Version classiqueVersion mobile

Strasbourg et strasbourgeois à la croisée des chemins

 | 
Marie-Noèl Hatt-Diener

Mobilités apparentes, reproduction fréquente des trajectoires professionnelles

Texte intégral

1La spécificité des registres domiciliaires est d’enregistrer les caractéristiques socioprofessionnelles des Strasbourgeois chaque fois qu’ils changent de domicile. Cette fréquence est très rare dans les sources ; excepté l’anagraphè milanais, les listes professionnelles élaborées ne peuvent être étudiées qu’à partir des actes de l’état civil. Nous avons respecté les « façons de dire » les occupations professionnelles et en avons dressé la liste.

A. Une mobilité trompeuse

1. Le « fouillis » des appellations professionnelles

2Si nous comparons notre liste à d’autres dressées ailleurs, à partir d’autres sources, à d’autres périodes, nous éprouvons peu de surprise face au « fouillis » des appellations.

  • 1 S. Cerutti, La ville et les métiers. Naissance d’un langage corporatif. Turin, xviie-xviiie siècles (...)

3Que ce soit la liste collectée à Turin par S. Cerutti pour le xviiie siècle ou celle présentée par G. Levi pour les xviiie et xixe siècles toujours à Turin, ou encore celle obtenue par O. Faron à partir de l’anagraphè de Milan, début du xixe siècle, ou enfin celle dressée par M. Gribaudi exploitant le corpus de l’enquête TRA de J. Dupâquier pour la France d’avant 1848, toutes ces listes égrènent les métiers plus ou moins qualifiés des villes préindustrielles et présentent l’extrême division et spécialisation du travail, caractères non contradictoires avec le flou du vocabulaire. Pour rester à Strasbourg, on observe une grande conformité avec les listes établies par N. Stoskopf et concernant la petite industrie1 et l’artisanat.

4Confronté à cette diversité et ces différenciations importantes, on peut opérer le classement des appellations par effectifs décroissants : toutes les listes révèlent qu’un nombre restreint d’appellations professionnelles concerne une part majoritaire de la population et qu’un grand nombre de professions ne sont exercées que par un faible nombre d’individus. Selon l’époque, la ville, la source, les appellations les plus fréquentes diffèrent mais non leur distribution.

  • 2 Il est nécessaire de procéder à ces deux classements car chaque personne a un nombre variable de dé (...)
  • 3 Servantes, 723 personnes soit 9 %, ouvrières, 297 soit 3,8 %, journaliers, 296 soit 3,7 %, journali (...)
  • 4 Cordonniers, 199 soit 2,5 %, couturières, 141 soit 1,8 %, tailleurs, 131 soit 1,7 %, menuisiers, 76 (...)
  • 5 Composé d’étudiants, 48 soit 0,6 %, de domestiques, 46 soit 0,58 %, de rentières, 50 soit 0,63 %, d (...)

5Nous avons classé les appellations par effectifs décroissants des déclarations et par effectifs décroissants des personnes déclarant telle appellation2. Que les deux classements présentent des similitudes n’a rien d’étonnant. Si l’on retient les appellations qui recensent au moins 0,5 %, soit des déclarants, soit des déclarations, on retrouve les mêmes activités presque dans le même ordre. C’est net pour les sept premières qui regroupent, soit des activités peu qualifiées3, soit les activités qualifiées de l’artisanat traditionnel mais peu rémunératrices4, enfin un groupe hétérogène5. Le nombre de déclarations, rappelons-le, est un indice de mobilité résidentielle : rien d’étonnant donc à trouver en tête de ce « palmarès » de mobilité les servantes et les domestiques logés chez leur patron, leur mobilité résidentielle est induite par les conditions de l’exercice du métier. Les étudiants eux aussi déménagent fréquemment, au rythme des vacances universitaires, selon les enseignements suivis ; ils rentrent dans leur famille, reviennent et se logent selon les occasions de sous-location. Les filles publiques multiplient les déclarations : elles exercent leur activité « en chambre », voisinent parfois avec des familles très respectables ; cependant on les trouve regroupées à quelques adresses pour des séjours de courte durée. La forte mobilité des rentières, quoique moindre, peut-elle avoir la même signification ? Ni l’âge, ni les motifs ne sont les mêmes que ceux des étudiants ou des prostituées !

  • 6 P. Bourdelais, « Le poids démographique des femmes seules en France », ADH, 1981 section A, p. 215- (...)

6Ces deux classements mêlent donc des situations très dissemblables, mais révèlent une première approche, même grossière, de la mobilité résidentielle : en moyenne on trouve un nombre de déclarations double de celui de l’ensemble des déclarants pour les dix professions venant en tête. On note aussi que les femmes sont dans le peloton de tête de cette première approche de la mobilité résidentielle : servantes, ouvrières, journalières, couturières, ménagères, nourrices ; elles sont plus nombreuses, (cela est observé dans la majorité des villes d’Europe occidentale, de France, et en France dans l’Est6) bien plus mobiles que bien des hommes et bien moins qualifiées. En effet, un quart des effectifs en tête des deux classements exerce des activités qui n’exigent pas de qualification.

7Ces listes révèlent aussi une grande dispersion professionnelle. Une seule appellation représente plus de 10 % des mentions : les servantes représentent 9 % des déclarants et leurs déclarations pèsent 11 % de l’ensemble. Ensuite viennent les journaliers, soit 3,7 % des déclarants et 4,6 % des déclarations ; il en est de même pour les ouvrières – soit 3,7 % des déclarantes et 4,2 % des déclarations. Cette forte dispersion, comparable à celle des autres listes évoquées plus haut, est le reflet de « façons de dire » et de pratiques professionnelles, que nous nous proposons d’étudier.

8Selon les cas, le rythme varie ainsi que la durée de la trace repérée à la lecture des registres. Nous pouvons alors étudier les changements de situation professionnelle tels que les Strasbourgeois les déclarent sur quelques années, dans l’immédiateté des situations.

9Rappelons que 3 376 personnes ne sont rencontrées qu’une seule fois ; nous n’avons d’elles qu’une photographie à une date donnée, nous ne pouvons donc pas étudier l’évolution de leur trajectoire professionnelle. Ceux des Strasbourgeois qui ont deux déclarations et plus ne changent pas tous de profession ; restent alors 1 264 personnes dont les appellations professionnelles présentent des variations. Cette diversité est limitée : 916 individus, soit 72,4 %, formulent deux appellations libellées de façon différente, 249, soit 19,7 %, trois variations ; au-delà, les effectifs diminuent très fortement : 80 personnes, soit 6,3 %, formulent quatre variations, puis 19 personnes, soit 1,5 %, plus de cinq. Les hommes sont, dans tous les cas, pour la majorité des classes, plus nombreux que les femmes alors que dans le corpus entier ils le sont moins. Ils présentent donc proportionnellement plus de changements d’appellations ; cela peut être interprété comme une marge de manœuvre plus grande face aux aléas professionnels.

2. Des variations plus apparentes que réelles

10Les variations des dénominations professionnelles correspondent-elles toujours à un changement d’activité ? Peut-on en déduire une typologie ? Il est des situations énonçant une mobilité seulement apparente, qu’une lecture attentive met facilement en évidence.

À l’examen, les déclarations expriment le plus souvent des précisions ou des synonymes

  • 7 Vol. 48 p. 240 ; vol. 46 p. 180.
  • 8 G. Beaujacques, officier ou capitaine : vol. 36 p. 100, vol. 84 p. 434. P. Baudet, officier ou capi (...)
  • 9 Vol. 90 p. 815 ; vol. 79 p. 87 ; vol. 91 p. 756.
  • 10 Vol. 79 p. 119 ; vol. 91 p. 478.
  • 11 Vol. 46 p. 76 ; vol. 45 p. 499.
  • 12 Vol. 46 p. 242 ; vol. 53 p. 268.
  • 13 Vol. 90 p. 239, 240.
  • 14 Vol. 48 p. 49, 345, 451.

11François Bittiger déclare être « domestique » puis « portier »7. Nombreux sont les officiers qui tantôt précisent leur grade tantôt se contentent du terme « officier »8 ; Barbe Bommer, couturière, précise à l’occasion « couturière en robes » ou « couturière en bonnets, patentée9 » ; François Burglin est, selon, « médecin » ou « docteur en médecine »10, J. B. Bacq « ciseleur » ou « graveur »11, J. Binder « boutonnier » ou « boutonnier vernisseur »12. C’est aussi le cas des nombreux employés qui tantôt se contentent d’une formulation générale tantôt citent le service auquel ils sont rattachés : Georges Brodbeck est tantôt « employé aux impôts » tantôt « contrôleur de la navigation sur la Moselle »13 ; M. Bauer est « employé de bureau » ou « employé aux Timbres »14.

  • 15 Vol. 45 p. 646, 575 ; vol. 36 p. 293.
  • 16 Vol. 48 p. 758 ; vol. 61 p. 357.
  • 17 Vol. 53 p. 490 ; vol. 90 p. 813.
  • 18 Vol. 46 p. 414 ; vol. 53 p. 415.
  • 19 Vol. 61 p. 371.
  • 20 Vol. 89 p. 521.

12Parfois, les déclarants formulent des variations correspondant seulement à l’usage de synonymes. Ainsi J. Brucker se dit, une fois « postillon » une autre « conducteur de diligence »15. J. B. Baron est « huissier » ou « porteur de contraintes »16, W. Bamberger est « employé de commerce », « teneur de livres » ou « commis négociant »17, J. Bertsch « valet de chambre » ou « domestique »18. Enfin, cas assez rare, une double activité simultanée est déclarée, J. J. Bossler déclare être « cordonnier et cantonnier »19. Pour la déclaration de L. Brucalazzi20, « étudiant en médecine et professeur de langues » à 46 ans, il est ajouté « pour payer ses études ».

  • 21 M. Muller, ministre du culte, et son épouse, épuisent trente servantes en six mois dont Madeleine B (...)

13Des variations trouvent aussi leur source dans l’interruption du contrat de travail ; l’intermittence du travail est subie comme la norme partout au xixe siècle, elle est systématique pour les activités les moins qualifiées et les moins considérées. Les servantes ont, au mieux, des contrats de trois mois... renouvelés ou non21 ; les journaliers sont souvent embauchés à la journée ou à la tâche. Aussi les expressions « sans état » ou « ex » pour les hommes, « sans condition » pour les femmes indiquent-elles une rupture dans la vie professionnelle : 9,3 % des hommes mais 32 % des femmes de l’échantillon sont ainsi concernés. Nous étudions plus loin cette forte différence selon le « genre ».

L’âge, bien sûr, constitue un facteur important de variations professionnelles

  • 22 Vol. 80 p. 229 ; vol. 36 p. 140.
  • 23 Vol. 46 p. 382 ; vol. 53 p. 107.
  • 24 Vol. 61 p. 255 ; vol. 37 p. 849.
  • 25 Vol. 46 p. 245 ; vol. 35 p. 231 ; vol. 89 p. 466.

14L’entrée dans le monde du travail a lieu vers l’âge de 15 ans pour les métiers manuels ou peu qualifiés, plus tard pour les métiers qui exigent des études : A. Blum étudiant en médecine à 17 ans, ouvre son cabinet à 25 ans22. Il est logique que les adolescents, apprentis de quatorze à seize ans, deviennent « ouvriers » ou « garçons » après l’âge de vingt ans : J. Buckenmeyer est « apprenti » puis « imprimeur ouvrier »23 ; Fr. Billaudet déclare être « apprenti » puis « commis négociant »24 ; Ch. Baer, « apprenti » puis « compagnon » est ensuite « sellier »25.

  • 26 Vol. 89 p. 537 ; vol. 84 p. 473.
  • 27 Vol. 46 p. 374 ; vol. 48 p. 28.
  • 28 Vol. 90 p. 56 ; vol. 48 p. 262.
  • 29 Vol. 90 p. 37 ; vol. 61 p. 136.
  • 30 Vol. 47 p. 151 ; vol. 36 p. 208.

15Les étudiants aussi, quelques années plus tard, exercent un métier : M. Boegler est instituteur26, M. Beck est professeur27, Ph. Burckel enseigne « les mathématiques à l’École Normale »28, Ch. Boissard est « pasteur au Collège Royal »29, J. G. Hatt est notaire30.

  • 31 Vol. 91 p. 802 ; vol. 37 p. 627.
  • 32 Vol. 84 p. 449 ; vol. 90 p. 909.
  • 33 Vol. 89 p. 602, 598.

16Les jeunes gens partis pour l’armée entre dix-huit et vingt-cinq ans déclarent être soldats puis, démobilisés « congédiés », cherchent un travail adapté à leur apprentissage initial : Ch. Bartholome est soldat puis tanneur31, Fr. Benacq soldat puis cordonnier32, J. B. Baudelet, meunier à seize ans fait son service ensuite33.

  • 34 Vol. 61 p. 52 ; vol. 48 p. 664.
  • 35 Vol. 53 p. 10 ; vol. 36 p. 30.
  • 36 Vol. 79 p. 78 ; vol. 89 p. 681.
  • 37 Vol. 46 p. 208 ; vol. 42 p. 370 ; vol. 48 p. 65.
  • 38 Vol. 45 p. 575, 631 ; vol. 48 p. 255.
  • 39 Vol. 79 p. 162, 223.

17L’âge joue également son rôle dans l’exercice du métier et le déroulement d’une « carrière » ; plus expérimenté, l’ouvrier, l’employé ou l’officier montent en grade : c’est le cas d’A. Nussbaum qui de simple batelier devient pilote34, le capitaine G. Braun termine sa carrière colonel35, J. M. Britsch boulanger accède à la maîtrise36, J. Brémant cuisinier devient traiteur puis restaurateur37, P. Nanni arrivé à Strasbourg en tant que musicien passe maître de musique puis professeur38, B. Blumenthal « commis négociant » est enfin négociant39.

C’est aussi l’âge qui explique le retrait de la vie professionnelle

  • 40 J. Bressle, « tonnelier ex » a soixante-dix-sept ans : vol. 48 p. 658. Ed. Berthollet est « pension (...)

18156 hommes de plus de 65 ans effectuent 237 déclarations, parmi celles-ci, 221 précisent l’exercice d’une profession ; 37 d’entre eux, soit 17 %, ajoutent les termes « retraité », « retiré », « ex », ce qui implique de toute évidence une vie professionnelle antérieure et une rupture ; il s’agit de militaires, gradés ou non, d’artisans et de commerçants, de personnel administratif40.

19Les autres qui ne précisent rien travaillent-ils encore ou indiquent-ils une activité antérieure ? Nous n’avons aucun moyen de le savoir. Ils seraient artisans soit 20 %, ouvriers artisans soit 40 %, journaliers soit 18,5 %, – être rentier n’est pas une profession.

  • 41 327 déclarations dont 108 avec l’indication d’une profession.

20181 femmes, de plus de 65 ans, n’utilisent jamais les termes de « retraité », « retiré », « ex », à croire qu’elles n’arrêtent jamais de travailler41 !

  • 42 Vol. 42 p. 308.

21Plus nombreuses que les hommes dans cet échantillon également, elles exercent des métiers moins qualifiés, 65 % d’entre elles sont journalières, servantes, gardes-malades, modistes, tricoteuses, laveuses ; rares sont les institutrices, les sages-femmes, les revendeuses, huit vieilles dames sont rentières ; les deux demoiselles Damisch sortent du lot, elles sont artistes peintres42. Nous retrouvons, parmi les déclarants âgés, une différence notable entre hommes et femmes.

  • 43 Vol. 46 p. 394.
  • 44 Vol. 61 p. 437.
  • 45 Vol. 48 p. 320.
  • 46 Vol. 79 p. 163.
  • 47 Vol. 89 p. 14.

22Nécessité faisant loi, il faut parfois continuer à travailler au-delà de cet âge. Nous trouvons 31 personnes dans ce cas, le plus souvent journaliers ou journalières. A. Berg, charpentier, trop vieux pour monter sur les charpentes, se contente d’être journalier après soixante-dix ans43, J. Ph. Burcklé, soldat « retiré » complète une maigre pension en devenant journalier44, J. J. Beller est encore cocher à soixante et onze ans45, Gertrude Bier46 journalière à soixante-douze ans ainsi qu’Elisabeth Bobbé née Acker47.

3. Le cycle de vie individuel et familial scande également la vie professionnelle des déclarants

23Nous avons déjà signalé que les femmes sont les plus nombreuses dans le corpus constitué. Elles sont en tête pour les activités, peu qualifiées, classées par ordre d’effectifs décroissants.

  • 48 Vol. 79 p. 291.
  • 49 Vol. 61 p. 534 ; vol. 45 p. 507.
  • 50 Vol. 84 p. 290 ; vol. 90 p. 568.
  • 51 Vol. 84 p. 100 ; vol. 37 p. 745.
  • 52 Vol. 91 p. 788 ; vol. 90 p. 778.
  • 53 Vol. 90 p. 798, 900.
  • 54 Vol. 90 p. 730.

