Version classiqueVersion mobile

Strasbourg et strasbourgeois à la croisée des chemins

 | 
Marie-Noèl Hatt-Diener

L’atelier de l’Histoire

Texte intégral

1Construire la mobilité urbaine comme objet d’histoire suppose de répondre à un certain nombre de questions, de faire des choix et d’adapter des démarches à ce type d’étude. Expliquer ces points de méthode est l’objet de ce chapitre.

A. Le choix du sondage

  • 1 Ils diffèrent donc du registre, mis au point en Belgique par A. Quetelet, combinant éléments statiq (...)

2Parmi les registres conservés aux AMS, nous en avons étudié vingt-et-un, ce qui représente le déchiffrement d’environ 25 000 pages. Ces registres, il faut le préciser à nouveau, ne sont pas des registres de recensement, ils consignent les flux d’habitants, emménageant, déménageant, rue par rue, maison par maison1.

  • 2 Statistique de la France, Paris, 1837, tableaux généraux de population p. 154-199, p. 276. Entre 18 (...)

3Il était impossible d’envisager une étude exhaustive des déclarations. La commune de Strasbourg déclare aux dénombrements successifs 46 345 habitants en 1793, environ 49 000 en 1799, 54 820 en 1813 dont 47 000 « fixes », nés à Strasbourg, et 7 000 à 8 000 « précaires »2. En 1837, selon les autorités royales le seuil fatidique de 50 000 habitants est franchi.

4Cette mise au point concernant le dénombrement de la population strasbourgeoise nous décide à choisir un échantillon parmi ces 50 000 habitants, représentatif de leur diversité et de leur rapport à l’espace urbain.

5Il faut alors choisir l’espace étudié, les registres couvrant un certain nombre de rues, vérifier le suivi de la tenue des registres puis établir un échantillon des personnes selon les critères que nous allons exposer.

1. Le sondage spatial

  • 3 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit.

6La conception topographique des registres impose en premier lieu le choix de l’espace étudié. La tenue des registres assure un suivi des rues cohérent et sérieux pour les quartiers du centre de l’ellipse insulaire, dessinée au cœur de la ville par les deux bras de l'Ill. L’étude exhaustive menée sur l’enquête de 17893, recensant 12 554 chefs de ménage, mettait en valeur la densité de rues en ce centre névralgique ainsi que les caractéristiques socio-économiques de leurs habitants. Nous avons privilégié l’étude de ces rues afin d’établir la comparaison pertinente.

  • 4 Car elle est inscrite sur les registres en haut de page par les employés de police.

7Par ailleurs, l’examen de quelques centaines d’itinéraires a montré que les trajectoires des habitants dans la ville passent dans une forte proportion par le centre, qu’ils viennent de la périphérie, y retournent ou qu’ils arrivent à Strasbourg. Nous avons choisi les itinéraires individuels de personnes qui font au moins trois déclarations domiciliaires sans discontinuité chronologique en ne relevant que l’adresse synchrone de la déclaration qui est la plus sûre4. Dans un premier temps, on sélectionne les habitants qui vont d’un canton à l’autre, on obtient alors un échantillon de 650 personnes caractérisées par au moins trois déménagements et sept au plus.

  • 5 240 personnes, soit 36 %, restent uniquement dans l’ellipse insulaire (cantons 3, 4, 5, 6, 7) : 186 (...)
  • 6 Pourtant nous avons rencontré ce cas au cours de l’étude des itinéraires de toutes les personnes ay (...)
  • 7 J. L. Pinol, « La mobilité d’une grande ville : Strasbourg de 1870 à 1940 », art. cité, p. 205.
  • 8 M. Gribaudi, « Espace ouvrier et parcours sociaux : Turin dans la première moitié du xxe siècle », (...)

8Que constate-t-on ? Un tiers d’entre elles séjourne uniquement dans l’ellipse insulaire, deux tiers circulent entre centre et périphérie5. Par ailleurs, la fréquence des déménagements n’est pas la même : les habitants de l’ellipse insulaire déménagent moins souvent dans l’un des quatre cantons qui la composent. Ceux qui délogent de la périphérie au centre et vice-versa déménagent plus fréquemment. Enfin, dans cet échantillon, on ne trouve pas une seule personne ne circulant que dans les cantons périphériques, sans jamais habiter le centre6. J. L. Pinol a déjà constaté l’attraction du centre sur les nouveaux arrivants, quelques décennies plus tard7. M. Gribaudi a montré que les ouvriers émigrant de la campagne piémontaise à Turin au début du xxe siècle, s’entassent dans les mansardes et les garnis du centre-ville, (en 1931 44 % des ouvriers actifs) et que de nombreuses familles se déplacent continuellement d’un quartier à l’autre, du centre à la périphérie et inversement8. Le centre-ville doit donc constituer l’espace le plus complètement étudié aussi bien dans la diversité des rues que sur une durée significative.

  • 9 Voir chapitre « Chemins croisés », infra p. 185.
  • 10 Carte p. v.

9D’autre part, la conjoncture guerrière de la fin de l’Empire renforce le caractère militaire de la ville ; cela nous incite à étudier les quartiers de l’Est, entre la porte des Pêcheurs, l’Esplanade militaire et la porte de l’Hôpital. Les autres quartiers « périphériques » quoique toujours intra-muros, le Marais Vert, le Faubourg Blanc, le Finkwiller, ne sont abordés qu’à travers les itinéraires que nous avons reconstitués pour étudier la mobilité résidentielle intra-urbaine9. La carte précisant la situation géographique des rues rencontrées dans le corpus des adresses montre que ces rues couvrent l’ensemble du territoire intra-muros ; la pertinence du sondage spatial centré sur l’ellipse est ainsi manifeste10.

2. Le sondage par effectifs

10Les registres étudiés consignent des flux considérables tant à l’échelle de la rue qu’à celle de la maison : par exemple, le volume no°80/1 compte 520 pages, il énumère plus de 5 000 habitants qui logent et délogent dans le quartier autour de la place d’Armes entre 1812 et 1827. Comment alors choisir l’échantillon de personnes sans mettre en cause la pertinence du sondage ?

  • 11 J. Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, PUF, Paris, 3e éd. 1995, 4 tomes.
  • 12 J. P. Kintz, « Une étude de sondage en milieu urbain de langue germanique, l’exemple de Strasbourg (...)
  • 13 S. Herry a étudié l’installation des militaires et civils français dans Strasbourg après 1681 (Une (...)

11Les patronymes ont servi de critère de choix, méthode déjà employée à plusieurs reprises, non seulement pour l’immense enquête de démographie dirigée par J. Dupâquier sélectionnant 3 000 familles contemporaines de patronyme TRA11, mais encore pour étudier la population strasbourgeoise, dont J. P. Kintz a mis en lumière la grande stabilité des patronymes commençant par un nombre restreint de lettres initiales12. Parmi celles-ci, il fallait en trouver une qui pèse environ 10 % de l’ensemble et ne privilégie pas exagérément les patronymes de langue germanique puisque Strasbourg est aussi ville française depuis six générations13.

12La comparaison des listes établies par plusieurs travaux récents permet de choisir les patronymes de l’initiale B :

  • 14 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit.
  • 15 V. Muhr, Le personnel municipal de Strasbourg, 1871-1940, DEA, 1993, Université Marc-Bloch/Centre d (...)
  • 16 S. Mathevon, Les élites strasbourgeoises de l’entre-deux-guerres, DEA, 1993, Université Marc-Bloch/ (...)

LISTES

INITIALE

B

H

K

M

S

Patronymes de la liste de 1789
(12 554 chefs de ménage14)

10,0 %

8,2 %

7,6 %

7,4 %

15,0%

Registre de population
vol. 80, 1812 à 1827

13,2 %

9,7 %

10,2 %

8,2 %

17,0 %

Personnel municipal
1871 à 194015

10,0 %

12,0 %

 

 

15,0 %

Recensement Grand’Rue 193616

9,0 %

9,0 %

10,0 %

10,0 %

15,0 %

  • 17 J. L. Pinol, « La mobilité d'une grande ville : Strasbourg de 1870 à 1940 », art. cité, p. 205. Pou (...)

13L’initiale S représentant toujours au moins15 % des patronymes, restait à choisir entre H, K et B qui pèsent selon les dates entre 8 % et 12 % ; cependant, H et K privilégient exagérément les patronymes de langue germanique. Ce sont donc les patronymes dont les initiales sont la lettre B et la lettre N qui sont pris en compte pour compléter l’enquête menée sur ce sujet entre 1870 et 1940 par J. L. Pinol17.

14Nous avons voulu mener une comparaison pertinente avec les résultats de l’enquête de 1789, tester la fiabilité des renseignements, éclairer le sens de certaines pratiques étudiées par des informations fournies grâce à d’autres travaux. Aussi avons-nous retenu quarante-six personnes, soit 0,7 % de l’ensemble, rencontrées au fil des pages et connues à travers l’histoire locale, dont le patronyme a une initiale autre que « B » et « N », répertoriées dans le tableau ci-dessous.

Patronyme

Prénom

Sexe

Profession

Guérin

Eloise

F

Rentière

J.Baptiste

M

Artiste peintre

Gabriel

M

Artiste peintre

Xavier

M

Directeur Hôpital Civil Ex

Hatt

Philippe Jacques, père

M

Brasseur

Jean Georges

M

Étudiant en Droit

Jean Louis

M

Brasseur

Philippe Jacques, fils

M

Brasseur

Jean Louis

M

Brasseur

Jean Daniel

M

Brasseur Ex

Jean Frédéric

M

Licencié en Droit

Kentzinger

Antoine

M

Maire

Laquiante

Nicolas

M

Directeur des Hôpitaux

Joseph Charles

M

Juge auditeur

Livio

Etienne

M

Rentier

Dominique Ignace

M

Directeur de la Monnaie

Loevenhaupt

Charles

M

Rentier

Pick

Charles Chrétien

M

Brasseur

Frédéric

M

Brasseur

Gustave

M

Négociant

Prestel

Marc Antoine

M

Facteur de piano

Roederer

Jean Frédéric

M

Rentier

Schweighaeuser

Jean

M

Doyen Faculté Lettres

François

M

Négociant

Sophie

F

 

Victor

M

Commis négociant

Charles Guillaume

M

Étudiant Théologie

Jean Geoffroy

M

Professeur

Turckheim (de)

Jean Charles

M

Banquier

Jean Frédéric

M

Banquier

Frédéric Guillaume

M

Chef d’escadron

Charles Frédéric

M

Rentier

  • 18 Vol. 91 p. 54 ; et M. Andlauer et P. Schmidt, L’ancien Fossé des Tanneurs à Erstein : un quartier r (...)
  • 19 A. Weiler, Journal d’une jeune fille mal dans son siècle, 1840-1859, op. cit.

15Des personnes présentes dans l’enquête de 1789 à une adresse donnée s’y trouvent encore ; nous pouvons alors calculer une durée de séjour : c’est le cas des familles « Damisch », Guérin, Hatt, Laquiante, deTurckheim. D’autres personnes sont en parenté et co-résident avec des familles de patronyme B : les sœurs du négociant J. B. Ballet vivent avec lui, il élève ses neveux ; le gendre de BrackenhofFer, le général Alpy co-réside avec ses beaux-parents, dans l’immeuble familial. Enfin, des personnes sont connues à travers l’histoire locale ; les renseignements collectés permettent de tester la fiabilité de la source (c’est le cas de la famille Livio et du maire de la ville, Kentzinger) ou d’éclairer le sens des pratiques observées : la succession des entreprises familiales (Hatt et Deetjen), l’insertion des migrants (famille Doré), les pratiques du compagnonnage (le livret ouvrier de G. Andlauer18 a été étudié). Le journal d’Amélie Weiler19 fourmille de mille renseignements sur le logement et la ville dont il eût été impensable de se priver. 1l nous a semblé que leur très faible poids (0,7 %) dans le corpus total n’entachait pas la pertinence du sondage au regard de l’intérêt que ces exemples présentaient.

3. Le corpus établi

  • 20 La structure des champs de la base de données ainsi que la traduction en clair de chacun des codes (...)

16La synthèse de ces choix concernant les périodes, les lieux, les individus, conduit à étudier environ dix pour cent des habitants qui délogent en ville entre 1810 et 1840. Elle permet de construire un échantillon de 6 185 personnes, de rassembler 13 840 déclarations domiciliaires et 33 428 adresses. Cela constitue une base de données importante puisque chaque déclaration fournit entre dix et trente renseignements par déclarant, et que des personnes ont entre une à trente-deux déclarations20.

  • 21 Nous avons enregistré la première déclaration des épouses dans l’ordre chronologique de rencontre a (...)

17La distribution du nombre de déclarations par personne est resserrée : la moitié des Strasbourgeois ne sont entrevus qu’à travers une seule déclaration ; cette proportion peut sembler exagérée, elle s’explique par la sous-déclaration choisie des épouses21.

18On connaît un cinquième des individus, soit 1 215 personnes, à travers deux déclarations, et un dixième, soit 599, à travers trois déclarations ; enfin une minorité de personnes, 101, cumulent entre dix et seize déclarations et quelques-unes, 14, entre dix-sept et trente-deux déclarations. Il faut préciser que la distorsion entre le nombre de déclarations et le nombre d’adresses est inévitable : une déclaration correspond toujours à l’adresse synchrone, elle peut aussi inclure l’adresse antérieure, l’adresse postérieure ou les deux.

19Quels sont les renseignements choisis et collectés à la lecture des pages pour constituer la base de données ?

L’identité des personnes

  • 22 Cependant pour alléger la base de données, les épouses sont « saisies » à la première rencontre dan (...)

20Une première série de renseignements concerne l’identité des déclarants retenus. La qualité de chef de ménage peut se déduire de la déclaration domiciliaire, mais pas toujours ; nous avons déjà signalé que le déclarant n’est pas systématiquement le chef de ménage ; lorsque c’est lui, il est noté sur la page, à la première ligne du groupe avec la mention « époux » parfois « fils » ou « veuve », les personnes vivant avec lui sont inscrites sur les lignes suivantes, le lien familial étant le plus souvent précisé. Cette disposition reprend celle, classique, des listes de recensement. Il peut advenir cependant qu’un isolé s’ajoute au groupe familial quelques lignes ou pages plus loin, parfois même dans un autre registre traitant la même rue un ou deux ans après sans que le lien de parenté soit forcément explicite. S’agit-il d’un enfant né après l’entrée dans le logement, la filiation est alors très souvent précisée « fils ou fille de un tel » ; mais s’il s’agit d’un parent plus âgé, d’un enfant sortant d’apprentissage, démobilisé ou plus simplement au chômage, seuls la perspicacité du lecteur et le recoupement d’informations glanées dans d’autres déclarations domiciliaires mettent sur la voie. Aussi saisit-on pour chaque adresse les chefs de ménage, tous les isolés, hommes ou femmes de plus de quinze ans, l’épouse22 et les enfants.

