Version classiqueVersion mobile

Strasbourg et strasbourgeois à la croisée des chemins

 | 
Marie-Noèl Hatt-Diener

« La Belle Strasbourgeoise »1

Texte intégral

  • 1 Titre du tableau de Nicolas de Largillière, 1703, Strasbourg, Musée des Beaux-Arts.

1À Strasbourg, Victor Hugo n’a d’yeux que pour la Cathédrale, le Munster, monument roman et gothique qu’il arpente et escalade avec ardeur et dont il esquisse une description lyrique. Symbole emblématique de Strasbourg, la cathédrale témoigne aussi de l’histoire d’une ville rhénane au confluent des cultures allemande et française dès son origine, puisque bâtisseurs, artistes français et allemands se rencontrent et travaillent sur son chantier.

  • 2 J. Siat, Histoire du rattachement de l'Alsace à la France, Alsatia, Strasbourg, 1987.

2Après le coup de force de Louis XIV en 1681 envers Strasbourg Ville Libre d’Empire2, cette dernière devient place forte française sur le Rhin, sentinelle du second pont après celui de Brisach franchissant le fleuve entre Bâle et le Palatinat. Cela entraîne la confection, à un siècle d’intervalle, de deux plans en relief, venus enrichir la collection royale. Installés dans la grande galerie du Louvre, ils permettent d’affiner une stratégie militaire et servent le prestige du roi. Le premier plan fut élaboré entre 1725 et 1728 sous la direction de François de Ladevèze ; à l’échelle du 1/600, la maquette est fabriquée à partir de dessins exécutés sur place où chaque maison est représentée de face et en élévation. Les monuments de la ville, cathédrale, églises, fortifications sont à l’échelle de 1/500 afin de mieux ressortir de l’ensemble.

3Ce plan en relief fut confisqué en 1815 par le roi de Prusse lors du siège de Paris et emporté à Berlin avec ceux des autres villes frontières françaises du Nord et du Nord Est. 1l retrouva Strasbourg en 1906, cadeau de Guillaume II à cette ville, capitale du Reichsland et vitrine de l’Allemagne impériale face à la France. Les aléas de l’histoire l’ont préservé ; il échappa ainsi aux bombardements de Berlin en 1944-1945 où gravats et pluies détruisirent les autres plans confisqués.

  • 3 L. Grodecki, « Les deux plans en relief de Strasbourg », CAAAH, XI, 1962, p. 121-136. N. Faucherre,(...)

4En 1836, pour remplacer le plan volé, on construisit un nouveau plan en relief actualisé et tenu à jour jusqu’en 1863. Il se trouve au Musée des Plans en relief aux Invalides à Paris. L’historien qui se penche sur la ville de Strasbourg a donc la chance d’étudier, outre de nombreux plans et cartes, deux représentations originales en trois dimensions de sa physionomie urbaine et de son évolution dans l’intervalle d’un siècle. Ils permettent d’en esquisser le portrait3

A. Strasbourg est une ville enserrée dans un carcan de fortifications

1. Une emprise militaire importante

  • 4 Musée Historique de Strasbourg, non coté, p. I.

5Le plan en relief de 1725 témoigne du nouveau rôle assigné à la ville : Strasbourg devient place forte royale française face à la frontière, les enceintes successives sont remaniées par Vauban : la Citadelle, érigée au bout d’une longue esplanade, est une véritable place forte autonome, dressée en étoile à dix branches entre le Rhin et la ville. Elle peut loger une garnison de six mille soldats. Au sud-ouest, le barrage écluse de Vauban enjambe l’Ill et interdit l’entrée dans Strasbourg tout en régularisant le niveau d’eau dans les fossés de l’enceinte. L’emprise militaire, déjà vaste au xviiie siècle, s’étend encore au début du xixe siècle. Le plan publié en 18224 en visualise l’ampleur : les casernes s’organisent en quartiers, Quartier Blanc à l’ouest, Quartier des Ponts Couverts près du Barrage Vauban, Quartier des Canonniers entre la Porte de l’Hôpital et celle des Bouchers au sud, Quartier des Souabes en direction de la Citadelle près de l’Hôpital militaire ; au nord, le Quartier des Pierres, la Fonderie Royale, les casernes de la Finkmatt complètent le dispositif. L’emprise militaire couvre ainsi 9 % de la surface du territoire de la ville.

  • 5 G. Livet, F. Rapp, Histoire de la ville de Strasbourg, op. cit., tome 3, p. 608 sqq.
  • 6 G. Livet, F. Rapp, Histoire de la ville de Strasbourg, op. cit., tome 4, p. 13.

6Les soldats n’investissent pas seulement la ville dans son espace, ils représentent en 1804 12 % de la population et constituent une clientèle importante pour les commerçants et artisans ; les brasseurs les désaltèrent, les charrons et les bateliers sont souvent réquisitionnés par l’armée5. Après la retraite de Russie, en 1813, il faut loger, charge difficile, quatre mille hommes de plus dans la ville alors que les casernes sont déjà surpeuplées6. À d’autres moments la population militaire décroît sans jamais être absente ; les démobilisés, nombreux sous la Restauration, cherchent un logement en ville.

  • 7 S. Dreyer-Roos, La population de Strasbourg sous l’Ancien Régime, op. cit., p. 103-105 et p. 169.
  • 8 Voir Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit.

7Or, depuis longtemps, les habitants étouffent entre les murailles : tout au long du xviiie siècle Strasbourg se densifie. Malgré les divergences constatées entre les multiples dénombrements, on s’accorde pour évaluer la population de Strasbourg au moment de la Capitulation de 1681 à environ 25 000 habitants ; en 1720 Schoepflin l’estime à 9 118 feux soit 45 600 habitants et en 1750 à 49 900. Comparant les différentes estimations, S. Dreyer-Roos l’évalue à 12 390 ménages soit 49 950 personnes7 en 1789 ; pour la même année, nous trouvons 12 500 chefs de ménage dans l’enquête diligentée par le Magistrat8. En 1830, le maire admet que le seuil de 50 000 habitants est franchi.

  • 9 Amélie Weiler, Journal d'une jeune fille mal dans son siècle, 1840-1859, édition de N. Stoskopf, La (...)

8Seule promenade dans la ville, plantée de tilleuls, celle qu’aménage le Maréchal de Broglie en 1740, à l’emplacement du « marché aux chevaux ». Le plan de 1822 et les deux plans en reliefs ont aussi l’originalité de décrire les environs immédiats des fortifications. Ils montrent les jardins et promenades créés alentour, où les Strasbourgeois s’aèrent : le jardin Baldner au Neudorf, la promenade Lenôtre ou Orangerie en direction de la Robertsau au nord, dessinée après 1692, le « jardin de Contades » aménagé et offert par le Maréchal de Contades à la place d’un champ de tir en 1765, vers le Wacken ; c’est là que les habitants se rafraîchissent l’été 1840 d’une glace chez Lips9. Le long des routes, des résidences estivales les accueillent ; même les enceintes arborées sont des lieux de promenade.

2. La ville, corsetée, a peu changé

9Dans tout le royaume de France, le xviiie siècle est celui de l’urbanisme mais la vision culturelle et politique d’une ville à la gloire du roi ne coïncide pas toujours avec les exigences locales de la petite et moyenne bourgeoisie ni avec celles d’une ville de garnison ; pourtant, fonctionnalisme et esthétique peuvent répondre à des exigences communes. Militaires comme marchands ont besoin de circuler, les embarras de la circulation affectent toutes leurs activités : places exiguës, rues engorgées, embouteillages fréquents. Les médecins, eux, mettent en avant des préoccupations sanitaires : les nombreux canaux de la ville drainent des eaux fétides, polluées par les déchets d’ateliers. Tous ressentent avec Goethe – venu étudier à l’Université – la nécessité de prendre l’air et le plaisir des promenades aux alentours. Les représentants du roi, le Prêteur royal Gayot, le Gouverneur militaire, encouragent le Magistrat à prendre des mesures radicales ; tous se heurtent cependant aux contraintes liées aux fortifications : faute de pouvoir étendre l’espace bâti, l’urbaniste est obligé de tailler dans le vif du tissu urbain.

Un aménagement urbain inadapté

10Versailles désigne alors J. F. Blondel, architecte et membre de l’Académie d’Architecture ; il a déjà fait ses preuves à Metz, il allie théorie et succès urbanistiques dans un « Cours d’Architecture » qu’il est en train de composer.

  • 10 J. P. Klein, Strasbourg, Urbanisme et Architectures, Strasbourg, 1987, p. 52-59. S. Herry, Une vill (...)

11L’idée directrice qu’il présente pour la ville consiste à aménager à travers l’ellipse urbaine un grand axe Nord-Sud, menant de la Porte de Saverne, arrivée de la route de Paris, à la Porte des Bouchers, point de départ vers l’Allemagne et la Suisse. Il ne s’agit pas seulement de percer, il faut aménager, le long de l’axe, places et dégagements jusqu’au cœur de la ville : la place d’Armes, fermée à la circulation, régularisée, serait le domaine des piétons et des parades militaires ; sur la place du Marché aux Herbes, devenue place Royale se dresserait la statue de Louis XV. De part et d’autre de cet axe, élargissement, alignement, construction de bâtiments fonctionnels, administratifs, civils, militaires, commerciaux. En dehors de cet axe Nord-Sud, d’autres projets plus ponctuels visent à aérer et assainir ; des quais seraient construits le long de l’Ill, des places aménagées, des rues élargies10. Pour ce faire, Blondel réalise un plan détaillé de la ville au 1/650.

