Version classiqueVersion mobile

Strasbourg et strasbourgeois à la croisée des chemins

 | 
Marie-Noèl Hatt-Diener

Une source peu étudiée, exceptionnelle

Texte intégral

A. Les « registres de population » à Strasbourg

1. Une suspicion continue

  • 1 Cote AMS : Registres de population étudiés : les numéros 32, 34, 35, 36, 37, 38, 42, 45, 46, 47, 48 (...)
  • 2 Les numéros 33, 44, 96, 97, 98.
  • 3 Par exemple vol. 90/1, 90/2, 90/3.
  • 4 Voir Μ. N. Hatt-Diener, Strasbourg à la croisée des chemins, études des mobilités urbaines, 1810-18 (...)

1Notre étude porte sur une partie de la série des 150 volumes conservés aux Archives municipales de Strasbourg1 (AMS). Quelques registres ont disparu2. Ces registres de format in-octavo, de 1 000 pages environ chacun, sont reliés et ont été recomposés récemment en blocs de deux ou trois volumes3, la pagination étant continue ; les registres ont été tenus de 1796 à 1870. En tête du volume no 19, commencé en l’an VII (1799), on peut lire : « État des personnes des deux sexes, de plus de douze ans d’âge, habitant la commune de Strasbourg, dressé en exécution de la loi du 10 vendémiaire an IV (2 octobre 1796)4. »

  • 5 V. Milliot, « La surveillance des migrants et des lieux d’accueil à Paris du xvie siècle aux années (...)
  • 6 Μ. N. Hatt-Diener, Un recensement des Strasbourgeois en 1789, mémoire de DEA, Université Marc-Bloch (...)
  • 7 Voir Μ. N. Hatt-Diener, Thèse, op. cit., annexe I, page 12-14.
  • 8 Ibidem.

2Constante préoccupation des autorités que de dénombrer les habitants d’une ville frontière, d’y surveiller les étrangers5, cela dès le xviiie siècle ; cependant, avec les troubles et les guerres de la Révolution, la nécessité de surveiller la population est ressentie par les autorités tant nationales que locales de façon plus urgente et plus constante. Déjà, en 1789, après les émeutes urbaines de juillet-août, l’Assemblée nationale décide de procéder à une enquête policière, réalisée à Strasbourg par le Magistrat : celui-ci ordonne de recenser rue par rue et maison par maison les chefs de ménage6. Puis, en 1792-1793 la surveillance concerne tous les habitants, propriétaires ou locataires, jeunes ou vieux, hommes ou femmes, Strasbourgeois natifs ou étrangers7. Une rafle est même organisée en grand secret le 13 thermidor an VII (31 juillet 1799) pour traquer les étrangers, éventuels « agents de l’Angleterre »8.

  • 9 Revue du Droit Local, Strasbourg, no 11, 1994, p. 27-30.
  • 10 O. Faron, La ville des destins croisés. Recherches sur la société milanaise du xixe siècle (1811-18 (...)
  • 11 J. H. Jackson Jr., Migration and urbanization in the Ruhr Valley, 1821-1914, Studies in Central His (...)

3La loi appliquée à partir d’octobre 1796 le demeure à Strasbourg jusqu’en... 1978 en vertu du droit local. En effet, la loi obligeant tout chef de famille ou personne seule à déclaration domiciliaire fut abolie en France, sous la Troisième République, comme attentatoire à la liberté individuelle de circuler, alors que l’Alsace-Moselle annexée au Reich échappait à la loi française. Après le retour à la France en 1919, plusieurs dispositions juridiques et spécificités alsaciennes, administratives ou religieuses, subsistèrent à la demande des Alsaciens. Ainsi l’obligation de déclaration domiciliaire est toujours en vigueur à ce jour dans les petites communes de la région9. Ce n’est pas une particularité alsacienne ; les Milanais après la conquête napoléonienne furent soumis à cette obligation qui perdure jusqu’à aujourd’hui et leurs déclarations, sous forme de fiches patronymiques, sont regroupées dans « l’anagraphè » qu’O. Faron a étudiée10. Les Belges comme les habitants de certaines villes allemandes ont été soumis sous l’occupation napoléonienne à la même obligation11.

  • 12 M. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 10.

4À Strasbourg, avant 1870, les déclarations domiciliaires sont transcrites dans des registres, conservés par les Archives municipales sur la longue durée. Ceux-ci sont organisés selon l’adresse : arrondissement ou canton, rue, maison ; leur structure est géographique et topographique, comme était déjà organisée l’enquête de l’été 178912 : la ville est découpée en dix cantons depuis le xviiie siècle ; en 1816 ceux-ci sont regroupés en quatre arrondissements, correspondant chacun à un bureau de police et eux-mêmes divisés en sections.

  • 13 Voir Μ. N. Hatt-Diener, Thèse, op. cit., annexe I, page 12-14.

5Une décision du Conseil municipal13, datée du 22 juillet 1793, étend à l’ensemble de la commune l’initiative du commissaire de police Ritter : ce dernier a réalisé un registre d’enregistrement à ses frais et en demande le remboursement. De grande dimension, 45 cm x 35 cm, les formulaires, imprimés sur feuilles numérotées, portent en en-tête le nom de la rue et le numéro de la maison ; les renseignements concernant les personnes figurent sur la page de gauche, leur localisation dans la ville sur celle de droite ; dans les plus anciens registres, on prévoit de noter les noms, prénoms, âge, qualité ou profession, état civil, époque d’entrée dans la commune, adresse du logement antérieur, des observations ; à partir de 1805, on ajoute des colonnes pour noter les renseignements suivants :

  • le culte, mais sur les vingt-sept volumes étudiés nous n’avons, entre 1805 et 1840, trouvé aucune mention d’appartenance à une des trois religions concordataires, signe de nette laïcisation de l’administration ;

  • le numéro de la carte de sûreté pour les non-natifs de Strasbourg, très irrégulièrement noté selon les registres ;

  • la date de sortie du logement et l’adresse postérieure, pas toujours notées scrupuleusement par l’agent de police.

  • 14 Par exemple les registres domiciliaires concernant la Grand’Rue, double page suivante.

6On constate que les exigences deviennent plus précises et plus contraignantes14. Ces registres ont été conçus pour satisfaire les exigences de lois votées entre 1795 et 1804, en combinant les initiatives nationales et locales.

  • 15 Vol. 45 p. 413 ; vol. 48 p. 658 ; vol. 61 p. 317, 428, 435, 527.
  • 16 Ni dans le vol. 32, ni dans le vol. 34, le volume 33 manquant.
  • 17 Vol. 48 p. 406.

7Les employés de police dressent séparément des index alphabétiques de patronymes regroupés en six volumes archivés, trois pour la période 1800-1825 et trois pour celle de 1825-1865. Hélas, le souci de bonne conservation des archives conduit parfois à des impasses. Les registres ont été reliés à diverses reprises et la numérotation d’origine n’a pas été respectée ; les références cartographiques des index (numéro de canton ou arrondissement et numéro de section) sont donc mal reportées sur les registres nouvellement reliés, ce qui empêche le lecteur d’aujourd’hui d’établir une correspondance sûre et exhaustive entre index et registres. Des essais portant sur des patronymes expressément choisis pour leur rareté à Strasbourg se sont révélés infructueux. Ainsi Jean Baptiste Barabino, officier, est cité sous cinq références différentes dans l’index ; seules deux d’entre elles ont pu être retrouvées dans les registres référencés alors qu’au fil de la lecture, on peut dresser un itinéraire urbain à partir de six déclarations15. Par ailleurs, les deux volumes d’index sous la lettre « D » ne font mention ni l’un ni l’autre de Pierre Louis Doré, inspecteur des Ponts et Chaussées, père de Gustave Doré, le graveur, né à Strasbourg en 1832. Quête fastidieuse, il faut parcourir toutes les pages « D », car l’ordre alphabétique des patronymes n’est pas respecté dans le détail : la réalité des flux de personnes diffère de la prévision de mise en page et certains plumitifs remplissent les vides ou rajoutent des pages selon les besoins. Point de famille Doré au no 5 de la rue de la Nuée Bleue16, adresse indiquée sur l’acte de naissance de Gustave en 1832, mais nous l’avons trouvée, installée de 1834 à 1843 au no 1 rue des Veaux17.

Registres domiciliaires : deux pages, gauche et droite, Grand-Rue, no 146

Registres domiciliaires : deux pages, gauche et droite, Grand-Rue, no 146

8Des relieurs distraits ont aussi bouleversé la pagination des registres en reliant dans le désordre des feuillets pourtant numérotés ; aussi la page de gauche identifiant la personne et celle de droite la localisant dans la ville ne correspondent plus. Pour tenter de rétablir la pagination correcte, il faut comparer les écritures, la mise en page, décompter les lignes identifiant chaque groupe familial et le nombre de ménages, puis vérifier leur correspondance sur la page de droite... Celle-ci d’ailleurs est parfois absente empêchant toute reconstitution. Démarche exigeant patience, perspicacité et beaucoup de temps !

  • 18 Voir par exemple les registres domiciliaires concernant la Grand’Rue, page précédente.
  • 19 Vol. 45, 48, 61.
  • 20 J. L. Pinol, F. Hahn, « Mesurer les mobilités urbaines, Strasbourg 1870-1940 ; trajectoires individ (...)

9Les relieurs ont cependant une excuse : la forme rigide du registre oblige les rédacteurs à trouver des parades à la numérotation préétablie des pages ; en effet, x pages sont prévues par maison, or le flux des entrants et des sortants est imprévisible. Lorsqu’il manque une page, on rajoute des feuillets numérotés ainsi : p. 100, p. 100a, p. 100b, p. 100c... Et par souci d’économie les pages inutilisées d’autres maisons sont aussi requises avec un renvoi en haut de page « voyez p. 476 »18. Le jeu de piste continue ; le plus souvent le renvoi se révèle exact. Cette conception du fichier sur registres définis par la topographie oblige à en parcourir plusieurs si l’on veut étudier la population d’une même maison ou d’une même rue sur une certaine durée et pour reconstituer les itinéraires d’une personne dans la ville. C’est ainsi que l’itinéraire de J. B. Barabino court à travers trois registres19. Après 1870, le fichier est réorganisé selon des fiches patronymiques par chef de ménage qui ont été étudiées par J. L. Pinol20.

