Version classiqueVersion mobile

Strasbourg et strasbourgeois à la croisée des chemins

 | 
Marie-Noèl Hatt-Diener

Chemin faisant : les migrants

Texte intégral

  • 1 D. Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l'utilité des voyages, Fayard, 200 (...)

1L’histoire démographique des migrants a montré l’apport essentiel que leur mobilité a constitué pour la transformation des sociétés urbaines et leur dynamique. Bien des caractères de cette mobilité ont été étudiés, aussi bien pour les villes européennes, du Moyen Âge à l’époque contemporaine, que pour celles du Nouveau Monde. Le renouvellement incessant des populations urbaines a été analysé dans une tradition historiographique. Celle-ci a longtemps imposé une vision dichotomique : d’une part, la mobilité d’une élite culturelle, dilettante et savante à la fois, celle du voyage entrepris à travers l’Europe, de Montaigne à Arthur Young1, mobilité choisie, aller-retour entre la petite patrie et le vaste monde ; d’autre part, une mobilité contrainte, celle de l’errance et de la pauvreté, du vagabondage criminogène, ressentie comme un danger social, préoccupation constante des autorités.

  • 2 Citons simplement des exemples proches et récents : E. François (dir.), Immigration et société urba (...)
  • 3 F. J. Hahn et J. L. Pinol, « Les mobilités d’une grande ville : Strasbourg, 1870-1940 », art. cité.

2Cette vision dichotomique doit être dépassée, des travaux2 ont montré depuis trois décennies que la mobilité n’est pas seulement, ni toujours, la conséquence de la pauvreté et qu'elle constitue un moteur essentiel de la prospérité ou du déclin des villes3.

3Ville « fermée », ville « accueillante » ?

  • 4 G. M. Walker, German home towns, community, State and general estate, 1648-1871, op. cit.
  • 5 S. Herry, Une ville en mutation : Strasbourg au tournant du Grand Siècle, op. cit.
  • 6 « Privilégiés » : Français « régnicoles », officiers du roi civils et militaires, noblesse français (...)
  • 7 D. Roche (dir.), La ville promise. Mobilité et accueil à Paris…, op. cit.
  • 8 La mise en place de cette législation à Strasbourg est précisée dans le chapitre « Une source peu é (...)

4La méfiance envers la mobilité des hommes s’exprimait à travers la conception traditionnelle de la société urbaine qui prévalait à Strasbourg jusqu’à la fin du xviie siècle et reposait sur une vision de la ville commune au monde rhénan4 : close dans ses murs, soudée par ses privilèges, articulée autour d’une hiérarchie précise et limitée de « tribus » dont la cohésion sociale s’affirme à travers des pratiques solidaires et festives et s’impose par les institutions politiques d’une Ville Libre. Cette conception est fortement bousculée par l’annexion à la France : tout au long du xviiie siècle une « société française » civile et militaire s’installe dans la ville5. Vigie dressée à la frontière du royaume, la ville attire « privilégiés » et « manants »6 au point que la population double en un siècle. L’analyse de l’enquête de 1789 montre comment les cadres traditionnels de la société strasbourgeoise étaient mis à mal par cet important afflux. Strasbourg vit alors surtout de l’échange, celui des marchandises comme de la circulation des hommes, au carrefour des routes vers Paris, Lyon et la vallée du Rhin. Le décalage entre une conception « fermée » de la ville et de la société urbaine et les nécessités de l’échange favorise, à Strasbourg comme ailleurs et en particulier dans la capitale, l’instauration d’une surveillance policière de la mobilité des « étrangers ». Strasbourg suit la loi générale, définie dans la capitale ; de l’Ancien Régime à la Restauration s’impose peu à peu une législation de plus en plus tatillonne7. Elle vise à surveiller en premier lieu les auberges, les hôtels, les garnis, les habitants accueillant famille et amis, l’étranger est alors celui qui n’est pas du lieu. Dans un deuxième temps, tous ont obligation de déclarer leur domicile8. Sous l’Empire et la Restauration, le flux des migrants ne se tarit pas, au contraire ; l’amélioration des routes, du roulage, le mouvement des armées puis leur démobilisation contribuent à le nourrir.

  • 9 Il semble qu’il y ait quelques exceptions : Pauline Boudhors est née à Mons en Belgique en 1806, el (...)
  • 10 Une ordonnance d’avril 1808 rappelle l’usage obligatoire de papier timbré.
  • 11 « Passeport pour Anspach sous la conduite du père le 15 août 1840 », vol. 90 p. 370 ; Rosine Bucken (...)
  • 12 Voir le Tableau des principales lacunes trouvées dans les déclarations, supra p. 84.
  • 13 Vol. 91 p. 375.
  • 14 Vol. 90 p. 835.

5À travers les registres domiciliaires consignant les mobilités de tous, nous lisons aussi une définition de l’étranger, – celui qui n’est pas né à Strasbourg9 –, des pratiques de surveillance, – le livret ouvrier, le passeport, la carte de sûreté –, des itinéraires, – commune d’origine distincte de celle de naissance, commune de destination –, enfin une chronologie, de la date d’arrivée dans la commune à la date de départ. Du moins en théorie, car les scribes du bureau de police qui enregistrent les déclarations prennent des libertés avec les exigences tatillonnes de leur administration, d’autant que le contrôle des passeports et la délivrance des cartes de sûreté sont consignés ailleurs ; à moins que ce ne soit les administrés, logeurs, employeurs et migrants qui s’abstiennent de répéter ici ces précisions. Nous rencontrons pourtant mention de passeports10 visés ou délivrés, ainsi que le numéro des cartes de sûreté instaurées à partir de 179211. Force est de constater les lacunes12. Les départs sont sous-enregistrés à Strasbourg comme ailleurs, les numéros de cartes oubliés, malgré la colonne réservée à cette inscription, les communes d’origine et de destination sont omises le plus souvent. Pourtant les infractions à cette législation sont soigneusement mentionnées, la plus fréquente, celle commise par l’habitant « parti sans déclaration », concerne 10 % d’entre tous les migrants. Les omissions ne sont pas forcément des négligences aux yeux des employés : ils ne voient pas d’emblée l’intérêt de la précision puisqu’ils connaissent leur monde, logeurs, employeurs, voisins du quartier, tous sont garants des nouveaux venus, ils peuvent donc leur faire confiance ; eux-mêmes sont insérés dans un réseau de relations et de sociabilité ; on a constaté qu’ils connaissent et parfois arbitrent les querelles entre voisins, entre époux, entre patrons et servantes, ainsi Catherine Binder « doit au sieur Oster qui a la carte de sûreté »13 et J. Brucklé « doit au sieur Dietrich son logeur, lui refuser son certificat »14, de bonne conduite ? ; ils tiennent la chronique des petites et grandes misères.

6À travers les déclarations, on peut pourtant prendre la mesure du flux des candidats à l’installation, distinguer ceux qui font leur vie dans la ville de ceux qui se contentent de la traverser, compter les réussites et les échecs. Cerner qui sont les migrants permet de comprendre les multiples motivations de leur mobilité selon l’âge, le sexe, le niveau de qualification, leur solitude ou leur entourage familial. Venir à Strasbourg, est-ce rejeter ou au contraire respecter une tradition, celle du tour de compagnon par exemple, aspirer à des libertés nouvelles, faire l’apprentissage des usages culturels et sociaux de la grande ville, gagner sa vie, poursuivre une carrière ? Comment la ville retient-elle, quelles sont les pratiques professionnelles et sociales qui permettent l’insertion ?

A. Caractères généraux des migrants15

  • 15 Nous réservons le qualificatif d’étranger à tout individu né hors du territoire français, et non au (...)
  • 16 M. Oris, « La transition de la mobilité au xixe siècle. L’expérience de Huy/Meuse entre 1847 et 190 (...)

7Combien sont-ils dans notre corpus à naître ailleurs qu’à Strasbourg ? 3 492 personnes soit un peu plus de la moitié de tous les habitants retenus. Ils présentent des caractéristiques déjà rencontrées à Huy et Seraing en Belgique, à Montréal ou à Paris16.

1. Le migrant, proche voisin

Comme ailleurs en Europe, le migrant est majoritairement un proche voisin

8Nous connaissons leur lieu de naissance dans 97 % des cas. Parmi les migrants trois habitants sur quatre sont nés en France, 2 444 personnes soit 70 %, dont un sur deux est né en Alsace, soit 53 %, ; dans ce cas, les femmes sont alors plus nombreuses que les hommes, 1411 femmes soit 56 % pour 1 104 hommes soit 44 %.

  • 17 Voir la Carte des lieux de naissance des migrants pour le Bas-Rhin et le Haut-Rhin, infra p. 154.
  • 18 Voir la Carte de l’effectif des villes d'Alsace en 1841, supra p. 54.

9L’ensemble du Bas-Rhin17 contribue en hommes et en femmes au flux de ceux que la ville attire : que ce soit Wissembourg, Haguenau, Bouxwiller, Saverne, Obernai, Barr, Sélestat, ou les très nombreux villages ; parmi eux les femmes constituent les deux tiers du flux. Les Bas-Rhinois représentent 44 % de tous ceux qui passent par Strasbourg, alors que les Haut-Rhinois n’en constituent pas 10 %. La vitalité de Mulhouse pendant toute la période explique l’attirance quelle exerce sur la population proche18. Petites villes, Colmar en tête, et campagne alimentent le flux, où les femmes « haut-rhinoises » sont là aussi plus nombreuses, soit 59 %, que les hommes. Une minorité des migrants, 7 %, sont lorrains et vosgiens ; ils sont davantage d’origine citadine que rurale, Nancy, Metz, Lunéville, Épinal, Thionville, Saint-Dié, Sarrebourg fournissent le gros des effectifs ; les hommes sont ici légèrement plus nombreux, 54 %, et sont nés plus loin de Strasbourg, davantage dans la vallée de la Moselle que du côté de Sarrebourg.

Lieux de naissance des migrants hommes et femmes, Alsace et Allemagne (rayon de 130 km)

Lieux de naissance des migrants hommes et femmes, Alsace et Allemagne (rayon de 130 km)

10Les « Parisiens » sont une toute faible minorité, soit 1,5 % de l’ensemble des 3 492 migrants, les deux tiers en sont des hommes ; mais ils viennent en tête des Français dits « de l’intérieur » ; les natifs de Côte d’Or, du Doubs, du Lyonnais ne constituent que 0,5 % du flux total.

Les étrangers

  • 19 Rappelons que les variations des frontières de la France entre 1792 et 1815 ont conduit à définir l (...)
  • 20 Effectifs des étrangers déclarés à Strasbourg : Allemands, 761 ; Suisses, 73 ; Italiens, 34 ; Autri (...)

11Les migrants nés hors de France19, les étrangers au sens actuel du terme, représentent une personne sur quatre, 942 personnes soit 27 % de tous les migrants. Viennent en tête les plus proches voisins : les Allemands représentent un cinquième de tous les migrants, soit 22 %, les Suisses 2 % et les Italiens 1 %. Les autres contrées d’Europe sont représentées par moins de vingt personnes chacune20.

12Les Allemands (voir carte ci-contre) tentés par Strasbourg sont pour l’essentiel les proches voisins du Palatinat et du Pays de Bade, puis de la vallée du Rhin, citadins et ruraux mêlés. Ceux qui viennent d’horizons plus lointains sont nés dans les villes allemandes, Berlin, Dresde, Munich, Hambourg, Nuremberg. Il en est de même des Suisses, Bâlois en tête, Genevois, Zurichois, Bernois et Fribourgeois dominent ; les femmes venant des villes proches de la frontière, les hommes natifs d’un ensemble plus dispersé, plus vaste et plus lointain.

13Bref, l’étranger à Strasbourg, c’est d’abord le voisin ; la carte visualisant un cercle de 130 kilomètres de diamètre autour de Strasbourg (voir carte page précédente) regroupe les communes de naissance de 75 % des migrants. Certes, les Allemands sont, de loin, les plus nombreux parmi les étrangers, soit 80 %, il n’en reste pas moins que la carte illustre sans doute possible que le Rhin marque une vraie frontière, un migrant sur cinq seulement est né « outre-Rhin ».

14On observe que plus la distance entre la commune de naissance et Strasbourg augmente, moins les femmes sont nombreuses ; elles fournissent les deux tiers des personnes nées en Alsace, la moitié des natifs du Doubs et de la Haute-Saône, mais moins de 40 % des Parisiens, Suisses, Vosgiens et Meusiens, seulement un tiers des habitants nés à Lille, dans le Lyonnais, en Allemagne, en Autriche et moins d’un migrant sur cinq né en Italie, Russie et Angleterre.

On ignore le plus souvent l’étape antérieure

  • 21 Proportions à corréler avec celle du nombre de femmes dans chacun de ces groupes : les femmes sont (...)
  • 22 Vol. 79 p. 79.
  • 23 Vol. 36 p. 367.
  • 24 Georges Bouchain, né à Strasbourg, fourbisseur, déclare « sa femme est en couches chez sa mère à Mo (...)
  • 25 Barbe GrafF, épouse Brust est née à Niederbronn en 1779 ; ses trois enfants y naissent, leur père, (...)

15Les Strasbourgeois nés hors de la ville n’y viennent pas tous sans détours depuis leur commune de naissance. Aussi l’indication de la « commune antérieure » est-elle intéressante ; souvent omise, on ne la connaît que pour 4 % des Français nés hors d’Alsace, 11 % des Français nés en Alsace, 26 % des étrangers21. On peut parfois la déduire des lieux de naissance des enfants : Népomène Bind22, « employé des Tabacs », a un fils Eugène né à Blaye en Gironde, une fille Pauline née à Dijon, avant d’habiter Strasbourg ; Antoine Belmas23, peintre, est né à Nîmes, il a épousé Caroline Dorfinch née près de Berlin, leurs fils Albert et Louis sont nés à Berlin en 1813 et 1818, ils arrivent à Strasbourg en 1826 ; mais rien ne prouve qu’ils sont venus directement depuis Berlin. Cette déduction doit s’appuyer sur une chronologie précise, elle n’est cependant pas infaillible car des mères vont accoucher chez leur propre mère : un époux24 le déclare explicitement, la comparaison du lieu de naissance de la mère avec celui de l’enfant le confirme souvent25.

Carte des lieux de naissance des migrants venus d’Allemagne, hommes et femmes

Carte des lieux de naissance des migrants venus d’Allemagne, hommes et femmes

Carte des lieux de naissance des migrants, tous déclarants, pour le Bas-Rhin

Carte des lieux de naissance des migrants, tous déclarants, pour le Bas-Rhin

Carte des lieux de naissance des migrants, tous déclarants, pour le Haut-Rhin

Carte des lieux de naissance des migrants, tous déclarants, pour le Haut-Rhin

16Les Strasbourgeois nés en Alsace font-ils étape ou arrivent-ils tout droit de leur lieu de naissance ? Quatre sur cinq d’entre eux viennent du Bas-Rhin, quarante mentions seulement énoncent des localités du Haut-Rhin dont Colmar en tête, 13 mentions. Dans le Bas-Rhin, villes et villages sont autant d’étapes sans que l’on puisse établir une hiérarchie nette entre elles, hormis Wasselonne, Haguenau et Barr qui se détachent du lot, 13 et 10 mentions, car elles ont des liens anciens avec Strasbourg. Les nombreuses et jeunes servantes viennent directement de leur village natal. Venus d’horizons plus lointains, quelques natifs d’Alsace, soit 33 personnes, arrivent directement à Strasbourg sans avoir fait étape en Alsace ; huit d’entre eux viennent de la capitale, Paris, quatorze de l’étranger, dont neuf de l’Allemagne proche, Mayence, Francfort, Landau et localités du Bade ; deux arrivent de Vienne, un de Bâle, de Bruxelles et de Saint-Pétersbourg. Onze d’entre eux viennent de villes françaises éloignées, Lille, Lyon, Melun, Marseille, ou plus proches : Nancy, Metz, Thionville en Lorraine, Pontarlier Montbéliard, Saint-Dié.