12Il s’agissait davantage, on le voit, d’aménager rues et places déjà existantes, de les relier entre elles et de les embellir. Mais ces projets sont discutés alors que la conjoncture économique est défavorable : la construction des nombreuses casernes a épuisé les ressources municipales ; aux difficultés financières s’ajoutent les susceptibilités politiques et culturelles : les projets parisiens menacent la volonté d’autonomie du Magistrat d’autant plus exacerbée quelle n’est plus assise sur une réalité politique et financière. Enfin, les propriétaires particuliers refusent de supporter les frais de démolition et de reconstruction de leur maison afin de respecter l’alignement. Aussi le plan Blondel est-il abandonné malgré la modération et la pertinence du projet, respectueux, plus qu’on ne l’a dit, de l’héritage du passé – scrupules que les urbanistes de la fin du xixe siècle balayent sans hésitation.

  • 11 J. P. Klein, op. cit., p. 53 et p. 62.

13Sur le terrain, l’aménagement urbain reste timide et inadapté ; il consiste davantage à démolir qu’à construire : vers l’ouest, on abat quelques tours-portes de la première enceinte médiévale, on ouvre trois rues et on ne réalise qu’un seul quai en 1772, le quai Saint-Thomas. On pave les rues à la fin du siècle, on éclaire le centre-ville, on numérote les maisons en 1784 ; pourtant rien n’est fait par les autorités royales et municipales pour le logement des particuliers ; problème crucial pour les deux tiers des habitants dans une ville où l’espace est mesuré. D’autant qu’on démolit des maisons pour édifier des casernes et des hôtels destinés à l’élite tant noble que bourgeoise quand dans le même temps les chantiers attirent une main-d’œuvre immigrée importante. J. P. Klein calcule que le coefficient d’occupation des demeures intra-muros passe de 1,6 en 1697 à 2,4 en 1783 et il estime les démolitions à deux cents unités11.

14Les contraintes de la guerre, l’instabilité politique du temps de la Révolution arrêtent tout projet urbanistique. Le départ des nobles « émigrés », la nationalisation des biens du clergé libèrent de nombreux immeubles vite investis par les militaires et les nouveaux édiles.

  • 12 Où il peut enfin jouir d’un jardin propice à sa « sérénité » et respectueux de son « rang » comme i (...)

15Aussi, le centre de gravité politique de la ville s’est-il déplacé du Sud de l’ellipse insulaire, près de la Cathédrale, vers le Nord entre la rue Brûlée et la place Broglie. Les autorités se sont installées dans les hôtels construits au xviiie siècle par la noblesse alsacienne selon la mode française de l’hôtel sur cour et jardin : la Mairie dans l’hôtel de Darmstadt depuis 1806, la Préfecture dans l’hôtel de l’Intendance ; l’hôtel des Deux Ponts abrite le gouverneur militaire, celui du Grand Doyen loge l’évêque12 ; le Palais de Justice se fixe à l'hôtel de Bourg de l’autre côté de la place Broglie, fermée à l’est par le Théâtre. Exemple constant jusqu’à nos jours d’une adéquation parfaite entre la fonction politique et l’espace monumental comme lieu de représentation du politique.

16Le système de fortifications a permis de résister au siège de 1814 ; ce faisant, il a démontré aux yeux des contemporains qu’il n’était pas obsolète. Pas question d’alléger le dispositif. Le problème de l’aménagement urbain reste donc entier.

17Des fossés, des canaux aujourd’hui comblés traversent la ville de part en part. Ainsi le fossé des Tanneurs se prolonge jusqu’à la promenade du « Broglio », le canal du Rhin aboutit à l’écluse du Pont aux Chats, actuelle rue de Zurich ; le cours de l’Ill, isole l’îlot central de la ville, d’autant que le bras nord, canal des Faux Remparts, est divisé sur sa longueur par un mur. Enfin, le quartier des Ponts Couverts, la Petite France, doit son paysage particulier aux canaux multiples qui construisent autant d’îles. Les ponts sont bien sûr très nombreux, en bois, souvent mobiles (levant ou tournant) pour laisser passer les bateaux se rendant au port ; les écluses règlent le niveau des eaux près de Saint-Guillaume et à la Petite France.

  • 13 On trouve un pêcheur, M. Brochet, rue des Filets ! Vol. 79 p. 106.

18Eaux et murs délimitent assurément des quartiers qui ont leur paysage particulier et leur population spécifique. Ainsi les pêcheurs et les bateliers se regroupent-ils depuis longtemps entre la Porte des Pêcheurs et le canal du Rhin13 ; à la Petite France, l’eau se divise en autant de canaux parallèles et fait tourner les roues de moulins à grain, à huile, « les moulins Zorn près de la place Plaenel », se lever et s’abaisser les pilons des foulons et teinturiers ; elle immerge les caves des tanneurs qui font tremper les peaux dans le tanin.

19Les Ponts Couverts et les tours des murailles, la Commanderie Saint-Jean servent de prisons où la police de nuit enferme les vagabonds ; cette austérité est compensée par les nombreuses guinguettes et cafés installés au bord de l’eau : « la Mouche » au Finkwiller (débaptisée depuis peu), « la maison de la forêt verte » brasserie installée au péage de la Bruche.

Sans qu’il y paraisse·, la ville change pourtant

  • 14 Photographies des mêmes quartiers aux deux dates, p. ii-iii.

20Vers 1830, certains quartiers apparaissent bien différents de ce qu’ils étaient sur le plan en relief de 1725, d’autres, par contre, n’ont pas changé. Le quartier de la cathédrale et de la rue des Veaux en fait partie. Les photographies des deux plans-reliefs14 montrent le parcellaire et le tracé des voies inchangés. Seuls quelques bâtiments ont été construits au xviiie siècle : le Collège Royal et le Séminaire au chevet de la Cathédrale imposent leur symétrie, le Palais Rohan ordonne sa façade terrasse sur l’Ill.

  • 15 S. Herry, op. cit., p. 361 et sqq.

21L’augmentation de la densité a fait disparaître des jardins, des cours sont encombrées de hangars, des baraques se dressent « derrière les murs » c’est-à-dire contre les remparts, les combles logent les domestiques et les « précaires ». Tous ces abris, appentis, logements se monnayent devant notaire de longue date : S. Herry en a étudié les transactions pour les années 1700 déjà15.

3. Les usages administratifs et les pratiques urbaines des habitants définissent des quartiers distincts

  • 16 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 69-70.

22Le découpage administratif de la ville établi en 1709 pour gérer le logement des gens de guerre délimitait quatorze « cantons » ; l’enquête de l’été 178916 en compte dix. En 1816, quatre cantons correspondent à la base territoriale des quatre bureaux de police, placés chacun sous l’autorité d’un commissaire. Dans leurs déclarations domiciliaires, les habitants n’utilisent jamais ce terme pour formuler leur adresse, pas plus qu’ils ne mentionnent leur paroisse selon l’habitude constatée un siècle plus tôt par S. Herry. Cette dernière mention n’apparaît jamais dans les registres de population au siècle suivant : ni les employés municipaux ni les habitants déclarant leur changement de domicile ne s’en servent, signe évident de sécularisation des mentalités.

23Entre le canton, division administrative et la rue, formulation quotidienne de l’adresse, comment définir le quartier ?

  • 17 F. Piton, Strasbourg illustré, ou panorama pittoresque, historique et statistique de Strasbourg et (...)
  • 18 M. Garden, « Le quartier, nouvel objet de l’histoire ? », Économie et Humanisme 1981. Dans M. Garde (...)

24Les contemporains, habitants, administrateurs ou artistes, décrivent des quartiers définis par la synthèse de la topographie urbaine, des formes de sociabilité et leurs activités. Ces délimitations sont reprises par les historiens locaux du xixe siècle17. Si la notion de quartier est utilisée communément dans les études urbaines actuelles, elle n’en a pas moins été l’objet de discussions serrées18. Nous nous contentons, dans cette introduction, de la définition communément admise du quartier, à savoir : espace urbain délimité conjointement par la topographie et les activités. Nous en discuterons la pertinence au vu des pratiques urbaines mises à jour qui éclairent des formes nouvelles de sociabilité entre les habitants.

25En 1816, les quatre cantons découpent l’espace intra-muros sans tenir compte de l’ellipse insulaire dessinée par les bras de l’Ill. Le découpage administratif tantôt s’appuie sur les cours d’eau, tantôt les ignore. Le fossé des Tanneurs, dans son tronçon Nord-Sud, marque ainsi la limite administrative entre le canton Ouest et le canton Nord, alors que le canal des Faux-Remparts, pourtant fortifié, ne sert pas de limite administrative entre l’intérieur de l’ellipse insulaire et les zones maraîchères et militaires des Faubourg Blanc, Faubourg de Saverne, Marais Vert, Faubourg des Pierres. De même le canton Est, de la porte des Pêcheurs à la Cathédrale, englobe l’abbaye de Saint-Étienne et la Krutenau, franchissant l'Ill par les ponts du Corbeau, Pont-Neuf, pont Saint-Guillaume et pont Royal.

  • 19 J. F. Hermann, note sur les péages, dans Notices historiques, statistiques et littéraires sur la vi (...)
  • 20 F. Ponteil dans Le port de Strasbourg et la navigation rhénane au lendemain de la Révolution França (...)