21Nous avons choisi une seule et même transcription orthographique des noms propres, patronymes, prénoms, lieux, avec le même souci de ne pas alourdir les traitements de suivi longitudinal des individus.

22Pour toute déclaration sont donc retenus :

  • le patronyme, dont l’orthographe a été unifiée, une fois les incertitudes du déchiffrement levées ou tranchées ;

  • les prénoms, en totalité, dans l’ordre déclaré, dont l’orthographe, elle aussi, a été unifiée ;

  • le sexe est déduit des prénoms et des éventuelles précisions d’état civil ;

    • 23 Vol. 79 p. 335.
    • 24 Vol. 65 p. 393.

    l’état civil déclaré ou déduit, celui des jeunes gens et des femmes est le plus souvent précisé parce que surveillé ; les premiers sont « garçon » ou « fille », célibataires, les secondes sont « épouses », « femme un tel », « née une telle », « veuve », « abandonnée », « séparée », « divorcée », « mariée » sans autre précision, « sa prétendue » ou « sa future »23, « sa ménagère »24 ;

  • le nombre des enfants, leurs prénoms, lieu et date de naissance s’ils sont précisés ;

    • 25 Vol. 79 p. 162.
    • 26 Vol. 91 p. 851.
    • 27 Vol. 46 p. 7.

    le lien de parenté : entre parents et enfants, entre époux, ce lien est très souvent noté de façon précise ; ce n’est pas toujours le cas des mères, belles mères, fratries etc. ; la concordance des patronymes et des dates d’arrivée, la similitude des adresses antérieures et/ou postérieures suggèrent soit que deux générations ou plus cohabitent, soit qu’un même immeuble abrite plusieurs générations ou des frères et sœurs avec leur famille. Salomé Birck rejoint ses parents et deux frères mariés avec enfants25 ; la famille Brackenhoffer vit dans l’hôtel du 26 rue des Serruriers : elle est composée de trois couples et regroupe trois générations26 ; deux frères Bronner épousent deux sœurs et vivent à la même adresse27.

  • 28 Les contraintes de logiciels pour le traitement informatique imposent, là encore, la transcription (...)

23Concernant les dates de naissance et de décès28, nous avons évoqué plus haut les incertitudes nées du flou des repères temporels. Parmi les 6 185 personnes dont les déclarations ont été saisies, 4 129, soit 67 %, donnent une date de naissance au moins une fois et 1 310, soit 21 %, un âge au moins une fois. Parmi les 2 750 personnes faisant au minimum deux déclarations, 1634, soit 59 %, donnent toujours une date de naissance et 251, soit 9 %, toujours un âge. Si une personne est identifiée par plusieurs déclarations, la confrontation entre un âge déclaré et une date d’entrée dans le logement permet le cas échéant de rétablir une année de naissance manquante.

  • 29 L’échantillon est constitué des déclarations faites par une même personne, l’une d’elles au moins p (...)

24La comparaison des déclarations faites par une même personne établit que l’écart constaté n’est le plus souvent que d’un an selon la manière de compter son âge, âge arrondi, âge révolu ou anticipé29. Nous avons ainsi pu rétablir, avec une marge d’erreur minimale, l’essentiel des dates de naissance. Les dates de décès sont indiquées en date de sortie du logement avec la mention « mort » ou « pour le cimetière » ou encore « décédé ».

Le lieu de naissance

  • 30 Ainsi Varsovie est sur nos cartes localisée en Pologne, alors que cette entité n’existait plus au x (...)
  • 31 E. François, Koblenz im 18. Jahrhundert..., op. cit. ; P. Ayçoberry, Cologne entre Napoléon et Bism (...)
  • 32 M. Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Belles Lettres, 1970 ; M. Gribaudi, « Espace ouvr (...)

25La commune, le département, le pays sont saisis tels quels. Pour réaliser des cartes, on a choisi les découpages territoriaux actuels de la France et de l’Europe30. Entre 1792 et 1815 la carte géopolitique de l’Europe subit de fréquentes et profondes modifications. Cartographier un phénomène migratoire sur des découpages adéquats du point de vue temporel mais différents les uns des autres rend difficile la comparaison. Le choix d’un découpage unique, daté pour l’ensemble de la période, paraît par ailleurs à la fois arbitraire et aléatoire. Tant qu’à l’être, autant utiliser les découpages actuels présentant une situation claire et connue de tous et permettant une cartographie informatique plus facile à réaliser, les fonds des cartes étant plus aisément disponibles. Quand la confrontation de plusieurs déclarations ne permet pas de lever l’ambiguïté d’une localisation, nous avons toujours opté pour le lieu le plus proche de Strasbourg. La proximité semble, en effet, la règle la plus usuelle comme font constaté les historiens étudiant les migrations dans l’espace rhénan au début du xixe siècle : 50 % des migrants viennent de localités situées, en général à moins de 15 kilomètres, tout au plus à moins de 25 kilomètres31. Au début du xixe siècle les ruraux forment la grande majorité des Européens, les citadins eux-mêmes sont souvent nés à la campagne ; il n’est donc pas étonnant que leur origine rurale pèse sur les modalités de leur entrée dans la ville : les migrants utilisent le réseau de parentèle qui organise une solidarité et leur initiation au mode de vie urbain32. Venir de Zellwiller, village agricole de la plaine alsacienne, de Barr, petite ville viticole, de Colmar, préfecture du Haut-Rhin, de Cologne, ville rhénane de taille identique à Strasbourg, ce n’est pas vivre la même expérience.

  • 33 Armature urbaine de l’Alsace d’après l'Atlas des villes de G. Dupeux, voir supra p. 54.

26Le lieu de naissance permet de distinguer entre natifs de Strasbourg, natifs de la région Alsace, natifs de France et étrangers. Faire la part des ruraux et des citadins s’avère par contre plus délicat pour le début du xixe siècle ; cela suppose connu le chiffre de population de l’ensemble des communes de France et d’Europe... Les chiffres ne sont pas disponibles pour toutes les communes33.

La profession

  • 34 Le « faiseur de crics » est souvent un serrurier, métier regroupé ensuite dans le secteur des métau (...)

27Nous avons saisi en clair l’appellation professionnelle telle qu’elle est dite et en tous cas, transcrite34.

28Les renseignements permettant d’étudier la mobilité spatiale et résidentielle des déclarants sont retenus et codés de la manière suivante :

Le lieu d’origine et de destination, quand ils sont indiqués

29On peut formuler à leur sujet les mêmes considérations que pour les lieux de naissance.

30Nous avons interprété l’expression « retour dans ses foyers » très souvent utilisée à propos de jeunes gens célibataires comme un retour vers le lieu de naissance. En effet, la loi définissant l’étranger à Strasbourg s’applique à toute personne née hors de la ville « stricto sensu », hors du ban de Strasbourg ; la qualité de « strasbourgeois » est donc liée à une naissance dans la ville ; nous en avons déduit que les employés, appliquant la loi, assimilent implicitement l’expression « retour dans ses foyers » à tout lieu de naissance hors de Strasbourg.

  • 35 Table des rues en annexe dans le volume de thèse.
  • 36 Th. Hatt, Système d’information géographique historique de Strasbourg (projet 2001-2003), http://ww (...)
  • 37 Chapitre « Une source peu étudiée », infra p. 19-22.
  • 38 Idem.

31Les adresses de résidence dans Strasbourg sont codées selon la table des rues, mise à jour selon les époques35. Ces adresses comprennent le numéro d’un des dix cantons, découpage administratif de la ville en cours l’été 1789, il a le mérite d’être à une échelle plus fine ; il permet de comparer les manières d’habiter la ville à des périodes différentes dans un cadre ayant peu changé. La stabilité du tracé des voies est établie par la superposition à la même échelle de cartes dressées36 entre 1744 et 1980. La concordance entre les rues incluses dans ces découpages administratifs successifs confirme cette stabilité ; cela remédie également aux fantaisies de reliure constatées et évoquées plus haut37. Le nom de la rue est codé et le numéro de maison saisi tel quel. L’adresse du lieu défini par la déclaration domiciliaire est toujours celle figurant en haut de la page du registre, formulation administrative toujours plus précise que celle du déclarant, nous l’avons déjà constaté38.

La durée de séjour à une adresse donnée

  • 39 Voir supra p. 74 note 28. Nous appliquons donc ce raisonnement déductif à tous les itinéraires : l’ (...)

32La comparaison entre la date d’entrée et de sortie établit la durée du séjour dans un logement. Les adresses de résidences successives sont classées par ordre chronologique et les dates d’entrée/sortie saisies en jour, mois, année, selon les mêmes conventions que celles adoptées pour les dates de naissance39.

33Le cas échéant, la date de sortie d’une résidence donnée, peut-être déduite si l’itinéraire reconstitué indique une continuité spatiale.

34Prenons un exemple concret, celui de M. Anne Bay :

Références

Adresse du moment

Date d’entrée

Date de sortie

Adresse de destination

Rang déduit

Vol. 79 p. 231

3 rue des Fribourgeois

10/3/1815

?

1 petite rue de la Grange

1

Vol. 80 p. 291

1 petite rue de la Grange

1/7/1815

?

?

2

35M. Anne Bay, née à Rheinfelden/Bade en 1797, entre le 10 mars 1815 au no°3 rue des Fribourgeois, dans le centre, canton 4, c’est sa résidence 1 ; elle quitte cette adresse sans date indiquée mais précise sa destination, no°1, petite rue de la Grange, même canton ; on l’y retrouve en effet ; elle entre dans cette résidence 2 le 1er juillet 1815 et déclare venir du no°3 rue des Fribourgeois : son adresse antérieure est donc bien celle de la résidence 1 et l’adresse de résidence 2 est l’adresse postérieure de la déclaration de résidence 1 ; la date de sortie de la résidence 1 est donc celle d’entrée dans la résidence 2, à savoir le 1er juillet 1815 ; la durée de séjour en résidence 1 est donc de 112 jours, soit environ trois mois et demi.

36Cependant, les quatre exemples suivants montrent que les difficultés à compléter les itinéraires en vue de calculer les durées de séjour peuvent se multiplier, complexité et discontinuité allant croissant.

37Michel Bauer, « employé du Timbre », marié, à la tête d’un ménage de trois à cinq personnes, fait sept déclarations entre 1816 et 1835. Le détail de son itinéraire dans la ville désigne huit adresses en dix-neuf ans, les dates de sortie d’un logement sont souvent omises, on peut cependant les déduire presque toutes avec certitude :

Rang et références

Adresse du moment

Date d’entrée

Date de sortie

Adresse de destination

Date de sortie déduite

Rang déduit

1
v. 46 p. 281

18 rue des Veaux

1/1/1816

?

4 rue Brûlée

16/1/1816

2

2
v. 42 p. 403

4 rue Brûlée

16/1/1816

?

20 rue des Veaux

1/4/1816

3

3
v. 48 p. 351

20 rue des Veaux

1/4/1816

?

7 rue des Faisans

1/10/1822

4

4
v. 48 p. 345

7 rue des Faisans

1/10/1822

?

10 place St Étienne

1/7/2825

5

5
v. 48 p. 49

10 place St Étienne

1/7/1825

1/1/1828

6 quai des Bateliers

 

6

6
v. 61 p. 22

6 quai des Bateliers

1/1/1828

?

2 rue de la Râpe

 

7

7
voir note 40

2 rue de la Râpe

?

?

23 rue du Dôme

1835

8

8
v. 45 p. 417

23 rue du Dôme

1835

?

?

 

 

  • 40 L’adresse de rang 7 ne correspond pas à une déclaration, elle est indiquée comme destination dans l (...)

38La cohérence entre les adresses de destination déclarées et les adresses postérieures, de même que la cohérence entre les adresses d’origine et les adresses antérieures permettent de déduire les dates de sortie des logements antérieurs à chaque nouvelle déclaration40. On peut calculer la durée du séjour dans quelques logements : quelques semaines dans le logement 1 et 2 en 1816, six ans dans le logement 3, trois ans dans les logements 4 et 5 ; par contre, entre 1828 et 1835, il faut se borner à constater qu’il occupe trois logements successifs. Sauf l’escapade quai des Bateliers qui lui fait franchir le cours de l'Ill, il séjourne dans le même quartier du centre-est de l’ellipse insulaire, dans un rayon de 160 mètres environ de sa première résidence connue.

39Jean Binder, boutonnier, né en Autriche, marié, à la tête d’un ménage de 2 à 5 personnes, fait cinq déclarations constituant un itinéraire de neuf adresses en huit ans :

Rang et références

Adresse du moment

Date d’entrée

Date de sortie

Adresse de destination

Date de sortie déduite

Rang déduit

1
v. 35 p. 103

6 rue de Schiltigheim

1805

3/7/1806

29 place Marché Gayot

 

2

2
v. 46 p. 242

29 place Marché Gayot

3/7/1806

?

11 rue Marbach ?

1/4/1807

3

4
v. 62 p. 170

11 rue Ste Madeleine

1/4/1807

?

127 Grand’Rue

?

5

5

127 Grand’Rue

?

?

?

?

?

6
v. 46 p. 292

24 rue des Veaux

10/1807

?

?

?

?

7

18 Vieux Marché aux Grains

?

?

?

?

?

8
v. 53 p. 460

29 Grand’Rue

2/10/1810

?

9 rue des Meuniers

1/11/1814

9

9
v. 53 p. 268

9 rue des Meuniers

1/11/184

?

?

?

 

40Nous notons qu’à l’adresse 3 Jean Binder et sa famille sont introuvables. Dans la déclaration d’entrée à l’adresse 4, 11 rue Sainte Madeleine, il dit venir du Marché Gayot, adresse 2 ; a-t-il sauté une étape ou confondu les lieux ? Les adresses 5 et 7 sont mentionnées dans les déclarations 6 et 8 comme adresses d’origine, nous ignorons donc toute autre précision.

41Cet itinéraire est plus imprécis : confusion de lieux, interruption chronologique de trois ans entre l’adresse 6 et 8. Seules deux dates de sortie peuvent être déduites. Cette famille, en l’état de nos connaissances, ne quitte pas l’ellipse insulaire et séjourne dans un rayon de 1,5 km.

42Françoise Bonn, ouvrière, vit tantôt seule, tantôt avec son père et son jeune frère, tous deux ouvriers boulangers. Voici son itinéraire dans la ville :

Rang et références

Adresse du moment

Date d’entrée

Date de sortie

Adresse de destination

Date de sortie déduite

Rang déduit

1

24 rue des Maisons Rouges

?

?

?

?

?

2
v. 46 p. 489

7 rue St Guillaume

1/2/1802

1/7/1804

5 place du Canon

 

3

3

5 place du Canon

1/7/1804

?

?

?

?

4
v. 46 p. 11

8 rue des Pucelles

1/9/1805

?

46 porte d’Austerlitz

?

6

5

46 porte d’Austerlitz

?

?

?

?

?

6
v. 46 p. 110

26 Quartier des Ponts Couverts

?

?

?

?

?

7
v. 46 p. 203

4 rue du Tonnelet Rouge

4/5/1809

?

3 rue de Schiltigheim

?