2. Les déclarations domiciliaires

  • 21 Vol. 65 p. 350.
  • 22 Vol. 65 p. 497.
  • 23 Vol. 46 p. 356.

10Qui tient les registres ? Les adjoints du commissaire de police de chaque arrondissement ou canton. Leur désignation et leur nombre sont consignés dans les procès-verbaux des séances du Conseil municipal. Ces personnes manifestent une bonne connaissance topographique de leur quartier, suggérant que pour confectionner le registre et relever les adresses figurant en haut de page, elles sont allées sur les lieux. Ainsi peut-on lire « le no 65 de la rue des Filets est la porte de derrière du no°98 de la rue de la Krutenau »21 ou encore « le no 4 de la rue des Couples, le no 20 rue de la Madeleine et le no 7 rue Derrière les Murs ne forment qu’une seule maison dont l’entrée principale est dans la rue des Couples »22. Ailleurs, on trouve « maison démolie »23. Ces remarques, nombreuses et précieuses pour l’étude de la mobilité intra-urbaine, évitent de considérer comme des adresses différentes celles qui n’en représentent en fait qu’une seule. Une étude préalable fine de la topographie de la ville reste pourtant indispensable car ces précisions ne sont pas exhaustives.

  • 24 Vol. 90 p. 756.
  • 25 Vol. 91 p. 637 ; le salaire moyen journalier d’un ouvrier charpentier est de 2,40 F en 1830 à Stras (...)
  • 26 Vol. 84 p. 143.
  • 27 Vol. 84 p. 375.
  • 28 Vol. 90 p. 822.
  • 29 Vol. 90 p. 859.
  • 30 Infra, p. 39 ; vol. 89 p. 303.

11Qui déclare au bureau de police ? La loi stipule que ce peut-être le propriétaire qui a le devoir de s’assurer que ses locataires ont bien fait la démarche : celui de Louise Stierling indique « sous la surveillance de la haute police a quitté le logement sans déclaration le 9 juillet 1825 »24 ; ce peut-être la logeuse à qui on doit de l’argent « Jean Bruckle ouvrier charpentier doit 15 francs pour logement et nourriture »25, J. Louis Bourat, tailleur compagnon, « doit à la veuve Prilli »26 et son collègue François Butz est « parti sans payer »27 ; ce peut-être le patron qui embauche, loge, renvoie servante, ouvrier, apprenti : celui de Catherine Bernhard qui « a quitté la condition, renvoyée, le livret est ici »28 ou celui de Marie Bilger qui change de patron dans l’immeuble « servante chez Isenburg, mon voisin »29. Un voisin est venu déclarer le décès de la veuve Bruno dont il ne sait pas grand chose30.

  • 31 Vol. 89 p. 113.
  • 32 Vol. 61 p. 103.
  • 33 Vol. 7 p. 729.
  • 34 Vol. 37 p. 422.
  • 35 Vol. 90 p. 859.

12Le plus souvent, c’est le chef de famille qui déclare son épouse puis ses enfants dans le désordre chronologique des âges ou des dates de naissance, les plus reculés étant les plus approximatifs. Frédéric Bataillard, employé du télégraphe, précise que « sa femme est absente »31 ; plus rarement, c’est l’épouse quand le mari est occupé par ses obligations professionnelles comme Madame Berni dont le mari pilote sur le Rhin est « absent »32, Madame Billo dont le « mari est absent, à Paris »33 ou celle du musicien Jean Buisson « absent »34. Quand Elisabeth Baillaux quitte la ville pour Molsheim en juin 1825, la « déclaration [est faite] par son gendre »35.

  • 36 Vol. 45 p. 476.
  • 37 Vol. 45 p. 493.
  • 38 Vol. 89 p. 451.
  • 39 Vol. 84 p. 269.

13Les grands de ce monde n’y échappent pas : le maire Antoine Kentzinger s’y soumet volontiers36, par contre Monsieur le Préfet, Louis Léon Boutiller de Chavigny37 et le Sieur Kisfandy « chambellan de l’empereur d’Autriche et sa suite »38 envoient au bureau de police un employé ; la pudeur ou la notoriété empêchent d’exiger l’âge de Madame ou la composition du ménage. Le baron de Bergheim, ministre du duc de Bade, est quant à lui « parti avec sa suite » sans autre précision en 181939.

  • 40 Vol. 91 p. 378.
  • 41 Vol. 91 p. 655.
  • 42 Vol. 91 p. 830.
  • 43 Vol. 91 p. 812.
  • 44 Vol. 91 p. 361.
  • 45 Vol. 84 p. 364.
  • 46 Vol. 90 p. 568.
  • 47 Vol. 79 p. 167.

14Se dérober à la déclaration obligatoire entraîne des sanctions. Une telle est « renvoyée le 15 octobre 1830 dans ses foyers, ayant été trouvée place d’Armes ; a logé aux Ponts Couverts sans inscription »40, tandis qu’une femme mariée « a logé ici sans inscription ; elle ne s’est pas fait inscrire à l’adresse suivante ; certificat de bonne conduite [lui a pourtant été délivré] pour Saint-Gaudens, destination de son mari »41 ; le commissaire, toujours débonnaire, délivre à Sophie Bernhard « le 21 janvier 1830 un certificat de bonne conduite, car était partie sans déclaration pour Karlsruhe en juillet 1829 »42 mais quelques mois plus tôt, rejoignant sa sœur à Strasbourg, elle avait déclaré au même « être revenue après une absence de vingt ans de Soultz, Haut-Rhin »43. Enfin, quand l’oiseau s’est envolé sans laisser de traces, on ne peut que le constater : « un étudiant de Neuf-Brisach a quitté le logement sans payer », mention explicite d’un déménagement à la cloche de bois44. Marguerite Babès, servante, est « partie sans déclaration » et ses patrons n’ont pas réparé sa négligence45. D’autres, plus chanceuses, sont « cautionnées » : Catherine Buhler, fille mère et Marie Madeleine Bader, blanchisseuse et mère de Caroline Kolb, sont « filles cautionnées par le sieur Kolb »46, Dorothée Buck est aussi « fille mère cautionnée » sans que l’on sache par qui47.

  • 48 Qui est le fait de 0,8 % des déclarations.
  • 49 Vol. 79 p. 159.
  • 50 Vol. 90 p. 827.
  • 51 Vol. 79 p. 340.
  • 52 Vol. 89 p. 695.
  • 53 Vol. 84 p. 305.
  • 54 Vol. 61 p. 101.
  • 55 Vol. 79 p. 187.

15Cette désinvolture48 contraste pourtant avec les scrupules observés par le plus grand nombre des habitants. Frédérique Becker, 21 ans, vient de Gerstheim « en visite dans sa famille » pour six mois49, Salomé Bachmann et son enfant viennent de Klingenthal « en visite pour deux mois »50, un grand-père, Simon Baer, part quelques semaines chez une fille mariée à Stuttgart accompagné de sa petite-fille51, Adrienne Besançon arrive de Genève pour trois semaines dans sa belle-famille52, Elisabeth Buhler de Klingenthal passe quelques jours « chez son oncle »53, Mathieu Baer de Haguenau est « ici pour affaires de famille » quelques jours54 et une « dame en visite chez ses parents » se déclare même pour une journée55.

16On se rend donc au bureau de police faire une déclaration orale. Ce qui entraîne des difficultés pour le lecteur d’aujourd’hui.

  • 56 Vol. 36 p. 325 ; vol. 45 p. 546 ; vol. 48 p. 307 ; vol. 91 p. 215.
  • 57 Vol. 85 p. 560.
  • 58 Vol. 91 p. 295.
  • 59 Vol. 89 p. 694.
  • 60 Vol. 65 p. 435.
  • 61 Vol. 46 p. 9.
  • 62 Vol. 91 p. 831.
  • 63 Vol. 90 p. 755.
  • 64 Vol. 89 p. 248.
  • 65 Vol. 90 p. 361.
  • 66 Vol. 46 p. 492.
  • 67 Vol. 84 p. 148.
  • 68 Problème déjà rencontré lors de l’étude de l’enquête de 1789, voir Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit. (...)
  • 69 Vol. 91 p. 691, 756, 757, 762.

17Selon le ton de la voix, l’accent, l’écoute plus ou moins distraite de l’agent, selon que les protagonistes sont germanophones, francophones ou dialectophones, le résultat peut se révéler comique. Madame Beauseigneur serait née à « Gap », l’agent n’ayant pas compris qu'elle est en fait née à « Copenhague Danemark » lieu correctement transcrit à d’autres occasions56, Françoise Brikin se rend à « Bouré en Brest » (Bourg en Bresse)57, J. Baptiste Baron est né à « Gand, Calvados » au lieu de Caen58 et Antoine Bourgeois, avocat, à « Droit en Champagne » au lieu de Troyes, confusion due autant à la prononciation locale qu’à la profession du déclarant59. Saint Lager devient Saint Laugé60, Surgères est confondu avec Fougères61. Les accents jouent des tours et les adresses deviennent des devinettes ; il faut habiter Strasbourg, bien connaître la ville et avoir dans l’oreille l’accent de la région pour identifier « la rue des Couppel » comme étant la rue des Couples62 et la « rue Roettler » pour celle du Roitelet63. C’est certainement un agent francophone qui a noté la destination de Nicolas Barth « Sarrebouquenen » pour Sarrebourg ?64, l’adresse de Barbe Brettinger rue « nartegaessel » pour Ankergaessel65 et nomme « Kraudelau » le quartier de la Krutenau66. Comment interpréter la qualité d’Antoine Baron, artiste né à Basses, qualifié de « méloglomane » (sic)67 ? Moins drôle mais tout aussi incertain, un « fendeur de bois » fend-il des bûches ou vend-il du bois68 ? Guillaume Brodaug est-il « changeur » ou « jaugeur » ? Le nombre de ses déclarations nous fait choisir la profession de jaugeur, vérificateur de jauges69.