26Cela signifie-t-il que l’eau ne fait plus obstacle et que les ponts reliant les berges privilégient la fonction de circulation sur les autres ? Ces ponts, s’ils n’étaient plus couverts depuis longtemps de boutiques et d’ateliers comme le suggère l’appellation « Ponts Couverts » à la Petite France et le montre le plan relief de 1725, abritaient néanmoins des activités diverses. Ils fractionnaient l’espace tant fluvial qu’économique. Au péage de la Bruche, jouxtant les Ponts Couverts, l’afflux des bateaux engorgeait le canal19, la Digue ou Pont des Moulins, à la Petite France, entravait à cet endroit la circulation des bateaux, entrave minorée après la rénovation du moulin Zorn entreprise par H. Stinnes de Mülheim/Ruhr en 1821. Le tronçon de l’Ill entre le pont Saint-Thomas et le pont du Corbeau était réservé aux activités portuaires, elles-mêmes fragmentées ; le calendrier et la localisation de l’acheminement et du déchargement des marchandises n’étaient pas laissés à l’initiative de chacun, chaque place y était âprement discutée, monnayée et réglementée20.

  • 21 I. Bakouche, « Les ponts dans la différenciation de l’espace parisien », dans A. Fourcaut (dir.), L (...)

27Ailleurs, les lavoirs jalonnaient entre deux ponts le cours de la rivière ; en 1831, 84 bateaux-lavoirs occupaient le cours de l'Ill, 18 d’entre eux étant gérés par la municipalité, les autres par des particuliers sur autorisation municipale ; ces lavoirs ne gênaient pas seulement la circulation des bateaux aux dires des bateliers, ils formaient un lien entre la rivière et la ville, « les blanchisseuses sont les agents d’une intégration parcellisée du fleuve dans la ville grâce au réseau de clientèle ». I. Bakouche a brillamment étudié, à une autre échelle géographique, économique, temporelle, le rôle de la Seine et de ses ponts dans l’espace parisien21 ; ses conclusions pourraient s’appliquer, toutes proportions gardées, à la situation strasbourgeoise.

Ces quatre cantons, délimités par l’administration, ont chacun des fonctions multiples

28À l’ouest, le plan en relief de 1836 met en valeur le caractère encore « rural » du canton Ouest, malgré les casernes qui le traversent et les bastions qui enferment les surfaces des jardins, potagers et vergers. Jusqu’en 1827, le Marais Vert mêle jardiniers, brasseurs, soldats avant que la Halle aux Blés n’empiète sur le désordre charmant des impasses, palissades, jardins et fermes. En remontant le cours du canal des Faux-Remparts vers le Sud, les couvents et l’hospice des Enfants Trouvés de Saint-Jean disputent l’espace aux jardiniers du « Fauxbourg Blanc ».

29Au sud, Quartier Blanc, Ponts Couverts et barrage écluse Vauban assurent la sécurité de la ville en aval du confluent de la Bruche et de l'Ιll.

  • 22 Vol. 89 p. 140.
  • 23 En 1789, seul juif résidant intra-muros par privilège royal, et ce au grand dam du Tiers-État qui d (...)

30Le quartier de Finkwiller est encore champêtre, bien que le tissu urbain grignote déjà les jardins. L’activité économique est dense : ici, l’eau actionne moulins, scieries, pilons des teinturiers et baigne les caves des tanneurs, c’est la « Petite France ». On relève quelques traces campagnardes et odorantes ; en bordure des écluses, on signale une porcherie, en haut de page, rue du Bourreau, on lit « permission de tenir des porcs »22. En aval, le port, que signalent jusqu’en 1854 les deux grues installées à côté de la douane, souffre de son exiguïté ; le trafic est important en volume et la nature des marchandises très variée. Son déplacement fut souvent envisagé mais le carcan des fortifications provoque plusieurs fois l’ajournement de ce projet. Sur les quais grouille tout un peuple de « porte-faix », « crocheteurs », « emballeurs », « brouetteurs », « déchargeurs », « grutiers », employés et douaniers. Les Haras et l’Atelier de la Monnaie jouent un rôle autant politique qu’économique, enfin, l’Hôpital Bourgeois, entre l'Ιll et les remparts, est à lui seul une ville dans la ville. Deux pôles religieux se font face : protestant sur la rive gauche autour de Saint-Thomas et du Chapitre éponyme, catholique, rive droite, partagé entre l’église Saint-Louis et le Collège épiscopal logé dans les murs de l’ex-hôtel de Cerf Berr23.

31Dans le canton Est, s’affirment les emprises militaire, commerciale, religieuse et éducative. L’emprise militaire est ici la plus vaste : la gendarmerie royale est logée dans l’ex-couvent des Récollets près la porte des Juifs, le quartier des Pontonniers au confluent des deux bras de l'Ill ; puis de la place d’Austerlitz à l’Esplanade, s’étendent jusqu’à la Citadelle magasins, casernes, hangars organisés en quartiers autour de l’Hôpital Militaire (quartiers des Canonniers, des Souabes, de Saint-Nicolas aux Ondes, de l’Académie).

32Les commerces s’installent le long des berges de l’Ill. La Grande Boucherie fait face aux hôtels de la place du Corbeau ; les quais des Bateliers et des Pêcheurs, dont les noms témoignent d’activités séculaires toujours vivantes, regroupent aussi artisans et boutiquiers, voire manufactures.

  • 24 Μ. N. Hatt-Diener, Chronique d'un vieux lycée strasbourgeois, le lycée Fustel de Coulanges, Dernièr (...)
  • 25 G. Livet, L’Université de Strasbourg de la Révolution française à la guerre de 1870, Presses univer (...)
  • 26 E. Sablayrolles, L’enfance abandonnée…, op. cit., et Recherches sur la pauvreté…, op. cit.

33Enfin, éducation et religion, souvent mêlées, se pressent autour de la Cathédrale, fief catholique et royal depuis 1685 : rue des Frères, le Grand Séminaire fait face au Collège des Jésuites, devenu École Centrale sous la révolution et Lycée après 180424. Au sud du cours de l'Ill, près du couvent Sainte-Madeleine, l’Hospice des Orphelins accueille les enfants jusqu’à leur majorité, leur assurant une formation professionnelle, tandis que l’Université25 s’installe dans les bâtiments de l’Académie militaire à la place des « Enfants Trouvés », regroupés après 1825 à Saint-Jean, dans le canton ouest26.

34Le canton Nord s’enorgueillit de la vie commerçante la plus huppée : les rues des Hallebardes, des Juifs, des Orfèvres concentrent déjà les commerces de luxe. S’y côtoient aussi imprimeurs, Berger-Levrault est installé rue des Juifs, et relieurs de la rue des Parcheminiers. Les autorités, tant locales que nationales, tant civiles que militaires, se sont installées de part et d’autre de la place Broglie. L’École d’Artillerie et la Fonderie d’Armes la clôturent au nord-est ; la rue de la Mésange, qui conduit à la place d’Armes, évoque à tort l’oiseau fragile (en l’occurrence, la mésange désigne un canon fabriqué à la fonderie). Place d’Armes, enfin, se dresse l’hôtel de la Maison Rouge ; Victor Hugo y descend et n’a d’yeux que pour les « maisons pittoresques », ignorant superbement le bâtiment classique de l’Aubette, que Blondel destinait à l’armée. Le commerce alimentaire tient boutique près du Vieux Marché aux Vins ; après 1840, on démolit les Petites Boucheries, cet ensemble « pittoresque » de boutiques nauséabondes ; en 1836, s’ouvre rue du Noyer le premier grand magasin de la ville.

35Cette brève description des quatre cantons renforce les réticences déjà formulées envers ce découpage administratif : rues et cours d’eau tantôt séparent, tantôt unissent ces espaces délimités.

  • 27 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 79-80.

36La Grand’Rue est déjà en 1789 la plus longue, la plus habitée, la plus diverse aussi par ses fonctions, commerçante et résidentielle. Le Fossé des Tanneurs la coupe perpendiculairement en deux tronçons, ouest et est ; mais la Grand’Rue constitue aussi la limite entre les cantons nord et sud ; le Fossé des Tanneurs trace une séparation sociologique entre les habitants ouest/est de la Grand’Rue, en revanche, la limite administrative entre ses côtés nord et sud reste artificielle : de part et d’autre de la rue, se répondent parcellaire, constructions, activités et résidents27.

L’eau offre des espaces de travail et de loisir mais elle présente aussi des inconvénients

  • 28 G. Livet, F. Rapp, Histoire de la ville de Strasbourg, op. cit., tome 4, p. 16. J. P. Graffenhauer,(...)

37Strasbourg est une ville malsaine, les eaux stagnantes entretiennent un paludisme local important ; les médecins se plaignent des « fièvres » et y voient la cause des nombreux décès28.

  • 29 Chr. Strub, « Assainir et embellir Strasbourg au xixe siècle. Étude sur la municipalité de Georges (...)

38En 1829 seulement, le maire et le préfet décident d’assainir et d’aérer : le mur qui partage dans sa longueur le canal des Faux Remparts est abattu ; entre 1832 et 1840 des quais sont aménagés, entre 1835 et 1838 des ponts construits, transformant en rues les impasses du Noyer et de Marbach, au nord de l’ellipse. À partir de 1836 le Fossé des Tanneurs est recouvert et transformé en égout29, il en est de même dans le quartier sud-est pour le Fossé des Orphelins et le canal de l’Hôpital militaire. Cependant le bras sud de l’Ill reste encombré et pollué par les activités des tanneurs, teinturiers, meuniers, bouchers, et le port, signalé de loin par les deux grues jouxtant le bâtiment de la douane, occupe son cours jusqu’en 1854. Les artères principales sont éclairées par des réverbères à huile ; quelques-unes d’entre elles le sont au gaz après 1840 quand l’usine à gaz construite au Marais Vert fonctionne enfin.