9

8

3 rue de Schiltigheim

?

?

?

?

?

9
v. 61 p. 363

11 rue du Brochet

6/1/1810

?

10 place d’Armes

?

11

10

10 place d’Armes

?

?

?

?

?

11
v. 35 p. 70

36 rue du Vieux Marché aux Vins

15/10/1810

?

49 rue des Hallebardes

?

13

12

46 rue des Hallebardes

?

?

?

?

?

13

25 rue des Charpentiers

?

?

?

?

?

14
v. 35 p. 136

87 rue du Vieux Marché aux Vins

12/10/1813

?

?

?

?

15

5 rue St Louis

?

?

?

?

?

16
v. 53 p. 214

23 rue des Dentelles

1/4/1815

19/10/1815

72 quai des Pêcheurs

 

17

17

72 quai des Pêcheurs

?

?

?

?

?

18

6 rue des Hallebardes

?

?

?

?

?

19
v. 91 p. 836

79 Grand’Rue

5/4/1825

5/1/1826

9 rue du Vieil Hôpital

 

20

20
v. 89 p. 211

9 rue du Vieil Hôpital

5/1/1826

?

19 rue Ste Madeleine

6/7/1826

21

21
v. 61 p. 323

19 rue Ste Madeleine

6/7/1826

?

12 place du Château

?

22

22

12 place du Château

?

?

?

?

?

23
v. 89 p. 706

3 rue de l’Arbre Vert

27/4/1827

?

2 rue du Dôme

8/4/1828

24

24
v. 45 p. 377

2 rue du Dôme

8/4/1818

?

3 hors la porte des Juifs

1/7/1829

25

25
v. 45 p. 678

3 hors la porte des Juifs

1/7/1829

?

21 rue des Bouchers

?

26

26
v. 53 p. 214

21 rue des Bouchers

?

?

?

?

?

27

19 rue de la Mésange

?

?

?

?

?

28
v. 45 p. 588

20 rue des Charpentiers

1/4/1831

?

4 rue de l’Ancre

1/12/1831

29

29
v. 61 p. 367

4 rue de l’Ancre

1/12/1831

?

?

?

?

43Les adresses sans référence ne correspondent pas à des déclarations d’entrée à cette adresse mais apparaissent dans d’autres déclarations soit comme destination soit comme origine : on peut alors les classer dans un ordre chronologique relatif, même si on ignore les dates exactes d’entrée à ces adresses. Trop de discontinuités à la fois résidentielle et chronologique dans cet itinéraire pour que l’on puisse calculer avec certitude plus de sept durées de séjour.

44Cependant, la fréquence du changement de domicile est appréhendée grâce au nombre d’adresses, vingt-neuf, en une durée totale de vingt-neuf années (une adresse par an en moyenne). L’itinéraire tracé dans la ville montre un rayon d’action plus étendu que les exemples précédents. Françoise Bonn franchit les murs (adresse 25), traverse à plusieurs reprises le cours sud de l’Ill (adresses 1, 2, 3, 6, 9, 15, 17, 21, 26, 29), parcourt l’ellipse intérieure du nord (adresses 8, 11, 14), au sud (7, 13), d’ouest (16, 19) en est (22, 23, 24).

45Chacun de ces itinéraires détaillés montrent que les trajets parcourus dans la ville entre les résidences successives passent toujours par une adresse dans l’ellipse insulaire, cœur de la ville.

  • 41 Les logiciels exigent bien sûr que les dates soient normalisées ; soit on ne considère que l’année (...)
  • 42 Nous étudions en détail la démarche et les contraintes de la reconstitution des itinéraires dans le (...)

46Cette déduction des dates de sortie dans les itinéraires a été faite déclaration par déclaration, « à la main ». La démarche vise à reconstituer un puzzle à la fois spatial et chronologique pour tous les habitants ayant fait plus de deux déclarations sans que l’on puisse pour autant informatiser41 la démarche – ce fut un très long travail exigeant patience et minutie puisque plus de 10000 déclarations ont été examinées42.

  • 43 Vol. 46 p. 103.

47La durée de séjour du ménage dans une résidence peut-être aussi déduite des événements familiaux enregistrés : par exemple, la date de naissance d’un enfant venu agrandir le cercle de famille donne lieu à une nouvelle déclaration de la part du chef de famille, celui-ci indique la date de naissance de l’enfant ou celle de son arrivée au domicile paternel s’il est né chez sa grand-mère maternelle. Bernard Bérot, professeur de médecine, déclare ainsi la naissance de Justine en 181143. En dépit de ces recoupements possibles, les durées de séjour ainsi calculées présentent une marge d’incertitude irréductible.

  • 44 Vol. 90 p. 806 ; vol. 79 p. 102 ; vol. 91 p. 607.

48Figurent aussi des renseignements attestant de la présence dans la ville. La personne revient-elle à Strasbourg « derechef » : J. P. Brandfuhr, tailleur, part à Paris en mai 1825 revient en juin 1825 ; y habite-t-elle « depuis l’enfance » tel Benjamin Brodbeck officier ; a-t-elle été « admise à domicile à la date du tant » ainsi Chrétien Biehler farinier, « de Bade, admis en 1824, son fils meunier fait en 1842 déclaration pour acquérir la qualité de français »44 ?

Observations diverses

  • 45 Vol. 79 p. 102.
  • 46 Elisabeth Buser fille-mère d’un enfant revient chez sa mère veuve, un demi-frère journalier assume (...)

49Enfin les renseignements suivants déterminent les caractéristiques du groupe familial, en précisent la composition, et permettent d’en mesurer les variations. La taille du ménage décompte, pour chaque résidence, le nombre de personnes déclarées hic et nunc, les enfants – prénoms et date de naissance ; la situation du moment est déduite de la déclaration et de son environnement dans le registre : Benjamin Brodbeck, officier, entre en mars 1823 et déclare vivre avec une épouse et ses deux filles, il est donc à cette date à la tête d’un ménage de 4 personnes45 ; quand il quitte ce logement en avril 1830 une de ces filles est décédée depuis 1826, le ménage se trouve alors réduit à 3 personnes. L’arrivée d’un parent âgé ou son décès, le retour d’un enfant adulte46 ou la prise en charge par des grands-parents de petits-enfants, ces différentes situations modifient la taille du ménage et ont ainsi été retenues.

  • 47 Vol. 46 p. 74.

50Sont aussi saisis dans la base des événements familiaux tels que décès ou séparation quand les observations remplies lors de la déclaration éclairent la situation, et permettent ainsi de préciser les circonstances d’arrivée ou de départ d’un domicile. M. Anne Schlatter-Beckoff « épouse du Commissaire aux armées en 1813 »47 vit momentanément séparée de son conjoint ; d’autres épouses déclarent leur mari « aux armées », « en Espagne », leur situation du moment est donc consignée comme une « séparation de conjoint ».

51Enfin les situations délictueuses ou les démarches administratives portées dans la colonne observations ont, elles aussi, été retenues. Les cas de figures sont variés.

  • 48 Vol. 90 p. 833.
  • 49 Vol. 91 p. 679.
  • 50 Vol. 90 p. 370.
  • 51 Vol. 91 p. 596.
  • 52 Vol. 80 p. 102.
  • 53 Vol. 91 p. 780.
  • 54 Vol. 89 p. 607.

52Le vol ou les dettes : Madeleine Urbain est qualifiée d’« escroque »48 ; la surveillance policière : J. Blaumuller « sous la surveillance de la haute police »49 ; la demande de passeport : « passeport pour Anspach sous la conduite du père le 15 août 1840 »50 ; la dispense des droits de succession : Barbe Buch demande un « certificat d’indigence pour droit de succession »51 ; l’embarras de voisinage : Caroline Benoît « fille de marchand, renvoyée dans ses foyers pour inconduite »52 voire un délit plus grave : Charles Bordhuin, menuisier, « renvoyé pour infidélité envers son maître »53 ou même le meurtre : Joseph Baudelet « en prison, prévenu d’assassinat de sa femme et exécuté à Brest »54.

53Enfin, toute personne saisie est identifiée par un numéro que nous attribuons à la saisie de la première résidence lors de la lecture d’un registre ; il permet les correspondances de traitement entre fichiers, c’est une « clef ». Elle est associée à chaque nouvelle déclaration.

54Chaque déclaration domiciliaire est aussi référencée par le numéro du registre et la page où on la trouve de manière à pouvoir retourner aux sources.

Tableau des principales lacunes trouvées dans les déclarations (Total des déclarations : 13 816)

Renseignement lacunaire

Effectif total des cas non renseignés

% des lacunes

Effectif femmes

% femmes

Effectif hommes

% hommes

Âge et date de naissance

218

1,5 %

164

75,2 %

54

24,8 %

Lieu de naissance

751

5,4 %

431

57,3 %

320

42,7 %

État civil

4 533

32,8 %

2 425

53,5 %

2 108

46,5 %

Profession

4 087

29,6 %

3 813

93,3 %

274

6,7 %

Adresse antérieure : rue

2 920

21,1 %

1 266

43,4 %

1 654

56,6 %

Adresse ant. : no maison

3 095

22,4 %

1 359

43,9 %

1 736

56,1 %

Date entrée dans logement

607

4,4 %

307

50,5 %

300

49,5 %

Date sortie du logement

4 783

34,6 %

2 632

55,0 %

2 151

45,0 %

Adresse postérieure : rue

4 734

34,3 %

2 254

47,6 %

2 480

52,4 %

Adresse post. : no maison

4 864

35,2 %

2 327

47,8 %

2 537

52,2 %

4. L’élaboration de « dictionnaires »

  • 55 Ad. Seyboth, Strasbourg historique et pittoresque..., op. cit.
  • 56 Tableau concernant l’état nouveau des inscriptions des rues et du numérotage des maisons, Strasbour (...)

55La deuxième étape exige l’élaboration de dictionnaires. Celui des adresses strasbourgeoises touchait à un point délicat : l’identification des adresses selon leurs appellations successives, de l’Ancien Régime à la Restauration, des toponymes germaniques aux toponymes français. Le travail d’érudit accompli par Ad. Seyboth55 et le tableau publié par l’administration municipale56 ont permis de lever un grand nombre d’incertitudes.

  • 57 Vol. 89 p. 722.
  • 58 Vol. 61 p. 102.
  • 59 Vol. 80 p. 396.
  • 60 Pour identifier ces lieux nous avons utilisé des outils variés : les codes postaux de France, d’All (...)

56Un des problèmes majeurs a été l’identification précise de lieux dispersés en Europe, de l’Atlantique à l’Oural, en passant par la Turquie. On rencontre même deux voyageurs brésiliens, dont Manuel Barron « voyageur, vient du Brésil pour deux mois avant de continuer pour Berne »57, un natif de l’île Maurice, François Bertin, lieutenant-colonel né à l’« île de France »58, des Strasbourgeois émigrant en Amérique, telle Caroline Schaaf qui « épouse son voisin et part sans lui en Amérique »59. C’est certainement le dictionnaire où les incertitudes liées aux difficultés de déchiffrement et à l’orthographe sont les plus nombreuses ; il a fallu retrouver des lieux autrefois communes autonomes, et aujourd’hui intégrés à des villes, tâche aisée pour Pantin ou Clichy à Paris, Bremerverde à Brême, ou Kork à Kehl, plus problématique ailleurs60.

B. Étudier la mobilité professionnelle suppose de cerner les « façons de dire » son métier

57La classification des appellations professionnelles ne peut être établie qu’a posteriori en fonction des mentions effectivement rencontrées, après critique interne des sources et après avoir surmonté hésitations, interrogations, « remords » et choix qu’il faut expliciter d’autant que la richesse sémantique des appellations varie d’un groupe professionnel à l’autre.

1. Richesse des « façons de dire »

  • 61 Un « Formenmacher » est un « fabricant de formes » (à chapeau, de bottes, de moules... ?), un « Mel (...)
  • 62 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit. ; vol. 2 p. 186-201.
  • 63 Vol. 89 p. 62.

58À partir des 13840 déclarations domiciliaires, on a saisi les appellations professionnelles, traduites en français, en cas de formulation en dialecte ou en allemand61. On dénombre trois appellations en dialecte sur un ensemble de 837 ; c’est beaucoup moins que dans l’enquête de 1789 (20 sur 700)62, cela permet de mesurer l’usage de la langue française par les employés municipaux à défaut de mesurer celui des déclarants ; l’« à peu près » de certaines dénominations peut témoigner de l’incomplète maîtrise de cette langue ; en déclarant son déménagement à la suite du décès de son épouse en 1814, André Bonlarron, né à Strasbourg en 1780, est dit « herbiste » ; la contraction du mot « herboriste » en « herbiste » est-elle de son fait ou de celui du plumitif63 ?

  • 64 Les études récentes des historiennes ont montré que le travail à domicile peut s’avérer le plus rud (...)

59Il ne suffit pas de déchiffrer ces appellations professionnelles, encore faut-il les identifier et les replacer dans le contexte précis de la période étudiée : l’usage d’une appellation relève autant des mutations technologiques que des usages sociaux et d’habitudes devenues éventuellement anachroniques ; à l’ambiguïté sémantique s’ajoute encore la difficulté due à la dimension temporelle. Être mécanicien en 1820 ou en 1920 ne désigne ni le même métier ni les mêmes techniques, ni les mêmes conditions d’exercice, ni la même place sociale. Être fileuse à domicile, c’est avoir d’autres conditions de travail, d’autres horaires, d’autres règles que le travail en atelier à la même date, même si de toute façon le travail est dur64.

Évoquons quelques exemples d’ambiguïté sémantique

60Un « peintre » est-il artiste ou artisan du bâtiment ? Dans le premier cas il est quelque fois précisé « artiste peintre », « peintre en miniatures », « fait des silhouettes » ou leur notoriété locale lève l’ambiguïté, ainsi pour les demoiselles Damisch. Si la précision fait défaut, nous les avons rangés parmi les travailleurs du bâtiment.

  • 65 Népomène Bader, « sommeillier » (sic) : vol. 90 p. 218.
  • 66 A. Weiler, op. cit., p. 192.
  • 67 Guillaume Brodaug : vol. 91 p. 691, 756, 762.

61Le sommelier travaille dans les auberges, ne s’occupe-t-il que du vin comme aujourd’hui ou bien aussi de la monture et des bagages des voyageurs65 ou encore du service de table ? Amélie Weiler se plaint dans son journal de la négligence des sommeliers d’une auberge qui servent leurs repas à des clients arrivés pourtant après elle qui n’est toujours pas servie66. Le jaugeur fabrique-t-il des jauges ou vérifie-t-il la contenance des tonneaux, bonbonnes et autres barriques ? Littré le définit comme l’employé vérificateur67.

  • 68 Vol. 79 p. 498.
  • 69 Théophile Behr : vol. 61 p. 227.
  • 70 Pierre Bieth : vol. 48 p. 308, 314, 326, 524 ; Antoine Blondeau : vol. 53 p. 192.

