Version classiqueVersion mobile

Strasbourg et strasbourgeois à la croisée des chemins

 | 
Marie-Noèl Hatt-Diener

Chemins croisés : la mobilité intra-urbaine

Texte intégral

1Le classement chronologique des déclarations faites par une même personne permet de reconstituer son itinéraire dans l’espace intra-urbain, de saisir à travers ce cheminement temporel et spatial sa façon de parcourir, habiter, maîtriser ou non cet espace. Comment étudier les 33 428 adresses dispersées dans la ville que l’ensemble des 6 185 personnes déclarent entre 1810 et 1840 ?

A. Reconstituer le puzzle des itinéraires

1. Les difficultés à surmonter

  • 1 C’est le cas de J. D. Weiler lorsqu’il quitte le 26 Derrière Saint-Nicolas : vol. 59 p. 350 ; voir (...)

2Une première remarque s’impose : le nombre de déclarations par personne indique imparfaitement la durée et les étapes d’un itinéraire. Une seule déclaration peut énoncer de une à trois adresses, une au minimum, synchrone de la déclaration que nous qualifions d’adresse « du moment » ; l’adresse « antérieure » est le plus souvent indiquée, moins souvent celle de destination ou « postérieure »1. Trois déclarations peuvent ainsi annoncer de trois à neuf adresses successives qui correspondent à autant de logements ; quatre déclarations permettent de collecter jusqu’à douze adresses et ainsi de suite.

Itinéraire de Dorothée Barfuss

Itinéraire de Dorothée Barfuss

3Une fois les déclarations classées chronologiquement pour chaque personne, plusieurs cas se présentent.

  • 2 Voir son itinéraire, page suivante, et la carte correspondante p. xxiii.

4Une grande majorité des itinéraires sont faciles à reconstituer car dates et adresses concordent de déclaration en déclaration. François Burglin2, à travers cinq déclarations, donne un itinéraire de cinq adresses, s’étendant sur une durée de dix-sept ans sans interruption ni spatiale ni temporelle.

a. Des itinéraires incomplets, imprécis, ambigus

5Lorsque la confrontation des déclarations met en évidence une interruption soit temporelle soit spatiale, on ne peut rétablir l'itinéraire complet.

  • 3 Carte d’itinéraire intra-urbain p. xxx.

6Dorothée Barfuss3 parcourt, selon vingt-cinq déclarations successives, un itinéraire constitué de trente-cinq adresses en dix-sept années, reproduit dans le tableau ci-contre.

7La reconstitution de son itinéraire met en évidence une interruption chronologique entre août 1807 et mai 1809, alors que deux adresses sont indiquées entre ces deux dates, 96 Faubourg Blanc, canton 1 (adresse 3) et 38 rue des Frères, au pied de la Cathédrale, canton 6 (adresse 4). On sait où elle habite mais on ignore combien de temps elle occupe ces domiciles. Par ailleurs, une déclaration est impossible à dater : non seulement aucune date d’entrée ou de sortie n’est inscrite à la page du 21 rue Thomann, mais cette adresse ne se retrouve dans l’itinéraire reconstitué ni en position d’adresse « antérieure » ni comme adresse « postérieure » ; elle n’est pas non plus encadrée par une adresse « antérieure » ou « postérieure », ce qui aurait permis de la replacer dans le suivi des étapes ; enfin, rien dans la page du registre ne permet de déduire une date même approximative.

8Outre ce constat d’impuissance, on peut cependant reconstituer avec certitude mais a minima son cheminement spatial et chronologique.

9En effet, elle déclare s’installer au no°57 Quartier St Nicolas au nord-est de la ville le 7/9/1810 (6e adresse), ni date de sortie ni destination ne sont connues ; le 28/11/1810 on la retrouve au no 41 rue des Aveugles (8e adresse), elle dit venir du no 1 rue de la Chandelle (7e adresse) ; rien ne nous assure cependant qu'elle n’a pas séjourné ailleurs dans l’intervalle de deux mois et demi, entre sa 6e et sa 7e adresse ; en effet, les durées de séjour calculées tout au long de ses étapes en montrent la brièveté : 34 jours à la 30e adresse, 42 à la 22e, rien ne permet donc d’exclure un séjour plus bref l’été 1810. Nous aurons à plusieurs reprises l’occasion de revenir sur cet itinéraire. Ainsi, chaque fois qu'il y a interruption chronologique dans la succession des dates d’entrée et de sortie du logement, l’itinéraire ne peut-être reconstitué qu’a minima.

Itinéraire de François Burgin

Itinéraire de François Burgin

Itinéraire de J. J. Bronner

Itinéraire de J. J. Bronner

Itinéraire de Thérèse Brendlin

Itinéraire de Thérèse Brendlin

Des ambiguïtés à résoudre

10Première source de difficulté, on ne peut établir une continuité chronologique alors que la continuité spatiale de l'itinéraire est connue. Examinons, à travers quelques exemples précis, la procédure suivie afin d’utiliser au mieux les renseignements collectés.

  • 4 Vol 90, p. 307 ; vol. 48, p. 314, 326, 308, 524 ; vol. 61, p. 262.

11Pierre Bieth4 chantre à la Cathédrale, et son épouse emménagent no 1 rue du Tonnelet Rouge (adresse 9) le 1/10/1827 ; nous ignorons la date de sortie du logement mais l’employé a indiqué une adresse « postérieure », 30 rue de la Râpe (adresse 10) ; la famille Bieth emménage no 4 rue de la Croix (adresse 11) le 1/10/1837, venant du no 30 rue de la Râpe – même adresse que la dixième, mais est-ce vraiment le même séjour ? Dix années séparent l’entrée à l’adresse 9 de celle à l’adresse 11 : la continuité spatiale est nette, on ne peut pourtant pas conclure avec certitude une continuité chronologique, d’autant que les séjours aux adresses précédentes sont respectivement de 1 an, 2 ans, 1 5 mois, 3 ans, 4 mois, 18 mois.

  • 5 Vol. 48, p. 360, 589, 592, 632, 636, 799, 823.

12L’itinéraire de Françoise Becker, épouse Bourasot5, couturière puis repasseuse, est encore plus contrasté. En 1813, elle réside au no 14 Marché Gayot (adresse 1), huit ans plus tard, elle emménage au no 10 quai des Pêcheurs (adresse 2) ; elle y déclare venir du no 14 Marché Gayot. Y est-elle restée huit ans, délai qui sépare les deux dates d’entrée, la date de sortie étant inconnue ? C’est possible, car elle déménage à la suite du départ de son mari (elle se dit « femme abandonnée »).

13Quand elle vit seule, les durées de séjour connues aux différentes adresses de son itinéraire sont toutes supérieures à un an, mais deux périodes de quatre ans indiquent chacune trois adresses différentes.

14À son tour, l’itinéraire de J. Jacques Bronner (tableau ci-contre), journalier, jardinier et pensionné, accompagné de sa famille, présente de nombreuses discontinuités.

15La continuité spatiale n’est pas renseignée : pour quatre adresses « du moment » nous ne connaissons que trois adresses « antérieures » et une seule adresse « postérieure » ; la continuité chronologique n’existe pas : neuf années séparent les deux premières déclarations. La seule observation que l’on puisse formuler est que le couple a au moins huit adresses en seize ans (délai qui sépare la date la plus précoce de la date la plus tardive).

16On serait alors tenté d’établir une moyenne d’une adresse tous les deux ans, moyenne certes différente de la réalité mais suggérant un rythme à défaut d’autre précision. La famille habite le quartier sud-est de la ville intramuros, en revanche, on sait que les adresses rue des Bouchers (adresse 1) et rue des Orphelins (adresse 2) sont dans un même pâté de maison, comme les adresses 3 et 8 puis 2 et 6 ; cinq minutes à pied seulement séparent chaque couple d’adresses l’un de l’autre.

17La discontinuité chronologique induit donc que le nombre connu d’adresses différentes est toujours un minimum.

  • 6 Chapitre « Une source peu étudiée », supra p. 27.
  • 7 Ibidem.
  • 8 Catherine Blind dit venir du no 37 quai des Bateliers, sa déclaration précédente la situe au no 36 (...)

18Seconde source d’ambiguïté, l’imprécision des adresses déjà évoquée dans la présentation critique de la source6. Des adresses, en fait identiques, sont libellées de façon différente. Rappelons que l’adresse « du moment », retenue dans la base de données, est celle qui figure en haut de page de registre, son libellé est administratif. Les déclarants, eux, ont une connaissance subjective et moins précise de la topographie urbaine, ils maîtrisent imparfaitement le système de numérotation des maisons dont nous avons déjà mentionné l’arbitraire7 ou alors ils utilisent des appellations usuelles différentes de celles en usage dans les bureaux : l’appellation « Petite France », encore usitée aujourd’hui, englobe un ensemble de rues voisines de la rue du Bain aux Plantes. Il y a donc discordance entre l’usage administratif et l’usage courant tel qu’ils s’expriment à travers les déclarations ; les exemples foisonnent8.

  • 9 Voir la carte du quartier des Bateliers p. xx.
  • 10 Carte p. xiv.

19De tout évidence, les déclarants ne maîtrisent pas bien la topographie urbaine ni la toponymie alors que la lecture et l’usage des plans nous sont familiers. Mais la ville elle-même, tant par l’organisation du bâti que par la dénomination des rues, les induit en erreur. Bien des maisons encadrent une cour, au débouché d’un passage, souvent couvert et fermé par une porte, donnant sur la rue. Net sur les plans, ce bâti est visible encore aujourd’hui quai des Pêcheurs, quai des Bateliers9 ou rue des Veaux10.

20La dénomination des rues est aussi source de difficulté pour les déclarants et pour nous. Il existe dans deux quartiers différents des rues qui portent le même nom. Parfois, mais pas systématiquement, la reconstitution des itinéraires a permis de lever ces ambiguïtés : comment identifier une adresse dont le libellé renvoie à deux rues pareillement dénommées alors que ni le déclarant ni le scribe ne précisent le canton d’origine ou de destination ? Seule la comparaison des adresses et la concordance des dates permet de trancher. Voyons comment à travers deux itinéraires :

  • 11 Vol. 61 p. 286 ; vol. 48 p. 322.
  • 12 Vol. 89 p. 265 ; vol. 61 p. 351.

21Pauline Boudhors11 est enregistrée le 1er août 1815 rue du Puits (adresse 8) ; le haut de page du registre précise qu’il s’agit du canton 9. Elle y reste jusqu’en juin 1836, elle déménage alors rue des Frères (adresse 9) canton 6, disant venir de la rue du Puits, canton non précisé. Seule la comparaison entre ces deux déclarations permet d’affirmer que la rue du Puits en question n’est pas celle du canton 7 mais bien celle du canton 9 puisque la chronologie précise l’ordre des adresses. Antoine Beyle12 emménage, le 22 septembre 1834, au no 13 rue du Vieil Hôpital dans le canton 6, près de la Cathédrale (adresse 7) ; le 1er avril 1835, il s’installe au no 26 rue Ste Madeleine canton 9 (adresse 8) : dans cette déclaration il dit venir de la « rue de l’Hôpital », sans en préciser le canton ni dire s’il s’agit du « Vieil Hôpital » ou de l’« Hôpital militaire » ; or une rue de l’Hôpital (militaire) existe dans le canton 9, est-ce de celle-ci qu’il s’agit ? Les dates donnent l’ordre des adresses et tranchent : la rue de l’Hôpital en question est celle de l’adresse 7 donc située canton 6.

  • 13 Vol. 90 p. 375 ; vol. 89 p. 704.

22Pour compliquer les choses, l’oralité de la déclaration entraîne des confusions. A. M. Beyer13 est enregistrée le 20 octobre 1825, au no 2 rue Salzmann (adresse 1) – on trouve parfois au fil des pages « Salzmann » traduit par « Homme à Sel » ; le 23 juin 1826 elle emménage une centaine de mètres plus loin, au no 2 Grand’Rue (adresse 2) ; on l’y inscrit comme venant du no 2 « près de l’Homme de Fer » ; il s’agit d’une confusion entre les deux dénominations « homme à sel » et « homme de fer » commise soit par la dame Beyer soit par l’employé de bureau.

23Cette reconstitution des itinéraires, un véritable puzzle, demande « patience et longueur de temps ». Elle permet cependant de compléter utilement les informations collectées, tant pour l’étude des temporalités que pour celle des mobilités spatiales.

b. Calculer la durée des étapes

  • 14 Voir chapitre « L’atelier de l’histoire », supra p. 76-82.

24Pour étudier le cheminement des habitants dans la ville, il faut non seulement connaître leurs domiciles successifs mais aussi la durée de séjour à une adresse donnée. Plus de 10 000 durées de séjour ont été précisément calculées14.

25Néanmoins, l’étude des itinéraires permet aussi d’établir la durée de séjour à des adresses autres que celles « du moment ». Ainsi, à partir des 13840 déclarations, dont certaines sont incomplètes, nous pouvons déduire plus de mille durées d’occupations supplémentaires.

26Non seulement nous collectons ainsi davantage de renseignements sur le rythme des déplacements des Strasbourgeois mais nous élargissons le champ spatial de notre connaissance car des adresses antérieures ou postérieures sont localisées dans des quartiers-cantons que nous n’avons pas étudiés à travers les registres. Quelques exemples permettent de comprendre la procédure.

  • 15 Rappelons que les durées de séjour sont calculées à partir des dates de déclaration, lesquelles ne (...)

27Les déclarations de Thérèse Brendlin (voir tableau p. 188) fournissent des précisions sur des séjours non synchrones d’une déclaration15 : en effet, elle quitte le no 6 Grande rue de la Grange (adresse 1) le 30 septembre 1821 pour le no 18 Faubourg National, canton 1 (adresse 2) ; on la retrouve le 25 décembre 1821 s’installant au no 20 rue du Vieux Marché aux Grains (adresse 3) et déclarant venir du no 18 Faubourg National (adresse 2) ; on peut déduire avec certitude que son séjour au no 18 faubourg National est de 85 jours soit – à quelques jours près – trois mois (du 30 septembre 1821 au 25 décembre 1821) ; de même peut-on calculer qu'elle séjourne au no 64 Faubourg des Pierres dans le canton 2 (adresse 6) du 19 avril 1825 au 24 juin 1825 soit un peu plus de deux mois.

28La comparaison des déclarations entre elles permet souvent de préciser : on ne peut pas entrer dans un logement avant d’avoir quitté le précédent, sauf à pouvoir payer deux loyers en même temps, ce qui n’est pas le cas de tous les déclarants, loin s’en faut.

  • 16 Vol. 80 p. 39 ; vol. 79 p. 175.

29Madeleine Reifsteck veuve Braun quitte le no 13 rue Ste Hélène (adresse 7) le 21 octobre 1817 ; d’après le registre elle entrerait au no 21 rue du Vieux Marché aux Grains (adresse 8) en octobre 1817 : il s’agit là d’une négligence de l’employé inscrivant en date d’arrivée le mois et l’année « octobre 1817 » sans précision du jour. Situation vraisemblable : les deux déclarations ne sont pas consignées dans le même registre et l’employé n’est pas forcément le même dans les deux cas, en effet les écritures diffèrent16. La date de sortie de l’adresse 7 nous permet de préciser celle de l’entrée à l’adresse 8 puisque la continuité spatiale est manifeste.

30Une fois ce long et patient travail de reconstitution terminé, il devient possible d’étudier les déplacements successifs des habitants dans la ville.

2. Caractériser les itinéraires des personnes

31Pour caractériser les itinéraires des personnes et élaborer un traitement statistique informatisé, nous choisissons donc deux axes d’étude, l’un spatial, l’autre temporel.

a. Jeux d’échelles

  • 17 Ce que montre le plan dressé en 1822, dont l’originalité est de figurer cet espace « hors les murs  (...)

32L’axe spatial permet d’étudier comment les Strasbourgeois habitent la ville à des échelles géographiques allant du plus vaste au plus petit espace. Les murailles clôturent la ville, elles sont autant une limite administrative qu’une marque tangible dans la vie quotidienne : on franchit les portes, les douaniers contrôlent parfois les bagages aux barrières d’octroi, installées au Péage de la Bruche à côté des Ponts Couverts au sud jusqu’à l’île Jars et à l’Orangerie vers la Robertsau au nord. Quelques habitants sont établis « hors les murs », au Wacken, le long de l’Ill, vers la Meinau17 ; les distances sont inférieures à une demi-heure de marche à pied des portes, constat établi encore aujourd’hui.

Usages administratifs et pratiques sociales

  • 18 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 70 ; voir chapitre « L’atelier de l’histoire », choix de l’esp (...)

33L’échelle spatiale la moins détaillée est celle du canton dont le nombre et le découpage ont varié entre 1720 et 1840. Les citadins ne précisent jamais le canton dans l’intitulé d’une adresse, ce sont les employés du bureau de police qui utilisent ce découpage pour constituer et tenir les registres. Avant 1816, le découpage en 10 cantons peut coïncider avec les limites des quartiers18, mais après cette date, le regroupement en quatre cantons les ignore.

34La ville de Strasbourg intra-muros est une ville de piétons : il suffit de quinze à vingt minutes pour franchir d’un pas normal la distance nord-sud de l’ellipse et d’une demi-heure pour la parcourir d’est en ouest. L’échelle cantonale, pratique et éclairante pour esquisser une vision d’ensemble de la ville et de ses habitants, ne peut rendre compte de toutes les informations collectées. En effet, les limites de cantons sont administratives et ne correspondent pas forcément à la réalité spatiale des pratiques urbaines. Que dire de la limite est-ouest qui sépare les cantons 4 et 7 en passant par le milieu de la Grand’Rue, la bordure et les maisons établies au nord étant affectées au canton 4 quand les maisons de la bordure sud sont inscrites au canton 7 ? Le cas est identique pour la rue des Juifs, « partagée » entre les cantons 5 et 6. Nous verrons plus loin que les habitants délogent souvent en vis-à-vis, en ce cas, ils changent de canton.

35La présence de l’eau ne fait pas partout limite : ainsi les canaux et digues de la « Petite France » sont-ils dans les cantons 7 ou 8, c’est selon. Ces problèmes de limites sont usuels aux géographes qui recourent pour les surmonter à la définition d’îlots, ce qui déplace le problème à une échelle inférieure.

36En outre, les registres nous permettent d’appréhender le cheminement des citadins à une échelle spatiale plus fine, celle du pâté de maisons, de la rue, de l’immeuble, renseignements précieux pour caractériser leur pratique de l’espace.

  • 19 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 70.

37Si ces divisions spatiales de l’espace urbain sont chacune une représentation de cet espace, elles ont néanmoins le mérite d’être inscrites dans des pratiques quotidiennes : les déclarations des Strasbourgeois témoignent de l’usage familier de la notion de rue qui fait partie de leur univers mental, de même que l’évocation de la cour ou du passage, emprunté chaque jour pour accéder au logement, lieu de voisinage solidaire ou conflictuel, surveillé depuis les fenêtres. Les adresses formulées par les déclarants désignent toujours une rue, alors que la numérotation de l’immeuble est plus approximative, parfois même remplacée par une locution imagée, « au fond du cul-de-sac Marbach », « au pont Sainte Catherine », habitude déjà rencontrée en 178919.

  • 20 618 chefs de ménage sur 12500 dans l’ensemble de la ville : Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 80 (...)
  • 21 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 79-80 et J. L. Pinol (dir.), Atlas historique des villes de Fr (...)

38Cependant l’échelle de la rue n’est pas toujours la plus pertinente. La Grand’Rue s’étire sur 800 mètres d’ouest en est, c’est la plus longue rue de la ville et déjà la plus peuplée en 178920. Y habiter près de la place du Marché aux Herbes et près de la rue des Grandes Arcades – des numéros 1 à 36 côté sud et 121 à 161 côté nord – c’est habiter le côté chic de la rue : l’attestent en effet, le parcellaire des immeubles, la présence des hôtels nobles construits au xviiie siècle, celle des anciens « poêles » des corporations dont la riche et puissante Tribu des Marchands ; à l’ouest du Fossé des Tanneurs, la rue est plus modeste entre les numéros 38 à 79 au sud et 80 à 119 au nord21.

39Afin de prendre en compte la richesse des informations spatiales contenues dans les registres, nous avons défini des échelles géographiques décroissantes selon les critères établis par les géographes, du pâté de maisons à l’immeuble, et nous les avons appliquées aux adresses énoncées par les habitants.

Les adresses localisées dans un pâté de maisons

  • 22 R. Brunet, R. Ferras, H. Théry, Les mots de la géographie, op. cit., p. 247.

40Nous définissons la notion d’îlot ou de pâté de maisons « stricto sensu22 » : c’est l’espace que délimitent des rues soit perpendiculaires soit parallèles – ainsi par exemple les maisons comprises entre les rues de l’Argile et des Aveugles qui s’ordonnent autour de cours dont l’accès est possible par les deux rues ou encore les maisons du Coin Brûlé dont l’accès se fait soit par la rue soit par l’eau (Fossé des Tanneurs) – soit enfin un groupe compact de maisons délimité par des rues.

41Mais, nous avons adjoint à cette définition spatiale une extension temporelle : des adresses proches, accessibles en moins de cinq minutes à pied : c’est le temps nécessaire pour aller de la rue du Maroquin près de la Cathédrale à la rue des Veaux ou de la rue du Vieux Marché aux Poissons près de la Douane à la Grand’Rue en traversant la place du Marché aux Herbes. Nous nous fondons pour justifier ce choix sur les pratiques des habitants, avérées par de nombreux témoignages : la ville se parcourt à pied, de l’étudiant Goethe à la fin du xviiie siècle aux amies d’Amélie Weiler sous la Restauration, du voyageur Arthur Young en 1789 à Victor Hugo en 1840 ; a fortiori les petites gens n’ont pas les moyens de recourir aux services des cochers et encore moins d’avoir une monture.

42Des adresses sont localisées dans une même rue, plusieurs cas se présentent alors. Si les maisons citées sont éloignées les unes des autres, on conserve l’échelle de la rue. Mais dans d’autres cas, on peut utiliser l’échelle de l’immeuble lui-même, la numérotation précise l’emplacement du logement, on peut savoir si des maisons sont en vis-à-vis ou voisines.

43Si des adresses sont identiques par le numéro de maison et la rue, mais si leur rang dans l’itinéraire diffère, ce qu’attestent les dates d’entrée et de sortie du logement, on déduit que l’habitant revient loger dans une maison où il a déjà habité, sans que l’on sache avec certitude s’il occupe le même logement qu’auparavant.

  • 23 Outre les plans-relief déjà présentés, nous avons étudié les relevés des plans Blondel (1764), les (...)

44Cette typologie des adresses suppose une connaissance précise de la topographie urbaine, acquise certes par l’étude de plans multiples et successifs, mais aussi grâce à l’expérience piétonne, en sillonnant la ville « pedibus cum jambis », en poussant les portes cochères23.

Choisir entre des combinaisons multiples

  • 24 Une contrainte s’impose : une adresse ne peut être affectée qu’à une seule échelle géographique car (...)
  • 25 Voir son itinéraire p. 186 et la carte correspondante p. xxx.

45Comment appliquer aux adresses successives des itinéraires cette grille d’échelle spatiale décroissante ? Il importe que le choix de l’échelle soit appliqué à toutes les adresses selon les mêmes critères. La procédure s’avère cependant plus complexe qu’il n’y paraît24 : une adresse dans une maison voisine de la précédente est a fortiori dans le même pâté de maisons, dans la même rue, et le même canton. Aussi avons-nous systématiquement privilégié l’échelle la plus fine pour caractériser une adresse. L’itinéraire de Dorothée Barfuss est exceptionnel dans le corpus, on a retrouvé 35 adresses, dont 34 en 17 ans continus25, mais il est exemplaire des difficultés rencontrées pour définir les échelles adéquates.

46Si on en reste à l’échelle du canton, Dorothée Barfuss trace un itinéraire à travers sept cantons différents : 20 adresses canton 4, 4 adresses dans les cantons 7 et 10, 3 adresses canton 6, 2 adresses canton 3 et une adresse dans les cantons 1 et 5.

47Si on observe son itinéraire à l’échelle du pâté de maison, ses 35 adresses sont regroupées en dix pâtés de maison.

48Si on choisit l’échelle de la rue, elle habite en dix-sept ans dans dix-sept rues différentes, mais se retrouve à plusieurs reprises dans les mêmes rues. On la repère onze fois rue de la Chandelle, six fois rue des Aveugles, deux fois Grand’Rue, deux fois rue du Bain aux Plantes, deux fois rue Thomann. Elle n’emménage qu’une seule fois dans onze rues différentes.

49Si on privilégie l’échelle de l’immeuble, elle loge sept fois au no 1 rue de la Chandelle, trois fois au no 41 rue des Aveugles, deux fois au no 10 rue de la Chandelle, deux fois au no 19 rue des Aveugles. On la trouve aussi une fois au no 11 rue des Aveugles et une fois au no 28 rue de l’Argile.

Quels choix avons-nous retenus ?

50On peut choisir de caractériser les adresses de la rue des Aveugles (no 41, 11 et 19) soit comme six adresses dans la même rue, soit comme six adresses dans des maisons voisines, soit enfin comme cinq adresses dans un même immeuble (3 au no 41 et 2 au no 19) et une dans une maison voisine, c’est ce dernier choix que nous avons retenu ; ainsi nous choisissons toujours l’échelle spatiale la plus fine.

51Les deux adresses no 12 et no 112 Grand’Rue sont localisées administrativement dans deux cantons différents (cantons 4 et 7), elles sont donc sur les côtés opposés de la rue, la numérotation des maisons indique qu’elles sont très éloignées l’une de l’autre et séparées par le Fossé des Tanneurs ; on choisit alors de les qualifier d’« adresses dans la même rue ».

52Quatre adresses pourraient être qualifiées de voisines : deux aux no 21 et 22 rue Thomann, deux enfin aux no 19 et 22 rue de la Chandelle. Pourtant nous avons choisi d’en coder deux comme maisons voisines consécutives : celle du no 19 rue de la Chandelle (adresse rang 18 insérée entre les adresses identiques de rang 17 et 19 au no 1 rue de la Chandelle), celle du no 11 rue des Aveugles pour la même raison (adresse de rang 31 voisine consécutivement de l’adresse de rang 30). Nous introduisons alors une notion complémentaire pour caractériser l'itinéraire à savoir le temps. En plus des deux adresses de la Grand’Rue, deux autres sont dans une même rue, aux no 21 et 35 rue du Bain aux Plantes.

53Enfin huit adresses sont regroupées par pâtés de maison ; deux autres adresses sont qualifiées de consécutives à cette échelle, aux no 17 rue Brûlée et no 23 rue des Parcheminiers, en effet elles se suivent dans l’itinéraire de Dorothée.

54Une seule adresse n’entre dans aucune de ces catégories, c’est le no 96 rue du Faubourg National, à l’ouest de l’ellipse, dans le canton 1.

55Nos choix conduisent donc à caractériser ainsi l’itinéraire de Dorothée Barfuss.

56Quatorze adresses sont regroupées sous l’échelle « même immeuble », 4 sous celle de « maisons voisines », 2 sous « maisons voisines consécutivement », 4 sous l’échelle de la « même rue », 8 sous celle du « pâté de maison », 2 sous « pâté de maison consécutivement », 1 en « autre canton ».

57Les quatorze adresses regroupées sous l’échelle « même immeuble » se réduisent en quatre adresses de fréquence différente : elle habite sept fois no 1 rue de la Chandelle, trois fois no 41 rue des Aveugles, deux fois no 10 rue de la Chandelle et deux fois no 19 rue des Aveugles.

58D’autres personnes présentent, elles, des itinéraires se combinant entre eux de diverses manières, alors que nous appliquons toujours la préférence de l’échelle spatiale la plus fine.

  • 26 Vol. 79 p. 319 ; vol. 84 p. 240, 246.

59Marie Blaesmann26 trace dans la ville un itinéraire bien différent. On regroupe huit adresses dans la catégorie « même immeuble » ; on pourrait en conclure qu'elle présente quatre couples d’adresses différentes ou bien qu'elle loge huit fois dans le même immeuble, à des périodes différentes. Dans son cas, la combinaison est encore autre : trois adresses sont au no 7 rue Graumann, trois autres au no 8 rue des Cerceaux, deux au no 23 rue de la Chandelle. Les adresses no 81 et 82 rue du Vieux Marché aux Vins sont bien sûr voisines. Dix adresses en quatre ans se répartissent entre quatre rues.

  • 27 Vol. 89 p. 253, 264, 303.

60L’itinéraire de Madeleine Blatt présente une autre configuration27. Elle loge deux fois au no 2 rue Mercière ; trois fois rue du Vieil Hôpital, dont deux fois au no 19 ; on la trouve une fois no 37 ruelle de l’Abreuvoir, no 21 rue de Schiltigheim, no 4 Petite rue de l’Église, no 101 Grand’Rue. Nous avons caractérisé son itinéraire de la manière suivante pour ne pas affecter une même adresse à deux catégories d’échelle différentes : quatre adresses sont à l’échelle « même immeuble », soit les deux adresses du no 2 rue Mercière et celles du no 19 rue du Vieil Hôpital. Une adresse est classée à l’échelle de la même rue, soit celle du no 32 rue du Vieil Hôpital. Enfin, trois adresses sont regroupées dans le « même pâté de maisons », d’une part celle du no 37 ruelle de l’Abreuvoir à cinq minutes de là, et d’autre part les adresses rue de Schiltigheim et Petite rue de l’Église aussi proches l’une de l’autre. Il reste une adresse située dans un autre canton que toutes les précédentes, celle du no 101 Grand’Rue.

b. L’axe temporel

61Nous avons regroupé les étapes d’un itinéraire non seulement selon les échelles spatiales les plus fines mais nous avons cherché à intégrer la dimension temporelle puisque nous précisons la succession des adresses.