17Bref, Paris, l’Allemagne proche, les départements limitrophes, les nombreuses petites villes alsaciennes constituent pour la plupart des migrants des étapes sur le chemin de Strasbourg. Ceux qui franchissent une courte distance viennent aussi bien de villages que de villes, en revanche, ceux qui viennent de plus loin indiquent une étape antérieure urbaine.

18Parmi les Français dits « de l’intérieur », sept habitants, six hommes et une femme, arrivent de Paris et autant de Nancy, dix-sept viennent de petites villes d’Alsace, dont trois de Colmar ; quatre ont quitté les environs immédiats de Strasbourg. Puis les grandes villes étapes françaises sont, dans l’ordre décroissant des effectifs, Lille, Dijon, Bordeaux, Troyes, Besançon ; les villages sont exceptionnels, les lieux cités sont de petites villes.

19Les étrangers qui arrivent à Strasbourg viennent soit des grandes villes d’Europe, Berlin, Bâle, Zurich, Saint-Pétersbourg, Anvers, Vienne, Varsovie, soit des nombreuses villes allemandes, Francfort, Cologne, Mayence, Stuttgart, Fribourg, Munich, Dresde, Hambourg, soit encore de nombreux villages du Palatinat et du Bade, plus proches ; les Allemands constituant 80 % des étrangers, il n’est pas étonnant que trois étapes sur quatre antérieures à l’arrivée à Strasbourg soient situées outre-Rhin.

  • 26 Caractères mis en valeur dans les travaux cités dans ce chapitre, note 16.

20Bien que les renseignements soient très fragmentaires et les effectifs très faibles, la localisation des étapes sur la route de Strasbourg ne bouscule pas la géographie des communes de naissance pour chacun des trois groupes que constituent les Strasbourgeois nés hors de la ville, ni la spécificité de chaque type de migration. La migration de proximité est autant rurale qu’urbaine, la migration plus lointaine relie des villes entre elles26.

  • 27 Étude exhaustive, Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 74-75.
  • 28 F. J. Hahn et J. L. Pinol, « Les mobilités d’une grande ville : Strasbourg, 1870-1940 », art. cité.

21La majorité des migrants, soit 55 %, arrivant dans la ville y déclare domicile le jour même, au plus une semaine après leur arrivée. La carte du premier domicile connu des arrivants dans la ville (voir carte ci-dessous) indique deux pôles de concentration déjà repérés sur les multiples cartes dressées par profession : on retrouve le quartier périphérique de la Krutenau et des Bateliers, et surtout l’ouest du Fossé des Tanneurs dans l’ellipse insulaire, quartier plus densément habité. On pourrait expliquer cette localisation par le fait qu’elle correspond à l’espace étudié à travers les registres ; certes, cette corrélation a son effet. Cependant, cette localisation est déjà constatée en 178927, elle l’est encore à travers l’analyse du fichier domiciliaire menée entre 1870 et 194028 : dans l’ellipse insulaire, les garnis sont nombreux, les artisans employeurs aussi.

Carte du premier domicile des étrangers dans la ville, 1803-1841

Carte du premier domicile des étrangers dans la ville, 1803-1841

2. Des séjours brefs

  • 29 Ces expressions figurent dans les registres, la première est encore d’usage courant aujourd’hui.
  • 30 Le turn-over important est constaté par tous les historiens. Le départ n’est pas forcément un échec (...)

22Parmi les migrants, on distingue ceux qui ne font que passer dans la ville de ceux qui s’y installent pour un temps plus ou moins long. En effet, la durée de résidence dans la ville est l’indicateur d’une possible insertion dans la société urbaine ; plus la résidence est longue, plus la contribution démographique, économique et culturelle des migrants à la dynamique urbaine est possible. Pour ce faire, on est amené à calculer la durée de leur trace en ville, mais on se heurte alors au fait que les départs sont sous-enregistrés : pour être certain qu’une personne a quitté la ville, il faut qu’elle ait déclaré une date de sortie du logement et une destination ; sinon, elle a pu échapper au suivi de sa trace en déménageant dans un quartier non étudié ; elle a aussi pu rester suffisamment longtemps dans un domicile pour qu’aucun départ n’ait lieu d’être déclaré. Aussi ne prend-on en compte que les durées de séjour dans la ville connues et précisément calculées en fonction d’un départ déclaré. On obtient alors un échantillon de 2 307 personnes : une majorité est née en Alsace, 1212 soit 52,5 %, un tiers à l’étranger, 734 soit 31,8 %, et à peine 16 %, 361, dans la « France de l’intérieur » ou « Ancienne France29 ». Les trois quarts d’entre eux restent au plus un an dans la ville, dont la moitié moins de six mois30. Cependant, les rythmes de séjour des migrants varient selon qu’ils sont alsaciens, français « de l’intérieur » ou étrangers.

23Un tiers des Français de l’intérieur, soit 36 %, séjournent moins de deux ans à Strasbourg, un habitant sur cinq y vit entre deux et sept ans, ce peut-être l’étape d’une carrière ; mais 44 % y passent leur vie : un habitant sur quatre y séjourne entre sept et vingt-cinq ans, un sur cinq davantage encore, on peut alors parler d’insertion profonde dans la ville ; quinze d’entre eux y vivent « ab infans » (sic), sept y reviennent adultes. Ceux qui ne font qu’une brève étape passent un mois, un trimestre, cinq à six mois.

24Tous les étrangers ne sont pas des « oiseaux de passage », ils ne sont qu’un tiers dans ce cas ; parmi ceux qui se posent plus d’un an, la moitié habite la ville entre un et cinq ans, l’autre moitié y passe une partie de sa vie ; un tiers de ces derniers y vit plus de dix ans, on peut aussi parler d’adoption à leur sujet.

  • 31 Ceci explique que les durées de séjour de ce groupe soient très bien connues, la surveillance tatil (...)

25Les Français nés en Alsace forment le groupe de migrants le plus nombreux, 1 242 personnes, nous calculons la durée de séjour à Strasbourg pour 1212 d’entre eux. Un tiers de ce groupe séjourne quatre ans au plus dans la ville, un autre tiers entre quatre ans et seize ans, et un dernier tiers plus de seize ans. Très peu y vivent depuis leur enfance, bien davantage y reviennent au moins une fois, ce sont aux deux tiers des femmes31. Ces personnes effectuent les séjours les plus longs ; elles sont relativement moins nombreuses à y séjourner à peine un an, relativement plus nombreuses à y séjourner très longtemps, plus de seize ans.

26La comparaison entre les durées relatives du séjour à Strasbourg des trois groupes de migrants définis par le lieu de naissance montre que la ville retient d’abord et surtout les gens de la région, mais elle intègre aussi, en proportion presque égale et pour des séjours de plus de seize ans, tous les Français ainsi qu’une minorité d’étrangers, presque exclusivement des Allemands.

B. Les « oiseaux de passage »

  • 32 Ainsi que les désigne J. L. Pinol (op. cit.).

27Un étranger sur trois, un Français « de l’intérieur » sur quatre, un Français né en Alsace sur six restent donc moins d’un an et déclarent un domicile, quelquefois deux, dans la ville. Ce sont les « oiseaux de passage »32.

1. Des célibataires venus pour des raisons professionnelles

28Ce groupe se compose logiquement d’une courte majorité d’étrangers, soit 47 %, d’un bon tiers de Français nés dans le Bas-Rhin et le Haut-Rhin, soit 36 %, et enfin d’une minorité de Français nés hors d’Alsace, soit 17,5 %. Ce sont aux deux tiers des hommes, plutôt jeunes puisque deux sur trois ont entre seize et trente ans, un peu moins d’un sur cinq entre trente et un et quarante ans. Ils arrivent et vivent à Strasbourg en solitaires : en majorité célibataires pour l’état civil, ils vivent aussi seuls puisque trois ménages sur quatre ne comptent qu’une personne ; 13 % d’entre eux vivent en couple ou en ménage de deux personnes, enfin 10 % des ménages comptent quatre personnes, parents et enfants.

Ils arrivent à Strasbourg pour des raisons professionnelles

  • 33 Vol. 90 p. 777.
  • 34 Vol. 90 p. 778.
  • 35 Fr. Baumann, vingt ans, natif du Wurtemberg, travaille lui aussi chez l’un des deux tailleurs d’avr (...)
  • 36 Vol. 89 p. 714, 715.
  • 37 Lui-même venu de Marseille en 1800, a fondé au no 5 Grand’Rue une dynastie de chapeliers dont le ma (...)

29Une courte majorité de ces jeunes gens, soit 48 %, viennent se former à Strasbourg dans les arts et métiers traditionnels. La confection en occupe 16 %, cordonniers et tailleurs se bousculent. Deux tailleurs J. Bader33 et Ch. Boersch34, domiciliés aux no 8 et 9 rue des Meuniers, emploient des compagnons et ouvriers tailleurs logés aux no 3 et 7 dans la même rue ; parmi eux, N. Braunwald arrive de Hambourg à l’âge de vingt-six ans, il séjourne de septembre 1829 à mai 1830 et poursuit son tour vers Paris. P. Bloch, lui, est lorrain ; arrivé en 1829 à l’âge de dix-huit ans, il reste deux ans avant de rejoindre Blamont en Lorraine35. Les chapeliers viennent d’« ancienne France » : J. Bion36, de Châtellerault, travaille six mois en 1829 tout comme J. Bailly chez le chapelier Mickilse37, avant de partir tous deux pour Paris.

  • 38 Chrétien Bergmann arrive de Warburg, Allemagne, à l’âge de vingt-deux ans : il travaille trois ans (...)

30Le travail des métaux et la fabrication des armes regroupent 8,5 % des migrants38.

  • 39 R. Lorenceau, Bâle de 1860 à 1920 : croissance et mobilités urbaines, thèse, Université F. Rabelais (...)
  • 40 On y rencontre aussi : J. Bigler, arrivé de Regensburg, Ratisbonne, en septembre 1819, il rejoint K (...)
  • 41 Vol. 89 p. 683.

31Les métiers du bois et du bâtiment sont, comme à Bâle39, exercés par des jeunes gens venus d’Europe rhénane et centrale, ils en regroupent 5 %. Au no 13 quai de la Bruche se succèdent de nombreux charpentiers tous venus par groupes de deux ou trois d’Allemagne du Nord ou de Suisse. H. Brisemann vient de Zurich en juin 1818, en août il est « parti » ; J. Birck, né à Copenhague, vient de Hanovre, il reste quatre mois de juin à octobre 1818 et part pour Darmstadt avec Fr. Boschen venu de Brême en septembre 1818. Tous sont compagnons charpentiers à la même adresse40. Au no 3 rue de l’Arbre Vert, on relève le séjour de six maçons originaires de la même région d’Autriche dont J. Berlinger41, l’aîné du groupe ; ils restent cinq mois avant de se disperser vers Sélestat, Colmar, Bâle.

  • 42 Vol. 48 p. 446. Le turn-over constaté dans cette brasserie entre 1813 et 1843 est étudié dans l’étu (...)
  • 43 Vol. 89 p. 807.

32La brasserie et l’artisanat d’art attirent 4 % des migrants. À l’enseigne de l’Espérance, 17 rue des Veaux, on trouve J. Ch. Bolschweiler, compagnon brasseur venant de Karlsruhe, il y passe trois mois en 1822 ; l’été suivant, M. Bartenbach, de Bretten dans le Haut-Rhin, s’exerce au métier de tonnelier42. Rue de l’Épine, A. Bruckner de Dresde et A. Baumann de Zurich, relieurs, fêtent leurs vingt ans ensemble en mai 1820 à Strasbourg et s’en vont à Bâle un mois plus tard43.

  • 44 J. Baltz venant de Hesse à l’âge de vingt-quatre ans reste trois mois et part pour Colmar accompagn (...)
  • 45 Vol. 90 p. 24.

33Les tanneurs et les fourreurs ne représentent que 2,5 % des effectifs. Ils se retrouvent chez le maître tanneur Ott au no 23 rue du Bain aux Plantes44 ; deux frères Brinck45 venant de Saxe, s’y succèdent, Geoffroy en 1820-1821 et Henri en 1823 puis ils repartent, le premier vers Mayence, le second vers Bâle. On le voit, ces jeunes gens choisissent leurs étapes, leurs patrons, leurs logements en s’appuyant sur des réseaux de parentèle et de voisinage qui alimentent le bouche à oreille et construisent un vade-mecum du compagnon.

  • 46 L. Bechtold quitte Darmstadt à l’âge de quinze ans ; arrivé en 1818 il reste six mois et retourne « (...)
  • 47 Vol. 89 p. 621.
  • 48 Vol. 89 p. 667.
  • 49 Vol. 89 p. 695.

34Les négociants, colporteurs, commis ne représentent que 4 % de tous les migrants. Les entrepôts du négociant Saum, situés au no 11 quai Saint-Thomas, abritent une succession de nombreux commis, venus le plus souvent d’Allemagne46. Tous les marchands ne sont pas des jeunes gens qui apprennent le métier ; Antoine Bassot, parisien âgé de quarante-trois ans, négociant, arrive à Strasbourg venant de Paris en juin 1827, traite ses affaires en trois semaines et s’en retourne dans la capitale47 ; un colporteur A. Netter48 vient régulièrement pour affaires de Metz ou de Nancy : cousin de la tribu des Netter, il est hébergé chez eux à chacun de ses séjours, rue des Tonneliers, au cœur de la ville. Joseph Besançon49 est horloger ; il arrive accompagné de son épouse depuis leur ville natale Genève ; le jeune couple séjourne deux mois durant à Strasbourg, décembre 1826 à février 1827 ; le mari part ensuite pour Paris et son épouse retourne alors à Genève.

  • 50 Vol. 90 p. 152.
  • 51 Vol. 90 p. 263.
  • 52 Vol. 90 p. 682. On croise aussi J. Blessig domestique du comte de Reichsberg, étudiant en philosoph (...)

35Ville d’université, Strasbourg attire enseignants et étudiants venus d’horizons variés, mais ils sont eux aussi tout juste 4 % des migrants. Certains viennent de fort loin. Un missionnaire J. Ch. Borling50 « de Russie » passe un mois à Strasbourg avant de repartir pour Stuttgart en juillet 1834. Un « gentilhomme » A. Nawailzov51, né en 1793 en « Russie asiatique », arrive en novembre 1817 accompagné d’un étudiant moscovite ; ils repartent au printemps 1818. J. Ch. Blumenfeld52, étudiant polonais, suit un enseignement durant un semestre en 1832.

36Ville de garnison, Strasbourg est une étape pour de nombreux militaires pensionnés ou non ; pourtant, ils ne pèsent que 3 % de l’ensemble. Cette faible proportion surprend, on peut supposer que les soldats « en transit » sont logés en caserne, ils ne relèvent donc pas de l’obligation de déclarer leur domicile d’étape. Seuls les officiers logeant en ville y sont soumis.

  • 53 S. J. Hoffmann, Le théâtre à Strasbourg, 1870-1918. La vie culturelle et les contraintes politiques (...)
  • 54 Vol. 84 p. 148.
  • 55 Vol. 46 p. 44.