  • 70 Vol. 32 p. 327 ; vol. 46 p. 88, 156, 178, 234, 375 ; vol. 48 p. 31, 74
  • 71 Vol. 90 p. 282.
  • 72 Une dame Lesur épouse Bosser se prénomme successivement Guillaumine en 1808, Guillaumette en 1816, (...)
  • 73 Vol. 46 p. 488.
  • 74 Voir Μ. N. Hatt-dlener, Thèse, op. cit., annexe I, p. 24.

18Le lecteur n’est pas au bout de ses peines. Car aux difficultés rencontrées par tous ceux qui travaillent sur du papier jauni, à l’écriture souvent pâlie et illisible, aux pages déchirées ou reliées dans le désordre, s’ajoutent les difficultés dues au bilinguisme. En Alsace, depuis Louis XIV, l’administration est en principe bilingue ; en principe, car les problèmes de transcription, donc de déchiffrage, se multiplient ; les agents utilisent selon le cas et parfois simultanément la graphie latine ou gothique, mélangent les orthographes française et allemande et transcrivent parfois phonétiquement patronymes et toponymes. Ainsi Madame Boudronnais se trouve-t-elle transcrite « Bourdonnais », « Poutronnet » « Pourtenet », son patronyme, lui-même transcrit selon les déclarations « Gross » ou « Groff », « Grass » ou « Graff », « Greif » ne lève pas l’incertitude70 ; Aloyse est dit Ulysse71, Nicolas est aussi Niklaus72, Lecrinier devient « Legrenier »73. Il a bien fallu choisir et codifier l’orthographe74. Force est donc d’identifier le déclarant grâce aux renseignements annexes, la permanence de la structure familiale, l’identité du conjoint et des enfants ; mais ceci n’est possible que si on dispose de plusieurs déclarations domiciliaires.

  • 75 Vol. 46 p. 156 ; vol. 46 p. 488 ; vol. 48 p. 732.

19Il en est de même des toponymes : Ribeauvillé se trouve sous la forme allemande Rappoltsweiler et alsacienne Ropschwihr, Dorlisheim devient Dorla voire « Torla ». Il est difficile de distinguer Weyersheim de Fegersheim qui, en alsacien, se prononce « Weyersche » ; s’il s’agit d’un habitant déclarant plusieurs domiciles, on peut trancher en choisissant la transcription la plus fréquente et la plus lisible, sans certitude absolue toutefois ; c’est le cas de Jacques Bauer, boulanger, dont la première déclaration indique pour lieu de naissance Weyersheim et les deux autres Fegersheim75.

  • 76 Vol. 79 p. 385-489.
  • 77 Vol. 46 p. 114-138.
  • 78 Vol. 79 p. 438-496 et vol. 89 p. 702-715.

20L’oralité de la déclaration entraîne aussi des imprécisions concernant les adresses données par ceux qui se présentent. La numérotation des maisons à Strasbourg « intra-muros » ne date que de 1784 et elle est parfois incohérente. Rue Sainte Barbe, les deux côtés de la rue portent les mêmes numéros de 1 à 10 et pour les distinguer on précise sur le registre « vers la place » d’Armes ou « vers la Grand’Rue », à main droite ou gauche ? rien ne l’indique76 ; rue des Juifs, sur le tracé du décumanus Ouest-Est, les numéros pairs sont côté Nord dans le canton 5, les numéros impairs côté Sud dans le canton 677 ; Grand’Rue, le côté Sud regroupe les numéros 1 à 79 dans le canton 7, le côté Nord les numéros 80 à 160 dans le canton 478.

  • 79 Vol. 65 p. 10-53.
  • 80 V. Milliot, in D. Roche (dir.), La ville promise..., op. cit., p. 30.
  • 81 Le Monde, 29 décembre 2002.

21Enfin, pour les impasses ou ruelles perpendiculaires à une rue plus importante, la numérotation suit le tracé perpendiculaire à l’artère principale : le numéro 4 est rue de la Krutenau, du numéro 5 au numéro 10 on passe rue de la Bruche, et on revient rue de la Krutenau des numéros 11 à 17 etc.79. Aussi la numérotation indiquée par les déclarants est-elle souvent erronée à quelques chiffres près lorsqu’ils indiquent une destination dans la ville ; la déclaration d’arrivée suivante, enregistrée à l’adresse précise figurant en haut de la page du registre, adresse formulée par les services de police, nous permet de le vérifier. Les habitants semblent d’ailleurs indifférents voire rétifs à cet usage, il en est de même à Paris80 à la même époque et encore aujourd’hui à Nouakchott81 paraît-il.

  • 82 Carte du bâti au parcellaire complexe, p. XX.
  • 83 Vol. 89 p. 319.
  • 84 Vol. 90 p. 321.
  • 85 Vol. 46 p. 384.
  • 86 Vol. 89 p. 781.
  • 87 Vol. 90 p. 319.
  • 88 Vol. 46 p. 387.
  • 89 Vol. 90 p. 709.
  • 90 Vol. 48 p. 748.
  • 91 Vol. 45 p. 424.
  • 92 Vol. 35 p. 505.
  • 93 Vol. 79 p. 166.

22De même le déclarant indique-t-il souvent le nom de l’artère principale pour désigner l’impasse ou la ruelle où on le retrouve inscrit : la rue du Loup figure sous son nom dans les registres 46 et 48 mais ses habitants la dénomment « quai des Bateliers » sur lequel elle débouche. C’est fréquemment le cas pour la rue de la Krutenau, le fossé des Tanneurs ou le quai des Bateliers82. Un tel loge-t-il 6 rue de la Croix ou rue des Veaux ? La maison est située au coin des deux rues83. Certaines désignations sont floues. Sophie Blessig, ouvrière née à Kehl en Bade, désigne le « marché aux guenilles » comme étant le « marché aux haillons »84, un tel habite « vis-à-vis le rempart »85, un autre « vis-à-vis la grue » (rue de la Douane)86, Madame Baum « vis-à-vis la place »87 ; on trouve encore « vis-à-vis le corps de garde »88 ; J. Baptiste Beyler se dit « d’ici »89, Catherine Bisiaux « vient d’autre part »90 ainsi que l’épouse de J. Pierre Bourlet91 ; Michel Buckel, lui, « arrive »92 et Gustave Netter part s’installer « hors la ville »93.

  • 94 Vol. 46 p. 127.
  • 95 Vol. 45 p. 514.
  • 96 L’étude est approfondie dans le chapitre « Chemins croisés » ; cela illustre la difficulté à constr (...)
  • 97 Vol. 45 p. 650.
  • 98 Vol. 45 p. 681.
  • 99 Vol. 62 p. 429.
  • 100 Vol. 90 p. 900.
  • 101 Vol. 65 p. 435-440.
  • 102 Vol. 37 p. 590.
  • 103 Vol. 90 p. 387.
  • 104 Vol. 79 p. 435.
  • 105 Vol. 89 p. 332.
  • 106 Vol. 106 p. 3.
  • 107 Vol. 35 p. 450.

23Cet usage imprécis et désinvolte s’oppose au grand soin apporté à l’adresse inscrite en tête de page : « le numéro 8 de la rue des Frères est la même maison que le numéro 37 de la rue des Juifs »94, « le numéro 19 de la rue Brûlée est le numéro 21 de la rue des Juifs » lit-on95. L’image topographique de la ville se révèle ainsi plus floue pour ses habitants que pour ses administrateurs96, aussi l’adresse retenue pour la reconstitution des itinéraires est celle où nous retrouvons le déclarant et qui figure en haut de page. Si les approximations sont usuelles dans l’espace « intra-muros », les localisations « hors les murs » sont en outre imagées ; la numérotation disparaît ; l’espace au-delà des portes, celle des Pêcheurs et celle des Juifs au nord de la ville, est campagnard le long des cours de l'Ill et de l’Aar, les îles y sont plus nombreuses qu’aujourd’hui ; les habitants sont logés « dans le jardin de la dame vaudoise, au moulin »97, plus loin « le jardin de Monsieur Ensfelder » accueille des jardiniers, calfateurs, tuiliers, un cabaretier, un géomètre, entre 1820 et 183098. À l’est, « hors la porte des Bouchers », le numéro 3 est « la maison du garde du monument élevé à la mémoire de Desaix, près la forêt » avant 181399 ; le numéro 25 est « la tuilerie du Rhin », le 26 « un moulin », puis des jardins se succèdent jusqu’au numéro 30, A. Marie Droesch épouse Baum habite « sur le bien de Monsieur Geymi »100, le numéro 51 est « la manufacture de toiles à voiles », au numéro 59 on trouve « une petite maison faite de planches »101. Bien plus loin à l’ouest, c’est « la France », « l’ancienne France », « l’intérieur » : voici Salomé Simon, épouse Blondel, « venant de l’intérieur »102 quand Madeleine Bottemer « est partie pour l’ancienne France en mai 1817 »103 ainsi que Jean Boniel104 et Sébastien Bottin, étudiant et fils de l’inventeur du « Bottin »105, ces dernières expressions sont encore usitées aujourd’hui en Alsace. À l’est, c’est « l’outre-Rhin » que rejoignent Chrétien Nitsch106 et Mathieu Barbaras107. Si l’on a cité ces exemples, c’est aussi pour souligner leur nombre infime comparé à l’ensemble des déclarations retenues.