24Une naissance illégitime provoque dans un premier temps la perte de l’emploi, c’est systématique pour les servantes que l’on retrouve « sans condition » ou sans profession déclarée quand elles sont désignées « filles-mères » ; dans un deuxième temps, l’activité professionnelle déclarée est déqualifiée par rapport à la précédente. M. Agathe Burcklé, couturière en atelier, est après ses couches « renvoyée après sa sortie de l’hôpital »48 ; Caroline Bader, « marchande de faïence », se retrouve « ouvrière » une fois fille-mère49 ; Catherine Buhler50, de même qu’Elisabeth Burger51 et Caroline Bussert52, servantes, perdent leur emploi, sont « sans condition » puis journalières ; la Manufacture des Tabacs renvoie pour les mêmes raisons Ursule Bohn53. L’anonymat de la ville permet à quelques campagnardes de se refaire une virginité : une fille de Morsbronn est venue accoucher à Strasbourg, et « repart pour ses foyers en juillet 1818 », l’employé compatissant note en observation : « NB à ne pas donner son nom à personne »54.

  • 55 Vol. 121 p. 299.
  • 56 A. Weiler, op. cit., p. 230.

25Le mariage est l’occasion d’échapper à cette condition, mais représente rarement une « promotion » : toutes n’ont pas la chance de Catherine Barbenès, servante, qui épouse un négociant allemand55 ou celle de Hanschen, servante badoise qui épouse l’oncle d’Amélie Weiler, à la grande indignation de la famille56. En règle générale, le mariage interrompt leur activité professionnelle.

  • 57 Barbe Bertat servante puis brodeuse, se marie et ne déclare plus de profession (vol. 42 p. 429 ; vo (...)
  • 58 Vol. 80 p. 299 ; vol. 53 p. 210 ; vol. 79 p. 196 ; vol. 48 p. 280.
  • 59 Vol. 35 p. 44.
  • 60 Vol. 48 p. 592.
  • 61 Vol. 65 p. 300.

26Une fois mariées, couturières et servantes ne déclarent plus de profession57, excepté quelques « nourrices » gardant des enfants chez elles : A. Marie Becky, célibataire et couturière, une fois mariée avec un tailleur, devient nourrice58, tout comme Dorothée Nagel59 épouse d’un ouvrier aux Tabacs, Marguerite Bittinger60 et Barbe Gaves61, épouses de journaliers : elles améliorent l’ordinaire en prenant un enfant en pension élevé avec les leurs.

  • 62 Moins de 25 ans : quatre personnes, de 25 à 30 ans : huit personnes, de 31 à 40 ans : dix personnes (...)
  • 63 Y. Kniebiehler, Histoire des mires. Du Moyen Âge à nos jours, Paris, Montalba, 1980.
  • 64 L. Tilly, J. W. Scott, Les femmes, le travail, la famille, Paris, Rivages, 1987.

27Nous rencontrons trente « nourrices » dans le corpus, vingt et une sont mariées, neuf sont veuves. Leur âge varie de dix-huit à plus de quarante ans62. Parmi leurs époux, on compte un maître boulanger, un officier retraité, dix ouvriers artisans et neuf journaliers. Être nourrice permet de concilier le maternage de ses propres enfants63 et la possibilité d’un gain modeste tout en restant au foyer ; vision idéale du travail des femmes mariées partagée par tous, époux, employeurs, hygiénistes, autorités, étudiée par les historiennes L. Tilly et J. W. Scott64.

  • 65 Vol. 80 p. 210.
  • 66 Vol. 79 p. 336.
  • 67 Vol. 91 p. 687.

28Les sages-femmes, toutes mariées ou veuves, cumulent une formation professionnelle et une expérience familiale : c’est le cas de Catherine Bieth « élève sage-femme »65, de Marguerite Pfeiffer « sage-femme »66 et de Madeleine Kleiner « sage-femme jurée »67.

  • 68 C. Brulbaut née Jacobin : vol. 45 p. 526 ; M. Th. Bury née Olry : vol. 48 p. 45.
  • 69 Vol. 89 p. 494.
  • 70 Vol. 61 p. 508.
  • 71 Vol. 46 p. 372.

29Enfin, la solitude contraint le plus souvent au travail. En cas de veuvage, toutes les femmes de condition modeste travaillent, qu’elles soient chargées de famille ou non. Rares sont celles qui se déclarent « rentières »68 ou qui continuent l’activité de leur époux ; Suzanne Friese, veuve, élève son fils Auguste et reprend la boutique de faïence69 que tenait son mari ; Madame Burger, veuve de brasseur, régente l’entreprise en attendant que ses deux fils prennent la succession, sa fille, attendant au foyer d’épouser un négociant70 ; parfois elles se remarient avec un collègue de l’époux. La solitude – célibat, veuvage ou séparation – pénalise les femmes dès qu'elles ne sont point héritières. Elisabeth Burckhard, dont « le mari est à l’armée », en 1811, est obligée de se placer comme gouvernante pour vivre71.

  • 72 Vol. 79 p. 397, 416 ; vol. 80 p. 46. Voir carte d’itinéraire intra-urbain p. xxv.

30Quoi qu’il en soit, elles sont le plus souvent cantonnées au monde domestique : entretien du linge, « ravaudeuse », « laveuse », « blanchisseuse » ou travaux de couture « lingère », « brodeuse », ou encore soins et service des enfants, des familles, des malades ; les plus instruites « enseignent les petits enfants » à l’instar de Madame veuve Besson née Voinard qui pourtant ne rechigne pas à coudre des robes afin d’améliorer l’ordinaire72.

31Jusque-là, on le voit, soit la mobilité professionnelle n’est qu’apparente, soit elle s’inscrit dans la logique du cycle de vie.

B. Le « marché du travail » organisé par genre

32L’étude des variations d’appellations professionnelles déclarées quelques années de suite met en lumière des trajectoires individuelles qui ne s’inscrivent ni dans la temporalité logique de l’âge ni dans celle du cycle familial ; elles témoignent davantage de l’adaptation heureuse ou malheureuse, au marché du travail. On peut y lire la proximité professionnelle, la promotion comme la régression.

33Pour les étudier, nous avons procédé en deux étapes. La première a consisté à étudier les formulations successives des déclarations professionnelles des 1 264 personnes concernées ; une lecture attentive ne prend sens que si l’on confronte leur succession chronologique avec l’âge et l’état civil des déclarants, nous venons de le voir.

  • 73 Analyse factorielle en composantes principales suivie d’une analyse hiérarchique ascendante par la (...)
  • 74 Soit 4 767 lignes-déclarations x 32 colonnes-variables
  • 75 Nous appellerons « parangon » une personne dont les situations sont exemplaires d’un groupe typolog (...)

34Pourtant la diversité des activités semble plus apparente que réelle. Aussi avons-nous entrepris une seconde démarche, statistique cette fois73. On agrège les appellations en 32 codes professionnels et on ne retient que les trajectoires individuelles indiquant au moins deux codes différents, ceci afin d’éliminer synonymes et précisions ; on obtient alors un échantillon de 953 personnes totalisant 4 767 situations. L’analyse du tableau de données obtenu74 esquisse un profil « moyen » de l’échantillon ; puis on dégage des groupes typologiques d’écart à cette moyenne, illustré chacun par une dizaine de parangons75. L’étude prosopographique de ces parangons permet alors de confronter la trajectoire professionnelle à tous les autres renseignements collectés à travers leurs déclarations et d’éclairer ainsi cette trajectoire.

35Cette analyse permet de montrer comment le « marché du travail » s’organise à Strasbourg, là aussi, selon le genre. Les femmes sont nombreuses dans le corpus alors qu’elles sont rares dans d’autres sources. À cette aubaine se rajoute celle de la fréquence de la déclaration professionnelle, peu rencontrée ailleurs. Nous avons donc l’occasion d’étudier, à une échelle statistique fine, les caractères du travail féminin dans une ville du début du xixe siècle. Ce faisant nous mettrons d’autant mieux en évidence les caractères du travail masculin.

1. Précarité professionnelle des femmes

  • 76 Profils typologiques des groupes, voir Thèse, vol. I p. 156-174 et annexe I p. 211-219.

36Le comportement le plus fréquent dessine une image atténuée des métiers des Strasbourgeois qui changent d’activité au cours d’une trajectoire reconstituée76 : 650 personnes soit 68 % de l’échantillon, sont regroupées selon un « profil » qui se dessine, pour tous les codes professionnels, à l’image du profil moyen, mais dont toutes les valeurs sont inférieures à celui-ci. On trouve des pics sur les critères suivants, par ordre décroissant : le nombre de codes professionnels différents par personne est de 2,25, inférieur à la moyenne 3, les métiers peu qualifiés et mal rémunérés, les métiers traditionnels et artisanaux.

37Les caractéristiques des parangons reflètent en les grossissant celles de l’ensemble des déclarants de ce groupe. Tous les âges sont représentés. Les femmes sont plus nombreuses que les hommes ; elles sont célibataires, séparées ou veuves, donc obligées de subvenir à leurs besoins. Les interruptions de travail ponctuent leurs trajectoires. En voici quelques-unes.

  • 77 Vol. 90 p. 330, 146.

38Caroline Bernhard est la fille d’un priseur juré chez qui elle vit même quand il est retraité ; à la mort du père, elle vit avec sa mère veuve ; elle gagne leur vie en cousant des robes, « ouvrière en robes », puis se retrouve « fille-mère », sans travail77.

  • 78 Vol. 35 p. 388 ; vol. 91 p. 474. Situations identiques pour deux autres veuves, sans enfants à char (...)

39Les veuves sont nombreuses. Salomé Roos, veuve Brickmann, vit avec trois enfants : une fille de 24 ans « sans condition », un fils de 14 ans et une fillette de 11 ans. À 45 ans elle est journalière ; on la retrouve seule à 61 ans, ouvrière78.

  • 79 Vol. 35 p. 478 ; vol. 37 p. 838 ; vol. 85 p. 377.

40On en sait davantage de Madeleine Bouchain79. À 65 ans elle déclare être « ouvrière » et vit chez son fils Georges, marié, lequel déclare être « fourbisseur » ; en 1812 date de cette première déclaration, sa belle-fille est partie accoucher chez sa propre mère à Molsheim, lui confiant sa fille aînée Françoise, 10 ans. Douze ans plus tard, on la retrouve, toujours « journalière » malgré ses 77 ans ; elle vit avec sa belle-fille veuve et ses deux petits-enfants, Françoise 22 ans, Benoît 12 ans. Puis les deux veuves s’installent chez Françoise, mariée à un armurier ; plus trace du jeune Benoît (en apprentissage ?). Trois générations de femmes cohabitent.

41Ces parcours professionnels s’éclairent des informations glanées au travers des déclarations et des recoupements lisibles entre les lignes. Ils concernent une majorité de femmes, dont les métiers sont peu rémunérés, peu diversifiés (seulement deux codes professionnels différents pour chacune), peu qualifiés ; la solitude et la précarité de l’emploi augmentent leurs difficultés ; pour y remédier, on s’héberge, on cohabite ; on a recours à la solidarité familiale qui n’est pourtant pas sans défaillance. Pour tous, femmes et hommes, c’est l’intermittence du travail qui explique la plupart des changements de codes professionnels.

  • 80 Voir Thèse, vol. I, annexe I.
  • 81 Elle se lit par les pics « Autres », interruption de travail.

42Le deuxième groupe80 ne rassemble que 166 personnes, soit 17 %, de l’échantillon. Le profil dessiné par la courbe est cette fois bien détaché du profil moyen : les codes professionnels sur-représentés désignent les services domestiques, les ouvrières, les non qualifiées, la confection. La précarité de l’emploi est plus forte81, ces femmes ont toutes au minimum trois codes professionnels différents, voire quatre.

43De qui s’agit-il ?

  • 82 Vol. 45 p. 588 ; vol. 48 p. 31, 71, 265. Barbe Barthélémy, fille d’une veuve journalière, sœur de j (...)

44Les parangons sont exclusivement des femmes seules, cinq célibataires, quatre filles-mères, une veuve, toutes obligées de faire face, alternant les tâches de couturière, ouvrière, journalière avec des périodes sans travail et le souci d’élever les enfants. Thérèse Bourdot82, fille-mère, élève son fils Louis en faisant de la couture ; jeune adulte, le fils devenu tapissier cohabite avec sa mère, la prenant à sa charge pendant les périodes de chômage.

  • 83 Vol. 90 p. 361 ; vol. 91 p. 308, 323, 324, 603. De même Madeleine Berlichy élève deux enfants ; fil (...)

45Caroline Bonnet83, fille de journalier, est ouvrière à 17 ans, au chômage à 19, puis journalière, servante enfin entre 23 et 26 ans ; elle vit chez ses parents pendant les périodes d'inactivité et « meurt en couches à l’hôpital » note laconiquement l’employé du registre.

  • 84 Vol. 48 p. 235, 758 ; vol. 61 p. 10 ; vol. 36 p. 111 ; vol. 39 p. 746 ; vol. 91 p. 751.

46Elisabeth Baron84 est fille d’employé ; son père Jean se déclare « porteur de contraintes » puis « huissier » ; trois fois ouvrière, trois fois sans profession, ses débuts sont difficiles ; fille-mère, ses parents l’accueillent avec leur petite-fille ; quand son père est veuf, elle tient son ménage ; enfin, à 39 ans, elle est « gouvernante » chez un veuf « chevalier de Saint Louis » ; on devine dans la déclaration ainsi formulée amour propre et fierté de servir « quelqu’un de bien »... Cela ne dure pas, on la retrouve ouvrière quatre ans plus tard.

  • 85 Vol. 35 p. 465 ; vol. 65 p. 10 ; vol. 62 p. 130 ; vol. 48 p. 636 ; vol. 80 p. 114.

47Marguerite Wagner85, veuve Bayer, met à profit son expérience de mère de famille. À 44 ans, « femme séparée », elle est nourrice, prenant un enfant en pension chez elle ; puis, veuve, elle est ouvrière ou journalière, se trouvant à deux reprises sans activité.

48La précarité féminine se dégage à travers ces trajectoires professionnelles ; aux femmes, jeunes ou âgées, les travaux les moins qualifiés, les moins rémunérés et la précarité la plus forte ; elles assument aussi la charge des enfants ; aussi font-elles « flèche de tout bois » pour trouver de quoi vivre, y compris la prostitution.

On retrouve la même précarité en étudiant deux générations de femmes, soit 833 situations croisées de déclarations86 et une cinquantaine de couples mères filles reconstitués

  • 86 Les déclarations domiciliaires n’indiquent pas toujours les liens de parenté et nous n’avons pu rec (...)

49La profession de servante, la plus souvent rencontrée, est déclarée par plus de 700 personnes. Parmi elles, on identifie 20 mères déclarant au moins une fois être « servante », et 26 enfants dont 11 garçons et 17 filles. Ce faible effectif de mères identifiées indique que presque toutes les servantes sont célibataires.

  • 87 Barbe Bornert, sœur du ferblantier : vol. 84 p. 294. Hélène Beyerle : vol. 79 p. 20. Caroline Barfu (...)
  • 88 Vol. 36 p. 172 ; vol. 91 p. 112.
  • 89 Vol. 91 p. 687.
  • 90 Vol. 90 p. 361.

50Parmi ces 17 filles, un tiers ne précisent ni profession ni recherche d’un travail, leur déclaration mentionne « attend une condition ». Une fille sur deux est servante87 (8), Louise Billiot est ouvrière88, Rosine Barthélémy est, elle, ouvrière aux Tabacs89 et sa sœur Thérèse couturière et fille publique90.

  • 91 Vol. 79 p. 62.
  • 92 Vol. 46 p. 11.
  • 93 D. Bayer, imprimeur : vol. 90 p. 669. J. Bussert charpentier : vol. 37 p. 812. M. Bauth menuisier : (...)
  • 94 Vol. 79 p. 387.
  • 95 Vol. 79 p. 268.
  • 96 A. Weiler, op. cit., p. 153.

51Par ailleurs, on connaît les parents de 57 servantes. La majorité des 28 pères identifiés sont des gagne-petit, le plus souvent non qualifiés, ainsi le fileur de laine Joseph Balème91, Laurent Busch ouvrier aux Tabacs92. Un quart des pères pourtant sont des ouvriers artisans qualifiés93, des employés J. P. Baudoin employé et facteur94, l’instituteur Louis Borde95 déjà souvent rencontré. Amélie Weiler raconte dans son journal qu’une des nombreuses servantes quelle embauche est la fille de l’instituteur de Niederhausbergen ; le jeune frère de celle-ci est excellent pianiste, élève de Conrad Berg le « meilleur professeur de la ville » ; après un intermède musical qui la ravit, Amélie retourne à la cuisine et apprend à la jeune fille les secrets d’une sauce au beurre96 !

  • 97 Ibidem, p. 26.
  • 98 À l’initiative des tenants du christianisme social, cette caisse d’épargne, créée en 1834 pour lutt (...)

52En attendant de se marier, à travers leur condition de servante les filles de ces gagne-petit apprennent à tenir un ménage, faire la cuisine, entretenir le linge ; elles se familiarisent aussi avec les manières d’urbanité et de civilité de la ville ; elles amassent de quoi se constituer le précieux trousseau tout en faisant leur apprentissage de ménagère. La servante est nourrie, le plus souvent logée et peut gagner, selon la générosité du patron, entre 10 F et 15 F par mois, salaire souvent plus élevé que celui des ouvrières même si les journées sont longues ; elle travaille le dimanche et souvent tard – mise en ordre de la cuisine, travail du linge : Amélie Weiler évoque des soirées d’hiver passées à filer du lin avec ses servantes97. Les domestiques femmes représentent un tiers des clients de la Caisse d’Épargne de Strasbourg, le montant de leur dépôt est cependant modeste, constamment inférieur à la moyenne des dépôts98.