62Cependant, deux autres éléments d’appréciation entrent en compte, d’une part la durée totale de la trace d’une personne que l’on suit dans la ville, d’autre part le rythme des déplacements que l’on peut apprécier soit par la durée d’occupation des logements, soit par la comparaison du nombre d’adresses avec une durée continue connue. En effet, on ne peut pas comparer les itinéraires tracés par une servante, un compagnon, un étranger restant quelques semaines ou quelques mois en ville et les traces d’un Strasbourgeois vivant dans la ville pendant dix ou vingt ans. Ces habitants ne partagent pas les mêmes expériences, n’ont pas les mêmes chances de s’intégrer dans la société urbaine, ne vivent pas la ville de la même manière. S’il importe de connaître cette durée, pourtant on ne parvient souvent qu’à une approximation.

63De fait, l’impossibilité de calculer la durée totale de la trace dans la ville tient à plusieurs raisons et renvoie à des interprétations opposées.

  • 28 Vol. 46 p. 276 ; vol.48 p. 446 ; elle figure dans le registre tenu l’année de son décès en 1862, ma (...)

64Elle peut tout simplement correspondre à la stabilité dans un domicile. Une personne s’installant à une adresse donnée, qui n’en déloge pas, n’apparaît plus dans les registres ; sa date de sortie n’est pas renseignée et pour cause, elle ne sort pas ; elle ne fait qu’une déclaration, énonce au plus deux adresses, la précédente et celle où elle emménage. Philippe Jacques Hatt est né dans la maison familiale du 17 rue des Veaux, il y revient, marié, en 1813 ; aucune date de sortie n’est mentionnée. Il ne quitte la rue des Veaux que « les pieds devant », sa date de sortie (décès) ne figure pas dans les registres étudiés28 ; son état civil, connu par ailleurs, fournit la réponse : il n’a pas changé d’adresse en 49 ans.

  • 29 Vol. 45 p. 374.

65À l’inverse, Nicolas Laquiante29, directeur des Hôpitaux, décède en 1814, au no 32 rue de l’Échasse. Sa sortie apparaît bien dans le registre, mais la date d’entrée fait défaut… et pour cause, il emménage à cette adresse avant que les déclarations domiciliaires ne soient rendues obligatoires. Le recoupement avec l’enquête de 1789 permet de dire qu’il habite déjà l’immeuble en août 1789 ; il l’occupe donc au moins vingt-cinq ans.

  • 30 Rappelons à nouveau que les traces d’un individu se trouvent éparpillées dans plusieurs registres.

66Par contre, le fait d’ignorer la durée totale d’une présence peut aussi révéler un parcours chaotique, très mal enregistré, soit par le fait du hasard, soit par la volonté de brouiller les pistes ; il est donc impossible de la calculer30.

67Enfin, rien ne garantit que la trame chronologique soit continue, nous avons déjà évoqué cette difficulté en expliquant la reconstitution des itinéraires. C’est pourquoi, chaque fois que cela était possible, nous avons calculé des durées continues intermédiaires.

Une autre estimation temporelle riche de sens : le rythme des déménagements

68La durée d’occupation d’un logement permet d’appréhender les rythmes de déplacement résidentiel dans la ville. Nous avons expliqué en tête de chapitre comment calculer voire préciser cette durée de séjour quand cela était possible en comparant les dates d’entrée et de sortie des logements, en confrontant des indications notées en marge.

  • 31 Vol. 45 p. 614.

69Dans le cas de la famille Laquiante, on sait qu’en 1814 les époux cohabitent avec fille et gendre ; après le décès du père, les autres occupants restent dans les lieux ; en 1837, le gendre y décède à son tour, les deux veuves, mère et fille, occupent l’appartement ; du moins le suppose-t-on, puisque seul le décès du gendre est noté dans le registre, aucune date de sortie ni adresse postérieure ne sont signalées concernant ces dames. Madame Laquiante mère habite donc cet immeuble au moins entre 1789 et 1837, soit 48 ans. De même, son fils Joseph Laquiante31, juge, s’installe no 8 rue des Juifs en 1829, une fille naît en 1839 à la même adresse ; en l’absence d’une date de sortie, on est fondé à croire qu’il occupe ce logement au minimum dix ans.

  • 32 Vol. 45 p. 403.

70Madeleine Steinhielber, veuve Boehm32, emménage no 16 rue du Dôme en 1816 avec sa fille, aucune date de sortie, là non plus. Mais le registre signale qu’en août 1824, sa fille la quitte pour se marier. Cette indication signifie qu’à cette date, mère et fille cohabitent encore ; cela a duré huit ans, la mère reste sur place nous ignorons pour combien de temps.

71Les durées de séjour, estimées pourtant a minima, sont très longues dans les trois cas.

  • 33 Voir supra p. 188-189.

72Enfin, quand aucun indice ne vient nous éclairer, on peut estimer les rythmes d’occupation de logements et donc ceux du déplacement dans la ville par le rapport de la durée totale de présence dans la ville sur le nombre d’adresses connues. Nous l’avons déjà utilisé pour caractériser les itinéraires présentés en tête de ce chapitre, en particulier celui de J. Jacques Bronner et de sa famille33.

  • 34 Vol. 46 p. 29, 110 ; vol. 62 p. 217.

73Christine Perret34, épouse du soldat Bécky « parti en campagne » napoléonienne, a six adresses dans la ville. Sa trace couvre une durée de seize mois (mai 1810 à septembre 1811), on ne connaît que deux durées d’occupation de logement, quatre mois au no 5 rue des Couples et cinq mois au no 26 rue des Parcheminiers. Les autres séjours ont donc été plus courts.

  • 35 Vol. 46 p. 138, 303 ; vol. 45 p. 387.

74Bernard Bérot35, médecin, déclare quatre adresses, dont une non datée, entre juillet 1810 et l’année 1815 : il c no 38 rue des Grandes Arcades (1re), 29 rue des Veaux (2e), puis 8 rue du Dôme (3e) où il meurt ; enfin l’adresse non datée, 45 rue des Juifs, dont on suppute qu'elle est antérieure aux autres, puisque Bernard Bérot, quand il emménage rue des Veaux, déclare être à Strasbourg depuis 1789 et qu’une fille y est née en 1806. On ne connaît que la durée d’occupation du logement rue des Veaux, il y est resté quatre ans et demi. Sa trace est donc très incomplète, on le suit pendant cinq ans alors qu’il est présent selon toute vraisemblance dans la ville pendant 26 ans.

  • 36 Plus le nombre exprimant ce rapport est petit, plus les séjours sont courts et la mobilité résident (...)

75Pour surmonter ces difficultés nous avons, pour chaque personne, utilisé un « indice » de rythme de déménagement, le rapport entre la durée connue de la trace dans la ville et le nombre de domiciles connus36. Reprenons l’itinéraire de Dorothée Barfuss. Elle déclare 34 domiciles en 17 années de présence ; mais, faute d’informations, nous n’avons pu calculer toutes les durées de séjour. Le rapport entre la durée de sa présence en ville et le nombre de domiciles est 17/34 soit 0,5. Ce quotient suggère des durées de séjour théoriques de l’ordre de six mois. Or, des situations diverses peuvent être affectées du même quotient : une année / deux domiciles, six mois / un domicile, quatre ans/huit domiciles. C’est l’intérêt de ce rapport. Cependant, il ne reflète pas exactement la réalité.

76Dans l’itinéraire de Dorothée Barfuss on connaît dix-huit durées de séjour ; la moitié d’entre elles (neuf) sont très brèves – moins de trois mois –, un séjour dure quatre mois, trois séjours de six à huit mois, quatre entre onze et dix-huit mois, un seul séjour vingt-deux mois. Trois durées de séjour seulement correspondent, dans son parcours, au quotient de 0,5. Cette mesure théorique de durée de séjour est pourtant la seule que l’on puisse estimer dans de nombreux cas.

77Chaque itinéraire reconstitué est donc caractérisé par les renseignements suivants :

  • un nombre total d’adresses ;

  • une durée maximale pendant laquelle nous avons une trace de présence dans la ville ;

  • une continuité de la trace sans interruption ni temporelle ni spatiale et le nombre d’adresses la constituant ;

  • un nombre d’adresses pour chacun des critères d’échelle géographique décroissante : d’un canton à l’autre, dans le même pâté de maison, dans la même rue, dans des maisons voisines, dans le même immeuble.

  • Chaque adresse, caractérisée par un rang dans l’itinéraire, est à tout moment identifiable en prévision de la cartographie.

B. Les caractères généraux de la mobilité intra-urbaine

78Une fois expliqués les choix et les difficultés de procédure, que nous apprend l’analyse des 24 552 adresses non redondantes déclarées par l’ensemble des 6185 personnes ?

1. Un nombre modéré d’adresses par personne

  • 37 O. Faron, « Itinéraires urbains. Les changements de domicile à l’intérieur de Milan au xixe siècle  (...)

79Les Strasbourgeois retenus dans le corpus ont en moyenne quatre domiciles chacun, ils sont en cela proches des Milanais suivis par O. Faron aux mêmes périodes37. La distribution des adresses révèle que deux tiers des habitants, soit 65 %, énoncent entre une et trois adresses.

80Si l’on compare la situation strasbourgeoise avec les observations faites à Milan, on constate que les habitants de notre ville déménagent davantage ; 73 % des habitants de l’échantillon strasbourgeois ont de un à quatre domiciles alors que les Milanais ne sont que 63,8 % dans ce cas. En affinant, des différences de comportement apparaissent ; plus d’un quart des Milanais n’a qu’un domicile alors qu’à Strasbourg les personnes dans cette situation ne sont que 15 %. Occuper deux domiciles renverse les termes de la comparaison, les Strasbourgeois sont 26 % dans ce cas, les Milanais seulement 17 % ; la différence est encore plus flagrante pour les habitants qui déclarent trois domiciles, 23,4 % des Strasbourgeois contre seulement 10 % des Milanais. La différence s’estompe dans le cas de quatre domiciles, 8 % à Strasbourg, 11 % à Milan.

81Les différences avec la situation milanaise peuvent en partie être imputées à une différence de sources et de constitution des échantillons.

82À Milan, l’anagraphè ne considère que les habitants qui ont un domicile fixe et un revenu, la population « flottante » n’y est pas consignée alors que tous à Strasbourg doivent se plier à l’obligation de déclaration domiciliaire, qu’ils aient pignon sur rue ou qu’ils doivent se contenter d’un lit chez une logeuse, ou un patron. Notre source permet donc par construction d’étudier le comportement des plus « nomades ».

83D’autre part, les 400 familles milanaises choisies sont mieux suivies à la trace dans l’anagraphè puisque les fiches sont familiales et patronymiques ; à Strasbourg, nous avons regretté la conception topographique des registres de population qui favorise la perte des traces intra-urbaines des habitants.

  • 38 F. J. Hahn et J. L. Pinol, « Itinéraires urbains. La mobilité d’une grande ville : Strasbourg, 1870 (...)
  • 39 Μ. N. Denis, A. Girard, S. Jonas, F. Weidmann, Strasbourg, capitale du Reichsland Alsace-Lorraine e (...)

84Nous pouvons aussi comparer le comportement des Strasbourgeois entre le début et la fin du xixe siècle ; entre 1810 et 1840 ils semblent plus mobiles à l’intérieur de la ville qu’à la fin du siècle, puisque la moitié des chefs de ménage étudiés dans le fichier domiciliaire strasbourgeois entre 1870 et 1940 n’a qu’un domicile38. La différence entre les Strasbourgeois d’avant 1840 et ceux d’après 1870 s’explique. La loi est identique, mais on est passé du registre topographique au fichier patronymique qui assure un suivi des chefs de ménage bien plus rigoureux. L’échantillon n’est pas strictement comparable puisque seuls les chefs de ménage sont pris en compte dans l’étude de la fin du siècle. Mais surtout c’est Strasbourg qui a beaucoup changé : jouxtant la « vieille ville » corsetée par les murailles, une « nouvelle ville » se bâtit selon les normes d’urbanisme de la fin du siècle, offrant enfin aux habitants solvables un choix varié de logements et un tissu urbain aéré ; la « vieille ville » se décongestionne, les murailles sont abattues et reportées au-delà d’un périmètre élargi. Certes la population de la ville s’accroît rapidement, elle double entre 1870 et 1914, mais l’offre de logements suit en partie puisque l’espace urbain triple dans le même temps39.

85Raisonner sur le seul critère du nombre de domiciles n’est guère satisfaisant. Il faut mettre en regard cette mobilité spatiale avec la durée de l’occupation des logements. En effet, deux citadins ayant chacun un seul domicile peuvent vivre deux situations bien différentes, l’un y demeurant une dizaines d’années ou plus alors que l’autre ne fait qu’y vivre quelques semaines, de passage lors d’un tour de compagnon par exemple.

2. Des séjours majoritairement brefs

  • 40 Nous perdons 30 % de l’information, 4 689 durées de séjours ne peuvent pas être précisées, faute d’ (...)

86Malgré les difficultés évoquées40, on a pu calculer 10 264 durées d’occupation de logement, à partir des itinéraires reconstitués pour 6 185 habitants. Dans 53 % des cas, 5 450 durées d’occupation, le séjour dure un an ou moins. À l’opposé, 5 % seulement des séjours excèdent une durée de dix ans ; cette très faible proportion s’explique par la difficulté à traquer ces situations dans les registres du fait même de leur conception : pour retrouver une personne vingt ans après son emménagement à une adresse donnée, il eût fallu que les scribes du bureau de police reviennent à des registres bien antérieurs à la date de leur intervention, ce qui ne fut pas le cas. Seul un heureux hasard ou des informations glanées ailleurs ont permis de préciser ces situations ; nous les avons déjà évoquées pour les familles Laquiante, Hatt, Weiler.

  • 41 En effet 2 319 personnes, soit 41 % des déclarants, effectuent 5 450 séjours dont la durée est d’un (...)

87Il importe donc de se rappeler que les longues durées d’occupation figurent parmi celles qui nous échappent le plus, sans pouvoir en mesurer le poids relatif. Les durées de séjour inférieures ou égales à cinq ans constituent 87 % des durées de séjour calculées (8 964 sur 10 264) et concernent 58 % des personnes (3 602 sur 6 185). Un peu moins d’une personne sur deux à Strasbourg séjourne un an au plus dans un logement41.

Un rythme de déménagements comparable à d'autres citadins

88La comparaison avec les Milanais accentue l’impression de mobilité strasbourgeoise face à une relative stabilité milanaise. Les temps d’occupation inférieurs à deux années regroupent 18 % des situations milanaises et 70 % à Strasbourg.

89À l’inverse, les durées de séjours comprises entre trois et cinq années sont plus nombreuses à Milan (43,6 % des cas) et bien moindres à Strasbourg (16,6 %). Enfin, les temps d’occupation excédant dix ans représentent à Milan 14 % des cas et seulement 5 % à Strasbourg. Ces différences reflètent, là encore, les différences de sources, et d’échantillons.

  • 42 C. Lévy-Vroelant, « À propos de la mobilité résidentielle au xixe siècle, un espace à explorer », A (...)
  • 43 J. L. Pinol dans « La mobilité dans la ville révélateur des sociétés urbaines ? » (ADH, 1999, 1 p.  (...)
  • 44 C. G. Pooley, J. Turnbull, « Changing Home and Workplace in Victorian London : the Life of Henry Ja (...)

90Cependant les Strasbourgeois semblent déménager à un rythme plus soutenu, comparable à des constatations faites ailleurs au xixe siècle, à Versailles, Londres ou Moscou. Si les Versaillais ne déménagent que tous les quatre ou cinq ans42, les Strasbourgeois de la fin du siècle occupent en moyenne un logement deux ans s’ils ne font que passer, plus longtemps s’ils s’installent dans la ville (cinq résidences en moyenne pour une présence de dix-neuf ans) ; à Moscou, enfin, deux personnes sur trois ont changé de domicile au bout de trois ans43. Mais c’est la mobilité résidentielle des Londoniens, décrite par les contemporains et étudiées par les historiens qui se rapproche le plus de celle que nous constatons à Strasbourg dans le premier tiers du xixe siècle. Henry Jaques, fabricant de chemises a changé 31 fois de domicile entre 1842 et 190744 ; à la fin du siècle, un quart des Londoniens restent moins d’un an dans un domicile.

DURÉE EN JOURS GRADUATION EN SEMAINES
Histogramme des durées de séjour, inférieures ou égales à un an

Les séjours de moins d’un an sont les plus nombreux

91La majorité des temps d’occupation d’un logement n’excèdent pas l’année (53 %), scandés par les rythmes mensuels (voir l’histogramme ci-contre) ; en pourcentages cumulés, 13 % des durées de séjour sont inférieures ou égales à un mois, 24 % à deux mois, 35 % au trimestre ; 55 % sont inférieures à cinq mois et presque les deux tiers n’atteignent pas le semestre.

92Il faut rapprocher ces rythmes mensuel et trimestriel du rythme des embauches dont nous avons souligné qu’elles étaient fréquemment liées aux saisons et aux fêtes du calendrier chrétien. Les brasseurs débauchent l’été, le bâtiment et la batellerie y sont obligés l’hiver.

93En filigrane on lit un rythme hebdomadaire, les quatre premières semaines tracent des pics, discrets. Enfin quarante-cinq séjours n’excèdent pas une journée : les patrons sont grincheux, la soupe aigre ou bien la ville n’est que traversée.

  • 45 Vol. 91 p. 54.
  • 46 Itinéraire supra p. 186, et carte en annexe p. xxx.
  • 47 Voir Thèse, vol. II, p 323-327.

94Ainsi calculées et étudiées, les durées de séjour et le nombre de domiciles nous renseignent ponctuellement, hic et nunc, sur des comportements tels que nous les avons collectés dans les registres, recoupés et étudiés selon les procédures que nous venons d’exposer. Cependant nous devons garder à l’esprit que ces comportements recouvrent des temporalités très différentes. On entrevoit Georges Andlauer passant à peine quinze jours chez le maître tanneur Ott45, par contre on suit Dorothée Barfuss pendant dix-sept ans46. Pour prendre en compte des temporalités si disparates, nous avons élaboré un indice de qualité de suivi, 78 % des habitants ayant au moins deux adresses sont bien suivis47.

3. Une mobilité cantonnée à un espace restreint

95Comment les Strasbourgeois appréhendent-ils l’espace de la ville pour y habiter ? La parcourent-ils de part en part ou se cantonnent-ils à un quartier ? Ont-ils le choix d’un « coin de ville » ?

  • 48 Étude détaillée dans la Thèse, p. 323-333.

96Pour construire une typologie des mobilités intra-urbaines, il faut réduire l’échantillon aux habitants qui ont au moins deux domiciles en ville, ils sont 4 02248. Leurs durées de séjour dans un logement sont du même ordre de grandeur que celle des 6 185 personnes que nous venons d’étudier. Mais en ce qui les concerne, nous pouvons caractériser leurs déménagements en fonction des distances franchies d’un logement à l’autre.

97Ils sont 44 %, 1 772 personnes sur 4 022, à demeurer dans le même pâté de maisons ; cette situation presque majoritaire n’est cependant pas exclusive : pour la moitié des habitants, seul un logement sur trois est situé à cette distance dans leur itinéraire urbain. Un habitant sur cinq, 603 soit 21 %, change de quartier à chaque déménagement et un sur quatre, 809 soit 28 %, à l’occasion d’un déménagement sur trois. Une forte minorité, soit 20 %, déménage dans une maison voisine ou en face. Le vis-à-vis joue là un rôle particulier qu’explique le bâti autour d’une cour : l’observation « de visu », le bouche à oreille sous les portes cochères et dans les cages d’escalier favorisent l’information de proximité sur telle chambre ou tel garni disponible. Géographes et sociologues formulent aujourd’hui encore la même observation lorsqu’ils étudient les formes de sociabilité dans un quartier. Pourtant, si de nombreux habitants changent de cage d’escalier, cette pratique n’est jamais exclusive : dans leur itinéraire urbain, 67 % d’entre eux ne le font qu’une fois sur trois et 87 % une fois sur deux. 7 % des Strasbourgeois habitent dans la même rue au moins deux fois et 20 % reviennent habiter le même immeuble, ce comportement a lieu une fois sur trois au cours de leur « trace » urbaine.

  • 49 P. Beck, P. Chareille, « Les changements de résidence à Dijon à la fin du xive siècle », ADH, 1, 19 (...)
  • 50 R. Derosas, « Residential Mobility in Venice, 1850-1869 », ADH, 1, 1999, p. 35-61.
  • 51 J. A. Gilligand, « Modeling Résidential Mobility in Montreal, 1860-1900 », Historical Methods, 31, (...)
  • 52 C. G. Pooley, J. Turnbull, « Changing Home and Workplace in Victorian London : the Life of Henry Ja (...)
  • 53 O. Faron, « Les changements de domicile à l’intérieur de Milan au xixe siècle », art. cité.
  • 54 Cl. Lévy-Vroelant, « Fragilité de la famille urbaine au xixe siècle : itinéraires versaillais de 18 (...)

98Les Strasbourgeois recensés sont donc nombreux à changer de quartier, un sur cinq déménage chaque fois dans un quartier différent et un tiers au moins a un domicile sur trois dans un quartier différent des autres. Pourtant, on est frappé par le nombre de ceux qui y répugnent et restent attachés au pâté de maison, au voisinage immédiat, voire reviennent habiter le même immeuble. Ces observations confirment ce qui a été constaté ailleurs à partir d’échantillons plus limités. Déjà à Dijon à la fin du xive siècle49, deux habitants sur trois déménagent à l’intérieur d’une paroisse et un tiers entre paroisses voisines, dans une ville de moins de deux kilomètres sur deux. Mais aussi au xixe siècle, à Venise, 87 % de tous les déménagements se déroulent à l’intérieur d’une même paroisse, dans un mouvement brownien à une échelle micro-spatiale50, à Montréal à la fin du xixe siècle également51, tout comme à Londres52, à Milan53 ou à Versailles54. La mobilité intra-urbaine se caractérise par un mouvement rapide (des séjours brefs) dans un espace réduit (le pâté de maison ou le quartier).

  • 55 C’est pour cette raison que la somme des pourcentages indiqués excède 100 %.

99Pourtant aucun comportement n’exclut les autres. Les mêmes personnes peuvent se loger dans une même rue ou un même pâté de maisons ou un autre quartier au cours de leur séjour dans la ville. Plus le nombre d’adresses est élevé, plus les situations sont diversifiées, plus le jeu d’échelles fonctionne55. Ce sont ces combinaisons d’échelle qu’il faut étudier afin de dégager des types d’itinéraires tracés par les habitants qui se déplacent dans l’espace urbain.

100Comment caractériser, non plus les adresses composant un itinéraire, mais l’ensemble d’une trajectoire dans la ville, combinant espace et temps, puis cerner à travers elle les pratiques du logement mises en œuvre par les habitants et donc la maîtrise ou non de l’espace urbain qu’ils manifestent ?

C. Typologie des mobilités des 3 502 personnes ayant au moins trois domiciles

  • 56 Analyse détaillée dans la Thèse : p. 334-335 et annexes p. 412-449.

101Pour ce faire, nous entreprenons une seconde démarche à savoir l’analyse combinée de toutes les variables que nous avons étudiées, par analyse factorielle en composantes principales suivie d’une classification hiérarchique56.

  • 57 C’est le nombre d’adresses retenu pour étudier les parcours à Strasbourg à la fin du siècle par F. (...)
  • 58 Voir Thèse, annexe p. 412-421, tableau de 3052 personnes-lignes et de 15 à 20 variables-colonnes se (...)

102Pour constituer un échantillon pertinent, nous choisissons, parmi les 4 022 personnes déjà étudiées, les personnes qui déclarent au moins trois domiciles en ville57, soit 3 302 habitants. Pour chacun d’entre eux, on caractérise les adresses selon les échelles géographiques décroissantes déjà définies, on établit et on détermine leur itinéraire à travers les paramètres de temps, de qualité de suivi, du nombre d’adresses disponibles. On constitue alors le tableau de données où chaque individu est caractérisé par ses pratiques de mobilité résidentielle58.

103Nous analysons les informations du tableau en comparant les profils des groupes déterminés par l’analyse des données avec un profil « moyen ». Puis nous confrontons le type de mobilité intra-urbaine de chaque groupe avec les caractéristiques sociologiques des personnes constituant ce groupe. Les informations diverses, activités professionnelles, liens familiaux, déroulement du cycle de vie, font-elles aussi l’objet d’une analyse comparative afin d’éclairer la diversité de ces mobilités intra-urbaines.

  • 59 La méthode de classification hiérarchique utilisée permet de choisir le nombre de groupes.

104Les 3 502 habitants sont constitués en groupes59 d’effectifs très inégaux. Trois groupes rassemblent la quasi-totalité de l’échantillon constitué, soit 93,7 %, les autres présentent alors des comportements exceptionnels qui peuvent par contraste éclairer, infirmer ou confirmer quelques hypothèses.

105Nous présentons les groupes par ordre d’effectif décroissant : des « familles tranquilles », de « jeunes solitaires », des « éprouvés par la vie », enfin groupe exceptionnel, des « toupies dans la ville ».

1. Les « familles tranquilles »

  • 60 O. Faron, « Itinéraires urbains : Les changements de domicile à l’intérieur de Milan », art. cité.

1062 149 habitants, soit 61 % de l’échantillon, constituent le groupe le plus nombreux. Ils sont très bien suivis, leur trajectoire contient peu d’interruptions chronologiques ; ils ont en moyenne quatre domiciles en ville alors que l’ensemble des 3 502 Strasbourgeois du tableau étudié en a six. Leur durée de séjour est de deux à trois ans dans chaque logement. Moins de domiciles, des séjours plus longs, nous avons affaire ici à une population plus stable que l’ensemble de l’échantillon ; elle rappelle la « stable tranquillité » qu’O. Faron décrit à propos des Milanais60. Une grande majorité sont natifs d’Alsace, soit 74 % contre 70 % dans l’échantillon des 3 502 personnes, une minorité est née dans la « France intérieure », soit 14 %, et un peu moins en Allemagne, soit 12 %. Strasbourg attire et fixe majoritairement des Alsaciens, nous l’avons vu, mais elle n’exclut pas l’installation de familles venues d’autres régions françaises, militaires et serviteurs de l’État, et n’interdit pas non plus l’installation de familles étrangères.

a. Une mobilité réduite

107Dans leurs trajectoires on trouve toutes les échelles géographiques, leur courbe suit celle du profil moyen dont les aspérités sont gommées : la majorité des domiciles est regroupée dans un espace restreint à un ou deux quartiers ; le pâté de maisons, la rue, le voisinage définissent les proximités les plus fréquentes. S’ils changent moins souvent de domicile, ils parcourent aussi un espace plus restreint.

Peut-on esquisser leur portrait ?

108Ce groupe constituant 61 % des 3 502 habitants, nous l’avons à son tour décomposé, selon la même méthode d’analyse, afin de cerner plus finement ces « familles tranquilles ». Les plus nombreux représentent alors 45,7 % des habitants ayant au moins trois logements. Leur mobilité est la plus réduite de tous, trois domiciles au lieu de six pour l’ensemble, et ils changent rarement de quartier.

109Parmi eux, un tiers seulement des situations déclarées concerne des personnes qui vivent sans lien familial explicite ou qui se logent séparés de leur conjoint, de leurs parents, de leurs enfants ou encore vivent chez un patron.

  • 61 On est loin de la prise en charge des personnes âgées constatée à Verviers. G. Alter, Family and th (...)

110La majorité des situations, soit 49 %, indique que les personnes vivent mariées en couple ; les couples avec enfants de moins de 20 ans constituent un tiers des situations, taux légèrement supérieur à la moyenne de l’échantillon des 3 502 habitants, soit 30 % ; les couples avec enfants adultes forment 10 % des situations, contre une moyenne générale de 7 % ; la cohabitation avec des petits-enfants ou des parents âgés61 est un peu plus fréquente, soit 6 % au lieu de 5 %. Enfin les couples sans enfants déclarés au domicile représentent 14 % des situations, au lieu de 10 %.

111Les situations de cohabitation filiale sont donc majoritaires et toujours plus fréquentes que dans l’échantillon des 3 502 personnes ce qui explique l’âge moyen du groupe, 36,5 ans. Des frères et sœurs, des oncles, tantes, neveux, nièces, cousins, partagent un moment un logement : ces modes de cohabitation, moins de 8 % des situations, témoignent d’une solidarité familiale réelle que nous étudions plus loin. Ces Strasbourgeois vivent donc en famille, les tailles de ménage calculées le montrent : la moyenne rassemble sous un même toit 3 personnes, taux le plus élevé de tous les groupes et supérieur à la taille moyenne de l’ensemble soit 2,6 personnes par ménage. Si on affine, un tiers seulement des ménages n’est constitué que d’une personne, ce sont davantage des femmes, soit 59 % des solitaires ; par ailleurs 20 % des ménages rassemblent deux personnes sous un même toit, mais 46 % en regroupent au moins trois et parmi eux 18 % au moins cinq. Plus la taille des ménage croît, plus la proportion d’hommes chefs de ménage augmente.

b. Des « familles tranquilles » relativement aisées

112Pour un tiers des situations aucune profession n’est déclarée, cas plus fréquent que pour l’ensemble des 3 502 habitants, soit 29 %. En étudiant le marché du travail à Strasbourg, nous avons constaté que les femmes mariées ne déclarent pas d’activité professionnelle ; la majorité des habitants de ce groupe est constituée de couples mariés, ceci expliquant cela.

113Parmi eux, on trouve un peu plus de commerçants et de professeurs, deux fois plus de médecins, sages-femmes, avocats, notaires greffiers, juges, rentiers que parmi les 3 502 membres de l’échantillon ; ils logent chez eux un tiers d’étudiants en plus. Lorsqu’ils sont artisans, ils sont plus nombreux à être imprimeurs, relieurs ; on trouve autant de brasseurs, fariniers, passementiers, tailleurs. En revanche, bien moins nombreux sont les gagne-deniers, servantes et domestiques, ouvrières, journaliers, employés divers. En examinant les déclarations de chacun, on constate une grande stabilité professionnelle ; les quelques changements énoncés s’expliquent par la progression dans une carrière ou le départ en retraite, ils sont ainsi liés au cycle de vie.

  • 62 Vol. 79 p. 310, 336 ; vol. 35 p. 411.
  • 63 Vol. 79 p. 340.