37Le théâtre construit sur la place Broglie attire un public nombreux et varié, souvent abonné à une « saison » qui mêle art dramatique, opéras, parfois des bals53. Aussi croise-t-on dans les registres quelques artistes se produisant dans la ville : Antoine Baron, né à Basses près de Poitiers, est inscrit sous la profession de « méloglomane », (sic)54, trois mois plus tard, il quitte la ville pour Metz ; Jean Bouttier55, « artiste de théâtre » s’attarde davantage, six mois, lors d’un second séjour, en 1812.

  • 56 Vol. 89 p. 683.
  • 57 Vol. 84 p. 76.

38Cinq figuristes italiens arrivent ensemble de Lucques : il s’agit de trois frères Barsotti56 et de deux compagnons, ils logent trois mois chez Pescatori « propriétaire » au no 3 rue de l’Arbre vert, ils repartent ensemble pour Metz au cours de l’été 1833. Des forains passent : L. Bruck57 vient de Breslau « avec une ménagerie » qu’il exhibe un mois durant en 1828, avant de reprendre la route pour Baden. Voilà pour les hommes.

  • 58 Arrivent-elles en ville sans avoir un emploi assuré, donc un logement ?
  • 59 Vol. 89 p. 648.

39Quant aux femmes, les plus nombreuses, soit 16 % de tous les migrants, ne déclarent pas de profession alors qu’elles ne sont ni toutes mariées ni toutes prises en charge par une famille58. Lorsqu’elles déclarent une activité, elles sont servantes, ménagères, gardes-malades, soit 10,5 % de tous les migrants, ou bien ouvrières en linge, soit 3 %, ou encore fileuses et tisseuses, soit 2,5 %. Un seul exemple, Brunette Bloch59, de Scharrachbergheim, Bas-Rhin, « servante chez Blum » rentre dans ses foyers un an après son arrivée, son pécule est-il suffisant ? Bref, des apprentis et compagnons faisant « leur tour », des servantes venues pour apprendre un peu d’urbanité, de savoir-faire domestique en se constituant un mince pécule, quelques commis voyageurs venus pour affaires, quelques étudiants et artistes : tous viennent visiblement à Strasbourg pour des raisons professionnelles, 79 % des situations le montrent de façon explicite au travers des déclarations faites.

Des relations familiales minoritaires

  • 60 Vol. 89 p. 622.
  • 61 Vol. 90 p. 319.

40Quelques arrivées sont d’ordre familial, visite, mariages, accueil chez des parents ou des enfants, ces circonstances n’accompagnent que 11 % des arrivées et concernent surtout les femmes. C. Bohr d’Utrecht, veuve du capitaine Brandon, arrive en 1816 de Mézières et repart au bout de deux mois : elle était « chez des parents »60. La ville accorde aussi l’anonymat : C. Bloch61 « pauvre, entrée à l’hôpital le 29 novembre 1829 pour faire ses couches, ayant reçu un billet d’entrée à la mairie et la carte ayant été renvoyée de la mairie le 20 février 1830 », repart sans son enfant chez elle à Ottrott.

  • 62 Vol. 89 p. 694.
  • 63 Vol. 89 p. 722.
  • 64 Le chef de famille est né à Spa, son épouse à Brunswick ; les deux aînés à Amsterdam entre 1813 et (...)
  • 65 Vol. 84 p. 269.

41Quelques voyageurs font étape dans la ville ; des Anglais parmi lesquels Anne Bachard62, rentière, accompagnée d’un parent rentier lui aussi ; elle séjourne un mois à Strasbourg puis prend la direction de Bâle. Jaquin Barros63 vient du Brésil ; le jeune homme de vingt-quatre ans rejoint à Strasbourg son jeune frère Manuel, de deux ans son cadet ; il se présente comme « voyageur » ; deux mois plus tard, il prend la route pour Paris alors que son frère se dirige vers Berne ; ce dernier est resté quatre ans à Strasbourg sans préciser ni activité ni attache quelconque. La famille du « rentier » A. Bruno parcourt l’Europe, passant trois mois dans la ville avant de repartir pour Hambourg64. Venu d’horizons moins lointains, le baron de Bergheim65, ministre du duc de Bade, s’arrête trois jours en ville en septembre 1819 puis il est « parti avec sa suite », on ignore sa destination.

  • 66 Vol. 89 p. 370.
  • 67 Vol. 89 p. 732.
  • 68 Vol. 89 p. 746.
  • 69 Vol. 90 p. 695.

42Pourtant les allées et venues de tous les migrants sont surveillées. Les autorités suspectent depuis toujours cette jeunesse si peu installée dans tous les sens du terme ; tout au long du siècle elles expriment leurs craintes à travers une législation tatillonne. Craintes en partie partagées par les familles puisque ces migrations sont organisées : les jeunes gens viennent en groupe, ils sont du même village, du même pays, ils logent ensemble ou se relaient chez un même patron selon un itinéraire balisé par des recommandations ; cela transparaît à travers les exemples cités. Les migrants venus à Strasbourg ne font pas plus exception sur ce point-là. Dans les marges des registres, on trouve mention de cette surveillance suspicieuse. Au no 69 rue du Vieux Marché aux Poissons ce sont soixante et un « réfugiés polonais »66 qui, en route pour Paris, s’égrènent entre 1833 et 1834 « sur autorisation de Monsieur le Préfet » ; un de leurs compatriotes, lieutenant d’artillerie67, est logé 8 rue de l’Épine en janvier 1833, cela ne l’empêche pas de partir « sans déclaration ». Ce délit, mineur, est seulement le fait de 5 % des situations relevées concernant ces oiseaux de passage ; encore plus rare, soit 1 % des situations des migrants, le non acquittement des dettes : Théodore Bachhofer de Sulzburg en Bade, compagnon bacquetier âgé de vingt ans, est « renvoyé pour dettes ne pouvant rien avoir de son maître68 », il est resté un mois en 1822 puis s’en va à Bâle. Qu’est-ce qui vaut à C. Baumann69, servante venue de Horneberg en Allemagne, le fait d’être « partie pour ses foyers par ordre supérieur » deux mois après son embauche en 1826 ?

  • 70 Vol. 80 p. 102.
  • 71 Vol. 90 p. 838.
  • 72 Vol. 90 p. 860.

43L’inconduite des filles est réprimée : Caroline Benoît70, fille d’un marchand de Sainte Marie aux Mines, est « renvoyée dans ses foyers pour inconduite » après six mois de séjour à Strasbourg en 1816 ; il en est de même pour A. M. Baerthlé71, de Sélestat, en 1827 et de A. Bilger72 de Hangenbieten, servante tour à tour « chez Isenburg » puis « chez Rauch » dans le même immeuble, renvoyées dans les mêmes délais en 1832. Moins de dix renvois explicites pour plus de sept cents servantes. Les exemples glanés évoquent une petite délinquance qui concerne au maximum 6 % de ces oiseaux de passage.

2. Strasbourg n’est qu’une étape dans un « tour »

Quittant Strasbourg, où vont-ils ?

44Les raisons de quitter la ville sont d’abord professionnelles : un bon tiers, soit 36 %, « font leur tour », plus d’un quart, soit 28 %, cherchent ailleurs un travail souvent saisonnier, 8 % d’entre eux rentrent explicitement chez eux, ils « retournent dans leurs foyers », expression qui mêle situation professionnelle et vie familiale. Ce sont donc trois départs sur quatre qui ont pour motif la nécessité d’apprendre un métier et de gagner sa vie. Leurs déclarations révèlent peu d’événements d’ordre démographique : mariages et naissances ne suscitent que 2,5 % de départs, 11 % des oiseaux de passage quittent Strasbourg « pour le cimetière ».

45Vers quelle destination se dirigent-ils ? Un tiers des destinations déclarées désignent des villes françaises : Paris, ville lumière, brille de tous ses feux et vient en tête, soit 12 % des destinations connues, suivie de Colmar, soit 11 %, Metz, Lyon, Nancy, Dijon, Le Havre. Un quart des destinations désignent des villes en Allemagne, Karlsruhe, Francfort, Fribourg, Cologne, Mannheim, Mayence, Hambourg. Les villes alsaciennes, Colmar, Sélestat, Mulhouse, Bischwiller, Haguenau, attirent 23 % des migrants quittant Strasbourg. Parmi ceux qui font étape à Strasbourg, les Français restent plus souvent en France et l’Allemagne représente la première destination des étrangers. Quant aux natifs d’Alsace, leurs destinations sont plus variées : une petite moitié quitte l’Alsace pour Paris, en tête, ou l’Est de la France, de Nancy à Lyon, ou encore la vallée du Rhin ; l’autre moitié reste en Alsace, rejoignant tant les petites villes que les villages, il s’agit alors surtout des femmes.

3. Les jeunes Strasbourgeois font eux aussi des allers-retours

Des natifs de Strasbourg, peu nombreux, quittent la ville et y reviennent73

  • 73 On comptabilise les départs déclarés, la destination est précisée le plus souvent à l’occasion d’un (...)
  • 74 Martin Burcklé fait un service de trois ans comme brigadier cuirassier et revient chez ses parents (...)
  • 75 Vol. 91 p. 275.
  • 76 Vol. 91 p. 94.
  • 77 Vol. 80 p. 326.

46Leurs migrations sont de même nature. Ceux qui partent sont célibataires, dans trois cas sur quatre, jeunes, deux sur trois ont entre dix-sept et vingt-neuf ans, deux sur trois sont des hommes. Au moment du départ, un tiers des partants vit seul, un sur deux quitte une famille, 14 % un patron qui le logeait. De jeunes hommes partent pour l’armée, soit 5 % : ceux qui s’engagent ont aussi tout juste une vingtaine d’années74 : Henri Baldner75 est « soldat remplaçant » et part pour Paris, Jacques Berthel76 s’engage dans la « légion du Rhin » en 1818 et rejoint Besançon. Cependant qu’Henri Brodrecht77 rentre chez lui en juillet 1816, la trentaine passée : il était « prisonnier des Zanglais » (sic).

  • 78 Virginie Bienert, du haut de ses vingt-trois ans, tente sa chance à Paris, et Marguerite Nickler Ba (...)
  • 79 J. Fr. Bobbéde retour de Haguenauen 1822 à l’âge de vingt ans, repart en 1823 chez un autre patron, (...)
  • 80 Vol. 89 p. 510.
  • 81 Vol. 79 p. 223.

47Les deux tiers de tous les partants quittent Strasbourg par nécessité d’apprendre un métier ou de gagner leur vie. Les jeunes filles déclarent à leur départ le métier de servante, soit 10 % des partants78, ou d’ouvrière en linge, soit 5 %. Le tour éloigne les deux tiers des jeunes hommes79 et souvent dès l’âge de seize ans ; c’est le cas d’Antoine Barth80 quittant Strasbourg pour Tours en 1825 : il va poursuivre son apprentissage de passementier dans sa famille maternelle pendant six mois ; les deux frères Bischoff81, fils d’un maître perruquier, acquièrent la maîtrise du métier dans la capitale, ils y séjournent également six mois.

  • 82 Georges Burcklé, Vol. 79 p. 250, a vingt ans quand il part à Paris pour un an comme Gustave Bergman (...)

48Commerce et confection occupent chacun 17 % d’entre eux. Cette forte proportion de marchands, soit 17 % des partants et 14 % des revenants, s’explique par les pratiques du métier : les colporteurs et les commis qui se déplacent sont les plus jeunes, c’est ainsi que les fils apprennent le métier82 pour le compte de leur père marchand ou négociant ; plus âgés et pères de famille, ils sont plus fréquemment sédentaires.

  • 83 Vol. 89 p. 514.
  • 84 Vol. 91 p. 652.
  • 85 Vol. 90 p. 383 ; vol. 89 p. 801.
  • 86 Vol. 89 p. 667.

49Des étudiants quittent également la ville et leur famille ; Frédéric Bergmann83 et Chrétien Becker84 âgés d’un peu plus de vingt ans, poursuivent tous deux des études à Berlin, le premier pendant trois ans, 1834-1837, le second une année seulement en 1833. Sébastien Burguburu85, parfait une licence de droit à Mayence en 1829, avant de revenir à Strasbourg avec une épouse née à Landau. Abraham Netter86 s’en va à Paris dès ses dix-huit ans.

50À leur retour, ces jeunes gens déclarent le même métier. Plus d’un tiers des revenants exprime clairement une raison professionnelle à leur absence, ils ont fait leur « tour ». La moitié d’entre eux retrouve sa famille, momentanément du moins, 11 % logent chez un patron, cette proportion correspond à celle des servantes, 15 % d’entre eux se marient.

  • 87 Auguste Boersch est « parti pour l’Amérique » en 1835, à l’âge de vingt ans et après le décès de so (...)

51L’aire géographique de leurs déplacements ne réserve aucune surprise, comparée aux « oiseaux de passage » : l’Alsace tient la première place, suivie de la capitale ; la vallée du Rhin et l’Est de la France sont les autres horizons de leurs déplacements. Cinq départs anecdotiques pour l’Amérique n’y changent rien87.

  • 88 Vol. 89 p. 612, 722.
  • 89 Vol. 79 p. 340 ; vol. 48 p. 329 ; vol. 80 p. 201.

52Des ouvriers, mariés et pères de famille, vont chercher du travail ailleurs. Ils sont parfois accompagnés de leur famille : Charles Borst88, tonnelier, est parti au Havre en 1834 avec son épouse et ses quatre enfants ; il y repart en 1836 avec son épouse mais sans ses trois fils, l’aîné est enrôlé à Paris à l’âge de dix-neuf ans, les deux plus jeunes, seize et dix-sept ans, partent ensemble pour Bâle. Parfois, ils partent seuls : J. Baptiste Bontems89, menuisier, est marié et père de deux jeunes enfants ; parti à Paris il en revient en 1815 ; il retrouve sa famille à Turckheim, Haut-Rhin, ville natale de l’épouse, et tous reviennent à Strasbourg en 1819.

Cependant un déplacement sur quatre est d’ordre familial

  • 90 Vol. 89 p. 682. Madame Bourlet-Perroux, veuve et rentière, rejoint Paris « avec sa femme de chambre (...)
  • 91 Vol. 90 p. 28.
  • 92 Vol. 80 p. 158.

53Des veuves quittent la ville après le décès d’un époux : Félicité Bontems-Besson90 est veuve de boulanger depuis deux mois quand elle part pour Paris. J. Daniel Bayer91, « propriétaire » quitte avec son épouse un immeuble où ils cohabitaient avec une fille mariée et six petits-enfants ; à l’âge de soixante-dix ans, ils se retirent au calme à Wolfisheim, Bas-Rhin. Au contraire, Sabine Bruder-Roederer92, venue de Colmar, s’installe à l’âge de soixante-six ans chez un fils marié.

  • 93 Vol. 90 p. 217.
  • 94 Vol. 37 p. 728.
  • 95 Vol. 79 p. 8.

54C’est souvent pour se marier que la jeunesse arrive ou part : Catherine Bader93 quitte Strasbourg à l’âge de vingt ans pour suivre un mari à Rouen. Thérèse Kirchmeyer94 a vingt-cinq ans lorsqu’elle épouse le chapelier Billo à Wasselonne, Bas-Rhin ; dès l’année suivante le couple s’installe à Strasbourg où naissent quatre enfants entre 1822 et 1827 : Thérèse y voisine avec sa mère alors que le mari circule entre Strasbourg, Bischwiller et Wasselonne ; en 1831 il est « admis à domicile » à Strasbourg où demeurent femme et enfants. Sophie Bloch-Lévy95, « épouse d’un marchand », vit avec ses enfants chez ses parents strasbourgeois ; de temps à autres, elle accompagne pour quelques semaines son époux à Metz ou Haguenau puis retrouve ses enfants à Strasbourg.