53La majorité des servantes cohabitent avec une mère, quand elles ne logent pas ou plus chez un patron.

  • 99 Vol. 79 p. 87.
  • 100 Vol. 46 p. 369.

54Dix-sept mères sont identifiées. Les sept mères mariées ne déclarent pas de profession. La mère de Frédérique Blind, née Sparmeyer, est veuve et rentière99, celle de Dorothée Boettiger, née Hornberger, également veuve, est fruitière100.

  • 101 Joséphine Ballade : vol. 90 p. 168.
  • 102 Victoire Blaettel : vol. 79 p. 239.
  • 103 . Christine Bussert née Jud : vol. 91 p. 104.
  • 104 Elisabeth Baron, parangon du groupe (voir supra note 84) : vol. 91 p. 751.

55Les huit autres mères, dont 4 filles-mères, sont elles-mêmes servantes101, ouvrières102, journalières103, couturières, et filles publiques104.

56Le tableau croisé des 883 situations concernant deux générations de femmes s’organise autour d’une diagonale bien visible ce qui signifie que la génération la plus jeune reproduit la situation de la génération précédente. La mobilité transversale domine donc largement, que l’on compare entre elles les générations féminines, les couples mères filles ou les activités successives qui composent des trajectoires féminines.

2. La domesticité domine

  • 105 L. Tilly, J. W. Scott, Les Femmes, le travail et la famille, op. cit. ; M. Perrot et G. Duby (dir.) (...)

57On retrouve à Strasbourg les caractéristiques du travail féminin mises en évidence par Louise Tilly et Joan Scott et tant de travaux105 depuis deux décennies. Des pans entiers de métiers sont fermés aux femmes ; l’éventail est rétréci à la sphère domestique.

  • 106 Discours étudiés par J.W. Scott, « La travailleuse », art. cité, p. 428-444.

58Le travail des femmes n’est pourtant pas une nouveauté : les femmes ont toujours travaillé et pas toujours chez elles, contrairement aux discours des travailleurs, des historiens, des observateurs du xixe siècle106. Mais l’activité professionnelle des femmes est le plus souvent sous-déclarée : la boulangère qui tient la caisse dans la boutique, l’épouse qui tient les livres de l’artisan, la fille chargée, par son père ou son frère tailleur, de la finition des vêtements dans l’atelier ne déclarent pas forcément cette activité.

59Parmi les 3 356 femmes enregistrées, 1913 soit 57 %, ne déclarent jamais de profession, 1 443 en déclarent au moins une fois une.

  • 107 A. Weiler, op. cit., p. 181.

60Le travail est intermittent, fortement lié au cycle de vie – célibat, mariage, maternage des petits enfants, solitude, veuvage. De ce fait, la main-d’œuvre est soit très jeune (15 à 25 ans), soit le travail est mené au jour le jour, « journalière », car il se glisse entre les interstices du temps de la ménagère afin d’améliorer l’ordinaire ou de procurer une maigre « réserve » ; il peut s’agir alors de travaux saisonniers ou mensuels, lessive, grand nettoyage de printemps « Ochterputz »107, couture.

61Les femmes mariées sont massivement absentes, du moins d’après les déclarations : parmi les 1 913 femmes qui ne déclarent jamais de profession, on compte 1 524 épouses et 276 veuves ; parmi les 1 619 épouses enregistrées, seules 95 déclarent une fois au moins une activité.

  • 108 M. Joséphine Appfel, veuve du brasseur Bresslé, épouse en secondes noces un brasseur venu de Paris, (...)

62518 veuves totalisent 1 195 déclarations, dont 68 % ne mentionnent pas de profession ; six veuves seulement reprennent l’activité de l’époux, essentiellement dans le commerce et pour ce faire épousent éventuellement un collègue108. Les autres déclarations, soit 20 %, mentionnent des activités non qualifiées, intermittentes, mal rémunérées.

Une nombreuse domesticité

  • 109 O. Faron, La ville des destins croisés…, op. cit., p. 205, 212.

63Les domestiques constituent le contingent le plus fourni de celles qui travaillent à Strasbourg, comme dans d’autres villes ; les servantes, gardes-malades, filles de chambre, sont au nombre de 822 dans le corpus ; elles représentent un quart des femmes enregistrées et 57 % des femmes enregistrées qui déclarent au moins une fois une profession ; par ailleurs celles qui se déclarent « journalières » sont 228 soit 7 % de la population féminine et 16 % de celles qui travaillent ; au total c’est donc un tiers des femmes, plus de 70 % de celles qui travaillent, qui s’occupent à ces travaux. On retrouve les proportions milanaises109.

  • 110 M. Garden, Lyon et les Lyonnais..., op. cit., p. 139.
  • 111 D. Godineau, Citoyennes Tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution Française, (...)
  • 112 C. Dauphin, « Femmes seules », dans Histoire des Femmes, op. cit., t. 4, p. 446-458.

64M. Garden note qu’à Lyon, au xviiie siècle, elles sont fort nombreuses110, à Paris vers 1800 elles seraient près de 20 % de la population active111, à Londres en 1796 près de 12 %, à Munich en 1828 plus de 14 %112.

65La domesticité est devenue un signe de prospérité dans la petite bourgeoisie ; ceux qui font appel aux services des servantes ne sont pas seulement des artisans boutiquiers ; même des bourgeoises désargentées, vouées au célibat faute de dot, ont continûment une ou deux servantes et louent pour des travaux ponctuels blanchisseuse, repasseuse, ravaudeuse, ce qu’illustre parfaitement le journal d’Amélie Weiler. Quand on est fille du peuple on se place comme servante, lorsqu’on est issue de la bourgeoisie désargentée, on cherche dans toute l’Europe une place de préceptrice faisant fructifier le capital que constitue une « bonne éducation » ; bien des Strasbourgeoises s’y résignent, qu’elles soient fille de pasteur, Sophie Braunwald, ou fille d’institutrice, Gertrude Bergeat ou bien encore fille d’avocat ruiné par le jeu, Amélie Weiler. Vivre chez les autres signifie solitude, situation ambiguë entre maîtres et domestiques, inconfort d’une promiscuité sans familiarité (la gouvernante partage souvent la chambre de son élève) inconfort amplifié souvent par le mépris, c’est le prix à payer d’un célibat parfois choisi, le plus souvent contraint.

66Les domestiques, femmes gouvernées, régentées et exploitées par d’autres femmes, vivent la contradiction douloureuse entre conflit de classes et difficile conscience d’une solidarité du « genre ». Sans quelles se le formulent clairement, ce malaise explique peut-être la très forte mobilité des servantes et la pratique de contrats de trois mois – nous y reviendrons.

Le travail du linge, pivot du travail féminin

67Les autres travaux se regroupent autour de « la trame féminine », le linge est leur pivot. On hésite à parler de métiers tant ils sont bornés à la sphère domestique. Ils sont exécutés dans les structures traditionnelles des ateliers, à Strasbourg comme ailleurs, il s’agit de couture, d’accessoires de mode, de fleurs artificielles ; ces pratiques s’inscrivent dans une continuité sans faille du xviiie au xxe siècles.

68Combien sont-elles parmi la population mobile ?

  • 113 Il ne faut pas oublier que chaque femme peut faire plusieurs déclarations et varier la déclaration (...)

69Les plus nombreuses des femmes qui déclarent une profession parmi les Strasbourgeoises enregistrées, en dehors des servantes et journalières sont : Les « ouvrières » au nombre de 302 soit 10 % de toutes les femmes, 21 % de celles qui déclarent au moins une fois une profession ; les « couturières » au nombre de 149 soit 4,4 % des femmes et 10 % de celles qui travaillent ; vingt et une blanchisseuses et laveuses, soit 1,5 % de celles qui travaillent, seize repasseuses, huit brodeuses, cinq lingères, trois modistes, une tricoteuse, une ravaudeuse113 complètent cet inventaire.

70La couture est synonyme de travail féminin que ce soit à l’atelier ou à la maison. Les représentations du discours reflètent les pratiques sociales.

  • 114 M. Perrot, « Éloge de la ménagère dans le discours des ouvriers français au xixe siècle », art. cit (...)

71« Le lot de la femme est la famille et la couture. À l’homme le bois et les métaux, à la femme la famille et les tissus » ; le délégué des ouvriers qui s’exprime ainsi à l’Exposition Universelle de 1867, que cite M. Perrot114, résume clairement que pour la grande majorité de ses contemporains, le type même de l’ouvrière est celle de l’aiguille ; dans les formulations des intéressées, il en est de même : les « ouvrières » rencontrées dans les registres précisent rarement l’objet de leur activité tant il est évident qu’il ne peut s’agir que d’aiguille et de tissu (l’ouvrière « aux tabacs » précise toujours où elle travaille).

  • 115 M. Perrot, op. cit., p. 16.

72La confection du vêtement est un secteur clé dans une société où il est la visualisation dans l’espace public de caractères identitaires : sexe, âge, métier, classe sociale, souvent religion et pays. La Révolution a supprimé à Strasbourg les lois somptuaires qui réglementaient l’habit ; d’autres signes plus subtils les remplacent. Les maris, les pères rivalisent par épouses et filles interposées, c’est à qui portera au bal une toilette à faire pâlir de jalousie les unes et étinceler l’œil des autres. Le choix d’une toilette, l’entretien de sa garde-robe, la mode, le souci de paraître occupe un tiers des pages du journal d’Amélie Weiler et une grande partie de son temps, « la mémoire des femmes est costumée » dit encore Michelle Perrot115.

  • 116 A. Weiler, op. cit., p. 249, 263.

73Le deuil impose ses rigueurs vestimentaires ; à l’opposé, les robes de mariées, noires vers 1830, sont autour d’Amélie de plus en plus souvent blanches116. Les réjouissances font éclore les toilettes parées des couleurs de saison ; les multiples accessoires, fleurs, écharpes, volants, rajeunissent un vêtement déjà porté.

  • 117 Ibidem, p. 30.
  • 118 Ibidem, p. 51, 221.

74Le phénomène de mode est sensible même chez les artisans et devient un élément de civilité urbaine, « Nobles et roturiers rivalisent de luxe et d’élégance : il semble que les marchands de farine, les brasseurs, les boulangères, enfin je ne sais quels artisans encore, aient jeté le gant aux grandes dames ; les maris se ruinent à qui mieux mieux pour procurer des marabouts à leur femme. On redoute de mettre le nez dehors si l’on n’est pas à quatre épingles »117. Même la layette devient un signe de richesse selon sa diversité et son raffinement : Amélie rapporte que son amie Caroline Hatt née Huss a payé en 1840 « 22 francs deux petits béguins brodés garnis de dentelles de satin et doublés de bleu et de rose » (ce que gagne une servante logée et nourrie en deux mois)118.

75Cependant la toilette n’est pas tout le linge. Les dessous se multiplient et se diversifient, bas filés, tricotés, brodés, jupons amidonnés, superposés, volantés, guimpes et chemises ajourées, tous s’empilent dans le reliquaire trésor qu’est l’armoire à linge.

  • 119 A. Corbin, « Le grand siècle du linge », dans Le Temps, le désir et l’horreur, Paris, 1991, p. 23-5 (...)
  • 120 A. Weiler, op. cit., p. 183, 222.

76Amélie Weiler témoigne de la montée du souci de soi qu’A. Corbin a étudiée dans « Le grand siècle du linge »119 ; n’écrit-elle pas « nous avons rangé nos trésors dans l’armoire [...] cette armoire est notre idole : quand tout y est bien casé, nous croisons les bras et nous l’admirons. Peu s’en faut que nous ne nous prosternions d’admiration » et, quelques mois plus tard, « je n’éprouvais de félicité qu’en voyant ce rayon garni de piles de chemises au cordeau [...] ces robes pendues dans l’ordre des saisons, ces cartons pleins de bas fins tricotés de mes mains, ces trésors de magnifiques dentelles héritage de ma feue grand-mère [...] ces jupons de toutes les étoffes rayonnants de blancheur, amidonnés, pliés [...] l’aspect de cette armoire [...] est un objet de passion »120. Le linge alors touche à l’intime.

77Le linge est source de fierté et de passion, car il coûte argent, temps, patience, habileté, soin et besogne.

  • 121 Ibidem, p. 91, 128, 209.

78Quatre ou cinq fois par an au moins la lessive, davantage chez les humbles qui ont peu de vêtements et dont les logements n’offrent pas la place pour stocker le linge sale : « quelle grande corvée que cela est » ; elle s’organise au sein de la parentèle, « c’est la saison des lessives, nous sommes réclamées hier chez l’oncle, demain chez grand maman », il faut négocier avec les voisines l’embauche des laveuses et l’occupation de la buanderie « il y a des contraintes pour ma lessive, le pensionnat me dispute un jour »121. Les servantes sont de corvée d’eau et de bois, les laveuses battent et frottent le linge, Amélie auparavant l’a trié, elle monte et descend les escaliers ; le linge lavé, il faut l’étendre dans le grenier ou le jardin, une fois sec, le plier, préparer l’amidon en attendant les repasseuses. On comprend le soulagement et la fierté devant les piles de l’armoire.

79Ce linge qui requiert tous ces soins, les femmes l’ont toutes confectionné : l’initiation aux travaux d’aiguille est un fil d’Ariane entre mère et fille, Pénélope et La Dentellière sont leurs mentors.

  • 122 Ibidem, p. 110.

80Souci d’économie certes « nous avons des préparatifs de toilette, toute notre garde-robe à restaurer, renouveler, rafistoler »122, mais aussi d’éducation : esthétique – motifs de broderie, finesse d’une batiste –, éducation corporelle et morale, agilité, patience, fierté du travail accompli. Autour du linge se tisse un continuum de gestes et se transmettent des valeurs. Pas une après-midi entre jeunes filles en fleur, pas une soirée entre dames sans un ouvrage en cours.

  • 123 A. Weiler, op. cit., p. 123, 174.
  • 124 A. Fine, « Le trousseau », dans M. Perrot (dir.), Une histoire des femmes est-elle possible ?, Mars (...)

81Ces travaux d’aiguille sont aussi pour les femmes la possibilité de confectionner les cadeaux destinés aux amies, aux familiers, à l’occasion aux employeurs. Enfin, les travaux d’aiguille préparent les filles à leur destin domestique : la confection du trousseau, linge personnel et linge de maison, est l’occasion d’une complicité entre mère et fille : « Julie qui n’a pas dix-huit ans aura dans le mois toute sa provision de bas pour la vie [...] je n’ai à vingt-deux ans qu’une unique douzaine de bas [...] que je dois à l’activité et au zèle de ma pauvre mère [...] qui ne signera pas mon trousseau... » Ce trousseau, exposé à l’admiration des amies la veille du mariage, traduit non seulement l’importance de la dot mais encore la perfection de l’éducation d’une future maîtresse de maison : « Depuis trois semaines, les ouvrières étaient occupées au trousseau de Pauline qui s’en occupait elle-même depuis deux ans ainsi que sa bonne mère123. » Amélie et ses amies confortent les conclusions d’A. Fine sur le rôle du trousseau124.

  • 125 Voir la carte du Strasbourg d’Amélie Weiler, p. xiii et son étude p. 124-127.

82On comprend alors qu’autour du linge s’affairent tant de femmes, de la blanchisseuse à la brodeuse. N’oublions pas la marchande de modes, la revendeuse de vêtements de seconde main, la mercière qui tiennent boutique en ville ou aux étals du « Marché aux guenilles » ouvert tous les jours rue du Vieux Marché aux Vins. Ce commerce nécessite peu d’investissements et prospère grâce aux nombreuses relations tissées entre femmes, de la grande bourgeoise à la servante. Les humbles y achètent des vêtements d’occasion, les bourgeoises y vendent leurs toilettes fanées pour aller aussitôt courir acheter dentelles, châles, rubans, soie rue Mercière chez Madame Darcy, rue du Dôme chez Picquet, place de la Cathédrale chez Boeckel-Preis. La toilette entretient une véritable circulation d’objets, d’argent, de relations entre les femmes dans la ville ; c’est le prétexte à sorties et c’est l’ébauche d’une cartographie urbaine propre aux femmes125.

D'autres activités sont en rapport avec les tâches de la sphère domestique

83Le petit commerce, est aussi l’affaire des femmes, en dehors de celui du linge que nous venons d’évoquer. Elles sont moins nombreuses (36) que les hommes dans notre échantillon et leurs affaires relèvent surtout du petit commerce, on trouve une négociante pour 35 boutiquières. Elles vendent de quoi nourrir et désaltérer, elles sont fruitière, marchande de fromages, d’huile, dégraisseuse, revendeuse de légumes, cabaretière, débitante de café ou boissons ; d’autres vendent des objets, sont coutelière, brassière, vannier, loueuse de carrosses, libraire, marchande de tabac ; trois aubergistes, une sommelière, une teneuse de pension assurent le vivre et le couvert.

  • 1 A. Weiler, Journal d'une jeune fille mal dans son siècle, 1840-1859, La Nuée Bleue, Strasbourg 1994 (...)
  • 2 C. Cosnier, Le silence des filles. De l'aiguille à la plume, Fayard, 2001, 332 p.