39Les murailles enserrent la ville, elles ne sont pas pour autant une barrière infranchissable. Les plans-reliefs de 1725 et 1836 montrent le cours du Rhin ; ni régularisé ni discipliné, il se partage en de multiples chenaux sur 1,5 kilomètres de large. Construit sur bateaux, long de 670 mètres, étroit et ébranlé à chaque crue, un pont de bois en franchit le cours principal. En 1840, Victor Hugo franchit le fleuve grâce à un nouveau pont, long de 400 mètres et large de douze, achevé en 1808 ; il permet à deux voitures à chevaux de se croiser. Vingt-quatre bateliers, regroupés au sein de l’Union des Bateliers de Strasbourg, assurent les convois jusqu’à Mayence.

40Au sud, le canal de jonction du Rhin au Rhône n’est achevé qu’en 1839, au nord celui de la Marne au Rhin après 1840 ; le batelier Zabern qui ramène de Paris la statue du général Kléber en 1839 ne peut l’emprunter sur tout son cours.

  • 30 B. Lepetit « Chemins de terre et voies d’eau. Réseaux de transport et organisation de l’espace en F (...)
  • 31 V. Hugo, Le Rhin, op. cit., p. 364.

41Le chemin de fer ne pénètre en ville qu’après 1845, les militaires ayant enfin accepté une brèche dans les murailles ; la gare s’installe en cul-de-sac dans les espaces autrefois jardiniers du Marais Vert, à côté de l’usine à gaz. Quant aux routes, plus souvent empierrées que pavées, elles ont souffert des charrois et des nombreux passages de troupes, malgré les efforts pour assurer la sûreté de la desserte30 ; V. Hugo se plaint de l’inconfort du voyage en voiture dû au mauvais état des routes31.

  • 32 Th. Hatt, Système d’information Géographique Historique de Strasbourg (projet 2001-2003) : http://w (...)

42La comparaison des deux plans en relief met en évidence des différences32 manifestes : la réalisation, limitée, de projets d’aménagement urbain, la densité accrue de l’habitat, le mitage des périphéries jardinières par le bâti militaire ou civil, les bouleversements affectant le quartier du Marais Vert après 1825 : la construction sur l’espace des jardins de la Halle aux Blés, puis de l’usine à gaz et de la gare en cul-de-sac diminue la part de la surface en « espaces verts » de 33 % en 1725 à 20 % en 1836 ; enfin l’aménagement du bras de 1'Ill par la suppression des faux remparts, l’ouverture de ponts et la création de quais.

43Cependant une observation plus fine amène à constater les permanences : le caractère composite du tissu urbain, mi-jardinier mi-militaire, dans de nombreux quartiers dont la Krutenau ; la densité de l’habitat, la stabilité du tracé des rues et du parcellaire bâti au centre entre la rue Brûlée et la rue des Juifs par exemple ; l’aspect très champêtre des bords de l’Ill, dès les fortifications franchies, que ce soit en amont ou en aval de la ville.

Cartes de l’effectif des villes d’Alsace en 1812 et en 1841, d’après G. Dupeux

B. La « Belle Strasbourgeoise » se serait-elle assoupie ?

1. Ralentissement démographique au xixe siècle

  • 33 Voir supra p. 45.

44Au xviiie siècle, l’essor démographique de Strasbourg est soutenu33 en avance sur l’évolution urbaine de la France et s’explique par les transformations dues à l’annexion française.

45Au contraire, entre les recensements de 1801 et 1836, la population stagne alors qu’en France et en Alsace bien des villes connaissent une forte croissance. Paris, la ville « stricto sensu », profite de son statut de capitale et double sa population, exception française, seule ville millionnaire.

  • 34 G. Dupeux, Atlas historique de l’urbanisation en France, 1811-1975, Paris, CNRS, 1981.
  • 35 Établie entre 1806 et 1836, pour les villes françaises de plus de 5 800 habitants, seuil calculé co (...)
  • 36 Cartes de l’armature urbaine de l’Alsace, 1811-1841, ci-contre.
  • 37 M. Walker, German Homes Towns, Community, State and General Estate, 1848-1871, Ithaca, 1971.
  • 38 P. Ayçoberry, Cologne entre Napoléon et Bismarck, la croissance d’une ville rhénane, Paris 1981.

46Cependant des villes plus modestes affichent une croissance encore plus forte, les ports du Havre et de Boulogne, des villes industrielles – Le Creusot, Saint-Étienne – s’enflent et, toute proche, Mulhouse grossit de 8 578 habitants en 1811 à 9 538 habitants en 1821, 14 821 en 1831 et 23 304 en 1841, triplant le nombre de ses habitants en trois décennies sous l’impulsion d’une industrie textile florissante34. Strasbourg participe donc peu à la tendance générale35 ; elle semble plutôt vivre au rythme des villes allemandes, alors qu’elle est à la tête d’une armature urbaine dense, ancienne, incluant certaines petites villes dynamiques36. M. Walker37 a montré qu’en Allemagne les petites villes – entre 5 000 et 20 000 habitants – prédominent, se définissant davantage par leurs statuts et privilèges que par le nombre de leurs habitants ; elles construisent un réseau dense en Bade, Wurtemberg, Bavière, où elles abritent 50 % de la population, mais leur croissance est faible avant 1851, tandis que Cologne, étudiée par P. Ayçoberry38, stagne en 1815 comme Strasbourg autour de 50 000 habitants avant de connaître une croissance de 30 % en une seule génération.

47Entourée de murailles, close par sept portes monumentales, hérissée de tours, dominée par la flèche élancée de la Cathédrale, la ville apparaît aux visiteurs, encore en 1840, figée dans son passé glorieux. Elle illustre, marque désuète dans le paysage, la vieille définition formelle de la ville que donne l’Encyclopédie : « enceinte fermée de murailles qui renferme plusieurs quartiers », même si depuis un siècle, les autorités, tant nationales que locales, ont, par leurs initiatives, travaillé à transformer la ville « gothique » qui ravit Victor Hugo en ville « moderne ».

2. Une activité proto-industrielle

  • 39 V. Hugo, Le Rhin, op. cit., lettre citée en exergue, p. 12.

48« ... À mes pieds, la ville jasait doucement39. » Victor Hugo insiste dans sa lettre sur le pittoresque d’une ville « allemande » ; certes, il voit et retient ce qui correspond à son attente, c’est la tentation fréquente de tout voyageur ; c’est qu’à Paris, l’Allemagne et le Moyen Âge sont à la mode. La sympathie orchestrée par Madame de Staël n’a été que temporairement éclipsée par la polémique autour du « Rhin allemand » de N. Becker et de la réponse méprisante d’A. de Musset. La marque qu’imprime l’administration civile et militaire à une préfecture française postée à la frontière ne l’intéresse pas ; il y raille le Cardinal de Rohan, critique le palais d’architecture classique que ce dernier a fait construire face à la cathédrale romane et gothique. Il ne s’intéresse pas non plus aux activités qui font vivre la ville.

49Tous les historiens ayant étudié la naissance de l’industrie en Alsace vers 1830, localisent celle-ci dans le Haut-Rhin le « Manchester Français ». Le patronat protestant, souvent originaire de Suisse, y bâtit entre 1800 et 1840 une des principales régions industrielles françaises. L’enquête patronale de 1847, lancée par le ministère dans tous les départements, établit que Mulhouse rayonne sur tout le Haut-Rhin ; un quart de l’industrie cotonnière française s’y concentre et place la production des filés de coton au troisième rang dans le pays.

  • 40 N. Stoskopf, La petite industrie dans le Bas-Rhin, 1810-1870, thèse citée, p. 5.

50À cette formidable croissance de la grande industrie haut-rhinoise, N. Stoskopf oppose, dans le Bas-Rhin, la persistance d’une petite industrie, dense, le plus souvent rurale : en 1875 encore les établissements de moins de 5 ouvriers y représentent 98 % de l’ensemble et emploient 68 % de la main-d’œuvre40.

  • 41 En 1803, le préfet Laumond, en 1832 le secrétaire Malle de la Société des Sciences, Agriculture, Ar (...)

51Quant aux activités du « canton de Strasbourg » lui-même, les enquêtes exigées par les ministères successifs et diligentées par les services de la préfecture entre 1803 et 1845 en dressent des inventaires hétéroclites « énumérations désordonnées où voisinent l’essentiel et le détail, plus proches de Jacques Prévert que de l’INSEE »41.

  • 42 Les entreprises Bucher, Wendling, Engelhardt-Kern et Cie prospèrent grâce au blocus napoléonien pui (...)
  • 43 N. Stoskopf, op. cit., p. 90.

