Version classiqueVersion mobile

Strasbourg et strasbourgeois à la croisée des chemins

 | 
Marie-Noèl Hatt-Diener

Introduction

Texte intégral

  • 1 Victor Hugo, Le Rhin, 1842, lettre citée en exergue p. 12.
  • 2 J. C. Caron, « Le xixe siècle existe-t-il ? », dans Périodes, la construction du temps historique,(...)

1« On a Strasbourg sous ses pieds, vieille ville à pignons dentelés et à grands toits chargés de lucarnes, coupée de tours et d’églises, aussi pittoresque qu’aucune ville de Flandre. [...], à mes pieds, la ville jasait doucement. [... ] chaque tourelle fait face à une nation différente1. » Victor Hugo de passage à Strasbourg dépeint ainsi la ville, et n’en finit pas de l’enfermer dans une représentation atemporelle au point que l’on peut se poser la question : « le xixe siècle existe-t-il2 ? »

  • 3 Soulignée par W. Kaiser, « Les enjeux de la politique municipale dans les villes du royaume de Fra (...)

2Un survol de la bibliographie confirme que les historiens n’échappent pas non plus à cette construction du temps, induisant une césure entre l’Histoire moderne et l’Histoire contemporaine. D’autant que l’histoire récente de Strasbourg est encadrée par deux périodes majeures qui ont façonné la ville et la société strasbourgeoise. En amont, la longue transition conduisant de la Ville Libre d’Empire à la ville frontière rattachée au royaume de France ; la Capitulation de 1 681 entame la longue traversée d’un Grand Siècle, « incorporation très lente au royaume, une fois acquises la sécurité militaire et la souveraineté royale »3. En aval, la rencontre avec la modernité et les bouleversements provoqués par l’annexion au Reich en mai 1871 : transformations du paysage urbain puisque, les murailles abattues, une ville nouvelle surgit de terre, croissance démographique impressionnante du fait de l’immigration allemande, changements administratifs et politiques, Strasbourg devenant capitale d’un Land du Reich, à l’autorité et au prestige accrus.

  • 4 S. Fisch, « Les pratiques politiques municipales dans les villes d’Allemagne du Sud et d’Alsace, 1 (...)
  • 5 N. Stoskopf, La petite industrie dans le Bas-Rhin, 1810-1870, Strasbourg, thèse, 1987 ; S. Muckens (...)
  • 6 G. Livet, F. Rapp (dir.), Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, Strasbourg, DNA, 1981 e (...)

3Entre ces deux moments qui ont marqué la ville, ne se serait-il rien passé ? Il est vrai que Révolution française et Empire napoléonien imposent un modèle administratif « impérial4 » signant la fin d’une autonomie municipale devenue formelle ; de plus, vingt ans de guerre ont épuisé Strasbourg. Certains historiens incluent l’histoire de la ville dans celle du département5, d’autres respectent la coupure historiographique entre l’Époque moderne et l’Époque contemporaine, bornant leurs travaux à l’Ancien Régime ; une exception cependant : l’imposante Histoire de Strasbourg des origines à nos jours publiée il y a deux décennies6. Il était tentant de travailler sur cette période de vacance historiographique à défaut de la combler.

4Ce travail est né de la convergence entre un lieu, Strasbourg, un mouvement historiographique renouvelant l’histoire urbaine en France, une question épistémologique, à savoir l’étude des mobilités en histoire sociale, l’existence d’archives permettant cette étude, et enfin l’émulation trouvée au sein d’une équipe de chercheurs constituée autour du Centre de recherches historiques sur la ville.

  • 7 B. Lepetit, « Le Temps des villes », Villes, histoire et culture, 1994, 1, p. 7-17.

5L’historiographie urbaine tire profit depuis quelques années du mouvement de balancier, où le « tout quantitatif » des années 1960-1980 fut remplacé par le « tout qualitatif » des années 1990 ; chacune de ces deux démarches épistémologiques et méthodologiques a soulevé débats, questions et critiques, chacune a conduit à des apories connues. Les travaux menés depuis une décennie en histoire urbaine ont cherché à dépasser cette dichotomie : l’étude d’une société urbaine suppose de brasser des milliers d’informations, donc de recourir à la statistique et à l’outil informatique afin de donner du sens à des comportements relevant à la fois du collectif et de l’individuel, et évoluant au gré des changements qui opèrent dans toute société urbaine, mais l’étude des pratiques citadines ne peut se passer des apports de la prosopographie. L’étude des mobilités urbaines nécessite alors de croiser non seulement les temporalités différentes des acteurs que sont les citadins et la ville7, mais aussi des espaces définis à des échelles géographiques différentes. Il faut pour cela repérer les groupes sociaux qui composent cette société à partir de critères multiples.