Les réseaux de sociabilité d’Amélie Weiler

Amélie Weiler à Strasbourg

Le journal d'Amélie Weiler a été publié par N. Stoskopf1 ; il a non seulement établi le texte mais enrichi l'édition de notes et d'un répertoire des familles évoquées dans le journal fort utiles au lecteur. Malgré les dates un peu tardives, la ville évoquée par cette jeune fille de la petite bourgeoisie protestante est celle que traversent et habitent les Strasbourgeois de notre corpus. Il fourmille d'annotations en tous genres et éclaire les comportements citadins que l'on rencontre à travers les registres de population ; il constitue une mine d'informations pour qui veut parcourir la ville et en appréhender l'animation. Nous y avons puisé bien des informations sur le monde des femmes autour du linge, et constaté combien il était représentatif au vu des études menées depuis vingt ans autour de l'histoire des femmes. La préface de Philippe Lejeune (auteur de l'ouvrage Le moi des demoiselles, Paris, 1993) replace ce journal dans l'étude des journaux de jeunes filles, pratique très répandue à l’époque ; il en éclaire, au-delà de la spécificité géographique et temporelle, l’intérêt et l'exemplarité2.

Cartographie féminine de la ville


Il s'agit maintenant de construire, à travers son exemplarité, une cartographie féminine de la ville vers 1840 (carte ci-contre, et p. xiii).
Entre 1822 et 1850, Amélie Weiler occupe cinq logements successifs dont on retrouve les adresses dans les registres de population. Elle naît chez sa grand-mère maternelle 15 rue des Jardins, près des murailles et de la porte des Bouchers ; le séjour de Madame Weiler chez Madame Faudel et la naissance d'Amélie ne figurent pas dans les registres consignant les habitants du no°15 entre 1820 et 1830.
À l'âge d'un mois, elle rejoint l'appartement paternel au 15 place des Orphelins.
En 1827 la famille s'installe 26 rue Derrière Saint Nicolas (vol. 56 p. 350) dans une maison de deux étages dont le premier est occupé par le propriétaire M. Lauth, avocat, et sa famille ; les fenêtres donnent sur un jardin et les toits de l'Hôpital. Les Weiler restent 18 ans dans cet appartement au grand dam de la mère et des filles qui lui reprochent son isolement, « Si du moins encore nous habitions un quartier vivant, si notre appartement donnait sur la rue, je verrais quelques ridicules ou quelques objets d'admiration, [...] on aurait au moins quelques distractions, voilà ma seule espérance, changer de demeure » [p. 55], son humidité et sa triste exposition « nous nous sommes plaintes du froid mortel [...] de l'humidité et des inconvénients du logement en général et surtout de la triste exposition qui ne vous permettait de voir que des toits et des murailles [p. 59], [...] une demeure cloîtrale [p. 80] ». Ni l'épouse ni les filles ne convainquent le père pour qui « le logement est fort commode et spacieux ».
Pourtant l'isolement est relatif, les adresses de la parentèle sont situées dans ce « quartier des Bouchers », trace du métier du père de J. D. Weiler.

La difficulté à trouver un logement

Obligés de quitter cet appartement par la volonté des propriétaires d'y faire des travaux et d'y loger le ménage de leur fille, J. D. Weiler et ses filles louent un appartement, 9 rue du Bouclier dans l'ellipse insulaire (vol. 91 p. 39).
Amélie qui tient le ménage de son père veuf, se plaint de la difficulté à trouver un logement : « nous avons couru pendant des semaines ne craignant ni froid, ni grêle, ni pluie, ni vent, chargeant tous nos amis de faire des perquisitions pour nous, mettant en émoi ciel et enfer [p. 69] ; [...] après avoir mesuré la ville de long en large, lu force affiches, écriteaux, donné commission à Pierre et à Jean, pénétré dans plus d'un ménage, [...] c'était ce que nous avons trouvé de plus convenable faute de mieux [p. 167] ». Pourtant le choix se révèle judicieux, l'appartement plaisant.
L'appartement de la rue du Bouclier est « au premier étage d'une vaste maison occupée de tant de familles dont je ne connais pas même tous les noms. Quelle animation, quel bruit en comparaison du silence plus que claustral qui régnait dans notre ancienne demeure ! [...] Ici la cour est toujours animée, chaque jour j'aperçois de nouvelles figures [...] plus que les pensionnaires, les chevaux, les professeurs de la pension, les ouvrières en cols et guêtres, les servantes avec leurs baquets d’eau sur la tête, les tanneurs avec leurs peaux, les petites dames bourgeoises du troisième, les ouvriers de notre voisin, facteur de piano, le commis de M. Roederer, le bonnet blanc commandeur de Madame Pichant, [...] j'apprécie la conversation de Madame Lemaire dont le mari est professeur au Collège, pendant que les délicieux enfants jouent sur la terrasse [p. 171] ».
Dix ans plus tard, après le mariage de sa sœur, qui reprend l'appartement d'une tante situé rue des Bouchers, Amélie et son père déménagent au 6 Bain Saint Guillaume, dans un petit logement dont les fenêtres donnent sur le pont, l’Ill et le quai des Pêcheurs : « je suis tombée de Charybde en Scylla, je suis vouée aux âtres fumeux et aux courants d'air [p. 394] ».
Pendant quinze ans, Amélie habite l'ellipse insulaire ; famille et amies sont à proximité. La grand-mère Weiler habite place St Thomas un appartement suffisamment vaste pour loger des officiers ou des étudiants ; son oncle, négociant, tient un magasin 22 rue des Serruriers avant de s'installer près de sa distillerie d’huile dans une maison avec jardin au Faubourg National. Des amies, filles de pasteurs, habitent les maisons paroissiales autour de St Thomas ; Madame Weber, amie de la famille logeant rue des Grandes Arcades, invite à ses croisées toute la famille les jours de parade ou de défilé : « que ses fenêtres sont bien placées ! Toujours du beau monde qui passe [p. 30] ».

Réseaux de sociabilité

Elle fréquente un pensionnat rue des Bouchers près de la rue Derrière St Nicolas, et sa sœur celui de la rue Ste Elisabeth quand la famille est rue du Bouclier.
Elle suit le culte du dimanche à St Nicolas puis à St Thomas, écoute des sermons de pasteurs à St Pierre le Jeune ou à la paroisse française (rue du Bouclier) et ceux de Lacordaire à la Cathédrale [p. 190]. Elle parfait son éducation par des leçons de piano chez J. N. Jauch au no°3 rue des Veaux et des leçons de chant chez M. Boymond, quai des Pêcheurs.

Les fournisseurs d'Amélie

Après le décès de sa mère, elle tient le ménage de son père, elle a vingt ans. Elle a alors de nombreuses occasions de parcourir la ville... pour faire les courses. Le ravitaillement presque quotidien, dès potron-minet, sur les marchés qui se tiennent sur différentes places, accompagnée d'une servante portant les cabas. Toilette et parure, travaux du linge multiplient également les occasions de sortie ; les boutiques sont regroupées autour de la Cathédrale. La marchande de mode Darcy, tenant boutique rue Mercière, fait exécuter sur mesure pèlerine et robe. Boeckel-Preis, sur la place de la Cathédrale, vend rubans, dentelles et soieries, tout comme Excel rue des Hallebardes ou Picquet rue du Dôme ; les lainages s’achètent chez Juillard, place Gutenberg. Pour garnir les coiffures de bal, on choisit en saison des fleurs chez les horticulteurs, Hodel, 37, faubourg des Pierres ou Zimler aux Ponts Couverts ; en hiver les fleurs artificielles sont préparées rue des Orfèvres.
Enfin, les gâteries qui ne sont point « maison » s'achètent rue du Dôme ou chez le pâtissier Olivier installé place d'Armes ; vers la Noël, à la foire qui se tient place Broglie ou place d'Armes, l'on trouve tous les ingrédients nécessaires à la confection des gâteaux de Noël, pains d'épices et bredle.
Le piano tant désiré que J. D. Weiler offre à Amélie vient de chez Frost, 87 rue du Marché aux Vins – il a coûté 600 F [p. 128]. Tout près de chez elle, Grand'Rue au no°160, chez le ferblantier Riebel, Amélie trouve une lampe pour éclairer son secrétaire.
Le centre marchand est concentré dans l'ellipse insulaire, la presque totalité des fournisseurs d'Amélie y sont installés.

Loisirs et plaisirs

Les après-midi de visite chez les amies, jeux, anniversaires, goûters, concerts, se déroulent au domicile des unes et des autres, surtout autour de St Thomas. Les places de la Ville accueillent parades et musiques dont l'armée offre le spectacle aux Strasbourgeois (A. Hofmann, La place Kléber : 1840-1870. Un lieu de sociabilité, mémoire de maîtrise, UMB, 1995, CRHV). La Ville rend un hommage solennel aux illustres Strasbourgeois, Gutenberg et Kléber, en érigeant leur statue sur la place du Marché aux Herbes et sur la place d'Armes auxquelles ils donnent leur nom (récit de l'inauguration par Amélie publié dans Saisons d'Alsace, 1990, no°103 p. 7-26). Le théâtre, dressé place Broglie, accueille les troupes les plus diverses ; Amélie s'y rend avec des amis, elle s'y abonne et y côtoie un public assidu, souvent trop mélangé à son goût ! Quelques œuvres charitables, auxquelles il sied de participer, retiennent quelques instants, loterie en faveur des pauvres dont les lots sont exposés au Palais Rohan ou fête de Noël de l'orphelinat du Neuhof, dont l'oncle Schneegans était directeur.
La grande affaire reste les bals dont certains se tiennent à l'Hôtel de la Maison Rouge ou dans la salle Mozart, rue du Miroir, surtout pendant la saison hivernale [p. 86 sq., p. 210 sq.]. Lieu de sociabilité mixte dans la ville (Y. Barabinot, Les bals strasbourgeois, 1800-1870, mémoire de maîtrise, UMB, 1995, CRHV), le bal est pour la jeunesse « le » lieu de rencontre, moins libre en ce qui concerne la bourgeoisie que pour les petites gens. Sous l'œil vigilant des mères, les jeunes gens en toilette se toisent, paradent, s'apprivoisent, s'amusent. Amélie en fait des récits émus où le plaisir de la danse et de la séduction ne nuit ni à son sens de l'observation ni à une lucidité acerbe. L’été est la saison des pique-nique qui rassemblent, à l'initiative de quelques familles, les jeunes gens dans les promenades des environs de la ville.

84On retrouve la sphère domestique avec les garde-malades et les sages-femmes ; celles-ci, au nombre de sept, sont mariées ou veuves. Elles témoignent de ce que les médecins, même en ville, ne les ont pas complètement supplantées : les plus riches font appel au médecin accoucheur et les plus pauvres vont à l’hôpital, les modestes accouchées, elles, leur font encore confiance.

  • 126 Présentation de la source, supra p. 20-21, 87.

85À travers la lecture des registres, on rencontre 46 « filles publiques », notées avec un soin particulier, nous l’avons déjà souligné126. Cette situation est le plus souvent sous-déclarée pour de multiples raisons dont la première est la volonté d’échapper à la surveillance et à la répression exercées par les autorités policières.

  • 127 Vol. 89 p. 585.
  • 128 Vol. 65 p. 393.
  • 129 Vol. 80 p. 102 ; vol. 90 p. 579.

86Madeleine Bittinger est ainsi surveillée « la dénommée ci-contre est une fille d’après les recherches au bureau central de la police »127, une autre est une « femme à être surveillée »128 ; quant à Caroline Benoit, fille d’un marchand de Sainte-Marie-aux-Mines, elle est « renvoyée dans ses foyers pour inconduite » en pure perte car on la retrouve quelques mois plus tard « fille publique »129.

  • 130 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 54. O. Faron n’en rencontre que 41 dans l’anagraphè de Milan ((...)

87Dans l’enquête de 1789, nous soulignions l’absence de toute trace de déclaration de prostitution à Strasbourg, alors que cette ville avait une garnison de 6 000 soldats et que ces derniers avaient « délivré » les « filles » enfermées à la suite des émeutes du 21 juillet130.

  • 131 Seules huit d’entre elles ne sont enregistrées qu’une fois ; voir la carte d’itinéraires intra-urba (...)
  • 132 On perd leur trace ensuite, quatre ont quitté la ville, souvent « renvoyées ».

88Dans les registres de déclarations domiciliaires elles sont à l’évidence sous déclarées. La mobilité résidentielle de celles qui sont repérées est forte131 ; aussi leurs déclarations sont-elles nombreuses et cela nous permet de mieux les cerner. Parmi les 38 prostituées qui ont de deux à trente-deux déclarations, cinq, soit 13 %, sont toujours qualifiées de « fille publique », elles ont entre 17 et 25 ans132.

  • 133 L. Joly, La criminalité à Paris sous le Directoire 1795-1799, mémoire de maîtrise, Université Paris (...)

89Les autres, soit 87 %, alternent prostitution et activités de servante, journalière, couturière ou ouvrière, sans toujours échapper au chômage. Le recours à la prostitution intervient à n’importe quel moment dans les trajectoires reconstituées des couturières ou des ouvrières (en linge) ; elles s’y résignent et ceci est classique à Paris, comme à Milan133.

90A Strasbourg aussi, la prostitution est donc un refuge temporaire dans une situation difficile, un moyen de gagner une maigre pitance en utilisant les ressources et les facilités de la ville. La jeunesse permet de vendre ses charmes : elles sont en effet bien jeunes et ont entre 16 et 30 ans à deux exceptions près.

91Contrairement à une légende longtemps entretenue, les filles publiques ne sont pas les ingénues venues de la campagne et « perdues » à la ville. Vingt-neuf soit 63 %, des filles publiques du corpus sont nées à Strasbourg, filles de Strasbourgeois ; treize d’entre elles soit 28,2 %, sont nées en Alsace, quatre viennent d’ailleurs.

92Nous avons retrouvé les parents de douze d’entre elles. Les cinq pères identifiés sont tous mariés ou veufs : deux anciens militaires sont l’un ouvrier aux Tabacs, l’autre facteur, trois ouvriers artisans, parfois journaliers ; des gagne-petit, eux-mêmes en difficulté.

93Neuf mères sont des femmes seules : trois filles-mères, deux femmes séparées, quatre veuves. L’une est déjà connue comme fille publique, les autres gagnent leur vie comme couturière, ouvrière, journalière.

  • 134 S. Guibout, Prostitution et prostituées à Strasbourg, 1830-1870, mémoire de maîtrise, Université Ma (...)
  • 135 A. Corbin, Les filles de noce : misère sexuelle et prostitution 19e et 20e siècles, Paris, 1978 et (...)

94Les filles publiques font partie de la nombreuse cohorte des travailleuses qui cherchent à gagner péniblement leur vie en ville134. Elles ne sont guère différentes de leurs consœurs étudiées ailleurs et sont éloignées de l’image frelatée de la vocation du vice des « filles de noce » qu’Alain Corbin a si finement dépoussiérée et étudiée135.

C. Mobilités professionnelles masculines plus souvent régressives qu’ascensionnelles

95Les femmes sont les plus nombreuses dans le corpus à endurer la précarité professionnelle, pas d’exemple de promotion professionnelle parmi elles. Pourtant l’adversité n’épargne pas les hommes.

1. Les ouvriers artisans ne sont pas à l’abri

96Même quand ils exercent des métiers qui exigent une qualification, la menace constante est celle de se retrouver « sans état », sans travail donc sans gain.

97Des trajectoires illustrent ainsi plusieurs modalités d’évitement de cette menace.

  • 136 Vol. 79 p. 341 ; vol. 90 p. 881.
  • 137 Vol. 90 p. 63, 114.
  • 138 Vol. 42 p. 530 ; vol. 80 p. 115 ; vol. 89 p. 738.
  • 139 Vol. 46 p. 219 ; vol. 48 p. 26.
  • 140 Vol. 46 p. 192 ; vol. 45 p. 397.
  • 141 Vol. 79 p. 495 ; vol. 90 p. 348.
  • 142 Vol. 79 p. 98 ; vol. 45 p. 575.

98Certain exercent des métiers proches par le domaine d’activité et le savoir-faire exigé ; ils concernent l’artisanat, l’alimentation, l’habillement, le commerce ; le potier de terre travaille chez le potier d’étain, le maréchal ferrant trouve à s’employer chez un serrurier, le charpentier devient menuisier, le brasseur tonnelier ou débitant de boissons, le tailleur fripier. Parfois, l’activité est différente mais les compétences exigées sont du même ordre : J. Cl. Bouvier instituteur se retrouve employé136, son collègue S. Berliner agent d’assurance137 ; un colporteur Fr. Bertin se retrouve lieutenant de douane puis contremaître aux Tabacs138. Il arrive qu’il faille exercer des métiers très différents tant par le domaine d’activité que par la diversité des exigences ; J. F. Brisach sellier rejoint son frère « engraisseur de volailles »139, G. Boeckel épicier se transforme en menuisier140, Jean Blasi quitte le métier de charpentier pour devenir cocher141, N. Bousquet corroyeur se retrouve musicien (à la rue ?)142.

  • 143 C’est l'interprétation que formule O. Faron à propos des parcours milanais (La ville des destins cr (...)

99Quelle logique déduire de cet inventaire ? Les métiers sont-ils tous si peu qualifiés143 ? Il semble plutôt qu’un métier qualifié ne mette pas à l’abri des aléas ; ces trajectoires révèlent une volonté d’utiliser au mieux ses aptitudes face à la nécessité de gagner sa vie en s’adaptant aux offres rencontrées. Cela témoigne de cette phase de « capitalisme sauvage » où la liberté d’entreprendre a détruit tout cadre corporatif et toute régulation sociale du travail, laissant face à face employeurs et salariés dans un rapport de force bien inégal.