62Un huissier est-il le « porteur de contraintes »68 ou l’ordonnateur du protocole ? Nous avons tranché pour l’auxiliaire de justice. De même nous avons rattaché le chasseur à l’armée plutôt qu’à la domesticité étant donné le nombre des militaires à Strasbourg. Un musicien peut-être affecté à un régiment – « tambour du 11° »69 – exercer ses talents à la Cathédrale – « chantre à la cathédrale »70 ou, sans autre précision, à l’opéra, voire dans la rue.

  • 71 Dorothée Benda : vol. 53 p. 191.
  • 72 Littré signale en 8e sens : particulière « femme entretenue » ; Elisabeth Bourlier : vol. 42 p. 370 (...)
  • 73 Madeleine Boulot, fille publique ou ouvrière selon les déclarations est gratifiée de cette remarque (...)

63Déjà à la source, si l’on peut dire, il faut s’interroger sur la part d’interprétation opérée par chacun des protagonistes de la déclaration : l’arrivant (e) se présente et l’employé de bureau transcrit, traduit, complète le cas échéant. Nous trouvons 150 mentions de « filles publiques », onze mentions de « couturières et filles publiques », une « fille publique et ouvrière », une « fille de société »71 et deux « particulières »72. Qui utilise ces façons de dire et les complète éventuellement ? C’est en tout cas l’employé de bureau en dernier ressort ; il rajoute très souvent dans la colonne « Culte » inutilisée, nous l’avons déjà noté, un N.B. (nota bene ?) calligraphié avec soin, jamais explicité mais toujours inscrit face à la formule « fille publique ». Quel sens donner à la remarque « à la disposition du gouvernement » ? Est ce un indicateur de police73 ?

  • 74 Vol. 89 p. 347.

64Enfin le déclarant peut aussi se hausser du col : Émile Bruckner, 23 ans, demande un passeport pour Munich ; il se dit « négociant » à 23 ans : il est vrai que sa mère, veuve, chez qui il loge, est propriétaire et marchande74.

65Il faut identifier le plus précisément possible de très nombreuses appellations avant de pouvoir procéder à toute agrégation postérieure.

2. Pratiques sociales, décalage temporel et juridique

66Quelques exemples éclairent d’autres complexités rencontrées. Chez les artisans et travailleurs manuels, les appellations sont très différenciées ; on note un souci de précision hiérarchique, précision pourtant énoncée de manière confuse et qu’il convient de clarifier.

« Maîtres », « garçons », « compagnons », « ouvriers » ?

67En France, la loi Le Chapelier de 1791 abolit certes les corporations mais l’apprentissage et le compagnonnage subsistent dans les faits et les pratiques de la majorité des métiers artisanaux – nous rencontrons de nombreux compagnons qui font leur tour – ; cependant dans la façon de dire, il semble que les mots « garçon » ou « compagnon » soient indifféremment utilisés pour celui d’« ouvrier » et vice et versa. Comment préciser l’usage qu’en faisaient les déclarants et en dégager un sens ? D’autant que le mot « garçon » est polysémique : accolé au nom de métier, « garçon charpentier », il désigne une activité, mais, employé seul, il peut aussi qualifier l’état civil et désigne alors un célibataire.

68Le grand nombre des jeunes travailleurs venus d’Allemagne et de Suisse ajoute à la difficulté puisque, là-bas, les corporations subsistent et que cette organisation hiérarchique des métiers reste prépondérante et usuelle. La comparaison des âges et des états civils des déclarants indique que les « compagnons » ont le plus souvent moins de 25 ans et sont célibataires alors que les « garçons » sont plus âgés et même chefs de famille ; nous en avons conclu que le terme « compagnon » désigne le plus souvent les jeunes gens en formation quand le terme « garçon » est souvent synonyme d’ouvrier et de simple salarié.

  • 75 J. L. Pinol ne rencontre jamais l’appellation « ouvrier » seule à Lyon pour le xixe siècle (La mobi (...)

69Cependant, un rapide calcul sur l’ensemble des 13 840 déclarations regroupant 837 appellations différentes, montre que le terme « ouvrier » suivi d’un nom de métier est nettement plus usité, 119 mentions, que le terme « compagnon » suivi d’un nom de métier, 93 mentions, et que le terme « garçon » suivi d’un nom de métier, 79 mentions. Le terme « compagnon » est toujours associé à un métier traditionnel – on trouve 34 mentions « compagnon menuisier », 16 mentions « compagnon tailleur ». En revanche le terme d’« ouvrier » peut qualifier un homme de métier – on trouve 42 mentions « ouvrier tailleur » – mais il peut aussi être utilisé seul – 30 hommes et 576 femmes – complété parfois par la mention « aux Tabacs », soit 48 mentions, ou « à la fonderie », « au génie » etc. Quel sens alors donner à cet usage du mot « ouvrier » ? Il y a peu d’établissements manufacturiers à Strasbourg, quelques ateliers textiles et la Manufacture de Tabacs ; les déclarants qui se disent simplement « ouvriers » sans précision de métier ne forment-ils pas majoritairement la main-d’œuvre de ce type d’établissement, dont le cadre de travail, l’ambiance, la qualification diffèrent du travail en tête à tête avec le patron artisan75 ?

  • 76 Ainsi Ph. J. Hatt au 17 rue des Veaux : vol. 79 p. 223 ; vol. 47 p. 250.

70Seuls cinq artisans se disent « maître », ils exercent des métiers de l’artisanat traditionnel – deux tailleurs, un boulanger, un batelier, un serrurier – et un seul cordonnier précise être « patenté » : la rareté de ces situations peut s’expliquer si on se souvient que les registres ne consignent que les déplacements résidentiels ; il est clair qu’un maître artisan ne déménage pas son atelier fréquemment et que par ailleurs la distinction entre logement privé et locaux professionnels a moins lieu d’être dans ces métiers ; d’autre part, tous les artisans « maîtres » ne se déclarent pas comme tels, nous en avons pour preuve quelques exemples rencontrés au fil des pages, la qualité de « maître » étant attestée par la présence d’apprentis au logis de l’artisan par exemple76.

  • 77 Nous avons suivi les conclusions adoptées par J. L. Pinol (La mobilité de la grande ville, Lyon..., (...)

71L’emploi de ces précisions indique-t-il que ces métiers d’artisans-ouvriers résistaient mieux que d’autres et défendaient une qualification professionnelle, quand les métiers de l’habillement mêlaient davantage travail qualifié et non qualifié ? Dans tous les cas, un compagnon ou un ouvrier est plus souvent un salarié qu’un travailleur indépendant, même si le passage d’un état à l’autre était possible. Passage plus facile pour le cordonnier ou le tailleur que pour le charpentier ou le brasseur ; les premiers, en effet, utilisent un outillage simple, la matière première peut s’acheter en petite quantité, selon les commandes, épargnant l’investissement et la gestion d’un stock, le local peut-être modeste, parfois installé à l’intérieur du logement ; les seconds, par contre, ont besoin de place pour stocker poutres, bois ou cuves à brasser, sacs de malt, houblon, la matière première augmente en importance et en coût. Les premiers peuvent travailler seuls, les seconds ont besoin d’aides77.

  • 78 J. L. Pinol, La mobilité de la grande ville, Lyon..., op. cit., p. 290 et O. Faron, La ville des de (...)

72À Milan on constate aussi une grande flexibilité, étudiée grâce aux précisions que contient l’anagraphè, celle des revenus et du statut en particulier ; O. Faron conclut comme J. L. Pinol pour Lyon que le passage de l’ouvrier salarié au travailleur indépendant n’assure pas forcément une ascension sociale78.

73La difficulté à cerner précisément ces usages d’appellations hiérarchiques tient à la confluence de deux situations, l’une géographique et l’autre temporelle :

  • géographique si l’on considère la jeunesse badoise, suisse, allemande pour qui à la difficulté de la traduction en français s’ajoute la transposition des institutions du monde du travail maintenues dans leur région d’origine ;

  • temporelle puisque les Strasbourgeois aussi peuvent employer des termes devenus anachroniques du point de vue juridique mais pas du point de vue des pratiques professionnelles, des mentalités, ou des représentations.

  • 79 O. Faron, La ville des destins croisés, op. cit., p. 118-120.
  • 80 Vol. 91 p. 54 et M. Andlauer et P. Schmidt, L'ancien Fossé des Tanneurs à Erstein..., op. cit.
  • 81 W.H. Sewell, Gens de métier et révolutions. Le langage du travail de l’Ancien Régime à 1848, Paris, (...)

74Le contexte du premier tiers du xixe siècle, à Strasbourg comme à Milan, est celui du vide juridique qui met face à face et durement employeurs et salariés, où une espèce de « capitalisme sauvage »79 se met en place ; la seule règle dont nous trouvons trace dans les déclarations étant l’obligation pour les salariés de posséder un livret, rempli par l’employeur et visé par la police, tel celui de Georges Andlauer, compagnon tanneur corroyeur, visé à Strasbourg en 1820 puis 182380. W. H. Sewell a étudié comment certaines pratiques d’embauche, de durée du contrat de travail, de formation, de rites de passage festifs, et de vocabulaire subsistent en France au début du xixe siècle81 dans le monde de l’artisanat et du travail manuel ; ces pratiques héritées de l’Ancien Régime continuent de façonner des mentalités, entretiennent une conception du travail et des rapports hiérarchiques entre employeurs et salariés alors que la rupture juridique favorise l’oubli des protections, parfois plus formelles que réelles, que les corporations assuraient aux travailleurs salariés. Les formulations utilisées par les jeunes gens ou par leurs patrons venus faire les déclarations domiciliaires témoignent de cette continuité mise en évidence par W. H. Sewell qui en a étudié les formes variées.

Identifier les activités

75Les métiers du textile et du linge présentent un éventail de précisions qui témoigne d’activités proto-industrielles et atteste l’importance de ce secteur et son extrême spécialisation. De la fabrication du tissu qui occupe cardeur, dévideur, fileur, tisserand, tisseuse en percale, en soie, tondeur de drap, à la réalisation du vêtement et des accessoires, à laquelle concourent les tailleurs, 400 mentions, les couturières, 300 mentions, les bonnetiers, boutonnière, chapeliers, culottiers, gantiers, de multiples métiers, très précisément nommés, réalisent chacun une opération ou un objet uniques. Rien d’étonnant à cette diversité des métiers : au début du xixe siècle partout à la ville comme à la campagne, « l’habit fait le moine », les tenues professionnelles sont très différenciées, les uniformes chamarrés, la manière de s’habiller distingue et affiche la hiérarchie sociale, celle des âges, des statuts, des professions, et bien sûr des sexes. Les usages, à défaut des lois, inscrivent chacun et chacune dans l’espace public et privé.

  • 82 J. L. Pinol, La mobilité de la grande ville, Lyon…, op. cit., volume I p. 353.
  • 83 O. Faron ne tranche pas non plus (La ville des destins croisés op. cit., p. 191).

76Le monde du travail manuel pose les questions, difficiles à trancher, de la qualification des travailleurs, de la distinction entre salariés et indépendants puisque les appellations le précisent si peu. Pas plus au début du siècle qu’à la fin, à Strasbourg qu’à Lyon, les listes électorales ou les déclarations domiciliaires ne permettent de trancher facilement82. Comment savoir si le chapelier est l’un des ouvriers qui assure une des opérations de confection de l’objet ou s’il s’agit de l’artisan qui maîtrise la fabrication et vend l’objet83 ?

  • 84 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 41-43.

77Pourtant, les appellations concernant une majorité de personnes désignent des métiers manuels non qualifiés. Les travailleurs manuels que l’on peut avec certitude considérer comme non qualifiés utilisent rarement l’appellation de « manœuvre » – quatre mentions seulement – alors que celle de « journalier (e) » leur est familière : on rencontre ces mentions 637 fois pour les hommes et 423 fois pour les femmes sur l’ensemble des déclarations. C’est dire l’usage courant de cette appellation qui a tout son sens : le travail au jour le jour, les travaux occasionnels dont les activités urbaines offrent l’opportunité que ce soit sur le port, aux boucheries, sur les marchés, à la douane etc. On trouve même un « jardinier journalier » quand les 85 autres mentions ne disent que « jardinier » ; ce groupe professionnel mêle des salariés et des propriétaires, souvent aisés ; ces derniers, notables de la ville au xviiie siècle, s’enrichissent grâce à la vente de leurs terrains des cantons ouest et nord, terrains convoités en vue de la construction des casernes, puis, après 1825, de la Halle aux Blés et de la gare de chemin de fer dans le quartier du Marais Vert. Cependant il ne faut pas oublier, là non plus, que les déclarations domiciliaires concernent les citadins « mobiles », ce qui est peu le cas des jardiniers employeurs, propriétaires et résidant sur leurs terres, ce que montre clairement l’enquête de 178984. Les déclarants qui se disent « jardiniers » appartiennent plutôt aux salariés, souvent saisonniers, qu’emploient des maraîchers strasbourgeois.

78Il est moins malaisé d’identifier les activités de tous ceux qui gagnent leur pain au service des administrations. Les employés et commis forment d’ailleurs un monde diversifié que leurs déclarations présentent de façon précise. Si 56 mentions se contentent du seul substantif « employé », 128 mentions désignent les emplois de l’administration, le service où ils travaillent : municipal (Octroi, Douane, Mairie), national (Contributions, Timbre, Tabacs, Préfecture), militaire (Arsenal, Génie, Équipages).

79Ces hommes partagent une situation modeste mais un salaire régulier, parfois la sécurité de l’emploi. Ils savent lire, écrire, calligraphier, compter ; ils tiennent les écritures, se disent « teneur de livres », vérifient les poids et mesures en tant que « jaugeur ». Il faut ajouter les salariés subalternes des « services publics », gardien, sergent de police, facteur à la poste aux lettres, « crieur de la ville ».

3. Les trajectoires individuelles précisent le sens des appellations

80En revanche, les appellations désignant les métiers du commerce sont, elles aussi, polysémiques. Comparer les déclarations successives de leurs auteurs permet de trancher entre les « façons de dire ».

Prenons le cas des « commissionnaires »

81Littré désigne par ce terme soit l’intermédiaire dans une opération commerciale d’import-export, soit plus modestement celui qui est chargé des courses. Un même mot pour deux activités professionnelles dont les exigences, la rémunération et le prestige sont bien différents. Comment trancher ?

  • 85 Vol. 36 p. 374 et vol. 91 p. 614.
  • 86 Vol. 90 p. 563 ; vol. 36 p. 338 ; vol. 91 p. 455 ; vol. 37 p. 606.
  • 87 Vol. 61 p. 114, 149 ; vol. 89 p. 732.
  • 88 Vol. 80 p. 256 ; vol. 79 p. 212, 241.
  • 89 Vol. 90 p. 176 et vol. 89 p. 794.
  • 90 Vol. 84 p. 381.