  • 108 Vol. 42 p. 110 ; vol. 46 p. 350.
  • 109 Vol. 120 p. 35.
  • 110 Vol. 89 p. 50.
  • 111 Vol. 89 p. 495.
  • 112 Vol. 89 p. 130.
  • 113 Vol. 92.
  • 114 Vol. 57 ; vol. 32 p. 174.
  • 115 Vol. 58 ; vol. 48 p. 401.
  • 116 Vol. 61.
  • 117 Vol. 93.
  • 118 Vol. 90 ; vol. 91.
  • 119 Vol. 90.
  • 120 Vol. 93.
  • 121 Vol. 90.
  • 122 Vol. 53.
  • 123 Voir Μ. N. Hatt-Diener, Thèse, op. cit., annexe I, p 39-50.

24Les noms des rues et places qu’utilisent les habitants de Strasbourg, déclarants et administrateurs, révèlent les traces des événements du temps ; la toponymie des rues varie selon les moments historiques. Jusqu’en 1820 les noms révolutionnaires attribués par le Conseil municipal en 1793 sont encore l’usage courant : en 1810 on désigne la place Broglie encore « place de l’Égalité »108, en 1819 la place du Château109 est simultanément appelée « place du Palais »110, « place du Peuple »111 et « place de l’Ancienne Maison Commune »112 ; la rue Saint-Louis113 est souvent nommée « rue du Vent »114 ; la rue Dauphine115 appelée « rue du Bétail » en 1793116 devient après 1805 « rue d’Austerlitz »117, ses habitants utilisent simultanément les trois appellations ; la rue de « la Fontaine »118, un moment rue « du Bourreau »119, est quelquefois « rue des Livres »120 traduction erronée du patronyme germanique d’une famille de bourreaux, de même la rue « Salzmann »121 traduite par un agent de police « rue de l’Homme à Sel »122. Il a donc fallu dresser une liste des rues et établir leurs multiples désignations123.

25L’usage simultané de ces diverses dénominations historiques permet de suggérer que les Strasbourgeois ont une mémoire décalée par rapport à l’actualité, conjuguée à l’inertie induite par la familiarité avec les lieux.

  • 124 Vol. 32 p. 227, 237.
  • 125 Vol. 32 p. 227 ; vol. 79 p. 16.

26Les Strasbourgeois ont de leur ville une représentation à la fois précise comme ensemble spatial et plus vague dans le détail des rues ; leurs déclarations révèlent aussi des repères temporels à la fois précis et flous. Il faut d’abord lever la difficulté de l’usage simultané de deux calendriers. En 1820, un père formule la date de naissance de son enfant en calendrier républicain alors qu’il date son entrée dans le logement en calendrier chrétien124 ; J. Pierre Bauer déclare en 1814 qu’il est arrivé à Strasbourg « en l’an V »125.

  • 126 Vol. 79 p. 87.
  • 127 Vol. 79 p. 91, vol. 84 p. 56.
  • 128 Vol. 79 p. 362 ; vol. 79 p. 20 ; vol. 106 p. 8 ; vol. 90 p. 663.
  • 129 Vol. 84 p. 364.
  • 130 Vol. 79 p. 102.

27Les déclarants formulent les dates dans le calendrier en usage au moment où les événements surviennent ; le fait de mémoriser une date dans l’usage du moment sans faire la conversion entre les deux calendriers montre la difficulté à « penser le temps ». La prégnance du temps chrétien se traduit par la désignation des fêtes chrétiennes pour dater un événement. Les servantes, tout particulièrement, entrent en service chez leur patron « à la Noël », les quittent « à Pâques », reviennent « à la Saint Michel » ; ainsi Anne Berlet prend son service « à la Saint Jean »126, Elisabeth Blumhard et Madeleine Bastian127 sortent « à la Noël » ; plus nombreuses celles qui sortent « à Pâques », Elisabeth Bauer, Eve Brigaline, Carole Buchholtz et Odile Betstetter128 ; l’usage veut que les contrats d’embauche, trimestriels, se calquent sur le calendrier des travaux agricoles et sur celui des fêtes religieuses. Ce rythme saisonnier scande les déplacements dans la ville des nombreuses servantes au gré des embauches. De même nombreux ceux qui vivent à Strasbourg « depuis l’enfance » sans autre précision, ce que l’agent transcrit « ab infantia » à propos de M. Anne Barthmann129 ou même « ab infans » pour Benjamin Brodbeck par exemple130.

  • 131 Georges Blind a sept enfants, les six premiers ont entre 11 ans et 1 an, Théophile est né le 14 déc (...)
  • 132 Vol. 32 p. 184 ; vol. 34 p. 306 ; vol. 32 p. 332.

28L’indication d’âge reste floue. Nous avons déjà dit que l’âge des enfants révélait une mémoire approximative ; les parents se souviennent au mieux de l’âge des aînés alors que pour les plus jeunes, l’événement étant plus proche, ils déclarent une date complète, jour, mois, année131 ; par contre les dates de décès sont toujours plus précises que celles des naissances. Les adultes déclarent leur âge en nombre rond, se rajeunissent souvent et ceci n’est pas une coquetterie réservée aux femmes : Charles Badda, militaire pensionné, se rajeunit de quelques années, Louis Borde, J. Frédéric Burger132 également, mais ils n’ont pas les mêmes égards envers leur épouse ; on décèle l’incertitude de l’âge et ses variations quand on compare les multiples déclarations faites par une même personne au cours de ses déplacements, et qu’une fois au moins elle donne une année de naissance. Il convient de se rappeler que les papiers d’identité n’existent pas, qu’au début du xixe siècle nul n’est soumis, comme nous, à de multiples démarches administratives, quasi automatiques et souvent quotidiennes. Quelques-uns ne mentionnent ni âge, ni date de naissance, malgré l’insistance vraisemblable de l’agent chargé de remplir les colonnes prévues à cet effet.

B. Quel degré de fiabilité peut-on accorder à ces sources ?

29Il faut se résigner à ne pas trouver l’ensemble des renseignements espérés.

1. Ce que les registres ne nous permettent pas de savoir

30On remarque que les caractéristiques du logement ne sont jamais indiquées :

  • la situation dans l’immeuble : est-il sur la rue, dans la cour, à quel étage ? Habiter l’étage « noble » du premier donnant sur la rue par un oriel ou un balcon n’a pas la même signification que loger sous les combles ou au fond d’une cour ;

  • la taille et la nature du logement : nombre de pièces, chambre unique, garni ou simple lit chez une logeuse, pratique courante et durable ;

  • le loyer.

  • 133 CI. Lévy-Vroelant, « Contribution à l’étude de la mobilité résidentielle : l’exemple de Versailles (...)

31Il est donc impossible de faire une étude comparable à celle des logements versaillais menée par Cl. Levy-Vroelant133.

  • 134 Strassenverzeichnis no 91, 92.

32Nous avons trouvé, dans la série des registres domiciliaires, deux registres, sans titre ni date, rassemblant la liste, par rues et maisons, d’habitants désignés seulement par le patronyme et le prénom ; la date de naissance n’est pas mentionnée : on ne peut donc distinguer ni les homonymes ni les générations avec certitude. Ces documents semblent être les seuls registres retrouvés des habitants soumis à patente puisque les dernières pages de l’un portent le titre de « Citoyens patentés domiciliés hors de Strasbourg »134. Ces listes ont été dressées entre 1830 et 1835 puisque les habitants de la rue Brûlée y sont consignés et que l’on y trouve le maire de Strasbourg à l’Hôtel de Ville et le préfet à la Préfecture occupant leurs appartements de fonction pendant ces années-là.

33Nous y avons recherché des habitants retenus à la lecture des registres et saisis dans le corpus en utilisant la concordance des adresses et celle plus floue de la fourchette de dates déduites.

  • 135 On suppose qu’il s’agit d’une valeur annuelle en francs.
  • 136 Vol. 93 p. 201.

34Pour quelques-uns de ces contribuables, la surface locative et la situation du logement sont précisées ainsi : Charles Buchetti père et fils, tous deux épiciers, occupent 3 rue des Dominicains « un rez-de-chaussée d’une valeur locative 150 » et un « deuxième étage d’une valeur locative de 1400 » sans autre précision135 ; Jean Brémant, ex-restaurateur occupe « trois pièces d’étage derrière » 15 place du Temple Neuf d’une « valeur locative 20 » ; J. Louis Bagnol, général retraité, vit au « deuxième étage » 136 Grand Rue et paie « 217 ». J. Claude Besson droguiste, quant à lui, dispose d’un « deuxième étage sur cour d’une valeur locative 1225 [F ?] » à la même adresse ; rue des Grandes Arcades, Moise Bloch vit à son « domicile fixe no 38, valeur locative 800 » et travaille dans son « magasin de marchand tailleur, de valeur locative 400 au no 48 » tandis que Anne Bourdonnay est « ouvrière, indigente » au no 8 rue des Veaux ; dans la même rue au no 24, Reine Blondel « marchande de modes occupe deux pièces au premier sur cour valeur locative 80 », enfin J. Daniel Weiler, père d’Amélie, loue 9 rue du Bouclier un « appartement de valeur locative 125 » en 1845 dont nous avons une description minutieuse grâce au journal tenu par sa fille136. Ces quelques précisions glanées au fil de ces deux registres ne permettent pas une étude systématique, nous les avons néanmoins utilisées, bien sûr, pour compléter et éclairer les trajectoires urbaines des habitants concernés.

Dans les registres domiciliaires, les raisons des arrivées et départs ne sont pas explicitées, seules les observations notées par les agents permettent en les recoupant avec d'autres informations de formuler des hypothèses

35L’objectif des autorités n’était pas de constituer un rôle fiscal ni un dossier d’aménagement urbain mais d’établir un contrôle policier de « qui habite où et avec qui ».

  • 137 Le « 7 7bre 1815 » n’est pas le 7 juillet 1815 mais le 7 septembre 1815.

36En second lieu, des incertitudes naissent de la difficulté à lire des registres particulièrement illisibles comme les registres 36 et 37 par exemples ; difficile de distinguer les chiffres 1, 7, 5 ou les noms de mois, tels mars et mai ou janvier et juillet souvent abrégés137 ; la comparaison des dates d’entrée et de sortie du logement ne permet pas toujours de trancher, même en cas de séjour très bref puisque la date de sortie manque dans 35 % des déclarations.