100L’analyse statistique dégage un groupe d’ouvriers artisans qui changent de métiers certes, mais sont très rarement inactifs, révélant ainsi leur capacité à s’adapter. Ils travaillent dans les métiers de l’alimentation, du travail du bois, des métaux, du bâtiment, secteurs qui emploient une main d’œuvre qualifiée mais aussi des manœuvriers. En outre, ces activités s’intégrent dans un rythme saisonnier.

  • 144 Vol. 85 p. 439 ; vol. 80 p. 267, 465, 187 ; Frédéric Betz, lui aussi venu d’Allemagne, à 24 ans, es (...)

101Henri Baldauf144 est un jeune brasseur qui conduit son compagnonnage à travers l’Alsace : il arrive de Woerth à Strasbourg à 16 ans ; il quitte cette ville pour Saverne, y revient comme tonnelier puis repart pour Bischwiller. À l’âge de 21 ans, de retour à Strasbourg, il cohabite avec un frère tonnelier, se déclare tonnelier lui-même puis, un an après, brasseur ; enfin, il gagne Lyon. Les métiers de brasseur et de tonnelier sont proches et saisonniers : la bière se garde et se transporte en tonneaux et n’est fabriquée que pendant les mois d’hiver, le reste du temps on fabrique et répare les tonneaux.

  • 145 Vol. 61 p. 469, 109 ; vol. 48 p. 134 ; vol. 45 p. 672. Parcours identiques pour deux autres jardini (...)

102C’est aussi le cas des jardiniers. Jacques Bronner145 est jardinier à 35 ans quand on le rencontre la première fois, on le suit jusqu’à l’âge de 50 ans. Pendant ce laps de temps (1822-1835), il ne loge jamais en même temps tous ses 8 enfants, en 1834 par exemple, il est journalier et ne déclare qu’un seul enfant sous son toit. Agé de 50 ans, il dit être « pensionné et jardinier ».

  • 146 Vol. 90 p. 913, 727 ; vol. 37 p. 648 ; vol. 80 p. 376 ; vol. 48 p. 54 ; vol. 61 p. 29.

103François Baer146, né en Bade, arrive à Strasbourg en 1818 à 24 ans et se dit boulanger. En 1820, il épouse une Fille née à Marmoutier, mais strasbourgeoise « depuis l’enfance ». Un fils naît en 1821, le père est alors journalier ; quelques mois plus tard, il retrouve son métier de boulanger, son fils est absent du foyer ; en 1832, il est « ouvrier » sans autre précision ayant en charge épouse et fils.

  • 147 Vol. 37 p. 673 ; vol. 90 p. 884 ; vol. 91 p. 73.
  • 148 Vol. 48 p. 747 deux fois, 728.

104En 1828, la municipalité de Strasbourg ouvre de grands chantiers, démolition du canal des Faux Remparts, construction de la Halle aux Blés, etc. On embauche massivement maçons et tailleurs de pierres, ce qui explique la reconversion de Christophe Bauernfeind147 : charron ouvrier tant qu’il est célibataire, on le retrouve maçon une fois marié et père de famille. Deux métiers traditionnels mais différents. Philippe Brendlin148, lui, vient de Bâle en 1818 avec une épouse et une fillette de huit ans ; il rejoint un frère marié, tondeur de drap qui l’a précédé de cinq ans ; Philippe se déclare maçon. Un an plus tard, on le retrouve peintre vernisseur puis doreur, métier semble-t-il plus qualifié participant de l’artisanat de luxe. Ce changement de métier peut traduire une capacité d’adaptation, résultat d’une bonne connaissance des offres du marché du travail dans une ville devenue familière, alors que l’arrivant fait flèche de tout bois, même s’il est accueilli par une parentèle.

  • 149 Vol. 46 p. 436 ; vol. 65 p. 280, p. 435.
  • 150 Vol. 53 p. 188 ; vol. 89 p. 579, 611, 687.

105Les marchands et boutiquiers font parfois faillite. Statistiquement ils sont beaucoup plus rares dans notre corpus ; Nicolas Bourdonnais, marchand se retrouve journalier et son épouse, qui ne déclarait pas de profession est maintenant journalière149 au moment du veuvage, faillite et solitude cumulant leurs effets. Michel Boehm150 présente, lui, un itinéraire professionnel plus original dans cet éventail de parangons. À 40 ans, marié et père de trois enfants, il déclare en 1812 être « fabricant » sans autre précision. On le retrouve en 1813 « commissaire de police », il le reste jusqu’en 1823 ; le voilà ensuite « marchand de papier » jusqu’en 1829 puis « imprimeur lithographe » jusqu’à sa mort en 1835. Ses enfants, adultes, vivent avec lui jusqu’à son décès. Comment expliquer cette trajectoire ? Strasbourg est en 1812 victime du blocus, a-t-il fait faillite alors ? Pourquoi à 50 ans se déclare-t-il marchand, abandonnant le bureau de police ? Encore ce changement peut-il être en rapport avec son premier métier puisqu’on ignore ce qu’il « fabriquait » en 1812. Toujours est-il qu’on peut établir un lien logique entre le commerce de papier et son gagne-pain ultérieur, l’imprimerie, il en précise d’ailleurs la spécialité, la lithogravure, indiquant par là un métier d’art. Il se trouve donc cumuler quatre codes professionnels différents le long de son parcours.

  • 151 Vol. 46 p. 489 ; vol. 35 p. 73 ; vol. 46 p. 321 ; vol. 35 p. 438 ; vol. 53 p. 329 ; même type de pa (...)

106Tous ces hommes mariés ont charge de famille, et même de parentèle. La cohabitation avec des parents âgés est fréquente, étendue parfois à d’autres parentes seules. Les changements professionnels trouvent leur origine dans la nécessité de trouver à tout prix un travail pour assurer la subsistance des leurs. Certains utilisent au mieux les variations saisonnières des métiers, d’autres profitent d’une offre de travail créée par les grands chantiers. D’autres enfin, moins chanceux, agiles ou tenaces subissent une déqualification ou le chômage. Ces derniers sont distingués par l’analyse statistique dans un groupe très minoritaire. Leur caractéristique n’est pas le changement d’activité semblable au profil « moyen » (trois codes professionnels différents) mais la fréquence très élevée du chômage, dont la valeur est dix fois supérieure à celle du profil moyen. Chr. Bloederlé151 signale deux fois la situation de « sans état » sur six déclarations. Il est père de famille, quinquagénaire et chargé, selon les adresses de cinq à six enfants ; quand il travaille, il est « cabaretier » à 45 ans, puis à deux reprises, entre 48 et 55 ans, il est « surveillant d’octroi ». Ses filles travaillent tôt ; Sophie est placée à l’âge de 10 ans dans une famille « au Marais Vert », couturière à 18 ans, elle épouse un tonnelier. Thérèse gagne sa vie comme servante à l’âge de 16 ans, Louise est ouvrière ou servante, une fois fille-mère, elle perd son travail, alors hébergée par ses parents.

  • 152 Vol. 36 p. 387 : vol. 48 p. 340 ; vol. 37 p. 639, 460 ; vol. 91 p. 475, 278 ; vol. 36 p. 10, 321, 3 (...)

107Joseph Borde152 est né en 1804 à Cologne ; à 17 ans, il vit chez ses parents, sans état civil ni profession déclarés. En 1825-1826, marié et père de quatre enfants, il est journalier ; en 1828, il gagne sa vie comme employé par la Ville « à l’octroi ». Un an plus tard, à la naissance du cinquième enfant, il est « employé ex », en 1830 il ne déclare aucune profession. Puis de 1833 à 1837 il est invariablement « employé d’octroi » et selon les déclarations vit avec cinq, un ou pas d’enfant au foyer. Dernière trace en 1841, il est « commis », vit avec son épouse et un enfant né cette année-là ; quid des autres ? Le plus souvent employé, il traverse à deux reprises une période d’inactivité et vit au début de son mariage des maigres gains d’un travail non qualifié. À travers les onze déclarations retrouvées, il égrène l’existence de neuf enfants nés entre 1821 et 1841.

  • 153 Guillaume Brodaug est né en 1789 ; en 1814, à 25 ans, il est « militaire congédié » et se déclare e (...)

108Les parcours de ces hommes153 témoignent de ce que même les emplois dans l’administration, surtout communale, ou à la Manufacture de Tabacs ne mettent pas à l’abri de ces déboires ; cependant ces pères de famille font des efforts pour retrouver ce type d’emploi, passant d’un guichet à l’autre, preuve qu’à défaut d’être stables et correctement rémunérés, ces emplois sont moins pénibles que d’autres. Être « employé » semble préférable à être « journalier ».

  • 154 Ce groupe ne compte que deux individus. Comment interpréter l’itinéraire de J. André Becker ? À 34  (...)

109Restent dans un dernier groupe deux énergumènes inclassables154.

2. Le retour difficile des militaires à la vie civile

110Strasbourg est une ville sentinelle sur la frontière du Rhin, les effets des guerres napoléoniennes et de la défaite impériale se lisent à travers les difficultés d’un grand nombre de militaires à réussir un retour à la vie civile.

111Quarante-six personnes, soit 5 % de l’échantillon, révèlent un comportement professionnel très différent du profil moyen : peu de changements professionnels, très peu d’interruption du travail. À l’opposé, les codes surreprésentés sont les métiers du commerce, du cuir, les emplois de l’administration communale ou d’Etat.

112Les uns, qualifiés, retrouvent du travail dans les administrations, occupent des postes de responsabilité à la Manufacture des Tabacs ; les simples soldats sont cantonnés dans les travaux peu qualifiés, « ouvriers aux Tabacs », assurant des transports, s’occupant des chevaux ou seulement « pensionnaires » à la recherche d’un travail.

Certains ne parviennent pas à réussir leur reconversion

  • 155 Vol. 65 p. 128, 317 ; on retrouve le même type de parcours chez J. J. Beyerlé que l’on suit plus lo (...)

113Joseph Bender155, né en Allemagne, a épousé une Allemande ; militaire, la défaite le surprend en-1814 à Strasbourg ; il y cherche un travail en tant que « serrurier » dit-il. Son épouse, enceinte, le rejoint avec trois enfants en-1815 ; ils s’installent dans un logement où naît Jean, le père se déclare alors « militaire ex ». Ses autres enfants sont nés au fil des lieux d’affectation, Georges « en France » en 1807, Samuel à Naples en 1810, Caroline à Florence en 1812, ils témoignent de son parcours de soldat. Il ne semble pas avoir trouvé de quoi compléter sa pension s’il en a une.

  • 156 Vol. 36 p. 332 ; vol. 37 p. 743 ; vol. 91 p. 194.

114Ignace Baumann156 arrive à Strasbourg en 1820, démobilisé à 40 ans ; ses deux aînés sont nés comme lui à Sélestat et le dernier à Maastricht en 1819. Il est alors journalier. En 1824, il ne déclare plus d’activité complémentaire, se contente-t-il de sa modeste pension ? Pas son épouse en tout cas : en effet « sa femme le quitte en 1825 », s’en retourne « en Hollande » avec le plus jeune ; il se retrouve donc, après 1825, seul, toujours « militaire ex », avec les deux aînés.

  • 157 Vol. 48 p. 388 ; vol. 61 p. 401 ; vol. 37 p. 590 ; vol. 91 p. 81 ; vol. 46 p. 213 ; vol. 53 p. 402  (...)

115La majorité de ces simples soldats ou demi-soldes vivotent. J. Pierre Baudoin est démobilisé à 27 ans, en 1803. Il est marié et père de famille. Dix ans plus tard, il est ouvrier aux Tabacs mais n’y reste que trois ans ; il trouve, à 40 ans, un emploi de « facteur à la poste aux lettres »157. Sa fille Angélique, la mal nommée, « tourne mal » puisqu’on la retrouve plusieurs fois fille publique, vivant seule dès 21 ans.

  • 158 Vol. 42 p. 391 ; vol. 61 p. 382, 421.

116François Bouriot158, né à Faverney dans la Saône en 1767, est portier de la gendarmerie des Récollets, rue de l’Arc-en-Ciel à 45 ans, puis pensionné à 60 ans. Son épouse et lui prennent un enfant en pension, est-ce pour améliorer l’ordinaire d’une pension chiche ? Ces soldats végètent comme journalier, douanier, facteur, ouvrier aux Tabacs ; notons que les deux derniers trouvent un emploi dans les secteurs de monopole d’État. Leurs deux parcours illustrent une reconversion possible et médiocre.

Une minorité réussit sa reconversion

  • 159 Vol. 89 p. 472 ; vol. 48 p. 307, 119 ; vol. 61 p. 44 ; vol. 36 p. 325 ; vol. 91 p. 215.

117Balthasar Beauseigneur159 arrive de Paris, sans épouse ni enfants en 1818 ; comme son frère chez qui il s’installe, il est « employé aux fortifications ». En 1821, toujours « employé aux armées », il vit avec son épouse et un fils né en 1820 à Strasbourg. En 1822, le voilà « employé chez Wenger », négociant et banquier, deux enfants vivent au foyer, dont le fils né à Nîmes en 1813. En 1827, il déclare quatre enfants dont l’un est né à Belfort en 1825, il est toujours « employé chez Wenger » ; et ce jusqu’en 1836 année de sa mort, laissant alors une veuve et six enfants. Son parcours professionnel illustre bien le flou de l’appellation « employé » ; s’agissant d’un militaire, sa reconversion dans le civil paraît réussie.

  • 160 Vol. 46 p. 60, 219, 244 ; vol. 42 p. 478 ; vol. 47 p. 176 ; vol. 48 p. 87.

118Grégoire Boudhors160, fils d’un inspecteur des Bâtiments de la Ville recensé en 1789, se déclare tour à tour, à l’âge de 36 ans, « architecte aux fortifications », « architecte à la mairie » puis à 40 ans « employé de mairie » et à 44 ans « employé au Génie, à la mairie ». La chronologie témoigne de sa qualité d’architecte pendant les guerres napoléoniennes, entre 1807 et 1814, il surveille les fortifications pendant le siège de Strasbourg en 1814 ; après le Congrès de Vienne, en période de paix, le système de fortifications est maintenu, il faut l’entretenir. Peut-on parler à son sujet de reconversion, n’a-t-il pas plutôt changé d’administration ?

  • 161 Vol. 35 p. 174 ; vol. 53 p. 188 ; vol. 89 p. 673.

119J. B. Braun161 est, lui, à 37 ans et en 1814 directeur de l’Hôpital Militaire. Il a épousé M. Barbe Sarcelle, 20 ans, fille d’une marchande de tabac, installée rue des Tonneliers. Un fils, J. Baptiste, naît en 1815. La Restauration démobilise massivement, un an plus tard, le sort en est jeté : J. B. Braun devient « épicier ». Il s’installe dans l’immeuble de sa belle-mère, y reste 20 ans et y prospère puisque 9 enfants y naissent et survivent ! Ses fils, Jean Baptiste et Charles, s’engagent à leur tour dans l’armée, au moment de la conquête de l’Algérie.

120La reconversion semble bien maîtrisée, il est vrai qu’il a épousé une héritière : sa belle-mère est marchande, propriétaire de l’immeuble où il vient loger ; « directeur de l’hôpital militaire », il devait être gradé, sa position initiale est plus avantageuse et le mariage facilite sa reconversion.

3. La progression dans la carrière

121Voici maintenant un tout autre profil ; il concerne 23 personnes soit 2,4 % de l’échantillon, exerçant des métiers encore non rencontrés : les métiers du savoir, enseignement, services savants, étudiants, professions juridiques et personnel des Eglises.

Le changement de code correspond à l’avancée en âge et à la progression dans une carrière

  • 162 Vol. 89 p. 338 ; vol. 79 p. 412.

122Dans ce groupe aussi, tous les parangons sont des hommes. On y trouve des professeurs : Joseph Bedel162, né à Épinal est fils du « professeur au lycée de Strasbourg ». Son père envoie à Paris le jeune étudiant de 21 ans. De retour à l’âge de 24 ans, il poursuit son cursus, tout en étant « maître d’études » au lycée. Deux de ses sœurs épousent l’une un étudiant en médecine, l’autre un licencié en droit.

  • 163 Vol. 90 p. 56 ; vol. 48 p. 547, 262.

123Philippe Burckel163, étudiant en 1825, est, en 1836, professeur ; en 1840, il précise même « professeur en mathématiques ».

  • 164 Vol. 90 p. 37 ; vol. 61 p. 136.

124Charles Boissard164 est encore étudiant en théologie à 29 ans, il cohabite avec son frère lui aussi étudiant ; une fois marié et père de famille, en 1840, il est pasteur au Collège Royal et vit chez ses beaux-parents.

  • 165 Vol. 46 p. 374 ; vol. 48 p. 28 ; vol. 91 p. 513.

125Michel Beck165, fils de pensionnaire, est étudiant ; marié avec un enfant, on le retrouve « professeur à l’École Normale » en 1831.

  • 166 Vol. 90 p. 148, 185.

126On y rencontre aussi des professions libérales : Georges Schneider166 et son frère Albert sont élevés par une mère veuve, accueillis par un oncle négociant et juge de paix, J. Ballet. Des deux frères étudiants en droit, Georges devient clerc de notaire et part à Paris, Albert, avocat, part s’inscrire au barreau de Metz.

  • 167 Vol. 53 p. 170 ; vol. 48 p. 145.