114Alexandre Baer62, marchand, vit avec son père veuf au centre ville, près de la Place d’Armes. Un an plus tard, marié, il déménage dans le pâté de maisons, accueillant son père ; le jeune couple déménage à nouveau un an plus tard dans une rue voisine avant la naissance du premier enfant ; Simon Baer les suit pour quelques mois puis séjourne chez une de ses filles ; en 1823, il demande un passeport pour Stuttgart, il y rejoint une fille accompagné d’une petite fille pour un séjour de six mois63.

  • 64 Vol. 79 p. 78 ; vol. 89 p. 681.

115J. Michel Britsch, maître boulanger né à Barr et son épouse Marie Rose occupent trois logements en vingt ans, dans un rayon de 500 mètres entre la partie bourgeoise de la Grand’Rue, la place de la Cathédrale et la place du Marché aux Herbes ; pendant quinze ans ils élèvent deux jeunes neveux orphelins. Ne logeaient-ils pas dans l’immeuble de la boulangerie ? Cherchaient-ils alors à rester à proximité de l’atelier-boutique64 ?

  • 65 Voir itinéraire supra p. 188 et carte p. xxiii.

116Les motivations semblent plus explicites pour ce qui est de François Burglin65, jeune médecin, marié, père de famille. Venant de Paris en 1820, il s’installe dans l’ellipse insulaire où la famille occupe pendant dix-huit ans cinq logements successifs. Les deux premiers domiciles sont Grand’Rue, en vis-à-vis : un an de séjour dans le premier, le temps d’en apprécier les inconvénients et de trouver mieux, en face ? Un déménagement succède au décès d’un nourrisson, deux autres anticipent une naissance. La famille séjourne « près de l’Homme de Fer » sept ans durant, le docteur y paie une patente pour une valeur locative estimée à 300 francs par an, l’appartement est sûrement vaste. Pourtant il le quitte pour s’installer quai St-Nicolas, près de l'Hôpital Civil ; y exerce-t-il ? La composition du ménage, elle, n’a pas changé.

  • 66 Vol. 89 p. 750 ; vol 90 p. 148, 185 ; vol. 42 p. 308.

117J. Baptiste Ballet, né à Châtenois, négociant et juge de paix, est admis à domicile en 1802, installé au cœur de la ville. Nous le suivons jusqu’en 1829 selon un itinéraire intra-urbain de cinq adresses. Ce célibataire vit en famille pendant tout ce temps, accompagné d’une sœur veuve Elisabeth Schneider, mère de deux garçons lycéens puis étudiants et d’Antoinette sœur célibataire. Lorsqu’en 1829, ses deux neveux Schneider s’installent comme avocats l’un à Metz, l’autre à Paris, l’oncle se retire du no 9 rue de l’Épine, laisse ses deux sœurs dans l’appartement et s’installe au no 15 de la même rue. Ce notable a donc hébergé pendant 27 ans deux sœurs et deux neveux ; ces dames sont « rentières », les neveux font des études longues au Lycée place du Château, le seul du département puis à la Faculté de Droit qui est réputée. Cela peut expliquer une si longue cohabitation66. Antoinette Ballet à trois reprises quitte la fratrie ; une première fois entre 1823 et 1826 elle s’installe place St Pierre le Jeune, après le décès de sa sœur en 1834, rue Ste Elisabeth, chez les Diaconesses ( ?) puis rue des Pucelles ; finalement en 1837 elle rejoint son frère.

118Antoinette Ballet est précisément un des parangons du second sous-groupe des « familles tranquilles » qui pèse 12 % de l’échantillon des 3 502 habitants. Les femmes y sont plus nombreuses, 60 % de ce sous-groupe, leur mobilité est plus forte, elles ont en moyenne six adresses, regroupées en pâtés de maisons, voire voisines. On trouve dans ce sous-groupe en proportions égales des jeunes gens et des adultes, mais la moitié sont des célibataires. Ils ne vivent pas pour autant seuls, ils cohabitent en famille ou logent chez un patron.

  • 67 Vol. 90 p. 412.

119Le jeune Edouard Deetjen est né à Strasbourg, son père, orfèvre venu de Brême, ayant épousé une Strasbourgeoise. À 19 ans, son père l’envoie parfaire une formation d’orfèvre pendant six mois en Allemagne puis à Paris pour un an ; entre chaque tour, il revient travailler dans l’atelier paternel installé au no 7 Marché Neuf, jouxtant la rue des Orfèvres67. Son père, étranger épousant une Strasbourgeoise a été « admis » à domicile légal en 1810, trois ans après son arrivée, à la naissance du deuxième enfant. Une installation réussie pour une lignée d’orfèvres encore réputés aujourd’hui.

  • 68 Cartes d’itinéraire p. xxiv.

120De nombreux jeunes gens logent par intermittence chez leurs parents : les étudiants Braunwald, G. Hatt, Th. Boeckel68 s’installent ensuite ailleurs, mais à proximité pour leurs débuts professionnels.

  • 69 Vol. 90 p. 108, 134, 281, 282, 285.

121Mathieu Brouillet et son frère Aloyse, viennent de Millau étudier la théologie protestante à Strasbourg entre 1829 et 1832. Ils louent ensemble près de St Thomas, siège du Chapitre Protestant, plusieurs chambres successives, leurs séjours durent le temps des cours ; l’été, ils s’en retournent à Millau. Quand Aloyse épouse une fille de pasteur strasbourgeois, Mathieu loge avec le jeune couple dans l’immeuble des parents de la mariée jusqu’à son départ pour Paris. Ces étudiants ont une mobilité élevée, des séjours irréguliers, entre deux et dix mois à chaque adresse, des absences estivales, un passage dans la ville pour le cadet, une installation bourgeoise pour l’aîné69.

  • 70 Voir carte p. xxiii.

122Plus paisible en apparence, la trajectoire de Ch. Bertat70, employé de mairie, marié et père de deux enfants ; nous le suivons sans interruption pendant dix-neuf ans. Il occupe sept domiciles successifs, environ trois ans chacun. Six logements sont situés à moins de cinq minutes à pied de la Mairie où il travaille ; une seule fois, il s’aventure Grand’Rue à vingt minutes à pied de là. Les déménagements sont synchrones de naissances.

123L’étude prosopographique de ces quelques exemples de pratiques urbaines du logement mêle éléments professionnels et familiaux. La proximité entre le lieu de travail et le logement est recherchée ; elle peut être l’explication d’un déménagement. Mais les événements familiaux pèsent aussi sur le plateau de la balance. Les naissances, les décès, les remariages ou les héritages, l’entrée dans la vie adulte scandent les trajectoires, expliquent séparation ou retrouvailles. Cependant, ces exemples sont-ils représentatifs ?

c. Des familles solidaires

  • 71 Les circonstances d’arrivée sont mieux connues, soit 45 % des situations, que celles de départ, soi (...)

124En comparant les déclarations domiciliaires, en étudiant les observations portées dans la marge par les scribes, nous avons pu déduire des circonstances d’arrivée et de départ, en faire une statistique. Pour ces familles tranquilles71, les aléas professionnels, embauche, perte d’emploi, tour de compagnon, installation, retraite, voyage d’affaires, accompagnent 13 % des arrivées et 12 % des départs, moins que pour l’ensemble des 3 502 personnes, soit 15 % des arrivées et des départs.

125En revanche, les événements familiaux sont plus fréquents, 32 % surviennent au moment des arrivées et 22,5 % au moment des départs. Pour les arrivées, on relève les naissances ou les retours de nourrice, soit 9 %, les mariages, soit 5 %, les séparations de conjoints, soit 10 %, la cohabitation parents enfants, soit 5 %, ou sa rupture, soit 2 %, enfin l’installation au foyer de parents âgés, soit 1,5 %. Lors d’un déménagement, viennent en tête les séparations, celle d’enfants quittant leurs parents, soit 5 %, les décès, soit 5 %, les veuvages, soit 3 %, les naissances, soit 2,5 %, les mariages ou remariages, soit 2,5 %, les retours d’enfant au foyer, soit 4 %, la cohabitation entre trois générations, soit 2 %. Dans chaque cas, la fréquence de ces circonstances familiales est plus forte dans ces familles tranquilles que pour l’échantillon des 3 502 Strasbourgeois. Ces habitants vivent majoritairement en famille ; il est alors compréhensible que l’arrivée d’enfants au foyer ou leur départ arrivent en tête des événements familiaux ; la fréquence du départ des jeunes adultes corrobore l’importance et la fréquence de cette cohabitation : la majorité des enfants vivent chez leurs parents au-delà de leurs 20 ans jusqu’à l’installation professionnelle et le mariage.

  • 72 Ces exemples caractérisent aussi quelques hommes, souvent veufs, plus âgés, accueillis en famille, (...)
  • 73 Vol. 80 p. 297, 298.
  • 74 Vol. 45 p. 415.
  • 75 Vol. 46 p. 338 ; vol. 48 p. 803, 805.
  • 76 C’est aussi le cas d’Isaac Nagel, tailleur, père de famille, qui assure toit et nourriture à sa bel (...)

126Les exemples de solidarité familiale glanés au fil des pages sont, parmi eux, les plus fréquents72. Μ. A. Blondelot tient un cabaret avec son époux petite rue de la Grange derrière l’hôtel de la Maison Rouge, place d’Armes ; une fois veuve, elle fait venir de Steinbourg son beau-frère cabaretier, accompagné de sa famille pour l’aider73. Être accueilli chez un oncle, recommandé dans une bonne maison, partager un loyer permet d’apprivoiser la ville dans de meilleures conditions ; Pierre Brunet, tailleur venu de Nancy, marié avec trois enfants héberge sa sœur, couturière et célibataire, le temps qu'elle trouve à s’embaucher chez un négociant74. Pierre Nivet75 charpentier et son épouse recueillent pendant quatre ans un frère « sans état à 40 ans » et un père : la solidarité devient alors une lourde charge76.

127Outre les nécessités et les contraintes d’une vie professionnelle, la vie familiale, ses péripéties heureuses ou difficiles, la solidarité des liens ou leur rupture semblent donc jouer un rôle important dans la mobilité intra-urbaine de ces familles. Mobilité qui apparaît pourtant comme « tranquille » comparée aux deux groupes suivants distingués par l’analyse.

2. De « jeunes solitaires »

128Six cent quatre personnes, soit 17 % des 3 502 habitants, forment un groupe aussi bien suivi que le précédent. Leur mobilité résidentielle intra-urbaine est plus forte et plus rapide ; ils ont en moyenne 5 domiciles par personne et ils y séjournent en moyenne douze mois. Ils n’occupent pas beaucoup plus de logements que les « familles tranquilles » mais le rythme des déménagements s’accroît, annuel au lieu de bi ou trisannuel.

129Ce qui distingue bien davantage ces 604 habitants, c’est la localisation géographique relative des domiciles qu’ils occupent dans la ville : leurs adresses sont fréquemment situées dans des quartiers différents les uns des autres, le changement de quartier est deux fois plus élevé en moyenne que celui des 3 502 personnes et trois fois plus que celui des « familles tranquilles » que nous venons d’étudier. En outre, ils reviennent plus souvent loger dans un immeuble qu’ils ont déjà habité.

  • 77 Voir les cartes d’itinéraires, p. xxv-xxvi.

130Ces deux particularités suggèrent une plus forte dispersion géographique dans l’espace intra muros combinée à une propension à revenir habiter des lieux déjà connus77 ; la localisation de leurs domiciles couvre l’ensemble de l’espace enfermé dans les murailles ; est-ce un comportement choisi ou contraint ? Pour tenter de le comprendre, essayons de cerner qui sont ces habitants à travers l’étude de leurs paramètres sociologiques.

a. Un groupe plutôt jeune, des femmes dont la solitude est le lot commun

131Ces habitants sont un peu plus jeunes que les précédents puisque l’âge moyen du groupe est de 35 ans ; plus du quart d’entre eux a moins de 25 ans, soit 27 %, et juste deux tiers entre 26 et 65 ans ; on y trouve très peu de personnes âgées de plus de 65 ans, soit 2,5 %. Plus que l’âge, deux autres qualités distinguent ce groupe : d’une part, les femmes y sont largement majoritaires, soit 60 %, le plus fort taux de féminité des 3 502 habitants de l’échantillon dont la moyenne générale de 57 %, d’autre part, les solitaires y sont relativement plus nombreux, 62 % des situations déclarées établissent cette solitude. Les époux officiellement mariés ne constituent que 37,5 % des personnes, veufs et veuves, femmes abandonnées, et filles-mères déclarées, n’y sont pas sur-représentés par rapport aux autres groupes. Ce sont donc les célibataires qui sont les plus nombreux.

132Les couples avec ou sans enfants y sont moins nombreux, de même les fratries partageant une même chambrée. La cohabitation de trois générations est la moins pratiquée de tous les groupes. Au contraire, les situations pour lesquelles on ne peut déduire aucun lien de parenté y sont plus nombreuses, soit 25 %, que la moyenne, soit 17 %, et le fait de loger chez son patron est la pratique la plus fréquente de tous les groupes étudiés, soit 16 % des cas répertoriés comparé à la moyenne générale de 11 %.

133L’analyse de la taille des ménages confirme clairement le fait que la solitude est davantage le lot de ces habitants. La taille moyenne des ménages du groupe est pourtant de 2,5 personnes par ménage mais elle est inférieure à celle des « familles tranquilles », soit 3, et à la moyenne générale, soit 2,7. Si nous affinons, nous constatons que 44,5 % de ces habitants logent seuls, taille de ménage 1, 19 % vivent à deux sous le même toit, et un tiers rassemble dans un même logement au moins trois personnes. Le nombre de personnes rassemblées sous un même toit n’est pas à lui seul déterminant ; la composition des ménages en revanche est révélatrice : dans ce groupe de femmes solitaires, deux tiers des ménages comptant deux personnes ont pour chef de famille une femme seule accompagnée d’un enfant ; parmi les ménages de trois personnes, la moitié d’entre eux est composée d’une mère en charge de deux enfants. Parmi les ménages d’une personne les femmes sont majoritaires.

  • 78 Voir chapitre « Chemin faisant, les migrants », supra p. 152.

134On trouve dans ce groupe davantage de natifs d’Alsace, soit 81,5 %, cela correspond à la forte féminisation de cette population ; nous avons déjà constaté statistiquement que les femmes viennent de moins loin78.

b. Des gagne-petit logés chez l’employeur

135Dans un tiers des situations, soit 32 %, on ne déclare aucune activité, ce qui est comparable à l’échantillon des « familles tranquilles » mais plus fréquent que dans celui des 3 502 individus, soit 29 %. L’étude du marché du travail nous a déjà conduit à constater que la non-déclaration d’une activité concerne davantage les femmes ; ou bien elles n’en exercent aucune, ou bien elles sont momentanément sans travail ou encore l’activité exercée n’est pas considérée comme une profession mais comme un pis-aller ou un expédient pour surmonter une mauvaise passe.

136Quand elles déclarent une activité, ces personnes gagnent leur vie au service des particuliers : servantes, garde-malades, ménagères représentent une proportion de 18,3 %, bien supérieure à la moyenne générale et à celle de tous les autres échantillons ; de même que les ouvrières, lingères, blanchisseuses, soit presque 5 %, et les filles publiques, soit presque 1 %.

137Sont totalement absents de ce groupe rentiers, médecins, sages-femmes, professeurs.

  • 79 Vol. 85 p. 434 ; vol. 89 p. 299.

138Bref, ce groupe rassemble une forte majorité de femmes, une population plus jeune, des solitaires et des gagne-petit. La solitude conduit souvent à vivre chez son employeur. Voilà qui explique une mobilité résidentielle liée à la vie professionnelle, mobilité dont le rythme et la dispersion géographique sont accrues par la brièveté du contrat de travail. Compagnons et ouvriers trouvent à s’employer chez un boulanger, un menuisier, un tanneur, mais le séjour dure en moyenne un mois, un trimestre, rarement un an. Joseph Burner, vient de Reichstett travailler un mois chez un boulanger et s’en retourne à 20 ans « chez lui ». Deux ans plus tard, en 1821, on le retrouve chez le même patron où il loge toujours en 182779. Leur cohabitation repose vraisemblablement sur une estime réciproque pour durer si longtemps.

  • 80 Vol. 89 p. 363.
  • 81 Vol. 90 p. 242.
  • 82 Vol. 91 p. 564, 566.
  • 83 Voir carte p. xxvi.
  • 84 Vol. 90 p. 113, 114.
  • 85 Vol. 80 p. 190.
  • 86 Amélie Weiler (op. cit., p. 293), fatiguée de la supporter, confie une de ses servantes à un couple (...)

139Les servantes ont des contrats de trois mois, dont les fêtes religieuses expriment la scansion, contrats le plus souvent non renouvelés. Ainsi le négociant Schoenlaub embauche seize servantes en cinq ans80, le pâtissier Hummel installé 9 rue des Serruriers en « épuise » vingt en un an81, Madame Pick, épouse de brasseur en organise Grand’Rue une noria82 et Amélie Weiler dit en changer souvent, ce qu’atteste la page du registre. Elisabeth Boeckisel83 arrive à Strasbourg en 1821, elle y est servante jusqu’à son mariage, logée chez ses patrons rue St Guillaume ; veuve, elle revient en 1828 à Strasbourg et loge chez ses patrons successifs ; les huit domiciles jalonnent une trajectoire ponctuée de déménagements annuels : à deux reprises, elle sert dans le même immeuble 10 rue des Lentilles, puis trouve à s’employer successivement 4 et 6 rue du Savon à quelques pas de là, enfin elle s’exile aux limites du quartier, rue des Sept Hommes près de la place d’Armes ; sept logements sur huit sont au cœur de la ville. Un tel rythme s'explique : une servante « sans condition » est sans logement ; pour trouver un toit et un lit, elle peut être tentée d’accepter un emploi dans l’urgence, puis se donner le temps de trouver une place à sa convenance. À contrario, des places appréciées se recommandent entre sœurs, des employeurs satisfaits embauchent une jeune sœur quand l’aînée retourne se marier au village ; ainsi M. Anne Britsch, « servante chez Hertzog », receveur aux Timbres logeant 3 rue de l’Ail, repart à Erstein pour s’y marier et cède la place à sa sœur Thérèse ; les deux parties doivent être satisfaites l’une de l’autre puisqu’elle y reste quatre ans84. Thérèse Brendlin, de Rothau, fait de même, elle succède à sa sœur Sophie et reste trois ans dans la place85. Cela reste pourtant exceptionnel. Les motifs pour lesquels Amélie Weiler change de servantes sont fort subjectifs et sujets à regrets et remords ; les loueuses ne sont pas fiables, les compétences promises souvent exagérées. Le plus difficile est certainement de supporter une promiscuité inévitable et de vivre sous le regard constant d’une étrangère ; il faut supporter une campagnarde mal dégrossie, une maladroite, une indiscrète ; une servante trop installée dans une maison en vient à savoir beaucoup de choses, elle peut être tentée d’être trop familière ou commère86. La brièveté des contrats entraînant la noria des servantes traduirait la conviction de chacun que les frontières implicites de l’intimité seront mieux respectées si le séjour est bref.

c. La solidarité des parentèles fait souvent défaut

  • 87 Voir carte itinéraire p. xxv.

140Enfin, ces personnes solitaires bénéficient beaucoup moins du réseau de solidarité qu’offre une parentèle. Pour les gagne-petit cette solidarité est pourtant un secours précieux ; la cohabitation entre parents et enfants adultes représente 7,5 % des situations, elle expliquerait la propension des enfants envolés du nid à revenir dans un immeuble à des moments différents dans leur itinéraire, nous venons d’en donner quelques exemples. Les couples mère-fille sont les plus fréquents : madame Besson née Voinard est institutrice87 ; veuve, elle vit avec sa fille institutrice et célibataire. Leur trajectoire est continue, on les suit pendant dix-sept ans jusqu’au décès de la mère. Les sept logements déclarés sont tous situés dans un rayon de cent mètres entre la place Saint Thomas et la rue Sainte Hélène. Les durées de séjour, effectivement calculées, varient de quatre ans à cinq mois sans qu’on puisse préciser les circonstances des déménagements ; tout au plus peut-on remarquer qu’elles prennent à trois reprises des fillettes en pension chez elles. Enseignent-elles à domicile ou à la pension sise 9 rue du Bouclier toute proche ?

  • 88 Carte p. xxv ; vol. 46 p. 122, 210, 364 ; vol. 42 p. 437.
  • 89 Voir chapitre « Mobilités apparentes, reproduction fréquentes des trajectoires professionnelles », (...)

141De la même façon, on revient se loger et travailler chez un même patron. Madeleine Baldner88, garde-malade, vit chez ses patrons, y veille les malades jour et nuit ; nous la suivons cinq ans durant dans la ville qu’elle parcourt en tous sens ; pourtant, on la retrouve à plusieurs reprises dans un immeuble où elle a déjà été enregistrée : la clientèle se recrute par le bouche à oreilles, sa réputation se construit dans les cours, elle est sollicitée par des familles qui la connaissent. Grégoire Boudhors89, architecte des fortifications de la ville puis employé à la mairie, habite d’abord la ville en célibataire et déloge alors souvent : en sept ans, il occupe huit domiciles, situés dans le même pâté de maisons ou revenant habiter le même immeuble de la rue du Faisan. Il se marie à quarante ans avec une jeune fille de Saverne, de vingt ans sa cadette ; deux filles naissent en quatre ans : ses déménagements sont alors synchrones des événements familiaux, mariage, naissances. Sa mobilité résidentielle change radicalement de rythme : tant qu’il est célibataire il déménage tous les ans voire tous les six mois, une fois marié et chargé de famille, il n’occupe plus que trois domiciles en six ans, et finit par s’installer pour cinq ans au no 12 rue des Pucelles, dans un quartier qu’il connaît bien pour l’avoir déjà beaucoup arpenté. Reconversion professionnelle, responsabilités familiales se conjuguent pour modifier de façon manifeste sa manière d’habiter sa ville natale.

142Ces quelques exemples permettent de mesurer le poids de la solitude en ville : la mobilité s’accroît, on parcourt davantage la ville en tous sens ; la solidarité familiale s’exerce certes, mais de façon chiche. Cette mobilité accrue paraît davantage contrainte que choisie : ce sont les aléas de l’emploi qui décident et du lieu et du rythme de séjour. Pas question d’avoir un bagage trop encombrant, on arrive chez un patron avec un baluchon de linge et quelques objets personnels. Dans ces conditions, on est autant « chez soi » au bal, au lavoir, au cabaret ; on comprend alors l’importance de ces lieux où s’organise toute une sociabilité urbaine entre jeunes et moins jeunes célibataires.

143La comparaison des itinéraires cartographiés visualise de façon patente les différences entre les deux types de mobilité que nous venons d’étudier. Des étapes plus nombreuses, plus courtes, jalonnent les itinéraires des solitaires à travers plusieurs quartiers de la ville ; par contre les « familles tranquilles » ont un parcours moins heurté, plus linéaire, dans un espace plus restreint.

3. Des « familles éprouvées par la vie »

144Bien différents dans leur comportement sont les 535 Strasbourgeois, soit 15 % de l’échantillon des 3 502 habitants, qui suivent.

a. Une mobilité accrue à un rythme plus rapide

145Leur mobilité résidentielle est très élevée puisqu’ils ont en moyenne dix domiciles dans la ville, presque deux fois plus que la moyenne générale de l’échantillon des 3 502, soit 5,9 adresses par personne et plus de deux fois celle des « familles tranquilles » et des « solitaires ».

146Non seulement ils déménagement plus souvent mais le temps d’occupation de chaque logement est autrement bref : ils restent en moyenne, au maximum un an. Enfin, du fait des fréquentes interruptions spatiales et chronologiques dans leurs itinéraires, nous les suivons de façon médiocre ; leur mobilité résidentielle est donc probablement sous-évaluée tant pour le nombre que pour le rythme des séjours.

147On trouve toutes les échelles spatiales dans les itinéraires, mais ceux-ci se distinguent par la très forte proportion de domiciles situés dans des pâtés de maisons voire de domiciles occupés successivement dans le même pâté de maisons et par le retour plus fréquent dans des immeubles déjà habités. La mobilité résidentielle s’accélère dans un espace encore plus restreint puisque le nombre moyen de domiciles situés dans des quartiers différents est réduit d’un tiers, comparable à celui de la moyenne générale.

148S’agit-il d’une mobilité révélatrice d’une moindre maîtrise de l’espace urbain, confinant ses habitants dans une démarche timide de déplacement de proche en proche ?

149La moitié des déclarants sont des hommes, proportion la plus élevée de l’échantillon général. Ils sont en moyenne plus âgés : les trois quarts ont entre 26 et 65 ans, les plus de 65 ans représentent 5 % du groupe.

150Du point de vue de l’état civil, il y a moins d’époux, soit 41 % des situations, plus de célibataires déclarés, plus d’états civils non précisés, plus de filles-mères, de femmes séparées ou abandonnées et de veufs que dans les autres groupes, soit 59 % de solitaires, moins que dans le groupe précédent des « solitaires » mais plus que chez les « familles tranquilles » et que dans l’échantillon général. Les étrangers par contre sont en proportion égale.

b. Une solidarité de survie

  • 90 Carte itinéraire p. xxvii ; vol. 90 p. 880 ; vol. 91 p. 654.

151Dans la manière d’habiter, nous comptons quatre situations sur dix qui révèlent une solitude : ce sont les habitants logés chez leur patron, soit 12 %, les conjoints séparés, les veufs, les enfants quittant le foyer paternel, soit 7 % des situations ; restent 17 % de situations qui ne fournissent aucun indice et pour lesquelles on déduit donc qu’ils vivent probablement seuls. Guillaume Biltz90 tourne dans la ville après son veuvage ; maître-tailleur il confie son fils à un collègue dans la capitale et « erre », déménageant d’une maison à l’autre dans la Grand’Rue.

152Restent six situations sur dix au sujet desquelles on peut préciser une forme de cohabitation. Les parents logeant avec des enfants de moins de vingt ans en constituent le tiers, les époux sans enfant au foyer seulement 8 % et le partage d’un logement entre parents et jeunes adultes est encore plus rare, 6 %. Enfin, dans 6 % des situations, trois générations cohabitent, proportion semblable à celle des « familles tranquilles » et à la moyenne de l’échantillon des 3 502 personnes.

  • 91 Voir la biographie de l’immeuble no 1 rue du Bouclier infra p. 237 et la carte itinéraire p. xxvii.
  • 92 Chapitre « L’atelier de l’histoire », supra p. 97 note 122 et carte itinéraire p. xxviii.

153Pourtant cette similitude est trompeuse : dans un cas sur deux, il s’agit certes d’une cohabitation entre trois générations mais ici ce sont des femmes seules, une grand-mère et une fille-mère en charge d’un ou plusieurs enfants. Bien que très « nomades » et en moyenne plus âgés, des liens familiaux sont donc maintenus entre les générations, c’est le cas de Zacharie Bœuf91. On trouve aussi dans une proportion de 4 % des formes de cohabitation plus rares dans les autres groupes, des collègues solidaires, un concubinage déclaré, situation que J. Paul Nanni92 ne passe pas sous silence. L’éventail des situations vécues, tant du point de vue de l’état civil que dans la manière d’habiter, est donc plus ouvert.

  • 93 Voir la biographie des immeubles no 18 rue de l’Ail et no 24 rue des Veaux, infra, p. 233-237 et le (...)

154La comparaison des tailles de ménage confirme ce constat : la taille de ménage moyenne de ces habitants est celle de l’échantillon des 3 502 personnes soit 2,6 personnes par ménage ; en affinant, on observe que dans 41 % des situations la personne vit seule, un peu moins que dans le groupe des « solitaires », moins de 18 % des situations concernent des ménages de deux personnes, et 40 % des situations caractérisent des ménages regroupant entre trois et huit personnes sous le même toit ; les familles Bervé et Brettinger illustrent ces situations93.

155Cette diversité de situations accompagne une très forte mobilité intra-urbaine à un rythme plus soutenu ; la présence d’enfants au foyer ne semble pas constituer un frein aux déménagements multiples et rapprochés.

  • 94 Voir carte p. xxviii.

156Nicolas Beck94, vient de Colmar en 1792 ; tour à tour ouvrier boulanger, domestique au lycée, puis journalier, non seulement il change d’activité mais sa vie familiale, est chahutée : marié, père d’un enfant, le voilà veuf ; on le retrouve remarié, en charge de six personnes. Il loge en douze endroits différents en douze ans : domestique au Lycée, il loge place du Château et rue des Frères, une fois il va du no 8 au no 5 rue de la Lie ; il habite quatre quartiers différents en onze ans mais tourne dans chacun d’eux. Pour lui activités professionnelles, événements familiaux, déménagements fréquents se conjuguent en un parcours touffu.

c. Les exceptions, « toupies dans la ville »

157Les mobilités exceptionnelles sont le fait de 6 % de l’échantillon des 3 502 personnes. Les plus nombreux, correctement suivis, déménagent en moyenne tous les six mois dans un espace très restreint. Ils ont donc encore davantage d’adresses. Certains sont proches du nomadisme ; ils accumulent sur un rythme effréné jusqu’à 20 domiciles et plus. Leurs itinéraires se distinguent par une propension à déménager d’une cage d’escalier à l’autre, dans des maisons voisines.

Des familles marginalisées

158On trouve parmi eux deux catégories de personnes sur-représentées par rapport aux autres groupes et à l’ensemble de l’échantillon des 3 502 personnes, des étrangers, soit 17 % au lieu de 12 %, et des femmes seules.

159Plus des deux tiers, soit 71 %, vivent dans des ménages fondés sur un lien filial, les mères ayant souvent en charge leurs enfants.

160Tous sont « gens de peu », les journaliers étant les plus nombreux ; les femmes sont ouvrières ou servantes. Quelques Allemands sont qualifiés dans le bâtiment, le travail du cuir ou des métaux, l’imprimerie. Le manque de familiarité avec une ville étrangère peut expliquer le confinement à un espace extrêmement limité de ces familles allemandes ; la fragilité qu’entraîne la solitude féminine également.