  • 138 E. François, Koblenz im 18. Jahrhundert : zur Sozial- und Bevölkerungsstruktur einer deutschen Resi (...)

37L’atlas constitué des lieux de naissance, des localités antérieures à l’arrivée à Strasbourg ou de destination postérieure n’est pas non plus sans faille ; nous avons déjà évoqué les cas de transcription douteuse ; en outre, l’imprécision sème le doute sur la localisation : comment différencier Mulhouse dans le Haut-Rhin (Mulhausen i/Elsass) de Mulhausen dans le Bas-Rhin ou encore de Muehlausen en Bade, Neuviller dans le Bas-Rhin de Neuwiller dans le Haut-Rhin lorsque département ou pays ne sont pas précisés ? Nous avons chiffré ces cas douteux à 2 % de l’ensemble et tranché selon la règle de la proximité la plus grande, encouragée en cela par les constatations des historiens qui ont, avant nous, étudié les migrations dans cet espace rhénan au xixe siècle, selon lesquels 50 % des migrants viennent de moins de 15 km, au plus de 25 km138.

38Des expressions utilisées de façon récurrente par les agents ne sont pas explicites, ainsi de ce « retour dans ses foyers » ou « rentré(e) dans ses foyers » si souvent rencontrées ; s’agit-il du lieu de naissance ou du domicile précédant l’installation à Strasbourg ? Nous l’avons interprété comme étant le lieu de naissance car les lieux antérieurs à l’arrivée dans Strasbourg sont trop rarement cités.

Comment interpréter la composition de la famille énoncée lors de la déclaration d’arrivée ?

39Le chef de famille décline-t-il son état civil en mentionnant tous ses descendants ou bien dresse-t-il la liste des enfants et des parents qu’il loge ? Les observations précisant « parti », « marié(e) », « enrôlé », « de retour », « mort le... » donnent à penser qu’il s’agit de la liste des occupants du lieu hic et nunc ; cette interprétation est confirmée par la comparaison des déclarations d’un même père de famille : le nombre des enfants déclarés à des adresses différentes ne varie pas seulement en fonction de l’accroissement des naissances mais aussi des départs ou des décès d’enfants.

Le recoupement des informations collectées permet de constater que les renseignements lus dans les registres sont parfois erronés

  • 139 Vol. 90 p. 272.
  • 140 Vol. 91 p. 488.
  • 141 Vol. 37 p. 700.

40On confond parfois des adresses. L’itinéraire reconstitué de J. Antoine Billard se révèle incohérent, l’une au moins de ses déclarations est fausse par confusion entre les adresses ; l’agent note par ailleurs qu’il « est parti sans déclaration »139. Dans la déclaration de Dorothée Brechenmacher, date de sortie et adresse postérieure sont fausses, soit l’agent fait erreur, soit Dorothée a changé d’avis, soit elle a volontairement menti140. Joseph Bentz déclare déménager au numéro 17 même rue, il n’y est pas noté141.

41On constate également des confusions chronologiques ; des dates d’entrée et de sortie sont inversées ; on rétablit facilement cette erreur. Les étourderies concernant le sexe des enfants surprennent quand les prénoms sont sans ambiguïté. Ce n’est pas le sexe qui est transcrit mais le lien de parenté avec le chef de ménage, des enfants de prénoms féminins sont ainsi notés « fils ».

D’autres imprécisions peuvent être débusquées

  • 142 Vol. 89 p. 129.
  • 143 Vol. 80 p. 305.
  • 144 Vol. 84 p. 388.
  • 145 Vol. 84 p. 358.

42Les agents sont-ils toujours vigilants et scrupuleux compte tenu des contrôles effectués sur les registres ? Certains les tiennent très mal, négligent des renseignements : dans les registres 36, 37, 45 des pages entières ne consignent que des patronymes et une date d’entrée dans le logement réduite à l’année voire à l’indication « id » abrégé de idem ; d’autres, pressés, ne notent que la date d’arrivée et se contentent pour le reste d’une déclaration globale : Charles Baer est « marié, trois enfants »142, Casimir Betz, musicien allemand, « est avec sa femme »143, J. A. Billard, aide apothicaire, « avec son épouse »144 ; Pierre Blain, « conducteur du célérifère Paris-Strasbourg » est « marié avec deux enfants »145.

  • 146 Les prénoms, « bien gratuit dont la consommation est obligatoire » selon le mot de J. Dupâquier, A.(...)

43De leur côté, les déclarants ne leur facilitent pas toujours la tâche. Une même personne égrène ses prénoms dans le désordre et en nombre variable146 ; « Anne Marie » se prénomme souvent « Marie Anne », plus rarement « Marianne » ; « Jean, Philippe » se présente aussi « Jean-Philippe » ou « Philippe Jean ».

  • 147 Voir le Tableau des principales lacunes trouvées dans les déclarations, p. 84.

44Les professions sont imprécises ; de nombreux Strasbourgeois sont « ouvrier(e)s » ou « journalier(e)s ». Un tiers des déclarations ne les mentionnent même pas147. Enfin, d’un registre à l’autre, d’un employé à l’autre, des indications manquent : la qualité de propriétaire ou de locataire est très irrégulièrement indiquée, la qualité « fixe ou précaire » manque dans 90 % des cas et le numéro de la carte de sûreté des étrangers manque le plus souvent.

Plus grave, il manque parfois les informations indispensables au regard de l’objectif poursuivi, savoir « qui habite où, d’où vient-il, où va-t-il ? »

45Dans 21 % des cas manque l’adresse antérieure à l’arrivée dans le nouveau logement, dans 35 % l’adresse postérieure. Seule est presque toujours notée la date d’arrivée, elle ne manque que dans 4 % des déclarations. On voit bien que ce qui importe aux autorités c’est l’adresse du moment et la date d’arrivée ; sur ces deux points la faible incertitude s’explique : la démarche n’est pas anodine, il s’agit d’une obligation soumise à sanction, nous l’avons vu ; au surplus, il faut se rendre au bureau de police et non dans une quelconque administration. À part le fieffé menteur, soucieux de se protéger, le rapport de force entre le simple quidam et l’agent incite à la soumission. Celui-ci connaît la population du quartier, il a les moyens de recouper les informations reçues, cela dissuade vraisemblablement de raconter des histoires.

  • 148 C’est le cas du père d’Amélie Weiler que sa profession d’avocat devrait protéger d’une négligence o (...)

46Cependant, si la déclaration d’arrivée est généralement faite scrupuleusement, par contre, quand la destination oblige à changer de quartier, celle de départ est très souvent omise148 ; on peut comprendre cette négligence : l’habitant va se déclarer à sa nouvelle adresse, il se dispense donc d’une démarche lorsqu’il quitte l’ancienne ; cependant, s’il reste dans le quartier, il s’accorde la facilité de cumuler en une seule démarche déclaration de départ et déclaration d’arrivée.

47Le respect de la loi n’évite pourtant pas que l’arrivant fasse erreur. En reconstituant dans l’ordre chronologique l’itinéraire d’une personne à travers la ville, on constate que l’adresse antérieure déclarée à une entrée dans un domicile peut-être la pénultième ou même l’antépénultième ; deux adresses peuvent aussi être inversées. S’agit-il de confusion temporelle, spatiale ? Le fait de déménager dans un « mouchoir de poche », souvent dans le même pâté de maisons, peut faciliter la confusion, d’autant que la représentation spatiale de la ville et son corollaire administratif qu’est l’adresse restent flous, nous l’avons dit.

  • 149 Vol. 46 p. 323 ; vol. 47 p. 203 ; vol. 35 p. 415, 438, 468, 489 ; vol. 37 p. 869, 907, 918 ; vol. 5 (...)
  • 150 Vol. 48 p. 826 ; vol. 37 p. 432, 451, 454, 578, 700, 772, 840, 862, 879 ; vol. 91 p. 39, 235, 393.
  • 151 Typologie du chapitre « Chemins croisés » p. 218.

48Daniel Buch, imprimeur, marié, chargé de quatre à sept enfants selon les moments, a douze adresses en seize ans dont huit dans la Grand’Rue : il est compréhensible qu’il confonde les numéros de maisons entre ses différentes déclarations149. J. M. Brandstetter, tailleur, aîné d’une fratrie orpheline qu’il prend en charge même après son mariage, donne quatre adresses Fossé des Tanneurs et tourne dans le quartier (rue du Foulon, rue de l’Argile, rue des Aveugles, Grand’Rue) traçant un itinéraire de dix-neuf adresses en sept ans150. Ces deux ménages font partie du groupe des « familles éprouvées »151.

Les déclarations domiciliaires de la famille Weiler

Les déclarations domiciliaires de la famille Weiler

49On peut, cependant, compléter certaines lacunes en procédant par recoupement.

  • 152 Vol. 37 p. 709.
  • 153 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit. ; vol. 45 p. 374.

50Ainsi les mentions d’événements familiaux portées en regard des déclarations précisent ou complètent à minima la présence d’une famille dans les lieux. La naissance d’un ou plusieurs enfants, déclarée lorsqu’elle survient, donc inscrite une ou deux pages plus loin, nous assure que la famille, à cette date là, loge toujours à la même adresse : Elkaim Netter, inscrit au no 21 rue du Foulon sans date d’entrée, déclare au fil des pages des enfants naissant entre 1816 et 1821 ; il est donc entré dans ce logement au plus tard à la naissance du premier enfant en 1816152 et s’y trouve encore à celle du dernier en 1821. La famille du juge et Directeur des Postes Laquiante loge 12 rue des Échasses, le père de famille héberge sa fille et son gendre, la date d’entrée n’étant pas précisée ; il meurt en 1814, on en déduit qu’il est entré antérieurement dans les lieux ; et, en effet, il figure déjà à cette adresse dans l’enquête effectuée en août 1789. Le gendre meurt en 1837 ; d’où l’on peut déduire que mère et fille sont encore sur place à cette date et ne déménagent qu’ensuite à l’adresse postérieure indiquée ; on peut ainsi calculer une durée de séjour minimale, 48 ans pour Madame mère153.