52Une filature de coton, créée en 1806 par J. Malapert occupe environ 450 ouvriers en 1810 : cette filature mécanique fournit des toiles à imprimer aux ateliers pratiquant l’indiennage ; aussi l’impression sur étoffes se développe-t-elle42. La filature individuelle de laine se maintient : en 1812 le manufacturier Dietsch emploie 525 fileurs dont 150 travaillent sur 30 métiers sis quai des Bateliers, les autres à domicile en ville et à la Robertsau ; des cardeurs, des tisseurs tous à domicile, complètent sa main-d’œuvre. Des mendiants de l’Atelier de Travail, des détenus, des orphelins de l’Hospice, des enfants recueillis aux « Enfants Trouvés » travaillent aussi pour lui43. Un quart des cordiers bas-rhinois font la réputation de Strasbourg.

  • 44 J. Hatt, Quatre siècles de bourgeoisie alsacienne, Strasbourg, 1934.
  • 45 Vol. 46 p. 276.

53En 1820, on dénombre 52 fabricants, patentés, artisans indépendants en toiles de coton. À la même date, 24 teinturiers partagent les espaces de la « Petite France » avec des savonniers-chandeliers et 31 tanneurs employant moins de 60 compagnons. Une fabrique de maroquin occupe une trentaine d’ouvriers en 1827 : l’armée représente un débouché important pour tous ces artisans. Les brasseurs, tous protestants, désaltèrent les garnisons ; en 1833, ils sont 74 soit un tiers des bas-rhinois ; les brasseries sont à la fois lieu de production et de consommation ; on les trouve dans tous les quartiers : Grand’Rue trône la brasserie Pick ; 17 rue des Veaux, à « L’Espérance », la famille Hatt creuse des caves où la neige entassée l’hiver permet de fabriquer la dernière bière, celle de mars44. Se sentant à l’étroit, en 1823, Ph. J. Hatt loue dans ce but une cave supplémentaire non loin, rue des Juifs45.

54Les besoins des citadins font vivre de nombreux artisans. Les potiers de terre fabriquent non seulement la vaisselle mais aussi les poêles qui trônent dans la pièce de séjour et chauffent la maison entière. Bonnetiers, chapeliers, cordonniers, tailleurs trouvent leur compte à satisfaire les besoins d’une population civile et militaire nombreuse.

  • 46 N. Stoskopf, op. cit., p. 99 et sq, 79 % des fondeurs, 73 % des épingliers, 71 % des quincailliers, (...)

55Mais ce sont les métiers de la petite métallurgie46 qui en 1820 sont prépondérants à Strasbourg par rapport au département.

56Les autorités impériales ont créé deux grandes industries. La culture de la betterave à sucre est encouragée dans la campagne et une raffinerie est installée et érigée en école spéciale ; 18 sucreries sont recensées en 1809, il n’en subsiste que deux en 1815 et une seule en 1847. Le monopole du tabac décrété en 1811 fait disparaître une cinquantaine de fabriques artisanales au profit de la Régie des Droits Réunis ; elle s’installe à l’est de l’ellipse insulaire, dans les bâtiments de Saint-Étienne au confluent des deux bras de l’Ill et occupe 1 500 ouvriers et ouvrières, dont les registres précisent « à la manufacture de tabac », ou « aux Tabacs ».

57L’industrie chimique en est à ses débuts. Cinq établissements traitent la garance, séchage et mouture, pour la confection des uniformes ; les fabriques d’acides, de potasse, d’alun, de sulfate de zinc s’installent hors les murs, au Wacken où les Herrenschmidt occupent en 1840 soixante-cinq ouvriers tanneurs. À la même date, trois entreprises de tannerie occupant autant de salariés chacune leur font concurrence, Knoderer et Lanzenberg à la Petite France dans la ville, Emmerich à la Ganzau, hors les murs au sud.

58Cet essor de la petite industrie a été fortement stimulé par les besoins de l’armée installée sur la frontière, mais son sort dépend étroitement de la conjoncture politique. Dès 1810 les choses se gâtent pour Strasbourg. Les conflits avec la Russie compromettent les importations de coton ottoman via Vienne, l’Allemagne ruinée et affaiblie importe moins, la centralisation à Paris des fournitures à l’armée annule des commandes aux fournisseurs locaux ; il faut trouver d’autres clients, ainsi l’industrie cotonnière se tourne vers l’Italie. La fin de l’Empire napoléonien entraîne la fin du blocus, donc de la contrebande. Le Congrès de Vienne inaugure une période difficile pour les marchands : alors que l’acte de Capitulation signé par la Ville avec le roi Louis XIV en 1681 accordait le maintien de la frontière sur la ligne des Vosges préservant ainsi un statut de zone franche à la plaine rhénane, en 1815, la frontière est fixée sur le Rhin. Le protectionnisme français provoque l’effondrement des transactions d’import-export, quand s’organise en Allemagne le Zollverein après 1832.

  • 47 Des registres domiciliaires sont créés après 1840 pour les faubourgs, au-delà des murailles.

59Cependant, bien des fabriques quittent vers 1840 un centre-ville engorgé. L’atelier de crics, vérins, presses, de Rollé et Schwilgué, installé en 1822 rue Brûlée, la quitte en 1838 pour les espaces de Graffenstaden, au Sud ; J. Messmer y emploie 38 serruriers autour de ce qui deviendra la fabrique de Balances à bascule et Constructions Mécaniques équipée de moteurs à feu continu. Les tanneurs de la « Petite France » rejoignent les Herrenschmidt au Wacken, délocalisation et concentration conditionnent la survie. La fabrique de toiles cirées déménage à la Robertsau et à Schiltigheim. Les brasseurs Hatt et Schutzenberger s’installent, les premiers à Cronenbourg, les seconds à Schiltigheim ; ils y trouvent une eau plus pure, davantage de place, des terrasses de loess où creuser les grandes caves nécessaires à la fermentation et à la conservation de la bière, des facilités d’approvisionnement. Tous sont à moins de six kilomètres des murailles. La main-d’œuvre strasbourgeoise les suit-elle47 ?

  • 48 S. Muckensturm, Soulager ou éradiquer la misère ?…, op. cit.

60Restent en ville artisans, commerçants, employés des nombreux services administratifs publics et services privés. Beaucoup prospèrent d’autant que la population continue de croître dans la ville ceinturée. La question du logement reste cruciale, celle de la pauvreté également : dès 1808 s’ouvre à Haguenau un dépôt de mendicité afin de « cacher » les pauvres, souci continu des autorités48.

61Avant 1840, Strasbourg bruit des nombreuses et diverses activités qui emploient et nourrissent ses habitants, mais le portrait esquissé à partir des travaux d’histoire, tant anciens que récents, est plutôt celui d’une ville proto-industrielle à l’écart des transformations rapides et brutales qui bouleversent sa voisine du sud, Mulhouse.

3. Une ville traditionnelle figée ?

62Peut-on déceler des mutations dans la manière dont les habitants investissent l’espace urbain entre 1789 et 1840 ? Peut-on retrouver l’opposition observée en 1789 entre les quartiers du centre et ceux de la périphérie ? Peut-on observer un effet de génération dans la manière dont les habitants résident dans leur ville ?

63Comparer la cartographie des domiciles à des dates différentes suppose de choisir lesdites dates de façon pertinente : il faut respecter l’intervalle entre deux générations, prendre en compte les événements historiques affectant la population de la ville, mais aussi s’accommoder de l’état des sources.

64La pyramide des âges des habitants dont nous connaissons les domiciles et les dates de naissance est assez régulière, à l’exception des classes qui ont vingt ans au moment de la Révolution, vingt ans au moment des guerres napoléoniennes : la vie politique et militaire de la nation affecte aussi les Strasbourgeois. Il faut bien sûr tenir compte de la spécificité d’une ville militaire dressée sur la frontière, les événements guerriers rythment d’évidence son évolution. En 1814 elle subit un rude siège de janvier à avril 1814 succédant au long blocus continental ; certains habitants ont déserté leur ville dès l’été 1813 et ne reviennent qu’au printemps 1814 ; les émigrés eux suivent les armées coalisées contre l’Empire ; l’année 1815 est alors celle d’un va-et-vient constant de civils et de militaires, prolongé entre 1815 et 1819 par les démobilisations massives. Cette première période s’impose donc.

65Après 1826 des travaux d’aménagement urbain sont entrepris, ils attirent une main-d’œuvre importante. Enfin, jusqu’en 1830, la documentation est complète ; après cette date, les registres des cantons 9 et 10 sont incomplets, aussi les renseignements collectés sont-ils moins fiables, donc moins pertinents pour établir une comparaison.

  • 49 1752 est la date la plus précoce, elle concerne très peu de monde, la majorité des habitants sont e (...)
  • 50 Cartes des flux d’entrée, p. vi-viii. Flux d’entrée dans le logement pour les domiciles du « moment (...)

66Ces considérations, tant historiques que documentaires, déterminent donc les périodes cartographiées : l’entrée dans un logement avant 181449, entre 1815 et 1829, enfin les entrées postérieures à 1830 et antérieures à 1849. Par ailleurs, deux années « remarquables » viennent compléter la comparaison : les flux d’entrée en 1819 et en 1828 correspondant à deux pics sur l’histogramme des dates de déclarations. Les cinq cartes dressées50 sont établies sur la base des déclarations.

  • 51 Dans ces quartiers, la différence entre 1814 et 1830 est importante : en 1814, l’armée investit la (...)

67La comparaison des trois cartes de flux établies pour les trois périodes déterminées traduit une impression d’immobilité et ne met en valeur ni effet de génération ni mutation importante ; seule variation notable, l’amplitude du flux entre 1815 et 182951. En revanche, elle met en évidence des permanences.