  • 95 Vol. 35 p. 347, 335 ; vol. 37 p. 544, 548, 576 ; vol. 53 p. 207.

161Pouvons-nous apprécier les circonstances qui accompagnent cette extrême mobilité ? Les contingences familiales, 75 % des circonstances d’arrivée et 65 % de celles de départ semblent l’emporter sur les contraintes professionnelles. Venu de Bade épouser une Alsacienne, le cordonnier Bienstiehl loge une famille de trois enfants et une belle-mère dans un pâté de maison entre la rue de l’Argile et le Coin Brûlé : il installe son monde successivement dans cinq maisons de la rue de l’Argile, revenant à trois reprises au no 12. Le rythme se ralentit quand trois générations cohabitent puisqu’on calcule alors un séjour de trois ans. La famille habite le quartier dense et populaire du nord-ouest de l’ellipse qui attirait déjà les migrants en 1789 et le fait encore en 190095.

  • 96 Voir supra p. 133 note 154 ; vol. 79 p. 233, 268, 339,417,425, 475 ; vol. 46 p. 219 ; vol. 48 p. 15 (...)
  • 97 Voir la biographie de l’immeuble no 22 rue Ste Madeleine, infra p. 242, et la carte itinéraire p. x (...)
  • 98 Itinéraire p. 186 et carte p. xxx.

162Louis Borde, qualifié d’« inclassable » tant il change d’activités professionnelles, accumule vingt-neuf domiciles en dix-huit ans, multipliant les allers-retours entre des adresses déjà citées, tournant comme une toupie dans un pâté de maisons, selon les vicissitudes d’une vie familiale elle aussi très mouvementée96. Charlotte Billaudet-Windholtz déclare en arrivant à Strasbourg qu'elle est « femme d’huissier », seule avec deux fils ; elle le reste pendant toute sa trajectoire dans la ville décrivant un itinéraire touffu97. Les filles-mères reviennent chez leurs parents chercher une aide pécuniaire ou confier leur enfant afin de pouvoir gagner quelques sous. Les cohabitations sont le plus souvent contraintes, motivées par une nécessité absolue ; quand la cohabitation est rompue, la proximité géographique la supplante et permet de rendre supportable une promiscuité d’autant plus difficile à vivre que la contrainte s’accompagne de gêne. Les prostituées, occasionnelles ou professionnelles, sont les championnes de ce mouvement de toupie : Dorothée Barfuss98 et M. Anne Berlichy tracent dans la ville un itinéraire qui donne le tournis et établissent la géographie de la prostitution, les quartiers militaires, la Finkmatt, le Quartier St Nicolas et les rues « chaudes » du centre, rue des Aveugles, des Dentelles, de la Chandelle et du Vieil Hôpital. Cette extrême mobilité pose la question de la tolérance du voisinage à leur égard ; pourtant, elles ne paraissent pas rejetées, elles reviennent dans les mêmes immeubles, confient leurs enfants à des nourrices voisines.

163Ces comportements exceptionnels ne sont ici évoqués que parce qu’ils valident a contrario une hypothèse. Plus la vie est difficile, plus la mobilité résidentielle croît ; les raisons en sont évidemment professionnelles mais pas seulement : la mobilité est ralentie selon que la solidarité familiale peut ou non s’exercer, selon qu’elle apporte une aide effective au lieu d’unir seulement des misères.

D. Une géographie urbaine révélatrice d’oppositions sociales

1. Permanence des contraintes urbaines

164Nous venons de caractériser la mobilité intra-urbaine de 3 302 habitants à partir de leurs itinéraires résidentiels. Inversons le point de vue, analysons à partir du bâti urbain qui sont les habitants de telle rue, tel immeuble. Où les flux des Strasbourgeois se localisent-ils, où leur densité et leur rotation sont-elles les plus élevées ?

  • 99 Rappel : un habitant peut cumuler des domiciles situés dans une même rue, une maison voisine, un mê (...)
  • 100 Voir carte p. iv.

165Nous cartographions les rues où 1 125 habitants reviennent loger au moins une fois dans leur itinéraire, totalisant ainsi 4 534 domiciles99. La comparaison entre cette carte et celle des rues énoncées dans le corpus des adresses100 renforce l’opposition entre le centre, l’ellipse insulaire, et la périphérie et dans l’ellipse même l’opposition est-ouest.

  • 101 J. P. Graffenhauer, op. cit.
  • 102 Chr. STRUB, « Le comblement du Fossé des Tanneurs et la reconstruction des petites Boucheries ou re (...)
  • 103 Archives Municipales de Strasbourg, documents non cotés : Statistische Monatsbericht der Stadt Stra (...)

166La Grand’Rue se distingue par son poids numérique. De part et d’autre du Fossé des Tanneurs, les rues, les venelles et les bâtis sur cour sont densément habités, davantage à l’ouest qu’à l’est. Dans ce quartier, ni places ni jardins, mais un lacis de venelles de ruelles étroites et sombres qui entretient « miasmes », paludisme et tuberculose véhiculés par les eaux fétides des canaux de la Petite France et du Fossé des Tanneurs. Les médecins hygiénistes101 du xixe siècle et les autorités municipales en prennent conscience : le chantier de comblement du Fossé des Tanneurs est entrepris à la fin des années 1830102. Pourtant, encore à la fin du siècle, les autorités allemandes, qui veulent faire de la ville promue capitale de Land, une vitrine face à la France, dénoncent cette insalubrité s’appuyant sur les statistiques établies par « l’Office Municipal de la Statistique »103. C’est là que les garnis sont nombreux, que se rassemblent les « sous-locataires d’un lit », que les familles s’entassent, que règne la tuberculose mortifère. Ce tableau sinistre légitime la « Grande Percée », entreprise après 1912, qui éventre ce quartier et abat plus de cent trente maisons vétustes.

167Les habitants qui ont plus de dix domiciles situés dans des mêmes rues sont ceux que nous qualifions d’« éprouvés » voire de « toupies ». Les femmes y sont plus nombreuses que les hommes, les servantes, les prostituées, les journaliers y sont sur-représentés. La carte montre qu’ils habitent plus souvent la Krutenau et le quartier populeux de la Petite France que nous venons de décrire mais ils se logent aussi autour de la Douane où les journaliers trouvent plus facilement un gagne-pain, dans le quartier résidentiel autour et à l’est de la Cathédrale où les servantes sont embauchées, enfin près des quartiers « militaires » où les prostituées racolent leurs clients.

168Les habitants cherchent aussi à rester dans des quartiers moins populeux, où le bâti résidentiel est plus diversifié. Entre Saint-Thomas et la Cathédrale, entre la place Broglie et la Rue des Veaux, les hôtels particuliers jouxtent des maisons plus modestes, que ce soit rue de l’Épine, le tronçon est de la Grand’Rue, la rue des Juifs, la rue Brûlée ou la rue des Veaux. Soit les gens y reviennent, soit ils cherchent à y rester, en se logeant en face, à côté, soit en restant à tout prix dans le même immeuble.

169La cartographie des rues les plus fréquentées par les habitants les plus mobiles dresse une géographie sociale nette. Les plus humbles se concentrent dans les quartiers populaires au cœur de la ville entre Ill et Fossé des Tanneurs, et celui de la Krutenau à l’est. La comparaison entre les cartes de l’enquête de 1789 et celles des statistiques de la fin du xixe siècle révèle la permanence de cette structure. Cette opposition correspond à une autre constante de la ville, la pénurie de logements.

  • 104 Plus de 200 maisons d’après J. P. Klein (op. cit., p. 53, 62).

170Au xviiie siècle, l’échec du plan Blondel et l’égoïsme social des élites supprimant des maisons104 pour construire des hôtels particuliers, sans aucune politique de construction de nouveaux logements, créent une pénurie alors que la population double à Strasbourg pendant le même temps. Au xixe siècle, le conservatisme militaire, refus de détruire ou de déplacer un système de fortifications pourtant obsolète et la timidité de la politique urbaine des municipalités successives maintiennent voire renforcent cette pénurie. D’autant que les quelques chantiers ouverts pour assainir, couverture du Fossé des Tanneurs, destruction des Faux Remparts, création de quais et de ponts, indispensables certes, ne créent pas de logements. Quant aux chantiers de modernisation de la ville, ils édifient au Marais Vert, la Halle aux Blés, l’usine à gaz et la gare en détruisant à leur tour des logements alors que la main-d’œuvre afflue, plâtriers, maçons, tailleurs de pierres. La ville est ici actrice : elle impose les contraintes militaires ; à l’extrême mobilité des hommes, elle oppose la stabilité du bâti, la pénurie de logements ; elle maintient les contingences, elle signifie les hiérarchies. L’absence de toute politique du logement a un impact social dramatique ; en ce sens, la ville impose à ses habitants une structure contraignante fondamentale. La mobilité intra-urbaine que l’on constate, combinaison d’un nombre élevé de domiciles, dans des rues et des îlots spécifiques, est une réponse des habitants aux rigidités urbaines qu’ils subissent.

171Les cartes des rues les plus fréquentées révèlent des oppositions sociales nettes qui nuancent cependant le schéma d’une opposition spatiale centre-périphérie.

172En particulier, l’ellipse insulaire apparaît nettement comme un espace de mixité sociale. Pouvons-nous alors affiner l’analyse à l’échelle d’une rue, voire à celle de quelques immeubles ?

2. La rue des Veaux : un partage subtil de l’espace social

  • 105 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 79, 153-155.

173Les chefs de ménage de la rue des Veaux ont été recensés l’été 1789105. Située au cœur de l’ellipse insulaire, entre la Cathédrale et l'Ιll, elle rassemble alors une population composite et plutôt aisée.

  • 106 Carte p. xiv.

174Le plan Blondel de 1765 dessine un parcellaire différent entre le côté nord et le côté sud de la rue106, différence encore visible sur la photo aérienne de 1934. En 1789 l’opposition du bâti entre les deux côtés de la rue correspond à une diversité sociale. Le côté sud est constitué d’hôtels entre cour et jardin donnant sur l'Ill, construits au xviiie siècle par la noblesse alsacienne ; leurs propriétaires, le baron Gayling, no 23 et 24, le baron de Reinach, no 22, ont émigré pendant la Révolution. Des négociants, des fabricants et artisans y sont aussi propriétaires : les Mayno au no 19, les Saum au no 20, les Hatt au no 17. Une nombreuse domesticité loge près de leurs maîtres. En face, un hôtel au no 3 jouxte des maisons plus modestes ; les propriétaires sont des artisans, le vitrier Relier au no 14, un ferblantier au no 1, mais aussi au no 12 un notable, conseiller des XV. Les locataires travaillent dans la confection, tailleurs, couturières, bottiers logent près de la clientèle. Quelques militaires et officiers du roi sont aussi locataires ; c’est le cas du fils Kellermann, « capitaine des Hussards » au no 12.

175Dans ce quartier aristocratique, en 1789, la rue des Veaux trace une ligne mitoyenne entre aristocrates, gens de robe, artisans prospères et personnes plus modestes. Cette situation se retrouve-t-elle après la Révolution et l’Empire ?

  • 107 Cartes p. xv-xvi.

176Dans notre corpus nous mesurons des flux, seuls les arrivants et les partants sont enregistrés. Nous avons dressé les cartes107 des 215 occupants en fonction de leur durée de séjour à l’adresse indiquée. Dans toutes les maisons de la rue, des habitants s’installent mais les flux sont inégaux, plus importants sur le côté nord, excepté l’immeuble no 24 du côté sud.

177L’opposition entre des « enracinés » et des habitants qui ne font qu’entrer et sortir se retrouve-t-elle dans un face-à-face spatial des deux côtés de la rue ?

a. Les plus mobiles se logent des deux côtés de la rue

  • 108 Le couple Bervé reste sept mois en 1825, ils ont en pension une fillette de trois ans : vol. 48 p.  (...)
  • 109 Vol. 48 p. 426.
  • 110 Vol. 46 p. 274.
  • 111 Voir les biographies d’immeubles infra p. 232 et suivantes.

178La grande majorité des habitants restant moins d’un an dans la rue habitent la rive nord. Des servantes employées par les familles logées aux numéros 1, 2 et 3 restent à peine un ou deux trimestres. Parmi ces habitants « éphémères » se trouvent six ouvriers artisans, deux nourrices108 épouses de journaliers, trois compagnons, sept servantes, ils habitent les maisons modestes des numéros 6, 8, et 9. Au no 8 Louis Bosviel, journalier, loge huit mois109 ; au no 13 encore, Dorothée Buchot, repasseuse, élève deux filles âgées de 18 et 10 ans ; elles habitent là en 1812, partent en 1813 mais reviennent dès 1814 pour un trimestre110.Seul le no 24 se distingue sur la rive sud : il est étudié en détail plus loin parmi d’autres immeubles111.

  • 112 Vol. 48 p. 434, 444.
  • 113 Vol. 46 p. 426.
  • 114 Vol. 46 p. 301.
  • 115 Vol. 46 p. 303.

179Ceux qui séjournent entre un et deux ans forment un groupe plus diversifié. Au no 11, on croise Caroline Bertsch et sa mère veuve, couturières, venant du no 14, et s’installant pour deux ans112. Venant du no 20 pour emménager au no 8 en vis-à-vis, Etienne Barth113, commis négociant vit avec sa mère veuve ; ils quittent la rue à l’occasion de son mariage. Au no 29 s’installent des Français venus « de l’intérieur » : R. Bidault114, parisien, est « employé des Droits Réunis », accompagné d’une épouse et d’une fille ; il côtoie G. Barer115, chef de bataillon, qui « vient de l’armée » en 1810.

180Les habitants qui font des séjours brefs rue des Veaux se répartissent des deux côtés de la rue, la domesticité comme les petites gens ; les officiers supérieurs et les fonctionnaires, directeurs de services administratifs, se logent plutôt rive sud.

b. Des familles « tranquilles » de part et d’autre de la rue

  • 116 Carte p. xvi.
  • 117 Népomène Bind, employé aux Tabacs, veuf, loge avec son fils au no 20 pendant quatre ans, alors qu’i (...)
  • 118 Vol. 90 p. 165.
  • 119 Vol. 46 p. 273.
  • 120 Vol. 48 p. 434 ; Strassenverzeichnis no 92.

181Nous abordons maintenant un groupe d’habitants plus hétérogène qui habite dans la rue de deux à cinq ans. La carte116 montre qu’ils sont plus nombreux sur la rive nord. Aux no 8, 9, 13, et côté sud toujours au no 24, logent des travailleurs modestes, cordonniers, tailleurs, couturières, cloutiers, journaliers. L’originalité de leur trajectoire est leur durée de séjour dans la rue, particulièrement longue en comparaison des autres étapes qu’ils parcourent, ailleurs, dans la ville117. Μ. A. Bourdonnay118 par exemple, ouvrière en linge et « indigente », loge pendant quatre ans au no 8, alors qu'elle accumule ailleurs en ville vingt-sept domiciles en trente-cinq ans. Sa voisine, Madeleine Barillon119, couturière, y loge deux ans alors qu’elle collectionne neuf domiciles en huit ans à travers le quartier et y revient deux ans plus tard. Georges Bauer120, ouvrier tanneur, occupe avec son épouse et quatre enfants de moins de quinze ans au no 11 « quatre pièces au troisième étage sur la rue » pour lesquelles on exige une patente de 28 F ; ils y restent de 1833 à 1837, est-ce trop cher ?

  • 121 Vol. 48 p. 444, vol. 106 p. 6.
  • 122 Vol. 48 p. 415, vol. 106 p. 11.

182Tous ces travailleurs, modestes, cherchent à rester dans cette rue ou à y revenir. C’est le choix fait par A. Burcklé121 : son enfance s’écoule au no 14, il s’installe comme imprimeur compositeur au no 2, y emploie des ouvriers imprimeurs qui se logent près de l’atelier au no 24 ; il épouse sa voisine du no 1 Pauline Maillot. Le jeune couple reste cinq ans au no 2 avant de rejoindre ses parents au no 14. J. M. Brumpter122 est journalier en 1825, il habite avec femme et enfant au no 3 puis ils quittent le quartier ; on ignore la durée de leur séjour, mais ils reviennent dans l’immeuble en 1842, il en est alors le portier.

  • 123 Vol. 48 p. 454.
  • 124 Vol. 48 p. 473.
  • 125 Vol. 46 p. 274.

183On perçoit dans le comportement de ces habitants une volonté de se maintenir dans cette rue. Elle est certainement agréable à vivre, la place du Marché Gayot au nord, les bords de la rivière au sud sont autant d’espaces où il fait bon flâner. Est-ce ce qui séduit Madeleine Bernardot123, institutrice, partageant avec une belle-sœur veuve comme elle, un logement au no 21 de novembre 1811 à 1817 date de sa mort ? Au no 26, ce qui incite le professeur Nelter124 à séjourner pendant cinq ans, c’est la proximité avec le Séminaire où il dispense son enseignement, avant d’y obtenir un logement de fonction. L’exemple de Caroline Badany125, l’ex-épouse d’un général, illustre que la solitude féminine n’est pas toujours dorée : en 1806, elle se déclare « divorcée » quand elle emménage au no 29 avec un très jeune fils ; puis elle s’installe à côté rue des Écrivains et revient en 1815 dans la rue des Veaux, mais au no 13, en face sur la rive nord ; elle omet à chaque fois de signaler ses départs. Sans doute poussée par la nécessité, elle a trois domiciles dans l’îlot en neuf ans.

  • 126 Vol. 46 p. 303.
  • 127 Vol. 48 p. 415 ; vol. 106 p. 11.

184Elle côtoie désormais des personnes plus modestes face au beau monde du côté sud ; y a-t-elle croisé au no 29, le professeur à la Faculté de Médecine Bérot126 séjournant avec sa famille juste cinq ans entre 1810 et 1815 ? Nous n’avons pas de précision sur les lieux, mais on retrouve sa veuve, rentière, dans le registre de patente tenu quinze ans plus tard au no 27, elle y paie une patente de 195 F pour une valeur locative estimée à 400 F. En face, au no 3, son collègue J. Ch. Barth127, médecin loge avec son épouse et quatre enfants. Il s’installe sur un grand pied : la domesticité est nombreuse, un cocher, un portier, une cuisinière, une gouvernante, plusieurs servantes. Au bout de deux ans, en 1826, tout ce monde déloge quai Saint Nicolas ; occupe-t-il alors un logement de fonction, le no 78 étant la propriété des Hospices Civils ? Il revient dix ans plus tard toujours au no 3 pour un séjour de quatre ans, menant le même train de vie.

185Les « familles tranquilles » qui habitent cette rue pendant une durée de deux à cinq ans ne se répartissent pas au hasard entre le côté nord et le côté sud ; une différenciation de condition est nette entre les deux rives.

c. Les enracinés choisissent le côté sud

  • 128 Voir chapitre « Chemin faisant, les migrants », l’insertion, supra p. 182 ; vol. 48 p. 406.
  • 129 Vol. 106 p. 5.
  • 130 Vol. 106 p. 4.
  • 131 Vol. 48 p. 436.

186La rue des Veaux est aussi prisée par des Strasbourgeois qui y vivent « enracinés », entre six et cinquante ans. La carte des flux de longue durée de séjour indique qu’ils habitent majoritairement la rive sud et un tronçon rive nord. On croise la famille de P. Doré128, Inspecteur des Ponts et Chaussées, venue d’Épinal ; quelques mois après la naissance de Gustave, le graveur, né en 1832 rue de la Nuée Bleue, la famille emménage au troisième étage, 1, rue des Veaux et y demeure dix ans jusqu’à ce que le chef de famille soit muté à Bourg en Bresse. Au no 2, Christophe Guérin129, Conservateur au Museum, graveur, habite l’appartement où il est déjà recensé l’été 1789 ; il y vit avec ses deux fils « artistes peintres » et son épouse. Une fois veuf, il déloge en 1825 avec ses fils et la fidèle servante. Son voisin, le perruquier A. Belin130 occupe son atelier pendant trente-cinq ans, et loge sur les lieux ; il y fait travailler des ouvriers perruquiers souvent logés au no 24. Un peu plus loin, au no 9, le fils du droguiste Boegner131 et sa mère veuve se logent, quittant l’officine paternelle du no 78 quai des Pêcheurs, où il a travaillé « commis chez son père » et appris le métier de commis-négociant. Il quitte la rue des Veaux pour se marier sept ans plus tard.

  • 132 Vol. 48 p. 417. Le propriétaire Charles Loewenhaupt, revenu en 1814 d’« outre-Rhin » a retrouvé ses (...)
  • 133 Vol. 45 p. 454.
  • 134 Vol. 48 p. 405.
  • 135 Vol. 89 p. 474.
  • 136 Strassenverzeichnis no 92.

187Du côté sud, au no 20, on retrouve l’épouse du Président du Tribunal de Wissembourg, Madame Berger née Laquiante132 toujours accompagnée de sa fille. Elles y sont encore neuf ans plus tard au décès de Madame mère. Etienne Bouvret, domestique, y loge avec épouse et fils adoptif, pendant douze ans ; après son décès en 1831, perdant un logement de fonction, sa veuve et son fils, commis-négociant, traversent la rue pour habiter le no 8. Au no 21, on rencontre M. Madeleine Bronner133, négociante, veuve entourée de quatre enfants, dont deux fils brasseurs, elle emménage en 1822 et y demeure. Le confiseur G. Braun134 et son épouse s’installent en 1831, jeunes mariés au no 23, la mariée ne quittant pas sa mère veuve. Enfin, G. Binder135, rentier, venu de Saarbruecken en 1836, installe épouse et enfant au no 23. Un passeport « pour l’intérieur » demandé en 1840 par le chef de famille, atteste qu’ils sont encore là, au départ et au retour de son voyage. Au no 25, le serrurier Bauer règne sur sa maisonnée comptant entre neuf et quatorze personnes ; une fois adultes, quelques enfants la quittent, ainsi le « jeune marié » Auguste loge-t-il quelques mois au no 24 avant de revenir dans la maison paternelle. Trois chefs de ménage, tous Bauer et tous serruriers, se partagent trois appartements d’une valeur locative estimée à 200 F chacun, ils paient entre 100 F et 85 F chacun de patente136.

  • 137 Vol. 48 p. 475.
  • 138 Vol. 48 p. 484.
  • 139 Vol. 48 p. 472.
  • 140 Cette dernière fait exception, elle quitte l’hôtel avec ses deux enfants pour la Robertsau, après u (...)

188Ph. Broch137, « directeur retraité » et son épouse s’installent avec trois enfants, nés les uns à Seurre, un autre à Melun au no 27 ; la famille ne quitte pas l’immeuble. La veuve du banquier Livio138 et sa fille, quittant la rue du Dôme, s’y installent à leur tour. Ces dames sont rentières, tout comme leurs voisines Madame de Bergen139 au no 25 et madame Schott140 veuve Nandress au no 28.

  • 141 Vol. 48 p. 478.
  • 142 Strassenverzeichnis no 92.
  • 143 Vol. 48 p. 479.
  • 144 Voir « Chemin faisant, les migrants », l’insertion, supra p. 179.
  • 145 Strassenverzeichnis no 92.

189En 1835, le colonel A. Baron141 son épouse et ses deux filles en âge d’être mariées, occupent au no 28 le « deuxième étage devant » et paient 217 F de patente ; ils doivent s’y trouver bien puisqu’ils y sont encore quand une fille se marie et quitte ses parents en 1839. Ils ont pour voisins des administrateurs ; l’Inspecteur des Postes Blumstein142, son épouse et leur fils de cinq ans qui emménagent en 1836 au « deuxième derrière » et paient une patente de 340 F, l’appartement donne sur la « Bruche » et non au nord sur la rue ; P. Bonzeron143, venant de Châlons en 1837, est gérant de Recettes Générales, les aînés y sont nés ; un cinquième enfant naît en 1842. Le propriétaire, Charles Bucherer144, habite depuis 1807 l’appartement du « premier étage devant » et son fils Frédéric, marchand de vin, loge dans sa maison natale au « premier derrière » : deux enfants y naissent en 1838 et 1840. Les deux appartements sont estimés à la même valeur, 600 F, et les deux chefs de famille paient la même patente, 264 F145. Il est curieux de constater que des arguments d’appréciation décisifs aujourd’hui, l’ensoleillement, le calme, ne fassent pas la différence pour estimer la valeur d’un logement ; l’appartement sur la rue bruyante est au nord, alors que l’arrière est soit sur la cour soit sur l’eau, au soleil en tout cas à défaut de calme assuré. Au no 29, le propriétaire J. Roederer, rentier, habite lui aussi le premier étage ; revenu en 1814, il y est encore en 1840 ; il est imposé comme son voisin.

190Deux sœurs, Joséphine et M. Anne Burger, servent pendant sept ans une dame veuve ; elles délogent à son décès, ayant perdu travail et toit en 1827.

  • 146 Les modalités en sont expliquées dans le chapitre « L’atelier de l’Histoire », supra p. 68-71.
  • 147 Vol. 46 p. 276 ; vol. 47 p. 250-251 ; vol. 48 p. 446-451 ; vol. 106 p. 49-53 ; vol. 107 p. 483-484, (...)
  • 148 Co-résidence : nous appelons co-résidence la situation qui rassemble exclusivement dans un même imm (...)

191La nécessité de procéder à un sondage146 des habitants dont on étudie la mobilité ne permet pas d’apprécier l’importance du turn-over se déroulant dans certains immeubles. Nous avons comptabilisé pour un seul immeuble de la rue des Veaux l’ensemble des personnes qui s’y installent, quelle que soit la durée de leur séjour entre 1813 et 1846 : il s’agit de la brasserie à l’enseigne de « L’Espérance », établie à l’angle de la rue des Veaux et de la rue de la Pierre Large147 autour de la cour du no 17, tenue de père en fils par trois générations de maîtres-brasseurs Hatt. La valeur locative des deux immeubles est estimée à 800 F et la patente exigée est de 250 F, vers 1835. Dans cette grande maison cossue, la co-résidence148 est de règle.

  • 149 J. Hatt, « Quatre siècles de bourgeoisie strasbourgeoise », op. cit., p. 149.

192L’inventaire de la succession du fondateur décrit deux immeubles séparés par deux cours, l’une est encombrée d’appentis149 ; au rez-de-chaussée, sur la rue de la Pierre Large s’ouvre une salle pour la clientèle ; les caves permettent de stocker neige et bière, dans les cours les appentis abritent le travail des tonneliers, plus tard écurie et voitures de livraison viennent encombrer un peu plus l’espace. Les étages de la maison face à la Manufacture des Tabacs permettent de loger famille et domesticité. En 1813, Ph. J. Hatt prend la succession de son père. Il est alors à la tête d’un ménage de six personnes : outre son épouse et son aîné, il a en charge trois des frères et sœurs, nés des deux mariages de son père. En 1825, il accueille un jeune frère marié et brasseur ; en 1839 son fils aîné se marie, lui-même chef d’un ménage de trois à six personnes entre 1840 et 1845 ; enfin, depuis 1835 son gendre habite aussi dans la maison. Bref, de 1825 à 1845, deux à quatre ménages vivent en co-résidence, regroupant de dix à vingt personnes.

  • 150 Outre la patente de 250 F déjà mentionnée, il paie en 1831 un cens de 766 F 77 centimes, en 1832 10 (...)

193La rotation du personnel est impressionnante : de 1813 à 1845 sont entrés au service de la brasserie 446 ouvriers et compagnons brasseurs, 26 tonneliers, 15 journaliers, un cocher et cinq voituriers. L’importance de ces effectifs s’explique : le travail en brasserie est à l’époque un travail saisonnier ; la bière est fabriquée en automne et en hiver, stocks de neige et de glace permettent de consommer la dernière bière, celle de mars, jusqu’en mai. Ensuite quelques ouvriers encadrés par des tonneliers suffisent à réparer et fabriquer les tonneaux nécessaires au stockage et au transport de la bière, à nettoyer les cuves. Les ouvriers et compagnons faisant leur tour vont et viennent, leur rythme s’adapte à la contrainte de l’emploi saisonnier. D’autre part, Ph. J. Hatt développe l’entreprise. Entre 1813 et 1840, le turn-over change d’ordre de grandeur : entre 1813 et 1824, on compte pour chaque période de quatre ans entre 13 et 20 brasseurs et 2 à 4 tonneliers embauchés ; après 1825, pour chaque période de trois ans, on comptabilise entre 33 et 40 ouvriers brasseurs, 5 journaliers, un cocher et cinq voituriers pour les livraisons ; entre 1838 et 1845 le volant d’embauche se maintient pour les brasseurs et 9 tonneliers sont embauchés. L’ampleur que prend l’entreprise se lit aussi à travers les relevés d’imposition fiscale : le cens que paie l’entrepreneur150 est quasiment doublé entre 1831 et 1838.

194Les servantes sont quatre fois moins nombreuses que les ouvriers brasseurs, mais leur travail ne s’interrompt pas à la belle saison ; toute l’année les familles en co-résidence sollicitent leurs services ; 104 servantes se succèdent entre 1813 et 1845, ce qui constitue une moyenne de trois servantes embauchées chaque année ; c’est peu si on rapporte ce nombre à celui des personnes servies et à la mobilité constatée des servantes ; d’autant que lesdites servantes pouvaient aussi travailler « en salle », nous ne trouvons en effet pas mention de serveuse ou de sommelière dans les pages des registres. À l’angle de cette rue « paisible », la brasserie anime le quartier, brassant une population mêlée d’ouvriers qualifiés et de servantes, de clients de toutes conditions.

195Ce minutieux, mais non exhaustif, suivi des flux des habitants de la rue des Veaux permet de conclure.

Les durées de séjours et la localisation dans la rue concordent

196Les familles modestes habitent le côté nord entre la rue des Moines no 4 et la rue de la Pierre large ; elles ont tendance à habiter leur logement plus longtemps qu’elles ne le font ailleurs, pour peu que le lieu de leur travail soit à proximité, mais elles ne restent pas ; certains des habitants y reviennent quelques années plus tard.

  • 151 Cet immeuble et ses occupants sont étudiés plus loin p. 233.

197Le côté sud, des no 17 au 27 attire les familles « enracinées », natifs Strasbourgeois ou non, négociants, fabricants vivant en co-résidence. Une exception, les locataires du no 24151.