51Enfin, il faut souligner un revers inhérent à la constitution du document. Si les déclarations domiciliaires permettent de mesurer efficacement la mobilité résidentielle mais aussi professionnelle et familiale, elles surestiment, dans une population donnée, les flux, c’est-à-dire les personnes mobiles. En revanche, les personnes enracinées au point de naître, vivre et mourir au même lieu ne sont consignées que lorsqu’elles y naissent et le quittent « pour le cimetière ». Il faut garder cette distorsion importante présente à l’esprit lors de l’interprétation des résultats.

52La conception même de l’organisation topographique des registres constitue en soi un inconvénient majeur ; les déclarations sont enregistrées par cantons, rues, numéros de maison et pour chaque maison dans l’ordre chronologique d’inscription (encore cet ordre n’est-il pas toujours respecté faute de place).

  • 154 Étude approfondie du calcul des durées de séjour dans le chapitre « Chemin croisés », p. 191.
  • 155 Vol 91, p. 54 ; et M. Andlauer et P. Schmidt, L'ancien Fossé des Tanneurs à Erstein : un quartier r (...)

53Cette organisation topographique – commune à tous les recensements – implique qu’un même individu changeant de domicile apparaisse dans différents registres pendant son séjour à Strasbourg. Reconstituer les itinéraires des habitants est un jeu de piste exigeant patience et vigilance de la part du chercheur sans qu’il soit garanti d’obtenir un résultat sans faille... D’autant que les index patronymiques correspondants établis par les administrateurs se révèlent impropres à l’exploitation154. Ce défaut constitutif explique le nombre important des Strasbourgeois retenus dans l’enquête qui n’ont qu’une seule résidence connue : sur 6 185 déclarants, 3 376 soit 54,6 %, se trouvent être dans ce cas. Pour certains, Strasbourg n’est qu’une étape : Georges Andlauer, compagnon tanneur, ne séjourne qu’un mois chez un patron rue du Bain aux Plantes, au terme d’un périple de trois ans qui l’a mené à travers Bade, Jura, Suisse, Autriche et Prusse jusqu’à Cracovie, avant de retrouver les siens et de s’établir à Erstein155.

54Une partie des Strasbourgeois a donc échappé à notre recherche, leurs traces se perdent faute d’une lecture exhaustive, mais impossible, de l’ensemble des registres.

55La liste des inconvénients et des lacunes est variée ; aucune source n’est jamais ni exhaustive ni sans défaut, tous les historiens en conviennent.

2. Atouts importants et spécifiques

56En revanche, les registres présentent des atouts et un intérêt importants et originaux. Ce qui frappe à l’étude des registres, ce sont les nombreuses corrections et précisions rajoutées, souvent d’une autre écriture et d’une autre encre, preuve de l’intérêt porté à ces renseignements et du suivi des registres, conformément aux exigences du Conseil municipal.

  • 156 Vol. 91 p. 5.
  • 157 Vol. 91 p. 697.
  • 158 Vol. 89 p. 51.
  • 159 Vol. 91 p. 679.
  • 160 Vol. 62 p. 333.

57On peut lire que Christian Buhrer « déloge le 24 septembre 1831 et non le 29 janvier 1833 »156, qu’une telle « délogée Grand’Rue au numéro 111 a donné cette demeure par erreur »157 ou encore « l’enregistrement ci-contre fait double emploi avec celui de la page suivante »158, « annulé, voir au numéro 29, il s’agit d’un double emploi »159, un tel « double emploi avec la page 413 du présent livre »160.

  • 161 Vol. 91 p. 637.
  • 162 Vol. 91 p. 270.
  • 163 Vol. 46 p. 460.

58Les « teneurs de livres » corrigent des confusions repérées : « Cette enfant n’existe pas, c’est par erreur qu'elle a été portée sur le certificat de domicile en place de la fille précédente »161, ailleurs on précise qu’Abraham Beiner et son fils « logent au 14 rue de la Fontaine et non rue du Bain aux Plantes »162, ou encore « porté au numéro 31 même rue d’après le bulletin du commissaire de police en date du 11 octobre 1812 »163.

  • 164 Vol. 89 p. 303.

59La veuve Bruno meurt le lendemain de son arrivée dans le logement avant même d’y être inscrite, aussi l’agent le fait-il de façon posthume « n’ayant pas été inscrite, prise dans les anciens registres, car elle est morte »164.

  • 165 Vol. 90 p. 413.
  • 166 Vol. 89 p. 209.
  • 167 Vol. 37 p. 500.
  • 168 Vol. 65 p. 327.

60Le suivi des personnes est assuré avec sérieux. J. Charles Boeckmann, tout colonel qu’il est165, est « parti sans déclaration pour Schiltigheim » en 1826 ; Balthazar Burger est « parti pour Bergzabern il y a six mois »166. Le décès de l’enfant Henri Becker est noté le 5 mai 1828, date postérieure au déménagement des parents le 6 juillet 1827 ailleurs dans le quartier, preuve que l’officier de police note et recoupe les informations internes au même registre167. Christine Bastian « selon l’acte civil serait morte au numéro 47 rue de l’Académie »168.

Les événements familiaux sont eux aussi relatés, ils se révèlent précieux pour l’historien

  • 169 Vol. 46 p. 138 ; vol. 46 p. 103 ; vol. 42 p. 327.
  • 170 Vol. 45 p. 387 ; vol. 42 p. 327.

61Une naissance est l’occasion d’un nouvel enregistrement ; Bernard Bérot, professeur de médecine, est noté de façon très lacunaire à son arrivée dans la ville, par contre à une autre adresse dans la même rue, la famille est enregistrée avec tous les détails requis à l’occasion de la naissance de Justine le 8 avril 1811 ; en janvier 1815, il emménage dans son troisième logement déclarant toute sa famille, et il recommence en juillet 1815 à la naissance de son troisième enfant, sans avoir déménagé169 ; deux cas similaires se présentent ailleurs170.

  • 171 Vol. 79 p. 27.
  • 172 Vol. 79 p. 47.
  • 173 Vol. 89 p. 303.

62Le décès d’une personne est noté en marge, sans date souvent, ainsi de Ferdinand Bauer « mort »171 ou de M. Ève Burckhard172 ; il provoque parfois une remise à jour du registre, c’est le cas de la veuve Bruno173

  • 174 Vol. 90 p. 58.

63Le mariage d’une fille est noté, avec plus ou moins de précision : Julie Boeckel, fils du pasteur de Saint Thomas, épouse un pasteur de Bienne (Suisse), elle quitte alors sa famille et Strasbourg en juillet 1824174.

  • 175 Vol. 89 p. 62.

64La profession ultérieure d’un enfant peut-être rajoutée à la déclaration : Philippe Bonlarron a trois ans au décès de sa mère, il est alors placé à l’Hospice des Orphelins, note le commissaire en 1817, cependant dans la colonne profession il est indiqué « tourneur ouvrier » d’une autre écriture, et sans date175.

  • 176 Il est rassurant de constater que les registres qui « couvrent » les mêmes rues à quelques années d (...)

65Enfin, dans plusieurs registres, les patronymes des personnes délogées ont été soulignés d’un trait rouge176.

Spécificité rare, la population est enregistrée dans toutes ses composantes

  • 177 On sait qu’à Lyon, certains ne sont pas fiables, des employés de la mairie ont « inventé » des fami (...)

66Les employés enregistrent les déclarations de toutes les personnes changeant de résidence, natifs de Strasbourg, migrants, étrangers, hommes, femmes, enfants et vieillards. Cet éventail très large est précieux car cette diversité est rarement consignée ; les autres archives permettant l’étude d’une population présentent en effet d’autres caractéristiques et lacunes. Les listes électorales ne consignent que les hommes jusqu’en 1945, les femmes en sont donc totalement absentes. Selon les dates, la liste des électeurs est incomplète elle aussi : les étrangers en sont toujours absents, les moins riches également tant que le suffrage est censitaire, puis après l’instauration du suffrage universel masculin en 1848, les mineurs de moins de 21 ans ; encore faut-il que les citoyens aillent s’inscrire, démarche volontaire. Les recensements ne relèvent pas toujours avec précision tous les groupes d’une population ; jusqu’en 1851 les étrangers ne sont pas systématiquement recensés comme tels. On verra plus loin les contestations et les incertitudes des recensements strasbourgeois avant 1840177.

67Enfin et surtout, les recensements sont une photographie à une date donnée réalisée avec une certaine périodicité. Ils ne permettent pas de saisir le rythme des évolutions qui se produisent pendant les intervalles.

68Les actes d’état civil renseignent sur une situation familiale figée dans un moment ; ils ne concernent pas non plus tous les individus ; si chacun naît et meurt, tout le monde ne se marie pas et n’assure pas sa descendance. Avant 1897, les mentions de mariage (lieu, date, conjoint) et de décès (lieu et date) ne figurent pas en marge de l’acte de naissance, la trace des émigrants est alors perdue. Quant aux actes notariés, ils ne concernent que les habitants ayant du bien.

  • 178 M. Perrot, Les Femmes ou les silences de l’Histoire, Paris, 1998, « Introduction » p. I-XVII, « Tra (...)

69En revanche, les déclarations domiciliaires loin d’exclure les femmes, leur accordent un intérêt considérable, ce qui est rare. Car les travaux de M. Perrot ont souligné la « fugacité des traces » féminines y compris statistiques, dès l’enregistrement, dans les documents dont l’historien fait le « matériau » de son travail ; les autorités ne « voient » les femmes que lorsqu’elles sont fautives de désordre, troublant l’ordre public178.

  • 179 P. Bourdelais, « L’industrialisation et ses mobilités », AESC, 1984, no 5, p. 1009 à 1019.