68En premier lieu, l’opposition entre le centre délimité par l’ellipse insulaire plus densément habitée et la périphérie (quartiers des Pêcheurs, Krutenau, quartier des Bateliers), inégalement habitée. Deuxième constante, on discerne dans l’ellipse insulaire et pour les trois périodes une opposition entre la partie ouest et la partie est, l’axe des rues des Grandes Arcades et du Vieux Marché aux Poissons marquant la césure.

  • 52 Voir la carte de la première adresse des migrants, infra p. 157.
  • 53 Cartes dressées par J. L. Pinol dans l'Atlas Historique des villes de France, Paris, 1996, p. 134-1 (...)

69De part et d’autre du Fossé des Tanneurs, reliant la Petite France à la place d’Armes, mais surtout à l’ouest, se presse une foule grouillante et affairée ; c’est déjà le cas en 1789, ce l’est encore à la fin du xixe siècle. C’est le quartier de Strasbourg le plus populeux, celui qui accueille en nombre les migrants tout au long du siècle52. Les médecins hygiénistes tentent d’alerter, durant tout le siècle, les autorités sur les dangers de cette trop grande densité d’habitants dans un quartier déjà engorgé ; les administrateurs de la ville après 1870 dressent le même constat à travers les statistiques de mortalité par tuberculose et celles des loueurs de lits, légitimant ainsi les travaux de la Grande Percée53. Le quartier de la Douane est lui aussi toujours fréquenté.

70Le quartier aristocratique et aisé qui s’étend de la place Broglie au Palais Rohan constitue le troisième pôle de l’ellipse insulaire : les flux y sont très importants en 1814 ; c’est le retour des « émigrés » de 1792, celui des Strasbourgeois aisés qui avaient quitté la ville en guerre et la menace du siège ; c’est aussi l’installation des dignitaires civils et militaires du nouveau régime bâti sur la défaite impériale : les lieux de pouvoir sont concentrés dans la rue Brûlée, Hôtel de Ville, Hôtel du Gouverneur Militaire, Évêché, Préfecture. Tous se logent dans les appartements de fonction ou les hôtels proches.

  • 54 Cartes p. vi et viii. Les effectifs de chaque carte de cet ensemble cartographique sont de grandeur (...)

71En 1789, 1819, 1828, trois « photographies54 » visualisent la localisation des domiciles des habitants ; elles n’expriment pas la même réalité.

  • 55 La carte de 1789 est établie à partir d’une enquête recensant les chefs de ménage cantons par canto (...)

72En 1789, 12500 chefs de ménage sont enregistrés55 pour l’ensemble des dix cantons, il s’agit de toutes les personnes qui habitent l’immeuble quelle que soit leur date d’entrée dans le logement : c’est un recensement. Par ailleurs, les cartes de 1819 et de 1828 cartographient des flux, seuls les habitants qui emménagent sont enregistrés ; les effectifs sont donc d’ordre différent et traduisent des réalités différentes. Cependant, malgré cette différence essentielle dans leur élaboration, on peut tirer quelque enseignement de leur comparaison.

73À quarante ans d’écart pour les dates extrêmes, celle-ci met en valeur les constantes déjà énoncées : on retrouve l’opposition centre-périphérie et les trois quartiers de l’ellipse insulaire qui se détachent du lot.

  • 56 Entre la carte de 1819 et celle de 1828, qui sont de même nature, on remarque une différence dans l (...)

74Différences mineures56, constantes très fortes, il ne se dégage ni une périodisation pertinente ni un effet de génération. Nous pouvons donc examiner les multiples façons d’habiter des déclarants sur l’ensemble de la période considérée. La ville, à l’abri de ses murailles, semble avoir peu changé aux yeux de ses habitants, puisque la localisation de leurs domiciles, répartis à l’échelle de la ville, suit des caractéristiques permanentes.

L’opposition centre-périphérie est constante

  • 57 L’habitant emménageant dans un domicile décline divers renseignements, dont sa profession ; celle-c (...)

75Peut-on affiner cette permanence à partir du critère professionnel57 ? Trois cas se présentent. Le premier concerne des métiers exercés par des habitants logeant dans l’ensemble du territoire de la ville ; dans le deuxième cas les situations professionnelles renforcent l’opposition centre et périphérie, dans le troisième, elles privilégient le centre excluant la périphérie.

76Un tiers des déclarations ne mentionnent pas de profession ; pour expliquer cette proportion, il faut rappeler que très souvent les épouses n’en déclarent pas, même si elles s’activent en boutique, à l’atelier ou ailleurs. La carte des domiciles de ces habitants (ne déclarant pas de profession) couvre l’ensemble de l’espace étudié ; le phénomène est généralisé même si les effectifs les plus importants se situent à l’ouest du Fossé des Tanneurs. L’opposition entre l’ellipse insulaire et la périphérie ainsi que les différences entre les quartiers internes à l’ellipse sont atténuées.

77Même dispersion dans l’espace urbain pour les journaliers, la main-d’œuvre nécessaire aux transports, celle des métiers non qualifiés, tous logent aussi bien dans le centre que dans les quartiers périphériques. Certes, leur effectif est toujours plus important à l’ouest de l’ellipse insulaire, mais on les croise aussi du côté de la Douane et du port, près de la Manufacture des Tabacs, au confluent des deux bras de l’ellipse et, en périphérie, dans les quartiers où l’emprise artisanale, celle de la batellerie et celle de l’armée restent fortes.

  • 58 À Lyon, aussi, dans la première moitié du xixe siècle, les boulangers se répartissent également dan (...)

78Les producteurs vendeurs de produits alimentaires se trouvent eux aussi répartis sur tout le territoire, plus nombreux à l’ouest du Fossé des Tanneurs ; les moulins, les foulons sont concentrés sur les canaux de la Petite France, mais les boulangers58 et les brasseurs sont installés partout et les bouchers dans leur quartier traditionnel, entre la place d’Austerlitz et l’Hôpital au sud. Les jardiniers, eux, s’installent à proximité de la porte des Pêcheurs et à la Krutenau dont les casernes ne les ont pas chassés, à proximité des zones maraîchères, juste de l’autre côté des murailles.

79Enfin, militaires et pensionnés logent également sur l’ensemble du territoire urbain. Les sans-grades démobilisés en masse après 1815 et ceux qui ont la chance d’avoir une pension cherchent à se loger soit en périphérie, à proximité de la Manufacture des Tabacs qui les emploie en priorité, soit là où le travail de journalier est abondant dans le quartier populeux et artisanal du Fossé des Tanneurs. Les officiers supérieurs, pour leur part, élisent domicile autour de Saint-Thomas et dans le quartier de la place Broglie et la Cathédrale.

Deuxième cas : les situations professionnelles renforcent l’opposition en centre et périphérie

80Les personnels de service, presque exclusivement féminins, logent le plus souvent chez l’employeur ; leur densité est plus élevée dans l’ellipse insulaire que dans la périphérie. À l’intérieur même de l’ellipse, on trouve servantes, domestiques, cuisinières autant à l’Ouest qu’à l’Est, si l’on ne perd pas de vue que l’Est est beaucoup moins peuplé. Quand ces gens sont « sans état » ou « sans condition », c’est-à-dire sans employeur donc sans logement, ils habitent le quartier le plus populeux ou la périphérie rejoignant alors les gagne-petit.

  • 59 Étude de la rue des Veaux, chapitre « Chemins croisés », infra p. 224-232 et cartes p. xiv-xix.
  • 60 Leur situation professionnelle est plus fragile que celle des artisans hommes du même secteur, nous (...)

81Les nombreux artisans, hommes et femmes, qui confectionnent les habits, tailleurs, cordonniers, couturières et modistes, boutonniers, logent majoritairement dans l’ellipse insulaire, plus densément à l’Ouest ; ils recherchent aussi la proximité avec la clientèle aisée de l’Est, la rue des Veaux59 étudiée plus loin en est un exemple. Il en est de même des ouvrières en linge, cousettes, brodeuses, encore se concentrent-elles davantage à l’ouest60.

82Les commerçants habitent de préférence le centre-ville et choisissent les grandes artères que sont la Grand’Rue, la rue du Vieux Marché aux Vins, celle des Grandes Arcades, et les nombreuses rues situées entre la Douane et la place d’Armes. Localisation traditionnelle : magasins et boutiques sont installés depuis longtemps au cœur des villes, les marchands logent à proximité et leurs commis évitent de s’en éloigner.

83Des artisans et leurs ouvriers sont aussi implantés dans le centre, densément à l’ouest. Qu’ils soient charpentiers, tailleurs de pierre, maçons, les ouvriers du bâtiment habitent à l’ouest du Fossé des Tanneurs de même que les ouvriers du cuir et des peaux : tanneurs, corroyeurs, mégissiers, selliers habitent le quartier de la Petite France, le « quartier des Tanneurs ». Tisserands, fileurs, teinturiers les y rejoignent ; quelques-uns cependant cherchent à loger près des ateliers de filature et de tissage installés quai des Bateliers et à la Krutenau.

84Seuls les artisans du bois, menuisiers, ébénistes, et les artisans d’art, orfèvres, doreurs, relieurs et parcheminiers, imprimeurs, occupent l’ellipse dans son entier.