55Telle que nous la percevons à travers les registres, la mobilité des natifs strasbourgeois est restreinte : elle concerne peu d’habitants, leurs absences sont le plus souvent brèves, la majorité d’entre eux reviennent s’établir dans leur ville natale. À leur égard, la question de l’accueil ou de l’insertion ne se pose pas.

  • 96 Le fait de devenir une ville frontière induit des mutations importantes, voir l’introduction et les (...)

56Bref, des Français venus de la « France intérieure » viennent faire leur tour, Strasbourg est alors sur leur route ; des étrangers venus de toute l’Europe mais surtout de la vallée du Rhin cherchent à Strasbourg un certain dépaysement tout en faisant leurs premiers pas dans la francité. De toute évidence, Strasbourg joue un rôle d’interface sur la frontière96, accueillant une population « flottante » constamment renouvelée selon une respiration rapide, gage d’un dynamisme à la fois économique, social et culturel, indispensable à sa survie.

57Mais tous ne sont pas des « oiseaux de passage ». Pour tenter de comprendre ce qui les y retient et comment ils s’insèrent dans la société strasbourgeoise, il faut cerner d’un peu plus près qui ils sont.

C. Les migrants « accueillis » à Strasbourg

58Concernant les migrations, il faut distinguer entre deux notions définies par des temporalités distinctes. La ville accueille pour un séjour de quelques années des migrants ; elle intègre une partie d’entre eux qui y font leur vie : à leur sujet, on peut parler d’insertion et il s’agit alors d’en comprendre le processus.

59Les oiseaux de passage traversent la ville quelle que soit leur origine géographique. Au contraire, les temporalités de l’accueil et de l’insertion qui se dégagent des pratiques constatées varient selon l’origine des migrants.

60Pour ce qui est de l’accueil, nous constatons qu’un tiers des étrangers et des Français « de l’intérieur » séjournent dans la ville pendant une durée comprise entre deux et dix ans, alors qu’un tiers des Français nés en Alsace y habitent entre deux et cinq ans ; tous repartent ensuite vivre ailleurs. L’insertion suppose un séjour plus long, voire définitif : dix ans et plus pour les étrangers et les Français nés dans d’autres provinces, plus de cinq ans pour ceux nés dans la province. Qu’est-ce qui distingue les migrants accueillis pour quelques années de ceux qui s’insèrent durablement ?

1. La ville accueille une majorité de jeunes célibataires

61La jeunesse et le célibat sont les points communs à tous les migrants accueillis dans la ville. La majorité d’entre eux ont entre dix-huit et trente ans à leur arrivée à Strasbourg, c’est le cas de trois Français nés en Alsace sur quatre, de deux tiers d’étrangers et de presque deux Français sur trois nés ailleurs, soit 60 %, ; les jeunes hommes dominent parmi les migrants qui viennent de loin : ils constituent les deux tiers des étrangers, la moitié des Français venus d’ailleurs mais seulement un tiers des Français nés en Alsace.

62Ces nouveaux venus sont majoritairement des célibataires : quatre Français nés en Alsace sur cinq le sont, un étranger sur deux mais à peine 42 % des Français nés ailleurs. Ces célibataires vivent en solitaires, les ménages d’une personne concernent plus de trois Français natifs d’Alsace sur quatre, soit 77 %, une bonne moitié des étrangers, soit 57 %, et seulement 42 % des Français nés ailleurs. Nombre d’entre eux logent chez un employeur, c’est le cas de presque un natif d’Alsace sur deux, soit 44 %, d’un étranger sur trois mais seulement d’un Français né ailleurs sur sept, soit 14 %. Ces différences de comportement, de manières d’habiter, entre les migrants accueillis s’expliquent d’une part par le « genre », d’autre part par des circonstances d’arrivée différentes. Les jeunes filles nées en Alsace constituent la majorité des migrants originaires de cette province, or elles ne vivent pas seules, elles sont presque exclusivement servantes ou ouvrières en linge et sont le plus souvent logées chez un patron. En revanche, les Français nés ailleurs qu’en Alsace arrivent à Strasbourg un peu plus âgés et un peu plus souvent mariés que célibataires, ils sont donc plus nombreux à vivre en famille, soit 14 % en couple, 30 % en couple avec des enfants, 7 % des familles réunissant trois générations.

63Tous viennent à Strasbourg pour gagner leur vie. Selon leurs origines, ils n’exercent pas le même type d’activités professionnelles.

2. Des profils professionnels différents selon l’origine géographique

Les étrangers

  • 97 Vol. 90 p. 271, 273. On croise encore]. Briegel, célibataire, tanneur ; il arrive d’Allemagne en 18 (...)
  • 98 Vol. 79 p. 9.

64Les jeunes hommes étrangers qui arrivent à Strasbourg et s’y fixent quelques années durant, exercent surtout les métiers qualifiés de l’artisanat traditionnel : 30 % dans la confection, 18 % dans le travail du bois et 11 % dans le bâtiment : ainsi, Théophile Braun, né à Berlin, célibataire âgé de trente ans, menuisier, arrive de Karlsruhe ; il travaille et vit à Strasbourg trois ans durant97 ; Ostwald Burcklé98 né à Triberg, tourneur, vit huit ans à Strasbourg avant de gagner Paris. Mais 5 % d’entre eux sont aussi simples journaliers non qualifiés.

  • 99 Vol. 90 p. 222 ; vol. 91p. 483. Il y côtoie Adolphe Biermann de Mannheim et Daniel Bauer d’Ulm qui (...)

65D’autres viennent apprendre et la langue française et le commerce : Ferdinand Bader, de Fribourg en Bade, « étudie » à Strasbourg dès l’âge de seize ans. A-t-il apprécié la ville ? Toujours est-il qu’il est, à plusieurs reprises, pour une année, commis négociant chez Saum, faisant la navette entre Fribourg et Strasbourg entre 18 et 25 ans99.

  • 100 Vol. 79 p. 134.
  • 101 Vol. 80 p. 137.
  • 102 Catherine Bloch vient de Suisse en 1830, elle est embauchée comme servante ; ses espoirs sont déçus (...)
  • 103 Vol. 79 p. 154, 180, 181.
  • 104 Vol. 84 p. 315, 560.

66Des jeunes femmes viennent surtout d’Allemagne et de Suisse, elles espèrent apprendre le français, les bonnes manières de la ville, peut-être aussi trouver un mari et comptent en tout cas se constituer un pécule ; les deux tiers d’entre elles sont servantes, les autres ouvrières en linge. Catherine Bauer100 et sa sœur viennent ensemble de Pirmasens, elles sont toutes deux servantes pendant sept ans avant de rentrer chez elles ; Françoise Bertrand101, à l’âge de vingt ans, vient seule depuis Saint Aubin en Suisse, et cinq ans plus tard, elle laisse sa place à sa jeune sœur. D’autres ont un parcours plus tourmenté102 ; Marguerite Bauer103 croyait avoir trouvé un mari en la personne d’un voisin, A. Buttner, natif de Rostock, tanneur, venu de Dresde : tous deux partent pour Karlsruhe après un séjour de quatre ans à Strasbourg ; on l’y retrouve un an plus tard seule, et à nouveau servante. Françoise Brikin104, célibataire vient de Liège en 1819, elle est servante jusqu’en 1826, date à laquelle elle quitte la ville pour tenter sa chance à Paris ; de retour quatre mois plus tard, elle quitte à nouveau la ville en 1829 pour Bourg en Bresse, « Bourré en Brest » (sic).

  • 105 C’est le cas de Anne Pfister, veuve Bommer, venue de Suisse avec son époux, qui y retourne trois an (...)
  • 106 Vol. 90 p. 172, vol. 53 p. 264.

67Des veuves préfèrent aussi retourner dans leur pays après le décès de leur époux105 : Charlotte Wehrlé épouse Bonn106 arrive d’Allemagne en 1811 avec son époux et deux enfants ; veuve, elle tente de survivre pendant un an comme journalière, mais elle « quitte la ville » en 1818.

Les Français « de l’intérieur »

68Des Français « de l’intérieur » viennent faire une étape de quelques années, ils sont 35 % à y vivre entre deux et dix ans. Ils arrivent jeunes à Strasbourg, plus de la moitié d’entre eux est âgée de 18 à 26 ans, les femmes sont aussi nombreuses que les hommes. Ils présentent un autre profil professionnel que celui des jeunes étrangers, plus contrasté et diversifié : on trouve parmi eux à la fois davantage de travailleurs non qualifiés, journaliers, soit 15 %, militaires qui ne sont pas tous des gradés, soit 11 %, et des personnes très qualifiées, administrateurs, soit 3 %, médecins et professeurs, soit 2 %.

  • 107 Vol. 79 p. 20, vol. 91 p. 598.
  • 108 Vol. 79 p. 328. A. Lainé, veuve Bizé, quitte Auxonne à l’âge de soixante ans avec sa fille « femme (...)

69Les femmes obligées de gagner leur vie sont, elles, toujours ou servantes ou bien ouvrières en linge. Agathe Bailly107, née dans les Vosges, arrive d’Épinal en 1814 ; à l’âge de vingt-cinq ans, elle est servante « chez Lung, épicier dans l’immeuble » ; elle retourne « dans ses foyers » en 1820. Marguerite Blot108, lingère âgée de trente ans, est venue de Metz en 1821 avec sa sœur ; elles y retournent trois ans plus tard.

  • 109 Vol. 46 p. 273 ; vol. 48 p. 741, 744, 747.
  • 110 Vol. 48 p. 554 ; vol. 89 p. 167, 290, 324.

70D’autres, arrivés célibataires, se marient à Strasbourg, y vivent quelques années et repartent en famille. César Brule109 est ouvrier imprimeur célibataire ; parisien de naissance, il arrive à l’âge de vingt-sept ans à Strasbourg, il y épouse une jeune fille née à Sélestat comme plus tard ses trois enfants ; on les retrouve à nouveau à Strasbourg en 1819 et en 1825, date à laquelle ils quittent la ville « partis sans déclaration ». Guillaume Brioude110, né à Tourniac en Charente, s’installe à Strasbourg en 1826 comme marchand de parapluies ; à l’âge de vingt-cinq ans, il épouse une voisine strasbourgeoise ; on les suit pendant quatre ans dans la ville avant qu’ils ne la quittent pour « l’intérieur ».

  • 111 Antoine Boitel né à Verdun, caissier des Contributions indirectes, est muté en 1816 à Strasbourg d’ (...)
  • 112 Vol. 89 p. 136. À peine plus longue, celle de son collègue Baudoin natif de Chartres ; en 1816 il p (...)
  • 113 Vol. 91 p. 360.

71Certains font étape à Strasbourg au cours d’une carrière dans l’administration militaire ou civile111. M. Blanchot est « employé de douane » ; venu de Paris sa ville natale, il arrive accompagné d’une épouse née à Troyes comme sa fille aînée du reste ; son fils, lui, est né à Bischwiller en 1816 ; l’étape strasbourgeoise de la carrière du chef de famille dure six ans, de 1826 à 1832112. Le lieutenant Pierre Noèl113, s’installe à Strasbourg en juin 1826 venant de Lille, sa ville natale ; un an plus tard, il y repart, puis en revient pour épouser en 1828 une badoise d’Offenbourg, vivant à Strasbourg depuis vingt ans ; lorsqu’il meurt en 1831, sa veuve reste un an sur place puis change de quartier, toujours à Strasbourg.

  • 114 Vol. 48 p. 33, 628 ; vol. 61 p. 384.

72Quelques-uns viennent vivre à Strasbourg pour des raisons d’ordre familial, mais ils sont une minorité ; c’est le cas de G. Froidecourt veuve Nicolas114, parisienne et rentière, arrivée en 1825 pour vivre avec sa fille, son gendre et ses petits-enfants ; la cohabitation cesse en 1833, Madame veuve et mère retourne à Paris.

73Pour les hommes, la durée de l’étape dans la ville peut s’expliquer par le choix d’une épouse : presque trois épouses sur quatre sont nées en Alsace, dont une sur quatre est née à Strasbourg.

Les natifs d’Alsace

74Parmi les migrants, natifs d’Alsace, un tiers vit à Strasbourg entre deux et cinq ans. Comme les autres migrants, ils sont jeunes, 60 % d’entre eux ont entre dix-huit et trente ans. Contrairement aux deux autres groupes, les femmes sont majoritaires, soit 55 %. Les métiers exercés présentent donc un éventail légèrement différent des précédents. Viennent en tête les activités de services aux particuliers, soit 38 %, assurées uniquement par des femmes ; puis loin derrière, la confection occupe 14 % d’entre eux, dont les couturières et les ouvrières en linge représentent à peine 5 %, enfin les métiers exclusivement masculins de l’artisanat traditionnel, bâtiment, menuiserie, production alimentaire ou textile, en occupent 15 % et le commerce n’en fait vivre que 2 %. Tous viennent à Strasbourg pour trouver un travail ; 80 % d’entre eux sont célibataires, trois ménages sur quatre ne comptent qu’une personne et presque un sur deux de ces migrants loge chez l’employeur : c’est le cas des femmes dans cette situation, deux sur trois.

  • 115 Pauline Bloch de Zellwiller retrouve son village natal après un séjour de même durée : vol. 84 p. 3 (...)
  • 116 Vol. 91 p. 528, 532.

75Les jeunes servantes venues des villages alsaciens sont nombreuses ; après quelques années de service, certaines partent plus loin, d’autres rentrent chez elles115. Madeleine Bucher116 a tout juste vingt ans quand elle vient aider son frère dans une situation difficile : ce dernier, fabricant de chandelles, veuf chargé de trois enfants, s’est remarié ; mais la marâtre a rendu son tablier au bout de trois mois. Madeleine tient le ménage de son frère aîné quatre ans durant, avant de s’en retourner à Turckheim, son village natal. La solidarité familiale a-t-elle des limites ou bien est-elle rentrée pour se marier, on peut se poser la question.

  • 117 Jacques Bauer, né à Dorlisheim, vient de Besançon ; à vingt ans, il est ouvrier saucissier ; trois (...)
  • 118 Vol. 84 p. 351. François Naegel est compagnon boulanger ; venu d’Andlau à l’âge de dix-huit ans, il (...)
  • 119 Vol. 90 p. 398 ; vol. 85 p. 468.
  • 120 Vol. 91 p. 70.

76De jeunes hommes célibataires nés en Alsace font aussi leur « tour », l’étape de Strasbourg est alors souvent la plus longue117. Antoine Brunner118 de Huningue est compagnon perruquier : il vit à Strasbourg cinq ans durant avant de partir pour Paris. Nicolas Bayard, ouvrier tailleur né à Haguenau, fait de même : Strasbourg constitue deux étapes de trois ans chacune, séparées par un séjour de deux ans à Colmar, il a entre dix-huit et vingt-six ans ; ensuite il part « je ne saizou119 » (sic). Certains y fondent aussi une famille ; Frédéric Bernheim120, né à Kembs, Haut-Rhin, arrive en 1818 à Strasbourg, il est mégissier ; il épouse alors Sara Lanzenberg, fille d’un négociant maroquinier strasbourgeois. Le jeune ménage habite chez les parents de la mariée. Tous deux partent pour la capitale en 1824 ; le mari « a quitté la ville sans autorisation en janvier 1824 », son épouse demande « un passeport pour Paris en juin 1824 » pour le rejoindre avec le bébé, né un an plus tôt.