70Sans écarter a priori le jeu des sentiments, on sait l’importance des stratégies matrimoniales dans la mobilité sociale des personnes comme pour l’intégration des immigrants dans leur nouveau milieu géographique et social ; leur rôle est encore déterminant dans les processus de mobilité sociale car leur niveau d’instruction influence fortement celui de leurs enfants ; tous les sociologues et historiens l’ont souligné179. Les déclarations indiquent donc qui vit avec qui, qui épouse qui, à quel moment et dans quelle situation professionnelle et résidentielle. On peut suivre l’évolution de la taille du ménage et la comparer avec le contexte familial du moment, la profession de chacun de ceux qui le compose puisqu’à chaque déclaration correspond une résidence donnée. Cette corrélation possible fournie par la déclaration domiciliaire est précieuse ; elle qualifie le caractère unique de cette source.

71Les femmes seules font elles aussi une déclaration, précisant à chaque fois, identité, état civil, moyen de vivre, solitude ou cohabitation, source d’autant plus précieuse.

L’immédiateté des pratiques

72Les déclarations domiciliaires couvrent donc un large spectre de la population dans l’immédiateté des pratiques et des usages, fait inhabituel aussi.

73En effet, les actes d’état civil consignent des situations légales, codifiées à trois moments officiels, naissance, mariage, décès. La vie emprunte parfois d’autres cheminements qui mènent à des étapes non officielles ; les couples se font ou se défont sans témoin et sans toujours comparaître devant le maire ou le juge. Enfin ces actes ne rendent pas compte des multiples façons de vivre, comme l’accueil d’une fratrie ou la cohabitation avec un couple de parents ou d’enfants adultes par exemple.

  • 180 Que ce soit l’élaboration du document, sa matérialité et son état de conservation, la précision rel (...)
  • 181 Vol. 46 p. 276.

74Les déclarations domiciliaires, malgré les réserves que nous avons émises et qui ne leur sont pas spécifiques180 témoignent de situations qui ne sont pas révélées par d’autres documents et qui concernent toutes les composantes d’une population. Ainsi Philippe Jacques Hatt naît à la brasserie de l’Espérance, 17 rue des Veaux, en 1787 ; il en est le patron et y meurt en 1862 ; cependant, jeune marié il loge et travaille dans une brasserie du Marais Vert en 1812 ; il ne revient à la brasserie paternelle que pour en prendre la succession à la naissance de son fils en novembre 1813181. Ses actes de naissance, mariage et décès, quelques recensements, selon leur périodicité, ne l’auraient pas indiqué.

75En outre, toutes ces informations sont révélées dans l’immédiateté de la situation. Les délais sont courts pour enregistrer l’emménagement, les nombreux renseignements consignés semblent donc d’actualité. Le décalage chronologique entre la réalité vécue, la déclaration orale qui en est faite et sa transcription est quasi nul, il est au plus de quelques jours.

Le rythme de collecte de ces renseignements dépend de la mobilité résidentielle

76Certains habitants de la ville multiplient les déclarations dans l’année, voire sur deux ou trois ans ; la fréquence des renseignements collectés est rarement trouvée à travers d’autres sources.

77Certes, le rythme des déclarations varie notablement selon les individus. Certains Strasbourgeois, une fois installés, ne déménagent plus, la stabilité résidentielle n’offre alors qu’une photographie à une date donnée. Mais d’autres vont fréquemment d’un logement à l’autre, alors le rythme des renseignements collectés s’accélère jusqu’à devenir parfois pluriannuel ; les variations de situation allant s’amplifiant sont alors observées et étudiées dans le détail.

  • 182 Le travail aux Archives municipales de Strasbourg a été classique : lecture, notes manuscrites ordo (...)

78Les déclarations domiciliaires semblent donc la source adéquate pour étudier les mobilités tant professionnelles que résidentielles des habitants de Strasbourg182. Il est temps de faire place à présent à la ville, autre acteur de ces mobilités.

Notes

1 Cote AMS : Registres de population étudiés : les numéros 32, 34, 35, 36, 37, 38, 42, 45, 46, 47, 48, 53, 54, 61, 62, 65, 79, 80, 84, 85, 89, 90, 91, 104, 105, 106, 155.

2 Les numéros 33, 44, 96, 97, 98.

3 Par exemple vol. 90/1, 90/2, 90/3.

4 Voir Μ. N. Hatt-Diener, Strasbourg à la croisée des chemins, études des mobilités urbaines, 1810-1840, thèse, Université François-Rabelais de Tours [désormais citée Thèse], annexe I, page 12-14.

5 V. Milliot, « La surveillance des migrants et des lieux d’accueil à Paris du xvie siècle aux années 1830 », dans Daniel Roche (dir.), La ville promise : mobilité et accueil à Paris fin xviie - début xixe siècle, Paris, 2000, p. 21-76.

6 Μ. N. Hatt-Diener, Un recensement des Strasbourgeois en 1789, mémoire de DEA, Université Marc-Bloch de Strasbourg/Centre de recherches historiques sur la ville, 1992 [désormais cité DEA].

7 Voir Μ. N. Hatt-Diener, Thèse, op. cit., annexe I, page 12-14.

8 Ibidem.

9 Revue du Droit Local, Strasbourg, no 11, 1994, p. 27-30.

10 O. Faron, La ville des destins croisés. Recherches sur la société milanaise du xixe siècle (1811-1860), thèse, Paris, 1996. Nous avons utilisé l’exemplaire dactylographié à notre disposition.

11 J. H. Jackson Jr., Migration and urbanization in the Ruhr Valley, 1821-1914, Studies in Central Histories, Humanities Press, New Jersey, 1997, 452 p. ; S. Pasleau « L’immigration des travailleurs à Seraing durant la seconde moitié du xixe siècle », ADH, 1993, p. 227-249.

12 M. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 10.

13 Voir Μ. N. Hatt-Diener, Thèse, op. cit., annexe I, page 12-14.

14 Par exemple les registres domiciliaires concernant la Grand’Rue, double page suivante.

15 Vol. 45 p. 413 ; vol. 48 p. 658 ; vol. 61 p. 317, 428, 435, 527.

16 Ni dans le vol. 32, ni dans le vol. 34, le volume 33 manquant.

17 Vol. 48 p. 406.

18 Voir par exemple les registres domiciliaires concernant la Grand’Rue, page précédente.

19 Vol. 45, 48, 61.

20 J. L. Pinol, F. Hahn, « Mesurer les mobilités urbaines, Strasbourg 1870-1940 ; trajectoires individuelles et espace urbain », Enquête, 4-1996, p. 93-106 et « La mobilité d’une grande ville : Strasbourg de 1870 à 1940. Présentation de l’enquête et premiers résultats », ADH, 1995, p. 197-210.

21 Vol. 65 p. 350.

22 Vol. 65 p. 497.

23 Vol. 46 p. 356.

24 Vol. 90 p. 756.

25 Vol. 91 p. 637 ; le salaire moyen journalier d’un ouvrier charpentier est de 2,40 F en 1830 à Strasbourg, d’après A. Hanauer ; Études économiques sur l’Alsace ancienne et moderne. Denrées et salaires, t. II, Paris, 1878, p. 421.

26 Vol. 84 p. 143.

27 Vol. 84 p. 375.

28 Vol. 90 p. 822.

29 Vol. 90 p. 859.

30 Infra, p. 39 ; vol. 89 p. 303.

31 Vol. 89 p. 113.

32 Vol. 61 p. 103.

33 Vol. 7 p. 729.

34 Vol. 37 p. 422.

35 Vol. 90 p. 859.

36 Vol. 45 p. 476.

37 Vol. 45 p. 493.

38 Vol. 89 p. 451.

39 Vol. 84 p. 269.

40 Vol. 91 p. 378.

41 Vol. 91 p. 655.

42 Vol. 91 p. 830.

43 Vol. 91 p. 812.

44 Vol. 91 p. 361.

45 Vol. 84 p. 364.

46 Vol. 90 p. 568.

47 Vol. 79 p. 167.

48 Qui est le fait de 0,8 % des déclarations.

49 Vol. 79 p. 159.

50 Vol. 90 p. 827.

51 Vol. 79 p. 340.

52 Vol. 89 p. 695.

53 Vol. 84 p. 305.

54 Vol. 61 p. 101.

55 Vol. 79 p. 187.

56 Vol. 36 p. 325 ; vol. 45 p. 546 ; vol. 48 p. 307 ; vol. 91 p. 215.

57 Vol. 85 p. 560.

58 Vol. 91 p. 295.

59 Vol. 89 p. 694.

60 Vol. 65 p. 435.

61 Vol. 46 p. 9.

62 Vol. 91 p. 831.

63 Vol. 90 p. 755.

64 Vol. 89 p. 248.

65 Vol. 90 p. 361.

66 Vol. 46 p. 492.

67 Vol. 84 p. 148.

68 Problème déjà rencontré lors de l’étude de l’enquête de 1789, voir Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit., p. 15.

69 Vol. 91 p. 691, 756, 757, 762.

70 Vol. 32 p. 327 ; vol. 46 p. 88, 156, 178, 234, 375 ; vol. 48 p. 31, 74

71 Vol. 90 p. 282.

72 Une dame Lesur épouse Bosser se prénomme successivement Guillaumine en 1808, Guillaumette en 1816, Wilhelmine en 1818 (vol. 79 p. 291 ; vol. 48 p. 652 ; vol. 80 p. 284).

73 Vol. 46 p. 488.

74 Voir Μ. N. Hatt-dlener, Thèse, op. cit., annexe I, p. 24.

75 Vol. 46 p. 156 ; vol. 46 p. 488 ; vol. 48 p. 732.

76 Vol. 79 p. 385-489.

77 Vol. 46 p. 114-138.

78 Vol. 79 p. 438-496 et vol. 89 p. 702-715.

79 Vol. 65 p. 10-53.

80 V. Milliot, in D. Roche (dir.), La ville promise..., op. cit., p. 30.

81 Le Monde, 29 décembre 2002.

82 Carte du bâti au parcellaire complexe, p. XX.

83 Vol. 89 p. 319.

84 Vol. 90 p. 321.

85 Vol. 46 p. 384.

86 Vol. 89 p. 781.

87 Vol. 90 p. 319.

88 Vol. 46 p. 387.

89 Vol. 90 p. 709.

90 Vol. 48 p. 748.

91 Vol. 45 p. 424.

92 Vol. 35 p. 505.

93 Vol. 79 p. 166.

94 Vol. 46 p. 127.

95 Vol. 45 p. 514.

96 L’étude est approfondie dans le chapitre « Chemins croisés » ; cela illustre la difficulté à construire l’itinéraire intra-urbain d’une personne voir p. 185.