Enfin, il est des habitants qui évitent la périphérie

85Médecins, professeurs, hommes de loi, directeurs de services administratifs, tant civils que militaires, tant municipaux que nationaux, se retrouvent presque exclusivement à l’intérieur de l’ellipse. Le quartier populeux à l’ouest du Fossé des Tanneurs est lui aussi évité. Le professeur et ses étudiants logent près de l’Université, installée un temps autour de Saint-Thomas et au Gymnase, près du Lycée et du Séminaire au pied de la Cathédrale. Le médecin, le notaire, l’homme de loi habitent Grand’Rue, mais à l’est du Fossé des Tanneurs, la rue du Marché aux Vins ou la place d’Armes ; les administrateurs élisent domicile près de la Mairie et de la Préfecture. Bref, tous s’accordent à éviter majoritairement les quartiers périphériques.

  • 61 Cartes p. vi et suivantes.

86À l’échelle de la ville, entre 1810 et 1840, les cartes dessinent une répartition des domiciles, selon le critère professionnel, qui n’est guère différente de celle établie en 178961.

87Le centre de la ville attire des habitants exerçant tous les métiers, des plus qualifiés aux plus humbles des « gagne-petit » qualifiés ou non ; il est le lieu de la mixité sociale. En revanche, loger dans la périphérie est un sort que refusent les habitants exerçant soit des métiers traditionnellement localisés dans un quartier (la Petite France à l’ouest du Fossé des Tanneurs) soit les métiers installés de longue date au cœur des villes, le commerce, l’artisanat de luxe, les métiers du savoir et du pouvoir.

88Il semble donc que la ville n’ait pas changé en quarante ans : ses habitants en investissent l’espace, en perçoivent les agréments et les inconvénients de la même manière. Pourtant, de la permanence de structures collectives pendant quarante ans, on ne peut déduire une stabilité individuelle. Les constatations ne relèvent pas des mêmes échelles spatiales ni des mêmes temporalités s’agissant de comportements individuels ou collectifs. D’autre part, le comportement d’un citadin, sa façon de se loger, sa maîtrise ou non de l’espace urbain, ne sont pas déterminés seulement par l’appartenance à un groupe professionnel.

Derrière cet apparent engourdissement collectif, il existe une forte mobilité des individus

89Cette mobilité est, en effet, mesurée par trois composantes : on constate une mobilité professionnelle élevée à la lecture des déclarations des habitants ; ensuite des migrants, étrangers et français, viennent à Strasbourg, y travaillent, certains s’y installent, il en est qui la quittent ; enfin, il existe une forte mobilité intra-urbaine, celle des individus qui changent de domicile au cours de leur séjour dans la ville.

90Les déclarations domiciliaires, dont le rythme, selon les individus, peut être rapide et le nombre élevé, permettent d’étudier une mobilité professionnelle rarement observée à travers les registres d’état civil et les recensements décennaux. Il ne fallait pas laisser échapper l’aubaine de cette rareté.

  • 62 Ce mot est polysémique : étranger au sens de non-bourgeois d’une cité est employé encore au début d (...)
  • 63 D. Roche (dir.), La ville promise…, op. cit.
    P. A. Rosental, Les sentiers invisibles, EHESS, 1999, 2 (...)

91Les migrations, elles, sont de longue date objet de nombreuses études tant en Europe qu’en Amérique ; l’ouverture ou la fermeture de villes aux « étrangers »62 est un champ de la recherche historique déjà largement labouré, la moisson en est abondante, les derniers ouvrages concernent par exemple les capacités et les modalités de l’accueil que Paris réserve aux étrangers et aux migrants ou les traces plus ou moins visibles de ces passants63. L’étude de ces derniers à Strasbourg, confirme bien des constatations établies ailleurs.

  • 64 Ils sont présentés dans « Faire son chemin dans la ville. La mobilité intra-urbaine », ADH, 1999, n(...)
  • 65 Voir chapitre « L’atelier de l’Histoire », p. 68-69.

92La mobilité intra-urbaine, elle, reste à étudier ; quelques travaux ont entrouvert des pistes64. Nous en avons esquissé une mesure grossière en comptant les domiciles des Strasbourgeois situés dans des quartiers cantons différents pour évaluer la validité du choix de l’espace urbain étudié65. La plupart des déclarants traçaient des itinéraires soit à l’intérieur de l’ellipse insulaire, soit passaient des quartiers de la périphérie à ceux du centre et vice-versa.

93Pour analyser et qualifier cette mobilité intra-urbaine, il faut changer de « focale » : ne plus considérer les groupes, les générations ou les catégories socioprofessionnelles, inscrits dans un espace défini à une échelle globale, celle de la ville ; mais il faut, au contraire, cerner les pratiques individuelles du logement dont témoignent les itinéraires que les habitants tracent à travers l’espace intra-urbain, qu’ils soient contraints ou non dans le choix de leurs domiciles. Il faut tenter de dégager des comportements caractéristiques, de faire la part du général et du particulier. Il faut inscrire ces pratiques dans leurs temporalités propres et les espaces appropriés. Prendre la mesure de cette mobilité, dégager ses composantes et ses caractères, analyser les freins ou les incitations rencontrés, vérifier si des différenciations sociales se dégagent des pratiques observées, tenter de donner un sens à cette mobilité, voilà les étapes à parcourir, les obstacles à surmonter. Alors, derrière le voile d’une apparence figée, on prendra le pouls de la « belle Strasbourgeoise » peut-être moins assoupie qu’il n’y paraît.

Notes

1 Titre du tableau de Nicolas de Largillière, 1703, Strasbourg, Musée des Beaux-Arts.

2 J. Siat, Histoire du rattachement de l'Alsace à la France, Alsatia, Strasbourg, 1987.

3 L. Grodecki, « Les deux plans en relief de Strasbourg », CAAAH, XI, 1962, p. 121-136. N. Faucherre, Places fortes, bastion du pouvoir, Desclée de Brouwer, Paris, 1991.

4 Musée Historique de Strasbourg, non coté, p. I.

5 G. Livet, F. Rapp, Histoire de la ville de Strasbourg, op. cit., tome 3, p. 608 sqq.

6 G. Livet, F. Rapp, Histoire de la ville de Strasbourg, op. cit., tome 4, p. 13.

7 S. Dreyer-Roos, La population de Strasbourg sous l’Ancien Régime, op. cit., p. 103-105 et p. 169.

8 Voir Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit.

9 Amélie Weiler, Journal d'une jeune fille mal dans son siècle, 1840-1859, édition de N. Stoskopf, La Nuée Bleue, 1994, p. 35 et 123.

10 J. P. Klein, Strasbourg, Urbanisme et Architectures, Strasbourg, 1987, p. 52-59. S. Herry, Une ville en mutation. Strasbourg au tournant du Grand Siècle…, op. cit.

11 J. P. Klein, op. cit., p. 53 et p. 62.

12 Où il peut enfin jouir d’un jardin propice à sa « sérénité » et respectueux de son « rang » comme il l’exige auprès du Ministre des Cultes en 1809. Archives Départementales, série TES, liasse 16, bâtiments.

13 On trouve un pêcheur, M. Brochet, rue des Filets ! Vol. 79 p. 106.

14 Photographies des mêmes quartiers aux deux dates, p. ii-iii.

15 S. Herry, op. cit., p. 361 et sqq.

16 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 69-70.

17 F. Piton, Strasbourg illustré, ou panorama pittoresque, historique et statistique de Strasbourg et des environs, Strasbourg, 1855 ; Ad. Seyboth, Strasbourg historique et pittoresque depuis son origine jusqu’en 1870, Strasbourg, 1884 ; R. Reuss, Histoire de l’Alsace, Paris, 1894.

18 M. Garden, « Le quartier, nouvel objet de l’histoire ? », Économie et Humanisme 1981. Dans M. Garden, Y. Lequin, Habiter la ville. xve-xxe siècles, Presses universitaires de Lyon, 1985 : J. P. Kintz, « La notion de quartier à Strasbourg vers 1600 », p. 97 sqq ; M. Gribaudi, « Identité individuelle et sociabilité de quartier à Turin entre les deux guerres », p. 289-304. R. Brunet, R. Ferras, H. Théry, Les mots de la géographie, dictionnaire critique, Reclus, Documentation Française, Paris, 1992, p. 371.

19 J. F. Hermann, note sur les péages, dans Notices historiques, statistiques et littéraires sur la ville de Strasbourg, Strasbourg, 1817 II, p. 131.

20 F. Ponteil dans Le port de Strasbourg et la navigation rhénane au lendemain de la Révolution Française, 1927, p. 62-64, lettre du 29 vendémiaire an XII, p. 22.

21 I. Bakouche, « Les ponts dans la différenciation de l’espace parisien », dans A. Fourcaut (dir.), La ville divisée…, op. cit., p. 54 ; I. Bakouche, La trace du fleuve, 1750-1850, EHESS, 2001 ; A. Bloch-Raymond, « Bateaux-lavoirs, buanderies et blanchisseries en Alsace xixe-xxe siècles », Ethnologie française, juillet-septembre 1986, p. 311-318.

22 Vol. 89 p. 140.

23 En 1789, seul juif résidant intra-muros par privilège royal, et ce au grand dam du Tiers-État qui dénonce dans le cahier de doléances de la Ville le non-respect des règlements locaux stipulant l’interdiction de résidence aux juifs. R. Reuss, L’Alsace pendant la Révolution Française, Strasbourg, 1890, I, p. 31-54. Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 16.

24 Μ. N. Hatt-Diener, Chronique d'un vieux lycée strasbourgeois, le lycée Fustel de Coulanges, Dernières Nouvelles d’Alsace, Strasbourg, 1987, p. 7-14.

