine n’est le signe distinctif de ceux qui sont en délicatesse avec la loi. Elle concerne peu ou prou tout le monde, c’est la norme du comportement citadin ; elle est une réponse plus ou moins facile, une adaptation plus ou moins réussie aux contraintes et aux rigidités imposées par la ville : permanence du bâti, contraintes militaires, absence d’une politique du logement, refus de réglementer le marché du loyer. Seuls varient le rythme et l’amplitude de la mobilité intra-urbaine, la comparaison des itinéraires individuels le manifeste clairement. L’étude et la mesure des mobilités spatiales urbaines invite alors à remettre en question les dichotomies natif/migrant, citadin/rural, car ces catégories s’interpénètrent constamment. Les étrangers « accueillis » à Strasbourg partagent avec des natifs les mêmes pratiques du logement ; une servante venue de la campagne alsacienne arpente la ville de la même façon qu’une servante, fille de journalier strasbourgeois, pour peu que la solidarité familiale lui fasse défaut. La différence entre les citadins, natifs ou étrangers à la ville, jeunes ou âgés, hommes ou femmes, familles ou solitaires, riches ou humbles, s’inscrit moins dans l’opposition entre mobilité et stabilité résidentielles que dans les pratiques différentielles de la mobilité à l’intérieur de l’espace urbain : rythmes, distances parcourues, espace maîtrisé ou non, capacité à élaborer une stratégie résidentielle ou sauve-qui-peut. Ces citadins qui « bougent » et dont les autorités municipales et nationales appréhendent la mobilité sont surveillés de façon tatillonne ; les résultats obtenus sont cependant dérisoires. Au fil des pages, on relève des délits somme toute mineurs ; les plus fréquents concernent la non-observation de l’obligation de déclaration domiciliaire, délit simplement administratif qui signe au plus la négligence mais peut aussi signifier la réticence des citadins envers la surveillance dont ils sont l’objet. Quelques dettes, des conflits du travail, des brouilles et violences familiales, signes d’une « vie fragile » ; deux ou trois escrocs, un seul meurtrier, un déserteur, quelques mendiants sur plus de 6 000 citadins suivis ne constituent pas un milieu criminogène. La prostitution, plus souvent repérée, est elle-même davantage le fruit de la difficulté de vivre et de travailler que celui du penchant à la délinquance.

30Dès lors, comment se conjuguent la permanence des structures collectives professionnelles et spatiales des citadins que l’on observe à l’échelle de la ville avec la continuelle et commune mobilité professionnelle et résidentielle ? Comparer les échelles entre elles est toujours productif. Le jeu d’échelles montre à l’évidence que les observations faites à une échelle spatiale donnée ne se reproduisent pas à une autre échelle. D’autre part, les citadins ne vivent pas au même rythme que celui de la ville ; leurs temporalités ne sont pas les mêmes.

31La mobilité professionnelle, par ailleurs, est plus apparente que réelle, on l’a montré ; elle résulte de la conjugaison d’un vocabulaire à la fois précis et flou avec une grande variabilité des situations attestant surtout la précarité de l’emploi, la non-qualification et le déroulement du cycle de vie. Cette mobilité horizontale ne freine donc pas la reproduction sociale qui reste le fait majoritaire, elle en masque seulement la visibilité et la dureté.

32La mobilité spatiale, elle non plus, ne génère pas forcément de changement. On observe de nos jours que la mobilité résidentielle, dans les villes européennes, est un élément contribuant au processus de différenciation sociale de l’espace urbain. Au contraire, entre 1810 et 1840, à Strasbourg comme à Versailles, à l’échelle du quartier, de la rue et de l’immeuble, le turn-over très rapide des habitants crée et installe, paradoxalement, la reproduction sociale : locataires et propriétaires se succèdent mais on leur trouve le même profil ; au no°24 rue des Veaux, des familles, des solitaires, des ménages populaires se remplacent les uns les autres, alors qu’au no°29 de la même rue s’installent successivement, mais sur un rythme assagi, les gradés de la hiérarchie militaire et les directeurs des services administratifs ; les immeubles « garnis » de l’ouest de l’ellipse insulaire sont habités tour à tour par des ouvriers célibataires, des femmes seules, des familles démunies : les individus sont différents, mais ils appartiennent au même monde, perpétuant dans leur mouvement sans cesse recommencé les caractéristiques sociales de la population de l’immeuble, de la rue ou du pâté de maisons. Les formes spatiales de différenciation sociale ne jouent pas tant à l’échelle du quartier qu’à celle du tronçon de rue, de l’îlot, de l’opposition entre façade sur rue ou sur cour, on l’a montré rue des Veaux ou quai des Bateliers par exemple.

33L’étude de la mobilité intra-urbaine dégage des pratiques permettant de caractériser des comportements spécifiques, combinant dimension temporelle, rythmes de déplacement, et dimension spatiale, distances parcourues. Ces différences de comportement définissent des groupes : habitants stables « enracinés » minoritaires, « familles tranquilles », « jeunes gens solitaires », « petites gens éprouvés », « toupies » exceptionnelles ; les groupes ainsi définis ne recoupent pas forcément les groupes socioprofessionnels dominants. Les habitants les plus stables à l’échelle de la ville, de la rue, de l’immeuble, sont d’abord des familles complètes, couple parental et enfants, quelques personnes âgées seules et aisées, veufs et veuves rentiers, et les catégories sociales bourgeoises. Les plus mobiles sont au contraire les solitaires, les conjoints séparés, les familles monoparentales, les gagne-petit. On voit ainsi comment condition sociale, manière d’habiter et composition familiale sont, à l’évidence, intimement liées. Des comportements apparemment incompréhensibles et arbitraires s’éclairent alors en partie.

34L’étude des pratiques sociales autour de l’habitat s’est révélée fructueuse : au lieu de réifier les groupes sociaux définis a priori selon les seules catégories socioprofessionnelles, l’étude de la mobilité intra-urbaine à partir des pratiques constatées permet de voir, à travers le prisme du logement, comment social et spatial s’imbriquent dans le territoire de la ville.

Notes

1 A. Fourcaut, La ville divisée. Les ségrégations urbaines en question, France xviiie- xixe siècles, Créaphis, 1996, p. 17.

2 B. Lepetit, « Les Temps des villes », Villes, Histoire et Culture, no°1, 1994, p. 7-18.

3 Les simples soldats sont logés en caserne et n’apparaissent pas dans les registres domiciliaires.

4 O. Zeller, « Introduction », Cahier d’Histoire consacré à l’Habitat, 1999, 4, p. 2-9.

5 J. L. Pinol, « La mobilité dans la ville, révélateur des sociétés urbaines », ADH, 1999, 1, p. 7-15.

6 Fondation d’une veuve strasbourgeoise au xviie siècle, destinée à héberger les femmes seules et pauvres.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search