82Sept d’entre eux se disent invariablement « commissionnaires » ; mariés, pères de famille, ils bougent peu dans la ville (trois déclarations au plus sur une vingtaine d’années). J. Philippe Baltz précise dans ses deux déclarations qu’il travaille « pour la maison Zinchelbach »85, J. Jacques Bay86, J. Baptiste Bonn87 et Léopold Netter88, eux, exercent cette profession pendant trente ans. Quant à Isaac Bloch, commissionnaire entre 1814 et 1819, il termine sa carrière comme « marchand de chevaux et prêteur de monnaie » entre 1825 et 183589 et son cousin et associé Salomon Bloch, lui aussi commissionnaire, part pour Sarrebourg en 182190. On peut conclure sans hésitation que ces neuf commissionnaires exercent incontestablement une activité d’intermédiaire, de courtier dans le commerce de gros.

  • 91 Vol. 46 p. 122 et 364 ; vol. 79 p. 425.
  • 92 Vol. 91 p. 650 ; vol. 46 p. 414, 402, 475, 207 ; vol. 37 p. 462, 648 ; vol. 91 p. 373 ; vol. 48 p.  (...)
  • 93 Vol. 62 p. 127 ; vol. 65 p. 393 ;vol. 35 p. 295 ; vol. 61 p. 322, 301 ;vol. 90 p. 163 ;vol. 90 p. 1 (...)
  • 94 Vol. 91 p. 827 ; vol. 90 p. 540 ; vol. 89 p. 598.
  • 95 Il est plus difficile d’interpréter le cas de David Netter : en 1819, à l’âge de 52 ans, il se dit (...)

83En revanche, les déclarations des six autres commissionnaires illustrent un parcours différent. Martin Bender se déclare « employé » à 40 ans, « journalier » entre 46 et 48 ans, « commissionnaire » à 58 ans91. Joseph Buchmuller, entre 36 et 46 ans, se déclare huit fois « cordonnier » de 1813 à 1824 ; à 48 ans, il se déclare quatre fois « commissionnaire » entre 1826 et 1833 : il change de métier en même temps qu’il quitte son épouse et se met en ménage avec une jeune voisine92. La trentaine bien entamée, J. Michel Berger se présente à sept reprises comme « journalier » entre 1810 et 1825 puis en 1826 et 1827 se déclare « commissionnaire »93. François Besson, fils illégitime d’une journalière, est lui aussi « journalier », en 1825, à 18 ans puis « commissionnaire » en 1829 et 183094. Enfin, fils de colporteur, Naphtali Bloch se dit « commissionnaire » dès l’âge de 15 ans et jusqu’à celui de 30 ans ; après la mort du père, cohabitent avec lui deux sœurs « ouvrières » et un frère « ouvrier tailleur ». Ne s’agit-il pas pour eux tous d’une activité de garçon de course ou de boutique95 ?

84Certains sont donc commissionnaires au sens de courtier, d’autres des employés subalternes, « garçon de courses » ; on ne peut donc pas regrouper tous les commissionnaires dans une même entité, selon des critères de qualification et de hiérarchie sociale identiques. C’est l’ensemble des renseignements collectés qui permet d’identifier une activité : environnement familial, existence de parenté, place de l’activité dans le cycle de vie, précisions souvent notées dans les registres ou déduites de la comparaison entre les diverses déclarations.

85La richesse des registres tient à cette possibilité de comparer des situations personnelles sur des durées variées et de cerner ainsi le sens des expressions et l’usage que les déclarants en faisaient.

86Identifier avec précision les marchands et les fabricants parmi les appellations professionnelles relevées a été possible, comme dans le cas des commissionnaires, en comparant les déclarations successives faites par une même personne.

  • 96 J. L. Pinol, La mobilité de la grande ville, Lyon..., op. cit., tome I, p. 342.
  • 97 O. Faron, La ville des destins croisés..., op. cit., tome I, p. 239.
  • 98 H. DE Balzac, La comédie Humaine, PL, tome VI, p. 236.

87Prenons l’exemple de l’appellation de « négociant » rencontrée à 64 reprises dans les registres. À Lyon, à la fin du xixe siècle, les négociants sont hommes d’argent dont ils font commerce96 ; à Milan, O. Faron97 place les négociants parmi les marchands importants ; Balzac dénonce dans « La Cousine Bette » l’inflation du terme98. Les annuaires strasbourgeois utilisent indistinctement les termes négociant et marchand entre 1813 et 1836.

  • 99 Les variantes professionnelles déclinées par leurs déclarations permettent de dire que le terme de (...)
  • 100 Vol. 80 p. 355 ; vol. 37 p. 653.
  • 101 Vol. 37 p. 422 ; vol. 90 p. 702.
  • 102 Vol. 90 p. 148.
  • 103 Vol. 89 p. 676.

88Dans les registres, 64 mentions de « négociants » concernent 34 hommes et 2 femmes ; dix d’entre eux ont moins de 25 ans, les autres ont entre 30 et 74 ans99. On rencontre aussi des négociants qui terminent leur vie comme « colporteur », c’est le cas de Alexandre Blum100, ou comme « brocanteur », ainsi L. Bernheim101, alors que d’autres deviennent « juge de paix », ainsi J. B. Ballet102, ou « propriétaire » comme Alexandre Bastard Destouches103.

  • 104 Vol. 45 p. 467.
  • 105 Vol. 89 p. 794.

89En revanche, le baron De Turckheim104 se dit « banquier » et non négociant alors que Léopold Bloch, résidant chez son père et partant pour affaires à Paris, se déclare « négociant et changeur de monnaie »105.

90De ce qui précède, on conclut que les négociants sont avant tout des marchands et que l’usage du mot est, à Strasbourg, assez imprécis.

91Les marchands et marchandes sont moins nombreux à se contenter d’une appellation globale – 39 mentions de « marchand(e) » et 4 de « commerçant » – que ceux qui précisent soit le produit dans lequel leur commerce est spécialisé (« fruitier », « apothicaire », « armurier », « bijoutier », « droguiste », « huilier »), soit le type de commerce pouvant indiquer une échelle d’importance (« fruitier en boutique », « cafetier », « débitant de boissons », « revendeuse de légumes », « colporteur », « brocanteur », « revendeur »). Comment et où fixer la frontière entre petit et grand commerce ?

92Dans le domaine commercial aussi, les appellations professionnelles sont polysémiques : à l’usage du temps se cumule celui du lieu, combiné aux difficultés de la traduction entre allemand et français.

  • 106 Les annuaires strasbourgeois reprennent ces précisions pour la même période : Almanach du Commerce (...)

93Si les termes « industriel » ou « manufacturier » ne figurent pas dans le dictionnaire des appellations, celui de « fabricant » par contre est fréquent ; il n’est employé seul qu’une fois, ailleurs il est toujours complété par le nom du produit fabriqué, comme si chacun avait tendance à personnaliser son activité : « fabricant de cannes, de parapluies, de chandelles, de coton, de toiles, d’instruments, de vrilles et balances »106.

  • 107 Vol. 46 p. 276 ; vol. 47 p. 250 ; vol. 48 p. 446 ; voir chapitre « Chemins croisés, la mobilité int (...)

94Comment interpréter cette manie de la précision aboutissant à un inventaire à la Prévert ? On est tenté de répondre par l’omniprésence à Strasbourg de la petite industrie et l’absence d’une grande industrie analogue à celle qui se crée à Mulhouse. Celle-là se caractérise par l’extrême spécialisation de la production, appuyée sur une maîtrise technique et une tradition familiale. Quelle différence, sinon de taille, avec les artisans ? Le « fabricant de savon », « de chandelles et de suif », est-il si éloigné du « savonnier » et du « chandelier » ? Ceux qui formulent leur activité, plus modestement, par un verbe d’action « fait des chaises », « fait des instruments », « faiseur de crics », ne sont-ils pas des artisans plutôt que des fabricants ? Où fixer la frontière entre l’atelier du fabricant et celui de l’artisan ? Elle évolue, difficile à cerner car rien dans le vocabulaire utilisé par les déclarants ne permet de faire la distinction avec certitude. Nous ignorons le nombre de salariés d’un patron sauf exception. Nous avons reconstitué le mouvement d’une partie du personnel de la brasserie de l’Espérance, 17 rue des Veaux ; en partie seulement car seuls les apprentis, les compagnons effectuant leur tour et les nombreuses servantes y sont déclarés, le logement étant un avantage en nature107 ; les ouvriers tonneliers et brasseurs, parfois mariés, peuvent loger ailleurs.

Les plus instruits exercent une profession libérale ou sont fonctionnaires d’État

  • 108 G. Livet, L’Université de Strasbourg..., op. cit.

95On trouve ainsi trois ingénieurs seulement travaillant l’un aux Mines, l’autre au Cadastre et le troisième aux Ponts et Chaussées, vingt-cinq médecins – docteur en médecine, médecin cantonal, chirurgien – et autant de professeurs de faculté. L’Université de Strasbourg108 est réputée pour les facultés moins de Lettres et de Théologie que de Médecine et de Droit. Les appellations sont toujours très précises : on est « professeur au Lycée » ou « au Collège Royal », « à la Faculté de Médecine » ou « de Théologie », « directeur des hôpitaux ». Elle attire les étudiants de la région, ce sont les plus nombreux, mais aussi grâce à la Faculté de Théologie Protestante des jeunes gens originaires de Suisse ou des Cévennes. Un tiers seulement des déclarations (30) précisent le domaine des études : droit, médecine, théologie.

96Strasbourg, préfecture, est le siège de nombreux services administratifs d’Etat : au fil des pages, on rencontre un préfet, cinq juges, quatorze directeurs de services.

97Quatorze mentions de notaires, sept d’avocats, six d’architectes et deux de banquiers complètent l’éventail des qualifications.

  • 109 La plupart d’entre eux sont logés en caserne.
  • 110 Vol. 48 p. 655 ; vol. 90 p. 129 ; vol. 36 p. 30.
  • 111 A. Weiler, op. cit., p. 51.

98Ville de garnison sur la frontière du Rhin, Strasbourg loge de très nombreux militaires. On rencontre le soldat démobilisé après son service, le remplaçant qui se constitue un pécule en assurant le pensum du malchanceux qui a tiré un mauvais numéro mais a les moyens d’acheter une dispense ; on croise les militaires de carrière, dont toute la hiérarchie se décline, de l’adjudant au général, toutes les armes sont présentes. 150 mentions désignent les sans-grade, du carabinier au gendarme en passant par le sapeur, l’artificier, le canonnier et les musiciens. Quatre mentions seulement désignent des sous-officiers109 alors que 131 mentions concernent des officiers dont 18 lieutenants et 31 capitaines, des officiers supérieurs depuis le chef d’escadron, 11 mentions, ou de bataillon, 3, aux colonels, 12, et aux généraux, 2. L’un d’eux se dit « officier de la Légion d’Honneur », comme si cette distinction se suffisait à elle-même, en l’exonérant de toute précision professionnelle. Les inactifs, nombreux, s’enorgueillissent de leur grade antérieur, qu’ils soient « retraité », « retiré », « pensionné » ou « ex » ; une même personne utilise indifféremment l’un ou l’autre de ces termes comme s’ils étaient synonymes : Georges Braun, l’oncle d’Amélie Weiler, se dit tantôt « major d’artillerie retraité », « major retiré », ou « colonel ex »110. Tous ces militaires sont présents dans les registres, car qu’ils résident en ville avec leurs familles et non en caserne ; ou bien, célibataires, ils louent quelques pièces chez l’habitant. La grand-mère Weiler loue deux pièces à Étienne de Marmet, lieutenant d’artillerie, petit fils du duc de Choiseul en 1825 ; l’adresse doit être bonne puisque six officiers supérieurs se succèdent111. La hiérarchie militaire nous sert de guide pour déterminer leur niveau de qualification et leur place dans la hiérarchie sociale.

Les services aux particuliers

  • 112 1 540 mentions désignent les servantes, on trouve 37 mentions de « nourrices », autant de « ménagèr (...)

99Les personnes qui exercent des activités de service aux particuliers à domicile sont les plus nombreuses et leurs appellations ne posent, le plus souvent, pas de problème de définition112.

  • 113 Vol. 35 p. 123 et vol. 36 p. 217.
  • 114 Vol. 80 p. 323.
  • 115 Vol. 36 p. 47.
  • 116 A. Weiler, op. cit., p. 230.

100Pourtant en ce qui concerne les « ménagères », il est plus difficile de faire la part des salariées et des mères de famille, dont la majorité ne déclare pas de profession. Appointées assurément, Madeleine Betzlinger, célibataire, 24 ans, qui se déclare « ménagère » chez Schneegans, avoué113, ou Marie Rothbach veuve Bergthold, 60 ans, « ménagère » au service d’un greffier marié chez qui elle habite114 ainsi que Gertrude Rapp veuve Bouillon, 50 ans, « ménagère » chez un juge de paix lui-même veuf115. Amélie Weiler utilise ce terme pour désigner la personne qui tient le ménage de son oncle veuf ; faisant office de gouvernante, elle gère les comptes du ménage, embauche et débauche les servantes, les blanchisseuses ; elle reste au service de Frédéric Weiler une vingtaine d’années jusqu’au remariage de son patron116.

  • 117 Vol. 90 p. 176.
  • 118 Vol. 80 p. 168.
  • 119 Vol. 90 p. 129.

101Peut-on en dire autant de Claudine Bizé, 31 ans, deux enfants, « fille mère » se déclarant « ménagère » et vivant chez sa mère117 ? De Salomé Barbaras, 35 ans qui se dit « ménagère » et vit chez son père veuf118 ou de Dorothée Braun, veuve, 44 ans, qui vit chez son frère veuf chargé de deux enfants119 ?

102Ne s’agit-il pas plutôt de solidarité familiale entre parents et enfants ou frères et sœurs ?

  • 120 A. Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle, 1986, Paris ; (...)
  • 121 Vol. 36 p. 390, p. 399 et vol. 53 p. 234.
  • 122 Vol. 45 p. 575 ; carte d’itinéraire intra-urbain p. xxviii.

103Enfin « ménagère » peut aussi désigner le statut de la mère de famille qui reste au foyer, sens que lui donnent A. Farge ou M. Perrot lorsqu’elles campent le portrait des commères animant le voisinage dans les quartiers120. N’est-ce pas le cas de Madeleine Benda qui vit avec son concubin et ses six enfants121 ou de Marie Rémy, 34 ans, « ménagère et concubine » de Paul Nanni122 ?

104Enfin, services aux particuliers soigneusement repérés et soulignés par les employés tenant les registres, la prostitution : 152 mentions de « fille publique » concernent 46 femmes qui sont aussi selon les moments, « ouvrières », « sans condition », « couturières » ou « journalières ». Nous constaterons en étudiant leurs trajectoires, professionnelles ou résidentielles, que leur mobilité est élevée : sont-elles si bien intégrées dans le voisinage qu’on l’a dit ? L’appellation en tout cas est claire à défaut de savoir qui l’emploie.