198Le tronçon de la rue compris entre la rue du Bain aux Roses et la ruelle de l’Abreuvoir est habité par un ensemble composite de personnes prospères. De hauts gradés, des fonctionnaires d’autorité se succèdent pour une étape assez longue dans leur carrière. Des veuves, nobles et rentières, y séjournent aussi.

La statistique confirme ce que les parcours individuels nous apprennent

199Un tiers des habitants de la rue ne déclarent pas de profession : les veuves, les épouses nanties y sont nombreuses. Un cinquième des habitants, soit 22 %, sont des servantes, domestiques, journaliers, un autre, soit 22 %, sont ouvriers qualifiés et 14 % des habitants de la rue cumulent argent, pouvoir et considération, on y trouve 3 % de rentiers, autant de commerçants, fabricants, administrateurs. Les cartes dressées par code professionnel visualisent clairement que répartition spatiale et répartition sociale se conjuguent.

200Les femmes sont bien plus nombreuses que les hommes, soit 154 femmes et 111 hommes, la proportion de veuves et de domestiques explique cette différence. Les deux tiers des habitants vivent en famille, dont la moitié partage le logement entre trois et cinq personnes. Le dernier tiers ne compte que des solitaires logeant chez leurs patrons, soit 15 %, ou des veuves, 10 %. Lorsque les circonstances d’arrivée et de départ sont connues, les événements familiaux pèsent deux fois plus que les raisons professionnelles.

201L’étude détaillée de la rue des Veaux permet de mettre en valeur plusieurs constantes rencontrées dans cette étude de la mobilité intra-urbaine : il y a une corrélation nette entre la mobilité et le niveau de vie, la mobilité et la solitude, la mobilité et l’emploi.

202Les durées de séjour des habitants correspondent aux seuils des durées de l’ensemble des déclarants du corpus entier ; mais dans la rue des Veaux, les habitants qui séjournent longtemps sont proportionnellement plus nombreux. Les femmes sont plus nombreuses à faire des séjours plus brefs, le poids de la domesticité féminine explique cela.

  • 152 Vol. 48 p. 416, 480.
  • 153 Strassenverzeichnis no 92, ce volume a été présenté dans le chapitre étudiant les sources utilisées (...)

203Il n’y a pas de ségrégation sociale calquée sur une ségrégation spatiale rigide mais, à l’échelle de la rue, on voit s’organiser une répartition des habitants qui signe des hiérarchies : la rive nord est davantage industrieuse et modeste, voire fragile, la rive sud mieux installée dans l’aisance et l’assurance. Certains tronçons font pourtant exception : rive nord, des no 1 à 4, on est peu ou prou du même monde que celui logeant en vis-à-vis. Le capitaine Bury152 et son épouse en témoignent : arrivant de Benfeld en 1824 ils installent leurs pénates place Saint Etienne ; le décès subit du capitaine incite la veuve, rentière, à quitter la place pour le no 4 rue des Veaux puis pour le no 28, en vis-à-vis, dans la même année. Elle y occupe « la moitié du deuxième étage derrière » et paie 140 (F ?) de patente153 ; on la retrouve au no 3 en face après 1830 dans un appartement du même ordre, dont la valeur locative est estimée à 200 F et pour lequel elle est imposée de 105 F.

  • 154 Vol. 48 p. 485 ; Strassenverzeichnis no 92.

204Dans l’immeuble aussi, quand on dispose de l’information, on décèle une hiérarchie : le propriétaire habite encore de préférence le premier, sur la rue, les locataires grimpent les escaliers ; les ateliers sont au fond des cours, au rez-de-chaussée, ainsi Etienne Baumaux154, doreur, installé au no 28 juste avant la naissance de son premier enfant en 1840 paie patente lui aussi, 80 F sont exigés.

205Dernière constante, enfin, la continuité des pratiques du logement : les habitants investissent la rue de la même manière qu’en 1789 ; ils subissent ainsi les contraintes du bâti, qui a peu changé.

3. Les biographies d’immeubles révèlent une géographie urbaine construite selon le genre

« De ce qui se passe derrière les lourdes portes des appartements, on ne perçoit le plus souvent que ces échos éclatés, ces bribes, ces débris, ces esquisses, ces amorces,… ces embryons de vie communautaire qui s’arrêtent toujours aux paliers. »
G. Perec, La vie mode d’emploi, Paris, 1978, p. 19.

  • 155 Rappelons que les registres ne consignent que les flux d’habitants alors que les recensements établ (...)

206En étudiant la « biographie »155 de quelques immeubles, on cherche à savoir si les habitants enregistrés ont des pratiques du logement semblables ou non, s’ils forment un ensemble homogène ou divers du point de vue de l’âge, du sexe, des configurations familiales, des activités professionnelles. Il s’agit ici de tester les hypothèses déjà étudiées à l’échelle de la rue, à savoir si les liens entre précarité du travail et précarité du logement d’une part et ceux qui relient structure des ménages et mobilité intra-urbaine sont confirmés à l’échelle du microcosme d’immeubles.

207Nous connaissons le flux des personnes entrant dans près de 2 000 maisons, soit 1 873 domiciles énoncés par des Strasbourgeois venant s’y installer sur l’ensemble de la période.

  • 156 Cartes p. xii.

208La cartographie de ces immeubles est révélatrice d’oppositions spatiales. Les maisons qui « accueillent » au plus deux personnes adultes dans la période étudiée se répartissent sur l’ensemble du territoire intra-muros ; en revanche, celles qui « attirent » vingt personnes adultes et plus sont localisées surtout dans l’ellipse insulaire et sont bien plus nombreuses dans la partie ouest de cette ellipse, à l’ouest du Fossé des Tanneurs156. On retrouve donc à l’échelle de la répartition spatiale des flux par immeuble, les contrastes déjà observés à l’échelle de la rue.

209L’étude sociologique des habitants de ces immeubles où le turn-over est le plus fort permet d’élaborer une typologie de cet habitat. Des immeubles accueillent une population mixte à tous points de vue, mixité sociale, de « genre », de mobilité intraurbaine. D’autres sont fréquentés par une majorité d’hommes seuls, d’autres encore constituent un habitat majoritairement féminin.

a. Parmi les immeubles très fréquentés, certains accueillent autant d’hommes que de femmes

Le no 24, rue des Veaux157

  • 157 La rue des Veaux est étudiée supra p. 224-232, cartes en annexe p. xiv-xix ; vol. 46, p. 276-300 ; (...)

210Au milieu de la rue des Veaux, on l’a dit, le no 24 est une exception sur la « rive » sud. Avant 1789, le bâtiment est un des communs de l’hôtel particulier du no 23, hôtel vendu comme bien national pendant la Révolution, le baron Gayling, son propriétaire ayant émigré « outre-Rhin ». Le propriétaire du no 24 a morcelé l’espace en de nombreuses unités d’habitation.

211Entre 1810 et 1840, vingt-cinq ménages s’installent tour à tour : sept familles regroupent cinq à six personnes, quatre ménages sont des couples, époux, mère-fille, et quatorze concernent des personnes vivant seules.

212Sept couples y logent en famille. Parmi eux, deux familles que l’on retrouve au no 18 rue de l’Ail – voir infra. Laurent Busch, ouvrier aux Tabacs, a rejoint sa femme et ses trois enfants ; il reste trois ans dans cet immeuble, de 1816 à 1819, un record dans son itinéraire, puisque sa trajectoire dans la ville est ponctuée de dix-sept domiciles en dix-neuf ans ; il est vrai qu’il est ici à deux minutes à pied de la Manufacture des Tabacs. Dix ans plus tard, sa veuve y revient pour six mois avec une fille, elle est alors journalière.

  • 158 Carte itinéraire intra-urbain annexe, p. xxix.

213À leur tour, le tailleur Brettinger158, son épouse et quatre enfants séjournent ici plus longuement qu’au cours des autres étapes parcourues dans la ville : ils demeurent trois ans rue des Veaux, ailleurs ils déménagent au plus tous les dix-huit mois. Le tailleur quitte le logement après le décès de son épouse. Son collègue Louis Burcklé, à la tête d’un ménage de cinq personnes, demeure, lui, onze ans, de 1811 à 1822 dans l’immeuble ; c’est aussi l’étape la plus longue dans le parcours de ce couple, bien que sa trajectoire soit plus « paisible » puisqu’on leur connaît cinq domiciles seulement et qu’ils déménagent en moyenne tous les quatre ans.

  • 159 Tenu vraisemblablement dans les années 1830 à 1835, Strassenverzeichnis no 92.

214Auguste Bauer, serrurier comme son père, installé au no 25, prend congé entre 1837 et 1839 de la co-résidence familiale : deux filles naissent, à côté, au no 24. Dans le registre de patente159, il semble pourtant installé confortablement au no 25, il paie une patente de 95 F comparable à celles de son père et de son frère ; est-ce une fâcherie familiale momentanée, une incompatibilité d’humeur ou son mariage tardif avec une jeune voisine Sophie Martin, de vingt ans sa cadette, qui provoque l’interruption de la co-résidence ?

215J. Binder, ouvrier boutonnier venu d’Allemagne, épouse une fille de Thann et prend en charge sa belle-mère et deux jeunes beaux-frères ; on ignore leur durée de séjour dans cet immeuble ; on sait par ailleurs qu’ils quittent tous les six mois en moyenne les neuf autres domiciles connus.

216Six veuves vivent là, parfois seules, d’autres chargées de famille ; E. Brod, couturière, élève cinq jeunes enfants et ne reste qu’un an ; A. M. Becker-Reisch vit entourée de deux fils, Daniel cordonnier et Mathieu menuisier ; entre deux contrats de travail, ils séjournent chez leur mère ; l’étape de la rue des Veaux est, pour eux aussi, la plus longue de leur trajectoire : ils y sont réunis trente mois, durée double de la moyenne des durées de séjour aux autres domiciles. Enfin, deux veuves vivent avec une fille adulte, les deux couples mère-fille restent six mois, pratique conforme au reste de leur trajectoire.

  • 160 Deux jeunes cordonniers logent là : J. Bier apprenti de quatorze ans reste un an, G. Ball, venu d’A (...)
  • 161 M. Bauer est servante, M. Baern est cuisinière à trente-cinq ans, M. Neff et M. Brech sont journali (...)
  • 162 Strassenverzeichnis no 91

217D’autres personnes vivent seules. Des ouvriers : Ph. Bellardel, soixante ans, perruquier, vit séparé de son épouse, il loge dix-huit mois tout près de l’atelier d’A. Belin installé au no 2 ; c’est la durée moyenne des quatorze étapes qu’il trace dans la ville. En revanche, on perd de vue des jeunes gens, ni date de départ, ni lieu de destination ne sont enregistrés160. Cinq femmes habitent seules, elles aussi, la trentaine passée, pour une courte durée161. Enfin, Reine Blondel, modiste et marchande de modes, partage parfois avec une mère veuve et un fils « naturel » « deux pièces sur cour au premier étage » pendant un an entre 1835 et 1836162 : elle y paie une patente de 20 F pour une valeur locative estimée à 80 F.

  • 163 S. Juratic, « Mobilités et populations hébergées en garni », dans D. Roche (dir.), La ville promise (...)

218Cet immeuble présente un répertoire complet des manières d’habiter ensemble. Un tiers de ceux qui s’installent, sont seuls dans la vie et vivent seuls : des veuves âgées, mais aussi des jeunes gens qui apprennent leur métier et des travailleurs adultes ; leur passage est très bref. Les familles nombreuses représentent un tiers des ménages et séjournent entre un et trois ans, excepté la famille du tailleur Burcklé installée à demeure durant onze ans. Quelques couples, époux ou mère-enfant séjournent à cette adresse plus longtemps qu’ils ne le font ailleurs. Ils sont tous de condition modeste, le serrurier Bauer excepté ; leur mobilité s’explique autant par la configuration familiale que par les aléas de la vie professionnelle. Installés sur le côté sud de la rue des Veaux, les habitants du no 24 y font exception et partagent le sort de leurs voisins situés en face, comme nous l’avons montré dans l’étude de la rue. À Paris aussi, l’étude de quelques garnis montre que ce mode d’habitat n’est pas seulement le fait de migrants, seuls et transitant dans la ville. Des familles avec enfants y habitent durablement163.

Le no 18, rue de l’Ail164

  • 164 Vol. 90, p. 160-165, p. 609 ; vol. 53, p. 71.

219Toujours dans l’ellipse insulaire mais au sud, la rue de l’Ail relie l’église Saint Thomas à la Douane ; boutiquiers, ouvriers artisans, journaliers et servantes animent le quartier.

220Au no 18 rue de l’Ail s’installent quarante et une personnes entre 1810 et 1840. Plusieurs familles y vivent assez longtemps tandis que quelques-unes ne font qu’y passer. On trouve quatre ménages de deux personnes, quatre ménages de quatre personnes, cinq ménages en rassemblent cinq, un ménage regroupe six personnes et un autre huit personnes ; les prostituées forment toujours un ménage de une personne ; seule la famille Baer rassemble parfois trois générations.

221Onze ménages sont donc des familles. Le maître-serrurier J. Baer, époux d’une Zabern, y est déjà installé en 1789 ; il figure dans le registre car il décède à cette adresse en 1819. Leur fils J. Jacques, serrurier, vit et travaille dans l’atelier paternel de 1809 à 1815 ; trois fois veuf entre 1813 et 1834, il confie parfois ses deux fils aux grands-parents, en 1818 par exemple lorsqu’il part pour Paris et n’en revient qu’en 1829 à la mort de sa mère. Au cours de son absence, le maître serrurier puis son épouse ont embauché des ouvriers serruriers ; l’un d’entre eux, Ch. Brummer et ses trois fils, tous serruriers, travaillent et logent là un an, de 1818 à 1819 ; lui succèdent pour deux ans, entre 1820 et 1822, X. Buch, 57 ans, et son fils Ignace, 33 ans ; ils viennent de Molsheim, le fils est « admis à domicile » en 1820. Puis l’atelier semble fermé jusqu’en 1829, au retour de J. Jacques. À nouveau veuf en 1834, il demeure dans l’immeuble comme l’atteste l’enrôlement de ses fils : l’aîné, polisseur, en 1835 et le cadet, menuisier, en 1838.

  • 165 Carte itinéraire p. xxix.

222Dans l’immeuble sont encore installées d’autres familles. Le tailleur Brettinger165, son épouse et ses filles restent deux ans de 1820 à 1822. De deux ménages d’ouvriers aux Tabacs avec enfants, les Busch ne restent que six mois en 1812, alors que les Billot s’installent pour cinq ans de 1815 à 1820. Le commissionnaire Berger et sa famille séjourne quatre ans entre 1825 et 1829, voisinant à peine avec le cordonnier Beck qui, lui, avec six enfants, ne reste que neuf mois en 1829-1830. M. Bonjour, tailleur, et son épouse arrivant de Lunéville ne restent qu’un mois en 1817 ; un douanier, A. Boulanger et son épouse à peine cinq ; le tisserand Bentelstetter, son épouse et ses trois enfants, un an entre 1813 et 1814.

223Six filles publiques fréquentent l’immeuble pendant toute la période. Elles séjournent peu de temps, de deux à six mois, mais y reviennent. Leur mobilité est caractéristique de leur activité. Enfant, Madeleine Brettinger a habité l’immeuble avec son père tailleur ; elle y revient en 1829 pour deux mois. A. M. Busch y reste six mois ; Madeleine Boulot revient à quatre reprises pour une durée de deux à cinq mois ; seule ou avec sa sœur, elle est « mouche » des policiers, « à la disposition du gouvernement », situation fréquente.

224Dans cette maison se côtoient familles modestes et industrieuses, séjournant quelques années ou quelques mois ; la présence ou non d’enfants ne semble pas influer sur la durée de séjour. Celle-ci est caractéristique des situations rencontrées. Le maître-serrurier Jean Baer, propriétaire, est, bien sûr, sédentaire, situation classique ; tant qu’il n’a pas pris la succession de son père, le fds est très mobile : ses absences et ses allers-retours à Paris sont rythmés par les veuvages et les remariages. Une fois qu’il a rouvert l’atelier au décès de sa mère, il ne bouge plus de 1829 à 1839. Sa mobilité résulte donc de la combinaison de ses malheurs conjugaux avec sa non-installation comme artisan indépendant. Aurait-il pu, ou dû, reprendre l’atelier au décès de son père en 1819 ? Pourquoi attend-il dix ans ? Incompatibilité d’humeur avec sa mère, entre ses épouses successives et leur belle-mère ?

225Un domestique et des filles publiques ne font que passer, mobilité elle aussi liée à l’activité professionnelle. Quatre familles composées de couples avec enfants demeurent plus d’un an. Les autres habitants restent quelques mois : cette adresse n’est qu’une courte étape dans leur trajectoire urbaine riche en domiciles, leur durée de séjour dans cet immeuble ne fait pas exception.

226Au cœur de la ville, près de la douane et du port, les habitants de cet immeuble exercent des activités variées et vivent à des rythmes très différents, dans des configurations familiales très diverses. Sédentarité et mobilité se juxtaposent ; pas de ségrégation sociale rigide : propriétaire artisan, petites gens, prostituées se côtoient.

Le no 1, rue du Bouclier166

  • 166 Vol. 90, p. 393-416.

227La rue du Bouclier relie la place Saint Thomas et la rue de la Monnaie à la Grand’Rue, elle est située à l’est du Fossé des Tanneurs. Aux dires d’Amélie Weiler, c’est une rue calme, dans un quartier moins populeux qu’à l’ouest du Fossé des Tanneurs, où universitaires, pasteurs, marchands et fabricants sont nombreux.

  • 167 Où logeait en 1789 le Stettmeister Lemp conspué par la foule lors de l’émeute du 21 juillet 1789.

228Le no 1 de cette rue est constitué de deux maisons disposées autour d’une cour, à l’angle de la rue des Dentelles : face au portail, on voit une belle maison du xviie siècle167, une grande bâtisse, occupe un côté et le fond de la cour. La disposition des lieux suggère des destinations différentes pour chaque immeuble, l’étude de ceux qui viennent s’y installer le confirme-t-elle ?

  • 168 Carte itinéraire p. xxxi.

229À cette adresse logent quatre familles. P. Burguburu168 a pignon sur rue et loge vraisemblablement dans la « maison de maître » : il tient le haut du pavé, il est « Inspecteur des Monnaies », figure dans les annuaires présentant les autorités et les notabilités de la ville. Il séjourne à cette adresse pendant onze ans avec son épouse et son fils étudiant en droit, à deux pas de l’Hôtel de la Monnaie. Il mène grand train, un cocher, un portier, une cuisinière, des servantes à son service. Au moment de sa retraite, il quitte ce logement pour aller s’installer place du Marché aux Herbes ; son fils part étudier à Mayence.

  • 169 Carte itinéraire p. xxvii.

230Le tailleur Brillenmeyer séjourne ici avec son épouse durant trois ans avant d’être hospitalisé ; ils ont quitté le no 10 de la rue où ils cohabitaient avec une fille mariée. L’immeuble abrite également deux familles chargées d’enfants, dans la maison arrière ?, elles y restent moins longtemps. Le charpentier Z. Bœuf169 y habite avec son épouse et trois enfants de moins de quinze ans ; onze domiciles précédents sont à la Krutenau, les deux derniers autour de la cathédrale ; l’étape au no 1 rue du Bouclier est une des plus longues, presque deux ans, son épouse y meurt, il se remarie six mois plus tard et déloge. L’« employé à l’hôpital » F. Becker, son épouse et leurs six enfants ne restent que trois mois en 1816. Cette courte étape est la septième en quinze ans, dans un parcours de dix-huit domiciles regroupés dans trois pâtés de maisons de l’ellipse insulaire. À son sujet se cumulent instabilité conjugale, son épouse le quitte à deux reprises et mobilité résidentielle.

231De l’autre côté de la cour se trouve un atelier de bonnetier, les allées et venues des jeunes gens, cinq compagnons et ouvriers « faiseurs de bas » et bonnetiers, se succèdent à un rythme allant de un à six mois, ils logent chez leur patron. Pour tous ces célibataires, âgés de vingt à vingt-cinq ans, Strasbourg est une étape dans un tour de compagnon : Burckel rentre « dans ses foyers », Bourlet continue vers Colmar, Bahner vers Bâle ; Fr. Burckhard de Scheyern en Bavière loge ici à trois reprises : une première fois pendant quatre ans avant de retourner chez lui, la seconde durant trois mois, en route vers Lyon, la troisième au retour, il s’arrête un mois avant de rentrer définitivement dans sa Bavière natale.

232Deux servantes vivent chez les patrons, originaires de Scheid comme elles : l’une âgée de quarante-cinq ans séjourne chez eux durant quinze ans jusqu’à sa mort, la jeunette est « ab infans chez son oncle ». Une autre servante sert trois ans chez P. Burguburu ; deux autres enfin suivent la règle générale, elles séjournent chez leur patron un trimestre seulement.

233Le boulanger Burckhard a séduit l’épouse de son voisin qui, devenue veuve, l’épouse ; on ignore la durée de leur séjour. Rosalie Boxtel, journalière, reste quatre mois à cette adresse. Barbe Barbenès, servante à Strasbourg depuis dix ans, habite là un mois avec un nouveau-né et part ensuite pour Wasselonne « avec sa fille ».

234On croise donc à cette adresse autant d’hommes que de femmes, mais une majorité de ménages d’une personne : ouvriers, servantes, journaliers dont neuf logent explicitement chez leur patron ; séjournent dans l’immeuble trois familles avec des enfants dont le nombre est inversement proportionnel à la durée de séjour. Cette adresse offre un exemple de proximité sociale où les façons d’habiter sont très contrastées et correspondent à des situations très différentes du point de vue de l’âge, de l’état civil, de la condition sociale. Selon toute vraisemblance, les deux maisons du no 1 rue du Bouclier hébergent des populations qui se côtoient sans se mêler.

b. Une géographie urbaine par « genre »

  • 170 Cartes des immeubles où la proportion de femmes ou celle des hommes est égale ou supérieure à deux (...)
  • 171 Carte des familles enracinées, p. xxxi.

235Parmi les immeubles dont le flux d’entrants est égal ou supérieur à vingt personnes, quelques-uns accueillent majoritairement des hommes, d’autres surtout des femmes. Nous avons dressé les cartes de ces immeubles caractérisés par le « genre » de leurs habitants170. Elles visualisent l’opposition est-ouest à l’intérieur de l’ellipse insulaire. À l’est, entre la place Broglie et la Cathédrale, les habitants venant loger sont en majorité des femmes. L’étude de la rue des Veaux a permis de constater qu’elles sont nombreuses à vivre seules dans ce quartier, les veuves rentières s’y retirent volontiers ; d’autre part, les familles « enracinées »171 y sont plus nombreuses qu’ailleurs ; tous ces habitants aisés font appel à une domesticité importante, majoritairement féminine elle aussi.

236Le quartier situé entre la Douane et la Grand’Rue est marchand et artisanal : une majorité d’hommes s’y installe sans que l’on puisse exclure quelques immeubles à population majoritairement féminine.

237De part et d’autre du Fossé des Tanneurs, les deux types d’immeubles sont juxtaposés et en plus grand nombre. Les nombreux artisans, tanneurs et meuniers, foulons et teinturiers sont concentrés autour des multiples canaux, encombrés d’embarcations qu’il faut manœuvrer, charger et décharger : leur main-d’œuvre est masculine ; les garnis y sont nombreux, ils accueillent aussi les hommes attirés par les chantiers de travaux publics. Les femmes sont davantage présentes dans les rues passantes et les venelles qui les joignent, nombreuses journalières et servantes des artisans et des aubergistes, sans compter les prostituées regroupées dans quelques immeubles, aux no 22 rue des Dentelles, no 41 rue de l’Argile par exemple.

  • 172 Ces maisons figurent sur la carte de tous les immeubles accueillant plus de vingt personnes, p. xii(...)

238Enfin, au sud, les hommes vivent plus nombreux sur le quai des Bateliers, les femmes dans la rue Sainte Madeleine ; la même observation vaut pour le quai des Pêcheurs : les femmes seules habitent plutôt les logis modestes des venelles et rues perpendiculaires, alors que les habitants des maisons cossues du quai sont surtout des familles comptant autant d’hommes que de femmes172, artisans de la batellerie et des métiers traditionnels employant ouvriers, compagnons et journaliers.

239Comment expliquer cette localisation par genre ? L’étude de la mobilité intra-urbaine a montré que celle-ci s’accroît avec la solitude et la précarité, lot commun spécifique des nombreuses femmes en milieu urbain. L’analyse des flux des habitants de ces immeubles confirme-t-elle cette constatation ?

c. Des garnis rassemblent une majorité d’hommes seuls

L'immeuble sis au no 11 Digue des Moulins173

  • 173 Vol. 90, p. 625-674 ; vol. 53, p. 234.

240Au cœur de la Petite France, cet immeuble accueille vingt-quatre hommes et seulement huit femmes. On compte vingt-trois ménages d’une personne et seulement quatre couples. Le menuisier Bautzenberger et son épouse vivent six ans à cette adresse avec trois enfants de moins de dix ans lors de leur entrée dans le logement ; c’est la seule famille composée d’un couple de parents et d’enfants qui s’installe dans l’immeuble ; cette étape est longue, comparée aux autres étapes qui composent leur trajectoire : ils occupent successivement vingt-cinq domiciles où la durée des séjours varie de trois ans et demi à deux mois, ils résident plus d’un an dans cinq logements seulement. Ils parcourent toute l’ellipse insulaire, mais se retrouvent aussi dans le Marais Vert au nord et au Finkwiller au sud. Le chef de famille se déclare invariablement ouvrier menuisier et, selon les étapes, ils ont avec eux de un à cinq enfants, deux décèdent en bas âge. Madeleine Benda, ménagère, s’installe en concubinage avec J. Antoni, tanneur maroquinier ; ils habitent un an le no 11, on les suit dans ce quartier pendant douze ans, trois naissances jalonnent leur trajectoire composée de treize domiciles, déménageant environ tous les six mois. Deux autres couples sans enfants sont leurs voisins. Quatre femmes seules viennent habiter l’immeuble, Barbe Blanck ouvrière en robes, y demeure sept ans de 1818 à 1825, étape exceptionnellement longue dans son itinéraire de cinq domiciles connus. Deux filles-mères ne font que passer.

  • 174 Vol. 90 p. 665.

241Les vingt autres habitants sont des hommes seuls. Le serrurier Brunner se déclare marié mais il vit seul pendant deux ans. Nombreux sont les ouvriers célibataires venus travailler à Strasbourg, étape de leur tour. L’ouvrier tailleur J. Bey de Bergzabern ne reste qu’un jour en 1825 avant de continuer sa route vers Barr ; son collègue Ch. Buckenmeyer reste un an à cette adresse avant de rejoindre Colmar, en 1826. Deux serruriers allemands travaillent quelques mois et logent ici avant de partir l’un vers Colmar en 1824, l’autre pour l’Allemagne en 1830. Des tailleurs de pierres, dont N. Bernhard, venu de Bade en 1824 et A. Boewadius de Riga (Estonie) en 1825 partent l’un après l’autre à Bâle. Nombreux sont les tanneurs dans ce quartier : on retrouve A. Bonnet qui loge à deux reprises un mois durant dans cet immeuble ; M. Briegel de Dillingen, venu pour quatre mois en 1823 déloge à deux pas au Fossé des Tanneurs. A. Brion, marqueur, arrive de Thionville, il part « sans déclaration » ; trois ans plus tard on l’y retrouve ; J. Bilger174 y séjourne sept ans avant d’être « envoyé en refuge, perdu de dettes » en 1831. A. Beiner, tissier en soie, habite ici un mois entre deux séjours chez ses parents, l’ouvrier menuisier Bisch six mois, P. Blass ramoneur un an. On croise encore J. Bayer, venu d’Allemagne avec son fils ; le père meurt deux mois après leur arrivée, le fils reste au logis un an, ni l’un ni l’autre ne déclare de métier. Enfin, M. Boyon de Langres est lui « voyageur », il passe quatre jours dans la ville en 1823 et part « pour affaires outre-Rhin ».

242Cet immeuble est, au moins en partie, un garni où les ouvriers célibataires trouvent à se loger pour un bref séjour dans la ville avant de continuer leur tour ; beaucoup d’entre eux viennent d’Allemagne. Ils assurent un va-et-vient continu, écho du pouls de ce quartier populeux, peuplé d’artisans qui font travailler une population très mobile. Ces ouvriers privilégient l’accueil en garni au logement chez un patron : plus coûteux certes, il préserve une certaine liberté.

L’immeuble du no 42 Grand’Rue175

  • 175 Vol. 91 p. 630-673.

243Situé à l’ouest du Fossé des Tanneurs, il accueille surtout des hommes : deux femmes seulement viennent y habiter, alors qu’on y rencontre dix-neuf hommes.

244Les deux femmes sont servantes ; Thérèse Beyerlé en 1827 « chez Hornecker, brasseur dans l’immeuble », doit être satisfaite de son sort puisqu’elle reste dans la place deux ans et demi ; en revanche, A. M. Bornert, renvoyée au bout d’un trimestre parce qu’enceinte, retourne chez sa mère.

  • 176 Vol. 91 p. 630.
  • 177 G. Brunck, tailleur, reste six mois en 1816, A. Berti cordonnier venu d’Allemagne, un mois. On ne s (...)
  • 178 J. Blumhard vient de Kehl en 1830, il loge ici un an avant de tourner dans le quartier, déménageant (...)