127Philippe Jacques Bloechel167, célibataire, est avocat à 32 ans ; on le retrouve à 47 ans, marié et professeur de droit à la Faculté, belle promotion.

  • 168 Vol. 90 p. 393 ; vol. 89 p. 801.

128Pierre Burguburu168 est fils d’un inspecteur de la Monnaie ; à 28 ans, il poursuit des études à Mayence. Une fois « licencié en droit », il épouse une jeune fille de Landau et se déclare « propriétaire » c’est à dire rentier.

  • 169 Étudiée en détail dans la thèse, chapitre « Tels pères, tels fils ? », Thèse, vol. I, p. 198-212.

129Les changements professionnels de ces hommes traduisent tous, sans exception, une réussite professionnelle assurée par des études ; ils accèdent ainsi à des métiers de savoir qui leur valent une certaine considération ou des positions consolidées par l’argent. Dans leur cas, l’effet de l’âge, c’est à dire la durée des études, explique les étapes de la trajectoire professionnelle. Touche optimiste, mais sans surprise quant à la réalité d’une promotion sociale. Les situations semblent au contraire consolidées et confirment la reproduction sociale entre pères et fils169.

Quelques exemples rencontrés de reproduction générationnelle

  • 170 Vol. 61 p. 52.
  • 171 Vol. 46 p. 467 ; vol. 65 p. 68.
  • 172 Vol. 61 p. 52.
  • 173 Vol. 48 p. 664.
  • 174 Vol. 61 p. 52.
  • 175 Vol. 61 p. 210.
  • 176 Vol. 61 p. 103.
  • 177 Vol. 61 p. 24.

130Les familles Nussbaum et Zabern contrôlaient la corporation des bateliers quelques décennies plus tôt et asseyaient leur puissance sur le monopole du trafic rhénan entre Strasbourg et Mayence, puissance renforcée par la pratique de l’endogamie vérifiée sur les deux générations que nous croisons. Le patriarche, J. Jacques Nussbaum, né en 1754, maître batelier, épouse en secondes noces Suzanne Zabern de vingt ans sa cadette170. Il a déjà deux fils : Frédéric, né en 1788, fait son service militaire comme pontonnier puis s’installe comme calfateur après son mariage avec Salomé Zabern171, J. Jacques né en 1797 est pilote, il épouse une Madeleine Zabern née en 1800172. Quatre enfants naissent du second mariage. André, né en 1802 est batelier, il monte en grade après son mariage avec Julie Zabern et devient pilote173. Théodore, né en 1809, est maître boulanger174 ; Madeleine née en 1810 et Jonathan né en 1814 sont encore trop jeunes pour être établis. Dans le voisinage, nous rencontrons une Salomé Zabern épouse de Thiebault Berni pilote175, lui-même frère de pilote176. Une autre Salomé Zabern, née en 1787, épouse en 1813 un officier Léonard Baer177.

  • 178 Vol. 79 p. 29 ; il figure dans les almanachs.
  • 179 Vol. 79 p. 478.

131Le maître carrossier Joseph Bréville178 a cinq fils, dont trois travaillent avec lui dans l’atelier de fabrication de carrosses. L’aîné François, marié, est déjà maître carrossier179 ; Auguste revient de Lyon où il a terminé son tour de compagnon charron ; Louis, part à Belfort y parfaire sa formation de sellier. Ces choix professionnels permettent d’assurer l’autonomie de production des carrosses.

  • 180 Vol. 79 p. 29.

132Les deux autres fils embrassent des carrières bien différentes : Georges est brasseur, Charles licencié en droit180.

  • 181 Vol. 61 p. 160 ; vol. 35 p. 210.

133Certains des commis négociants rencontrés deviennent à leur tour négociants. Les pères des autres négociants appartiennent au même monde, le brasseur Pick, le confiseur Braun sont marchands, propriétaires rentiers. Samuel Bumsel181 a non seulement un père marchand et une mère rentière, mais encore un beau-père J. Bernhard « fabricant de toiles, propriétaire rentier ».

  • 182 Vol. 45 p. 526, 611 ; vol. 89 p. 347.

134Les mères sont soit rentières, soit elles ne déclarent pas de profession, ou alors sont marchandes, ainsi Marie Bruckner née Meyer tient magasin rue du Vieux Marché aux Poissons avec logement à l’étage puis son fils étant en âge de lui succéder, elle se retire182.

  • 183 Vol. 61 p. 491.
  • 184 Vol. 90 p. 82.
  • 185 Vol. 90 p. 58.
  • 186 Vol. 90 p. 404.
  • 187 Vol. 61 p. 491.
  • 188 Vol. 48 p. 529 ; vol. 36 p. 212.

135Quand ils ne sont pas commis négociants, les fils de pasteurs et de professeurs d’université sont étudiants en théologie ou en médecine, ainsi le jeune Braunwald183 et Guillaume Schweighauser184 ; le pasteur Jonas Boeckel185 a trois fils, Charles négociant, Théodore médecin186, Eugène étudiant en médecine ; ses trois filles épousent, l’une Sophie le pasteur Braunwald187, Julie un pasteur de Bienne, Henriette un négociant. Que ce soient les pères, les mères ou les frères, tous ont des métiers qualifiés, souvent des positions d’artisans patrons ; le commerce, le savoir et les fonctions d’autorité sont leur milieu. Trois origines modestes ne représentent que 12 % du lot ; Léonard Baer, lui aussi étudiant à 25 ans, est le fils naturel d’une couturière, Elisabeth Baer, elle-même fille de journalier ; quand le grand père décède, fils, mère et grand-mère cohabitent ; l’étudiant en théologie bénéficie d’une bourse d’études offerte par le Chapitre Protestant aux élèves méritants. Être pasteur c’est espérer une promotion sociale188.

Conclusion

136Au terme de l’analyse du parcours des 953 personnes dont nous suivons la trace sur une durée qui peut aller jusqu’à vingt ans, que conclure ?

137L’étude prosopographique apporte de loin beaucoup plus d’informations que les seuls tableaux statistiques ; les méthodes d’analyse des données ont néanmoins leur utilité : elles permettent d’étudier un échantillon de parcours individuels important (953 parcours), de dégager une typologie, donc de maîtriser cette masse d’informations.

138Deux mondes du travail s’opposent, très différenciés selon le sexe ; les femmes obligées de subvenir à leurs besoins sont à l’évidence fortement pénalisées. La quasi immobilité sociale se lit à travers la diversité des emplois peu qualifiés (trois codes professionnels différents en moyenne par personne), mal rémunérés, se succédant souvent rapidement et alternant avec des périodes de chômage. Qu’elle soit célibataire, épouse ou mère chargée d’enfants, aucune n’échappe à ce sort, 1,5 cas de chômage par personne. La chaîne des appellations successives, leur éventail restreint à la sphère domestique montrent que la promotion sociale est impossible pour ces femmes. Les hommes qui changent de métier exercent majoritairement les métiers de service, les métiers non qualifiés, les métiers de la confection en tête. Viennent ensuite les métiers du commerce, de l’alimentation, des militaires, des ouvriers artisans. Les formulations témoignent de la grande dispersion et de la division de la production artisanale encore très spécialisée. Ils changent de métier, rarement de statut social.

139Les Strasbourgeois qui font valoir compétences et savoirs sont minoritaires et les variations de leurs formulations reflètent l’avancée dans la carrière plutôt que l’instabilité professionnelle.

140Les cas de réussite professionnelle existent, mais ils témoignent rarement d’une réelle mobilité ascensionnelle. Avoir étudié, servi l’armée, assuré un ministère ecclésiastique ou encore s’être adonné au commerce, ces divers parcours permettent rarement une véritable promotion. Ils renforcent l’image d’une société urbaine dure envers ses membres après les espoirs qu’ont soulevés les années de la Révolution. Julien Sorel n’est pas loin. En revanche, à travers ces multiples parcours, émergent une faculté d’adaptation, une ténacité face à l’adversité qui témoignent d’une grande vitalité de la part de ces citadins : vivre, survivre.

D. Les caractères du « marché du travail » à Strasbourg

1. L’intermittence du travail est la règle, scandé par le rythme des saisons

141Nous ne trouvons jamais dans la bouche des Strasbourgeois le mot de chômage pour qualifier leur situation de non travail, car ce mot n’a pas le même sens que de nos jours ; chômer au début du xixe siècle veut dire ne pas travailler, qu’elle qu’en soit l’occasion, fête, perte de travail, maladie. La définition du chômeur au sens actuel du mot ne date que de 1895. L’absence de travail fait partie des rythmes normaux, c’est sa fréquence qui introduit des différences parmi les trajectoires des personnes que nous avons étudiées. Cette intermittence est chronique, importante. Peu y échappent, non seulement les travailleurs manuels qualifiés ou non, les domestiques, mais encore les divers employés du commerce ou de l’administration, nous l’avons vu à travers l’étude des trajectoires individuelles.

  • 189 Voir infra p. 144.

142Un tiers des déclarations ne mentionne pas de situations professionnelles ce qui n’implique pas une situation de chômage que caractérisent les expressions « sans condition », « ex », « sans état », (10 % des mentions). La situation de non-travail est vraisemblablement sous-déclarée pour deux raisons au moins : l’une juridique : la loi punit le vagabondage et la mendicité189 ; l’autre relève du « genre » : dans les discours, les lois, les pratiques, la société du xixe siècle n’imagine la femme que dans la dépendance masculine, passant de l’autorité d’un père à celle d’un mari puis, veuve, à celle d’un fils, à moins que célibataire elle soit placée sous celle d’un frère ou d’un oncle. Les employeurs, les familles et les femmes elles-mêmes intègrent ces représentations et l’activité féminine est fortement liée au cycle de vie. Bien des épouses et filles d’artisans ne déclarent pas d’activité alors que tous les contemporains observateurs de leur société notent leur présence à la boutique ou à l’atelier. La boulangère « a des écus », l’épouse « tient les livres », la mère et la fille du tailleur assurent les finitions, cousent jusqu’à point d’heure.

  • 190 Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise, Lyon, 1977, t. II, p. 67-68 ; O. Faron, La ville de (...)

143À Strasbourg comme à Lyon ou à Milan190, c’est à Pâques, à la Saint-Michel (29 septembre), à la Saint Martin (11 novembre), à Noël que les servantes entrent en service ou terminent leur contrat, c’est ainsi qu’elles le formulent en faisant leur déclaration. Alors que le boulanger pétrit et cuit son pain toute l’année, le confiseur ou le brasseur travaillent l’hiver pour des raisons de conservation ou de fêtes. En revanche, bateliers, maraîchers, horticulteurs et jardiniers chôment pendant la saison froide, tout comme les maçons ; à la morte saison, il faut bien vivre, on accepte souvent un travail moins qualifié et moins rémunéré ; les trajectoires individuelles étudiées l’illustrent.

  • 191 Vol. 79 p. 359.
  • 192 Vol. 91 p. 642.

144Les accidents du travail mettent fin à une pratique professionnelle. Jean Berg, « estropié » après une chute, ne peut plus grimper sur les charpentes et s’emploie comme journalier191. Il a plus de chance que Thiébaut Bronner, maçon, pour qui l’employé note « décès accidentel, chute »192.

145Le non-emploi est sélectif : comme aujourd’hui, il touche bien plus les femmes que les hommes, nous l’avons constaté à travers les trajectoires individuelles. Il frappe davantage les domestiques que les artisans qualifiés ; par exemple, nous avons constaté que les tailleurs de pierre changent peu d’emploi, connaissent peu ou pas d’interruption car la période des chantiers ouverts vers 1828-1830 offre du travail à une profession traditionnellement bien rémunérée et organisée par l’Œuvre Notre-Dame depuis la construction de la Cathédrale.

146Rappelons que notre source privilégie la mobilité résidentielle, elle mentionne plus rarement ceux qui sont sédentaires, excluant ainsi certains métiers.

2. L’artisanat reste le premier secteur d’activité de la ville

  • 193 Voir N. Stoskopf, La petite industrie, op. cit., p. 5, 23 ; et « Almanach du Commerce de Strasbourg (...)
  • 194 O. Faron, La ville des destins croisés, op. cit., p. 234 ; M. Perrot, Les femmes ou les silences de (...)
  • 195 Onze célibataires, quatre filles-mères, une veuve. Onze ont moins de 25 ans, cinq plus de 30 ans.

147Il regroupe un tiers soit 32,8 %, des travailleurs citadins, hommes et femmes, en particulier les métiers de la confection. Les ouvriers et artisans travaillent dans des ateliers plutôt qu’en usine. Quelques ouvriers du textile apparaissent dans les registres, tisserands, tisseurs, fileurs, dévideuses, cardeuses, tisseuses, tondeurs de drap : ils ne représentent que 2 % des mentions. Quelques grands ateliers sont établis à Strasbourg193, leur main-d’œuvre est curieusement minoritaire dans les registres. Serait-elle moins mobile ? Elle est surtout établie massivement dans les villages environnants. Même les travailleurs de la Manufacture des Tabacs ne pèsent que 0,6 % des déclarations ; on sait qu’à Strasbourg comme à Milan, les salaires y sont plus élevés, y compris pour les femmes, que le recrutement s’y fait dans le cadre familial ; plus grande stabilité d’emploi et meilleure rémunération permettent-elles aussi une moindre mobilité résidentielle194 ? À travers les registres, nous trouvons seize « ouvrières aux Tabacs », elles sont toutes nées en Alsace, ce sont toutes des femmes seules195, elles sont jeunes. Est-ce pour ces raisons quelles sont davantage mobiles et donc présentes dans les registres ?

  • 196 J. L. Pinol, Les mobilités de la grande ville ; Lyon..., Paris, 1991, p. 290 ; O. Faron, La ville d (...)

148La grande majorité sont des ouvriers travaillant chez des artisans, ce qui explique l’usage constant du langage corporatif tel qu’il se donne à lire dans les déclarations. En l’absence d’informations sur les revenus, ni les trajectoires individuelles ni la comparaison intergénérationnelle ne permettent d’indiquer un passage du statut de salarié à celui d’indépendant ; l’abolition du cadre corporatif le rendait théoriquement facile, il fut possible sans pour autant permettre une ascension sociale, ce que confirment d’autres travaux196. Cet effacement du cadre corporatif a plutôt rapproché les conditions de tous les artisans et fragilisé cet artisanat ouvrier qui nous apparaît constamment menacé, que ce soit par la perte de l’emploi ou la déqualification.

3. Des activités sont sous représentées

Activités commerciales

  • 197 Almanach du Commerce de Strasbourg, op. cit. ; P. Strohl, Manuel du commerce, de l’industrie, des s (...)
  • 198 Nous n’y avons pas trouvé Philippe Jacques Hatt, brasseur rue des Veaux, dans l’édition de 1813 par (...)

149Une minorité seulement des déclarants exercent un métier de commerce, soit 5 %, alors que Strasbourg, ville frontière avec un port sur le Rhin est un pôle commercial ; les annuaires publiés197 périodiquement à Strasbourg mettent en valeur le nombre et la diversité des marchands, sans pour autant être précis, ils mêlent producteurs et vendeurs, artisans et petite industrie, petit commerce et commerce de gros, ou exhaustifs198 ; ils sont organisés par liste alphabétique de produits, on trouve ainsi les mêmes négociants sous plusieurs rubriques : Mathias Blum vend aussi bien du drap que de la mousseline, du textile que du grain.

  • 199 Voir Strassenverzeichnis no°91, p. 18. C’est le cas des Buchetti, épiciers qui occupent un rez-de-c (...)

150Dans le corpus des déclarations domiciliaires, le petit commerce est davantage mentionné que les activités des négociants, les produits sont d’abord alimentaires et textiles. L’explication de cette sous-représentation des marchands parmi les déclarants est celle de la non mobilité de bien des boutiquiers et commerçants installés, locaux professionnels et logis se jouxtant le plus souvent199.

Fonctionnaires civils et militaires apparaissent par accroc dans le corpus

151Dans le cadre d’une centralisation politique et administrative renforcée par l’Empire et continuée par la Restauration, Strasbourg est le siège des administrations du département. On croise dans les registres les hauts fonctionnaires civils qui viennent, étape dans une carrière, y occuper un poste. Ils sont très peu nombreux, 1 % à peine, tout juste entrevus dans les registres, mais les employés de leurs services également, 1,8 %, alors qu’ils sont environ 15 % à Milan. Les annuaires ne mentionnent que les chefs de bureau et leurs adjoints, les différents services de l’État et de la Commune y totalisent une centaine de personnes.

152Les élites du savoir, 3 %, sont eux aussi peu nombreux, car peu mobiles ?

153Enfin, on croise les deux extrêmes de la hiérarchie militaire, les sans-grades en permission ou démobilisés de retour dans leur famille ou les officiers supérieurs qui logent en ville ou y prennent leur retraite, eux aussi peu nombreux, 3 %, car la majorité des militaires à Strasbourg sont encasernés et ne s’inscrivent pas dans les registres.

154On rencontre là les limites de notre source : l’aisance, voire la fortune ou l’enracinement réduisent la mobilité résidentielle, on rencontre beaucoup moins souvent ces Strasbourgeois prospères et installés.

4. Des Strasbourgeois majoritairement gagne-petit, à la limite de la pauvreté

  • 200 La situation est semblable à Milan (O. Faron, La ville des destins croisés, op. cit., p. 252-269).