  • 123 O. Faron, La ville des destins croisés..., op. cit., p. 201.
  • 124 Vol. 90 p. 148.
  • 125 Vol. 89 p. 794.
  • 126 J. Bronnet : vol. 45 p. 672.
  • 127 Fr. Bouillot, femme séparée : vol. 48 p. 786.
  • 128 M. Blessig, veuve : vol. 89 p. 616.
  • 129 A. Bode : vol. 65 p. 396.
  • 130 J. J. Bossler : vol. 61 p. 371.
  • 131 J. B. Buhler : vol. 65 p. 168.
  • 132 Fr. Brack : vol. 48 p. 358.
  • 133 J. Born : vol. 91 p. 432.

105De rares mentions, 37, concernent une double activité ; moins de vingt personnes sont impliquées, c’est très peu, comparé à la situation milanaise123. J. B. Ballet, négociant, précise qu’il est aussi « juge de paix » ; à la considération de l’argent s’ajoute la notoriété et l’honorabilité de la fonction124. Isaac Bloch se dit « marchand de chevaux et prêteur de monnaie », association fréquente et ancienne dans les campagnes alsaciennes125. Ailleurs, il semble que ce soit davantage la nécessité qui pousse ainsi à compléter de maigres gains : ceux d’une retraite chiche pour le « jardinier et pensionné »126, d’une activité intermittente se cumulant avec une autre pratiquée facilement à domicile pour la « marchande d’huile et nourrice »127, ou l’« institutrice et ouvrière » (en robes ?)128, pour l’« employé d’octroi et tapissier »129, le « cordonnier et cantonnier »130 ; enfin, il peut s’agir d’activités artisanales complémentaires c’est le cas des « doreur et peintre »131, « menuisier et vitrier »132, « tanneur et cirier »133.

  • 134 J. Bastian : vol. 91 p. 380.
  • 135 J. Baumann : vol. 91 p. 219.
  • 136 C. Billiot : vol. 90 p. 579 ; M. Bonjour : vol. 90 p. 581 ; L. Belleray : vol. 36 p. 76.
  • 137 V. Blaettel : vol. 36 p. 23 ; M. À. Berlichy : vol. 90 p. 579 ; C. Barthel : vol. 36 p. 24.

106L’employé qui tient les registres peut aussi avoir, de son propre chef, apposé deux mentions. Soit il indique ainsi une période de transition, la démobilisation des jeunes gens après le service aux armées : on lit « pontonnier et cordier »134, ou « pontonnier et graveur sur bois »135 à propos de deux garçons tous deux âgés de moins de 22 ans. Soit il formule le discrédit affectant les filles que la précarité pousse à la prostitution « ouvrière et fille publique »136, « couturière et fille publique »137, ces deux types d’activité pouvant sans difficulté se succéder dans le déroulement de la journée ou de la semaine.

  • 138 Vol. 48 p. 341.
  • 139 Vol. 61 p. 533.
  • 140 Vol. 61 p. 161.
  • 141 Vol. 61 p. 294.
  • 142 Vol. 48 p. 446.

107Le déclarant peut aussi compléter une appellation en précisant d’autres sources de revenus. Les rentiers sont souvent des propriétaires vivant des loyers de leurs biens ; signalons pourtant l’ambiguïté du terme rentier qui peut aussi bien désigner le propriétaire, actif ou non, que l’inactif, propriétaire ou non. Salomé Brodbeck, fille-mère, vit avec sa mère journalière et ses propres enfants, elle revient de Paris et se déclare « rentière » ; elle vit peut-être des économies quelle a amassées dans la capitale, mais n’est point propriétaire. La qualité de propriétaire n’est d’ailleurs pas systématiquement mentionnée dans la colonne « profession » du registre, on trouve parfois cette précision dans la colonne « observations » ; il arrive aussi que des habitants préfèrent déclarer une profession sans mentionner forcément leur qualité de propriétaire ; c’est le cas de A. Brissez officier retraité138, de J. G. Bilger sergent de police139, du menuisier J. Ch. Blumer140, du passementier L. Bronner141 et de Ph. J. Hatt brasseur142.

  • 143 Vol. 46 p. 68, 488 ; vol. 48 p. 6, 66, 397 ; carte d’itinéraire intra-urbain annexe p. xxx.
  • 144 Vol. 61 p. 255.

108Nous avons choisi de garder telles qu’elles étaient formulées les déclarations des Strasbourgeois ; en effet, non seulement le sel de la langue est une information pour l’historien, mais c’est aussi restituer le peu de traces que ces habitants ont laissées, même filtrées, complétées ou corrigées par les scribes de l’administration. On peut y deviner les manières de se dire, de se situer dans l’espace social de la ville. On peut aussi y glaner d’autres informations : Charlotte Billaudet arrivant de Saverne sans son époux mais avec son enfant déclare être « épouse d’huissier »143 ; ce n’est pas en soi une appellation professionnelle mais cela lui confère sans doute une respectabilité étant donnée sa solitude et cela nous permet de préciser la profession du père de François lequel est ultérieurement commis négociant144.

  • 145 Voir le chapitre « Mobilités apparentes, reproduction fréquente des trajectoires professionnelles » (...)

109Enfin, cela permet d’appréhender pour chaque déclarant son activité professionnelle tout au long du cycle de vie et d’en mesurer les fluctuations, elles sont étudiées plus loin145 ; nous n’avons opéré ni sélection ni agrégation, même pour les personnes ayant fait une dizaine de déclarations ou plus.

4. Difficiles et arbitraires classifications

  • 146 Tant des situations déclarées que des personnes déclarantes.

110Quoi qu’il en soit, les appellations se plaçant en tête146 regroupent les « petites gens » exerçant des métiers non qualifiés et des services aux particuliers ou les métiers traditionnels d’ouvriers-artisans, qui caractérisent la population urbaine, en France, au début du xixe siècle. Certes, le fait que ces registres ne concernent que les habitants qui « bougent » dans la ville introduit certainement des différences avec la composition de la population active (laquelle n’est pas relevée comme telle dans les recensements avant la deuxième moitié du xixe siècle), cependant l’ordre décroissant n’est pas bouleversé ; tout au plus, les ouvriers et artisans installés dans des ateliers apparaissent-ils comme moins nombreux, car moins mobiles (les boulangers par exemple sont très peu nombreux dans le corpus : 51 pour l’ensemble de la période dont beaucoup sont des compagnons ou des ouvriers) ; on fait la même constatation à propos des boutiquiers et commerçants.

  • 147 A. Daumard, « L’histoire sociale. Sources et méthodes », Actes du colloque ENS St-Cloud (15 et 16 m (...)

111La très grande dispersion de ces appellations et leur précision appréciable pour l’historien mais excessive pour l’informaticien obligent à une démarche d’agrégation malgré les réticences et les débats houleux qui ont divisé depuis trente ans tant historiens que sociologues. S. Cerutti en présente un résumé éclairant dans l’introduction à son enquête sur les tailleurs de Turin147.

  • 148 Voir Μ. N. Hatt-Diener, Thèse, op. cit., vol. I p. 119-126, annexe I.

112Les critères de ces regroupements, le secteur professionnel, le niveau de qualification et celui de hiérarchie sociale, sont argumentés de façon détaillée dans la thèse148.

113Quelques exemples vont permettre de mesurer les difficultés et d’expliciter les choix de regroupement professionnel opérés.

  • 149 Vol. 79 p. 164.
  • 150 Vol. 90 p. 330.
  • 151 Vol. 79 p. 315.
  • 152 Nous l’avons déjà signalé à propos des militaires, dont Georges Braun, oncle d’Amélie Weiler : vol. (...)
  • 153 C’est la démarche que choisit O. Faron pour les Milanais (La ville des destins croisés, op. cit., p (...)

114Comment considérer les inactifs ? Les personnes devenues inactives, « retraité », « retiré », « ex- », « pensionné », ont été rattachées à leur catégorie d’origine : Conrad Boechette « boulanger retraité »149 est ainsi classé en métiers de l’alimentation ; François Bernhard « priseur retraité »150 est classé en profession juridique ; Aloyse Bracht « capitaine retraité »151 est militaire. Ce choix est justifié par l’usage indifférencié de ces termes par les déclarants152 ce qui empêche d’établir une distinction pertinente entre eux ; ce choix permet d’autre part de retrouver une certaine homogénéité, professionnelle à défaut d’être sociale153. Pour ce qui est des professions nettement différenciées du petit commerce, souvent ambulant, on a regroupé les vendeurs (euses) de chiffons, de fruits, de limonade, de glaces, de légumes, de volailles etc. Leur activité s’exerce de manière incertaine, derrière un étal dressé sur la place ou les trottoirs, les jours de marché. Ils côtoient les commis négociants et les marchands dans le secteur du commerce malgré des différences évidentes et sûres, à défaut d’être précisément mesurées entre eux.

  • 154 R. Lorenceau ne rencontre pas le terme « employé » à Bâle ; tous les « ronds de cuir » y sont désig (...)

115Nous savons, d’autre part, qu’au début du xixe siècle on ne différencie pas entre elles les activités de service : le terme d’employé couvre la gamme des personnages subalternes dont le statut reste indistinct ; il se trouve sans autre précision dans un tiers des déclarations154.

116Si les employés forment un groupe, le bedeau de la cathédrale ou de la synagogue sont rattachés au groupe des personnels d’Église, le crieur public et l’employé d’octroi dépendent de l’administration municipale, l’employé à l’arsenal relève de l’autorité militaire. Il faudra se souvenir de cette répartition au moment d’interpréter les résultats des analyses.

  • 155 O. Faron, La ville des destins croisés, op. cit., p. 174 et 190 ; et M. Perrot, « Grèves féminines  (...)

117De la même manière, nous avons distingué les « ouvrier », « ouvrière » sans autre précision des « ouvrier (ère) aux Tabacs » ; en effet, à Milan comme à Strasbourg, le travail à la Manufacture est mieux rémunéré, on peut parfois y faire carrière en exerçant la fonction de contremaître155.

  • 156 Vol. 48 p. 150 ; vol. 45 p. 588 ; vol. 79 p. 466.
  • 157 Vol. 65 p. 317 ; vol. 65 p. 444.
  • 158 Vol. 45 p. 467.
  • 159 Amélie Weiler s’impatiente du retard de son coiffeur avant de partir au bal (A.Weiler, op. cit., p. (...)

118Enfin, il est des appellations professionnelles qui, quoique différentes, désignent cependant des activités proches par le savoir-faire exigé dans tel domaine d’exercice : Joseph Bastian est maréchal-ferrant en 1833, forgeron en 1836 après avoir été tonnelier en 1822 : seul point commun entre ces activités le cerclage du tonneau par le fer156 ; nous classons alors les deux premières dans le travail des métaux et la dernière dans celui du bois ; Barbe Boersch est ouvrière – sans précision – en 1812 et tricoteuse en 1816, la dernière mention précise-t-elle la précédente157 ? Parfois les renseignements sont plus précis : Sébastien Bischly158 est jardinier du baron de Turckheim, il appartient à sa domesticité, loge dans les communs de l’hôtel familial situé au no 1 de la rue Brûlée, on le classe dans la catégorie « services domestiques » alors que les autres jardiniers sont « producteurs vendeurs d’alimentation ». On place dans cette même catégorie « services domestiques » le barbier, le coiffeur, la coiffeuse qui viennent à domicile159 ; le perruquier lui, artisan et vendeur, est considéré comme un commerçant.

119On voit donc qu’une procédure de classification exclusivement informatique aurait laissé échapper les nuances affinant la situation de chacun, nous y avons donc renoncé et avons procédé au cas par cas en fonction des connaissances que nous avions de chacun.

120Il est encore plus délicat de mettre en œuvre un classement des niveaux de qualification. Il semble en effet intéressant de pouvoir distinguer la servante ou l’ouvrière de la couturière ou modiste, même s’il s’agit de « gens de peu ».

  • 160 Amélie Weiler se plaint amèrement de l’incapacité de ses servantes qui ne savent rien faire (ibidem (...)

121Une servante apprend son métier « sur le tas »160, une ouvrière n’entre pas en apprentissage, une nourrice gardant l’enfant du voisin non plus ; si la couturière ou la modiste sont elles aussi des « gagne-petit », elles ont une qualification. Cela n’a pas forcément d’incidence sur leur niveau de vie, il n’en demeure pas moins que les conditions de travail et la reconnaissance sociale ne sont pas les mêmes. La même remarque s’impose pour les métiers masculins ; le domestique peut être tour à tour portier, cocher, valet de chambre ; aucune qualification n’est exigée, la promotion est rien moins qu’assurée, alors que l’ouvrier-artisan, outre le savoir faire dont il tire fierté à juste titre, a la possibilité de devenir indépendant et parfois patron, même si ce n’est pas le cas de tous...

  • 161 Vol. 79 p. 223.

122Ce classement en niveaux de qualification a été modifié au cas par cas, chaque fois qu’une information le permettait : par exemple, l’envoi d’un fils de 17 ans qui se dit « perruquier » dans la capitale pour une durée de quelques mois laisse penser qu’il s’agit d’une formation de compagnon, d’autant que la décision est prise par un père J. Ph. Bischoff, lui-même perruquier161.

  • 162 On apprend que Ph. J. Hatt « est inscrit au livre bleu » (registre consignant le nom des propriétai (...)

123Bien plus délicate encore, l’opération de classification en niveaux de hiérarchie sociale des déclarants rencontrés au fil des pages. En l’absence d’informations, autres que fortuites, concernant les revenus ou l’imposition fiscale des déclarants162, il n’est pas aisé d’établir un classement par niveaux de hiérarchie sociale. D’autant que la place assignée dans la société ne découle pas du seul critère des revenus. Comment apprécier le prestige et la notoriété que confèrent non seulement le métier mais encore le rôle tenu dans le voisinage grâce aux amitiés tissées dans le quartier, aux relations de service entretenues, aux qualités personnelles reconnues de tous ou à la fonction exercée dans une association ?

  • 163 Vol. 90 p. 148 ; vol. 84 p. 351 ; vol. 90 p. 288.

124J. Ballet, négociant, en précisant qu’il est aussi juge de paix, ne joue-t-il pas implicitement de cette notoriété, de même Aloyse Bracht et J. Fr. Brackenhofer qui se déclarent « Chevalier de la Légion d’Honneur »163 ?

  • 164 B. Angleraud, Les boulangers lyonnais aux xixe et xxe siècles, coll. « Vivre l’Histoire », Paris, 1 (...)

125Le fils Nussbaum, établi boulanger par son père, lui-même maître batelier, est vraisemblablement comme les fils Pick et Hatt brasseurs, lui aussi maître et indépendant ; on sait l’importance des stratégies matrimoniales non seulement pour l’investissement d’un fond mais pour la tenue de la boulangerie : c’est une division sexuelle du travail indispensable qui assure le succès de l’entreprise, l’épouse tenant la boutique. La boulangerie est un lieu public féminin où se joue la sociabilité de voisinage, la boulangère fait crédit ou non, elle est la « mémoire du quartier », le couple est sollicité comme témoins aux mariages et baptêmes. Ce rôle social qui a été bien étudié pour la ville de Lyon, dépasse de loin la seule assise financière164.