  • 121 Vol. 90 p. 414.
  • 122 Vol. 89 p. 419.

77Plus rares, certes, sont les familles déjà constituées avant l’installation à Strasbourg. Elisabeth Belin née Henri121, native de Sélestat, et son époux « employé des Contributions indirectes » arrivent en 1823 ; la ville ne leur plaît-elle pas ? L’époux est-il muté ? Toujours est-il que le couple est « parti sans déclaration » en 1827. Georges Berein122, né à Klingenthal, Bas-Rhin, est commis négociant et à ce titre il est souvent en voyage. Arrivé en 1826 à Strasbourg avec sa famille, il organise leur départ pour Saint-Pétersbourg en 1831 : les deux aînés âgés de douze et sept ans sont envoyés à Paris, nous ignorons s’ils sont en pension ou chez des parents ; l’épouse et le benjamin l’accompagnent en Russie.

78Strasbourg accueille donc, on le voit, des groupes de migrants variés non seulement du point de vue de leur provenance géographique mais aussi dans leur manière de vivre, selon des temporalités propres.

79À leur arrivée à Strasbourg, ils sont majoritairement célibataires, les hommes étrangers et les jeunes filles alsaciennes en proportion plus élevée. L’espace n’est pas maîtrisé de façon identique selon le « genre » des migrants : la mobilité féminine est restreinte à la province, voire à l’arrondissement ; les femmes sont aussi plus nombreuses à être des villageoises. Les activités professionnelles se répartissent aussi selon le « genre », les migrants n’échappent pas à cette règle : les hommes exercent tous les métiers, les migrantes obligées de travailler sont ouvrières en linge ou servantes.

80La ville accueille tous les migrants, qualifiés ou non, elle ne fait pas de tri mais sait utiliser toutes les ressources.

81Chaque groupe de migrants a ses particularités. Les étrangers sont davantage des hommes célibataires, ils restent le moins longtemps, jeunesse et culture du « tour » expliquent cette forte mobilité. Les migrants nés en Alsace sont surtout des jeunes femmes non qualifiées et de jeunes hommes qui apprennent un métier traditionnel ou sont démobilisés. Rappelons que les familles regroupant parents et enfants représentent à peine 10 % d’entre eux. Leur étape est plus longue que celle des célibataires.

82Enfin, les Français venus « de l’intérieur » ont un profil encore différent ; ils arrivent plus souvent en famille, les femmes sont alors aussi nombreuses que les hommes, les activités sont plus contrastées : les hommes sont soit non qualifiés soit ils exercent les métiers de l’armée, de l’administration, du commerce qui assurent l’aisance : les femmes de ce groupe sont pour cette raison les plus nombreuses à ne pas exercer d’activité professionnelle.

83Au-delà de ces différences, tous prolongent leur séjour dans la ville s’ils épousent une Alsacienne voire une Strasbourgeoise. On arrive à Strasbourg pour des raisons professionnelles, on y séjourne plus longtemps quand travail et vie familiale se conjuguent. Pourtant on en repart : jeunesse et culture du « tour », déroulement d’une carrière, ont leur rôle dans ce départ.

D. Les migrants « adoptés » et intégrés

1. Une vie en famille après un mariage alsacien

84Strasbourg accueille majoritairement des célibataires, elle adopte et insère majoritairement des familles.

85Presque tous les habitants nés hors de Strasbourg, qui y séjournent plus de dix ans, qu’ils soient étrangers, Français nés ou non en Alsace, habitent la ville en famille. Les Français venus de « l’intérieur » sont en famille dans presque 80 % des situations, dont 17 % de couples, 44 % de parents avec de jeunes enfants, 13 % avec des enfants jeunes adultes et 5 % réunissant trois générations. Les deux tiers des étrangers vivent soit en couple, 20 %, soit avec de jeunes enfants, 46 %, ou réunissent trois générations sous le même toit, soit 4 %. Enfin, les habitants nés en Alsace sont les moins nombreux à vivre en famille, même s’ils restent majoritaires, soit 53 % d’entre eux : peu de couples sans enfants ou avec enfants jeunes adultes, soit 5 %, un tiers sont des couples avec jeunes enfants mais les ménages réunissant trois générations sont les plus nombreux des trois groupes, soit 7 %. Les solitaires y sont les plus nombreux des trois groupes de migrants : ceci s’explique par l’importante proportion de femmes qui compose ce groupe, soit 61 %, trois célibataires sur quatre sont des femmes ainsi que quatre veufs sur cinq. D’autre part les servantes vivent le plus souvent chez l’employeur, or les natives d’Alsace en forment le gros bataillon, à peine une Française de « l’intérieur » sur cinq, une étrangère sur trois mais une native d’Alsace sur deux.

  • 123 Constatations confirmées dans l’introduction de l’étude de F. Uberfill, « Le choix du conjoint dans (...)
  • 124 Les femmes y sont sur-représentées, soit 61 %, elles vivent davantage en solitaire, célibataires et (...)

86Les migrants, d’où qu’ils viennent et qui demeurent plus de dix ans sur place ont épousé une native d’Alsace dans plus de deux cas sur trois : les Français ont épousé une Strasbourgeoise dans un cas sur deux, les étrangers dans un cas sur trois123. Ainsi s’explique la proportion de ménages de migrants qui, à Strasbourg, rassemblent trois générations sous le même toit. Au surplus, il est logique que ces personnes soient plus âgées puisque nous les suivons tout au long d’un cycle de vie à Strasbourg. Le déséquilibre par « genre » s’est également atténué sauf pour le groupe des natifs d’Alsace124.

2. Vie professionnelle et familiale se conjuguent pour favoriser l’intégration

87Vivre en famille est donc la caractéristique commune à presque tous les migrants qui séjournent plus de dix ans dans la ville. Peut-on alors faire la part entre la vie professionnelle et la vie familiale pour expliquer leur insertion ? Ces deux facteurs jouent-ils de la même manière selon l’origine géographique des migrants ? Examinons, groupe par groupe, les situations de ceux qui quittent la ville et de ceux qui y restent pour formuler une réponse.

Le cas des Alsaciens

  • 125 Vol. 79 p. 143.
  • 126 Vol. 90 p. 191.

88Des familles, dont les parents sont nés en Alsace, font leur vie dans la ville. Le patriarche de la tribu Bumsel125, né à Hagenthal, Haut-Rhin, s’installe à Strasbourg à l’âge de quarante ans ; les deux aînés naissent à Hagenthal, les suivants à Strasbourg. Il fait une carrière de marchand, établit ses enfants dans la ville où il meurt en 1821, il y a vécu trente ans. L’un de ses fils, Samuel, y naît, y passe son enfance et épouse une Strasbourgeoise ; les affaires conduisent le jeune couple à vivre cinq ans à Colmar, où un enfant est né. De retour à Strasbourg, le chef de famille demande à y fixer sa résidence principale : « venant de Colmar est autorisé par le maire à fixer derechef son domicile ici »126.

  • 127 Vol. 90 p. 148, 185.

89Le négociant et juge de paix J. B. Ballet127, né à Châtenois, Bas-Rhin, fait le même choix : « étranger dans la ville, admis à domicile, juge de paix d’Oberhausbergen, se réserve son domicile légal à Strasbourg » ; il cohabite avec deux sœurs dont l’une est veuve, et deux neveux, depuis 1802, date de son installation pour trente ans, la dernière mention les concernant dans le registre signale le départ des neveux, l’un pour Metz, l’autre pour Paris.

  • 128 Vol. 79 p. 59.
  • 129 On constate le même processus pour Philippe Baumgartner qui vient de Mulhouse ; âgé de trente ans, (...)

90De modestes artisans, nés en Alsace, s’installent à Strasbourg où ils sont arrivés jeunes, à l’occasion du « Tour ». Frédéric Bautzenberger128 (menuisier de Kirchheim, Bas-Rhin) arrive en ville en 1800, à l’âge de vingt ans ; il s’y marie avec une Strasbourgeoise ; une fois veuf, il emménage chez son fils strasbourgeois ; on apprend que depuis 1832, il est « admis », il est alors âgé de cinquante-deux ans ; la dernière trace connue date de 1838129.

  • 130 Vol. 90 p. 404.
  • 131 Son collègue François Burglin, Haut-Rhinois, et son épouse née à Sélestat, arrivent en 1821 venant (...)
  • 132 Vol. 35 p. 505 ; vol. 37 p. 305.
  • 133 Catherine Bayer est née à Barr, elle vit à Strasbourg depuis 1760 ; elle y meurt en 1839, entourée (...)

91Théodore Boeckel130 est arrivé dans la ville en âge d’être lycéen ; il suit son père, pasteur de Gertwiller nommé à Strasbourg ; il y fait ses études de médecine, épouse une strasbourgeoise et fonde une dynastie de médecins131. À Strasbourg, demeurent aussi des veuves, la solidarité familiale les retient en ville. Thérèse Bourdot-Eisenbach132 est née à Plobsheim, elle arrive à Strasbourg en 1780, âgée de douze ans ; on l’y trouve encore soixante ans plus tard, veuve et journalière, vivant avec ses filles dans l’immeuble où loge également son fils marié133.

Les étrangers restent dans la ville si leurs enfants s’y insèrent

92Des étrangers choisissent également de rester dans la ville et d’y séjourner plus de dix ans.

93Des familles modestes font un long séjour dans la ville, il en est qui repartent, il s’agit alors de familles dont les jeunes enfants accompagnent leurs parents.

  • 134 Vol. 79 p. 324.
  • 135 Vol. 79 p. 336 ; vol. 90 p. 729. Théophile Blatt est chapelier, époux d’une sage-femme née en Bade (...)

94Mathieu Bollong134, né à Trèves en 1775, est serrurier ; arrivé en 1803 venant de Bâle, il rencontre à Strasbourg Salomé Adam, née à Bouxwiller, et strasbourgeoise depuis une dizaine d’années ; trois enfants naissent à Strasbourg. En 1823, la famille quitte la ville pour Bâle, en revient en 1825 puis la quitte à nouveau en 1828 pour Paris135.

  • 136 Vol. 35 p. 76.

95Marie Meyer136, bâloise, épouse un Strasbourgeois, M. Burckhard tonnelier brasseur, à l’âge de trente-deux ans. Veuve six ans plus tard, elle demeure avec sa belle-mère et ne quitte la ville pour Bâle qu’en 1832 après le décès de cette dernière : elle n’a plus d’attache familiale dans la ville.

96A contrario, d’autres familles tout aussi modestes choisissent de rester à Strasbourg, les liens les unissant à des enfants nés en ville et qui y font leur vie, les y retiennent.

  • 137 Vol. 79 p. 395.
  • 138 Anne Baldweg née Metzger est arrivée de Bavière en 1782, à l’âge de vingt ans ; ses trois enfants s (...)

97Jean Becker137, né en Thuringe en 1758, arrive en ville vingt ans plus tard en tant que cordonnier. Il y épouse Salomé Mathis, Strasbourgeoise, dont il a cinq enfants entre 1792 et 1804 ; il meurt en 1826, sa veuve partage alors le logement avec sa fille et un petit-fils138.

  • 139 Vol. 79 p. 263, 374 ; vol. 46 p. 292 ; vol. 61 p. 298 ; vol. 37 p. 639, 888 ; vol. 89 p. 219 ; vol. (...)

98On croise Ignace Brettinger139, ouvrier tailleur né à Wuerzburg, arrivé en 1791 à l’âge de vingt-huit ans ; il a trois enfants d’un premier mariage avec une Strasbourgeoise et deux autres de sa seconde épouse, elle aussi strasbourgeoise ; il héberge parfois fille et petit-fils, son itinéraire intra-urbain est riche en étapes, on le suit dans la ville jusqu’en 1827.

  • 140 Vol. 89 p. 514. Le même parcours caractérise les orfèvres Deetjen voir l’étude des familles tranqui (...)

99D’autres artisans sont plus prospères. J. Bergmann140, né à Warburg, maître étainier, arrive en 1802 ; de son union avec une Strasbourgeoise naissent trois fils : l’aîné travaille avec son père, épouse une Strasbourgeoise et reprend l’atelier en 1830 ; le cadet est commis négociant, le benjamin théologien ; entre 1834 et 1837, ils accueillent un jeune cousin, né en 1812 à Warburg et venu faire son apprentissage de potier d’étain. Deux générations installées dans la ville, père et fils ont chacun épousé une Strasbourgeoise.

  • 141 M. Benoît, quincaillier natif de Bruxelles, arrive de Francfort en 1814 à l’âge de dix-huit ans ; i (...)

100Des marchands s’installent dans la ville, y font leurs affaires, y établissent leurs enfants141.

  • 142 Vol. 79 p. 250.

101Georges Burcklé142 arrive de Fribourg en 1783, il a tout juste dix-sept ans ; on le retrouve époux d’une Strasbourgeoise Louise Jardel, il est alors marchand. Sept enfants naissent entre 1798 et 1811, le couple cohabite avec une sœur de l’épouse, veuve, loueuse de carrosses. En 1824, l’aîné Louis, professeur, quitte Strasbourg pour Stuttgart, Georges commis négociant se rend à Paris, et Martin, tonnelier âgé de vingt ans fait son service militaire comme cuirassier ; deux filles plus jeunes restent au foyer. L’époux meurt en 1829 à l’âge de soixante-trois ans, sa veuve demeure au no 6 rue de la Demi-Lune, au centre de la ville, avec certains des enfants.

  • 143 Vol. 79 p. 174 ; Strassenverzeichnis no 91.
  • 144 Vol. 46 p. 298 ; vol. 48 p. 477.

102Charles Buchetti143 est milanais, il arrive en 1800, épouse Elisabeth Oberlin née à Fegersheim, Bas-Rhin ; marchand, il est installé au cœur de la ville, rue du Vieux Seigle, il est en outre propriétaire de locaux professionnels rue des Dominicains ; son fils prend sa succession, il a déménagé les locaux professionnels Grand’Rue où il dispose de deux étages ; une fois son père veuf, il l’invite à partager son appartement. Charles Bucherer144, de Lahr, fait lui aussi fortune à Strasbourg. Il arrive en 1803, il est alors tonnelier à l’âge de dix-huit ans ; il s’installe comme marchand de vins au no 28 rue des Veaux en 1807, il épouse la Strasbourgeoise Ch. Lung, quatre enfants naissent avant 1814. En 1815, il accueille son jeune frère Daniel pour lui apprendre le métier, ce dernier l’assiste jusqu’en 1828 date à laquelle il décède ; Charles habite l’immeuble dont il est propriétaire encore en 1840, un de ses fils, marchand de vin lui aussi, y occupe un appartement.

  • 145 Voir chapitre « Chemins croisés », étude de la rue des Veaux et des ses « enracinés », p. 229, et p (...)

103Trois exemples de réussite sociale incontestable, une insertion manifeste dans la ville qui se traduit par un domicile au cœur de la ville, ils sont tous trois « enracinés »145.

  • 146 Vol. 91 p. 547.
  • 147 Vol. 91 p. 603.

104Ces étrangers qui tous séjournent en famille plus de dix ans dans la ville sont de conditions diverses. Le choix d’une épouse strasbourgeoise semble décisif pour faciliter l’insertion dans la ville et les enfants qui y sont nés s’y établissent à leur tour ; parfois même ils demandent explicitement à acquérir la nationalité française : citons Chrétien Biehler146, farinier né à Lahr, qui épouse à Strasbourg Madeleine Ebel née à Barr ; cinq enfants naissent à Strasbourg entre 1820 et 1830, le chef de famille est « admis à domicile » en 1824. Son fils aîné, Jean, meunier comme son père chez qui il habite, fait en 1842 « déclaration pour acquérir la qualité de Français147 ». Pas de doute, l’insertion est alors réussie.