155En revanche, la moitié des déclarants vivent à la limite du seuil de pauvreté, assurant à peine leur subsistance200. À travers l’étude prosopographique de leurs trajectoires, nous avons souligné le recours fréquent à la nécessaire solidarité familiale, condition de la survie puisque le travail est à la fois précaire et mal rémunéré ; quand le père est « sans état », l’épouse est journalière, les grands enfants travaillent.

156Si les femmes exercent des « métiers » si peu qualifiés qu’ils sont interchangeables, rapportant peu, la somme de leurs activités pèse pourtant dans l’économie de la ville (confection et services) et compte pour l’économie familiale de ces petites gens.

  • 201 C. Dauphin, « Femmes seules », art. cité.

157Aussi la solitude aggrave-t-elle la situation. Plus du tiers des personnes, 2 705 soit 44 % des 6 180, habitent seules au moins une fois dans leur itinéraire citadin, d’après leurs déclarations et les recoupements que l’on peut opérer. Parmi ces personnes seules, les femmes sont majoritaires201, le corpus dans ce cas est représentatif des réalités urbaines. On comprend que la prostitution soit occasionnelle, c’est la misère qui fournit ses rangs.

158Les autres pauvres apparaissent en filigrane dans les registres, soit par les observations qui signalent les indigents, les abandons d’enfants, les certificats d’indigence qui dispensent d’ouvrir une succession.

  • 202 E. Sablayrolles, L'enfance abandonnée à Strasbourg au xviiie siècle..., op. cit.

159Ceux qui sont dans les établissements de charité, « au refuge », n’apparaissent pas dans les registres sinon par une observation signalant la destination ou la provenance de ces malheureux. À Strasbourg même, trois établissements prennent en charge les enfants : l’Hospice des Orphelins, pour ceux dont les parents sont « Strasbourgeois », Les Enfants Trouvés à Saint-Jean pour les enfants abandonnés « exposés », et l’orphelinat de Neuhof. On leur apprend un métier avant de les placer202.

  • 203 Vol. 90 p. 665.
  • 204 Vol. 91 p. 689.
  • 205 S. Muckensturm, Soulager ou éradiquer la misère ?, op. cit.

160Les adultes, vagabonds et mendiants, sont enfermés dans les maison de refuge, J. Bilger203, journalier « envoyé en maison de refuge », ou envoyés à Haguenau où le dépôt de mendicité fut ouvert en 1808, en application du décret impérial de juillet 1808 ; c’est le cas de M. A. Gimisch veuve Bronner, « mise en liberté après cinq années de prison pour mendicité »204. Selon le principe de la rédemption par le travail, les pauvres y sont soumis à un régime sévère205.

161Bien loin du schéma d’une ascension sociale uniforme et généralisée, les trajectoires individuelles étudiées témoignent dans leur majorité de la recherche à tout prix d’un travail permettant d’assurer toit et subsistance. Cette mobilité professionnelle de gagne-petit tient davantage d’une fuite en avant rendue inévitable par les dérèglements du marché du travail.

162En effet, rares sont les exemples d’une mobilité ascendante au cours d’un cycle de vie. Il s’agit alors de l’évolution normale, espérée voire attendue, d’une « carrière » ; celle-ci passe par les étapes des études sanctionnées par un diplôme et une installation professionnelle. Faute de connaître les revenus des déclarants, nous ne pouvons apprécier que par accroc les possibilités de promotion.

163La mobilité intergénérationnelle se lit nettement pour quelques représentants des élites urbaines enregistrés. Des fils de négociants, commis négociants dès leur jeunesse, prennent le relais et prospèrent, des fils de fabricants continuent et développent l’entreprise paternelle, l’endogamie matrimoniale étant la règle. L’enracinement prospère des négociants, fabricants, petits patrons traduit plutôt stabilité et développement que mobilité.

164Nous avons rencontré quelques cas d’ascension sociale par le canal d’une carrière ecclésiastique, les fils de pasteurs devenant médecins ou négociants, soit par le biais de l’enseignement et des études, des parents humbles ayant des fils pasteurs.

165Quelques ascensions plus fragiles apparaissent. Des militaires de l’Empire établissent des fils employés de l’État, des petits patrons artisans ont des fils négociants, des journaliers non qualifiés sont parents d’ouvriers qualifiés, mais qu’en est-il des perspectives ? Ces mobilités sont précaires car ces métiers sont eux-mêmes menacés. Enfin, elles ne concernent jamais les filles. À travers les déclarations domiciliaires, nous voyons se dessiner une société fragilisée : les espoirs nés de la Révolution sont balayés et les conseils d’enrichissement prônés par Guizot apparaissent singulièrement dérisoires.

Notes

1 S. Cerutti, La ville et les métiers. Naissance d’un langage corporatif. Turin, xviie-xviiie siècles, op. cit. ; G. Levi, « Carrières d’artisans et marché du travail à Turin, xviiie-xixe siècles », AESC, 1990, no°6, p. 1351-1364 ; O. Faron, La ville des destins croisés, op. cit., p. 200 sqq. ; M. Gribaudi, A. Blum, « L’espace social : des catégories aux liens individuels. L’analyse statistique de l’espace social », art. cité ; N. Stoskopf, La petite industrie..., op. cit., p. 5.

2 Il est nécessaire de procéder à ces deux classements car chaque personne a un nombre variable de déclarations et peut déclarer des activités différentes selon les déclarations. Voir Μ. N. Hattdiener, Thèse, annexe I.

3 Servantes, 723 personnes soit 9 %, ouvrières, 297 soit 3,8 %, journaliers, 296 soit 3,7 %, journalières, 227 soit 2,9 %.

4 Cordonniers, 199 soit 2,5 %, couturières, 141 soit 1,8 %, tailleurs, 131 soit 1,7 %, menuisiers, 76 soit 0,96 %.

5 Composé d’étudiants, 48 soit 0,6 %, de domestiques, 46 soit 0,58 %, de rentières, 50 soit 0,63 %, de filles publiques, 46 soit 0,58 %.

6 P. Bourdelais, « Le poids démographique des femmes seules en France », ADH, 1981 section A, p. 215-227 ; A. Farge, Ch. Klapisch-Zuber, Madame ou Mademoiselle ? Itinéraires de la solitude féminine 18e-20e siècles, Paris, Arthaud Montalba, 1984 p. 66-67.

7 Vol. 48 p. 240 ; vol. 46 p. 180.

8 G. Beaujacques, officier ou capitaine : vol. 36 p. 100, vol. 84 p. 434. P. Baudet, officier ou capitaine : vol. 90 p. 682 ; vol. 37 p. 796.

9 Vol. 90 p. 815 ; vol. 79 p. 87 ; vol. 91 p. 756.

10 Vol. 79 p. 119 ; vol. 91 p. 478.

11 Vol. 46 p. 76 ; vol. 45 p. 499.

12 Vol. 46 p. 242 ; vol. 53 p. 268.

13 Vol. 90 p. 239, 240.

14 Vol. 48 p. 49, 345, 451.

15 Vol. 45 p. 646, 575 ; vol. 36 p. 293.

16 Vol. 48 p. 758 ; vol. 61 p. 357.

17 Vol. 53 p. 490 ; vol. 90 p. 813.

18 Vol. 46 p. 414 ; vol. 53 p. 415.

19 Vol. 61 p. 371.

20 Vol. 89 p. 521.

21 M. Muller, ministre du culte, et son épouse, épuisent trente servantes en six mois dont Madeleine Baldauf qui ne reste même pas un jour entier : vol. 90 p. 381 ; A. Weiler a quatre servantes en trois mois, elle se plaint de ses choix malheureux (op. cit., p. 229) ; elle-même, préceptrice en Prusse, fut licenciée avec un préavis de trois mois ; mais la durée du « chômage » à Berlin lui « mangea » ses économies quoique logée dans une mansarde au troisième étage d’un hôtel garni (op. cit., p. 443, 448, 455).

22 Vol. 80 p. 229 ; vol. 36 p. 140.

23 Vol. 46 p. 382 ; vol. 53 p. 107.

24 Vol. 61 p. 255 ; vol. 37 p. 849.

25 Vol. 46 p. 245 ; vol. 35 p. 231 ; vol. 89 p. 466.

26 Vol. 89 p. 537 ; vol. 84 p. 473.

27 Vol. 46 p. 374 ; vol. 48 p. 28.

28 Vol. 90 p. 56 ; vol. 48 p. 262.

29 Vol. 90 p. 37 ; vol. 61 p. 136.

30 Vol. 47 p. 151 ; vol. 36 p. 208.

31 Vol. 91 p. 802 ; vol. 37 p. 627.

32 Vol. 84 p. 449 ; vol. 90 p. 909.

33 Vol. 89 p. 602, 598.

34 Vol. 61 p. 52 ; vol. 48 p. 664.

35 Vol. 53 p. 10 ; vol. 36 p. 30.

36 Vol. 79 p. 78 ; vol. 89 p. 681.

37 Vol. 46 p. 208 ; vol. 42 p. 370 ; vol. 48 p. 65.

38 Vol. 45 p. 575, 631 ; vol. 48 p. 255.

39 Vol. 79 p. 162, 223.

40 J. Bressle, « tonnelier ex » a soixante-dix-sept ans : vol. 48 p. 658. Ed. Berthollet est « pensionnaire retraité » à soixante ans : vol. 48 p. 700. M. Boltz « boulanger ex » : vol. 45 p. 554.

41 327 déclarations dont 108 avec l’indication d’une profession.

42 Vol. 42 p. 308.

43 Vol. 46 p. 394.

44 Vol. 61 p. 437.

45 Vol. 48 p. 320.

46 Vol. 79 p. 163.

47 Vol. 89 p. 14.

48 Vol. 79 p. 291.

49 Vol. 61 p. 534 ; vol. 45 p. 507.

50 Vol. 84 p. 290 ; vol. 90 p. 568.

51 Vol. 84 p. 100 ; vol. 37 p. 745.

52 Vol. 91 p. 788 ; vol. 90 p. 778.

53 Vol. 90 p. 798, 900.

54 Vol. 90 p. 730.

55 Vol. 121 p. 299.

56 A. Weiler, op. cit., p. 230.

57 Barbe Bertat servante puis brodeuse, se marie et ne déclare plus de profession (vol. 42 p. 429 ; vol. 46 p. 332 ; vol. 48 p. 33), de même qu’Elisabeth Tuethay servante à 23 ans (vol. 89 p. 390 ; vol. 48 p. 41), ou Madeleine Bonardo, servante célibataire à quarante ans et mariée à quarante-quatre (vol. 90 p. 166, 689) ; A. Marie Pfau, 36 ans, ouvrière tant qu’elle vit en concubinage, arrête de travailler une fois mariée à 47 ans (vol. 90 p. 547 ; vol. 36 p. 364) ; Caroline Hollinger, mariée à 29 ans et sans profession, une fois abandonnée à 31 ans survit comme journalière mais peut abandonner cette condition lors de son remariage à 33 ans (vol. 37 p. 472 ; vol. 85 p. 494, 532).

58 Vol. 80 p. 299 ; vol. 53 p. 210 ; vol. 79 p. 196 ; vol. 48 p. 280.

59 Vol. 35 p. 44.

60 Vol. 48 p. 592.

61 Vol. 65 p. 300.

62 Moins de 25 ans : quatre personnes, de 25 à 30 ans : huit personnes, de 31 à 40 ans : dix personnes, plus de 40 ans : huit personnes.

63 Y. Kniebiehler, Histoire des mires. Du Moyen Âge à nos jours, Paris, Montalba, 1980.

64 L. Tilly, J. W. Scott, Les femmes, le travail, la famille, Paris, Rivages, 1987.

65 Vol. 80 p. 210.

66 Vol. 79 p. 336.

67 Vol. 91 p. 687.

68 C. Brulbaut née Jacobin : vol. 45 p. 526 ; M. Th. Bury née Olry : vol. 48 p. 45.

69 Vol. 89 p. 494.

70 Vol. 61 p. 508.

71 Vol. 46 p. 372.

72 Vol. 79 p. 397, 416 ; vol. 80 p. 46. Voir carte d’itinéraire intra-urbain p. xxv.

73 Analyse factorielle en composantes principales suivie d’une analyse hiérarchique ascendante par la méthode des centres mobiles dont nous expliquons les étapes en détail dans la thèse.

74 Soit 4 767 lignes-déclarations x 32 colonnes-variables

75 Nous appellerons « parangon » une personne dont les situations sont exemplaires d’un groupe typologique issu de l’analyse factorielle.

76 Profils typologiques des groupes, voir Thèse, vol. I p. 156-174 et annexe I p. 211-219.

77 Vol. 90 p. 330, 146.

78 Vol. 35 p. 388 ; vol. 91 p. 474. Situations identiques pour deux autres veuves, sans enfants à charge : Elisabeth Bitterlin vient de Bâle en 1812 ; à 45 ans elle gagne sa vie comme ouvrière, un an plus tard comme journalière, elle vit seule : vol. 90 p. 412, 62. Catherine Roser, veuve Becker, alterne elle aussi entre « ouvrière » et « journalière » aux mêmes âges : vol. 61 p. 226 ; vol. 62 p. 136.

79 Vol. 35 p. 478 ; vol. 37 p. 838 ; vol. 85 p. 377.

80 Voir Thèse, vol. I, annexe I.

81 Elle se lit par les pics « Autres », interruption de travail.

82 Vol. 45 p. 588 ; vol. 48 p. 31, 71, 265. Barbe Barthélémy, fille d’une veuve journalière, sœur de journalières, est, entre 18 et 23 ans, tour à tour servante, ouvrière, sans travail, parfois aussi fille publique. Elle vit soit chez sa mère, soit avec l’une de ses sœurs et un neveu : vol. 90 p. 545, 106, 694, 698, 741 ; vol. 85 p. 505, 526.

83 Vol. 90 p. 361 ; vol. 91 p. 308, 323, 324, 603. De même Madeleine Berlichy élève deux enfants ; fille-mère comme sa sœur, elle gagne sa vie, entre des périodes d’inactivité, comme ouvrière, servante, journalière ; à la différence de sa sœur Marie Anne, jamais elle n’est notée « fille publique » ; vol. 48 p. 583, 593, 719 ; vol. 62 p. 254 ; vol. 37 p. 511, 776. Autre exemple, Louise Brandstetter fait partie d’une tribu : un père, veuf, tailleur, deux frères tailleurs, deux sœurs ouvrières ou servantes. Après le remariage du père, la fratrie déloge et l’aîné, invariablement tailleur, emploie ses sœurs comme ouvrières en robes ; toute la fratrie loge ensemble plusieurs années consécutives, même après le mariage de l’aîné ; le destin de Louise est donc tout tracé entre ses 18 et 25 ans : vol. 48 p. 710 ; vol. 37 p. 454, 700 ; vol. 89 p. 470 ; vol. 91 p. 235, 393.

84 Vol. 48 p. 235, 758 ; vol. 61 p. 10 ; vol. 36 p. 111 ; vol. 39 p. 746 ; vol. 91 p. 751.

85 Vol. 35 p. 465 ; vol. 65 p. 10 ; vol. 62 p. 130 ; vol. 48 p. 636 ; vol. 80 p. 114.

86 Les déclarations domiciliaires n’indiquent pas toujours les liens de parenté et nous n’avons pu reconstituer que quelques dizaines de familles. Aussi avons-nous étudié la mobilité professionnelle en comparant les métiers de deux générations d’habitants, hommes et femmes. L’étude statistique compare 5 734 situations professionnelles croisées entre elles. La méthode suivie et l’analyse détaillée des résultats sont exposées dans notre thèse, chapitre « Tel père, tel fils ? ». Voir Thèse, vol. I p. 177-220, annexe vol. I p. 227-285.

87 Barbe Bornert, sœur du ferblantier : vol. 84 p. 294. Hélène Beyerle : vol. 79 p. 20. Caroline Barfuss, fille de Dorothée – plus souvent fille publique que servante –, est-elle aussi servante avant d’épouser un voisin, imprimeur typographe : vol. 89 p. 477.

88 Vol. 36 p. 172 ; vol. 91 p. 112.

89 Vol. 91 p. 687.

90 Vol. 90 p. 361.

91 Vol. 79 p. 62.

92 Vol. 46 p. 11.

93 D. Bayer, imprimeur : vol. 90 p. 669. J. Bussert charpentier : vol. 37 p. 812. M. Bauth menuisier : vol. 35 p. 441. Balthasar Burger tailleur : vol. 91 p. 79. J. Pierre Bain, cartonnier : vol. 48 p. 315.

94 Vol. 79 p. 387.

95 Vol. 79 p. 268.

96 A. Weiler, op. cit., p. 153.

97 Ibidem, p. 26.

98 À l’initiative des tenants du christianisme social, cette caisse d’épargne, créée en 1834 pour lutter contre l’usure, remporte un grand succès puisqu’on compte un livret pour dix habitants ; avant 1840, 40 % des clients effectuent des dépôts modestes et volatils. B. Vogler, « La Caisse d’Épargne de Strasbourg, 1834-1870 », Annuaire de la Société des Amis du Vieux Strasbourg, 1986, no°6.

99 Vol. 79 p. 87.

100 Vol. 46 p. 369.

101 Joséphine Ballade : vol. 90 p. 168.

102 Victoire Blaettel : vol. 79 p. 239.

103 . Christine Bussert née Jud : vol. 91 p. 104.

104 Elisabeth Baron, parangon du groupe (voir supra note 84) : vol. 91 p. 751.

105 L. Tilly, J. W. Scott, Les Femmes, le travail et la famille, op. cit. ; M. Perrot et G. Duby (dir.), Histoire des Femmes en Occident, t. 3 et 4, Paris, Plon, 1992.