245J. Baldweg, menuisier, habite chez ses parents dans l’immeuble durant sept mois en 1824 ; il part alors pour Paris, en revient en 1828, y retourne et en revient à nouveau en 1831 ; ses parents l’accueillent à chacun de ses séjours dans la ville. J. Bernhard176, lui, démobilisé à Paris « porteur de réforme », déclare une « halte chez ses parents » pendant deux jours, il est en route pour Marseille. Tous les autres déclarants sont des ouvriers artisans qui vont et viennent177. Ch. Bindeisen, cloutier, venu de Lombres, s’est plu à Strasbourg : après un premier séjour d’un mois en 1821, il revient pour six mois en 1823 et trouve une âme sœur. On lui connaît douze domiciles, il déménage en moyenne tous les sept mois ; célibataire, il loge Grand’Rue et alentour, puis une fois marié il s’installe quai des Bateliers mais très vite le couple retrouve le centre-ville. Les courts séjours anticipent les suivants : J. Burckel, ouvrier charpentier de Willstaedt en Bade, loge ici deux mois en 1829 avant de partir à Kehl ; il en revient en 1830 pour deux mois, puis s’installe, toujours dans l’immeuble, pour deux ans et demi entre 1833 et 1836, avant de partir pour Le Havre aux constructions navales. H. Beck vient lui de Nordheim en 1828, six mois plus tard il part pour Mutzig ; mais la grande ville lui manque, il revient y travailler et loge un an au no 42 ; il se retrouve à l’hôpital et reprend le chemin de Mutzig deux jours après sa sortie. Ces allers-retours semblent indiquer que le logis est commode. Des tailleurs de pierre s’y installent aussi178 : les frères Burcklé partagent une chambre pendant un mois en 1832 avant que le plus jeune, Jean, ne s’installe au no 22 rue Sainte Madeleine où il se marie.

246Dans cet immeuble aussi on constate un mouvement continu de va-et-vient : les grands chantiers, entrepris après 1827, attirent des jeunes hommes célibataires, tous ouvriers-artisans du bâtiment. Le garni situé dans la Grand’Rue, avec une brasserie au rez-de-chaussée séduit les jeunes gens qui sont ainsi au cœur de la ville et des distractions quelle offre après le labeur. Ils aiment y revenir ; y trouvant parfois une épouse, ils s’installent alors définitivement à Strasbourg.

d. Les immeubles où les femmes constituent les deux tiers de déclarants sont très nombreux179

  • 179 Voir carte p. xiii.
  • 180 Strassenverzeichnis no 92.
  • 181 Ainsi, au no 4, L. Bronner, propriétaire et rubannier, occupe un logement pour lequel la patente ex (...)

247La rue Sainte Madeleine relie le quai des Bateliers au quartier sud, celui de l’Hospice des Orphelins, où l’emprise militaire le dispute à celle, commerçante, de ce qui fut longtemps le quartier des Bouchers. Le registre de patente180 y relève autant de propriétaires et d’artisans prospères que d’habitants modestes, voire pauvres181.

Le no 22182 rue Sainte Madeleine

  • 182 Vol. 61, p. 322-336 ; vol. 62, p. 186.

248Il accueille deux tiers de femmes parmi les déclarants. Dix-sept ménages regroupent vingt-quatre personnes adultes enregistrées.

  • 183 Carte itinéraire p. xxix.

249Six couples y séjournent en famille. Le fabricant de bas A. Buss y loge avec son épouse, un enfant naît pendant leur séjour de trois ans, le chef de famille est qualifié dans le registre de patente d’« indigent ». J. B. Bervé183 et son épouse, déjà rencontrés au no 24 rue des Veaux, y logent sans enfant durant sept mois en 1824, revenant deux ans plus tard au no 9. J. Burcklé, entrevu dans le garni du no 42 Grand’Rue, s’est installé ici, en 1833, avec sa jeune épouse ; il occupe « une pièce au troisième sur la cour », n’est pas imposé, signe d’une condition plus que modeste.

250Neuf femmes sont ou veuves, ou célibataires, ou filles-mères. E. Buser et son enfant bénéficient d’un peu de solidarité familiale puisqu’ils partagent deux pièces avec un frère journalier et leur mère pendant six mois. Deux veuves, mère et fille, les dames Bay-Faudel s’installent au no 22 pour deux ans ; elles ne quittent pas ce quartier.

  • 184 Carte itinéraire p. xxx.

251Toutes les autres veuves ont charge d’enfants. On croise Ch. Billaudet-Windholtz184 « femme d’huissier » et ses deux fils, l’un ouvrier passementier, l’autre commis négociant : ils séjournent au no 22 à trois reprises, c’est leur vingt et unième, vingt-troisième et vingt-huitième adresses ; la première fois ils y séjournent neuf mois, la seconde un an, la troisième un mois car la mère y décède. La carte de leur itinéraire montre qu’ils ont parcouru la ville en tous sens. C. Boettiger-Lescher, journalière, élève un jeune enfant, travaille-t-elle chez le blanchisseur installé au rez-de-chaussée ?

252Trois ménages d’une personne, toutes des femmes. Les onze ménages composés de deux personnes sont majoritaires, neuf femmes en sont les chefs de famille. Les mères, veuves ou filles-mères ne se dérobent pas, elles élèvent leurs enfants qui, devenus jeunes adultes et gagnant leur vie, les prennent à leur tour en charge. La majorité des séjours sont brefs, inférieurs à une durée de un an. Tous ces habitants sont de condition très modestes, voire vivent à la limite ou en dessous du seuil de pauvreté, le registre de patente en témoigne. Les habitantes de cet immeuble illustrent que la mobilité féminine est d’autant plus forte qu'elle est liée à la précarité et à la solitude qui leur sont spécifiques en ville.

L'immeuble du no 110 Grand-Rue185

  • 185 Vol 35, p. 505 ; vol. 37, p. 882-888 ; vol 85, p. 430.

253Situé sur le côté nord, toujours à l’ouest du Fossé des Tanneurs, il accueille une majorité de femmes chefs de ménage.

254Vingt-huit personnes s’y installent dont dix-neuf femmes. Seuls deux couples y habitent avec leurs enfants : le tailleur Brettinger, déjà rencontré rue des Veaux et rue de l’Ail, loge ici à la tête de sept personnes : trois filles de son premier mariage, une fille de sa seconde épouse et un neveu ; tout ce monde ne reste que quatre mois. Le tailleur de pierres Berst, son épouse et son nourrisson ne restent pas plus longtemps. Les trois autres couples sans enfant logent là moins d’un an. On croise quatre hommes seuls qui ne font que passer, des ouvriers compagnons venus d’Allemagne.

255Quatorze femmes sont chefs de ménage, la moitié vivent seules. Trois veuves restent moins d’un trimestre. Quatre célibataires y font des séjours aussi brefs, seule M. Bachner ouvrière loge là deux ans durant. Six femmes ont charge d’enfants, leurs séjours sont courts : Thérèse Bourdot, journalière, a en charge trois enfants petits et ne reste que six mois ; deux filles-mères ses voisines à peine deux mois ; Marie Bind-Sparmeyer habite avec sa fille couturière pendant seize mois. Seule Eve Berger-Rhein fait exception, elle demeure onze ans dans cet immeuble avec sa fille et sa petite-fille ; il est vrai que cette étape est exceptionnellement longue dans son parcours, d’habitude elle reste deux ans dans les domiciles qu’on lui connaît.

256Vingt-quatre ménages regroupent donc vingt-huit personnes adultes, les ménages d’une personne sont presque majoritaires, soit 11, un tiers sont des ménages de deux personnes, soit 8, cinq ménages regroupent trois ou quatre personnes sous le même toit, un seul en rassemble sept.

257Beaucoup de solitude, une grande précarité, une mobilité intra-urbaine forte au rythme saccadé : la Grand’Rue, active et animée, densément habitée, révèle de profondes inégalités, les femmes en sont les premières victimes.

  • 186 À Versailles le turn over est en moyenne de 27 % des habitants chaque année dans les immeubles étud (...)

258La visite entreprise dans ces sept immeubles choisis parmi ceux qui accueillent le plus de personnes adultes met en valeur des mobilités spécifiques. Trois immeubles hébergent autant d’hommes que de femmes ; les familles nucléaires, parents et enfants, y côtoient des solitaires en proportion égale ; les durées d’occupation des logements sont variées, des séjours de plusieurs années ne sont pas exceptionnels ; de rares familles installées voisinent avec des familles « tranquilles » et beaucoup de personnes « éprouvées ». On croise à plusieurs reprises les mêmes familles de journaliers et de très modestes travailleurs, ce n’est pas étonnant puisque ces immeubles accueillent un flux de personnes important et que ces familles sont particulièrement mobiles. On constate dans ces immeubles un mélange de conditions diverses et non une ségrégation sociale rigide. Le turn over est important, le constant renouvellement des habitants assure une reproduction sociale « populaire » puisque ce sont surtout des petites gens qui constituent les effectifs des flux186.

259L’espace urbain s’organise aussi selon le « genre ». Des rues et surtout des immeubles concentrent une population tantôt majoritairement masculine, tantôt majoritairement féminine. La comparaison des habitants de ces deux types d’immeubles met en valeur deux types de mobilités différentes. La mobilité masculine concerne des hommes jeunes, célibataires, toujours sans enfants ; les séjours sont toujours brefs, quelques fois répétés ; pour beaucoup d’entre eux Strasbourg n’est que traversée, ils viennent de loin, repartent au loin, leur tour s’effectue à l’échelle régionale, nationale, voire européenne. Une petite minorité seulement s’installe dans la ville.

260La mobilité féminine est tout aussi forte et rythmée : les séjours sont aussi brefs, les domiciles nombreux. Mais cette mobilité se développe sur un espace restreint : venues des environs, voire Strasbourgeoises, ces femmes restent en ville, elles y parcourent entre dix et trente domiciles limités à un ou deux quartiers. Elles sont le plus souvent lestées d’enfants à élever dans une grande précarité. La solitude féminine n’est pas du même ordre que celle des hommes, les mobilités répondent à des objectifs et à des impératifs différents. Il s’agit moins de courir par monts et par vaux pour apprendre un métier, de voir du pays, de « former la jeunesse » et de travailler mais bien davantage de battre le pavé, d’arpenter la ville, de s’éclipser, le cas échéant, sans tambour ni trompette dans un sauve-qui-peut malheureux. Encore avons-nous évité les situations les plus exceptionnelles, celles des immeubles où se rassemblent les filles publiques.

E. Les immobiles, « enracinés »187

  • 187 Carte annexe p. xxxi.

261Nous venons d’étudier les habitants dont la mobilité intra-urbaine est la plus forte. Rappelons que l’obligation de déclarer son domicile s’impose à tous. Aussi, au fil des pages, rencontrons-nous des habitants qui s’installent pour des étapes bien plus longues. Deux raisons au moins expliquent la rareté de ces situations : d’une part, ces personnes ont une mobilité réduite, elles sont donc moins souvent enregistrées ; d’autre part la durée de leur séjour à une adresse donnée espace tant leurs déclarations domiciliaires quelles sortent du champ chronologique de l’étude.

262Parmi les Strasbourgeois dont les déclarations ont été retenues, nous avons choisi de sélectionner tous ceux qui ont un ou deux domiciles au plus dans la ville, une durée de séjour supérieure à cinq ans dans un domicile et une trajectoire continue afin d’être assuré que les domiciles ne sont pas plus nombreux. Ces critères sont ceux d’une très faible mobilité intra-urbaine, voire de l’immobilité.

1. Des Strasbourgeois au cœur de la ville

  • 188 Rappelons que nous avons procédé par sondage, cela explique ce faible effectif soit moins de 7 % du (...)

263Répondent à ces critères 430 personnes, les femmes, 219, à peine plus nombreuses que les hommes, 211188. La majorité de ces habitants vivent dans leur ville natale, et les trois quarts sont nés en Alsace ; les Français venus d’autres régions et les étrangers venus d’Allemagne sont en proportion égale. Peu mobiles dans la ville, ces personnes sont « enracinées ».

  • 189 Carte en annexe en p. xxxi. On peut, en premier lieu, y lire l’espace étudié à travers les registre (...)

264La carte de leurs domiciles déclarés est, par construction, la photographie représentative d’une population par définition très peu mobile189.

  • 190 Carte p. xiii et son étude p. 124-127.

265Ces habitants choisissent presque exclusivement de résider à l’intérieur de l’ellipse insulaire, au cœur de la ville où se concentrent activités commerçantes, administratives, politiques et culturelles de la société urbaine. C’est le Strasbourg que fréquente Amélie Weiler190. Ils sont nombreux à se loger à l’ouest de l’ellipse insulaire, la partie de la ville où le tissu urbain est traversé par la Grand’Rue, la plus longue, la plus peuplée, la plus animée du centre, celle aussi où la mixité sociale est la plus forte, en 1820 comme en 1789, mais c’est alors à l’est du Fossé des Tanneurs. Ils résident aussi volontiers à l’est de la Cathédrale, entre la place Broglie et le Palais Rohan, espace rénové et embelli au cours du xviiie siècle. Les nobles tant français qu’alsaciens ont édifié des hôtels entre « cour et jardin », le long de la place Broglie et la rue Brûlée, à l’instar de l’Intendant Royal édifiant l’Hôtel de l’Intendance où le préfet s’installe sous l’Empire ; les de Turckheim ont construit le leur à l’angle de la rue Brûlée et de la rue du Dôme, la famille y réside entre 1814 et 1844. Des bourgeois ont embelli de balcons, portes et fenêtres « à la française » des maisons sises dans ce périmètre. Quelques jardins se cachent dans les cours derrière les murs, ou encore bordent soit la place Broglie, soit l'Ill au sud de la rue des Veaux : le tissu urbain est donc davantage aéré.

266En revanche, ces « enracinés » évitent la périphérie, au sud-est de l’ellipse, entre la porte des Pêcheurs et celle de l’Hôpital. Tout au plus choisissent-ils leur résidence le long des quais, espace plus aéré, arboré, lumineux, d’où l’on peut toujours admirer la flèche de la Cathédrale, constant emblème de la ville.

2. Un train de sénateur

  • 191 Vol. 48 p. 426.
  • 192 Vol. 45 p. 630.
  • 193 Vol. 48 p. 21.
  • 194 Vol. 90 p. 370.
  • 195 Vol. 48 p. 794.
  • 196 Vol. 48 p. 433.
  • 197 Vol. 106 p. 4.

267S’il leur arrive de changer de résidence en ville, ces habitants le font à un « train de sénateur » ; la durée moyenne d’occupation d’un logement est, pour ce groupe de presque treize années, 12,8 ! Un tiers d’entre eux résident à la même adresse pendant une durée de cinq à sept ans. Pour prendre en compte la moitié d’entre eux, il faut inclure des durées de séjour de cinq à dix ans, et pour en regrouper 75 %, les temps d’occupation se prolongent jusqu’à seize ans. Bien souvent, ils quittent leur domicile contre leur volonté, « les pieds devant ». C’est le cas de A. Blumer, marchande et veuve qui habite au no 8 rue des Veaux vingt-cinq ans durant et y meurt191. Salomé Barth est venue, jeune mariée, s’installer au no 15 rue des Juifs ; veuve et « propriétaire », elle y réside vingt-six ans jusqu’à son décès192. Jeanne Buder, rentière, vit de même au no 9 rue des Pucelles de 1797 jusqu’à sa mort en 1822193. Dans l’ouest de la ville, Jean Behringer, taillandier rue des Cordonniers, abandonne définitivement son atelier après vingt-sept ans de labeur194. Joseph Bour, officier, s’installe rue St-Guillaume en 1814 et y coule une retraite paisible pendant vingt et un ans195. Enfin, le vicaire Xavier Bussière loge pendant trente ans au pied de la Cathédrale rue des Veaux avant d’y mourir pieusement196. Une rapide statistique le confirme : 42 % des circonstances de départ d’un logement sont un décès et 5 % le veuvage du conjoint. Christophe Guérin quitte l’appartement du no 2 rue des Veaux où il est recensé en 1789 quelques mois après le décès de son épouse en 1825197.

268Ces situations de longue résidence sont d’abord le fait de Strasbourgeois ; faut-il supposer que connaissant bien leur ville natale, arpentée dès l’enfance, ils ont su installer leurs pénates au mieux des disponibilités qu'elle offre ? Sont-ils alors satisfaits de leur choix, persuadés qu’aucun autre domicile n’est plus attrayant ? Ou au contraire, n’ont-ils pas les moyens d’en changer ? Ou bien leur sédentarité relève-telle d’un choix d’un autre ordre ? Bien que le renseignement soit très irrégulièrement porté sur les registres, nous savons qu’ils sont souvent propriétaires du logement, voire de l’immeuble entier.

269Pour tenter de comprendre à quoi correspond cet enracinement, étudions qui sont ces sédentaires et comment ils habitent la ville.

3. Des familles installées, en co-résidence198 fréquente

  • 198 Co-résidence : nous appelons co-résidence la situation qui rassemble exclusivement dans un même imm (...)

270Parmi eux se trouve la proportion la plus forte de personnes âgées de plus de 65 ans, soit 15 % des situations déclarées, triple de la moyenne des 3 502 personnes soit 5 %. Certes un âge avancé n’incite pas à la mobilité résidentielle, mais on peut aussi interpréter ce fait par une vieillesse mieux assurée grâce à un niveau de vie plus aisé et une cohabitation avec des enfants plus fréquente du fait de l’enracinement même.

271Leur état civil est aussi mieux connu ; les couples mariés forment presque les deux tiers d’entre eux, soit 63 % des situations déclarées, c’est le pourcentage le plus élevé de tous les groupes étudiés. Les célibataires, soit 30 % des situations, et les veufs, soit 7 %, sont en conséquence moins nombreux que dans les autres groupes. Deux filles-mères, une femme abandonnée, un couple concubin font ici exception. C’est dire si les situations rencontrées sont conformes aux normes sociales du temps.

Comment et avec qui logent-ils ?

272Les tailles de ménage indiquent que les solitaires sont minoritaires : 14 % seulement des ménages concernent une personne, on en trouve un tiers dans le groupe des « familles tranquilles », et seulement 16 % des ménages réunissent deux personnes sous le même toit, 20 % dans le groupe des « familles tranquilles ». En général les Strasbourgeois enracinés vivent en famille et regroupent en moyenne quatre personnes au foyer.

  • 199 Carte annexe p. xxxi ; vol. 90 p. 393 ; vol. 89 p. 801.
  • 200 Almanach du Commerce de Strasbourg, op. cit. ; R Strohl, Manuel du commerce, de l’industrie, des sc (...)
  • 201 Immeuble étudié p. 237-238.

273Quelles sont les configurations familiales ? Peu de couples mariés ne vivent qu’à deux, soit 12 % des déclarations ; les plus nombreux sont entourés d’enfants de moins de vingt ans, soit 41 % des situations, 22 % ont au foyer des enfants jeunes adultes, enfin, presque un foyer sur dix rassemble trois générations sous un même toit : c’est la proportion la plus élevée de tous les groupes étudiés. Pierre Burguburu, Inspecteur de la Monnaie199, natif « de l’intérieur », venu faire carrière à Strasbourg d’autant plus volontiers qu’il a épousé une Strasbourgeoise, est présent dans les annuaires200 de la ville de 1813 à 1836. Tant qu’il est « Inspecteur des Monnaies », il loge au no 1 rue du Bouclier201, à deux pas de l’Hôtel de la Monnaie. Est-ce un logement de fonction ? Toujours est-il qu’il quitte ce domicile pour passer sa retraite place du Marché aux Herbes ; il y accueille bientôt son fils Pierre, « licencié en droit », « propriétaire », jeune marié ; les naissances des petits-enfants scandent leur séjour et attestent de leur présence.

  • 202 Vol. 45 p. 467.
  • 203 C’est aussi le cas d’une autre famille de banquiers, les de Bussière-Renouard ; elle occupe une mai (...)
  • 204 Vol. 90 p. 8, 9.

274C’est aussi parmi les enracinés que l’on rencontre les cas les plus fréquents de co-résidence familiale prolongée : une parentèle occupe une maison entière ou un hôtel. Retrouvons la famille de Turckheim au no 1 rue Brûlée202. Cinq ménages de frères et sœur se partagent l’hôtel. J. Charles et J. Frédéric, tous deux banquiers, Guillaume, chef d’escadron, vivent avec leurs épouses et leurs enfants, nés entre 1813 et 1825 ; une sœur veuve, seule et rentière, revient en 1814 habiter l’hôtel paternel ; en 1824, l’aîné, le « comte Charles », rentre à son tour d’Allemagne accompagné de la « comtesse » ; leur fille, épouse d’un capitaine « absent » les rejoint en 1834 à l’occasion de la naissance d’un premier enfant et y demeure jusqu’en 1839 au moins, une deuxième déclaration de naissance en témoigne. Trois générations, vingt et une personnes se partagent les lieux sans compter la nombreuse domesticité203. Madame de Billy réside au no 11 quai St Thomas204 dans l’immeuble de son père le négociant Saum. Veuve et rentière, elle élève deux enfants, Zoé et Edouard, ingénieur des Mines. Le frère et la sœur se marient en 1829 et les deux jeunes ménages s’installent dans l’immeuble où naissent leurs enfants entre 1830 et 1835. Son gendre Auguste Brackenhoffer, fils d’« officier supérieur », quitte la maison paternelle, sise no 26 rue des Serruriers où ses parents co-résident déjà avec leur gendre, le général Alpy, revenu de Lille avec épouse et enfants : deux générations, neuf personnes et la domesticité occupent les lieux. Aussi, Auguste, « propriétaire », et sa jeune femme préfèrent-ils s’installer dans l’immeuble où Zoé a passé son enfance, près de sa mère.

  • 205 Vol. 79 p. 143.
  • 206 Vol. 89 p. 648, 667.

275L’aristocratie financière ou militaire n’est pas seule à investir ainsi un immeuble entier. Des marchands font de même. Les Bumsel sont une vraie « tribu » de négociants et marchands installés au no 12 place du Vieux Marché aux Grains205 : Wolfgang et son épouse, trois fils mariés, quinze petits-enfants logent à cette adresse. Une sœur du pater familias, veuve, et deux neveux sont accueillis à leur tour. Aussi le benjamin Samuel et son épouse séjournent-ils parfois chez son beau-père, fabricant de toile et rentier, installé non loin de là. Les Netter et les Blum, négociants, familles voisines dans la rue des Tonneliers206, gardent aussi avec eux les jeunes ménages ; les fils sont commis voyageurs, commis négociants et travaillent donc avec les pères. Les filles, à l’instar de flore Netter, épousent des marchands, restent dans la maison auprès de leur mère, à moins qu’elles ne suivent leur époux, ainsi que le fait fanny Blum qui s’en va, elle, à Thann.

  • 207 Vol. 48 p. 609.
  • 208 Voir cartes annexe p. xxxii. Le fils Nussbaum, pilote, reste jeune marié dans la maison natale du n(...)

276Nous avons déjà évoqué le patriarche Nussbaum, maître-batelier, installé à vie au no 13 quai des Bateliers ; la grande maison héberge plusieurs ménages de parentèle, les Nussbaum étant alliés aux Zabern ; non loin, les frères Baldner, pêcheurs, partagent avec enfants et petits-enfants l’immeuble du no 19 quai des Pêcheurs207. La famille Hatt, rue des Veaux, fait de même. Ces familles sont propriétaires d’immeubles vastes. Est-ce pourtant la seule commodité d’un logement disponible qui explique cette co-résidence ? N’est-ce pas aussi l’expression de la conjugaison d’intérêts professionnels, les fils travaillant avec les pères puis reprenant l’affaire ? Pourtant la majorité des ménages cités aurait les moyens de se loger ailleurs ; la ville leur offre-t-elle cette possibilité vu la pénurie de logements ? On a vu, à l’occasion, des fils mariés éviter une marâtre, c’est le cas du plus jeune fils Nussbaum et de Ph. J. Hatt208. Celui-ci est né au no 17 rue des Veaux dans la brasserie paternelle. Jeune marié il est brasseur au Marais Vert. Il revient s’installer dans sa maison natale à 26 ans, avant la naissance d’un fils en 1813. Il prend à titre d’héritier la succession de son père mort en 1804 alors qu’une belle-mère gérait la brasserie le temps qu’il soit en âge de le faire ; le décès en 1811 de cette dernière, le délai de règlement de la succession expliquent la date de son retour. Pendant cinquante ans, il habite la grande maison y accueillant et régentant plusieurs ménages d’enfants, se comportant en véritable patriarche. La proximité travail-domicile ne saurait être plus forte, la brasserie jouxte la maison d’habitation.

4. Une majorité de citadins « installés »

  • 209 Vol. p. 48 p. 176.
  • 210 Vol. p. 45 p. 489.

277Les femmes qui constituent la moitié du groupe ne déclarent pas de profession. Joséphine Laquiante, épouse Berger, habite avec sa fille âgée de trente ans, le no 20 rue des Veaux ; alors que son époux, président du Tribunal de Wissembourg est obligé d’y résider, elle préfère la grande ville ; ne précisant ni profession, ni revenus, elle indique la position de son époux, coupant court à toute suspicion. Louise Bender, elle, se déclare rentière lorsqu’elle s’installe au no 31 rue des Juifs en 1818 ; on l’y retrouve en 1840209. Marie Bussière parisienne, veuve et rentière, choisit la rue Brûlée, y reste quinze ans avant de déménager dans un hôtel particulier de l’autre côté de la place Broglie210. Il est aussi des hommes qui ne déclarent pas d’activités professionnelles ; pour certains, l’âge peut expliquer que, retirés des affaires, ils n’indiquent plus de profession.

  • 211 Vol. 89 p. 62.
  • 212 Vol. 53 p. 188 ; vol 89 p. 673 ; voir étude « Mobilités professionnelles », p. 136.
  • 213 Vol. 61 p. 145.
  • 214 Vol. 79 p. 174.
  • 215 Vol. 79 p. 149.

278Les commerçants et marchands représentent 9 % des « enracinés » soit quatre fois plus que dans la population du corpus. L’herboriste Bonlarron vend déjà ses infusions au no 13 place de la Cathédrale en 1814 ; à cette date le décès de sa première épouse provoque la première inscription dans le registre ; six mois plus tard il se remarie, deuxième inscription, enfin, il accueille son vieux père veuf, troisième inscription. Ces péripéties familiales ne provoquent aucun déménagement, à l’instar de ce que nous avons constaté chez d’autres. Son décès en 1820 marque la dernière et quatrième inscription au registre211. Jean Baptiste Braun s’installe comme épicier en 1815 dans l’immeuble de sa belle-mère, marchande de tabac, rue des Tonneliers. Il y loge vingt ans avec toute sa famille puisque on y enregistre l’engagement de ses fils dans l’armée en 1835212. Le cafetier Bader et son épouse tiennent leur établissement de 1794 à 1825 au no 42 quai des Bateliers, avant de se retirer213. Charles Buchetti, venu de Milan, semble bien installé dans la ville : il a épousé une Alsacienne, tient son affaire au no 2 rue du Vieux Marché aux Grains ; veuf en 1826, il y reste seul, son fils, associé, passant son temps en voyage d’affaires214. Enfin, nous retrouvons Georges Braun215, fils du confiseur, dont nous avons suivi la volonté d’établir ses enfants. L’aîné reprend la succession, rue de l’Outre ; Georges, lui, est négociant. Toute la famille s’est installée en 1815 au no 14 rue du Vieux Marché aux Grains ; la mort du père, un an plus tard, n’a provoqué ni la dispersion de la famille ni le déménagement observés chez les familles plus humbles. La mère veuve et ses enfants cohabitent jusqu’à son décès en 1829 ; sa fille se marie alors avec un voisin, négociant et veuf, et Georges reste seul au logis.

  • 216 Vol. 80 p. 445.
  • 217 Vol. 45 p. 371.
  • 218 Vol. 79 p. 29, 478.

279Les artisans fabricants forment eux aussi un contingent important, soit 6 % du groupe des « enracinés ». Nous avons déjà évoqué la dynastie des brasseurs Hatt ; Philippe Jacques, né en 1813 dans la maison natale de son père, s’y marie en 1839 et y reprend la succession en 1862, reproduisant la situation urbaine et professionnelle de son père. Son oncle, Daniel Hatt216, « brasseur retiré », demeure no 26 place d’Armes pendant plus de vingt ans. En 1789, signataire du cahier de doléances du Tiers État de la Ville, il logeait aux Petites Boucheries de l’autre côté de l’Aubette. La même stabilité caractérise Marc Antoine Prestel217, facteur de piano, installé no 10 rue des Échasses : ni date d’entrée ni date de sortie, son père est déjà recensé à cette adresse en 1789 ; celles des naissances de ses enfants attestent une présence continue d’au moins quinze ans. Le carrossier Bréville218 et ses fils sont installés no 129 Grand’Rue. Après son décès sa veuve et ses fils continuent de loger au-dessus de l’atelier dont ils assurent la succession : les allers-retours des plus jeunes pour parfaire leur formation jalonnent avec certitude la présence de la famille au moins de 1818 à 1838.

  • 219 Vol. 90 p. 230.

280Les militaires, officiers, qui prennent leur retraite représentent 3 % de ce groupe. Outre le général Alpy, gendre de Brackenhoffer qui s’installe chez ce dernier pour quinze ans, le général Bemierre219 se retire au no 8 de la même rue pendant dix ans avant de rejoindre sa fille, mariée, en Suisse.

  • 220 Vol. 90 p. 82.
  • 221 Vol. 90 p. 58.
  • 222 Vol. 90 p. 52.
  • 223 Vol. 90 p. 74.
  • 224 Vol. 45 p. 374.
  • 225 Vol. 45 p. 614.
  • 226 Vol. 79 p. 78.
  • 227 À l’est du Fossé des Tanneurs !
  • 228 Vol. 48 p. 309.