Des Français « de l’intérieur » adoptent la ville en famille

105Des Français venus d’autres régions que l’Alsace s’insèrent également dans la société urbaine strasbourgeoise. Rappelons qu’il se trouve parmi eux très peu de célibataires et de solitaires, les trois quarts d’entre eux vivent en famille, avec de jeunes enfants, soit 44 % des ménages, ou des enfants adultes, soit 13 % des ménages, ou alors rassemblent trois générations, soit 5 %, quand ils ne vivent pas en couple, soit 13 %. Les caractéristiques déjà établies à propos des migrants vivant moins de dix ans à Strasbourg, sont renforcées chez ceux qui séjournent plus longtemps dans la ville. Plus d’un chef de famille sur deux a épousé une Strasbourgeoise, et les deux tiers en tout cas une épouse née en Alsace. Le profil professionnel de ces Français de l’« ancienne France » installés dans la ville est un peu différent du profil de ceux dont l’étape à Strasbourg est plus courte. On trouve, parmi les chefs de famille dont l’étape est la plus longue, moins de journaliers, soit 12 %, autant de militaires, soit 10 %, et d’administrateurs, soit 3 %, mais davantage de commerçants, soit 8 %, deux femmes sur trois ne déclarent pas de profession.

  • 148 Jean Berneron est venu en 1795, à l’âge de vingt ans, de Goulier dans l’Ariège ; domestique et jour (...)
  • 149 Vol. 46 p. 280 ; vol. 48 p. 450.
  • 150 Vol. 48 p. 65, 103, 155.

106Parmi les chefs de famille exerçant des métiers non qualifiés ou les modestes ouvriers artisans, nombreux sont ceux qui ont découvert la ville au moment des guerres révolutionnaires et napoléoniennes, entre 1792 et 1805 ; revenus de campagne, ils sont restés dans la ville et y ont fondé une famille148. Etienne Bouvret149 est né à Auxonne en 1770 ; venu à Strasbourg en 1792, il épouse Charlotte Grévillot de Neuviller, Bas-Rhin ; il est alors domestique, logé au no 19 rue des Veaux jusqu’à son décès en 1831 ; son fils adoptif, commis négociant, prend alors en charge sa mère veuve. J. B. Brémant150 de Charenton arrive à Strasbourg en 1798, à l’âge de vingt ans ; « venant de l’armée », il épouse six ans plus tard Angélique Pauly de Molsheim ; on suit son installation dans la ville : cuisinier, il devient traiteur puis restaurateur ; retraité, il rassemble après 1830 trois générations sous son toit, 10 place du Temple Neuf.

  • 151 Vol. 79 p. 162.

107Ceux qui quittent la ville n’ont personne pour les y retenir ; Joseph Balème151, venant du Maine et Loire, arrive à Strasbourg en 1792. On le retrouve journalier, ayant épousé Elisabeth Gsell, née à Saverne et vivant dans la ville depuis 1785 ; une fille naît en 1815 ; devenu veuf en 1822, et n’ayant plus d’attache dans la ville, il retourne dans son village natal.

  • 152 Antoine Bailly, officier né à Tournus, arrive à Strasbourg en 1802 avec son épouse née à Phalsbourg (...)
  • 153 Vol. 48 p. 341. Étienne Nicollet, capitaine natif de Valréas, revient à Strasbourg en 1813, y retro (...)
  • 154 Vol. 61 p. 8.
  • 155 Vol. 90 p. 230. C’est aussi le cas de François Bourguignon qui termine sa carrière à Strasbourg : n (...)

108Le destin militaire de la ville, renforcé par les guerres révolutionnaires et impériales, explique que les militaires de carrière152 constituent 11 % des chefs de ménage venus de l’« ancienne France ». Antoine Brissez153, officier né à Saint-Omer, Pas-de-Calais, arrive, lui, en 1797 à l’âge de trente ans, il épouse Marguerite Bayer, strasbourgeoise ; on les retrouve au no 6 rue du Faisan de 1812 à 1837, date du décès de l’officier. Félix Badoux154, né à Sarrebourg, suit le même parcours : officier, il arrive en 1806, épouse Sophie Zabern de la tribu des bateliers, et meurt en 1823. D’autres prennent leur retraite ailleurs qu’à Strasbourg, après y avoir fait carrière. Dans leur cas, ils n’ont plus d’attache dans la ville. Ainsi Victor Bémierre, officier supérieur né à Versailles en 1783 ; a épousé la strasbourgeoise Virginie Stumpf, fille d’un greffier propriétaire au no 8 rue des Serruriers ; leurs enfants sont nés à Nîmes en 1822 et 1823 ; de retour à Strasbourg en 1830 avec sa famille, Victor déclare alors être « major retraité », ils emménagent chez ses beaux-parents. En 1844, le major marie sa fille qui part vivre à Estavayer, sur les rives du lac de Neuchâtel en Suisse ; ses parents l’y rejoignent quelques semaines plus tard, après le décès des grands-parents Stumpf. Plus rien ne les retient à Strasbourg155.

  • 156 Jean Béné, émouleur, est savoyard natif de Thonon. Il a seize ans à sa venue à Strasbourg en 1810. (...)

109Des ouvriers artisans ont découvert la ville à l’occasion de leur tour ; ils y choisissent une épouse et s’installent alors dans la ville156.

  • 157 Vol. 46 p. 76, 316 ; vol. 84 p. 123. Jean Biéchu est sellier, parisien de naissance, il arrive en 1 (...)
  • 158 Vol. 79 p. 207 ; vol. 36 p. 30 ; vol. 90 p. 648.

110Jean Bacq157, parisien de naissance est ciseleur ; il est embauché en 1781 comme graveur à la Fonderie, on suit son itinéraire dans la ville jusqu’en 1841 ; veuf d’une épouse strasbourgeoise, il vit alors avec deux filles et un fils adultes. Antoine Brion a tout juste quatorze ans lorsqu’il arrive de Thionville pour un apprentissage de marqueur158 ; en 1820 il est déclaré « parti ». Il revient en 1823, épouse Dorothée Kuhn, strasbourgeoise, il est alors « limonadier ». Il demande à être « admis », demande satisfaite en 1828, année de naissance de son aîné ; la dernière mention du registre signale la naissance d’un fils Étienne en 1837. Exemple particulièrement net de promotion sociale et d’insertion dans la société strasbourgeoise.

  • 159 Vol. 80 p. 312, 393, 438.
  • 160 Rien n’assure qu’il en est de même des exemples suivants : Jacques Berger, lyonnais, et son épouse (...)
  • 161 Vol. 89 p. 794.

111Des commerçants s’installent, leurs affaires prospèrent. Alexandre Beauvais159, né à Cambrai, arrive en 1813 à l’âge de trente-deux ans, il est colporteur ; il épouse une Strasbourgeoise, Anne Schneider, puis se déclare commissionnaire enfin fabricant de cols, belle promotion160. Samuel Bloch161 déclare être strasbourgeois « ab infans » (sic) ; né à Fénétrange, Moselle, il a dix ans à son arrivée ; en 1812, il épouse Sara Cerf de Niedernai, Bas-Rhin. Issu d’une famille de négociants installés à Strasbourg, il est lui-même « négociant et prêteur de monnaie ». Veuf en 1835, entouré d’enfants et d’une parentèle nombreuse, il ne quitte pas la ville.

  • 162 Jean Briffault, né à Besançon est avoué ; époux d’une Messine, il arrive en 1817, le couple est acc (...)
  • 163 Vol. 48 p. 406.
  • 164 Vol. 46 p. 432.
  • 165 Vol. 45 p. 370.
  • 166 Vol. 90 p. 393, voir carte d’itinéraire intra-urbain p. xxxi.

112On croise enfin dans les registres des administrateurs ou hommes de loi qui font une carrière strasbourgeoise longue162. Certains quittent la ville, poursuivre ailleurs leur carrière. Au fil des pages, on rencontre Pierre Doré163, ingénieur des Ponts et Chaussées, que sa carrière conduit à Strasbourg ; venu d’Épinal, ville natale de son fils aîné, accompagné de son épouse née à Paris, il s’installe en 1832, deux mois avant la naissance de Gustave ; la famille loge rue des Veaux de 1832 à 1843, date à laquelle le chef de famille est muté à Bourg en Bresse. En revanche, d’autres s’y installent définitivement. Jacques Bégel164, né à Dommartin, Meurthe-et-Moselle, arrive depuis Saint-Dié en 1793. Il est alors « employé de préfecture », il termine sa carrière en 1820 comme « chef de bureau ». Son fils Ignace165 est né en 1790 à Remiremont, Vosges ; une fois ingénieur géographe, il épouse en 1818 Elisabeth Zeiss, strasbourgeoise, un premier enfant naît en 1819. Les trois générations cohabitent. Enfin, Pierre Burguburu166 termine à Strasbourg une carrière d’« Inspecteur de la Monnaie » ; né à Tardets près de Pau, il arrive en 1799, à l’âge de quarante-six ans ; il épouse Frédérique Staedel, strasbourgeoise de vingt ans sa cadette, leur fils Sébastien naît à Strasbourg en 1801. Veuf et retraité en 1832, Pierre accueille sous son toit son fils, « licencié en droit et propriétaire », sa belle-fille et des petits-enfants nés entre 1833 et 1836.

Conclusion : Un brassage dynamique de population

113Modestes, riches ou influents, tous ces hommes sont devenus Strasbourgeois en conjuguant une carrière professionnelle et un mariage avec une épouse native d’Alsace ou de Strasbourg. Leurs enfants s’y installent à leur tour. Le processus est le même, qu’ils soient Français venus d’Alsace, d’autres régions du pays ou encore étrangers, d’autant que l’étranger est souvent le voisin : les différences linguistiques, culturelles, alimentaires, religieuses existent certes mais ne sont pas « exotiques » ; la proximité favorise l’insertion. Ils ont souvent découvert la ville à l’occasion de la guerre ; mais ce sont le travail, le mariage et l’enracinement d’une famille qui permettent à la ville non seulement d’accueillir mais encore d’insérer ceux qui n’y sont pas nés. Ce processus renouvelle ainsi la population, l’enrichissant de toutes les facultés et ressources des migrants, qualifiés ou non, et cela dans le temps d’une ou deux générations ; cette dynamique est d’autant plus forte que la ville accueille en majorité des jeunes gens. Strasbourg « brasse des célibataires et gagne des mariés ».

114Bien sûr, ceux qu’elle accueille quelques années seulement, comme ceux qu’elle retient plus longtemps sont une petite minorité des migrants qui transitent par la ville : plus de la moitié d’entre eux, d’où qu’ils viennent, ont quitté la ville au bout de cinq ans ; le fait se vérifie à Strasbourg comme ailleurs dans d’autres villes. Ceux que l’on suit quelques années, voire davantage, forment la pointe émergée de l’iceberg ; il n’en demeure pas moins qu'elle donne la mesure de la partie immergée, moins bien connue.

  • 167 J. H. Jackson Jr „ Migration and urbanization in the Ruhr Valley, 1821-1914, op. cit. Il montre qu’ (...)

115Sous les apparences d’une ville assoupie, Strasbourg bruit d’un mouvement toujours recommencé, précédant sans aucune ambiguïté l’ère de l’industrialisation ; cette observation confirme les conclusions tirées d’études menées pour d’autres régions167 : les migrations ont précédé l’ère industrielle, elles sont de même nature, elles inspirent la même méfiance, seule change l’amplitude du phénomène. Du début à la fin du xixe siècle, le turn-over constaté à Strasbourg est important ; l’évolution du solde migratoire ne le laisse pas soupçonner : entre 1810 et 1840 la population strasbourgeoise augmente lentement, cette faible croissance est trompeuse puisqu’elle masque l’énorme brassage de population constaté, les migrants constituant la moitié de notre échantillon.

  • 168 47 % des migrants ont un séjour inférieur à un an à Strasbourg pendant la période 1871-1911, mais à (...)

116Le rythme de ce constant renouvellement est lui aussi masqué ; il est plus vif au début du siècle qu’à la fin, puisque trois migrants sur quatre séjournent au plus un an dans la ville entre 1800 et 1840, dont la moitié moins de six mois168. La géographie des villes d’où viennent et où partent les migrants indique que les bassins démographiques de Strasbourg restent identiques du Premier Empire à la fin du Second : l’Alsace, certes, tient la première place en tant que vivier régional, mais Paris, la capitale, s’affiche en tête des villes, suivie de celles qui bordent le Rhin, Colmar, Bâle, Cologne, puis de Nancy et Metz plus à l’ouest. Cette constante confirme le rôle d’interface que joue continûment Strasbourg entre francité et germanité, au carrefour de l’Europe.

Notes

1 D. Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l'utilité des voyages, Fayard, 2003.

2 Citons simplement des exemples proches et récents : E. François (dir.), Immigration et société urbaine en Europe occidentale xvie-xixe siècles, Paris, 1984. Le numéro « Mobilités », AESC 1990-6, en particulier N. L. Green, « Histoire comparative et études migratoires », p. 1333-1343. B. Vogler (dir.), Les migrations de l’Antiquité à nos jours, Presses universitaires de Strasbourg, 1996 ; D. Menjot, J. L. Pinol (dir.), Les immigrants et la ville : insertion, intégration, discrimination xiie-xxe siècles, L’Harmattan, Paris, 1996.

3 F. J. Hahn et J. L. Pinol, « Les mobilités d’une grande ville : Strasbourg, 1870-1940 », art. cité.

4 G. M. Walker, German home towns, community, State and general estate, 1648-1871, op. cit.

5 S. Herry, Une ville en mutation : Strasbourg au tournant du Grand Siècle, op. cit.

6 « Privilégiés » : Français « régnicoles », officiers du roi civils et militaires, noblesse française, clergé catholique, souvent bourgeois d’une ville de France, ils sont dispensés de le devenir à Strasbourg, simple étape dans leur carrière.
« Manants » : habitants qui ont le droit d’habiter et de travailler dans la ville comme salarié ; ce droit s’achète, il est héréditaire. Sous la pression des migrants, le Magistrat est contraint de créer une « manance temporaire » gratuite destinée aux plus humbles.

7 D. Roche (dir.), La ville promise. Mobilité et accueil à Paris…, op. cit.

8 La mise en place de cette législation à Strasbourg est précisée dans le chapitre « Une source peu étudiée », supra p. 17.

9 Il semble qu’il y ait quelques exceptions : Pauline Boudhors est née à Mons en Belgique en 1806, elle arrive à Strasbourg en 1833, en observation on lit « fille strasbourgeoise », elle est parente de Grégoire, architecte de la ville, et son frère est employé au cadastre ; ni l’un ni l’autre n’ont de carte de sûreté : vol. 89 p. 592. En revanche J. B. Ballet, négociant né à Châtenois, Bas-Rhin, est qualifié d’« étranger à la ville », il demande à y être « admis à domicile » : vol. 90 p. 148.

10 Une ordonnance d’avril 1808 rappelle l’usage obligatoire de papier timbré.

11 « Passeport pour Anspach sous la conduite du père le 15 août 1840 », vol. 90 p. 370 ; Rosine Buckenmeyer « sa carte de sûreté se trouvait dans les mains de M. Zeissloff » : vol. 91 p. 316 ; la veuve Buchel « partie lors du blocus ; rentrée avec un certificat de bonne conduite du maire de Barr le 2 juillet 1814 » : vol. 35 p. 487.