6Il faut alors construire un corpus documentaire, soit à travers la lecture de sources rarement exploitées, soit en portant un regard neuf sur des sources déjà connues. À Strasbourg, les registres de population, tenus de 1795 à 1970, constituent une série presque complète, en tout cas exceptionnelle, de déclarations domiciliaires. Les registres consignent en principe toute entrée et toute sortie d’un domicile des habitants quels qu’ils soient. L’étude de ces registres suppose de combiner à la fois une exploitation statistique en utilisant les ressources de l’outil informatique et une démarche encouragée par les questionnements renouvelés sur les « traces » et les « silences » permettant de glaner dans les interstices des déclarations domiciliaires bien des informations sur les citadins.

7L’ambition est de mesurer comment les citadins parviennent à satisfaire un besoin vital – le logement – en analysant leurs traces retrouvées dans l’espace urbain et en essayant d’en comprendre le sens. Est-ce seulement le fruit du hasard si l’on habite ici ou là ? C’est une banalité de le dire ; les nombreuses études déjà menées sur les populations de migrants, en Europe et dans le Nouveau Monde, sous l’Ancien Régime comme aux xixe et xxe siècles, ont montré que le lieu de résidence est le résultat d’un faisceau de circonstances où le hasard tient peu de place. Les solidarités, familiales, communautaires, ou leur défaillance, la pénurie ou l’abondance de logements, l’aisance ou la précarité de l’arrivant, tous ces facteurs déterminent un lieu de résidence.

8Les registres domiciliaires de Strasbourg consignent les traces des citadins à des échelles spatiales, le quartier, la rue, la maison, et des temporalités, celle du jour, du mois, de l’année à la décennie, jamais retenues dans d’autres sources. Aussi est-ce cette richesse exceptionnelle qu’il s’agit d’exploiter au mieux. Peut-on, à partir de traces concernant plus de 6000 personnes, deux générations de citadins, des natifs et des immigrants, des hommes et des femmes, dégager une pratique sociale du logement, c’est-à-dire des comportements significatifs ? Peut-on ensuite éclairer ces comportements, leur donner sens ? Enfin, ceux-ci permettent-ils de nuancer, compléter, confirmer ou infirmer les différenciations sociales généralement établies ? Partir des pratiques pour étudier comment s’élabore le social : loger seul ou en groupe, cohabiter à deux, trois générations ou rompre le cordon ombilical, dissocier ou non travail et domicile, s’enraciner dans tel quartier ou parcourir la ville sans s’installer nulle part ; ces conduites mettent en œuvre ou au contraire négligent les solidarités familiales, professionnelles, les conflits, les ruptures.

9On peut aussi se demander quelle part revient au choix ou à la contrainte car la ville, elle aussi, est actrice : elle impose le bâti, elle accueille ou rejette, sépare ou rapproche, à travers l’offre ou la pénurie de logement, les pratiques de location, le niveau des loyers. Il est aussi des quartiers attractifs, d’autres qui sont des repoussoirs.

10Il se dégage alors une cohérence du rapport entre une structure urbaine qui a sa propre temporalité et une conjoncture, celle des pratiques des citadins dans leur espace.

11Cerner des pratiques individuelles et collectives à la fois nécessite de définir une démarche et un objet historiques. Combiner l’étude du collectif et celle de l’individuel suppose d’utiliser les méthodes de l’histoire quantitative pour dégager des comportements types et de les éclairer à travers des trajectoires individuelles analysées grâce à la démarche prosopographique, trajectoires dont l’exemplarité est assurée par la typologie que dégagent les méthodes statistiques.

12Il faut, en premier lieu, décider qui et comment on décompte. Le choix du sondage s’impose vu l’importance des flux ; il s’agit alors de repérer toutes les informations possibles afin de croiser les caractéristiques des personnes, âge, sexe, profession, parenté, manières d’habiter, dans le but d’étudier les relations qui les lient entre elles. Il faut être attentif aux différences de temporalité entre celle des individus, celle des générations, et celle de la ville.