  • 165 Vol. 45 p. 384, 531, 600.
  • 166 Vol. 91 p. 525. La famille Zorn de Bulach a été étudiée par F. Igersheim, L'Alsace des notables, 18 (...)
  • 167 Vol. 61 p. 533.
  • 168 Vol. 90 p. 749, 798 ; vol. 155 p. 1.

126Aussi, chaque fois que des précisions existent, elles sont utilisées pour échapper à une classification automatique. Mais elles sont rares, aussi ne jouent-elles qu’à la marge. Eléonore Zorn de Bulach, rentière, habite Strasbourg entre 1825 et 1831 ; elle loge dans les hôtels nobles des rue du Dôme, rue Brûlée ou rue des Juifs ; « baronne, propriétaire », on la classe sans hésitation dans la « haute société »165 ; de même pour son neveu, Ernest Maximilien, né à Osthouse en 1786, officier de l’armée badoise alliée à l’armée napoléonienne, conseiller général de 1827 à 1833 qui déclare la naissance de son fils, dans l’hôtel familial de la Grand’Rue en juillet 1828166. Tel n’est pas le cas de J. G. Bilger, sergent de police, propriétaire quai des Bateliers167, ou de Salomé Brodbeck, fille d’ouvrier orfèvre ; en effet, après la séparation des parents, mère et fille se déclarent ouvrières entre 1828 et 1831, puis en 1837 Salomé, fille-mère, cohabite avec sa mère et ses deux enfants, et se dit « rentière »168. A-t-elle hérité un bien de son père, est-elle entretenue par le père de ses enfants, a-t-elle amassé un pécule lors d’un séjour professionnel à Paris ? Nous n’en savons rien.

  • 169 Vol. 46 p. 276.

127Lorsque Philippe Jacques Hatt rejoint en 1813 la brasserie paternelle, rue des Veaux, il déclare être « brasseur » sans préciser davantage que le jeune homme de Wasselonne qui y travaille quelques semaines169 ; une même appellation désigne deux situations sociales bien différentes : l’un est fils de « maître brasseur », lui-même « maître brasseur », héritier de l’entreprise alors que le second fait son tour, compagnon ou ouvrier.

  • 170 Vol. 90 p. 841.
  • 171 Vol. 91 p. 675.

128Comme toujours, nous sommes mieux renseignés sur les riches et les puissants, les traces de leur prospérité et de leurs pouvoirs sont plus visibles et mieux connues. Cependant, des observations portées par les scribes signalent parfois détresses et malheurs : la veuve Brentzler « dépose ses enfants aux Enfants de la Patrie » en 1814170 ; un tel, « tanneur, marié, est parti sans déclaration le 7 octobre 1830 ; sa femme s’est jetée à l’eau le 8 octobre [après avoir] exposé son enfant né le 26 décembre 1829 qui a été reçu à l’hospice »171.

  • 172 Le travail de réflexion sur les données est une étape fondamentale dans l’atelier de l’histoire. Il (...)

129Présenter les difficultés, les hésitations et les exemples de choix permet d’expliquer le travail de réflexion qui précède le regroupement des appellations professionnelles en secteurs professionnels. Ils ont été utilisés pour deux traitements statistiques qui ont permis d’élaborer des hypothèses de travail. Pour dépasser ces hypothèses et approfondir la réflexion, la diversité des appellations professionnelles s’est alors révélée plus utile172.

Liste des échantillons de population étudiés

Nombre de personnes

Nombre de déclarations

Critères de sélection

6 185

13 480

Échantillon dans l’ensemble des registres domiciliaires, par sondage spatial et patronymique des B, N.

Tous les autres échantillons sont tirés de cette base générale

Mobilité professionnelle

1 264

  

Ayant au moins deux déclarations professionnelles différentes

953

4 757

Sous ensemble des 1 264, regroupés en 32 codes professionnels différents

Les migrants

3 492

 

Personnes nées hors du ban de Strasbourg

2 307

 

Personnes dont le départ est déclaré, donc la durée de séjour connue

Chemins croisés

4 022

 

Habitants ayant au moins deux domiciles en ville

3 502

 

Habitants ayant au moins trois domiciles en ville

1 125

 

Habitants dont deux domiciles au moins sont dans une même rue

430

 

Les « enracinés », personnes ayant au plus deux domiciles en ville et une durée de séjour de plus de cinq ans à une adresse

650

 

Habitants changeant de quartiers et de cantons, au minimum trois déménagements successifs dans trois cantons différents

Notes

1 Ils diffèrent donc du registre, mis au point en Belgique par A. Quetelet, combinant éléments statiques et dynamiques, tel qu’il est présenté pour la population de Seraing par S. Pasleau dans « L’immigration des travailleurs de Seraing durant la seconde moitié du xixe siècle », art. cité.

2 Statistique de la France, Paris, 1837, tableaux généraux de population p. 154-199, p. 276. Entre 1815 et 1840, un conflit naît entre les maires et les ministres de l’Intérieur à propos du dénombrement des Strasbourgeois et s’envenime jusqu’en 1830 : les estimations municipales, toujours inférieures à 50 000 habitants, sont justifiées, d’après les maires, par la distinction entre la population intra-muros et la population extra-muros, combinée à celle qui différencie les habitants « fixes » des habitants « précaires » ou « flottants ». Certains registres précisent cette qualité des déclarants mais de manière très discontinue ; ainsi sur 13840 déclarations, 11 910 ne le précisent pas, soit 86 %. Sont déclarés « fixes » les habitants nés à Strasbourg et dont le domicile légal est dans la commune ; sont « précaires », les étudiants, commis, domestiques, militaires encasernés ou non, pensionnaires des différents hospices. La part de la population flottante est forte et variable : de 11,5 % en 1820, elle double en 1832 à 22,3 % puis fléchit en 1837 à 13 %. Ces variations expriment celles de l’immigration mais aussi celle de l’intégration des étrangers « admis à domicile ». L’enjeu du conflit est à la fois fiscal et militaire.

3 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit.

4 Car elle est inscrite sur les registres en haut de page par les employés de police.

5 240 personnes, soit 36 %, restent uniquement dans l’ellipse insulaire (cantons 3, 4, 5, 6, 7) : 186 de ces personnes, soit 80,9 %, déclarent 3 déménagements ; 41 personnes, soit 17,8 %, 4 déménagements ; 3 personnes, soit 1,3 %, 5 déménagements et plus. 410 personnes, soit 64 %, circulent entre l’ellipse insulaire et les cantons périphériques (cantons 1, 2, 8, 9, 10) : 262 personnes parmi ces dernières, soit 64 %, déménagent trois fois ; 96 personnes, soit 23,4 %, quatre fois ; 41 personnes, soit 10 %, cinq fois ; 11 personnes, soit 2,5 %, cumulent 6 et 7 déménagements.

6 Pourtant nous avons rencontré ce cas au cours de l’étude des itinéraires de toutes les personnes ayant au moins deux déclarations, voir chapitre « Chemins croisés » infra p. 185 et carte p. xxxii.

7 J. L. Pinol, « La mobilité d’une grande ville : Strasbourg de 1870 à 1940 », art. cité, p. 205.

8 M. Gribaudi, « Espace ouvrier et parcours sociaux : Turin dans la première moitié du xxe siècle », AESC, no°2, 1987, p. 243-263.

9 Voir chapitre « Chemins croisés », infra p. 185.

10 Carte p. v.

11 J. Dupâquier (dir.), Histoire de la population française, PUF, Paris, 3e éd. 1995, 4 tomes.

12 J. P. Kintz, « Une étude de sondage en milieu urbain de langue germanique, l’exemple de Strasbourg au xvie siècle », ADH, 1968, p. 37-42.

13 S. Herry a étudié l’installation des militaires et civils français dans Strasbourg après 1681 (Une ville en mutation. Strasbourg au tournant du Grand Siècle..., op. cit.).

14 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit.

15 V. Muhr, Le personnel municipal de Strasbourg, 1871-1940, DEA, 1993, Université Marc-Bloch/Centre de recherches historiques sur la ville.

16 S. Mathevon, Les élites strasbourgeoises de l’entre-deux-guerres, DEA, 1993, Université Marc-Bloch/Centre de recherches historiques sur la ville.

17 J. L. Pinol, « La mobilité d'une grande ville : Strasbourg de 1870 à 1940 », art. cité, p. 205. Pour ce qui est des hommes, chefs de ménage ou isolés, pas d’hésitation. Le cas des femmes est plus complexe : les femmes célibataires de patronyme B sont retenues ; les femmes mariées ou veuves dont l’époux est de patronyme B également, car leur saisie permet à la fois d’identifier sûrement cet époux et de reconstituer la famille. En revanche, on ne retient pas les célibataires femmes de patronyme B qui épousent un conjoint de patronyme autre que B.

18 Vol. 91 p. 54 ; et M. Andlauer et P. Schmidt, L’ancien Fossé des Tanneurs à Erstein : un quartier riche en souvenirs, op. cit.

19 A. Weiler, Journal d’une jeune fille mal dans son siècle, 1840-1859, op. cit.

20 La structure des champs de la base de données ainsi que la traduction en clair de chacun des codes spécifiques de chaque champ, figurent en annexe de la thèse.

21 Nous avons enregistré la première déclaration des épouses dans l’ordre chronologique de rencontre au fil de la lecture des registres ; en revanche, lorsque nous avons rencontré ensuite le ménage et que la situation de l’épouse était inchangée nous ne l’avons pas à nouveau enregistrée, ceci afin d’alléger la base de données et ses fichiers.

22 Cependant pour alléger la base de données, les épouses sont « saisies » à la première rencontre dans les registres puis seulement si leurs situations d’état civil, professionnelle ou de cohabitation avec le mari change.

23 Vol. 79 p. 335.

24 Vol. 65 p. 393.

25 Vol. 79 p. 162.

26 Vol. 91 p. 851.

27 Vol. 46 p. 7.

28 Les contraintes de logiciels pour le traitement informatique imposent, là encore, la transcription des dates en calendrier grégorien, les jours, mois et année étant impérativement renseignés ; les lacunes éventuelles touchant jours et mois ont été arbitrairement comblées par un « 01 ». Si l’année fait défaut, rien n’est saisi.

29 L’échantillon est constitué des déclarations faites par une même personne, l’une d’elles au moins précisant une date de naissance, les autres un âge ; l’effectif est de 6 174 déclarations. 72 cas seulement présentent des écarts d’âge supérieurs à cinq ans, soit 1,1 % de l’échantillon.

30 Ainsi Varsovie est sur nos cartes localisée en Pologne, alors que cette entité n’existait plus au xixe siècle. Le Territoire de Belfort fait exception, il est ici rattaché au Haut-Rhin, conformément à sa situation antérieure à 1871.

31 E. François, Koblenz im 18. Jahrhundert..., op. cit. ; P. Ayçoberry, Cologne entre Napoléon et Bismarck, 1815-1875, op. cit. ; M. Oris, « La transition de la mobilité au xixe siècle. L’expérience de Huy sur Meuse entre 1847 et 1900 », art. cité. ; S. Pasleau, « L’immigration des travailleurs à Seraing durant la seconde moitié du xixe siècle », art. cité.

32 M. Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Belles Lettres, 1970 ; M. Gribaudi, « Espace ouvrier et parcours sociaux : Turin... », art. cité ; J. L. Pinol, Les mobilités de la grande ville, Lyon, fin xixe-début xxe siècle, Paris, 1991.

33 Armature urbaine de l’Alsace d’après l'Atlas des villes de G. Dupeux, voir supra p. 54.

34 Le « faiseur de crics » est souvent un serrurier, métier regroupé ensuite dans le secteur des métaux avec les forgerons, charrons, chaudronniers, par exemple. L’application détaillée du principe, des conditions et des choix de l’agrégation professionnelle est présentée de façon précise dans la thèse.

35 Table des rues en annexe dans le volume de thèse.

36 Th. Hatt, Système d’information géographique historique de Strasbourg (projet 2001-2003), http://www.ac-strasbourg.fr/microsites/hist_geo01/sig-stg-gl/index.htm

37 Chapitre « Une source peu étudiée », infra p. 19-22.

38 Idem.

39 Voir supra p. 74 note 28. Nous appliquons donc ce raisonnement déductif à tous les itinéraires : l’adresse de résidence de rang i +1 est celle indiquée dans la déclaration domiciliaire de rang i comme adresse postérieure L’adresse antérieure de la déclaration de rang i +1 est celle de la résidence de rang i à condition que la date d’entrée dans la résidence de rang i +1 soit postérieure à celle d’entrée dans la résidence de rang i.

40 L’adresse de rang 7 ne correspond pas à une déclaration, elle est indiquée comme destination dans la déclaration de rang 6 et comme adresse d’origine dans la déclaration de rang 8.

41 Les logiciels exigent bien sûr que les dates soient normalisées ; soit on ne considère que l’année ce qui ici est inadéquat, soit on retient les dates formulées en jour, mois, année, ce qui ici s’impose au vu de la fréquence des déménagements ; or, les déclarations ne comportent pas systématiquement ces précisions, le logiciel par défaut complète arbitrairement au 1er janvier de l’année ; le résultat est qu’une date d’entrée dans la résidence i peut alors être antérieure à celle de la résidence i-1, le calcul devient aberrant. Nous touchons ici aux limites de l’outil informatique ! Sans compter que certains logiciels refusent de considérer les dates antérieures à 1900 !
Nous avons cherché à combler les lacunes des itinéraires en recherchant dans d’autres registres les adresses antérieures ou postérieures ; une adresse peut en effet être portée dans plusieurs registres, la chronologie de cette inscription n’étant pas toujours respectée ; l’index des patronymes étant inutilisable comme nous l’avons signalé en présentant la source, nous avons limité cette recherche à quelques personnes.

42 Nous étudions en détail la démarche et les contraintes de la reconstitution des itinéraires dans le chapitre « Chemins croisés », infra p. 185-192.

43 Vol. 46 p. 103.

44 Vol. 90 p. 806 ; vol. 79 p. 102 ; vol. 91 p. 607.

45 Vol. 79 p. 102.

46 Elisabeth Buser fille-mère d’un enfant revient chez sa mère veuve, un demi-frère journalier assume leur charge : vol. 61 p. 332.

47 Vol. 46 p. 74.

48 Vol. 90 p. 833.

49 Vol. 91 p. 679.

50 Vol. 90 p. 370.

51 Vol. 91 p. 596.

52 Vol. 80 p. 102.

53 Vol. 91 p. 780.

54 Vol. 89 p. 607.

55 Ad. Seyboth, Strasbourg historique et pittoresque..., op. cit.

56 Tableau concernant l’état nouveau des inscriptions des rues et du numérotage des maisons, Strasbourg 1858, AMS.

57 Vol. 89 p. 722.

58 Vol. 61 p. 102.

59 Vol. 80 p. 396.

60 Pour identifier ces lieux nous avons utilisé des outils variés : les codes postaux de France, d’Allemagne et de Suisse nous ont été fort utiles, mais également un jeu de cartes routières des mêmes contrées ; les atlas historiques sont certes indispensables, ils ont le mérite de n'être pas anachroniques, mais ils ne sont pas toujours à la bonne échelle géographique. Enfin une brochure administrative retrouvée dans les archives familiales a été extrêmement précieuse : éditée en 1919, elle publie les nomenclatures allemandes et françaises de toutes les communes et de tous les lieux dits d’Alsace et Moselle annexés en 1871. Malgré ces ressources, nous n’avons pas identifié de manière certaine tous les lieux rencontrés.