12 Voir le Tableau des principales lacunes trouvées dans les déclarations, supra p. 84.

13 Vol. 91 p. 375.

14 Vol. 90 p. 835.

15 Nous réservons le qualificatif d’étranger à tout individu né hors du territoire français, et non aux personnes nées hors du ban de la ville.

16 M. Oris, « La transition de la mobilité au xixe siècle. L’expérience de Huy/Meuse entre 1847 et 1900 », art. cité. Ch. Piette, B. M. Ratcliffe, « Les migrants et la ville : un nouveau regard sur le Paris de la première moitié du xixe siècle », ADH, 1993, p. 263-302. S. Pasleau, « L’immigration des travailleurs à Seraing durant la seconde moitié du xixe siècle », art. cité. C. Desama, J. A. Dikinson, Y. Landry, S. Pasleau, « Les chemins de la migration en Belgique et au Québec du xviie au xviiie siècle », ADH, 1996, compte rendu O. Faron ; D. Roche (dir.), La ville promise. Mobilité et accueil à Paris…, op. cit.

17 Voir la Carte des lieux de naissance des migrants pour le Bas-Rhin et le Haut-Rhin, infra p. 154.

18 Voir la Carte de l’effectif des villes d'Alsace en 1841, supra p. 54.

19 Rappelons que les variations des frontières de la France entre 1792 et 1815 ont conduit à définir le territoire national selon les décisions du Congrès de Vienne, les frontières sont stables pendant la période de notre étude.

20 Effectifs des étrangers déclarés à Strasbourg : Allemands, 761 ; Suisses, 73 ; Italiens, 34 ; Autrichiens, 18 ; Russes, 10 ; Belges, 10 ; Polonais, 10 ; Anglais, 8 ; Néerlandais, 7 ; Brésiliens, 2 ; Danois, 2 ; Hongrois, 2 ; Portugais, 2 ; Tchèques, 2 ; Roumain, 1.

21 Proportions à corréler avec celle du nombre de femmes dans chacun de ces groupes : les femmes sont souvent mieux « surveillées » par les autorités.

22 Vol. 79 p. 79.

23 Vol. 36 p. 367.

24 Georges Bouchain, né à Strasbourg, fourbisseur, déclare « sa femme est en couches chez sa mère à Molsheim » : vol. 35 p. 478.

25 Barbe GrafF, épouse Brust est née à Niederbronn en 1779 ; ses trois enfants y naissent, leur père, né à Oberkirch en Bade est charpentier : vol. 91 p. 435. Sophie Heid, épouse Bachmann, née à Bouxwiller en 1804 y donne naissance à Henri en 1826 ; le couple arrive à Strasbourg en 1830 : vol. 36 p. 30. Catherine Seemann, épouse Bolberith, est née à Wolfisheim en 1799, son époux en Valachie, les trois enfants naissent à Wolfisheim en 1822, 1824, 1826 ; l’époux installe sa famille à Strasbourg en 1827, il est alors employé d’octroi : vol. 36 p. 54. Anne Stinzi, épouse Braun, est née à Ribeauvillé en 1780 comme son aîné en 1807, sa fille à Colmar en 1810 ; la famille arrive à Strasbourg en 1821, l’époux est alors « conducteur du célérifère Paris-Strasbourg » ; où habitaient-ils entre Colmar en 1810 et Strasbourg en 1821 ? Vol. 36 p. 267.

26 Caractères mis en valeur dans les travaux cités dans ce chapitre, note 16.

27 Étude exhaustive, Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 74-75.

28 F. J. Hahn et J. L. Pinol, « Les mobilités d’une grande ville : Strasbourg, 1870-1940 », art. cité.

29 Ces expressions figurent dans les registres, la première est encore d’usage courant aujourd’hui.

30 Le turn-over important est constaté par tous les historiens. Le départ n’est pas forcément un échec, il s’inscrit dans une trajectoire personnelle qu’il faut étudier pour en comprendre les raisons. Geneviève Massard-Guilbaud indique que les Algériens de Lyon entre les deux guerres font l’aller retour à plusieurs reprises entre Lyon et l’Algérie ; d’autre part, leur mobilité résidentielle est élevée : voir « Processus d’intégration d’un groupe d’immigrés dans une grande ville française, 1920-1940 », dans D. Menjot, J. L. Pinol (dir.), Les immigrants et la ville : insertion, intégration, discrimination. xiie-xxe siècles, op. cit., p. 139-160.

31 Ceci explique que les durées de séjour de ce groupe soient très bien connues, la surveillance tatillonne s’exerçant particulièrement sur les femmes.

32 Ainsi que les désigne J. L. Pinol (op. cit.).

33 Vol. 90 p. 777.

34 Vol. 90 p. 778.

35 Fr. Baumann, vingt ans, natif du Wurtemberg, travaille lui aussi chez l’un des deux tailleurs d’avril à juillet 1833 avant de partir pour Karlsruhe vol. 90 p. 758.

36 Vol. 89 p. 714, 715.

37 Lui-même venu de Marseille en 1800, a fondé au no 5 Grand’Rue une dynastie de chapeliers dont le magasin existait encore en 1960.

38 Chrétien Bergmann arrive de Warburg, Allemagne, à l’âge de vingt-deux ans : il travaille trois ans chez son oncle « étainier » établi à Strasbourg, avant de partir pour Paris ; la longueur de son séjour à Strasbourg s’explique par le lien de parenté. En revanche, Henri Béthgé, venu de Bavière, ne reste qu’un mois chez le même patron avant de continuer vers Heidelberg : vol. 89 p. 515.

39 R. Lorenceau, Bâle de 1860 à 1920 : croissance et mobilités urbaines, thèse, Université F. Rabelais, Tours, 2001, p. 138 et sq.

40 On y rencontre aussi : J. Bigler, arrivé de Regensburg, Ratisbonne, en septembre 1819, il rejoint Karlsruhe en octobre 1819 et C. Brick, revenant de Paris, travaille à Strasbourg de mai à juillet 1819 et termine son tour en passant par Mulhouse : vol. 91 p. 254-257. André Boevadius, né à Riga, est tailleur de pierres ; à l’âge de vingt-deux ans, il loge huit mois place des Moulins, puis s’en va à Bâle : vol. 90 p. 651.

41 Vol. 89 p. 683.

42 Vol. 48 p. 446. Le turn-over constaté dans cette brasserie entre 1813 et 1843 est étudié dans l’étude de la rue des Veaux, chapitre « Chemins croisés », infra p. 224-232.

43 Vol. 89 p. 807.

44 J. Baltz venant de Hesse à l’âge de vingt-quatre ans reste trois mois et part pour Colmar accompagné par deux compatriotes : vol. 90 p. 631. On a déjà évoqué l’étude du livret de G. Andlauer, tanneur corroyeur né à Kogenheim ; au cours du « tour » qui le mène de Strasbourg à Saint-Dié puis à travers la Suisse et l’Autriche jusqu’aux portes de Cracovie, et le conduit au retour à travers l’Allemagne, il parcourt en trois ans bien des étapes ; il ne trouve pas à s’employer partout. Wissembourg est la dernière étape visée par la police, en 1823, il n’y passe pourtant qu’une nuit ; puis il séjourne et travaille trois semaines chez Ott, maître tanneur rue du Bain-aux-Plantes à Strasbourg avant de « rentrer dans ses foyers » : vol. 91 p. 54 et M. Andlauer et P. Schmidt, « L’ancien Fossé des Tanneurs à Erstein : un quartier riche en souvenirs », art. cité.

45 Vol. 90 p. 24.

46 L. Bechtold quitte Darmstadt à l’âge de quinze ans ; arrivé en 1818 il reste six mois et retourne « dans ses foyers ». G. Beck arrive d’Ulm à l’âge de seize ans en 1825, lui aussi reste six mois et continue son tour en direction de Bâle : vol. 90, p. 8. J. Bouchy, cuisinier venant de Metz travaille pendant deux mois au no 17 du même quai, à l’Hôtel de l’Esprit : vol. 90 p. 24, puis retourne « dans ses foyers » ; des sommeliers s’y succèdent : R. Breisacher vient de Karlsruhe et repart pour Fribourg un mois après ; Frédéric Bucherer, de Lahr, revient y travailler plusieurs fois, un mois en 1833, deux mois en 1834.

47 Vol. 89 p. 621.

48 Vol. 89 p. 667.

49 Vol. 89 p. 695.

50 Vol. 90 p. 152.

51 Vol. 90 p. 263.

52 Vol. 90 p. 682. On croise aussi J. Blessig domestique du comte de Reichsberg, étudiant en philosophie à l’âge de quarante ans ; nés tous deux à Regensburg, ils séjournent dans la ville de novembre 1822 à mars 1823, avant de retourner « dans leurs foyers », vol. 90 p. 23.

53 S. J. Hoffmann, Le théâtre à Strasbourg, 1870-1918. La vie culturelle et les contraintes politiques dans une société hétérogène, mémoire de maîtrise, Strasbourg, Université Marc-Bloch, CRHV, 1996 ; l’introduction résume la vie théâtrale au début du siècle. Y. Barabinot, Les bals strasbourgeois 1800-1870, mémoire de maîtrise, Strasbourg, Université Marc-Bloch, CRHV, 1995.

54 Vol. 84 p. 148.

55 Vol. 46 p. 44.

56 Vol. 89 p. 683.

57 Vol. 84 p. 76.

58 Arrivent-elles en ville sans avoir un emploi assuré, donc un logement ?

59 Vol. 89 p. 648.

60 Vol. 89 p. 622.

61 Vol. 90 p. 319.

62 Vol. 89 p. 694.

63 Vol. 89 p. 722.

64 Le chef de famille est né à Spa, son épouse à Brunswick ; les deux aînés à Amsterdam entre 1813 et 1817, le troisième à Bruxelles en 1819, le dernier à Saint-Pétersbourg en 1828 ; avant d’être « rentier » fut-il marchand ? Il voyage en famille et occupe dans le centre-ville deux domiciles : vol. 90 p. 436.

65 Vol. 84 p. 269.

66 Vol. 89 p. 370.

67 Vol. 89 p. 732.

68 Vol. 89 p. 746.

69 Vol. 90 p. 695.

70 Vol. 80 p. 102.

71 Vol. 90 p. 838.

72 Vol. 90 p. 860.

73 On comptabilise les départs déclarés, la destination est précisée le plus souvent à l’occasion d’une demande de passeport, soit 183, et le retour déclaré le plus souvent lors de l’entrée dans le domicile avec parfois l’indication de la provenance, soit 190.

74 Martin Burcklé fait un service de trois ans comme brigadier cuirassier et revient chez ses parents en 1827 : vol. 79 p. 250 ; tout comme Antoine Blanchard « parti, enrôlé » en 1818, revenu d’Avignon en 1824 :vol.91 p. 707 ; ou encore J. P. Burgstaller revenu de Cadix en 1824, démobilisé « porteur d’un congé définitif » : vol. 61 p. 107.

75 Vol. 91 p. 275.

76 Vol. 91 p. 94.

77 Vol. 80 p. 326.

78 Virginie Bienert, du haut de ses vingt-trois ans, tente sa chance à Paris, et Marguerite Nickler Bay, femme séparée, confie son fils de trois ans à sa mère veuve pour être « femme de confiance » en 1825, à Paris également.

79 J. Fr. Bobbéde retour de Haguenauen 1822 à l’âge de vingt ans, repart en 1823 chez un autre patron, peignier à Francfort : vol. 79 p. 22. Le serrurier J. B. Buck revient de Genève à l’âge de dix-neuf ans : vol. 90 p. 608 ; l’imprimeur J. Boechette revient de Berlin au même âge : vol. 36 p. 352.

80 Vol. 89 p. 510.

81 Vol. 79 p. 223.

82 Georges Burcklé, Vol. 79 p. 250, a vingt ans quand il part à Paris pour un an comme Gustave Bergmann : vol. 89 p. 514, 515, commis, qui demande en 1836 un passeport pour Rouen et en revient un an plus tard. Emile Bruckner, part en voyage à plusieurs reprises ; à l’âge de vingt ans, il se déclare « négociant », part en 1824 à Munich pour un an ; six ans plus tard, il séjourne à Berne durant six mois : vol. 89 p. 347. Antoine Bizanello : vol. 89 p. 182, s’en va à Lyon en mai 1829 puis à nouveau en novembre 1836 et part enfin pour la Suisse en 1840.

83 Vol. 89 p. 514.

84 Vol. 91 p. 652.

85 Vol. 90 p. 383 ; vol. 89 p. 801.

86 Vol. 89 p. 667.

87 Auguste Boersch est « parti pour l’Amérique » en 1835, à l’âge de vingt ans et après le décès de son père meunier : vol. 90 p. 661.

88 Vol. 89 p. 612, 722.

89 Vol. 79 p. 340 ; vol. 48 p. 329 ; vol. 80 p. 201.

90 Vol. 89 p. 682. Madame Bourlet-Perroux, veuve et rentière, rejoint Paris « avec sa femme de chambre » à cinquante-deux ans : vol. 84 p. 157.

91 Vol. 90 p. 28.

92 Vol. 80 p. 158.

93 Vol. 90 p. 217.

94 Vol. 37 p. 728.

95 Vol. 79 p. 8.

96 Le fait de devenir une ville frontière induit des mutations importantes, voir l’introduction et les communications dans D. Menjot (dir.), Les villes frontières, Moyen Âge Époque Moderne, L’Harmattan, Paris, 1996, p. 1-14.

97 Vol. 90 p. 271, 273. On croise encore]. Briegel, célibataire, tanneur ; il arrive d’Allemagne en 1821 et repart pour Paris en 1824 : vol. 85 p. 7. Balthus Besser, tonnelier né à Hessendorf, arrive de Waldkirch en Forêt Noire en 1816 ; il vit à Strasbourg jusqu’en 1821 : vol. 79 p. 213.

98 Vol. 79 p. 9.

99 Vol. 90 p. 222 ; vol. 91p. 483. Il y côtoie Adolphe Biermann de Mannheim et Daniel Bauer d’Ulm qui restent tous deux quatre ans chez le négociant Saum avant de repartir « pour leurs foyers » : vol. 90 p. 8. Michel Bonaldi, né à Francfort, arrive de Mayence à l’âge de quinze ans, il vit à Strasbourg pendant six ans comme aide apothicaire, avant de s’en retourner à Mayence : vol. 79 p. 179. Chrétien Behrlé, badois, commis négociant, loge « chez Simon, négociant dans l’immeuble », sept ans plus tard il part pour Lyon : vol. 90 p. 198.

100 Vol. 79 p. 134.

101 Vol. 80 p. 137.

102 Catherine Bloch vient de Suisse en 1830, elle est embauchée comme servante ; ses espoirs sont déçus : on apprend que « pauvre, [elle est] admise pour ses couches à l’hôpital » et repart chez elle en 1833 : vol. 90, p. 319.

103 Vol. 79 p. 154, 180, 181.

104 Vol. 84 p. 315, 560.

105 C’est le cas de Anne Pfister, veuve Bommer, venue de Suisse avec son époux, qui y retourne trois ans plus tard : vol. 79 p. 87. Barbe Thielen épouse Néry, née à Sulz/Neckar, arrive à Strasbourg en 1811 avec son époux capitaine ; une fois veuve, elle quitte la ville pour Wissembourg en 1819 : vol. 79 p. 306, 373.

