Version classiqueVersion mobile

Strasbourg et strasbourgeois à la croisée des chemins

 | 
Marie-Noèl Hatt-Diener

Avant-propos

Texte intégral

1Ce livre est la version publique allégée et remaniée d’une thèse de doctorat d’histoire soutenue à l’Université François-Rabelais de Tours le 7 février 2001, Strasbourg à la croisée des chemins, études des mobilités urbaines, 1810-1840. Le texte original est disponible à l’Université Marc-Bloch (Institut d’histoire d’Alsace) de Strasbourg, et à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg. Le jury était composé de P. Ayçoberry professeur émérite de l’Université M.-Bloch de Strasbourg, P. Bourdelais professeur à l’EHESS Paris, rapporteur, M. Garden professeur à l’ENS Cachan, M. Lussault professeur à l’Université F.-Rabelais de Tours, J. L. Pinol professeur à l’Université F.-Rabelais de Tours, directeur, B. Vogler professeur à l’Université M.-Bloch de Strasbourg, rapporteur.

2Nombreux sont ceux qui m’ont aidée durant ces années. Le soutien, les encouragements, les conseils éclairés de Jean Luc Pinol qui a dirigé ce travail, ont été indispensables. Les séminaires du Centre de recherches historiques sur la ville, qu’il a créé à Strasbourg et dirigé avec Denis Menjot de 1992 à 1997, ont été des moments de rencontres, de confrontations intellectuelles, d’échanges d’idées autour de l’histoire urbaine, toujours stimulants, jamais décevants, pour l’étudiante « hors les murs » de l’Université que j’étais. Ce fut un bain de jouvence intellectuelle ; que les participants à ces rencontres soient ici tous remerciés.

3Des lectures ont été décisives, m’encourageant à privilégier certaines pistes, enrichissant la réflexion : en particulier l’ouvrage de S. Cerutti sur les tailleurs de Turin, La ville et les métiers : naissance d'un langage corporatif. Turin 17e-18e siècles et celui qu’a coordonné B. Lepetit sur Les formes de l’expérience, une autre histoire sociale.

4Tout au long de cette enquête aux Archives municipales de Strasbourg, j’ai rencontré disponibilité et conseils judicieux auprès de J. Y. Mariotte directeur, des archivistes G. Foessel et M. Schwicker dont les compétences à lire l’allemand gothique manuscrit et l’excellente connaissance du fond ont été précieuses.

5Cette thèse est aussi une œuvre familiale. Mes fils ont partagé la compagnie de « nos morts strasbourgeois ». Marthe Andlauer, ma marraine, a mis à ma disposition, outre son soutien continu, des compétences de germaniste, indispensables au déchiffrement des pages des registres et à l’identification des patronymes germaniques.

6Enfin et surtout, ce travail n’aurait ni vu le jour, ni pu être mené à bien sans l’indéfectible soutien moral de mon mari, Thierry Hatt. Il a mis sa double compétence de géographe et d’informaticien à ma disposition : maîtriser les outils informatiques et les traitements de données, réaliser l’atlas des cartes de Strasbourg, tout ceci est son œuvre. Mais si l’informaticien connaît ses outils, il maîtrise moins les données et les problématiques de l’enquête, l’historienne, elle, utilise les procédures informatiques sans savoir les mettre en œuvre de façon autonome. La collaboration était indispensable, elle fut fructueuse.

« Au départ, l'art du puzzle semble un art bref [...] Seules les pièces rassemblées prendront un caractère lisible, prendront un sens : considérée isolément, une pièce d’un puzzle ne veut rien dire, elle est seulement question impossible, défi opaque ; seule compte la possibilité de relier cette pièce à d’autres pièces... »

Georges Perec, La vie, mode d'emploi
Hachette, 1978, p. 15.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search