281Les professeurs, hommes de loi, fonctionnaires d’autorité représentent 2 % de ce groupe, proportion semblable à celle de l’ensemble des 3 502 personnes. Autour de la place Saint Thomas, dans les maisons propriété du Chapitre Protestant se rassemblent professeurs et pasteurs : au no 15, le doyen de la faculté des lettres, J. Schweighauser, loge plus de vingt ans et à sa mort un de ses fils Geoffroy, marié, professeur lui aussi, s’installe dans l’appartement220. Il côtoie le pasteur, Jonas Boeckel qui séjourne au no 8 de 1820 à 1834 avec six enfants221. Au no 5, le pasteur Braunwald222 habite une maison avec jardin dont Amélie Weiler apprécie l’agrément en compagnie de son amie Sophie Braunwald. En face, le directeur de la Monnaie, D. Livio223 loge au no 12 à la tête d’un ménage de huit personnes ; il y reste pendant dix ans avant de se retirer à la campagne, à la Robertsau. Les Laquiante sont juges de père en fils, ils logent non loin du Tribunal. Le père224 réside au no 12, rue des Échasses où il cohabite avec fille et gendre jusqu’à son décès en 1814 ; sa veuve et ses enfants y restent au moins jusqu’en 1837, date du décès du gendre. Le fils225, lui, habite chez son beau-père, propriétaire du no 8, rue des Juifs ; il s’y installe en 1829, une fille y naît en 1840. Quant à J. Claude Besson226, homme de loi, il décède au no 146 Grand’Rue227, quinze ans après son installation, sa veuve et son fils y demeurent pour une durée inconnue. Enfin, on retrouve en 1822 les demoiselles Damisch228, artistes peintres, recensées en 1789 déjà au no 9 rue des Charpentiers, le décès d’Ursule provoque l’inscription dans le registre.

  • 229 Ils ont souvent emménagé dans les lieux avant l’obligation de déclaration domiciliaire, c’est le ca (...)

282On le voit, tous ces gens sont à ce point installés que leurs dates d’entrée ou de sortie ne figurent pas, le plus souvent, sur la page du registre à l’adresse en question229 ; ce sont les événements familiaux, naissance, mariage, décès, accueil d’un parent, retour d’un grand fils qui témoignent de la présence de la famille dans ce domicile, la comparaison avec le recensement de 1789 permettant de fixer une durée minimale.

283Jusqu’à présent, nous avons présenté parmi les habitants « immobiles » ceux dont les fonctions, les biens, les compétences assurent une aisance certaine. Ils ne sont pourtant pas les seuls à demeurer longtemps dans un logement. On rencontre aussi 5 % de sédentaires qui sont des artisans modestes, des employés, des serviteurs.

  • 230 Vol. 79 p. 149.
  • 231 Vol. 90 p. 292.
  • 232 A Weiler, op. cit., p. 230.
  • 233 Vol. 61 p. 171.
  • 234 Vol. 47 p. 83 ; vol. 48 p. 137.
  • 235 Vol. 45 p. 702.

284Le logement assuré par les patrons est une forme du salaire ; nous avons vu qu’il est une des raisons majeures de la forte mobilité intra-urbaine des servantes : pas d’embauche, pas de toit. Mais si le contrat est renouvelé, l’intérêt de chaque partie bien compris, les serviteurs demeurent plusieurs années dans une place. Marie Baudelière230, gouvernante genevoise, reste ainsi treize ans dans la famille qu’elle sert et Marguerite Bormann231 venue de Sélestat quinze ans au no 29 rue des Serruriers. Amélie Weiler décrit l’indignation de la ménagère qui depuis vingt ans sert son oncle lorsque ce dernier commet une mésalliance232. Les Baiblé233, couple de domestiques, ont su gagner la confiance de leurs patrons, ils demeurent trente ans à leur service, au no 57 quai des Bateliers, jusqu’à un âge avancé. Quant à J. Bordhauser234, il est « portier aux Recollets » durant vingt ans : il occupe avec sa femme et son fils un logement de fonction jusqu’à son décès au no 17, rue de l’Arc en Ciel qui abrite la Gendarmerie. Hors les murs, le jardinier Brenner235 habite « le jardin de M. Hoeber », le long de l'Ill : les dates de naissance des cinq enfants attestent une présence d’une quinzaine d’années.

285Cette stabilité et d’emploi et de résidence s’explique par l’avantage que constitue le fait d’être logé, avantage que l’on apprécie après avoir mesuré l’extrême mobilité intra-urbaine des gagne-deniers.

  • 236 Vol. 90 p. 370.
  • 237 Vol. 61 p. 132.
  • 238 Vol. 89 p. 28.

286Des artisans modestes ont un atelier jouxtant leur logement ; la proximité du domicile et de l’atelier-boutique explique leur quasi stabilité. Rappelons l’exemple du taillandier J. Behringer236 logeant vingt-trois ans rue des Cordonniers ou celui du bacquetier J. Bernhard237 installé à la Krutenau pendant plus de vingt-cinq ans, établissant un fils « dans les murs » ou encore celui du potier de terre Daniel Bollender238 qui tient l’atelier boutique face à la cathédrale pendant quarante ans.

  • 239 Vol. 61 p. 11.
  • 240 Vol. 61 p. 533.
  • 241 Vol. 61 p. 158.

287Certains habitants n’ont pas un lien professionnel de cet ordre avec leur logis, pourtant ils y demeurent longtemps. L’employé aux armées, A. Buchel239 habite quarante-huit ans au no 4 quai des Bateliers ; après sa mort, sa veuve et sa fille y restent. Pas très loin de là, le vieux couple Bilger240 vit avec un fils de quarante ans ; ce dernier y habite avec ses parents depuis l’âge de dix ans, son père alors déclarait être sergent de police. Ignace Bornert241, fendeur de bois, loge en famille quai des Bateliers pendant trente ans ; une fois veuf, il s’installe chez sa fille dans une rue voisine. Dans leur cas, ni stock, ni outillage, ni installation professionnelle n’incitent à une aussi longue sédentarité. Ces modestes travailleurs habitent tous à la limite du centre et de la périphérie, près de la Krutenau.

  • 242 Vol. 90 p. 370.
  • 243 Vol. 37 p. 781.

288Enfin, nous comptons parmi ces habitants immobiles environ 5 % d’étrangers. Comment se sont-ils installés dans la ville ? Ils sont le plus souvent artisans qualifiés ou marchands, tous venus d’une Allemagne voisine, Bade, Palatinat, Bavière. Leur intégration dans la ville, mesurée par leur long séjour à un domicile, est sans doute facilitée par le mariage : les épouses, sans exception, sont toutes alsaciennes, voire strasbourgeoises. J. Behringer242, taillandier déjà évoqué, vient d’Anspach en Bavière ; après la naissance du second enfant, il est « admis à domicile » par l’administration communale sur sa demande. J. Bernhard243, farinier, s’est installé en 1818 au no 85 Grand’Rue avec cinq enfants, il y demeure jusqu’à son décès en 1845. J. Bader, lui, est aubergiste au no 5 rue des Serruriers de 1805 à 1834, les cinq enfants travaillent à l’auberge avec leurs parents.

  • 244 Vol. 46 p. 298, 477.
  • 245 Voir l’étude des habitants de la rue des Veaux p. 224-232.

289Tous ne sont pas aussi modestes. J. Ch. Bucherer244 s’installe au no 28 rue des Veaux comme tonnelier ; à la déclaration de naissance de l’un des enfants, il se présente comme « marchand de vin » ; entré à cette adresse en 1807, il n’y a pas de date de sortie indiquée mais les naissances s’espacent sur dix ans et dans le livre de patente tenu après 1830 il est propriétaire245 de l’immeuble et son fils a pris la succession du commerce.

  • 246 Vol. 89 p. 135.

290D’autres marchands allemands viennent, comme lui, chercher fortune en ville et s’y trouvent bien. G. Burcklé246 vient de Fribourg et s’établit no 6 rue de la Demi-Lune pendant quinze ans ; sa veuve déménage après son décès au no 3, maison voisine.

  • 247 Voir chapitre « Chemin faisant, les migrants », les modalités de l’insertion, p. 177 et suivantes.

291Modestes ou plus aisés, ils sont intégrés à la ville : « l’admission à domicile » en est souvent le signe. La proximité géographique et culturelle, les épousailles avec une fille du pays, ont facilité les choses. Leur profession d’artisan ou de marchand explique une sédentarité qui ne les distingue en rien de leurs collègues strasbourgeois247.

292L’éventail des professions exercées par ces habitants sédentaires confirme que la non-mobilité intra-urbaine est liée en partie à l’exercice d’un type d’activité professionnelle. L’avantage d’un logement de fonction, que l’on soit concierge ou directeur, le salaire en nature que représente le logement d’un domestique ou d’une servante joue un rôle non négligeable.

  • 248 Toutes ces informations sont glanées dans le registre de patente tenu entre 1830 et 1835 présenté d (...)
  • 249 Vol. 89 p. 347.

293Les activités artisanales et commerçantes présentent des contraintes qui encouragent à la sédentarité : il faut un local pour stocker les marchandises, installer l’outillage, travailler et vendre. La comparaison des annuaires de la ville, de l813 à l836 démontre la stabilité des artisans et commerçants : on retrouve les mêmes noms, les mêmes enseignes aux mêmes adresses. Ils pourraient cependant dissocier habitation privée et locaux professionnels ; nous en trouvons quelques exemples. Charles Buchetti, père et fils, épiciers, résident place du Vieux Marché aux Grains et louent au no 3 rue des Dominicains, à quelques pas, un rez-de-chaussée et un deuxième étage ; J. Cl. Besson, droguiste, dispose d’un deuxième étage au no 136 Grand’Rue alors qu’il loge chez sa mère au no 146. Moise Bloch tient un magasin de marchand tailleur au no 48 rue des Grandes Arcades et habite au no 38 de la même rue ; Ph. J. Hatt loue des caves rue des Juifs, à cinq minutes de la brasserie, pour stocker tonneaux et « neige »248. Tous veillent cependant à préserver la proximité des lieux de travail et de leur domicile, suivant l’exemple d’Emile Bruckner249, négociant : en 1832, il s’installe avec son épouse dans le logement situé au-dessus du magasin, rue du Vieux Marché aux Poissons ; sa mère et sa sœur, rentières, se retirent alors rue Brûlée. Il y reste dix ans avant de s’installer, rue du Bouclier, dans l’immeuble où emménagent les Weiler, il a alors un commis installé au-dessus du magasin, veillant au grain ce qui lui permet d’habiter en famille plus au large dans une rue plus calme, à dix minutes à peine du magasin. Enfin, les professeurs, les administrateurs, les fonctionnaires d’autorité, les employés des services municipaux, tous recherchent des adresses proches de leur activité.

294L’éventail des professions rencontrées présente l’avers de la corrélation entre niveau de vie et mobilité intra-urbaine : plus l’aisance croît, plus la mobilité se ralentit, plus on demeure longtemps sur place. Les liens familiaux sont resserrés, voire renforcés, les grands parents vivent près de leurs petits-enfants, accueillant le plus souvent chez eux la jeunesse, les mères gardent auprès d’elles leur fille, les appartements ou les immeubles vastes facilitant les situations de co-résidence.

F. La mobilité intra-urbaine, miroir de la ville

295L’étude de la mobilité intra-urbaine met à jour une respiration de la vie citadine insoupçonnée. Elle repose sur l’étude des pratiques des habitants telles qu’elles sont déclarées à travers les registres ou déduites de la confrontation des déclarations brassant 24 552 adresses et plus de 10 000 durées d’occupation de logement. Ces pratiques révèlent une mobilité que l’on peut mesurer, une appréhension de l’espace urbain que l’on peut estimer et une manière d’habiter que l’on peut analyser.

1. Une pratique généralisée

296La mobilité intra-urbaine concerne peu ou prou tous les citadins, quels qu’ils soient. Elle montre que les pratiques des habitants sont bien différentes des usages et des représentations des administrateurs. La représentation spatiale entre habitants et autorités diffère : les citadins ne désignent jamais dans leur déclaration l’échelle du canton alors que cette dernière organise la distribution des bureaux de police et la conception des registres de population ; l’appréhension de la mobilité intra-urbaine des citadins est malaisée pour les employés des bureaux, la preuve en est que la prévision des flux est toujours décalée par rapport à la réalité, la pagination des rues et immeubles est alors inadéquate, multipliant dans les registres les pages blanches, les rajouts, les renvois. Enfin l’appréciation morale du phénomène par les autorités est erronée : puisque tous les citadins « bougent » dans la ville, cette mobilité n’est point signe de délinquance potentielle ni d’une volonté d’échapper à tout prix à une surveillance : de fait, les erreurs, omissions volontaires, mensonges sont rares sur l’ensemble des 4 000 itinéraires étudiés et les citadins déclarent leur arrivée à une adresse, même quand ils sont en délicatesse avec la loi, à défaut de toujours déclarer leur départ.

2. Une mobilité révélatrice des disparités urbaines

  • 250 A. Faure, « Mobilité populaire au xixe siècle », dans Changer de région, changer de métier, changer (...)

297La mesure de cette mobilité intra-urbaine permet d’affirmer qu’elle est en moyenne modérée : deux citadins sur trois ont trois domiciles en ville, la moyenne générale étant de quatre domiciles ; mais cette moyenne est trompeuse puisque 41 % des citadins rencontrés séjournent un an dans leur logement. En fait, la mobilité intra-urbaine est différentielle, les disparités sont fortes entre les « enracinés », les « familles tranquilles », les « petites gens » mobiles et les « toupies » qui nomadisent en tournant dans la ville. Dans tous les cas de figure, on constate que les citadins parcourent l’espace de leur ville en utilisant toutes les échelles spatiales, du quartier au pâté de maisons, de la rue à l’immeuble voisin. Cependant, là aussi, les disparités sont nettes selon que l’on est célibataire ou chargé de famille, homme ou femme. En moyenne les séjours dans les domiciles sont brefs et l’espace parcouru restreint puisque les déménagements à l’intérieur d’un pâté de maisons sont les plus nombreux. Les cartes des itinéraires individuels dans l’espace intra-urbain visualisent des mouvements multi-orientés d’une intensité surprenante combinée parfois à un maintien sur place dans « un coin de ville »250 ; l’échelle du pâté de maison se révèle ainsi peu discriminante si on ne la corrèle pas avec d’autres informations. Enfin, l’immobilité dans la ville échappe en partie à nos investigations, ses traces sont ténues dans les registres de population.

298L’étude de la mobilité urbaine souligne le poids de la solitude en ville et l’importance de la solidarité familiale. La solitude touche les jeunes gens et les personnes âgées, les femmes davantage que les hommes. Elle contraint à vivre soit chez les autres, le plus souvent un employeur, soit dans une promiscuité très forte avec les locataires d’un lit ou un colocataire de chambre dans un garni. Elle accroît la mobilité intra-urbaine. Cette dernière augmente avec la difficulté de gagner sa vie et la moindre insertion dans la ville.

299Une fois la mobilité intra-urbaine cernée, mesurée, distinguée sous toutes ses formes, comment lui donner sens ?

3. Une mobilité contrainte

300La généralisation de la mobilité intra-urbaine s’explique en premier lieu par la pénurie de logements, constatée à la fin du xviiie siècle déjà et aggravée par les travaux indispensables mis en chantier dans les années 1830. La ville impose à tous des contraintes et des rigidités et l’absence de toute politique de logement par les autorités municipales laisse locataires et propriétaires dans un face-à-face durci par l’absence de toute réglementation de ce marché. Ainsi peut-on expliquer la pratique de la co-résidence chez les familles propriétaires d’immeubles vastes ou d’hôtels cossus et celle, à l’autre extrême de la hiérarchie sociale, du garni qui devient un mode d’habitat durable pour les familles les plus humbles. Les Strasbourgeois suivent en cela le comportement d’autres citadins européens.

301La typologie des pratiques de mobilité intra-urbaine permet également de comprendre qu'elle est fortement liée à la situation professionnelle des habitants. Tous recherchent la proximité du domicile avec le lieu de travail, qu’ils soient « directeur de bureau » à la Préfecture, médecin « professeur à la Faculté de Médecine », « contremaître aux Tabacs » ou « graveur à la Fonderie », bien que les distances soient relativement courtes dans une ville qui reste à l’échelle du piéton à défaut d’être desservie par un moyen de transport en commun. Aussi, tout changement de profession ou de localisation de l’exercice de la profession encourage-t-il au déménagement ; nous avons constaté la grande variabilité des situations professionnelles vécue par les citadins rencontrés. Les jeunes célibataires ouvriers, les domestiques et les servantes sont embauchés pour une durée mensuelle ou trimestrielle, logés chez un patron ou pour les garçons en garni, ils ont évidemment une mobilité intra-urbaine élevée liée à la fois aux pratiques d’embauche et à la modestie des gains. Elle concerne les plus jeunes des citadins adultes mais n’épargnent pas les aînés. Au contraire, les artisans et les commerçants « bougent » peu.

302Le rythme de la mobilité intra-urbaine se calque également sur le cycle de vie ; tel jeune célibataire qui déménage tous les six mois s’installe, une fois marié et père de famille, à la fois plus longuement et plus au large sans toutefois s’interdire de bouger dans la ville. La typologie des comportements citadins et les biographies d’immeubles mettent en évidence une mobilité différentielle nette : des groupes sont plus stables que d’autres dans leur logement, ce sont les couples avec enfants, les familles « normées », une minorité des veuves, alors que les familles monoparentales, les fratries, les rares concubins déclarés, les conjoints séparés « tournent » davantage. La séparation des couples accélère la mobilité de chacun des époux mais celle des épouses dont l’indépendance est malaisée vu l’éventail très fermé des métiers semble encore plus forte.

  • 251 A. Faure, ibidem. M. Perrot, « L’amour des villes et sensibilité ouvrière » dans La ville en œuvre,(...)

303Enfin, corollaire de la vie professionnelle, le niveau de vie influence fortement la mobilité intra-urbaine. L’exemple « a contrario » est la quasi immobilité des personnes et des familles très confortablement installées dans la vie ; d’autant que l’aisance permet la propriété du logement et donc l’indépendance vis-à-vis d’un propriétaire qui impose ses décisions à tout locataire, même aisé ; « a fortiori » quand les gains sont modestes, voire irréguliers ou absents. La précarité accroît donc la mobilité intra-urbaine ; femme seule, étranger arrivant dans une ville inconnue, servante « sans condition », ouvrier « sans état », tous sont contraints de se loger au moindre coût, dans l’urgence. On vit alors dans l’inconfort d’une promiscuité souvent évoquée ; tant qu’à faire, autant être dehors, dans la rue, dans la cour, à l’estaminet, au lavoir, sur la place du marché, profiter du spectacle de la ville et oublier dans la foule animée sa solitude, avec parfois l’espoir de rencontres plaisantes. On comprend alors l’importance d’une sociabilité de quartier, la préférence affichée d’un logement situé au centre-ville251, même s’il est moins vaste ou moins confortable. Cette préférence est partagée par beaucoup ; Amélie Weiler et sa mère appartiennent à la bourgeoisie strasbourgeoise ; elles ont de l’éducation, aussi n’ont-elles pas la liberté de sortir en ville à leur guise : lieux, itinéraires, horaires et compagnies sont dictés par la bienséance. Elles souffrent de l’isolement du logement familial « Derrière Saint Nicolas », le souhaiteraient moins « monacal ». Quand il faut se reloger, Amélie Weiler rêve d’un appartement situé au centre de l’animation urbaine, donnant sur la place de l’Homme de Fer ; là, derrière sa fenêtre, elle jouirait du spectacle de la ville. Emménageant enfin rue du Bouclier, elle se réjouit de l’animation de l’immeuble et des liens de voisinage qu'elle établit.

4. Les femmes, au cœur d’une solidarité familiale

304Autour du logement, le rôle des femmes est déterminant. Si l’aisance permet un choix, il est l’affaire des femmes même si elles ne tiennent pas les cordons de la bourse. Ce sont elles qui cherchent, qui visitent, installent, entretiennent le logement ; celui-ci est le lieu du domestique, de la « sphère féminine ». Dans les milieux populaires, où le logement est subi, il reste l’affaire des ménagères : ce sont elles qui négocient le terme avec le « pipelet », recouvrant le loyer pour « Monsieur Vautour ». L’étroitesse du logis et son inconfort, le bâti autour des cours font qu’une sociabilité féminine s’y installe : dans la cour la laitière vend son lait, les ménagères étendent le linge, on y glane nouvelles et potins, on surveille les jeux des enfants, on y cherche l’eau au puits quand il ne faut pas aller jusqu’à la fontaine, on y échange et trafique le butin glané autour des marchés. Des solidarités se tissent, des querelles s’enveniment, la rumeur court, les alarmes contre la vie chère s’enflent dans cet espace commun. Ces solidarités de palier, de cour, de rue sont fréquentes. Cette sociabilité, tissée de solidarités féminines, explique la propension constatée à se loger dans la maison voisine, en vis-à-vis, à rester dans le pâté de maisons ; propension partagée par tous les milieux, mais plus systématique chez les humbles. Une sociabilité de « cour », de palier, de rue se distinguerait alors d’une culture du chez-soi, du logement, propre à celles qui ont les moyens d’occuper plusieurs pièces et de « monter un ménage », souci de l’éducation des filles dans la petite bourgeoisie.

305Enfin la mobilité intra-urbaine se déroule également au rythme des événements familiaux. Naissance, mariage, décès accompagnent, ou provoquent (?) les déménagements ; l’accueil d’enfants revenant au nid maternel ou leur départ, la prise en charge de petits-enfants ou au contraire l’installation de parents âgés chez un enfant marié ont le même effet. Sur les 13 840 déclarations enregistrées lors de l’arrivée dans un logement, on établit une corrélation avec un événement « démographique » une fois sur deux, quand on peut en discerner une à travers les informations recueillies. Viennent en tête les naissances, soit un quart des corrélations établies, puis les séparations de conjoints, 20 %, les mariages, 10 % ; la cohabitation avec des enfants, adolescents ou jeunes adultes, représentent 20 % des situations et celle de trois générations 3 %. Au départ d’un domicile, le décès d’un des conjoints est en tête des corrélations que l’on peut établir, un quart, puis viennent le départ des grands enfants, 20 %, la séparation des époux, 10 %, les naissances, 3 %, les cohabitations avec des enfants, 3 %, la réunion de trois générations, 2 %. Les familles strasbourgeoises les plus sédentaires, « familles tranquilles » ou « enracinées », couple parental avec enfants, ont les taux de cohabitation avec enfants, petits ou jeunes adultes, les plus élevés. Ce sont elles aussi qui réunissent le plus fréquemment trois générations sous un même toit : 6 % des situations pour les « familles tranquilles », 10 % pour les « enracinées », ces taux sont faibles, ils illustrent le poids de la solitude citadine. Cependant, parmi les « petites gens éprouvés », les couples mère-fille sont aussi très nombreux.

  • 252 Vol. 48 p 33.
  • 253 Vol. 85 p 344.
  • 254 Vol. 89 p 264.
  • 255 Les enfants envoyés à la campagne sont une minorité : Antoine Baudel a « envoyé [son fils âgé de qu (...)
  • 256 Vol. 91 p 687.
  • 257 Vol. 91 p 180.
  • 258 Vol. 89 p 167.
  • 259 Vol. 90 p 54.
  • 260 C’est le cas de Georges Braun, confiseur, de Conrad Berg, professeur de musique, de Henri Bernard, (...)

306Il semble que l’intensité des liens mère-fille soit une des clefs pour comprendre la mobilité intra-urbaine, ses formes, ses rythmes et l’espace restreint qui la caractérise. La solidarité familiale s’exerce de multiples façons mais ses agents en sont les femmes ; quand elle fait défaut, c’est souvent que les femmes sont absentes. Un seul exemple : une jeune veuve A. Bourbon née Bertat252, propriétaire, meurt en 1824 laissant deux orphelins qui sont placés à l’Hospice des Orphelins. La grand-mère est décédée en 1809, le grand-père Bernard Bertat, veuf, est installé chez son fils marié, père lui-même de trois enfants. Ni grand-mère, ni tante en ligne directe pour s’occuper des orphelins. En revanche, M. Ballado253, se séparant de son mari cherche du travail, confie ses enfants à sa mère qui la rejoint ensuite dans le nouveau logement. Barbe Beck254, veuve, prend en charge trois petits-enfants après le décès de sa fille, mère seule. On a rencontré C. Brandhoffer-Hatt et ses deux petits-enfants rue du Vieux Marché aux Vins. La prise en charge des enfants est l’occasion de manifester cette solidarité féminine. La majorité des enfants nés en ville sont confiés en priorité aux grands-mères quand les parents ne peuvent les loger sous leur toit ou s’en occuper. Si la grand-mère fait défaut, on s’adresse à une voisine255 : les enfants Bohrer256 sont « en pension » dans le même immeuble où logent leurs parents, leur mère est « sage-femme jurée ». Les filles-mères obligées de travailler confient systématiquement leurs enfants ; Michel Billiot257 est en nourrice rue de l’Argile, il rejoint sa mère à l’âge de deux ans, laquelle loge 40 rue du Bain aux Plantes et André Bammes258 est « en pension chez Scholl », maison voisine de l’adresse maternelle. Il est précieux pour une mère, souvent seule, obligée de travailler, de confier son enfant à une voisine : les trajets sont courts, on peut voir l’enfant tous les jours ; aussi, s’il faut déménager, tente-t-on de rester à proximité de ce réseau de service dans le quartier dont on connaît les ressources. Des familles ont également recours à des nourrices pour un temps court, les premiers mois après la naissance ; l’arrivée du nourrisson au domicile paternel donne lieu à une déclaration : neuf fois sur dix l’adresse de la nourrice est intra-urbaine, située dans le même quartier. Un exemple illustre toutes ces marques de solidarité familiale. J. Frédéric Bruck259, professeur de théologie, épouse Madeleine Redslob en 1825 ; le jeune ménage s’installe chez les parents de l’épouse, au no 7 place Saint Thomas, maison pastorale. Trois enfants naissent ; Gustave, né en janvier 1828, rejoint le domicile paternel en mars 1828, une déclaration particulière est faite soit deux mois après la naissance. Le choléra qui sévit en 1832 frappe durement la famille, deux enfants et leur mère décèdent ; veuf, logeant toujours chez ses beaux-parents, J. Frédéric épouse sa jeune belle-sœur en 1834 ; le nouveau couple déloge alors, trois maisons plus loin, propriété du Chapitre Saint Thomas. Les jeunes époux s’installant chez les parents de l’épouse sont nombreux, les exemples prosopographiques déjà étudiés font montré : Sophie Bloch-Lévy vit chez ses parents, et lorsque son époux installe un atelier de filature de coton en ville, cessant de voyager dans la région, la famille déménage dans un appartement situé dans le même pâté de maisons que celui des beaux-parents qui ont cohabité pendant douze ans avec fille et petits-enfants ; Flore Netter fait de même ; bien des gendres vivent chez leurs beaux-parents260.

  • 261 On trouve dans le corpus quatre fois plus de veufs remariés que de veuves sur 65 situations repérée (...)
  • 262 O. Faron, aussi, estime qu’à Milan seule l’extension de la cellule familiale élargie permet la surv (...)
  • 263 Hypothèse développée aussi par R. Derosas (« Residential Mobility in Venice, 1850-1869 », art. cité (...)
  • 264 Constat formulé par Cl. Lévy-Vroelant à Versailles où les superficies et les loyers des logements s (...)

307Alors que les veufs se remarient, les veuves, comme les femmes en général, sont davantage solitaires261 ; 40 % des veuves vivent seules, 50 % vivent avec des enfants dans un ménage réunissant de deux à quatre personnes ; parmi ces derniers, dans deux cas sur trois, les veuves partagent la vie d’une fille mariée ou non. Elles font alors couple avec leur fille, célibataire, veuve parfois, fille-mère souvent ; nous avons croisé M. Bay-Faudel et sa mère rentières, les institutrices Besson-Voinard, Catherine Belchat, ouvrière, et sa mère se chargeant des petits-enfants. Madame veuve Bruckner, marchande, et sa fille délogent ensemble rue Brûlée quand Emile et son épouse reprennent l’affaire et le logement de la rue du Vieux Marché aux Poissons. Ces liens mère-fille sont l’expression d’une solidarité nécessaire262 et appréciée. Ils éclairent le fait d’habiter dans le voisinage proche, d’alterner cohabitation et proximité selon les circonstances soit professionnelles, soit de configuration familiale, soit d’humeur263 ; cela expliquerait, en partie, des déménagements fréquents qui ne correspondent pas toujours à un changement de situation professionnelle et encore moins à une amélioration du confort de l’habitat ou à un loyer plus abordable264. Le fait de restreindre sa vie à un espace limité dans la ville peut alors s’apprécier de façon positive ; il ne signifierait pas uniquement méconnaissance de l’espace intra-urbain, de ses possibilités et ressources ou incapacité à se projeter dans un futur même proche, mais rester dans un « coin de ville » serait un choix, celui de participer à une sociabilité de voisinage et de famille intégrant le rôle spécifique des femmes, de mettre en acte une solidarité nécessaire à tous.

Notes

1 C’est le cas de J. D. Weiler lorsqu’il quitte le 26 Derrière Saint-Nicolas : vol. 59 p. 350 ; voir p. 36.

2 Voir son itinéraire, page suivante, et la carte correspondante p. xxiii.

3 Carte d’itinéraire intra-urbain p. xxx.

4 Vol 90, p. 307 ; vol. 48, p. 314, 326, 308, 524 ; vol. 61, p. 262.

5 Vol. 48, p. 360, 589, 592, 632, 636, 799, 823.

6 Chapitre « Une source peu étudiée », supra p. 27.

7 Ibidem.

8 Catherine Blind dit venir du no 37 quai des Bateliers, sa déclaration précédente la situe au no 36 rue des Pêcheurs, petite rue perpendiculaire au quai : vol. 46 p. 249, p. 439. Louis Nourry déclare s’installer au no 2 rue Neuve, il est inscrit dans le registre à l’impasse du Loup : vol 62 p. 28, p. 101. Dorothée Flammer, veuve Bardot dit quelle emménage au no 133 rue de la Krutenau, on la retrouve inscrite au no 134 quai aux Chevaux, prolongeant cette dernière : vol. 32 p. 310 ; vol. 63 p. 163. Parfois c’est la topographie qui induit le déclarant en erreur. Ainsi, J. N. Niemack dit s’installer au no 7 rue des Moines, il est enregistré no 17 place du Marché Gayot, or la maison, comme toutes celles de la place, a deux accès, l’un sur la place et l’autre sur la rue des Moines : vol. 48 p. 595, 364. C’est aussi le cas de Françoise Bourdot qui déclare emménager no 11 Fossé des Tanneurs alors qu’on l’a inscrite au no 24 rue du Foulon, le cas se répétant à deux reprises dans son itinéraire, la différence s’explique, elle loge dans « la maison du coin » : vol. 37 p. 590, 721. Thérèse Rub, veuve Busch dit aller au no 22 cour Marbach, elle est inscrite au no 2 rue Marbach, la « cour » donne sur ladite rue. Plus tard, elle quitte selon sa formulation pittoresque, « la montée près du pont Ste Catherine » : vol. 37 p. 361, 370 ; vol. 62 p. 370.