106 Vol. 90 p. 172, vol. 53 p. 264.

107 Vol. 79 p. 20, vol. 91 p. 598.

108 Vol. 79 p. 328. A. Lainé, veuve Bizé, quitte Auxonne à l’âge de soixante ans avec sa fille « femme abandonnée » et ses deux petits enfants ; elles accompagnent un veuf dont elles tiennent le ménage ; cinq ans plus tard elles repartent pour Auxonne, probablement après le décès de leur employeur : vol. 90 p. 176. Le sort n’a pas souri à Barbe Berdriaux, née à Lunéville et arrivée à l’âge de vingt ans à Strasbourg ; elle quitte la ville au bout de cinq ans en 1810 ; elle y revient en 1827, elle accompagne alors sa fille, « femme abandonnée » chargée de trois enfants nés à Lixheim, et servante afin de subvenir aux besoin de tous ; en 1831 tout le monde quitte la ville : vol. 46 p. 247 ; vol. 84 p. 319 ; vol. 91 p. 109.

109 Vol. 46 p. 273 ; vol. 48 p. 741, 744, 747.

110 Vol. 48 p. 554 ; vol. 89 p. 167, 290, 324.

111 Antoine Boitel né à Verdun, caissier des Contributions indirectes, est muté en 1816 à Strasbourg d’où il repart pour Besançon en 1820 : vol. 80 p. 217.

112 Vol. 89 p. 136. À peine plus longue, celle de son collègue Baudoin natif de Chartres ; en 1816 il prend ses fonctions à Strasbourg, accompagné d’une épouse née à Lunéville ; leurs trois enfants naissent dans la ville que tout le monde quitte en 1823, on ignore leur destination : vol. 79 p. 100.

113 Vol. 91 p. 360.

114 Vol. 48 p. 33, 628 ; vol. 61 p. 384.

115 Pauline Bloch de Zellwiller retrouve son village natal après un séjour de même durée : vol. 84 p. 350, 480, tout comme A. Marie Bilger de Hangenbieten : vol. 90 p. 860 et Marie Bordhauser de Barr : vol. 84 p. 299. Joséphine Ballade de Haguenau n’en a pas le temps : elle meurt chez son employeur, l'« avocat Weiss dans l’immeuble », trois ans après son arrivée : vol. 90 p. 168. Quant à Marie Berthollet de Sélestat, embauchée comme servante à l’âge de vingt-deux ans elle est « renvoyée dans ses foyers » quatre ans plus tard comme « fille publique » : vol. 90 p. 838.

116 Vol. 91 p. 528, 532.

117 Jacques Bauer, né à Dorlisheim, vient de Besançon ; à vingt ans, il est ouvrier saucissier ; trois ans plus tard, il retourne à Besançon, dans la marge, on lit « parti » : vol. 84 p. 423. Sébastien Boos « fabricant de chandelles » arrive de Bouxwiller en 1824 à l’âge de vingt ans ; il retourne chez lui trois ans plus tard, mais revient en 1827 pour deux ans ; on le retrouve enfin dans la ville époux d’une jeune strasbourgeoise, en 1835 : vol. 91 p. 708, 810 ; vol. 37 p. 441.

118 Vol. 84 p. 351. François Naegel est compagnon boulanger ; venu d’Andlau à l’âge de dix-huit ans, il apprivoise la ville et le métier pendant quatre années avant de reprendre la route pour Nancy : vol. 80 p. 84.

119 Vol. 90 p. 398 ; vol. 85 p. 468.

120 Vol. 91 p. 70.

121 Vol. 90 p. 414.

122 Vol. 89 p. 419.

123 Constatations confirmées dans l’introduction de l’étude de F. Uberfill, « Le choix du conjoint dans la société allemande du Reichsland : le cas de Strasbourg 1871-1914 », dans G. Brunet, A. Fauve-Chamoux, M. ORIS, Le choix du conjoint, Programme PPSH, « Les Chemins de la Recherche », Lyon, 1998, p. 93-106.

124 Les femmes y sont sur-représentées, soit 61 %, elles vivent davantage en solitaire, célibataires et veuves, nous venons de le dire.

125 Vol. 79 p. 143.

126 Vol. 90 p. 191.

127 Vol. 90 p. 148, 185.

128 Vol. 79 p. 59.

129 On constate le même processus pour Philippe Baumgartner qui vient de Mulhouse ; âgé de trente ans, il est graveur sur bois ; neuf ans après son arrivée, il épouse une Strasbourgeoise et passe vingt-neuf ans dans la ville jusqu’à son décès : vol. 79 p. 169. Léonard Burckel, lui, est né à Obernai, il vient travailler à Strasbourg à l’âge de dix-huit ans en tant qu’ouvrier tailleur ; il y vit de 1763 à 1821, il a épousé une jeune fille née à Vendenheim, situé à 11 kilomètres à l’ouest de Strasbourg ; une fois veuve, elle déloge chez ses enfants jusqu’en 1825, date de sa mort : vol. 79 p. 250 ; vol. 48 p. 338.

130 Vol. 90 p. 404.

131 Son collègue François Burglin, Haut-Rhinois, et son épouse née à Sélestat, arrivent en 1821 venant de Paris ; il est jeune « médecin cantonal » ; il vit encore à Strasbourg vingt ans plus tard, il y marie sa fille, note en marge du registre : vol. 90 p. 284. Quant à Jean Blandin, la trentaine passée, il arrive de Monswiller avec son épouse en 1800 ; il déclare être « employé » ; tous deux vivent plus de trente-huit ans dans la ville ; veuf, il s’installe chez ses enfants strasbourgeois : vol. 48 p. 152, 162 ; vol. 91 p. 220.

132 Vol. 35 p. 505 ; vol. 37 p. 305.

133 Catherine Bayer est née à Barr, elle vit à Strasbourg depuis 1760 ; elle y meurt en 1839, entourée d’une sœur, veuve elle aussi, et d’une nièce célibataire née à Strasbourg en 1800 : trois femmes seules qui ont vécu dans la ville la plus grande partie de leur vie. Vol. 48 p. 388, 389.0n rencontre aussi des servantes, natives d’Alsace, qu’un long séjour dans la ville ne protège pas pour autant d’un renvoi, leur départ est alors involontaire : Elisabeth Bormann, née à Sélestat, vient à Strasbourg en 1811 âgée de trente ans ; elle reste vingt ans dans une place dont elle est renvoyée en 1839 « renvoyée dans ses foyers pour infidélité » à l’âge de soixante ans : vol. 90, p. 292.

134 Vol. 79 p. 324.

135 Vol. 79 p. 336 ; vol. 90 p. 729. Théophile Blatt est chapelier, époux d’une sage-femme née en Bade comme lui ; le couple s’installe dans la ville où naissent quatre enfants entre 1803 et 1819 ; vingt ans après leur installation, toute la famille s’en va à Seltz, dans le nord de l’Alsace.

136 Vol. 35 p. 76.

137 Vol. 79 p. 395.

138 Anne Baldweg née Metzger est arrivée de Bavière en 1782, à l’âge de vingt ans ; ses trois enfants sont nés à Strasbourg ; « femme séparée », elle vit encore avec eux en 1825 : sa fille Anne ne déclare pas de profession, l’aîné Paul est militaire et Jean le benjamin est « menuisier seul », il a vraisemblablement sa mère et sa sœur à sa charge puisqu’il paie une patente de 20 F pour une valeur locative de 50 F en 1832, Strassenverzeichnis no 91.

139 Vol. 79 p. 263, 374 ; vol. 46 p. 292 ; vol. 61 p. 298 ; vol. 37 p. 639, 888 ; vol. 89 p. 219 ; vol. 90 p. 609 ; vol. 91 p. 548 ; et carte d’itinéraire intra-urbain p. XXIX L’expérience de Zacharie Bœuf est la même : charpentier né à Karlsruhe et arrivé en 1810 à l’âge de vingt et un an, il épouse une jeune fille de Bouxwiller, strasbourgeoise « ab infans » ; ses enfants naissent dans la ville ; veuf en 1825, il se remarie et demeure dans la ville où sa mobilité intra-urbaine est forte : vol. 46 p. 402 ; vol. 89 p. 141, 285, voir carte d’itinéraire intra-urbain p. xxvii. Enfin, voici Daniel Buch imprimeur né à Idstein en Bade comme son épouse Barbe née à Offenburg ; le couple s’installe en ville en 1799, la trentaine dépassée, venant de Paris où un enfant est né en 1798 ; trois autres naissent après 1802. On les suit dans la ville jusqu’au décès de l’épouse en 1835 et celui du chef de famille en 1839 : les enfants obtiennent un « certificat d’indigence pour succession » mais ils ne quittent pas la ville : vol. 46 p. 323 ; vol. 91 p. 596.

140 Vol. 89 p. 514. Le même parcours caractérise les orfèvres Deetjen voir l’étude des familles tranquilles dans le chapitre « Chemins croisés » p. 211.

141 M. Benoît, quincaillier natif de Bruxelles, arrive de Francfort en 1814 à l’âge de dix-huit ans ; il épouse une Strasbourgeoise, deux enfants naissent ; en 1822, il tente une installation à Paris mais revient et demande à être « admis à domicile » en 1824 : vol. 80 p. 482 ; vol. 90 p. 829.

142 Vol. 79 p. 250.

143 Vol. 79 p. 174 ; Strassenverzeichnis no 91.

144 Vol. 46 p. 298 ; vol. 48 p. 477.

145 Voir chapitre « Chemins croisés », étude de la rue des Veaux et des ses « enracinés », p. 229, et p. XVI.

146 Vol. 91 p. 547.

147 Vol. 91 p. 603.

148 Jean Berneron est venu en 1795, à l’âge de vingt ans, de Goulier dans l’Ariège ; domestique et journalier il est à nouveau enrôlé en 1808 et meurt en 1820 ; sa veuve strasbourgeoise se remarie dans la ville : vol. 46 p. 87. Jean Boivre né en Charente Maritime : vol. 48 p. 632 ; Lazare Boulet, Louis Bosviel nés dans la Seine : vol. 90 p. 120 ; tous ont été enrôlés dans les armées ; revenus à la vie civile, ils gagnent leur vie comme journaliers, épousent une native d’Alsace rencontrée à Strasbourg et y demeurent.

149 Vol. 46 p. 280 ; vol. 48 p. 450.

150 Vol. 48 p. 65, 103, 155.

151 Vol. 79 p. 162.

152 Antoine Bailly, officier né à Tournus, arrive à Strasbourg en 1802 avec son épouse née à Phalsbourg, ville de garnison. Ses enfants sont nés dans la ville entre 1804 et 1820 ; revenu à la vie civile, il est contremaître en 1819 à la Manufacture de Tabacs jusqu’à son décès en 1825 : vol. 79 p. 425 ; vol. 48 p. 314, 363. Jean Neyrat, né à Lyon en 1774, arrive à Strasbourg en 1810, il est alors « inspecteur des habits militaires » ; son épouse G. Delaroche est lyonnaise comme ses enfants nés en 1796 et 1806. La famille est strasbourgeoise jusqu’en 1823 au moins, on perd ensuite leur trace ; vol. 80 p. 472.

153 Vol. 48 p. 341. Étienne Nicollet, capitaine natif de Valréas, revient à Strasbourg en 1813, y retrouve son épouse et coule quinze ans durant une paisible retraite dans la ville : vol. 90 p. 520.

154 Vol. 61 p. 8.

155 Vol. 90 p. 230. C’est aussi le cas de François Bourguignon qui termine sa carrière à Strasbourg : né à Pont-en-Royans dans l’Isère et époux d’une lyonnaise Dorothée Legray, il arrive à Strasbourg en 1814 comme « officier de santé ». Retraité et veuf en 1833, sans enfants, il quitte la ville sans déclarer sa destination : vol. 45 p. 553 ; vol. 90 p. 332.

156 Jean Béné, émouleur, est savoyard natif de Thonon. Il a seize ans à sa venue à Strasbourg en 1810. Il y épouse une jeune fille née à Wolxheim, Bas-Rhin, quatre enfants naissent entre 1816 et 1823, on suit leur trace dans la ville jusqu’en 1825 : vol. 79 p. 334, 460 ; vol. 90 p. 84. J. Baptiste Nicollet, né à Valenciennes, arrive ainsi à Strasbourg à l’âge de quatorze ans ; on l’y retrouve encore en 1834 « peintre en miniatures », rassemblant trois générations sous son toit : vol. 45 p. 416.

157 Vol. 46 p. 76, 316 ; vol. 84 p. 123. Jean Biéchu est sellier, parisien de naissance, il arrive en 1802 à l’âge de vingt-quatre ans ; il y demeure encore en 1815, époux d’une Strasbourgeoise et père de famille : vol. 79 p. 302.

158 Vol. 79 p. 207 ; vol. 36 p. 30 ; vol. 90 p. 648.

159 Vol. 80 p. 312, 393, 438.

160 Rien n’assure qu’il en est de même des exemples suivants : Jacques Berger, lyonnais, et son épouse bordelaise arrivent à Strasbourg en 1790, il est « marchand » ; le couple parcourt la France puisqu’une fille est née à Besançon en 1789, une autre à Amiens en 1790 ; les cinq autres enfants sont strasbourgeois. La famille vit dans la ville jusqu’en 1819, année où les parents décèdent : vol. 46 p. 96 ; vol. 48 p. 261. Pierre Brulbaut est, lui aussi, lyonnais, marchand et rentier ; arrivé à Strasbourg en 1780, il épouse Catherine Jacobin, colmarienne, arrivée dans la ville en 1788. Il meurt strasbourgeois en 1821, sa veuve demeure dans le logement : vol. 45 p. 525.

161 Vol. 89 p. 794.

162 Jean Briffault, né à Besançon est avoué ; époux d’une Messine, il arrive en 1817, le couple est accompagné d’un neveu élève au Collège Royal ; Jean Briffault meurt en 1839, après un séjour de vingt-deux ans dans la ville : vol. 45 p. 470. Pierre Bonzeron, né dans la Meuse, gérant de Recette Générale, prend ses fonctions à Strasbourg en 1831 ; ses aînés sont nés à Chalons sur Marne comme l’épouse, mais deux enfants naissent à Strasbourg, Pauline en 1832 et Florentine en 1841, ville où leur père poursuit sa carrière : vol. 48 p. 479. Voir l’étude de la rue des Veaux p. 229.

163 Vol. 48 p. 406.

164 Vol. 46 p. 432.

165 Vol. 45 p. 370.

166 Vol. 90 p. 393, voir carte d’itinéraire intra-urbain p. xxxi.

167 J. H. Jackson Jr „ Migration and urbanization in the Ruhr Valley, 1821-1914, op. cit. Il montre qu’à Duisburg, les taux annuels d’immigration et d’émigration sont de l’ordre de 7 % avant 1840.

168 47 % des migrants ont un séjour inférieur à un an à Strasbourg pendant la période 1871-1911, mais à Thionville la proportion se rapproche de la nôtre, 81 % des migrants entre 1883 et 1909 : F. J. Hahn et J. L. Pinol, « Les mobilités d’une grande ville : Strasbourg, 1870-1940 », art. cité, p. 204-205.

Table des illustrations

Titre Lieux de naissance des migrants hommes et femmes, Alsace et Allemagne (rayon de 130 km)
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12235/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Carte des lieux de naissance des migrants venus d’Allemagne, hommes et femmes
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12235/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Carte des lieux de naissance des migrants, tous déclarants, pour le Bas-Rhin
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12235/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Carte des lieux de naissance des migrants, tous déclarants, pour le Haut-Rhin
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12235/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Carte du premier domicile des étrangers dans la ville, 1803-1841
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12235/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search