61 Un « Formenmacher » est un « fabricant de formes » (à chapeau, de bottes, de moules... ?), un « Melker » est un laitier, un « Riemergsell » un compagnon corroyeur.
Voir J. Hatt, « Les métiers à Strasbourg du xiiie siècle au xviiie siècle », Revue d’Alsace, 1962 et J. P. Kintz, « Métiers, fonctions et emplois à Strasbourg vers 1600, glossaire allemand-français et latin-français », Revue d’Alsace, 1979.

62 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit. ; vol. 2 p. 186-201.

63 Vol. 89 p. 62.

64 Les études récentes des historiennes ont montré que le travail à domicile peut s’avérer le plus rude – isolement, nécessité d’achever une tâche et contrainte de l’exploitation familiale. J. W. Scott, « La travailleuse », dans M. Perrot, G. Fraisse (dir.), Histoire des Femmes en Occident, Paris, Plon, 1992, t. 4, p. 419-445.

65 Népomène Bader, « sommeillier » (sic) : vol. 90 p. 218.

66 A. Weiler, op. cit., p. 192.

67 Guillaume Brodaug : vol. 91 p. 691, 756, 762.

68 Vol. 79 p. 498.

69 Théophile Behr : vol. 61 p. 227.

70 Pierre Bieth : vol. 48 p. 308, 314, 326, 524 ; Antoine Blondeau : vol. 53 p. 192.

71 Dorothée Benda : vol. 53 p. 191.

72 Littré signale en 8e sens : particulière « femme entretenue » ; Elisabeth Bourlier : vol. 42 p. 370 ; et Rosalie Moser veuve Baer : vol. 80 p. 426.

73 Madeleine Boulot, fille publique ou ouvrière selon les déclarations est gratifiée de cette remarque : vol. 36 p. 35, vol. 90 p. 162, 163, 275, 581 ainsi que Daniel Bahl : vol. 90 p. 781.

74 Vol. 89 p. 347.

75 J. L. Pinol ne rencontre jamais l’appellation « ouvrier » seule à Lyon pour le xixe siècle (La mobilité de la grande ville, Lyon..., op. cit. et vol. 1 p. 363).

76 Ainsi Ph. J. Hatt au 17 rue des Veaux : vol. 79 p. 223 ; vol. 47 p. 250.

77 Nous avons suivi les conclusions adoptées par J. L. Pinol (La mobilité de la grande ville, Lyon..., op. cit., p. 356-360).

78 J. L. Pinol, La mobilité de la grande ville, Lyon..., op. cit., p. 290 et O. Faron, La ville des destins croisés..., op. cit., p. 196.

79 O. Faron, La ville des destins croisés, op. cit., p. 118-120.

80 Vol. 91 p. 54 et M. Andlauer et P. Schmidt, L'ancien Fossé des Tanneurs à Erstein..., op. cit.

81 W.H. Sewell, Gens de métier et révolutions. Le langage du travail de l’Ancien Régime à 1848, Paris, 1983, p. 96 sqq.

82 J. L. Pinol, La mobilité de la grande ville, Lyon…, op. cit., volume I p. 353.

83 O. Faron ne tranche pas non plus (La ville des destins croisés op. cit., p. 191).

84 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 41-43.

85 Vol. 36 p. 374 et vol. 91 p. 614.

86 Vol. 90 p. 563 ; vol. 36 p. 338 ; vol. 91 p. 455 ; vol. 37 p. 606.

87 Vol. 61 p. 114, 149 ; vol. 89 p. 732.

88 Vol. 80 p. 256 ; vol. 79 p. 212, 241.

89 Vol. 90 p. 176 et vol. 89 p. 794.

90 Vol. 84 p. 381.

91 Vol. 46 p. 122 et 364 ; vol. 79 p. 425.

92 Vol. 91 p. 650 ; vol. 46 p. 414, 402, 475, 207 ; vol. 37 p. 462, 648 ; vol. 91 p. 373 ; vol. 48 p. 694, 690, 779 ; vol. 37 p. 742.

93 Vol. 62 p. 127 ; vol. 65 p. 393 ;vol. 35 p. 295 ; vol. 61 p. 322, 301 ;vol. 90 p. 163 ;vol. 90 p. 164.

94 Vol. 91 p. 827 ; vol. 90 p. 540 ; vol. 89 p. 598.

95 Il est plus difficile d’interpréter le cas de David Netter : en 1819, à l’âge de 52 ans, il se dit « sans état », mais « chapelier » en 1820 et « commissionnaire » entre 1823 et 1833 ; par ailleurs, il est en parenté avec Léopold Netter, lui aussi commissionnaire au sens de courtier en marchandises.

96 J. L. Pinol, La mobilité de la grande ville, Lyon..., op. cit., tome I, p. 342.

97 O. Faron, La ville des destins croisés..., op. cit., tome I, p. 239.

98 H. DE Balzac, La comédie Humaine, PL, tome VI, p. 236.

99 Les variantes professionnelles déclinées par leurs déclarations permettent de dire que le terme de « négociant » est très souvent utilisé comme synonyme de « marchand » : en effet, Mathias Blum est « marchand » en 1802, « négociant » en 1816 ; J. Frédéric Boegner, lui, est « droguiste » en 1806, « négociant » en 1809 ; J. L. Bronner se présente comme « négociant » en 1811, et « marchand de vin » en 1815 ; Jacques Netter est tour à tour « négociant » en 1819, « marchand » en 1821 et « négociant » à nouveau en 1824 ; L. Notheisen, enfin, « négociant » en 1819 précise « épicier » en 1820...

100 Vol. 80 p. 355 ; vol. 37 p. 653.

101 Vol. 37 p. 422 ; vol. 90 p. 702.

102 Vol. 90 p. 148.

103 Vol. 89 p. 676.

104 Vol. 45 p. 467.

105 Vol. 89 p. 794.

106 Les annuaires strasbourgeois reprennent ces précisions pour la même période : Almanach du Commerce de Strasbourg, chez Levrault, Strasbourg, 1813 ; P. Strohl, Manuel du commerce, de l'industrie, des sciences, des arts et métiers de la ville de Strasbourg, Strasbourg, 1824 ; E. Hoellbecq, Almanach du commerce, de l'industrie, des arts et des métiers de la ville de Strasbourg, Strasbourg, 1836.

107 Vol. 46 p. 276 ; vol. 47 p. 250 ; vol. 48 p. 446 ; voir chapitre « Chemins croisés, la mobilité intra-urbaine », la rue des Veaux infra p. 224-232.

108 G. Livet, L’Université de Strasbourg..., op. cit.

109 La plupart d’entre eux sont logés en caserne.

110 Vol. 48 p. 655 ; vol. 90 p. 129 ; vol. 36 p. 30.

111 A. Weiler, op. cit., p. 51.

112 1 540 mentions désignent les servantes, on trouve 37 mentions de « nourrices », autant de « ménagères », 14 de « gardes-malades », 12 de « gouvernantes », 10 de « cuisinières », 3 de « femmes de confiance », 2 de « bonnes d’enfants », 2 de « fille de chambre ». Les femmes sont la majorité ; les hommes se partagent entre les « domestiques » (70 mentions), les « portiers » et « concierges » (20), les « cuisiniers » (9), les « palefreniers » (6) et « cochers » (34), « hommes de confiance » (2), « jardinier » (1), « valet de chambre » (1).

113 Vol. 35 p. 123 et vol. 36 p. 217.

114 Vol. 80 p. 323.

115 Vol. 36 p. 47.

116 A. Weiler, op. cit., p. 230.

117 Vol. 90 p. 176.

118 Vol. 80 p. 168.

119 Vol. 90 p. 129.

120 A. Farge, La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle, 1986, Paris ; A. Farge et C. Dauphin (dir.), De la violence et des femmes, 1997, Paris, p. 73-86 ; M. Perrot, « Éloge de la ménagère dans le discours des ouvriers français au xixe siècle », dans Les Femmes ou les silences de l’Histoire, op. cit., p. 133 sq.

121 Vol. 36 p. 390, p. 399 et vol. 53 p. 234.

122 Vol. 45 p. 575 ; carte d’itinéraire intra-urbain p. xxviii.

123 O. Faron, La ville des destins croisés..., op. cit., p. 201.

124 Vol. 90 p. 148.

125 Vol. 89 p. 794.

126 J. Bronnet : vol. 45 p. 672.

127 Fr. Bouillot, femme séparée : vol. 48 p. 786.

128 M. Blessig, veuve : vol. 89 p. 616.

129 A. Bode : vol. 65 p. 396.

130 J. J. Bossler : vol. 61 p. 371.

131 J. B. Buhler : vol. 65 p. 168.

132 Fr. Brack : vol. 48 p. 358.

133 J. Born : vol. 91 p. 432.

134 J. Bastian : vol. 91 p. 380.

135 J. Baumann : vol. 91 p. 219.

136 C. Billiot : vol. 90 p. 579 ; M. Bonjour : vol. 90 p. 581 ; L. Belleray : vol. 36 p. 76.

137 V. Blaettel : vol. 36 p. 23 ; M. À. Berlichy : vol. 90 p. 579 ; C. Barthel : vol. 36 p. 24.

138 Vol. 48 p. 341.

139 Vol. 61 p. 533.

140 Vol. 61 p. 161.

141 Vol. 61 p. 294.

142 Vol. 48 p. 446.

143 Vol. 46 p. 68, 488 ; vol. 48 p. 6, 66, 397 ; carte d’itinéraire intra-urbain annexe p. xxx.

144 Vol. 61 p. 255.

145 Voir le chapitre « Mobilités apparentes, reproduction fréquente des trajectoires professionnelles », infra p. 105.

146 Tant des situations déclarées que des personnes déclarantes.

147 A. Daumard, « L’histoire sociale. Sources et méthodes », Actes du colloque ENS St-Cloud (15 et 16 mai 1965), Paris, 1967 ; M. Garden, « Ouvriers et artisans au xviiie siècle. L’exemple lyonnais et les problèmes de classification », Revue d’Histoire économique et sociale 1970, 1, p. 28-54. ; M. Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, 1975 ; J. C. Perrot, Genèse d’une ville moderne, Caen au xviiie siècle, Paris, 1975 ; A. Desrosières, L. Thévenot, Les catégories socioprofessionnelles, Paris, 1988 ; M. Gribaudi, « Les discontinuités du social. Un modèle figurationel », dans B. Lepetit (dir.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Albin Michel, Paris, 1995, p. 187-225 ; et M. Gribaudi et A. Blum « L’espace social : des catégories aux liens-individuels », AESC 1990, 6, p. 1365-1402 ; P. Bourdelais, « L’industrialisation et ses mobilités, 1836-1936 », art. cité ; S. Cerutti, La ville et les métiers. Naissance d’un langage corporatif : Turin, xviie-xviiie siècles, EHESS, Paris, 1990, p. 3-9.

148 Voir Μ. N. Hatt-Diener, Thèse, op. cit., vol. I p. 119-126, annexe I.

149 Vol. 79 p. 164.

150 Vol. 90 p. 330.

151 Vol. 79 p. 315.

152 Nous l’avons déjà signalé à propos des militaires, dont Georges Braun, oncle d’Amélie Weiler : vol. 48 p. 655 ; vol. 90 p. 129 ; vol. 36 p. 30.

153 C’est la démarche que choisit O. Faron pour les Milanais (La ville des destins croisés, op. cit., p. 204-206) ; en revanche, J. L. Pinol préfère regrouper tous les inactifs lyonnais (Mobilités et immobilismes, op. cit., p. 372).

154 R. Lorenceau ne rencontre pas le terme « employé » à Bâle ; tous les « ronds de cuir » y sont désignés par le terme de « commis » (communication orale du séminaire du Centre historique de recherches sur la ville, Strasbourg 1996).

155 O. Faron, La ville des destins croisés, op. cit., p. 174 et 190 ; et M. Perrot, « Grèves féminines », dans Les ouvriers en grève, France, 1871-1890, Paris, 1974, p. 318-330, repris dans Les femmes ou les silences de l’Histoire, op. cit., p. 130.

156 Vol. 48 p. 150 ; vol. 45 p. 588 ; vol. 79 p. 466.

157 Vol. 65 p. 317 ; vol. 65 p. 444.

158 Vol. 45 p. 467.

159 Amélie Weiler s’impatiente du retard de son coiffeur avant de partir au bal (A.Weiler, op. cit., p. 138).

160 Amélie Weiler se plaint amèrement de l’incapacité de ses servantes qui ne savent rien faire (ibidem, p. 129, 153, 181). O. Faron conclut après une étude des gages des servantes en fonction de leur âge qu elles n’ont aucun espoir de promotion (La ville des destins croisés, op. cit., p. 194).

161 Vol. 79 p. 223.

162 On apprend que Ph. J. Hatt « est inscrit au livre bleu » (registre consignant le nom des propriétaires responsables de l’entretien des trottoirs longeant leurs façades) : vol. 48 p. 446 ; que J. D. Weiler, avocat, paie 125 (francs ?) pour la valeur locative de l’appartement rue du Bouclier : vol. 93 p. 201 ; à l’opposé on trouve des notations signalant l’indigence : D. Buch demande « un certificat d’indigence pour succession » : vol. 91 p. 596, 797, 815, un tel est qualifié de « pauvre » : vol. 79 p. 466.

163 Vol. 90 p. 148 ; vol. 84 p. 351 ; vol. 90 p. 288.

164 B. Angleraud, Les boulangers lyonnais aux xixe et xxe siècles, coll. « Vivre l’Histoire », Paris, 1998.

165 Vol. 45 p. 384, 531, 600.

166 Vol. 91 p. 525. La famille Zorn de Bulach a été étudiée par F. Igersheim, L'Alsace des notables, 1870-1914, Strasbourg, 1981, p. 304-306.

167 Vol. 61 p. 533.

168 Vol. 90 p. 749, 798 ; vol. 155 p. 1.

169 Vol. 46 p. 276.

170 Vol. 90 p. 841.

171 Vol. 91 p. 675.

172 Le travail de réflexion sur les données est une étape fondamentale dans l’atelier de l’histoire. Il a précédé et accompagné l’élaboration de la base de données, il a toujours précédé le traitement informatique. Les hésitations, les « remords » ont été fréquents. Les choix décidés et opérés sont argumentés, et peuvent être discutés. Une fois la décision arrêtée, le traitement informatique des données a été conduit. Ainsi, tout autre chercheur adoptant des choix identiques sur les mêmes données aboutit aux mêmes résultats. A. Prost, Douze leçons sur l’Histoire, Paris, 1996, p. 197-211.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search