9 Voir la carte du quartier des Bateliers p. xx.

10 Carte p. xiv.

11 Vol. 61 p. 286 ; vol. 48 p. 322.

12 Vol. 89 p. 265 ; vol. 61 p. 351.

13 Vol. 90 p. 375 ; vol. 89 p. 704.

14 Voir chapitre « L’atelier de l’histoire », supra p. 76-82.

15 Rappelons que les durées de séjour sont calculées à partir des dates de déclaration, lesquelles ne sont pas systématiquement synchrones des arrivées et des départs ; la loi prévoit un délai de trois jours pour faire sa déclaration ; les habitants prennent parfois leur temps et les scribes ne sont pas toujours scrupuleux, aussi les dates sont-elles à quelques jours près approximatives. On le constate dans le cas de Thérèse Brendlin en comparant la date de sortie de l’adresse 4 et celle d’entrée à l’adresse 5, le décalage est de deux jours.

16 Vol. 80 p. 39 ; vol. 79 p. 175.

17 Ce que montre le plan dressé en 1822, dont l’originalité est de figurer cet espace « hors les murs », voir p. I.

18 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 70 ; voir chapitre « L’atelier de l’histoire », choix de l’espace étudié, supra p. 68. C’est pourquoi nous avons gardé le découpage en dix cantons utilisé pour l’enquête de l’été 1789.

19 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 70.

20 618 chefs de ménage sur 12500 dans l’ensemble de la ville : Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 80 ; voir carte p. V.

21 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 79-80 et J. L. Pinol (dir.), Atlas historique des villes de France, Paris, Hachette, 1996, p. 129.

22 R. Brunet, R. Ferras, H. Théry, Les mots de la géographie, op. cit., p. 247.

23 Outre les plans-relief déjà présentés, nous avons étudié les relevés des plans Blondel (1764), les plans de Strasbourg dressés en 1786, 1816, 1822, 1832 et 1852 conservés aux AMS, utilisés par Seyboth (Strasbourg historique et pittoresque…, op. cité). Les AMS détiennent une table de correspondance : rue par rue, maison par maison, elle relie les appellations de rue et la numérotation des maisons décidées en 1784 et remises à jour en 1852. Tableau concernant l’état nouveau des inscriptions des rues et du numérotage des maisons, publié d'après les documents fournis par l’Administration municipale, Strasbourg, 1858. Le plan au 1/2000 annexé est hélas perdu.

24 Une contrainte s’impose : une adresse ne peut être affectée qu’à une seule échelle géographique car le total des adresses caractérisées ne doit pas modifier le poids relatif de chacune d’entre elles. D’autre part, l’analyse statistique des itinéraires de 3 502 personnes à travers la ville imposait de choisir des critères identiques pour permettre la classification.

25 Voir son itinéraire p. 186 et la carte correspondante p. xxx.

26 Vol. 79 p. 319 ; vol. 84 p. 240, 246.

27 Vol. 89 p. 253, 264, 303.

28 Vol. 46 p. 276 ; vol.48 p. 446 ; elle figure dans le registre tenu l’année de son décès en 1862, mais située hors du champ de nos investigations.

29 Vol. 45 p. 374.

30 Rappelons à nouveau que les traces d’un individu se trouvent éparpillées dans plusieurs registres.

31 Vol. 45 p. 614.

32 Vol. 45 p. 403.

33 Voir supra p. 188-189.

34 Vol. 46 p. 29, 110 ; vol. 62 p. 217.

35 Vol. 46 p. 138, 303 ; vol. 45 p. 387.

36 Plus le nombre exprimant ce rapport est petit, plus les séjours sont courts et la mobilité résidentielle élevée ; plus ce nombre est élevé, plus les séjours sont longs et la mobilité résidentielle réduite, quels que soient le nombre d’adresses et la durée de la présence dans Strasbourg d’une personne donnée.

37 O. Faron, « Itinéraires urbains. Les changements de domicile à l’intérieur de Milan au xixe siècle », dans « Faire son chemin dans la ville. La mobilité intra-urbaine », ADH, 1, 1999 p. 63-79.

38 F. J. Hahn et J. L. Pinol, « Itinéraires urbains. La mobilité d’une grande ville : Strasbourg, 1870-1940 », art. cité. Chefs de ménage ayant : un domicile : 48 % ; deux domiciles : 20 % ; trois domiciles : 9 % ; quatre domiciles : 6 % ; plus de quatre domiciles : 17 %.

39 Μ. N. Denis, A. Girard, S. Jonas, F. Weidmann, Strasbourg, capitale du Reichsland Alsace-Lorraine et sa nouvelle université, Strasbourg, Oberlin, 1995, p. 10-11. J. L. Pinol (dir.), Atlas historique des villes de France, op. cit., p. 134-135.

40 Nous perdons 30 % de l’information, 4 689 durées de séjours ne peuvent pas être précisées, faute d’informations.

41 En effet 2 319 personnes, soit 41 % des déclarants, effectuent 5 450 séjours dont la durée est d’un an au plus.

42 C. Lévy-Vroelant, « À propos de la mobilité résidentielle au xixe siècle, un espace à explorer », Annales de la recherche urbaine, juin-septembre 1993, p. 59-60.

43 J. L. Pinol dans « La mobilité dans la ville révélateur des sociétés urbaines ? » (ADH, 1999, 1 p. 7-15) présente les conclusions de nombreux travaux, réutilisées ici.

44 C. G. Pooley, J. Turnbull, « Changing Home and Workplace in Victorian London : the Life of Henry Jaques, Shirtmaker », Urban History, vol 24/2 août 1997, p. 149-178. R. Dennis, English Industrial Cities of the Nineteenth Century, a Social Geography, Cambridge University Press, 1986.

45 Vol. 91 p. 54.

46 Itinéraire supra p. 186, et carte en annexe p. xxx.

47 Voir Thèse, vol. II, p 323-327.

48 Étude détaillée dans la Thèse, p. 323-333.

49 P. Beck, P. Chareille, « Les changements de résidence à Dijon à la fin du xive siècle », ADH, 1, 1999, p. 17-34.

50 R. Derosas, « Residential Mobility in Venice, 1850-1869 », ADH, 1, 1999, p. 35-61.

51 J. A. Gilligand, « Modeling Résidential Mobility in Montreal, 1860-1900 », Historical Methods, 31, p. 27-43.

52 C. G. Pooley, J. Turnbull, « Changing Home and Workplace in Victorian London : the Life of Henry Jaques, Shirtmaker », art. cité.

53 O. Faron, « Les changements de domicile à l’intérieur de Milan au xixe siècle », art. cité.

54 Cl. Lévy-Vroelant, « Fragilité de la famille urbaine au xixe siècle : itinéraires versaillais de 1830 à 1880 », Population, 3, 1988, p. 639-658.

55 C’est pour cette raison que la somme des pourcentages indiqués excède 100 %.

56 Analyse détaillée dans la Thèse : p. 334-335 et annexes p. 412-449.

57 C’est le nombre d’adresses retenu pour étudier les parcours à Strasbourg à la fin du siècle par F. J. Hahn et J. L. Pinol, « Les mobilités d’une grande ville : Strasbourg, 1870-1940 », art. cité.

58 Voir Thèse, annexe p. 412-421, tableau de 3052 personnes-lignes et de 15 à 20 variables-colonnes selon l’analyse faite et profils types des groupes.

59 La méthode de classification hiérarchique utilisée permet de choisir le nombre de groupes.

60 O. Faron, « Itinéraires urbains : Les changements de domicile à l’intérieur de Milan », art. cité.

61 On est loin de la prise en charge des personnes âgées constatée à Verviers. G. Alter, Family and the female life course : the women of Verviers, Belgium, 1849-1880, Madison Wis., University of Wisconsin Press, 1988, XIV, 226 p.

62 Vol. 79 p. 310, 336 ; vol. 35 p. 411.

63 Vol. 79 p. 340.

64 Vol. 79 p. 78 ; vol. 89 p. 681.

65 Voir itinéraire supra p. 188 et carte p. xxiii.

66 Vol. 89 p. 750 ; vol 90 p. 148, 185 ; vol. 42 p. 308.

67 Vol. 90 p. 412.

68 Cartes d’itinéraire p. xxiv.

69 Vol. 90 p. 108, 134, 281, 282, 285.

70 Voir carte p. xxiii.

71 Les circonstances d’arrivée sont mieux connues, soit 45 % des situations, que celles de départ, soit 34 %. Partout, les arrivées sont mieux enregistrées que les départs, nous l’avons déjà noté dans la présentation des registres.

72 Ces exemples caractérisent aussi quelques hommes, souvent veufs, plus âgés, accueillis en famille, formant le troisième sous-groupe, ne pesant que 3 % de l’échantillon des 3 502 habitants.

73 Vol. 80 p. 297, 298.

74 Vol. 45 p. 415.

75 Vol. 46 p. 338 ; vol. 48 p. 803, 805.

76 C’est aussi le cas d’Isaac Nagel, tailleur, père de famille, qui assure toit et nourriture à sa belle-mère et trois neveux pendant cinq ans, dans deux domiciles successifs ; il est vrai qu’au décès de l’épouse, sa belle-mère tient alors son ménage : vol. 37 p. 428, 437.

77 Voir les cartes d’itinéraires, p. xxv-xxvi.

78 Voir chapitre « Chemin faisant, les migrants », supra p. 152.

79 Vol. 85 p. 434 ; vol. 89 p. 299.

80 Vol. 89 p. 363.

81 Vol. 90 p. 242.

82 Vol. 91 p. 564, 566.

83 Voir carte p. xxvi.

84 Vol. 90 p. 113, 114.

85 Vol. 80 p. 190.

86 Amélie Weiler (op. cit., p. 293), fatiguée de la supporter, confie une de ses servantes à un couple ami.

87 Voir carte itinéraire p. xxv.

88 Carte p. xxv ; vol. 46 p. 122, 210, 364 ; vol. 42 p. 437.

89 Voir chapitre « Mobilités apparentes, reproduction fréquentes des trajectoires professionnelles », supra p. 105 ; vol. 46 p. 60, 219, 244 ; vol 42 p. 478 ; vol. 47 p. 176 ; vol. 48 p. 87 ; vol. 32 p. 228.

90 Carte itinéraire p. xxvii ; vol. 90 p. 880 ; vol. 91 p. 654.

91 Voir la biographie de l’immeuble no 1 rue du Bouclier infra p. 237 et la carte itinéraire p. xxvii.

92 Chapitre « L’atelier de l’histoire », supra p. 97 note 122 et carte itinéraire p. xxviii.

93 Voir la biographie des immeubles no 18 rue de l’Ail et no 24 rue des Veaux, infra, p. 233-237 et les cartes itinéraires p. xxix.

94 Voir carte p. xxviii.

95 Vol. 35 p. 347, 335 ; vol. 37 p. 544, 548, 576 ; vol. 53 p. 207.

96 Voir supra p. 133 note 154 ; vol. 79 p. 233, 268, 339,417,425, 475 ; vol. 46 p. 219 ; vol. 48 p. 157 ; vol. 62 p. 25, 61 ; vol. 35, p. 144 ; vol. 36 p. 327 ; vol. 37 p. 710 ; vol. 53 p. 283, 302 ; vol. 90 p. 658, 741 ; vol. 89 p. 29 ; vol. 91 p. 500 ; vol. 64 p. 306.

97 Voir la biographie de l’immeuble no 22 rue Ste Madeleine, infra p. 242, et la carte itinéraire p. xxx.

98 Itinéraire p. 186 et carte p. xxx.

99 Rappel : un habitant peut cumuler des domiciles situés dans une même rue, une maison voisine, un même immeuble. Carte p. xi.

100 Voir carte p. iv.

101 J. P. Graffenhauer, op. cit.

102 Chr. STRUB, « Le comblement du Fossé des Tanneurs et la reconstruction des petites Boucheries ou regards sur la politique d’embellissement et d’assainissement de la municipalité Schutzenberger », mémoire de maîtrise, USHS/CRHV, 1995 ; publié : « Assainir et embellir Strasbourg au xixe siècle. Étude sur la municipalité de G. Fr. Schutzenberger (1837-1848) » par la Société Académique du Bas-Rhin, Bulletin tomes CXVII-CXVIII 1997-1998, 308 p.

103 Archives Municipales de Strasbourg, documents non cotés : Statistische Monatsbericht der Stadt Strassburg, bulletin mensuel depuis 1898. J. L. Pinol a dressé les cartes de cette insalubrité en la corrélant avec la statistique des sous-locataires de lit (Schlafleute) dans l’Atlas historique des villes de France, op. cit., p. 134-135.

104 Plus de 200 maisons d’après J. P. Klein (op. cit., p. 53, 62).

105 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 79, 153-155.

106 Carte p. xiv.

107 Cartes p. xv-xvi.

108 Le couple Bervé reste sept mois en 1825, ils ont en pension une fillette de trois ans : vol. 48 p. 463. Le menuisier Bernauer et son épouse ont en pension un garçon d’un an, ils restent quatre mois : vol. 48 p. 460.

109 Vol. 48 p. 426.

110 Vol. 46 p. 274.

111 Voir les biographies d’immeubles infra p. 232 et suivantes.

112 Vol. 48 p. 434, 444.

113 Vol. 46 p. 426.

114 Vol. 46 p. 301.

115 Vol. 46 p. 303.

116 Carte p. xvi.

117 Népomène Bind, employé aux Tabacs, veuf, loge avec son fils au no 20 pendant quatre ans, alors qu’il « court la prétentaine » dans la ville cumulant quinze domiciles en neuf ans : vol. 48 p. 451. La famille de L. Busch, vivant avec trois enfants multiplient les domiciles, dix-sept en dix-neuf ans ; pourtant cet ouvrier aux Tabacs demeure trois ans au no 24. Dix ans plus tard et une fois veuve, Madame Busch revient y loger : vol. 46 p. 292.

118 Vol. 90 p. 165.

119 Vol. 46 p. 273.

120 Vol. 48 p. 434 ; Strassenverzeichnis no 92.

121 Vol. 48 p. 444, vol. 106 p. 6.

122 Vol. 48 p. 415, vol. 106 p. 11.

123 Vol. 48 p. 454.

124 Vol. 48 p. 473.

125 Vol. 46 p. 274.

126 Vol. 46 p. 303.

127 Vol. 48 p. 415 ; vol. 106 p. 11.

128 Voir chapitre « Chemin faisant, les migrants », l’insertion, supra p. 182 ; vol. 48 p. 406.

129 Vol. 106 p. 5.

130 Vol. 106 p. 4.

131 Vol. 48 p. 436.

132 Vol. 48 p. 417. Le propriétaire Charles Loewenhaupt, revenu en 1814 d’« outre-Rhin » a retrouvé ses appartements : il occupe avec son épouse et son fils un premier étage estimé à 950 F de valeur locative et paie une patente de 200 F, lorsqu’il meurt en 1838. Son épouse et son fils demeurent dans les lieux.

133 Vol. 45 p. 454.

134 Vol. 48 p. 405.

135 Vol. 89 p. 474.

136 Strassenverzeichnis no 92.

137 Vol. 48 p. 475.

138 Vol. 48 p. 484.

139 Vol. 48 p. 472.

140 Cette dernière fait exception, elle quitte l’hôtel avec ses deux enfants pour la Robertsau, après un remariage moins de cinq ans après son installation : vol. 48 p. 478.

141 Vol. 48 p. 478.

142 Strassenverzeichnis no 92.

143 Vol. 48 p. 479.

144 Voir « Chemin faisant, les migrants », l’insertion, supra p. 179.

145 Strassenverzeichnis no 92.

146 Les modalités en sont expliquées dans le chapitre « L’atelier de l’Histoire », supra p. 68-71.

147 Vol. 46 p. 276 ; vol. 47 p. 250-251 ; vol. 48 p. 446-451 ; vol. 106 p. 49-53 ; vol. 107 p. 483-484, 551-553, 635-639,818.

148 Co-résidence : nous appelons co-résidence la situation qui rassemble exclusivement dans un même immeuble une parentèle. Olivier Zeller, Cahiers d'Histoire 4-1999, p. 2-15.

149 J. Hatt, « Quatre siècles de bourgeoisie strasbourgeoise », op. cit., p. 149.

150 Outre la patente de 250 F déjà mentionnée, il paie en 1831 un cens de 766 F 77 centimes, en 1832 1040 F 66 centimes et en 1838 1 396 F 67 centimes (AMS 2e division II 3069) reproduit dans : J. Hatt, ibidem, p. 151.

151 Cet immeuble et ses occupants sont étudiés plus loin p. 233.

152 Vol. 48 p. 416, 480.

153 Strassenverzeichnis no 92, ce volume a été présenté dans le chapitre étudiant les sources utilisées pour ce travail.

154 Vol. 48 p. 485 ; Strassenverzeichnis no 92.

155 Rappelons que les registres ne consignent que les flux d’habitants alors que les recensements établissent une « photographie » d’une situation à une date donnée.

156 Cartes p. xii.

157 La rue des Veaux est étudiée supra p. 224-232, cartes en annexe p. xiv-xix ; vol. 46, p. 276-300 ; vol. 48, p. 446-480.

158 Carte itinéraire intra-urbain annexe, p. xxix.

159 Tenu vraisemblablement dans les années 1830 à 1835, Strassenverzeichnis no 92.

160 Deux jeunes cordonniers logent là : J. Bier apprenti de quatorze ans reste un an, G. Ball, venu d’Allemagne un mois seulement ; c’est aussi le cas du maçon, H. Brucker venu d’Aalen avec quatre compagnons ; D. Bammes, charron, séjourne lui trois mois ; de G. Boden, tailleur de pierres, on ne sait rien, ni âge, ni lieu de naissance, pas même la durée de son étape.

161 M. Bauer est servante, M. Baern est cuisinière à trente-cinq ans, M. Neff et M. Brech sont journalières : toutes ces femmes logent au no 24 moins de deux mois, étape de durée semblable à celles qu’on leur connaît ailleurs dans la ville. Leur mobilité est caractéristique de celle des domestiques.

162 Strassenverzeichnis no 91

163 S. Juratic, « Mobilités et populations hébergées en garni », dans D. Roche (dir.), La ville promise. Mobilité et accueil à Paris…, op. cit., p. 188-201.

164 Vol. 90, p. 160-165, p. 609 ; vol. 53, p. 71.

165 Carte itinéraire p. xxix.

166 Vol. 90, p. 393-416.

167 Où logeait en 1789 le Stettmeister Lemp conspué par la foule lors de l’émeute du 21 juillet 1789.

168 Carte itinéraire p. xxxi.

169 Carte itinéraire p. xxvii.

170 Cartes des immeubles où la proportion de femmes ou celle des hommes est égale ou supérieure à deux tiers ; les immeubles concernés sont ceux de l’adresse « du moment », synchrone de la déclaration : il est logique que seul soit représenté l’espace étudié à travers les registres ; voir p. xii-xiii.

171 Carte des familles enracinées, p. xxxi.

172 Ces maisons figurent sur la carte de tous les immeubles accueillant plus de vingt personnes, p. xii, et plan du quartier des Bateliers annexe p. xx.

173 Vol. 90, p. 625-674 ; vol. 53, p. 234.

174 Vol. 90 p. 665.

175 Vol. 91 p. 630-673.

176 Vol. 91 p. 630.

177 G. Brunck, tailleur, reste six mois en 1816, A. Berti cordonnier venu d’Allemagne, un mois. On ne sait rien de J. Brenninger sinon qu’il vient d’Allemagne et qu’il loge ici six mois en 1821. E. Beyerlé, marqueur, loge trois mois dans l’immeuble alors que L. Bernhard, tailleur de pierres y reste cinq mois tout comme J. Béné, savoyard et émouleur, en 1828 qui déclare six domiciles en un an, trois fois Grand’Rue. Par contre, M. Brod, boucher venu de Barr, « a quitté » au bout de quelques jours. E. Beyerlé a onze domiciles sur douze en quatre ans dans le centre, deux fois Grand’Rue dans cet immeuble-ci et au no 43, deux fois rue des Drapiers à deux pas, il déménage tous les deux mois environ au rythme des embauches.

178 J. Blumhard vient de Kehl en 1830, il loge ici un an avant de tourner dans le quartier, déménageant en moyenne tous les ans.

179 Voir carte p. xiii.

180 Strassenverzeichnis no 92.

181 Ainsi, au no 4, L. Bronner, propriétaire et rubannier, occupe un logement pour lequel la patente exigée est de 170 F, le batelier Buchel au no 15ou l’architecte Brion au no 18paient 120 F ; le négociant E Marocco, propriétaire de la Manufacture de produits chimiques, habite un logement au no 23 dont la patente est de 300 F et son collègue D. Braun paie une patente de 150 F. Ils voisinent au no 5 avec Ph. Belle, ouvrier tourneur, logeant dans « une pièce à droite » imposé 20 F et la femme Bradfîsch « indigente » ; au no 11, le saucissier Bindel paie une patente de 40 F comme l’officier retraité J. B. Barabino qui occupe au no 15 un « deuxième étage » ; au no 22, le blanchisseur Braun est imposé 60 F.

182 Vol. 61, p. 322-336 ; vol. 62, p. 186.

183 Carte itinéraire p. xxix.

184 Carte itinéraire p. xxx.

185 Vol 35, p. 505 ; vol. 37, p. 882-888 ; vol 85, p. 430.

186 À Versailles le turn over est en moyenne de 27 % des habitants chaque année dans les immeubles étudiés par Cl. Lévy-Vroelant (« Contribution à l’étude de la mobilité résidentielle : l’exemple de Versailles au xixe siècle », art. cité et « Histoires d’immeubles et d’habitants : Versailles (1831-1954) », art. cité).

187 Carte annexe p. xxxi.

188 Rappelons que nous avons procédé par sondage, cela explique ce faible effectif soit moins de 7 % du total. Le fait que les épouses soient dès l’origine sous enregistrées dans la base de données joue moins pour cet échantillon puisque la majorité des personnes qui le composent n’ont qu’une seule déclaration saisie.

189 Carte en annexe en p. xxxi. On peut, en premier lieu, y lire l’espace étudié à travers les registres, à savoir l’ellipse insulaire et la périphérie sud-est. Les réserves formulées auparavant au sujet des cartes de localisation professionnelle ou périodique ne s’appliquent pas à celle-ci.

190 Carte p. xiii et son étude p. 124-127.

191 Vol. 48 p. 426.

192 Vol. 45 p. 630.

193 Vol. 48 p. 21.

194 Vol. 90 p. 370.

195 Vol. 48 p. 794.

196 Vol. 48 p. 433.

197 Vol. 106 p. 4.

198 Co-résidence : nous appelons co-résidence la situation qui rassemble exclusivement dans un même immeuble une parentèle. Olivier Zeller, Cahiers d’Histoire 4-1999, p. 2-15.

199 Carte annexe p. xxxi ; vol. 90 p. 393 ; vol. 89 p. 801.

200 Almanach du Commerce de Strasbourg, op. cit. ; R Strohl, Manuel du commerce, de l’industrie, des sciences, des arts et métiers de la ville de Strasbourg, op. cit. ; E. Hoellbecq, Almanach du commerce, de l’industrie, des arts et des métiers de h ville de Strasbourg, op. cit.

201 Immeuble étudié p. 237-238.

202 Vol. 45 p. 467.

203 C’est aussi le cas d’une autre famille de banquiers, les de Bussière-Renouard ; elle occupe une maison voisine de celle où loge Amélie Weiler, au no 27 rue Derrière St Nicolas : trois générations, trois ménages y habitent pendant plus de quinze ans : vol. 59 p. 351.

204 Vol. 90 p. 8, 9.

205 Vol. 79 p. 143.

206 Vol. 89 p. 648, 667.

207 Vol. 48 p. 609.

208 Voir cartes annexe p. xxxii. Le fils Nussbaum, pilote, reste jeune marié dans la maison natale du no 13 quai des Bateliers ; après le remariage de son père, il installe sa famille non loin, quai aux Chevaux à la Krutenau, puis en 1833, au décès de son père, il revient au no 13 quai des Bateliers : vol. 61 p. 52.

209 Vol. p. 48 p. 176.

210 Vol. p. 45 p. 489.

211 Vol. 89 p. 62.

212 Vol. 53 p. 188 ; vol 89 p. 673 ; voir étude « Mobilités professionnelles », p. 136.

213 Vol. 61 p. 145.

214 Vol. 79 p. 174.

215 Vol. 79 p. 149.

216 Vol. 80 p. 445.

217 Vol. 45 p. 371.

218 Vol. 79 p. 29, 478.

219 Vol. 90 p. 230.

220 Vol. 90 p. 82.

221 Vol. 90 p. 58.

222 Vol. 90 p. 52.

223 Vol. 90 p. 74.

224 Vol. 45 p. 374.

225 Vol. 45 p. 614.

226 Vol. 79 p. 78.

227 À l’est du Fossé des Tanneurs !

228 Vol. 48 p. 309.

229 Ils ont souvent emménagé dans les lieux avant l’obligation de déclaration domiciliaire, c’est le cas du juge Laquiante, père, de Ch. Guérin et des demoiselles Damisch par exemple.

230 Vol. 79 p. 149.

231 Vol. 90 p. 292.

232 A Weiler, op. cit., p. 230.

233 Vol. 61 p. 171.

234 Vol. 47 p. 83 ; vol. 48 p. 137.

235 Vol. 45 p. 702.

236 Vol. 90 p. 370.

237 Vol. 61 p. 132.

238 Vol. 89 p. 28.

239 Vol. 61 p. 11.

240 Vol. 61 p. 533.

241 Vol. 61 p. 158.

242 Vol. 90 p. 370.

243 Vol. 37 p. 781.

244 Vol. 46 p. 298, 477.

245 Voir l’étude des habitants de la rue des Veaux p. 224-232.

246 Vol. 89 p. 135.

247 Voir chapitre « Chemin faisant, les migrants », les modalités de l’insertion, p. 177 et suivantes.

248 Toutes ces informations sont glanées dans le registre de patente tenu entre 1830 et 1835 présenté dans le chapitre sur les sources et confrontées avec les registres domiciliaires.

249 Vol. 89 p. 347.

250 A. Faure, « Mobilité populaire au xixe siècle », dans Changer de région, changer de métier, changer de quartier, Recherches pluridisciplinaires, Université de Paris X Nanterre, 1982.

251 A. Faure, ibidem. M. Perrot, « L’amour des villes et sensibilité ouvrière » dans La ville en œuvre, 1994, publié dans Mélanges offerts à J. P. Aguet, Université de Lausanne, 1996.

252 Vol. 48 p 33.

253 Vol. 85 p 344.

254 Vol. 89 p 264.

255 Les enfants envoyés à la campagne sont une minorité : Antoine Baudel a « envoyé [son fils âgé de quatre ans] à Ammerschwihr chez sa grand-mère » (vol. 80 p 104) et Thérèse Busch déclare « une Amélie à la campagne chez sa mère » (vol. 85 p 358). On trouve deux billets collés dans les registres. Le premier est envoyé sur papier officiel de la mairie de la Wantzenau : « billet du maire de La Wantzenau certifiant qu’une fille en bas âge est confié par son père [M. Bauer] strasbourgeois à sa grand-mère pour l’élever », et une remarque adjointe concernant un autre enfant du même « chez la femme Baudri qui a la charge de garder l’enfant en pension à ses risques et périls au 32 rue du Bain aux Plantes, le 8 avril 1829. » (Vol. 91 p 466) ; d’autres enfants nés hors de la ville sont confiés à des Strasbourgeois ce que semble indiquer le deuxième billet : « l’an 1831, 17 août, est comparu le sieur Henry, voiturier, demeurant rue de l’Ecurie no 4, ce que nous a déclaré avoir en pension l’enfant de la nommée Rose Doue, domiciliée à Obernai, et qu’il la gardait tant et si longtemps que la pension lui serait payée par les parens (sic) dudit enfant de manière à ce qu’il ne puisse tomber à la charge de la ville ; qu’en cas de non paiement de la pension, il la rendrait à ses parents qu’il a déclaré parfaitement connaître. Enfant : Rath M. Thérèse, née à Saint-Dié en 1826, partie pour Obernai en septembre 1832 » (vol. 89 p 774).

256 Vol. 91 p 687.

257 Vol. 91 p 180.

258 Vol. 89 p 167.

259 Vol. 90 p 54.

260 C’est le cas de Georges Braun, confiseur, de Conrad Berg, professeur de musique, de Henri Bernard, potier de terre, de Georges Burger, cordonnier, de Martin Barth, greffier de justice, du capitaine Broutta par exemple.

261 On trouve dans le corpus quatre fois plus de veufs remariés que de veuves sur 65 situations repérées ; de même, sur 757 situations de conjoints séparés dans le corpus, les trois quarts concernent des femmes. La surféminité des populations citadines est un caractère européen.

262 O. Faron, aussi, estime qu’à Milan seule l’extension de la cellule familiale élargie permet la survie dans la ville pour les humbles (La ville des destins croisés, op. cit., p 173).

263 Hypothèse développée aussi par R. Derosas (« Residential Mobility in Venice, 1850-1869 », art. cité).

264 Constat formulé par Cl. Lévy-Vroelant à Versailles où les superficies et les loyers des logements sont indiqués dans les sources : « Contribution à l’étude de la mobilité résidentielle : l’exemple de Versailles au xixe siècle », art. cité et « Histoires d’immeubles et d’habitants : Versailles (1831-1954) », art. cité.

Table des illustrations

Titre Itinéraire de Dorothée Barfuss
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12241/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Itinéraire de François Burgin
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12241/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Itinéraire de J. J. Bronner
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12241/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Itinéraire de Thérèse Brendlin
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12241/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende DURÉE EN JOURS GRADUATION EN SEMAINESHistogramme des durées de séjour, inférieures ou égales à un an
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12241/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search