97 Vol. 45 p. 650.

98 Vol. 45 p. 681.

99 Vol. 62 p. 429.

100 Vol. 90 p. 900.

101 Vol. 65 p. 435-440.

102 Vol. 37 p. 590.

103 Vol. 90 p. 387.

104 Vol. 79 p. 435.

105 Vol. 89 p. 332.

106 Vol. 106 p. 3.

107 Vol. 35 p. 450.

108 Vol. 42 p. 110 ; vol. 46 p. 350.

109 Vol. 120 p. 35.

110 Vol. 89 p. 50.

111 Vol. 89 p. 495.

112 Vol. 89 p. 130.

113 Vol. 92.

114 Vol. 57 ; vol. 32 p. 174.

115 Vol. 58 ; vol. 48 p. 401.

116 Vol. 61.

117 Vol. 93.

118 Vol. 90 ; vol. 91.

119 Vol. 90.

120 Vol. 93.

121 Vol. 90.

122 Vol. 53.

123 Voir Μ. N. Hatt-Diener, Thèse, op. cit., annexe I, p 39-50.

124 Vol. 32 p. 227, 237.

125 Vol. 32 p. 227 ; vol. 79 p. 16.

126 Vol. 79 p. 87.

127 Vol. 79 p. 91, vol. 84 p. 56.

128 Vol. 79 p. 362 ; vol. 79 p. 20 ; vol. 106 p. 8 ; vol. 90 p. 663.

129 Vol. 84 p. 364.

130 Vol. 79 p. 102.

131 Georges Blind a sept enfants, les six premiers ont entre 11 ans et 1 an, Théophile est né le 14 décembre 1811, vol. 32 p. 174.

132 Vol. 32 p. 184 ; vol. 34 p. 306 ; vol. 32 p. 332.

133 CI. Lévy-Vroelant, « Contribution à l’étude de la mobilité résidentielle : l’exemple de Versailles au xixe siècle », dans La ville en mouvement, habitat et habitants, Paris, 1992 ; et « Histoires d’immeubles et d’habitants : Versailles (1831-1954) », dans A. Fourcaut (dir.), La ville divisée. Les ségrégations urbaines en question, France xviiie-xixe siècles, Créaphis, 1996, p. 363-374. Le plan Villot, dressé en 1829, ne recense que les propriétaires d’immeuble ; les immeubles y sont décrits de façon trop sommaire pour être étudiés utilement.

134 Strassenverzeichnis no 91, 92.

135 On suppose qu’il s’agit d’une valeur annuelle en francs.

136 Vol. 93 p. 201.

137 Le « 7 7bre 1815 » n’est pas le 7 juillet 1815 mais le 7 septembre 1815.

138 E. François, Koblenz im 18. Jahrhundert : zur Sozial- und Bevölkerungsstruktur einer deutschen Residenzstadt, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1982 ; M. Oris, « La transition de la mobilité au xixe siècle. L’expérience de Huy sur Meuse entre 1847 et 1900 », ADH, 1993, p. 206-226 ; S. Pasleau, « L’immigration des travailleurs à Seraing durant la seconde moitié du xixe siècle », art. cité.

139 Vol. 90 p. 272.

140 Vol. 91 p. 488.

141 Vol. 37 p. 700.

142 Vol. 89 p. 129.

143 Vol. 80 p. 305.

144 Vol. 84 p. 388.

145 Vol. 84 p. 358.

146 Les prénoms, « bien gratuit dont la consommation est obligatoire » selon le mot de J. Dupâquier, A. Bideau, Μ. E. Ducreux dans Le prénom, mode et histoire, Entretiens de Malher 1980, EHESS, Paris, 1984.

147 Voir le Tableau des principales lacunes trouvées dans les déclarations, p. 84.

148 C’est le cas du père d’Amélie Weiler que sa profession d’avocat devrait protéger d’une négligence ou d’une ignorance de la loi, vol. 56 p. 350 ; voir page suivante. Cette omission n’est pas particulière à ces registres-ci, tous les historiens travaillant sur les recensements, les dénombrements remarquent cette constance : les départs sont systématiquement sous-enregistrés. D. Roche (dir.), La ville promise …, op. cit., p. 186.

149 Vol. 46 p. 323 ; vol. 47 p. 203 ; vol. 35 p. 415, 438, 468, 489 ; vol. 37 p. 869, 907, 918 ; vol. 53 p. 488 ; vol. 91 p. 573, 596, 610.

150 Vol. 48 p. 826 ; vol. 37 p. 432, 451, 454, 578, 700, 772, 840, 862, 879 ; vol. 91 p. 39, 235, 393.

151 Typologie du chapitre « Chemins croisés » p. 218.

152 Vol. 37 p. 709.

153 Μ. N. Hatt-Diener, DEA, op. cit. ; vol. 45 p. 374.

154 Étude approfondie du calcul des durées de séjour dans le chapitre « Chemin croisés », p. 191.

155 Vol 91, p. 54 ; et M. Andlauer et P. Schmidt, L'ancien Fossé des Tanneurs à Erstein : un quartier riche en souvenirs, Société d’Histoire des Quatre Cantons, t. I, 1983, p. 59-79 et t. II, 1984, p. 89-120.

156 Vol. 91 p. 5.

157 Vol. 91 p. 697.

158 Vol. 89 p. 51.

159 Vol. 91 p. 679.

160 Vol. 62 p. 333.

161 Vol. 91 p. 637.

162 Vol. 91 p. 270.

163 Vol. 46 p. 460.

164 Vol. 89 p. 303.

165 Vol. 90 p. 413.

166 Vol. 89 p. 209.

167 Vol. 37 p. 500.

168 Vol. 65 p. 327.

169 Vol. 46 p. 138 ; vol. 46 p. 103 ; vol. 42 p. 327.

170 Vol. 45 p. 387 ; vol. 42 p. 327.

171 Vol. 79 p. 27.

172 Vol. 79 p. 47.

173 Vol. 89 p. 303.

174 Vol. 90 p. 58.

175 Vol. 89 p. 62.

176 Il est rassurant de constater que les registres qui « couvrent » les mêmes rues à quelques années de distance reprennent, de façon concordante, les déclarations précédentes des habitants en les complétant afin de préciser en particulier la date de sortie et la destination ; le volume 84 reprend ainsi le volume 36 et le volume 85 le volume 37.
Certaines incongruités échappent cependant à l’employé de police : deux enfants de la même famille sont déclarés par leur père (?) « l’un âgé de deux ans, l’autre de un an et demi » sans que cela trouble nos deux hommes (vol. 37 p. 108) ! Ailleurs un scribe enregistre l’arrivée de Joseph Bosser, 30 ans, avec son fils de 8 ans, mais inscrit l’âge de « 28 » ans pour ce dernier (vol. 32 p. 361).

177 On sait qu’à Lyon, certains ne sont pas fiables, des employés de la mairie ont « inventé » des familles dans certains arrondissements entre 1911 et 1936 de façon à augmenter la population de la commune. La supercherie fut révélée par J. Bienfait : la composition des familles était stéréotypée, deux parents et trois enfants mineurs séparés par des intervalles intergénésiques de deux ans le plus souvent. J. Bienfait, « La population de Lyon à travers un quart de siècle de recensements douteux, 1911-1936 », Revue de géographie de Lyon, 1968 p. 63-132.
J. L. Pinol, Mobilités et immobilismes d’une grande ville : Lyon de la fin du xixe siècle à la Seconde guerre mondiale, Centre P. Léon, Lyon, 1989, p. 48.

178 M. Perrot, Les Femmes ou les silences de l’Histoire, Paris, 1998, « Introduction » p. I-XVII, « Traces » p. 9-20.

179 P. Bourdelais, « L’industrialisation et ses mobilités », AESC, 1984, no 5, p. 1009 à 1019.

180 Que ce soit l’élaboration du document, sa matérialité et son état de conservation, la précision relative des renseignements consignés, les erreurs.

181 Vol. 46 p. 276.

182 Le travail aux Archives municipales de Strasbourg a été classique : lecture, notes manuscrites ordonnant les renseignements relevés selon la mise en page du registre lui-même. La saisie dans la base de données se fit dans un deuxième temps, ce délai fut mis à profit pour prendre du recul, comparer les orthographes, identifier les personnes ; on constitua une mémoire papier disponible à tout moment. Les interrogations, les idées, les pistes venant en chemin, la structure du corpus a été développée en plusieurs étapes (des champs nouveaux ont été ajoutés) et le recours à cette transcription papier fut précieux. D’autant que la saisie informatique de cette masse de données (13 840 déclarations contenant chacune 35 champs, il fallut renseigner 484 400 champs) fut une tâche fastidieuse. Ce travail à la main, va-et-vient entre la lecture des registres et la saisie sur ordinateur obligeait et permettait à la fois remords, vérifications, hésitations, interrogations nouvelles. Dès que les données enregistrées dépassent la centaine d’individus, les logiciels permettent d’identifier très rapidement une personne grâce à leur puissance d’édition, de classer les données, évitant de multiplier les doublons par exemple ; ils remettent à jour très vite les choix déjà opérés, permettent de recouper les renseignements et répondent très rapidement à des questions complexes, une fois celles-ci construites.

Table des illustrations

Titre Registres domiciliaires : deux pages, gauche et droite, Grand-Rue, no 146
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12214/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12214/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Les déclarations domiciliaires de la famille Weiler
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/12214/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 227k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search