13Étudier comment les citadins occupent l’espace urbain et y circulent impose ensuite de s’interroger sur le découpage stricto sensu de cet espace : le jeu d’échelles différentes permet de comparer les mobilités à l’échelle de la ville, des quartiers, des rues, des îlots et des immeubles. Cela permet de surmonter les inconvénients du choix d’un seul découpage, qu’il soit défini par un critère administratif, le canton, morpho-historique, la rue, architectural, l’immeuble, et de les combiner tous entre eux.

14Les difficultés rencontrées sont multiples. Maîtriser les méthodes d’analyse, trouver le juste équilibre entre l’administration de la preuve à partir des résultats de l’analyse quantitative et l’accumulation des exemples prosopographiques, c’est à dire doser macro-histoire et micro-histoire. Gérer les différences de nature entre les informations recueillies et la disparité des effectifs. Élaborer une cartographie historique de la ville qui visualise à la fois les permanences collectives et les dynamiques des individus et des groupes sociaux, d’effectifs très différents, à des échelles variées.

15Notre ambition est de partir des pratiques observées, décelées, déduites grâce à un regard neuf sur des sources peu étudiées, pour dégager des mobilités, étudier comment celles-ci modèlent l’espace intra-urbain et révèlent des usages, des manières d’habiter, des représentations du logement opposant une culture du « dedans » à une culture du « dehors », dégager les interactions entre la ville et ses habitants, comprendre comment, à travers les mobilités, ville et citadins s’apprivoisent ou s’excluent, comment la société urbaine change ou se maintient. Tels sont les espoirs et les enjeux de ce travail.

Notes

1 Victor Hugo, Le Rhin, 1842, lettre citée en exergue p. 12.

2 J. C. Caron, « Le xixe siècle existe-t-il ? », dans Périodes, la construction du temps historique, Paris, EHESS, 1991, p. 115-122.

3 Soulignée par W. Kaiser, « Les enjeux de la politique municipale dans les villes du royaume de France à l'époque moderne », dans D. Menjot et J. L. Pinol (dit.), Enjeux et expressions de la politique municipale. xiie- xxe siècles, Paris, 1997, p. 81-95.
Après les travaux fondateurs de G. Livet et B. Vogler, Pouvoir, ville et société en Europe (1650-1750), Presses universitaires de Strasbourg, 1983 ; et la thèse récente de S. Herry, Une ville en mutation : Strasbourg au tournant du Grand Siècle. Société militaire et société civile de langue française dans la ville libre et royale de Strasbourg, d'après les registres paroissiaux, les registres de bourgeoisie, les actes notariés, 1681-1702, Presses universitaires de Strasbourg, 1996, 616 p.

4 S. Fisch, « Les pratiques politiques municipales dans les villes d’Allemagne du Sud et d’Alsace, 1800-1918 », dans D. Menjot et J. L.Pinol (dir.), Enjeux..., op. cit., p 113-123. L’auteur y montre que le modèle impérial français est imposé à Nuremberg, Augsbourg et Munich par Louis de Bavière.

5 N. Stoskopf, La petite industrie dans le Bas-Rhin, 1810-1870, Strasbourg, thèse, 1987 ; S. Muckensturm, Soulager ou éradiquer la misère ? L’indigence dans le Bas-Rhin au xixe siècle, Presses universitaires de Strasbourg, 1999, 399 p. ; S. Dreyer-Roos, La population de Strasbourg sous l’Ancien Régime, Strasbourg, 1969, p. 103-105 et p. 169 ; E. Sablayrolles, L’enfance abandonnée à Strasbourg au xviiie siècle et la fondation de la Maison des Enfants Trouvés, Strasbourg, 1977 ; E. Sablayrolles, Recherches sur la pauvreté, l’assistance et la marginalité en Alsace sous l’Ancien Régime, USHS, Strasbourg, 1989, thèse dactylographiée.

6 G. Livet, F. Rapp (dir.), Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, Strasbourg, DNA, 1981 et sq, t. III et IV.

7 B. Lepetit, « Le Temps des villes », Villes, histoire et culture, 1994, 1, p. 7-17.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search