106 Discours étudiés par J.W. Scott, « La travailleuse », art. cité, p. 428-444.

107 A. Weiler, op. cit., p. 181.

108 M. Joséphine Appfel, veuve du brasseur Bresslé, épouse en secondes noces un brasseur venu de Paris, Pierre Bonot : vol. 45 p. 540.

109 O. Faron, La ville des destins croisés…, op. cit., p. 205, 212.

110 M. Garden, Lyon et les Lyonnais..., op. cit., p. 139.

111 D. Godineau, Citoyennes Tricoteuses. Les femmes du peuple à Paris pendant la Révolution Française, Aix en Provence, Alinéa, 1988, p. 67.

112 C. Dauphin, « Femmes seules », dans Histoire des Femmes, op. cit., t. 4, p. 446-458.

113 Il ne faut pas oublier que chaque femme peut faire plusieurs déclarations et varier la déclaration professionnelle en fonction du moment ; d’autre part le terme de « journalière » recouvre une grande partie de ces activités.

114 M. Perrot, « Éloge de la ménagère dans le discours des ouvriers français au xixe siècle », art. cité, p. 133.

115 M. Perrot, op. cit., p. 16.

116 A. Weiler, op. cit., p. 249, 263.

117 Ibidem, p. 30.

118 Ibidem, p. 51, 221.

119 A. Corbin, « Le grand siècle du linge », dans Le Temps, le désir et l’horreur, Paris, 1991, p. 23-52.

120 A. Weiler, op. cit., p. 183, 222.

121 Ibidem, p. 91, 128, 209.

122 Ibidem, p. 110.

123 A. Weiler, op. cit., p. 123, 174.

124 A. Fine, « Le trousseau », dans M. Perrot (dir.), Une histoire des femmes est-elle possible ?, Marseille, Rivages, 1984.

125 Voir la carte du Strasbourg d’Amélie Weiler, p. xiii et son étude p. 124-127.

126 Présentation de la source, supra p. 20-21, 87.

127 Vol. 89 p. 585.

128 Vol. 65 p. 393.

129 Vol. 80 p. 102 ; vol. 90 p. 579.

130 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 54. O. Faron n’en rencontre que 41 dans l’anagraphè de Milan (La ville des destins croisés..., op. cit., p. 270).

131 Seules huit d’entre elles ne sont enregistrées qu’une fois ; voir la carte d’itinéraires intra-urbains de Dorothée Barfuss, p. xxx.

132 On perd leur trace ensuite, quatre ont quitté la ville, souvent « renvoyées ».

133 L. Joly, La criminalité à Paris sous le Directoire 1795-1799, mémoire de maîtrise, Université Paris IV-Sorbonne, 1993, p. 25, cité par O. Faron (La ville des destins croisés..., op. cit., p. 271).

134 S. Guibout, Prostitution et prostituées à Strasbourg, 1830-1870, mémoire de maîtrise, Université Marc-Bloch/CRHV, 1993.

135 A. Corbin, Les filles de noce : misère sexuelle et prostitution 19e et 20e siècles, Paris, 1978 et J. Walkowitz, « La prostitution », dans Histoire des Femmes, op. cit., t. 4, p. 391-403.

136 Vol. 79 p. 341 ; vol. 90 p. 881.

137 Vol. 90 p. 63, 114.

138 Vol. 42 p. 530 ; vol. 80 p. 115 ; vol. 89 p. 738.

139 Vol. 46 p. 219 ; vol. 48 p. 26.

140 Vol. 46 p. 192 ; vol. 45 p. 397.

141 Vol. 79 p. 495 ; vol. 90 p. 348.

142 Vol. 79 p. 98 ; vol. 45 p. 575.

143 C’est l'interprétation que formule O. Faron à propos des parcours milanais (La ville des destins croisés…, op. cit., p. 203).

144 Vol. 85 p. 439 ; vol. 80 p. 267, 465, 187 ; Frédéric Betz, lui aussi venu d’Allemagne, à 24 ans, est compagnon baquetier ; trois mois plus tard, il part à Nancy. On le retrouve ensuite à deux adresses dans Strasbourg, toujours baquetier, avant qu’il ne « rentre dans ses foyers », en Allemagne. Puis à nouveau Strasbourgeois, il est brasseur « chez Lauth » : vol. 90 p. 563 ; vol. 89 p. 733, 734 ; vol. 91 p. 798.

145 Vol. 61 p. 469, 109 ; vol. 48 p. 134 ; vol. 45 p. 672. Parcours identiques pour deux autres jardiniers. Henri Birck est un vieux jardinier ; on le suit entre 60 et 75 ans ; veuf, il vit avec ses enfants soit chez sa fille épouse de jardinier et sans enfant, soit chez Jacques, célibataire, lui-même jardinier, plus rarement chez J. Daniel ouvrier aux Tabacs mais chargé de trois enfants : vol. 79 p. 162, 228 ; vol. 46 p. 104 ; vol. 37 p. 451. Georges Bindel apparaît dans les registres dès l’âge de 16 ans, sans profession, célibataire ; on le retrouve ensuite entre 21 ans et 33 ans tantôt jardinier tantôt journalier, quelquefois sans profession déclarée ; il a pourtant quatre enfants à nourrir : vol. 89 p. 4 ; vol. 90 p. 4 ; vol. 91 p. 84 ; vol. 45 p. 689 ; vol. 90 p. 547, 569.

146 Vol. 90 p. 913, 727 ; vol. 37 p. 648 ; vol. 80 p. 376 ; vol. 48 p. 54 ; vol. 61 p. 29.

147 Vol. 37 p. 673 ; vol. 90 p. 884 ; vol. 91 p. 73.

148 Vol. 48 p. 747 deux fois, 728.

149 Vol. 46 p. 436 ; vol. 65 p. 280, p. 435.

150 Vol. 53 p. 188 ; vol. 89 p. 579, 611, 687.

151 Vol. 46 p. 489 ; vol. 35 p. 73 ; vol. 46 p. 321 ; vol. 35 p. 438 ; vol. 53 p. 329 ; même type de parcours pour deux autres chefs de famille. André Bertat est employé de mairie, marié et père de deux enfants en 1817. Six ans plus tard, avec cinq enfants, il emménage près de son lieu de travail, la mairie, où il est employé entre 25 et 43 ans. On le retrouve « sans état » à 44 ans, encore chargé de quatre enfants : vol. 79 p. 73 ; vol. 45 p. 550 ; vol. 48 p. 452.
Jean Bruck, 30 ans, marié deux enfants, est « ouvrier aux Tabacs » ; un an plus tard, en 1811, il déclare être « journalier » mais aucun enfant ne vit avec le couple. En 1818, il est à nouveau « ouvrier aux Tabacs », cette fois les deux enfants vivent à son foyer, il habite le même immeuble qu’un beau-frère collègue de travail. En 1820, il emménage avec épouse et enfants chez ses beaux-parents, à 39 ans, il se retrouve « sans état » ; deux ans plus tard, en 1822, il quitte ses beaux-parents, il est « crieur public » et le reste jusqu’à sa mort en 1830 : vol. 62 p. 262, 279 ; vol. 48 p. 54, 807 ; vol. 61 p. 234 ; vol. 37 p. 420 ; vol. 84 p. 152 ; vol. 36 p. 269.

152 Vol. 36 p. 387 : vol. 48 p. 340 ; vol. 37 p. 639, 460 ; vol. 91 p. 475, 278 ; vol. 36 p. 10, 321, 308 ; vol. 37 p. 486 ; vol. 36 p. 278.

153 Guillaume Brodaug est né en 1789 ; en 1814, à 25 ans, il est « militaire congédié » et se déclare encore comme tel en 1815. Jusqu’en 1818 il est « sans état », marié mais sans charge d’enfant. Entre 1818 et 1825, une fois père de famille, il est « jaugeur » ; de 1825 à 1831 il est « guichetier », précisant parfois « à la maison de force », quatre enfants sont nés entre temps. Le plus souvent employé par l’administration, il n’échappe donc pas à une reconversion malaisée puisque sans travail pendant quatre ans, il vit alors d’une modeste pension : vol. 53 p. 188, 493 ; vol. 91 p. 722, 756, 691, 757, 762 ; vol. 90 p. 855 ; vol. 91 p. 740, 802.

154 Ce groupe ne compte que deux individus. Comment interpréter l’itinéraire de J. André Becker ? À 34 ans, célibataire, il se dit « homme de lettres » ; dix ans plus tard il se présente comme « homme d’affaires », mais le teneur de livres ajoute dans la colonne observations « sous la surveillance de la haute police, escroc ». À 47 ans, il change de vie, se marie et se déclare « écrivain ». La littérature n’étant point nourricière, on le retrouve entre 49 et 54 ans toujours marié, à nouveau « homme d’affaires » et enfin, à 58 ans – dernière trace – il se dit « praticien » : vol. 46 p. 52 ; vol. 48 p. 283 ; vol. 36 p. 382,404 ; vol. 37 p. 523, 725, 740 ; vol. 53 p. 352, 403 ; vol. 83 p. 303 ; vol. 90 p. 714, 728 ; vol. 91 p. 169.
L’autre, J. Louis Borde, père de Joseph, né à Strasbourg en 1772, y revient en 1808 venant de Bischwiller. Suivons-le à travers 20 déclarations jusqu’à sa mort en 1826. À son retour à Strasbourg en 1808, il a 36 ans, est marié, trois de ses enfants l’accompagnent : l’un né à Haguenau en 1802, Joseph en 1804 à Cologne, le troisième chez sa grand-mère maternelle à Wasselonne en 1808. Il déclare être « mathématicien », il l’est encore l’année suivante. En 1811 il est « instituteur », vit avec son épouse et ses deux aînés. En 1814, il est durant quelques mois « employé à l'hôpital militaire », en 1815 le voilà « homme de lettres », seul, sans épouse ni enfants : ont-ils quitté la ville assiégée en 1814 se réfugiant à Wasselonne où naît Barbe en 1816 ? Entre 1816 et 1818, le revoilà « instituteur », marié mais sans enfant déclaré à Strasbourg. Ensuite, de 1818 à 1820, il déclare la profession d’« employé », ses 4 enfants vivent avec lui. En 1820 et 1821 il est à nouveau « homme de lettres », à cette date-là, il vit avec son épouse et sa dernière-née Barbe. « Employé » de 1821 à 1823, il précise une seule fois (sur 4 déclarations) qu’il travaille « aux Contributions Indirectes ». En 1823 et 1824 il est « ex-employé », puis à nouveau « employé ». Enfin, il meurt en 1826 « homme de lettres ». Cet itinéraire professionnel suivi pendant dix huit ans rend compte que sous leur apparente diversité, les professions exercées sont du même niveau de qualification et de rémunération. Il y a cependant quelques aléas – la guerre, le siège de la ville et le chômage à deux reprises au moins. Que signifient les formulations « homme de lettres » ou « mathématicien » ? Emphase, ambition, espoir ou le tout à la fois ? Constatons que Joseph, dont l’itinéraire est décrit quelques lignes plus haut, suit sur tous les plans les traces du père : vol. 79 p. 230, 268, 339, 417, 425, 457 ; vol. 46 p. 219 ; vol. 48 p. 157 ; vol. 62 p. 25, 61 ; vol. 35 p. 144 ; vol. 36 p. 327 ; vol. 37 p. 710 ; vol. 53 p. 283, 302 ; vol. 89 p. 99 ; vol. 90 p. 655, 741 ; vol. 91 p. 500.

155 Vol. 65 p. 128, 317 ; on retrouve le même type de parcours chez J. J. Beyerlé que l’on suit plus longtemps : il a 36 ans quand on le rencontre dans les registres ; « pensionnaire », il emménage avec son épouse et quatre enfants ; la pension étant sans doute insuffisante, il se déclare aussi « journalier ». Deux ans plus tard, il nourrit 5 enfants dans les mêmes conditions ; à 50 ans, redevenu simple pensionnaire, il n’a plus que deux enfants chez lui : vol. 85 p. 498 ; vol. 90 p. 581 ; vol. 37 p. 590.

156 Vol. 36 p. 332 ; vol. 37 p. 743 ; vol. 91 p. 194.

157 Vol. 48 p. 388 ; vol. 61 p. 401 ; vol. 37 p. 590 ; vol. 91 p. 81 ; vol. 46 p. 213 ; vol. 53 p. 402 ; vol. 79 p. 387.

158 Vol. 42 p. 391 ; vol. 61 p. 382, 421.

159 Vol. 89 p. 472 ; vol. 48 p. 307, 119 ; vol. 61 p. 44 ; vol. 36 p. 325 ; vol. 91 p. 215.

160 Vol. 46 p. 60, 219, 244 ; vol. 42 p. 478 ; vol. 47 p. 176 ; vol. 48 p. 87.

161 Vol. 35 p. 174 ; vol. 53 p. 188 ; vol. 89 p. 673.

162 Vol. 89 p. 338 ; vol. 79 p. 412.

163 Vol. 90 p. 56 ; vol. 48 p. 547, 262.

164 Vol. 90 p. 37 ; vol. 61 p. 136.

165 Vol. 46 p. 374 ; vol. 48 p. 28 ; vol. 91 p. 513.

166 Vol. 90 p. 148, 185.

167 Vol. 53 p. 170 ; vol. 48 p. 145.

168 Vol. 90 p. 393 ; vol. 89 p. 801.

169 Étudiée en détail dans la thèse, chapitre « Tels pères, tels fils ? », Thèse, vol. I, p. 198-212.

170 Vol. 61 p. 52.

171 Vol. 46 p. 467 ; vol. 65 p. 68.

172 Vol. 61 p. 52.

173 Vol. 48 p. 664.

174 Vol. 61 p. 52.

175 Vol. 61 p. 210.

176 Vol. 61 p. 103.

177 Vol. 61 p. 24.

178 Vol. 79 p. 29 ; il figure dans les almanachs.

179 Vol. 79 p. 478.

180 Vol. 79 p. 29.

181 Vol. 61 p. 160 ; vol. 35 p. 210.

182 Vol. 45 p. 526, 611 ; vol. 89 p. 347.

183 Vol. 61 p. 491.

184 Vol. 90 p. 82.

185 Vol. 90 p. 58.

186 Vol. 90 p. 404.

187 Vol. 61 p. 491.

188 Vol. 48 p. 529 ; vol. 36 p. 212.

189 Voir infra p. 144.

190 Y. Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise, Lyon, 1977, t. II, p. 67-68 ; O. Faron, La ville des destins croisés, op. cit., p. 150.

191 Vol. 79 p. 359.

192 Vol. 91 p. 642.

193 Voir N. Stoskopf, La petite industrie, op. cit., p. 5, 23 ; et « Almanach du Commerce de Strasbourg », op. cit., plus de 100 tisserands sont cités.

194 O. Faron, La ville des destins croisés, op. cit., p. 234 ; M. Perrot, Les femmes ou les silences de l’Histoire, op. cit., p. 130.

195 Onze célibataires, quatre filles-mères, une veuve. Onze ont moins de 25 ans, cinq plus de 30 ans.

196 J. L. Pinol, Les mobilités de la grande ville ; Lyon..., Paris, 1991, p. 290 ; O. Faron, La ville des destins croisés, op. cit., p. 196.

197 Almanach du Commerce de Strasbourg, op. cit. ; P. Strohl, Manuel du commerce, de l’industrie, des sciences, des arts et des métiers de la ville de Strasbourg, op. cit. ; E. Hoellbecq, Almanach du commerce, de l’industrie, des arts et métiers de la ville de Strasbourg, op. cit. Avant 1861, les recensements n’indiquent pas de classement de la population active, il faut donc recourir à des recoupements avec des listes établis dans les annuaires ou almanachs. Ceux-ci indiquent les marchands, les artisans patrons mais ignorent leurs salariés et toutes les personnes non qualifiées.

198 Nous n’y avons pas trouvé Philippe Jacques Hatt, brasseur rue des Veaux, dans l’édition de 1813 par exemple ; il est vrai qu’il ne reprend l’entreprise paternelle qu’en novembre 1813.

199 Voir Strassenverzeichnis no°91, p. 18. C’est le cas des Buchetti, épiciers qui occupent un rez-de-chaussée et un deuxième étage, 3 rue des Dominicains, avant qu’ils ne s’installent en face place du Marché aux Grains ; par contre, M. Bloch habite au no°38 rue des Grandes Arcades, son magasin de marchand tailleur étant au no°48 de la même rue, deux lieux qui n’empêchent pas une stabilité résidentielle forte.

200 La situation est semblable à Milan (O. Faron, La ville des destins croisés, op. cit., p. 252-269).

201 C. Dauphin, « Femmes seules », art. cité.

202 E. Sablayrolles, L'enfance abandonnée à Strasbourg au xviiie siècle..., op. cit.

203 Vol. 90 p. 665.

204 Vol. 91 p. 689.

205 S. Muckensturm, Soulager ou éradiquer la misère ?, op. cit.

Notes de fin

1 A. Weiler, Journal d'une jeune fille mal dans son siècle, 1840-1859, La Nuée Bleue, Strasbourg 1994, 477 p. Les paginations indiquées entre crochets se rapportent à cette édition.

2 C. Cosnier, Le silence des filles. De l'aiguille à la plume, Fayard, 2001, 332 p.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12232/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search