25 G. Livet, L’Université de Strasbourg de la Révolution française à la guerre de 1870, Presses universitaires de Strasbourg, 1996, 530 p.

26 E. Sablayrolles, L’enfance abandonnée…, op. cit., et Recherches sur la pauvreté…, op. cit.

27 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 79-80.

28 G. Livet, F. Rapp, Histoire de la ville de Strasbourg, op. cit., tome 4, p. 16. J. P. Graffenhauer, Topographie physique et médicale de la ville de Strasbourg, Strasbourg, 1816.

29 Chr. Strub, « Assainir et embellir Strasbourg au xixe siècle. Étude sur la municipalité de Georges Frédéric Schützenberger (1837-1848) », Bulletin de la Société Académique du Bas-Rhin, tomes CXVII-CXVIII (XCV-XCVI de la nouvelle série), 1997-1998, 308 pages.

30 B. Lepetit « Chemins de terre et voies d’eau. Réseaux de transport et organisation de l’espace en France, 1740-1840. » Paris, EHESS, 1984. G. Livet, Histoire des routes et des transports en Europe : des chemins de Saint Jacques à l’âge d’or des diligences, Presses universitaires de Strasbourg, 2003, 608 p.

31 V. Hugo, Le Rhin, op. cit., p. 364.

32 Th. Hatt, Système d’information Géographique Historique de Strasbourg (projet 2001-2003) : http://www.ac-strasbourg.fr/microsites/hist_geo01/sig-stg-gl/index.htm ; et photos comparées 1725-1863 des deux plans relief, voir p. II-III.

33 Voir supra p. 45.

34 G. Dupeux, Atlas historique de l’urbanisation en France, 1811-1975, Paris, CNRS, 1981.

35 Établie entre 1806 et 1836, pour les villes françaises de plus de 5 800 habitants, seuil calculé comme étant déterminant. B. Lepetit, J. F. Royer « Croissance et taille des villes : contribution à l’étude de l’urbanisation de la France au xixe siècle », AESC, 1980, no 5, p. 987-1010.

36 Cartes de l’armature urbaine de l’Alsace, 1811-1841, ci-contre.

37 M. Walker, German Homes Towns, Community, State and General Estate, 1848-1871, Ithaca, 1971.

38 P. Ayçoberry, Cologne entre Napoléon et Bismarck, la croissance d’une ville rhénane, Paris 1981.

39 V. Hugo, Le Rhin, op. cit., lettre citée en exergue, p. 12.

40 N. Stoskopf, La petite industrie dans le Bas-Rhin, 1810-1870, thèse citée, p. 5.

41 En 1803, le préfet Laumond, en 1832 le secrétaire Malle de la Société des Sciences, Agriculture, Arts du Bas-Rhin, entre 1839 et 1845 les enquêteurs de « l’Enquête Industrielle » travaillent tous sur des critères différents de taille et de nomenclature rendant difficiles les comparaisons. Voir J. Laumond, Statistique du département du Bas-Rhin, Paris an X ; Lezay-Marnésia, Récapitulation de toutes les professions sujettes à patentes, ADBR, p. 167 ; Malle, Rapport au Préfet, 20 octobre 1832, ADBR XV M. 494 ; Statistique de k France, 1re série, t. VII, Paris, 1847 ; pour le Bas-Rhin ADBR XIII M. 10. La plus tardive, publiée en 1847, « l’Enquête industrielle » permet à Μ. Kahanrabecq d’en présenter le tableau ; M. Kahan-Rabecq, La classe ouvrière en Alsace pendant la Monarchie de Juillet, thèse, Paris, 1939.

42 Les entreprises Bucher, Wendling, Engelhardt-Kern et Cie prospèrent grâce au blocus napoléonien puis survivent aux difficultés des débuts de la Restauration. Gau, installé route de Colmar, est le plus important des fabricants de toile à voiles en chanvre, lesquels occupent 3 000 fileuses à domicile, en ville ou dans les environs et 230 tisserands et apprêteurs réunis en ateliers à Strasbourg et à Fegersheim ; les toiles sont blanchies par six blanchisseries installées sur le ban de Strasbourg où les prairies s’étendent au-delà des murailles.

43 N. Stoskopf, op. cit., p. 90.

44 J. Hatt, Quatre siècles de bourgeoisie alsacienne, Strasbourg, 1934.

45 Vol. 46 p. 276.

46 N. Stoskopf, op. cit., p. 99 et sq, 79 % des fondeurs, 73 % des épingliers, 71 % des quincailliers, 50 % des ferblantiers, 44 % des armuriers, 42 % des horlogers, 40 % des taillandiers, 36 % des potiers d’étain, 33 % des serruriers, ferronniers et couteliers, mais 100 % des faiseurs de crics, limes, vrilles ; par contre seulement 8 % des cloutiers. La présence de l’armée aurait-elle fixée en ville ces métiers autour de l’arsenal et de la fonderie ?

47 Des registres domiciliaires sont créés après 1840 pour les faubourgs, au-delà des murailles.

48 S. Muckensturm, Soulager ou éradiquer la misère ?…, op. cit.

49 1752 est la date la plus précoce, elle concerne très peu de monde, la majorité des habitants sont entrés dans leur logement après 1802 ; les registres systématiquement dépouillés relèvent les dates d’entrée postérieures à 1805. 1849 est aussi une date exceptionnelle, la majorité des dates les plus tardives se bornent à l’année 1840 dans la plupart de ces mêmes registres.

50 Cartes des flux d’entrée, p. vi-viii. Flux d’entrée dans le logement pour les domiciles du « moment » ; elles ne cartographient donc que l’espace couvert par les registres dépouillés.

51 Dans ces quartiers, la différence entre 1814 et 1830 est importante : en 1814, l’armée investit la ville et les casernes ne suffisent pas à accueillir tous les soldats, il faut alors les loger chez l’habitant entre le quartier Saint Nicolas et le quartier d’Austerlitz, à proximité du pôle militaire. Elle se lit dans la légende de la carte davantage que dans l’espace cartographié. Le phénomène continue sans doute après cette date mais la documentation, incomplète, ne permet plus de le mesurer ni de le visualiser.

52 Voir la carte de la première adresse des migrants, infra p. 157.

53 Cartes dressées par J. L. Pinol dans l'Atlas Historique des villes de France, Paris, 1996, p. 134-135.

54 Cartes p. vi et viii. Les effectifs de chaque carte de cet ensemble cartographique sont de grandeur très différentes ; si l’on choisit une même discrétisation des données pour l’ensemble des cartes, les cartes visualisant de faibles effectifs ne sont plus lisibles ; aussi avons-nous choisi de construire chaque carte selon une discrétisation spécifique.

55 La carte de 1789 est établie à partir d’une enquête recensant les chefs de ménage cantons par cantons, réalisée par des « bourgeois » des dits cantons. Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 10-11, 13.

56 Entre la carte de 1819 et celle de 1828, qui sont de même nature, on remarque une différence dans l’occupation de l’ellipse insulaire : le quartier entre la place d’Armes et la Grand’Rue où de nombreux habitants s’installent en 1819 est quasiment évité en 1829. Serait-il déjà si densément habité qu’il n’y aurait plus de logements disponibles ? Seraient ce les « miasmes » du Fossé des Tanneurs que les candidats chercheraient à éviter ? Ou bien le hasard des registres et du sondage des patronymes à partir des initiales B et N ? Ou bien encore toutes ces raisons cumulées joueraient-elles leur rôle dans l’absence de flux d’habitants à cet endroit ? Nous restons perplexe.

57 L’habitant emménageant dans un domicile décline divers renseignements, dont sa profession ; celle-ci peut varier d’une fois à l’autre. Aussi les cartes professionnelles ne dressent-elles que la localisation du domicile synchrone de la déclaration ; la carte de référence est donc celle qui cartographie les 13 840 situations répertoriées.

58 À Lyon, aussi, dans la première moitié du xixe siècle, les boulangers se répartissent également dans tous les quartiers sans pour autant être immobiles puisque la moyenne de la conservation d’un fond est d’environ 12 ans. B. Angleraud, « La petite boutique dans la ville : les boulangers de Lyon au xixe siècle », dans A. Fourcaut (dir.), La ville divisée…. op. cit., p. 395-408.

59 Étude de la rue des Veaux, chapitre « Chemins croisés », infra p. 224-232 et cartes p. xiv-xix.

60 Leur situation professionnelle est plus fragile que celle des artisans hommes du même secteur, nous le montrons dans l’étude du travail féminin, infra p. 120-123.

61 Cartes p. vi et suivantes.

62 Ce mot est polysémique : étranger au sens de non-bourgeois d’une cité est employé encore au début du xixe siècle par les autorités municipales ; nous ne l’utilisons qu’au sens actuel du terme, celui qui n’a pas la nationalité française, préférant le terme de migrants pour désigner l’ensemble des personnes non natives de Strasbourg.

63 D. Roche (dir.), La ville promise…, op. cit.
P. A. Rosental, Les sentiers invisibles, EHESS, 1999, 255 p.

64 Ils sont présentés dans « Faire son chemin dans la ville. La mobilité intra-urbaine », ADH, 1999, no 1.

65 Voir chapitre « L’atelier de l’Histoire », p. 68-69.

Table des illustrations

Légende Cartes de l’effectif des villes d’Alsace en 1812 et en 1841, d’après G. Dupeux
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12220/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 246k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search